Vous êtes sur la page 1sur 1038

::

i
V

i
>

^^Bj

^^H

~ bRDHTO ^
Digitized by the Internet Archive
in 2009 with funding from
University of Ottawa

http://www.archive.org/details/bibliothquehagOOclug
0^

BI02

Tor

ABBA AANIHA TOT 2KHTI(iT0Y

VIE (ET RÉCITS)


DE

L'ABBÉ DAMEL LE SCÉTIOTE


(Vie SIÈCLE)
.lOTHÈQUE HAGIOGRAPHIQUE ORIENTALE j^
ÉDITÉE PAR

LÉON CLUGNET

BIOS

TOT

ABBA AANIHA TOY IKHTiaTOT

VIE (ET RÉCITS)


DE

L'ABBÉ DANIEL LE SCÉTIOTE


(VI' SIÈCLE)

I. — Texte grec, publié par Léon Cluoniît.


II. — Texte syriaque, publié par V. Nau.
III. — Texte copte, publié par Ionazio Grini.

PARIS
LIBRAIRIE A. PICARD ET FILS
82, rue Bonaparte, 82

1901
INTRODUCTION

On trouve dans les manuscrits o-recs qui renferment des Vies


et desApophthegmes des moines d'Egypte, une série de textes
contenant des notices biograpliiques sur divers personnages qui
furent en relation avec un certain abbé Daniel retiré dans le ,

désert de Scété. Le seul lien qui unisse ces textes est leur com-
munauté proviennent tous de récits faits par
d'origine, car ils

Daniel lui-même. Ce n'est donc qu'indirectement qu'ils se rap-


portent à lui (sauf l'un d'entre eux qui le concerne tout particu-
lièrement) , que de loin en loin qu'ils présentent
et ce n'est
quelques détails permettant de reconstituer sa propre biogra-
phie. Voilà pourquoi ils sont tantôt réunis tous ensemble sous
le titre assez peu exact de Vie de l'abbé Daniel, tantôt sépa-

rés sous les titres de Vie d'Anastasie la Patrice, Vie d'Eulo-


gius le Carrier, etc.

La première question qui se pose au sujet de ces textes est


celle-ci se rapportent-ils tous au même abbé Daniel? La ré-
:

ponse n'est pas douteuse pour quiconque considère, d'un côté,


la persistance avec laquelle ceux des manuscrits grecs qui les
donnent tuus, les rassemblent sous un titre commun, tout en
leur conservant leur individualité propre, et, de l'autre, la façon
dont les versions copte et éthiopienne, non seulement les grou-
pent sous un même titre, mais encore les soudent étroitement
l'un à l'autre pour ne faire de leur ensemble qu'une seule bio-
,

graphie, celle de l'abbé Daniel.


Une deuxième question à résoudre est celle-ci : de quel abbé
Daniel s'agit-il? Il y a, en effet, plusieurs moines de ce nom,
qui sont mentionnés dans les Vies et les Apophtegmes des
Pères (1); mais ils ne peuvent rien avoir de commun avec notre

abbé Daniel, parce qu'il est certain qu'ils lui sont antérieurs,

(I) Voy. Mignn. Pair, (jr., vol. LXV. col. l.:4. 1.5û; Pair, lai., vol. I.XXIll. col.
801, 84.), 91Û; vol. LX.XIV, col. 178.
II VIE ET RECITS DE L ABBE DANIEL.

celui-ci appartenant indubitablement au vi' siècle. C'est ainsi


que l'un d'eux élait disciple de saint Paphnuce qui mourut vers
la fin du iv siècle, tandis qu'un aulre (si toutefois il ne s'agit
pas ilu même personnage) était disciple de l'abbé Arsène, le-

quel était contemporain de saint Cyrille, qui mourut en 444.


Pour se rendre compte de l'espace de temps pendant lequel
vécut l'abbé Daniel dont il est ici question, il faut examiner le
contenu des textes rédigés d'après ses récits et faire connais-
sance avec les personnages qu'il nous apprend avoir été en
relation avec lui.
Le premier de ces textes, que j'ai intitulé Le moine surpris
par des démons dans un sépulcre, contient une de ces mille
petites anecdotes qu'on trouve dans les Apophtegmes des
Pères et qui, si elles sont intéressantes, ne présentent pas le
moindre intérêt au point de vue historique. Il n'y a donc pas
lieu de s'y arrêter.
On peut en dire autant du onzième et dernier, intitulé Le
moine faussement accusé de vol, car, tandis qu'il est impor-
tant par les détails qu'il nous donne sur la vie des religieux
dans les monastères, religieux qui, hélas! ne suivaient pas
tous la voie de la perfection, il ne nous apprend absolument
rien sur Daniel lui-même. Le moine dont l'histoire est rap-
portée n'est pas même nommé, et de l'abbé Doulas, rien ne
peut être dit, sinon qu'il devait être un contemporain de
Daniel, puisque c'est de lui que celui-ci avait appris l'histoire
en question.
Dans les troisième, quatrième, cinquième, sixième, sep-
tième et dixième textes, intitulés Marc le Fou Le saint men- ,

diant, La chaste Thomaïs, Le moine tenté, La religieuse qui


simulait l'ivresse, L'orfèvre Andronicus et son épouse Atha-
nasie, nous trouvons des récits qui offrent un intérêt beau-
coup plus considérable, en raison des détails historiques et
géographiques qu'ils contiennent et parce que certains des
personnages qui en font l'objet sont connus par ailleurs: mais
ils ne présentent à peu prés aucun indice dont la chronologie

puisse tirer parti. On n'en peut trouver que dans les trois textes
restants.
Le deuxième, qui a pour titre A)uistasie la Patrice, nous
transporte dans un temps nettement déterminé. En effet, Anas-
VIE ET RECITS DE L AliBE DANIEL. Ill

tasie, obligée de s'éloigner de la cour impériale, se trouvait à


Alexandrie au moment où mourut l'impératrice Theodora, c'est-
à-dire en 548 (Voy. p. 4, 7,8). Contrainte alors de fuir devant les
poursuites de l'empereur .lustinien, elle alla se cacher au fond
du désert de Scété, où elle vécut encore vingt-huit ans (Voy.
p. 4, 7, 9), sous la direction de l'abbé Daniel. Elle mourut donc
vers 576. A époque Daniel devait être fort âgé car lors-
cette , ,

que, vingt-huit ans plus tôt, Anastasie vint lui demander une
cellule et une règle de vie, ce devait être déj;i un vénérable
vieillard, jouissant d'une grande autorité spirituelle dans la ré-
gion de Scété.
L'histuire d'Eulogiiis le Carrier, contenue dans le neuvième
texte, va nous fournir quelques autres données chronologiques
intéressantes. Lorsque Daniel et son disciple visitèrent Eulogius,
celui-ci était âgé de cent ans environ (Voy. p. 32, 1. 19). D'un
autre côté, c'est quarante ans plus tôt qu'il avait trouvé son
trésor. Or, comme, aussitôt après cette découverte, il s'était
rendu à Byzance, alors que régnait l'empereur Justin V\ c'est
entre 518 et 527 qu'il arriva dans cette ville. Si nous prenons
la moyenne, c'est-à-dire si c'est vers 522 qu'il quitta l'Egypte,

la visite que Daniel lui rendit quarante ans plus lard eut donc
lieu vers 560. Daniel était âgé sans doute à cette date, mais
beaucoup moins qu'Eulogius, comme cela ressort des détails
du récit. Quarante ans plus tôt, lorsqu'ils se rencontrèrent pour
la première fois, il était un jeune moine, ainsi qu'il le dit lui"
même et comme le prouve la morale que lui fait la vieille
femme (Voy. p. 34, 1. 9-15). S'ilavaitalors de vingt à vingt-cinq
ans. on peut admettre qu'il était né au commencement même
du vi" siècle.

le huitième texte, qui le concerne tout


Ceci est confirmé par
spécialement dans lequel il est raconté cojnmcnt if. e.rpia un
et
crime commis par lui. En effet, nous voyons que s'il avait déjà
embrassé des barbares qui
la vie religieuse, lorsqu'il tua l'un
l'avaient emmené en cependant d'un âge peu
captivité, il était
avancé. Or, le patriarche Timothée III. à qui il alla confesser
son meurtre, occupa le siège d'Alexandrie de 518 à .535 (1).
Toujours en prenant une moyenne, si vers 526 il était âgé de
(Ij Voy. Renaudot, Hist. pair. Alex. Jacob., j). 131; Lecjiien, Or. chrisl., II,

col. 428.
IV VIE ET RECITS IlE L AliBE DAMEE.

vingt-cinq à trente ans, nous sommes de nouveau amenés à


reconnaître qu'il serait né au commencement même du vi' siè-
cle (1). Ces données sont donc d'accord ainsi que je
, le disais
plus haut, avec celles que nous fournit l'histoire d'Eulogius.
A cela se bornent les indications chronologiques quipeuvent
être puisées dans les textes grecs relatifs à Daniel. Les autres
versions n'en dunnent aucune, sauf toutefois la version copte
qui confirme ce que nous savions déjà par l'histoire d'Anastasie,
c'est-à-dire que Daniel survécut à l'empereur Justinien; seule-
ment, comme, suivant le texte grec. Daniel se trouvait dans le
désert de Scété vers Z)16 et qu'alors il semble qu'il fût en bonne
santé, s'il est vrai qu'il est allé finir ses jours à Tambok, dans
la Basse-Egypte, il faut croire qu'il est mort à une date assez
avancée au delà de 570. En résumé, s'il était fort âgé lorsqu'il
mourut, c'est-à-dire s'il avait alors environ quatre-vingt-dix ans,
comme c'est fort possible, on peut admettre, sans craindre de
trop se tromper, qu'il a vécu à peu près pendant toutela durée
du vi" siècle.

Si maintenant nous essayons de reconstituer la biographie


de Daniel, nous serons obligés de reconnaître qu'elle se réduit
à peu de chose, quelque soin qu'on prenne d'extraire de ses ré-
cits tous les traits qui se rapportent à lui. Nous ne savons au
juste, ainsi que nous venons de le voir, ni quand il est né ni
quand il il faut admettre
est mort. Si, d'après la version copte,
qu'il ait fini ses joursdans la localité de la Basse-Egypte nom-
mée Tambok, détail que toutes les autres versions passent sous
silence, il est impossible de dire quel fut le lieu de sa nais-
sance. On ne peut que supposer qu'il était grec d'origine et qu'il
parlait la langue grecque, puisque dans une visite qu'il fit à
des moines de la Haute-Thébaïde quelques paroles qu'il leur
,

adressa ne purent être comprises par ceux-ci que lorsqu'elles


eurent été traduites en copte, a!--j-Ti7Ti (Voy. p. 23, 1. 10).
Il devait être fort jeune lorsqu'il quitta le monde pour aller

vivre dans la solitude, car, lorsqu'il rencontra pour la première

(I) Le voyage qu'il fit aussilùt après, en passant par Rome. Constantinople,

Éphése, Antioelie et Jérusalem, nous fait supposer qu'il ne pouvait guère avoir
moins de vingt-cinq ans à cette époque.
VIE KT RIOCITS DE L AISDE DANIEL. V

fois Eulogius, dont il racontera l'Iiistoire à son disciple qua-


rante ans plus tard, il avait embrassé la vie monastique depuis
un certain temps déjà (Voy. p. 32, 1. 22). Le lieu qu'il choisit
pour sa retraite est le fameux désert de Scété. où vivaient, dans
la pratique des plus dures mortifications, un grand nombre de
solitaires appartenant à la grande famille an Ionienne (1).
Deux événements vinrent profondément troubler sa paisible
existence au début de sa vie monacale, je veux parler de sa cap-
tivité chez les barbares et de sa rencontre avec Eulogius.
Un récit qui nous vient, non pas de Daniel lui-même , mais de

(1) Cette région sauvage se trouve à environ une journée et. deinie de marche
au S. d'Alexandrie, et à trois journées au N.-O. du Caire. Elle est séparée du
désert de Xitrie, qui n'est pas moins célèbre et qui est situé un peu plus au N.,
par l'ouadi Natrun, longue dépression du .sol, où sont accumulés de grands
dépots do carbonate de soude cristallisé naturel. Dans les textes grecs le mot
.S'i''''(' est écrit le plus souvent Sxritric et quelipiefois ïxrjTi;. Le génitif est toujours

Sxi^TEu;, et le datif est ordinairement Iky^tq et parfois SxTitEi; à l'accusatif, on


trouve IxïiTiiv et, plus rarement, ilxrjTiv. Les auteurs qui essayent d'en expliquer
la signilication ne s'entendent pas. 11 est évidemment la transcription du mot

copte correspondant, écrit tantôt toi^llT, tantôt U)lll'l°. 11 est bien pro-
bable, comme l'ont pensé Cbampollion et M. Amélineau, que de ces deux formes
la meilleure est (OIM'I' qui, signifiant étendue, est bien propre à désigner un
désert. On qu'au mont Athos le ternie ay.-r\-c-t\ (au génitif uxriTriç) a été adopté
sait
il y a longtemps déjà, et qu'il s'applique au-\ ermitages isolés, situés autour des

monastères. Il est curieux de voir les auteurs grecs, même les plus récents, sou-
tenir que ce sont les Coptes qui ont tiré, par aphérèse, le mot Scété du grec
àcxriTii;, œox»iTT|piov, et que la langue grecque aurait ainsi repris son bien sous

la forme abrégée Sxtitïi.


Bien que le désert de Scété soit si rapproché d'Alexandrie et du Caire et mal-
gré l'importance des souvenirs qui s'y rattachent, il est fort étonnant et sur-
tout fort regrettable qu'il n'ait pas encore été l'objet d'une étude approfondie.
Voici la liste des principales publications où il est sommairement décrit :

Andréossy, Mémoire sur la vallée des lacs de Natron, Le Caire, 1800, pet. in-4°,
reproduit avec diverses modifications dans le grand ouvrage de la Commission
d'Egypte, vol. XII de l'édition in-8"; add. vol. XVll, p. 555; Qu.\tkk.mère, —
Mémoires fiéoçjraphUiucs et historiques sur l'Egypte, Paris, 1811, vol. I, p. 451-
490; —
Wilkinson, A'otes on a part of the eastern desert of upper Eyypt, 1825
(Journ. of Roy. Gcoyr. Soc, Londres, 1832, vol. II, p. 28-60; avec carte);
D'Arcet, Notes sur les lacs Natroun (Comptes rendus de l'Acad. des sciences, Paris,
septembre 1845, et Nouvelles Annales des voyayes, Paris, octobre 1845); —
Bruosch, Reiseberichle ans J^gypten, Leipzig, 1855, [i. 14; — D' JtNicER, Reise
durch die Libysche WHste nach den Nalron-Seen (Mittheil. de Petermann, 1880,
p. 179-185; avec carte); —
Is-\mbert, Itinéraire de l'Orient, Paris, 1881, vol. 11,
]). 439-441; —
Le R. P. Michel Julliex, S. .1., \'oyaye aux déserts de Scété et
de Nilrie, dans les Missions Catholiques, Lyon, année 1882, p. 33, .54, 70, 70; avec
une carte;— Amélineau, La géographie de l'Egypte à l'époque copte, Paris, 1893,
passim et surtout p. 433-452.
VI VIE ET RECITS DE L ABBE DANIEL.

son disciple préféré (Voy. p. 27), nous apprend que trois fois
lejeune moine fut emmené en captivité par des pillards qui
avaient envahi la région de Scété. La première fois il resta deux
ans au milieu d'eux et fut délivré par un capitaine de vaisseau,
ami des chrétiens. La deuxième il put s'enfuir au bout
fois

de six mois. Mais la troisième ne dut sa liberté qu'à un


il

tragique incident. Un des barbares, son maître sans doute,


était assis au bord de l'eau (1). lorsque, trouvant sans doute
l'occasion favorable, Daniel prit une piei're. en frappa violem-
ment cet homme et le tua du coup. Il put alors s'échapper et
regagner sa cellule. Mais le souvenir du meurtre qu'il avait
commis pesait sur sa conscience. Il alla donc trouver le pa-
triarche d'Alexandrie, qui s'appelait Timothée, et lui raconta
ce qui était arrivé, pensant que celui-ci lui imposerait une pé-
nitence, grâce à laquelle la paix rentrerait dans son àme. Le
patriarche lui fit sagement entendre que, sans doute, il eût agi
d'une façon plus parfaite en attendant de la Providence une dé-
livrance que celle-ci lui avait déjà procurée deux fois; mais, sur
le fait du meurtre, il lui donna une absolution complète en lui
disant : r Tu n'es pas coupable car c'est une bête féroce que tu
.

as tui'^e. » Ces paroles ne satisfirent point Daniel, qui s'embar-


qua alors pour l'Italie et alla à Rome soumettre ses scrupules
au Souverain Pontife (2). De celui-ci il reçut une réponse sem-
blable; mais il ne fut pas encore tranquillisé. Se remettant
donc en route, il passa par Constantinople, Éplièse, Antioche et
Jérusalem; toutefois aucun des patriarches de ces villes, après
avoir entendu sa confession, ne vit davantage un crime dans le
meurtre qu'il avait commis. Ne pouvant se faire condamner par
les plus hautes autorités ecclésiastiques, Daniel s'adressa alors
aux autorités civiles, espérant que celles-ci seraient plus rigou-
reuses et lui imposeraient enfin le châtiment qu'il croyait mé-

(1) Cette expression, itpoç OÔMp, ainsi que le rûlc du v»Jy.Xy)poç (Voy. p. 27, 1. 4
et 8), semblent prouver que ces barbares qui venaient ravager la région de
Scété, appartenaient à la Jlarmarique. autrement dit, au désert de Barcah, que
borde la Méditerranée, à l'ouest de la Basse-Egypte, et dont les tribus ont eu de
tout temps une fort mauvaise réputation.
(2) Les papes qui se soiît succédé sur la chaire do saint Pierre pendant que
Timothée 111 occupait le siège d'.Mexandrie (ôlS-ô3ô), sont S. Hormisdas (ôI4-ô-'3),
S. Jean l" (W3-53J), S. FiMix IV i5-2(;-ôS0), Boniface 11 (530-532) et Jean 11 (032-
SJô).
VIE ET RECITS IlE L ABBE DANIEL. VII

riter. Il alla donc se constituer prisonnier entre les mains du

gouverneur d'Alexandrie. Après lui avoir laissé faire un mois


de prison préventive, celui-ci le fit amener devant son tribunal
et l'interrogea dans les formes. Mais quel ne fut pas l'étonne-
ment de Daniel lorsque, après s'être accusé d'avoir assassiné
un de ces barbares qui l'avaient emmené en captivité, il en-
tendit le juge stupéfait lui dire « Allez-vous-en en pai.x, abbé
:
,

et priez pour moi. Plut au ciel que vous en eussiez tué une
demi-douzaine (1)! » Se décidant enfin à croire que la Provi-
dence ne voulait pas le punir elle-même, il prit la résolution
d'être son propre juge et de s'imposer une expiation proportion-
née à la faute qu'il se reprochait. Il promit donc à Dieu que dé-
sormais il aurait toujours dans sa cellule quelque malheureux
estropié qu'il soignerait de ses mains. Il tint parole, et son dis-
ciple nous a décrit, dans quelques lignes des plus édifiantes,
la patience avec laquelle il joua désormais son rôle d'infirmier
et les précautions qu'il prenait pour le cacher aux yeux des
hommes (2).

C'est à peu près à la même époque qu'un autre événement

raconté dans neuvième texte (Voy. p. 30), vient prouver com-


le

bien était grande la charité de Daniel, charité qui le poussa


même à accomplir un acte dont il eut à se repentir (."j).
Dans une de ces courses que, beaucoup plus tard, il faisait
souvent, semble-t-il, en dehors du désert de Scété, pour visi-
ter d'autres centres monastiques, il s'arrêta un jour, accom-
pagné de son disciple préféré, dans un village de la Thébaide,
situé sur les bords du Nil. Un vieillard vénérable, âgé d'une
centaine d'années, leur donna l'hospitalité et leur témoigna la
plus vive sympathie. Ils repartirent le lendemain pour le dé-
sert et, lorsqu'ils furent rentrés dans leur cellule, Daniel ra-

il) Littéralement : sept.


(2) Il pas inutile de remarquer que ce récit, le seul qui concerne unique-
n'est
ment Daniel et contienne son éloge, soit également le seul qui ne lui soit pas
attribué. Ceci est à son honneur et fournit une preuve de l'authenticité des textes
que nous publions.
(.3) Il est absolument impossible de dire si la rencontre d'Eulogius et de Daniel

eut lieu avant ou après la troisième captivit('; de ce dernier; car nous avons vu
que celle-là eut lieu sous le règne de Justin, c'est-à-dire entre 518 et bi~, tandis
que celle-ci se termina sous le patriarcat de Timothée, c'est-à-dire entre 518 et 535.
VIII VIE ET RECITS DE L AIÎIiE IJAMEL.

conta à son disciple, fort intrigué fl), l'histoire de cet liorarae,


à laquelle trouvé intimement mêlé.
il s'était

Quarante ans plus tôt, Daniel, jeune moine alors, s'était


rendu un jour dans le village mentionné plus haut, pour y
vendre le fruit de son travail, et avait été charitablement hébergé
par Eulogius; car celui-ci avait l'habitude de donner chaque
jour l'hospitalité à tous les étrangers de passage. Touché
profondément par la conduite de ce chrétien, il se mit à jeûner
et à prier pour obtenir que Dieu lui envoyât des ressources qui
lui permissent d'étendre sa charité envers un plus grand

nombre de personnes. Trois semaines après, comme il était ex


ténui' par .son jeûne, Notre- Seigneur lui apparut dans un songe
et lui tiit qu'il avait tort de lui adresser cette prière. Daniel
ayant insi.sté, Jésus-Christ lui demanda s'il était prêt à se
rendre responsable du salut d'Eulogius. Plein de présomption,
le jeune moine répondit qu'il acceptait d'être la caution de
cethomme. Bientôt après Eulogius, qui était tailleur de pierres,
trouva dans la carrière où il travaillait une grande quantité
d'or. Ebloui à cette vue, renonça aussitôt à la vie toute de
il

charité qu'il menait et s'en alla à Byzance avec son trésor.


Grâce à ses largesses, il devint un des principau.x courtisans de
l'empereur Justin, fut fait patrice et préfet du prétoire. Le
bruit de ce changement dans son existence étant parvenu aux
oreilles de Daniel, celui-ci fut épouvanté en se rappelant à quoi
il s'était engagé. Il Byzance pour
se rendit alors en toute hâte à
tacher de ramener f]ulogius à sa vie première. Non seulement
il ne put le joindre, mais, de plus, il fut très maltraité par

ses serviteurs. Désolé, il alla dans une église s'agenouiller


devant une image de la Sainte Vierge, suppliant celle-ci de le
délivrer de son serment. Mais la Vierge Marie, lui étant apparue
dans une vision, lui dit « Ceci n'est pas mon affaire; c'est à
:

toi de remplir tes engagements. » Ainsi rebuté Daniel fit un ,

nouvel effort pour approcher Eulogius, mais il ne put y parvenir


et fut cette fois roué de coups par ses domestiques. Alors déses-

(1) remarquer combien est vivante la description de la liouderie du


Je ferai
disciple contre son maître qui, pour le punir d'un uiouvement de vivacité peu
convenable, n'avait pas voulu lui raconter pendant la route l'iiistoire d'Eulogius
(Voy. p. 31, I. 20 et suiv.). Des détails de cette sorte ne peuvent appartenir i|u'à
une histoire véridique.
VIE ET RECITS DE L ABUE DANIEL. IX

péré, il se rembarqua pour Alexandrie en


se disant « Si Dieu :

le veut, nous sauvera, Eulocius et moi. » Brisé de fatigue,


il

il s'était endormi sur le pont iki navire, lorsque, dans un nou-

veau songe, il vit la Vierge Marie intercéder cette fois en sa fa-


veur, et il entendit ensuite la voix de Notre-Seigneur qui, après
lui avoir reproché la présomption dont il avait fait preuve, lui
promit de ramener Eulogius à son état primitif. Délivré aussi-
tôt de l'angoisse qui le torturait, il poursuivit paisiblement son
voyage et regagna sa cellule.
Cependant l'empereur Justinien ayant succédé à Justin, une
révolte fut suscitée contre lui par de hauts personnages, tels
que Hypatius, Dexicratès et Pompée, auxquels se joignit Eulo-
gius (1). L'entreprise ayant échoué, ces trois rebelles furent
mis à mort et Eulogius ne dut son salut qu'à la fuite. Ayant
abandonné tous ses biens, il se liàta de regagner son village,
où il reprit son métier de carrier, se gardant bien de se laisser
reconnaître par les habitants de la localité (2). Peu à peu il se
remit au travail comme par le passé et touclié de repentir, re- ,

commença à donner l'hospitalité aux étrangers. C'est dans l'ac-


complissement de ses œuvres de charité que Daniel le retrouva
un jour. Il lui raconta comment il avait été mêlé aux événe-
ments qui viennent d'être racontés et, dès ce moment, l'ancien
patrice , redevenu pauvre ouvrier, et le solitaire de Scété fu-
rent unis par les liens d'une étroite et sainte amitié (3).

Cependant l'abbé Daniel continuait ses mortifications et, à


mesure qu'il avançait en âge, sa réputation de sainteté se répan-
dait au loin. Non seulement il devint le supérieur, f,-,'3Jij.£voç,
des moines de la région de Scété (4), mais, en deiiors de ce

(1) CeUe sédition, qui eut lieu en 53-2, fut terrilile et. faillit être fatale à Jus-
tinien. Lebeau la raconte en détail et cite les auteurs anciens qui en ont parlé.
(Hlst. du Bas-Empire, édit. de 1824-56, vol. VIII, p. 184-198).
(2) La vie d'Eulogius était fort menacée, car, naturellement, il avait été con-
damné à mort; mais ses craintes durent cesser à un certain moment, Justinien
ayant fait grâce dans la suite aux révoltés qui avaient survécu.
(3) Eulogius est inscrit au calendrier de l'Église grecque à la date du il avril.
• T^ aÙT^ Yitiépqt [jLvriP.ïl Toû àytou EOXoyiou ToO $£vo5ôj(OU èv eîpinvv] T&XsiœQsvTo;.
>•
Dans
son Mnrti/ruhirjc unh'i'rai'l (l'ai'is, 1709). Chastelain dit, à la p. 73 du Corollaire,
que les reliques de S. Eulogius étaient conservées à Constantinople, dans l'église
de S.-Moce.
(4) On donne quelquefois à Daniel le titre de supérieur du monastère de
X VIE ET RECITS ET UE L AI!)JE DANIEL.

désert, ne pouvait paraître nulle part, sans être accueilli avec


il

les plus grandes marques de respect.


Il était déjà avancé en âge quand eurent lieu divers événe-

ments, qui lui ont donné l'occasion de nous fournir de pré-


cieuses indications sur plusieurs autres saints personnages.
Parmi ceux-ci il en est un seul dont l'histoire se présente avec
quelques données chronologiques certaines, je veux parler
d'Anastasie dite la Patrice (Voy. p. 2).
Cette femme nous
connue déjà par les Menées de l'Église
est
grecque, qui Ta inscrite dans son calendrier, à la date du
10 mars. Appartenant à l'une des plus nobles et plus riches fa-
milles de Byzance, elle fréquentait la cour, lorsqu'elle fut dis-
tinguée par l'empereur Justinian au point d'éveiller la jalousie
de l'impératrice Theodora. Anastasie, qui était d'une grande
piété, afin de se soustraire aux dangers qui menaçaient son
honneur et peut-être sa vie, se retira à Alexandrie et fonda,
dans les environs de cette ville, en un lieu nommé -z n=;j.T;v (1),

Saint- Jlacaire. C'est une erreur. .\ l'époque où vivait Daniel, c'est-à-dire an


vr siècle, il n'y avait aucun monastère dans le désert de Scété. Les textes grecs
que nous reproduisons n'en citent aucun.
Les moines de cette région, qui se rattachaient à saint Antoine et ne suivaient
pas une règle uniforme, vivaient dispersés dans des cellules plus ou moins éloi-
gnées les unes des autres. Sans doute ils se reconnaissaient bien un supérieur;
mais celui-ci exerçait son autorité uniquement par ses exemples et ses conseils
et ne pouvait exiger une entière soumission à son égard.
Un preuve qu'il n'existait pas de monastère ]>roprement dit dans le désert de
Scété au VI" siècle, c'est la facilité avec laquelle les pillards des contrées voisines
venaient le ravager et s'emparer des solitaires. Nous avons vu que Daniel fut
trois fois emmené en captivité à la suite d'incursions de cette sorte. Or, partout
où des communautés religieuses vivaient abritées derrière de solides murailles,
elles déliaient l'attaque des barbares. Le texte éthiopien de la Vie de Daniel
en donne lui-même un exemple, dans l'histoire du voleur qui se convertit. Les
moines de Scété ne furent à l'abri des déprédations de leurs malfaisants
voisins que lorsque, sous l'inlluonce de la réforme pakliomienne, ils abandon-
nèrent leurs grottes et leurs ermitages pour se réunir dans des monastères
proprement dits qui, ainsi que tous les bâtiments de ce genre en Orient, se
transformaient en véritables foileresses aux jours de danger. Les choses n'ont
jKis changé, du reste, depuis cette époque lointaine. Quatre de ces antiques

monastères subsistent encore et des bandes de Bédouins fort dangereux rodent


sans cesse aux environs; mais les pauvres moines coptes qui les habitent
sont parfaitement à l'abri do leurs coups de main derrière leurs épaisses mu-
railles et leurs lourdes portes.
(1) Au sud-ouest
d'Alexandrie, sur la route, sans doute alore très fréquentée,
(juiconduisait de cette ville dans les régions de Nitrie et de Scété, se trouvaient
diverses localités habitées par une population qui ne se composait pas unique-
VIE ET RECITS DE L ABBE DANMEL. XI

un couvent qui fut longtemps appelé le couvent de la Patrice.

Cependant , l'impéralrice étant morte en Ô4S. Justinien mani-


festa le désir de faire revenir Anastasie à la cour. Cell,e-ci en fut
à peine informée que, s'éloignant secrètement de son couvent,
elle s'enfuit, sous un vêtement masculin, clans le désert de
Scété et vint supplier l'abbé Daniel de lui procurer une retraite
sûre et de lui donner une règle de vie. Celui-ci la conduisit à
une grotte -fort éloignée, dans le désert inlrrieur (1), et l'y
laissa, après lui avoir imposé un règlement très sévère. Une fois
par semaine, elle revenait la nuit auprès de Daniel, pour re-
cevoir ses conseils, et une fois par semaine, aussi, le disciple de
l'abbé lui portait une cruche d'eau qu'il déposait à la porte de
sa cellule . sans lui adresser la parole. Un jour, celui-ci trouva
sur la porte un coquillage, sur lequel Anastasie avait écrit

ment de moines. Elles n'avaient jjas de noms spéciaux, soit que l'unirormiti' de la
contrée et l'absence de caractères topographiques apparents rendissent difficile la

formation de noms de lieux particuliers, soit plutôt parce que, grâce au voisinage
d'Alexandrie, on trouvait plus commode de les distinguer les unes des autres
par l'indication de la distance qui les séparait de cette grande cité. Quoi qu'il
en soit, c'est bien par les noms des pierres milliaires les plus rapprochées qu'on
les désignait. Par d'autres textes on connaissait déjà la localité nommée to "Eva-
Tov, sur laquelle on a beaucoup discuté et qui était située à 9 milles d'Alexan-
drie. Elle est légalement mentionnée par l'un de nos textes (V03'. p. û, 1. 27). Plus
près d'Alexantlrie, à une distance de 5 milles, un autre centre d'habitation, ap-
pelé TO IIÉiiTtTov, est cité, dans l'histoire de Marc le Fou (Voy. p. 13, I. 23) et, à
propos d'Anastasie, non dans les textes que nous publions, mais dans les Jlénées
grecques (Voy. p. 8, 1. 18); car c'est là que celle-ci aurait fondé le couvent qui prit
son nom. (La version syriaque dit que cette fondation se serait faite dans le lieu
nommé to "EvaTov.) Enfin on voit plusieurs fois cité dans l'histoire de Thomaïs
et d'Andronicus dont nous parlerons plus loin (Voy. p. 17, 1. 4; p. 18, 1. 21;
p. .50, 1. 2. 4; p. .57 1. 3, ô, etc.) un troisième lieu, qui, ainsi que l'indique son nom,
TO 'OxTwxoioéxatov, à 18 milles d'Alexandrie. 11 n'y aurait rien d'é-
était situé
tonnant à ce que nouveaux
textes vinssent nous révéler l'existence d'autres
<le

localités jiortant des noms formés ainsi d'un nom de nombre ordinal.
Il n'est pas inutile de faire remarquer qu'aujourd'hui encore, dans certaines

régions, le même mode de dénomination est employé pour désigner des localités
voisines d'un centre injportant. C'est ainsi que j'ai vu des lettres venant de Uji-
bouti, datées du 4°, du 6" kilomètre, etc.
(1) Ledi'sert intérieuj', IsioTÉpa i'pni'-o; (^'oy- P- 2, 1. 4, 16), était fort probablement
la région qui s'étendait au S. ou S.-O. de celle de Scété, et qui, par consé(|ucnt,
était beaucoup plus solitaire. On comprend ainsi comment Anastasie, habillée
en homme (ce qui la Anastase l'Eunuque), ne parlant jamais à per-
fit aji^ieler

sonne, si ce n'est à Daniel, et vivant dans une localité affreuse, à 18 milles plus
loin que la région de Scété, ait défié les poursuites de l'empereur et les recher-
ches du patriarche et des notables habitants d'.-Vlexandrie, fort intrigués par sa
mystérieuse disparition.
XII vue ET RKCITS DE 1. AIÎliK HAMEL.

quelques mots pour prier Daniel de \'enir la trouver en toute


hâte avec son disciple et d'apporter des outils pour creuser une
fosse. Daniel,comprenant que sa fin était proche, courut auprès
d'elle et la trouvamourante. Elle expira bientôt, en ellet. après
avoir reçu les derniers sacrements, et les deux solitaires,
l'ayant enterrée, revinrent dans leur cellule. Chemin faisant,
Daniel raconta l'histoire d'Anastasie à son disciple qui, en l'en-
sevelissant, s'était aperçu qu'elle était une femme. Anastasie
avait passé vingt-huit ans dans la solitude, depuis la mort de
l'impératrice Tliéndora, c'est-à-dire de 348 à 'û6 (1).

Les manuscrits syriaques de Londres (par exemple, Add.


14.601) et les manuscrits grecs de Paris (entre autres, Coislin 23,
25 et 195) contiennent un certain nombre de fragments de lettres
adressées par Sévère, patriarche d'Antioche, à Anastasie, femme
de consul (ùTrâTiiua) ou diaconesse (îay.:v:;j. Il ne semble pas

douteux qu'il faille reconnaître dans cette Anastasie la solitaire


du désert de Scété. Sévère ayant séjourné plusieurs fois à Cons-
tantinople (en 314 et surtout de 331 à 536), il n'y a rien d'éton-
nant à ce qu'il soit entré en relation avec Anastasie qui, à cette
époque, devait se trouver encore à la cour impériale. Malheu-
reusement dans ces fragments de lettres, qui sont des commen-
taires de certains passages des Évangiles, il n'y a pas un mot
qui concerne la destinataire et nous aide à l'identifier.
Une autre question qui m'est proposée par M. l'abbé Nau est
celle-ci Anastasie la Patrice serait-elle le même personnage
:

qu'Anastasie, femme de ce Pompée, neveu de l'empereur Anas-


tase, lequel ayant pris part, de concert avec Eulogius, à une
révolte contre Juslinien, fut mis à mort par ordre de ce dernier
en 532? Chronologiquement, la chose est moins vraisemblable,

car bien qu'Anastasie la Patrice soit morte à un âge très avancé,


en 576, il semble difficile d'admettre qu'elle ait pu être l'épouse
de Pompée, qui devait être déjà d'un certain âge, lorsque son
oncle Anastase devint empereur, en 491, à soixante ans. Tou-

(1) Anastasie la Patrice est inscrite au calendrier de l'Église frrecque à la date


du 10 mars, mais n'a pas d'office jiropre. - Tîi oùit] yinéfct |iviô|jir) t>); ôaioc; Mrjipo;
T||iôiv 'Avasxaoia; xyj; lla-rptxia;. » J'ai reproduit le texte du synaxaire qui la con-
cerne et qui est imprimé à cette date dans les Menées de cette Église (Voy. p. .S).
Les Bollandistcs en ont donné une traduction latine (Voy. AcI. Sancl., vol. 11 de
mars, 10 mars, p. 40-43). Anastasie ne figure i>as au calendrier romain.
VIE ET RECITS DE L ABBE DAN'IEL. XIII

tefois la principale raison qui me porterait à rejeter l'identifi-


cation proposée est la diflurence qui me semble avoir existé,
au point de vue des doctrines religieuses, entre la femme de
Pompée et la pénitente de l'abbé Daniel. En effet, la première,
sincère catholique et grande admiratrice de saint Sabas et du
patriarche .Macédi mius, fut fort maltraitée par l'empereur Anas-
tase, parce qu'elle s'était rangée ouvertement dans le parti des
défenseurs du concile de Chalcédoine. Tout au contraire, la

seconde, si, comme je le crois, il faut voir en elle la correspon-


dante du patriarche Sévère, ardent monophysite, devait plutôt
sympathiser avec les ennemis du concile en question.

Le récit classé sous le n° 3 (Voy. p. 12) et intitulé Marc le


Foil, nous transporte à nous met sous les yeux
.Vlexandrie et
un saint et fort étrange personnage. Marc était un moine qui,
pendant quinze ans, avait péché contre la pureté. Au bout de ce
temps il s'était enfin ressaisi et, pour expier ses fautes, il s'é-
tait promis de faire de sa personne l'objet de la dérision des
hommes, pendant autant d'années qu'il avait péché. Il vint donc
à Alexandrie et il y vécut, simulant la folie, se nourrissant de
débris d'aliments qu'il ramassait dans et gagnant le marché
dans l'hippodrome, sur les bancs duquel il couchait (1), quelque
menue monnaie qu'il partageait avec d'autres malheureux.
Une certaine année, l'abbi' Daniel s'étant rendu à Alexandrie,
à l'occasion de la fête de Pâques (2), il y aperçut Marc et eut

(1) Le mot "Iirito; (Voy. p. 12, 1. 2), par leijuel notre texte désigne
14; p. 13, 1.

le bâtiment en question, est assez à interpréter d'une façon exacte.


difficile
L'explication dont il est suivi, Srjaôiriov 3é sauv ô "Iitno;, ne nous aide guère, car
l'expression SritJiôoiov peut s'appliquer à tout bâtiment public. .M. CJuidi a tra-
duit le mot copte correspondant par scialerin pubblichc, en accompagnant sa
traduction d'un point d'intei'rogation. .l'incline pour ma part à voir dans r"Iji-
Tto;, non pas une sorte de caravansérail, mais un liippodrome, car les (Txoc[ji.via,

sur lesquels Marc dormait pendant la nuit, ne sont-ils pas les bancs sur lesquels
s'as.seyaient les spectateurs? Ne serait-ce pas l'hippodrome mentionné par
S. Éjiiphane dans son ouvrage De Mensuris et Pondcribiis : Koti ÈTiaùcavTo o'.
AaYÎ5ai (5a(ji),EÛsiv, oî ànà toû Aàyou S»i>,ovôti xaTayoïiEvoi ntoXsjiaioi, 8; innixov àv
'.\).e;avop£:â xatasxEuaua;, Aaiov (ivôiiasôv (Voy. Migne, Pair, gr., vol. XLIII, col.

257). L'auteur de la version latine qui accompagne ce texte a traduit temxôv par
équestre curriculum.
(2) Les higoumènes de Scété, ajoute l'auteur du récit, avaient l'habitude de
se rendre chaque année, à cette date, auprès du jiatriarche, ce qui montre que
l'autorité de ce chef spirituel s'exerçait très régulièrement sur les groupes mo-
nastiques voisins d'Alexandrie.
XIV VIE ET HEflTS HE L ABBE DANIEL.

aussitôt rintuition de la sainteté du personnage. S'étant appro-


ché de lui il le , saisit par le bras mais celui-ci. jouant son rôle,
;

poussa (les cris et appela à son secours. Un rasseml)lement se


forma bientôt autour de Marc et de Daniel (1). Des voix s'éle-
vant de la foule disaient à Daniel « Laissez-le c'est à un fou : :

que vous avez affaire. » Mais lui répondait « C'est vous qui :

êtes des fous! Voici le seul iiomme raisonnable que j'aie trouvé

aujourd'hui dans la ville. » Les assistants allaient peut-être


prendre parti pour Marc . lorsque des ecclésiastiques qui con-
naissaient Daniel, accoururent à leur tour d'une église voisine
et demandèrent à celui-ci s'il avait à se plaindre du fou. Pour
toute réponse. Daniel leur dit Conduisez-moi cet homme de-
: «

vant le patriarche. » Lorsqu'on fut en présence de ce dernier.


Daniel, s'adressant à lui, en montrant Marc, s'écria « Il n'y a :

pas actuellement dans Alexandrie un pareil vase d'élection » !

Le patriarche, qui savait que des révélations surnaturelles


étaient faites à Daniel, adjura alors Marc de dévoiler ce qu'il

était. Celui-ci obéit et raconta ce qui a été dit plus haut, c'est-

à-dire qu'il avait fait le serment d'expier, pendant quinze ans,


ses quinze années d'inconduite. et il ajouta que la quinzième an-
née de sa pénitence venait de finir. On devine l'émotion de toute
l'assistance pendant ce récit. Marc et Daniel passèrent la nuit
dans le palais patriarcal. Mais le lendemain matin, quand le

vieillard et son disciple se rendirent auprès de Marc pour pren-


dre congé de lui. celui-ci venait d'expirer. Aussitôt le bruit de
cette mort se répandit dans toute la ville et dans tous les envi-

rons et l'on à Marc des funérailles magnifiques, auxquelles


fit

assistèrentnon seulement toute la population d'Alexandrie,


mais encore un grand nombre de moines venus du voisinage,
de l'Énatiin et même de la région de Nitrie.

C'est encore un saint ignoré que ce mendiant (Voy. p. 15)


dont Daniel va nous révéler les mérites dans le récit que contient

(1) un de ces détails qui montrent la véracité du récit,


Le texte contient ici

car il de caractère qu'un auteur naïf, comme celui qui a écrit


est certains traits
l'histoire de Daniel, n'invente 5,'uore. Il est dit en effet que le disciple qui accom-
pagnait Daniel, voyant son inaitre se précipiter sur le pauvre fou et la foule
s'assembler aux cris pousses par ce dernier, se tint prudeuiuient à l'écart, ne
sachant trop comment l'affaire allait Unir.
VIE KT RKCITS DE L AliBE DANIEL. XV

le quatrième de nos textes. La srène se passe également à


Alexandrie. En arrivant un jour sur une des places de cette ville,
Daniel aperçut un aveugle qui demandait l'aumône. « Tu vois cet
homme, dit-il alors à son disciple; sa perfection est grande. Tu
vas en avoir la preuve. Attends-moi ici. » S'approcliant alors de
l'aveugle, il lui dit : « Fi'ère, fais-moi la charité, car je n'ai pas
de quoi acheter des joncs pour tresser des corbeilles et me procu-
rer, par leur vente, les aliments nécessaires à ma subsistance. »
« Hé quoi! lui répondit l'aveugle, tu vois que je suis nu et que je

demande l'aumône, et tu veux (|ue je te donne de quoi achetei"


des joncs? Attends-moi là cependant. » Et, se levant, il se dirigea
hors de la ville vers la cellule qu'il habitait. Y étant entré , il en
ressortit bientôt avec diverses sortes de fruits et quelques pièi'es
de monnaie qu'il rapporta et donna à Daniel, en lui demandant
de prier pour lui. Celui-ci pleura en recevant tout cela et s'é-

cria : « nombreux les serviteurs de Dieu qui sont


Qu'ils sont .

inconnus aux hommes! » Quelques jours plus tard, Daniel ap-


prit que le grand économe du patriarche étant gravement ma-
lade, et ayant été transporté dans l'église de Saint-Marc (1), le
saint patron de cette église lui était apparu et lui avait recom-
mandé de faire venir l'aveugle, qui le guérirait. L'économe
l'envoya donc chercher et ses serviteurs le lui ayant amené,
moitié par persuasion, moitié par force, une simple imposition
de sa main le guérit immédiatement. Ce miracle é'mut toute la
ville et le patriarche se rendit lui-même auprès de l'aveugle;
mais quand il arriva dans sa cellule, celui-ci était mort. La nou-
velle de sa fin se répandit au loin. On l'enterra solennellement
au milieu d'un grand concours d'habitants et de moines venus
tout exprès de la région de Scété en compagnie de Daniel. Son
corps fut déposé au-dessus de celui de Marc le Fou. Ce saint
aveugle avait passé quarante ansa exercer la chanté, faisant
distriliuer tous les dimanches aux pauvres malades des fruits
achetés par lui à l'aide des aumônes qu'il recevait (2).

Avec le cinquième de nos textes (Voy. p. 17), nous re-

(1) On sait qu'en Orient on avait l'iiabitude de transporter les malades dans
les églises pour y recevoir le sacrement de l'extrême-onction.
(i)Je n'ai pas trouvé la mention de ce saint personnage dans les calendriers
des Églises d'Orient, i^as plus, du reste, que celle de Jlarc le Fou.
\VI VIE ET RI'XITS ET DE L ABBE DANIEL.

trouvons un personnage déjà connu par les Menées de l'Église


grecque (1) et mentionné par le Martyrologe romain (2). Tho-
maïs avait épousé récemment (elle n'avait que dix-huit ans) un
jeune homme de la localité nommée '0-/.-u)v.7iiliv.-jL-.o'/ et dont il

a été question plus haut. Elle était très pieuse et s'occupait de


son ménage avec le plus grand zèle. Son beau-père, qui haliitait
sous le même toit, s'éprit d'elle et usa à son égard de quelques
familiarités que celle-ci supporta par respect pour le père de
son mari. Mais, un jour que celui-ci s'était absenté, le vieillard
devint plus entreprenant et, se heurtant à une résistance qui
l'irrita, saisit une épée suspendue à la muraille et en menaça sa
belle-fdle. Celle-ci lui répondit qu'elle était prête à mourir plu-
tôt que de commettre la l'aute à laquelle il voulait l'enlraîner.
N'étant plus maître de soi, le beau-père la frappa alors et elle

tomba morte à ses pieds. Immédiatement il perdit la vue. Des


amis de son fds étant survenus sur ces entrefaites et ayant pé-
nétré dans la maison, aperçurent le cadavre de la jeune femme,
tandis que le vieillard, devenu aveugle, leur apprenait son
crime et leur ilemandait de le conduire devant le gouverneur.
Ils le menèrent aussitôt devant ce dernier, qui, après l'avoir

interrogé, le fit décapiter. La nouvelle de la mort de Thomaïs,


martyre de la chasteté, s'étant promptement divulguée dans
lesenvirons, Daniel vint assister à ses funérailles et fut d'avis
qu'on devait l'enterrer dans le cimetière des moines. Mais les
religieux de rOktokaidécaton murmurèrent, prétendant qu'on
ne pouvait déposer le corps d'une femme, et surtout d'une
femme assassinée, à côté de ceux des Pères. Alors Daniel ayant
insisté en disant : « Cette femme qui est morte en défendant sa
chasteté, est notre mère spirituelle (à[;.[j.àç) », les moines cessè-
rent leur résistance et Tlmmaïs fut enterrée dans le cimetière
des Pères {'.i).

(1) A la date du 14 avril. « T»i aùi^ ^iM-spa u.vT,|xn Tîj; âyia; SldcpTupo; (-iMiJ-aioo;.
»

(2) Également à la date du 14 avril : . Alcxandri;v Sanct;e Thouiaidis mar-


tyris ».

Les BoUandistcs n'ont connu l'histoire de Tlioniais que par le texte du


(3)
synaxaire donné dans les Jlénées grecques, texte qu'ils ont traduit en latin (.4(/.
Sancl., vol. II d'avril, 14 avril, p. 214). Ainsi, ne pouvant identifier notre abbé
Daniel, ils ont cru bien faire en reconnaissant en lui son homonyme, le disciple
de l'abbé Arsène, ce qui leur a fait placei- le martyre de Thoraa'is au v siècle,
tandis qu'il a eu lieu au vr.
VIE ET RECITS DE I. ABBE DANIEL. XVII

J'ai cru devoir isoler, sous un titre spécial (Voy. p. 21), l'his-
toire de ce moine qui, obsédé par des pensées contre la "pureté,
alla, sur l'avis de l'abbé Daniel, prier sur la tombe de Thomaïs
et fut, en effet, délivré par elle de ces tentations. Mais je dois
faire remarquer que, dans tous les manuscrits, ce récit est im-
médiatement lié à l'histoire de la bienheureuse.

Le texte classé sous le n° 7 (Voy. p. 22) confirme ce que


nous savons déjà de la célébrité dont l'abbé Daniel jouissait à
une grande distance du désert de Scété et du don surnaturel
qu'il possédait de découvrir les vertus cachées.
Etant allé une fois dans la Haute-Thébaide, à l'époque de la
fête de Saint-Apollon.il fut reçu avec les plus grandes mar-
ques de respect par les moines de la région réunis au nombre
de cinq mille environ. Ensuite, il se dirigea vers un couvent
de religieuses, placé sous le vocable de l'abbé Jérémie, et
situé dans le voisinage de la ville d'Hermopolis (1). La réception
que lui firent les religieuses est décrite plus longuement et
présente quelques di'tails très pittoresques et très curieux.
Ainsi, le disciple de Daniel étant venu frapper à la porte du
monastère et demander qu'on voulût bien lui donner l'hospita-
lité ainsi qu'à un autre moine, de peur que, s'ils passaient la

nuit en plein air, ils ne fussent dévorés par les bêtes féroces,
la supérieure lui fit répondre que les hommes n'étaient pas
admis dans la maison et qu'il valait mieux qu'ils fussent dévo-
rés par les bêtes de l'extérieur que par celles de l'intérieur. Peu
touché par cette dernière remarque, le disciple fit observer que
le compagnon qui le suivait était l'abbé Daniel. Immédiatement
les verrous furent tirés et, la porte étant ouverte, toutes les
religieuses, supérieure en tête, se précipitèrent au-devant du
vieil ascète et l'introduisirent dans le couvent en lui prodiguant
les témoignages de grande vénération. Elles étendaient
la plus
leurs voiles sous ses pas, elles se prosternaient dans la pous-
sière et baisaient ses sandales. Les expressions encore plus
énergiques du texte nous les montrent même •/.jXtûtj.îv^ti j!^ -sùç

Parvenu dans la cour du monastère, Daniel aperçoit une re-

(1) Au sujet (le cette ville, voy. .\mi;li,\eai', La Gcof/raphic de i'Êf/yptc à l'é-
poque copie, Paris, 1H93, p. 167.

b
XVm \IE ET RKCITS DE 1, AUBE DAMEL.

ligieuse vêtue d'habits en lambeaux et ('tendue sur le sol. Na-


turellement il questionne la i^upérieure à son sujet, et celle-ci
lui répond que c'est une sœur toujours en
état d'ivresse, dont
on ne sait que qu'on n'ose chasser, de peur qu'elle ne
faire et
dise du mal de la maison. Daniel ne répond rien et va prendre
part, avec toute la communauté, à un repas dont la description
offre des particularités intéressantes. La nuit e1 par conséquent, ,

l'heure du repos étant arrivées, ordonne à son dis-


le vieillard

ciple de s'assurer, sans qu'on le remarquât, du lieu où la sœur


ivre passait la null. Celui-ci revient bientôt lui apprendre
qu'elle s'était retirée dans le lieu le moins noble de la maison.

Dès que les sœurs se furent endormies, les deux moines


s'approchèrent silencieusement de l'endroit en question et qu'a-
perçurent-ils? La religieuse, tantôt debout et les mains levées
vers le ciel, tantôt prosternée sur le sol, priait avec ferveur en
versantun torrent de larmes; mais, dès qu'elle entendait venir
quelque autre sœur, amenée en cet endroit par la nécessité,
aussitôt, elle tombait à terre et faisait semblant de dormir. Da-
niel dit alors à son disciple : « \'a chercher la supérieure, sans
faire de bruit. »

Celle-ci vint de suite, suivie de la sœur assistante, et resta


toute la nuit en contemplation devant ce spectacle, pleurant et

s'accusant des mauvais traitements qu'elle avait intligés à la

pauvre religieuse. Quand le jour parut, les sœurs s'étant levées


au bruit tlu sémendre, la nouvelle de ce qui s'était passé pen-
dant la nuit ne tarda pas à se répandre parmi elles et à les trou-
bler profondément. Mais celle qui pro\oquait cette émotion s'en
aperçut. Alors, dans son humilité, ne vuulant pas être l'objet
de la vénération de ses sœurs, après s'être fait l'objet de leur
mépris, elle résolut de disparaître. Ce qu'elle fit immédiate-
ment et secrètement, après avoir laissé fixé, à la porte du cou-
vent, un dans lequel elle recommandait à ses sœurs de
billet

prier pour elle et de lui pardonner toutes les peines qu'elle avait
pu leur causer. Que devint-elle après sa sortie du couvent, le
texte ne nous le dit pas. 11 se contente d'ajouter que, dès
qu'elle eut disparu, Daniel quitta les religieuses, après les
avoir entendues lui avouer, au milieu des larmes, la culpabi-
lité de leur conduite vis-à-vis de leur sœur.

I
VIE ET RÉCITS DE l'ABBÉ DANIEL. XIX

Le tourhant récit contenu dans


dixième de nos textes
le

(Voy. p. 47), comme nous montre l'abbé


l'histoire d'Anastasie,
Daniel exerçant une action plus immédiate sur des solitaires
qui venaient se placer sous sa direction.
L'orfèvre ou banquier Andronicus habitait Antioche, en Sy-
rie,avec sa femme Athanasie et ses deux jeunes enfants. Les
deux époux menaient une vie chrétienne, s'adonnant à diverses
œuvres de charité et y consacrant les deux tiers de leurs reve-
nus. Cependant leurs enfants, étant subitement tombés malades,
moururent l'un et l'autre le même jour. La désolation des pau-
vres parents fut extrême. Athanasie s'écriait qu'elle voulait
mourir aussi et elle resta seule dans l'église de Saint-Julien oii

ses enfants avaient été enterrés. Consolée pendant la nuit par


saint Julien lui-même qui lui apparut, elle retourna dans sa
maison et fit part à son mari du désir qu'elle avait de finir ses
jours dans un monastère. Celui-ci lui donna huit jours pour
réfléchir et comme, au bout de ce temps, elle n'avait pas
changé d'idée Andronicus, qui nourrissait pour lui-même un
,

projet semblable, lit savoir à son beau-frère que, partant avec sa


femme pour un long pèlerinage en Terre Sainte , il lui confiait
tous ses biens et souhaitait qu'il en fît le meilleur usage possi-
ble, si la mort les surprenait en route. Puis, ayant rendu la
liberté à ses serviteurs, il prit quelques provisions de route et
se mit en chemin avec sa femme. Lorsque, à une certaine dis-
tance, Athanasie, s'étant retournée, aperçut pour la dernière
fois sa maison, elle pleura et, le\ant les yeux au ciel, prononça
cette prière « Mon Dieu
: vous qui avez ordonné à Abraham et
,

à Sara de quitter leur pays et leur famille, conduisez nos pas.


Voyez que nous abandonnons notre demeure pour vous mieux
servir; ne fermez pas devant nous la porte de votre royaume! »
Et les deux époux, versant des larmes, continuèrent leur route.
Après avoir visité les Lieux Saints, ils vinrent à Alexandrie.
Avant de faire choix d'une retraite. Daniel partit pour le dé-
sert de Scété, afin de consulter les moines. Mais, ayant entendu
parler de l'abbé Daniel, il se rendit auprès de lui et lui raconta
son histoire. Daniel lui conseilla alors de lui amener Athanasie.
à qui il donnerait une lettre de recommandation qui la ferait
accueillir dans le couvent de Tabennisi (1). Andronicus alla donc

(1) Pour cette localité, célèbre depuis qu'elle est devenue le centre des fond;i-
XX VIE KT RKCITS DE L ABBE DANIEL.

cherclier sa femme et, après avoir reçu de salutaires avis du


vieillard, munis de sa recommandation, ils partirent pour le
couvent en question. Andronicus revint seul auprès de Daniel
et prit riiabit monastique. Douze ans plus tard, il demanda et
obtint l'autorisation de faire un nouveau pèlerinage aux Saints
Lieux. Comme il traversait l'Egypte (1), il fit la rencontre d'un
autre pèlerin qui lui d-emanda de faire route avec lui , à la con-
dition qu'ils voyageraient en silence. Ce voyageur n'était autre
qu'Atlianasie qui, vêtue d'un costume masculin, se rendait
également en Terre Sainte. Elle avait parfaitement reconnu son
mari, mais lui ne se douta pas que c'était sa femme (sa -îiirTEpi,
comme dit gracieusement le narrateur) qu'il avait devant lui.
car les macérations avaient fané sa beauté et son visage était
devenu noir comme celui d'une Éthiopienne. Les deux voya-
geurs, après avoir terminé leur pèlerinage, revinrent comme la

première fois à Alexandrie et de là se rendirent dans la loca-

lité, nommée Oktokaidékaton . dont nous avons déjà eu l'oc-


casion de parler. N'osant, malgré son costume masculin,
accompagner son mari dans la région de Scété Atlianasie de- ,

manda à Andronicus s'il accepterait de se fixer dans ce lieu et


d'occuper la même cellule qu'elle, à la condition qu'ils garde-
raient perpétuellement le silence, comme pendant leur voyage.
Andronicus voulut d'abord consulter l'abbé Daniel avant
d'accepter cette proposition, et se rendit auprès de lui. Celui-ci

lui conseilla d'accepter, attendu que le frère Athanase (Atlia-


nasie avait dit s'appeler ainsi) devait être un moine parfait.
Andronicus revint donc vers sa femme et vécut douze ans à
côté d'elle, sans savoir qui elle était. L'abbé Daniel venait sou-
vent les voir pour les entretenir de leur salut. Un jour, Andro-
nicus courut au-devant de lui pour lui annoncer que le frère

Athanase était bien malade et allait mourir. Daniel trouva,


en effet, Athanasie sur le point d'expirer et versant des lar-
mes. « Pourquoi pleures-tu, lui dit-il. au moment où tu vas

lions monastiques de saint Pakhome, voy., entre autres, .\méuneal', op. cil..

p. 469.
(1) 'OSe;J(ov xatà Tr,!/ Aï^yTiTov. Cette expression ot un autre passage où il est dit

que Daniel devait passer du désert de Scété en Egypte (Voy. p. 28, 1. 23; p. 59,
I. 17;, prouvent clairement que pour les hagiographes grecs les régions de Nitrie

et de Scété se trouvaient en dehors de l'Egypte, ce qu'il est fort utile de savoir


-pour ne pas commettre d'erreurs dans l'identilication de certaines localités.
VIE ET RECITS DE I. ABUE DANIEL. XXI

paraître devant le Clirist? » « Je pleure, lui répondit-elle, à cause


du frère Amlronicus. Ayez la bonté . après ma mort de
, lire

et de lui remettre un billet que vous trouverez sous ma tête. »

Aussitôt après avoir prié et reçu le saint viatique, elle rendit


le En l'ensevelissant, on reconnut que le frère
dernier soupir.
Athanase était une femme et le billet trouvé sous sa tète apprit
à Andronicus que cette femme était Athanasie son épouse, à
côté de laquelle il venait de passer de longues années sans la re-
connaître. La nouvelle de cet événement extraordinaire se ré-
pandit au loin, immédiatement, de tous les côtés, une foule
et
de solitaires vinrent assister aux funérailles de la bienheureuse
Athanasie.
Daniel voulut emmener Androui<us avec lui. mais celui-ci
répondit qu'il préférait finir sa vie il avait \ u mourir sa là où
femme. Peu de temps après, Daniel fut informé qu'à son tour
Andronicus était gravement malade (1). Se faisant aussitôt
accompagner par un grand nombre de moines, il arriva assez
à temps pour recevoir le dernier soupir de ce dernier (2).

(1) L'expression « être malade » est ordinairement rendue dans ces textes
par (7uviy_£(r9at Tw wuoetm (Voy. p. 0, I. lit; p.liH, I. 32); mais quelquefois on trouve

ouvi^soBai seul (\^oy. p. 56, I. 29).


(i) Andronicus et Athanasie sont inscrits dans le calendrier de l'Église grecque
à la date du 9 octobre. « Tfi aùiri i\ii.ifa, (jiv^ijly) toù ôaiou uarpô; ii[itôv 'AvSpovîzo'j
y.ai 'A6ava7ia; x/j; reproduit (Voy. p. 57-61) le texte du sy-
uuiiêiou œùtoO. ' J'ai
naxaire qui contient leur histoire trouve imprimé dans les Menées. Les Bol-
et se
landistes l'avaient déjà donné d'après l'édition de Venise de 1595 {Ad. Saiict.,
vol. p. 998-1000). Dans le Marli/rulor/e romain, on lit à la
IV d'octobre, 9 oct,
même lerosolymis sanctorum .-\ndronici et Athanasi* ejus conjugis. •
date : •

Cette mention d'après laquelle Andronicus et Athanasie seraient morts à Jéru-


salem est évidemment inexacte. Cette erreur a été partagée par Sirlet dans sa
traduction latine des Menées grecques. Les Bollandistes {Ibid., p. 997 et 1000-
1001), qui ont cru que noti'c Daniel était celui dont Cassien a parlé, ont fait des
calculs d'après lesquels la mort d'.Andronicus et d'Atlianasie devrait être placée
entre 415 et 431. Or, cetti' mort doit avoir eu lieu dans la seconde moitié du

.vi= La traduction latine de la Vie d'Andronicus donnée )iar Lippomani


siècle.
et reproduite par SuriusfVoy. Pair, gr., vol. CXV, col. 1049) commence par ces
mots " In diebus Theodusii Magni imperaturia eral in magna urhc Antiochin
:

juvenis quidam argenlarius nomine .indronicun... • Il ne faut attacher aucune


importance aux cinq premiers de ces mots. Comme ils n'existent ni dans le
grec, ni dans le sj-riaque, ni dans l'arabe, il est évident qu'ils ont été ajoutés
par le traducteur lui-même, afin de désigner la période de temps pendant la-
quelle il croyait qu'.Vndronicus avait vécu. Dans son Martyrologe; universel
(Paris, 1709), à la p. 73 du Corollaire, Chastelain dit que, tandis qu'Andronicus
est mort le 9 octobre, Athanasie était morte elle-même le 22 juillet. Je ne sais
d'où il a tiré cette dernière indication.
XXII VIE ET RECITS DE L ABBE DANIEL.

Alors dit le narrateur, une violente querelle s'éleva entre les


.

moines de rOctokaidékaton et ceux de Scété. Les premiers vou-


laient garder le corps d'Andronicus et les seconds voulaient
l'emporter avec eux. Daniel eut beaucoup de peine à calmer ces
derniers et à obtenir qu'Andronicus fût enterré à côté d'Atha-
nasie. II dut les menacer d'abandonner lui-même la région de
Scété et de venir finir ses jours dans ce lieu, pour que son corps
fût déposé à côté de ceux qui avaient été ses enfants spiri-
tuels.

Ainsi qu'il a été dit plus haut , le onzième et dernier texte .

tout comme le premier, ne nous apprend absolument rien sur


l'abbé Daniel. C'est l'histoire d'un moine très pieux et très hum-
ble qui vivaitdans un monastère, au milieu d'autres moines,
dont quelques-uns fort méchants le maltraitaient de la façon la
plus indigne. Comme il supportait tout sans se plaindre, l'un
d'eux poussa la malice jusqu'à faire disparaître les vases sacrés
de l'église, afin qu'on pût l'accuser de vol. C'est, en effet, ce qui
arriva. Le supérieur, à qui dénoncé, chargea l'économe
il fut
de le faire punir. Celui-ci l'emprisonna, le fit battre avec des
nerfs de bœuf, puis le remit entre les mains du gouverneur
de la province. Soumis alors à d'affreux supplices, il refusait
d'avouer un crime qu'il n'avait pas commis et souriait au mi-
lieu des souffrances. Voyant qu'il n'en pouvait tirer aucun
aveu, gouverneur en^'oya demander au monastère ce qu'il
le

devait faire de son prisonnier. Il lui fut répondu « Qu'il soit :

mis à mort, puisque la loi punit ainsi les voleurs. » Ordre fut
donc donné de décapiter le pauvre frère. Sur ces entrefaites, le
moine qui avait caché les vases sacrés fut pris de remords et
vint avouer sa faute au supérieur. Le gouverneur, immédiate-
ment prévenu, remit le prisonnier en liberté. Revenu au monas-
tère, celui-ci vit tous les moines se jeter à ses pieds et lui de-
mander pardon; mais lui les remerciait de ce qu'ils lui avaient
procuré l'occasion de souffrir, et de mériter ainsi son entrée dans
le royaume des cieux. Trois jours après, on le trouva mort dans

sa cellule. Son corps fut alors porté dans le sanctuaire qui fut
fermé à clef. Neuf jours plus tard lorsque des funérailles solen-
,

nelles allaient lui être faites, on ouvrit le sanctuaire; mais on


n'y vit que ses habits et ses sandales son corps avait disparu.
:
VIE ET RECITS DE L ABBK DANIEL. XXIII

Si un lies que nous reproduisons pouvait être consi-


textes
déré comme provenant d'un abbé Daniel autre que le notre,
c'est évidemment celui-là. Par la nature et l'allure du récit
qu'il contient, par divers détails, par l'absence de toute allu-
sion à Daniel lui-même, il se distingue beaucoup des autres.
Il faut ajouter que je ne l'ai trouvé que dans un seul manus-

crit grec. Enfm, parmi les versions, il n'y a que l'arabe qui le
donne. Je n'ai pas cru toutefois devoir le laisser de côté, car
iln'est pas sans présenter quelque intérêt et il est inédit, si
je ne me trompe. Enfin, s'il est difficile de prouver qu'il doive
être attribué à l'abbé Daniel qui vivait au vi° siècle, il serait
téméraire d'affirmer qu'il doi\'e être attribué de préférence à
un de ses liomonyines.

