Vous êtes sur la page 1sur 200

Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Chapitre 1 : Introduction. ........................................................................................................... 5


1.1 Introduction : ....................................................................................................................... 6
1.2. Présentation du projet : ..................................................................................................... 6
1.3. Présentation du bureau DAHLIA CONSULT : ...................................................................... 7
Chapitre 2 : Description architecturale du projet. ..................................................................... 9
2.1. Implantation du projet : ................................................................................................... 10
2.2. Description architecturale : .............................................................................................. 10
2.3. Description architecturale de chaque étage : .................................................................. 11
2.4. Les escaliers et les ascenseurs :........................................................................................ 13
2.5. Le joint de dilatation :....................................................................................................... 13
Chapitre 3 : Conception............................................................................................................ 22
3.1. Introduction : .................................................................................................................... 23
3.2. Les contraintes du projet :................................................................................................ 23
3.3. Conception structurale : ................................................................................................... 23
3.4. Critère de choix de la structure porteuse : ...................................................................... 24
3.5. Etapes de conception par étage : ..................................................................................... 27
3.6. Analyse de la conception : ................................................................................................ 31
3.7. Conclusion : ...................................................................................................................... 36
Chapitre 4 : Caractéristiques des matériaux et hypothèses de calculs. .................................. 50
4.1. Introduction : .................................................................................................................... 51
4.2. Caractéristiques des matériaux : ...................................................................................... 51
4.3. Hypothèses de calcul : ...................................................................................................... 53
4.4. Conclusion : ...................................................................................................................... 54
Chapitre 5 : Evaluation des charges. ........................................................................................ 55
5.1. Introduction : .................................................................................................................... 56
5.2. Charges permanentes : .................................................................................................... 56
5.3. Charges d’exploitation :.................................................................................................... 59
5.4. Acrotère : .......................................................................................................................... 59
5.5. Les murs : .......................................................................................................................... 60
5.6. Conclusion : ...................................................................................................................... 61
Chapitre 6 : Modélisation. ........................................................................................................ 62
6.1. Introduction : .................................................................................................................... 63

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 1


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

6.2. Présentation du logiciel ARCHE : ...................................................................................... 63


6.3. Modélisation : ................................................................................................................... 63
6.4. Modèle 3D du projet : ...................................................................................................... 66
6.5. Modélisation avec AUTODESK Robot Structural Analysis Professional : ......................... 68
6.6. Objectifs à atteindre avec Robot : .................................................................................... 70
6.7. Conclusion : ...................................................................................................................... 70
Chapitre 7 : Etude d’une nervure continue.............................................................................. 71
7.1. Introduction : .................................................................................................................... 72
7.2. Pré dimensionnement : .................................................................................................... 72
7.3. Calcul des sollicitations :................................................................................................... 73
7.4. Dimensionnement des armatures : .................................................................................. 76
7.5. Vérification : ..................................................................................................................... 79
7.6. Ferraillage : ....................................................................................................................... 79
Chapitre 8 : Etude d’une poutre continue. .............................................................................. 83
8.1. Introduction : .................................................................................................................... 84
8.2. Aperçu théorique sur les méthodes de calcul des poutres continues : ........................... 84
8.3. Données de Calcul : .......................................................................................................... 85
8.4. Pré dimensionnement : .................................................................................................... 86
8.5. Calcul des charges : .......................................................................................................... 86
8.6. Méthode de calcul : .......................................................................................................... 86
8.7. Calcul des sollicitations :................................................................................................... 87
8.8. Dimensionnement des armatures : .................................................................................. 92
8.9. Vérification : ..................................................................................................................... 96
8.10. Ferraillage : ..................................................................................................................... 97
8.11. Conclusion : .................................................................................................................. 101
Chapitre 9 : Etude poutre isostatique. ................................................................................... 102
9.1. Implantation de la poutre : ............................................................................................ 103
9.2. Pré dimensionnement de la section du béton de la poutre : ........................................ 103
9.3. Charges appliquées sur la poutre : ................................................................................. 103
9.4. Calcul des sollicitations :................................................................................................. 104
9.5. Dimensionnement : ........................................................................................................ 106
9.6. Calcul des armatures transversales : .............................................................................. 111

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 2


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

9.7. Armatures de peau : ....................................................................................................... 113


9.8. Ferraillage : ..................................................................................................................... 114
Chapitre 10 : Etude d’un poteau. ........................................................................................... 117
10.1. Introduction : ................................................................................................................ 118
10.2. Données de calcul :....................................................................................................... 118
10.3. Pré-dimensionnement de la section du poteau : ......................................................... 119
10.4. Calcul des armatures longitudinales : .......................................................................... 120
10.5. Calcul des armatures transversales : ............................................................................ 120
10.6. Ferraillage : ................................................................................................................... 122
Chapitre 11 : Etude de la piscine. ........................................................................................... 124
11.1 Introduction : ................................................................................................................. 125
11.2. Exigences techniques à satisfaire : ............................................................................... 126
11.3. Hypothèses de calcul: ................................................................................................... 126
11.4. Calculs de la paroi : ....................................................................................................... 127
11.5. Etude du radier : ........................................................................................................... 136
Chapitre 12 : Etude du contreventement. ............................................................................. 141
12.1. Introduction .................................................................................................................. 142
12.2. Implantation du bâtiment et directions du vent :........................................................ 142
12.3. Données et hypothèses : .............................................................................................. 143
12.4. Action du vent .............................................................................................................. 143
12.5. Procédé de calcul :........................................................................................................ 146
12.6. Calcul ferraillage : ........................................................................................................ 153
12.7. Ferraillage des refends 1 et 2 : ..................................................................................... 155
Chapitre 13 : Etude de la fondation. ...................................................................................... 157
13.1. Introduction : ................................................................................................................ 158
13.2. Choix du type des pieux : ............................................................................................. 158
13.3. Données du projet : ...................................................................................................... 159
13.4. Dimensionnement des pieux (choix des diamètres et des profondeurs) : .................. 159
13.5. Pré dimensionnement des semelles : .......................................................................... 162
13.6. Ferraillage des pieux :................................................................................................... 163
13.7. Conclusion : .................................................................................................................. 171
Chapitre 14 : Calcul d’une semelle. ........................................................................................ 172

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 3


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

14.1. Introduction : ................................................................................................................ 173


14.2. Pré dimensionnement : ................................................................................................ 173
14.3. Vérification de la contrainte de compression des bielles : .......................................... 174
14.4. Ferraillage des semelles : ............................................................................................. 175
Chapitre 15 : Etude de l’escalier. ........................................................................................... 178
15.1. Introduction : ................................................................................................................ 179
15.2. Etude de l’escalier : ...................................................................................................... 179
Chapitre 16 : Annexe. ............................................................................................................. 187
16.1. Les plans de coffrage : .................................................................................................. 188
16.2. Cahier de ferraillage de l’étage 7 : ............................................................................... 188
16.3. Dimensionnement des poteaux : ................................................................................. 192
Chapitre 17 : Conclusion. ....................................................................................................... 197
Chapitre 18 : Bibliographie. .................................................................................................... 199

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 4


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Chapitre 1 : Introduction.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 5


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

1.1 Introduction :
Afin de synthétiser nos connaissances et de nous offrir une occasion d’apprentissage dans le
domaine Génie Civil, le cycle de nos études universitaires à l’ENIS se couronne avec un projet
de fin d’études dans ce but.

Et pour atteindre notre but, la tâche d’étudier un projet nous a été confiée. En effet, on va
présenter notre étude du projet « Hôtel Plaza », proposé par le bureau d’étude DAHLIA
CONSULT. Dans cette étude, nous nous sommes basés sur plusieurs données obtenues à partir
du dossier architectural et un extrait du rapport géotechnique.

Pour réaliser l’étude complète de cet immeuble, nous devons passer par quatre étapes
principales :

 Première étape : La conception et modélisation du projet qui nécessite une


bonne lecture des plans architecturaux.

 Deuxième étape : La présentation des hypothèses de calcul, les caractéristiques


des matériaux et l’évaluation des charges.

 Troisième étape : Le calcul manuel de quelques éléments porteurs de la


structure.

 Quatrième étape : Le calcul de la structure de l’immeuble par le logiciel


GRAITEC Arche et AUTODESK Robot Structural Analysis Professional et la
comparaison des résultats trouvés avec ceux du calcul manuel.

1.2. Présentation du projet :


Notre projet consiste à l’étude de la construction d’un hôtel SS+R+9 situé à Sfax.

Nom du projet : Hôtel Sfax Plaza 5 étoiles

Maître d’ouvrage : Société Touristique du Sud

Architecte : Ajmi MIMITA, architecte DPLG

Décorateur : CORPUS

Ingénieur conseil (Infrastructure, Superstructure) : Anis ZGHAL, Ingénieur conseil

Bureau d’étude électricité et sécurité incendie : Maher ZOUAOUI, Ingénieur conseil

B.E.T Fluides : SETA, Société d’études techniques et d’assistance

Bureau de contrôle : VERITAS

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 6


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

1.3. Présentation du bureau DAHLIA CONSULT :

1.3.1. Bureau d’étude DAHLIA CONSULT :

C’est un bureau d’études en génie civil, en ouvrages d’art, en géotechnique et VRD. IL a été
fondé en Janvier 1989 par Mr. Anis ZGHAL, ingénieur en génie civil, VRD et géotechnique.
Les principes fondamentaux qui gouvernent les valeurs et les engagements de DAHLIA
CONSULT :

- Déployer une démarche professionnelle axée sur l’excellence, la transparence et la


responsabilité.

- Se maintenir constamment au diapason des techniques et des méthodes afin de proposer à


nos clients des solutions innovantes globales compétitives et performantes.

- Instaurer et maintenir une relation partenariale avec nos clients pour analyser et identifier,
ensemble, les enjeux techniques, économiques et financiers de leurs projets.

- Entretenir une relation ouverte et confiante avec nos partenaires, fournisseurs et sous-
traitants dans un esprit de coopération mutuelle, au seul bénéfice des projets.

1.3.2. Les moyens humains de DAHLIA CONSULT :

 Ingénieurs Exerçant en permanence :


Nom et prénom Qualité ou fonction Expérience
Anis ZGHAL Ingénieur GC, géotechnique, 31 ans d’expérience
VRD
Foued KACEM Ingénieur structure, VRD 28 ans d’expérience
(suivi des travaux)
AbdelKerim GHORBAL Ingénieur structure, VRD 6 ans d’expérience
Riadh ELLOUMI Ingénieur structure, VRD 4 ans d’expérience
Tarek KAMMOUN Ingénieur structure, VRD 6 ans d’expérience
Total des ingénieurs : 5

 Techniciens et Administratifs Exerçant en permanence :


Nom et prénom Qualité ou fonction Expérience
Mohamed DABBECHE Technicien supérieur 20 ans d’expérience
structure et VRD
Fathi GUIDARA Technicien supérieur ISET-GC 30 ans d’expérience
(suivi des travaux et métré)
Saber KOUASSI Technicien supérieur ISET-GC 6 ans d’expérience
(suivi des travaux et métré)
Mohsen BELGUITH Structure et VRD, projeteur, 20 ans d’expérience
dessinateur CAO/DAO
Maher FRIKHA Structure et VRD, projeteur, 19 ans d’expérience

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 7


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

dessinateur CAO/DAO
Fatma CHARFI Structure et VRD, projeteur, 19 ans d’expérience
dessinateur CAO/DAO
Fatma FERIANI Secrétaire de direction 23 ans d’expérience
Nabila AYADI Aide Comptable 18 ans d’expérience
Total des cadres techniques 8
et administratifs :

Total effectif : 13 personnes.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 8


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Chapitre 2: Description
architecturale du projet.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 9


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

2.1. Implantation du projet :


Le projet « Hôtel Plaza » est localisées dans le centre-ville de Sfax. Certaines contraintes
dues à l’implantation du site viendront grandement influer sur la nature du système de
fondation.

Figure 1 : Implantation du projet [1]

2.2. Description architecturale :

2.2.1. Présentation du projet :

Le projet consiste à une étude de la structure et des fondations en béton armé d’un Hôtel
SS+R+9. Cet hôtel offrira, mis à part ses services d’hébergement touristiques, des lieux de
réunions et de conférences grâce à une salle polyvalente située au niveau du premier étage.

Figure 2 : Coupe A-A (horizontale)

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 10


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

L’immeuble traité se compose de deux blocs « A » et « B », d’une superficie moyenne


d’environ de 910 m² par étage et d’une hauteur de 32 m situé à Bâb-Bahr, Sfax.

Dans le but de compenser les effets de dilatation et de retrait, l’architecte a prévu un joint
de dilatation.

Bloc A Bloc B

Joint de dilatation

Figure 3 : Projection en plan des deux blocs « A » et « B »

2.3. Description architecturale de chaque étage :


Remarque : Les noms donnés aux étages par l’architecte ne sont pas corrects dans le sens
d’ordre. Vu qu’on respecte ces noms, on a juste nommé nos plans de coffrage selon un ordre
correct. Le nom donné par l’architecte sera entre parenthèses.

2.3.1. Le sous-sol :

Il est d’une hauteur sous plafond (HSP) 3.2 mètres, avec une surface d’environ 1238 m². Il
comprend un parking de capacité de stationnement de 21 véhicules, deux escaliers et quatre
ascenseurs (dont deux monte-charges). L’accès au sous-sol depuis l’extérieur est assuré par
une rampe d’accès. On trouve dans le sous-sol des zones de stockage, deux bâches à eau, les
espaces de services tels que la buanderie ou bien une cuisine, ainsi que des salles d’eau et
des vestiaires pour le personnel.

2.3.2. Rez-de-chaussée :

Le RDC se compose principalement d’espaces d’attentes et de restauration. L’accueil de


l’hôtel se compose d’un bureau de réception et de salons d’attente, on y trouve aussi un
coin cheminé derrière lequel se situe une salle de transformateur avec accès depuis
l’extérieur. Au bout de l’espace d’accueil, on trouve un escalier (E3) qui mène vers le niveau

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 11


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

supérieur. La hauteur du hall d’entrée est de 6,4 mètres, mais le reste du RDC est d’une
hauteur HSP de 3,2m.

On trouve également un nouvel escalier (E2) qui mène à tout le reste des étages supérieurs
et qui se trouve à gauche du bloc « B » de l’immeuble.

Le bloc « B » contient le restaurant de l’hôtel, la cuisine supérieure ainsi que la majorité des
salles d’eau. Autour de l’immeuble, on trouve quatorze espaces de stationnement, la
superficie totale couverte de ce niveau est de 823,6 m².

2.3.3. 1er étage (mezzanine) :

Le bloc « A » du premier étage est un espace polyvalent pour les expositions et les
réceptions sous forme d’un balcon qui donne sur le hall de réception de l’hôtel. Quant au
bloc « B », on y trouve la salle polyvalente qui s’étend sur toute la surface, qui est d’une
superficie de 376,275 m². La HSP de cette salle est de 6.4 mètres, donc elle s’étend sur
l’étage supérieur en hauteur. Pour cette salle, il est impératif de mettre uniquement six
poteaux au total, avec des emplacements prédéfinis par l’architecte. La distance totale entre
deux poteaux alignés horizontalement est de 15,83 mètres. On a aussi deux salles de dépôt
ainsi que deux loges aux coins la salle polyvalente.

2.3.4. 2ème étage (1er étage):

Le bloc « A » de cet étage se compose entièrement de salles de réunions et de bureaux.


Alors que dans le bloc « B », il y a un balcon où se trouve la régie de vidéo-projection et deux
salles de dépôt, le balcon sort en porte à faux (2,5 mètres) qui donne sur la salle polyvalente.
A partir de cet étage, le monte-charge (MC1) change d’ouverture, et il s’ouvre désormais de
la coté « EST ».

2.3.5. 3, 4, 5, 6 et 7ème étages :

La fonction de ces étages est l’hébergement des clients, ils se composent de chambres
d’hôtel (18 chambres par étage), de couloirs et de quelques espaces pour services (offices,
sas, courette d’aération). La HSP est de 3,2 mètres et l’architecture est la même pour les 5
étages.

2.3.6. Etage technique :

Il est composé en deux blocs séparés. Le bloc « B » comprend des chambres d’hébergement.
Mais le bloc « A » comprend le local technique de la piscine qui se compose du fond de la
piscine, un local technique et un bâche-a-eau tampon (niveau d’eau 1,10 mètres).

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 12


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

2.3.7. Etage terrasse piscine :

C’est l’étage consacrés aux activités de loisirs pour les clients de l’hôtel : Une terrasse non-
couverte qui comporte la surface de la piscine, ainsi que des chaises longues et tables avec
parasols qui s’étend sur les deux blocs du bâtiment. La partie couverte se compose d’une
cuisine de finition et d’espaces de bien-être tels que la chaufferie et la salle de fitness.
L’accès à ce niveau se fait à l’intermédiaire des escaliers E1 et E2 ainsi que les deux
ascenseurs A1 et A2. Le plancher haut de la partie couverte est non accessible et entouré par
un acrotère de 60 centimètres de hauteur.

2.4. Les escaliers et les ascenseurs :


Les escaliers et les ascenseurs sont les moyens d’accès d’un étage à un autre. Dans le tableau
suivant, on classera chacun d’entre eux selon sa portée respective :

Tableau 1 : Répartition des escaliers et monte-charges selon leurs portées.

Etage : Escaliers : Ascenseurs et monte-charges :


E1 E2 E3 E4 A1 A2 MC1 MC2
9 (Etage piscine)
8 (Etage tech.)
7
6
5
4
3
2
1
RDC
Sous-sol

2.5. Le joint de dilatation :


Tout structure d'ouvrage se dilate, bouge, vit avec le temps et les variations de température.

Le joint de dilatation divise la construction en parties indépendantes et permet ainsi


d'absorber les variations des dimensions des différents matériaux sans provoquer de
dommages dans l'ouvrage.

Ces joints doivent être soigneusement distribués, et concerner toute l'épaisseur de la


maçonnerie (y compris chapes, enduits et revêtements extérieurs rapportés) sur environ
deux centimètres de largeur ; ils ne peuvent être obturés qu'avec des matériaux ou profilés
qui s'adaptent à des déformations importantes.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 13


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

En pratique, l'espacement maximal entre deux joints de structure consécutifs varie entre 25
et 50 m selon les conditions climatiques (plus le climat est humide plus l’espacement est
important).

