Vous êtes sur la page 1sur 38

TRANSFERT THERMIQUE ET ISOLATION

UNIVESITE DE LOME
ECOLE NATIONALE SUPERIEUR D’INGENIEURS
(ENSI)

Conduction en régime
permanent dans un milieu
solide homogène
&
Isolation D’Ouvrages

FORTUNEY B. KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

Ce document est un résumé servant


de support de cours à l’égard des
étudiants.

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 2


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

TABLE DES MATIERES

I. GENERALITES SUR LE TRANSFERT DE CHALEUR ............................................... 5

1.1 Introduction .............................................................................................. Erreur ! Signet non défini.


1.2 Définitions.......................................................................................................................................... 5
1.2.2 Gradient de température............................................................................................................................ 6
1.2.3 Flux de chaleur et densité de flux ............................................................................................................... 6
1.2.4 Energie Stockée et Energie due au débit massique d’un système thermodynamique .............................. 6
1.2.5 Génération d’énergie : sources internes..................................................................................................... 7

1.3 Formulation d’un problème de transfert de chaleur ......................................................................... 7


1.3.1 Bilan d’énergie ........................................................................................................................................... 7
1.3.2 Expression du profil de température et des flux d’énergie ......................................................................... 8

1.4. Les différents modes de transfert de chaleur ................................................................................. 8


1.4.1. La Conduction ........................................................................................................................................... 8
1.4.2. La Convection ............................................................................................................................................ 8
1.4.3 Echange par Rayonnement........................................................................................................................ 9

II. EQUATION GENERAL DE LA CONDUCTION ..................................................10

2.1. Concepts fondamentaux et équation générale de la conduction. ............................................. 10


2.1.1. Notions de base ..................................................................................................................... 10
2.2. Equation générale de la conduction .......................................................................................... 11
2.2.1. Equation cartésienne de la conduction ................................................................................. 11
2.2.2. Cas particuliers fréquemment rencontrés ........................................................................................ 13
2.2.3. Autres expression de l’équation de la conduction .......................................................................... 13

2.3. Conditions aux limites................................................................................................................ 13


2.3.1. Condition initiale (spatiale) .............................................................................................................. 13
2.3.2. Condition de surfaces ....................................................................................................................... 14

III. PROBLEMES DE CONDUCTION EN REGIME PERMANENT ...............................16

3.1. Définition des isothermes et du flux en régime permanent sans source pour le cas d’un mur..... 16
3.2. Conduction à travers plusieurs corps places en série ou parallèle Analogie électrique ................. 17
3.3. Conduction morte dans un cylindre creux ...................................................................................... 18
3.4. Conduction morte dans une sphère creuse .................................................................................... 19
3.5. Conduction sans source de chaleur : la conductivité est fonction de la température .................... 20

3.6. Conduction avec source de chaleur (p≠0, =cste) .......................................................................... 21

IV. ISOLATION THERMIQUE ET ECONOMIES D’ENERGIE....................................23

4.1 Introduction .................................................................................................................................... 23


4.2 Isolation thermique des bâtiments Pourquoi ? ............................................................................... 23

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 3


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

4.3 Principe de l’isolation thermique.................................................................................................... 23


Connaître les valeurs de référence ...................................................................................................... 26
Calculer le niveau d'isolation lorsque la nature et l'ép aisseur des matériaux isolants sont
connues ........................................................................................................................................................... 26

4.4 Techniques d’isolation .................................................................................................................... 28


4.5 Choisir son isolant ........................................................................................................................... 29
a- Type d’isolant ................................................................................................................................ 29
b- Observations sur l’usage de quelques isolants.............................................................................. 29

V. L’EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT .........................................31

5.1 Introduction: notion de confort ....................................................................................................... 31


5.2 Conditions nominales du confort thermique ................................................................................... 31
5.3 Quelques procédés naturels ............................................................................................................ 33
5.4 CONCLUSION ................................................................................................................................... 37

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 4


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

I. GENERALITES SUR LE TRANSFERT DE CHALEUR


1.1 Introduction
La thermodynamique permet de prévoir la quantité totale d’énergie qu’un système doit
échanger avec l’extérieur pour passer d’un état d’équilibre à un autre. La thermique (ou
thermocinétique) se propose de décrire quantitativement (dans l’espace et dans le
temps) l’évolution des grandeurs caractéristiques du système, en particulier la
température, entre l’état d’équilibre initial et l’état d’équilibre final.

De tous temps, les problèmes de transmission d'énergie, et en particulier de la chaleur,


ont eu une importance déterminante pour l'étude et le fonctionnement d'appareils tels
que les générateurs de vapeur, les fours, les échangeurs, les évaporateurs, les
condenseurs, etc.

De nos jours, on est amené à intégrer les notions d’efficacité énergétique depuis la
conception d’un projet jusqu’à la phase finale de sa réalisation, quelque soit le domaine
qui lui est attribué. En effet, par suite de l'accroissement relatif du prix de revient de
l'énergie, on recherche dans tous les cas à obtenir le rendement maximal d'une
installation pour une dépense d'énergie minimale.

Les problèmes de transfert de chaleur sont nombreux, et on peut essayer de les


différencier par les buts poursuivis dont les principaux sont :
• l'augmentation de l'énergie transmise ou absorbée par une surface,
• l'obtention du meilleur rendement d'une source de chaleur,
• la réduction ou l'augmentation du passage d'un débit de chaleur d'un milieu à un
autre.

1.2 Définitions
1.2.1 Champ de température

Les transferts d’énergie sont déterminés à partir de l’évolution dans l’espace et dans le
temps de la température : T = f (x,y,z,t). La valeur instantanée de la température en tout
point de l’espace est un scalaire appelé champ de température. Nous distinguerons deux
cas :
- Champ de température indépendant du temps : le régime est dit permanent ou
stationnaire.
- Evolution du champ de température avec le temps : le régime est dit variable ou
instationnaire.

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 5


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

1.2.2 Gradient de température


Si l’on réunit tous les points de l’espace qui ont la même température, on obtient une
surface dite surface isotherme. La variation de température par unité de longueur est
maximale le long de la normale à la surface isotherme. Cette variation est caractérisée
par le gradient de température :

𝝏𝑻
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝒈𝒓𝒂𝒅𝑻 =
𝝏𝒏
𝜕𝑇
n vecteur unitaire de la normale et dérivée de la température le long de la normale.
𝜕𝑛

1.2.3 Flux de chaleur et densité de flux


La chaleur s’écoule sous l’influence d’un gradient de température par conduction des
hautes vers les basses températures.

On appelle flux de chaleur la quantité de chaleur transmise sur la surface S par unité de
temps :

𝒅𝑸
= 𝒅𝒕
(W)
La quantité de chaleur transmise par unité de temps et par unité de surface isotherme
est appelée densité de flux de chaleur :

 𝟏 𝒅𝑸
𝝋= = (W/m²)
𝑺 𝑺 𝒅𝒕
Où S est l’aire (m²) de la surface isothermique considérée et 𝑑𝑄 la quantité de chaleur
qui traverse cette surface pendant un instant 𝑑𝑡 considéré.