Ici se termine la série des récits qui ont été recueillis de la

bouche de l'abbé Daniel par ses disciples. S'ils sont insuffisants


pour reconstituer sa biographie à proprement parler, ils nous
permettent cependant de faire revivre devant nos yeux sa figure
si originale et si intéressante. Nous pouvons, en effet, nous

faire une idé(^ assez nette de l'existence que menait le vieil


ascète. Il vivait entouré de quelques disciples dont l'un d'eux,
particulièrement attaché à sa personne, parait nous avoir con-
servé les récits qui nous sont parvenus. L'autorité qu'il exerçait
sur les moines de la région de Scété était grande, mais n'allait
pas jusqu'à pouvoir exiger d'eux une soumission absolue. Il
était leur modèle, leur conseiller, mais non leur chef, dans toute
la force du tenue. Son innuence s'étendait à une grande distance,
du reste, ce qui s'explique par ce fait un peu étrange que, tout
anachorète qu'il était, très souvent il sortait de son désert et
allait visiter d'autres centres monastiques, plus ou moins éloi-

•gnés. Il était très connu à Alexandrie, où il se rendait fréquem-


ment, semble-t-il. Nous avons vu que, pour se délivrer de cer-
tains scrupules de conscience, il n'hésitait pas à se mettre en
route pour Rome, Byzance, Éphèse, etc.
Il ne nous est pas présenté comme un thaumaturge aussi ;

cette absence de merveilleux dans les récits qui le concernent


n'est-elle pas une des moindres preuves de leur authenticité. Ce
qui le caractérise particulièrement, c'est le don qu'il avait reçu
de pouvoir lire au fond des âmes et de découvrir dans des per-
XXIV VIK ET liECITS DE L ABBE DANIEL.

sonnages d'une granile humilité une sainteté qui jusque-là avait


passé inaperçue.
Mais, s'il est assez facile de nous représenter le vénérable
liégoumène se livrant à de dures mortifications, soignant des
infirmes, dirigeant ses disciples, et semant au loin dans ses
courses les exemples édifiants et les bons conseils, il est un côté
de sa vie religieuse sur lequel il semble impossible de porter un
jugement absolument sûr. L'abbé Daniel fut-il hérétique? Fut-
il monophysite?!! est un fait certain, c'est que la plupart des

moines de l'Egypte, au vi" siècle, professaient la doctrine d'Eu-


tychès. 11 est certain également que cette hérésie était partagée
par le patriarche Timothée, qui occupa le siège d'Alexandrie
pendant la jeunesse de Daniel, et auquel celui-ci allait soumettre
ses cas de conscience (1). Ce qui est plus grave, c'est que les
versions copte et éthiopienne contiennent une description de la
persécution que Daniel aurait eu à supporter sous l'empereur
Justinien, pour avoir refusé de souscrire aux décrets du con-
cile de Chalcédoine. A cette description on peut opposer le si-
lence du texte grec original et des versions syriaque et arabe,
qui ne font pas la moindre allusion aux doctrines hétérodoxes
de Daniel. D'un autre côté, peut-ou croire véritable la scène
violente au cours de laquelle Daniel aurait arraché des mains
des soldats de l'empereur le « tomos » du pape Léon et l'aurait
lacéré en vociférant contre l'impiété de ce pape, en jetant l'ana-
thème sur l'odieux concile de Chalcédoine (•2)? Ce que nous sa-
vons de la perfection que le vieil abbé avait atteinte est en con-
tradiction avec un pareil emportement. De plus, les versions
copte et arabe avancent une chose qui paraît étrange, lorsqu'elles
nous disent que Daniel, après avoir été grandement maltraité
par les siddats chargés de le faire souscrire aux décrets du con-
cile de Chalcédoine, quitta la région de Scété et alla fonder en
Egypte, au village de Tamliok, un petit monastère, où il serait
resté jusqu'à la mort de Justinien. Rappelons-nous qu'Anastasie

(1) Il est vrai que si Daniel alla consulter, au sujet d'un cas diflicile, le pa-
triarche monophysite d'Alexandrie, nous voyons se rendre ininiédiatemenl
le

après auprès du pape dans le même but. Jlais de cela on ne peut pi-éjuger ce
qu'il fera plus tard, car à cette époque la scission entre les orthodo.xes et les
dissidents était lieaucoup moins profonde qu'elle le deviendra avec le temps.
(2) Voy. la traduction du texte copte par M. Guidi, p. 5G1 et suiv. et Pereira,
}'i(1a ilo ahbn Daniel, p. 5ô et suiv.
VIE ET RECITS DE L ABBE DANIEL. XXV

la Patrice a vécu à quelque distance de la cellule occupée par


Daniel durant vingt-huit années, à partir de la mort de l'impé-
ratrice Theodora, c'est-à-dire depuis 348 jusqu'à 576, et que,
pendant tout ce temps, elle fut constamment sous la direction
du vieil ascète, d'où il suit que celui-ci, puisque Justiniea est
mort en 565, n'a résidé en dehors du désert de Scété ni pendant
les dix-sept années qui ont précédé cette mort ni pendant les
onze années qui l'ont suivie.
En outre, il n'est pas inutile de faire remarquer que cette
Anastasie dirigée dans sa vie religieuse par Daniel, au moment
même où celui-ci aurait manifesté si ardemment des croyances
hérétiques, est inscrite au calendrier de l'Église grecque,
comme le sont, du reste, divers autres saints personnages qui
furent également guidés par lui sur la voie de la perfection.
Comment s'expliquiT qu'un arbre mauvais ait produit de si bons
fruits et que les disciples aient mérité d'être placés au nombre
des saints, alors que le maître était excommunié comme héré-
tique? Tout cela bien examiné, on peut se demander si les pas-
sages des versions copte et éthiopienne qui ont trait aux doc-
trines liérétiques de Daniel n'ont pas été imaginés et ajoutés
après coup parles monophysites d'Egypte, désireux de rattacher
à leur secte un si saint personnage. Il n'est pas douteux, comme
nous l'avons déjà dit, que, pendant toute la durée du règne de
Justinien, le patriarcat d'Alexandrie n'ait été profondément
troublé par la lutte des partisans et des adversaires du mono-
physisme; mais peut-être ne suffit-il pas de connaître ce que
seuls les Coptes et les Éthiopiens nous ont dit des opinions de
Daniel, pour le ranger décidément dans le parti des Coptes dis-
sidents plutôt que dans celui des Mel/dtes orthodoxes.
Bien entendu, je n'ai pas la prétention de trancher la ques-
tion. On peut croire, d'ailleurs, que l'Église grecque a eu des
doutes sur l'orthodoxie de Daniel, puisque, si elle fait mémoire
de quelques-uns de ses disciples, elle ne l'a pas inscrit lui-
même dans son calendrier. Quant à l'Église latine, elle l'a offi-
ciellement rejeté comme hérétique. En effet, non seulement
Daniel n'est pas mentionné dans son martyrologe, mais encore
son nom a été effacé du missel copte imprimé à Rome par la
Propagande en 1735. Il m'est impossible de dire si cette ra-
diation a eu uniquement pour cause le passage du manuscrit
XXVI VIE I;T RECITS DE I, ABBE IIANIEL.

copte (le la Bibliothèque Vaticane, où l'hétérodoxie de Daniel


est affirmée.

Les récits relatifs à l'abbé Daniel existent en grec, en syria-


que, en arabe, en copte et en éthiopien. Le texte grec est l'ori-

ginal. Ces différentes versions se divisent en deux groupes bien


distincts. Dans l'un d'eux qui comprend les versions grecque,
syriaque et arabe, on constate que les deux dernières dépendent
directement de la première. Tout ce qui est dans l'arabe et le

syriaque se trouve dans le grec, mais la collection des récits


grecs est plus considérable que celle des récits syriaques et
arabes. D'un autre côté, dans ce premier groupe, ainsi qu'il a
été dit plus haut, les récits sont souvent isolés lesuns des autres
et même, lorsqu'ils sont réunis sous un titre commun, ils ne

sont pas étroitement liés l'un à l'autre; ils semblent donc avoir
été considérés comme des histoires distinctes d'Eulogius,
d'Anastasie, etc., et non comme la biographie de Daniel.
Le deu.xième groupe, formé des versions copte et éthiopienne,
ne comprend pas tous les récits qui appartiennent au premier,
mais, en revanche, il en contient plusieurs que celui-ci ignore.
Que les parties communes aux deux groupes aient la même
origine, cela paraît évident, car de nombreuses phrases sont
identiques dans l'un et dans l'autre (1). Mais il est non moins
évident que les auteurs des versions copte et éthiopienne ont
puisé à des sources que l'auteur de la version grecque ignorait
ou a volontairement négligées. C'est ainsi qu'il est inutile de
chercher dans le grec l'histoire de la pécheresse donnée dans la
version éthiopienne seule, ni l'histoire du voleur converti, de la
persécution supportée par Daniel et de sa mort à Tambok, qui
se trouvent dans l'éthiopien et dans le copte. En dehors de ces
additions, un autre trait commun aux deux versions éthiopienne
et copte est que tous les récits qu'elles contiennent sont intime-
ment soudés l'un à l'autre, de façon à présenter une biographie
de Daniel , laquelle se lisait le jour de sa fête.

(1) On constate cependant de notables différences. Voy., par exemple, les pre-

mières lignes de l'histoire de Thoraaïs donnée par la version éthiopienne (Pe-


iiEiRA, ]'ida ih abha Daniel, p. 46).
VIE ET RECITS DE L ABBE DANIEL. XXVII

Je n'ai pas à entrer dans de plus grands détails au sujet des


versions syriaque, arabe, copte et éthiopienne, puisqu'elles ont
été étudiées par les savants qui se sont chargés de les publier (1).

Je ne veux que dire quelques mots de la version grecque.


On peut me reprocher de n'avoir pas donné un texte critique
de cette version. Je réponds d'avance à cela que je ne crois pas
qu'il soit possible de traiter les textes hagiographiques de la
nature de ceux qui font l'objet de cette publication, comme les
textes des ouvrages classiques, des livres signés de noms con-
nus. Lorsqu'un copiste reproduisait les tragédies de Sophocle
ou les homélies de saint Jean Chrysostome, il tenait naturelle-
ment à ce que sa copie fût aussi fidèle que possible. S'il se
permettait d'y apporter quelques modifications, c'tMait tou-
jours dans le but de corriger des fautes, ou ce qu'il croyait
être des fautes, commises par les copistes précédents. Il faisait
à sa façon une édition critique du texte qu'il reproduisait.
Il n'en allait pas de même avec les textes hagiographiques.
Anonymes, les récits qu'ils contenaient avaient pour but uni-
quement d'édifier et n'étaient pas considérés comme la proprii'té
littéraire de ceux qui les avaient rédigés. Aussi l'important,
quand on non pas tant de les conserver inté-
les recopiait, était
gralement dans leur forme primitive, que de les rendre aussi
profitables que possible aux lecteurs. Pour cela on ne se faisait
pas faute de les retoucher, d'en retrancher ceci, d'y ajouter
cela, sans compter que maint copiste, amateur de la pureté et
de l'élégance du style, ne se gênait pas pour refaire le travail
des copistes précédents, en remplaçant nombre de mots par des
synonymes et la plupart des tournures de phrases par des
tournures différentes, de sorte que c'étaitune édition revue,
corrigée et remaniée qu'il donnait d'un texte déjà remanié et

(I) La version iHliiopienne a été remarquablemont publiée, traduite et com-


mentée dans le volume intitulé :Vida do abba Daniel do Mosteiro de Scele. Var-
sâo clhiojiica publicada por Lazarus Goldschmidt e F. SI. Estcves l'ereira
S. S. G. L. Lisboa, Imprensa Xacional; 1897; in-8", .\.\i-.ô8 p. —
Si sur quelques
points je suis d'un avis qui diffère de celui de M. Pereira, cela tient unique-
ment, ce me semble, à ce que ce savant auteur n'a pas eu sous les yeux les ver-
sions grecque, arabe, etc. des textes relatifs à l'abbé Daniel.
Voj'. notre édition de la 17e de l'abbc Daniel qui contient, outre la version
grecque, les versions syriaque et copte. La version ai'abe qui, pour des raisons
indéi)endantes de notre volonté, n'a pu y être insérée, sera sans doute publiée
plus tard par l'un de nos collaborateurs.
XWIIl VIE ET RECITS DE E AURE DANIEL.

corrigé antérieurement (1). Comment sous ces changements


multiples retrouver est plus que probable
le texte primitif? Il

que une dizaine d'hellénistes entreprenaient, simultanément


si

et sans communiquer entre eux, de reconstituer la forme ori-


ginale des récits concernant l'abbé Daniel, ils nous donne-
raient dix textes critiques différents. Du reste, pour ce qui est
des récits en question, si l'on devait essayer d'en établir le texte
critique, il faudrait préalablement avoir coUationné tous les ma-
nuscrits qui les contiennent. Or, si j'ai eu sous les yeux huit
de ces manuscrits, y en a douze que je n'ai pu Aoir, et il est
il

certain qu'il en existe d'autres encore qui me sont inconnus (2).


Par conséquent, l'eussé-je voulu, il m'eût été impossible de
donner des récits de l'abbé Daniel un de ces textes qu'il est
convenu d'appeler définitifs. Je crois pourtant que, telle qu'elle
est, la publication que j'en ai faite sera une contribution utile à

l'hagiographie grecque.
Léon Cll:gnet.

ORDRE DES TEXTES


CONTENANT LA VIE ET LES RÉCITS DE L'ABBÉ DANIEL

GREC
Bibliothèque Nationale.

Ms. da siipplfiiicnt tjrec "241 l\' siècle).

Eulogius lo Carrier f"' 277''- -^Si •

.I/.v. du fonds r/rec 1598 (fin du x* siècle).

L'Orfèvre Androniciis et .son épouse Athanasie f" 247'-252{3)

(1) Afin qu'on se rende plus facilement compte des divergences qui existent
entre les divei-scs recensions des textes hagiographiques, j'ai reproduit en
entier les Vies d'.\nastasie et d'Andronicus d'après deux manuscrits. Que l'on
compare surtout les deux Vies d'.A.ndronicus et l'on constatera que, si elles sont
identiques quant au fond, elles diffèrent d'un bout à l'autre quant à la forme.

(2) 11 est très probable qu'on en trouvei'a d'autres dans les nombreux manus-
crits de la Bibliothèque Nationale qui contiennent des Apophtegmes et des Vies
des Pères.
(3) C'est d'après un manuscrit contenant un texte identique à celui-ci qu'a
été faite la traduction latine de l'histoire d'Andronicus et d'Athanasie publiée
par Surius [De vilis sanclonim ah Aknjsio IJpnmano e/jiscoj/o \'e)'onse, viro doc-
VIE ET RECITS DE L ABBE DANIEL. XXIX

Ms. (lu fonds Coislin 232 (xi° siècle).

1'"
1. Le Moine surpris par les démons dans un si'puliTC iCi-SGi'
1'°'
2. Marc leFou 2t;2'-2f>4
1""
3. Le saint Mendianl 2G1-2G5
4. La chaste Thomaïs f" 2C5-2WJ
5. Le Jloine tenté !" 200-2(j()>'

6. Anastasie la Patrice f' 206''-2()8'

7. L'Oi-fèvre Andronicus et son épouse Athanasie I"' 268''-273

8. La Religieuse qui simulait l'ivresse 1" 273-275'


9. Eulogius le Carrier f™ 275'-281

Ms. du fonds Cuisiin 282 (xr siècle).

1. Marc le Fou 1" Ui5'-166'


2. Comment l'abbi' Daniel expia un meurtre qu'il avait commis, f- ltil3''-l(17^

3. Le saint .Mendiant f'" 1C7'-168


4. La Religieuse qui simulait l'ivrosse f" 168-169
5. L'Orfèvre Andronicus et son épouse Athanasie t°' 169-171'
6. La chaste Thomaïs f"' 171'-172
7. Le Moine tenté f» 172
8. Anastasie la Patrice f°' 172-173
9. Eulogius le Carrier f" 173-170

.)/s. (/(( funds Coislin 283 (.\i" siècle).

1. Le Moine surpris par les démons dans un sépulcre f'" 163-163'


2. Anastasie la Patrice f' 163'-165
3. Marc le Fou ("' 16ô'-160'
4. Le saint Mendiant 1'°'
167-167'
1'"
5. La chaste Thomaïs 167'-168'
6. Le Moine tenté f" 169
7. La Religieuse qui simulait l'ivresse f" 169-171'
" 171'-177
8. Eulogius le Carrier. f
9. L'Orfèvre Andronicus ot son épouse Athanasie f" 291'.295

tissimo olim conscriplis, nunc primmn a F. Laurcnliu Surio Carthusiano emen-


datis et auc(is; Venetiis, 1581; 6 vol. in-fol. Voy. vol. 1, i'°'.310'-3II, à la date du

27 février). Il est évident, ainsi que je l'ai déjà fait remarquer, que le traducteur,
confondant l'abbé Daniel avec un de ses homonymes et pensant qu'il avait dû
vivre sous Théodose le Grand, a cru bien faire en ajoutant en tête de sa traduc-
tion les mots que j'indique en italiques « /;; diebus Theodosii Magni impe-
:

raloris erat in magna urbe .\ntiochia juvenis quidam argentarius nomine An-
dronicus... " Ces mots n'existent dans aucun manuscrit. Quant au titre qu'il a
donné au récit (Vita sanctorum Andronici et ejus conjugis Athanasiœ, authore
Simeone Melaphnisle], c'est lui encore qui a imaginé de le compléter par les
mots d'après lesquels Syméon le Métaphraste serait l'auteur de l'histoire en
question. Il n'y a absolument rien dans les manuscrits qui ait pu l'autoriser à
le faire. C'est grâce à cette fausse indication que cette traduction latine de la Vie

d'Andronicus et d'Athanasie a été reproduite dans la Palrologie grecque de


Migne parmi les œuvres du Métaphraste (vol. CXV, col. 1049-1054). Pour ce qui
est de la mention : grxce non exslat in mss. Paris., que l'éditeur de la Palro-
logie a ajoutée au titre de cette Vie, son inexactitude est pi'ouvée par les textes
grecs que je publie.
XXX VIE ET RECITS DE L ABBE DANIEL.

.l/.v. du fonds r/vec 914 (xii^ siècle).

1. Eulogius le Cairier f"- 183'-188


-
i. Anastasie la l'atrice f ias-190
3. La cliaste Thomaïs f" 1»)-191
4. Le Moine tenté f" 191
û. Comment l'abbé Daniel expia le meurtre qu'il avait commis... I'"' 191-192

Ms. du fonds grec 1605 (xn" siècle).

1 Le Moine faussement accusé de \ol f-' lt>l''-207

2. Eulogius le Carrier f" 267-272'


3. Anastasie la Patrice f°' 272''-575

Ms. du fonds Coisliii 378 (XV siècle).

Eulogius le Carrier f"' 143^-148'

Ms. du fonds ijri'c 947 (seconde moitié du xvi' siècle):

L'Orfèvre .\ndronicus et son épouse Athanasie f»' 292''-295

Bibliothèque Royale de Berlin.

Ms. 1624 (In fonds dit •> Codices Philippic! • (xivi' siècle).

1. Marc le Fou i<" 99-100


2. Le saint Mendiant f" lOÔ-lOl
3. La chaste Thomaïs f- 101-102
4. Anastasie la Patrice f" lit2-104

5. L'Orfèvre Andronicus et son épouse Athanasie f" H i4-108


(). La Religieuse qui simidait l'ivresse f»' 108-1 10

7. Eulogius le Carrier f" 1 10-1 14'

Bibliothèque Laurentienne de Florence

Ms. 3 de la \° rangée (xu= siècle).

Neov 7iapao£:<Tio'j toO xupoù Aavty)). ToO — xrjTttÔTo'j i'^^ 141-142'


risfii Toù àëêà Aïvii^) f<" 142'-144
riEpt Toû |j.axap;ou EùXoYiou toO AaTojioy f"" 144-149
Toû aÙTOÙ àêëâ AaviT|X itôp'i t^; îtaTpixîaç Tijç (j.£-aa-/r,|j.aTio6e{<jYiç e'i;

z\tvo\iyov f"^ 149-151

Bibliothèques des monastères du Mont-Athos [à l'exception des monastères


de Lavra et de Vatopédi et de la skite de S. -André;: (i).
Ms. 4.528.4115 (xiv» siècle).

I. — e' " Ilepl TOÛ ônio-j itaTço; -fiiAÛv Aavir]). to'j Ixr.TtwTOU. » — t' " Toy aÙTOv
ôdîou Aavir]>. toû ly.r,TiÛTO'j Ilepi tt;? iiaipixia; 'AvadTasiaç Tijc |i£T0V0(iaa9£t(rT,;

'AvaTTaaîûu. »

.l/.v. 3765.331 (xvi« siècle).

!S. " Bîo; EùXo^tou toû J.aTtôfiou. "

Ms. 2541.208 (xvii<^ siècle).

10. Toû [laxapiuTitoy 'EçpaiiJL toû lOpou Aôyo; eîç tôv êiov toû ôcrio-j Ttarpô; T||xwv

*.\v6povîxou xa't xii; (yu[jfcéiou aÙTOÛ 'AQavacrîa; »

(1) Catalogue of the Creek Manuscripts on Mount Athos. by S. P. Lambros,


Cambridge, University Press, 1895-1900; 2 vol. in-1".
AIR ET RI'X'ITS DE L ABBK DANIEL. XXX[

Ms. ijGiiO.ns (xvii° siècle).

[2. " Bio; xai 7to).iTeîa toû oaîou 'AvSpovîxou xac Trjç ouiiêio-j «ùtoù. »

l 1. MviQ|j.ïi TÎiç oaîa; [XïiTpô; :?i[i.tijv 'Ava^tadca; ttï; Tratpixia^.

.lA. ;i791.»6u (.\vii« siècle).

14. « iiiftY1<^'i itivu lijéXtuo; Ttspi 'AvanTanii; t^; itaTpixîa;. -

:25. " tlEpi 'Avopovixou ipYupoTtpàrou. •

.)/.«. 180.0.735 (XVII" sit'cli'l.

4. Bio; xai noXsTEÎa toû ôoîou 'AvSpovîxou xai 'A6(xvac7ta; Trjç ou|j.êîou aÙToO.

Ms. 485(x7,-i6 (.\vii« siècle).

1. — 3'. Bioç xai ito),iTt£a toO ôdiou 'AvSpovîxou xai 'ASavaaiaç r/j; sujieiou aÙTOû.

il/s. 6320.813 (xvii= siècle).

10. « Ilspi TOÛ àpyupoTtpâTou 'AvSpovixo'j xai Trj; •yuvaixo; aÙTOû 'AÔavaoia;. »

Ms. 1003.138 (xviM" siècle).

« 'AxoXouôta Trjç à'{iaz èvôô^ou xai xaXAtvtxou |i.âpTtjpû; 0ti)[xaLOo;. -

.1/s. 19(H'i.i42 (\ix° siècle).

5. « ToO àéêà Aaviv)). toû Ixr|T£w; pio;. ••

SYRIAQUE
Bibliothèque Nationale.

Ms. du funds syriai/ue S'A (xiii<= siècle).

1. La Religieuse qui simulait la folio i"- 3.39-342


2. Anastasie la Patrice f°» 342-344'

Ms. du fonds si/riai/ue 235 (xiii" siècle).

Histoire d'Aiiilronicus et d'Athanasie sa femme 1'"'


204'-209'

British Museum.
Ms. syriaque. Add. 14.535 (commencement du i.x" siècle).

Histoire d'Andronicus et d'Athanasie sa femme f"' 47-4IS

-1/s. syriiiijue, Add. 14.G-19 (ix<= siècle).

1. Histoire d'Andronicus et d'Athanasie sa femme f" 90-99'


2. La Religieuse qui simulait la folie et Anastasie la Patrice f" 99'-102''

J\/s. si/riai/ue, .Add. 12.172 (x° siècle).

Histoire d'Andronicus et d'Athanasie sa femme f°" 4S'-53'

.1/s. syriar/ue, .Add. 12.174 (lin du xir- siècle).

Histoire d'.Vndronicus et d'Athanasie, sa femme f°> 179'-182


\.\XI1 VIE ET RECITS DE L ABliE DANIEL.

ARABE
Bibliothèque Nationale.

Ms. (la fonds arabe 27f'i (xi' siècle).

I. Récit d'aliba Zoulas (Le moine faussement accusé de vol) (•' 153'-lô8
i. Histoire du marchand d'argent et de sa femme (Andronicus et
Athanasie) f" 1G'.)-173

'A. Sur la simulation du silence (La Religieuse qui simulait la


folie) f" 173-175
I. Histoire du tailleur de pierres (Eulogius) f" 175-179

Ms. du fonds arabe 250 : Syiiaxaire de l'Église copte (xvi« siècle).

Anastasie la Patrice f°' 123''-124

COPTE
Bibliothèque Vaticaae.

Ms. du fonds copte G2 (x" siècle) (1).

Vie d'abba Daniel et des saints avec lesquels il a été en relation


(Marc le Fou; Eulogius le Carrier; le Voleur qui se convertit;
Opposition faite par Daniel aux décisions du Concile de Clial-
cédoine: Mort de Daniel au monastère de TambolO f" 38-55'

ÉTHIOPIEN
Bibliothèque Royale de Berlin.

.17s. orient., fol. 117 (Kin du xiv ou commencement du xv« siècle.)

Histoire d'abba Daniel et des saints qu'il a connus (Anastasie la

Patrice;Marc le Fou; Eulogius le Carrier: La chaste Thomaïs;


Le Moine tenté; La Religieuse qui simulait la folie; Le Voleur
qui se convertit; La Pécheresse i)énitente; Opposition faite
par Daniel aux décrets du Concile de Chalcédoine; Mort de
Daniel) f" 26-64

Bibliothèque Nationale

Ms. du fonds éthiopien 12G : Sijna.jcaire éthiopien (xMir siècle).

Mort d'abba Daniel, du couvent de Saint-Macaire de Scété, • qui


a enterré Anastasie la Patrice ••
f» 99
Mort d'Anastasie la Patrice f" IIÎU

Mémoire d'Andronicus et de sa femme Athanasie f" 181

(1) Il existe à Rome, au Musée Borgia, une copie de ce ms. de la niaiu de Ra-
phaël Tuki (seconde moitié du \\m' siècle).
VIE ET RÉCITS

DE I;ABBÉ DANIEL LE SCÉTIOTE


(VI'' SIÈCLE)

TEXTE GREC
PUBLIÉ PAR

M. LÉON CLUGNET

1.

LE MOINE SURPRIS PAR DES DÉMONS


DANS UN SÉPULCRE
(Bibliothèque Nationale : ins. du fonJs Coislin 283 (xi= siècle), f"' IGS-IGS'.)

* Ty. •/.aTz Tfjv àÇêav Ay.vi-fl)^ (1).


f. 163

AiTiy/i'ijaTo ô àê€àç Aavf/i'X ô C/Cvitiwtv)? ôti àos'Xtpùç -jvots £v At-


yjTCTO) fJizyojv itepieTCZTSi sv ci^û, xal sG-spac aÔTOV y.a.Txka.êwc-nç

EiGYi'XSev £tç [;.v/i[A£Tov y.Qi[A-/iO'^vai 8i7. tô ij/Oyoç, xal Twapep^ojAsvwv

^aiuLo'vcdv leyei 6 iiç irpiç tov â'xspov BTiEreiç ttoîcv Gxpaoç ïyn ô

aovxyo; ojto; ô'ti sîç tÔ [Av/îy.sîov xotpiaTxt ; àe-jTE c.avupLsv aù-


To'v. Kal àrs/.ptÔ/', ô «Xho^- Ti OéXop-ev '
aiivai aÙTciv; oùtoç ' -/[[J-e-

Tepo; èçTiv ttoiwv tsc OsV/i'aaTa vîiacôv, Tpwywv x.al nivcov xai xaxa-

Xa7.faiv /.ai tt,; ij'jvaçswç àf/.e'Xûv [^.àXVjV àv*6' oO s^^pywfAsv '


sî; *
f |g3,

' Cod. 6£).(i)(J.ev. — - Cod. tcûto;. — ^ Cod. èÇapyoCuEv.

(1) Celte ligne, cela va de soi, forme le titre non pas seulement ilu paragraphe
suivant, mais de tout l'ensemble des textes relatifs à l'abbé Daniel, ([ui sont con-
tenus dans le manuscrit.
1
2 VIK KT lilCriTS UK L Alii!!': liA.MKl..

Variantes :

(Bibliothèque Nationale : ms. du fonds Coislin 232 (xi° siècle), f"' 262-262'.)

Page 1. ligne 1, Om. Ta... Aavi/]),. — P. 2. 1. 1. Oni. â;.

2.

ANASTASIE LA PATRICE
A.
(Bibliothèque Nationale : iiis. du fonds Coislin 283 (xi« siècle), f»» 163»-165.)

f. lusT * Bio; -/Ml T;o}aT£ia 'AvaaTacîscç tt.ç DaTpixtac.

EùvoOjç^o; Tiç è'jj.svEv sî; r/;v èrjwTépav £07i[^.'jV Tr,; S)Cv;'t£io;' £'-}(£v

fïè tô xelXiov (bç àTCO [AiTiiiov '


osxa Ô'/.tco t'àç aÙTÎiç Sx.yÎT£wç. "A— aç 5

oùv T-fl; éê^ojAarîoç xapÉ^aHav tw àSêà Aavir,! vuy.T&; [/.vi^evoç vooG-

To; et ^i.Ti tÎ y^ '^'j2 [y.aOT,Toû aÙTOÙ y.ai [j.ôvou. llaprlyyeUEv Bï 6 ye.

pwv TCO [j.xfiviTri a'jToù ïvy. y£i/.i!^y;


''
xÉpai/.ov ûàaTo; tû aÙTÛ £!j-

vo'jyw aira^ t-âç êêoo[J.7.iîo; /.al -iHih «ùtw xxl /.pouaiv y.ai àvaywp£Îv
/.ai pivi ôv.i'Xew * p.£T'aÙTOÙ" àW Èàv £upvi; rjmp/xy.w , f/jcl, ye- 10

ypajjLf/.Évov sttI t'^ç Ôûpaç toO UTTTi'Xaio'j , (pépsiv aÙTÔ. OÛTto; oùv ItcoÛi

6 axÔ'OTïiç. 'Ev ^.ia oùv tcôv •fijj.epwv £Ùpîc/'.£t ocTpaxov y£ypy.L/.i;.évov

oÙTio;- <t>£p£ Ta £pya)v£ta xal fÎEÙpo [j.ovoç, où [/.TiV àXT^à /.ai 6

/.hù.(f6q. Ky.'. vMor^Wic, ô ye'pcov éV.^auasv xlau6[/.àv [7-c'yav " vcai êÏTTEV 15

'AjiaT-a ty, ÈacoTspa Èp-rljy.w! xoîov ctùXov È^atp-îi (7T|ij.£pov ! Rai lÉyei tû
t;.a(Jy,TY) aÛToù- BzcTa Taùxa Ta cv.v'yt\ ,
x.ai xywfAev (pOàctofiev tov

ye'povTa, \i:h~uiz aT£pr,Oà)y.£v tcôv EÙywv aÙToù* irpo; Rùptov yap ÛTrâyei.
Kai /.XxÛGavTs; à[ji.<pdT£oot acriTvOov /.ai à-r'kHow ilç to cir'/i'Xatov,

/.ai eûpî<7/.oui7iv aÙTOv TrupsTÙ cjveydjy.svov ' •


/.al piUTEi éauTov ô 20

yspcùV £Îç Toù; irdàa; aÙTOÙ, jcai i'/.na'jGs 'Xeytov Ma/.zpto; £i OTt
* f. lui Tv;; ûpa; Taù *Tr,î cppovTti^wv y.aT£<ppo'vv;Ga; pairilciaç ÈTriyctou. Kal
Xéyei ô £Ùvoù}ç^oî" Ma/.xpio; £Î , vs'e Aêpaàj/., oti tto'wjç /.apiroùç

0£y£T:t'. ô (deoç Tjaoà tcjv y£ip<iv toùtojv. Rai 7.£y£i ô ysptov

' Cod. 6X-^,J/co|j.ev. — - Cod. OX^^Sovxa;. — ^ Corf, (ivj/iuv. — * Corf. YsiAriÎEc. —


'•
Cod. w|j.i)eiv. — ''
Cod. (ieva. — '
Cod. ouveyriWevov.
VIK.ET RKCITS DE l'aBBÉ DANIEL. 3

"Citvicov /;u.tv £iJY"/{v. Ajyei o eùvoùyo?" 'Evco '/^oholv i'/in TtolT^ôiv

S'jyàiv £v Tr, woa Ta'JTYi. K.al Is'ysi 6 ys'pcjv Eî xpoEla-jJ-êavov eyw,

ciyov rcapa/.a'XEcai ce. Rat àva/,a9i(jai; '


o eùvouyo; àico toS vli

Ôt'o'j TreaiXaijLézvs', tvjv y.scpalr.v tou yÉpovTo; /cal x.aTsçi'Xsi lÉycr

^ O 0eo; (J ci^r.y/fTa; [X£ èv tw to'-w toutm a'jTo; itkr.fMGii [/.ETa

ToO y^'pou; COD Ù; [xexa 'A^paay.. Kai laêcov ô yspwv tov [/.aO/j-

Tviv aÛToO EoptJ/sv aÙTOv £iri tx yovotxa " aÙTOÛ Ae'ycov EùVJy^cov
x.xl TO TcV.vQv ij.ou toOto. Rat -/.aTafpiVfloa; aÙTov £i7C£V O ©soç
Ô Ttapii7Tapi,£vrj; pji £v t7] topot TauT'/i toO y(iif7,Ga.i [j.£ £/. toO cû-
"^ aaTo; to'jto'j, ô eÙÎù; iro'ca pri[AaTa â'êaXEv £tç to xeXliov touto
fîtà TO ovopia' (jO'j aÙTOç «vaTraucov to irvE'jaa Toiv TraTÉpaiv toù
'
àdEXçoù TO'JTOu etc' aÙTÔv (ôç àv£iïa'ji7a; to jTVS'jjy.a 'Hlto'j £1t'

'E^icoaià, y.al x.),r,9'/f(jcTai to ovo[7.a Tôjv TraTÉpiov toO àrîs'XcpoOi

TO'jTûu £tc' y.LiTOV y.at l£y£t tw yépovTi" Aià tov R'jpiov [/.-fl aTiocJû-

15 C£T£ '
p.e à cpopw , à'X'X' w; sîfAi oÛTWç [y.£ XEi/.^j/aTS irpo; R'jpiov,

•/.al [/.r, rj.afjv) yXK^jc tÎ; t:ot£ tk 7:epl èp.où ei p.vi ûiy-er; y.ai. [Ao'vof

/ixl >.£y£i Tiô yÉpovTf Adç [j.oi /.oivcovîav y.ai £fW)C£v aÙTçJ. Rai
/.oiviuv/ica; l£y£f Eù'^acôa irspl £[;.o'j, '/.al avaeTievj/a; irpo; àvaTo-
Tiàç y.al eî; Ta ^E^ià, £'>.a;xi]/£v to irpo'cco'TTOv aÙTOÙ * ùzèp tov *
f. ie4»
2U •/)>,iov'', x.al 7:oict eiî to CTOf^a a'JToij (jTaupov y.al 'XayEi' Et; jiî-
pz; ^oj ô 0£o; TvapaTtÔ/iU.i" to TTveù[Aa jxou' y.at oÛTco; — apÉdco-
X,£V TViV I^UyVl'v.

'
Rat âV.Xauijav à[xaiÔT£pof ôp'j^avT£; ' oà £[/.7:poc9cv to'j (mrYi'Xatou

•/.al àTîOiîucy-ptsvo; ô yÉpuv T-Éysi tù [/.aOTiT^?, aÙTOu* Ev^ucov aÙTOV


25 ÈTiavw wv (popEt. 'Eipopet ^è x.£vtov/iv -/.al ©a'j/.tcîtov àirô lîtëûvou ".
'"
'Ev^ôwv Sï a'jTov ô àf^E^/^o; TvpoTE/Et /.al [iXs'TCEt ÔTt Ta ê'j'Cta aù-

toO yuvat/.ô; '/icav ôj; etïI 5ûo «puXXcov ^•opàiv îcat où/. èlaV/iCEv.

Rai Ôa'(j;avTE; a'jTov y.at TTOfo'cavTE; sCiy^v >.£yEi ô yE'pwv RaTaXu-


I7C0IXEV T-r.i/.Epov /.al TîOf/îcojpLEv àyaiT/iV ETravu toS yE'povTO;" "/lat

30 pacT^icavTe; Tr,v «jEtpàv -Àivsy/.av /.a't -riT^Oov ' '


Eu^aptcToCivTE; tû
0CÛ.
'OiÎeoovtojv 5e aÙTôJv -/.aTà T-flV o^ov lE'ysi ô [;.aO-/iT'/i; Toi yEoovTf
Ot^a;, iraTEp, oti yjv/; ry ô eùvoùyo^ è-/.eîvo;; Ta &/(ta yàp aù-

• Corf. àvaxaG^aaç. — - C'od. yw^^t*- — '' Cod. èiti. — * Corf. aTcoSûdETai. —


'•
Cod. -r,).!. — ^ Corf. TtafiaxWeiiii. — '
Corf. ùpûfavTt;. — ^ Cod. anOmo-j. — ' Cod.
i.êni-j. — 1" Cad. p.;;».. — Il
Cod. diOov.
4 VIE ET RECITS DE L ABBE DANIEL.

T-flç Eiàov'. Rai Isyst ô ys'piov 0é)^etl; "


èçviy/fffOf/.ai aoi tz rjpl aO-r?,;;

'O èà >t£y£i" Kal 6£"Xw. Asysi 6 yéptov Aût-/) 7:aTpiz.ia toO ira'XaTÎO'j

Yiv, y.al ô JiactTkE'j; 'louTTiviavôç ttccvu -/iyaTCa aÙTViV xal vi^e'Xev 'Xa-

ésîv aÙT/iV stç TO TvaTvariov 8iy. xr.v TToX.V/iV cJVcCiv aÙTriç. A'jtv; oè
' ©eo^cipa AùyoucTvj, 0£Oiîfc)pa £Ç(6pic£v ^ aÙTY;v 5
£jj.vi'vi(jev ttj -/.al vî

£v 'A'X£Çavop£ia. Rat «û'tvi y.Ti(^£i to /.oivcioiov to [/.Éya £Î.; toj/.tttov

'AX£Çav^p£Îa; to £7:i7,£yo'y,£vov ttï; TloLTçiy.ia.ç. Rai oTe éV.TiCEV ' to

a'jTo xoivo'êiov, vi'/.o'jGEV ô PaffiTiEÙ; 'lo'jcTivtavoç 7t£p'i aÙT-^;, y.al 'nc,-

•1.165 ^aTO Ti[Aàv aÙTr.v ^là Tviv tîo'XIviv cjveitiv aÙT-^ç. Autt, ^è * È'ç'jyev

vj/CTCiç aTO ATiE^av^psiaç xal r,>.0£v ivTaùOa à'yywTz [ao'j, xal i:ap£- 10

xa)veff£v [ji£ ^oOvai aÙT-fl to xeWîov, xal àv£0£To [aoi iràvTa Ta OTa
vixo'j'jaç. "H5vi oùv £ixoi7i xal ôxtw ê'tvi crîjjiepov ijti £v Tvi SxviTr, , xal

oùSei; é'yvo) Ta Tr£pl aÙTr,; £t jj.r, £yfo, n'j xal aX'Xo; £iç ylpuv p.ova-
^
j^Qi;. "Ot£ yàp à7:vipj(0(y.viv £t; tottov irap'/iyyE'X'Xov aÙTÛ îva y£[^-ti^"ij

X£pa[;.iov uJaTo; xal ti9-ij aÙTÎô xal àvaytop-îj'. OùoeI; oï ztjM^iy t(; 15

£(TTtv et [/.•/) cù [Aovoç. noTOiii; jj.ayi(ïTptavo'j; à7:£'cT£t7k£v 6 [iaat'Xeùç

àva(^r,Twv a'jT'/iv, où rj.ovov àà ô ^oi.n'ks.iiç ôûCkà xal ô àpyteTuîdxoTCOç

xal -Saa nyirih^i -fi A'X£Ea'vop£ia! xal oùofit; £i7Ttv ô [xadcov £co; T-flç

r;rî(j.£pov Y.izipaç èv iroico to'ttw èctiv. "'Io£ o'Jv ot £v [itx.ciXil.'ji; xôj;

àywvt"(ovTai xal auVTptêouTt tx cûaaTa aÙTôiv xaTa toO (5ia€oAO'j, 20

•fl[j,£t'ç rtè £v Ttjj xôc[j.(o [X-/-,0£ apTO'j £ijTCùpoijVT£ç yopTacOTiVat xat s.iç

tÔ [j.ovayixov* £>.6ovT£ç C7raTa);(o[A£v xal [;.tav àp£Tr,v XT/iCacÔai où

5uva[/.£9a' EU^wjAsOa" oùv xal Yi[;.et'; ottwç Rupio; à^Kofîr, '" 'ôjAaç toù
aÙTOÙ opôp.ou, xal [AETa tiov âytwv TraTÉpcov vî[/,iïiv eûpeîv £>.£o; èv

Èxetvv) Tvi ri[Jt£pa, xal [J-itx toù àêêâ AvafiTacîou toù £Ùvoùyou, 'Ava- 25

GTaci'a yàp èT-EyeTO, eùjç^at'i; xal ^pECTêstat^ tt,^ AecTTOtvr,!; Yif/.oiv ©so.-

TOXO'j xal TixvTtdv Tcôv âyi'wv OTt aÙTw TTO£TV£i o'^a , Ttj/.Y) xal

TTpO'Txùvvici;, Tw IlaTpl xal tw Ttw xal tû 'Ayico nv£Ùjy.aTt, vùv

xal àel xal etç Toù; aîùjva; Ttov atwvwv. A[jl-/,v.

' Cori. ï6ov. — = Corf. BAri;. — ^ Co(/. È|j.r|VU(jev. — ' Cod. èÇôprioev. — •'
Cod.
ËxTïifTEV. — ''
Cod. Y£|J.£Ç£i. — ^ C0(/. àvaywpeî. •
— ^ fO(/. (lova/rixov. — '
C0(/.
EÙ$(5(ji£9a. — 1" Corf. à$i(o(T£'.
VIE ET RECIT^; DE L ABBE DANIEL. O

B.

(Bibliothèque Nationale : ms. du l'onils grec 914 (xii' siècle), (•>' 188-189'.)

*T'jii a'jToiï àêêà ^xyvrfk Trspi Tr,? '


Oarpixta; • f. 188

Tviç [AeTovofAairOtiV/i;' eùvouyoo.

Eùvouyoç Ttç sj^-£V£v etç t/,v £pr,aov ttiV svooxepav tyîç Sxyi'tso);'

eEysv ^j TO /.slTviov aÙTOiî àTuô «ïÈxa xal 6/.t(o [ai'Xiwv tyjç Sy.vÎTewç.

5 "Atck^ O'jv Tviç dê^ou.y.^Oi; Tuapéêa'X'Xsv tû àêêà AaviriTv vu/.toç [avi-

^evôç yivcicy.ovToç sî 'j:h to'j [xaOvîToiji aÙToij '/.ri [xo'vou. napïi'yyei'Xev

^£ Tw y.aâïîT'^ a'jTOÙ 6 ys'pwv l'va y^y-^C'^l


^ Kepapiiov ^ ûf^axo; -trù

aÙTw eùvo'jyu ara^ tvÎ!; eei^oiy.aoo.; , y.al àuotpépwv /.al ti'Ocov " to

/.£oz[/.i.ov irpôç T/jv 6'jpav s;(o , -/.poOs [/.o'vov /.xi à—oywpei, p.r.ôàv

10 o(y.!,*'Xri'(r/i;''', aVAa jy.ovov £7:i'j/.£1Ttou , /.al ei'tvotj £'jp'/)ç ' oVTpa/.ov ' f. 188'

è'yyi'jTa toô TXviXaîou ysypatxjAsvov , cpÉpe aÙTO [j.E-ïk cjo'j. 'Ev [jm

O'jv Tcov -/ijAEacov £'jpw)C£t ô [j-aS'/iT-flc aÙTO'j ocTpaxov ETCiyEypaiAjxevov

4>£ps Ta epya^vsTa " /.al àsûpo. Rai àvayvoij; ô yc'pojv toO ÔGTpzxoii

T7;v £— typacpr.v £/.'Xauo£v x.'XauOiy.ôv [AÎyav ' , /cal >.£y£i TCpoç tov «.a-

15 OviTTi'v Oltj.v. Tri £'7toT£pa"' £pï{[j(.(d ! TCOîoç ffTÙlo; Èçaçsîrj T-/) [/,£pov !

Kal "kiyii Tw (J.aÔviT-^ a'jToO' BzcTatJOv TaoTa Ta ck£ij-/i /.al oe-jpo

iwAo6%H p.01." oùal (zyo)[/.£v covtoi/wç ôivo).; cpâaTtoy-êv tÔv yÉpovTa, [j.ïf-

TTOTE CTsp'/iOwaev TÔiv £'jywv aÙTOÙ' Tvpô; TOV Rîjpiov yàp ôoEijet.

Rai 'Xa'XTiTavTsç cl àacpoT£poi aTCVilÔov , xat EÛpic/.o'jaiv aÙTov ' '


ru-
20 perw cuvsyo^uLEvov, /.al pî-T£i Éx'jtov ô yéptov eÎç to CTr,6o; aÙTOù

/.al £/.'Xau'7£v TToHà -/.al £it:£V Ma/irpio; ei ÔTi r/;v ûpav tx'jt/.v

(pGOVTvCf^v /.aT£Cppovr,aac fiaatXeir; êxiyeioo /.ai


— zvtwv àv6p('jT:iov.

Rai XÉyei aÙTw ô ejvoOyoç' Ma/.zpio; si 'T'j, vée 'AêpaàjA /.al ^evo-

^ôye XpiOTO'j, ÔTi irduou; xapreoù^ i^ÉyeTai ô Qeoç oià TôJv "^eipôJv

25 ijOu to'jtcov. Rai ^s'yet aÙTw ô ya'piov rtoivicov /i[/.'rv sùy'/iv, Traxep.

Aeyêi aÙTÔ) ô eùvooyo;- 'Eyw [/.aAlov ypeiav i'yo) xoXT^iov EÙywv Êv

TauTV) Tvi (upa. ÀÉyei a'jTw ô y£pojv Ei TipoelzaSavov àyw eî; v/iv

ôipav Ta'jTYiv siyov Traoa/.aXÉaai. Rai avry.a6ii7a^ stuI toO ({(laÔi'ou ô

' Cod. Tïj. — - Cod. (iETovoiiasOrioïi!. — ^ cod. ysrîe'- — ' C'orf. x£pâ(ieiov. —
^ Corf. Ti'9ov. — ' Cod. ôniXtiriiî. — ' Corf. evptc. — * Cod. epyaXia. — ''
Corf.

(iï'Y*- — '" Corf. ÈTOTÉpa. — " Corf. aùtw.


6 VIE ET RÉCITS DE L'aIîBÉ DAMEL.

EÙvoCyoç, TTEpiTvai^.êavs'. t/jv y.i'^oû:?y ToCi yépovTo; x.ai y.aTscptlat

lÉywv 'O 0co; oi^vTj'vi''^*; [J-i sv -rw tcItvco toOtw, aÙTOç —Ir.pûcei
jj(.£Tà Toù yv'po'jç co'j (ôç jj.eTz 'AêpazjA. Rai Xaowv ri '-içioi'/ tov

[/.aGviTr.v a'jTO'j sppii]/£v aÙTOV sî; Ta yôvKTa toî iù'^r/jfvj \i-^(iyi- Eù-
>.o'yT,<J''JV TO TEXVov i;.o'j , TraTtp. Ky.l -/.aTaçiV/fTa; aÙTOV lÉysi" 'O 5

f. 189 0=0; fj TTapsuTTiJCU); '


1^.0'. T-/i fcjpz* TX'JT-ij TOÙ y<j>pr,nx\. iy. toù 'T/'.v;-

vtôp.aTo'ç jj.ou , ô eîiîà); Tudca P'/)[j.aTa é'êy.'XEv si; to /.£)v7>iov toOto ô


à^E^oèç O'jTOç ^19: to ovoj/.â cou to i'yiov, aÙTo; àvzTraucov to ttveu-

tj.a. TMV iraTEptov kùtoO Itt' aÙTOv, wç ocveTCaOdaTO to TrvjujAa Hlio'j

È7T " 'E>.ic(;aiè , /.al jcV/iOvfoETXi to ovojax tGv iraTEpiov aÙTOÛ Ir' io

a'jTfo. Rxl "kéfii TÔJ yÉpovTi ô eùvo'jyo;' Aiz tov R'jp'.ov [A-/; ctTvoo'J-

(7£TÉ [A£ a cpopôi, à'Xl' (b; eJfjLt ouTco; [Z£ T:£'[i.i};xTe 7:poç R'jpiov, -/.ai

pÀ [AaÔr, k'X'Xo; ti.; tÔc repl Èaoù £l 'j:h ûp.EÎ'; [i.ovot. Rai XÉyEi tû
yÉpovTi* Ao; [aoi -/.oivuvflTai. Rai y.oivwv/fça; ^ Ievs'/ Acûté [aoi tyjv

èv XpiTTcô àyiir/-|V y.al rjcacOe ûicsp £[/.oO. Rai àvaf>.£Tr£i eîç tk; 15

àvaTolàç xal et; Ta o£^iz x.al )i£y£i* Ra^to; vi7^6zT£, ayo)[jLev, xal

ÈyévSTO TO ivpocojTïov aÙTO'j co; TCÙp, /.al -our £Ï; to Trpo'cwrov aû-

Toî GTaupov la'ywv Et; yetpa; cou, ô 0£oç, TrapaÔrîcojj-at to tîvsO-

[Az [AO'j' -/.al o'JTu; Tcaps'ow/.EV Tr.v 'iuyviv aÛTOu tw Rupiw.


Rai jtlaucavTe; ot àj^.fpo'TSpoi oipu^av k'y-pocOev toO cirri'Xaiotj , 20

/.al à7:orîu5a[/,£vo; ô y£'p(ov a èçopsi 'kiyn tû> aaÔviT'?) aÛTOû" Evou-


cov ÈTravio wv ooo£t. 'Eoopft '
oà oac/.t^iv ctê'jvov ' ectoOcv /.al

/.£VTdvïlV. 'Evâ'JWV ^è aÙTOV ô à^£A(po; 7Tp0C£/£t /.ai |i'X£'-£t ÔTt ol

u-acOol aÙTO'j yuvat/,ôç sîclv xal to; srl (pû\>.wv ^uo Çv)pwv xal oùx

ÈTiâXxcev. Rai OxAavTs; «ùtôv /.al iroivj'ffavTs; lùyry 'Xéysi ô ye'pwv 25

Tw a7.8y;T7i auToù" RaTaWcwij-ev Tr,v vvicTElav c'/i'aEpov, /.ai lïotT,-

ca)[jt.£v i'rkr.ry ir:mtM toù yipovTo;. Rai xotvuvvfcavTS; rjpov" â'yovTa

aÙTOv 6>.tyou; -a^aa/.(^a; xal jîpsxTx' xal TTOf/fcavTe; rhii-Kr^-^ eTTzva)

aÙToù /.al pacTacavTs; t7;v 5£tpàv viv Exa[;.v£v àTTYi'XOov suj^apt-

CTOÙVTïÇ TOV 0£OV £V TO) A.ÙCKUù ÉaUTWV. 3O



f. 189" 'O^êuo'vTwv Se aÙTÛv '
xaTa Tr,v ôiîov Xv-a ô [/.aÔYirÀ? Tw ys-
'
povTi" Ot^xr, 7:aTcp, OTt ô eùvoOyo; ixeîvo; yuvÀ riv; èvoûwv

yàp aÙTOv Toù; [Aao6o'jç aÙToO eiàov, xal yuvat/.o? •^cav wç o'j>>'Xa

' Cof/. TtapsffTKixo'î. — - Cod. siti. — "'


Cod. xoivMvîsa;. — ' Co(/. êiépi. — ''
Cod.
(jtêtvov. — ^ Corf. r/jpov. — " Cod. ÈvS'jov.
VIE ET RECITS DE I, ABRE DAMEL. 7

[7.s;j.xa7.[Aij.£va '
. Aeysi aÙTÎo ô yspcov Oiôa, xe'xvov , oiày. o-i 'njY'r\

•ÀiV. Oelei; oùv £^yiyvi'i70(/.x{ goi Ta Tvepl kùt'/îç" î^où a/.oocov.

AuTY) :7pwr/i Tcarpi^iia -^v to'j Tua'XaTÎou toO [iy.Gikéioç 'lou^TTivia-

voiji' y.xl ô JjaTO.sù^ •/ÎQ£),t,ç£V Xaêeîv aCiT'/]v èv tw TralaTiu 8ik


5 TVjv TioXkr,''/ C'Jveciv aÙTYiç. MavOzvst oùv y) ©eoowpa xai àYavay-TeT"
xar' aÙTvïç xat êêoû'XsTO È^opt'cai ' aùviîv. rvwijTOv 8k aÙT-/i yévovsv
— £pl TO'jTCi'j' /.al [AKïÔoÙTai Tr'Xotov z.7.1 vux.tÔç sp.êaX)^oa5vvi '
xivà

TôJv aÙT-flç TrpxY[y.7.Ttov xal ipuy^ jç^p^icap-év/i /.aTaT^aaS^vEt Ty)v 'AXs-

^av^oEiav, y.al xaToiy.£Î ilç to Tref/.TTTOv 'AXeçavrîpeiaç. ''


'Ev oL;

10 -/cxl (juvECTvÎGaTo" i-A-sX [y.ovaiîTvfpwv xal layeTai é'wç Tvi; GVi'w.epov

Tviç IlaTpi'/Cia^. Rai ij.zxk tq àxoÔaveîv T7]v ©îo^ûpav tc/Aiv jxavOxvsi

OTt Po'As^jerai ô flacrilEÙ; ï/.sxacTei'XafiÔai aù-rviv, /.al -r^aT^iv osuyst

vu/,tÔ; àxQ "A'Xe^avofsta.;, xal rX^iv èvrauSa [j.dv/i /.al raos/.a'Xsijev

[;.e ^oOvai aÔTÀ /.£).lîov â'Çu t'^ç S/.yitsu^ , /.al àvéÔcTcI [^.oi iravra
'5 /.arà Ietïtov tz toS 7:p3cy[J.aTo;. Kal â'^wjta aùr^ to Gxvi"XaiQv

toOto, /.al [A£T7i[7,cpt.a(7aT0 £t; àv^pt/.ov ij^-fljy.a. 'I^où oùv (;-/{[X£pQV

£Ï/.0(jt ôjCTfa) è'tt) £'x.e'' sv t-^ S/.viV/i" /.al o'joeI; à'yvio aùxTiv si pô
cù îcal à^TiO? Et^ ào£)^<pàç /.al èyco 6 y£pojv qti ectiv £VTaù9a. ITo-
(70UÇ oOv [xaywTpiavo'j; £-£a(|/£v ô BaTtlEÙ; 'lo'jOTivtavo; âva"(-/iT(Lv

20 aÙTYiv, où [Aovov ô£ a'jTO; , ikXkx /.al ô xaivaç AT^E^avi^petaç! /.al

'
oùàslç £[/.a()£V * Èv 7701(0 TOIÏW EGTIV Ëco; T/iç 5-(i[/,£pQV TlfiÉpaÇ. "If^E

oùv iro'1701 pafjtlwoj; àvaTpacpÉVTE; àywvti^ovTai /.axà toî ^laêdXou


Jtal cuvTpi'êo'jfji TO lîùjAa aÙTÛv. Eù^w[;.E()a oùv otvoj; ô Rùpioç /.al

•fliyit; à^twG'ij ' ° toù aÙTOÙ opo'j^.ou Toy£Î'v /.al i;.£Tà loO àêÇà 'Ava-
2.-> cTacîou TOÙ EÙvoùy^o'j CTaGïivat, 'AvaçTa^la yàp ÈTiEyETo, £U;^ai; /.al

TCpEffÇEÎai; T-^; Aegtcoiv/,; -iÎjawv T7Ï.; 0£OTo'/.ou /.al zE'.TuapOévO'j Ma-


fia; /.al TravTwv twv âyi'wv /.al toù àSÇà Aav'/À)^ £tcI toù cpo^Epou
p-fl'piaToç TOÙ Rupîoo -fiiJM-j 'I-oGoS XpiffToù" OTi aÙTÔi irpETOi ào'^a

eÎç toÙ; aîûva; twv altovcov. 'Aj/TiV.

' Cof/. (iî|jiapa|j.Eva. — - Corf. à-cavaxTr,. — '


Cod. èÇopridai. — ' Cod. ÈfiSaW.u-
(lévïi. — 'Un mot a été effacé avant èv. — ' Cod. auvsdtîaaTo. — Coil. ë/T]. —
8 Cod. add. tw. — " Cod. eïSr). — '" Cod. àÇnidei.
VIE ET RÉCITS DE L ABBE HANIEL.

(Texte (lu Synaxaire, donné dans les Menées imprimées {!), A la date du 10 mars.)

T-fl aÙT-Ti viij.épa, f;.vrj[///i Tvi; ÔGÎa; Mvirpi;

7l[/.ô)V 'Ava(rTa<7ta; tt,; naxpix.txç.

'Ev Ty.î; vî[/.£oaiç loucnviavoj toO paTt'Xéwç ,


yÉyovê tiç yuvô

£v fôj Buî^avTWA TO'jvoaa 'AvacTacia, eù'Xaêo'jjy.EVYi tov ©s'jv, £^

E'jyEVwv xai ir'Xo jirt'wv yovécov. Aurv), TCKTpiy.ia oOçx toù pa^Ti.'XÉ'wç 5

TTOcuTV), TÔv TO'j ©eo'j cpoêov Iv ÉaUTTO È'yo'jcx, è-o'pcU£TO y.-xTa Ta;
evToTiac aÙTOu. Etye 8ï cpuct/.r|V EÙcraOsiav y.al tîoWvViv Trpao'TVjTa,

coiîTE Tziy-7.; ÈTiiTspTCaçOai eîç Taç àpsxàç aÙTr,; , àT^lJc ^rr,'/ y.al

aÙT&v tcjv paatAÉy.. Rai iizn^-h ài\ ô tûv (^i^avîiov CTUopeùç y.a>^QV

£Ï(i)0£ (pf)ov£Î'v )cai ^taêz>i\£iv, /.al [xv) TuyyupErv àva-aû£c9ai. , £Ç/9o- 10

v/i'Ov) y.al au TV) Trapà Tvi; pacO-iaor,;" Rai yvoGca tov çBo'vov -apâ
Tivo;, r, ovtcù; -£Tti)XVW[j.£Vv; y.aTZ 0£ov, Kjii T7poç £a'jT-/fv" 'Ava-
aTv.nioL, E'j/.aipou Û7roOÉ(7£(i)ç y£Vop!,£VYiç, cti'),QU(7a cwCov T-JiV CEa'JT-^Ç

(j^uy/)v, /tal T/jV Pa(7t>ii(7<7av âTry.VAaEE'.ç toO àWyou oÔdvo'j, y.al

céOLUTli xpo^£v/i'(7£iç T/iv O'jpKViov paii'X£iav. Rai tô; TaÙTa irpoç éau- 15

Tviv £?0'j'X£'jf7aT0, [^.iGOwTafjiÉvvi Tjloiov, y.al C'jvz^aça £x tojj tïXou-

Tou aÛT'?,; (J.Epo; Ti , tz AO'.TCa -jravTX xaTalnroCsa, Tr,v 'A>,£^àv-

5p£i.av 5caTe)iaê£' y.al y.TÎczGa èv tw Deja'tttw (to-w oGtw y.a'Xoujy.Evo»)

(ji.ova(jT-/ipiov , £^ucpatV£ 6£l'jU!; [j.itou;, i/.il(!i •A.%^iC'j[j.éTr,, vcal tG


0£cp àpô'irai (777Q'j5«!^ouijx* èv (o jcal p.Éypi tv;; cvIpiEpov ctoi^Erai 71 20

TauTTi; [Aov/], tÔ IlaTpiy.îy.ç ovo[/.a TVEpttpspouca.

Mets: 5a ^(^povov Tivà, •:Tape'X6ouG'/iç t/iÇ paci'Xwcr,; tov t-^^e piov,

àva[j.v/i(i6£l; paciTiSÙ; t-^ç 7:aTpi/tiaç, £(;£7r£iAi|/£ iravTayoO [A£Tà

-qa)^-?,; T-fiç ETCiTa'irsuj; àva^viTÙv aùr/fv. ToOto TCaXtv yvo'jca vî à[A-

và; Toù 0£oO, vijy.To; Èacaia to éauTT,.; [Aovacr^piov, àv^îvôev Êv tvï 25

GxeV/i TCpoç TOV àéoàv Aavi'/iX' xal — poçavaÔEÎTa tw jxa^tapiMTaTw


yÉpovTi Ta y.aT* aÙT-/;v, héè-jm^ aÙTViv àv^pwav CTolriV, y.al £y.zX£-

C£v aÙTVjv 'AvaoTaciov EÙvooyov y.al Ewayaywv aÙTTiv Év i777Yi'Xauo,

[ayÎxoOev ô'vTi TYJ; 'Xaupaç aCiToC, xaÔstpEsv aÙTViV, ^où; aùv x.al

(1) Par exemple dans l'édlllon parue à Venise en 1895.


VIK ET UITITS DE L ABBE DANIEL. 9

xavo'va, xal irpo'reTy.^s [x-zii^s xore s^spy^STOat toO xsWio'j, pr^Ts Tivà

eayscSai Ttpoc aUTr.v to Tiaparav TUTCwija? eva twv à5£>.cpGv aÙT-À

•/.oarCsiv «TCa^ Tïiç £ê(îo(Ar.ooç xspafAiov ûJaToç, xal TiOÉvai È'^m toS

(iTtviXaiO'j , x.al laii-éaveiv sù^viv xal ÛTCavajç^wpeîv.

5 'ExEÎçe o'Jv -iî à^ap.y.VTWo; aGxTi xaî, àvr^peta


4"^X'''
«Tî-pclÏTO.;

EXTsleaaaa yoo'vo'j; ÔXTÙ 77po; toi; sixoctv, è^puT^aTTExs tov xavôva


TO'j yéoovto; àTC«pzTp£TTT0V. rioio; oOv voO; v) y>icucCTa tûv eÙ.o-

I7W/.TM ypovcov Taç xaTà 0jov ipeTzç aÙTviç èvvoviast, vi ovtr^r^i'/.c-

^oLi., r, yp«<p"^ Trapaiîouvxi. rîuv/îdîTai, a; aÙTr, [;.ov/i xxO' éa'jTriV tù


'" 02W x.aÔ' IxacTViv Trpoaviye; tÔ ^zxp'jov, toÙ; TTEvayiy.oùç, toÙ;

6iîuou.où;, T'/iv àypu-vi'av, T'/iv eùj^viv, ttiv àvayvioaiv, t'/iv CTaGtv,

T'Piv yovu/.licîav , f^v v/iCTSiav; tcoo ttc'vtcov ôe /.al [/.ETa ttzvtwv,

Ta; T(Ûv ^aiiy.ovcov ijuj^-irloxà; -/.al ÈTCavaTTZ'îEt;, Ta; tï;; Gapxo;

/î'^ovà; x.al 7:ovy;;z; £v6'j[A-4i7Et; xal Ta toutuv àvTippoxa; To ^è


13 eivai a'jTr,v TtavTzivaijiv aTupoÏTOV , Tuzira; Ta; -Âjy.E'pa; TOffouTwv

EvtauTÔJv, y'jvaïxa cjyxV/iTtxïiv, xal ilç tz pa<îi)»£i« àsl èx luv/i-

Oiia; aExà TrVrifio'j; àvopùv te xal yuvaixôjv àvaGTp£(poaE'vviv , Èx-

'K'kiÎTm TîzvTa vo'jv xal otzvoiav. 'Ev to'jtoi; tczii xalw; àywvi-
GV.ij.ivr\, yÉyovE itx£'jo; toj Ayîou FFvEutxaTo;.
20 IlsoyvoCiiTa ^è t-/)v éauTri; Trpô; R'jpiov fj.sTa'âETiv, lypa(];êv

ô'iTTpaxov Tupo; tov yépovTa, Xlyo'jfïa- QaTEp tijj.ie , Ixës [y.eTa goO

e'v TTCO'jiî'/i TOV u^ojp xo[j.i'CovTz [-/.oi [J.a9vif/!v, xal Tz £7kiT-/if^£ia èpya-
Aïl'a TToo; Taocflv, xal t)Sï l'va xriOE'Jiri; Ava^Tziriov tov EÙvo'jyov.

TaÙTa (b; £ypai|;£V, ÉvaTUcOETO £;w t-^; O'jpa; to'j CTr/|Xaîou. 'O 'îè

23 yepcijv 5ià vuxTEpivîi; oTCTaala; [/.otiÔeI; TaÙTa, cp-/içl irpo; tÔv [AaOr,-

T-/iv Stte'jcov, àèil(fï, irpo; to (77r/|Xaiov, £v m ectiv ô à5£>.çô;

'AvacxaGto; 6 sùvoOyo;, xal irpouy^wv e^w t?,; O'jpa; toO Gx-/i)iatou,

E'Jsr^Tc'.ç ocTpaxov ycypai/.y.£vov toOto T-aSiov, cttîouoïi -oTiV/i ûtvo-

GTOE'l/ov irpô; vî;jà;. To'jto'j oè à— e'XOovto; xal àvEVEyxovTo; aÙTO,


30 àvayvoù; ô yEstov È^axpucE' xal TvaScov Èv (nro'jOTi tov àH s.'k'ûh'i xal
TZ MO; Tacp'/jv £-tTr[o£ia, sTCOpE'jd'/).