A la suite des caractéristiques citées des joints, vu l’étendue du terrain du projet, l’architecte
a opté pour un placement de joints de dilatation tous les 25 à 30 m tout en respectant la
répartition architecturale et sa fonctionnalité.

C'est pour cela qu’un joint de dilatation est indispensable dans le cas de notre projet, la
position du joint proposé par l’architecte dimensionne les deux blocs de 18,47 mètres pour
le bloc « A » et 23,96 mètres pour le bloc « B » en largeur.

18,22 m 23,84 m

Bloc A Bloc B
Joint de dilatation

Figure 4 : Largeur des blocs du bâtiment

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 14


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 15


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 16


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 17


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 18


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 19


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 20


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 21


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Chapitre 3 : Conception.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 22


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

3.1. Introduction :
La conception de la structure est la phase la plus importante dans un projet de bâtiment. Elle
doit obéir à des règles et critères de résistance, à l’architecture et à l’aspect économique lors
de l’exécution. Le choix des éléments de la structure doit être de façon judicieuse mettant
en relief tout l’ensemble de ces contraintes. Dans ce chapitre, nous allons décrire les
contraintes du projet et nous allons étudier les différents critères de choix des éléments
structuraux ainsi que les éléments de fondation.

3.2. Les contraintes du projet :

3.2.1. Contraintes architecturales :

La complexité de la superstructure porteuse due à la grande superficie de la salle


polyvalente, sa position qui sont très délicate et l’interdiction de la présence des poteaux à
l’intérieur de ce compartiment qui peuvent affecter le champ de vision des présents.

L’irrégularité de forme entre les étages ce qui pose un problème de correspondance des
poteaux entre les étages.

Au niveau du sous-sol, les véhicules doivent pouvoir accéder à n’importe quelle place de
stationnement et pouvoir retourner à la sortie sans recourir à des manœuvres compliquées.

3.2.2. Les contraintes d’ordres naturelles :

Le vent et la hauteur importante du bâtiment imposent une étude appropriée du


contreventement.

3.3. Conception structurale :


L’ingénieur est chargé d’établir l’étude qui consiste à concevoir la structure porteuse. En
effet, la conception des éléments de la structure présente la partie la plus importante pour
assurer la bonne tenue du bâtiment. Pour atteindre cet objectif, nous devons suivre des
critères de choix tel que :

- Une bonne étude architecturale pour connaître la fonctionnalité des diverses parties du
bâtiment et implanter les axes des poteaux sans gêner l’espace visuel ni générer une
distorsion des proportions envisagées par l’architecte : éviter les retombées dans les
endroits d’accueils, éviter l’emplacement des poteaux à l’intérieur de la salle polyvalente.

- L’implantation des poteaux dans les endroits prévus sur le plan d’architecture et leur liaison
avec des poutres et des raidisseurs doit satisfaire les portées des travées permises selon les
règlements tout en réduisant l’effet indésirable des retombées.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 23


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

- L’emplacement des nervures dans le sens de la plus petite portée sauf dans certains cas
particuliers.

- L’adaptation des éléments répétitifs afin de faciliter la phase d’exécution et minimiser le


cout.

3.3.1. Conception de la superstructure :

Concernant les planchers, on a opté en majeure partie pour les planchers en corps creux. La
structure adoptée présente les caractéristiques suivantes :

- La dalle nervurée est plus légère que la dalle pleine.

- Ces mêmes corps creux présentent le double avantage d’une isolation thermique et
acoustique.

- Nous avons essayé de coïncider la majeure partie des retombées des poutres de grandes
portées avec les cloisons afin de les camoufler.

- Au niveau du sous-sol, le soutènement des terres est assuré par une voile qui contourne
tout le parking. Les parois des voiles sont traitées par des produits hydrofuges afin de les
protéger contre l’infiltration des eaux.

3.3.2 Conception de la fondation :

La détermination du type de fondation est caractérisée par la capacité portante du sol et la


valeur des charges transmises. Ces critères nous ont amené à choisir des fondations
profondes.

3.4. Critère de choix de la structure porteuse :


Charges reprises par la structure :
- Les efforts verticaux : poids propre de la construction et surcharge d’exploitation, qui sont
transmises des planchers, poutres et poteaux vers le sol par l’intermédiaire de la fondation.

- Les efforts horizontaux : dans notre projet les efforts horizontaux sont dus au vent.

- L’ossature doit être résistante dans les trois directions de l’espace.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 24


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Les éléments qui supportent les efforts verticaux sont :

3.4.1. Les planchers :

Nous distinguons différents types de plancher dont nous citons les avantages et les
inconvénients.

 Dalle en béton armé coulée sur place :

o Epaisseur :
Après le calcul avec le logiciel ARCHE, nous avons trouvé plusieurs épaisseurs suivant la
portée et la surface de chaque dalle. Pour faciliter l’exécution du plancher sous-sol, nous
avons choisi la plus grande épaisseur trouvée qui est égale à 20 cm.

o Avantages :
- Coupe-feu : pour un coupe-feu de deux heures.

- Isolation phonique : une isolation appréciable nécessite .

o Inconvénients :
- Poids importants.

- Plus de coffrage par rapport au plancher en corps creux.

 Plancher corps creux :


Ce type de plancher est le plus couramment utilisé en Tunisie à chaque fois où la répartition
architecturale des espaces le permet. Le choix de l’épaisseur de ce type de plancher dépend
de la portée des nervures à envisager.

Ce type de plancher est constitué de :

- Des nervures : reposants de part et d’autre sur les poutres et qui sont coulées sur place.

- D’une chape de béton : c’est la dalle qui permet la transmission et la répartition des
charges aux nervures qui est coulée aussi sur place.

- Des corps creux : utilisés comme coffrage perdu.

o Avantages :
- Economiques (facteur temps et main d’œuvre ordinaire).

- Facilité de la mise en œuvre.

o Inconvénient :
- La résistance au feu moins efficace que celle de la dalle pleine.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 25


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

3.4.2. Les poutres :

Nous avons dimensionné ces éléments dans notre structure pour reprendre les charges
transmises du plancher aux poteaux.

Le choix de la disposition des poutres est réalisé de telle sorte qu’elles soient incorporées
dans les cloisons et les murs, tout en choisissant le sens des nervures le plus adapté,
l’emplacement adéquat des poteaux afin d’éviter les grandes portées et les retombées
excessives dans les poutres.

Dans certains cas et vu la complexité architecturale, on est amené à envisager des solutions
dans le but de respecter l’aspect esthétique de la structure.

3.4.3. Les poteaux :

Au niveau du parking, l’emplacement des poteaux est exigé selon les critères suivants :

- La distance entre deux files de poteaux doit permettre de garer au moins une voiture.

- L’espace doit être suffisant pour circuler et garer aisément les voitures.

Pour les premiers étages, il serait souhaitable de minimiser au maximum le nombre de


poteaux implantés au milieu. En ce qui concerne la salle polyvalente, l’implantation des
poteaux est strictement indésirable (pour ne pas affecter la vue générale).

3.4.4. Les voiles :

L’épaisseur des voiles dans ce projet est de 20 cm. Le choix de l’utilisation des voiles a été
adopté pour différentes raisons :

- Reprendre les charges permanentes et les charges d’exploitation apportées par les
planchers.

- Participer au contreventement de la construction.

3.4.5. Joints de dilatation :

Pour limiter les effets de retrait dus à la variation de la température, on a découpé


l’immeuble en 2 blocs. En effet le choix de l’emplacement des joints est conditionné par les
contraintes architecturales. Ces joints doivent être continus tant que possible.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 26


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

3.4.6. Conclusion :

Les choix des différents éléments de la structure et de fondations sont basés sur les critères
de résistance et de la stabilité de l’ouvrage en respectant les normes de conception tout en
tenant compte de l’aspect économique lors de l’exécution.

3.5. Etapes de conception par étage :


Il est vrai que les normes de conceptions sont générales d’un projet à un autre, mais chacun
d’eux impose ses propres critères, et c’est ce qui rend un projet unique. Alors, par la suite
nous allons entrer un peu plus dans la conception de l’hôtel, une étape primordiale qui est la
partie majeure et importante pendant notre étude.

3.5.1. Sous-sol :

- Prévoir des murs de soutènement pour contenir les charges horizontales du sol.
1200
- Au niveau du plancher haut du sous-sol, il faut tenir en compte les parkings de
A stationnement
B des véhicules qui C
entourent le RDC.D VOISIN
VOISIN
R+5 RDC
- Chercher, quand c’est
464 562.5
possible, un croisement
393.5
de poutres au-dessous de chaque poteau
naissant pour assurer sa stabilité. J.D

234 250
3.5.2. RDC : 810 25 517
Preparation

180
Viandes


350

Bloc A :
Boutique
Cuisine de
- L’entrée d’un hôtel est un espace important car il reflète sa grandeur et son esthétique.
25

Pour cette raison, on a décidé d’utiliser en priorité les emplacements proposés par
140

l’architecte.
10

ACCES 182
- L’architecte a imposé 8 poteaux
Salledans le plan du RDC, ces poteaux seront notre première
180
170

SAS Laverie
des Conferences ASC
465

référence pour l’implantation et les alignements.


314 25
ASC
180

182

+0.45
+0.45
663

Toilettes Toilettes
465

Hommes Femmes
1493
1150

150
25

Accueil
Reception Figure 5 : Exemple de poteaux imposés par l’architecte au bloc A
465

RESTAURANT
461

ACCES
677

25 35 279 60 1798 10
(84 places)
178.52m²
RESTAURANT
677

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 27


Salon
10

1116
Bureau
207
Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

- Les différents espaces du RDC sont vastes et ouverts, donc le nombre et les emplacements
des poteaux seront limités, ce qui peut causer par la suite d’importantes portées et de
grandes retombées des poutres.

- La présence du joint cause la discontinuité du système porteur de l’espace d’accueil, alors


on trouve certaines difficultés qui nous mènent aussi à des poutres de grandes retombées et
des dalles en porte-à-faux avec de grandes dimensions.
182
393
+0.45
+0.45
663

Toilettes Toilettes

465
Hommes Femmes
1493

314 25

465
1150

150
+0.45
25

Accueil
Reception
465
663

RESTA
461

ACCES

677
35 279 60 Figure 6 : Dalle 1798
en porte-à-faux 10
(84 pl
1493

178.5
RESTAURANT

677
er
- Le coin inférieur gauche du balcon (1 étage) n’atteint pas le mur où il y a possibilité de
mettre un poteau au-dessous de la dalle (au RDC), alors la poutre va être appuyée sur une
autre.
1150
25

Figure 7 : Absence d’un poteau, d’où la poutre est appuyée sur une autre
Accueil
 Reception
Bloc B :
- Dans le restaurant (surface : 178,52 m²), on a des poteaux imposés par l’architecte, six aux
461

525 extrémités
35 verticales
279(trois par lignes)
60 et un poteau au centre. La distance entre 2 poteaux
est de 15 mètres horizontalement et de 8 mètres verticalement.

- Les fenêtres de la façade du restaurant sont larges, alors l’espace d’implantation des
poteaux est limité.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 28


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

3.5.3. Premier étage :

 Bloc A :
- Le bâtiment décale vers la gauche de 1,36 mètre en porte-à-faux, la cage de l’escalier E1 est
aussi décalée de la même distance.

- L’architecte impose l’emplacement des poteaux dans l’espace polyvalent (surface : 161,5
m²).

- Encore une fois, le joint de dilatation intercepte et interrompe la continuité du système


porteur, donc ce problème va contaminer les étages supérieurs parce qu’on ne peut pas
mettre un poteau là où le joint coupe la dalle.

 Bloc B :
- Salle polyvalente : Le mur de la façade est entièrement en verre, il est préférable d’éviter
de mettre des poteaux additionnels sur ou derrière cette façade.

- Comme indiqué dans le chapitre précèdent, il est impératif de mettre uniquement six
poteaux au total, avec des emplacements prédéfinis par l’architecte.

- Pour la dalle du balcon de l’étage supérieur 373


qui sort enDepot
console sur 2,5 mètres, on a
538

548
encastré deux poutres sur les poteaux PB13 et PB19.
Escalier

393
PB13
20

10

19
180

180
485

182 37 176 20 180


15

15
160

224 25 1084
SALLE DES CONFERENCES
2085

FOYER
465

2082 25
1083

PB19

+0.45
Figure 8 : Conception du plancher bas du balcon du 2ème étage

3.5.4. Deuxième étage :

 Bloc A :
- Les espaces dans cet étage sont eux aussi des espaces vastes (salles de réunions, couloirs),
de plus, on est limité par les poteaux déjà implantés dans les étages inférieurs et
l’emplacement des portes et des couloirs.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 29


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014


15 262 15 430 25 300 19 182
SAS
Bloc B :

180
- Le joint nous bloque toujours, les poutres de l’étage inférieur ont déjà
15 des
180portées et des

580
retombées importantes, donc il est défavorable
Hall de mettre des poteaux naissant au-dessus et
Ascenseurs
on doit continuer avec des poutres de longues portées.
Réunion
sonnes)
+7.05
LA
Régie

160
40
e de Réunion

140
personnes)

10
130
125

Figure 9 : Obligation de continuer avec des poutres de portées importantes

- Salle polyvalente : Les poutres qui relient les poteaux de la Salle Polyvalente seront de
grandes dimensions vu qu’elles ont de grandes portées et sur lesquels on aura des poteaux
Réunion
sonnes) naissant qui continuent jusqu’au dernier étage. Alors, on a deux choix :

Solution 1 : Encastrer les poutres dans les poteaux (système portique)

A1 A2

Figure 10 : Schéma de la solution 1

Solution 2 : On garde le simple système poutres-poteaux mais en cherchant un contre poids


sur une console en créant un poteau naissant (enlever le poteau au-dessous) pour diminuer
le moment dans la grande travée.

A1

Figure 11 : Schéma de la solution 2

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 30


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

- La hauteur sous plafond de la Salle Polyvalente est de 6,4 mètre, alors on a droit à des
retombées de hauteur jusqu’à 2,5 mètres.

3.5.5. 3, 4, 5, 6 et 7ème étages :

 Bloc A :
- On garde le même principe d’implantation ; poteaux dans les murs entre les chambres des
étages.

 Bloc B :
- On a ajouté des poteaux naissants sur les grandes poutres de la salle polyvalente pour
obtenir des alignements de conception rectangulaires et simples.

3.5.6. Etage technique :

 Bloc A :
- Cet étage comporte le bassin de la piscine. Pour éviter les grandes
charges sur les poutres de l’étage inférieur, on a décidé de porter les
voiles de la piscine sur des poutres d’un étage intermédiaire qui les
transmettent directement aux poteaux et voile de l’ascenseur. Mais
pendant la modélisation sur GRAITEC Arche, on a découvert à l’autre
bout de la voile un soulèvement, alors on a ajouté un poteau au
voisinage de l’ascenseur et tout au long du bâtiment jusqu’à cet étage.

3.5.7. Terrasse piscine :

L’emplacement des fenêtres empêche la continuité des poteaux du Bloc B, ce qui nous
amène à ajouter des poteaux naissants.

3.6. Analyse de la conception :


Vu les différentes difficultés dans cette conception, on a pensé à résoudre certaines
problématiques. Nous avons constaté que le joint de dilatation proposé par l’architecte
cause la majorité des problèmes.

Après une énième lecture des plans d’architecture, et en cherchant la continuité de la


structure dans les halls et les salles (RDC, 1er étage), on a défini un nouvel emplacement du
joint qui convient aux normes ; nous avons décalé le joint à droite de l’escalier E3.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 31


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

35
CHAMBRE
S.D.E
WC
CHAMBRE CHAMBRE
400
385 387 45 373

530
538
Ancien Joint Nouveau Joint
Escalier
25

10
20

85

85
25 245 25 300 19 182 39
Office

180
S.D.B S.D.B
177 15 180 24 60 120 15 173 173 15 120 60
580

215

215
Figure 12 : Comparaison entre l’ancien et le nouveau joint de dilatation

410
22,37 m 19,69 m

10

10
WC WC
+10.15

140

140
Bloc A Bloc B

15
Nouveau Joint de
dilatation

240
Figure 13 : Emplacement du nouveau joint de dilatation

Ce nouveau joint implique une deuxième proposition de conception qui non seulement
améliore l’aspect esthétique et mécanique, mais aussi réduit le coût du projet.

Ci-dessous un tableau d’analyse du nouvel emplacement du joint de dilatation :

Tableau 2 : Avantages et inconvénients du nouvel emplacement du joint

Avantages : Inconvénients :
- Eviter les dalles en porte-à-faux, les - Diminution des refends du système de
grandes portées et retombées des contreventement du bloc B.
poutres dans les premiers étages. - Les poteaux PB7, PB13 et PB19 travaillent
maintenant à la flexion composée, car, à cause de
- Coffrage plus simple. leurs largeurs importantes aux premiers étages,
leurs axes deviennent excentriques pour éviter
- Coût inférieur. de dépasser le niveau du joint.
Poteau aux niveaux supérieurs
Poteau aux niveaux inférieurs

Joint de dilatation
Figure 3.14 : Excentricité des axes d’un poteau

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 32


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

3.6.1. Comparaison des coûts des deux propositions de conception :

Le coût est l’ultime critère pour toute solution, donc une comparaison de frais entre les deux
propositions est impérative.

Figure 15 : Vue en 3D des propositions 1 et 2

Figure 16 : Proposition 1 (Etage Technique)

Figure 17 : Proposition 2 (Etage Technique)

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 33


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

On a modélisé les deux variantes de conception sur le logiciel GRAITEC Arche avec des dalles
pleines, tout en dimensionnant tous les éléments porteurs pour obtenir des résultats de
métré précis. Les résultats sont dans le tableau suivant :

Tableau 3 : Quantité des matériaux de construction pour chaque proposition

Elément : Quantité :
Proposition 1 Proposition 2
Béton ( ) 4064,92 3047,19
Coffrage (m²) 20266,46 18388,31
Acier (Kg) 137312 131660

Ci-dessous le rapport métré en détail du logiciel ARCHE :

Figure 18 : Rapport métré de la 1ère proposition

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 34


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Figure 19 : Rapport métré de la 2ème proposition

3.6.2. Solution des inconvénients de la deuxième proposition :

Tableau 4 : Solution des inconvénients de la deuxième proposition

Inconvénient : Solution :
- Diminution des refends du système de Prévoir un système portique qui supporte les
contreventement du bloc B. charges dues au vent.
- Chevauchement des éléments de la Excentricité des axes des poteaux.
structure.