1.2.4 Energie Interne et Energie due au débit massique d’un système


thermodynamique
• Le stockage d’énergie dans un corps correspond à une augmentation de son
énergie interne au cours du temps d’où (à pression constante) :

𝒅𝑻
𝒔𝒕 = 𝝆𝑽𝑪𝒑 𝒅𝒕 avec :

𝑠𝑡 Flux de chaleur stocké (W)


𝝆 Masse volumique (kg /m3)
V Volume (m3)
Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 6
Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

Cp Chaleur massique à pression constante (J/kg.K)


T Température (K)
t Temps (s)

𝜌, 𝑉 𝑒𝑡 𝐶𝑝 sont supposés constants, le produit 𝝆𝑽𝑪𝒑 est appelé la capacitance


thermique du corps.
𝑑𝑇 𝜕𝑇 𝜕𝑇 𝜕𝑈
En effet : 𝑠𝑡 = 𝜌𝑉𝐶𝑝 = 𝜌𝑠𝑑𝑥𝐶𝑝 = 𝜌𝑠𝐶 𝑑𝑥 = 𝜌𝑠𝑑𝑥 car pour solide
𝑑𝑡 𝜕𝑡 𝜕𝑡 𝜕𝑡
indéformable Cp = C

• D’autre part, Lorsqu’un débit massique 𝒎̇(𝒌𝒈/𝒔) de matière entre dans le


système à la température T1 et en ressort à la température T2, on doit considérer
dans le bilan, un flux de chaleur entrant correspondant :

𝜱𝒆 = 𝒎̇𝑪𝒑 (𝑻𝟏 − 𝑻𝟐 )
1.2.5 Génération d’énergie : sources internes
Elle intervient lorsqu’une autre forme d’énergie (chimique, électrique, mécanique,
nucléaire) est convertie en énergie thermique. Nous pouvons l’écrire sous la forme :

𝒈 = 𝒑𝑽 Où :

𝑔 Flux d’énergie thermique généré (W)


𝒑 Densité volumique d’énergie générée (W/m3)
V Volume (m3)
1.3 Formulation d’un problème de transfert de chaleur
1.3.1 Bilan d’énergie
Il faut tout d’abord définir un système (S) par ses limites dans l’espace et il faut ensuite
établir l’inventaire des différents flux de chaleur qui influent sur l’état du système et qui
peuvent être :
- 𝝋𝒆 flux de chaleur entrant
- 𝝋𝒈 flux généré par les sources de chaleur interne du système (S)
- 𝝋𝒔𝒕 flux de chaleur stocké (énergie interne)
- 𝝋𝒔 flux de chaleur sortant
(S)

𝝋𝒆 𝝋𝒔
𝝋𝒔𝒕 𝝋𝒈

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 7


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

On applique alors le 1er principe de la thermodynamique pour établir le bilan d’énergie


du système (S) :
𝒇𝒍𝒖𝒙 𝒆𝒏𝒕𝒓𝒂𝒏𝒕 𝒅𝒂𝒏𝒔 𝒇𝒍𝒖𝒙 𝒅𝒆 𝒄𝒉𝒂𝒍𝒆𝒖𝒓
( )+( )
𝒍𝒆 𝒔𝒚𝒔𝒕è𝒎𝒆 𝒈é𝒏é𝒓é 𝒑𝒂𝒓 𝒍𝒆𝒔 𝒔𝒐𝒖𝒓𝒄𝒆𝒔 𝒊𝒏𝒕𝒆𝒓𝒏𝒆𝒔
𝒇𝒍𝒖𝒙 𝒅𝒆 𝒄𝒉𝒂𝒍𝒆𝒖𝒓 𝒇𝒍𝒖𝒙 𝒅𝒆 𝒄𝒉𝒂𝒍𝒆𝒖𝒓
= ( )+( )
𝒔𝒐𝒓𝒕𝒂𝒏𝒕 𝒅𝒆 𝒅𝒖 𝒔𝒚𝒔𝒕è𝒎𝒆 𝒔𝒕𝒐𝒄𝒌é𝒆 𝒅𝒂𝒏𝒔 𝒍𝒆 𝒔𝒚𝒔𝒕è𝒎𝒆

𝝋𝒆 + 𝒑 = 𝝋𝒔𝒕 + 𝝋𝒔
1.3.2 Expression du profil de température et des flux d’énergie
Il faut maintenant établir les expressions des différents flux d’énergie. En reportant ces
expressions dans le bilan d’énergie, nous obtiendrons l’équation différentielle dont la
résolution permettra de connaître l’évolution de la température en chaque point du
système.

1.4. Les différents modes de transfert de chaleur


Les échanges thermiques se font principalement selon trois modes :

1.4.1. La Conduction
C’est le transfert de chaleur au sein d’un milieu opaque, sans déplacement de matière,
sous l’influence d’une différence de température. La propagation de la chaleur par
conduction à l’intérieur d’un corps s’effectue selon deux mécanismes distincts : une
transmission par les vibrations des atomes ou molécules et une transmission par les
électrons libres.

La théorie de la conduction repose sur l’hypothèse de Fourier: la densité de flux est


proportionnelle au gradient de température :

𝝋 = −𝝀 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝒈𝒓𝒂𝒅𝑻
1.4.2. La Convection
C’est le transfert de chaleur entre un solide et un fluide, l’énergie étant transmise par
déplacement du fluide. Ce mécanisme de transfert est régi par la loi de Newton :

Tp

r T 𝜱𝒄 = 𝒉𝒄 𝑺(𝑻𝒑 − 𝑻∞ ) Avec
hc

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 8


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

𝑐 Flux de chaleur échangé par convection (W)


𝒉𝒄 Coefficient de transfert de chaleur par convection (W /m².K)
S Aire de la surface de contact solide/fluide (m²)
𝑻𝒑 Température de surface du solide (K)
𝑻∞ Température du fluide loin de la surface du solide (K)

Remarque : La valeur du coefficient de transfert de chaleur par convection h c est fonction


de la nature du fluide, de sa température, de sa vitesse et des caractéristiques
géométriques de la surface de contact solide/fluide.