Rai àvoî^avTc; tô (77r'/iXatov, eOpov tov EÙvoSy^ov TTupETÛ cuvsj^d-

|;.£vov xal TtpoTTTETUv ETU l TO CT/iOo; aÙToiji y£pwv ïtCkoLuai TiÉywv


Maxa'îto; eI, y.r^ik'Jjil 'AvaçTZ7t£, OTi t-Â; upa; TaÙTYi; zeI cppov-

35 TiJ^iov, xaTEi/povr.Ta; PaailEiaç ETïtyEiO'j. E'j^ai oùv ÛTvÈp fl[;.wv irpôç

TOV R'jo'.ov. II i^£" 'Eyw [/.à),'Xov, OzTEp, (poTi, ypïiav syw tco>,-
10 VIK r.T RÉCITS DK L'AI'.BÉ DANIEL.

Tviôv eùj^ôiv sv Tn wpa Ta'jr/). Ral 'Xeyji ô ye'pwv F>t TrpoÉTiabov

iyoj, aiyov av Tuapax.als(jai tov ©sov. Kal avajtaQicacx stcI toù


i];ta9îrju, T-/1V x.£(pa'Xr,v to5 yspovTo; xxTeçîlr.ire 7irpoc£u;a[yivYi . Kal
>.aê(bv Ô yspcov tov [^.aOr.TriV aÛToO, â'ppi'ie Trapi; Toùç ncioaç au- 5

Tvi;, leytov. Eù^oy/idov t'Lv jy.aGviTviv [7,00, to tsjcvov go'j. 'H oà


EÎT7SV 'O 060; Twv 7:aTêpwv [XO'j, ô TrapsGTvix.w; [J.oi. èv T-^ ôipa

Ta'jTVi ToO yupîcai jj.z iv, toC cùpiaToç toutou, ô eî^w; Ta èv tw


<7X/i'Xaio TOÛTCo âiaê^-/{ji,aTz [xo'j, fîià to ovo[az co'j, /.y.i tt,v sj^/àv

àoOsveiav y.ai TaXaiiïiopîav ,


àvâirauffov to -vtup.y. Tuiv TtaTs'pojv àir lo

aÙTO'j, (ôç àv£7ra'Ji7aTO to 71V£0(j,3c 'Hliou £7:1 tov 'ElKjTais. Rat


ETTicTpaçjl; ô ixtwrfnc, xpo; tÔv yîpovTa léyEi' Atz tÔv K'jpiov,

7ïZT£p, jj-r, àTC00iji7/|T£ îc T:i^\£iè\-r\^a.i, y.at [;//i^£'iç yvw rà TCEpl ÈpLoO-

xal [/.£TaA7.€o'ji7a Ttuv Ôsitov M'jcTr.pitov , >v£y£r Aote j^ot rôv sv

XpWTÔ) Gçpayi'fîa, /.al Eu^aaOs ÛTTfp Èj^où. Kal àvaëls'jiaTa /.aTà 15

àvaToTiàç, rAa[A({/£, wcTCEp Tuupcov ^£^a[».£'v7i £v TW i7TCY,7.at<o Trpo

—pocMTTO'j «ÙT'^ç" y.al TToirlcasa to (5vi[i,£Tov toj ti[aiou CTaupoO, e'itte*

K'jpt£, £tç /ïîpx; cou —apaG-(i(J0[;.at to TrvEÙfj.z [;.ou" -/.al toùto £Î-

—oùaa, iTap£^(0/C£ to ivvEÙjxa.

'Opuyj-z.aToç fj£ y£vo[/.£vou sj^irpoirÔEV toù GTV/ilaîou , à7;oou<;z[Ji£vo; 20

ô yEpwv £cpdp£i t[7,y'Tiov, lÀ'i'a tù rxKOviTrr "Ev^utov tov ào£>.oov,


TEJCVOV, aVtoÔEV UV TTEpiêsêlviTai. 'Ev^UOVTO; 5è TOÙ à^f'XçOU T/iV

[Aa.xapiav , ÈcpavvTJav [xiv toutw oi Taur/i; [a«';OoI, w; çûAla /.aTS-


EvipafAsva, oùSèv 5j irspi toutou tù vspovTi Ècàç'/iTS.

Metk o£ to ÈTTapTwSr.vai tv;v /tvioeiav, /.aT£pyo[;.£vwv aÙTwv, 25

XÉyei ô [j,a9viT'/)ç" "Eyvwç, — zT£p, ôti ô EÙvouyoç yuv/; xv; 'O f^è

y£pwv àTTExpîvxTO' Oiiîa vtayto, TÉ-/tvov, àW-à 5tà to [a-à Èç/jy/iO-fl-

vai TCavTayoù, toutou )(^xpiv àv^pwav CTo'Xr.v i^i8unoitj.ry aÙTr,v, xal

'ÂvacTzciov vliwùyri'^ wvo'[j,aGa aÙTViV, àiic to àvûxoTTTOV itoXV/i yàp


C'o'tviiti; £y£V£TO Trapà toù paTiT^Éwç luepl TaÛTviç xaTa Trâcav jç^wpav, 30

xal [ji7.>,t(jTa £v TOiç [AspEGi TouToi;" àXl' Jâoù yâpiTi 0£oîj £ÇpuXzy9-/i

Trap 7Î[xwv' xal tote 'îiriy/faaTO ysptdv tw [JLaO'/iT?) >,£77Top,Epûç

TOV plOV XÙTTiç.


VIF. ET Ri'riTs nr: l'abbé daniei.. 11

Variantes
(Bibliothèque Nationale : ras. du fonds Coislin 282 (xi" siècle) coUationné
avec le ms. du fonds Coislin 283, f™ 172-173.)

Pa^e 2. ligne 3. Titre précédant le texte : KE<pi).aiov î'. — fi. 7tap£?a),XEv... Aa-
vir]X : itapsêaXXev amui â àëêà; AaviT)),. — 9. tiOsîv... çÉpEiv auto : Ti6eic t6 y.spdt-

[iiov xpoOîi xai ava/wpeï |iri o(ii).ôiv [/.et' aÙToO Ta auvoXov à),).' èàv Evipij ôaTpaxov
•ysYpajifiÉvov eî; t:^v 6upav toù ouïjXaÊou, evsyxYi aOrô iipô; aÙTOv. — 13. Om. où \ii\v.

— 14. YÉpuv ; Add. triv ÈmYpa9:riv. — 15. ÈEaçvj : lEïcpi-^at. — 16. pâoTa : pâuTai^s.

— 16. oxE-Jr] : ÈpYaXsta. — 19. éÇJjXOov... sitiiXaiov : à7tr)X6ov. — 21. el; toù; itôSa; :

Iv TM (TTiiSsi. — 21. Xsyuv : xa! eras. — 22. ÉTOYeiou : AdJ. xaî itàvTUv àvOpûnuv.
— 23. Et : Add. <j\i. — 23. 'Aëpaà[i : Add. xai EevoSô/e XpinTOÙ. — P. 3. I. 2.

Oni. Èyi). — 3. Om. us. — 3. 1"ia9iovi ; Add. oùnsp àvÉxsiTO. — 4. Trjv xEcpaXr)v...

xaTEsi),Ei : tov Y^'povTa xat xaTEçiXEi TTiv xEyaXrjv aÙToû. — 5. TtXyipiiff^.i... ffou :

:T0ir,(7£t [lExà toù yr^po^ trou. — 7. aÙTOù : toù eùvou/ou. — 8. Om. toùto. — 10. toù-

TO'j : (ioti. — 13. TOÙ... ToÙTO'j : «ùtoù. — 15. TiÉ(i'!iaT£ : ÉxitÉii.'J'OCTE. — 17. Om. xai
ËÔMxEv hOtû. — 18. :tEpi : ÙTtÉp. — 18. àvaêXÉ'}/a;... Ë).oi|i']/Ev : flXtitEi eî; àvaToXà;
/.en eî; Ta SE|ià xai Xeyei' Ka),w; t,),6e;' ôywijiev. Kai D.aii'JjEv. — 19. ÙTusp tôv iiXiov :

wç :tùp. — 20. eI; to TTÔpia : èv tw aTÔ[xaTi. — 21. 7taçaTt9y;ti.t : 7rapi6ïiffo[jLat. — 23.


opOÇavTE; : wpy^av. — 25. Stêûvou : Add. cpoivtxwv. — 26. [iui^ia : [laiOot. — 27. YjTav...

ÇyjptùV : Etfftv wCTTTEp ôùo 9Ù)>.a ^ï]pà ti.£fi.apa|j.[jLÉva. — 29. ye'povto; : Add. Kai xotvo)-

vi^ffavTEÇ EÛpov OÙTOV ËyovTa ôXiya; ^taEaiioèïî xai PpsxTi. Kai îtoirjiTavTE; àfixKf\-j

èitâvw aÙTOù. — 30. rjvEYxav... ï;),6ov : r.v Ëxa|j£v Ô7tri),6ov. — 22. Om. xaTà Tr,v o56v.
— 33. Ta [îuÇîa : toùç |ia<j6oic. — P. 4, 1. 1. YÉpwv : Add. Nat, vai , otoa, téxvov.
— 2. Om. 6 ôè... ô yifMV. — 3. itâvu riYaita : riyiicriaEV. — 5. Ifji^ivicrEV : È|X!v\jite.

— 8. Om. itEpt aÙTïi;. — 9. «Ottiv Add. : -/lYaita yàp aÙTïiv û; eïpviTat. — 10. Om.
ÈvtaC8a. — 11. Om. to. — 11. Om. Ta Sera rjxouaa;. — 12. 'H8ï| : 'lôoù. — 13. Ta...

aOiiis : aÙTT,v. — 14. xEoifitov : t6 xEpâ[jiiov. — 15. Om. KatTiBij... ava-^eoprj. — 15.

TÎç : TÔ Tcç. — 16. Om. ô pa(7t)£Ù;. — 17. ô fiaatXeùç : aÙTo;. — 17. àpytETriaxOîto; :

îtiitaî. — 18. i) 'A),E$âvSpEia : :?| icoXi; 'AXEÏavôpJÎaç. — 18. oùÔEi;... r|[J.Épa; : où-
Sêî; E'(ia8ev û; oiîiiEpov. — 19. oi Èv paniXeioi; : ol pa^jiXixu; àvaTpacpÉvTeç. — 24.

Om. TtaTc'pMv T||j.wv. — 25. àoêâ : Âtld. toù èv âYÎotç. — 26. Oeotôxo'j... 'A^iifi

cfii àYi'a; 0EOTÔXOU. 'A(ir,v.

(Bibliothèque Nationale ms. du fonds Coislin 232 (xi° siècle), coUationné


:

avec le ms. du fonds grec 914, f" 266'-268''.)

Page 5, ligne 1. Om. àëSâ AavtrjX. — 3. Om. ti;. — 3. IvôoTe'pav : ÈTtoTE'pav. —


10. àuoxtôpEi... ^fj-tX-ÔT'c; '.
àva/tôpEt \aiiï oXw; ôfjttXûv [jlet' aÙTOù. — 11. EYY^'îTa :

Add. Tvïç 6ùpec;. — 11. (i£Tà (toù. 'Ev |xia : (lETà com... Oùtm; oùv etioiei o tJia9ïiT/i;

éxetvoç. Mia.— Add. àXXà xai 13. — 15.


ÔEÙpo. : [iôvoç, 6 |ia6riTri; (toù. Oï|j.oi :

— 15.
'AêâXa. ttùXo; uoiov — BâoTajov
itoto; BàîTa. — 17. Om. : (itùXov. 11. ;

— 19. X«XyiaavT£; xXaù(7avTE;. —


ÔTCbi;. Iuve/ôijievov ercpoopw ouvEyopiEvov. —
: 20. :

25. Om. TOÙTMV. — 26. Om. — 28. IlapaxaXÉdat Add. ÛKÈp toù. — P. 6. [lâXXov. :

1. 3. Y^ÎP^î- —
Y'ipo'Jî — XÉYEt Add. aÙTû. — axrivw|xaT04
• ^- ''; ÈTCÎ. 5. : 6. :


iT<iiiaT0{. oûtuç. — àvatoXà;... oeÇià
8. àvaToXàî xaTà Ta
0-jTo; : 16. : Sslià.
— 16. — 17. syEveTo
-iiXOaTE —: tô Tcpôswitov
T|Xf)£TE. to : ËXaiJfj/EV. 17. si; : êîç

— 18.
TC0|jia. — 21. 'Evôuoov Add. aÙTov. — 22. St-
î:«pa9/)(ro|iai : itapaTi6ri[jn. :

ôuvov TcSÉvivov. — 23. : xïvTtiv.ov. — naaOoî Ta — 29. v.vn6'irri : 23. '/i : St'ta.
12 \IV. ET RKCITS DE i/aBBE HAMEL.

BauToiaavTs; : paoTdEavTE;. — 30. sv tw x£),),;(!) : e!; to xe),),:ov. — 31. Oin. xscTi Tr;v
oSov. — 33. TOÙÇ |j.oc56oOi; : io. (JiCta. — P. 7, 1. 3. XlaXoiTiov... ^,6é/.ï1(i£v : iia),aiîou,

xai Ô pa(jt).£Ù; 'louixiviavoc rjOî/.riisv. — 6. Om. xat' oOxri;. — 6. yéyo'tvi : èyÉ-


vETO. — 10. mfijispov : Add. TO. — 12. <I>eOY£' : l^iiyfi. — 13. èviaù'Ja : Add. ëyYiuTà
liou. — 16. si; : Add. to. — 16. 'ISoù : "Hor), — 18. y^pwv... tïÔsou; : yipiDv. "Ote yap
à;tyipZÔ}ir|V èv TÔnto Tivi Ttapriyy-''* tiT' aoEXcoj i'vot Y£|ii!;r) aùtî] to XEpajiiov toC 'jSaTo;.

OùÔEiç ÔE £(ia6e Ti; ËoTiv ei |j.r) où ijôe (iôvo;. Ilôaouç. — 19. àvaÇriTûv : eîç àvaij^ô-

TY)<jiv. — 20. 'A),E5av5p£idiç : Add. xa! Ttàoa y) TtôXiç. — 21. IfiaÔEv £v : oîSev t6
£V. — 23. aÙTwv : Add. *H[xeïç ôè £v t(3 xéfftiw ^evô^ievoi àpTou oùx •/lÙTtopoOixEv yop-
TaoOiîvai xai eî; to jiovaxixôv eXôovte; (jnaTa).w[i£v xal |icav àpETrjv xTyjaasOoci oO
5uvà[jL£6a. — 24. ttj;(£Ïv : Add. xac [iETà tûv àyîuv TïaTÉpwv y)iJ.'ji)v EupEtv £>.ïo; sv
ÈxEtvr) Tîj Ti[j.Épà. — 25. Om. ffTotOïjvat. — 28. Oni. ôtu. 'A(j.viv.

(Bibliothèque Nationale : nis. du fonds giec 1605 (xii- siècle), f"' 272''-275).

Les variantes données par ce manuscrit sont presque identiques à celles qui .se

trouvent dans le manuscrit du fonds Coisliii 232. En cou.séquence je crois inutile


de les reproduire.

3.

MARC LE FOU
(Bibliothèque Nationale ; ms. du fonds Coislin 283 (xF siècle), f" 165-166'').

f. 165

xviTSV Tw TOiouTto [./.x67)T-?( àfîê/.ipciç Qvoy.aTt Ssoyioç ô^-ivov ypovciv,


165"
1. .^_j^'j
£-/.oi[;,vî^-/l sv XptTTà). McTa ^à tï;v re'XsuT-r.v toù à^^sT-çw Seg-
yio'j eowy.ev o aboaç ZiaviTiA tw jj.aor.Trj a-jTO'j TrappviGiav Travu yap
vîyzTïa aÙTOv. 'Ev jj.te oùv tôiv ri[j.£pcov Aafxêavsi ô yapwv riv p.a- 5

ÔviTr.v a'jTO'j /.al â'pj^sTat èv 'AT^sEav^psla" â'9o; yzp scTiv tw -flyou-

jj.Evqj TTiÇ S/.-flTsio; àvifyec^xi T:pi; tov TTK-av T-îj [AeyaXvi éopx'ô.

Kal â'cpOxGîv £']; t/;v tco>,iv -£pl (opav Sz/A-ry, -/.'A wç TTSpiTcaxo'j-

civ £1^ TOV 'Jpo'fj.civ p'Xs-ouciv af^£A(pov yjavov Tspie^iocjjLÉvov x,a;x(j/a-

pix.ôv sttI tcôv Aowôv aÙTOÙ. 'TIv oè ô à^j'A^o; s'/.eivoç TrpodiroioujASVo; 10

éauTC/v ca^.civ, x.al ^icav i/.£tz aÙToO xal a)i)^oi «ra^oi. Kal WEpi-flyEv

à^£A<po; (ô; Gx^i^ xal i'Lrr/vj^.î'JOt;' , xal âpTvàCtov Ta Tr,ç àyopàç


xal -apÉywv Tor? a>.Xoi; gx'Koiç. Eiy£v 'îà xal ovoi/.a Mapxo; 6 toô

Itîtuou. Ar,[y.o'7tov hi ègtiv ô I— -0;. 'E/.£Î zy.oi.ijyi-^ 6 Mzpxo; ô ny^.hç,

xai èxaTÉXuev éxaTov <pi-Al£iç tTiÇ •Â[;.£oa^, xal £X£Î èxoipLaTo £Îç TJc 15

GxajAvia. 'Ex 0£ tcLv éxaTcv vouaituv vi^'ooa^Ev la'jTÛ àvvcivav ^£xa

. ' Cod. È$riXEU(i[iEvoc.


VIE ET RÉCITS DE L'AnBÉ DANIEL. •
13

vo'ju.''iov, xal Ta aXkoi. izx^ivj^vi to^ç à>v)iOiç caloîç. ïlxia. oï y; 7:0-

Xi: syvwsi'Cev Mz'p/.'jv '


tov v/j I— xo'j rîià t/jv ï'^r\'f{a»' aÙToO.

Aîyei ô ys'ptov tw [/.aftvir/i aÛToij" YTuxys l'àe iroO -/.«TaWEt ô caT^o;

èxsîvoç. 'O oè aTCeT-Owv vipwTYiijev x.al leyoïxjw aÙTÔi" Et; tov "Itcttov,

5 ffaXo; yap Igtiv. Merx ^à tw (Tovxa^acQai tw TCzxa 6 ys'piov Tvj a'X'Xvi

•/;u.ap3£ /.ax' ot/.avo[;.i7.v ©eoù sùasv Map/iov tov iraVjv £t; to ts Tpà- * f. 166

iruXov TO jJ.îy«5 "/-ai opatAcov ô ys'pwv sopà^aTO aÙToùi, y.at ripEaTO x.pz-

"(eiv >.£'yojv' "Avr^ps; 'Aleçav^per?, poviOsiTS" ô ^à caTvO; -/.aTETîai'^ev

ToO yc'povTo.;. S'JV/i'yOvicxv i5à ir'XriGo^ xolù '^ è-' aÙTou;' ô eîè y.a'Jr,-

10 T/iç eùXaëviOsi; àirà [;.a-/.po'Ô£V £(jTYiy.£v, /.ai


— zvts; êXeyov tû yspovTi'
'^

Mvi 'Koicys. {ié'piv ', caXoc yap èctiv. Aéyei aÙTO^ç ô ys'ptov* 'Tjasîç èuTê

axko',' <7r[j/.£sov yzp oùy S'jpov -/.vOowttov £v t-à TcrAet Ta'JTij v. <j.-}i to'j-

Tov. EçOaaav /.ai x,7//)pt/.ol txç iv.y,\r,rAy.ç yvcopi^ovTs; tov ys'povTa

/.al XÉvouctv aÙTÙ" Te ttote toi ÈTrotTiCJV ô (jaVJ; oOTo;;A£y5t aù-


tj toi; ô yépwv ApaTS [j.oi aÙTOv rpoç tov -aTcav" Kal i'XaÇov aÙTOv'

/.al Tvi'ysi ô yepwv tw -axa' SvifAepov èv t-/) 7:i\u Ta'JTTi Gneuoc tqiou-
^
Tov où/, ècTiv. 'O 5è ira-aç yvoù; OTi ôto toù 0£o3 è-V/jpoipopviÔv)

ô y£pù)v TC£pl aÙTO'j, piTTTEt ÉauTov £1; Toùç -o'c)a^ TO'j çaVj'j /,al rip-

^aTo £^op/.r(£iv aÙTOV oavEoàicat éauTOV aÙTOÎç Tiç £(7tIv.

20 'O i^È £>i6wv £Î; la'jTov wj/.o'Xo'y/ica 'XEywv, OTt [;,ovayo; •/îj^-viv /.al /.ax-

£/.upieô6T,v ÛTTO ToO ^at'ij.ovo; Tf,ç TuopvEiac âV/i ^£/.a7r£VT£. Kal i^Ocov

£tC éaUTOV A£VW Ma'o/.£, f^E/.aTTEVTE £Tr. £00'JX£'JCar TCO ÈyÔaàJ' 'Îeûoo

opLOia owKvjam tw XpicTw' /.al à::vi'XOov ilç to HÉfAUTOV, xal Iy.vI

£j/.£iva ô/.Tcb £T'/i, xal iz£Tà Ta 6/.T6J ett; Xs'yw ÉjxauTto* A£Opo eigeIOe
25 £15 TViv
—o'Xtv, /.al TCO'.rjTOv éauTov calov aX'Xa 6/.tw etyi" /.al i5où

CTifAepov TrV/ipoCvTat i^/yj Ta ô/.tco ÉVr, toO aaloù. Rai É'/.'Xaucav

Ô[/.O*0up!,a5ov 77aVT£?. » f. 166'

'Exoipiviôvi ^£ ô Map/.o; de, to è-Kj/.otcjI'ov [j-ETa toù yspovTOç. Kal


Ôt£ ri[/.£pa ÉyÉVETO lEyEi ô yÉpwv toj [/.aOviT-fl aÛToS* 'A^EAçè, <pw-
30 VT|I70V tJ.Ol TOV àêêôcV MapXOV '

, (OCTE TCOtviljai 'ÂIAÎV EÙ^VJV, TOÙ àTïeX-


Oeîv eÎç to /.eW.i'ov r,y.ôjv. Kal àiTEXOcov ô [;.a9-/iT/,; eûqev aÙTOv /.ot-

ir/iÔÉvTa Êv Kuplw , /.al ÈXâcov airyiyvEiXEV tô yÉpovTi ot', ô àÇÊàç


Ma'p/.o; ÈteIekoOv). 'O o£ yEpwv àivYi'yyEi'XEV tu TuaTva, /.al ô 7:a'7ra;

' Un w, ajouté au-dessus de l'o, indique qu'il faut lire Mipy.uv. — - Cod. c£r,-

/ti(n. — 3 (7o(/ Tto).Ov. — '^


Corf. CiëpTiv. — '•>
Cod. iiiaX. — ''
Cod. énXï]poçopi6»i. —
"
Cod. Mipy.wv.
11 VIE ET UÉC1T8 DE l'ADBÉ DANIEL.

Tvei. ô ye'ptdv TÔv [AaGviTviv a^JToO Èv tv] Sy.vÎTv; "kéyiov RpoOijaxe to

•/.poijC[/.a, /.al auvz^aTS Toù; iraTÉpa;, y-al eiTCare zÙTOtç' E7.6£T£ /.al

£Ùlov/i6v)T£ Tïapà TO'j yépovTo;. Kal àvéP'/i itàira "Â SîcvÎTr, acTupa cpo-

poOvTE; {/.êxà /.X/.5ct)V /.al patwv, ô|7.oîwç xal to "EvaTov /.al t« xe'X- 5

Xîa xal ot eï; to opo; Tvi; NviTpiaç, /.al rzcai al 7.aOpai at xarà
'Aî.e^av5peiav, ojcte to A£Î;}/avùv £7;l iTJVTa vîitépaiç [^.r, TX'pr.vy.i ,
/.al

àvayvtaffOriVai aÙToù; ay.upvtcai '


to >,£Îi|/avov toC [/.a/.apio'j Map/.o'j.

Kal Tràija vî -6'ki; jj.îxà. /.Xaotov x.al /.ripôiv /.al oaxpûwv tÀiV iro'Xtv

py.vTi"(ovT£ç £Ï£):o[;.ii;av " to ti'jaiov 7.£Î(j/avov toù [xa/caplou Ma'pz-ou 10

ToS (joCkou, ^o^àJ^ovT£; /.al aîvoCfvTe; TÔv (piT^avSpto-ov 0£ov tov 01-
lîdvTa ^
Tocx'JTViv ya'piv y.al 5o^av toî; àya-to(7iv aÙTOv, vOv /.al à£l

/.al £Î; Toù; aïôjvy.ç tùv aîwvwv. 'A[/.vi'v.

'
Co(/. (JiiupvTJiiai. — ''
Cod. lEextôjjiTiaav. — ' Cod. ôiSoOvTa.

Variantes

^Iiibliolhèque Nationale : ins. du fonds Coislin 232 (xr siècle), ("^ 2(i2'-2G4>.)

Paye 12. Titre précédant le récit : Bio; toù àê6à Aavi^), toù (jxï)TiajTou. — 1. oûto;. .

p.M-rizfi : ^Hv tiç y^P<^^ ^v tt] Sxyjtei à^/ô|xatl AaviriX, xal eTysv liaOïiTïjv. Iuvmxkts Se
tw ixaÔYiT^ aÙTOù. — 4. Om. -nàvu. — 6. ïpyfzai :
àvépx^'^'^'^ï- — 8. ëçOaçEv : içôairav.
— 8. icspî : (i); 7i£pi. — 11. Om. éauiov. — 15. çôXXeiç : voufiia. — 16. oixa : ôto-
Sexa. — P. 13, 1. 3. Aevîi : Add. Se. — 'J. iuvYJyBrioav : luvri/flr). — 11. Om. Y*P-
— 19. IÇopxiÇïiv : èvopxîÎEiv. — 20. Om. lÉytov. — 24. iiiocuTw : Èv lauTÛ. — 30.
Om. 1J.01. — P. 14, 1. 2. ÏXïiTij : Sx^tsi. — 4. IxTiTr) : -x/jTi;, — 9. Trjv ito^iv : Trjv

[j.âarjv.

(Bibliothèque Nationale : nis. du fonds Coislin 282 (xr siècle), f" 165 ''-166'.)

Page 12. Titre précédant le texte Ks^àXaia toù àëêS davirjX toù oxitimtou : r)
'. —
1. OÛToç... àosJ.^oç 'Hv ti; yépwv èv Trj SxÎTei 0v6|j.aTi AaviïjX, xai slye iji.ae»;Tr|V
: rT'jvio-

y.-0(T£ CE TW |iaf|r|i5) aOxoù àSeXçà;. — 3. Xpt(7TÛ : Kup'w. — 5. Jotnêivsi ; È).i[j.potvôv. —


6. Ip/exai : àvépy.ovTai. — 7. t^... éopT^: zr\ |j.EYi).ï) lêSojiiSi t-?,; éopTf,;. — 8. ë^ôaoEv :

ï^àoa;. — 8. Sexïtïiv : évSexÎTïiv. — 8. Om. xai. — 8. nepiTtaTouuiv : jtepijtocTouv.


— 11. ÉauTOv : TOV. — 12. w;... èÇrixo-Jn^^"? P-'^''^ ^"^ âX).wv aoiXwv ÈEriyEuéiievoç. —
15. èxaxÉXviEv : xaTÉXuev. — 15. cpôXXeii;. .. èxeî : vouji.ia Tr,v r,[iépav IxeT 3è. — 16. SÉxa:
SûSsxa. — 17. âXXa Ttapsi/Ev : Xontà napÉo/e. — P. 13,1. 6. aotXov : Add. î(TTâ(i£vov.
— 7. [iéya : Add. apniCovTa xà xri; àyopà; xai napÉoy_ovTa toî: oaXoT;. — 8. xaTÉ
!")
V1I-; i:t lîKriTs DE l'aishi-; danif.l.

naiîcv : xaTeyéXa. — 9. nXrjeo; : ô'/Xo;. — 10. Ëar^xev : ï<rTaTO. — 11. iigpiv : Add.
àggâ. — 13. lyOaaav : (juv£i9a(jav. — 13. Tij; âxx),r|(7iaç : toO Tiim. — 15. tli : Tcpàç. —
17. ùito : iTCo. — 19. Oin. aOtoî;. — 22. Xiyw : e^itov êv ÉauTw. — 28. Mipxo; ; Add. 6
uaXo;. — 28. si; to ImaxoTtEïov : èv xw èm(7xo;te;w. — 29. Om. àôsXfs. — 30. Om.
(loi. — 30. à-Kzl.M-i : Add. ;?,|xâi:. — 31. Om. ô [iaOïiiri;. — 32. àr.r.yinU-i : àvriy-

7=t),e. — 32. Om. ôti... ÈTîXîiwBri. — 33. '0... itiizd : xa'i 6 yéfwv tiû Tcivta... — P. 14,1. 2.

Tov |jLa9T)Tyiv : tù [jiotoriT?].


—^ 2. KçoûaoïTe... eïtioitc. Kpoùoov Ta x(jO'J<j(iaTa xat oO-
vaEov Toù; naTspa; xa'c etitè. — 5. xè 'Evaxov... xeXXîa : oi xoû 'Evixo-j xai ol xûv
x£),),((ov. — 8. [iaxapîou : ôyiou. — 10. (iaxapiou : âiim. — 11. Om. xoû oaXoO. —
11. 9i),i(ivp(i)7iov : Add. xai è),e:niJ.ova. — 12. Om. vùv... 'A|it,v.

LE SAINT MENDIANT
(Bibliothèque Nationale : ms. du fond.s Coislin 283 (m= siècle), f- 167-167'.)

* 'Â>^>.oTe iraT^iv 6 aÙTo; àêêzç Aavirjl [astx toù [7.a9-/iToij aÛTOù 'f. icv

àvs6-/i " sv 'A'Xc^a.v^pêiz xai Oecopîî ô yspwv avOpwTrov xm o[AJ7.xtwv

yu[Avov /.aOï)'[Asvûv aï; Tr,v iT7vaT£Îav' y.al 'Xe'yovT'X- Aots ,


s^e'aTS.

Kal >>£y£i ô
Y-P'^^
f^ [AaOrirt a'jToO* BXÉTret; tov à-o Ô[a[j.ztiov ;

Xeyo) (701 St. asyyAwv [AÉTpuv sgtÛ' ÔÉXstç o'jv ÔTt û-oàsi^w cot.

Ta X£ol xÙTO'j ;
[aeivov evTauOx. Rai y-i^/noLi 6 ys'pwv -/.ai ^.e'ysi

aÙTÙ" Oo'/flGOV à.-^7.-rrriV eîç £[/.£ , àiîa'XcpÈ , oti où/, é'yco 7:oO£V àyopa-
cai u.ot pa'îa toù •/CX|j.£rv /.xl Tpaç-^vai. Kal )k£y£i aÙTÔ ô aTO
6au.zT(»v Ti £i^£; ^
£Î; àjj.è , iéêà ;
BXexci; [j.£ yujAVÔv /.al Tïpocaî-

10 T-/)v, /.al l£y£i; (aoi tva àyopairu) coi Paîa- '0[j(.(Î); oùv 7Tcpi[ji.£ivQv.

Rai v£'j£i ô yssuv Tôi [AaOviTïi aÛToO à/.oXou9r,(jai aÙTw. Rai àrop-

yovTai £tç tÔv â'yiov Map/.ov ^ £^(o tt,v tcoXsw;- è-/.£Î


yàp £ly(£v to

•/.e'Xî.io'v' /.al T^ÉyEi. tù yEpovTi* n£pl[./.£ivdv [ji.£, iëSôi. Rai £tc£p)(_£-

Tai xai <p£'p£i TÛ yÉpovTi [Aa'Xa)Ci.ov " Ëy^ovTa CTaçî^a;' xai pozç xai
15 îcya^aç * /.a'. Tpia x£pâTta y.apjj-aTo; xai £/.êa7>wv èx to'j CTOfAaTo;

a'JToS £v TpiaiGTiv £iîa)X£v TÙ ylpovTi Xaywv Eù^ai ÛTïèp Ip-oû ,

àÇêà. Rai sXôwv ô yapojv irpo; tov rxaOviT-Àv a'jToij exla-jca 'XÉrtov

Oo'co'j; xs'jTïTOÙç Soù^ou^ 'éyii o Qi6;' Ç-Â oùv R-Jpio;, où y.'À àreo-

'î-pÉ'J/u tÎ iuot£ t'î;; aùloyia; Ôti àyaTCV)- àcTiv.

25 INlETa lîê TO avaycopvicai aÙToù; y.Tr' aÙToO [7.£t' à'K'.ya; ri[J-£pa;

à/.o'jo'j'7'.v OTt ô [./.iya; oÎxovo'iao; t:ovcÎ tÔ r,-ap ' aÛToù àv-yù; /.al

-'
Cod. àv£'6ei. — ^ Corf. waxiav. —
* Cod. ioe;. — ^ Co(/. Jlàpxwv, — • Cod.
(laJ.ixiv. — "
Cod. (jxapiac. — * Cod. a/iZa:. — ' Cod. iivtap.
16 VIE ET RÉCITS DE l'ABBÉ DANIEL.

f. 167'
àvzx.eiTai eîç t'Jv àvtov Mapy.ov '
, vmi irapacpai'veTat, aÙTÛ ô jiyio;

Mapy.oç xat eùayysT^tOTViç y.xl aTUO'TTo'Xo; 'XÉycov aÙTw* ll£|;4'J''


f^'p^

Tovoe Tov àivc) ôjAfAaTojv, y.ai STCiO-zi'TJi t"Àv yeîpav aOrw eî; tov

TOTiov ToO iTovo'j x.al ûyizvei;'. Rai T;i]j.^v.ç to'j; èauToO Traioaç

È'Xaêsv aÙTûv [AETa T;aoax.>//î'7£(i); x.al piaç. Kal £Ù^a[j.£'vou aÙToO xal 5

stviOévtoç Ty)v vs'î^pa 7iapaypv;u.a ôiscpop'fl'Ôy) o irôvoç, y.a'i àx-oucTOv iye-

Kal à/.ouiraç TraTtaç s^viTiOev î^eiv tov à-à ojAjj.aTcov /.al eOpev

aÙTÔv )',ot[;.vi6£VTa èv K'jpiw, v.aX anoucTov èyéveTO Èv tyi Sx-ViT'/i y.al

£v 6"Xv) T-^ TTolst. Kal àvsêyi ô yÉpwv [y-erà toù [;.aOr,ToO aÙTOÙ , xal <o

TxnkhÀ Tûv —axêpwv cwavÉêviTav [/.et' aÙTÛv. Kal eùXoyfiOviGav wa-


pà Toû [^.anapio'j àoeXçoO. Kal Tcxca cyiom icr'kHi-j r, roAt; , xal

£Ù'Xoyr;6£VT£; £t£X.d[JM(jav ^
[;.£t' EÙyaptffTia;'' xal oo^oTioyiaç to Tt[jii.ov

aÙTOÙ >i£ti|/avov xal x,aT£(Jvix.av aùrô èirzvw to'j àêêà Mzpxo'j toù cv.-

^oO. 'O pto; aÙToS outco; £1' ti è^EysTO àyzw/iv, -ÀyopaCev '^
-ÀiV £;;

aÙTÙv p/îi'Xa'', ffTacpi^aç, poàç, y.al Epoyeuev 5t' a'X'Xou Tivo; £v toÎç

Eavcociiv TOÎç àppuGTOtç -/.aTa Triv x.upiay.yi'v. Tscsapax.ovTa ôx-tw ^£ £TV)

£x.TV)'(;aTo Tviv àpeTYiv Ta'jTViv t-^; ^lax.ovlaç eî; ^ci^av 0£oCi. 'A[/.y[v.

' Cod. Motpxuv. - Corf. ÛYiatvei^. — ' Cod. £$EX<i|/.riaav. — * f'Of/. euxapiaxsLa;.
— ' Cod. (tiXa.

Variantes

(Bibliothèque Nationale : iiis. du fonds Coislin 232 (\r siècle), f"' 264-265.)

Page 15. Titre précédant le récit : Toù oOtoû itsp't toù (iay.apio'j ouvaSsXçoù toù
àno ô(j.[iiTti)v. — 1. Om. aÙTo;. — 'i. ojiiidiTtov : Add. toOtov. 10. oijv — : Se. —
23. Oui. 5(jJ),ou;. — P. 16, 1. 9. ly.r,^r, : IxijiEi. — 15. '0 (iioç 'O Zi pîoç. :

(Bibliothèque Nationale : ms. du fonds Coislin 282 (xr siècle), f'* 167^-168.)

Page 15. Titre précédant le texte : Ke^àXaiov y'- — 2. àvBpioîtov : tivà. — 4.

TÔv àno... xal JEysi : tov Tu^îèv âxeïvov; (leyi^'Wy (jiÉTptijv joTÎ' [jistvov èvTaùÔa.
Kai àîiépxsTai irpô; aÙTÔv xal Xé^ei. — 7. âij.è... oti : s[iè xal (jupLirâOyiaôv [i-oi. OTt.
— 7. àyopàffat piot : àYopàffo) èpia^jTtô. — 8. Tpayïjvat : Çriffai, xai ISoù ànoôv/JCTXw.
— 8. Oni. ô iito ôiipaTwv. — 10. XEyei;... uoi : XEysi; (lof A6: liOi ïvï ayopiirw
VIE ET RÉCITS DE l'ABISÉ DANIEL. 17

ÉiiauTtô. — 10. "OfjLM; : 'A).X' 0|xt3;. — 10. uspijieivov : napajieivov. — 11. Om. aOtôi.
— 13. x£)).;ov : Add.— 13. ncpi(i€iv&v àêSà Meïvov wôe. — 13.
6 à-Ko ô|ji[i.iT(ov. [i£, :

£Î(T£pyETat Add. : tô xeXXîov aÛToû. — 14. Ë)(ovia otaçiôac


si; îyov — 15. : OTaixiSai;.

xaî Tp;a xai -JTïOxaTtoOsv -toûxwv Tpta. —


; ixêaXtbv... £Ôwx£v ixêâXXsi xat I;'). ; £v

TpitAi^jiovxat TrapÉyet. — 16. EyÇat Eu^o'J. — 17. Oui. àëêà. — ouv KOpioç et : '^3. :

Kûpio; o — 24. EÙXo^ia; Add. toO


t)£oç. — 25. Om. an' ocOxoû. — P. 16,
: 6 àS£>,j!CiO. 1. 1.

âyto;... 0ÙT(ô ô àitoTToXoç : — fSvoe Tov ÔEÏva. — ÛYiàvEi; iyiaivei;.


Xiy'""'- 3' : 4. :

— 5. ë),aê£v...ë:a; ËXafiov aùxov :— xal euCajiivou... napaxprJiJia Kai |j.£Tà [iiaç. 5. :

£7rt9£tç aÙTtô x^^^^ t:^v — — eùOéo);. — aÙTOv 7. TrâaY] : ev 6).^. 8. tSsTv : Çtitôjv. y. :

Add. Èv Tûj aùroù. —


T(3it(j) t^ h — Om. xat 9. £v — 11. : oXï) ttj. 10. iv ôXij ttôXei. irâ-

TÉpMV à5zXfû>^. —
: àÔEXçoû tw yéfovxoi. — 12.
12. toO... ÈTcivw Kai : Keri itàuix... :

îiôtca ayi&oj r, itoXt; è?£xô|xit;av aÙTov |Jt£T' sOyapiarta; TXoXXr;; , xat ËÔrixav aùiov ètcïvm.
— 14. TW oaXoO : toO îià tov 0£civ YrivoiJ.£vo-j uaXoù. — 15. avaitr,'/ : tl: àyi.Tiri'j. —
15. IÇ aOtùiv... 'A|J.Y)v : aùtixa (jiJiXa , axaitîSa; , i(jy_à5aç, xai ÉyopsuEv et' âXXou xara
xuptaxf;v TOt; àpptouTOi;. 'Exi/iCraTo ok tt|v àpEiriv -caÙTTiv tEdaapàxcivTa âtï) 6 ooûXoç
Toû .\pt(7Toù /ai oÛTto; Tipo; Kùptov iÇ£5ri[iria£v.

LA CHASTE THOMAIS

A.

(Bibliothèque Nationale : nis. du fonds Coislin 283 (xr siècle), f"' 167''-IG8'.)

"TlEpl 0W[/.«i^Oi; tt;; cûçpovoç y.y.i âyîaç /.ôpr,ç '. * f. 1G7'

'O aÙTC/ç àCêz; AavirjT^ âvéëri ' ly.ETà toù [xaOviTO'j aÙTOÎ £v 'ÂA£-

^avopaia, -/.al otaxpieov ''tmv aùxcov ezer^is ysyovs TCoâyjxa towjtqv. ' f. ig8

'Aoêz; Tiç Toù 'Ox.Tw îcal Asx.zTO'j ^A^^e^av^psi'a; é'tJVEV uîo'v y.al u xîviz,

5 a'jTOÙ £<J)(^ev -^waïvM y.ô^ri-j^ w; è'tcov ^ex.aox.TW, x.zl é'jAêtvjv [ASTa

Toù uioC ajToo. IIv 5à ô 'Ao; aùxciS âltcû;. 'O ^È £y9:ôç tGv
ypiCTiaviôv xal A'jywv Y;[J!.cov 6ii^j'j).nç, -Jipipsv ro'TvSj^.ov Gaox.ix.'jv

TcT) àêêà xpô; Tr,v voy-'p-ziv y.'JroO , x.al È'^riTEi. sùx.aipiav toù guv-
yevECiÔai jy.eT aÙT7,; yal oùy yj'jpiGx.ev. Hp^XTO oùv x.aTacptlsîv

10 aÙTViv (7'jyvwç, x.xl vî x.op-/] ôveîyeTO a-jTOu wç 7;aTpd;.

'Ev lAÏa o'Jv Twv 7,i7.S3àiv r.lOov aXtE^c àvv'jviov x.al x-oaCou^t tov vîwts-

pov L'va àiîrABwGiv a'AicOTai . MsTà oÈ to àvaywar.ijai, '

tov vstoTeoov
àvÉcrTV) ô ;;aT7,p xaTz tt,; x.opTiç, x.al Ae'yst aÙTÛ vi x.osvi' Tî sittiv

ToÙTO, iraTsp ; û'-aye x.aTZT'ppayi'^y.i' 'îiaÇoTiix-ôv yào si^tiv to sp-

' Coll. x'jpi;. — - Corf. à'iifjn. — ' Cod. xiipiv. — •


' Cod. àva/Mpiirat.
2
18 VIE ET RÉCITS DE l'aBBÉ DANIEL.

yov TOÎPTO. 'O ^£ oÙK hyécyj.zo ^


àr.ùJkhi' zal izdXkk Tiux-xeusa;

cjij)c rf^inyt-to aÙTO'j v) y-oV/i. 'Ex.p£[y.7.tTC/ " oùv sTravw toîp /.^iSAi-

TO'j TO ciraOïov toî uîoO aÙTOÛ" x.at (jtTvtov aÙTviv (poêr,i7ai, yujAVOÎ

TO rjT.ahiw Y.C/.Z aÙTf,; XifCàY 'Eàv jr/j ày-oucv); (ao'j, [A£tz toù
CTraÔtou TO'jTO'j ouîw coi. 'II oè eÏTrev aÙTw" 'Eàv oeî [/.c'Xoç 5

YEvecOai, TO — apavojAOV Trpàyjxa toOto oùoeuoTS Troiû. Kal ôpytcOel;


[AETa 6'jp.oO TO[A-£i acpvw TOCTraÔiov', y.aTayjjpieuÔel; ûto toù Staêo'-
'Xo'j, Kal y-XTaoTcà T-/iv Jioprjv y.aTz ToJv aÙTviç (J;oià)v^ y.al ài^oTopier

aÙTTiV. Rat eùÔéw; STUç'Xwcev aùtôv ô Geo; , x.al Trepiriyev ' Çv)Tàiv

* f. 168^ T-/1V Oûoav" *yMi oùx •/jupt.G/.ev. 10

"EpvovT7.'. oùv ylHoi àlieiç ^•/itouvtsç tov vsÛTSpov at; to âia-

<pau[ji.a, y.al pa>,ovT£; aùxù (pcovflv, aTTsxpiOr, ô raTVip aÙToCf" 'Ynx-


fii akiBUaar t.uù ojv 'énxvj '(]
Ôupa OTt, O'i [îD^srco. Kai ^.s'youctv

aÙTw* Q^E EGTiv. Rai àvot.Ca"'Twv aÙTcov y.al sîceT^OovTwv p^^e-

irouGi TO TTTÛfia TO yeyovoç, -/.al Xéyei aÙTot;- Rpar/i'caTs pie y.al 15

7ïaaa^àiT£, OTt ço'vov 77£~oîvixa. Rai Tiapalaêo'vTE; aÙTov TapÉi^conav

tÇ) ap)(_ovTi Tvi; tto'Xecoç. Rai 6 apy^wv èçETa'fia; y.al yvoù; è^ aù-

ToS Tuàcav Tviv àV/jOstav (3acavwa; £xo)iaa£v aÙTov.


MeTa ^è TaÛTa Aeyei o àêêx; AaviTiX tu (xaOvir^ aÛToO' XttéX-

6tt)[7.ev zal 't^c.jpi.£v Tù T^Etij/avov T'ôc xopvi;. Rai £).9o'vtwv aÙTcov £Îç 20

tô "Oxtw -/.al AsV.aTov 'AlEÇavripeta;, viV-oucav -£pl aÙToO ot 7caT£0£;

ToO a'jTO'j 'Ox.Td) /.al AeitaTOu x.al oî [Aova^ol ôti IpjrsTat ô àéêàç
Aavi-/i)v, -/.al è^Yi'XÔov Et; cuvavT'dGtv aÙToO. Rai ^.ÉyEi aÙTor; ye-

pcuv TlofiicraTE sùy/iv, TraTs'peç' où yàp Oxtvtetxi to TiEtiJ^avov ty;;

/.opy,; TaÛTYi; et [J.^/i [aetz tùv TraTÉptov. Rat tive; s^ aÙTÛv syoy- 25

yu'Cov, w; cÎti yuvat/co; AEtij/avov ÊTïiTpÉ-et OaTiTEcOat [/.ETa tGv ira-

TÉpwv, /.al aÙTylç cpovE'jÔElcr,;'. Rat T^s'yet aÙTot'; ô ye'pwv Autt)

•/l /.o'pv) àptptà; pLou xat ûpidiv ectiv v.w. yzp ^îEpl ctoippoffùv/iç aTTE-

6avEV " . Tote IoittÔv oùiîel; vîvavTiûÔvi "


tû ye'povTi , xal â'6ai|/av aÙT-^v

[^.ETa Twv TraTê'puv. Rai acTvaoaptEvo; toÙ; TraTspa; uirÉCTpetj/Ev ô 30

ye'ptov cùv tw [j.aGyiTvi aÛTOÔ Et; t/jv S/.-/it7iv.

'
Co(f. ï)ve(a-/ETO. — - Cod. Èxpl(xeTO. — ' Cor/. dTiaOriv. —* Cod. 4"Jwv. —
''
Cod. jtefiEÎYËv. — '^
C'0(/. ûûpa. — ' Cod. çoveuôiiiTirjc. — * Cod. îméôavsv. — '••
Cod.
lvavTi(i6»i.
VIE ET RÉCITS Dp l'ABBÉ DANIEL. 19

(Texte du Synaxaire, donné dans les Menées imprimées (1), à la dale du 14 avril.)

(/.scpTupo; @M<j.a.i8oç

'H âyîa auTvi OojLtai'.; ÈyevvviOvi Iv 'AT^e^avopeia" Rat û-o tûv


vsw/iTopiov a'jTvi^ ^a^-iô? avxTpacpeVca xal iraiotuOeÏTa , covsS^suj^ov)

5 àvfîpr /.al viv sv T?i to3 àv5p6; oîxia eùvoixaiç 5tax.£i[;.evvi , y.al tx
x.aO' sauTTiV (Twopo'vto; /.al /.otjaiw? fîiayo'jTa. 'EtvsI os cjvài-ôys cùv

TÛ ou-o^uYW -/.xl ô /.axa czp/.a Tjarôp toù vs«vtc-/.ou, ô /.al ttjv -/.opYiv

vupiipviv ÈTTaydjAêvoç , ToC uIoO aÙTO'j [/.vi eûpsOêVTo; £V Tvi oî/.ia, ô

Ttdv ijcjycLv oVjSpeuTYiç àiaêoXoç aîcypo'jç 'XoynTw.où? èvéëa'XÊ tû yé-

10 oovTi /.CK.TX TTiÇ vup!.<p7i; aÙTO'j' x.al ifjQukiùcaiQ cujAjxiy vivat tyI /.o'pvi,

TravTa tooitov [xr,y(^avt6[jt.£V0i; eî? e'/.TrVripuGtv toO oïîcetou c/.otcoOi.

'Oç o'jv /) txa/.apia 0toi;.aiç, ttoX^,* vouOîToùGa xal 7vapa/.a>.oij(ja

TQV yepovTa, vivjsv oûoàv, TCupuOel; oOtoç [/.à^.lov Si ûtïÔ toù ^at-

[j.QVo; cxoTicSslç, T'/iv CTCaÔYiv 'Xaêwv toO uloû aÛTOÙ xai TuV/f^a; tvjv

15 xo'pviv îcaiplioç, èiîij(^0Td[AY]csv aÙTYi'v y.al vi [aÈv tco R'jpwo uaoeÔSTO

T/jv (|;uy/iv y.al [j-apTuç ÛTTSp awppoaûvviç ylyovev. 'O 5è ye'pwv ira-

p£u6ùç Taç cidiei; à-oêalùv irept'/iEi tviv owiav tucW;.


napaysv^jj-EVO!. 8é tive; si; àva^viV/ictv Toij u'wj aiToC!, eùpov t-/iv

xopYlv VEy.pzv y.£i[/.£V/iv ÊttI t'?,; yr,;. 'Oç oOv si^ov -raijTa, y.al tov

20 yÉpovTa é'vOev /.axeiQev TutpXov Trepupepdj^.evov y.al


—'Xavco[;.£vov ètuuv-

6zvovTO, Ti tÔ ôpt6[/.£vov; Toù ^è tïiv àVriOstav àvay.a'Xûi|iavTOç -/cal

aù-dyîipa TOÙ ço'vou ÉauTOv zkéyjp'noi, 'mX TTpocSEjAsvou >cal ^ugco-

TCoùvTOç y.TZT/^ryoL'. Tap aÙTwv irpàç tov âpy^ovxa, xal T-flv y.aT' aù-
ToO àxocpy.ffiv rîé^aTOai, irEiGÔc'vTeç aûToi — aascTVîTav aÙTOV tû ao-

25 yjVT'.. Tf,ç rîà aXr.Ostai; t)iayv(off6£i(r/i;, t'/î TCpocTa'^ct toutou à7i;£T[;.rî9yi

ô yEpwv TYiv /.E'^/alvi'v

MaOcov 5è TaÙTa ô àêêà; AaviviX, ô T'/i; S/fi{T£Co; -pÛTOç, àv4^-

yayev si; tyiv i^y.-ziV/iv t-^v 0ci)[/.aiiîa, x.al y.aTsOE-o aÙT-/iv sv tû


aÛTOù xotfATiTvipico, w; ÛTCÈp (7w<ppo(rjv/i; Se yl]i.a.v:iz àSXvfcacav.
Rai Ti; Tûv £v T-À Sy.'/iV/), â'pwTt ;ropveîa; pV/jOsl;, TupocrAOE tû

(1) Par exemple dans lédllion publiée à Venise en 1895.


20 VIE ET RÉCITS DE l'aBBÉ DANIEL.

Taœw T-^ç [j.axapia; xal /pt'caç éauxàv èXy.'.w Èx. ty;; cpojxaywyo'j,

fîà YEYOvôji; aTf/i'X'Xay/i toO iraGou;. Extots O'jv xal [^sypt tv,; c'fl-

u.eoriv oî àfîe'Xsprjl ty,; aÙT7;'ç (aovvîi;, èv toTç t:o'X£'(jioi; t/,? cap/,'jç, p.£-

Y-x'kry [iovidôv t'/jv [Aocxapiav Hcojj.atVÎa xsV.x'/ivxai.

Variantes

(Bibliothèque Nationale : ms. du fonds Coislin 232 (xis- siècle), f" 2G5-2C6.)

Page 17, ligne I. Aucun titre ne précède ce récit. — 4. àéSî; tiç ;


'0 àêêâç. —
7. Om, ypirrxtavôjv xat. — 12. àTzù.^wav/ à).iîO(jai : àTzt).b6'm^ à).iE-j'7W(7tv. — 1.3.

nairip : Add. aOtoCi. P. 18, I. I. — rivéo/STO : T)'it{yj-:o. — 3. coeTJaai : ^oêtçiiaoti .



5. ùzX : Add. [is. 6. Om. «pàyiia. — — 11. Om. TovvEMtepov eîi;. — 3. Sxrirriv : Sx^tiv.

(Bibliothèque Nationale : ms du fonds Coislin 282 {xi" siècle), f' 171'-i:2.)

Page 17, ligne 1. Titre précédant le texte : KeçâXaiov ëxtov. — 5. xai ë|A£iv£v : xai
6 TtoTïjp Ë(ji£ivev. — 6. Om. tmv XpioTiavwv xai. — 8. it;r,TB'. : Add. EÛpsîv. — 8. Om.
ToO i7UY'"''''8<"-" ''Ç naTpo;. — 12. OTiiXBiociv à/ieOirat : âitclÔôvTsi; âJ.isijTwat. — 12.
avaytoprj^ai : sÇeXOeïv. — 13. mxziip... xiSpT); : Tiairip «Otoù Ttpô; Trjv xo'prjv. — 14. Ka-
Ta7ifpaYt<7at : Add. az aÙTOv. — 14. ëpyov : îtpâY|xa. — P. 18, 1. 1. 'O... r)v£<j);£TO : xai
oùx 7Î6£),£V. — 1. ifjXT£-j(7a; : notxTEÛcravTo;. — 2. èuàvu... aÙTOu : -f] (nzibr; xoù vEw-
Tspou £7iàv(t)9£v Tfj; xXtvYiç aÙToO. — 3. 9o6^(7at ; çoêspïiaai. — 4. xô airafJiov : ttjv

(TTiâOr/;. — 5. aTiaÔîou toutou : Çcçûu;. — 5. OEÏ : Add. (ae. — (î. tô Tiapivoiiov...


TToiôi ; &'j |xr, ffou àxoÛCTw. — G. Om. Kai opyicrÔEiç... 6u[ioO. — 7. «77ia6tov ; Hiço;. — 7.

Om. xaTaxupiE'jOsi;... StaSoXou. — 8. Om. a*jT^;. — 8. oi.yo'zo\izX : £5t/oT6(iT](7Ev.

— 11. Eiç : nepi. — 12. Om. xocl... çwvf|v. — 12. àitexpiôï)... àXiEÙooi : xat XÉysi
aÙTOtç" 'AtïtiXOev à),t£ij£iv. — 14. 'Ooe... yEyovo; : "ISs ttoO ÈffTtv. Kai eÎiteXôovteç pXÉ-

itouoi TÔ TrT(î)jj.a, xai XÉY0u<7t' T: èitti toùto to TipâYP^a; — 15. KpaTr,ffaT£... iT(5Xe(i)ç :

KpaTT^<raT£ [ae OTt çôvov ÈTïotyjaa. Kai àxoOaavTEÇ nap' aÙToO èxpaTrjaav aÙTÔv xai iraps-

Swxav Ttp àpxovTi. — 17. ÈlETaca;... aOrov : èÇÉTaffaç aOiôv xat y^*^^? "^ô ti iïTOtï)(j£v

éxôXauEv aCiTov. — 19. 'AîtiXf|(oii.£v xaî : "Aym!aev — 21. Om. nspi aÙToO. — 22. Om.
To'j aÙTO'j... AavtyjX. — 24. IIoir|<;oT£... rj yipw Zv) Kûpto; 6 t)£o;, où (ly) Taç^ TÔ
Xsi'J'avov aÙTij; fi (iï) jiETà tûv waTÉpwv. IloXXoi oJv £y°ÏT"'<'''- Ae'yei ouv aÙTOÎ; ô
YÉptov. — 28. aTiÉOavEv Add. : 6 oà au[i,[jtova-/ô: '^(xtov TtEpi y,5ovî;i; ÈxoXâtj^r,. — 29. Tôte...
oOÔEi; :xai — 29.oùoEi;. a-JTrjv : ttjv xopr^v. — 30. Om. à(77ta(7à[i.£vo; Toù; uaTs'pa;.

(Bibliothèque Nationale : ms. du fonds grec 914 (xir siècle), ('^' 190-191.)

Page 17, ligne 2. fiETà... «OtoO : y.zxà aÙTOv... — 7. Kai : Add. twv. — 8.

T(ij... aO-oO : Tipô: T/.v vû[j.:pT,v T(o àÊêà. — 9. T.uptçxEv : EijpicxEv. — 10. xôpv; : Add.
VIE ET RÉCITS DE L'aHRÉ DANIEL. 21

ayvojoufja. — 12. àX'.eOoai : xal WiE'Juwaiv. — P. 18, I. 2. èxpÉ|xaiTo : éxpé|iœTo. — 2.

xpaêëdcTou : xpagaTiou. — 3. <foëfiiya\, : qpo6£p!(jai. — 5. 5eï... |j.ÉXoç : 3eî |j.£ |j.É).o; xai
(lÉXoç. — 7. [i£Tà : ÛTto. — 8. ij/oitov : iuMV. — 11. OfiyauiJ-a ; oiàçaviajAa. — 13. Om.
TtoO... 'ÛSs ÊOTiv. — 16. itapaôwTE : uopaSoTE. — 16. neTioirixa : éitoiïi'ja. — 18. Om.
Triv. — 19. Om. oi. — 22. Oin. aÙToû. — 2,'>. iYrJYY\jt;ov : oiefÔYyuÇov. — 27. Om.
aÙTOi; 6 yé(iu>^. — 27. oOtt) r\ y.6py\ : T| xopri aûir,. — 2'.l. j]vavTia)8»i : àvitite. — 30.

Om. 6 YÉpw-

LE MOINE TENTE

(Bibliothèque Nationale : ms. du fonds Coislin 283 (xi° siècle), t" 169.)

*
'Ev [ûa. Tôiv 7i[AEp<jJv àùelcpo; e'iro'XejxYi'OT, èv T'/j aÙT-^ Sz-yi't-/! ' f. 169

û— TO'j oasjiovoç Tvi; TCopvEiaç, y.al Èvoj^'Xo'JfAsvoç cfpo^pwç ET^Owv àv/îy-

ysi'Xev TÛ ye'povTi. Rai Isysi. aÙTÛ 6 yepwv Txaye sî; to 'Oxt(o

y.al Aéy.arov 'A^^e^av^psiaç x.al 7iapa[Aewov èjvâvw toù x.oiaviTVipi'ou

5 Tiiv -rcaTspwv /.y.l cÎTrr O 0£Oç ©wjxaiooç pciviOyiTov [y.ot, /«.xi pOçat

[AS SX TO'J TVEipacfAoO Tïiç Tïopveiaç" y.al è'Xtci^co et; tov ©eÔv ôti

à'KcCk'kv.irsn, iv. TO'J TreipaTiy.oij to'jtou. O ^à àSs'Xcpo; 'Xa€cov t-/iv

EÙy^vjv -/.al Tr,v svTo)//iv to'j yspovTo; l^yi-a.'. iiç ~h 'O/.tco xal Ae-

•/.aTOV -/.al £7to''ri'7êv xaOw; TvpoTSTa^ev a'jTw ô yspwv. Kal ÈTravsA-

1(1 Oo'vTOç a'jToG et; tviv Sy/^iV/iv [/.era Tper? r,|j-spa; TrpoTTT'lTUTit et; toÙ;
TTO'îa; Toîj yépovTOç y.al 7.£'yet aÙTW' Atà toù Qeoij y.al twv lùyGiv

n'Ai, oe'ffTUOTa, viletjOeptoQviv to'j -oT^e'jj.o'j tv;; — opvcta;. Ae'yet aÙTw


Q ys'ptov* Iloj; •/i'XeuOepcoÔvi;; Ae'yet ô àf^s'Xço;* Movov £Tuot-/iGa ^w-
àey.a [/.STavoia; xat é'Ovîy.a épLauTov èitzvw toû y-oty/flr/iptou y.al

15 àouTfvuca y.al ep^eTai jj-t'a y.o'pv) y.al >.ê'y£i [J.ot* 'Aêêà, àêêà, 'Xzé'e

TViv eùVjyiav Ta'jTVjv x,al ijTTxye £v etpriv/i et; to xeTvl'-ov cou. Kal
^aowv TYjV £'j>.oytav sùÔeto; £y.ou(p!!ijOriV to'j iwO^^epLOu , y.al È'yvtov OTt

vîTveuOepwâviv. T'^ rîà r,v ti lukojia. o'jy. otrîa. Kal >^e'y£t o ye'ptov*

TcitauTViV oijv d'yo'jfjtv TiappriCtav irapà tù 0£w oî àywvi(rjjj.£vot ÛTOp


2^^ Tvi; Cfcj'ppo'iûv/',;.
22 VIE ET RÉCITS DE l'aBBÉ DANIEL.

Variantes

(Bibliothèque Nationale : iiis. du fonds Coislin 232 {xi° siècle), f"» 266-26G'.)

Page 21, ligne 1. Ce récit fait suite au précédent. ^ 1. 'Ev |u'a : Add. ouv. — 1.

SxriTT) : ï/.TiTîi. — 10. SxiÎTïiv : IxryTiv. — 18. Xeyei : Add. aÙTw. — 19. Oin. oJv.
— 19. Om, Tù.

(Bibliothèque Nationale : ms. du fonds Coislin 282 (xi= siècle), f" 172.)

Page 21, ligne 1. Ce récit est immédiatement lié à l'histoire de Thomais. — 2.

u7tà... TTOpveia; : ei; Tiopveiav. — 2.Om. £vo'/).ou[A£voç açoS^w;. — 4. Om. 'A>.£5av-


ôpeîaç. — 4. £7ràv(i> : èttî. — 5. Om. xal pù(7ai... iropveîa;. — 7. àTta^.àffTei... tou-
tou : ànaW-ayi^fTïi toù uoXiiJLou. — 7. àôeXçôç... Xéyet aùxw : àôeXçèç èTiotriffSv wç (7uv£-

tocIev aÙTÛ 6 yépdjv. Kai éXOÎbv (iSTà Tpeïç Tj|j,Éfa; Xey^i Tijj yépovTi. — Om. ôéanoza.
12.
— 12. Om. TTiç irôpve:a;. — 14. xoi[i.ïitïi&i6u ; Add. Tùiv Tiatéptov. — 14. Om. xai àç-
ÙTivMsa. — 15. ép/ETai : r]X8e. — 15. Om. 'Aêêà, àëêâ. — 16. <JT:ayt...rjoj : iJTZOLyt tii zà
xEÎ.Xiov aov Koi ëSuxé [xoi eùXoYÎa; tpEi;. — 17. Om. Trjv £Ù).OYÎav. — 17. ÈxouçidOïiv...
(7(o!ppo(j'Jvr); : èxouçiaOriv. ToiauTYiv Kapprjaiiv iymaiy oi 8ià 0sov àYuviCô|Ji.evoi xai Sià
cicoçpouùvr,v àuoOvïioxovTe; , èv XpiffTM 'lr](joù tw Kupiti) ï)|xmv OTEçavoOiiEvoi. 'Afiiô''!

(Bibliothèque Nationale : ms. du fonds grec 914 (xir siècle), f° 191.)

Page 21, ligne 1. Ce récit est joint immédiatement au précédent?. — ini'/liaau :

a-KaXla^r^ari. — 11. xai tmv : xai Sià xôiv. — 12. ^ÉairoTa : itâtep. — 13. AEysi : Add.
aÙTw. — 19. È-/ouatv... 0£w ; TcappYirjiav irapà Ostô ej^ouatv.

LA RELIGIEUSE QUI SIMULAIT L'IVRESSE

(Bibliothèque Nationale ; ins. du fonds Coislin 283 (xr siècle), f"' 169-17r.)

* To'j a'jTCi'j £7:1 Tr,; TupotJTCOio'jiJ.sV/;; [aeOuew.

f. 169 * 'Avs'Sr, 6 àëêà; Aavf/i'X dm x-^; Sx-/iT£wç ly.e^Tà toîî [AaOviToO

aÛTO'j sv T'/i xvto 0v;SatSt eî; tviv [/.v/i[/.viv tou àêé'à 'ATtoTiTvu, /.al

£^r,),âov oi- TTOtTepe; si; cuvzvt'/igiv aÙTO'j wç àivô ffr,|/.£iwv é-jTTa* r,axv

8k ùq —i.yray.iGyi'Kirji. Rai viv îOcîv aÙToù; sxl Tr,; à'[j.[z.ou ri~loJ-

LtÉvouç STTi xoiAïav w; sv Ta^Ei àfyÙMV u.sxa. (pdêou oey^o[/.£v(ov '


tov

aÛTôiv " aù-


XptiTTOv cjl p.£v yàp Tsc îjxzTta E'Txpwvvurjv â'aTvpO'îOîv

' Cod. ôf/oiiEvov. — - Cod. Èffxpwvviov.