3.6.3. Constatation :

La 2ème proposition (avec joint déplacé) demeure la meilleure proposition car non seulement
le nouveau système porteur améliore l’esthétique du bâtiment, mais aussi il coûte moins
que celui de la première conception.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 35


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Alors, on choisit la 2ème proposition comme conception de notre projet.

3.6.4. Choix des dalles :

Maintenant que nous avons choisi la bonne conception, nous avons par la suite comparé
entre dalles pleines et corps creux pour tout l’immeuble. On a donc repris la modélisation
ARCHE de la seconde proposition, refait entièrement en corps creux et comparé les résultats
métré. On constate que la dalle en corps creux 16+5 est la moins couteuse ce qui nous
amène aux résultats suivants :

- Le plancher corps creux pour tous les étages supérieurs vue qu’on a des portées moyennes
et des charges modérées. On a cherché la continuité des nervures et les petites portées pour
n’utiliser que des corps creux 16+5.

- La dalle pleine pour le plancher haut et le plancher bas du parking, les fonds de la piscine et
les bâches à eau et aussi pour les formes irrégulières, surtout que ce type de plancher offre
la possibilité de couvrir des surfaces non régulières à part l’avantage de coupe-feu.

3.7. Conclusion :
La conception est une étape primordiale dans l’étude d’un projet, elle ne s’achève pas une
fois l’implantation faite, mais on doit continuer son étude tout au long des étapes suivantes
afin d’obtenir une conception optimale avec des coûts inférieurs.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 36


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 37


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 38


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 39


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 40


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 41


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 42


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 43


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 44


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 45


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

10

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 46


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

11

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 47


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

12

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 48


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

13

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 49


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Chapitre 4 : Caractéristiques
des matériaux et hypothèses
de calculs.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 50


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

4.1. Introduction :
Le dimensionnement des éléments de la structure est conduit selon les règles techniques de
conception, de calcul des ouvrages et de constructions en béton armé suivant la méthode
des états limites (B.A.E.L). Dans ce chapitre, on présentera les caractéristiques des matériaux
utiles lors de l’exécution de notre ouvrage.

4.2. Caractéristiques des matériaux :

4.2.1. Caractéristiques du béton

Pour les éléments en béton armé, le béton est dosé à , le liant hydraulique étant
un ciment (C.P.A 32,5). Le béton est fabriqué en usine, transporté ensuite vers le chantier,
les conditions de mise en œuvre sont courantes avec un autocontrôle stricte, la contrainte à
la compression est de .

On retiendra un coefficient partiel de sécurité du béton :

Ainsi on peut définir les paramètres suivants :

Le module de déformation longitudinale instantané du béton à 28 jours, pour les charges


dont la durée d’application est inférieur à 24 h, égale à:

Le coefficient prenant en compte la durée d’application des charges :

pour

Poids volumique :

Contrainte limite du béton à la compression :

La contrainte admissible à la compression :

̅̅̅̅

La résistance caractéristique à la compression à 28 jours pour le calcul des poteaux a été


considérée aussi égale à .

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 51


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

4.2.1. Caractéristiques de l’acier :

 Généralités :
On utilise pour le béton armé, les ronds lisses, les armatures à haute adhérence et les treillis
soudés. On considèrera pour l'acier, un poids volumique de 78.5 .

Ils sont définis par leur diamètre nominal qui est le diamètre d'un cylindre de révolution
ayant même masse que la barre par mètre linéaire. Sa section nominale est l'aire du
cercle de diamètre nominal. On remarquera que, si pour les ronds lisses, le diamètre
nominal et le diamètre réel sont égaux, il n'en est pas de même pour les armatures à haute
adhérence.

Les diamètres nominaux sont des diamètres normalisés.

 Les ronds lisses : Symbole RL :


Ce sont des aciers doux, laminés à chaud et de surface lisse, ne présentant aucune aspérité.
Les nuances utilisées sont les et .

Les armatures transversales utilisées sont des aciers ronds lisses de nuance qui a les
caractéristiques suivantes :

Tableau 5 : Caractéristiques de l’acier, armatures transversales

La limite d’élasticité garantie :


Le coefficient de fissuration :
Le coefficient de scellement :

 Les armatures à haute adhérence : Symbole HA :


Elles sont obtenus par laminage à chaud d'un acier naturellement dur dont les
caractéristiques mécaniques sont dues à une composition chimique appropriée. On
n'utilise plus, en béton armé, des aciers obtenus par laminage suivi d'un écrouissage.

Ces armatures ont leur surface marquée par des crénelures de formes diverses suivant les
marques commerciales, de façon à assurer une meilleure adhérence avec le béton. Ces
aciers existent dans les nuances FeE 400 et FeE 500.

Les armatures longitudinales utilisées sont des aciers à haute adhérence de nuance ,
dont les caractéristiques sont dans le tableau suivant :

Tableau 6 : Caractéristiques de l’acier, armatures longitudinales

La limite d’élasticité garantie :


Le module d’élasticité :
Le coefficient de fissuration :
Le coefficient de scellement :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 52


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Pour les deux types d’acier, Le coefficient partiel de sécurité des aciers est :
.

4.3. Hypothèses de calcul :


L’hôtel à construire se situe dans la région de Sfax, concernant la superstructure, le climat
environnant n’est pas agressif. En ce qui concerne l’infrastructure, on a constaté l’existence
de la nappe phréatique de niveau – . Donc on considère qu’elle est en milieu agressif.
D’où on déduit :

4.3.1. Dimensionnement et ferraillage des éléments de la superstructure :

L’enrobage des armatures sera égal à .

La fissuration sera considérée peu préjudiciable.

4.3.2. Dimensionnement et ferraillage des infrastructures :

L’enrobage des armatures sera égal à 5 cm.

La fissuration sera considérée très préjudiciable.

4.3.3. Dimensionnement à l’ELU

Les hypothèses à considérer pour la détermination des armatures à l’ELU sont :

Les coefficients de pondérations des charges permanentes et des charges d’exploitations


sont respectivement égaux à et .

La contrainte admissible en compression du béton est égale à :

La contrainte admissible de traction dans les aciers longitudinales est égale à :

4.3.4. Vérification à l’ELS :

Les hypothèses à considérer pour la vérification des contraintes à l’ELS sont :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 53


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Les coefficients de pondération des charges permanentes et des charges d’exploitation sont
égaux à 1.

La contrainte admissible en compression du béton est égale à :

̅̅̅̅

La contrainte de traction des aciers longitudinaux n’est limitée que lorsque la fissuration est
préjudiciable ou très préjudiciable.

4.4. Conclusion :
Les caractéristiques des matériaux décrites dans ce qui précède vont être prises comme
hypothèses de calcul pour la suite lors du dimensionnement des différents éléments de la
structure.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 54


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Chapitre 5 : Evaluation des


charges.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 55


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

5.1. Introduction :
Suite à la phase de conception, il est nécessaire de déterminer les différentes charges
permanentes et d’exploitations agissantes sur la structure. En effet, il s’agit de déterminer
les différents cas de charges correspondants aux divers types de planchers. Dans ce chapitre,
on va présenter les différentes charges permanentes et d’exploitation sollicitant notre
structure.

5.2. Charges permanentes :


Les charges permanentes du plancher sont déterminées à partir de sa composition, elles
sont en fonction des masses volumiques ainsi que des épaisseurs de chaque constituant. On
va dans ce qui suit déterminer les charges permanentes pour les planchers intermédiaires et
le plancher terrasse.

5.2.1. Plancher Corps Creux :

 Plancher intermédiaire (courant) :


Les différents constituants du plancher courant CC sont donnés par la figure suivante :

Figure 20 : Composantes du plancher courant CC

Tableau 7 : Charges permanentes sur plancher courant CC

Matériaux : Epaisseur (cm) Poids volumiques ( ) Poids ( )


Carrelage
Mortier de pose
Couche de sable
Corps creux (16 cm)
Enduit sous plafond ou staff
Brique creux (plâtrière)
(mur de 10)
Charge permanente :
G( )

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 56


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

 Plancher terrasse :
Les différents constituants du plancher terrasse CC sont donnés par la figure suivante :

Figure 21 : Composantes du plancher terrasse CC

Tableau 8 : Charges permanentes sur plancher terrasse CC

Matériaux : Epaisseur Poids volumiques Poids (


(cm) ( ) )
Protection de l’étanchéité
Enduit de planéité +
Multicouche
Isolation thermique
Forme de pente
Corps creux (16 cm)
Enduit de plafond ou staff
Charge permanente :
G( )

5.2.2. Dalles pleines :

 Plancher intermédiaire :
On désigne par « e » l’épaisseur de la dalle dont les différents constituants sont représentés
par la figure suivante :

Figure 22 : Composantes du plancher courant DP

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 57


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Tableau 9 : Charges permanentes sur plancher courant DP

Matériaux : Epaisseur (cm) Poids volumiques ( ) Poids ( )


Carrelage
Mortier de pose
Couche de sable
Dalle pleine
Enduit sous plafond ou staff
Brique creux (plâtrière)
Charge permanente :
G( )

 Plancher terrasse :
Les différents constituants du plancher terrasse DP sont donnés par la figure suivante :

Figure 23 : Composantes du plancher terrasse DP

Tableau 10 : Charges permanentes sur plancher terrasse DP

Matériaux : Epaisseur Poids volumiques Poids (


(cm) ( ) )
Protection de l’étanchéité
Enduit de planéité +
Multicouche
Isolation thermique
Forme de pente
Dalle pleine
Enduit de plafond ou staff
Charge permanente :
G( )

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 58


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

5.3. Charges d’exploitation :


Les charges d’exploitation sont en fonction de l’usage des locaux, ou des équipements fixes.

Ces différents chargements sont indiqués comme suit :

Tableau 11 : Les différentes charges d’exploitations appliquées

Usage des planchers : Q( )


Salles de restaurants, cafés, cantines de dimension réduites (places 2,5
assises ) ou halls de réception)
Salles de théâtre, salles de conférences, amphithéâtre, tribunes et 4
autres lieux avec sièges.
Salles d'exposition de ou plus. 3,5
Salles de réunion avec tables de travail. 2,5
Hébergement en chambres. 1,5
Local transformateur. 4
Circulation des voitures. 2,5
Balcon. 3,5
Escalier. 4
Terrasse accessible. 1,5
Terrasse non accessible. 1

5.4. Acrotère :

5.4.1. Charge permanente (par mètre linéaire) :

; Avec : (L’acrotère est en B.A.)

[( ) ( ) ( )]

𝑐𝑚
𝑐𝑚
𝑐𝑚

| 𝑐𝑚
𝑐𝑚

𝑐𝑚

Figure 24 : Schéma de l’acrotère

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 59


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

5.5. Les murs :


Les murs et cloisons créent des charges linéaires sur les poutres et raidisseurs. Donc on fait
le calcul par mètre linéaire.

Murs extérieurs :

𝑐𝑚

Figure 25 : Coupe d’un mur extérieur

Tableau 12 : Charges du mur extérieur

Numéro : Matériaux : Epaisseur (cm) Poids volumique Poids ( )


( )
Enduit de plâtre
Ame d’air
Brique creux 15
Enduit de
ciment
Brique creux 10
( )

Murs intérieurs de 10 cm :

Figure 26 : Coupe d’un mur intérieur

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 60


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Tableau 13 : Charges du mur intérieur

Numéro : Matériaux : Epaisseur (cm) Poids volumique Poids ( )


( )
Enduit de plâtre
Brique creux 10
Enduit de plâtre
( )

Les cloisons de sont des cloisons de distribution, elles sont assimilables à une charge
répartie de pour les cloisons légères en poids et pour certains types de bâtiments
(habitation, bureaux).

5.6. Conclusion :
Les valeurs de différentes charges permanentes ou d’exploitation estimées dans ce chapitre
seront combinées par la suite. En effet, ces charges seront multipliées par des coefficients de
pondération imposés par le règlement BAEL pour effectuer le dimensionnement des
différents éléments de la structure.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 61


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Chapitre 6 : Modélisation.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 62


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

6.1. Introduction :
Vu la diversité et la multitude des éléments composants notre ossature, l’analyse exacte du
comportement réel du modèle tridimensionnel s’avère très difficile. D’où l’utilisation des
logiciels « GRAITEC Arche » et «Autodesk Robot Structural Analysis Professional » pour la
modélisation et le dimensionnements de différentes éléments de notre structure.

6.2. Présentation du logiciel ARCHE :


Le module (ARCHE Ossature) du logiciel GRAITEC est un outil de simulation de bâtiment qui,
en lui introduisant une structure, nous a permis de modéliser l’ossature porteuse de ce
bâtiment, pré-dimensionner les éléments porteurs (principaux et secondaires) en effectuant
la descente de charges.

Depuis sa commercialisation en 1993, Arche s’est imposé comme le logiciel de référence


pour la conception et le dessin de bâtiments en béton armé. A partir d’un modèle 3D de
bâtiment composé de dalles, poutres, poteaux, voiles et fondations, Arche analyse la
stabilité globale de l’ouvrage et produit automatiquement tous les plans de ferraillage.

Le logiciel Arche se distingue avant tout par les innovations techniques qu’il met en œuvre :
pré dimensionnement de la structure, calculs de descente de charges et de contreventement
mixant méthode traditionnelle et modélisations numériques sophistiquées, production
automatique des plans de ferraillage des éléments de structures suivant différentes normes,
notamment les EC0, EC1, EC2 et EC8.

En première phase, les résultats de la modélisation et la descente de charges ne sont pas


optimisés, certains éléments sont surdimensionnés. Il faut corriger chaque élément en
appelant le module de ferraillage correspondant pour fixer les hypothèses et paramètres
spécifiques et d’imposer d’éventuelles conditions .chaque module de ferraillage fourni
comme résultats les plans d’exécutions, des vues en 3d ainsi que les notes de calculs.

Les modules de ferraillage poutre, poteau, voile, dalle, Semelle et longrine servent à réaliser
et dimensionner les plans de ferraillage et les notes de calcul des différents éléments
conformément au règlement B.A.E.L.91.

6.3. Modélisation :
Le module ARCHE ossature donne la possibilité de dessiner directement la structure à
étudier, cependant, cela s’avère pénible et nécessite une durée assez longue. On opte ainsi
pour une deuxième méthode qui se résume en dessinant la structure sur AUTODESK
Autocad directement au-dessus du plan d’architecture et de l’enregistrer sous format DXF,
on importe par la suite ces plans dans ARCHE qui reconnait automatiquement les éléments
suivants :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 63


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

- Un point présente un poteau.

- Une ligne présente une poutre.

- Une ligne épaisse (bleu) présente une voile.

- Un polygone présente un panneau de dalle.

Figure 27 : Interface du logiciel GRAITEC Arche

Vu la complexité géométrique de quelques éléments, cette démarche offre un modèle


simplifié de la structure.

Ainsi on obtient le modèle. Une fois le modèle est introduit dans le logiciel, on fixe les
paramètres adéquats et après vérification de sa cohérence, le calcul pourra être lancé.

6.3.1. Calcul de la descente de charges :

Dans cette étape, on doit définir les chargements, les familles des éléments et les
caractéristiques des matériaux utilisés.

On a opté pour la descente de charges avec la méthode traditionnelle qui calcule


l’acheminement des charges des éléments depuis la nervure (ou dalle en béton) en passant
par les poutres, par la suite par les porteurs verticaux (poteaux et voiles) jusqu’aux éléments
de fondation.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 64


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

6.3.2. Principe de vérification des calculs :

Une fois la descente de charges est établie, on pourra lancer les calculs des éléments de la
structure.

Les principaux modules de ferraillages intégrés dans le logiciel « ARCHE » et utilisés dans
notre projet sont le module ARCHE Poteau et ARCHE Poutre :

 Module Arche Poteau :


Ce module permet de calculer les poteaux sous l’effet des charges verticales ou des
moments. Le calcul est basé sur trois méthodes de calcul bien précises à savoir la méthode
simplifiée, la méthode forfaitaire et la méthode itérative ou méthode de FAESSEL. Dans ce
qui suit nous allons décrire la méthode que nous avons utilisée pour calculer les poteaux de
ce projet. C’est la méthode simplifiée. Elle permet un calcul en compression centrée selon la
méthode forfaitaire qui figure au B.A.E.L.91.Dans cette méthode, on considère que le centre
de gravité des aciers et celui du béton sont confondus ce qui explique que le module fournit
toujours un ferraillage symétrique.

Figure 28 : Interface du module ARCHE Poteau

 Module Arche Poutre :


C’est un module de calcul et de vérification des poutres isostatiques et continues soumises à
un ensemble de chargements. Il permet d’élaborer les plans de ferraillage détaillés des
poutres. Dans ce module on peut saisir les différentes formes de poutres. La méthode de
calcul utilisée est la méthode des foyers qui permet de lever l'hyperstaticité de la poutre

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 65


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

étudiée. Cette méthode présente l'avantage de la rapidité de calcul et permet de traiter


n'importe quel cas de charge. Le module interactif donne la possibilité à l’utilisateur de
choisir le nombre de barres, les armatures et la forme des armatures transversales.

Figure 29 : Interface du module ARCHE Poutre

6.4. Modèle 3D du projet :


Maintenant que, le modèle est créé, on peut visualiser notre projet en 3D. Les figures
suivantes représentent des différentes captures d’écran depuis le logiciel pour nous donner
une idée sur les vue en perspectives de la structure étudiée.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 66


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Figure 30 : Vue en 3D N°1 de l’ossature du projet

Figure 31 : Vue en 3D N°2 de l’ossature du projet

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 67


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Figure 32 : Vue en 3D N°3 de l’ossature du projet

6.5. Modélisation avec AUTODESK Robot Structural Analysis Professional :

6.5.1. Introduction :

Le logiciel Robot Structural Analysis Professional propose aux ingénieurs structure des
fonctions avancées d'analyse et de simulation des bâtiments pour les structures vastes et
complexes. Le logiciel offre un workflow fluide, permettant aux ingénieurs d'effectuer plus
rapidement la simulation et l'analyse d'une vaste gamme de structures.