1.4.3 Echange par Rayonnement


C’est un transfert d’énergie électromagnétique entre deux surfaces (même dans le vide).
Dans les problèmes de conduction, on prend en compte le rayonnement entre un solide
et le milieu environnant et dans ce cas nous avons la relation :

Tp, 𝜺𝒑

r T 𝜱𝒓 = 𝜺𝒑 𝑺𝒑 𝝈(𝑻𝟒𝒑 − 𝑻𝟒∞ )

avec
𝑟 Flux de chaleur radiatif échangé (W)
𝝈 Constante de Stephan Boltzmann (5,67.10-8 W m-2K-4)
𝜺𝒄 Emissivité radiative de la paroi (sans unité)
𝑺𝒑 Aire de la surface paroi solide (m²)
𝑻𝒑 Température de paroi solide (K)
𝑻∞ Température du milieu environnant du solide (K)
En effet chaque corps physique ou chimique dont la température est supérieur au zéro
absolue (𝑻 > 𝟎𝑲 = −𝟐𝟕𝟑. 𝟏𝟓°𝑪) émet un flux radiatif 𝜱𝒓 = 𝜺𝝈𝑻𝟒 par unité de
surface. Ce flux est maximal pour la longueur d’onde caractéristique du corps, selon la
Loi de déplacement de WIEN:

m .T = cste = 2900 µm. K


Ainsi le rayonnement thermique permet de caractériser un corps et donc de le
reconnaitre.

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 9


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

II. EQUATION GENERALE DE LA CONDUCTION


Ce mode de transfert tant à une distribution homogène de la température au sein milieu, des
zones où la température est élevée vers les zones où elle est faible. La conduction est le seul
mode de transfert qui a lieu au sein des milieux opaques et dans les fluides immobiles.

Dans le domaine du Génie Civil la conduction est le mode privilégié rencontré dans les parois
du bâtiment et le sol.

Afin de simplifier les modèles et leurs résolutions, l’analyse est souvent faite en régime
permanent des températures, c’est à dire que la température en tout point est stable à tout
instant. Dans la réalité, on se trouve toujours dans des conditions de régime variable. Dans ces
conditions, la résolution de ces problèmes est malaisée et nécessite généralement le recours à
des méthodes numériques.

2.1. Concepts fondamentaux et équation générale de la conduction.


- champs thermiques
- loi de Fourier
- Equation de la conduction
- Conduction aux limites spatiales et temporelles.

2.1.1. Notions de base


- Champs thermiques, loi du Fourier

Le champ thermique est défini par la connaissance de la température scalaire et des


coordonnées du point M du plan d’un milieu, liquide solide, ou gazeux. On la note
T(M,t) = T (x,y,z,t)

Les points du solide où la température est la même est appelée surface isothermique En
régime permanent, cette surface isothermique est un plan fixe. En régime variable, cette
surface isothermique est mobile et déformable.

Soit dQ la quantité de chaleur qui traverse une surface isothermique pendant un instant, on a
par définition le flux de chaleur
𝒅𝑸
= 𝒅𝒕
(W)

La densité du flux de chaleur est définie par

 𝟏 𝒅𝑸
𝝋= = (W/m²)
𝑺 𝑺 𝒅𝒕
Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 10
Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

- Loi de Fourier
Enoncé :
En tout point d’un milieu isotrope, la densité du flux de chaleur est proportionnelle à la
conductivité thermique  du milieu et au gradient de température.

𝝋 = −𝝀 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝒈𝒓𝒂𝒅𝑻
Sous forme algébrique on a :
𝒅𝑻
 = 𝝋𝑺 = −𝝀𝑺
𝒅𝒙
Avec :
 Flux de chaleur transmis par conduction (W)
𝝀 Conductivité thermique du milieu (W /m.K)
x Variable d’espace dans la direction du flux (m)
S Aire de la surface de passage du flux de chaleur (m2)

 est la fonction du point de la température  = f(M,T) ;


Pour un milieu homogène  est seulement fonction de T :  = f(T)
Si ∆T n’est pas trop élevées,  = Cte

On trouvera dans le tableau ci-après les valeurs de la conductivité thermique  de certains


matériaux parmi les plus courants. Un tableau plus complet est donné en annexe.

2.2. Equation générale de la conduction


2.2.1. Equation cartésienne de la conduction

Soit un transfert monodimensionnel T(x,t) ;


Soit un volume élémentaire S.dx
S : section droite de la plaque plane
P : puissance volumique des sources
3
internes (W/m )
En appliquant le bilan thermique sur le
volume élémentaire dv, on obtient :

𝒇𝒍𝒖𝒙 𝒆𝒏𝒕𝒓𝒂𝒏𝒕 𝒅𝒂𝒏𝒔 𝒇𝒍𝒖𝒙 𝒅𝒆 𝒄𝒉𝒂𝒍𝒆𝒖𝒓 𝒈é𝒏é𝒓𝒂𝒍𝒆 𝒑𝒂𝒓


( )+( )=
𝑳𝒆 𝒗𝒐𝒍 é𝒍é𝒎𝒆𝒏𝒕𝒂𝒊𝒓𝒆 𝒅𝒗 𝒍𝒆𝒔 𝒔𝒐𝒖𝒓𝒄𝒆𝒔 𝒊𝒏𝒕𝒆𝒓𝒏𝒆𝒔 𝒅𝒂𝒏𝒔 𝒅𝒗
𝒇𝒍𝒖𝒙 𝒅𝒆 𝒄𝒉𝒂𝒍𝒆𝒖𝒓 𝒇𝒍𝒖𝒙 𝒅𝒆 𝒄𝒉𝒂𝒍𝒆𝒖𝒓
( )+( )
𝒔𝒐𝒓𝒕𝒂𝒏𝒕𝒅𝒆 𝒗𝒐𝒍 𝒆𝒍𝒕𝒂𝒊𝒓𝒆 𝒅𝒗 𝒔𝒕𝒐𝒄𝒌é𝒆 𝒅𝒂𝒏𝒔 𝒍𝒆 𝒗𝒐𝒍 𝒅𝒗

Ce qui peut se traduire par l’équation suivante

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 11


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

𝛛𝑼
𝒙 + 𝒑𝑺𝒅𝒙 = 𝒙+𝒅𝒙 + 𝝆𝑺𝒅𝒙. 1
𝛛𝒕
ou encore
𝛛𝑻
𝒙 + 𝒑𝑺𝒅𝒙 = 𝒙+𝒅𝒙 + 𝝆𝑺𝑪𝒅𝒙.
∂𝑥
𝛛𝒕
𝑥+𝑑𝑥 = 𝑥 + ∂𝑥
𝑑𝑥 (Série de Taylor)

D’où on a
∂𝑥 ∂𝑇
𝑥 + 𝑝𝑆𝑑𝑥 = 𝑥 + ∂𝑥
𝑑𝑥 + 𝜌𝑆𝐶𝑑𝑥.
∂𝑡

Soit :

𝝏 𝒙 𝝏𝑻
− 𝒅𝒙 + 𝒑𝑺𝒅𝒙 = 𝝆𝑺𝑪𝒅𝒙.
𝝏𝒙 𝝏𝒕
C’est l’équation générale de la conduction en une dimension.