VIE ET RÉCITS DE l'ABBÉ DANIEL. 23

TO'j, aXkrji 8e T3t /.ryrMÛXKioL a'jTwv, xxl YiV ù^Eiv zk Èityuvo[A£va fW-
xpux ôjç irriyàç ppuouTK;- x.al sceXStov 6 àpyiiy.av^pÎTvi; TTpodeiciJvTiCsv

é— Tay.iç Trpo toù èXôeiv aÙTOV xpoç tov yépovTa* x.al à'îTraczj/.evoi xk-

V/fXo'jç èx.aSwav'. Tore Tvap£y.z>,ei7ev aÙTOv à/.vjaoc. 'Xdyov irap' aù-


"
Toù' où -zayéia; yàp èXaT^ei Tivî. 'ii; oùv êx.zGwav è'çw ToCf x.oivj-

ê'Iou S'ïtI Trç âu.pLOu oi3t TOÙ p/ô /«opêîv olùtoÙç tvjv sjt/.lYiGtav, layei

ô àSëà; Aavf/jT, tw [/.aS'/iT-fl aOroù' Fpz'iov eî OélsTS acoO-flvai, ^uo-


^aTE TVjv àxTYi[/.ocijvv;v x.y.1 tt.v cwotctiV etç yàp Ta; 5ûo àpsTzç Tau-

Taç o)»oç 6 pîoç TOÙ [AovstyoO xp£[AaTai. Kal ô aaQvir/i; aÙToS £0(o;t£V

to Tivl TÛv à^£X(pSv Ta ypz[;,;ji.aTa, y.oà [j.£9v:p[;,-/iv£UG£v ^ aÙTz aîyuTCTt-


cTi'. Rai &j; àvEyvtdijOvAav toî"; TraTpa'j'.v, âV-laucav tcocvts; y.al

7rpo£Tr£[/.Tïov TOV yÉpovTa' oùoeI.; yàp ÈToXjJ-a £t-£Îv aÙTW' ivoivicov àyoi-

TTTIV.

Rai ÈlOwv £i!ç 'Ep[xo-o7.iv TiÉysi tw aaÔvir^ aÛToO" YirayE y.po-j-

1^ ijov £Î; TO [xovaGTTiptov îKEÎvo TÔJv yjvaixwv. 'Hv yàp È'/.eî pjva-
iJTToptov yuvaticàiv 'X£yo*(A£vov toù àêêX 'l£p£p.lou, xal oî/.oùciv Ix-eI * f. 170

wceI Tpiajcdcriai [/.ovayai. Rai à-r.'XOcV o [/,a6viT-/]ç aÙToO -/cal iV.pou'jîv.

Rai 'XÉyEi aÙTw •/) Ô'jpwpôç 'X£-T7i (ptov/i" SwGeIç /caTiûç TilOe;' tI x£-

>.£'j£iç; ÂEyEt aÙTy <J>o')V£i y.oi tviv àp.pi.(xv ttiV àp-/i[;.avSpÎTviv" GÉXw yàp
20 aÙT'/i "kakTiaot.'.. 'H oè eîttev Où aovTuyyavEt tivl ttote, à>.l' £t-£ «.oi

Ti x.eXe'jei; -/.al Isyio aù—Ti. 'O ^È eIttev EItte aÙTvi" M.wayjjç tiç Ge'-

'Xei coi lal-^uai. H c^è àTTElGouca si— £V aùr/j. Rai ÈlGoOca -/i vîyou-

J7.EV/1 7v£TrTr, OUV?] lÉyE», tù à^EÎ^çû* 'H àp.[j.(x; £t:£[/.']/£v [/.e 'XE'youca" Tî
y.E^.E'jsi; ; Asyei ô à^E^cpo';' "Iva tcoitî'ityite
''
«yaTuviv y.œl -/.oip/iÔco-

25 a£v co^E Evto T£ /.al ciç yEpuv, ÔTt ÉGTCpa ectIv, [;.7)'''^ot£ (paycoGiv 'ôii-àç

Ta 6-/)p{a. ÂEyE'. aÙTÛ vî àpi.[Aà;* Où^ÉTïOTe àvYjp EÎcEpyETai ùSs'


i7U[y,0£p£t yzp ûw.î'v 'j-o Ôïiptwv ppoiOvivai tSv £'i;aj y.al
fj:/)
tojv é'cw.

ÂEyEt ô ot^slç/d;' 'O zêoz; Axvtvi'X egtIv 6 tyî; i^y.vÎTEWç. H ^e

âxo'jGxca v;vo',;£v toù; âùo -'j/.wvaç y.al e^yIXOev Tps'y^oucx, ôf^ottoç 5e

30 y.al 7Tsc(T« 'A a'jvofiîa, xal Ta [j.a(pdpia aÙToJv ËcîTpwcav aTiô to'j ~'j-

>.ûvoç £(i)ç /.aTio oTto'j YiV Ô yspMv, X'At(ô[/.Eva'. eÎç to'j; ttoôk? aÙToO,

xal Isi/o'jc'/.i'^ Ta 7:E"X[y.aTa aÙTOÙ. Rai £t'7£7^6dvTtov Tipt-cov Êcw eÎç to


[AovaTTVi'piov, -/ivEyxEv -/î y.upta •/] [xsyxXvi TiExavTiV y.al ÈyÉi^.ti^Ev aùrr.v

yXiapoO y.al [ioTavâiv y.zl É'dT'/iasv lî'Jo /opoù; tz; â^E^ipàç, /.al É'vi-

Corf. ÊxiOricav. — - Cod. êxâBridav. — ^ Cod. (iExepiiTivfjijev. — ' Corf. aly\mT.-


OTTi. — ' Corf. noiTi'jizt. — * Corf. yîxo'JOt".
24 VIE ET RÉCITS DE l'aBBÉ DANIEL.

I/O' *
I. ,|fjy -j-(jù- TCO(îaç TCiû yepovTO; x.ai ToCi [axOtitoC aOTOù, vcal 'Xaêo'jira

>iaj/.îov, jcy.i ecpspev Taç àoc),çzç, y.al elzj^Eavev è/. tt,; Isy-av/iç, -/.al

£T7£y£cV eÎç tzç y-j'^yAa; aOroiv" ûcTSpov 5à È^éyeev et; tov y.ôl-ov

a'jTYiç /Caî eÎç Tviv v.ioyXry. "llv rîà i^eTv aÙTz; iraca; ojç è-l 'Xi6tov

àx,iv4Tfa)v àla'Xou;" oià y-poocjAaTOc 5à T.r/.ria. 'h àw/CDiiri; aÙTwv sye- 5

vero' a'jTr, r, •/.îvr.ci; aÙTiôv àyyeT^iy.vî' Aéyet O'jv ô ys'pwv Tvj TiyoujAév/)'

'Hy.â; euXaeoovTci Y) oÛtojç eiaiv 7:avT0T£ aï à^e'Xcpai; 'Il 5e eiTTsV

rixvTOTS oÛTwç eîclv aï ^ouXott cou, âécTCOTa" âW eù^ai 'JTrèp aÙTÙv.


Aayet, ô yspcov EÎtvè tw piaOviTYi [aou ô't'. w; "aot6o'ç (1) \jsji ÈTvÉp-

ysxai. Mïa c)i èç aùrtôv Jx.£tTO si; to [zeciauXov •/.oiii.wp.c'v/i uspuc- lo

y\.<s[j.i^aL ô-À-MO. (popoOca'. AÉyei 6 ysptov Tîç ècjtiv aoTr, /.oi[Jito-

yAvr,; AÉyît aÙTÛ [Aia twv à'îîe'Xcpwv -McducTTpia é'cTtv, -/.al ti Tcotv;-

<7ai aÙTv; oùz. ot5a[j.ev, -/.ai èx.êz'Xai a-jT/.v toO [y.ovzcTVipiou cfioÊo'jjj-eÔa

TQ x.ptp.a, "/.al ààv aÙTr.v sa'ijojaev èy.êo'Xi'Cêi xà; àfΣ7i<p3Cç. Aéyei o

yspcov Tcï) (AaÔviTTi a.'jTO'j' Azêe t-^v 'XEz.avYiv /.al [iâlE êTuavw aÙTT,;. 15

ToO 5à TCOivi'cavTù; oûtw; àv/jÛTSi " wç à-o [J.eOvi;. Aéysi o'Jv r,

à[7.p.àç" AeciroTa, outw; egtiv Tva'vTOTE.

Kaï Xaéo'jca vi •flyouyiv/i tov yspovxa et^j-ziveyzEv aÙTov eï; t6

âpi(7T7)pi.ov y.-A £7voîr,(j5v Seîtcvov Ty.^; àosT^tpaTç 'Xeyouca' Eù'Xo'yi'JOv

Txç ^oulaç ijO'j Vva â'aTvpocfJj'v cou yeuctovTai ' . 'O oè EÙVJy/jCêv 20

|- aÙTzç. AuT'/i «ÎÈ y-xï r, àeuTepapïa [idvai, È/iaQicav *


[aet' aÙTOù. * Kal
i7[

~aa£'Oviz.£v /(.auz.{ov tw yf'povTi £;(^ov Tivi^ ppex-xà y.al Cttj-x \r.-

lOL^r». y.al (poivtx.ia x.y.l u^cop" tw oè (/.aÔYiTr, aÙToO rapéÔvi/.sv 'i^T-vSr,^

èy.i^ecTViV x.xl [/.ly.pov ij/wpv ' y.al Eu/.paTov Taî; oÈ àoeloaiç rap-
£T£9-/iGav oayi'a tto'X'Xz" ïyOûaç '
y.al oivo; sï; ir\v;c[j,ov/;v y.al â'cpayov 25

TTy.vu y.a'Xwç y.xl oùâel; èlâ'Xvi'jEV. MsTa 5è to àvacTr.vai. y.ÙToùç

lÉysi 6 yépwv T'?i r,you[/.£v/i •


Tï â'cTiv o ÈTtoi-zicaç; 'HpLerc Cy^i'Cka-

IJ.EV * oayElv xa'Xwç, y.al ùjj.stç tjc xaT^i: èçayeTe; Aéyai aÙTw vî

v.[j.[jÂç Su ]j.ù'^a.-fji^ £1, xal Tpocpviv [Aovayoû jrapEÔ'/ix.a coi, /cal ô

ji,aO-/iT-fl'ç cou [j.aOr,Tr,i; pLova-^oij èctIv, /.al Tpo(p7iv [AaOviToù TZdfi^-ri'/.a- 30

àp^apîwv £oayo[A£v ".


aÙTtô- vîaEÎ'; 5a àpyapîat £C[/.£v, y.al Tpocpviv

AÉvei aÙTïi ô y£pci)V Mvvicô-^'" vi àyz-v) ovxto; {o(p£'X/iOri[;.£v.

ATï£pyou.£Vwv o£ aÙTÛv àvaTvaûji. y.al >.£y£i. ô àêêà; Aavi-^Tv tù

'
Cod. oopôoa. — •
- Cod. àveJTri. — ^ Cod. yeOdovTai. — * Cod. èxa6T,(jïv. -
•''
Cod. te. —
* Cod. '{/wjiriV. — ' Cod. ly_6ûoti; — >*
Cod. ôy£0.a|i.Ev. — '>
Cod. èçi-
Y(0(J.£V. — ^^ Cod. |xvy]a6£Ï.

(1) Il faut évidemment lire yotOo;, forme donnée par tous les autres manuscrits.
VIE ET RÉCITS DE L ABRÉ DANIEL. "iO

[xaQviTvi aÛToij" "Tirays ^Xi-Ki '


tzvj -/.oijy.aTai -/i
[/.eSûcTpia OTtou eîç to

u.SGta'j'Xov éV.siTo. Rai à-TusoysTai x.al pXÉiusi, x.al TiéyEt aÔTÔJ- Raxa
Tviv ejA^aiTiv TÛv cwTVipîwv. Rai T^eyst ô yépwv tw [AaBviTYi aÙToO"
'
Pp-flyopriCOv |;.st' £[y.o'j tTi yjy.tI Tœn'iy Ka'i ùte àvêiraûvicav nv.na.',

at ai^£)i(pai, lajj-eavci 6 yÉpcov tov [xaOriT/iV a'jToO, -/.al x-aTspysxai

ÔTTicoj TO'j ijiçapiou, /.ai Ôswpo'jcriv t-/;v [^.sOiJCTpiav ôti àvi'jTvi /.a',

iTUÉTassv ràç veipa; aûxTiç jî; xôv oùpavciv, )tal Ta dotx.pua aÙT-?,ç

w; TJOTapj;, -/.al tz ysiXv) aÙTf,; x.tvo'jj^.sva, x-a! Ta; [xsTavoia;

àvaTC£'[/.TC0'j(7a x.ai x.aTaTrt'-TouTa eï; tq â'Sacpo;, v.yX ote '/iadavsTo

10 v.tav Tciv àoc'Xtpwv * àivspyoïy.Evviv si; Ta âvayx.aîa â'ppncTSv éauTr.v ' f- i'?'"

y^apLal pc'yy_ouij«. Outioç ^ietéT^ji —àcraç Ta; vîixspaç aÛTvi;. Ajyst


oùv ô ys'pwv TÙ j-taOviTTi a'jToO' <t>wv/T70v |aoi tviv iôyrj'j[/.Évr,v èu-

çu(I);'^. Rai ocTvelOcov £(piov/ic£v aUT'/iv x.al Tr,v ^c'jXEpapiav x.ai

ôl/jV T'ôv vux.Ta ïêleTtQV a à-oisi. 'H rîà -iiyoufASV/i vip^aTO xlaiEiv

lî'youija" 'O TCo'ia x.ax,z IvEf^Ei^ap/iv aùr ! Rat Ôt£ £)tpo'jc£v to


*
x.poijw.a ÔpûVj; syEVcTo Tïept aÙTv;; £1; tyiv àiîj'XçoTViTa x,at 'JicQa-

v£TO * x.ai y.Tzéoy izy.i àcpavù; rTivou TiV x.oi[y.(o[j!.£vo; * ô yÉpwv x.ai

y.'X£T:T£t T'/iv pzÇàov aÙTO'j x.al to ÈTTtppiTïTaptov ' x.al àvoiyct £Ù-

ouù; T/,v 6ûpa to'j [j-ovacTViptou x.al ypx.^Ei TitTTZx.tov îcai ^yùCkn eI;

20 tÔ Ôupa; léyouGa" Eù'^acOs ÛTtÈp £(xoO x.al cuy/_wpvî-


y.'ksl.obiij.x Tvi;

TaTî' (y.ot oija è'iTTatda ûu.tv x.al àfflavriç £y£V£T0.

Rai 0T£ 'h[i.i'^y. ÈyÉVcTo È'CviTVTrav aÙT-^v x.al oùy £Jpov. Rai àiTEp-

yrj-j-cti £t; TOV -ulcôva, xai EÛpÎGX.ouTtv àvEwyi^.évviv t'Àv Oupav >cai t6
TCtTTax.iov y£ypa[A[/.EVov xal ytVcTai, x.'XauO[/.ôç (Aêya; Èv tm [AovatïTV)-

2^ piw. Rat lEysi ô yEptov* 'Eyù otà TauT'/jv •ô'XQov cooe" TotoÙTOUç yàp
ly-sâuiTTà; i.yy.-5. 6 0£o;. Rai -àca (! nu^oSix £^co[AQ'Xoy£tTO "
tw
yEpovTt TO Ti ETcpaçav Et; aÙT'/i'v. Rai Ttof/fira; ô yEpcov EUy/iv

Taî; âÔEX^aî;, àvEy^top/icrav Et; to /C£>.Xtov aÔTÔJv, fîo^a^ovTE; x.at

£Ùyapt(7T0iJVT£; TÛ 0£CO T(ï) ytVCOGX.OVTl pjVW — o'tOU; Kp'JTTTOÙ; É'yEi

30 ôouVju;.

'
Corf. pXsTtai. — - Cod. àvenaûsKjav. — 3 f o,/, ê(itfuii);. — ''
Cod. epO),),o;. — ''
Cod.
aî(76âv8rî. — "^
Corf. xoinô^svo;. — ''
Cod. âTrip^imapiv. — '^
Cod. iÇojxoXo'ysîTo.
26 VIE ET RÉCITS DE l'ABBÉ DANIEL.

Variantes

(Biblothèquc Nationale : ins. du fonds Coislin 232 (xi* siècle), f"' 273-275 '.)

Page 22, ligne 3. x^ âvw OriêaiSi : Briêaiôt tt) àvwTÉfa. — 7. Oin. aÛTiûv. — P. 23,
1. 6. ToO : ta. — 15. Yuvaixwv : Add. xai EÎne if] :?iYou[/.£vri oTt ùSÉ e1|j.i. — Om. 17.
aÙTOû. — 24. xoi(j.»i6(i5[isv... yÉpwv : xot|j,T)6b) m5e |AETà évi; yepovToc. — P. 24. 1. 2. xai
Ëçspev : ëiepEv. — 3. ràç x£fa),à; : xrjç xîya),?);. — 9. XotOo; : yÔTÔo;. — 10. itepiec-

Xicfjiiva... çopoûaa : 7t£pt£5Xi'7[iÉvïi xai uaxxoyopoûoa. — 16. àvriuTEi : àvécTï]. — 21.


aÙToO : aÙTwv. — 25. ty.ôÛEç : î/6ù;. — 27. '!I[j.£î; : "Oxi »in£ïç.
— 32. Mvtiitô^ : MvTid-
Seiï). — 33. àvaTtaûei xai XéyEi : àvaitarivïi Xeyei. — P. 25, 1. 2. ëxeito : àvs'xîixo. —
2. P^ÉTiei : Add. xai lp-/eTai. — 4. tt|... TaÛTyj : xrjv vijxxa xaùxi^v. — 4. avenaurjirav :

àveitiï)<Tav. — 5. xaxep-^sxai : xatépxovxai. — 8. Om. aùxrj;. — 17. àçavû; : evçuwç.


— 18. Om. eOfuûi;. — 24. y^YP"!'-!''^""''^ • Add. oOt<o;.

(Bibliothèque Nationale : ms. du fonds Coislin 282 (\i« siècle), f"" 168-169.)

Page 22, ligne I. Titre précédant le texte : xeipiXaiov 5'. — 3. xtj... &-r\Saio\. :

©riêaiSi x^ àvioxspa. — 5. ÈTii : iitaivii). — P. 23, 1. 3. Tipo xoù : jtpiv.— 4. Oni.


Èxâ6i(jav. Tôxe. — 5. 'Oç oùv : Kai. — 6. ÈTti... (i;j.|j.ovi : eî; xrjv âfx^ov. — fi. ôtà
Toù : Siàxo. — 10. aiyunxidTi... êxXauoav : aîyyuxtaxt xoï; Ttaxpâsi. Kai ëx).au<Tav. —
14. 'Ep|j.Ô7io).iv : 'EpjioOiioXiv. — 15. yuvaixûv : Add. xai elite x^ i?iyo\j[j.évï] oxi wSe
£1111. — 15. 'Hv yàp èxEÎ : 'Eirxi yip èxeîvov. — 17. |iova/ai : àôsÀiai. — 19. Aéyei
a-jx^i... TÎvoi^ev : As'yet aOx^ 6 àoE^ço;* "Iva 7iotTQffï]X£ àyàTrr,v xai xotixyjQw uSs
{jLExà évô; à)),ou yipovxo; ôxt IfjTxipa È^xi ,
|j,r,:xoxE çàywatv :?]|J.à; xà Oi-,pia. Aéyei
aùxw il 6'jpti)pô;* OOôÉhoxe w^e Etaip/exai àvYip* CTU[jL9£pEt ufitv t'va çàywTiv u[jLâ; xà
E^tt) Or^pta xai [j.r) xà eœw. AéyEi aùx^ 6 àôe).(p6c' xàXsddv piot r^v {X£yâ).r,v. 'EXÔoûaa
Se r\ [Lzyfxlt] Xe'yEi xôi àSsXrpw Êffto^Ev laiapLÉvï)' Tî xeXsuEt;-, Ae'/ei aux?;' 'O àêoà;
AavtTjX saxiv 6 xrï; Ixi'xeto;. Kai àitoûffa^a -^ ^QyoupLÉVï) t^voiIe. — 27. Tiâffâ... |xaç6-
pta : Tcàffai aï aSsXpai, xai xà tofio^ôpia auxwv. — 31. y.i.'cui.., f,v : xoO xôttou où
t-Txaxo. — 32. Xei/ouffai... [iEyâXri : xaxaçiXoù'îat xà 7i£X[iaxa aOxoO ewç xoù (xo-

vaoxrjpiou. Kai Éviyxaaa ti (lEyâXr). — P. 24, 1. 2. xai IfEpEv... xai Ètxexeev :

xai ivÉyxaaa xàç àoEXçàç ÈTtâvw xij; XExivr]; ètiéxeev. — 3. èEéxeev : ÈnÉxeev.
— 4. àuxà;... àXiXou; : aOxà; ôixiiv XiOuv àXàXiov. — 5. 5è : yôp. — 5. àTtô-
xpiaiç : ÙTiripEdia. — 6. ir]Yoi;(Ji£vy) : à(ji(iâ. — 7. 'H SE eThev : XéyEi aùxû t] fiyov-
[i£vr). — 8. Oin. SÉsjtoxa. — 9. Xoxôô; : yoxOoi;. — 11. AÉyEi : Add. x^ à\X[i.â. —
12. Cm. — 12.
Idxiv. itoiii<xai... oï8a|iev : aOxïj Tcoiyjsai £x<o oùx ol3o. — 13. çoêoij-
[jLE&a : çoêoOfiat. — 14. xai... ÈàçwiiEv : Èàaat aux^^v. — 16. ToO... avr^uxEt :
'0
oÉ ÈTioJviaEv oOxm;, xai àvÉuxï]. — 18. Cm. Kai Xaêoûoa... àpiorripiov... — 21. Om.
(iôvai. — 22. xauxiov : xauxâXiov. — 24. jiapEXÉÔTiiTav : TtapÉOrixav. — 25. lyOÛEÇ...

EÎç : xai îx6ùv si;. — 27. it\i.ov\i.éyri : [iEyâXij. — 28. xaXû;... ÈçàyEXE : xà Bpû>|;.axa

xaOxa, xai ûiisî; (j.à)Xov èçâyEXE aùxà; — 31. xpofr.v àpxapîwv : <ôç àpxâptat. —
31. Eyayofuv : Add. auYX'i'pl'ov ,
— 31.
TtâxEp. ôyoïTtri... ùç£Xr.9r)(j,£v : àyàTtr,- ojçe-
X^9ï;(1£v. — 33. àvaitaOei xai : àvauau^vai. — P. 25, 1. 1. r, (lEÛuuxpia... éxEixo :

ÈxEiv/) T| [jisSuoTpia. — 3. Ë[iëa(jiv xiûv cMxripiwv : ë|oSov xûv.xpEitôv. — 5. xaxÉpxe-


xai : Ëpxovxai. — 8. xivoû[ji£va : Add. p-ovov. — 8. xà; jiExavoia;... ËSaço; : xaî;
[lEiavoîai; xûitxouua xô Ëôayo;. — 11. .\a.aai pÉyxouoa : eî; xô Ëôaço; xai èicoiei
VIE ET RÉCITS DE l'ABBÉ DANIEL. 27

éauTTQV péyxo^na.y. — l'.î. çwvYiaov... yiYOU[jL£vy}v : xâXeaov ty)v [j.£Yà^ïlv. — 14. tiy®^'

IJ.ÉVI1... xXac'eiv : à[i|iâ{ xXaîouua XEyei tw vEpovti. — 16. zU... àçavûç : iv T^ œSeX-
çoTTiTf xai a'c(j6avo|j;£v») àTripxsTai eOçuw;. — 18. Oui. xat ivoÎYEt... (lovasiiripiou. —
19. pàWîi... XÉyounai : àçirjaiv oùto ÈTtàvo) toO xXîiSîou, ypâ'jjaaa oviTto;. — 21. S<7a...
syEvsTO : ôda eoXi-lia ujjLàc;. — 22. aÙTriv ; Add. 7ravTa;(où. — 23. àvEOjyfiévTiv... y-*

ypa(ji|iÉvov : Ta x>£iSia xaî xô iciTydxiov. — 24. èv T^ (jovaur/ipîw : Èv Trj àôsXçô-


TiTCt Tïcpi aùxïiç. — 26. r]... âÇfolxoXoyEÎTO : TcàTat âÇwiAoXoyoùvTO. — 28. àvE/wpirrav...
ôoûXouç : àTXTjXOev eîç tô xeXXiov aÙToO oo^âÇwv xôv Heôv tôv ytVfôfTxovTa Toùç xpunxoùç
ôoûXo'j; aÙToO. *H[J.£r; ôà xat à oOx £-/rj[j.£v Xéyoïxsv ÔTt ëy_0[J.£V.

COMMENT L'ABBE DANIEL EXPIA UN MEURTRE


QU'IL AVAIT COMMIS

(Bibliothèque Nationale : ins. du fonds grec 91'i {xiu' siècle), f" 191-192.)

*TciO aÙTO'j àêSz Aavi-fil. * f. i9i

O ocÙtÔç àÇêàç' Aavir,^ i/. Trauîôôcv àiTcTaçaTO èv Tvi S/.viV/i '/.al

*
ÈTOppi<]/av ot ^apêapoi xal a.iy^.aKi'muGoc'v aÙTOv, )cai ^t£Tpn|^2v u.ex' ' f. 191'

aÙTôJv ôiETÎav. Kai tiç iptVJypicxo; àvvjp vy.uy.Xvipo; èppucaro aÙTOV


5 èx. TÙv ^apSxpuv. Rai —zliv |/.£t' ôTvtyov ypovov v.iz'riïA'i^ oî Sap-
Sapot /.al é'>.aêov aÙTov. Kal ois'xpi'l'Ev (/.et' aÙTwv [^.-flvx; se, '/.al

ê(pijy£v £^ otÙTÔjv. Rai -zliv £/. Tpîxou s-£ppi'|;av /.al ila^W aÙTOV.
Raî Ttç àvYip è/. TÙv aîy[y,aXcoT£U(jy.VTta)V aùxàv /.a9(ca; Tupo; îi^wo'

ical )^y.bcov ô yj'pwv liOov éVîojx.sv tw à'X'Xo(p'j>.(;j , /.al sTuyev aùxàv


10 zTkfjOaveîv èk toO Xî9o'j.

Rai (j.Exa XO (puyetv xov aùxov Aavi'/iX [wxajxeV/iQel.; ô yepwv etcI

TÛ Tvpzyfj.axt xoù (pôvou ôv Éirotviffev èp.Çawsi Èv 'AXs^avf^psla xal àva-

xiQexai Tt[/.oO£w xù àpyuTTtoxoTïco, /.al yvoùç ô àpyi£7rîc/.07i;rjç xo


Trpày[ji.x /.axsyvti) auxou lEywv Oxi 6 >.uxpo)(ja[j.£voç ire ©eqç à/C

15 i^euxEpo'j è^ aùxàJv /.al to xpsxov TuaXiv E^uvaxô te 'XuxpciiTa'îSai ,

àXl' ô[ji.w; cpovov oùx STiotiica; , 6v)piov yàp aTTÉXTEiva;. YVkiùac/.ç oùv

Èv 'P(iJ[/.-/i ô a'jxô; Aavi-JiX ixve'Gexo TcaXiv xà TC£pl xoû 7rpzy[/.aToç xoj


iraTra Ptojxv",?, /.al xov aùxQv >,oyov eItcev aùxôi ov yÎ/.oucev —apà
ToO TCOTa 'A'Xe^avJpEtai;. 'AtceIOovxcj; 'îà aùxoù Èv Rojvf;Tavxivo'jTvo"XEi

' Cod. àSgà.


28 vir: et récits nE L'AisnÉ daxiel.

•/.où £v 'E(p£(7(o /.al £v 'IssoTo'X'jjj.'jt; '/.al èv 'AvTioyaia àvtOsTo Ta


Ttsp'i TO'j (pdvo'j, -/.ai tciv aÙTOv >,oyov Trapà Tva'vTwv xiiv —aTataovûv
vl/.O'JTEV . OxllV 5è ÛTVOT-pE'j/a; £V '
AXcÇaVOp£l'a 'XEyEl £V Éa'JTÔ)'

Aavi'/i'X, AaviriTi , ô (povE'jtov <pov£'j£Tar xal à-£Af)ùv £Îç to TupaiTW-

piov irapÉow/.EV éauTOv to^c /CO[j.£VTaoicîoi; ^vÉywv aÔTOÎ;" 'ETrei^-fl

[j.ayviv £7T0tv)i7X j7.£TZ TWO; /.al xaTa/Cupi.£u9£Îç ÛTO ToO TCOvYipoCi É'âw/ta

* ' ^^^ aCiTw [J-iTcx. >.îOou y.al à-ÉxTciva aÙTov Tiapaxa7^<Zi ùjy.à; tva 7:aoa*^o9ô>

TÛ apj(^'jVTi y.al aTtoOzvco àvTi toO (povo'j ov £7C0'//iGa, ïva y.vj'fi'jHû)

VA. tr,ç, [J.ù.\r/jr;-f\i /.oXzoecdç. 'A/.ouGavT£; àà TaÛTa Trap' '


aÙToO oî

/.o[J.£VTapiGioi É'êaîvov aÙTOv etç çu>.ax.-ôv £tvI TpcaV.ovta ii'^j.i^o.ç, xal 10

àvÉSevTO Tw apyovTi Ta Tïspl aÙTOÙ. 'O o£ aoyo)^ içiîysyy.i-j aÙTov


£Îç Tvpdorîov [AETà Ta; Tpiax.ovTa •/ip.Épaç, xal È^ÉTa^Ev aÙTOv ttiô;

fîiETïoâ^aTCi TCiv (pdvov. Rai àvÉOETo aÙTw " — àcav T7iV àV^^Eiav. 'O
fîè ôf.çyii)V 6«u[iz(ja; ètvI ty) ^la-z-picEi toS yEpovToç aTïÉ'XucEv aÙTOv
XÉywv aijTw" "Viuaye, eij<;ai ÙTCÈp èjaoO, àêêà" EiÔe' /.al aX'Xouç 15

ETÎTZ ECpdvE'J'jaÇ £$ auTwv !

o ^£ yÉpwv 'XE'yE', £v ÉauTW' 'ElTtioaç È'yoj £iç tvjv ipilavClpto-

TCiav TOÙ 0£où, OTt oùx é'j^Ei [j.oi TO'J VjtTCoO Aoyiaacraat -li àyaSoTriÇ

aÙTOù TïEpl TOÙ aÙToû cpdvQU* àiîà 5è toO vùv tf E^tàv ^î^totj,'.
''

tw ©eu
*
(0I7TE Tixac/.ç tÔcç -iiiJ.E'pa; T/iç 'Cwfiç [J.'iU UTCripETEiv [xs £va 'X£>.coêvi- 20

[ae'vov àvTL Toîi çdvou dv ETToa^x. Kal é'î.a5£V 6 yÉpcov )v£7vCo6via£'-

vov Eva, /.al elxEv Èv ÉauTw" oTi Èzv àiroOavr, ^ ô 'X£)i<.oêr,[j.£voç

O'JTOç , àv£p"/_o[j[.ai Eiç Al'yuTiTOv xai la[jiÇav(i> àvT* aù-oO aTilov.

riavTEç oùv oî S/.YiTtwTai Eyvojijav oTt lEltoêviaÉvov â'y£t 6 yÉpwv,


oÙi-ÎeIç ^à vîfîdvaTo î^eiv tù Trpdcwirov aÙToO Èicto; toO yE'povToç /.al 25

(jidvoLi. Ev [/.ta û'jv Twv vip.EpoJv y.aT ûî/.ovo[7.tav ©eoO Tirepl wpav
£)iTy)V ETEiCEV ô yÉpoJV /caTa to e6o; to jcwociviov ', y.al wç eI/ev ô

[j.afJriTvi; aÙToO eÎç t'Àv y.E'X'Xiav aÙTOù S7rop£'JfJ-fl 7:po? to fîia/.ovvÎGai

aÙTOv àxd/.pi'7Lv T(p yEpovTi, x.y.1 ÈitslaOETO 6 yEptov OTt eijEktev to


y.wJojviov*, /.al Ea^EV y.aT* ÊvÉpyEtav* Geou T'/)v Odpav àvEwyiAÉvviv 30

TT,; aùTv-?,; TO'J y.E'X'Xiou a'jto'j, y.al £/.aSe'^£TO eÏ; tov •Jiltov ô yEpwv
7:EplO^£'JCOV '" TOV îkE'Xwê'/ip.ÉVOV . 'rlv(^£ Ô 'XEXo)êï)[J.ÉV0; 7U/.VU '//(pavtlj-

[j.e'voç £/. ToJv tuo'aTiÙv Tpau[;.xTwv. Kal d [j.aOriTviç aÙToO ûiro(jTpE''|/a5

' Cod. itapà. — - Cod. auto. — ' CoiL ï) 0u; (pour tl 0£où;! sans doute). —
' Cod. ûi5o(ii. — * Cod. Oin)p£tY)v. — '"'
C'od. ànoOâvîi. — ' <7orf. xà xoSmvïjv. —
5 Cod. Ta xo5iivy)v. — ' Cod. evEpyiav. — '" Cod. 7tEpici)5£Ûu)v.
VIE ET RÉCITS DE l'aBIîÉ DANIEL. 29

oLTzb T'/i; f!)i7.x.ovi'x; x.al (pGaca? Tr,v Oupav zr,ç aùlr.; •/.aTEVti'/iTEv tov

VEOQVTa TïGç TCEOtwoeusv TOV ^eXwSr/iy.avov. Kal w; Tuso'.woêuijSv aÙTOv

£']c-fl>,6£v ô ys'owv eî; to îce'XXiov éauToîi x.al eîc'/iv£Y/.£v cEj/.i'W'Xi.v '


y.al

àv£êo<ou,aTi^£v aÙTOv SC aÙToS 'îiz to [j:)] ïyiM ''f€\^a.i tov >>£>vtobvi-

s [A£vov /cal ^là TO \jJh fîuvaifJai aÙTOv xaTa7:iv£iv to ppcop.a aÛTOî


^là TO £ivat aÙTOv wavu (î£(7a9pw[/.£vov . 'O oè y^ptov x.aT£[AX'7(7£v t6
CTOjAa TOÙ lE'Xoûêvifz.Évou Taîç îiîiatç y£pi7tv y.al 'éècCkkvj dç, to l'^iov

aÙToij (7T0[j.a .

Rai îSwv ô jJt,a6r,Tr,ç to QauixaiTTOv â'pyov to'j yÉpovTOç o £Trotr,'7£v

10 £^£—Iz-rr, y.al sSd^aiEV ÔTrèp toù toio'jtou â'pyo'j tov 0£ov tov izaçii-

yovTa TO'.a'jT-/iv 'j-o[;.ov/iV tw yf'povTi tw outw; ÔTVvipsTcîv tù 1e-

)>wê-/i[;.£'vco. Kal ÛTCÈp toutwv à-avTtov Sô^av àva7:£[A(}(w[j,£v XpiGTw


Tw ©Ew 'r,ij.S>w, vov y.al aEl x.al ilç toÙç aîwvaç tÔjv aù.lvtov.

'A[Ji.-/i'v!

'
Co(/. ae|ii5a).ïiv.

Variantes

(Bibliothèque Nationale : ms. du fonds Coislin 282 (xi° siècle),

f"'' 166 '-167'.)

Page 27, ligne 1. Toù... Aavivi). : Ks-piXaiov —


fl'. i. Sisiiav : Add. r,ii£pà>v. — 4.

èppûuaTO : àvep^yffocTO. — 5. toSv : Add. aÙTwv. — 5. Ka't... àTt/jXfloN : îlctXiv oSv [le-cà

Sûo ÉTT, àvr,).flov. — 7. Um. È$ aviTÛv. — 9. ëSioxev... ijisTa|i.E).ïi6Eii; : SsSwxe tw àX-


Imfxiltù y.ai clTteOavs. Kai [ji.£T(ii<.£),ï|lisiç. — 12. iipoY(j.aTt... È[j.SaivEi : itpiYsiaii ô éiioir)-

oEv àitipySTat. — 15. Om. «âliv. — 16. aTtEXTsna; : Ètpoveuuœ;. — 17. Aocviri), ; 6 Y^pw^-
— 17. -jtoiXiv... upaYC-a^o? • '''^ ™^ TipàyiiocTo;. — 18. Om. aÙTov, —
28, 1. 2. Oin.
p.

7^=pi. — 2. TOV aÙTÔv... OTTOŒTpÉJ^a; : tôv Xôyov ov riV.oucE irapâ Tiâvxwv xwv àpxiE-

•jiKjxii-TtMV -iixouffE xœl itdi),iv. 'l'TLOdTpÉ'JiœvTOç ÔÈ aCiToû. — 6. xaTaxupiEuOel; : xaTSXu-

piEÛOriV. — 6. Éôw/.a aÙT(i) : ôiîuxa otÙTOv. — 7. ànixTEf/a aOrôv : àitsIiavEV. — 7.

Om. iixâ;. — 8. àTtoOivw : çovÊiitlo). — 8. È7toir,(ja... t^; : Ëi^paSsï, ïva p'joOm Trj;.

10. Om. ÈTtî. — 11. àvÉdôvio : à'/rtictyo-j. — 11. Om. xi. — 11. eIiiveyxev ;

è?£V£'yx«î. — 12. TtpôoSov : iihanri. — 12. xai ÈÏE'taÇEV : E?iQTa^Ev. — 13. àvÉÔETO :

eIksv. — l.'î. aifflt'.m : Add. ô féçuti. — 16. ÉitTà : TpEÎ;. — 18. Om. toû J.omoO. —
19. TtEp'i : Ti HÊfc. — 19. flEw : XpiiTM. — 20. Ëva kXwgr.iisvov : Ivl XEXwÊrijisvu. —
22. xoc't eItcev... â),),ov : xcct (iE/pi; où àTtjOavEV eI/;v hOtôV z'.à oie ans'OvooxEv 6 /e-
30 VIE ET RÉCITS DE l'ABBÉ DANIEL.

).Mêri(J.Évoi; àvrip^eto ô yEftov xoti È),à|j.gsv£v â).),ov àvt' aiitoù. — 24. ËYVoxjav : ^ôetuav.

— 25. èxTo; : 7t).Tiv. — 27. Oui. xari tô ëSo;. — 27. xal w; : i. — 28. xsXXiav :

x£),)iav. — 28. Om. aÙTOÛ èitopeOOr). — 29. aOtov : oùtm. — 29 Oin. tw fépovTi. —
29. TÔ xoSfivtov : aÙTÔ. — 30. Om. xax' âvÉpy""'' 0"^- — 31. Oni. toO xeW.tovj. —
32. Om. îrâvu. — P. 29, 1. 1. xai çOâsa;... ei(j?|),Oev : çOiua; Ta; eOpa; r^ç aù),Ti!;

àvÊïpYjjLÉvai; xaT£v6r,<T£v tôv yepovia uwç îtspitôoeuev aOrôv. Kaî £Îa^).8ev. — 3. Om.
éauToO. — 3. £;'jriv£YX£v : ECT^vEfxev. — 4. Om. tov X£>(oêYiiJi£vov. — 9. IpYov... ênoiri-

<j£v : 6 ÈTtoisi. — 11. ÛTioiJiovriV... Û7iT|p£T£ïv : unoixo'iïiv Toû Û7tr,p£T£Ïv. — 12. Kai

ÛTrèp... 'A\i.T,i : 'Ev XpKTTiîi 'Irjaou tw Kupîto r,iiôJv. 'A|j.iôv!

EULOGIUS LE CARRIER

(Bibliothèque Nationale : ms. du supplément grec 241 (x« siècle),


foB 277'-282.)

*
• f. 277» rispl ToO loTOfiOU Eù^-oyiou.

reyovsv /caxz Try ©•/lÊaiOa 6 i.Sëy.^ Aayirik ô TCpeaêuTspo; t'^;

SxTÎTewç, Èywv jJ-sO' ÉauTOu é'va tôjv [AaÔïiTÔJv aÛToS. Rai •/.aT'îi'XôcAi

Tv'Xs'ovTeç tÔv TCQTafjLov x.al asxa to T:'X£ij(îxt aùxoù; Trxpsex^ov eïç

XTYJpia, Toù yspovTOç s7ïiTp£(}/avT0; TQî; vx'jTaiç. Rat Isysi. ô yéptDV 5

fi^e eyo[;.£v [;.stvai t/,v c-fljAspov. Rai r,pçaTO i [AaSr.Tv;; aÙToO Y°T'

* f. 278
Y"^^^'''
/M lifii-j- Eco; 'tuo'ts >otTOV yup£urjjj.£v; ayto[A£v '
£Ï; Sxr'-

TVjv. 'O 8ï yfi'pcov (p/,(jiv Oùyl, àH' (b^e [j.£vo[;.£V cin[/.£pov. Rai lù-

pÉOvicav eïç [^éucv toO y^ioptou ^£vai. Rai T^éyei ô ào£'X(poç tû yÉpovTi"

^pa àp£CX£i TW 0£Û ÔTi' wç cuvar^E'Xcpci y.aÔE^ojAEGa ; aywjxEV xzv lo

' Cod. âYO[i£v. — - Cod. wti.


VIE ET RÉCITS DE l'aBBÉ DANIEL. 31

eîç [xapT'jpiov. Rai Tisysi ô yéfwV 0\)-/j.- w^s /.aOs^ofjiai. Rai £[/.£(,-

vav àxsî -/.aOTipLevoi [/.éypt; écTrÉpaç PaÔ^la;. Rai •/ip^axo 6 àSe'Xipoç

[J.'i'f^ti'^ 1T016ÎV jASTa TO'j ysfovTo; lifoi'J' "Oxi '


6m nh ïytù aTCoÔxvevv.

AÙTtov 8ï 'Xa'XouvTwv vi'XÔev Ttç yipcov xoGjAOtrjç ,


[/.ax,pQç, ô>,07rCi"Xioç,

5 7ÎZVU yspwv, TCpoêeêvixcbç lôtJi-Épwv, ej^tov xal )4upTYiv /.al î^wv tov àê-

é'âv AaviY,! TT£pi£Tv'Xa/.yi " aÙTÔi, y.al vip^aTO x.aTa(pt'Xeî'v toùç Tro'^aç

au -où [AeTa x.)iauG[;,oîi" r,C7ia(7aTO Si xal tov [7.a9viT7)V, -/.al Asyei aù-

To^" ReTkSÛcaTe.
^KediaTctZe 8i x.al (pavov, xal Tîsptvi'yEV l'xq puji.aç tou yiopiou votojv
10 ^évo'j;. Aaêùv ^s tov yépovTa x.al tov [xaôr,TT,v aÛToS >tal Toùç âXkouç

ouç eupev' ^évouç, àiî-?i'X9ev etc tov oî/.ov aÛTOÙ, xal palùv ûàwp stç

TOV viTVT'f.pa È'viij/sv Toùç Tco'oaç T(i)V [y.aOviTiùv xal toO ys'povTOç. Où)t
siysv oè et; tov oîx.ov aÛTOù a7.1ov Tivà loiov, oùàè sv aXT-u totiw,

et [//^ TOV 0£ov [y.ovov. Rai ikaps'9r,xev aÙTOîç TpzTre'Cav xal jj-ETa yeù-

15 Ga(7Gat aÙTOÙç, Ixêùv tx irspwireuOÉVTa x^Xacp-aTa toi; xugI toO yu>-

piou Trape'eaTvev. Outco yàp s'X^'^ ^^'^^ itoi£tv, xal oùx vi'tpisv à.m
écUEpa; £tç to TCpcoi i];iyîav '
(;.lav. Rai Tvaêwv aÙTOv xaT* ÙJtav ô yepwv

£U)ç ayiSiy ^i.£(pau(î£v £x/.9icav laVjuvTEc tsc Trpoç cwTvipiav (ASTà

fîzxputov TCoHûv Rai tÔ irpwt à(jTrai7a[;,£V0t àl'Xv)>vO'jç àvEywpr.aav .

20 RxTK Se Tr,v ôSôv y£vo|X£voi '


ï^joCkiv ô [7.aO-/iT-Àç jj.ETavoiav Ttô

yépovTi T-eycov FIoi'-ziijOv àyauriv ,


— aTsp, xal eItte [/.oi tiç sijtIv ô

yéptùv oÙTo; xal tvoOev


*
aÙTOV yiv&is/.et;. Rai oùx v)9£"X-fli7£v £i— eïv * f. 278'

aoTÛ. Ila'Xtv ÈTCoi-flCEV u.£Tàvoiav 6 à^E'Xcpàç XÉywv "Wak T.nWi

J/.01
êÔappT.saç, xal Ta xEpl toO ylpovTOç toûto'j où 6app£Ïç jj.01 ;

25 'O Se yépojv 00/. vi9£'X-/i(j£v ôappyjcai aÙTcjj Ta Tuspl too ylpovTo;*

wcT£ TOV à^Elcpov luTTr,6riVxi xal [7//1 'ka.lr,na.i tw yEpovTi ewç ttïi;

SxviTSwç.

'E>6wv Se àSeXfpo; iiç to xeT-T^Iov to l'Siov , oùx àTr/)V£yx£v

Tw ys'povTi TO [j.ixpôv (payiov* xaTa t6 ê'9o; t'Àv Évoexxtvîv tSpav

30 o'JTW yàp £cpiJ>iaTT£v ô yspwv -^v.aot.c, tjcç r.jAÉpai; Tviç Cwr,; aù-

TOÔ.

E<77U£pai; Se yevoftêv/iç -àIOev ô ye'pojv et; to Y.îk\iu-^ toù àoe'X-

oou, xal 'X£'y£i aÙTw- Tî èctIv , te/.vov , à'acaç tov iraTEpa gou

'
Cod. wTi. — -
Corf. itEfieTtXcixei. — ^ Cod. ïiipev. — * Corf. +ï)X'a''- — "*
Corf.

f£vâ|isvoi. — ''
Cod. -iaytîv.
32 VIE ET RÉCITS DE LABBÉ DANIEL.

âTToOaveTv à-ô aijaoO ; O f^è <pr,'7iv- 'Kyco Tra-spy. o'jz. l'yw et

yàa EÎ/ov 7:y.T£aa , viyaTTa àv to ïf)iov ts'/.v'jv. Kal Aeysi ô ylpcov

Oij"/,oùv juapâOo'j' y.al opa^âp.Evrjç t7,v Oupav wcxe àvÀly.i aOxov

x.al aTrelOsiv ,
çfJavei o à^£'X(pôç xal '/CpaTEi -rov yspovTy. , x.«i ap-

/ETai x.a-aipt'XEÎv aÙTOv y.al TiÉyetv aÙTci' Z'^ Rûpwç oti 0'j>c aTTO- 5

X'jo) at, Èàv [j,-/; siTvr.ç |j/ji ti; Y|V ô yepwv È/tEÎvj;. OOx viouvaTO

yàp ô à^eXçà; ïiîïîv tov yepcivTa 6\i€djA£vov eî; tittote- ttxvu yàp
•/;ya~a k'jtov.

ToTe T^eyei aÙTÙ ô yepwv. riot-flcdv [j/ji j/.f/.pov oayiov', x.ai c/'j-

Ttoç 'Xeyto «îoi. Kal [y.e-rà to ye'JcacOai tov yspovTa ^.éyji tw à^eTi- lo

(pu- Mr, r,ç c/Ti'/ipoTpâyyiloç. Aiz yap to Isystv es £t; to ywpi'ov

o'jy. àvviyysiTka coi. BT^e— £ oè |j.vi ôÊUTEpucr,; à àx-oucEi.;".


'•
OviTo; ô yepwv Eùloyto; 'XsyETai' tyiv Tc'yvcv i^à é'yei îkaTo'[Ji.ou

/.«TaWsi ^à ex. toO Ipyoy^Eipou aÛToS vijy.£poijiîiov évo; x-sparioo , ê'w;

éc— e'paç avir^èv y£ud[/.£voç. Kal tv; écTïépa eÎGs'pyeTat sîç to x.Tr.y.a, t5
^
x.al OGO'j; s'jpicx.si ^avo'j;, 'Xapiêx.vîi eïç tov olx.ov auToO x.al Tpecpei

aÙTOÙç x.al Ta — spiGCS'Jjy.aTa aÙTcov TTapaÇx.l^st toT: x.uvapîoiç x.a-


*
f. 279 Owç £lfΣç''. "Ey£t ^£ 'tÔ £-iTriScU[;.x toù XaTcîu.o'j £x. vEOTViTo? y.i-

ypi. T'?,; cr/fp.spov. "EcTi de ëtiov Éx.aTov x.al 77>,£ov x.al yo^-ri^Bi xù-

TW ô 0£O; TVIV lîuva[J-lV £-' IcOV " VJCOTc'pOU X.a).0'J, x.al Y,[J.Epl.OV 20

tô aÙTO x.spaTwv [/.£)(^pi t-^ç cvfjj'.r.pov x.zp.v£t.

"Ot£ Si vlaviv VEcjTeooç é'tcov TECirapzxovTa, àvsêr.v irojAr.cai '


ip-

yo'yeioov £tç tÔ XT-^[^.a èjceîvo, /al ia-éfxç yi'XOev x.al slaês'v p.£ x.al

a^^ouç O'jv Èaol àoElçoùç x.aTa to è'Ooç, x.al E^EvoOÔy/iGEV -^[/.(x?.

'Eyw âè ÈlOcov ÈvTaOOa x.al îc^cov tv;v àpÉTViv toS ye'povTo;, '^p^â- 25

[A-/;v VYi';T£'j£tv Éêfîo|ji.y.fîa; covaTïTa^, Trapa/ca'Xwv tov 0eÔv tva '/off;-

y/)C-fl* aÙTw ô 0£Oi; TîEptccoTepov avzAcoj^a, otccoç EÙepycTTiUV) y.al ôtX-

\u'j; TcXEiova;. Rai v/iGTeuca; TpEiç £€iîo[;./.c)a; Èx.cîy.r;/ aTvo tv^; da/.r,-

aeto; 7Îu.iOav/i;' xal |37v£7ïto Ttvà ÈAÔdvTa ÊfAT^pocOÉv [J.O'j tEpo-pEirvi ',

xal A£y£i [ioi' Ti Ê/Eiç, Aav'.r,^; Kal Asyw aÙTw" Ao'yov, oe'iî— OTa 30

L/.ou, ^É^wx.a Tw XpiGTtô Toù |J.'/i yE'JijaijQai apxou i'w; ou à/toucr. [xoy

lïEûl EùTkOyîou TOÙ >.aTd(;.0'j, ïva yopTiyriCY) aÙTw EÔloyîav, (octe x.al

aXko'jç TzaXkwi; EÙEpyeTr.cat. Kal )i£y£i. [Aof Oùyt" x.aXw; eVtiv.

'
Cod. çavEïv. — - Cod. àxoûirr,;. — ^ Corf. XaTÔjioç. — ^ Cod. TpÉi/). — '•
Cod.
ÎSe;. — i*
Cod. èy' ïcrov. — '
Cod. 7:o).i<7ai. — * Cod. yjopriYijaEi. — " Corf. UpoTipETtEï.
VIE ET RÉCITS DE L'ABBÉ DANIEL. 33

Rai leva) aÙTÙ' Oùyi- iXkx (xà>,Vjv So; '


aÙTÛ, tva tïocvte; ot' a.ù-

"où oo^a'Cwci ' TO aviov ôvou-îc co'j. Rai lÉyei [/.oi* 'Eyw coi "kéyui

OTi •/Ca'Xùi; â'cTiV sî ÔeXei; îva ypzrrfnoiù aÙTw, lyyu-ncxi Tïepl t'Â?

J^uyr,; aÙToO OTt cw^eTai èv toi; tcXsioci ^, x.à-'w TcapÉyo) aùxw. Aéyto
5 o'Jv TToô; aÙTo'v 'Ex. -roiv ysipwv [xo'j èx{^-/iV/;Gov Tr,v 'iu^-^v aÙToù.

Rai P'XsTUû) (ô? OTi. £Î; tAjV àyîav 'Av/.(7Ta(7i.v icxxaeOa, îcal [Ji.£i-

pr./iwv sx.zOvjTO ETîavto toj ti[;.Îoij XîSou, ital aÔTOV EùXdyiov sic oeçiwv

aÙTO'j TrapicTap-evov. Rat TréfAirei Èyyû; p.o'j to jy-sipajciov Twa Tôiv

Trxpi(7Ta[/.£'vwv )cal 'XÉyci [;.oi" i)'j al ô tyyjcoiy.evo; '


tÔv EùTioyiov;
••^
Rai T-eyco aÙTÙ' Nal, âécîTOTa. Rai -a>av Tieyer E'ixaTa aÙTco ort
'
Ty;v Èyyiiviv xizxixfiGxt. è'ybj. Rai Isyco" Nal, AsciroTa, Tupo; èjj.i' • f. 279'

[Ao'vov tcV/îOuvov aÙTw T'/jv sÙAoyîav.

Rai flXé-ti) OTt 'îiio Ttvèç Ixevo'jv et; TÔv îio'Xtcov EùT^oyiou yp'o-

[;.aTa itoXlà -àvu' xal ôcov àx.etvot èxévoov ihi/iVi o xoXivoç Eôlo-

15 yioD. Rai ^tuTCvicOEt; à'yvwv oTt £t5vix.oucOviV, x.al è^o'^aca tov 0£ov.

Eùloyio; Sï à^elOcov £tç to èpyoyetpov aÛTOÙ x-poOet dç Ttva to-


Tpav, x.al àx.o'jït O-oxouf^iov Ttvà, xal £'jpt<;x.£i Tpuj/.a'Xtav j^.txpâv xal

TTaliv xpo'jêt, x.al c'jpwKst jTC/.latov ^.sctÔv ypr.azTwv. "Ex-Oai^Çoç

5à y£vô[y.cVoç Xs'yst àv éauTtV Ta ypriaaTa TaOxa sx. tûv 'IcpariTii-

20 ToJv siïTtv Tt i^à Tîof/icfo; Y^àêw^ aÙTa aî; to XTrii^.a, àxo'jet ô

jcpywv x.al 'Xa[;,Çav£t aÙTa, x.àyco x.tvouvc'jW j^.y.XXov Xà^lco aÙTa st;

Tr.v ÏQia y(jifxv, ottou où(^£t; [j.£ ytvwTXEt.

Rai [y.to9uaa|;.£vo^ "CÇa co: t'va 'XtOou; xoueaWiCr, ', vuv.tÔ? Ixou-

êalviÇêv Tz ypri|;.aTa Trapz TroTajxov , x.al £>.u(7ev tÔ èpyo'y^etpov to

25 x.aVJv Tïi; ^svoSoyta;, w; £-oi£t •/îixspo'Jciov , x.al fiaT^ùv £tç tt'Xoîov

•(taTa'Xay.êzv£i tô Bu'ÇavTtov.

'Eêa(Tt7.£U£v lîà TOT£ 'lo'JCTrvo; ô 0£t'fi; 'lo'jGTtvtavoO. Rai 'ît'îet

yp/,7.aTa iro'X'Xz tm pa(7i^£t xal to^; [j.£yi5Tx.(7iv aÙToO , m<jts

é'irapyov *
twv ûpwv TrpatTwpttov y£V£'cf)at aÙTOv. Rat oÙGtav -flyo-

30 pa(j£v [j.EyaV/îv , x.al leyeTat Ta AtyjiTTO'j [^-s/pt "?,; c;r,[7.£pov.

Rai [X£Tà fVjo I'tv) Tczliv (ila-w x.kt' ovap to [AStpxx.tov iy.v.to

£Î; Tr.v âyîav 'Avx.TTaotv , x.al lÉyo) èv aauTw" Flou apa ô Eù7>oyio;;

• Cod. àûii. — - 6oÇâ!;ou<ïi. — ' Coll. li'i.iiuiai. — * Cod. zyy\i6[i.ti(ii;. — ^ Cod.


el(nixoOo9r|. — '•
Cad. Une lettre a été grattée après I'm. — <
Corf. xouSaXirv). —
' Cod. ëii«p/(ov.
34 VIE ET liÉCITS HE l'ADBÉ DANIEL.

[7.£ipay.{o'j ûttÔ évo; AiOioTroc. Rai ^lUTWiofJel; Isyw Èv dauTÛ" 'A-

êaXoc £[7,ol Tôi àjj.apTioXw ! Tt èTïoîr.Ta ! 'ÂTTwleca tv;v 'luyr'y acu.

Raî >.aê(ov TQ Tîripîov '


[7.ou àTvr.XOov £t; to /.rr.y.a w; ttu^vÔjv àp-

ydysipov xal TTpodrW-cov èXOsiv tov Eùloyiov /carà to i'Ooç. 'Eg- 5

* f. 280 77j'px
*
TTzvu èyÉvsTo ,
"/.al rj'»elç TrposTpÉ'^aTo y.e. 'EYEtpoy.ai oOv,

x.al spioTco ij.(av ypaOv y.al 7iyoj aÙTr,' Ovtw; cù', à^-j^à, Xaêe
y.oi Tpia jra^atxxoia , ïva (payco , OTt où/'. É'(payov cviaspov. Rai >.£-

ysi" 'Eyw. 'H ^k à.TrvÎAOsv xal •Jivey/'.év [xoi ôWyov éi|;7,Tùv'', y.al

7ïap£0Y,x.£'v lAO'., y.al rip;aTO laAsîv ;;.oi Cyjis.\r,'mTX '


—Vc'jjy.aTi/Cz , 10

"kéyonaix.- Oti oùy. oifW? ''


on TÔ ;/.ova;/ l'/.ov viijuyîav Oé).£i ''
, y.al

alla Tivz £:v(o(p£>.ri


'
. Rai lEyw aÙTy Ti oOv y.£À£'J£t; ttoi-oto),
"
OTi tÔ £pydy£ipov j^.ou YilOov Tïtol-^cat ; 'H" hï i'nziy jj/a' Rav
Tci £pydy£ipdv GO'j T:takr,cix.i rfizï.z; , pj) ôij/fCou oÛTto; £i; y,Tr,[/.a.

'Eav 6h 0£>.£i; p.ovayo; yEvÉT'Jai, û'irays £Îç Sx.-/iTr,v. Rai lÉyto 15

aÙT?,' 'OvTw; a'p£ç j^-Oi Ta; 'ju.ikiv.; Ta'jTa;. Oùy. sctiv eÎç to

y.Tvi[7.a TO'JTO ^oêo'j[7,£vo; tov <-)£Ôv avOpwTvo; x.al ÈTricuvxycov tovjç

Sévo'jç; Rai 'X£y£i. p.oi" 'Q Ti '" iloi\r,Ga.i, y.'jpi àêêà; E'tyo;y.£v

wiΣ \%vjij.vi Tivà y.al To')>7.à £7Toi£!. Tol; (;£V0t;. Rxl iàiov ô 0£à;
Ta ^'pyo' aÙToO £V)toy.£v aôriô /zp'-v, y.al â'cTiv
— aToix.ioç c/ia£pov. 20

j\y.ou(ja; (îè TaÛTa Is'yio £V éauTw- Eyw tov (fo'vov toO'tov etcoîTi-

•ra. Rai è'êalov ÈauTOv £1; irloîov , --iaTalayêavoj to Buî^âvTiov.

Rai ÈpcoTw T7)v où(7iav Toîî Atyu-Tt'ou TToS £'jpi'jy.w y.al 'j—o^£iy.-

vûouct'v jj.oi , y.al y.af)£(o[y.ai £y.';7pocr')£v toO iv'Aôjvo; ico; où 7;por,'X-

fjîv. Rai O£topcô a'jTOv £v -ollvi (pavTacîa, y.al x.pa'^oj aCiTw- Elr/;- 25

cov [;.£ , TiTtoTÉ COI 9£"X(o Ihi-y.ac/.v y.y.l O'j T:po'(7£y£v jj.ot , zlli y.àl

TO ô'|îy.iov aÙTOu É'tutvtév [j.£. Ililiv oùv -flctov tô ôi|/ix.iov y.al Trpoa-

la'y.êavov, xal woaiÎTWç ê'Tuitdv ;y,£. Rai £Tûoir,ca ouTto; (7y7;[AaTi-

!^d[/.£vo; " TECcapaç £e5o;/,ii^a; , y.ai o'jy. viouv/.OyiV wvTuy^w aCiTio.

ToTe 6>,iytop-/,(7aç '


aTtvilOov -«tal Epptij/a èjj.aoTov Ejy.TCpocbEv tt,; it'J- 30
*
* f. 280' Ir,; Trç Oeoto'xo'j [y.ETJ: y.lauf)[j.oij y.al >,eyw R'jpiE, Wcov Tr,v iyyjry
ToO àvOpioTvou TO'JTOU àiw £[^.oQ, •/) xàyw à— Épyoïj.at eÎç tov y.dsjjiov.

' Cod. Pïipiv. — - Cod. (joi. — 3 Cod. é'{(iTûv. — ' Corf. o:fe).ii(iotTa. — ' Cod.
oIoe;. — '^
Cod. eéXY). —
Cod. inofOxX.
' — » Cod. E"i. — '•'
Cod. liai. — "> Cod.
"Oti. — " Cod. cy_£iiJioisôlJi.£vo;. '- Cod. — ôliyoç-iiaai.
VIE ET RÉCITS DE l'aBISÉ DANIEL. 35

TaOxa sv rvi rîwvot'a i^j.vj lyAoOvTo; à.TvevjcTa^a, y.al ù^où (JopijÇoç

TTol'J; rijyiTO, /.'A >v£'yo'ji7'.v 'H AuyoOcTa TTpoepyETai. Rai — foviÀ-


Oov £[/.— poG^ev a'jT-^î jAupiai [j.upizàs; x.al yudoLi y.ikic/.àiç Tayp-axcov.

Kal ÈV.sa^a -/.xl si-ov. 'ET^eViCov jy.a. 'H oà irjxxHr, '/.où. Xéyu [y.oi" Ti
5 È'cTiv ô £/£iç; Kal Ac'yto aÙTvi" Eùloyiov tov â'Tcapyov 5yyuY,ça[y.Y,v

xsXeudOv aÙTOv E'jTi'jTÔJaal as éx. t'Ôç syyr/iç TaÛT'/;ç. Kal eIttÉv i;,cf

'Eyw xpàyjj.a oùz. è'yco- w; Hilaç •Tvlr.pcocov Tr,v £yyij-/iv.

Kal r>\u-vi(î'Jjl; Aeyw £v éauTÔJ" Eàv 6ii u.i à.TToOavcîv, où): àva-
ywoio ToS TV'jlstovoç. Kal w; Tupor'pysTO kV.pa^a" xal sTviTpaysi ly.rji

!o ô fjiTTizpLo; xal àlf^ei [J.« -V/iyz; ao; o-j -/.aTeGTCacav cr},fjv to «Tco'/y.

y.o'j, ToT£ ô7aytop-/i'aaç '


Xeyw ev éa'jTor Aycoatv" eÎç i<>i7iTv;v, /.al

Éàv OeXv) 6 0Eo;, Gw'Cei '/.al EùVj'ytov.

'EaO'j ^è àivspyo[A£VO'j !^Y|T:7;>;ai tvaoî'ov aijpov '


y.Ajçavtîpîvov, y.ar

àvc'êviv £î]; aù-rô toO T:').i<jnai ci: to /.sVaIov. Kal [j.clvov yyi^r,^

'5 E6-/;/.y. saauTov aTî' ôT^tycopla; ', y.ai Tîaliv fjAamo s[;.a'JTOv x.-/t'

ovap sv Tv; âyia 'AvacxaGsi, x.al tci [y.aipz/.iov j/.sïvo /.aO'/iiv.svov

ètczvo) Toij àyi'ou 'XlOou ,


x.al -rrpoGsyov '
[j.£ [A£t à-£iXv;; , wgts
[j.£ £!t Toù cpdé'o'j ai'iTOÔ Tp£(/.£ov wç ç'j>,7.ov x.al [y.-P] à'jvaj^.Evov àvoî-

çai ''
TO (7To't;.a j^.ou' àTT£Ai6cijO-/i '
yap r, x.apfV^a ij.ou. Kal £)v£y£v

20 ;;.oi" Oùx. 'jTiavEi; -'X'/;pol; Tr,v ÈyyuTiV; Kal x.£>v£U£i. rVJo toôv 7:ao-

(7Ta;/£vcov
IG aÙTw /.p£a7'(7a', (A£ ÔTTiijOzyx.cova ,
x.al é'XeyEV jj.or Mv)
'j-£p T-/;v fVjvaj./.îv cou syyuw*, jj.rt àvTiX£ye tw 0ecô. Kal oùx.

•/1'îuva[j(.-y|V àvoî^at " to GTo'u.a [xou, x.al x.p£[Aa[A£'vo'j ixou.

'Irîo'j cptovr/ 'H Aùyo'jCTa — apEp^Exat. Kal ùîîov aÙT7,v l'Xaêov

25 OzpTo;, îcal >i£y()j aÙTvj >.£— t-/î çwvÀ* E>v£V,cov [/,£,* Asirroiva toO • f. 28I
'"•
x.o'ijjXQu. Kal XÉysi, [j.of Tl ttx^iv ()£"X£tç; Asyw r^à aÙTvi Fhpl
f'/iç Èyyjyi; Eùloylou x.pE'iy.ajxat.. Kal >v£y£i jj.oi.- 'liyù ~7.oy./.a.lû>

û-£p co'j. Kal [jIe'ttw oTi, y-.r'tSh'i x.aTaDi'X7;cai Toôç wW.ç toô
aE'.pax.lou Èx.civo'j. Kal >.£y£i [/.oi tci y-Eipa'x.iov ]\tr,x.£'Ti 7:oir,c;viç " to
30 TTsàyj^.a toGto. Kal 7,£'yco- Oùyl, As'inroTa. Eyto 7:ap£)câ'X£'ja ïva

ypr,(7iao; yÉvr.Tar -/ip.apTov coyyo'ipvico-J (W.. Kal x.£)i£'j£i, x.al

^'jouciv p.E. Kal 7.£y£i [;.or 'l'ivayE eî^ to x.eW.Iov gou, x.al syto

' Cod. ô),iï0p-ri'7aç. — Co(/. âyoïiev. — Co(/. riûfov. — Cod. ành oXiyopia;.
- ' '

— ''
Cod. KçnaéyM'i. — Cod. ivoiÇe. — Cod.
'' — Cod. iy^\jo^. —
"
àTt£).i9w6riv .
'*

1 Cod. rjouvâpiiv àvoi?£. — Cod. aùr/)v. — " Cod.


'" jtoii^'Teic.
36 VIE ET RÉCITS DE L'ABBÉ DANIEL.