6.5.2. Modélisation :

La modélisation sur Robot Structural Analysis Professional est proche de celle du logiciel
Arche, on introduit les fichiers DXF déjà enregistré depuis AUTODESK Autocad et on
redessine notre structure étage par étage.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 68


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Figure 33 : Interface du logiciel Robot Structural Analysis Professional (Vue en projection)

Figure 34 : Interface du logiciel Robot Structural Analysis Professional (Vue en perspective)

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 69


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Figure 35 : Vue en 3D de l’ossature du projet

6.6. Objectifs à atteindre avec Robot :


Certes le logiciel GRAITEC Arche est un logiciel puissant, mais cela n’empêche que le logiciel
Robot a ses points fort aussi, on a utilisé ce dernier principalement pour :

- Vérification des dimensions et ferraillages des voiles ; le logiciel Robot propose une bonne
prise en main lors de l’introduction des charges des éléments, surtout les charges
horizontales tels que la pression hydrostatique concernant les voiles de la piscine ou bien les
poussées du sol sur les voiles de soutènement.

- Comparaison avec les résultats d’Arche.

6.7. Conclusion :
La modélisation est l’étape où le projet prend toutes ses dimensions, car, non seulement elle
donne une vue détaillé sur le projet en l’observant en 3D mais elle facilite la compréhension
de chaque élément afin d’obtenir un modèle 3D dimensionné et optimal.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 70


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Chapitre 7 : Etude d’une


nervure continue.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 71


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

7.1. Introduction :
Lors de la conception structurale, les planchers hauts, autres que celui du sous-sol, sont
conçus en corps creux. La conception d’un plancher en corps creux repose sur l’utilisation
des nervures. La dalle de compression et la géométrie de l’hourdis font que la nervure soit
de section en T. Donc, suivant sa conception, une nervure est dimensionnée comme une
poutre continue (ou isostatique) sollicitée à la flexion simple.

7.2. Pré dimensionnement :


Dans cette partie on étudiera la nervure suivante :

La nervure à étudier se situe au 2ème étage (Bloc A), elle se compose de 3 travées de
longueurs respectives : mètres.

Figure 36 : Nervure à étudier

𝑏 𝑐𝑚

0 𝑐𝑚

𝑐𝑚

𝑏0 𝑐𝑚

Figure 37 : Schéma représentatif des dimensions de la nervure (ECH 1:5)

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 72


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

La hauteur est déterminée par :

Avec :

: Longueur de la plus grande travée.

𝐴 𝐵 𝐶 𝐷
𝑚 𝑚 𝑚

Figure 38 : Schéma représentatif de la nervure à étudier (Echelle 1:100)

La portée de la plus grande travée est

, soit, un plancher (16+5)

7.3. Calcul des sollicitations :

7.3.1. Charge par mètre linéaire :

Dans le cas d’un plancher courant, la nervure reprend les charges suivantes :

Les charges par mètre linéaire sont :

On obtient alors :

A L’ELU :

A L’ELS :

7.3.2. Méthode de calcul :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 73


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

La fissuration ne compromet pas le terme des revêtements ni celui des cloisons.

Les éléments du plancher ont une même inertie dans les différentes travées.

Dans notre cas on a :

Puisque

On utilise la méthode forfaitaire.

7.3.3. Moment fléchissant :

 Moment dans la travée de référence

Tableau 14 : Moment dans la travée de référence

0 0 0

o Moments sur appuis :


0

( 0 0 )

( 0 0 )

Tableau 15 : Moments sur appuis

Appuis A B C D
Moment en ELU (kN.m) 0,7335 2,655 2,83 0,85
Moment en ELS (kN.m) 0,53 1,93 2,05 0,62

o Moments en travées courants :

Le moment dans la travée doit vérifier :

(( ) 0 0 )

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 74


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

 Travée 1 :

Moment calculé :

0 0

0 0
0 ( )

Soit

Moment minimal réglementaire :

Soit

 Travée 2 :

Moment calculé :

0 0

0 0
0 ( )

Soit

Moment minimal réglementaire :

Soit

 Travée 3 :

Moment calculé :

0 0

0 0
0 ( )

Soit

Moment minimal réglementaire :

Soit

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 75


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Tableau 16 : Moments calculés, moments minimaux et moments retenus en travées


(kN.m)

Moment calculé Moment Moment retenu


minimal
Travée 1 ELU 3,64 3,15 3,64
ELS 2,63 2,28 2,63
Travée 2 ELU 3,05 2,89 3,05
ELS 2,2 2,1 2,2
Travée 3 ELU 4,33 3,65 4,33
ELS 3,13 2,64 3,13

7.3.4. Efforts tranchants :

7.4. Dimensionnement des armatures :

7.4.1. Armatures longitudinales :

 Moment de référence :
0
0 ( ) ( )

 Moment réduit limite :


Le calcul des armatures longitudinales en travée est procédé comme suit :

Type de section : Si

D’où le calcul sera fait pour une section rectangulaire ( )

Si alors ( ) et

0 ( 0) 0

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 76


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

0 ( 0) 0

0
0 ( 0)

Tableau 17 : Calcul d'armatures en travée

Travée 1 Travée 2 Travée 3


( )
( )

( )
( )

( )
( )

( )

Le calcul des armatures longitudinales sur appui est procédé comme suit :

Moment réduit agissant :

Si alors donc ( )

Tableau 18 : Calcul d'armatures longitudinales sur appuis

Appui A Appui B Appui C Appui D


( ) 0,7335 2,655 2,83 0,85
0,0048 0,0175 0,0157 0,0056
0,39 0,39 0,39 0,39
0,006 0,022 0,024 0,007
( ) 0,188 0,187 0,187 0,188
( ) 0,104 0,406 0,408 0,13
( ) 0,16 0,16 0,16 0,16

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 77


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Vérification : Non Vérifié Vérifié Vérifié Non Vérifie

Choix d’acier 1HA8 1HA8 1HA8 1HA8


( ) 0,5 0,5 0,5 0,5

7.4.2. Armatures transversales :

Tableau 19 : Calcul des armatures transversales

Travée 1 Travée 2 Travée 3


( )0 5,52 5,76 5,94
Vérification de béton :
4,97 5,21 5,39
0 0 ( )
0
( ) 0,376 0,394 0,408
0
0
3,33 3,33 3,33
̅̅̅ ( )
̅̅̅ 0 Vérifie Vérifié Vérifié
Armatures calculées :

( )
1,43 1,5 1,55
0 ( 0 )
( )
( )
Pourcentage minimal :
0
( ) 0 1,2 1,2 1,2
( )

Diamètres des armatures :


6 6 6
0
( )( )
1 étrier 1 étrier 1 étrier
Choix :
( )
0,57 0,57 0,57
( ) 40 38 37
(
17 17 17
)( )
( )
16 16 16
1x8 ; 1x16 ;
1x20 ; 1x25 ; 1x8 ; 1x16 ; 1x8 ; 1x16 ;
1x35 ; 1x40 ; 1x20 ; 1x25 ; 1x20 ; 1x25 ;
Répartition d’armatures transversales
1x33 3x35 ; 1x10,5 3x35 ; 1x16,5
// par // par symétrie. // par symétrie.
symétrie.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 78


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

7.5. Vérification :

7.5.1. Vérification des armatures longitudinales :

La vérification des armatures longitudinales consiste à vérifier la contrainte pour chaque


travée :

̅̅̅̅ avec ̅̅̅̅

Position de l’axe neutre :

( ) avec : la position de l’axe neutre.

Le moment d’inertie de la section réduite : ( )

Contrainte dans le béton :

Tableau 20 : Justification des contraintes

Travée 1 Travée 2 Travée 3

8,6 8,6 9,7


( ) ( )

908,3 908,3 1633,67


( ) ( )

( ) 2,49 2,08 2,57

Vérification :
̅̅̅̅
Vérifié Vérifié Vérifié

7.6. Ferraillage :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 79


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

7.6.1. Ferraillage à partir du calcul manuel :

Coupe B-B

ECH 1:10
ECH 1:55

Coupe A-A

ECH 1:10

Figure 39 : Ferraillage de la nervure à partir du calcul manuel

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 80


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

7.6.2. Comparaison avec ferraillage à partir d’ARCHE Poutre :

Echelle 1:45

Coupe C-C Echelle 1:8

Echelle 1:45

Coupe B-B Echelle 1:8

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 81


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Echelle 1:45

Coupe A-A Echelle 1:8

Figure 40 : Ferraillage à partir d’ARCHE Poutre

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 82


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Chapitre 8 : Etude d’une


poutre continue.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 83


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

8.1. Introduction :
Les poutres sont des éléments principaux de la structure, ce sont les éléments les plus
sollicités en flexion, et ce sont elles qui conditionnent parfois l’esthétique du bâtiment par
l’existence ou non de retombée ou de flèche.

On se propose de présenter en détail, le principe de dimensionnement des poutres, en


partant de la descente des charges jusqu’à la détermination du ferraillage en passant par les
vérifications nécessaires.

8.2. Aperçu théorique sur les méthodes de calcul des poutres continues :
Pour le calcul des sollicitations des poutres continues en béton armé, le règlement BAEL 91
nous propose trois méthodes possibles pour le calcul des sollicitations :

La méthode forfaitaire
La méthode de Caquot
La méthode de Caquot minorée

On va exposer dans ce qui suit, les conditions d’application de chaque méthode. Les détails
de calcul des moments et des efforts tranchants sont clarifiés dans les références
bibliographiques.

8.2.1. Méthode forfaitaire (déjà utilisée dans l’étude de la nervure) :

La méthode forfaitaire de calculs des planchers à charge d’exploitation modérée s’applique


dans les cas où :

Les charges d’exploitation sont modérées, c'est-à-dire qu’elles vérifient que :


{ {

La fissuration ne compromet à la tenue des revêtements ni à celle des cloisons.

Les éléments du plancher ont même inertie dans toutes les différentes travées.

Les portées vérifient que : {

8.2.2. Méthode de Caquot

La méthode de Caquot est inspirée principalement de la méthode des trois moments.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 84


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Domaine de validité : La méthode de Caquot s’applique dans le cas où les charges


d’exploitation sont élevées et susceptible de faire des variations rapides dans le temps. Ces
conditions d’application sont :

{ {

Dans le cas où l’une des hypothèses (2), (3) ou (4) relatives à la méthode forfaitaire ne serait
pas vérifiée on applique la méthode de Caquot pour les planchers à charge
d’exploitation ( ) en multipliant la part des moments sur appuis provenant des
seules charges permanentes par un coefficient variant entre 1 et 2/3 : C’est la méthode de
Caquot Minorée.

8.3. Données de Calcul :


On va traiter l’étude d’une poutre continue à trois travées. La poutre (A21) du plancher haut
du huitième étage est soumise à une charge uniformément repartie.

𝑄
𝐺

𝑚 𝑚 𝑚

Figure 41 : Schéma de la poutre A21 (ECH 1:75)

Figure 42 : Implantation de la poutre A21

 Charges appliquées :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 85


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

8.4. Pré dimensionnement :

On prend :

8.5. Calcul des charges :


 Chargements linéaires :

o Poids propre :

o Charge du plancher :

o Charge d’exploitation :

8.6. Méthode de calcul :

Fissuration peu préjudiciable

On applique la méthode de Caquot minorée.

Réduction par le coefficient des moments sur appuis dus aux charges permanentes :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 86


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

o 1er cas : travées chargées (CCC) :

( )

( )

( )

( )

o 2ème cas : travées déchargées (DDD):

( )

( )

8.7. Calcul des sollicitations :

8.7.1. Moment Fléchissant :

 Moment sur appui :


En remplaçant la portée de la travée réelle par une portée fictive :

: pour les travées de rive sans porte-à-faux

: pour les travées intermédiaires

o 1er cas : CCC


( ) ( )
( ) ( )

( )
( )

( )
( )

( )
( )

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 87


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

o 2ème cas : DCD

( ) ( )

( )

( )

( )

o 3ème cas : CDC

( )

( )

( )

( )

Tableau 21 : Calcul des moments sur appuis à l’ELU et à l’ELS (kN.m)

1er cas : CCC 2ème cas : DCD 3ème cas : CDC


ELU ELS ELU ELS ELU ELS

 Moment maximal en travée :

o Calcul de l’abscisse du moment maximal :

 Travée 1 : CDC
( )

( )

 Travée 2 : DCD
( ) ( )

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 88


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

( ) ( )

 Travée 3 : CDC

o Calcul du moment maximal :

 Travée 1 : CDC
( ) ( )

( )

( )

 Travée 2 : DCD
( )

( ) ( ) ( )

( )

( ) ( ) ( )

 Travée 3 : CDC
( )

( ) ( )

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 89


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

( )

( ) ( )

Tableau 22 : Calcul du moment maximal en travée

Travée 1 : CDC Travée 2 : DCD Travée 3 : CDC


ELU ELS ELU ELS ELU ELS
( ) 1,63 1,63 1,94 1,94 1,36 1,36
( ) 58,68 42,07 79,15 56,75 3,47 2,49
( ) 39,96 28,5 38,05 27 0,5 0,3

Courbes :
-53.35
-37.2

1.63 1.94 1.36


0.5
1 2 3 4
x (m)
39.96 38.05

Mu (kN.m)
4.03 4.66 1.53

Figure 43 : Courbe enveloppe des moments ultimes-maximales (ECH 1:65)

Comparaison avec Logiciel Arche :

x (m)

Mu (t.m)

73.52
48.97 Figure 44 : Courbe enveloppe des moments ultimes-maximales ARCHE (ECH
47.26
1:65)
1.63 1.94 1.36
-5.47
8.7.2.
1 Effort tranchant : 2 3 4

-73.69 -68.35

 Appui 1 :
4.03 4.66 1.53

 Appui 2 :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 90


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

( )

( )

 Appui 3 :
( )

( )

( )

( )
-53.35
-37.2

1.63 1.94 1.36


1 Appui 4 : 2 3
0.5
4

39.96 ( ) 38.05

4.03 4.66 1.53

( )

Tableau 23 : Calcul des efforts tranchants sur appuis en ELU et en ELS

Appui 1 Appui 2 Appui 3 Appui 4


ELU ELS ELU ELS ELU ELS ELU ELS
( )
( )

Courbes :
73.52
48.97 47.26

1.63 1.94 1.36


-5.47
1 2 3 4
Vu (kN)
-73.69 -68.35

x (m)
4.03 4.66 1.53

Figure 45 : Courbe enveloppe des efforts tranchants à l’ELU (ECH 1:65)

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 91


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Comparaison avec Logiciel Arche :

Vu (t)

x (m)

Figure 46 : Courbe enveloppe des efforts tranchants ARCHE (ECH 1:65)

8.8. Dimensionnement des armatures :

8.8.1. Calcul des armatures longitudinales sur appuis et en travées :

Moment réduit :

Moment réduit limite:

Acier minimal :

Acier calculé :

( √ )

Tableau 24 : Calcul d’armatures sur appuis et en travées

Appui 2 Appui 3 Travée 1 Travée 2 Travée 3


( )

(m)
(cm²)
(cm²)
(cm²)
(cm²)

(cm²)

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 92


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

8.8.2. Arrêt des barres :

On a ; les charges sont uniformément réparties, donc :

 En travées :
On a un seul lit de barres, alors pas d’arrêt de barres.

 Sur appuis :

( )

( )
{

( )
Avec {

o Appuis 2 : ( )
{ }

{ }

o Appuis 3 : ( )

8.8.3. Adhérences des barres courbes :

On prend {

o Rayon de courbes minimal :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 93


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

𝐴0

𝐴
𝑂
𝜃
𝑟
𝐴 𝐴

𝜆
𝐿𝑎

Figure 47 : Schéma du crochet de l'ancrage

Tronçon : Ancrage rectiligne  ( )

Tronçon : Ancrage courbe  ( ( ) )

( )

Tronçon : Ancrage rectiligne  ( )

Avec :

( )

( ) ( )
{
( )
{

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 94


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

8.8.4. Dimensionnement des armatures transversales :

Tableau 25 : Dimensionnement des armatures transversales

( )

( )
0

̅̅̅̅̅ ( )
̅̅̅̅̅

0
( )( )

( )
( )

0 ( )
( )
( )

( ) 0
(
)

( ) Choisit

( )( )
( )

( )

( )

 Répartition des armatures transversales selon la Méthode de Caquot :


Tableau 26 : Répartition des armatures transversales selon la Méthode de Caquot

Travée Côté Le premier cadre à à partir du nu d’appui. Puis la


1 Gauche répartition des armatures est comme suit : 7x25.
Il reste un espacement égal à 14,5 cm.
Côté On place le premier cadre à à partir du nu d’appui. Puis

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 95


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Droite la répartition des armatures est comme suit : 7x25.


Il reste un espacement égal à 14.5 cm.  Il faut ajouter un cadre +
étrier au milieu.
Travée Côté On place le premier cadre à à partir du nu d’appui. Puis
2 Gauche la répartition des armatures est comme suit : 8x25.
Il reste un espacement égal à 21 cm.
Côté On place le premier cadre à à partir du nu d’appui. Puis
Droite la répartition des armatures est comme suit : 8x25.
Il reste un espacement égal à 21 cm.  Il faut ajouter un cadre +
étrier au milieu.
Travée Côté On place le premier cadre à à partir du nu d’appui. Puis
3 Gauche la répartition des armatures est comme suit : 2x25.
Il reste un espacement égal à 14.5 cm.
Côté On place le premier cadre à partir du nu d’appui. Puis la
Droite répartition des armatures est comme suit : 2x25.
Il reste un espacement égal à 14.5 cm.  Il faut ajouter un cadre +
étrier au milieu.