𝝆𝑪 : Chaleur volumique J/m3 .k

S = Cte ;  = Cte ; division par S et simplification

𝝏²𝑻 𝒑 𝝆𝑪 𝝏𝑻
+ =
𝝏𝒙²  𝝀 𝝏𝒕
𝝀
𝒂= Diffusibilité thermique (m²/s)
𝝆𝑪

𝝏²𝑻 𝒑 𝟏 𝝏𝑻
+ =
𝝏𝒙²  𝒂 𝝏𝒕
En 3 dimensions on écrira :

𝝏²𝑻 𝝏²𝑻 𝝏²𝑻 𝒑 𝟏 𝝏𝑻 𝒑 𝟏 𝝏𝑻


+ + + = ou 𝜟𝑻 + =
𝝏𝒙² 𝝏𝒚² 𝝏𝒛²  𝒂 𝝏𝒕  𝒂 𝝏𝒕
C’est l’équation cartésienne classique de la conduction

1
En Thermodynamique, H =U+PV soit dH = dU + PdV+VdP
Solide indéformable donc dH = dU car dV = dP=0 ; dH = CpdT; dU = CvdT soit Cp =Cv = C (Chaleur massique)
∂U/∂t=C ∂T/∂t (Solide indéformable)
Ces résultats thermodynamique conduire à écrire :
ρCSdx.∂T/∂t = ρSdx.∂U/∂t
Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 12
Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

2.2.2. Cas particuliers fréquemment rencontrés


𝜕𝑇 𝑝
i. Régime permanent, sans sources de chaleur internes = 0; = 0
𝜕𝑡 

𝜟𝑻 = 𝟎 équation de Laplace
𝜕𝑇
ii. Régime permanent, avec sources internes =0
𝜕𝑡
𝒑
𝜟𝑻 + = 𝟎 équation de Poisson

𝑝
iii. Régime variable sans sources internes = 0

𝟏 𝝏𝑻
𝜟𝑻 = équation du Fourier
𝒂 𝝏𝒕

2.2.3. Autres expression de l’équation de la conduction


- Coordonnées cylindrique( r,z)/ 𝑟 = √𝑥² + 𝑦²

𝝏²𝑻 𝟏 𝝏𝑻 𝝏²𝑻 𝒑 𝟏 𝝏𝑻
+ + + =
𝝏𝒓² 𝒓 𝝏𝒓 𝝏𝒛²  𝒂 𝝏𝒕
Dans le cas d’un problème à symétrie cylindrique où la température ne dépend que de r et de
t, l’équation peut s’écrire sous forme simplifiée

𝟏 𝝏 𝝏𝑻 𝒑 𝟏 𝝏𝑻
(𝒓 ) + =
𝒓 𝝏𝒓 𝝏𝒓  𝒂 𝝏𝒕
- Coordonnées sphériques (r)/ 𝑟 = √𝑥 2 + 𝑦 2 + 𝑧 2

𝟏 𝝏 𝝏𝑻 𝒑(𝒓, 𝒕) 𝟏 𝝏𝑻
(𝒓² ) + =
𝒓² 𝝏𝒓 𝝏𝒓  𝒂 𝝏𝒕
2.3. Conditions aux limites

L’équation linéaire classique de la chaleur est une équation différentielle second ordre. Sa
résolution nécessite la connaissance des conditions initiales et des conditions de surface. Les
constantes de la solution générales sont déterminées à partir de ces conditions afin de
trouver la solution particulière.
Sur les frontières d'un matériau, différents types de conditions aux limites peuvent apparaître
dans les problèmes couramment rencontrés en transfert de chaleur.

2.3.1. Condition initiale (spatiale)

Au temps t=0, on connait la distribution de la température à l’intérieur et à l’extérieur du


solide.
Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 13
Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

T(M,o) =T0 (x ,y ,z) où T0 = Cste

2.3.2. Condition de surfaces


• Température imposée (condition de Dirichlet)
En tout point de la paroi, T(Mp,t) = f( Mp ,t) connu
T(Mp,t) : température de paroi au point Mp=Tp (x , y ,z ,t)

Si ∀Mp , Tp = cste on parle d’une paroi isotherme

• Densité de flux imposée (condition de Newman)


𝛛𝑻
La densité de flux  dans la paroi est connue : 𝛗𝒑 = −𝝀 | = 𝒄𝒔𝒕𝒆 connue
𝛛𝒙 𝑷
∂𝑇
| se lit dérivé normale de la température calculée à la température du paroi TP
∂𝑥 𝑃
𝑼²
Exemple la surface d’un Fer à repasser électrique 𝒑 = 𝑹
= 𝑹𝑰²  φ𝑝 = 𝑐𝑠𝑡𝑒
𝛛𝑻
Si φ𝑝 = 0  −𝝀 | = 𝟎  paroi adiabatique
𝛛𝒙 𝑷

• Echanges surfaciques : conditions mixtes de Fourier

Convection+ rayonnement aux frontières.

Condition de newton 𝝋𝒄 = 𝒉𝒄 (𝑻𝒑 − 𝑻∞ ) h𝑐 coefficient de convection (W/m².K)


On linéarité le flux échangé par rayonnement d’où 𝝋𝒓 = 𝒉𝒓 (𝑻𝒑 − 𝑻∞ ) ℎ𝑟 coefficient
d’échange radiatif (expression explicite complexe).

𝝋𝒑 = 𝝋𝒄 + 𝝋∞ = (𝒉𝒄 + 𝒉𝒓 )(𝑻𝒑 − 𝑻∞ )

𝝋𝒑 = 𝒉(𝑻𝒑 − 𝑻∞ ) h coefficient d’échange surfacique (W/m².k)

Remarque : - La convection prédominée  h ≈ hc

- Le rayonnement prédominé  h ≈ hr

- Les deux mêmes ordres de grandeur 𝒉 = 𝒉𝒄 + 𝒉𝒓

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 14


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

L : longueur caractéristique (exemple : épaisseur d’un mur)

Le bilan de puissance : (flux conductif à p- dans le mur) = (flux convectif/radiatif à p+)


𝛛𝑻
−𝝀 | = 𝒉(𝑻𝒑 − 𝑻∞ )| 𝑷+
𝛛𝒙 𝑷−

• Contact entre deux solides

On considère deux corps solides aux températures respectif T1 et T2 avec T1 > T2

T1 T2

On les met en contact; il en résulte l’un des deux cas suivants :

- Contact parfait

A l’interface I il y a conservation de la densité de flux


T1 T2
−𝜆1 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑔𝑟𝑎𝑑 𝑇1 = −𝜆2 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑔𝑟𝑎𝑑 𝑇2
I
T1(I) = T2(I) et donc TI = 0

- Contacte imparfait (cas réel)

T1 T2

I
Il existe toujours une différence de température à l’interface (∆TI) entre les deux solides tels
que ∆𝑻𝑰 = 𝑹𝒕𝒉 .  Avec 𝑹𝒕𝒉 résistance thermique de contacte (difficile à évaluer).