(pepw EùVj'yiov eÎ; tyiv Ta^iv aùxoO- ^j/h [j-epirxvyjc'/ic. Ka't Swnvi-
(tOeI; eùÔew; èyckfr,v '
yapjcv [;.syi>,7,v, àTra^.layct; ty,; TO'.a'Jr/i; èy-
yijï)ç* 5tal £7v7v£-j(ja eùjrapKJTwv tm 0£w.
Merà 5è Tpeï; pOva; àx-o'jw oxi èxe'Xe'JTviGev 'loucTÎvo; ô fiairi-

^eùç, /.«i èêxGileucsv 'loucTivtxvdç. Kal àvraipouciv aùxû 'V7:aT/iç 5

xai As^i-zCsatTv;; xat ndjATCio^ xat EùT^oyio? ô ETïapyo;. Kal ol [/.èv

Tp£Î'; à.vvip£0Y,(7av x,al 5ir,pTTayTi TTzvxa tz aOrôiv /.al r, ouata Eùlo-

yio'j. Kai (peûyai Sià vu-/.tC); à~o KojvijTavTivouTrdlîco;. Kal y.eî.e'Jn ô


"
paaiTiEÙ^ ÔTCoufîàv ejoéH-fi EuAoyioc àiroÔaveîv aÙTov. Kal tcjte Ëp^exai

cpEuywv Ecç TO yojpiov aÛToO, /.«l yXkûaaH Ta ly.zTia a'jxo'j wç Ta 10

TOJV ywpt/.àiv.

Kal <5\)Yrr/Hr, fAov to y.TYijAa îàaîv aÙTOv, x.al >ve'you<;iv aÙTÔi-

•Hxoucay.sv oti 7taTpî/.io; iyi^'M. Kal 7,£'y£i' Nai" TTXTptxio; £Î

ÈyEvdar.v, Tr,v dj/iv 'jatliv e^'Xettov'" oùyl, aATiO; ectIv EùXo'yioç, /.al

TTiÇ ywpa; TauTV)ç ectIv. 'Eyw yàp £t; Toù; àyidu; totïouç vip.r.v. 15

Kal É'pyETai Et; éa'jTov, /cal T-EyEf TaTCEtvè EùTvo'yts, ÈyEt'pou, >.aê£

Tù }vaTO[/.t/.o'v 50U, xal ûxayE -/.x^jÀ' ojoe yjcp to lïaT^a'Ttov où/, ettiv,

[j.r,TCOT£ /.al Tv-,v •/,£(pa'X-/;v cou àiro'XÉOYiç. Kal T^aécov tÔ )iaTO[/.i)cciv £;•?,>.-

Oev £t; T/,v TOTsav OTCOD Tz yf/i[J.oi.TOL, y.cd /.po'jTaç £w; wpaç e/.tyiç

f. 281'- oùfÎÉv £îJ3EV^, /.al -/ip^aTO p.vrijAovE'Jjtv * TÛv E^E^fAa'Tcov nal TOO Ô'i;t- 20

/.to'j xal TÎi; àTcaTViç ÈXEtv/i;, /.al irzX.tv £>,£yEV Èv ÉauTÙ" 'EyEt'po'j

/.ài^.é- coiÎe yàp Al'yuTVTo; ettiv. Kal — pô; ty.i/ipov [xtjcpov /.aTEGTViÇEv

aÙTOv TO àyiov [^.sipz/.tov )tal vi SÉa-oiva •/] ©eoto'/.o; eÎ; tviv àpyaiav
Ta^iv aÙToO. Où yàp aoix.oç ô 0£Ô^ £7CtXa()£(76ai toÙ? TtpwTO'j; aù-

ToO x,a[j.zTOu?. 2à

M£Tà Si dXtyov ypdvov àvs'êviv Et; xô -/(optov, xy.l ti^où £c::Épaç

Ti'XOev jcal tkafijh \i.t /.axà to eOo; aÙTOù. Kal [ao'vov eIi^ov '
aÙTOv àv£-

CTEvaHa, xal ^a/.puGaç eIttoV 'O; Èy.EyaAÙvO-/; tz È'pya cO'j, KupiE"

TravTa Èv coipta ÈivotYi^a;. Tir (JeÔ; [AE'yaç w; ô 0£oç -/ijj-tiv, ô ÈyEtpwv

à-o yîi; TTTcoyôv jcal à^d xo-pîaç àvinj/ùv TVÉv/iTa; TairEtvot xal àvj- 30

(j<ot. Ta Oa'jjy.âciz cou tiç ^'jvaTat E^tyviacai, AESiroxa KùpiE. 'Eyio

i^E d âaaoTu>o; ÈTiiyEtpTfua;, Trapà ppayù T:ap(t)/.r,(7Ev tû arî-/) •;)

iuyr' p.O'j.

Cof?. lx"P''i-
— ' ^<"'' -ê),£na>v. — 2 Corf. riOpsv. — * Co(/. ÏSov.
VIE ET RÉCITS DE l'ABBÉ DANIEL. 37

Rai 7vaécov uSuio é'vt'^ev -vj; iro^a; ij.vj Y.ix-^à. to é'Ooç, -/.al Tïao-

é9'i"/.£v T5Z— ei^y.v. Kal jj.etx to jvjijO.aHa.f. Yiaa; Tvsyo) aùrû- Dw;
evetç, àêêà EùXoyte; 'O ^ï 'Xsyst jaoi- EOiai. ù-sp vjm , àêSz-
àvôsw— o; "ào TaTsivô; e'.jj.I, [rr, â'ywv eî; Ta^ 'if-^'^'i
^-'''^ tî-ote.

Kàyù sIttov a'jTw" E'i'Ôs [7.vioè a' â'<r/eç £'/s?' K«i ^Éysi. (/.oi /cal

«Otù';- AixTi, x'jfi y.êêà; Tt tcots ce ècxavfîa).'.i7a ; Rai 'Xéyto- Eî;


TÎ yza oùx. sTX.avSa^iWa; [j.£ ! To'te àveSéfATiV aÙTÛ 7:zvTa. Rai
x'Xa'jTZVTe; à[/(poTepo(. 'Xsysi \isiV EO?at l'va tceja'];'/) jy.oi o ©so;, x.al

7.770 TOJ vOv fUopOo&j/.y.f Rai 'Xs'yw aÔTÔi- "Ovtw; , ts/.vov ,


jr/)

10 TTpoffi^o/.'/fc/;; STi TTWTEu'iriva!. xapz Rupîou ocov si sv tw /.oti^.w

TO'jTw ci [;.ri To x.£paTiov '. Rai iiîo'j toco'jtov ypovov £^op7)'yr,-

5£v *
aÙTÔi ô 0£o; xaTaWsiv -/ip.Épiov to x.spa'riov*.

'I'5'où êi— o'v (701 TToOev a'JTOv yvtopii^w. Aot-ôv t'j * [j.r, deuTspwffviç

TaÛTa T'.vi.

TaijTa £f)a'pp-/ii7£v ô àêêâ; Aavi'/iT. tw [xafjviTvi aOroù [j-exà tÔ


*
àvaXjsai aÙTo'j; à.Tïo ©•/jSai'io;. ©auiy.aTai as sttiv Tr,v toù ©eoîj •
f. 282

cpiXavOpcoTTÎav ttoj; i^i' ôliyojv {iilfwîsv to^oStov, y.al STa-slvojGsv

to(7o0tov irpôç TO (7'j[j/p£pov Eù^wy.sOa o'Jv x-al •/ij/.eîj; Ta-EivtoG'ôvat

£v TÛ ço'êw ToO ©£0'j x.al StoTvipo; r,;xwv I'/jtoS XptaToij, tva £0'-

20 popiEV £)>£o; évwTCtov ToS çpix.TOù Cir[7,aT0ç , £Ù^aî; xal irpEijêEiat;

Tr; A£(77coiv/iç -/îp-iôv T'^ç ©cOTox.ou x.al aEiTCapOÉvou Mapîar, x.al

TTxvTcov Tcôv 'Ayi'wv. 'Ajr/fv !

' Corf. xi. — - Cod. Etat. — " Coll. xôpotTiv. — ' Cod. È/wpv/ri'jîv. — ^ Co(7. xs-
paTiv. — ''
Corf. ffoî.

Variantes
(Bibliothèque Nalionale : ms. du fonds Coi-slin 232 (xF siècle), f" 275'-281.)

Page 30, ligne I.Tilie ; Toù aÙTOÎi Ttspl toO ).«tô;j:ou. — 3. è'va : xatTtva. — 3.xaT?jX-
6ov... XT-?|[ist : xai£|;y/j[j.î'vwv aOTùiv ir/iovT£; xàv 7toTa|j.ov iiapsêaXov Etç Hv —
XT'iJiJia. 7.

Kai )i-]f£''' : XsYw. — 7. Oni. )oiiiov. — 8. Kat... îsvot : Kai èxc<6ti7av ci; tô (i£.70v

ToOyupiou ùj; $£voi. — 10. xaOe^iixîÔa : za6ri(i36a wôî. — P. 31, I. 1. moe xa(JÉ!;o|jtctt : àX),'

Kitjt (j.£vo|jt£v (7ri[j.£fov. — 2. xaO(i[ji£voi : y.aOeÇdiiEvoi. — Oin. 3. ôti. — 3. à7ro6avEÎv :

Add, xaxôj;. — 5. Om. Tiivu... xûptriv. — 6. Oin. vtEptEitXocxri aùrâ xott. — 7. XÉyet :

EÎTrev. — 8. Ks^EÛffaTE : Add, Èv xw or/.w, — 10. tovç... oûç : ôcou;. — 12. Oin. xov.
— 12. (laOïixûv : àÎEXçûiv. — 13. oùSà : àXX' oùSà. — 15. xus't : xuvapîoiç. — 16.
itapÉêaXEv : ëêa),Ev, — 18. ExâOtuav... xà : èxaOÉÇExo XaXtûv avxw xà. — 20. Kaxà...
YEvô|iEvoi : rEvo(J,£V(i)v ôÉ aÙTiùv xaxà Tr,v rjîiv. — 23. aùxw : xw (iaôrixî) aOxoO. — 23.
êTuoÎTiaev : Add. auxoi. — 24. not ; Add. ï;v yip fjapp-riaa; aOxtô àpExàç noXXûv âv;wv.
38 VIK ET RÉCITS DIC l'aI!IîÉ DANIKl,.

— 25. Oipfîjîai a'JTÙ : Ictlficai tw àrjù.îSi. — 25. yé(>a-noi : Add. to-Jtou. — 26.
>U7tïiO))vai : 3(o).>itjai. — 29. çayiov... è^O/atTe-j : to'j çayiou xaxà tô sOvtioe;' Tr;v

évSExârïiv yàp wpav ÉyjiaxvcV. — 32. SE : Add. ï)3y]. — 33. t; Iitiv : Aià tî. —
P. 32, 1. 1. çï|T'!v Add. npo; «Otôv. : — Om. 1. Èy"- — 3. OOxoùv Ttapâflo'j : OOz oSv e! (jlï)

E^st; TiaTÉpa TiapâQou. — 3. opaçâfxevo;... àp;(ETai : 2pa^â[x£vo; aÙTOù tïîç 6ûpa; àizit-
Beîv ^Oàvsi aÙTOv ô iSO.fii xai y.paTEÏ xai YJpCaTo. — 5. Om. Sti. — 7. EÎ; tîhots :

7CGTE. — 10. (70t... àSsXçw ".


(701 jiETa TO YEU(Taa9at. Etra Xé^ït tû àSîXçw. — 11. Mr/ :

Add. ïvot. — 11. Xe'yeiv : àvTiXî'fîiv. — II. ympio'i : Add. xat yofyO^Eiv. — 12. aviiYYeuii...

B/iiTE : àn-riyytùâ (joi ta itEpi toù Y'PO''™?' Kai vûv pXÉTts. — 12. (j.ti : (xriOEvi. — 13.
Ty)v... xaTaXÛEt Ô£ : xîj ôè téj^vi;] )«aTÔ[Ao; È(7T;V Kal xaTaXûst ouv. — 14. rifispoudiov...

xEpaTÎO'j : ri|jL£pr](7tov sv xEpànov ^oupiîtov. — 15. jjLyjOÈv ye^om-evo: : (jl'/) ysy^lJ-s'^ô; Ttvo;.
— 16. EÛpîcrxEt : £upT[). — 16. >.a[jL6âvEi : Add. aÙTOù;. — 17. oOtwv : Ttîiv x),a(7[JiàT(i>v. —
U). Se : Add. vOv. — • 19. tiXe'ov : tcXeîov i) D.aTTOv. — 20. 6 0e6;... xàpivEi : ô Xpioto;
oijva[j.tv, xa: xaxaX-jEt Y][i.Epii(rLov xô aùxô xEpàxtov xwv vou[j.t(ov. — 22. vetôxEpo; : Add. (b;

Tipo. — 22. ÈpYÔ/Eipov : xô ÈpYÔ/sipov. — • 22. £(ï7r£'pa; : xîj ÉrjTCE'pty. — 24. eOo; : £Î(ij6û;.

— 25. Y-povxo; : àvôpô;. — 26. tva /op>iY^'7^ •


X^P^Y^*^^'* — ^"* oî^<^^ £'j£pY£x?i(Trj ;

i->a £-/ï| xat EÙspYExv]. — • 29. ËixTipooÔEv : ifyia'za. — 29, ÎEpoTtpEuïi : Add. X(ô cyyitJtaTt.
— 31. Om. x(3. — 31. Om. xoO. — 32. (iuxE : ïva. — 33. 5to).Xoù; : it),£Îovaç. —
P. 33, I. 1. 0\jyi... [jtà».ov : Md/.Xov, KûpiE. — 3. oxt... E(7xtv : xaXû; £(jxtv o'jxo);. —
0. î»TTà[j.EOa : £tTx:nxa[J.£v. — 7. aOxôv : xôv. — 8. £YY'^'^ V-^^
'•

^P'^Ç [x£. — 8. Om. xô


[xeipcixiov. — 9. Z\j £t : Oyxô; Èaxtv, — 9. Om. xôv. — 10. Kaî... auxtîi : xat Xeyouffiv
tiixvxe;. — 11. )iY(t) : Add. aùxw. — 12. TÙ.ri^mo^... EUXoytav : Sèc aùxiii. — 13. Om. SOo
xtvEç. — 14. EOXoyîou ; xoù EùXoYtou. — 14. ioiYtzo : ètceôéxsxo. — 15. Kaî St'jTrvtaOEi; :

Aiuitvi(j6£ii; ouv. — 16. Om. xtva. — 17. xivà : Add. 1J/Ô90V, xai jiàXtv xpoÛEt — 19. y--

vôfiEvoç : Add. EOXÔYto;. — 20. AâSto : 'Eàv Xctêu. — 21. âpywy : Add. xat Ip/Exai.
— 21. [xàXXov... auxà : fj.àXXov ouv. — 22. YtV(j'>CTXEt : Add. àizïkbui. — 24. xat £Xu(j£v —
ÔijiEpoûcriov ; xat xaxÉXuaE xô xaXov Ipyov èxeîvo ô ÈTtoist yi|ji£p^siov. — 25. itXotov :

Add. xà ypTi[jLaxa. — 27. ô Qsto; 'Iou(7xtvtavoù : ô yiptûv. — 27. StSst : Stoijiat. — 29.
rjùa'M'i : oixtav. — 32. àpa : Add. È(7x!v. — P. 34, I. 2. Éauxii : EjAauxw. — 3. Om. Tt'

È7toir,aa. — 4. xô itrjpîov : xïjv it^pav, — 5. itpo(T3oxc5v... ë9p; : itpodSoxMvxd; (iou

EÛpEtv xôv EùX()Ytov. — 8. Tta$a|jiâ3ta : waÇaaaxia. — 8. Om. Kal XÉyEf 'Eyti. — 9.

àîtïjXÔEv xai : ànEXÛoûaa. — 10. xai iîpÇaxo : xai 7rapaxa9:5a(Ta rjpÇaxo. — 10. tiçEX^-
[laxa... otSaç : (ùçEXEtaç ^lôjxaxa /s'youda" Kûpt àêSà. oùx oioa; ôxt vEtÛTEpo; si xai oûx
ôçEtXEtç EÎ; xxyip.a àitÉpysaôai ; î) oùx oîSa;. — 12. Om. ÈTcuçEXrj. — 12. xeXeOeiç : Add.
ïva. — 14. TKoXyisai tjOeXec : Koylfii. — 14. ô'itîou : ô<)/ii;E. — 16. <ï?e; ^ot : au ôufti |xe
|i.Exà. — 19. TtoXXà : Add. xaXà. — 19, xoïc SÉvotç xoÙ{ Çevouç. — 20. Ëaxiv : eîç : Add. to;

àxo-JO[i£v. — 21. Se: Add. iyù>. — 21. éaux(5 ejiauxto. — 21. itioiriaa : : EtpYa(jdt().yiv.

— 22. Ë6aXov Éauxôv : È|x6àç. — 23. Èpuxci... xaOElJojiat : itEptEpyasdtjjiEvoff tïjv oixiav

E'jXoyiou xoù AÎY'JTtxou xaSe'Çojxat. — 24. ituXtivo; : Add. aùxoû. — 24. où : ôxt. — 27.
IliXtv... ËxuTtov : Kai irpoEXinêavov xat OTiXtv Ë/.paÇov xai nâXtv ëxutiov. — 28. (i-/ri[j.o-

xiiJôjjtEvoç : (i5(ïi|JiaÇÔ|i£vo;. — 30. x^; ti'jXï)ç xrjç Oeotoxou : xîj; EÎxôvo; xrj; îtavayîa; 0Eo-

TÔxou. — 31. XÉyiii : Add. Ttpô; xôv Stoxripa. — 32. à7t£pyo|iat : Oitâyoï. — P. 35. 1. 1.

TaOxa : Kai xaûxa. — 2. Xéyouuiv : XÉyouai çriaiv. — 3. (xupt'at... y_iXi«S£c : jiupiiSE;

xai ytXtâSsç. — 4. ËxpaEa : Add. Èyù. — 4. (j.e : Add. SÉdJtotvi (lou. — 4. £<rTâ8Ki :

ETxrj. — 5. ETiapyov : uirap'/ov. — 6. xéXeugov aùxôv : xai xÉXEUtrov aùxw. — 6. Kai ;

'H ôè. — 9. TtuXEùivo; : txuXwvo; aùxoû Et jat) auvxùyw aùxtji. Kai i7trjX6ov nàXiv l|iitpo<76Ev

xoù -TtuXûvo;. — 9. TtpOYJpyEXo : 7cpo£'p)(Exat. — 10. StSct |AOt îtXriyà; : SiÔMui (iot pÉp-
ya;. — 12. EùXoyiov : xôv EùXôytov. — 13. Çr|Xï)(Tat... ËÔYixa : ÈpEuvi^(73t ttXoïov àX£-
ÇavSptvôv, xat |j.ôvov àvÉëïiv eî; aùxô, ÈÔKîxa. — 15. niXtv : Add. àjuirvûca;. — 15. Om.
xax" ôvap. — 17. (/.e : [ioi. — 18. SuvipLEvov ; cùvarfai. — 21. xpE^ioai : xpEjiaôiot. —
21. [J.Y) : xai [xr,. — 23. xai xpEfiajjtÉvou [jtou : xpE[xâ[j.£voç. — 24. 'lôoù çojvïî : Kai
VIE ET RÉCITS DE l'aBBÉ DANIEL. 39
î3oû cpuvri XEvouoa. — 2i. Tiaoij/s-ai : npoî'p/ETat. — 2"!. xai Xiyw : "O' Kponmoùiv
>£Yu. — 27. E'JXoyiou — : toù EùXoyîou. 28. xatotcpi^rijai : xai xaTSptXyjrrE. — 29.
TiGir.aij; : Ttoir,<7ei;. — eîwov. — 30. /éyo) : 31. yÉvriTai : Add. Ci0y_i (Jypiii7!iJ.o;" Kai eîtiov.
— 31. îifiopTov Add. AEduoxa. — 32.
: ifoi... [A£pi[j.v^oïi? : ttôj; çspw tôv EOXoyiov el

Tr.v irpÛTTiv Tâ$tv aÙToO — P. 36. (iT) [iâBijç. I. 2. Oui. sùôÉo);. — .5. Éga(Jt).EUS£v : pa
CTt)£-j£t. . — 5. Kai àvrat'pourjtv : Eîxa {jlet* oXtyov /pôvov àvTaîpouatv ; — 5. 'rirâTïi;...

EOî.ôyto; : 'IfTiâTio; -/.ai AE^txpixi; v.al no^J^Tivîto; xat ô aÙTÔ: EùXôyto;. — 7. àvYipÉÔYi-
aav : à7iEXEçï).:<jO-/iiTO(V. — 8. Oui. îià. — 9. paaiXîO;... tote : 'louiTTiviavô; ïva ôitou
iOps'Oï] 6 EOXôyto; àiroOâvy;. Tôte çs'JyEi xat. — 11. aÙTÔv : xôv EuXôyiov. — 12. aijTw : Add.
xaXû; f,).6E;. — 13. XeyE'. ; Add. aOxo!;. — 14. Ëê),Eitov... 'Eyù) : Ë6Xewov; oOyj' àXXà
âX),o; EOXôyio; Tf;;XMpa; TaÛTï); ÈUTtv. 'Eyôi. — 16. èysipou : Ëyecps. — 17. to itaXâtiov :

naXotTiov. — 18. XœTonixov eÇ^XOev : Xaiojiixov ÈpyaXsîov ÈÇÉê'/i.


— 19. -/pyJiJiaTa : Add.
eûpEv, û)5 vojitCuv eûpsîv àXXa. — 20. (jivt,[ioveO£iv... xat TtdtXtv : (it[ivifiaxEij6at xi ÊoÉnfiaxa
xaî xà o^'txta xaî xriv oavxaotov, xai itiXiv. — 21. 'EyEipou... AïyuTtxo; : "EyEipe,
xaTiEivE EOXoyiE, xajiE' uSe AïyuTixoç. — 22. Ttpo? : xaxà. — 23. Om. âytov. — 23.
àp-/atav : Tiptôxyiv. — 24. xoù;... xa[xâxou; : xwv irptôxwv aùxoû xa[jtâxwv. — 2G.
ywpîov : Add. T.w).fj(Tat xô £py6-/£tpdv [jlou. — 26. xè... àv£(jx£va|a : xô Txpoixov aùiou
ÈOo; xaî ËXoês |j.£. Kotl w; eIôov aùiàv èx xoO xoviopxoO àvEirxÉvaÇa. — 29. T||j.ûv ; Add.
où Et 6 Oeiî; 6 1I01WV 6au|J.â(7ta (xovo;. — 30. TtÉv/ixa : Add. Kûpio; TtXMyiÇst xat itXou-
xi!;£t. — 31. cou ; Add. xai xà xpijxaxi cou. — 31. SOvaxat È^f/vtâoai : ÈCf/vtiosi. — 31.
Oui. AEsnoxa KûpiE. — 32. £7it5(£tp:ô«»; : È^t/Etpisa xai. — P. 37, 1. 1. Kai XafÎMV...
xaxà : Kai Xaêwv ti.£ £[iaXEV {iotop xai i'jv\ii [xou xoù; 7:o5a; ofj-otw; ôè xat xtïiv à/Xtov |Évwv
xaxà. — 3. àêiSâ... Et|xi : Kùpt àêëâ, ôxt xaîtEtvo; Ei|it. — 5. Kàyù... Staxi : AEyu) aOxiû'
E^Se xai a Ë/Et; (ir| Et/E; ! AÉyei (iof Aiaxf. —
Koi Xs'yto... xî 6. : AÉyto aùxtô' Ti. —
7.7tâvxa : ÔTiavxa xà y£v6|j.Eva. — 8. xXaOaavxE; xXausàvxwv : àjitpoxE'ptov vi|j.ûv. —
8. EC?at : Add. Kûpt àêêâ. — 8. 0Eo; : Add. xr;v ypEtav. — 10. Kupiou : xoû Xpta-
TO'j âXXov xtTToxE. —-11. xofToûxov xpôvov : xoooûxoui; /?<5vouç. — 11. xEpâxtov : Add.
xoûxo xoû xa[iâxoy ffou. — 12. 0eô;... xepâxiov : Osa; SOvajjitv xaxaXÛEiv xô xEpâxtov
xo'j ystpEpyt'ou aixoO. — 13. 'lôoC : Add. ouv. — 13. yvtopiÇu). Aoinov : yv(opi!;ii>, xÉxvov.
Kai X.oiTtov. — 16. àvaXûoat : ÈTtavaX.ùiai. — 17. ôXtyuv : ôXiyou. — 17. xoooûxov, xai :

xov ECiXoytov, xaî TtàXtv. — 18. xa7tEtVM6'?)vat... 'Aiiviv ! : xaixEtvtoôiivai ha Èv xtf> so-
Szçiiù {ir,[j.axt xou K'jptO'J riij.wv 'Iy](70Ù XptTxoO Eupwasv eXeo; ÈvtÔTTiov xrii S6|ï];

aOxoù. Aùxàj r, ôo^a £.; xoù; atwva; xtîiv attôvtov. 'A(xr,v!

(Bibliothèque Nationale : ms. du fonds Coislin 282 (xi» siècle), f"" 173-176.)

Page 30, ligne 3. É'va... aOxcû : xaî xov [iaôrix/jv aûxoO. — 4. xai (j.Exà... TtapÉëaXov : xai
îiapaêaXôvTE;. Kai XsyEi —
vaûxaiç XÉyEt.
5. 7. xaî XsyEtv
vajxatc. XÉytov. : — :

7. Gin. XotTiàv. 7. ây(o|ji£v Add. XoiTtov.— 8. jxévoixev tr^ixEpov £)(0[iEV (lEîvat xïiv : — :

OTÎ(i£po'/. —
8. £ipÉ6ri(jav... Çsvot ExWioav ei? xà |XÉcyov xoû ymptou ÇÉvot. P. 31, 1. :

I. Où/!' mSe xaSÉÇoiiat Oùyî, àXX' woe Ëyoïxev [letvai xat £V xw xÉto; mSe xa6E!;ô(jiE6a.
:

— 3. "Oxi ôtà :"£i pia, Sià. 4. f,X6£v Add. làoij. 4. Om. x0(j(itx6;... yÉpuv. 5. — :
— —
àêôàv AaviTJX : yÉpovxa. — 6. aûxtji... f,<yTxâoaxo : aùiôv xat xax£;ptX£t jtExà ttoXXwv
ôaxpOwv, x'jXt6|iEvo; zli xoû; itôSa; aOxoù' TjîTidcsaxo. — 10. xoùç... ?£vou; : ôoou;
EÛpEv âXXow; $Évou;. — 12. |jiaO»ixMv : àSEX^ûv. — 14. Oin. [j.6vov. — 15. TiepiiTaEv/OEvxa

xXi(i|j.axa : 7iEpir75£'J|J.ïxa Ttàvxa. — 17. £Î; xo : Eu;. — 17. Kai XaSùv... ÈxotOiffav : Kai
|j.Exà XO xoi[J.'o6^vat xoù; àoEXçoù; iStaïav ô àêëâ; Aavf/)X xai 6 yiptov èxeïvo; xai êm;
ff/EÔov SiECpauTEv ExaOÉÏovxo. — 23. IIâ)tv : Kai (isx' ôXîyoi/ iiâXiv. — 23. àÔEXfô; :

Add. TÛ yÉpovxi. — 24. OappEt; [aoi : Add. r,-/ yàp aùxû Oappritra; àp£xà; jtoXXwv àyÎMv
— 25. ôapprjcat... yÉpovxo; : EÎTtsîv xiitoxE xw àÎEXfû. — 26. xov iÔE/sov : aùtov. — 28.
40 VIE ET RÉi ITS DE l'aBBÉ DANIEL.

x:/Xtov... oOx : -f.iùXrj'i ï,cO-/a(T£v xai oùx. — 29. çayîov : Ppwijia aÙToO. — 29. EÔo;...

ètp'J)aTTEv : É6o;' Triv évSexàTrjv v^P wpav ÈçiiXatTE. P. 32. I. 1. àitoOavEïv... >.i)i.oû — :

)i[x(j> à7ro6avEïv. — 3. ôiaTE. .. à7r£>6£Ïv toO àvoïcai xat aTtsX^sTv. : 6. èàv el, — :

— 9. Oni. TOTe .. YÉpMV. — 9. (iixpov çiiyîov : |iixpàv ppMijiv. — ' I •


^; : Ëoo. — 11.

Ie'Yeiv : àvTiXÉfeiv. — 12. ooi : Add. Ta iiEpi Toù yEpo-zTo; sy.sivou. — 12. Oni. pXtiiE...

àxo'JoEiç. — 11. tr)V TEyvïiv... xEpariou : T/|V te-/v»iv Xaxo(io;, xataX-Juv Èx ToO ÈpYO-/t!pou

a'jTùù rj|j.Epou(7iov Ëv xspâiiov. — 15. ty] ianE'pà : rr^v éanÉpav. — 16. EÛptirxEi : âv Eijp:;].

— 17. aÙTÛ)v : TMV xXai7|j.àTtùv. — 17. xuvapioi; : xuirî. — 18. veôttito; : Add. aÛTOù. —
20. En' ÎC70V.. . xâ(i.vEi : Èniir,; -/eutéço), xai uotEt :?iaÉpiov to a'jTÔ xEpaTiov (iÉ/f '^^î

oriiiEpov. — 22. — 23. laitepaç ote


ËTiov èyeveto. — 24. aùv... £6o;
: wpo ëtmv. : éffns'pa :

EÉvoviç [ist' È(j.oû — 25. 'Eyw... ô); 'Kyw Se w;eT/ev ë6o;. tô xeXXiov tôtov : ïJXÔov eî;

eISm;. —
(J.OU YEpovto; àvôpoç. — 28.25. Add. — 29. ÊpiiiponOEV : EooojiCxSa; : (juvaittà;. :

£YY'<î^«.
— 30. T; eotiv — 30. Kal XÉyu aÙTôJ Kàyw npo; aÛTÔv
: :i — 31. B. : eïtiov.

âpTOu — 33. EÙEpYET^uai EÙepYETEÎv. — P. 33,


: tivà;. Où/i... aÙTiô MàXXov : I. 1. :
,

KOpiÊ, S6; aÙTM. — Om. oùv. — Om. m;. — 5. Add. aÙTÛ. — 6. 9. Ttapi(TTau.£v<ov :

9. EYYutùjiEvo; Tov EùXoyiov EOXoy;ou. — Kai Xeym aÙTÛ Kal Xéyouîiv : ÈYY'Jlt'lî 10. :

o'. — Om. Kat Xéyu. — EÙXoYiav Add.


Ttapi(iToc|j,Evoi. 11. — SOo 12. : itou. 13. ôti xtvèç :

(ill TMV uapiTT^niviov aÙTM xai. —


x£/£'JEi ô'jo Tiaî xai xpoOoa; 16. xpo'jEi... : EÏ; TrjV

TtÉTpav ôxoÛEt. — Tivà — 19. Ta xp^U^axa 17. TaùTa Ta xP^naTa. — 19. : xi. : àXYi6(ô;

Oin. TÛv. — 20. ÈUTiv — 20. êè ouv. — 20. AôSd) 'Eàv Xiêa). — 21. Xi9(o : eîti. : : :

Xâêù). — 23. Add. — 23. (b; : vuxTo;


ôffli'i. xouSaXi^aij... éx(suëàXr,i7Ev : iJi£Taxo(ii'(jTi

(iETiivEYXE.— 24. àpuixE ToËPYOv ÈXEÎvo TO


ËXuiTEV... TtXciïov xa6' xai : xa).ov 6 ÉîioÎEi ^iiiÉpav

Xaêojv ttXoTov xai PaXwv xà — 27. ôîôwat. — 28. exeî '/^çri^i^a.. ôiÔEi : (Ïkjte... r]YÔpaffEV ;

xai Y'v-to" Ëitapyo; tûv ÎEpwv itpaixtopiwv TjYÔpaoEv xai — 31. ovap Add. ôè O'Jcriav. :

— P. 34,
itdcXiv. 'AêàXa Oîai, — Om. Tt
I. 2. — Èu.oi : oïai. 3. Eitolrjoa! i. xo...

àTTTjXÔov ;
— Ë6o; Add. xai
xrjv itiipav —
[xou 'EditEpa.. àvviXÔov. 5. : Xafictv |J.e. 5.

oOÔEi; 'EoTtÉpa? 8e
: paOsiaç — Tpia Y-^op^Ëvr,; TtaÇa- oùôei;. 8. iraEajjiJîia : xpEÎ;

(iàxa;. — IçaYOv — 8. 'H 5È :



ÈYEU(ià|JLr)v. 9. 'H... iiveyxev : àitEXÔoijiTa tjvôyxe.

9 Add. Tta^aiiixa; xai. —


(Jioi. : 7tap£xi6riaEv. — "Oti... [lovayixiv 10. îtapÉ9r,XEv : 11. :

Oùx oî3a;, KCpi àêêâ, vEwTEpo; £Î xai O'Jx OfEÎXEi; si; XT?,aa anspyEoBai ; oùx oiôa;
ÔTi TO |j.ovayixov. — 12. Ètiu^eX^ : TtvEUjiaTixi. — 12. xeXeuei; : Add. îva. — 14. ituXf.oai
r,8£XE; : hmXyi;. — 14. O'J/i^ou : fy!^\Z,i — 16. ôvtm; : Add. <jù à[xiJ.à. — 16. [toi :

Add. âpTi. — 18. Om. 'Q... oêSâ; — 19. itoX/.à ; Add. xaXà. — 20. (Trijispov :

Add. £Î; TÔ TtaXoLTiov. — 21. 'Eym : 'AXji8m; èy'"''- — 22. Kai... uXotov : Kai Ë[i6àç
£; JiXoîov. — 23. oOiriav : oixiav. — 23. E'jpioxM : £<7Ti. — 25. aÙTû : Add. Xéymv.
— 27. Om. nàXiv... ËTUTtov |iE. — 28. a-/i\^'xt\Vt^i'iai : (7-/Et(ia!;6ixEvo;. — 30. èjxiu-
Tov... mjXri; : Éa-jTov OicoxàTio xii; e'ixovo;. — 31. X'jaov : rj Xûsov. — P. 35, 1. t.

XaXoùvxo; : XâXwv. — 3. liupîai... -/tXiiÎE; : |X\jpià3£; xai yiXiâÔEç. — 4. • IxpaÇa xai :

7pà|a;. — 4. (lE : Add. AÉonoiva xoû xoTfiou. — 4. ÈTTiÔï] ; iaTi\. — 6. E'jXuTûiai...


TaJTï); ; ÈYYU^iai [xet' £|ji.oO èx tîj; iyy\)r]i. — 9. wuXemvo;... 7tpo:ôpy.ETO ; tiuXùvoç èàv
p-ï) (TuvtOxw aOTij)' Kai ônEXOwv TtàXiv Ë(ji7rpoo9Ev toû TtyXiSvo; ëœtïiv. Kai û; îtpoE'p-/ETai

itàXtv. — 13. à7t£p-/0|j:£vou ÎYi-f,(jai : iJïitoOvTo;. — 15. xaT' ôvop : ôxi ri|XTiv. — 16. Tipoc-

Eyov [J.E : Ttpoci/Ei |j.oi. — 17. ûcte... oTÔfia (lou : (Ôote «710 toù çéëou TpÉfiEiv oXov TO
(7wuà p.ou, (iJOTE (iï) ôOvaoôaî (Jie XaXEÎv. — 21. xp£(j.à(îai : xai xpÉuouui. — 21. ÊXEysv :

XÉYEi. — 23. xai... |j.ou ; et', oé p:ou xp£[ia[j.Évou. — 24. itap£py_£Tai : Tiposp^ETat. — 25.
9a>vîi ; Add. xpEpLâ(i£voç. — 25. \le : iJ.ot. — 27. xp£jj.a[j.ai : Add. xai ôsoixat ctou Vva

àfEÔô). — 28. xaTap'.Xïjuai : xai xïTEyiXEi. — 31. YÉvr.xai : Add. yàp |iï) à/pr;<7i|io:. —
32. Èyw... p-Eptpt-vviTr]; ; Tuw; eyw çÉpto tôv EJXôytov eï; Tr,v Tâ?tv aÙToO p.r] œpovTÎ(7iQ;. —
P. 36, 1. 2. Om. £Ù6e'(o;. — 5. ÈéadiXE'jdEv : Add. àvT' aÙTOù — 5. ^fiTâTï]; ; 'Inixioç.
— 6. A£|ixpaÎTri; : AE^txpaxy;;. — 6. xai EOXÔYio;... ËTiapyo; : xai aùxô; ô EOXÔYio; 6
vnap/o;. — 7. àvï]p£'8r,(iav... ùirfiTziyri : àTt£xEça)iaOr|Oav xai 5ir,p7iàYT,aav. — 7. Eu-
VIE ET RÉCITS DE l/ABnÉ DANIEL. 41

).ofîou ; Add. SiriOnàyri. — 8. vuxto; : Add. Yujivo;. — 9. àno6aveïv aÙTov : ïva àito-

Oivï). — 11. ywpiXMv : xup'tûv. — 14. x»i tïjç : xïi oùx èx Tij;. — 16. Otn. èYeipou. —
18. xîsaXriv : ÎJuiiv. — 18. é5»iW£v... ^çirt\mT% : ÈÇrj^Ssv xpouMV si; tr)V itérpav ÔTtou eûpe

Ta /piq|Aaia vojii^wv eOpstv à)),a. — 21. èxscv/]; : Add. xat çavTaaîas- — 21. Oui. TcàXiv.
— 22. irpô; [iixpov [iixpôv : xaT* oXîyov o).iyov. — 23. Ô£<j7T0tva ; Add. yhjlwv. — 24. toùç...

xotixâiou; ; twv TtpoTÉptov aùioù xociiàxtov. — 26. -/toptov Add.


; àxsïvo wç TcwXiiv TÔ ipyà-
/î'.pov. — 26. sffnépaç... oùtoO : éirnépaç (SaOeia; f,X6£ xarà to IOoç xal îXaëé [le. — 27.
àvsoTe'vala : £0T£va5a. — 30. tansivoï xaî àvuij/ot : Taneivûv xai àvuAûv. — 31. 6au-
(liuiï : xa't xà xptjiaTi oou. — P. 37, 1. 1. |Jiou : ti(J.Û)V. — 3. àêêâ, : KOpi. — 3.

àêêâ : xup( àêêâ. — 5. EïGs... élysç : Elit xai Ta eî^-? l'-'l


^'"/^î- — ^' O™' ""'
aÙTÔ;. — 6. xat ^cyti)... jis : KàYùi \iy(ji> aÙTôi' Tî y^P P^- '^^"^ eaxavoiXtfra;; — • 7.

TÔTE àvE6É|jLriv : Kal t6t£ j8s[/.ri'/. — 7. xJ.aioavtE;... XsyEi : exXaOoajiev ànfOTepoi xaî
Xeysi. — 9. à:;©... otopôoOpiaL ; l/w ûiopOwiaiÔai àiio toO vûv. — 10. Kupiou : Add.
TtTtoTô. — 11. xepâttov : Add. toOto. — II. i-/o^ri'{i\aey . . . xEpdtTtov : £/op^7"/ifTîv aÙTw
6 Oeô; Triv o-jvafiiv, xal xaTaXuEt rj|jL£pùijaiov TÔ XEptxTtov toOto. — 13. Oui. Môoù..
Ttvi. — 15. Oni. [jLîTà... Bïiêoiooç. — 17. oXîywv... ToaoOxov : oXiyou u-^ucte totoùtov to
Eù),OYiov xaî iriXiv ÈTaTrEivw'jEv aÙTÔv. — 18. Ta7tEivu6r)voi... 'AjXTiV : TaTtEvoidv/a.
Èvûjtiov Toù 6êoù ïva {n]/MiT»i xai 0M!3»i Èv Trj (iaoïXEia aÛTOÙ , eOiyotç TidvTMv Tôiv 'Ayiinv.

'Aii^v!

(Bibliothèque Nationale : ms. du fonds Coislin 283 (xi° siicle), f" 17P-177.)

Page 30, ligne 1. ToO aOioO Tcspi EùXoyîou toO XaTOt^ou. sva... xxr^fj-a — .'i. : xai tôv
Kai xaT£pYoti.£'vt«)v tcXeovteç tôv 7ïoTa|x6v, uapÉêaXov eî; ev xi^jia.
p.a6ï]Tr,v a-jToO. — 7. xai
XeyEiv : XÉywv. — 7. Om. Xomôv. — 7. Et; IxriTï^v : Et; Tr]V axiÔTriv. — 8. (J-evojjlev :
fj.É-


vo)(j.£v. 8. £'jpi6riTav : ÈxàÎTiuav. — 9. $£Voi : w; ÇÉvoi. — 10. xa5£i;o(i£0a ; Add. uSe.
— P. 31, I. 1. w5e xa6£i;o(jiï.i : àXX' wôe xaÔEÎOfisOa. — 2. xa6r,iiEvot : xa6£^o(j.Evoi. —
3. Om. ÔTi. 3. àito6av£tv Add. — : xaxû;. — 4. Om. ti;. — 5. Om. itivu... xùpTïjv.
— 6. Om. TtEptEuXixï).. .. xai. — 7. |jia8riTyiv : Add. aÙTOù. — 7. XÉyEi : sÎJtEv. — 8. xe-

XEiJaaTE : Add. Èv Ttj) — oïxa). 10. TOÙ;... où; : ëiTOu;. — 12. e!; tov viiiT>ipa : Om. Tov.
— 12. (laOriTûv : iÔEXfûiv. — 13. el;... ïSiov : Tivà eîç tov oîxov a'jToO ïôtov. — 14. |X£Tà :

Add. Ta. — 15. xuoi ; xuvapîoi;. — 16. TtapÉêiXEv : ëêaXEV. — 17. £Îç TÔ Tcptoi : emç
Ttpwt. — 18. 3ié<pau<7£v... XaXoùvTEç : SiajjaûsEMv èxïBéîeto XiXûv aÙTû. — 19. Kai :

Eî;. — 20. KaTà... ïev6|jievoi : rEvo(j.£VMV Si aùxùiv xiTà tïjv ôSàv. — 22. ï)6éX>1!iev...
aÙTii) : ïjÔÉXridEv 6 yiçtiav eîtieïv tû (ia6>iTri aÛToO. — 23. énoinioEv : Add. aÙTi^. —
24. Om. nEpi. — 24. [loi ; 'O 8È : (loi; 'Hv yàp Sappi^sa; aÙTû àpExà; tioXXmv àyîuv. 'O
ÔÈ. — 25. 6appïîaat.. . spOXaTTEV : Xa/fÎTat Tùi àSsXptû Ta toO yÉpovToç toutou, ô)(TTe
TÔV àSsXçôv )<oXïiaat xai [xt] Tioi^aai tw yipovTt tô (jLixpôv ToO cpaylou xaTa TÔ (TuvïiOe';'

r^v ÉvûÊxâTr,v yàp wpav È^ûXaTTEV. — • 33. Tî e-jtiv : ctà Tt. — P. 32, I. 1. cpTjdtv :

Add. xpô; oÙTÔv. — 3. oùxoûv TtapiOou ; oùxoùv eî (iri Ê;^ei; naxspa, Jtopà8ou. — 3. Spa-
SàpLEvo;... cpOdvEi : 5pa?ap.£vou aÙToû Tjj; OOpa; àTtsXOsîv, ç8«vEi aÙTÔv. — 4. âp/ETai :

vipliTO. — 5. Om. aùtô). — 5. Om. ôti. — 5. àTtoXùw : àTcoXùao). — 7. Om. eî; tctcote.
— 7. Tiâvu... aÙTÔv ; TjyâTia yàp aÙTÔv uâvu. — 10. Xsyto : XaXw. — 10. Om. tôv ys'povTa.
— 11. (ir, T); : |x.ti ïva eî. — 11. XÉyEiv ; àvTiXE'yEiv. — II. yupiov : Add. xai yoyyù!;£iv. —
12. à -r^yystXa. . . ^XÉiie : àn^ôyy^iXâ ffot Ta toO y£'ç.ovTo;. Kai vOv pXETtai. — 12. \ii\ : \Lf\-

OEvî. — 13. tVjv... XaTÔiiou : tî) ôs tE^vyi XaTÔ|xo; ènTiv. — 14. Se : ouv. — 14. Évo; xEpa-
TÎou : XEpâiiov voupiiuv. — 15. y£uo[i£/o; : Add. Ttvô;. — 15. EÎTÉp/Etai : È|£py_ETai —
16. EÛpîdXEi : EÛpEi. — 16. Xa|iëàvEi : Add. aùioù;. 17. aÙTwv Tiiv — : xXaojjiàTiov. —
18. eîSe; : oïSa;. — 19. etwv... tiXeov :Éxaiôv etwv nXEÏov ^ sXaTTOv. — 20. ô Beô; :

Kùpto;. — 20. Èçp' î<jov... xâ[JLvEt ; xaî xaTaXûst :?i[J.£pou(7tov TÔ auTÔ XEpaTiov Twv vou-
42 vir: et récits v\: i.'abbk hamel.

[ifwv. — 22. vsioTEpos : AdJ. —


Ttpo. 22. 7tu)).ii(îai : Add. to. — 23. ÉTitÉpa; : irj éanspa.
— 24. (jùv È(iot ; list' È|Aoû. — 24. ë8o; : eluOù;. — 24. fÉpovxo; : àvSpo;. — 25. itapa-

y.aXûv ; xai itapaxa).sîv. — 27. Om. ô 0£à;. — 27. itepi(T!jÔTepov : Ttspiaaàv. — 29. É|i-

iipo<j6ev : ëyy'otoi. — 29. UpoitpeT:^ : Add. tm o/iiuiaTi. — 31. Om. toù. — 32. -/opTi-

Yiioj) : èiitxwpriYrjae!. — 32. ûote : ïva. — 33. itottoù; EÙEpYEtriffai : ît),£iovai; eOepYS-
tiiaa. — P. 33,1. I. oO/î' à>)à |AàX).ov ; [lâXX'jv, KOpiE. — 2. ôoÇiCuoi : SoEidouni. —
3. oit... I^Tiv : x«),ûç Ëstiv oÛTu;. — 3. si : Add. ôà. — 6. i(iTi|jiE6a : £Î(îtï)y.a(xev.

— 7. Tt|AÎou : aYÎou. — 7. auTÔv : tov. — 8. TtctpiffTafXEvov : xa6£Î;ôjj.£Vjv. — 8. syY^'"*


xal : îipo; |j.£ Ttvà twv iiapioTatiÉvwv aÙTtii xal. — 9. — ù... SÉCTUOxa : O'jto; ettiv ô
èyy\j-i]fS'i\j,Z'joz Eù).ÔYtOM ; Kat ïifùMa^ izy.'^nE!^' Nai, ÔE'cTCOTa. — 11. eyy^j'^jV ; .\dd. oltzo (toû
— U- li'(u> : .\dd. ccÙTw. — 12. Klrfiu^o^... EÙXoviav : 6o; au™. — 13. ôjo... ÈxÉvouv :

ÈXs'vdiffEV. 14. EXEÎVOt... eSe/ETO : ÈXeïVÛC ÈxEVOtj TOffOVTOV £n£Ô£-/£TO. — 15. ËYVOÏV :

Eiitov. — 16. Om. Tiva. — 17. Tivà : Add. 'jiôyov xai iti).iv xpo'JEt. — 19. y^'OIJ^evo; :

Add. EùXÔYio;. — 19. Otn. Ix. — 20. AiSto. : 'Eàv ).âê(i). — 21. âp-/(ov : Add. xat
EpXÊTat. — 21. [AàXXov... "^lyijityyiti : jjlSXXov oOv Etç Tr)v lEvrjV /ajpav , ôtto'j oOoeî; (as

YiV(â<jxEt àTTÉXÔii). — 22. eXutev... ri[X£pou»Tiov : xaie'XuTEV tô xa)ôv ËpYOv èxelvo o ètcoÎei
r,[iEpoijC7tov. — 25. TïXoîov : Add. Ta y^pri^ict^a. — 27. 'louuTÏvo;... 'louffTiviavoO : 'loy-
(ttTvoç ô YÉpwv. — 27. ôîôei ; oc'owa'.. — 28. witte... a'Jxôv : xat YÎ'^s^cti TiaTpixto; xal UTiap-

y^oç Tùiv Upwv TipatTujpitov. — 29. oùffiâv : otxîav. — 31. On. TiâXiv. — 31. èxeïvo : Add.
îidXiv. — 32. âpa : ioTÎv. — P. 34, 1. 3. Om. tî Èicoiriia. — 4. to itripiov ; t»|v nEipa.

— 4. (b;... Iffuépa : tiwXwv t6 EpY^J/Eipov piou' xai :ipoa8oxôvTo; jiou EÎtpEïv tov EOXôyiov,
éffjcÉpa. — 7. ÈptoTw : ÈTrEpwTtû. — 7. <rù : aoi. — 8. TtaEapLaSia : Tia^iEiàTia. — 8. Kai
Xe'YEt.... TÎvEYXEv ; 'H 6e àuEXQoOtja t^veyxev. — 9. Om. oXîyov é'^rjôv. — 10. xai TrapÉôï]-

XEV... oùx oîôa; : xat TrapaxaQi^Œaffa r,pHaT6 [lot X^YEtv (o:p£X£ta; pY||j.aTa XÉYOutja- Kûpi àéêa,
oùx oîôa; OTt vEWTEpoç £t xai oùx ôjeiXeç Et; xT»i[ia à7t£p)(Eo6ai ; f) o'jx olôa;. — 12. Oni. iizw-

çeXj). — 12. Om. Ttoir^aïa. — 13. Om. jiot. — M. TiuXritjat... 0'{/t!|ou : îttoXEÎ;, (irj ôiïli^E.

— 3È 15. :
Y*?. — 16. "OvTù);... Tàç : 'Ovto); aoi âçpsç (J.E Ta;. — 19. itoXXà : Add. xaXà.
— 20. Ë(TTtv : Add. (!); àxo-i(o(jL£v. — 21. TaùTa : Add. eyij. — 22. iêaXov lauTov : EjiSa;.
— 23. ÉpwTtâ... xaOi^ojiat ; îTEptEpYaffijisvo; Trjv oîxiav EùXoy'ou toû Aîyutttîou xaOÉÏo-
[lai. — 24. ituXwvoç... où : nuXwvo; aÙToù ëm; ôte. — 26. [ioi ; (j.£. — 26. àXXà xai to :

àXXà To. — 27. ËTUTtTEv : ËTU'J'av. — 27. Om. TtâXtv... ôij/txtov. — 28. xai ('ij(7auTu;... |xe :

xai TtiXtv Ëxoa^ov, xai irâXtv ëtuutôv |ie. — 28. <f5(r||xaTt^6[icVo; ; (lyEtixaCoixEvo;. —
30. àitiiXÔov : àTrijXOa. — 30. Trj; nùXyjç T»i; Oeotôxou : Tij; eixôvo; ttî; aYta; ©eotoxou.
— 31. xat XÉYW : Add. Ttpàç tov ICuT^pa. — 32. à7tÉpxO|J.ai : vmiY"- — P- 35, 1. 2.

XÉYouutv. 'H : XÉYOtJsiv |ioi çatrî. — 3. jxupt'ai... -/iXtàSe; : [tupiâSEç ^iXkxSeç. — 4.

ExpaÇa : Add. iyà>. — 4. (is : Add. AÉtjTiotva. — 4. iazâflrt : Ëcttï). — 5. EJiapj^ov :

iJTrap-/ov. — 6. xéXeuœov... eîttev : xai xëXeuuov aÙTo) ExXuTpwaat [i.i t^; èyY'^'Iî TauTY]?.

*H ÔË EtTlEV, 9. TtuXstOVOÇ. .. TTpOTip/ETO : TTUXÔJVO; aUTOO, El [Jtr, TUVT'jy^W aÙTW. Kai


àiTîiXtfov TiâXtv ËairpodÔEV ToO lïuXdàvo; aÙTOu , xai tô; irpoEpyETat. — 10. ôffTidpioç :

OffTiàpto;. — 10. ôtÔEt [j.ot TïXïiYà; : otôtoirt [j-ot ps'pYa;. — 11. lauTio : ÈpiauTàJ. — 12. ©eo; :

Add. xà(iè. — • 13. îriTijuai ; Epavrjiai. — 13. EÛpov ; EÛpÉôy]. — 13. Om. xat avEerjv... xeX-
Xtov. — 15. ôXtYtopt'aç... [iXÉTTtij : oXtYtopta; xai àçÛTrvtoia xai pXËTTto. — Ï5. Om. xaT' ôvap.
- 18. Syvitisvov : ôùvauôat. — 19. Om. (lou. — 19. ËXsyEv : Xéyei. — 21. xpEfiiatti :

xïi xpEH(itiat. — 21. ëXeyev : ëXeyov. — 22. èyy"<>>-- &~V ' èyyuw, xai (jtrj àvTiXEYE
0£(o. — 23. xai xpEuajiEvou : xpE(j.(X|AEvo;. — 2i. 'ISoù ÇMvrj ; Kai îooy çtovr) Xe'youoo.
— 24. îtapÉp/ÊTat : Tiposip/ETat. — 25. xai Xeyw : xai npooTtEitbv XÉYto. — 26. Ae'ym
5È : Kai Xéyw. — 28. xaTaytXïiaai ; xai xaTEçiXrjCrEv. — 29. noti^fr?]; : iroti^ffEtç. —
30. Kai Xeyu : Aéyw aOTtû. — 31. y^""!'^*' Add. oO-/' 2e ayprjoTo;. Kai Etna. —
31. -iijjLaptov : Add. ôÉtnioTa. — 32. Eyto... (i.£pt(jtv^<ri(n : tiiù; çépoJ EOXoyiov Et; Tr|v Tcpû-
T7JV Tâ|tv aùxoO jJtaOïQffEt. — P. 36, I. 5. ÈêaaîXEutjEv ; pacjtXEUEt. — 5. Kat àvTaipoutrtv :

EÏTa (lETa ôXtYOv )(p6vov àvTaîpouatv. — 6. AE^txpatTT]; : AE^toxpdtTTi;. —6 xai EùXÔYto; :


VIR ET RÉCIT.S DE L'ABBÉ DANIEL. 43
y.ïî ô aÙTCi; EOXÔyio;. •
— 7. àvr,pé6Yi<rav : àTtExsyaXtaOïlaav. — 8. Olil. ôià. — 8. Kuv-
oTavtivGUTroXeto; : Add. ô EOî.oyio;. — 8. ô paadeu;... çeûytov : 'louoTiviavo; tva ÔTtou
eûp£6>) ô EùXô^to; àîToOâvst. TÔTS çeûyei xai Epysxai. — 11. /wptxwv : ;(wpiTtov. —
12. aÙTov : tov Eù/ôyiov. — 12. aÙTii : Add. xaXûç ï)>.6eç. — 13. Xé-^w Nxi- ita-

tpixio; : ).£Y£i aÙTot;' iXai' e! ita-cpixio;. — 14. oOxl... èaTÎv ; œXXà à),),oç EùXoyio;, où tïjç

ywpa; xaÛTr,; ÈoTiv. — 16. éy&lpou... ),aT0[Aix6v : Eyetps xai XâêE tôv XaTÔfjLiôv. — 18. Xa-
TojjLixôv : Add. spyaXstov. — 18. èÇïjXÔev : àvÉêEt. — • 19. /pr,[AaTa : Add. Eupsv w; vo[At-
^iDv E'JpEïv ot>,),a. — 20. (j.vïi(j.oveO£iv... ÈXEivr,; : ni|j.vif)t7XE(j0ai Ta ÈoéutxaTï xolI Ta o');ixEta,

Tr,v àitavTrjv xal Tf,v çavTaciav. — 21. 'EyEipou : Add. TaxEivÈ Eù),6yi£. — 22. Om.
yàp. — 22. Ttpo; : xaTà. — 23. Se'oicoiva : Add. vjixûv. — 23. àpyaiav : itpoTÉpav. —
24. Toù;... xa^iàTOuç : TrpwTœv aÙToû xatixaTwv. — 26. /oipîov : Add. exeïvo TTw).7;(Tat tô
Ipyo^Eipàv |xou. — 27. tiXOev... aÙTov : fjX^Ev xatà tô itptiiTov ÊOo; oOtoCi xïî ëXoiBev [is.

Kol û; ÏGOV aOiov Èx ToO xoviopTOÙ. 29. :?iilwv Add. au ei — : ô 0eôç o noiûv 6au|ii5ia
[jLÔvo;. 30. TTs'vriTa—Add. Kûpto; itTw^t^Ei xai ttXouti^ei. : — 31. dou : Add. xaî Ta
xpî|xaTà ffou. — 31. ôûvaTai E^tj^vtaaat : È^tj^viàffEi. — 31. Om. AéinroTa Kijp'.E. —
32. ÈTtixE'piiT"; '•
ÈTVE/Etpr.aa xai. — P. 37, 1. 1. xai... xpâneCa^ : xai Xaêtiv [jie IgaXev
OSoip xai evkJ/e'v jiou TO'J; Ttôoa;, âjiOÎMi; 6s xai twv â).).(ov Iévmv xaxà TO ËOoç, xai TiapÉ-
6r|XEv Tiiiîv TpotTTECav. — 4. àvôpuîioç yàp : oTi àvâpiojto;. — 5. xày/i)... AiaTÎ : AÉyu aÙTÛ-
EÏ6e xaî ^'X^î' 1^*' XÉyei (ior AiaTÎ.
oi ëiTX^î M
6. K»i /E'yu... (jie AEyw aOtù)' Ti — :

yàp oOx ÈCTxavôâXnjâ; [xe! 7. TiâvTa àrravraTà yEv6|xeva. —


8. xXaOaavTEç à[xçpÔT£pot : — :

xXauffàvTWv à[xçoTe'pa)V. — 8. EO^at... Heôç : Eu^at, Kûpt àêoà, ïva 7i£'[X']/£t 6 Osôç TYjv

XpEcav. — 10. Ttapà Kupiou ôtjov eI : Tiapà ToO XpiatoO àXXo iluote ewç où eT. — 11.

xEûàirtov Add. toOto toO xafiaTou rjov.


: 11. ToaoÙTQV... xepaTiov TOffouToyç — ;

Xpfîvou; ÈxwpiyriTEv aÙTw 6 Heôç ti^v 5'jvap.tv, xai xaxaXuEt t6 xspaxtov toO yeipspyEtou
a*jToO. — 13. 'l5o\j.,. yvwpî!^o) : 'I5où o-jv Etnov col xai Tiôâsv aÙTÔv yvwpiî^w xai ircôç.

— 17. oXiywv : oXiyou. — 17. •j'j/worEv : Add. tov EùXoytov. — 18. Om. toooOtov. — 18.

irpô; ; ÈTci. — 18. Ta7r£tvw6/}vai... 'Afxriv : TaTCEtvtofJïivai ïva ev Toi çpoêî'pw [3rif/.aTi ToO Kupiou
7,|J.âJV 'iTjdoij XpKJToO EUpO)(J.£V eXEOÇ EVtOTTtOV Tïîs Sô^Tiç auToù. AOtw 'q Sô^a EÎç ttîwvaç
TÙv aîtoviov. 'Ajj.yjv!

(Bibliothèque Nationale : ins. du fonds grec 914 (xii* siècle), f"' 183''-188.)

PageSO, lignai. n£p!...EùXoyiou: BioçToO (laxapîou EùXoyiou toù XaTÔnou. — S.Éywv...


aÛTOù .* Ë/a)v £va twv \iaH-/]T(û-j aÛToO. — 4. TrapéêaXov... XT'?j[j.a : xaT^XÔov Et; 'év xTYi[J.a.

— 6. ï-/o\i.i'i : £yu|j.£v. — 7. Om. Xomov. — 7. aytojiev : âyo[j.£v loiitm. — 8. |iÉvo-

(lEV : |xÉVM|xev. — 8. E0pÉ6r,(jav . . . Çe'voi : Èxiôriirav jiéaov toù yutçiio'j mç Iévoi. — 9.

àStXio; . jia9riT'^;. — 10. xa6Ei;6|j.E6a : Add. xai XÉyEi. — P. 31, 1.1. [xapTOpiov : sx-
xXïidt'av. — 1. tùôî... [J-E'xpt; : àXX' wôe |X£vto[j.£v Kai ÈxEtI ExapTEpyirrav xaGeCôlJ-Evoi a/piç.
— 3. Xc'yoïv... oià : )£Ywv' 'Q àTtô toO yéptùv, otà. — 4. jxaxpôç... xupTYiv : jiaxpoTcdXtoç,
îtâvu TupoSôêrixo; èv riiiépai; TtoXXaî;, 'JTToxupTo;. — 7. Om. aOTOÎ;. — 10. xai... EÙpsv :

xai âXXouç osouç eupev. — 12. [iaSïiTôJv : àÔEX^wv. — 13. eJ;... iSiov ; àXXov Tivà èv tm
otx(() aÛTOù^ — 14. |j.£Tà : Add. to. — 15. Om. aOTO'j;. — 15. nEp'.udEUÔE'vTa : irEpioffEiJ-

ëovTa. — 16. itapÉêaXsv : TtapEoaXXev. — 16. Om. koieîv. — 18. oiEtpauffEv : ÈoiÉçaycTEv.
— 18. Ta... (lur/ipiav : jtEp! crtoropiaç ^t|j.aTa. — 19. Om. tô. — 23. aÙTÔi : aÙTOv.
— 24. |j.oi : Add. r,'i yàp 6appr,ijaî aÙTiô àpeTà; icoXXûv àyiwv. — 25. ôapprjoai aùi'ô :

Ttji àSEXçw EÎTiEïv. — 26. XaX/iaai... IxriTSu; : XaXrjcjai eti aTta^ — 29. ËOo;... ÈçûXaTTEv :

ëOo;" Tr,v EvÔExaT-^v yàp (opav ÈçûXaTTEV. — 32. ÔÈ : ouv, — P. 32, 1. 3. ôpa|â[iEvoç
Tï)v 6*jpav : opaÇàjjLEvoç ô yE'ptov tïî; fj-jpa;. — 3. a-jTov : aijTTjv. — 4. aTCEXÔEtv : èÇeXOeïv.
— 5. xaTa^iXEtv... XÉystv : xaxacptXEtv touç Trôoaç aÙToO, xai Xs'yEt. — 5. Om. oti. —
44 VIE ET RÉCITS DE l'aBBÉ DANIEL.

9. Om. oiiTo);. — 10. Oin. tôv -^éfavcoi. — 10. i'itlîûi : Add. o yépiov. — 11. ^; : £Î. —
11. XéyEiv : àvTi),Éveiv. — 13. XEyeTai : xaXsiTai. - 14. Om. ctÛTOù. — 14. f||iEpoO(nov...

xepdtTiov : xEpaTr,'/ Trjv rj|xÉpav ëva. — 15. |xr|ôàv : (jir,ôyivo;. — IG. ôsou; EÛpidy.Ei : Stou;
àv evipei. — 17. aÙTtov : twv xXaafiaxoiv. — 17. xâ6(o; : w;. — 19. éatt... tcXéov :

ÈYÉ-Jeto 8È éxatov ëtuv xaî irXeio). — 20. x«l Ti|iépiov... xâ|jiv£i : x»l jtoiet r||iepoû(riov
aOtô TÔ xepâTTiv tciîvtote. — 22. veÙTEpo; : Add. itp6. — 22. èpYoxEipov : tô ÈpYÔxci-
p6v (iou. — 24. — 27. Om. 6 ©EÔc. —
Oui. (jùv £[jLol. — 25. Om. èWJwv ÈvraOôa xai.
28. Add.
ÊëSo|X(xSa; xai — àsxriSEw; — Om.: r, TcXeiova;. 28. : vï)<jTeia;. 29. ê),6ôvTa.

— 29. ËYYKita. — xui Xeyei


É[j.Ttprj(j6£v XÉYOvra. — 31. Om. — : 30. : (lou. 31. ToO...

YEÙdacrOai — P. 33, : oùyi* à»àiir, KaXo? KOpiE. —


(iEiocXafiEiv. 1. 1. |j.â)).ov : 1. 6i'

aÙTtjù... (Tou aÙToO xo 6vo|xà ooy tô ayiov. — : xaXo;. —


Solàijo'jiîiv 5i' 3. xa/.ôi; : 3.

El Add.
:
— hXeiooi ôè. — àY'°"' — "Ùtov

tov. —
4. : TtXEiuiriv. 7. Tijifou : '• : 9.

Add.
irapi(7Tœ|iÉv(j)v — aùrâ Xéyouoi itàvTEc — 10. Om.
;
— a\iiû>. 10. Xiyti) : ôti. 11.

i[jL£ —: p.£. — Tiva — Om.


iî*. EÎaYixoOfjQriv : îipoTESs'yJjriv. 16. : tt]v. 18. "Ex63([jl6o;...

ÈOTÎv. — X.iÊM AÉyei' Ti ÔEÏ 20. '£àv — 21. (iâXXov àXXà


Tî... : itoiriao); Xiêio. :

[xàXXov. — — 23. 23. — 24. xai


xouêaXïifT'/] : àTzov.rnv/\Gii. £xouétxXir]<7£v : àïi£xô[jLï](iEV.

eXutev... "rtXoTov : xai XOaa; tô IpYov exeTvo t6 xaXciv tïî; ^Evo5o/£ia; ô lnoiEt -fitiEpouotov
Xaêùv TtXoïov. — 28. itoXXà : TciiXTioXXoi. — P. 34, 1. 2 'ASjXa Èjioi : Uùaî jjiQi. —
4. TTiQptov : piQpivôv. — 5. Tcpoaooxwv : TtpoTEûoxQv. — 5. '^EiTiÉpa... èyeveto : 'Q;

8È ÉdTtÉpa paÔEîa iéyo-tii. — 6. Om. ouv. — 7. àjinà : in|jLâ;. — 8. itaSaiiàSia : «a-


ÇaiiàTia. — 9. é<j/ïitov : éij>£TÔv. — 10. :iapéOT,xev : îiapExdtOriaEV. — 10. XiXeiv... âpyo-
-/Eipov : XoXeTv |Xoi itv£\;[iaTixà xai toçÉXrisia, XE'YOUdà |aoi' Oùx ôpeîXei; ei; xT^|ia
à7t£p-/£(j6ai' oOx ol5«; ôti to tiovaxixov -ridu-^iav BeXei' xai ôXXa xivà £ji(i>|ieXeï 8ieXÉ5(9ti

(iot. Koi Xeyw aÙTfl' Ti ouv xeXe'jei; ôii to £pY6-/£ip6v. — 8- eîhev : Xéyei. — 9. ittoXij-

oai... O'J/'IÇou : ttwXeî; . [ay] ÉsitÉpiijE. — 15. Om. — 15.