8.9. Vérification :
Tableau 27 : Vérification de la compression de la bielle de béton

Travée 1 Travée 2 Travée 3


Côté Côté Côté Côté Côté Côté
Gauche Droite Gauche Droite Gauche Droite
La largeur de l’appui : ( ) 22 22 22 30 30 20
La largeur de la poutre : 0 ( ) 22 22 22 22 22 22
( ) 17,5 17,5 17,5 25,5 25,5 15,5
( )( ) 17,5 17,5 17,5 25,5 25,5 15,5
256,66 256,66 256,6667 374 374 227,33
0 ( )
Vérification :
48,97 73,96 73,52 68,35 47,26 5,47
Vérifié Vérifié Vérifié Vérifié Vérifié Vérifié
0

8.9.1. Vérification des armatures longitudinales :

Pour vérifier les armatures longitudinales calculées précédemment sur appuis et en travées,
on poursuit les étapes de calculs suivants :

 Vérification des contraintes :


Nous devons vérifier que : ̅̅̅̅

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 96


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Avec : ̅̅̅̅

Position de l’axe neutre :

L’équation des moments statique pour les sections sans armatures comprimés :

0
( )

Moment d’inertie de la section réduite : ( )

Contrainte de béton :

Tableau 28 : Justification des contraintes à l’ELS


Sur appui En travée
Appui 2 Appui 3 Travée 1 Travée 2 Travée 3
Position de l’axe neutre :
0 ( )

Moment d’inertie de la section réduite :


0
( ) ( )

( )

Vérification :
̅̅̅̅

8.10. Ferraillage :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 97


Echelle 1:50

3HA8 3HA16 3HA8 3HA14 3HA8

100.8 93.2 93,2 56


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax

A B C D E

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax


12 7X25 2X14,5 7X25 12 12 8x25 2x21 8X25 12 12 2X25 2X14.5 2X25 12

A B C D E
8.10.1. Ferraillage à partir du calcul manuel :

3HA14 3HA8
22 403 22 466 30 153 20

Coupe A-A Coupe B-B Coupe C-C Coupe D-D Coupe E-E

3HA8 3HA16 3HA8 3HA14 3HA8

35
35
35
35
35

Cadre + Etrier 8 Cadre + Etrier 8 Cadre + Etrier 8 Cadre + Etrier 8 Cadre + Etrier 8
3HA14 3HA14 3HA14 3HA14 3HA8
22 22 22 22 22
En travée 1 En appui 2 En travée 2 En appui 3 En travée 3

Figure 48 Schéma de ferraillage de la poutre A21


Echelle 1:25

98
2014
Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

8.10.2. Comparaison avec ferraillage à partir d’ARCHE Poutre :

Echelle 1:45

Echelle 1:8

Echelle 1:45

Echelle 1:8

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 99


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Echelle 1:45

Echelle 1:8

Figure 49 : Ferraillage à partir d’ARCHE Poutre

8.10.3. Adhérence des barres courbes : (Ancrage)

𝐴0

𝑐𝑚

𝐴
𝜃 °
𝑂
𝑟 𝑐𝑚
𝐴 𝐴

𝑐𝑚
𝑐𝑚

Figure 50 : Adhérence des barres courbes

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 100


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

8.11. Conclusion :
On constate que le ferraillage de la poutre trouvé par le calcul manuel est similaire à celui
qu’on a eu à partir du logiciel ARCHE.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 101


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Chapitre 9 : Etude poutre


isostatique.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 102


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

9.1. Implantation de la poutre :

Figure 51 : Implantation de la poutre A32

On a choisi d’étudier la poutre (A32) du plancher haut de la salle polyvalente, elle est la
poutre la plus sollicitée de toute la structure.

9.2. Pré dimensionnement de la section du béton de la poutre :

On prend

9.3. Charges appliquées sur la poutre :

9.3.1. Charges concentrées (ARCHE) :

Tableau 29 : Charges concentrées

Charges Permanentes (t) Charges d’exploitation (t)


99,4 36,4
84,6 30,7
109,8 36,6
16,9 161,

9.3.2. Charges Réparties :

Charges permanentes :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 103


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

𝐺 𝑡 𝐺 𝑡 𝐺 𝑡 𝐺 𝑡
𝑄 𝑡 𝑄 𝑡 𝑄 𝑡 𝑄 𝑡
𝑔 𝑡 𝑚

𝑚 𝑚 𝑚 𝑚 𝑚

𝑅 𝑅

Figure 52 : Schéma de la poutre A32 (ECH 1:150)

9.4. Calcul des sollicitations :

9.4.1. Calcul des sollicitations à l’ELS (RDM) :

Tableau 30 : Efforts tranchants et Moments à l'ELS

Distance x (m) Effort Tranchant (kN) Moment (kN.m)


(0) (0)
( ) ( )
( ) ( )
( ) ( )
( ) ( )
( ) ( )
( ) ( )
( 0 ) ( 0 )
( 0 ) ( 0 )
( ) ( )

9.4.2. Calcul des sollicitations à l’ELU (RDM) :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 104


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

( ) ( )
( ) ( )

Tableau 31 : Efforts tranchants et Moments à l'ELU

Distance x (m) Effort Tranchant (kN) Moment (kN.m)


(0) (0)
( ) ( )
( ) ( )
( ) ( )
( ) ( )
( ) ( )
( ) ( )
( 0 ) ( 0 )
( 0 ) ( 0 )
( ) ( )

 Courbes des moments et des efforts tranchants (ELU) :


-3731.5

1 2
x (m)
8018.2
9560.2
13282.05 Mu (kN.m)
3.53 3.93 3.93 3.62 3.47

Figure 53 : Courbe enveloppe des moments ultimes-maximales (ECH 1:115)


2775 2641.6
605.1 1140.82 1009.65
-1146.04
1 735.7 -997.5 2
-3177.34
Vu (kN) -3314.18

x (m)
3.53 3.93 3.93 3.62 3.47

Figure 54 : Courbe enveloppe des efforts tranchants (ECH 1:115)

Courbes du logiciel ARCHE :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 105


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

x (m)

Mu (t.m)

Figure 55 : Courbe enveloppe des moments ultimes-maximales ARCHE (ECH 1:115)

Vu (t)

x (m)

Figure 56 : Courbe enveloppe des efforts tranchants ARCHE (ECH 1:115)

9.5. Dimensionnement :

; avec

On prend :

o En travée 1 :

( ) √

o En travée 2 :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 106


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

 Vérification du béton :

o Travée 1 :

{ }

o Travée 2 :

Alors il faut que (en travée 2) :

 Dimensionnement des armatures à L’ELU :

o Travée 1 :

( √ )

CNF :

o Travée 2 :

( )

( √ )

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 107


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

CNF :

 Vérification à L’ELS :

o Travée 1 :
Fissuration peu préjudiciable : il faut seulement vérifier que ̅

( )

o Travée 2 :

( )

 Le calcul n’est pas vérifié pour la première travée alors on le reprend avec :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 108


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

 Dimensionnement des armatures à L’ELU :

o Travée 1 :

[( ) ( ) ]
( )

CNF :

 Vérification à L’ELS :

o Travée 1

( )

Le calcul n’est pas vérifié encore une fois, alors on reprend avec :

 Dimensionnement des armatures à l’ELU :

o Travée 1 :

avec

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 109


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

CNF :

 Vérification à L’ELS

o Travée 1 :

Donc, maintenant le calcul est vérifié et on prendra pour la suite :

 Calcul du nombre de lits :

o Travée 1 :

𝑒𝑣

𝑒ℎ

Figure 57 : Schéma d’espacement entre les barres longitudinales

Espacement horizontal et vertical entre les barres :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 110


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Nombre de barres par lit « n » :


( ) ℎ

Nombre de lits :

Le ferraillage longitudinal est donc :

o Travée 2 :

Armatures longitudinales :

( )

o Appuis 2 :

( )

9.6. Calcul des armatures transversales :


 Réduction des charges :
Les charges réparties sont négligeables par rapport aux charges concentrées.  On ne prend
pas les règles de réductions des charges réparties en considération.

Pour les charges concentrées on a :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 111


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

o Après réduction :

Réactions des appuis :

Efforts tranchants :
Tableau 32 : Efforts tranchants après réduction à l'ELU (en kN)
( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )

 Diamètres et espacements des armatures transversales :

0
{

On peut utiliser HA8 au lieu du RL 8 pour diminuer le risque de flambement (hauteur élevée
de la poutre).

On a 1 cadre+8 épingles

( )
0

Flexion simple sans reprise de bétonnage

( 0 ) 0

Acier transversale minimal :


0
[ ]

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 112


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Répartition par méthode Analytique : premier cours d’armatures à 10 cm du nu d’appui.

Il faut que :

( )
( ( ) ) 0 ( ( ) )

( )
( )

( )
( )

( )
( )

( )
( )

( )
( )

( )
( )

( )
( )

( )
( )

( )
( )

( )
( )

Espacement par la Méthode analytique :


10 ; 8x20 ; 13 ; 8x20 ; 10 puis 15 ; 6x30 ; 10.5 ; 7x25 ; 12.5 puis 20 ; 4x40 ; 33 ; 4x40 ; 20 puis
6.5 ; 13x13 ; 11 ; 13x13 ; 6.5 ; APPUIS ; 20 ; 3x40 ; 2x33.5 ; 3x40 ; 20.

9.7. Armatures de peau :


La fissuration est peu préjudiciable, alors dans le cas d’une poutre et si on a :

La densité de l’armature de peau est égal à ; soit environ par mètre de


parois. On a :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 113


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

9.8. Ferraillage :

9.8.1 Ferraillage à partir du calcul manuel :


Echelle 1:100

Echelle 1:50

Figure 58 : Schéma de ferraillage de la poutre A32

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 114


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

9.8.2. Comparaison avec ferraillage à partir d’ARCHE Poutre :

Echelle 1:120

Echelle 1:60
Coupe A-A

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 115


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Echelle 1:120

Echelle 1:60
Coupe B-B

Figure 59 : Ferraillage à partir d’ARCHE Poutre

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 116


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Chapitre 10 : Etude d’un


poteau.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 117


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

10.1. Introduction :
Les poteaux sont les éléments verticaux de la structure permettant la transmission des
charges à la fondation. Ils sont généralement soumis aux charges verticales centrées, ils sont
donc dimensionnés à la compression simple. D’autres poteaux peuvent être soumis en plus
des charges verticales à des moments de flexion et sont donc dimensionnés à la flexion
composée.

10.2. Données de calcul :


 Poteau à étudier :
On se propose d’étudier un exemple de poteau tout en expliquant les différentes étapes de
calcul. On prendra l’exemple du poteau « P5 au bloc B » au niveau du sous-sol. Ce poteau est
soumis à l’action d’un effort normal.

Figure 60 : Emplacement du poteau à étudier

10.2.1. Charges appliquées sur le poteau :

Les charges sont déterminées à partir du logiciel ARCHE.

Tableau 33 : Répartition des charges appliquées sur le poteau au long des étages

Etage Section du ( ) ( ) ( ) ( )
poteau
(cm x cm)
Plancher terrasse 60 12 99 72
Plancher 8ème étage 22x22 153 30 270 183
Plancher 7ème étage 22x22 242 48 427,8 290
Plancher 6ème étage 25x25 331 67 586,95 398
Plancher 5ème étage 25x25 413 85 734,25 498
Plancher 4ème étage 30x30 496 103 883,05 599
Plancher 3ème étage 30x30 580 121 1033,35 701

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 118


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Plancher 2ème étage 30x30 663 139 1182,15 802


Plancher 1er étage 30x30 711 139 1254,15 850
Plancher RDC 30x30 737 140 1294,5 877
Plancher Sous-sol A 743 140 1303,5 883
déterminer
Plancher Sous-sol (bas) 750 140 1314 890

10.3. Pré-dimensionnement de la section du poteau :


 Longueur de flambement :
La longueur de flambement du poteau est égale à

 Section réduite :
On a est la section réduite du béton pour tenir compte de la sensibilité aux défauts
d’exécution avec ( ) :

Avec :
: Car la moitié des charges est appliquée avant 90 jours pour éviter un ferraillage
dense.

Elancement : rayon de giration de la section du béton.



( )

Alors :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 119


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

on prend

( )

10.4. Calcul des armatures longitudinales :


Selon les descentes de charge on a :

Le poteau admet une section (35x35) et de hauteur sous plafond égal à 3,6 m.

 Condition de non fragilité :

 Justification aux ELS :


Il faut vérifier que ̅

10.5. Calcul des armatures transversales :


 Diamètre :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 120


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

 Espacement en zones courantes :

{ , on prend

* Si les armatures contribuent à la résistance à la compression.

Longueur de recouvrement : (Au moins trois nappes)


, avec longueur de scellement.

̅
̅

{ ̅

, on prend 4 nappes. .

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 121


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

10.6. Ferraillage :

10.6.1. Ferraillage à partir du calcul manuel :

Echelle 1:10

Echelle 1:35

Figure 61 : Schéma de ferraillage du poteau « PB5 »

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 122


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

10.6.2. Comparaison avec ferraillage à partir d’ARCHE Poteau :

Echelle 1:10
Echelle 1:110

Figure 62 : Schéma de ferraillage du poteau « PB5 » à partir d’ARCHE Poteau

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 123


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Chapitre 11 : Etude de la
piscine.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 124


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

11.1 Introduction :
La piscine est située au 9ème étage, elle est de 10 mètres de largeur, 5 mètres de longueur et
de 1,4 mètre de profondeur répartit sur toute la piscine. Pleine, elle peut contenir jusqu’à 85
m3 d’eau.

Les figures suivantes montrent respectivement la vue de dessus de la piscine et deux


coupes : B

A A

B
Figure 63 : Vue de dessus de la piscine

𝐻 𝑚
𝐿 𝑚 Voile piscine

Plancher-haut
étage technique
Fond

2,56m 1,93m 2,7m 3,1m

Figure 64 : Coupe A-A (ECH 1:100)

𝐻 𝑚
𝐿 𝑚

5,2m

Figure 65 : Coupe B-B (ECH 1:100)

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 125


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

11.2. Exigences techniques à satisfaire :


La piscine doit satisfaire aux impératifs suivants :

- Résistance : la piscine doit dans toutes ses parties, équilibrer les efforts auxquels elle est
soumise et que nous détaillerons par la suite.

- Etanchéité : la piscine doit constituer pour le liquide qu’elle contient un espace clos sans
fuite, elle doit donc être étanche.

- On propose d’après les dispositions du fascicule 74 du CCTG une piscine de classe A, c'est-
à-dire que l’étanchéité est assurée par la structure elle-même seule, plus un revêtement
d’imperméabilisation.

En effet pour le fond de la piscine on disposera un revêtement mosaïque 5/5 (cm) (sur sous-
enduit) foncé pour mettre en valeur la limpidité de l’eau.

La sous face de la dalle doit être traité avec un enduit bitumineux.

- Isolation phonique : notre piscine est située au-dessus d’un étage d’habitation ; pour cela
on peut utiliser des matériaux d’isolation phonique tels que les plaques en plâtre ou en
mousse acoustique.

- Durabilité : la piscine doit durer dans le temps, c'est-à-dire que le matériau (béton) doit
conserver ses propriétés initiales après un contact prolongé avec le liquide qu’il est destiné à
contenir.

11.3. Hypothèses de calcul:


Le fond de la piscine sera considéré comme un radier ; on assure l’encastrement des parois
dans le radier en gardant la continuité des armatures.

 Caractéristiques de l’eau :
La hauteur de l’eau :

 Caractéristiques du béton :
Fissuration très préjudiciable (béton en contact direct avec l’eau).
Enrobage minimal
Classe d’étanchéité : Classe A
,
Dosage ciment
0
̅

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 126


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

 Caractéristiques des armatures :


0

Espacement ( 0 )
̅ [ √ ] [ ]

11.4. Calculs de la paroi :


Les parois (voiles) en béton armé sont bi-encastrées aux pieds dans le radier et en haut avec
le plancher haut de l’étage technique. Elles sont soumises à la flexion composée. Pour la
réalisation et le calcul des parois de la piscine, on calcule les charges par superposition.

P
R’1 M’e

R’2

q
H=1.4m

R1

R2 Me

Figure 66 : Actions sur parois

11.4.1. Efforts sur la paroi :

Les conditions aux limites :

Pour z = 0 m : paroi encastrée sur le plancher haut

Pour z = 1,40 m : paroi encastrée dans le radier.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 127


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

 Efforts extérieurs :
Charge de l’eau par mètre carré :

Charge verticale par mètre linéaire : ℎ

 Réaction d’appui :

En haut :
0

ℎ ℎ ℎ


En bas :
0

 Moment en tout x :

( )


En bas :
0


En haut :
0

Moment maximal positif :

s’annule en :

 Effort tranchant en tout x :

( )

11.4.2. Calcul de ferraillage de la paroi :

Le calcul se fait à ELS car la fissuration est très préjudiciable.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 128


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

 Ferraillage dû à la flexion composée :

o Ferraillage en travée :
Acier minimal :

Détermination des aciers longitudinaux :

 Section partiellement comprimée.

0 ( ) 0

Par analogie à la flexion simple on a :

̅
̅
̅
̅

̅ ̅ ( ̅)

Pas d’acier comprimé :

On a seulement besoin d’acier de montage.

( )

Acier longitudinal tendu :

̅
[2]
D’après annexe II :

[ ]

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 129


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

o Ferraillage sur appuis :

| | | |

( )

Acier longitudinal tendu :


[ ]
̅

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 130


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

 Vérification des efforts tranchants :

( )

̅ {

̅ ; Il n’est donc pas nécessaire de disposer des aciers transversaux.

 Ferraillage dû aux efforts de compression :


La paroi est bi-encastrée, alors le coefficient de flambement

( )

[ ( ) ]

[ ]

( )
[ ]

( )
{

Alors on prend

o Vérification à ELS :

11.4.3. Ferraillage de la voile :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 131


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Echelle : 1:35

Figure 67 : Ferraillage de la voile

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 132


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

11.4.4. Comparaison avec logiciel Robot Structural Analysis :

Cette étape consiste à comparer notre calcul avec les résultats du calcul du logiciel Autodesk
Robot Structural Analysis.

 Modélisation de la piscine :
La piscine est modélisée dans le bâtiment pour assurer la descente de ses charges sur les
autres éléments porteurs.

Figure 68 : Modélisation de la piscine avec Robot

 Définition de la charge hydrostatique :


Une fois la modélisation prête, on a été amené à configurer les charges et les pressions
hydrostatiques avec ses combinaisons.

Figure 69 : Définition de la charge hydrostatique

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 133


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

 Comparaison du moment avec Robot :

Figure 70 : Moments sur la voile

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 134


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Ferraillage :

Figure 71 : Ferraillage ROBOT

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 135


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

11.5. Etude du radier :

11.5.1. Charges appliquées sur le radier :

 Calcul des sollicitations :


On a :

Surface :

Epaisseur :

o Charges :

o Moment de la charge hydrostatique :

La dalle travaille dans les deux sens.