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 15


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

III. PROBLEMES DE CONDUCTION EN REGIME PERMANENT

Cette partie traite des solutions générales et particulières de l’équation de la chaleur en régime
permanent dans les solides homogènes et isotropes.

3.1. Définition des isothermes et du flux en régime permanent sans source pour le cas d’un
mur.

a) Mur Simple
Le mur est un milieu d’épaisseur finie e limité par deux plans parallèles infiniment grands.
Dans ce cas s’il existe une différence de température entre ces plans et le transfert de chaleur
peut être considéré comme monodimensionnelle entre les 2 plans.

𝒅𝟐 𝑻
=𝟎
𝝏𝒙𝟐
{𝑻(𝒙 = 𝟎) = 𝑻 y
𝟏
𝑻(𝒙 = 𝑳) = 𝑻𝟐
(𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 )
𝑻(𝒙) =
𝐞
𝒙 + 𝑻𝟏 T1
𝒅𝑻 
T2
𝝋 = − = (𝑻 − 𝑻𝟐 )
𝒅𝒙 𝐞 𝟏 x
𝑨 e
 = 𝑨𝝋 = (𝑻𝟏 − 𝑻𝟐 )
𝐞
𝒆
 = (𝑻𝟏 − 𝑻𝟐 )/
𝑨
Remarque : Analogie électrique.
𝒆
En posant 𝑹𝒕𝒉 = (𝑲/𝑾) comme résistance thermique, on a l’analogie suivante :
𝑨

ELECTRICITE THERMIQUE
Potentiel V Température T
Courant I Flux de chaleur 
Densité de courant j Densité de flux 𝝋
Résistance él. Re Résistance th. Rth
(𝑽𝟏 − 𝑽𝟐 ) (𝑻𝟏 − 𝑻𝟐 )
𝑰=  =
𝑹 𝑹𝒕𝒉

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 16


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

b) Mur en contact avec deux fluides.


Généralement la différence de température des deux faces du mur est due aux fluides
d’ambiances de part et d’autre de ce mur.
Le flux de chaleur échangé entres les fluide à travers le mur est donné par :
(𝑻𝒂𝟏 − 𝑻𝒂𝟐 )
 =
𝟏 𝒆 𝟏
+ +
𝒉𝟏 𝑨 𝑨 𝒉𝟐 𝑨

𝟏 𝒆 𝟏
𝑹𝒕𝒉 = + +
𝒉𝟏 𝑨 𝑨 𝒉𝟐 𝑨

c) Cas du mur multicouches


(𝑻𝒂𝟏 − 𝑻𝒂𝟐 )
 =
𝟏 𝒆 𝒆 𝒆 𝟏
+ 𝟏 + 𝟐 + 𝟑 +
𝒉𝟏 𝑨 𝟏 𝑨 𝟐 𝑨 𝟑 𝑨 𝒉𝟐 𝑨

Plus généralement pour les murs multicouches


(𝑻𝒂𝟏 − 𝑻𝒂𝟐 )
 =
𝑹𝒕𝒉
𝒏
𝟏 𝒆𝒊 𝟏
𝑹𝒕𝒉 = +∑ +
𝒉𝟏 𝑨 𝒊 𝑨 𝒉𝟐 𝑨
𝒊=𝟏

3.2. Conduction à travers plusieurs corps places en série ou parallèle Analogie électrique
Considérons la structure du mur suivant ; on aura les analogies :
C(𝐞𝑪 , 𝛌 𝑪 , 𝐒 𝑪 )

A(𝐞𝑨 , 𝛌 𝑨 , 𝐒 𝑨) B (𝐞𝑩 , 𝛌 𝑩 , 𝐒 𝑩)

Remarque : Pour les températures de frontière isothermes T1 et T2, les flux s’additionnent.
𝝋 = 𝝋𝑪 + 𝝋𝑨𝑩
D’autre part La résistance thermique obéit à l’analogie des résistances électriques.
➢ En composition série :
𝐑 𝒕𝒉 = 𝐑 𝒕𝒉𝟏 + 𝐑 𝒕𝒉𝟐 + ⋯ = ∑ 𝐑 𝒕𝒉𝒊
𝒊
➢ En composition parallèle
𝟏 𝟏 𝟏 𝟏
= + +⋯=∑
𝐑 𝒕𝒉 𝐑 𝒕𝒉𝟏 𝐑 𝒕𝒉𝟐 𝐑 𝒕𝒉𝒊
𝒊

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 17


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

3.3. Conduction morte dans un cylindre creux

Le flux échangé à travers la surface latérale du cylindre. En régime permanant,

𝟏 𝝏 𝝏𝑻
𝒓 𝝏𝒓
(𝒓 𝝏𝒓
)= 𝟎
{ 𝑻(𝒓 = 𝒓 ) = 𝑻 r2
𝟏 𝟏 L
𝑻(𝒓 = 𝒓𝟐 ) = 𝑻𝟐 r1
r
Le profil de température

𝑻(𝒓) = 𝒄𝟏 𝒍𝒏𝒓 + 𝒄𝟐

(𝑻𝟏 − 𝑻𝟐 ) 𝒓
𝑻(𝒓) = 𝒓 𝒍𝒏( ) + 𝑻𝟏
𝒍𝒏( 𝟏 ) 𝒓𝟏
𝒓𝟐

La densité de flux

𝒅𝑻  (𝑻𝟏 − 𝑻𝟐 )
𝝋 = − = .
𝒅𝒓 𝒓 𝒍𝒏 (𝒓𝟐 )
𝒓𝟏

Le flux échangé entre l’intérieur et l’intérieur du cylindre.

 = 𝑨𝝋 = 𝟐𝝅𝒓𝑳𝝋
(𝑻𝟏 − 𝑻𝟐 )
 = 𝒓
𝒍𝒏 (𝒓𝟐 )
𝟏
𝟐𝝅 𝑳
La résistance thermique du cylindre
𝒓
𝒍𝒏 ( 𝟐 )
𝒓𝟏
𝑹𝒕𝒉 =
𝟐𝝅 𝑳
Remarque
Pour un cylindre à bords mince, e
𝒓𝟐 𝒆
𝒆 = (𝒓𝟐 − 𝒓𝟏 ) ≪ 𝒓𝟏 𝒍𝒏 ( ) ≈
𝒓𝟏 𝒓𝟏
et donc

𝒆
𝑹𝒕𝒉 =
𝟐𝝅𝒓𝟏  𝑳

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 18


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

3.4. Conduction morte dans une sphère creuse

⃗⃗ = 𝝋
La distribution du flux est radiale (𝝋 ⃗⃗ 𝒙 + 𝝋
⃗⃗ 𝒚 + 𝝋
⃗⃗ 𝒛 = 𝝋
⃗⃗ 𝒓 ) et les isothermes T(x,y,z) = T(r)
sont des sphères concentriques de centre O.