Zi. Om. Kai. — 17. çoSo'j-

[jiEvo;... av6pto7to; : ôvOpuTto; ô çoêoiliiEvo; tov Beôv. — 18. Om. 'O. — 22. ËêaXov
lauTOV : ÈtxêiXXM ÉiiauTov. — 23. oùdîav toû Aiyu^t'OU : oixiav AIyuhtiou. — 24.
TiuXôivo; : TruXaiwvo;. — 25. Om. a'JTw. — 26. Kai oO : 'O 6È o'j. — 27. etutttev :

ËTuifiEv. — 27. Om. oùv. — 28. (7y_r)jiaTtîô|X£voç : <txei|j.ï!C6hevoç. — 30. È|jiauTàv :

ÉauTov. — 30. xûXr,; Trj; Oeotôxou : EÎxovo; TO'J Kypio'J. — • 31. xai XÉY"> XEyuv. —
3'2. r) : e!. — P. 35, I. 1. XaXoO'To; : XaXôiv. — 2. 'iipxExo : ïipÇaTo yhzaHai. — 2.

7rpoÉpx^^°^^ • ép-/£Tai. — 4. [jle : Add. OE'uTrotvà [xou, — 4. ÈiTâftY] : etty). — 6. Om.


EX. — 6. Kai EÎitsv [ioi ; 'H 5' eItiev. — 9. tiuXewvo; : TtuXwvo;. — 9. ËxpaÇa : Add.
irâXiv. — 14. àvÉêriv : e'htïîXOov. — 14. Om. eî; to xeXXi'ov. — 14. xai : Add. ûç. — 15.

Om. TtdiXiv. — 17. itpoaE'xov : Ttpou/ov. — 18. Om. aOtoù. — 18. 5\;và(i.Evov : SùvacrSat.
— 22. ÈYYuw : eyyuoO. — 22. Om. tw. — 24. çwviî : Add. itiXiv. — 24. TtapE'pxetai :

irpoffÉpxexai. — 26. Om. Si. — 27. xpÉ|j.aaai : xp£|Xio(iai. — 28. xaTaçiX^ffai : x«i
xaTE?îXï)<jEv. —
— 32. èyù... itw; çÉpco Eù-
31. r|U.apTov : àXXà ï)(iaprov. |i£pi(ivT|<7^; :

XoYtov £iç Tï)V TaÇiv — P. 36, àvToipouatv àvTÉpouutv. aÙTOÙ |iï) |j.Epi[Jiviii7^;. 1. 5. :

— 5 Om. oÙTw. — AEÎixpaixTi; AEÇixpâxYi;. — xai EOXôyio; xai 6. : 6. : à Èfio;

EOXÔYio;. — vuxtô; Add. EOXôyio;. — àTioOavEïv aÙTOv


8. — : ô 9. ; àTtoÔivio. 11.

/wp'./.wv — : Nai uaTpixto;*


-/^pictTôiv. — 13. ^ai... ÈYEvôixyîv : eI èy^'^'^M'^ îraTpixioç.

14. ïëlmvi — âXXo; àXXà œXXo;. — Om. Xâês to


: ËêXETttov. — 14. : 10. XaT0|ji.ixôv <jou.

18. [lYiTiOTE — Add. EupEV. —


: jj.r,7r(»);..\dd. xai ^av- 19. •/pyi[jLaTa : 21. i-/.d^ri^ : tïî;

Tatria;. — 22. xatà. — SÉunoiva Add. — xajidiTOu;


Trpo; ; 23. : r||iwv. 24. toùç... :

TOÛ TtpÛTOu aÙToù. — 30. xai TaTtEivûv xai


xa(j.âiou — 31. raiiEivoî àvyij/oî : àv\ji]/<"v.

Gaufxacria Add. xai Ta xpifiatâffou — P. 37, àSêà EùXoyie


: àoû.^é. — (jou. 1. 3. :

3. àëêi xùpi — Om. Y^p. —


: xai à.êoâ.
êixe; ë^xe;. — 4. 5. [J.r|Ô£... eî^e; : ci [i^ G.

Xeyu Add. aÙTÙi. —


: Om. — Om. — Sdov Ëw; — 7. |iE. 10. eti. 10. : où. 12.
xataXÛEiv... xEpdiTtov t6 xEpâxiov — 16. aÙTOù; aùtov. — 10. Orjêaîoo; ; -fiHEpoùaiov. : :

Add. xai ÈçùXaÇev aÙTOù P'ou Y^povTo;. —ô na6r;TYi; [iri 6appîi<rai Tivi (iÉxpi Çur,; t-î'j
VIE ET RÉCITS DE l'aBBÉ DANIEL. 45
17. o),iYCov : ûXÎYou. — li). év... XptoToù : Èv ç6ê({) (-)£oû xat Kupîou fi(jiwv 'Iticroû Xpioioù.
— 20. Oui. xal nfieaêeiat;. — 21. tï^ç Osotoxou : xr;; Tiavayiaç tleoTÔxou.

(Bibliothèque Nationale : ms. du fonds Coislin 378 (xv siècle), f°» 143''-148''.)

Page 30, ligne 2. Om. xii; Ixiirew;. — 3. ëva... xTr)|j.a : xai Tiva tûv aOtoû [laOriTôiv.

IDiovTï; o'jv tov TioTa|iOv xai xaT£px()|j.£vot ,


itapÉ6x).ov ek iv xTi^jjia. — 7. Oin. Xontciv.
— 7. dtywîJLEV e:ç -/ct^tyiv : àyoïiev eiç ty)V ^xr^rriv. — 8. jievofiev : |jLevoù(iev. — 8.

£upé8ir](rav... |évot : èxâôtffav [jl£<70V toO ^(opîou w; Çévot. — 10. xa6eî^ôfjL£Ôa ; dy(o|xev ;

xaOrJiieSa (oÔ£; âyoii£v. — P. 31, 1. 1. Kai li^u... ènnipar, : AEyEt ô yÉpuv 'Qôe xa-
6£Î6|i£6a. Kai ÈxiOrivTO Èx£T |X£XpiÇ loicépaç. — 3. |xâ)(1''... TÉpovTo; : àveiSiî^Eiv tôv
yépovTa. — 3. Om. ÔTt. — 3. àitoOavEÎv : Add. xaxu;. — 4. xo!j[j.ix6;... it65aç aÙToO :

[xaxpo;, oXoTtoXio;, xo(r|Xix6;. Kai iôwv tgv àêêàv Aaviï))., viplaTO toù; îtoSa; aùxoO xoc-

Taçt).£Ïv. — 7. [ia8r,TT^v xai ).éy£'. : (J.a9y]TV]v aÙToO, xai £Ï7r£v. — 8. K£X£Û(TaT£ : Add.
èv T(î> ISCw otxt}>. — 10. xaÈ... ànïîJ.ÔEv : xai ôffov; £up£v ^ivouç, àix^ayEv. — 12. [xa-
9r|TÛv : à5£),çwv. — 13. 8s : yàp. — 13. Om. oùSè èv àXXw tottio. — 14. (jiETà : Add.
TÔ. — 15. Tr£ptT(7£u6£VTa... TcapÉoaXEV ; 7C£pta(j£0[jLaxa xwv xXaapLâxtov ÈêaXev xoï; xuva-
pioiç xoù -/(optou. — Itj. Ouxto... Xaotbv : Ouxco? yàp y)v ëtlo; txoieïv aOxov. Kai Tiapa-
Xaêwv. — 18. £u;... ttoXXwv : exciÔYixo XaXwv aùxt}) xà npo; (jtof/ipiav £w; Ttpwi, —
20. Kaxà... y£vô[i£vot : Fcvoixî'vwv ôè aOxwv xaxà xy]V ôôôv. — 22. £iii£iv aùxtô. IlâXtv :

6 yÉptov £i7t£îv. Kai jtâ)tv. — 24. Om. itspi. — 24. 6ap^£Ï4 Add. ^v yàp OappiQjaç [loi :

aOxw àp£xàç TroXXàJv àytojv ô yÉpojv. — 25. ^0 oï yÉpwv... yipovxo; Oùôàv ouv £lit£v :

a-jxw n£pi xoO yEpovxo; xoûxou. — 28. à:tïivîYX£v... 6 yÉpwv : TJvEyxe xai yépovii xaxà xô
l9o; çayEÏv xr^v yàp £vû£xàxYiv wpav r,a(ii£v ô yipwv. — 32. Om. ô yspwv. — 33. Ti éa-
xiv, xéxvo'/ : Ataxi téxvov, Etacta;. — P. 32, 1. 1. tpriaiv : Add. irpo; aOtdv. — 1.

Om. Èyw... iyta. — 3. Oùxoùv uapàôou : Oùxoûv eI (j,^ Ë~/Et; TiaxÉpa itapdOou. — 3.

ôpa|âfjLEvo;. .. aOxw : opa|a[i£vou aùxoO xîi; 6ijpa; aTiEXÔEiv, ^OâvEi ô àoEXçô; xal xpaxeï
aOxôv, xai ïip^axo xaxadTtâ^saôat aùxôv XÉyuv. — — 6. Om. ô. 6. Om. O'Jx y)5Û7axo...
V)yâ7ra aùxôv. — 9. noî'^TÔv... :paytov ; Aô; upwxov çayEÏv. —
p.ot 10. Om. xov yEpovxa.

— 11. XÉysiv : àvxiXÉvEiv. — 11. -/(Dpîov Add. xai yoyyùCEiv. —


: 12. ovrjyyEiX.a... Seu-

XEpwuï); : Etitôv ooi xà itEpi xoù yÉpovxo;. Kai vùv (SXetie iiriÔEvi SEUXEpworj;. — 13.

Oûxo;..- y£u6().Evo; : OOxo; EOXoyio; £<jxi xyj XE/vri Xaxô|jio;' xai xaxàXuEi ex xoù Èpyoxeipou
oÔToO f|(ji£pri<Ti(iv £v xEpàxiov voujiiuv £(o; lanépa; [j.vl yEuôiiEvo; xivàç. ^ 15. EÎoÉp-
/Exai : ÉÇÉpXEtai. — 16. EÛpiaxei : Eiipri. — 16. XapiêoivEi : Add. aùxoû;. — 17. aù-
Tû)V : xwv xXa<7p.àxu7. — 18. EÎSs; : oiSaç. — 19. 'Eaxi... itXÉov : 'Exatov ixou Ixwv
ÛTtàpytov oùx ËXaxxov. — 20. Oeoç : Kûpio;. — 20. Om. ait'... xaXoù. — 20. xal r)|ji£'piov...

xàavEi : xai xaxaX'jEi ^uEpouaiov xà aùxo XEpâxiov xùv voujiiuv. — 22. VEÛiEpo; : Add.
tî>ç — 22. 7ca)Xr,^at cpyôysipov ; ixoXOuai xô £pyô-/£ipôv (j.ou. — 23, éfnxépa; : xtî édTXÉpo.
— 25. Otn. xai iSwv... yÉpovxoç. — 26. TrapaxaXôiv... itEpiaffôxEpov ; xai itapaxaXsîv
tôv 0EÔV xtapriy^aai aùxâ itEpciruciv. — 27. ÔTtw;... âXXou; : ïva ly_£i xai eOepyExsî xai
àXXou;. — 29. IjHxpoffOEv : Éyyioxa. — 31. Om. |aov. — 31. Om. xoû. — 31. ou âv. :

— 32. ûoxE : ûi- àv. — 33. uoXXoùç EUEpyExiisai : uXEiovaç EÙEpyExrioEi. — 33. Oùyj.
xaXô); Effxiv : Oùx ETXtv ÔEÔv. — P. 33, I. 1. Oùyi... aùxw : pàXXov, KûpiE, ôôç aùxto.
— 2. xô... cou : xô ôvofiâ ffou xô àyiov. — 2. 'Eyù)... £(7xtv : Kàyw XEyw ôxt xaXô;
Iffxiv oùxo;. — 3. El : Add. Si. — 5. Tipè; aùxôv : aùxw. — 6. iaxà|iE6a : lffxâ|iïiv. —
7. xi|xiou : âyîtu. — 7. aùxôv : xôv. — 8. Èyyûç... xivà : itpô; (i£ xiva. — 8. jia-

piaxanÉVMV : Add. aùxû. — 9. Èyyvia)|i£vo; xôv EùXôyiov : £yy\;r)5âiJ.Evo; EùXôyiov. —


10. Xî'yEi : Add. xot; TrapEçxwfftv. — II. AÉOTioxa... EÙXoytav : KùptE, [j.ôvov oô; aùxw. .

13. Om. Sùo xivÈç. — 14. âSÉ/Exo : xouoùxov ÙTiîôiysxo. — 16. EùXôyio; 5è : Kai St) ô

EùXôyio;. — 16. EÏç xiva : xviv. — 17. àxoÙEi : Add. Èvxo;. — 17. xivà : Add. <j/6(pov
46 VIE ET RÉCITS DE l/.VBBÉ DAMEL.

xat 7iâ).iv xpoûïi. — 19. Yev6(i£vo; : Add. 6 E0).OYto;. — 1*J. Om. èx. — 20. èattv :

eî(Tt. — 20. Aâêto : 'Kàv Xàêw. — 21. àp-/(i)v : Add, xai Ep-/eTat.. — 21. xàyw... aOrà :

àW.i àné),6to. — 23. xovifixXinffr) : à7ioxo|jti(jei. — 23. iï,o\jêi\i\aty : àTiTJvefxe. — 24.


Tiapà : Add. TÔv. — 24. xai ëXuirev... ÈTtoiei : xaT£).i;<rE t6 xaXdiv Ipyciv èxsivo û ètioîei.
— 27. 6 Bsïo;... SiSsi : ô Y^pwv. Kol oîSwoi. — 29. Om. iepûv. — 29. oùaîav : olxîav.
— 30. xal : iiTiç. — 31. Om. iiiX:v. — 32. IIoû âpa : 'Apa Ttoû. — P. 34, 1. 3. Ènoî :


\L0l, 3. à[J.apTt«)X(j)... 'AîiwXîffa ; àfiapTwXw, OTt aTrwXsffa. — 4. tô 7ry]ptov [xou : Tr,v


TiT^pav. 4. èpyô/etpov : xà èpyô/iipov [j,ou. — 5. ÈX6£tv : eOpsiv. — 5. Om. xaxà tô

é8o;. 7. èpwxu) ; èTtspwTw. — 8. Tia^ap-àota : Trac^t[xà5ia. — 8. f^iyoi.., ffïi[ji.£pov :

çâyo) (7r,p,£pov . otl oOx Eça^ov. — 8. Om. Kal XifZi- 'Eyw. — *J. aTiriX^EV... ÈmoiEXT] :

à-7T£X6où<ra £?op£, xai oXfyov £'];r,TÔv, xai TTapÉOïixs. Kai TcapaxaOtTatra r;p|c(TO XaXEÏv p.oi

wçeXEta; pYi[j.aTa XÉyouaa" Ktjpi àêêà , oùx oîoï; ôti v£a)t£po; £t , xai oOx ô^eiXci; £Îç

XTrJiia à7t£px£<i9ai ; ?] oùx otoa; ÔTi to (iavayixov ayrip.» -rj/ry/iav OéXei; Koii eîtié (loi xai
âXXa Tivâ, — 12. Om. noiriUw. — 13. Om. (ioi. — 14. TtwXrjoai t/JeXe; : iiuàeïç. — • 14.

ôij/iÇou : &ij"Ç^- — 16. àfE;... xaOxa; : où â^E; |XOi Toùç Xiyou; xoûxou;. — 19. TioXXà :

Add. xaXà. — 19. toïç Çe'vtji; : Et; xoù; Çe'vou;. — 20. Ëoxiv ; Add. wj àx(iOo|ji£v. — 21.
£v Éauxw : xa6' Éauxdv. — 21. È!ioiï)(ja... ÉauTOV : i]pYa(yâp.ïlv. Kai È|iêàç. — 23. ÈpwTÛ..
xoGEÇo|j.ai : nEpiEpyaiTiiXEvo; xrjv oîxiav xoO EùXoyiou xoû AJyuixxi'ou, xafJÉCo|jiai. — 25.

Om. aùxû, — 26. Om. coi. ^ 27. IlâXtv... Ëxunxov : Kai xpoEXàiiêivov xai îiocXiv Ëxpaîjov,

xai itiXiv ËTUTiTov. — 28. (TyoM^axitoiiEvoi; ; oxvi|xaC6[jiEvo;. — 30. x^; itOXrii; xr,? 0eo-
xrixou : xrj; EÎxtivo; x»i; ÛTtepayia; Geoxoxou. — 31. XÉyii) : Add. Tipoç xov luxfjpa.
— 31. Xûaov : •?; Xuoov. — 32. à5t£p/o[j.ai : vntàyco. — P. 35. I. 1. xaùxa... |iou :

Kai taùxà |iOU Èv xf, xapSiqt. — 2. vipX^To : ëp)(Exai. — 3. [lupiai... x'XiioEÇ :


x'^'''^^?
xai [lupiciSE;. — 4. ËxpaÇa : Add. Eyw. — 4. [i£ : Add. AÉdTtoiva. — 4. ÈoxoOr] :

Ëoxr). — 6. KeXeusov... eîtiev : KéXtMnoy oCiv x-ij; Èyyuvi; xaûxri; Xyxpwûiivai |j.e. 'H
6È eTtiev. — 9. tiuXeûvo;... nporipxExo : txuXwvo; aOxoO, el |iri auvxij'/w aùxû. Kai àTiËp-
XO[xat ^xâXiv EfiTipouÔEv xoù tî-jXwvo;, xai tôç TipoYipxExo. — • 10. ôffxtdcpio; : Add. aO-
ToO. — 10. 5ÎÔE'. [iot uXT]yà; : ôiôwa: [j.ot [Aîxà pàoôou. — 10. xaxEOTcaoEv : xaxËîiEtjEv.

— 13. Çrix^trai... £|iauxo-/ : èpsuvïjîat itXoîov, Ê0p£6r; iXEÇavSpriVÔv. Kai w; jxôvov Eiff^XOov

Èv aÙTw ËTtEoov. — 15. nâXiv : Add. àçuTtvwaa;. — 15. Om. xax' ôvap. — 17. Ëîtâvto...

Xî6ou : Èiti xoù Xî9ou. — 17. npoaÉxov [iE : itpodÉXMV. — 17. o)(JXE... SuvànEvov : lôoxe

EX Toû çôêovi aùxoû àywviàv (xe xai xp£[iïiv x«i (ilt| SuvaffÛJi. — 19. Om. [iou. — 19.

eXeyev : XÉyEi. — • 20. TtXripoîç : nXïipEÏç. — 20. èyyûriv; : eyyuTiv. — 21. xpeaotaai...

ËXeyEv : xai xpEfiSxri (le ôreioÔEV ëxmv xà; x^'-P"! **' ËXfyov.
— 22. Om. oau. — 22.

[17]... Oeù : xai |jiif] «vxtXEye Oew. — 23. y|5uvâ[j.iriv... îtapÉpxExai : ïax'jov ôvoîÇat xo

cTTÔna IJ.OM xpEnixiixEvo;. Kai iSoù çœvj) XEyouda. 'H Aùyoùoxa npoÉf/Exai. — 25. ^wvri :

Add. S£oV£''o;. •— 26. xoufio'J... xp£[iaiiat : xô^iiou, oxi ÛTiÈp xrj; ÈyyOri; xoù EùXoyîoù
xp£'[i.(i)|jLat. — 28. àTtrjXÔEV... |j.Eip(ixiov : à7:9)X6£ xal èôéexo ÙTiÉp £|X0Ù xoù liEipoxiou
ÈxEÎvou. Kai XÉyEi Txpoç |j.e xô (iEtpâxiov. — 29. noiiôffîfi;-.. TtapÉxaXEffa : enix^ipioE'; £i?

7ipày|j.a xoioùxov. Asyo) aùxôi' Uùxi , KùpiE. 'Eyw yàp TcapÉxaXEua. — 31. yEvYjxai ; Add.
Kai eItiov. — 31. r,|j,apxov : Add. AÉTHoxa. — 31. K»i xeXeûei : Kai iooù xeXeÙei. —
32. Èyù... (i.Ept|j.vïi(Tri; ; Ttw; 9£pw xôv EùXoyiov Ei; xi^v itpoxÉpav aùxoù xâÇiv È|J.o i

[léXXei. — P. 36, Om. 1. 2. eùOew;. — 2. àîiaXXayEÎ; : Add. -ijôri. 4. é paoïXEÙ; 6 — :

yÉpuv. — ÈêïoiXEUcîEv5. : [îadiXEÙEi. — 5. 'louaxtvtavo; :Add. ô véo;. 5. Kai àvxai- —


poutjiv : ETxa hex' oXiyov ypévov àvxaipouaiv. — 6. AE^ixpaixïi; : AE^'xpixri;. — 7.

xpEî;... vu/.xo; : xpetç xpaxïibÉvxsç àTtsxEçaXioÔKiaav xai SiripuâyTiaav Tcivia xà iiiâp-


Xovxa aOxwv xai ^ TTEpiouffta EùXoytou. Aùxôç ôè cpsùyei vuxxô;. — 8. ô paatXEÙç...
aùxoù : 'louffxiviavôç ïva otxou EÙprÔri aTcoôivEt. Tote çtOyEi xai ËpxETai EÎ; xô xxrijia ôitsp
eïSe;. — 11. xwpixiùv : yEwpywv. — 12. aùxôv xôv EùXoyiov. -- 13. Kai Xevei... xaùxriç
:

Êffxiv : Kai XéyÊi aùxoï;* Ei ixaxpixto; Èy£v6[j:ïiv oùx àv xtjv O'^^tv ù[iwv ËêXEnov. 'AXXà
âXXo; EùXôyio; xrj; X"*'P°'5 taOxri; ùp|j.uiiiiEvo; ^v Ixeîvo;. — 16. ÈyEipou... xàjJiË :
Ëy^'P^
VIE ET RÉCITS DK l'aDBÉ DANIEL. 47

xat Xiês t6 yatojiiov ao\i xa't iiîtayE èpviÇ'JU- — 17. Om. t6. — 18. àntù)i(jr,; : xazMç
à^paipowiv àm aou. — 18. >aTO(itxov : Add. £pYa).£îov. — 19. ypj)jj.»Ta ; Add. supsv,

w; vopiiCuv £Ûp£Îv xai âX).a. — 20. (ivïJiioveOEiv... ixeiv»)i; : [<.i[iVï|TX£uOai Ta àiixia


xai TTiV àzàxTiv xai Tr;v pavcauiav xai Ta éSÉuy.ata. — 21. 'Eysipoij xàjjié : "EYEipe,
TaTTsivè E0).6yi£, EpyiCoij. — 22. Oin. yàp. — 22. itpô; : xaTà. — 22. xaTÉar/juev. .

aÙToO : TiXOev ;; ttjv TtpoTÉpav aiiToO Ttxliv. — 24. Toù;... xapiâTou; ; twv upÛTwv
aOtoû xa|iaTwv. — 2G. àviêr)v... jfojpîov ; àvjjXOov £Î; t6 Xf^P'O^ £x£ïvo ittoXriaai TÔ

£pY6x£ipôv jiou. — 27. r,/.6£v.. . àv£ffT£va|a : t)XO£ xaTà tô upoiTOV aOToù eOo; xai sXaos
[jL£. Kaî (ôç £Î3ov oCtov ôtio toO xovtopToù £<îT£va?a. — 21). thiûv : Add. où £Î ô (-)£o;

noiûv 6a-j|xà(jia. — 30. névriTa. .. 'Eyù : itivriTa. Kùpio; titcoxCsEi xai TtXouTiÇei. 'Eyw.
— 32. i'Kiytifi\aai : Add. xai. — P. 37, l.Jl. Kai... xiSwp : Kai Xaêwv [i£ £êaX£v. -
1. TOÙç... Tp(X7t£^av : [iovi TOÙ; itoSa;, ôiJioitoc 0£ xai tiov âXXtov Çévmv xaTa TÔ ëôo;,
xai napÉQïiXEv r,|xtv Tpâirsî^av. — 4. àvÔptoTTO;... TÎTtoTs : OTt TaTiEivo; £Î[ii [x:n
^X^^
àvà y.sïpâ; ti. — 5. KàYw EÎotov : Kai Ie'yu. — 5. (irjoè... eî/eç : xai S E'/.eç ("l'i

Er/Eç. — 5. Kai... oOtôî : Ae'yei (ioi. — G. Xe'ym... oOx : Xiyio aÙTôj" Tî yàp oùx.
— 7. iiâvTa ; âsavTa Ta yii&\izyci.. — 8. xXaOcrovTE; àjiçÔTEpoi : xXauuivTiov 'rj(i.û)i

àjiçoTE'ptûv. — S. EuÇat... 0Eo; : EuÇai, àëà, l'va Tts'pi'J/Ei ô Beo; t'/jv ypEÎav. — f). Om.
Kai liytti a-jTw. — 10. Kuptou... ïl : toù Kùpiou âXXo Tt ocrov Et. — 11. XîpaTtov : Add.
To'jTO ToO xa[xaTOu (Tou. — II. toctoOtov... xEpàxiov : TOffouTo'j; xpôvou; x^P^T^^ aÙTto
ô Heô; 60va[j:tv xaTaXÛEiv t6 XEpixtov toO cpYOxEÎpou aÙToù. — 13. 'lôoù... Aoi7;ûv :

Môoù oùv EÏTrôv a^A xai ttoOev aÙTÔv Y^wptCto , Tsxvov. Kai Xo'.Ttov. — 16. àvaXûdat ;

OixoaTpÉij^at. — 17. ôXîywv... totoOtov ; ôXÎY'j'J u-j/tOTE Tàv EOXÔYtov xai uâXiv £TaTi£Îvto(7cv
aÙTÔv. — 18. f,[i£t;... 'Ap.Tiv : rip-Ei; tva Èv tw çoêîpw Prj[j.aTt Toù Kupiou -Pjfiwv 'lïiaoO
XpwyToO Eupu)(j.£v ËXso; ÈvtÔTitov T^; 56Çy]; aÙTOu. 'O /) oo^a eîç toùç aiôjva;. '.V[j.igvJ

(Bibliothèque Nationale ; nis. du fonds grec 1605 {\iv' siècle), f"' 267-272).

La variantes qui se Irouvent dans ce manuscrit sont si peu difleientes de celles


que donne le manuscrit du fonds Coislin 232, que je ne ciols pas nécessaire de les re-
produire.

10

L'ORFÈVRE ANDRONICUS ET SON ÉPOUSE ATHANASIE

A.
(Bibliothèque Nationale : ms. du fonds grec 1598 (copié en 993), f" 247'-252.)
f. 2i
'EtcI 'AvopoviV.ou àpyupoTCpzTOU -/m 'AoavxToac

yuvaiîcà? aÙToO.

TIv Tiç àpYupoirpy.Tv,; sv 'AvTioysîz tt, [7.syzVij Vcw-îpo; ovojy.aTi.

'Avopovtico;. "Elaês oè yuvy.ïxa Quyaxs'pa '


apyupoTrpixou ovo'jy.aTt

'AOavocGiz. "Hv 5e ô 'Avr^pdvi/.c; iu'/mSy,; ttxvj, -/.aldiv è'pyojv pupLa-

(îT(o[7.évo;, ôp.oiojç ^à y-al vi yovr, aÙToO. 'H(7av Ss Tzkryjaioi ccpo'àpa.

OÛtio; o£ -ry aÙTôiv ô fiioç. Ta to5 àpyjpoirpaTsio'j " y.al tv;; oùsiaç

avTÔjV sî; Tpia p-ep'/i lî'.eî'Xov ' •


tû 'jv eîç Aciyov Tôiv Tcxtoywv, xai to

Cod. fivcixifav. — - Corf. àpYuponpaTiou. — •'


Corf, ôtijXo
48 VIE ET RÉCITS ME L'ABBÉ DANIEL.

aA'Xo cîç 'Xovov ij/jvayùv, /.al to à'W.o p.épo; tl^ >.oyov Tvi; oj^iia;

/.ai z'jù ÈpyarTTTiptou. IIxTa ^s r, TVoXt? -/lyâTra tov xjjpiv 'Avèpôvtxov

5ij; Tr,v ÈTi'.ai/.siav aÙTOÙ. "Etexov Sï uîov x.al èir(ovd[;.aoev '


aÙTOv

'l(ozvv/iv. "Eti §£ àv yy.GTpl laeoO^a ïtj/.sv Ô'jyaTÉpa xal livuvi-


^
(^.acev "
aùr/)v Mapiav. Kal où/, ëti Ttprji7£6r,)C£v Tipocsyyt'^ai 'Avfîpô-

vt/.oî Tvi y'jvaiy.l aÔTOÙ, à^'X' -/iv xÙTciv vî CTîourîv) fy.ETJ: /.al àX'Xcov

cpi'XoYotCTcjv. KaTO. xuota/.riV /.y.l fîjuxs'pav xal TExpaoa y.al wapa-

c/.suviv ÙTCviysv 6 'Aviîpovi/.oç eîç xà loUTp-aTa tûv à'îe'X'^wv, O'j.v.tai

xal 'ô yuvv) aÙToû £'.ç Ta XoÔ5[xxTa tûv yuvaiy-div.

• f. 248
*
Rai [JLETà 5i6^£)ca ett; ypôvov jj.tà twv -iiy.Epoiv £!C-fl>.0£v vî y.'jpta lo

'AÔavaiîta àiro t-/;; «piXoxovia; /.al aTCTilOsv s-ic/.s'il/xGOat Ta xaiOia


a'jTVK;, xai eupeV to'jç aj^.cpoTspou; (7Tcvz',ovTa;.
;!^0VTa?. n oi
'H âà xx^a/yiicct

àvs'êvi sTCi T/,v /.Xtv/iV /.al sOr./.ev aÙTa èttI Ta (7Ty)'9-/i aÔT'/jç. O oè

.[y.a/.xsio; 'Avi^pivi/.o; eî'7e'),0(.jv -/îp^aTO /.aTaxpa'i^s'.v xaTa tyiç yuvaijcoç

aÛTOÙ w; -/toiawiAév/i;. 'H ^à eI-jv a'jTÛ" Mvj opyiCou, /.opts jj/jU' tÔ. 15

Ttai^ia yàp àTÔevoÙTiv. Kal àtj/à[/.jvo; aÙTÛv s'jpsv ^


aÙTa lî'jpeTÙ

Tuvevdiy.sva, x.ai CTevz^aç 'Xe'yEf 16 Os"X'/ij/.a Kupiou yevscÔto. Rai


àTVTi'XOev E^o) T-Tiç TVo"Xew; euça^Gai Ei.; t:v Ayiov 'louXtavdv. 'Exeï

yàp èxeTvto
'
oi yovsîi; aÙTOÙ. AiÉcupe Se [^s'/^pi.; É'/.TViç wpa;, /.al

à/.oi)£i ô'Xo^.uyu.oO xal Ôop'jêou ev tvj oi/.t'a aOTOù. O oï Tapayôsiç 20

£'rîpa[X£V /.al eupE" çyEfîov uàcav Tr,v ttoIiv Èv t-â oî/.îa a'jToiî

/.al TO. iraiSia àiroOavj'vTa. O f^à î^wv tz y/i-iol ô[;.oO /.Ety.Evx Èv

T'/l /.'XlVYl VEXpi, EÎCe'XOwV £V tÇJ £Ù/.T-/ip'!(0 Epptl|(£V ÉaUTOV ËjJLTCpO'rOcV

ToO ScoTYJpo;" /.al eitiev AOtoç yu[Avciç s^riXOov È/C /.o'.Xi'a; [j/CiTpd;

aou, yuu.voç /.xl aTVET^EiJcofxa!, È/.eî. O R'jpio; ëàu/.Ev, ô Kôpio; 25

f. 248» àcpEiXaTO. Hi Tw Rupuo eSci^ev , o'j*tw; xat ÈysvETO. Eïvi to dvopia

Ruptou E'j)voyr|i;.£vov à— ô tou vSv /.al é'w; toù alwvo; ! 'H oè yjvÀ
aÙTOu È^-riT£'. TCvî^xi éauTVjv XE'youfTx* "Oti [;,etx tûv te'/.vcov j/,o'j

otTVoGavoijjj.a'. . Suvtj'XSe Se uào-x vi tto'^Xic £;; to È^dôiov TôJv Tvai-

(îl(ov. Rai È'Ovixav aUTx Èv toj ij.apTupîw toO 'Ayt'ou 'louXiavoO 30

ÈTTZVtO TWV TTZTUTTWV a'jTcôv. AaêcoV (ïê TOV [JLXxàpiOV '


AvO pdvDCOV Ô

TtaTptzpy^vi; si; to ETri'TX.OTrEÎbv TrapEauG'/i'saTO a'jTo'v.

'H 8ï Y'jv/i aÙTO'j o'j/. viGÉV/i'TEv £t; tÔv oIjcov a'jTr,; (xtceXOeIv,

all' Etc TO [AxpT'Jptov £/.ow./iOïi. MsTOUTr,; bs T-?i; vj/.t6ç 77apa(paiv£-

1 Cod. èjtov6(Jia(jev. — - Cod. iitovô(jia!j£v. — ' Cod. fiupev. — * Cod. riupev. —


^ Cod. ÈxsïvTat. — " Corf, v^upsv.
VIE ET RÉCITS DE E'ABBÉ DANIEL. 19

Txi ocÙTïi ô jAzpTu; £v rsffi\j.rtr:^. iy,ova-/oùi 'Xs'ywv aùrô" Ti où/C iipv;;

àvxTïscur.vat Toùç oj^e; H ^s eÏTrsv Kupu' [y.ou, f/.r, 'Xu-riÔviç )txT'

£^£x,0[/.ica 07.0Ù. O o£ >.£'Y£t Tïpo; aÙT'/îv OoijOu '/^pôvou Ti^av Ta


5 Trai^îa; AfiyEi aÙTÛ* Aw^E/ca è'tojv to 'àv -/.al tû aXlo fΣ/.a. Kal
£Itc£V aÙT-V Ti oùv ÛTCjp £/.£ivajv z.'Xaîsi; ; eiOe IV.'XaiEç Taç âj^apTia;
(70'j ! Ae'yo) cot yip, yôvx',, Sti ôv TpÔTOv àTraiTEr 'Â cp'Jciç toO àv^pw-
rw TTiV pptociv, x.al zoûvaTOv jj.'/i ooîivai aÙT"^ cpay£Îv, ciûrcoç x-xl Ta
vflTTia à— aiTO'jc. tov XpiCTCiv sv T-^ vias'pa îy.îivvi Ta [/.s'Hovtx * f. 249

10 àyaOà T-syovTa" Ar/.aioKpiTx, SGT;'pr,i7x; riU.à; Ta £Tcîy£ia, (/.v) gtj-

pr,(7Yi4 vîp.àç >tal Ta oùpâvia. 'H ôs àx.o'JGaTa x.aT£vûy/i xai ;y.£T£'Ça>,£

tÔ tovBq; £1; yapzv Ic'y'j'jTa' Et apa "(àxji tz TîV.-^a [;.ou £v O'joavot;

tÎ yj.aito ; Kal TTpacps^ca £^viTr|C£ tov àêêàv TiEpiEldoOca ôXrjv tov

vaov, xal où^ E'jpev aÙTOV, -/.al xpouEi tco Ôuptopto lÉyouca" IToij ïct'.v

15 aeea; ô e'ceIOwv apTi ôj^eJ A£y£t aÙTvi ô Oupojpôç' BT^s'itei; tîî;

S'jpaç Y)'7(pa'Xi(7[J!.Évxç xxl XÉyfiiç' Iloij ëcTW ô àêêà; 6 EicET^Guv w^e


apTi! Kxi Eyvfc) o TrapajAovapioj yvouç oti OTTTaGiav Eupax.EV.

'H ^è cpoêti) (JKtQyéUlix Trape/.â'XE'jEV àuE'XÔEÎ'v ùq tov oi/cov aÛTr^i;

xal laêci)v a'jT-/)v ô Gupojpoç EicTjyayEV eÎç tov oî/cov aÙT-flç. Rai
20 or/iy/iCaTO tS> àv^pi aÛT-^î y. siSsv, vcal cpoêr.Oi'vTE? lÉyEi irpôç aÙTOv

fl (Axxapta 'AGavacia' "Ovtwç, /.ùpis j^.ou, -/.al èv tvi "(w^ tcov

VT— îtov viGÉ'Xvicrâ toi ei-£Îv -/.al ripuGp'!cov'' uîs o'Jv /.al ij.etz tov

OavxTOV aÙTwv 7.£yw coi" 'Eàv à/.o'jcviç [j.qu, jia'X'X-/)ç [;.£ eJç jxova-

CT'/iptov ïvx v.Xw'jaiû Tzc à[AapTtaç [xo'j. Rai XE'ysi TTpôç a.\)zri^' "TTuays

25 ^oy.i'aacov " tov 'Xoy'.Gjj.ôv cou [Atav * Éê^ojj.zrV, x.al Èzv ÈTTiaEivr,; f. a'i'.i'

Tw c/.OTTÔ) TO'JTw XvXùùij.tv . 'H o£ TTa'Xtv ÈlOo'Jca TOV auTov loyov


eÏ—ev. Ry.l a£Ta"/.a>.£tTai ô jy.a-/.a'pioç 'Av^povix.oç tov yajAêoôv «'jtoO

/.al Tiapa^îoEt aÙTw ' Tcàcav Tr|V oùci'av aÛTOÙ , lEywv Eiç toù;
'Ayiouç To'ttoui; ûirâyoaEv '
EÛ^acOai' Èàv oùv (jûpt.ë-/i -/ly.tv to àvOoco-
30 TTIVOV, £/Ei; TTpO; TOV HeÔv tÔ 77 ÙÇ 770'.£Î'ç [J-ETZ T'^Ç OÙCiaÇ Ta'jTT.Ç.

napa/.a)ico C£ oùv xalcôç TTOtvicai, [^.etz tvîç Au](^Yi; cou, /.al vocoxo-
w.eTov 770i7icai Ta ojOî /.al ÇEVOooyEÎov [j.ovxyàJv. Rai âlEuOEJwca; Ta
zvôpaTïo^a aJTO'j e^oj/.ev aÔToT; lEyzTa. Rai ).a6wv [/.ijcaiv EÙloyiav
s^vï'XOev £/. T-^ç 77oX£co; auTO? /.al '^ yjv/) aÙTOÙ y.ovot. 'H ^È 'AOa-

' Cod. èpuSjJÎouv. — - Cod. îoxiiiiaTOv. — ' Corf. aùrèv. — ' Corf. CnâYM|j.cv

4
50 VIE ET RÉCITS DE L'ABBÉ DANIEL.

vacîy. y.-o jj.xx.pcj'Osv iàoùa'/. tov oi/.c/v x'jt/,; /.xl àvaéXstJ/aca eïç tov

OÙpXVOV £l7V£V t) (")êôç, ô £1— WV TCÎ) 'AêpxàjA XO.; T"^ ^Szpz' "Eç£7>9£

iy. t7,ç <jO^ >'-<!''^ sV. ty;î c'jyyEvsiaç tou, a.ÙTÔ; oH-fiyriCO'^ VJ-i; £v
Y"')?

Tw (po'êw cou. 'I^où EiaTX^UEv xiv O'/.ov r,;j.iôv ivsojyy.Évov ^là to


ovoj^.a. cou, [7.V1 kXeic'/j; ï'j.TZzo'ybv) 7;acov Tr,v 6ûpxv Tr]^ pacileîa; cou! 5

Rai y.TvKuaavTe; àaçÔTcpot XTTTiAOov. Ky.l (j,()zcavT£ç toÙç 'Aytou;


f. 250 TÔttcu; i7poc£X.'JV/;(7zv. Rai cuvTuyî xç -oD.wv ttxt/cwv laSôvTE;
/.y.Ty.')va[A6zvouci TCiv "Ayiov Mr.vàv 'A').£i;avàp£'!a; y.ai à-oXy.'Jouc; Toiï

f/.apTupoç.

nap7.x.Û7rT£i. O'Jv -/.'jpio; Avdiovixoc v.ai O£(op£t ttîsI wsav £vviXTr,v 10

[j.ovayôv asTa î.ar/.O'j [y./.yy,v TTOioOvTa, x.al àpay.wv X3Y£', tw laïy.w'

Aià Ti ûêptî^etç TOV àêêàv; Rai 'X£'y£i aÙTto" AscTtoTa, ètïI tvjv Sy.-^Tiv

èp.icÛiocaTO TQ Cû6v [xou, y.ai lÉyw aÙTÛ" "Aytoaev apTi Vva ôSeu-

G(oj7,£v o)//;v T/iV v'Jx.Ta '


y.al aupiov ïoiç (opa; 0£UT£pa; ïva (pÔzc<oa£v

77po Toû jtaurj.aTCi;, '/.al où Oc')v£t îva y.T:ù,Hiou.i'/ ols-i. \sy£i aÙTw ô 15

y.upio; 'Av^pôviy.oç- Eysiç a)ilo 'âv i^wov; Ac'yEi «ùtû- Nat. "Virays,
ç'flctv, çeps aÙTO y.al ly.j^.êivco Èyw to 'àv y.al 6 àêêàç to 'èv, ÔTt

y.àyà) SIC Tvjv 2y.v;Ttv 6s"Xci) àT7£)iO£ïv. Rai 'Xj'ysi ô Avbpo'vt/.o; Tvi yuvaty.l

aÙTOÙ" Meîvov ô)8i â'to; O'J y.a7£pj(^oj/.ai ei; tt-.v Sy.r,Tiv y.al sùî.oyoùy.ai

TTzpz Twv 7w7.T5pwv y.al ÈiravÉpyTOfAai. Afyei aùxio- Aa'êe jxi y.eTa 20

cou. AÉyEi aÙTrr Fuvvi où xaTsp-^ETat £Î; Sy.vîTiv. 'Il àk 7JrH aÙTÛ
[j.£Tà y.'Xaufly.où* Eyei; Tvpoç tov 'Ayiov Mr.vàv tàv àTTOi^.Eivy;; sco; où

y.a-acT7{cr,ç [/.£ £'.ç jjiovacTyfpiov. Rai cuvTa^z[/.£Voi àî^lr^lou; xaTs'o-/;

'
f. 250' aÙTÔ^ £t; Tr.v Sy.f.Tiv, y.al
— pocy.uv/ca: -rojç 77aT=':aç y.aTX /.aùoav

•fly.ouc£ 7:£pl TO'j àêêà AavtViÀ, y.al àiTc^.Ocov xotto) ttoaIcô vîo'jV7;6vi 25

cuvTuyEÎv aÙTco. 'AveÔETO oùv TïâvTa TM ys'povTi. Rai ),sy£i aÙTw ô

y£pwv "AtceIQe çs'ps Tr,v yuvaiy.z cou y.al ttouo coi ypau-aara y.al

àT;oO£p£'.ç aÙTïîV ei: 0/,Sai(la eIç tô ij.ovacT'/fpiov twv TaêEvw.cuoToiv.


O 0£ £7:olr,CE y.x'Jw; si— £v aÙTw. Rai r,v£yy,£ Tr,v yjvaly.a aÙTOÙ
Tïpo; TOV yipovTX- y.al £>iaXviC£v aÙTOîç tov )^6yov Tri; ctor/îpiaç. 30

Rai Tïoivicxç ypa[/.[/,aTa aTTs'cTEi'XEv aÙTOù; £Î; to jj.ovacT/ipiov tûv


TaÊevvviciwTiiJv. Rai ÈTrxvaWcaç o Av^poviy.o; Ëowy.Ev aÙTÛ to (Tfy^i.ix.

ô ys'pwv y.al soioaçEv ySjzô'i Ta toù [xovayiy.où, y.al £'r/,£tvEv rap" aÙTu

ETVi ^co^Ey.a. Rai [j-cTa fîti'^s/.a ÏTr, iîap£y.à'X£C£ tov y/povTa à— oT-Ocai

' ('0(/. VJXTOV.


VIE ET RÉCITS DE l'aIÎBÉ DANIEL. 51

aÙTÔv ïtcI toù; 'Ayiou; TqtïO'j;. 'O Hi TTOtrlGx; aÙTw s.ùyry àxs'X'jGev.

'O 8ï àêêa; Av^pQvr/-oç ôiîsuwv /.axà t-^v AîyuTTTOv È/CzOigev ûtto-

/.zTto y.Y.v^^y.ia.^ ÎV'x laÉr, à.va']/uyT|V à—o tou '/.auiJ-aTOc. Rai iooO xaT'

oîx.ovoi;.i7.v 0200 r, yov/i aÙToO apyoj^-Evr, dv àvcîpDcoJ (jyTi[AaTt a-ioOrra

5 -/.xl aÙTY) ÈTvl Toùç 'Ayîouç Tdiro'jç. Rai àcTUXG3!:[/.svoi à^.^.rl'Xouç, Èyvw-
* *
oii7£V vi 77£pt7T£3y- Tov ôjy.ô (^uyov auTOç 5s Tïôjç eï/EV yvupi'ijao tocoOtov !"• 251

xzX'Xo; jj-apavÔiv xal wç AiOioxa (py.ivrj[;.£vr,v; AE'y£i O'jv aÙTÔi- FToù

àiTc'oy^vi, àêêz; jMysi aùx-^' Eîç to'jç 'Ayi'ouç To'tcouç. AfiyEt aÙTtV
v.y.yl'i £-/.£Î Silto à—E^.âsîv ôS£U(7ti)[;.£V ôjxo'j àacpoTsp'Ji, toç jr/j ovts; ôij.rjî

10 o'j-w; i^EUTcoaEv Tr, ctwrcvi. 'O 5a T-ÉyEi* 'Oç •/.£'Xs'j£'.;. As'yEi

aÙTcô- To o'vTCo; cù O'jîc £; p-aÔriTr,? toO àêêà Aavi'/.l; AÉyei- Nai.


Rai £i-£v Al £Ùyal to-j yEoovTo; cuvooeÛgo'jciv Tij^-rv. npocx-uvr,-

cravTs; oùv to'j? 'Ayîou:; Totto'jç £— avîT^'j^av £V 'A'),££;avop£Îa. Afi'yEi

ô y.êêà; 'AOavacto,- tû àêêà 'Av5poviz.to' (")£')^£i; [/.£tvojp.£v b[u/j

15 Et; /.ETi'Xiov; A£'yci" Nat- OéIw oùv TrpwTOV 'Xa§£tv tviv £''jyj7iv to'j

yspovTo;. AÉyst aÙTW' "TivayE x.al [y,£V(o (7£ ziç to 'O/.tco /.at

\iy.7.zw, x.al Èàv È'oy/i, wç cor)£'jGa[;.£v '


t7] ijIwtc-?] ty.EvtoaEv ' oÛTuç.
'EtteI Èàv p/r, pxiTocO/) (7£ (^.Y) £>,6y!;. 'Eyto yàp £t; to '0/.Tcb xal

Aj'y-aTov [Asîvai â'yw. 'O 5è aTreXScov àv/îyyei'X£v tû yÉpovTt. "O 51


20 'XÉyst aÙTÛ" "YirayE àyaira Tr,v (7icoTr)-,v, /.al [A£^vai p.£Tà toû ààsTvffO'j,

[Aovayôç yy.p èctiv w; 5£t Etvat. 'ETuavaWi^avTo; oi aÙTO-j â'u-etvav

£v (pdêtt) 0eoii xDm ïir, oûrÎE/.a, x.a.l oùx. ÈyvoipicO'/i a-jTw.

YloXkd/.iç o'jv y.vÉêatvEv ô yspuv £i; £77Î(;x.£'.j;tv aÙTÔJv rUaX£yda£vo; * f. 251'

aÙTOtç Ta Tïpo; cIxpsAEtav. "ATTa^ oùv âvE^^Oùv xal G'jvTa;à[A£VQ; aÙTOÎ^ç


25 77pô To5 çôacat aÙTOv tov "Aytov Mtivôïv /caT£"Xaê£V aÙTOV ô àSêà;
'Avàpdvtx.o;, y.al l£y£i aÙTÔ" O àêêà; AOavxffio; — pd; Ruptov ÙTrayEt.

Rai ETTavy.'XuGy.ç ô yépwv £Ùp£v ^ aÙTOV ituv£-^o[j.£vov. Rat -/îp^aTO

xlatciv ô àSêà; 'AOavâijio;. Rai Xsy£t aÙTÙ ô yÉpcov" 'AvtI to'j

yypr.vat oti àTCxvTYifjat é'y£t; tw Ruptw )t'Xai£tç; A/yEt aÙTÔ" Où


30 7.Ki-j.\ii', V. iJ.r, 017. TOV yy/oof.^ Avopovtx.ov a/.Ày Trot7,(3ov ayx-r,^, x.at

[AETa TO 6y.'J/zi [A£ eùpï{i7£tç iriTTa;ciov x.£ljj.£vov TTpù; xicfcù.y. [/.ou.

'AvayvtdOi x.y.l 5ôç aÙTO ^


tm yÉ^y. 'Av5povix.w, Rai TTO'.TiCavTEç

eùyYiv x.al y.otvojv/|i7aç £z,oty//{9vi sv Rupi'co. "HaÔov 5e y.-rtàvjny.i aÙTÔv


xal ià'jl) ir, cpÙTEt EÙpÉOyi yov/;, x.al r,x.où'7f)'/i £t; dAr,v Tr,v ^.aùpav.

' Cocl. o5£'j(3aiJ.sv. — - Cod. (lî'v&ij.cv. — "'


Cod. riOpEv. — ' C'orf. aÙTiô.
52 VIE ET RÉCITS DE l'aBBÉ DANIEL.

Rai 7;É[Ai]/a; o ysptov àv/i'veyKsv t^,v SjcTiTiv Twà<7av xy.i T7;v ÈTto-Épav

£fvi[z.ov. Kal àvô'XÔov Tcà.aai at 'Xaùpat 'ATiecavSpctac, xal iràca v)

TCoXiç c'jV'^lOev y.al ot S/f/ixiioTai A£uy.Yi[xovoùvTeç. Oûtco; yy.p scti to


f. 252 â'6o; aÙTwv àv tvï Sy.r[T£t. K-al ]j.i*-:'y. /.'Xz^tdv xal paîojv È^sy.ofAicav

TO Tt[jL!.ov leiiLavov T?,; jj-axapizi; AOavaTÎa: (îoEa'ÇovTsç tov Hsov, 5

Tov TocaiJTViv û-o[/.ov^v Tvapacyo'vTa t-?, yuvxixi. Kal è'jAeivev ô ys'pwv

Tx É'êoQjj.a Tr,; [/.axaoïaç 'AOxvaciaç, y.al [xsTa tz é'êoojj.o. 'ÀOAvioev

Xaé^Eiv TÔv àêêàv 'Av^povwov [/.st' a'JToO y.al oOy. vivc'ayjTO T-s'ycov

MsTa Tv;i; y.uptaç p.ou Te}i£'j~/ÎGco. 'AvCj-ysi'Xev yap aùxw ô ys'ptov

aTO Toù TïtTTay.iou [iaÔwv ôti vî yuvÀ aÙToO TiV. Kal É'asivsv èy.sîae 'O

ô âêêâç 'Av^po'vao;, xai [aetz ypo'vov Ttvà sy.oty.vi6v) y.al aù-ôç,

y.y.l zvaêi; 77a7vtv ô àêêzç Aavtr.A x^tl T.yyxy.^ to-j; TvaTapa; sti'tcij-

pS'jGa; èy.r'oE'jTsv to 'Xsiij^avov [/.ETa (I^aT^awv y.al Gj;.vtov xat y.aTeSriXev

aÙTo '
x'Xy.ciov toù àêêâ 'Aôavairtoi). Etç Sd^av IlaTpô; y.al Yîo5
xal 'Aytou TlvjufAaTO;, vSv y.al àsl xat eï; toÙ; aiwvaç tûv aïtovwv. 15

'AfJivi'v!

B.

(Bibliothèque Nationale : ms. du fonds Coislin 283 (xi» siècle), f"' 291'-295.)

*
r. 291' Bî'oç ToO âyio'j 'Avàpovty.Qu xat TV); 'AOavac'aç

T-^ç yuvaty.o? aÙTOÙ-

'Hv Ttç àvy;p ôvo'[A«Tt Av(^po'vty.o; ipyupo— paV/",; àv AvTioystz Tr.

[j-syâT,-/]. Kal l'Tvaé'sv yuvatxa ôvdu.7.Tt 'Aflxvacixv ovtwç yàp xxTa


20
r/iv y.Avî'jtv àÔxvacta xal to^ spyoïç Èys'vETO. 'Hv 5è xal ô 'AvSod-
vty.o; iù).aêv;ç T:y-vu xal xaAwv é'pywv ns'TT'Xr.pupLÉvo:. 'II<7av Se xal
'
-Vj'JTtot codfipa, xal tyiv [aÈv 7;àcav ÛTtapçtv aÛToiv et; àûo jAspvi

^
SisrXov'" [;.tav f/.£V Et; iTTMyo'jç xal [/.ovz^ovTa; . T/.v Ss ÉTspav Et;

Ta T£"X7i '
xal Et; éauToû;. "Etexov ^ï xal Traîna; âuo- to ij.'vi ev
25
àppevix'jv xal £xzl=(7av^ to ovoaa a'jTO'j 'Iwavvr.v, to 5e ETïpov

ôr.'Xuxôv, xal £7:wvo'u.a'77.v " xal aÙTO Maptav. Kal o'Jx eti -poc;;'-

• Cod. nÉpei. — - forf. S'.T|)wv. — 3 Cod. |j.ovà:;(ovTa;. — * Cod. tù~i\. — ' Cod.
£xâΣ'7£v. — '"'
Cod. iTiovôjiaaav.
VIE ET RÉCITS DE l'aBBÉ DANIEL. 53

OîVTO ToO lo'-oU -poTeyyiffxi à).>.vi'Xo(ç, xkV v.ç oiTiOTrovîx; /.7.I

xaT-wv spY"'' "P^^s'Ç ÉauToùç è^EcKo/.av.

'Ev atz oùv Tôiv 7i[;.£ptov £Îij-ô)JJev vî [;.a/.ap{z 'A.by.'^iy.niy. èv tw


ol'xw eitiirJciil/aaOxi tx éauTr,? TÉ/.va K.al E'jpsv aÙTa papEwç ïyovTO.'-
5 y.al TXîxvOerTX àvr/.ltvE'/ aOxriV [xet' aÙToiv èv tyi /CAÎv/] x.ki tvs-

otîîixësv aÙTz. 'O fîà 'Avàpo'vix.o; sîceXOwv y.ai ê'jpeov aÙTriv rip^axo

xxTay.sâ'Çsiv aÙTÎj; w; y.oiawiAsvviç '


. H os EÏTrev Mr, 6py(,0'j,

^upiï jAou, * xal yàp xà TjV.va -ôj^-wv acGsvouciv. Rai âij/ajv.evoç aùroiv * f. 2\)'i

S'JpEv a'jtà (Tuvsyoasvx TïupsTÔJ. Kal TTSvzçaç àiv/j^OîV ccti;' aÙTwv


10 'Xr.'cov Tô hi'k-i]ij.y. to'j KupiO'j yevsaOoj. Kxî àTC'oAOjv à'çio Tviç rolew!;

E'jÇxT^xt èv Tw vxÇ) TO'J Ay'ou 'lou'Xiy.vo'j. Rai [xscriC •/îj^.s'pa; i/.o'jsi

8p'4vo)v y.xl y.pxuywv èv Tvj oty.i'a k'jto'j , y.xl opxy.t'ov sOpsv tx o'Jo

xOtoù Ts'y.va /COLjAYiOevTa. Rai £we)>Oa)v èv Tto £Ùy.Tr,pî(o toO oiy.o'j

a'jToO eppti|/ev
''

éxurov sj^-pciTOev tvî; eiy.dvoç toS Diorripoi; )cxt eiTïsv

15 AÙTOç yu[;,và; ecyjlOov Èy. y-oiXîxt; [^.viTpoç jy.ou, yupLvo; y.al y.-s'ki'Jao-

^t.y.1. 'O R'jpto; è'^toy.Ev, 6 Rûptoç àcpsiXaTO. 'O; t(T) Ruptw siîo^sv

O'jTcoç y.al syèvsTo. Eïv) to ovojy.a Rupiou £!j'Xo'yYi[j.£vov xtuo to'j vùv

y.al et; tov aiùva! 'II 8ï yuvo aÙToO Èi^viTei. (jUvaivoOxvîîv to^
Tèy.voiç aÛTY)!;. Suv'^>.9£v ^è 'rjy\% îxxvôi; eiç to îtTjoeùcai tx zéy.^y.

20 aÙTUv xal aTT/i'yayov y.al y.xTc'6£VT0 aÙTa [/.era tûv yovèojv toù

AvSpovi'y.ou £V Toj vaw tqù àyîou (AxpTupoç 'loultxvou.

Rxl [J.ia-Ai vux.To; rpatvETxt xr] (jr,ax.apîa 'A0avai7'!a 'JTCvour;'/] èv tw


[AapTupîw TO'J 'Ayiou 'Io'j>vi.xvoCi /.xQ' utcvouç 6 axpTix; èv (;y-/îu.v.xi

[/.ovxyou y.al çt^jI Tîpo; aÙTVj'v Tl oij)t ex; toÙç woe àvaTvauvïvxi. '

25 H Se eIttev R'jpis, [/.•/] 'XuTCvîSriÇ X-xt' sjaoC, ètceuÎïi -rvovoùca eI;^'/

TX yxp ^uo [;.0'j Ts'y.vx ôao'j (j'/iaspov èç£y.''j[Ai'jx


''
(oàe. 'O ôé lèysi

Tupo; x'jT'/i'v rioTOiv ypovtjv Tiixv; 'II ^à s'.TVcV Awôsy.a etwv to 'ev,

ical TO a>.>v0 ^Eîca. Rxl \iys: aÙTy Ti O'jv ûiuÈp Èy.E'^vtov y.Xx'^Ei.;;

* £ÏOe tx; â[/.a3Tia; go'j èV.'Xxie; ! As'yw yxp rjoi ô'ti ov xpo'irov • I". :!'02'

30 à-TrxiTEi •(! 'p'j'ji; toS àvBpwTïou Tr,v Tpoipriv, 0''jtoj; y.ai tx vvi'TTtx

àTTXiTOJCt T(o XpwTo» èv Tr, "/ijy.E'pa Tïi; y.pi'o-Eco; tx [aî'aT.ovtx zyxSx,


'

>.£'yov-£;' Aiy.xtoy.p!TX, £i7T£pri(jX; -/iiJ-a; TÔJv Èiutyei'wv p/i TTsprjG/,;

•/i(Ji.x; y.al tôjv eTvoupavtwv. H 5à axowxax xaTsvoy/i " y.xl jxete'oxXe

TO TïèvOo; Et; yaoàv 'Kiyouia.- Eî ap« "(ôiTt tx teV-vx [aou èv oùpa-

' Corf. s'xMvTa. — 2 Co(Z. Ta[iax6ïj(ja. — ' Corf. -/.oi|j.O|/.évyi;. — ''


Cod. ïpfvjij/Ev. —
5 Cod. ivaitauEÏvai. — '^
Corf. é5£xw|j.i(7i. — "
Cod. (jTEpriiret;. — * Cod. xaTrivOvr,.
54 VIE ET RÉCITS DE l'aBRÉ DANIEL.

/.al oùy. £'jp£v, x.al x.aT^eï tov Ôupwpiv -/.al T-éyei aÙTr.')" Hoù si-rlv ô

àêêàç ô èlOwv svTxOOa; Rai T^s'yîi. aÙTy p)v£TC5ic viGçxlwaéva; xàç


Ôupaç y.y.l )ic'yjt;- OoS èttIv ô s)iGwv woe âpTt ; Rai s>.QYtcaTo "
oti

ôiï-aciav st6pax£v. II oè cpclÇco TUTycSsÎGa à~?,'X9ev eiç tôv 0'>.civ 5

a'jT/,ç x.al 5ir,yr['7aTO tw 'Av^povixw a elSev -/.al 'Xs'yst aù-S'r

"OvTw;, y.'jpiE [;,'ju, y.y.l £Tt ((ovtwv tûv Tcai^îcov TiUM'I riôslov aoi

Emsîv /.xl vipuOpicoV tà&ù O'jv àpTi Tieyco (Toi Èàv à/.0'J(jri; [J,ou' BzA£
[;.£ eïç [i-ovaTTVipiov l'va '/.Xy-'jirw Ta; â[;.apTia; piou. As'yet aÙT-Tj-

"IVaye Soy.t[7.acov ''


tov 'Xoyici/.ov cou 7;pô; [j.iav £ê5oj;-âfîa, -/.ai Èàv jo

iiziij.évzic, TO) f;/.07kÇJ toutw >,a7^oQi[;.£v. 'II Sa TvaXiv sXOoGca tov

aÙTOv loyov £i':T£v. Rxi TCpocx.aTie'ÏTai ô- [Aa/.zpioç 'Av^povi/.oç tov


yaij.êpov aÛToû x.ai 7:apafKfîioct aÙTto TTàcxv Tr,v oùciav aÙToiv

7iSycov El; Toù; 'jVyio'j; To— ou; à7T£p^o'[j.£6x EuçaiOai- Èzv o'Jv G'j[/.€ri

7,ij.îv TO y.vf)p(oT:ivov iyûç irpô; tov Wsov w; aiO'/z.-zfTEt; T'/jv oùclav 15

f. 2'J3 TaÛTr.v, /.al — apa^x-aT-w fÙTCoiriTai TViv (J;uy4v cou )cal vocox-oaErov
'

x.al ÇEVoSoj^EÎov T(ûv ly.ovaycôv 7Tot?,cai. Rai ÈlEuOcpwca; tqu; t£ Traî-

na; aÛTOÛ xal Taç iraiàtcx-a; É'dcox.sv aÙTOtç >.£yàTx. Rxl Ixotov

[j,ix.pàv EÙ'Xoylav y,al Sue •/îu.to'vo'j; £ç?i).0£v vux.tôç cùv tt; yjvai/.l

aÙToO. II ^à ij,ax.ap''a 'AOavacix [;.ax.po'0£v iooûcx tôv oix.ov aÛTr,? 20

àvaêXÉ'liaca £;; tov oùpxvov si-sv 'O 0cô; ô eitïùv toj 'Aêpxzjx

x.al T-?j Sappa- "'E'E.ùJii va t-?,ç yvi<; cou x.al £X. t-^ç cuyy£vsiaç^ cou,
aÙTÔç dS/fyflcov 'h[J-y-ç £v tw (poêta cou" î§où yàp stacxjASV * tôv oix.ov

vîtAcôv àvEcpyjj.s'vov hik tô ovoy.z cou- pr, oùv x.^sicr.; '


£[j(.7rpocO£v r.jj.tov

Txç Oupxç T-?,i; paciTiSia; cou. Rai x./.aucavTEç àaçoTspot àiîyj'Xôov. Rai 25

çpfJdécavTE; Toù; 'Ayt'ouç To'-ouç TîpocEx.uv/icav. x.xl cuvTuyixv ttoW^wv


•jïaTÉptov XxêôvTsç x.aTx}.a[j.Çzvouci tôv vaôv toû Ayîou M/ivà £v

'A)v£^avSp£Îa. rispl §£ wpav IvaTTiV Hiuiov. 6 [j.ax.apioç 'Avopo'vixoç

Tivx TiOt'tx.ov y.ayô[y.£vov [j.£tx [Aova;^oij. x.xl T^s'yEi tw "koiX'/M' Atà tî

ûêpr^etç TOV àééàv; 'O §£ Tisys'." AÉciroTa, ètïI tvjv Xx.y.tviv vj.:- 3o

cfJoJca.TO
*'
TÔ (^wov i/,ou x.al lEyco aÙTw" "AytojAsv xpTi, ïva obsùcco-
[/.£v ôTvTiv Tviv v>jx.Ta x.xl aupiov ïtaç, côpaç é'x.tyiç, ïva çOâcwfASV £;;

i)x.-/i'T-/-,v, x.al où OéXsi. Aéy£t aÙTW ô [Axx.àp'.o; 'Av6po'vtx.oç' "ILyjiç

y.y.l a"AAO "C<oov; Aî'ysi aÙT(o. Nx''. A-'yîi aÙTw 6 [j.xîczpLo; AvSpo'-

'
Co(/. sTfa-f^ia. — - rofZ. ÈXoYTjryaTo. — •'•
Cod. Soxoiiaiov. — ' Cod. voTozoïitov.
— •'
Cod. auYT'''^*?' — ' Cod. Èiaocusv. — "
Corf. x),s;5£iç. — '^
Cod. èixia66a«TO.
VIE ET RECITS DE L AItliF. DAXIEL. bô

V'./.o;' "Ytzy.yi oiot 'J.oi a'jTÔ y.xi [^.iGOoOjJ.ai a'jTÔ oti y.àyi) Et;

Sx.rir/iv Oe'Xio axslOEi'^. \Eyei ô 'Avop6vix,oç t'^ yuvai,-/.'! aOtoCi'

Mcïvov wSe eiç tov "Aytov Mrivàv sto; où àTT£>vOcô ît; 2/.-/iTr,v /.x;

* twv Tixxspiov Asyei aÙTôi


iukoyow.y.i ûtcô y.a''. ÏTzyyi^yjM'j.y.'. '
. r, f. 293'

5 p.x'/.xpix 'AOavxTio,' AzEe y.£ [xstj: tou. 'O Se 'Xsysi, -jrpôç a'!iTr,v,

ÔTi yjvY] £1; S)iviTr,v oùx £Wc'p^£Ty.i.. Il Oc y.sTx /.>,y.uO;7.oû >.£'y£i

aÙTw* "Eyeii; irpàç tôv "Ayiov M'/ivàv, èccv à.T;o[j.vyr\c, i/.ii Ëw; où

/.XTotcr/icr/iç [ae îi; aovxcTT'/fpiov. Ry.î à(7TCafTâ[X£voi iXkrii-OMC, -/.«.TÉê-/)'

£t; — /.vîTr,-/, /.a'.