𝑘𝑁 𝑚 𝑘𝑁

Radier
𝑘𝑁 𝑚

Figure 72 : Schéma mécanique du radier

o Superposition (par mètre linéaire) :

𝑘𝑁 𝑘𝑁 𝑚

+
1 𝑘𝑁 𝑚 2
Figure 73 : Les cas de charges 1 et 2

 Cas de charge 1 :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 136


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

 Cas de charge 2 :

( ) ( )

( ( ) )

o Moment au centre du radier pour un mètre linéaire :

o Efforts tranchants :

11.5.2. Ferraillage de radier :

 En travée :

o Suivant x :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 137


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

̅̅̅̅
̅
̅̅̅̅
̅̅̅̅

̅̅̅̅ ̅ ( ̅)

̅
[2]

o Suivant y :

[2]

 En Appui :
[2]

 Acier minimal :
( ⁄ ) 0 (Rond lisse)

( ⁄ ) ( ) ( )

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 138


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

 Espacement :
[ 0 ]
{

Suivant « x » : ;

Suivant « y » : ;

En Appui : ;

 Vérification de l’effort tranchant :

Section du béton est vérifiée.

 Vérification de la flèche :

[ ]
0

( )

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 139


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

 Ferraillage du radier :

Echelle : 1:35

Figure 74 : Ferraillage du radier

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 140


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Chapitre 12 : Etude du
contreventement.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 141


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

12.1. Introduction
Le contreventement d’une construction est assuré par les ensembles des éléments
structuraux qui concourent à sa résistance aux actions autres que gravitaires, en général
horizontales telles que le vent, les séismes.

Le contreventement peut être :

- Interne : voiles de refends internes, cage d’escalier.

- Externe : voiles de pignon, façade.

Dans notre cas, il s’agit d’un contreventement interne assuré par les cages d’ascenseur et
d’escalier.

Nous nous sommes intéressés à l’étude d’un seul joint en considérant un sens du vent
suivant x.

12.2. Implantation du bâtiment et directions du vent :


𝑚

𝑚
A
1
𝑦𝑐
𝑚

3
𝑥𝑐
𝑚

2 4
𝑚
𝑚
5
𝑚
𝑉𝑒𝑛𝑡
𝑚

𝑚
𝑦
𝑚

𝑥
𝑚

Figure 75 : Façade exposée au vent (ECH 1:220)

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 142


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

12.3. Données et hypothèses :


Vent région 2.
Site exposé.
Hauteur du bâtiment : .
Nombre des niveaux : 1 Sous-sol + RDC + 9étages.
Epaisseur des voiles : 20cm
Direction moyenne du vent est horizontale.

12.4. Action du vent

12.4.1. Pression dynamique

ℎ: La pression dynamique agissant à la hauteur « h » au-dessus du sol exprimé en mètres.

0: La pression dynamique de base à 10 m de hauteur pour h comprise entre 0 et 500 m.



La relation entre ℎ et 0 est donnée par : ℎ 0 ℎ 0

[3]
Site Exposé, Région II :

Région II + vent à vitesse normale : 0

 Force de traînée
La force de traînée T par unité de longueur est la composante de la force du vent dans sa
direction parallèle. En utilisant les notations des règles NV65.

 Détermination des coefficients :

o Coefficient de traînée :
0 : Dépendant de l’élancement du bâtiment et de la rugosité de sa surface.

o Coefficient global de traînée :


: Dépend de la catégorie et la géométrie du bâtiment.

La construction est assimilée à un ouvrage prismatique de section rectangulaire de


catégorie I : .

o Coefficient de la catégorie de la construction :


[4]
D’après l’abaque R.III-10, avec :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 143


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014


.

0 .

o Coefficient de majoration dynamique :


( ) , dépend de la période propre de vibration. Il est en fonction du
coefficient de réponse , du coefficient de pulsation et du Coefficient dépendant du type
de la construction pris égal à par mesure de sécurité.

Pour

( )


o Détermination de ( ):
D’après l’abaque R.III-3[4]

Avec {

( ) (Figure A.7, règle NV65)[4]

o Coefficient de réduction :
: Est donné en fonction de la hauteur de la construction et le niveau pris en considération.
(Figure R-III.2 Règles NV65)[4].

 Détermination de l’effort de traînée et des sollicitations d’ensemble :


On détermine l’effort tranchant et le moment fléchissant à chaque niveau, sachant
que :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 144


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

12.4.2. Action du vent sur le bâtiment :

Tableau 34 : Action du vent

Niveau Cote Z 0 T 0

(m) (s) Kg/m²


1 32 1,3 0,968 1,2584 0,33 0,4326 0,25 0,784 0,77 1,35 70 95 128,25 224,438
2 28,8 1,3 0,968 1,2584 0,33 0,4326 0,25 0,784 0,76 1,35 70 92 124,2 217,350
3 25,6 1,3 0,968 1,2584 0,34 0,4326 0,25 0,786 0,76 1,35 70 88,5 119,475 209,081
4 22,4 1,3 0,968 1,2584 0,34 0,4326 0,25 0,786 0,76 1,35 70 85 114,75 200,813
5 19,2 1,3 0,968 1,2584 0,35 0,4326 0,25 0,787 0,76 1,35 70 81,5 110,025 192,544
6 16 1,3 0,968 1,2584 0,35 0,4326 0,25 0,787 0,76 1,35 70 78 105,3 184,275
7 12,8 1,3 0,968 1,2584 0,35 0,4326 0,25 0,787 0,76 1,35 70 74 99,9 174,825
8 9,6 1,3 0,968 1,2584 0,36 0,4326 0,25 0,789 0,76 1,35 70 69 93,15 163,013
9 6,4 1,3 0,968 1,2584 0,36 0,4326 0,25 0,789 0,76 1,35 70 64 86,4 151,200
10 3,2 1,3 0,968 1,2584 0,36 0,4326 0,25 0,789 0,76 1,35 70 58,5 78,975 138,206
11 0 1,3 0,968 1,2584 0,36 0,4326 0,25 0,789 0,76 1,35 70 52,5 70,875 124,031
12 -3,2 1,3 0,968 1,2584 0,36 0,4326 0,25 0,789 0,76 1,35 70 0 0 0

Pression TR Kg/m² Force TR Kg/m Effort Tranchant Moment


Normale Extrême Normale Extrême Kg Kg Kg.m Kg.m
97,394 170,440 2055,018 3596,282 0,000 0,000 0,000 0,000
93,094 162,914 1964,277 3437,485 6430,873 11254,029 10289,398 18006,446
89,759 157,078 1893,913 3314,348 12603,979 22056,963 40745,161 71304,032
86,209 150,866 1819,013 3183,272 18544,660 32453,156 90582,984 158520,221
82,850 144,987 1748,131 3059,229 24252,091 42441,158 159057,785 278351,124
79,292 138,761 1673,058 2927,851 29725,993 52020,487 245422,718 429489,757
75,226 131,645 1587,260 2777,705 34942,501 61149,377 348892,308 610561,540
70,304 123,032 1483,415 2595,976 39855,581 69747,267 468569,241 819996,171
65,210 114,117 1375,921 2407,862 44430,519 77753,409 603427,002 1055997,253
59,606 104,310 1257,678 2200,936 48644,278 85127,487 752346,677 1316606,686
53,492 93,611 1128,685 1975,199 52462,459 91809,304 914117,457 1599705,550
0,000 0,000 0,000 0,000 52462,459 91809,304 1084886,762 1898551,833

𝑧(𝑚) 𝑇𝑛 (𝐾𝑔 𝑚) 𝐻𝑛 (𝐾𝑔) 𝑀𝑛 (𝐾𝑔 𝑚)

Figure 76 : Diagrammes de l’effort tranchant et du moment fléchissant

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 145


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

On va utiliser la méthode du centre de torsion : le centre de torsion d’un groupe de refend


est le point caractérisé par :

- Une force dont la ligne action passe par le centre de torsion engendre uniquement une
translation des refends. La direction de la translation est parallèle à celle de la force.
- Un moment dont l’axe (vertical passe par le centre de torsion engendre uniquement une
rotation des refends). Le sens de rotation est le même que celui du moment.

12.5. Procédé de calcul :


La forme du refend est constituée par des éléments réguliers, on a deux façons de procéder
pour le calcul des sollicitations dans le refend ; ou bien on considère le refend constitué par
plusieurs refends linéaires indépendants, ou bien on le considère dans son ensemble : (en
bloc).

1er Cas : On peut s’attendre à des fissures dans les lignes de jonction, les aciers de couture
n’étant pas dimensionnés pour équilibrer les efforts réels de cisaillement.

2ème Cas : On considère le refend dans son ensemble, on évalue ses rigidités à la flexion
et . Pour la suite des calculs, on détermine le centre de gravité du refend constituant
l’origine des axes.

12.5.1. Sollicitations de calcul :

La forme géométrique du refend est constituée par des éléments réguliers, on va utiliser la
méthode simplifiée puisque les axes d’inertie principaux 1-1 et 2-2 de la plupart des
éléments sont parallèles.

Après avoir déterminé l’action du vent, nous allons chercher les sollicitations (moments et
efforts tranchants) prises par chacun des voiles.

 Centre de gravité:


 Centre de torsion :


Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 146


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Tableau 35 : Dimensionnement des refends

N° ti(m) hi (m) Ai(m²) I1(m4) I2(m4) Ix(m4) Iy(m4) X'(m) Y'(m)

N° IxY'(m5) IyX' (m5) X(m) Y(m) X² (m²) Y² (m²) IyX² IxY²


0,06689 9,43041333 -0,61 -0,61 0,37 0,37 1,210020 0,001439
0,05336 9,43041 -0,61 2,89 0,37 8,35 1,210020 0,032295
0,01944 1,67378 13,71 1,79 187,96 3,20 18,270111 0,003845
0,01728 1,67378 13,71 -0,01 187,96 0,00 18,270111 0,000000
0,01512 1,67378 13,71 -1,81 187,96 3,28 18,270111 0,003931
∑ 13,34137 23,92834 57,77854 0,04160

 Sollicitations horizontales dans les refends :


En distribuant la force extérieure H aux refends due au vent, on obtient dans le présent cas :

- Une seule composante (suivant y-y) pour le vent.


- Un moment avec étant l’excentricité de par rapport à .

o Les forces dues à la translation :


∑ ∑

; ∑

o Les forces dues à la rotation :


∑ ∑
;

Avec : ∑( )

et : distances entre centre de torsion et centre de gravité de chaque refend (i).

o Les forces finales distribuées dans les refends :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 147


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Tableau 36 : Forces sur les refends dus au vent

N° H'x(t) H'y (t) H"x(t) H"y (t) Hx (t) Hy (t)


0 25,961 0,009 7,187 0,009 33,148
0 25,961 -0,040 7,187 -0,040 33,148
0 0,776 -0,008 -4,828 -0,008 -4,052
0 0,776 0,000 -4,828 0,000 -4,052
0 0,776 0,008 -4,828 0,008 -4,052
∑ 54,27 0,00 -0,25 0,00 54,02

Tableau 37 : Sollicitation sur les refends

H (t ) e (m) Hx (t ) Hy (t ) M (t .m)
Vent 54,27 -3,86 0 54,02 -209,48

 Détermination des efforts verticaux :


En plus des charges horizontales, le refend est soumis à des charges verticales telles que les
charges permanentes et les charges d’exploitation. En considérant les charges adoptées par
ce projet et les plans de coffrage, on détermine la charge verticale appliquée sur notre voile.
En considérant les charges adoptées par ce projet et les plans de coffrage, on détermine la
charge verticale appliquée sur notre voile sachant que désigne la charge permanente
maximale.

Descente de charges :
Le tableau suivant récapitule les charges verticales sur les refends du sous-sol.

Tableau 38 : Charges verticales appliquées sur les refends

Refend G + PP (t) (ARCHE) Q (t) (ARCHE)


1 48 38
2 48 38
3 20,2 1.2
4 21,9 1,8
5 25,8 4.3

o Calcul des contraintes :


Le diagramme résultant des contraintes dans le refend est obtenu en considérant les charges
verticales apportées par les planchers, par le poids propre du refend lui-même et les charges
apportées par le vent dynamique normal.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 148


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Figure 77 : Diagramme des contraintes dans un refend

Etant donné que le vent peut souffler aussi bien d’un côté comme de l’autre, le diagramme
sera symétrique sous la forme :

Figure 78 : Diagramme de dimensionnement

Tableau 39 : Contraintes limites ultimes

Voile non armé Voile armé verticalement


verticalement
Longueur de flambement :
(m)
Élancement : √

Coefficient :
( ) ( )
Section réduite (m²/m) ( ) ( )

Section d’acier minimale -


(m²)
Effort limite ultime
(MN)

Contrainte limite ultime


(MPa)

: Largeur de la voile,

: Hauteur de l’étage,

: Épaisseur de la voile de cage ascenseur.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 149


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

o Les contraintes appliquées sur les différents refends :


Tableau 40 : Contraintes appliquées aux refends R1 et R2 dues au vent

Refend 1 et 2 ( ) ( ) Vent
( ) ( )
Charge non
pondérée
Coefficient de
pondération
Contrainte non
pondérée
(MPa)
Contrainte
pondérée
(MPa)

Tableau 41 : Contraintes appliquées au refend R3 due au vent

Refend 3 ( ) ( ) Vent
( ) ( )
Charge non
pondérée
Coefficient de
pondération
Contrainte non
pondérée
(MPa)
Contrainte
pondérée
(MPa)

Tableau 42 : Contraintes appliquées au refend R4 due au vent

Vent
Refend 4 ( ) ( )
( ) ( )
Charge non
pondérée
Coefficient de
pondération
Contrainte non
pondérée
(MPa)
Contrainte
pondérée
(MPa)

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 150


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Tableau 43 : Contraintes appliquées au refend R5 due au vent

Vent
Refend 5 ( ) ( )
( ) ( )
Charge non
0,258 0,043 -0,04052 -0,719
pondérée
Coefficient de
1,35 1,5 1,8 1,8
pondération
Contrainte non
pondérée 0,717 0,119 -0,1126 -6,657
(MPa)
Contrainte
pondérée 0,967 0,179 -0,2026 -11,98
(MPa)

o Combinaisons de contraintes :
On distingue quatre combinaisons de contraintes :

Combinaison qui donne la compression maximale :

Combinaison qui donne la compression minimale :

Combinaison qui donne la traction maximale :

Combinaison qui donne la traction minimale :

Refend 1 et 2 :
Tableau 44 : Contraintes sur le refend 1 et 2

Contraintes Vent
:
(MPa)
(MPa)
(MPa)(MPa)

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 151


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

𝑀𝑃𝑎

𝑀𝑃𝑎

Figure 79 : Diagramme des contraintes extrêmes sur les refends 1 et 2

Refend 3 :
Tableau 45 : Contraintes sur le refend 3

Contraintes Vent
:
(MPa)
(MPa)
(MPa)
(MPa)

𝑀𝑃𝑎

𝑀𝑃𝑎

Figure 80 : Diagramme des contraintes extrêmes sur les refends 3

Refend 4 :
Tableau 46 : Contraintes sur le refend 4

Contraintes Vent
:
(MPa)
(MPa)
(MPa)
(MPa)

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 152


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

𝑀𝑃𝑎

𝑀𝑃𝑎

Figure 81 : Diagramme des contraintes extrêmes sur les refends 4

Refend 5 :
Tableau 47 : Contraintes sur le refend 5

Contraintes : Vent
(MPa)
(MPa) 13,126
(MPa)
(MPa)

𝑀𝑃𝑎

𝑀𝑃𝑎

Figure 82 : Diagramme des contraintes extrêmes sur les refends 5

12.6. Calcul ferraillage :


Le ferraillage du refend est effectué en deux états de chargement extrêmes :

– Le premier provoque une compression maximale,

– Le second provoque une traction maximale.

Dans ce qui suit, nous présentons le calcul de ferraillage des refends de la cage d’escalier et
des refends de l’ascenseur.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 153


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

12.6.1. Armatures longitudinales :

 Armatures verticales :

o Espacement maximal
( )

o Armature minimale :

[ ( )]

Avec :

pour une voile de rive,

pour une voile intermédiaire.

 Armatures horizontales :
ℎ ℎ

Avec :

ℎ [ ]

 Armature de traction :
On peut admettre que les aciers sont proportionnels à l’effort de traction. Donc, on a :

Les résultats sont donnés par le tableau suivant :


Tableau 48 : Ferraillage des refends

Refends : Refend 1 et 2 Refend 3 Refend 4 Refend 5


Armatures verticales
0,001 0,00105760 0,00107520 0,00112522
( ) 2 2,1152 2,1504 2,25
Choix : 5HA8 (2,51 cm²) 5HA8 (2,51 cm²) 5HA8 (2,51 cm²) 5HA8 (2,51 cm²)
Armatures horizontales :
ℎ 0,001 0,001 0,001 0,001
ℎ ( ) 2 2 2 2
Choix : 4HA8 (2 cm²) 4HA8 (2 cm²) 4HA8 (2 cm²) 4HA8 (2 cm²)
Armatures de traction :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 154


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

( ) 51,44 65,66 65,39 64,76


Choix : 17HA20 (53,41 21HA20 (65,97 21HA20 (65,97 21HA20 (65,97
cm²) cm²) cm²) cm²)

12.6.2. Armatures transversales :

Tableau 49 : Armatures transversales

Armatures transversales Diamètre


4 épingles/m² 6 mm
Reprendre toutes les barres 6 mm
verticales.
Espacement 8 mm

12.7. Ferraillage des refends 1 et 2 :


0 0 00
  Espacement :

0 0 00
ℎ   Espacement :

On a :
; Les armatures transversales doivent reprendre toutes les barres
verticales et .

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 155


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

12.7.1. Schéma de ferraillage des refends 1 et 2 :

Echelle 1:40

Figure 83 : Schéma de ferraillge

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 156


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Chapitre 13 : Etude de la
fondation.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 157


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

13.1. Introduction :
La fondation est le moyen de contact entre l’ouvrage et le sol d’assise, qui transmet au
second les efforts provenant du premier. Pour accomplir son rôle, le sol doit satisfaire
certains critères mécaniques, à savoir ; une bonne résistance à la rupture, et des
déformations modérées qui ne nuisent pas à la structure de l’ouvrage. Ce sont ces critères
qui exigent la nature de la fondation ; qu’elle soit « superficielle » ou « profonde », on va
traiter le choix du type de fondation et on va effectuer quelques exemples de calcul des
éléments de fondation.

13.2. Choix du type des pieux :


Les pieux sont classés suivant leurs techniques d’exécution. On distingue principalement :

- Les pieux réalisés avec refoulement du sol au fur et à mesure de leur pénétration dans le
terrain: pieux battus et foncés ;

- Les pieux réalisés sans refoulement du sol par excavation du terrain : pieux forés.