𝟏 𝝏 𝝏𝑻 𝒑(𝒓, 𝒕) 𝟏 𝝏𝑻
(𝒓² ) + =
𝒓² 𝝏𝒓 𝝏𝒓  𝒂 𝝏𝒕
r2
En régime permanant sans source on a :
r1
𝟏 𝝏 𝝏𝑻
(𝒓² ) = 𝟎 r
𝝏𝒓 𝝏𝒓
{𝒓²
𝑻(𝒓 = 𝒓𝟏 ) = 𝑻𝟏
𝑻(𝒓 = 𝒓𝟐 ) = 𝑻𝟐

Le profil de température
𝒄𝟏
𝑻(𝒓) = + 𝒄𝟐
𝒓

𝟏 𝟏

𝒓 𝒓𝟏
𝑻(𝒓) = (𝑻𝟏 − 𝑻𝟐 ) + 𝑻𝟏
𝟏 𝟏

𝒓𝟏 𝒓𝟐

La densité de flux

𝒅𝑻  (𝑻𝟏 − 𝑻𝟐 )
𝝋 = − = 𝟐.
𝒅𝒓 𝒓 𝟏 𝟏

𝒓𝟏 𝒓𝟐

Le flux échangé entre l’intérieur et l’intérieur du cylindre.

 = 𝑨𝝋 = 𝟒𝝅𝒓²𝝋
(𝑻𝟏 − 𝑻𝟐 )
 = 𝒓 −𝒓
𝟐 𝟏
𝟒𝝅𝝀𝒓𝟏 𝒓𝟐

La résistance thermique d’un mur sphérique est donc


𝒓𝟐 − 𝒓𝟏
𝑹𝒕𝒉 =
𝟒𝝅𝝀𝒓𝟏 𝒓𝟐

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 19


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

3.5. Conduction sans source de chaleur : la conductivité est fonction de la température


Si la gamme des températures rencontré dans un problème est telles que les valeurs de  sont
sensiblement différents d’une extrémité à l’autre de cette gamme, on ne peut plus faire
l’hypothèse d’une conductivité thermique constante dans presque tous les cas on peut
exprimer la dépendance entre  et T par une relation linéaire.

𝛌(𝐓) = 𝛌 𝒐 (𝟏 + 𝒂𝑻)
Avec 0 : Conductivité thermique à 00C

a : coefficient de température vis-à-vis de la conductivité thermique (W/m.K).

• Expression de la densité de flux de chaleur et de la température dans le cas d’un mur

𝝏𝑻
𝝋 = −𝝀 𝒐 (𝟏 + 𝒂𝑻)
𝝏𝒙
𝜑 2 𝑇
𝜆𝑜
∫ 𝑑𝑥 = − ∫𝑇1 (1 + 𝑎𝑇) 𝑑𝑇
𝜑𝐿 𝑎 𝑻𝟏
= [𝑇 + 𝑇²]
𝝀𝒐 𝟐 𝑻𝟐
λ 𝑎
 = 𝑳 𝒐 [(𝑇1 − 𝑇2 ) + 𝟐 (𝑇1 2 − 𝑇2 2 )]
λ 𝑎
 = 𝑳 𝒐 [(𝑇1 − 𝑇2 ) + 𝟐 (𝑇1 − 𝑇2 )( 𝑇1 + 𝑇2 )] (𝑻)
λ𝑜 𝑎
= 𝐿
(𝑇1 − 𝑇2) [1 + ( 𝑇1 + 𝑇2 )]
𝟐

𝛌𝒐 𝑻𝟏 + 𝑻𝟐
= [𝟏 + 𝒂 ] ( 𝑻𝟏 − 𝑻𝟐 )
𝑳 𝟐
( 𝑻𝟏 + 𝑻𝟐 )
𝑻𝒎 = : 𝒎𝒐𝒚𝒆𝒏𝒏𝒆 𝒂𝒓𝒊𝒕𝒉𝒎é𝒕𝒊𝒒𝒖𝒆𝒅𝒆𝒔 𝒕𝒆𝒎𝒑é𝒓𝒂𝒕𝒖𝒓𝒆 𝒆𝒙𝒕𝒆𝒓𝒏𝒆𝒔
𝟐
𝛌𝒐
= (𝟏 + 𝒂𝑻𝒎 )(𝑻𝟏 − 𝑻𝟐 )
𝑳
et 𝝀 𝒎 = 𝝀 𝒐 (𝟏 + 𝒂𝑻𝒎 )
𝛌𝒎
𝝋= (𝑻𝟏 − 𝑻𝟐 )
𝑳
On retrouve l’expression de  pour le mur avec  constante à condition d’évaluer  à 𝑇𝑚 =
( 𝑇1 +𝑇2 )
2
Ceci est valable également pour les cas du cylindre creux et de la sphère creuse (voir TD)
• Distribution des températures

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 20


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

𝒅𝑻
𝝋 = (− ) = 𝑪𝒔𝒕𝒆 ⇒
𝒅𝒙
𝑑𝑇
−λ 𝑜 (1 + 𝑎𝑇) =𝜑
𝑑𝑥
𝜑 𝑥 𝑇(𝑥)
𝜆𝑜
∫0 𝑑𝑥 = − ∫𝑇 (1 − 𝑎𝑇) 𝑑𝑇
1
𝜑𝑥 𝑎
= (𝑇1 − 𝑇) + (𝑇1 2 − 𝑇 2 )
𝜆𝑜 2
𝑎 2 𝑎 𝜑𝑥
𝑇 + 𝑇 − ( 𝑇1 2 + 𝑇1 ) + =0
2 2 𝜆𝑜
2𝑎𝜑𝑥
Δ = (1 + 𝑎𝑇1 )2 − D’où
𝜆𝑜

𝟐
𝟏 𝟏 𝟐𝝋𝒙
𝑻(𝒙) = ± √( + 𝑻𝟏 ) −
𝒂 𝒂 𝒂𝝀𝒐

3.6. Conduction avec source de chaleur (p≠0, =cste)


Dans nombreux problèmes rencontrés, le système thermique est le siège d’une puissance
volumique uniforme p. Dans ces conditions, la résolution de l’équation de conduction en tient
compte.

a) Cas d’un cylindre plein

𝑑2 𝑇 𝑝
= − ,
𝑑𝑥 2 
𝑇(𝑥 = 0) = 𝑇1 ,

𝑇(𝑥 = 𝑒) = 𝑇2
En intégrant cette équation, on en vient aux équations de température et de flux suivantes:

𝒑 𝟐 𝒙 𝒙 𝟐 𝒙
𝑻(𝒙) = 𝒆 [ − ( ) ] + (𝑻𝟐 − 𝑻𝟏 ) + 𝑻𝟏
𝟐 𝒆 𝒆 𝒆
Le terme additionnel par rapport à la conduction morte est :
𝑝 2 𝑥 𝑥 2
𝑒 [ −( ) ]
2 𝑒 𝑒
𝒅𝑻 𝒆 
𝝋(𝒙) = −𝝀 = 𝒑 (𝒙 − ) + (𝑻𝟏 − 𝑻𝟐 )
𝒅𝒙 𝟐 𝒆
Cas pratique important :
Pour 𝑇1 = 𝑇2 = 𝑇,
Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 21
Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