— poTy-uvoijaç tou? —xTcpxç Y/Xouts tx Tvjpi tou aoba

10 AxviVa, icxl à-T^cî^Oùv /co'— cp TCollw 7)SuvyiO'/i TuvTuysrv aÙT(o, /,xl

xvc'Oeto tô) ys'povTi 1ÏZVTX- Rxl 'Xs'yst ô yspoiv "Atv£)i6£ ÇEpe Tr,v

yuvaïx.x cou xxl ttoiw rroi ypxy.y.zriov x.xl ûnrocpsosn; aùr/iv eJ; ©v)-

éxtSx ei? aovxTTvipiov TaSsvvtmtoTwv. 'O (îs ETro'/ziasv -/.xi viveyx.£v

x'jTr.v Tupôç TÔV ys'povTX, -/.al eAxV/iijSv xÙtoï; tov Aoyov ty;;; giott,-

15 CtX;. Kal TTOtrÎTXÇ TTITTX>H0V àTT£>.llÇ£V X'jTO'jÇ. Kxl unrocTpEiI^xvTo;

Toù 'AvôpoviV.ou eôu/iEV aÙTôJ to (jyriu.y. oitixçx? a'JTÔv t'/iv i/.ovx-

yi/.hi /.XTXizy.u'M. Rxl é'y.Eivjv Tvxp' X'jtw É't'O


''
owoc/ca. Rxl y.ETz

TXÙTX TTXp£/.ZAEC£V TGV jifj^/xx XTCOAUTXt X'JTÔV Ei; T'jÙç 'AytOU;

TÔ7:ou;. '() 6È iToi-/i<7xç xùtw v-i'/fn^ aTïs'X'jcEv.

20 'Oâsiiiov i^£ ô xêêà; 'Avâp6vt/.0(; è-' Aïyu-Tov è/.zOicev '


û-o/.ztio

i:A.ivH%ç, àvx'ji'jçxi ûtco toû /ioc'jjy.aToç, itxi tàoù )cxt' oîx.ovoy.ixv WeoO
'Ô yjvv) x'jtoù Èp^oiy.svï) Èv àv()pi/,(o TyriV.xTi, à— lO'JTX y.x; xÙt-/) eÎi;

TO'j; Ayio'j; To-ûod;' Rxl vîttîxijXVTo x)^>iyi>,ou;. Eyvojpicsv "


hï 'h

TTEpiTTEpx TGV 6;/.6*C'jyov aÔTYJç, ocÙtôç oè TCciJî eijEv yvwpîsxt tocoQtov


25 xxllo; t7.apxv6£v x.xl ôj; AtOîwi çxivojy.sv/i' * Asysi oOv aÙTw' rioij f. 294

y.Tïc'pjç^ri
''
, zêêà; 'O '^è ^iysi xÙTr," Eti; to'jç 'AylGoç Totcguç. H ùe

lïx^iv T-éyE'.' Rocyàj èx.eï XTCipyoaxi, oSE'JijOjy.Ev à;^/fiÔT£pot, xXV w;


l/.Vl OVTSÇ ÔV.OG Or^E'JCtOjy.EV aUOTTÔJVTE;. o OE E'TCEV £2^ X.eTvE'JEU. Rxl
lêVEi xÙtÇV "iivTwç c'j '
oùy. ei [y.a9viT-/i; toù xêêà Aavi-/î)i ;
AEysr
30 Nxl. O'V/. 'AvbpGvr/.o; ôvGjy.r.'Cyi
"
;
Nxl, cpviTi. As'yEi x-jtoV Al sùyal
TOÛ yépovTo; cuvoSs'J'jG'j'îtv -/iiAïv. 'O oe 7.£'y£f 'Arr^v.

npoi7x.uvr,cxvT£ç oùv eI; to'j; Ayio'j; To'-ouç ÛTrÉcTpEj/xv eI; 'AXe-


^xv^pE'.xv, x.al T-ÉyEi 6 àSSxç 'AOxvxgioç toj xêÇà 'Avopovix.co"

©életç [7.eÎv{o[A£v g[aoO eI; x.eaaîgv; x.xl T^ÉyEr Nxl, à'X7,x Oe'aoj Tvpw-

I
Cod. £iiav2py_o|j.ac. — - Cod. xiiéêei. — "
Cod. ï-i. — ' Cod. sy.âOïiirôv. — '>
Cod.
iywtjiçy\'jiv. — '"'
Cod. oLTzéçtyzi. — '
Cod. rrot. — ^ Cod. ovo[j.aCst.
56 VIK ET RÉCITS DE l'ABBÉ DANIEL.

Tov 'ka.^iiy Tr,v sùy^'/iv toû yspovTO?. As'yei aùxû' "V'rrayE /.al [j.évio

c£ eî; tÔ 'OxTw/.Ki^eV.aTOV ' , /.al èàv £p7'/i°, -/.«Ow; to^S'j'jajj.jv tv;

'jtioTT/j o'jTtdç /.al [j.5ivco[/,£V. El oà O'j [iaijTa"(ei ts ;;.r; à'XOr,;- èyto

yàf iiç tÔ '0/.TW/.ai.J=')caTov èyo) p.sîvai. O oà àTTj'AÔwv £[;.£iv£v jxex'

aÙToCf ,
£v ipdêw 0£oij aWa OMOtAOi, etvi /.al oÙK ÈyvwpiTEV ^ a'jT/[v. 5

no^Aa/.!? O'jv àvE'êvi '


ô ys'pwv aï; Etuic/.siJi'.v aÙTwv ^lalsyojAavo;
aÙToTç Ta Tvepl ijwrvipiaç. "Axa^ oùv àvslôwv /.y.l c'jvTa^y.[j(.£Vo; aOTOÎ;

àv//.a[j.ij;£v, jcal Trpà toO oOzcai tov "Ayiov Mvivàv, jtaTaXajxSxvet


aÙTOV ô àêêâ; 'Av^po'vi/.oç Tisytov 'O àêêàç 'A8avzi7io{ Trpoç ROpiov
ùtzy.yv.. Rai i-x^aû/jay.ç ô yi^or^ s'jpav aùrôv d'rivjn'J.vivi . "Hp^xTO lo

oùv -/.laUi.^ ô àêêic; 'ABavaTioç, /.al Tvs'yEi. aÙTto 6 ys'pojv 'ÂvtI toO

y«p-7)vat 6t'. àirlpy/) ''


à-avT-^cat^ Xp'.TTw jcT^zieiç; Asyfi aÙTw' Où
f. as^' /.'Xaîto £Î pt.71 5ià tov àêêàv 'Av^povi/.ov aAXz t:oîvii7ov * àyzTïTiV, xal

[y.cTa TO 9y.i|(at jj.s EÛpfcxs'.ç tîittx/.iov rrpo; y.éoxk-/. [ao'j y.êt[/,£vov

àvayvwOi.' /.al ^o;; aÙTO *


tw àSêâ 'Av^povt/.û. Kal yevojAevr,; i\r/7,i 15

£/.oivcôvr,i7£v y.al è/.oijrriOvi èv K'jpuo. "HXÔov lîà /.•/i^s'jTai aÙTov /.al

E'jpov ÔTi yuvv) TiV T'/î (pû(7£i, /.al Ti/.ouçOy) Eiç oXviv Tviv Xa'jpav. Rai
7ï£a']/a; ô yspwv exz^^etsv toÙç sv t'â S/.'/Îtt; TraTspaç /.al tvjv ècwTs'pav

È'ovjnov, xal Tj'aOov


— àcai. at Xaùpai 'AlîÇy.VfipEiaç, /.al Tîôcija -iî ttoT^iç

Guvvi'XOjv xal ol ^y.TiX'M-xi y.c-poipopo'jVTs;, oGtwç yzp sittiv to sOo;, 20

[;.£Tà /.latJtov. Rai Trpo£/.ô[/.i.*(ov tô tijj.iov Xsi'iavov tyî; jAa/.apîaç

'AÔavaaiaç, 5o|i"CovT£ç tov 0£ov tov TOirauTViv ÙTVofAovviv yapicajj.Evov

T/| y'jvaixl. Rai â'y.eivsv Ê/.st ô ys'pwv 770f/ii7at Ta àéàojj.a t-^;' [/.a/.a-

oia; 'AOavaciaç. Rat [j.sTa Tr,v der^oixaf^a vîOélvidsv toù >a€£tv tov

àêêzv 'AvfJpovt/.ov. Rai oO/. slXsro ''


>,;'ytov McTa txç /.'jpta; pto'j 25

TiXsuTïi'cw.

Rai irâT^tv iruvTaçâajvoç ô yépwv /.al àvaytopr'caç r;pô toù oOzcai

TOV "Aytov Mïivàv /.aTÉTia^sv aÙTOv àcîs'Xçpo; T^éywv 'O àêêâ; 'Av-
rî:ovt/.o: ijUvsycTat. Rai rs'j^.ij/aç -altv p,îT£x.a)i(7aT0 toO; S/.v;Tt(oTa;
îvÉycov AîïÏTS à/.o'XouÔTiGaTS tw àêéà 'Av^povt/.u. Ot 0£ àv?jX6ùV 30

/.ai S'jpov aÙTov ï^wvTa, /.al t'j'koyr,^r,not.^ ùir' aÔTOo, Rat e/.oip/f^yi

£v £tpYi'vvi.

<î>tlov£t/.ia oùv i^oXkh iyavETO [AETa^ù twv iraT£pcov toS O/.rui/.ai-

1 Cod. 'OxTOxaiSéxaTOv. — '-


Corf. ;px£'- — ^ Corf. cYviopïioEv. — > Cot/. àvéÔEt. —
" Cod. àitÉp/.ei. " Cod. — àitavTiTat. — '
Corf. àvâyvuO»). — **
forf. aÙTM. — '•'
Cod.
VIE ET RECITS DE L ABBE DANIEL. 0/

^eitzTOu x,al twv Skvitiwtwv 'XeyovTojv oTt -lîjAfTîpoi; èaTiv ô à^^l'^ô?

aÙToù. 'Ojy.oico; /.al oî to'j Oy.xoy/Miov/.x-çn'j Tktym ÔTi [y.£Tà tyji;

âàslç'^; aÔTO'j TiOo'jiy.sv aÙTOv. Oî O'jv S/.viTicijTy.i tjXsiovs^" •OCTzv. Kal


5 Xs'ys'. Cl àpyi.[j,y.vf)çtTr,; to'j 'O^oTtoxy.'.^e/.zTou' E'i Ti )^ey£i ô yépwv
Trot'ô(Jtt)y,£v. 'O oè yÉpcov è"X£y£V £x.£? y.ÙTÔv Taçvivat. Oî 0£ où» vi"/.ouov

aÙTov >.£'yov7£Ç" o ys'pwv âVo ÈittIv xal oOx. £Ti Y&ûir>. T;d>.£;y.ov,

1Ô[/.£ÏÇ fîî V£(6T£pOl OV-£Ç OÉTiO^EV '


TOV à'îaXçOV àpX.£Ô ÛJAÎV OT', llicid-

[j.sv '
TOV àÇÇàv 'AOavafjwv. 'l'îwv de ô yipui't ôti zocoix/t, [A£yaV/i

10 yiv£Tai TiEyE'. toî"; àd£>,<potç' 't>'jff£t oùx à/.ou£T£' [j.ou, y.y.yw ojiÎe jy.s'vu)

xal f/.£Ta Tôjv Ts'îcvtdv [^.o'j OzTUTOiy.ai. Rai tot£ viu'iyaijxv y.xi 7ïpo£-

/tfj'[/,WTav TOV àoEXçôv xal XfyooTi tw yj'povTf "Ayioi^EV £Îç S)4'riTViv /.ai

£lre£v "AcpeTi [^.£ TCOiriTX'. Ta É'Sooiy.a to'j af^slooO, xal oùx lïv.rjyy

aÙTOv. Eù^(o|/.£9« O'Jv ipOa'^ai sîç tsc i^.sTpa toù àê?à 'A0ava'7io'j /al
ij ToO àêêà 'Av^povixou E'jyy.ïç twv Ayiojv. 'A[a-/iv.

' Corf. iyjj>\i.v/. — 2 (;(,,/, 7t),£i'oovô;. — '>


Cod. Oé),(o[j.£v. — ' Cod. itx.oip.By.

c.

(Texte du Synaxairc, donné dans les Menées imprimées (1), A la date du 9 octobre.)

'

OùTo; ô ô'ctoç Av(^pdvix.o; yiv ic, PiMXV}'fj.iy.c, -vhç [j.v^yX-riç, àpyi;-

poxpzTv;; tÔ ÊmTvîoEuaa , EÙT^aêr,? Tcavu, y.al ir'Xyi'pr.ç àyaOwv Ipycov,

/al -louCTioç. "Ey/ia£ r^è ywaXy.x Triv 'ASavaçlav, cej^.vtiv xal QaopiXri

/al y.'jThy o'jTav ixaO' t^;


£— ' âyaOto iruix'pwv/iia?, sl; Tpla f^uD^ov

àel TOV pîov a'jTwv /al to [./.èv 'Èv p.spoç toîç tttco^oic àçâdvwç
20 Tvapaîyov tÔ ^è £T£pov, <-îav£iov irapEÎyov, àjAiaOl toîç /p£'«v 'éyyjav

T'/iv f)£ tpItt.v ij.ioiooij Tvo'yw to'j àoyjpoivpaTciou, /al twv tcqoç to Cvïv

âvxy/.altov o)/ov6aouv. "Et£/ov 0£ O'ja iraù)aç, apsv /al Oïi>.u' te-

yOs'vTWV 5e aÔTOÎç TO'JTWV TÔiv rJ'jO -yj.hort, O'J/ STl -pOTîOîVTO TTpOT-
Eyyicai àHvfloi; àVa' Tjiav à[/.'pdTepot âv c(o(ppo(7Ûv/i /«l Trpoccu-

25 yoù;, /al Tal"; tcûv TCTwyôJv /al voito'jvtwv EÙTCOiîat; ivhfkiyôj^

C-O'jày.'CovTE;.

M£Tà lîè (îw^E/a ST'/I Tvi; aÙTWV I7'JV01/-/{<7£WÇ, dvTCOV TWV Tî/VOJV

(1) Voy. l'édition publiée à Venise on 1805, dont le texte e.st exactement celui ([ui

se trouve dans le ms. du fonds Coislin 9i7 (co|iié on 1574), f'"^ 292>-295.
58 VIE ET RÉCITS DE L'ABRÉ DANIEL.

aÙTôJv £v ixiir/) tv] Â'Xix.ia ,


7J
âyaHsiv to'jç yoveîç £'X.ov ,
£v y.iz

TCùv TiiAepwv TsOvrl/CXUiv à[X'|iÔT£p(X' ô os [/.aîcxpio; 'Avdpoviy.o;, oùoèv

œyevèi; èm tù cuaêsêr./.OTi svr^£i,çz[jr.£vrj;, ttjV (j,ax.apiav [^.à/.^.ov cpcovr.v

TO'j 'I(oé Èêo'/icsv AÙToç yup^vo; £VÔ'J'>Oov, -/.al tx fi^YJ;. 'H fîè to'j-

Tou cuaëioç 'AOavaçîa à— apxij.'jfiviTov ïa/i tviv >i'J7r/iv oOîv x.ai 5

Tame'vTwv tcov Ttauîtwv Iv tw [/.apTupftw toO 'Ayiou 'îouliavoO, oùx.

7Ï0£"X-/i(7£v £-/.£îO£V £^£7.6£rv , Is'youca' SuvaTtoOavQ'jiAa', /.al aùir,, y,al

cuvTaipv)'cropLat toîç tsV-voi.; jj.o'j.

vVy.êdvTOç oOv toù TTXTpizpyo'j tov [^.a-/.zpwv 'Avopovix.ov £v tG


TûaTptaoyetw yzptv 77apa[AuOiai; yuvvi oùic fi-jiayj.^o toO [j.apTup£iou *o
, yi

£Ç£aG£ïv, àTiV £'[;.£i.v£V sîceï yoepûç -/.OTVTopiÉvvi. Mecoûcty); 0£ Tvi; vuxtoç,

oJcùO'/i a'jxr, ô p.apxu; 'louliavôç £v cy/i'i^.xTi [aovx/O'j, liywv a-jTy,-

Tt £•/£'.?, w Fûvai; Ti oùx Êà; vîp£[i£Îv ro'jç o>c)£; 'II b£ àTTox.piOsîca,

£Ç-/1- M-/) papUVÛf,;, XUplS p.OU, XaTX T'ÂÇ ^0'J>^-/1Ç CÙ'J, £TÏ£1 GCpoiîpov

T70VOV x.EXT'/iaai- ^ûo yàp [y.riva TEJtva eyouTa, cyfy.Epov «y.ipoTEpa 15

£;£-/.w.t<7a- 'O 5e >.£y£t aÙTy M/i y.ly.i£ :T£pl aùxcôv liyoi yâp cat,

yjvat, 6'ti ov xao'-ov à— «iteT ç'Jdi; to'j àv6pw:T0'j tTiV ppwçiv,


vî xai

àiîûvaTOv av) ^ovvxi éau-o» (pay£Î'v, o'jtw xai tz vviTîia aTuaiToOct tov

Weov £v t7) viaspa £-/.£Îv/i Ta ij.A'XovTa àyy.6z, 'Xs'yovTa- Atx.a'.fj/.piTa,

àvTl TIOV £-iy£(wV, COV ÈcTêpriÔ-^JJ-ÎV, y.-/) CTEpr.T'fi; '^.[^.à; TWV £77rj'J- 20

paviwv.

"H 5e àx.o'jaaaa, y.aT£vuy/i, xat p.£TÉêa>.£ to tts'vOo; sic /_«pzv,

Xsyouca' "Aoa i^ôJci Ta tcV.vx [aou £v oùpavoïç" tÎ jc'Xaiw; x.ai GTpa-

cpsTGa, s'O/iTEi TOV la'XrîaavTa a'jTvi àêêàv xal TTEpiET^OoCica oXov tov

vaôv, o'jv £0o£. Kal Tisysi tw 6up(opû)- Oo'j ècttiv ô àSSa;, ô £Îiï£lG(î)v 25

Èvxa'jOa âoTi; Asyst a'jT-?i ô Ôupiopo;" 'Opà^ Tvica; Taç Qûpaç vicca-
Xicas'va;, y.a'i 'X£y£iç, tcoO èotiv à'pTi; "Eyvto 6ï 6 O'jptopô;, oti

OTTTacîav £{opa-/.£. 'H 5e çoêw a'jnyékZGO., i.-f,l(ivi sï? tov oix.ov

aijTr,;, x.ai ^l'/iy/fcaTO tco àv5pl a'jT'ô? z £t5£ ,


x.al r.TricaTO fiy.X£w

aùrÀv sîç [AovaiîTïi'piov . 30

'O 5è (x.at yàp x.ai au to; y,v to'jto t^oOôjv), à(;[A£V(o; tov >,oyov

^sHiaEvoç, 5£fW/.£ tÔ tcaeïttov (Xcpo; T'/i; oÙTtà; aÛTOvi toî; 7iTwy_oTç,

y.al TO'j; wv/îto'j; twv 5o'j1wv •flXsuOEpwcE • Ta ^i T^oiTuà Tiôv ûrapyo'v-

Tcov aÛTO'j àvÉ^cTO T(ô


— evOeoù aÔToo, TCzpayyEi'Xa? aÙTÇJ TToir.cai

voijox-oixeta, x.al ^£Vo5oy£ïa pLovayoJv. AÙto? 5e [/.f/pz £(po'5ia 'Xaêùv 35

è^Ti'XÔe v'j/.tôç ex T'oç TvdT^ewç aÙTOç y-al -h yjvo aÙToO [ao'voi. 'H 5è
VIK ET RÉCITS DE l'ABBÉ DANIEL. 59

[Aav-apia 'AGavaijia, ij.ax.poOev i^o'jiîx tûv oîx.ov wjt-âç, à.vaSxi^xn'x.

£Îç Tov O'jpavôv, etTïsv '() Weoç, 6 si'ttÙv tC) 'Aêpaà|/. y.al t-à Sâppa-
"E^elOs £/. Tr,; yr,; co'j, /.al ex. tt,? T'jyysvctaç cou, z.ai r^jOpo sJç

y/jv Yiv av (701 fîsiçw aùxô; ravOv oSviyicov -/ly-àç eîç tov (po'êov cou.

5 'lôo'j yàp /caTê'Xst'yau.sv tov oi/.ov vîawv àvjwytj.Évov 5ià to ovojaz

cou- [7.7] x.X£icy,ç •/,[/.iv T'/iv Ôupav T-flç pactTiEiaç cou. Kal xXa'jcy.vTsç

ày,(poT£poi, àTT-fl^Oov.

4>6àc«vT£; §£ £Î; to'j; Ayi'ouç To'ttouç, irpocex-uv/icav, -/.al cuv;'-

Tuyov rco)t>>oî'ç TvaTpiciv. Kal èy.£Î'^£v UTTocTpEil^avTec, è-ooE'JO/iCav

10 à[y/poT£poi Et; TÔv àêêàv Aavtv)'>>. Kal aÎTr,ca[j.£'vtov aÙTÛv àvaOEivai


T7iv 'AOavaci'av èv [AovacTVipiw, ktoctei'Xev aÙT'^v eÎç T'/jv [wv/iv tGv
Taé'evvvjci.wTcov. "O ^ï 'Avopo'vi/.o;, oE^â[X£vo; to àyy£"Àiy.ôv cyYÎ(/.a

Tïaoà TO'j yÉpovToç, é'[y.£iv£ wap' aÙTco ety) 1.6'.

Aiel6dvT(ov 8\ Twv f^wfW.a 'e'twv , Trapr/.yAscs tov àSSàv Aavivi)^

là cuyywpr,cai àireXGEÎv aùGtç etc xpocx.'jvv)ci,v twv 'Ayuov Ïo'tjwv 'O 'îè

rcof/fca; eù^viv, àrelucEv aÙTo'v, 'Oojucov oe ô ô'cioç 'Avrîpovwtoç

XarSC TVIV AïyUTÏTOV £/.y.âlC£V UXOX-iTW CpUTOO, l'vx àvaildiçTl à.TTO TO'J

y.aujj.aTOÇ' x.al ïàoù, xaT' oî)tovo[7.îav ©eou, x.al -h yuv/i aÙTOù, aTTEp-
yopLEV/i xal aÙTY) EÎç Toùç 'Aylouç To'tïouç £v Kv^piy.ijj cyr,[7.aTi,

20 c'jvvi'vr/;c£ tù ôjAo'Ojyw aûv^ç 'Avrîpovî/.u. Rai àc-acap.évwv cfXk'r,-

louç, Èy.EivT) (J.EV àvEyvtôptcev aÙTÔv, Emvoc âè où/C Èyvcipicev aÙTTiv,

(i'.a TO [/.apavÔrivai. to /CzIVjç aÙTr,? utco tvi; ayav àc/.'^'c£w;, y,vX w;


AîdioTTa aÙT^jV «paivEcOai.

AeVei oùv aÙTo) ÈxEiv/T ITou àizîoyri, xûpiE àSSà; As'yst aÙTTi"

25 Et; TO'jç 'Ayiouç ToTiou;. Asyci aÙTor 'Ej'.eî' poulojAai. x.iyù oL-KiVkiv.

j\£'y£. oùv aÙTr|- ©e'Ieiç d^EÙcai vî[/,àç à'^cpoTÉpoui; ôp.o'j; A£y£i. aÙTw*
ù; X£>.£'J£ti;' TVV/IV ô); p.Y) ÔVTO; [J.OU , OÛTU; ÔÔEUCCOJXEV ClWXàiVTEÇ.
'O Se 'Avfîpo'vty-oç ecpvT 'il; ^csIeÛei;. Aey£t kÙtco' "Ovtw; oùx Et

p.aOriT/jç Toù àêêà Aavf^A; As'yet aÙTy Nat. Kal Âs'yet aÙTco* Où)c

30 'Avi^po'viy-o? 6vopt.a"Çr, ; AE'yEt aÙT'/)' NaL EtTUEv «ùtù' AL eùyal toO

ys'povTo; cuvo'^e'jco'jctv -/îatv. AeyEt ô 'Avrîpo'vt/.o;" 'Ajr/i'v. Kal cuvto-

^Eucav àiy.OQTspot.

ripocx.uv/icavTEç r)£ Toùç 'Aytouî Totcou;, ÛTt£CTp£i];y.v cimtcôjvteç èv

'A^E^av^pEta. Rat ^Eyst ô àêêàç 'AOavactoç (o'jtw yàp [7.ET&)vo[;.acOr,

35 7Î 'AOavact'a) tw Avrïaovty.to" G)ÉX£iç tva t^.Etvoify.EV ôjj.ou eiç /eTiT^iov


;

As'yEt 'Aviîpo'vf/.oç' ilç Y.ileki.';' iXk'x. OOao TvpôJTOv àrvc'XGcî'v, x.at


60 VIE ET nÉCITS DE l'aBBÉ DANIEL.

Xaêcîv Tviv EU^-flv TO'j ys'povTOç. Asysi aÙTÛ" "Y-ayi, y.al jaj'vco te

£Îç t6 '0)iTwx.aw£x.7.Tov xal szv ÛTrof/.evviç [j.eîvai |7.£t' iji-oO ciwtvti'Xwi;

w; (b^suca^aev, iX^ii' v. Sï jx-/), oùx. ilvjo'fi. O fîs, aTueTvOtov, y.vr'y-

Vilke TW VSpOVTl T3C TTSpl TO'J TwpâY|-/-aTO;. 'O oà Ys'pWV £t— EV a'jTW-

"Y-ffave àya—a t/îv (jIcotvyiv, x,al ixsivov [/.cxà toO à^ik(frj~j. Mova;^ô; 5

yzp È(jtiv, wç oeî EÎvai. 'ETvavaWaavToc oà kùto'j, ë[;.£tvav ôi^-oCJ o

T£ 'Av^povixo;, xal -fl «'jtcj cu'C'jyo;, éiXkoL lÊ â'ry), x.ai oOx. syvw-
(tS-/! a'jTw, lïft vî Y'jv/] aÙTOù Èttu no>.la^iç oè vipy^sTO ô yj'pwv eîç

ÈTCt'iTi'.s'I'W aÙTÛv, ^ix>.£yo;j-£vo; aÙTO?(; tx TCEpl (îj^'j/slsta;.

"A-a^ o'Jv àvElOo'vTo; toO yspovToç, y.al cuvTacai^-Évo'j aÙToI;, Iv lo

T(o 'jTTOiTTos'tpEiv a'jTov, "Éopai^-Ev ôtticco 7.ùtoO ô àêêài; 'Avopo'vLXOi;'

y.vX Ay.-:a.'ky£ùi^ a-jT^v lî'ysi' O àêêàç 'AÔava'ijioç inzxyu Tipo;

K'jpLov. Kat £— avaXOca; o ys'pcov, sOpsv a'j-ôv —upsTW Guvsy^ôpLEvov -/.ai

vioJaTO xTiataiv ô zêêàç 'AOavacio;. AE'yei aÙTw ô yE'pcov" 'AvtI


TciO jy.p'ryxi et, OTt àTCE'pjç^'/) àTuavTraai tw 0£w, -/Aocisiç; O ^e 15

ï'an' O'-' ;'-^5'''W ) Et jr/] rîiz Tov àêêàv Avopoviy-ov à)^là tïoitîcov

àyxTïYiv, x.al ixetj: to 6zi|;7.i |j.£ E'jpvi'c-SK; TCiTTaKtov x£t|;.£Vov lupo; tt)

•/.ECpalvî jj.ou, x.al àva'yvioOt auto, /.xl ^ôç aÙTÔ TÔJ àêêà 'Avrîpovf/.tTj-

Kal TCOfflcavTtov £'jy"/iv, Ey-oivuv/iTE /.al Ê/,oi[/.vîfi7) Èv Rupiw.


niXSov Se y.r,^£'j(jai a'jToV y.al tàoù Tfi (p'JffEi E'jpÉO-/] yjv/i , y.al 20

Tiy.o'jijGv) eIç oV/iv Tr,v 'Xaupav y.al rajj-'ia; ô yE'pwv, àv/,v£yy.£v olr,v

TVjv Sy.r,Tr,v, y.al to'jç eIç t-^v ÈTcoTE'pav â'p'fljy.ov oly.oCivTaç iàclçoO;"

y.xl àvyjTiOov —y.cM aï laOpai 'AXEÇav^pstaç, x.al 7rà(ja vî 7:o\i.ç cuvyiIÔe,

y.al oî E/.-flTiàJTai 'XELiy.otpopo'jVTEÇ" oÛTto yxp egtiv eOo; èv t'^ SjcvÎt'/).

MsTa y.'Xzrîtov oùv y.al (^ai^.•i'^ È^sy.oniGav to Tiji.tov 'Xslij/avov 'AOavx- 25

(jtxç, ^oEâ'CovTEÇ TÔv (")£ov TOV TOGa'JTY,v ij-oaovviv 'Kxça.ayô'JTa tTi

yjvxiy.i.

"EaEtvE ^£ ô yEpwv Ta E'eSoijia TE^scrai. tïî; [Axy.apîa.; AOavacia;-

y.al [XcTa TaOTa rfii\r,Gi \y.^v.v 'j.eÔ' éauToCi tov àêêàv 'Avbpovty.ov.

'O ^à o'jy. r.viGyETo, ).E'y(ov Metz t-^? y.'jpîaç jao'j TE'Xs'jTrî'jW. Rai 30

77â)ilV C'JVTaÇaiJ.E'vOU TO'J yÉpOVTOÇ, Èv TW 'JTrOTTpEOEtV aÙTOV, cpOavEi

aÙTÔv àiîe'Xçôç, Isycov 'O à€êà? 'Avr^po'viy.o; rrupETco o-yvE'yETai . Kxl


TlàllV ETVEplAEV 6 yïpWV EV T'^ Sy.viV^i, Xs'ytûV Ae'JTE àvÉlOETE, OTt

àSêàç 'Av(îooviy.oç ày,o}>,oijO£r t(o àiîc'X'poJ 'AOavaciw. ()l rîè àvviAOov,

y.al xaTE'Xaêov aùrôv ÇwvTa' y.al EÙXoy/iOE'vTtov a-'jTtov rap' aÙToO, 35

Èy.oiij.rî9y) Èv Kupiw.
VIE ET RÉCITS DE l'aBBÉ DAXIEL. 61

TltOTWV TCcpl TO'J TvSuj^ZVOU aÙTCl'J, TÏOTEpOV TCÔV (/.jpôiv )//ftj;£Tal «'jTO.

MoXt? O'Jv x.aTHTTJicsv aÙTc'jç ô yipojv Èào-y.i aùfà ^^^(te «j'jvxacpxvxi

[/.£Tà T'A; cuvaytov'.GTO'j aÙTO'j 'AOavacixç- "/.a.i oûtw; s-x'jcavTO t-?,ç

5 «p'Aoysi-z-t'a; àaoclTcoot, fî&;zrovT£ç Tiv sm tt7.v-wv Hso'v.

Variantes

(BililioUièqiM' Nationale ms. du fonds Coislin 232 {xi° siècle), collatioiiné


:

avec le ms. du londs gicc 1598, f°' 247''-252.)

Page 47, ligne 5. 'AOavaaia : 'lioiwou" ta 8è ôvo|ia a\JTï;ç 'ASavaaîa' ôvzwi yàç
àOavasio: Toï; j'pyoi; xai tm Xo^tuntli. — 6. Om. opiotw;... ô pi'oç. — 7. apyupoTtfa-
TEiou : (xpyiJpoTtpiTou. — 7. o-J(7Îoiç : îtepiouffia;. — 8. ev : Add. |J.àv (lépo;. — P. 48, I. 3.

"Etexov ôè utôv : "Eyvw 5è xat y^^'^^^^' a*JTOù, xat auXXaeoOrra etexev utôv. — (j.

T»! yuvetixi a-JTOû : aùiî). — 6. aÙTÛv : aùtoû. — 6. (inouôri... iîiïJYEV : {jrouSïj eî;

Tiç çiXojtoviaç [J-ETà xai âXXuv (fO.O'/ptuTUv àpyupoitpocTwv. Kaii xupiaxïiv oîv xa
TExpàôa xai iTapa(jx£uf,v à-KO éiT^Épa; Eto; :ip(i>l' ÛTT^yev. — 9. yuvaixwv : Add. it;;

oO.OTCovia;. — 11. çO.OTVovia; : Add. àito ôp9pûy. — 12. toù; àiiçoTÉpou; OTEvdtÇov-
Ta; : aOtà oTEviÇovTa. — 13. aOxa : toù; ajtcfOTEpou;. — 13. Ta cït:^9/] : tô ot^Soç.
— 14 Om. xaxà. — 18. E'jÇa<j9ai : 7tpo<jE-J?a(î6at. — 19. mOtoû : oCtwv. — 19. Mi-
oupE... (iÉ^piç : "ETtoîriijE ôi èxeï êuç. — 19. xai àxoiei : xat •JitooTpE''j/a; àv.O'JEt. —
20. ^oUêoM : Add. yivojiE'vou. — 24. xai eIkev : xai xXaîwv eitiev. — 29. KaiSiuv :

Add. ôwTE xai Tov Tzaiçnâçiyri^ uùv 3).to tiô xMpqj èX6eï^v. — 30. sOrixav : xaTEO/jxav.
— 32. 7tapEHuOr,aaTO a-JTÔv : Eiffij/.ÔEv. — P. 49, 1. 3. eI/ov ïnyyi |ji6va. ; — 4.

£EEx6|Xi(jav : ECexofiioa. — 10. Ta ÈmyEta ; twv ÈmyE;wv. 11. Ta oùpâvia — : tmv


ÈTCoupavÎMV. — 12. [iou : Add. Èv XpiCTû xai. — 13. tov Add. ÀaXr,(iavTa aÙT^. : — IT.

-syvw : itfù.ois6(fr,rsfi. — 17. éwpnxEV : eÎSev. — 19. Om. xai XaSwv... oixov a'jT^ç.
— 20. xai çc/êï59ÉvTE; : tote. — 23. paX).^; : piXXEi;. — 2i. ïva xXa'J<rw : xai xXaiw.
— 27. yaiiëpôv : TtEvOspàv. — 30. itoiEÎ; : 7toi:^(jEi;. — 33. eOXoyîav . Add. xai
ôOo âXoya. — 34. tiÔXew; : Add. vuzto;. — P. 50, 1. 3. <jou : Add. xai Ssûpo eiç

TTiV yy;v ?,•/ âv ooi SeiÇoj. — 7. auvTU/ia;... XaêôvTEÇ : auvtu/ôvTEç noXXoTç TiaTpi-

oiv. — S. 'AXe;avSp£iaç : EÏ; 'AXE$âvSpEtav. — 10. OEwpEi : (ÎXettei. — 11. Om. opaiiMv.
— 14. SsuTÉpa; : ËXTr,;. — 16. Nai... Xa|xêotvM : Naî. "IfTtayE ,
ç-^civ , tpÉpE aÙTo xai
)a(i.givw. — 18. àTtEXÔEÎv : xaTEXÔEÏv. — 19. wÔE : Add. iipo; tov "Ayiov Mr,vâv. — 20.

èiravÉpyoïiai : aitspy/JHai. — 20. a-JTi|) : Add. tj yuvr) aÙToû. — 22. ÏMi O'j : xai |j.r)

éXBmv. — 23. Kai auvTayp-Evoi... aOio; : 'A^TtasipiEvoi àXXïi>ou; Èy_Mpi(j6ï)aav . KaTÉôï)

ÔÈ avTo;. — 25. r.xouoE : Add. Ta. — 26. Om. 'AvéOeto... yÉfOvTi. — 26. Om. à yÉpwv.
— 29.Tr,v... aOToO : aCTï^v. — 31. to (lovaor^piov : Ta.— 32. inavaXioa;... o/.riiia : ÈTia-

vaX-JaavTi T(|> '.\v5pov'xw e'Swxev ô yÉptov tô axW'^- — 34. Kai...


'
MsTà 5È TaiJTa. et/j :

— P. 51, 1. 6. TosoÙTOv ; ToioÛTO. — 9. àîiEXâEÎv... tô; : iiteXÔEÎ^v. AiyEi ouv a'JTTJ- Kai
BÉXet; oSê-Joidulev 6|j.oû àpiçoTEpoi ; 'H 5È XÉyEf Nii, àXX' m;. — 12. Kai EijiEV Ai
ey-/ai : Kai XÉyei aÛToi- OOx 'AvSpôvixo; ovoixâ^ij; Kai XÉyEt aÙTÎ]- Nai. 'H 8È EiitEv

aÛTM- Al E-J'/ai. — 12. ^[iîv... Toi; 'Ayiou; : r||jiïv. AÉyEi 6 AvSpovtxo;' 'AiJ.r,v. ïuv-
oSEÛîavTE; oJv xai npOdxuv/iGOVTE; toù; 'Ayîo'j;. — 15. AE'yEi : Add. 6 'Avôpôvixo;. —
62 VIE ET RÉCITS DE l'aBBÉ DANIEL.

15. Na: : Add. ù; xïXc-Jeu. — 15. TipiôTov : Add. àjiEy.Osïv xocl. — IG. a\JTM : Add.
àëêài 'AÔavâotoç. — 17. Om. O'jtidç. — 19. ànE).8ù)V... Xi^zi : iTiE/.Oàiv vjaTtiaato

Tov •(é^O'/zi xaî àvrJYTsOev aOxw xi nEpi toutou. 'OSè yépuv XeyEi. — 20. |j.EÎvai :

(j-Ëivov. — !2I. a-JToO : Add. xai sûpôvToç tôv àêêàv 'Aôavdtoiov. — 21. E'^tEtvav : Add.
ô|XoiJ. — 22. ç66w 0EOÙ ; cpôêw tei^iÇôij-evoi' — 22. aÙTw : tw à6êà 'Avopovîxw ÔTi t)

Yuvy] aÙToO san. — 24. âveXOwv : ànEXÔoïV ô yÉpwv. — 29. '/aprîvai... T(i> Kuptw :
X^^P^r
vat (7E ÔTt à7iÊp);:[i àTtavTrjaai Toi Kupîip. — 29. aOTtii : Add. 6 àêêàç 'AOavairioi;. —
31. xÉça).a : XEçaX^;. — 32. uoiTicravTE;... ÈxoiîJ.ri6'/] ; Trotr.oivTOJv e*j/_v)v xal xoivaMr,(7a;

èxoip-riôïl. — P. 52, 1. 3. ),Euxr)!J.ovoûvTEç : àtjTtpoqjopoOvTE;. — 4. k'ôo; : Add. aÙTiiv. — 5.

Om. Trj; (ia/.apla;. — 7. [lETà xà EÉSona : |j.ETà TaùTa. — 9. 'A^iri-i^eù.f^... 'Apiiiv : Kai
7tâ),iv (juvTO($a(i£vou Toù -^ipoizai npô ToO çôdciai aÙTÔv tov "Ay'O'' Mrivâv çOivei aÙTOv ô
à8£),tpo; XÉYwV 'O àêëà; 'AvSpiivixoç (TuvéxETat. Kai 7tâ).iv ô yeptov Ëît£(j.i!;Ev iv Tîj ïxriTEt

Î.ÉYwv AeOte àvÉ).6eTE Ôti 6 àêêàç 'AvSpdvixo; àxoXouÔEÏ tw cjSeXçm 'AOavacito. 01 Ô£


àxoûsavTE? àvï)),6ov xai xaTÉ).«ëov aÙTÔv CÛVT»' xai EÙXo^rjOÉvitov aÙTÙv nap' a-JTOÛ
Èxoiiir;8ï) Èv KupÎM. TIoXeuoc oùv èy^^^'^o |J.£Ta?ù tûv TtaTÉpuv toù 'Oxtw xai AExaTou
xai TÛV SxriTiWTwv Xeyovtmv ôti :?itJ.ÉT£p6; ÈSTiv ô àS£),çoç xa! Xaêsiv aÙTOv £X0[1EV

£i; Tf,v IxvjTiv , ïva poTiOtôdiv :?i|xîv al tùycii aÙTOù. Kai ot toO 'Oxtm xai AExixovi
Ë)£Yï>v' METa TTJ; àôsXiviç aùxou xaTa8r,ffwiJ.EV a-JTOv. 01 oùv IxTiTiwTai TiEpiffOoi YjTav.

Kai ),£YE! 6 àp-/i[iav5piTïiç TOÛ 'Oxtw xai AExaTou' Eï Ti eîtiev 6 Y^pwv TtoioûjiEV. 'G
6È àêêà; AaviT)), é7eyev 'Exeî aÙTOv Tafijvii. O-Jx rjxouov aÙToO Xéyovte;' 'G YÉptov
àvo) ECTti xai oùx ËTt çoÊEiTat tiôXe^ov aa)[jLaTixôv , T][x£T; ôe VEtÔTEpoi cT[X£v xai Oe/ojjlev

TOV àÔEXçèv l'va por,6w(jiv fip.îv ai £'J/_ai aÙTOû. 'Apxsï yàçi Ojjlïv ôti Eià(jap.EV -Jiiïv

tôv àéêâv 'Aôavioiov. 'I6wv SE ô Y£p<^v ôti Tapa^ii [lEYaXï) Y'VExai li^ti col- iÔEXçoîç'
*l'Off£i Èâv [xr, àxo'jfjTjTE [ioM xàYÙ> wÔE [J.£V(u xai ^ASTà loO te'xvou [xou 6â7rTO|xai. Kai
TÔTE ïjff-j/aîav xai É^ixônioav tôv àÔEX^ôv 'AvSpôvtxov. Ae'yo<J(Jiv oùv Toi y-P'*'"'^'' "Ayoj-

(J.EV £i; Tij; ÏXïJTiv. AÉyei aÙTOt; ô Y'P'""'' "Açete itoiï)(îci) Ta sëôoiia toù «SeXçoO. Kai
oùx Eiâffttv aÙTÔv [JiEtvai. TaÛTa èOippiidEV ô àêéâ; Aavir)X tw |xa6r,Tri aÙToO. E0|(O|jE6a
oùv xai r)(i£Îç èXôeîv ei; Ta (iÉTpa toù àéêâ '.\6avas(ou xai Toû àëSâ 'Avôpovixou EO/aîi;

ItâvTuv TÛV 'Ay'wv. 'A|/.îriv!

(Bibliothèque Nationale : ms. du fonds Coislin 282 (xi'' siècle),

collationné avec le ins. du fonds grec 1598, i"' 109-171'^.)

Page 47, ligne 1. Titre précédant le texte ; KEyàXaiov e'. — 3. Tt; : Add. ivrip. .

— 3. vEMTspo; : iràvu vEÙTspoi;. — 4. 6v6(jiaTt : tô Se ôvo(J.a a-JTTjç. — 5. 'AOavaçia :

Add. ôvTw; y^P '-^Savatria toï; ËpYOi; xa! tû Xoykjiiw èSE;-/_6n. — 5. Om. jràvu. — 8.

TO EV... èpYac7T7]p£ou : ev [ispo; XÔYto twv tttw^wv, xai tô àXXo [Aspo; sic XÔYov twv
p.ova-^à)v, xai tô sTEpov Etî XÔYOv toù oïxou xai toù ÈpYaffTripîou aÙTtôv. — P. 48, 1.

2. TÔV... 'Avôpûvtxov : aÙTÔv. — 3. "Etexov Se utôv : "Eyvco Se Tr)v Y^vaîxa aÙTOù


xai ËTEXEv utôv. — 3. aÙTÔv : tô ôvojxa aÙTOÙ. — 4. "Exi... ëtexev : "Eti Se Itexe.
— 5. a'jTYjV : TÔ 6vop.a aÙTïi;. — 5. TrpooéSrixEv ; TiponÉOETO. — 6. OTTOUÔr]... çiXo-

yptaTwv : otttouSy] eîç Ta; cpiXoîioviaç p.£Tà âXXcdv ciXoxpiiitov àpYupOTipaTwv. — 8.

UKTiyvJ... ETiiaxE^^aaSa; : àTiô èaxÉpaç eto; Tcpwc ô[i.oitoç Se xai ii y^"^^ aÙTOÙ ei; Ta
XoùdfJLaTa Twv Yuvaixôiv Tïjç 9tXoTioviaç ÈTUEfAEXstTo. Kai àu£X6où(7a £7r[(7XÉ'l>aa6at. — 12.

EÙpEV... TapaxQEÏja : EÙptffXEt aùxà à[j.çÔT£pa àvaoTEvâÇovTa, xai Tapa-/9£Ï(J7.. — 13.

a'JTà : àjifÔTEpa Ta vrima. — 13. Ta az-rfit] : Toi OTiiÔEi. — 14. (iaxâp'.oç : xùpi;. — 14.

eiuùStùy : Add. èx T^ç Siaxovia; xai iSwv a-JTiiv xoiu.(i)|ji£vyiv. — 14. xaTÙ... a-jTOÙ :

aOxri;. — IG. iraiSi'a v^ma. IG. aÙTtov


: Add. 6 — : 7taTr;p. — 17. (juv;-/ô|j.£va... EÎ; tôv :

ouvEyôjiEva- xai àTtô Tr,; <l\i']izu)i £$Épy_ETat T/j; tiôXew; e!; tôv. — 19. AieVuoe Se :
VIE ET RÉCITS DE l'aBBÉ DANIEL. 63

y.aî èxïî Si£Tpi'J/r|. — 111. xa'i àxoùïi ; xai iiEtà xriv £xtï)v oipav àxoùsi. — 20. o).o-

)uY(j,oO : Add. xai 6pr,voi-. — 20. 'O 6è : Kai. — 22. xai ta vinti»-.- EÎireJOwv : xat
Oeiopêt xà 6ûo vr,7rta ô[XOù xeîfjLEva èv pità x).tv7] , xal eîcsXÔojv. .
— 27. à^iô... aîwvo; :

EÎ; Toùç aiMva;. — 29. à7to6avoùiJ.ai : àTToOvïitrxo). — 29. itaiSîuv... (xapTupiio : itaiSiwv
ôicTE x:ti Tov TTaTpiâp;(Y;v aùv 6)(i) Tr.» x),r,pa) È^e).6EÏv a*JToO. KaTÉOEVxo o*jv aCxà
èv TU vatS. — 32. itapE|j.\j9ii<7aTo aOtov : mriXtlov. — 3i. £XotHT|6ïi : Adil. xXaîouca.
— 34. Meoo'jffTi; : MÉo-ï);. ^ P. 49, 1. 1. oçrji; : Èi;. — 2. xaT' È(ioù : Ttpô; è\t.ï. —
4. £ÇExô|j.i<ia : È?exo(j.!(ra(iev. — 7. Oin. yOvai. — 8. Orii. çay^îv. — 9. Exeivij : tïjç

xpÎCTîfoç. — 10. Ta ÈTitycia : twv ETrtyeîcov. — 11. Ta oùpâvia : twv ETioupavûov. —


13. TÉ xXaîto : oOx k'xt x).aîw. — 13. àéêàv... aÙTÔv : àÊ6àv tôv XaXoOvTa aùx^ xat où-/

eOpEV O'JoÉva, xat TTEptïXfJoOda 6).ov tôv vaôv o'j)^ E-^pEv. — 15. AEysi... Ouptopô; : Kat
XéyEi aÙT^ ô 7rpo(7[iov7pto;. — 17. Kat syvto... OTtTaatav ; Kai IçtX&aôçYi'^S'^ ô TrpoafAo-

vàptoç oTt OTtTaatav. — 19. Oni. xaï Xaêwv... otxov aUTyjc. — 20. otïiyrjaaTO : àml-
OoOfja ûtiQyYi<jaTO. — • 20. xat cpo6ïi6£vT£;... aOxôv : xai £9o6r,0Y)aav çôêov [j.Éyav. Kai
}.iyzi T(o txvôpt aÛTfi;. — 22. r)pu6pt(ov... [XÊTa : £çpo6o'j|J.7iv xai lûoù |XETà. — 24. Kai
XÉyet npo; aCtïjv : AEysi aÙT^ 6 àv^p aUTfj;. — 26. XaXoujiEv : Add. ô yévriTai. — 27.
(iETaxaXEÎTat : TtposxaXeÎTai. — 28. TcapaSiSEï : uapaSiôtooiv. — 28. Om. oùtoO. — 30.
TTOtEt;... TaûxTi; ; 6totXYiT£tç TTjvoùfftàv TaÛTYiv. — 31. -TTotriaat... TiOf/itrat : 7COt(J5v tt] 'l'UXTl

aou itotTiCTOv. — 33. à'ôtoxEv... XaScov ; xai ooù; XEyriTa xai EÙXoyriiTa; aTTO -/Etpôç, Xaêfov
x»i. — 34. IxTi)?... (xôvot : vuxio; |Ji£Tà Trjv yuvatxoç a-JTOÙ Ëytov 6ûo âXoya. — P. 50,
1. 1. TOV oixov... eiTtEv : tov éauTrj; oixov àv£My|j.Évov EiTte (jiETà xXau6[Xoù. — 2. '0 ©eoç :

KOptE (-Ieo;. — 3. oou : Add. xai ôsupo Et; y^v rjv âv aoi Ô£t?w. — 3. Èv xm ifoêui :

£Î; TOV çôêov. — 7. 7ïpoŒ£xijvT]CTav... XaêôvTE; ; xai TTpocxuvr|aavT£ç xat auvtuyta;


TcoXXôiv iraTÉpœv àlitrjôÉvxE;. — 9. ouv... Ewâr^/iv : Ô£ 6 tiaxâpio; 'Avopôvixo; tô OEtXtvov
xai pXÉitEt. — 10. Oui. êpa(j.<bv. — 10. tm Xaixtii : aOTtji. — 11. Kai... aÙTiji : ctîiExptGT)

o-jv ÈxEÎvo;. — 13. Om. t'va. — 13. ïm^... çOaTtofiEv : tjjpav exttiv œôàî^oiXEV et; SxiTtv- —
14. àTT£X9a>(Jt.EV àpTt : ûOcû(7ïJt>(X£v. — 15. xijptoç : [i.a/âpioç. — 15. Oui. Ëv. — 16. Oin.
a'jTtji. — 16. UTTays : Add. o-jv. — 16. XafiSàvco... ÔTt : Xa(i.6âvto aÙTÔ xai xaTEp/o^Jtat
ue6' Cniûv, oTi. — 17. à7i£X6£îv : xaT£X6£?v. — 18. w8e : Add. irpoç tov "Aytov Mrjvàv. —
19. Om. xai E'JXoyoOfiat... TtaTÉpwv. — 20. AsyEt aÙTri ; 'G 8è Tcpô; aùxiiv û-ke. —
22. àTtofj-Etvr); : Add. Exeï. — 23. ouvTa^àfjtEvot : àpTraffâ^J-Evot. — 24. ïîxouffE ; Ailil. Ta.
— 28. xaSt'ii;... -jjvEyxE : oiitw; xai -iivEyxE. — 29. èXiXrjijEv ; Add. 6 yÉptov. — 31. t6
IxovaaTi^ptov : ttqv |j:ov^v. — 32. 'AvSpôvtxo; : Add. £[j.£tvEv Tcpôç tov yépovxa xai. —
33. SeoScXa : Séxï. — 33. StôSExa îzr\ : TaÙTa. — 34. ÈTit : EÎç. — P. 51, 1. 1. àêêà; :

(iaxipto:. — 2. oxav9aîa;... àitô : (ita; àxavOata; àvaîtaufjvai ex. — 4. Om. Èp)(0|xévy].

— 5. àXXyjXou;, ÈyvMptaev : àXX-^Xouç cxàOtaav, èyviiptoEv 6È. — 6. togoCtov... çaivo(iÉvriv ;

aÙTriv, ToO xâXXou; aÙTy;; toû TotouTou napavôÉvTo; xai ôi; AiOtoro; çaivonE'vr,;. — 8.
àSêà... aÙTî] : xijpt àfiêâ; 'O 5È XéyEi. — 8. AéyEt... outw; : Kàyù ,
fi)rsh, èxeî
àTT£p);o[xaf ÔÉXst; o'jv ôoEÛTwiXEv àpL:pûT£pot ; àXX' wç (Jty) ôvte; ô|Xoij OÛTWÇ. — 10. Ae'ysi
oÙTtô : 'Oôeuovtojv 5è aÙTÔiv XÉyït aÙTM. — 11. AÉyEt... Al EO-/ai : AEyst aizrf Nat.
AÉyEi a'jTiij- Oùx 'Avôpovixo; ôvo|J.i?ïi-, AÉyEi aÛTY)- Nai. 'H Se çTjtjtv Ai EO-/ai. — 12.
yépovTo; : Add. oou. — 12. -riatv Add. 'G Se XÉy£f 'A(i'ôv.
: — 13. ÈTtavÉXuîav : iné-
oTpE'j/av. — 15. ÔÉXo)... Xa6etv : àXXà ÔÉXto «pûtov airEXUEtv, çriui, xai XaëEtv. — 17.
|j.e'vo)|jicv o'jtwç : oflru; xal (i£voû|iev. — 18. 'Eit£i... oe : 'Eàv SE oOx £|jtêa(iTâÇr;sat,
|jtri êXOï);. — 20. (lEtvai... àSEXçoù : [isi^vov |jl£t' aÙTOû. — 21. Om. <o; Seî elvat. — 22.
Èyvwpii78r| aÙTM : ÈyvwptoEv aÙT'fiV. — 23. àvÉêatvev : àvÉêYi. — 24. wçÉXetov : owTïjpt'av.
— 24. àv£X6(îi)v : eXOmv. — 25. xaTe'XaêEv : xaTaXa|Agâv£i. — 29. )(aprivaî... Kupito : /a-
prjvat <7£ ÔTt àizéçiyri Èv Xpttrcoi. — 31. EvpïjffEtç : E-jpitjXEtç. — 31. xÉcfaXa : XEfaXijç.
— 32. Oui. àvôyvdjôi xai. — 32. 'AvSpovtxw : Add. TtepiEi/E Se to TiiTyâxtov 'Eyù
£!|ii !] TaTietvr) 'Aflavasia. — 32. Kai noiriaavTEç... xoivuvTiua; : Kai yEvoiiEv/j; eCy/jç
6xotvtûv(i(7E xai. — 33. aOtov... yuv^ô • œÙT^v xœi eùpov Sti yuvri r)v tï) çùuet. — P. 52,
1. 2. ivrjXOov : r|X6ov. — 3. XîuxïiiAOvoiivTeç : àoîipojopoûvTEç. — 4. Om. aÙTÛv. — 4. patcov :
64 VIE ET RÉCITS UE I.'ABBÉ HAMEL.

xr,p(ï)V. — fi. TiapafT/ovTa ; y^'xç,ioi\i^'JO'/ . — G. yi^oyj : Add. -rcotriTat Oé)tov. — G. (xsxà Ta


£êSo(jLa ; [iîïà Tr,v eeoojiaSa. — 8. Om. fiei' aOioù. — 8. ïjvéoxETO : e").£TO. — 9. xe/.EU-

Tr.ffM... 'AjAviv : T£/£UTri<jM. Ka'i nâXiv cwTotÇaitÉvou tov yéfO'no^, ttjio toïj «Oàiat
aÙTOv TÔv "Ayiov Mrjvâv 96âvEi a'JTÔv àèeJ.ço; isytov 'O àè&âç, 'Avîpovixoç o-jvéySTai.
Kai Ë7t£[i']/£V 6 TÉpiov eIç Sxixiv TtàXiv î.éywV Aeùte àvÉ>.6ETE, ô àêéâ; 'AvSpôvixoç âxo-
XouOeï Toi àêêà 'Afiavaciu. Oi 5È àvyjXOov xocî xaTE/.otêov aÙTOV ÇwvTa. xai EÙXoYr,-
ôïioav Ttap' aÙToO, xai Éxo'.|if|Oïi iv Kupito. 4n).ovixia oCv èye'veto TtoXXJj (ietoSù tûv
îraxs'pwv toû 'Oxtw xai Aexcctou xai Twv IxiTiWTtôv Xey^vtwv 'H[A£T£p(5; ètrTtv ô
àSeXçô;* Xaêeïv aÙTÔv £y_o[i£V eIç Ixîxtv i'va Poyi6w(jiv :?,[xtv aï sùyai aOioO. IlaXiv o-jv

oî ToO 'OxTw xai Asxaxou sXeyov oti fjLETà xy;; àSsX^ïî; aùxoù 6â7iTO[X£v aùxdv. OE oùv
2lxiTtûxai hXeioveç ï;<Tav. Kai Xéye' à àp-/i|x.av5piT»ii; xoO 'Oxtw xai Aexâxoy Ei! xi

Xe'yei 6 YÉpwv TtoiriO-wiiEv. 'O 6È Y^P'""' ^"-^ aùtov Taç^vai riOEXEv. 01 Se o'Jx jjxouov

aOxoO >.£YO'''^î' O Y^f^"' ''^'^ ^"^î ""' °'J çoêEÎxai 7iô).e|Jiov, ^laEÎs [i£v vEÛxEpot iupiEv,
xai Ec; pOTi6£tav r,[i[ôv ôÉXojiEv aOxov. 'O 2È YEfuv iSùv Sxi xapa^^ [iEYaX^ Y^''Exai XévEi

xoï; àosXçoï;- <l>ijo£i si oOx àxoûsxÉ [lou xàyw [XEvto woe xai [xsxà xwv xe'xvwv ^i-ou

6à7rTO[jLai. Kai xôxe riTÛxaaav , xai £^£XûiJ.tffav x6v àôsXçov. Asy^^^i^ O'J^ tw y^po^"!'
'AywiAEv EÎç ixîxiv. Kai XiyEt aOxoïç* "Açeté jie Troiîjaai xà sBoop-a Ttov texvwv (jlou.

Kai oùx EÏaffEV aÙTov. EùÇw|i£6a oùv xai T|(ieï; èXOeîv eî; xà (jiÉxpa aùxûv sO^^aîç nàv-
xwv "Ay"^'' ^'Ç SoÇav 1-)eoù. 'Aiiïjv!

11

LE MOINE FAUSSEMENT ACCUSÉ DE VOL,


(Bibliollieiiiie Nalionale :ms. du fonds grec 1605 (xii' siècle),

fs 2Gi'-267.)

f. 201' * 'E77; TO'j àêoà Aouly..

At7iy"/i'(7«T0 ô àêêzi; AavivjTv '


ôti iysvsTÔ Tt; [j/jvxyo; Ao'^a;
ôvijy.xTi, ïï; y-al sv asyiXoiç twv Tvaxs'pwv sVjyiufJr,.

O'JTO; o'Jv ô Aou^iâ; Tx 7:p(iJ-a tv /.oivoêico r/CzOwjv '


Itti sTri.

TcCCxpa/COVTa /.al s"Xcy£v oti àiaç/opto; Srjxay.zGxç ' rJTt oî sv


S'jpciv 5

Toî"; xoivoêtrji; 7:>.srov [AzXlov y.y.l xayicTspov Tjpoy.ÔTTTO'jTtv sîç


^?Y°'-
ctxv àpETcôv èàv £^ àV/idw/iç '
y.xp^îx? ùciv Êv tw ^ totïw. 'Eyé-

VSTO yàp, çviclv , àSslcpo'ç ti; èv xotvoêtw TÔJ [jiv (7y/{[AaTt TaTîsi-

vo; /.al sçouf^Evo'jj.svoç, T-?i Se oiavota [xéya; /cal ïv-rt;7.oç. O'JTOç^ o'jv

TC/.VTwv i^ouSevoûvTtov /.al àTiaaJ^o'vTtov eyaipsv /.:à Tiyy.AXlaTO ,


tiov 10

àrÎEXociiv è^ ÛTToêoVôç to'j aTiT^OTpiou 7;i!tpatvo[;.£Vuv Trpô; aÙTov . /.al tûv


' "
ly.sv TUTTTOvTwv a'jTOv ' , Tcôv 0£ Èu.-T'jovTuv, xW.cov Oc 7,oioootai;

'
Cod. AavriijX. — - Cod. ÈxâÔiiCEv. — ^ Cod. Soxrijiiaa;. — ' Cod. àXr,6riv^;. —
* Cod. xo. — ''
Cod. o'jxw;. — "
Cod. aùxûv. — s Cod. âXXov. — ^ Cod. X-jôupîai;.
VIE ET RÉCITS DE L'ABBÉ DANIEL. 65

7r>.uvQ'vT(i)v xùtov '


. 'Ev QÎ; (AVI çîpwv 'j
à/9pàç TQ SfA'J/UyOV T'o;

ÛTîOjjLOV^^ aÙTO'j ÛTCOTÎOsTai Tivl àos'Xcpw T(I)V àoe'X(piov riCu^^aJIovTwv ,

itxl eîffElÔwv " sv Tvi àxxTiVicta Tîzvxa Ta îepxTWtà «txsuv) àTCOG'A'fl-

(;a;^ 'XaOwv è^-iilOsv tqù kcjivoSwu. 'Q; ^s Èys'veTO ô xaipoç Tvj;

T'jva^eio; £Î'7£).9<'ov ô xavovipyT); prAXeiv to Guatap-x EJpsv ttzvtx


i(p«tps6£VTa * x.xl àTCîXÔùv aTr/i'yyeiXjv " tw àêêà , k«i /Cpoust Ta
"
Ç'j),ov xal cuvzyovTai oî à^e'Xfpol ira'vTe; /.al -Jip^avTO -My.TTin^xi
icxl ).éy£iv Où^sl; eXaêfv aÙTa £>. y//^
'
ô Setva à^£>;(po; nal (îià

TO'JTO OÙoè £'.Ç TYIV 17'jva^tV YiIÔeV £1 [/.Y] yàp TOOtO oOx. £TC0ir,(7£V

û? -zvTOTS * y.al v'jv r,py£TO -pàjrrjç. Rai xxl v'j^'.oy.vj-


Tr£'[X770'j(j'.v f. 205

(jiv a'jTov £t; TrpocEuyviv îçTzjy.Evov, xal Kpo'jGavTEç £Î<r?iÀOov >cal lû-

pouiTiv aÙTOv acTa |iia;. 'O ^à Traps/.zlEi XiyioV Tt sttiv to — ozy-


[jix, TCaTs'pc?; Ol àÈ Vjiboptatç icaî àTi[AÎatç |3à>.>.ovT£ç aÙTOv eqj-

pov UpO'jUAE*, àvz^i£ xal toù ^riV, oùîi âp/.îî i70i ô't'. TocaùTa éV/i

ÎTâpa!;xç vîy.à;, àXAz xal vîv et; Ta; 'j'Uj^z; vî[Jt.ûv é'TCVr,^a;. 'O Se
eXeyev S'jyy^copvfffaTé (/.oi ôti èirçalviv. Rai ipepouciv aÙTov «oo; tÔv
àboàv xal Xeyouaiv aÙTw *"
Âéêà, oùto; ÈctIv 6 aTï' àpy?,; 'iTpE'i/ojv

TO -/.oivoêiov. Rai vipçavTo eI; >ca6£Î; lÉyeiv , oti olSa aÙTOv XàOpa
Ta Xâyava ipayovTa- aXXo; , ÔTi Ta (|/to(y.îa xXe'—twv èâl^ou ê'^w
/cal xXXo;, ôti tÔ xâXXtiîTOv oivov IçOaca aÙTÔv irtvovTa. Rai tîxv-

T£; ieuodacVO!. £— igtî'jovto , /iax.eivo; àXvj^euuv où/, t.xoueto. 'E-aî-


pei O'jv ô àêëà; tô crj^'Âp-a aÙTO'j XÉywV oti TauTa o'jx. eîcIv "* ypi-

iTiavoù. Rai iji^vipÛTXVTE; " aÙTOv T^apaoîoouG'.v tîo oï/.ovo'picp tt;;

Xaijpa;. Râ/.civo; y'jjj.va)Ga; y.al pouveûpo',; TU-T-zf^a; ÈTCuvOàvsTo si

àAYiÔT, eitIv Ta Tvepl aÙToQ Xsyd[ji.eva . O bs yeXuv sXsyEV Suyyw-


p-floaTE ÔTi infxkr,^. 'AyptcjOsi;'' 6k èm tw Xo'yco /ceXsûei aÙTOV pX-/)-

6y;vai " eÎ; to ;coXar;r/îp'.ov, ^uXov Èv ttî cp'jXa/.f,


'*
toù; iro'^xç aÙTo^J
'" '"
iijfflaX'.Gatji.Evo; y.ai ypâ^Et toj fJou/.l Ta toO TCpzyf^LXTO;. Rai -as'
aÙTà epy^ovTai iîpooc(;i(Jt.oi
* y.ai Xay.êzvo'jijiv aÔTÔv /.al s-'.êtêa'javTE; •
f, 2G5''

£— l zTTptdTOu " i^ûou È'yovTa Gi^vipov " riap'jv " /.aTa toO TpayvîXou
EÎXxov a'jTOv [ae'cov -ft;
—o'Xew;. Rai TrpoGa/Bîi; tw ^txâCovTi vipco-

TXTo "" Tt; àv XsyoïTO"' /.al tïo'Oev eIev /.al Ttvo; yâpiv [jLovzi^wv ys'-

'
Cod, aÙTWv. — - Corf. s!<;£>Oov. — ^ Corf. àitouuXXiaa; . — ' Cod. ieepeÔÉvTa. —
•'
Cod. ànÎYYeiXev. — '»
Cod. zaçixy£'y')ai\. — '
Cod. eipii. — 8 forf. iEpô(7o),u. — ^ Corf.
aÙTdv. — '" Cod. r)iiv. — " Cod i7T,ST,pw!javT£;. — '- Corf. aypioOet;. — 13 Corf.
p).i6r,vai.— " Cod. çyÀaxi. — •" Cod. aa^a/TiTOfjievo;. — i" Cod. ypà^r\. — '"
Cod.
idTpÔTO'j. — Co(/. '^ «jyjôipov. — >" Corf. pap-?]v. — -" Cod. ^^pwTâtM. — 21 Cod. \iyti-co.

5
66 VIE ET RÉCITS DE l'aBBÉ DANIEL.

yovev. 'O oà 7t7vÉciv oùosv e'fpy.cev vi oti vîjy.apTov, auyywpviiTdv [xoi.