- Le principal facteur du choix du type de pieux demeure sa dimension verticale (hauteur du


pieu). La hauteur dépend de la profondeur à laquelle se situe la couche de sol de résistance
suffisante (bon sol). Le tableau suivant donne les techniques à envisager en fonction de la
profondeur à atteindre.

Tableau 50 : Critères de choix des pieux

Profondeur de la couche D’ASSISE Technique possible


Entre 5 et 8m Petits pieux battus préfabriqués
- Pieux battus ( compris entre L/30 et L/35)
Entre 10 et15m
- Pieux forés ( de l’ordre de L/20)
Pieux forés ( voisin de L/20 et F supérieur
Au-delà de 15m ou
égal à 800mm)

Dans ce projet, on utilise des pieux forés. Ce qui présente l’avantage que chaque pieu est en
lui-même un sondage de reconnaissance du terrain, et ce, à l’endroit où le pieu va travailler.
Il est clair que le risque d’éboulement est important, le maintien du sol peut être réalisé par
la mise en place de boue benthonique dans le forage.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 158


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

13.3. Données du projet :


Tableau 51 : Profondeurs des pieux en fonction des diamètres

Profondeur Diamètre Diamètre Diamètre


(m)
Capacité portance Volume de V V( )
admissible (t) béton ( ) (t) ( ) (t)
5 13 1,413 20 2,512 27 3,925
6 20 1,695 30 3,014 39 4,71
7 24 1,978 36 3,516 46 5,495
8 34 2,260 50 4,019 63 6,28
9 48 2,543 74 4,521 97 7,065
10 56 2,826 86 5,024 112 7,85
11 70 3,108 107 5,526 143 8,635
12 77 3,391 117 6,028 155 9,42
13 90 3,673 138 6,531 183 10,205
14 96 3,956 146 7,033 191 10,99
15 107 4,239 164 7,536 216 11,775
16 110 4,521 166 8,038 215 12,56
17 120 4,804 180 8,540 236 13,345
18 125 5,086 188 9,043 243 14,13
19 140 5,369 212 9,545 276 14,915
20 151 5,652 230 10,048 301 15,7

13.4. Dimensionnement des pieux (choix des diamètres et des profondeurs) :


Tableau 52 : Dimensionnement des pieux au bloc A

Pieux du Bloc « A »
Pieu ( ) ( ) Charges (t) Choix : ( )
ELS ELU Diamètre/Profondeur ( )
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 159


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 160


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Tableau 53 : Dimensionnement des pieux au bloc B

Pieux du Bloc « B »
Pieu ( ) ( ) Charges (t) Choix : ( )
x Diamètre/Profondeur
ELS ELU ( )

58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 161


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Pour éviter le chevauchement des semelles, on a regroupé les pieux qui sont proches sous
des semelles communes, ce changement s’appliquera sur les pieux dans le tableau
suivant :

Tableau 54 : Modification nécessaire pour éviter le chevauchement des semelles

Pieux après modification


Pieux avant modification
(regroupés)
Semelle
Dimension Dimension
Nom du pieu Nom du pieu
/prof (cm/m) /prof (cm/m)
P8 60/11 P8 60/11
S8
P58 60/9 P58 60/11
P25 60/9 P25 100/17
P71 100/17 P71 100/17 S25
P72 100/17 P72 100/17
P40 100/19 P40 100/20
P77 80/20 P77 100/20 S38
P78 80/20 P78 100/20
P49 60/12 P49 80/17
P84 80/17 P84 80/17 S47
P85 80/17 P85 80/17
P50 60/8
P50’ 60/9 S48
P51 60/5
P52 60/5
P52’ 60/6 S49
P53 60/5
P54 60/5
P55’ 60/9 S50
P55 60/8
P61 60/13
P61’ 60/14 S55
P62 60/5
P63 60/15
P63’ 60/16 S56
P64 60/8

13.5. Pré dimensionnement des semelles :

13.5.1. Semelle sur un pieu :

Diamètre du pieu (cm) Dimensions de la semelle (a x b x h) (cm)

13.5.2. Semelle sur deux pieux :

Diamètre des deux pieux (cm) Dimensions de la semelle (a x b x h) (cm)

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 162


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

13.5.3. Semelle sur trois pieux :

Diamètre des trois pieux (cm) Dimensions de la semelle triangulaire (a’ ; h)


(cm)

Avec a’ : distance entre axes des pieux en cm

13.6. Ferraillage des pieux :


En se référant aux règles DTU 13.2 [5], on obtient les informations suivantes :

- Les cages d’armatures des pieux sont constituées des barres longitudinales en acier
disposées suivant les génératrices d’un cylindre autour des quelles sont enroulées
rigidement des cerces.

- La longueur des cages d’armature doit permettre une liaison correcte avec la structure
conformément aux données du projet.

- Le nombre minimal de barres est cinq et leur diamètre ne descend pas au-dessous de
.

- La section totale de ces barres est au moins égale à :

0,5 % de la section nominale A si A < 0,5 m².

25 cm² si 0,5 m² <A< 1 m².

0,25 % de la section nominal A si A >1 m².

Finalement, l’écartement des cerces n’est pas supérieur à 35 cm.

Le diamètre extérieur de la cage d’armature doit être supérieur à 1,25 fois le diamètre
extérieur de la colonne de bétonnage.

Comme nous utilisons les diamètres 0,6 m, 0,8 m et 1 m, donc pour chaque type de pieu il y
aura une section d’acier bien particulière.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 163


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

13.6.1. Exemple de calcul : Pieux (16) :

PA6

40X40

Figure 84 : Implantation du Pieux 16

Soit le poteau PA6 du bloc A de dimensions m transmettant une charge à E.L.U


de tonnes à un pieu P16 de diamètre , résistance du béton de et
acier de de limite élastique.

La résistance caractéristique d’un pieu en béton est calculée à partir d’une résistance
conventionnelle du béton .

( )

Avec :
: Résistance caractéristique du béton à 28 jours.

: Résistance caractéristique du béton à j jours pour j  28 jours.

pour et .
0

On a : fissuration très préjudiciable, ils faut utiliser le ciment HRS 

Pour des raisons de sécurité, on va prendre dans notre calcul.

La valeur de n’intervient pas puisque les pieux seront chargés après 28 jours.

Pour les pieux forés tubés bétonnés sous l’eau : et .

On obtient donc la valeur de .

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 164


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

En tenant compte des risques qui peuvent être provoqués pendant l’opération de coulage
(réduction de section, intrusion de terre, délavage, ségrégation) ; le taux de travail est alors
limité à 5 MPa d’après le règlement des fondations profondes.

 Armatures longitudinales :
Pour une section quelconque du pieu on a :

Avec :

: La force dans une section droite du pieu (kN).

: La force sur le béton (kN).

: La force sur l’acier (kN).

D’après le règlement, pour une section de pieu Sp < 0.5m² on prend comme armature
minimale 0.5% de la section du pieu qui correspond à 14.13 cm² (8 HA 16).

On voit que la section d’acier calculée est très inférieure à la section de l’armature minimale
donc on retient la section minimale.

 Armatures transversales :
Le minimum des aciers transversaux et leurs espacement sont fixés par le règlement à un
diamètre de 8 mm et un espacement au plus de 35 cm, on choisit donc de faire un spirale
avec une barre de diamètre 8 mm et l’espacement est de 25 cm.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 165


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

 Schéma de ferraillage :

4 Centures
HA8
A A

8HA16

25
60
Echelle 1:20
Coupe A-A
Figure 85 : Ferraillage du pieu P16

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 166


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

13.6.2. Ferraillage des pieux :

Tableau 55 : Tableau de ferraillage des pieux

Pieu (kN) (cm²) ( ) Choix Armatures transversales


(kN)
Diamètre 8 espacement 25
1 1413 -1210,5 -3,480 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
2 1413 -299,1 -0,859 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
3 1413 -1200,9 -3,452 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
4 1413 -443,7 -1,275 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
5 1413 -573,9 -1,649 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
6 1413 -452,1 -1,299 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
7 1413 65,85 0,189 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
8 1413 -542,7 -1,560 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
9 1413 -693,6 -1,994 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
10 1413 244,35 0,702 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
11 1413 208,35 0,599 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
12 1413 -757,65 -2,178 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
13 1413 -338,1 -0,972 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
14 1413 -516,75 -1,485 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
15 2512 -227,5 -0,654 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
16 1413 650,55 1,870 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
17 1413 -1050,6 -3,020 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
18 1413 -590,55 -1,697 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
19 1413 -94,05 -0,270 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
20 2512 256,25 0,736 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
21 1413 -901,5 -2,591 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
22 1413 -997,95 -2,869 14,13 8HA16
cm
23 1413 -226,8 -0,652 14,13 8HA16 Diamètre 8 espacement 25

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 167


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

cm
Diamètre 8 espacement 25
24 1413 -761,7 -2,189 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
25 1413 -777,6 -2,235 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
26 1413 -718,8 -2,066 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
27 1413 -869,1 -2,498 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
28 1413 -965,7 -2,776 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
29 1413 -946,2 -2,720 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
30 2512 286,1 0,822 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
31 1413 -415,8 -1,195 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
32 1413 17,85 0,051 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
33 1413 -592,5 -1,703 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
34 1413 -486,6 -1,399 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
35 2512 -269,95 -0,776 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
36 2512 -352,825 -1,014 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
37 2512 -352,825 -1,014 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
38 2512 -401,425 -1,154 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
39 2512 -401,425 -1,154 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
40 3925 -197,65 -0,568 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
41 1413 -411,9 -1,184 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
42 1413 255,9 0,735 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
43 2512 -113,95 -0,327 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
44 1413 -335,85 -0,965 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
45 2512 345,35 0,992 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
46 2512 -34 -0,097 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
47 1413 133,8 0,384 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
48 2512 -68,95 -0,198 25 8HA20
cm

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 168


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Diamètre 8 espacement 25
49 1413 -362,25 -1,041 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
50' 1413 -951,3 -2,735 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
52' 1413 -1347,15 -3,873 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
55' 1413 -948,15 -2,725 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
56 1413 63 0,181 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
57 1413 -304,35 -0,875 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
58 1413 -801,6 -2,304 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
59 1413 25,65 0,073 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
60 1413 -146,55 -0,421 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
61' 1413 -254,85 -0,732 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
63' 1413 -75 -0,215 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
65 1413 -880,8 -2,532 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
66 1413 -1093,35 -3,143 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
67 1413 -924,3 -2,657 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
68 1413 -1258,2 -3,617 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
69 1413 -1274,55 -3,664 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
70 1413 -1247,1 -3,585 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
71 3925 -735,85 -2,115 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
72 3925 -735,85 -2,115 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
73 2512 485,05 1,394 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
74 2512 485,05 1,394 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
75 2512 485,05 1,394 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
76 1413 -667,2 -1,918 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
77 2512 481,4 1,384 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
78 2512 481,4 1,384 25 8HA20
cm
79 2512 236,45 0,679 25 8HA20 Diamètre 8 espacement 25

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 169


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

cm
Diamètre 8 espacement 25
80 2512 445,1 1,279 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
81 2512 445,1 1,279 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
82 2512 445,1 1,279 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
83 1413 -495,75 -1,425 25 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
84 2512 -186,25 -0,535 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
85 2512 -186,25 -0,535 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
86 2512 436,1 1,253 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
87 2512 436,1 1,253 25 8HA20
cm
Diamètre 8 espacement 25
88 1413 -333 -0,957 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
89 1413 -392,85 -1,129 14,13 8HA16
cm
Diamètre 8 espacement 25
90 1413 -994,2 -2,858 14,13 8HA16
cm

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 170


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

 Schéma de ferraillage :

4 Centures

HA8

8HA20

100
4 Centures
HA8

8HA20

80
4 Centures
HA8

8HA16

60 Echelle : 1:25

Figure 86 : Schéma de ferraillage des pieux

13.7. Conclusion :
Pour éviter le tassement différentiel, il vaut mieux définir la même profondeur pour tous les
pieux. Mais, faute de manque de données du projet nécessaire au calcul du tassement, on a
choisi de calculer une profondeur pour chaque pieu. Pour assurer la rigidité de la fondation,
on a défini tous les dimensions de longrines, selon la longrine la plus chargée. (même
dimensions).

Pour chaque diamètre de pieux, on trouve les mêmes sections d’acier de ferraillage, ce qui
justifie que le volume de béton est le critère principal de choix de pieux.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 171


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Chapitre 14 : Calcul d’une


semelle.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 172


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

14.1. Introduction :
Nous choisissons la semelle S63 qui porte le poteau le plus chargés de tout le projet pour
calculer ses dimensions et en déduire son ferraillage.

C’est une semelle sur 3 pieux, P73, P74 et P75 de profondeur de vingt mètres et de diamètre
de 0.8 mètre.

Figure 87 : Implantation de la semelle calculée

14.2. Pré dimensionnement :

80 cm
22
0
85 cm

Echelle 1:180

Poteau

Figure 88 : Semelle sur 3 pieux

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 173


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Diamètre des pieux :

Charges transmises par le poteau.

Soit ( ) : Hauteur de la semelle.

( √ ) ( √ )

On prend

Vérification :


0 ( √ √ )


( √ √ )

Alors on prend

14.3. Vérification de la contrainte de compression des bielles :

14.3.1. Au voisinage des pieux :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 174


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Vérifié

14.3.2. Au voisinage du poteau :

Vérifié

14.3.3. Contrainte tangente au voisinage des pieux :

14.4. Ferraillage des semelles :

14.4.1. Armatures principales inférieures suivant les côtés :

 Effort de traction suivant les médianes :

√ ( ) √ ( )

 Effort de traction suivant les côtés :

Pour une semelle triangulaire sur 3 pieux, les armatures peuvent être placées suivant :

- Les médianes (figure A)

- Les côtés, en ajoutant un quadrillage (figure B)

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 175


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Panneau en treillis soudé

Figure A Figure B

Figure 89 : Les schémas de ferraillage possibles pour une semelle isolée sur 3 pieux

On choisit la première disposition (figure A).


Armatures :

Fissuration très préjudiciable :

Quadrillage : Dans chaque sens, au centre de la semelle :

que l’on répartit sur :

Soit

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 176


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

 Ferraillage :

7HA20

26
0
A A
100

Echelle 1:60

Coupe A-A
Cadres HA8 25 7HA10

7HA20

7HA20

260

Figure 90 : Schéma de ferraillage de la semelle

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 177


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Chapitre 15 : Etude de
l’escalier.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 178


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

15.1. Introduction :
Un escalier se compose d’un certain nombre de marches. On appelle emmarchement la
longueur de ces marches ; la largeur d'une marche : « g » s'appelle le giron, « h » est la
hauteur d’une marche.

Le mur qui limite l'escalier s’appelle le mur d'échiffre. Le plafond qui monte sous les marches
s’appelle paillasse. La partie verticale d’une marche s’appelle : la contre - marche. La cage
est le volume circonscrit à l'escalier.

Les marches peuvent prendre appui sur une poutre droite, courbe en hélicoïdale qu'on
appelle le limon. La projection horizontale d’un escalier laisse au milieu un espace appelé
jour (il peut être nul ou au contraire être assez grand pour y loger un ascenseur).

Le collet est le bord qui limite l’escalier du côté du jour. La ligne de foulée est la courbe
décrite par une personne gravissant l’escalier, on la suppose tracée à 0.50 m en arrière du
collet. On appelle échappé la hauteur libre verticale au-dessus de l’arête ou nez d’une
marche. Sa valeur minimale est de 1.90 m. Une suite interrompue de marches s’appelle
volée. Une volée peut être droite ou courbe. Elle doit comporter au maximum 18 à 20
marches. La partie horizontale d’un escalier entre deux volées s’appelle palier ou palier de
repos. A chaque étage l’escalier aboutit à un palier d’arrivée qui est en même temps palier
de départ de l’étage au-dessus. La longueur d’un palier doit être de 3 marches au moins.

Du côté du vide, les volées et paliers sont munis d'un garde-corps ou rampe. Deux volées
parallèles ou en biais sont réunies par un ou plusieurs paliers ou par un quartier tournant,
cette dernière disposition, de construction plus délicate, permet de gagner un peu de place
sur le développement de l’escalier.

15.2. Etude de l’escalier :

15.2.1. Présentation :

Cet escalier présente les caractéristiques suivantes :

- Une première volée rectiligne constituée d’une paillasse.

- Un palier de repos.

- Une deuxième volée rectiligne constituée d’une paillasse.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 179


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Tableau 56 : Caractéristique de l’escalier

Volée : Nombre de marches : Nombre de contre marches :


1er 9 10
2ème 9 10
Total 18 20

Figure 91 : L'escalier à étudier

COUPE A-A
1,4
2,7
0.2

1,4

5,5

Figure 92 : Vue en coupe de l'escalier

Cet escalier permet la liaison entre deux niveaux successifs à partir du sous-sol ce qui fournit
une hauteur de calcul : .

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 180


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

La hauteur de la marche :

Largeur de la marche : d’après la formule de BLONDEL on a :

15.2.2. Dimensionnement de la volée :

 Détermination de l’épaisseur de la paillasse :


Avec :

Ce qui vérifie :

 Inclinaison de la paillasse :

La largeur de la volée est égale à .

 Evaluation des charges : (Par bande de largeur de 1 m) :

o Sur paillasse :
; ; ;

 Charges permanentes sur paillasse :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 181


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Tableau 57 : Charges permanentes sur paillasse

Désignations Formules Charges


Chape de béton ( )

Béton banché

Marbre de marche
( )
Mortier de pose (
)
Marbre de contre marche ( )
( )
Mortier de pose (C. marche) ( )
( )
Enduit ( )

Garde-corps Données
G paillasse

 Charge d’exploitation :

o Sur palier :

 Charges permanentes sur palier :


Tableau 58 : Charges permanentes sur palier

Désignations Formules Charges


Chape de béton ( )
Marbre de marche
( )
Mortier de pose (
)
Enduit ( )
Garde-corps Données
G palier

 Charge d’exploitation :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 182


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Tableau récapitulatif des charges :


Tableau 59 : Récapitulatif des charges

Eléments
Charges
Paillasse Palier

 Détermination des sollicitations :


Le modèle de calcul employé met en accent la longueur développée de l’escalier et le
chargement qui intervient par sa composante normale. Les sollicitations sont calculées par le
logiciel RDM6.