𝒑 𝟐 𝒙 𝒙 𝟐
𝑻(𝒙) = 𝒆 [ − ( ) ] + 𝑻𝟏
𝟖 𝒆 𝒆
𝒆
𝝋(𝒙) = 𝒑 (𝒙 − )
𝟐
En effet posons e=2l
𝒑
𝑻(𝒙) = [𝟐𝒍𝒙 −𝒙𝟐 ] + 𝑻𝟏
𝟖
T(x) est max pour x = l
𝒑𝒍² 𝒑𝒍²
𝑻𝒎𝒂𝒙 = + 𝑻𝟏 ⇔ 𝑻𝒎𝒂𝒙 − 𝑻𝟏 =
𝟖 𝟖
et
𝝋(𝒙) = 𝒑(𝒙 − 𝒍)
Il y a un plan médian de diffusion de flux au milieu du mur, c’est le cas des câbles électriques.
Le flux est y nul et maximale sur les bords (x=0 et x = 2l =e).

b) Conduction avec source de chaleur cas d’un cylindre plein.

La densité de flux

𝒅𝑻 𝒑𝒓
𝝋(𝒓) = − =
𝒑,  𝒅𝒓 𝟐
r
𝟐 𝒓
R 𝝋(𝒓) = (𝑻 − 𝑻𝟏 )
𝑹² 𝒎𝒂𝒙
Le flux de chaleur
1 𝜕 𝜕𝑇 𝑝
(𝑟 𝜕𝑟 ) +  = 0  = 𝑨𝝋 = 𝟐𝝅𝒓𝑳𝝋
𝑟 𝜕𝑟
∂𝑇 (𝑻𝒎𝒂𝒙 − 𝑻𝟏 )
𝜆 | 𝑟=0 = 0  =
∂𝑥 𝒓𝟐 /𝑹²
{ 𝑇(𝑟 = 𝑅 ) = 𝑇2 𝟒𝝅 𝑳
(𝑻𝒎𝒂𝒙 − 𝑻𝟏 )
Le profil de température  (𝑹) =
𝟏
𝑝𝑟² 𝟒𝝅 𝑳
𝑇 (𝑟 ) = + 𝑐1 𝑙𝑛𝑟 + 𝑐2
4 La résistance thermique du cylindre

𝒑 𝟏
𝑻(𝒓) = (𝑹𝟐 − 𝒓𝟐 ) + 𝑻𝟏 𝑹𝒕𝒉 =
𝟒 𝟒𝝅 𝑳
𝒑𝑹²
𝑻𝒎𝒂𝒙 = 𝑻(𝒓 = 𝟎) = + 𝑻𝟏
𝟒

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 22


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

IV. ISOLATION THERMIQUE ET ECONOMIES D’ENERGIE

4.1 Introduction
L’idée d’économiser l’énergie est assez récente, on commence réellement à la prendre en
compte après les chocs pétroliers de 1973 et 1990 à cause de:

- La crainte d’un épuisement des ressources

- Le réchauffement climatique

- La montée du coup de l’énergie

L'isolation thermique d'une structure permet d'économiser beaucoup d'énergie, d’augmenter


la longévité des matériaux protégé par l’isolant.

4.2 Isolation thermique des bâtiments Pourquoi ?


L’isolation est moyen de :
➢ Réduire la consommation d’énergie de climatisation

➢ Préserver l’environnement

➢ Améliorer le confort

➢ Etre conforme à la règlementation (En France selon la « Grenelle environnement »


2012, Chaque construction neuve ne devra pas consommer plus de 50 kWh/m²/an
d’énergie en moyenne)

4.3 Principe de l’isolation thermique


La Part des déperditions (en %) à travers les différentes parois d’une maison non isolée est
indiqué comme suit.

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 23


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

Les ponts thermiques intégrés rassemblent tous les points de fuite thermiques crées dans la
paroi par des éléments tel que les ossatures métalliques, appuis et autres accessoires. Les
ponts thermiques de liaisons sont ceux qui caractérisent les interfaces des parois

L’isolation thermique a pour objectif de diminuer les pertes de chaleur dans l’enceinte de
l’habitat par la pose ou l’intégration d’in isolant thermique adéquat.

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 24


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

Ce n'est pas le seul moyen d'influer sur le confort et les économies d'énergie bien d’autres
concepts d’efficacité énergétique sont exploitées en complément de l’isolation (équipements,
réflexions constructives...).

Les grandeurs physiques utilisées

Les parois sont définies par plusieurs caractéristiques dépendantes des matériaux utilisés:
 L’épaisseur en m
 La masse volumique en kg/m3
 La conductivité thermique λ en W/(m.K)
Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 25
Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

Pour qu’un isolant soit efficace, il doit être un mauvais conducteur de chaleur,
Cette performance thermique est donnée par la résistance thermique:

R = e/λ + Rsi + Rse

Les termes de résistances thermiques superficielles Rsi et Rse représentent la résistance de


l’air sur les parois intérieures et extérieures.

Epaisseur de matériau pour une résistance thermique équivalente.

Le coefficient de transmission thermique k caractérise la quantité de chaleur pouvant traverser


une surface. k = 1/R en W/m².K

Plus sa valeur est faible et plus la construction sera isolée.

Connaître les valeurs de référence


Une réglementation Française impose des valeurs de coefficient de transmission des parois k
(souvent nommé "U") bien définies suivant les surfaces de déperdition considérées (murs de
façade, murs mitoyens...).

De manière générale, on considère qu'une valeur de k < 0,8 W/m².K au niveau d'une paroi d'un
bâtiment existant est suffisante et ne nécessite pas d'isolation supplémentaire.

Calculer le niveau d'isolation lorsque la nature et l'épaisseur des matériaux


isolants sont connues

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 26


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

Suivant la conductivité thermique et l'épaisseur du matériau, on peut calculer


approximativement ou précisément le niveau d'isolation d'une paroi.

Exemple : Avec une épaisseur de 19 cm de bloc de béton léger (ρ< 900 kg/m³, λ= 0,37 W/m.K)
+ une couche de 3 cm de laine minérale (λ= 0,04 W/m.K, on obtient une valeur de k = à 0,8
W/m².K.

Il faut aussi souligner que seul le calcul du niveau d'isolation


est insuffisant sachant que c'est surtout la mise en œuvre qui donnera satisfaction ou pas (un
isolant mal posé peut donner un niveau d'isolation globale de l'ordre de 1 au lieu de 0,4
W/m².K).