'E(i.aavvii; oùv ô 8w^ y.tkiûu aÙTOv TavucOr,vai '


zal fiojVE'Jsoi; waor;

f^tappav?,vai. aÙToO tov vcotov. Tavu^istç o'Jv iy. Tstrczpcov -/.xl tciÎ";

^
veupoiç àv/i>,eà)ç |j.acrTi^6|Aevoç fistJw'ovTi' tÇ) iïpoi7(67ico "ki-jii lîpo;

TÔv ^O'jjca" TÛTUTe, tuttte, to àpyjpidv [xo'j /.afxirpoTepov àiTEpyzsVl '


.
^

Kàx.£Tvo; (pr,<;iv 'Eyu C70u Û7:=p ytciva^ àva^Ei^w rr,v v.topt'av. Rxl
/ce).£U£i 7:5p ÛTrciCTpcoG-flvat ty, y.ot>.ia'' aÙToC y.al à'iaç à;'j (jitj/.'Luoa-

Tav-e; sitij^Ccai toîç [/.(i'XwiJ/iv aÙTO^i. Oî 5à 7:ap£(îTwT£; ÈOaûfAai^ov

ÈttI ty) Tocaur/) x.apT£pia xxl £>i£yov ;rpo; a'JTo'v Eîirè Yijxtv tîo'j

lêale; Ta [epocTiy.z n'AEÛr, y.yX i.-::okûr, '


. O ôè elsyEV oxt o'jx. syto 10

Trpxyu.a.

M(j7.i; ^£ àv£Ovivat a'jxov t-7,ç pairavou jceTiEOira^ £t; tô Si^ijm-


" âViTov
Tïîpiov lîpodTxTTSt x-OL/hrya.'. x.ai xal àv£TCta£>.YiTOV çd-

Xx/O-Tivai, xal tvj èc,-?!; TT£[jt.ij;x; £v tt, Tvaupa xelfiisi.'' à/Orvai'"


TO'-ç TO'j /.O'.voêio'j Kai tov àéêàv ,
y.xl èaGo'vtcov a'JTwv T-sysi Tupo; 15

aÙToùç ô ^O'jç' Tlzvu ' '


TToHà T^oivjaa; -/.al
— olT^aï; Tt[j.(of lai; a'jTCiv

f. 206 'jTToêaXwv ' '


où^èv •:ï7iov 7iSuvr9r,v vj^ih. Ka- lÉyo'jcw xÙtoj* oî

i^EÏ/^oi' AfCTTOTa, xal à'X'Xoc TrolTià xaxi èTCoîr.csv xxi ^li tov 0£Ôv

£êx(jTa5ap.£v aÙTOv TïpocooxôivTE;


'
''
aÙTÔv £— tcTpétpEiv, xal î^où £tÇ

ysipova [/,à)i'Xov -/iT-Oîv. AfyEi a'jToî;- Tî oOv iroi.T,(;(o x'jtôj; AÉyouciv 20


aÙTor Ta i^oxoOvTa toî'ç vd[AOii;. AéyEt a'jTOi;" 'O vd[/.oç to'j; Upo-
(TÛXoui; (pov£U£i,. AEyouTiv (tovE'JoiTO
'
'. Rai aTToXuEi aÙTO'jç, xal «pEpei

TÔV a^ET-cpov , xal xaOîiraç '' ârtl toO xpviTVipîou 'XEyEi. Trpô; aÙToV
'OfAoVjy/TjQv, a6>>'.£"', xal pu^Oy^Tt to'j OavaTou- AÉyEi 6 à^£X(poi;'

Et xeIe'jei; l'va simo ' '


to [7.v) ov , T^s'yo). O oe'- Où OeIw ce xaTat|/EU- 25

(jacOai ÉauToO. O ^è àS£>.!pà!; Xeyn' OùSèv ô ÈpwT<ip.ai "*


Troir^'ja?

TÎOTÉ. T^WV O'jV d âoÙ^ ÔTt Ô'J^ÈV Î.EySl XeTiEÔEI «'JTÔV XTT OXECpaTil-

cÔvivai.
''
'A— ayoas'vou bs aÙTOÛ sîç xaTaviiÇiv £>.6(ov ô ÈTTzpaç xi Xs'.;7/4-

Xia"" XÉyEi Tvpdç ÉauTù'v Ri'v te àpTi xav te ôte 5rI::GT£ yvcoG-Ov;- 30

va; EVE'. TO TrpayjAX' eÎ àà xal cobs IzOvi;, TÎ 770 '.'/ite;!; £v tt, 'Cuà^ci

'
Cod. xavuffOeîvai. — -'
Cod. (iiSiwvTt. — ^ Cod. t6. — ^ Corf. àjtepyiiîei. —
' Cod. yiH-ja. — " Cod. xuXia. — '
Cod. ànoXÛEi. — ^ porf. àiraxSeîvai. — " Cad.
xsÎE'jYj. — Cod. ày.6£îvai.
'" " Cod. iiàvoi. —
'- Cod. CwoëaWùv. ^^Cod. npou- — —
SoxôvTEi;. — "
Cad. tfoifu-fiTiù. '' Cod. xaSrjo»;. —
^''Cod. àOXs. '' Cod. rjîtto. — —
— '* Cod. ôv èpwTw |X£. —
'' Cod. ànaYwui'voiJ. -'' Cod. xr,|j.T,)i». —
VIE ET RÉCITS DE l'ABBÉ DANIEL. 67

èxetV/) ; -CO.; i-Kolofin-n '


irspl toioûtcov >caxà>v irpz^swv ;
R«,l ep-

ynct.'. iroo; tov iêézv /cal Xs'yst a'j-Gy Ty.yb irs'jy.ij^ov ïvx [j/à oltzo-

Qâvv) 6 â^s'Xipdç' sûps'OTjiîav yàp Ta lepz gx.£'>/; '. Ilsy.iTei oùv îcal àvoc-

oe'psi TÛ rîou-,4l îtxi àiroWeTai o àSsltpoç, -/cai (pspoucv aùiov eîç to

5 /totvo'êiov. Kaà vip^avTO ttxvtsç 7rpocTriTUTSi.v otÙTOv x.al >v£yeiv ÔTt

•Ây.zpTO[/.ev ' sîç (TÉ', 5i»YywpT|i7ov yjijiv. 'O o£ vip^aTO nXxisiv xal

Tiéysiv S'jyy^wpTi'aaTE ry.oi ÔTt ^lyUaç ujy.tv jx^not^'' ôij/Aoyco , Ôti * f. 2C0'

Stà TÛv toÛtwv ttovwv [j.eyx'Xwv à^iou[ji.at àyaOtiv. MeyxTvCOÇ yzp

7ÏXVT0TS eysc'.poy.viv ôtoiv yi'jcouov rà ùip' ûj^.wv'' Isydjy.sva ôcTOTua luepi

'0 £[Ao5 , ÔTI 5ii TÔiv à>,[ycov toutcjv è^ciuosvwcewv TôJv j/.eyz'Xwv Tt-

[Aôiv xaTà Tviv çoêspàv v)pi.£po(.v à^ito0'4<j£c6ai vip.£>.Xov. IDiEÎco Sï

vGfv êyatpov ÔTt toùtô [/.oi Èiror^caTs, et [ayi


'
ôti 0>.''i];iç [Aot yiv ^t'

Tupoeûpojv * Tr,; fîtà to'jtwv tojv TïsipafffAôiv TrpoffoO/Cco-


'jfAzç, yàp
[A£V7)ç àvaTvaûffewi; ev Tvi tùv oùpavwv P(XGt>.£ia'' tt,v àvTtfîio'Tiv.

lâ Zvfaa; Se ô à^£'X<pO(; Tpetç vîjAÉpai; aTCYi'XOev irpôç Riiptov. Kal


êlâwv et; TÛv aoETvCpciv îSeïv irûç s'j^^îi £Ùpi(7/C£t aÙTov £-7vi yôvaTa
X£i[A£VOv' -^v yàp [jiïTixvoiav Tvotwv x.al T7poff£u^6jJi.£VOi;. Kal oÛtcoç
'"
àiïe'^cox.ev ttjv i|"J/''i''- "E[Ji£tv£v oùv TÔ owpia aÙTO'j £Tt /(.£tpi£vov

£t? [A£Tavotav. Kal spysTa; ô àSslço; xat 'XEyei. tù àééà. Kal >i£-

20 >i£iJ£i èvay6r,vxt t6 (TtipLa aÙTO'j £v Tvi e'/.y-lrriaix ïva èxei èvTa-

tptairS'/). 'Q; oùv £Oyix.av aÙTov é'txTrpoTÔev to'j ÔuTiacïTvipiou xfT^eust

xpoSçat TO ^'j'Xov îva /cal tocx vî 'Xaupa uuvayGvi, y.al ij.f.Tà So^Yiç

tÔ côijjta aÙToO naTaTÉOy). "Q^ àà GuvïfyovTo •/iO£lov £/caffTOç sùXo-

ytotv aÙTO'j ÈTCatpeiv. 'I^ùv oùv ô àêêà? TiOvini-j tô aajpta aÙToO etç

25 TO t£paT£îov. Kal à'TCpa'Xicâptevoç Ta -/AeiSta i^e^iyj.z<i tw ' '


àêêà
Tviç T^aûpa; ïva v.oivô svTaipiocdWoiv aÙTÔv. 'Oç oOv viXÔev ô xaT'ôp

zr,ç ^a'jpaç [A£Tà TÔiv /clvipi/cùv y.al £Tuoî'/;(7av tviv £'jyr,v 'XEyouctv tÇJ

à€êâ' "A*voi^ov (pép£ TÔ ciôjy.a tva èvTacpioéffÔv], ÔTi /.aipoç tt,; èv- ' f- 2«7

vaTr,; ettW >,oi.ito'v. Kal àvoi^aç oùi^ev fiupev ai [;/Pi [/.ôvov Ta '.[/.xTia

30 a'jTO'j y-at Ta aavSalia. Kal TïsivTe; ôajjtêviQsvTE; -À'p^avTO So^à(^£iv

tÔv 0£Ov [/.£Tà lîaxpôwv '^ /.al lÉyEiV B'Xéxets ' ' , i.8ù.(fio\, ota Trpo-
''
^£vfi ûalv -fi aaxpoOuij.la xal •/) TaTCEtvoxjii; w; oùv ïo£T£" outu; xal
ùpLETç àyuvîça'îOai ÙTCopiévovTeç È^ouSsvojuiv xal TvetpaG[^.ov ,
ÔTt ^a-

'
Cod. à7to),oYT|<j£i — - Coll. ffXîOei. — Cod. ^|jiipTM(i£v. — Cod.
^ — Cod. * etcrè. '>

/ipriTa;. — " Cod. f|[iiôv. — '^


Cod. — Cod. iipoôojpov. — Cod. pa.TtXeiav. —
ei|j.i. ^ '

1» Cod. ÈTr,. —" Cod. TO.— ''^


Cod. 5ay.po!Ov. — Cod. pXéœTai. — Cod.
'^ '* ;?|[jiî-;
68 VIE ET RÉCITS HE l'aBBÉ DANIEL.

atAEiav oùpavGv oiSev Tvpo^svetv , fîtà t-?,; yiptToç toO Rupiou ^[Aaiv

'Iriio'j XpwTOÎi- J) -fi


'
âo^o. Et; toÙç aùova; -rwv aiojvcov !

i
Corf. r,.

II

TEXTE SYRIAQUE (1)

PUBLIÉ PAR

M. F. NAU

LA RELIGIEUSE QUI PASSAIT POUR FOLLE


ET ANASTASIE LA PATRICE

:)i*^V-3o )K.«JLi[ ouK~*/; ^oi^ loot jyaKmws : jlcL»/ ]Sou>-3

. (2) ^i^û-V^^ jK-JLSO^ ^^!5!vS>o


^; ool
\o^ ^^^ . CI PO ^^ ^^j; )_d| )ji-:»o^ ^'; )ooi ^AâJ 1.

)->Q.,v ooi J'^pcL^ )ooi K^/; jlc^'? l'Mt-^ ^j)^! oif„œi\l

. (3) yg^g « m i "^Q.^; loot )^',^£oo;

(1) Le texte syriaque présente une version assez difl'érente de la vei-sion grecque.
Toutefois, pour ne pas contribuer à allonger cette publication, nous nous bor-
nerons à signaler les principales divergences et renverrons pour la traduction
du reste au texte grec. —
Le syriaque de la Vie d'Anastasie concorde tantôt
avec A et tantôt avec B, de sorte qu'il ne peut provenir de l'un ni de l'autre.
P. 2, I. IG, 'Apa).a „oii,^; P- 1-='-^. spuaxiSiov K.^r^o p. :1, 1. 20 et 33,
'-i, = \
-

Pu!;îa = ))j", p. 3, 1. 27, ^(jav ôj; em Sùo çOW.uv Çripwv = ^ïi. [s-^ Lo^o^j ovV- ^*>^ 1^1
pv^. Voici le mot à mot du syriaque : ïjfrav im a-zrfiorji aÙT?,; wç oùo fj/).a jTjpdi.

On que le grec n'a pas compris le mot ow-v- (avrfioxiQ oÙTrjc).


croirait volontiers
II donc ^aav èm ù>i 80o ifvXXa Çyifà qui fut modilié encore ]iai- le tra-
restait :

ducteur, ou du moins dans l'original des versions .\ et B (voir cependant p. C,


1.33, à p. 7,1. l.
(2) « Histoire d'une sœur bienheureuse qui demeurait dans un monastère au
milieu des sœurs et passait (à leurs yeuxj pour folle et insensée: [uiis (bistoirc)
de la bienheureuse patrice. » Paris, ms. syriaque 2.34, fol. 339.
(3) « Le bienheureux père Daniel quitta Scété avec son disciple poui' aller au
VIE ET RÉCITS DE I/ABBÉ DANIEL. 69

.|i-3f.^eL3 jooi ts..tli l-^V"»-^-» i^o\. 339') oi^ ooo( ox^/ ,.30

. ot.0.t\ > «iimV); ) Y \ y^l .)t-*^/ voo^o oi^iojl o-oâu

îK^ o-loii .vOoi\ V^/o I aL^<; ot » ,« 1.3 yoj/ ^ÎS,-^o

yOOtJiy^l^l .\^*(i „ ^^; jlaiïV^QL^o ) r>' I n ^^; |ln o', m v>

10

)t_<^^ ^; )ooi K.^ .)-J0( l-^n^K^K-s ^a^Iol^ iiK.fiQj; y^l

)3^ JJLM '1-^^/ -Ot^ ^'f^/o j,^ |N_2lA ^^sJL:»wO .^01 )f-.M

K-oaj ^« ys .
If^; Kitty's. u>^ ^^^ u>^j . oi^ po/ . J^ /

15 ^o v«. VI \ J^/ f_M I -Vf» .oiS. \^l .oila^ ),_•; £^—iL_«i

).^e^M .)joi j^^iISX^ ^.j^Iol^ mSs.£ûJ4 > I «V:>o .^.^ . n m/

monastère de sœurs situé dans le désert inti'i-iour et appelé des Tabennésiotes ».


La suite ressemble au texte grec p. 22, ligne 4, à page 23, 1. 14 Jlais il n'est ques- .

tion ici ni du nombre des moines, ni de leur arcbimandrite, ni du monastère. Les


moines semblent venir individuellement au-devant de- Daniel.
(1) « Vers le soir, ils arrivèrent au monastère dont nous avons parlé. » La

suite ressemble au grec, p. 23, I. 17, à p. 24, I. 4. Puis I. 18 à I. 33, enfin 1. 4 à'
1. 18, puis I. 33 et page 25. Le syriaque présente donc une interversion très na-
turelle d'ailleurs Daniel est reçu par la supérieure, puis conduit au réfectoire;
:

il remarque la bonne tenue des sœurs et, en sortant du réfectoire, aperçoit la


religieuse folle; il lui fait jeter de l'eau, elle se lève « comme d'un sommeil
d'i\Tesse « et s'en va. Daniel dit à son disciple de la suivre pour voir où elle
allait, etc.
70 VIE ET RÉCITS DE L'ACnÉ DANIEL.

(fol. 3V0') u>^. n tV)/; ooi ^^J; ) i ^>o^; .oi^ V^/ ^) ooi

yoj/ K^Kâ jJ/ K^ai) jJ ^.^..âajL ^ ^; j*^; Kju.) 3.

• )ooi v)^ oiJd; If^/ jl^oof^ oi^ )-^t^o )v»M 1^'^; ou^oo s

^^0|^^« si^Ol^ P JJLSOIO .v.*00( ^-£OVâ j^)/ ""^«^ ^»o»^V'=VNV>

\ji:ie )t_>; Kjl^) Ka^*/ .oK^o s>C^< po <'}\^i ^"^ ^^^


yV-3Ào >.»oiot » vi\l;o oï!^.*; yooi.. ^ .^»' K,^ol/o j— CO» n^

'^^À K.iLboi/
:oi.30^^.3o oCS^; ouL^î ^; j^V"»^ Jfeojci -A»

jioKâ ^ULoi/o .oC^^-3 )v t^N —3?


) ) I. >>a3 iooi 1^ -y \o

.)V-^CL_M ^^^.«^^uoo JIcLm/ ^oi\i\ I M >boo Jl to ^ ^-^;

.>^lt ^\; o ivi . ) » ->n ^ oC^ V^/ nv>m -^i/ «.^o JK-kJ^^/o

^; ^O— .|_.^_*— /» It^^ioi^^^j ^l (f. 340^) )t^a3).io

o*po;K^o^o ooi^iK.àaL^ ^; )ooi K->/ •t'j^.saM 'f-»^i- ) '


-^l
VIE ET RÉCITS DE l'ABBÉ DANIEL. 71

^_M V->^ ^! '-*^ ^oo( .<Jioi s^f^^-eo | * ni ^.^^^ o/ )pot

.^j ^^..o:» ^lot-^/ ^-.omK^/ ^3oi .)v->; l^s-iuti ot^ )t^o/

fr^-lu.'^ ois.)-*© .jl»;; 0«Ki.jJ)CU» )_i.»/ ^*^^^ ) '"^'^î


I,-,;

• • •

^f ^oi .ot.*^\ \yXa >^oi )in\ •> K^/; |jL^ci^ yOj/ ^'^..cuio

) ^;j^ loO( l^j/o K^iCLA jio^oi; )KjLJi ^-^; 00| yJ{ K^CLO

15 )_&^; )V-'!; )J^^^^? JI^^aSo; ,_•«« (fol. 34.1) ot.^.mt/ ^j/o


,-aLb> . ot,.jJbOL^tsX l-L^Q-^ o<^ 'f^l 'O^'^ >&)o/o )l/o .loot

'^ « "^v» .t iN") f_3o .)_JO( )—«^K^ uL^a^ iouiio \ no .« ^V-^

yoo^ abcLoo oi,..k^aS.l ^dÀ |.-t-BO^ ^j/ .oi^ y:<fX. jKjui^

2u .^.loî^ jlo-»/ ^o^ ^^'^^!? <-*^>^ t~3(> •\ooi^ loo( )-^>->w>

^otJLiO OOOI > . n°>io .j- o eiiL^ ot'-*h'/ b^^jLâo )ia^«^ JSoclo

oiS.3 ).^a-»Jo looi |l3^^o .)^oJ; );) a.yi.\o ) n « \ j lo^^


.Jj::^; ).3 /l ^/ j.^.^/ ^'^Ow yK^o ^«ooi ^)9 ou-^^i^fo .(.«^.X

(I) " Elles faisaient le service et tout ce qui était nécessaire sur un signe ou
sur un choc (p. 24, I. 5); or, elles étaient plus de trois cents. •
rZ VIE ET RECITS DE L ABBE DAMEL.

.jicLu/ JS.ju^^ )joi \^\-^ uclsjo .|.«^S^; <x,^^â; )jio.aJ sJloj 5

liy ,', \ o»-.)^v-./ )iv-•»-»» (fol. 341') ^oîS. -ooi y^y


-> fo»

^ ^ ^) )K . I -lO^ •: a^>^ ill/o ^'^t^.tl^wo yOOULâJ o » i> >o

JS^j/o )-.^S^:bw3 oi^ )^J)CU3 :ouV^a.£D o^ )ooi w^xD^^i/; K^^


looi N'ente .j-L-so^ o^ ooi y «viM j-au/ .^oi jKsofJ^

]l<L^l ).:>0^kJi-3
y^ga .)-JL30| \-Û.^ OOI^ ^) joOl 0->K^ là

JLjL_oiaâ; )^^>.^ ^ot-M^ ''^


CS^^oo jlo-^/ ^oi^a^ v^^
ji'^a -> .)£^.aJl1 v..oi^ ^Kj>')^ .woi\ t-^/o ^-^^/ )!-^o

ot-sO'w.-a ^oio . i) « I »; «jo^/ VLxi j-JLUi . .\oi y—l^l 20

L Vl . v^ wULJiO . ) 1 «N .; 0<>, « !,•>


^/ ^K_wO . 0lK. ^a^'»-5O

(I) " Le bienheureux réunit aussitôt toutes les sœurs, leur parla des paroles de
salut, les consola et leur dit :

« Vous avez vu cette insensée. En vérité, Dieu aime de tels insensés qui sont
fous et ivres de son amour et de sa charité. —
Puis il les signa du signe de la
croix et s'éloigna avec son disciple. »
VIE ET RÉCITS DE L'ABBÉ IUNIEI,. 73

j a-CD oC^ t~^/ ' -


^ - ^ '^Jl o S I v>o a2^j| f_3o 5.

o,^ ^/; ooi I 'XYiN w.ot-. ja>., mo >^V-^ ^j .oit— oà^K^


^*.^ . flft>/
^ *^^^ ^^^^ '^^ j-^OâOJo/ ^M V^^^ jLxflD . > iv>

^; otlojgNJo (fol. 342') .'^Lm^Kji^l JJLxao ou^o jooi vû^iâ;

),_M ItsXaA o^ )oo( ^^s^o^; .looi ouN^/ );oi ooi U-^l*

.o\hJ^iy^y y^'ii yoy-û oi^ )ooi yo\-^o .\.JSj^ t-^ )-JL.^t

.)oo( ^^^^«.^clm jj ^kXD ^t-^ t^ • ^oio v.*oiaS^ )ooi a.QJo

t—•« \ vi\; ^i-^ ^j-M . oi».^> ^o^fr>^ ).-JL30^ o^ t~^/ ^;

«.•oiol^s^
^; jooi o-tKs .oi-:ao-\ o(_>K_>/o o_Kj« )_^«-m

.
^t-*^e^io Kj/ )1o y I ..\n°> wU)_^' ''^^..kâOI )K_/ .)—LSOI

)
«•>'^ jJLd .)3«^ ooi ^^.^ jooi OL<£^â; )Py^ \ ' )\-o t-3o
"^^ii

16

^-«J^oi mV-3 ^^s^ '


oi,.A.:baL^K^ V^/ .)L.jL:Ma^ ^ .ao^ I^cl^clx

^jJ_jo .|K_«.io/o ) ^VJ ^î a-JO« -IJj^-S K-oo/ ) i| >o


vj).^ loi^ j-aL£0 ot^ ).JLiL^; ''^^^^^^'O .(2)o(loA«

(1) Voici le commencement de la version syriaque de l'histoire d'Anastasie :

» Quand ils arrivèrent à Scété, Va, mon


le vieillard (Daniel) dit à son disciple :

fils, et visite ce vieillard qui demeure parmi nous. Car il }• avait en dedans de

Sccté un eunuque qui demeurait à dix-huit milles (du monastère). La visite —


du frère avait pour Ijut de porter un vase plein d'eau, de le déposer à la porte
de de frapper à cette porte et de s'en allei'.sans rien dire en rapportant
la cellule,
le vase vide. —
Un jour le bienheureux dit à son disciple Regarde, mon fils, :

près de la caverne du vieillard... ». La suite ressemble au grec, p. 5, 1. W, etc.


(2) • Il dit à son disciple Prends, mon fils, ces ustensiles, ces fers, à savoir
:

une hache (pioche) et une pelle, et partons vite pour voir ce vieillard avant qu'il
ne meure et pour ne pas être privés de ses prières. » Cf. p. 5, L 16-18.
74 VIE ET RÉCITS DE LABBÉ DANIEL.

« ^ •
*

(fol. 4^2') oi^,^ ""^sN JJLSO^ omlSJ )^o .)Ki «un.. |Kii)-3

)K,iULX. Mn A ^^<3i; Kâw.o )ts..a:s.V/ ^J^ous JL<.:moi/ .))0i

vij^oo,^ 0^/ ^l-fcJ; )-s/ oj^ t^/ )l|;'^ft> )1qA, '''^si» Ijot

^N. m « °> ^^s.2uo/; '.^J^ JOOI K^/ )fO| )K.x»\ )—i/ K_ooi

10

ooi )oi\/ .oi^ V^o/o otju») ""^o^ I I -lo^^ oif>qi\o .ot-.«^io>

"^^.^ mOIO^CLmVo Ollo jKâO,-3 uUVdM


^ ),\v>iLl OOI
•> « .j«0(

ool o>\ nto .(l))lou»/ vJL.^ ^ooi^/ ^CL^; ^_/ ^lo 1 . crt

:o(^ i-^/o o) n > lo .vOui»/ y \»; )f-o ^^O^ «â/ jJ


|
.oi^ 15

jLiot )t-^ ^^ >... Hi».3J; :);oi )K^s.*\ >. itrm/; ooi )oi^/

|K, »\ n\ ^'^kâNjk/o j)i 1.^03 "^f^ ooi; ooi . oiIq^.»^...^ ^^oo

)t.A^»o\l ^^.^ )joi )—3M ot^oi Ivjli OOI .o(.:beLJt. ^'^«..^s.^ Jioi

mVa/« ^/ .^oiooi-a/; l-^euio ou^oji ^oio^s^ j^ûJ^o .)-Joi

^.Noi ^; jt^ (•2)w>A/ '^is.i. ).A|; ot—o» (fol. 343') 20

.).jïa^ f.j3L^. yOus/ v'po ^^k.^00 .JULSO-^C^ I m'>io/ oo( v^/

(1) » Dieu qui ma conduit dans ce lieu, comblera sa bonté et ses miséricordes
sur ta vieillesse, comme (il l'a fait) avec Abraham le patriarche. » Cf. p. 6, 1. 2-3.

(2) " Dieu — qui veut bien à cette heure me délivrer de ce corps et de ses
infirmités, et qui sait combien il a marché et s'est fatigué (pour venir) à cette
cellule on son nom — fera passer l'esprit de cet illustre (vieillard) sur ce disciple,
et son nom et celui de ses pères sera invoqué sur lui comme l'esprit d'Élie passa
à Elisée. « Cf. p. 6, 1. 5-11.
VIE ET RÉCITS DE L'ABBÉ DANIEL. 75

.po/o ).«V)» ^^ j-O^S yi-^l OtâOi^â %â\«0 .^jl-J yoK_>i/

10 ))S^ ^ fl; 00>U ^t-O OVâUw. . Ot^^^'^io I I .TlQ.^ Clâ^ f-SO-

^:m ^; QJcx .|.CDJL^ ^-^ It^ ^q\|N. ft . fffto


^, jooi s* « ^\
.ooi )-w/ o<^ >i ^\ v> fjo •;• > . •><Ti\ r> '^-2^ ^^oo • ji-o;; )pi>JO

^Vi M;:^ lojbo^ oi^V- "^^^ i^/ )i*^/? )>-S )o«o |>-,

w^j» JVJJ (fol. 343 .:)0L\tO^ -^


) .01,. \ y
l V-^/ .jiaLb.jo

po .)_ia<V£ooo \ >fl...A; ^"^^^iX^ )_icL9l3 ^^1 oî^ » •^«/

20 . j MYiN oi^ jooi K.'/i «.«oi I, . fy> '•'\ ^« .o^Ka/o "'^•^'^

•:*(3i)oîS,jJ ^lo^oo > . .,^11 Ni p . yooi^s .«N fi\ ol/o

(1) " Ce vieillard dit au bionheui'cux : Donne-moi la communion, 6 notre père;


et quand il reçut la communion il leur dit :Donnez-moi la paix dans le saint
baiser du Messie, et priez pour moi. Cf. p. Il, 1. 11-15.
(2) Lire IN-nm*^ (jaay.;8iov).
(3) - Cessons aujourd'hui le jeune, mon fils, et rompons le pain (consacrons
l'Eucharistie) sur ce vieillard.-Quand ils eurent pris la communion ils trouvèrent
76 VIE ET RÉCITS DE l'aBBÉ DANIEL.

) ^mN If.^:»^! oî^ po/ .)^io|^ oooi ^t) ^; p 8.

ot^â ^-•^! oi^ ^l )>-=^ \°*° N^j-mo Kvv .oC^ |j/ >t iNv)

>&f_i w.-,^ ^/ .) •>«> oC^ po/ -j^ii^ x^Vl j-âV^ lo^,^


.0(jp>a.CD ^^ Jl^Ka/; Kj/ |^« ^; yj .«^oi jiKj/; J^ooi

)_ioi ^-rf; 001 .) -^Nv» v£on » > 1 > ^ «XI ,; oiin 1 \ vi ?>

^; jîojo/i . |i) . ^tO OlloîK.*^ ^'^s-^OOO .OI^-SOJi ^<^s.^O0

^o( . |L..)0.ccL3jJ oufik/; ^N.b«.3o K^;l/ .Kjl^;/ p )K'>Nv> 10

y<U/o . g . ^ot»-^ ^^ ^t—^ ^t—^ >^K \n to .) SL^/

J
«^^^Nrt ^jon I . I ^s.joo^; fl-^oo) •l';<>/^ IK-K^o; Kâ^^ f_3o 15

oi_M-ka.fiD/ ^Ksl^^^o .);o4 )1v-^-^ oC^ K..30U0 .oM't NO no


9
20

qu'il avait un peu de galette de pain et dos légumes cuits à l'eau ils mangèrent, ;

burent, prirent la corde de ce vieillard et retournèrent à leur cellule en louant et


confessant Dieu. Cf. p. 6, 1. 26-31.

(1)acheta un navire, prit une partie de ses richesseset vint àAlexandrie.


" Elle
Elle demeura à Enaton, et y construisit un monastère qui est appelé jusque
maintenant le monastère de la patricienne. Cf. p. 7, I. 7-11. >'

(2) Peu lisible.

(3) Illisible.
VIE ET RÉCITS DE l'aBBÉ DANIEL. 77

K./ |.>Ad) . jjiot .^v^ £sj/ v«>^ (2) ) i,wa„«\ ).^,À .ot»*^»/

.o,_^^ );,J^^^>^ ^^)_3loo\ )_jcL^/o .o^b^U/ )-::^k^o JS«_^;

''^^
^j-M .o't^fl/ j.^^/ )j|.'^.>o; )^0f_30 .a..°>o yoou'fl^^o

) LâJ; )l.o«^sA^t It-^^'! ^^ 1 "^ •« » .»i>Kji/ ) »K * VI ^o

10
^ joiLi j^po; U^-»/ ^.•t-^ "'^^.«^oi l-^)-> (3). I ..I!*/ )A.

jjoi )-w/o j^/; oîS^; oi^cL^o (fol. ^W) ooi ).^oa.fc^ j-àa^V

(1) " Et il y a aujourd'hui vingt-huit ans que personne ne l'a connue si ce n'est
moi, toi et un autre vieillard ». Cf. p. 7, 1. 16-18.

(2) « Et ce n'est pas seulement l'empereur, mais encore le patriarche, et tout


Alexandrie, et personne ne trouva jusqu'aujourd'hui ». Cf. p. 7, 1. 20-22. Les
la

lecteurs qui voudront faire eux-mêmes la fatigante comparaison des trois textes
de la Vie d'Anastasie remarqueront que le texte syriaque correspond ici au pre-
mier texte grec, p. -1, 1. 17-19. 11 en est de même pour la suite.
(.3) Voici la traduction de la fin du texte syriaque :

« Prions donc, mon fils, pour que Dieu nous favorise de la même vie et de la

même conduite, qu'il ait pitié de nous et de nos saints frères, et qu'il nous juge
dignes du royaume sans fin avec notre père et notre frère, Anastase l'eunuque,
dont le (vrai) nom était Anastasie. »
« Quand le bienlieureux arriva à sa cellule, il s'assit et écrivit ce qu'il avait vu

et entendu. —
Cette .\nasta.sie la patricienne est la diaconesse qui vivait au temps
du saint patriarche Sévère, lequel lui écrivit beaucoup de lettres pour répondre
aux questions qu'elle lui adressait lorsqu'elle était dans son monastère avec les
sœurs avant qu'elle allât au désert de Scété. —
Fin de l'histoire d'une sœur qui
passait pour folle et d'.Vnastasie la patricienne diaconesi3e. «

Cette conclusion figure déjà dans un ms. de Londres qui est du ix" siècle. —
Il reste à Londres
au Vatican des fragments de lettres de Sévère à Anastasie
et
la diaconesse. Enfin dans plusieurs mss. grecs de Paris on trouve des fragments
de lettres de Sévère à Anastasie OniTiana (Coislin 23 et 195) et à .\nastasie la dia-
conesse (Coislin 23 et 25).
78 VIE ET Rf:CITS DE l'aBBÉ DANIEL.

.|i IN ).2^; )loi\ >o\ joft^jLi J m "Mo/ vcdo « fp| ^^.cpj^j/

mOi jts . I > vn>o I « n iVJ^^ I . ff>) ^>jcqj/ ^^^.^kSoi );0|

oiJ^^.^^^0 ^t~^ J^c^/ )0l:^ JV't—3 «'Ol t-9 «looi |\| *v>;

10

HISTOIRE D'ANDRONICUS ET D'ATHANASIE SA FEMME


ET DE LA FIN BIENHEUREUSE QU'ILS FIRENT
EN CE MONDE.
Tel est le titre de la version syriaque de l'histoire d'Androniciis. Cette version
est conservée dans le manuscrit de Londres add. 11649, fol. 9G, et dans le manus-
crit de Paris, fonds syriaque, n°' 235, fol. 204. Comme elle a été éditée par le
R. P. Bodjan (Ada marlyrum el sanctorum, Paris, 1896, t. VI, p. 405-417), nous
ne publierons pas le te.xte syriaque qui allongerait encore cette publication. Ce-
pendant, la version syriaque ne provient ni de A, ni de B le commencement, :

en effet, dépend de A, tandis que la fm dépend de B, et l'on ti-ouve d'ailleurs


partout quelques différences entre le syriaque et le grec; il est donc important
de faire connaître le premier dans l'espoir que la présente publication permet-
tra à quelqu'un de trouver le texte grec qui lui a donné naissance. Poui- at-
teindre ce but, nous allons résumer le texte syriar/ue en passant rapidement sur
les passages peu caractéristiques et en traduisant mut à mot et mettant entre
guillemets les parties qui manquent dans les textes grecs ou simplement (et ce
sera le cas le plus fréquent) les passages qui sont communs au syriaque et à un
seul des manuscrits grecs. Nous mettrons en italiques les mots qui ne se trou-
vent ni dans A, ni dans B.

« Il y avait un jeune homme dans la ville d'Antioche dont le

nom (était) Andronicus. Par son métier, il était apyupj-pa-r;;,


c'est-à-dire vendant de l'argent. Il avait une femme, fille de

Jean, qui était aussi apYupcT^paxYj; de son métier; elle se nom-


VIE ET RÉCITS DE L'ABBÉ DANIEL. 79

niait Athanasie, et son nom convenait bien à ses œuvres, —


car Allianasie signifie iminortelle »... Ils étaient pieux et
,

riches, et « partageaient (leurs revenus) en trois parts, une part
pour les pauvres, une autre part pour les monastères et la troi-
sième pour leur propre usage »... « Peu de temps après leur
mariage, Athanasie lui enfanta un fils et il l'appela Jean, et elle
lui enfanta encore une fille et il l'appela Marie, et Andronicus

ne recommença plus à s'approcher de l'acte du mariage mais ,

tout leur soin portait sur l'amour des pauvres. Le dimanche,


le quatrième jour de la semaine (mercredi) et le vendredi, de-
puis le soir jusqu'au matin, cet illustre Andronicus allait en
service (m^mn.A = î'tç xi; Giay.îvîa;) pour laver les pauvres, et sa
femme pour laver les femmes. Ils passèrent à ce travail l'espace
de douze ans. Un jour, Athanasie vint de son service (^oja^; =
îia-/.:viav) et monta voir ses enfants »... Elle les trouva malades,
se coucha près d'eux et les pressa sur sa poitrine. Quand Andro-
nicus rentra, il lui reprocha de dormir si tard; elle lui apprit
que ses enfants avaient une fièvre violente; « il sortit pour prier
en dehors de la ville, au martyrium (lîSvœK^) de saint Julien,
car c'est là que ses parents étaient enterrés. Après avoir pro-
longé sa prière jusqu'cà sixième heure (I), il se rapproclia de
la

la ville »... mort de ses enfants; il se prosterna


et apprit la
devant l'image du Sauveur dans l'oratoire de sa maison et dit
comme Job « Je suis sorti nu du sein de ma mère et je sorti-
:

rai nu de ce monde (2)... »


Toute la ville se réunit pour suivre l'enterrement « ainsi que
le patriarche avec tout le saint ordre sacerdotal; ils les
accompagnèrent » et les temple du martyr
enterrèrent dans le

divin Julien, dans le sépulcre de leurs pères. « Le patriarche


emmena le bienheureux Andronicus à son palais; pour Atha-
nasie, elle ne voulut pas rentrer à sa maison, dormit cette nuit-là
dans temple même, en pleurant et se lamentant au sujet de
le

ses enfants «... Au milieu de la nuit, saint Julien lui apparut


sous l'habit d'un moine et lui apprit que ses enfants, âgés de
douze et de dix ans, étaient heureux d'avoir échangé la vie tem-
porelle contre la vie éternelle. Athanasie, à son réveil, demanda

(1)Le manuscrit de Paris porte La neuvième heure. :

(2) I, 21. Le
Job, texte grec reproduit mot à mot la version des Septante, le
syriaque est une traduction du grec avec la différence soulignée.
80 VIE ET RÉCITS DE L'ABBÉ DANIEL.

au portier quel moine était venu; il lui répondit « Qu'as-tu? :

ne vois-tu pas que les portes du martyrium sont fermées? Et


tu demandes quel moine est entré ici maintenant! Et le por-
tier comprit que ce saint lui était apparu »...
« Atlianasie raconta cette apparition à son mari et lui demanda

d'entrer dans un couvent de femmes elle y fut d'abord huit


;

jours pour savoir si cette vie lui plairait, puis tous deux remi-
rent leurs biens à un parent en lui demandant, s'ils mouraient,
de faire de leur maison un hôpital et une hôtellerie pour les
moines, ils libérèrent tous leurs serviteurs, leur firent des dons
et partirent visiter les Saints Lieux... « Ils arrivèrent au temple
de {ou chez) Mar Menna d'Alexandrie et se délectèrent dans les

prières des Saints ».


Andronicus trouva une occasion pour aller àScété (1). Ildit
«

à sa femme Attends-moi ici, madame (-^p»), près de Saint-


:

Menna, pendant que je descendrai à Scété, que fy saluerai les


saints Pères et serai béni par eux » Atlianasie voulait l'accom-
.

pagner, mais « ce n'était pas la coutume qu'une femme entrât


dans le désert de Scété » elle lui dit donc tout en larmes
, :

« Tu auras (affaire) à Dieu et à saint Mar Menna, si tu m'aban-

donnes avant de m'avoir placée dans un monastère de sœurs.


Ils se donnèrent mutuellement la paix et il descendit à Scété,
,

y salua les saints Pères et fut béni par eux. Tandis qu'il de-
meurait là, il entendit (parler) au sujet du bienheureux Daniel.
Avec beaucoup de peine, il put recevoir sa conversation et lui
raconta toute leur histoire. Le bienheureux Daniel lui dit Va :

et reviens ici avec ta femme et je vous ferai des lettres, et vous


irez à la Thébaïde à un monastère de Tabennésiotes (2) »... An-
dronicus conduisit sa femme à ce monastère et revint habiter
Scété sous la direction de l'abbé Daniel.
« Au bout de douze ans, Andronicus partit pour visitera nou-

veau les Saints Lieux... « Comme par la Providence de Dieu.


la bienheureuse Athanasie eut la même pensée de quitter son

(1) Nous apprenons incidemment que l'on pouvait aller d"AIe\an(Irie à Scété
en voyageant toute la nuit et la matinée du lendemain.
(2) On donnait ce nom aux monastères de Tordre de Saint-Pacome, parce que
ce saint fonda son premier monastère à Tabenmsi. On remarquera que, d'après le
texte syriaque, l'histoire de la sœur qui passait pour folle et insensée se déroule
dans un monastère de Tabennésiotes. On peut croire que c'est dans ce monastère,
où il est si vénéré, que Daniel envoie Athanasie.
VIE ET RÉCITS DE l"aBBÉ DANIEL. 81

monastère et cValter prier aux Saints Lieux, et quand elle eut


marché quelques jnu)-s dans le cliemin, elle vint et se trouva
près de lui vrtue d'un liabit d'homme »... Athanasie reconnut
son mari et ne fut pas reconnue de lui. car elle était devenue
noire comme un Etliiopien et portait des habits d'homme. Ils

convinrent de faire route ensemble sans se parler. Athanasie


demanda à son mari s'il ne s'appelait pas Andronicus et s'il n'é-
tait pas disciple du P. Daniel, puis elle ajouta : « Que les prières
du bienheureux nous accompagnent. » Quand Andronicuseutré-
pondu Amen, ils marchèrent dans le chemin, il lui demanda
:

cependant aussi Quel est ton noui père? Et elle lui dit :
: .

Athanase. Ensuite, ils iî7//ère»7, parcoururent les Saints Lieux,


prièrent dans les monastères et les oratoires, puis ils retour-
nèrent et vinrent à Alexandrie. »

Athanasie propose alors à son mari de demeurer ensemble


dans une cellule à 'O/.tw -/.al Aexxtiv, en y observant toujours le
silence. Andronicus va prendre l'avis du P. Daniel qui lui con-
seille de rester avec le P. Alhanase. Ils passent donc ensemble
douze nouvelles années, sans qu'Andronicus reconnaisse sa
femme. Le vieillard Daniel les visitait souvent et leur faisait
entendre du salut; un jour qu'il allait à Saint-Menna,
la parole
Andronicus le rejoignit en route et lui dit Reviens, père, parce :

que le P. Athanase retourne près du Seigneur. Daniel assista


donc à la mort dAthanase qui avant de mourir, écrivit sur une
,

tablette qu'elle élail la femme d'Andronicus. « Cela fut connu


dans tout Alexandrie. Quand Andronicus apprit la chose et
sut que c'était Athanasie sa femme, il se jeta sur son sein et
,

l'embrassa avec d'abondantes larmes en disant : Malheur à


moi qui avais ma perle près de moi et ne l'ai pas remarquée ;
j'avais ma maîtresse (-ip») dans ma cellule et je ne l'ai pas
connue, —
et autres choses semblables dans sa douleur.
« Le bienheureux Daniel envoya et fit monter tout Scété, et

tous les Pères qui étaient dans le désert intérieur et dans les
laures d'Alexandrie, revêtus d'habits blancs et portant des ra-
meaux d'Hosanna, avec toute la ville d'Alexandrie, pour accom-
pagner ce vase élu et saint qu'était le corps d'Athanasie, en
louant Dieu qui donna une telle patience au genre des femmes
(au sexe féminin).
« Ce vieillard (Daniel) demeura là sept jours après la mort de
6
82 VIE ET RÉCITS DE L'ABBÉ DANIEL.

la sainte, et quandil soiiit pour s'enaller, il chercha à prendre

avec lui le P. Andronicus; celui-ci ne voulut pas, disant Je :

mourrai avec ma maîtresse. // lui donna la paix et se retourna


pour s'en aller. Avant qu'il arrivât au temple de Mar Menna,
un Frère le rattrapa et lui dit Beviens, maître, voilà que le :

P. Andronicus retourne près de Notre-Seigneur. Le vieillard


envoya encore et réunit tout Scété en disant Venez et montez, :

parce que le P. Andronicus retourne pivs du P. Mar Atlia-


nase. Quand ils l'apprirent, ils montèrent tous et le trouvèrent
encore en vie, puis quand il les eut bénis, il s'endormit dans le
Messie.
« Il y eut alors une discussion entre les Pères qui demeuraient
à 'Oy-ii Aï'/.aTîv et ceux de Scété qui disaient
-/.y}. C'est notre :

Frère , il viendra avec nous à Scété , afin que ses prières nous
aident. Et ceux d"Ox-:(o -/.ai Hy.-j.-z^) disaient : Nous le placerons
près de sa sœur. Or ceux de Scété étaient nombreux. L'archi-
mandrite et ceux d' 'Oy.-w y.at Alxaxsv dirent : Nous ferons ce que
nous dira le vieillard Daniel, et comme le vieillard disait : On
l'enterrera prè^' d'Atlianasie, ceux-là (de Scété) ne l'écoutaient
pas et disaient ce vieillard est délirré des luttes du corps et
:

ne craint pas, mais nous, nous sommes des enfants et nous de-
mamlons notre Frère pour être aidés par ses prièi-es; il vous
suffit que nous laissions près de vous le P. Atlianase. Quand le
vieillard vit ce grand tumulte, il leur dit En vérité, si vous :

tie vous apaisez pas, je demeurerai aussi en ce lieu et serai

enterré avec mon fils. — Ils se turent alors, et. après avoir ac-
compagné le bienheureux Andronicus, ils dirent au vieillard :

Allons à Scété. — Le vieillard leur dit : Faisons lasemaine de


la mort de notre Frère; ils ne le laissèrent pas, ils l'emmenèrent
aussitôt et montèrent (à Scété).
« Nous tous, mes frères, prions pour que Notre-Seigneurnous
fasse atteindre la mesure des actions du P. Andronicus et du
bienheureux Atlianase, pour que nous soyons Jieureux avec
eux au lit {lieu) de lumière. Quant ù ce monastère oie nous
Jiabitons, que Dieu fasse régner sa paix et sa tranquillité sur
ses habitants et sur tous ceux qui ont rapport avec lui, dans
les siècles des siècles. Amen! »
VIE ET RÉCITS DE L'aBBÉ DAMEL. 83

III

TEXTE COPTE
PUBLIÉ ET TRADUIT PAR

M. IGNAZIO GUIDI

VITA DI ABBA DANIEL,

niBioc IIT6 neiiitOT 6eov.\B abba aaiiima nizvrov- vat. copt.


L\II, I. 38
Lieuoc iiTH ^IHT lieu ni3;iuu)iij) irrc iiii eeovAB
eTAq+Uixi" epcuc)'/. ovoe xa riieeotiv eTA(|UTOii iiuoq
ii|}HTq ne covii upiabot riA;yoiic Jjeii o't';ipiiiiii lire
5 C|)t(l).

A\HeU)C eu IIAII6llpA'^, OV^<J>"P' 10 cj)+ 1)611 Mil

eeovAB iiTAq, n(;AA(| ii.\e iiiiipoc|)HTii(; ooovab iiipeqep-


•l'AAIII AA'.'IA ))nil ll(;(|'l'AATIipi()ll eTTAIIIOVT. AAIISCUC
ovnApAAicoc uquee ii^;'jiiii iiiBnii eeiKie iiKApiioc
10 BTeoAS, ne niBioc, lieu iii.mikoiiJ) nie un (ioo'/AB
Tupov, lin BTAVipi u(|)ovco^y Tiipc) n<|>+. uaaicta iie-

iiKDT nevrovueiioc irre i^iirr, abba aaiiiha, <|)ii eT,\nK


GBOA j)eii Apern iiiBeii lire niiiiiA eeovAB. neinuiT
Ae ABBA AAiiniA n npecBVTepoe, eii qvii ,i)eii ."jiiit
I

li neu neqKovxi unAenTuc eiiAqjyon jiATOTq, enecipAii ,


v.

ne AnA ceprioe, MenencA îaiikotsi Ae iiezoov Aqi

(1) Salvo il caso di errori evidenti, l'edizione inantiene l'ortografia, taholta poco
corretta (eTUee. ll(t>OOV ecc.) dell' originale.

Il codice non ha segni d'interpunzione; ncUa stampa, la virgola oorrisponde


ad un piccolo spazio lasciato in bianco nol cod., cd il punlo al capoverso con
lettera più grande.
84 VIE ET RÉCITS DE l'ABBÉ DANIEL.

(illOA ,l)«;ll CdHIA \IXP. AFUV COpi'IOC. IKUHUICA BpJKjeilKCJT


A6 ii:xe iiicoii, AqTcoiicj iixg riijxi.v.vo, ahha aaiiiiia,

Aqo-i ii(':UA(| un6C|UAei4Tiic, Acjjao iiAq cpAKol". ik;

o'/60o(; lu; (|)ai, cope miii."j+ imor irre ;'iiiit i cpAKot


uniiii;y+ ii;'iai, copeqepAiiAirrAii oiiiApviKiiiicKoiioc. s

eTAV(|)<)2 O'i'll «-pAKot IIAÀ'II lA HTU IlieeOO'/, AVIIA".'

eoTCOii f;q,')MK ii()'i'A«3iiTioii 6A<:ii Teq+rii, ovo? nicoii


ne ovcA.veo ik; .hoii ri(3qiiii, epe eAiiKecAAec (1) iio.")i

iieuAq, irroz * iiA<|.\e.\«; «boa lixe nicoii eux; yn


(2)

iJAqueuAq au ik; lixti neqeiir. Gq?<OAeii gboa JKiii lu

+AropA. f;(|()'.c()ii, ()-.-()e (Kfi'iiiiH f-:nii(:iiAq, irroz ii(K|pAii

l'Ap ik; iiApKi, (i(|vii 1)611 ineiiiiioc lire niAniiocioii.


o'.'oz iiAqepetDB iiiiAV t)ii nu iHhpii+ iiotcaa6c iiAqA(|)()

lip IIApKKOll MIIIIMI IIA(|6IIKOT IMIAV 116. 6BOA AB O'/ll

))6II llip IIApKIUII (3T6()A<|>() IIIKOOT, ^Aq^JlOn UIB '"'

iijuno'.- iitoiK, ov()2 nccoAii iiAqt iiiiioo'/ iiii6q^(|)iip


IICAAeC, 0V02 A ^BAKI THpC COVtUliq eeB6 T6qU6TCAA6C.
ABBA AAIIIIIA Ae n63:AC) n6(| Il AOHTHC, X6 IIO^I nA."JHpi
1 1

Apmiii Ae Ape iiAicAAec ^ori eu)ii. rore Atj^e iia(|


Aq;.'jiiii, AVTAiioq xe eq^oii beii iir.niiiKoc irre rii.w- 20

iiocinii. 116II6IICA op(;(|epAiiAirrAii o'iii iiah iiijieAAo


eiiiApvHenioKonoc. eneqpAct Ae Aq^ye iiAq iia(;

IlliieAAO, KATA OVOIKOIIOIIIA A6 1116 ([)+, AqAILII IIIIApKI


niCAAec j)A'ieii iiiiii;'j+ irreTpAir.Atoii. catot<| ovm
Aqqtusi GBOA iiAe nij)6AAo, A(|aiioiii iiiioq Aqto^'J gboa :>

,beii oviii'"j+ iijiptoov 6(|A(o iiuoe, xe auu)iiii aiiav co


iipuiiJi irr(i pAKot, TOT6 nicAAec AqziTq «i}jpiii

-^ A(|()V(l)."Jr linijXJAAO . 0V02 OVIli;^^ IIIIICJ IIA(|f)C)VHT


V
epocj im;. iiiiiacmitik; A6 iiA(|oei epAT(| ?i c|)()vei (m|()i

(1) Il ms. CAA6.


(i) La copia di Tuki porta iiAqA6AeBO.\, clip Zoega corregge iiA(|Be'
.\6B(»A ; Peyron dà .\6AeiBOA, lua, coiiio sombra, suU' autoi'ità solo di queslo
passo, mal copiato dal Tuki.
VIE ET RÉCITS DE l'aBBÉ DANIEL. 85

ll^o^" eiKvyco. niiin^j ao noAtoo'i" iiiii.hcAAo xo ovcaaoc


ii(; LiiiepcAAi iH;iiA(| AH iiiiiKoc II iU:(|^y (),"j . A«|epova)
lixe iiij)(5A.\(), rie,\A(| iicoov, se iiocormi trroi iicAAec,

KIM'AJ) IILIOII ptOIII |j(;ll TAIBAKI O'i'AK AIIOK ll(|>|JII'P ll(|)AI.

5 AVHtOOit A«j IIAG OVLIII."l 1 KAH pi KOC, CiMUDOVIl liril-

.heAAO uvsu) iiiioc iiAC|. xt-. eTA iiAicAAec ep ov iino-


retoov iiAK, iie,\G nijîeAAO ikdov x6 ta20(| uni GpAT<|
IIIHillOO IIMIApVHeilICKOMOC. rie.Xfi lll])UAAO AU
uniAp\nenicKoiioc, xn oiitkic iiakot hootab, iiiioii
10 eUHI j)(;ll TAir.AKI luhoo'i-, eq TC; lOCl) IT e3(hAI. lOTB 1 I

MiApviifînicKonoc a(|6iii :ve a ni?coB ovtoii? oiioa iiin-


jjeAAO eBOA eiTCÏII (|>+ (;0BUT(|. TOTf; A(|TCl)ll(| IIA(i

niApvmniicKonoc iinii iiiJjkaao, avovco^'jt iiiiicAAet;.


eVTApKO IIU()«| ov MU llt;Kï(UB-
j)(;ll ÏAUIIIC-J A<; I- W
15 eTAC|2ox2ex iitotov, a(|otuj^ e<t>tor, ovoe AqoTtoiie
LinieiUB lltOOV (jBOA «(IACD IIIJOC. A(; AIIOK A(;, AIIOK
OVUOIIAXOC eA IIIIIAOOC IIT(i i'IlopillA tipO-C epoi 111(3

iipouni, iieiieiicA mai ao. aiaoi; j)oii haîht. ao UApKi, k;

l(; lipoillll KpOAri 1)1111 "hnopillA f-KOI iiiuok iiiiiaaai

JO AUOIII lirOTK OVIl ••JAIKK(;p TOV,"l(-BI(0, CKOI IIIKOK UIIVC


•flIOV XH T«OIIK IIA;y(; IIAK C^-BAKI pAKO+ AIK IICAAOC;
iiiiAV fjOBe (|)+ III iipuLini, ik|)oov iwp nu iiacok iifi

Mpoilill HT<; lAIMiTCAAHO. 6TATCU)TeU AS IIAG ll|li«AAOI


A'.-pilll «iVCOIl, A povei A6 :3tOIII A(|nilKOT IIAU ABBA
25 AAIIIIIA, UTA ."Jtopil AU J'JCOMI A(|A{)G 1 1 liU(| 1 1 AOI III M:, AU
UA,"/U IIAK IIOV+ (;AilA IIApKI eillA I ITU<|,"J AI I A UAIOII
UllATeiliaU IIAII U^IIIT. UTA<),"JU AU llCCOq IIAU IllUOII

OVOe A((AUII(| UTAC|HTOII LILIOq •)UII IKFU, A«|TAGOO(|


*
A(|TAIIU llU(|KOT. ll|l)eAAO xVU At|TAUU II I Ap \ilUI ICKO- 1
t'

30 HOC, OVOe A IHApXHUniGKOnOG TAUe niCrpATVAATHC.


CATOT(| A ni.huAAO O'i'tOpn Une<|UAOHTHC UniUIIATOII (1)

(l)Xel ms. ilsecondo u e il il finale sono aggiuuti sulla linca, e le lettere iiiat
sono, in parle, cancollate.
86 VIE ET RÉCITS DE 1,'aBBÉ DANIEL.

n(jxc() iiiioo. yo. ovo? etoovh


iu\povotc)ov"h iini,"jR,

eApoii iiiiGiiioi~ Tiipov CKXU) ijuoc inoov. se


fiii^'j«)i

Aucuiiii THpov, eiiiA iiTeTeiifri GBOA Ijeii ncLiov LinAI-


Arioc, HAipii'f AVI en.'ycoi nxe iiijie.woi iiTe; iiieiiA-
Toii (1) j>eii oviii^'f iipA.")i. lion ;aiibai iieii îaiixaa 5

lIXtOIT. OVO? AVKOC(| IIKA.\tt)G, Avi" epO(| lieAIIUH."J

iiGOoiiiov(|i, ecocAe iiTe zaiiuh^ iixe tiioAu; iio;'ji

IIClO(|, epO ÎAHKAATOC heil IIOVSIX, lieu 2AIIKVpU)ll


evLioz, evioAi unc(uuA uiiibuik lire <\>i- gboa, evpiui
eHB6 iieiiituT AiiA LiApKi- ev+toov ii<|>+, (|mi ert iiiiai- 'o

IJI3+ HTAIO IIIIH eOLiei UIIO(|.

Aoyconi Ae ou iiovcoii, epe nemioT eeovAB abba


'"'• '•'
AAiiiiiA \H jieii \Hui, lieu nequABiiTuc * en eviiATAceo
e^iiiT, iiAv^ycrup rAp ))eii (|)iApo no. OTAVtJjoe .ve
eoT+ui, ufcse niliOAAo *
iiiinio(|, xe (2) uApeuuoiii uiiai, 15

iiequAoïiTiio e(oc| iiA(|\peupeu e(|x«) uuoc, se ^aoiiat


IIKIO+ Ktot iiApen^e iiaii o^yiiiT se. nese iiijieAAO
ilA(|, .\(3 UIIOII AAAA IIApOIIIIOIII UIIAI linAlllAV, OTAVI
,\o oepiii AveeiiGi 1)011 oiiiif iini+in ecoc ^^yeiiiio iipiuin.
» niUABirriiG ao on, nosAC] iini.hoAAo, se ZApA guotoii 20

unAipii+ eopeneeuci uuaiua uct>pii+ iieAiipeqi'ji'f, icxe


iiAipH+ ne, le uApoii o+okkahgia ^a ne<|pAG+. uijjbaao
Ae nexA(|, se uuoii aaaa iiApeii;euGi iiiiaiikoit ev?euci
Ae, ne a povei rAp ^'jujiii no, iiiiiAonrnG Ae, aci^mcoiii
•leii ovsioiiT el)OTii eniJ>eAAo. en eii?eiiGi zniiiie ic i»

()VJ)OAAO npiOUI A()l eSCOII, (JTAtJIlAV BABBA AAIIIIIA,


H enoqo'AAAVS, e(|piui i»en oveii>yA;yi
At|+<t>i ou * iiaaiii
V.
At|epAGnAï,eceo iniiKeuAeHTHC eqsto iiuog ikoov. se
Teneniiov Api +ArAiiii iiApoii oiiaiii, aiioii ao Aiiuo^yi

(1) Nel ms. il ou finale è aggiunto sulla linea e le lotterc n leil sono sopra una
litura. Il testo etiopico non lia, ne qui ne sopra, questo nome.

(2) La copia di Tuki ha iiiiinec| se ; Zoega ha crédule correggere, non so

su quai autorilà, UNI eqSU) UUOC.


VIE ET RÉCITS DE l'ABBÉ DAMEL. 87

iictoc|, luvpe ovcJ)Aiioc rAp iioe ijnii Tt;(|:siA, fi(|KU)i- jieii

iiibip, eBr.(: tii."jeiiiuoo'i' (t)ii iiiBfJii rt(:(|iiiVA6ii() iiiiiiiii

."iA(|^oin| e|)()<|. (;TA(|ioAi Afi uiiijxîAAo one(|ni, luiii

(|)H eTAC|X«;U() ll^yfUIIIO, A(|+ imiIKOO'i' O+AAKAIII, AqilUI


5 IIUOV(rAAAV3C THpOV, KCTAp IIA(|;"J()II IIC |lt3ll n(K|lll

LmA-,'AT(|. (;A'rO'l'(| A(|V({) II + 'I'PAII(;ï,A llAîpAV A'/OT(()ll,

ueueiicA epovovujLi av., AqioAi iiiiii ("lAvctiisM epcoov,


A<|TniTov iiiii()'."?<«>p irrn 111+111, <t)Ai ivvp ne iif;i)(;Ooc

IIA<|V(() II^M J)(ill ll(}(|lll AU ;'JA ."JCOpil- IKHIUIICA MAI Afi,

10 A(|n-uiii(| ii:xe ABBA aaiiiha, ac|cok({ camga, Aqep riie:v<c)p2

THpq ev (1)

* lieKSOG jjATeil 2\l LiniTAUOK. AOinOII HA^yilpl, nijjKAAO f- '»"^

OTeuiiAV, tiVAOï'ioc no n(;(|pAii, tchitgviih A6 iib

<)vpeqKA2Keujiii lu;. e<|,\(|)o iiovkac iiuhiii lien Te<|re-


15 \IIH. Ape^AII pOV2l JHlOni IILIMIII, (|)H 11611 ii^yeiiiio

ejyAqxeuq jjeii ni+iii, ^acjoaov (;II(3(|iii iireq^Gu^M to'/


un Ao eeiiAccusn epoti, ^ac|oaov iiTe.(|TiiiTov iiiiiov-
etop ine tii+iii kata <j)pH-^ erAKiiAv epc)(| bai iwp tg
TeqxiiiHp2(OB iGseii ec)oi iikovai, eiiiiiie rvvp t)vii j)(=ii

20 p iipuLini u<J>o()v lieu ïovo, ovoe iio-g +aoii iia(| ou


6qA<^0 lltlIKAG IIIIIIIII. J)eil IIIGeOOV IWp HIOI IIAAOV IG

21IH lipoillll, AietOA Glllflll 6Tf:IIIIAV, Gl-f IIIIAKOVXI


lieUJB IIAIA GBOA, UTA pOV2l ^yiDIII A(|()AT GHeqHI, AIIIAV
en6T(;C|ipi iiiioq, Aiep^y(f)Hpi euAjaco. iiaaiii oh, (riAii

25 GriAIIIA, AIGp<|)llG-.l IITApCTIl II 1 1 Al p(OI 1 1 , AIGpi IIGTG VI


I 1

OVOe AIGOK f * OBAOIIAG TlipG, Gif ?0 G(|)t 2IIIA IITe<|OU),'y |B


epoq iieAiiuiU'J, eopG(|(;pzovo ;"jgii;'ji iiiii,"jgiiiko()v.

GTAIGpillIGTRVIII 111'+ IIGBAOIIAG, AipcOAH GilGGIIT AIGII-


KOT eiTGII f AGKi-GIG- ?IIIIIIG A<|0-i«OII2 (3pOI IIAG OVptOIII
30 IlOVtOIIII IIG.\A(| mil, AG OV IIG gt;')oii IIIIOK AAIIIMA.

AIIOK AG IIGAIII IIA(J, AG IG ?lirillG AIIOK riAO'G, AI + AOrOG

(1) Qui mancaun foglio; la lacuna corrisponde aile linee 165-181 dellestoetiojiico.
88 VIE ET RÉCITS DE l'aBBÉ DANIEL.

iKMi non, AT; ivpnîMTnii iifvc; ctmnii opoi, hiiaova? ro r

(jovcou, GOBe evAonoc; iiik(;?k<;(()mi. ?iiia irr(U|(>'.'C()|)ii

2A(>0(| IIOVOUOV, HT(;t|^t;ll>UI IIIII^'JCJIIIUOO-.-, (;,"jr<;-

iiHpediB. ii()cu| Ae nnAA(| iiiiii xe uiif;pup(3'nii iiiiAipii^

(|OAUIH()VT l'Ap IIKAAtOC. AMOK A<; nf^AIH IIA(|, A°(: IIIIOII 5

IIIIOII IIA(r(:, AA.\A MOI MA<) ^MIA MT(M|ep n(;OMAM<;(|


irni^euucoo'i-, irrm Mit; o'i-on mibom tioov uno'c.
IIOO(| A6 nt;AA<) Mill on, A<; AMOK +\(0 MMOC IIAK AB
f il <|OAIIIIIO'/T IIKAAtOC. *
ICA<; \OVlO;a «OpOV+ IIA(|, M: Api-
li;'ITtOpi IIT(U)-|-V\II, At; All t|IIAMt)e(;ll Jltill lll?t>Vt), m- 10

AMt>K •fllA+ MAt). AIIOK A»; IMiAMI MAt| At; lIAfTt: Ktol" IKiA
<f)IIOZt;M MTeq'l"iV\ll eBt)A2ITt)T. tilAtt) Afî MUAI l)t5M

MIZOpALIA, AIXeilTïtOC ei\M en eOOVAB IJAIIAGIAtîlC,


1)011

AiiiAv et}-i'AAov iio'.'toiiii, ovo? nexe <|>h eTuo^i iieiiiii


iiAt|. A'f; ic ïiinne, ic <\)H ex^uTtopi iievAorioc, iieoq ag 15

ntJAAf) Mill A'O MA?eilK IIKAAltJC XH tl'i'HI +llAKtt)-h MCA

•rt3t|-|"i"\H 6BOA 2ITOTK, AIHJK Ae llfJ^CMI IIAq. AG i',H IIAtrC.

?tt)t; Ae HiAU) MUAI (1^ AMiAV epiuiii B evxto iieAMiMi^y


iiVpiiMA j)eM Kent) tie'iwonot;, cATt)T Aiiit;;(:i eii,"j<oi

()V02 AieiJi xe A'/GioreM eiiAitouz ai+cuot Mcht. Jo

evAt)rioc Ae, At|Ttt)BZ ik|)+ Muiezoov eTeuuAV kata


•r(H|G\IIHOIA IIMMIII, At|2H)A GBOA till. AtJHpZtOB eiIKOMI
V- * (;ATt)Tt| At|Ktt)A2 tJovnerpA, At|Aeiic ec^t)vtof)V eBtiA,
(:iAt|Ktt)A2 AeAt|AMII I lt)V(:i I M AOBII et|lieï MVpMIIA. ,')t;ll.

ftiVMOV At);'Jioiii ))f;ii o-.-itoiir, etjAto iiiitic imiai-at(|, 20

Ae MAIX'pMIIA IIAIIIIt:MAIIAI rilC lie, AIIIAep t)'i', AI^IAIIt)A

<hAI OnAIII, 0'/02 t|IIACtOTeU MAt: 1 1 1 Ap\°ll)l I , f|IIAt>A<|

lirOT. AAAA i-MAfiAO'.- (]Bt)A e+\tOpA, MIMA eit; llllt)ll

ptoMi iiAct)'i-toirr iij)iir(|. t;ATOTt| Af|Aiiii iit)VAt)i,

A(|IAAt)(| lltiU MI\piMIA, At|etOA eKlOeTAMTM U)^l ItJAK; , 30

(I) L'amamicnse avca qui ripetuto, per crrore, le parole AU eiA'tO MUAI,
elle poi sono State canccllate.
VIE ET RÉCITS DE l'aUBF: DANIEL. 89

o'.'oe A(|opru(iii^ ii+cvrAnii enTnp(|.