Figure 93 : Chargement sur l’escalier

D’où on trouve les résultats suivants :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 183


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

 Détermination du ferraillage :

o Armatures principales :

( )

( )

( )

Au niveau des appuis on met une quantité d’acier équilibrant un moment supérieur ou égal à
.

o Armatures de répartitions :

( )

15.2.3. Vérification de la flèche :

Il est inutile de vérifier la flèche si les conditions suivantes sont vérifiées :

{ }
0

{ 0

On a :

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 184


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

ℎ 0
La condition : { } est non vérifiée, nous devons
0 0
donc vérifier l'inégalité :

avec :

 Méthode de l’inertie fissurée :


On a :

Avec :

Avec :

0
( )

0 [ ( ) ( ) ]

0 : Moment d'inertie de la section totale homogène.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 185


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

 Application numérique :

0 [ ( ) ]

( )

D’où :

Alors on trouve :

Donc la flèche est vérifiée.


4 HA 8/ml

6 HA 8/ml

8HA 14/ml
l
/m 6HA 8/ml
14 m
A c
8H 2.5
1
6 HA 8/ml e=
e = 16.5 cm

4 HA 8/ml l
e = 25 cm 8/m
A
6H

8HA 14/ml

1,4 2,7 1,4

Figure 94 : Ferraillage de l’escalier


Ferraillage de l'escalier

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 186


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Chapitre 16 : Annexe.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 187


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

16.1. Les plans de coffrage :


Clés de lecture des plans de coffrage :

Afin de faciliter la lecture des plans, nous mettons ces clés qui désignent les éléments de la
structure :

Clé : Désignation : Clé : Désignation :

A Poutre DP Dalle pleine

PA Poteau appartenant au bloc A (EX : PA1) P Pieu

PB Poteau appartenant au bloc B (EX : PB1) S Semelle

PN Poteau naissant VB Voile de bâche à eau

R Raidisseur VP Voile de piscine

N Nervure VN Voile naissante

16.2. Cahier de ferraillage de l’étage 7 :

16.2.1. Ferraillage poutres :

Ferraillage Poutres

LISTE DES POUTRES DANS LE 7ème ETAGE


N° Dimensions: Armatures longitudinales Transversales

tra
Pout H En travée
vé L (cm) B (cm) En Appui armatures
re (cm) (bas/haut)
e
3HA14 + - 42 Cadres +
1 738 22 35 3HA8
3HA12 3HA12 + épingles Φ8
3HA12 + 3HA10 48 Cadres +
1 2 779 22 35 3HA8
3HA12 épingles Φ6
3HA16
31 Cadres +
3 528 22 25 3HA16 3HA8
- épingles Φ6
3HA16 + 3HA10 71 Cadres +
1 738 22 40 3HA8
3HA14 3HA16 + épingles Φ6
2 3HA16 + 3HA14 76 Cadres +
2 779 22 40 3HA8
3HA14 3HA16 + épingles Φ6
3 528 22 30 3HA16 + 3HA8 3HA14 44 Cadres +

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 188


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

3HA12 3HA8 épingles Φ6


3HA16 + 3HA8 75 Cadres +
1 734 22 40 3HA8
3HA14 3HA16 + épingles Φ8
3HA16 + 3HA14 82 Cadres +
3 2 775 22 40 3HA8
3HA14 3HA16 + épingles Φ6
3HA14 + 3HA14 51 Cadres +
3 528 22 30 3HA8
3HA12 3HA8 épingles Φ6
3HA16 + 3HA8 73 Cadres +
1 738 22 40 3HA8
3HA14 3HA16 + épingles Φ6
3HA16 + 3HA14 82 Cadres +
4 2 777,5 22 40 3HA8
3HA14 3HA16 + épingles Φ6
3HA14 + 3HA14 49 Cadres +
3 526,5 22 30 3HA8
3HA12 3HA8 épingles Φ6
3HA16 + 3HA8 73 Cadres +
1 738 22 40 3HA8
3HA14 3HA16 + épingles Φ8
3HA16 + 3HA14 82 Cadres +
5 2 779 22 40 3HA8
3HA14 3HA16 + épingles Φ6
3HA14 + 3HA14 49 Cadres +
3 528 22 30 3HA8
3HA12 3HA8 épingles Φ6
3HA14 + - 42 Cadres +
1 738 22 35 3HA8
3HA12 3HA12 + épingles Φ6
3HA12 + 3HA10 43 Cadres +
6 2 779 22 35 3HA8
3HA12 épingles Φ6
3HA16
33 Cadres +
3 528 22 25 3HA16 3HA8
- épingles Φ6
6 Cadres +
1 120 22 21 3HA8 3HA8
3HA8 épingles Φ8
7
24 Cadres +
2 498 22 25 3HA14 3HA8
- épingles Φ6
- 31 Cadres +
8 1 427 22 21 3HA12 3HA8
- épingles Φ6
- 21 Cadres +
1 371 22 25 3HA12 3HA8
épingles Φ8
9 -
21 Cadres +
2 373 22 25 3HA8 3HA8
- épingles Φ6
-
10 1 175 22 21 3HA8 3HA8 13 Cadres Φ6
-
-
11 1 177 22 21 3HA8 3HA8 13 Cadres Φ6
-
4HA16 + - 49 Cadres +
12 1 425 30 45 4HA8
4HA14 - cadres Φ6

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 189


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

3HA16 + 3HA8 54 Cadres +


13 1 539 25 35 3HA8
3HA16 3HA8 épingles Φ6
3HA14 + - 38 Cadres +
14 1 372 22 25 3HA8
3HA14 - épingles Φ6

1 120 22 21 3HA8 3HA8 8 Cadres Φ8


3HA8
15
2 313 22 21 3HA8 3HA8 22 Cadres Φ6
-
4HA16 + - 42 Cadres +
16 1 536 30 50 4HA8
4HA14 - épingles Φ6
3HA1 - 37 Cadres +
1 371 22 30 3HA16
2 3HA14 + épingles Φ8
17
4HA16 + 3HA14 87 Cadres +
2 750 30 50 4HA8
4HA16 4HA8 épingles Φ6
3HA16 + 3HA8 52 Cadres +
18 1 540 22 35 3HA8
3HA16 3HA8 épingles Φ6
3HA14 + 3HA8 45 Cadres +
1 540 22 30 3HA8
3HA14 3HA12 + épingles Φ6
3HA12 33 Cadres +
2 371 22 25 3HA12 3HA8
épingles Φ6
19 3HA10
35 Cadres +
3 372 22 25 3HA14 3HA8
épingles Φ6
3HA14
34 Cadres +
4 371 22 25 3HA16 3HA8
- épingles Φ6
3HA1 19 Cadres +
1 155 22 21 3HA16 3HA16 +
2 épingles Φ6
3HA16
3HA16 + 100 Cadres +
20 2 1147 22 50 3HA8
3HA16 3HA16 + épingles Φ6
3HA1 3HA14 25 Cadres +
3 371 22 21 3HA16
6 - épingles Φ6
-
21 1 354 22 21 3HA8 3HA8 24 Cadres Φ6
-
3HA14 + - 37 Cadres +
1 620 22 35 3HA8
3HA12 épingles Φ6
3HA10
21 Cadres +
2 353 22 25 3HA8 3HA8
22 épingles Φ6
3HA12
3HA16 +
27 Cadres +
3 354 22 40 3HA16 + 3HA8
3HA8 épingles Φ6
3HA14
-
23 1 320 22 21 3HA8 3HA8 22 Cadres Φ6
-

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 190


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

3HA16 + 3HA8 52 Cadres +


1 620 22 40 3HA8
3HA16 épingles Φ8
24 3HA16
26 Cadres +
2 353 22 21 3HA10 3HA8
- épingles Φ6
3HA16 + 3HA10
34 Cadres +
1 354 25 40 3HA16 + 3HA8
3HA14 + épingles Φ8
25 3HA16
3HA12
31 Cadres +
2 320 22 21 3HA16 3HA8
- épingles Φ6
-
26 1 354 22 21 3HA12 3HA8 24 Cadres Φ6
-
- 27 Cadres +
1 434 22 25 3HA14 3HA8
épingles Φ6
3HA16
35 Cadres +
2 430 30 35 4HA16 3HA8
épingles Φ6
27 3HA14
3HA12 + 46 Cadres +
3 466 22 30 3HA8
3HA10 épingles Φ6
3HA14
3HA13 + 34 Cadres +
4 403 22 30 3HA8
3HA10 - épingles Φ6
-
28 1 466 22 25 3HA14 3HA8 26 Cadres Φ6
-
- 31 Cadres +
1 466 22 25 3HA14 3HA8
épingles Φ8
29 3HA14
3HA12 + 35 Cadres +
2 403 22 30 3HA8
3HA12 - épingles Φ6
-
1 180 22 21 3HA18 3HA8 12 Cadres Φ6
-
30 2 180 22 21 3HA8 3HA8 12 Cadres Φ6
-
3 80 22 21 3HA8 3HA8 6 Cadres Φ6
-
3HA14 + - 37 Cadres +
1 707 22 35 3HA8
3HA14 épingles Φ8
31 3HA14
3HA14 + 34 Cadres +
2 602 20 35 3HA8
3HA12 - épingles Φ6

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 191


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

16.2.2. Ferraillage des poteaux à l’étage 7 :

Ferraillage Poteaux
LISTES DES POTEAUX DANS L'ETAGE 7 (Hauteur = 320cm)
N° Poteau Dimension Armatures Armatures
Bloc A Bloc B a (cm) longitudinales transversales
1+2+3+4+5+6+7
+ PN8 + PN10 + 11 +
1+2+3+4+5+6+9+
PN12 + 13 + PN14' +
10 + 12 + 13 + 14 + 15 +
PN17 + PN18 + 19 + 20 +
PN15 + 17 + PN18 + 19 22x22 4HA12 16 Cadres Φ6
PN21 + 22 + 23 + PN20 + PN21 + PN22
+ 23 + 24

7 + PN16
PN16 30x30 4HA14 14 Cadres Φ6

8 PN9 25x25 4HA12 17 Cadres Φ6

11 35x35 4HA14 13Cadres Φ6

16.3. Dimensionnement des poteaux :

Poteau Bloc A Bloc B

Etage Terrasse Piscine

1 + PN2 + PN3 + 4 + 5 + 6 + 7 + PN8 + PN9' + PN12 +


22X22 1+2+3+4+5+6
PN16 + PN18 + PN23 + PN24 + PN25 + PN26

Etage Technique

1 + 2 + 3 + 4 +5 + 6 + 9 + 13 + 14 + 1 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6 + 7 + PN8 + PN10 + 11 +
22x22 PN17 + PN18 + 19 + PN21 + 22 + PN12 + 13 + PN14' + PN15 + 17 + PN18 + 19 +
23 PN20 + PN21 + PN22 + 23 + 24

25x25 PN9

30x30 PN16

7ème étage

1 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6 + 9 + 10 + 12 1 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6 + 7 + PN8 + PN10 + 11 +
22x22 + 13 + 14 + 15 + PN17 + PN18 + PN12 + 13 + PN14' + PN15 + 17 + PN18 + 19 +
19 + 20 + PN21 + 22 + 23 PN20 + PN21 + PN22 + 23 + 24

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 192


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

25x25 8 PN9

30x30 7 + PN16 PN16

35x35 11

6ème étage

1 + 2 + 3 + 4 + 9 + 14 + PN17 + 19 1 + 2 + 3 + 4 + 6 + 7 + 13 + 19 + PN20 + PN21 +


22x22
+ 20 + PN21 + 22 + 23 PN22 + 23 + 24

5 + 6 + 8 + 10 + 12 + 13 + 15 +
25x25 5 + PN12 + PN18
PN18

30x30 PN16 PN8 + PN10 + 11 + PN14' + PN15 + 17

35x35 7 + 11 PN9' + PN16

5ème étage

1 + 2 + 3 + 4 + 9 + 14 + 19 + 20 +
22x22 1 + 2 + 3 + 4 + 6 + 7 + 13 + 19 + PN21 + 24
22 + 23

25x25 8 + PN17 + PN21 5 + PN20 + PN22 + 23

5 + 6 + 10 + 12 + 13 + 15 + PN16 +
30x30 PN12 + PN18
PN18

35x35 7 + 11 PN8 + PN9' + PN10 + 11 + PN14' + PN15 + 17

40x40 PN16

4ème étage

1 + 2 + 3 + 4 + 9 + 14 + 19 + 22 +
22x22 1 + 3 + 6 + 19 + 24
23

25x25 20 + PN21 2 + 4 + 7 + 13 + PN21

30x30 6 + 8 + 10 + PN16 + PN17 + PN18 5 + PN12 + PN18 + PN20 + PN22 + 23

35x35 5 + 12 + 13 + 15 PN10 + 11

40x40 7 + 11 PN8 + PN9' + PN14' + PN15 + 17

45x45 PN16

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 193


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

3ème étage

22x22 1 + 3 + 4 + 9 + 14 + 19 + 23 1 + 6 + 19 + 24

25x25 2 + 20 + 22 3+4

2 + 5 + 7 + PN12 + 13 + PN20 + PN21 + PN22 +


30x30 8 + PN17 + PN18 + PN21
23

35x35 5 + 6 + 10 + 15 + PN16 PN18

40x40 12 + 13 PN9' + PN10 + 11 + PN15

45x45 7 + 11 PN8 + PN14' + PN16 + 17

2ème étage

22x22 1 + 3 + 19 + 23 1 + 6 + 24

25x25 2 + 4 + 9 + 14

30x30 8 + PN17 + 20 + PN21 + 22 2+3+4+5

35x35 6 + 10 + PN16 + PN18

40x40 5 + 12 + 13 + 15

45x45 11

50x50 7

60x60 19 + 23

70x70 7

80x80 11 + 13 + 17

1er étage

22x22 19 + 23 + 31 2+3+4+5

25x25 1+3+4

30x30 2 + 9 + 14 + 20 + PN21 + 22 2+3+4+5

35x35 8 + 10 + PN18 + PN17

40x40 6 + PN16

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 194


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

45x45 5 + 12 + 13 + 15

50x50 7 + 11

60x60 19 + 23

70x70 7

80x80 11 + 13 + 17

RDC

22x22 19 + 31 1+6

25x25 1 + 3 + 23 24 + PN26

30x30 2 + 4 + 9 + 14 + 20 + PN21 + 22 3 + 4 + 5 + PN9 + PN14 + 25

35x35 8 + PN17 + PN18 2 + 12

40x40 6 + 10 + PN16 18

45x45 5 + 13 + 15

50x50 7 + 11 + 12

60x60 19 + 23

70x70 7

80x80 11 + 13

85X85 17

Sous-sol

22x22 28 1+6

3 + 24 + 25 + 26 + 27 + 19 + 31 +
25x25 24 + 27
33 + 34 + 36 + 37 + 38

30x30 1 + 2 + 4 + 32 + 35 + 40 3 + 4 + 26

35x35 8 + 9 + 14 + 20 + 23 + 30 + 39 2 + 5 + 12

40x40 6 + 10 + 29 18 + 25

45x45 5 + 15 + 22

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 195


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

50x50 7

55x55 13

60x60 11 + 12 19

70x70 23

75x75 7

80x8 13

85x85 11 + 17

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 196


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Chapitre 17 : Conclusion.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 197


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Arrivant au terme de notre projet de fin d’études, nous confirmons que c’était une sérieuse
occasion d’apprentissage par son caractère diversifié. Entre conception, modélisation et
dimensionnement, nous avons eu l’opportunité de sentir le métier d’ingénieur ; en abordant
des problèmes réels, cherchant les possibles solutions et en arrivant enfin à réaliser la
stabilité de notre ouvrage, tout en respectant l’aspect économique et les conditions et
moyens de réalisation.

Concernant la conception de la structure, nous avons essayé au maximum d’avoir des


portées de poutre avec des dimensions minimales afin d’éviter les flèches et les retombées.
Les efforts concentrés représentent des points faibles lors de l’exécution, mais dans certains
cas nous nous trouvons obligés de les concevoir par respect de l’architecture. Le choix du
type de plancher est conditionné par les conditions de l’exploitation, de résistance et de la
stabilité à long terme, nous avons conçu des planchers dalles pleines et des planchers corps
creux, répondant ainsi à l’ensemble de ces contraintes.

Nous avons utilisé plusieurs logiciels de calcul automatiques qui aident à la décision et qui
s’avèrent complémentaire à notre formation.

La diversité des éléments de la structure nous a appelé à donner pour chaque élément son
modèle de calcul adéquat, déterminant ensuite les caractéristiques de sa géométrie, de son
chargement et de ces conditions des liaisons. Le calcul des sollicitations est une étape
importante pour aboutir enfin au dimensionnement, sa précision est très demandée, c’est
pour cela que les éléments escaliers et mur voile nous avons essayé de faire le modèle le
plus proche de l’état réel de l’élément exploitant ainsi nos connaissances théoriques
acquises.

La conception de la salle polyvalente était une difficulté importante dans ce projet vue que
la portée de poutres utilisées était assez importante, mais avec un bon calcul que nous avons
trouvé une solution rigoureuse

Concernant l’infrastructure, nous avons opté pour la conception des fondations profondes
sur pieux. Cette dernière a été suivie d’un dimensionnement des pieux et semelles.

Enfin, nous pouvons conclure que l’étude d’un projet de bâtiment, comme tout autre projet
de génie civil, possède un goût spécifique, et cache ses secrets, ses difficultés et son plaisir
jusqu’au moment de son exécution.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 198


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

Chapitre 18 : Bibliographie.

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 199


Etude d'un HOTEL R+9 à Sfax 2014

[1] Google Earth

[2] Cours Béton Armé 2 – MOHAMED HADJ TAIEB

[3] Cours CCSBA – RIADH TRIKI

[4] Règlement Neige et Vent NV65

[5] DTU 13.2. Travaux de fondations profondes pour le bâtiment

[6] Technique de l’ingénieur

[7] Conception et calcul des structures de bâtiment-Tome 3 « Henry Thonier »

[8] Conception et calcul des structures de bâtiment-Tome 4 « Henry Thonier ».

[9] Conception et calcul des structures de bâtiment-Tome 5 « Henry Thonier ».

[10] Cours Fondations Profondes – MONCEF ZAIRI

[11] Règles BAEL 91

[12] Cours réservoirs – RIADH TRIKI

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax 200

Vous aimerez peut-être aussi