Il est aussi possible de mesurer la température de surface intérieure du mur et d'en déduire
le coefficient de transmission thermique k du mur. Il peut être estimé par la formule :

k = (Tint - Tsurf) / (0.125 x (Tint - Text)) EN RÉGIME STATIONNAIRE !

où,
• Tint est la température ambiante dans le local
• Tsurf est la température de surface du plafond
• Text est la température extérieure moyenne entre celle du jour et celle de la nuit.
Pour que la valeur obtenue soit valable, il faut que le mur soit en régime thermique stationnaire
(c'est-à-dire que les températures intérieures et extérieures ne subissent pratiquement pas de
variation).

Exemple 1.

Temps couvert.
Température extérieure jour : + 5°C.
Température extérieure nuit : - 5°C.
Température stable du local : 20°C.
Température de surface du mur : 16,5°C
> Température moyenne extérieure : 0°C.
> U = (20 - 16,5) / (0.125 (20 - 0)) = 1.4 W/m²K
> Le mur n'est pas isolé !

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 27


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

Valeurs constatées :
Exemple 2 Temps couvert.
Température extérieure jour : + 5°C.
Température extérieure nuit : - 5°C.
Température stable du local : 20°C.
Température de surface du mur : 18,5°C
> Température moyenne extérieure : 0°C.
> U = (20 - 18,5) / (0.125 (20 - 0)) = 0.6 W/m²K
> Le mur est "suffisamment" isolé !

4.4 Techniques d’isolation


Il y a trois techniques différentes pour réaliser l’isolation thermique d’un mur. Chacune d’entre elles dispose
d’avantages et d’inconvénients

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 28


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

4.5 Choisir son isolant


D’après ce qui a été dit précédemment, différents critères entrent en jeu dans le choix d’un
isolant:
✓ Sa conductivité thermique caractérisant son pouvoir isolant
✓ Sa longévité
✓ Son prix
✓ Ses contraintes de mise en place
✓ Ses caractéristiques face au feu et à l’humidité

a- Type d’isolant

Isolants Minéraux: Fabriqués à partir de matières naturelles inorganiques

Ex: la laine de verre, la laine de roche, le verre cellulaire, l’argile expansée

Isolants Organiques: Fabriqués à partir de matières végétales ou animales

Ex: Le liège, la fibre de bois, la chanvre, la laine de mouton

Parmi les isolants organiques, les isolants biosourcés (fibre de bois, chanvre,,,) ont des
propriétés écologiques exceptionnelles,

Isolants Synthétiques: Utilisent des matériaux non présents dans la nature (plastique,
polystyrène etc...)

Ex: Polystyrène expansé, polyuréthane, La mousse phénolique

Isolants minces: Epais de quelques millimètres à quelques centimètres, ils sont constitués
d’une ou plusieurs couches d’aluminium assemblées entre elles et de couches intermédiaires
de différentes natures : feutre, ouate, mousse, etc.

b- Observations sur l’usage de quelques isolants

Cond. Prix (en


Isolant Forme longévité Obsevations
therm. Fance)

Panneaux
Laine de verre ~0,035 Rouleaux - 3 à 8€/m² Polluant
Vrac

Polluant
Laine de roche ~0,036 Panneaux ++ 5 à 10€/m²
Plus résistant à l’eau

Liège expansé ~0,040 Plaque ++++ 10 à 30€/m² Insensible à l’eau

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 29


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

Laine de
~0,038 Vrac, Rouleaux + 15 à 20€/m² Faible inertie, absorbe l’eau
mouton

Polystyrène Fragile au feu, mauvaise isolation


~0,035 Plaque ++ 10€/m²
expansé phonique

Panneaux
Polyuréthane ~0,026 +++ 20€/m² Polluant, insensible à l’eau
Mousse

Fort mais
Polluant
Isolant mince pouvoir Rouleaux + 5 à 10€/m²
Facile à poser
réflecteur

Peinture
0,55 bombe ++ 15€/m² Épaisseur infime
isolante

Brique Brique
0,15 ++++ 50€/m² Mise en place simple
Monomur constructive

Béton
0,11 Mur complet ++++ 20 à 45€/m² Mise en place simple
cellulaire

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 30


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

V. L’EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT

5.1 Introduction: notion de confort


Les paramètres suivants entrent en jeu dans la notion de confort:

• la température ambiante (de l’air)


• la température des parois
• l'humidité de l'air ambiant
• les écarts de température
• les courants d’air
• le bruit environnant

La consommation d’énergie dans le bâtiment en Afrique concerne essentiellement la


climatisation, l’éclairage et la bureautique

La climatisation représente 50 à 60 % de la consommation énergétique des bâtiments en


Afrique, 40% de l’énergie en France est utilisée par le bâtiment.

La surconsommation d’énergie est surtout due à la mauvaise conception du bâtiment et au


non respect de la règle d’or suivante : avant de climatiser il faut éviter de chauffer.
Climatiser revient à amener l’air d’une ambiance dans des conditions de température et
d’humidité agréables pour les individus

5.2 Conditions nominales du confort thermique


On estime que les conditions optimales sont voisines de 24°C et 50% d’humidité relative
(pourcentage d’humidité dans un Kg d’air).
En réalité le confort dépend beaucoup de conditions subjectives c’est-à-dire :
Des personnes, de l’âge, de la provenance géographique, de l’habillement, de l’état de santé…

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 31


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

DIAGRAMME DE L’AIR

Point de confort sur le diagramme de l’air humide

Zones de confort sans climatisation active

Ecarts au confort : cas de la ville de Ouagadougou

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 32


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

5.3 Quelques procédés naturels


1. VENTILATION NATURELLE ET CONFORT THERMIQUE
Plusieurs principes naturels existent pour provoquer la ventilation naturelle des locaux pour
une climatisation passive

1.1. L’utilisation des vents locaux

-
-

- -

Vent Vent
1.2. L’effet venturi

1.3. L’effet thermosiphon

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 33


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

1.4. Les cheminées solaires

1.5. L’utilisation des patios et murs thermiques

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 34


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

2. LES MASQUES ET PROTECTIONS SOLAIRES

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 35


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

3. LE PUITS CANADIEN

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 36


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

Il est utilisé pour refroidir l’air interne par refroidissement de l’air injecté dans la bâtiment
après passage dans le sol.

5.4 CONCLUSION
Il est possible d’atteindre le confort à partir des idées suivantes :
- La bonne orientation du bâtiment
- L’inertie du bâtiment
- L’isolation thermique
- La ventilation naturelle
- L’utilisation des vents dominants
- Les patios
Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 37
Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU
UNIVERSITE DE LOME/ ENSI Master Ingénierie I Génie Civil

- Une enveloppe sélective vis-à-vis du rayonnement thermique


- Le refroidissement par évaporation
- Les puits canadiens
- Etc.

Conduction en régime permanent dans un milieu solide homogène et isolation d’ouvrages 38


Ing. Fortuney Balakiyém KOUDJOWOU

Vous aimerez peut-être aussi