Vous êtes sur la page 1sur 5

Phytothérapie (2008) 6: 160–164

© Springer 2008
DOI 10.1007/s10298-008-0307-1

Article original

Pharmacognosie

Étude de six huiles essentielles : composition chimique


et activité antibactérienne1
J. Kaloustian 1 , J. Chevalier 2 , C. Mikail 1 , M. Martino 2 , L. Abou 1 , M.-F. Vergnes 1
1
Laboratoire de chimie analytique, qualitologie, nutrition, Faculté de Pharmacie, Université de la Méditerranée, 27, boulevard Jean-Moulin,
F-13385 Marseille Cedex 05, France ; UMR INSERM 476 – INRA 1260 « Nutrition humaine et lipides », F-13385 Marseille, France ; Université de la
Méditerranée (Aix-Marseille 2), Faculté de médecine, IPHM-IFR 125, F-13385 Marseille, France
2
UMR-MD-1, Facultés de médecine et de pharmacie, Université de la Méditerranée, 27, Boulevard Jean-Moulin, F-13385 Marseille Cedex 05, France
Correspondance : e-mail : Jacques.Kaloustian@pharmacie.univ-mrs.fr

Résumé : Les huiles essentielles sont utilisées en médecine strain Staphylococcus aureus we observed little effect:
traditionnelle pour leurs activités antiseptiques. Au cours essential oil of oregano was the more active. Phenols present
de travaux précédents, le genre Thymus avait montré de in essential oils have a good antibacterial activity.
bons résultats comme antifongique. L’étude a été pour-
Keywords: GC-MS – Oregano – Thyme – Escherichia coli –
suivie sur l’activité antibactérienne. Six huiles essentielles
Staphylococcus aureus
(Lavandula angustifolia, Lavandula latifolia, Origanum
vulgare, Rosmarinus officinalis, Thymus vulgaris chémo-
type carvacrol, Thymus zygis chémotype thymol) ont été Introduction
testées sur deux souches : Escherichia coli et Staphylococ-
cus aureus. Pour la souche Escherichia coli, les huiles Il est connu depuis l’Antiquité que les huiles essentielles
essentielles d’origan et de thym à thymol sont les plus (HE) présentent une activité antiseptique non négligeable.
efficaces. Elles sont utilisées dans de nombreux domaines : pharma-
Pour la souche Staphylococcus aureus, on note une cie, cosmétique, agro-alimentaire... À la fin du XIXe et au
moindre efficacité ; l’huile essentielle d’origan est la plus début du XX e siècle, plusieurs travaux scientifiques
active. Ce sont les phénols présents dans les huiles essentielles relataient de l’action antiseptique de plusieurs HE [3, 4,
qui présentent une bonne activité antibactérienne. 5, 22]. Le terme d’aromathé rapie apparaı̂t en 1937 [9].
L’aromatogramme est une méthode de mesure in vitro du
Mots clés : CPG-SM – Origan – Thym – Escherichia coli – pouvoir antibactérien des huiles essentielles. C’est l’équi-
Staphylococcus aureus valent d’un antibiogramme où les antibiotiques sont
remplacés par les HE [2, 14]. Plusieurs HE présentent un
pouvoir antibactérien élevé [2] : origan d’Espagne, thym
Study of six essential oils: chemical
(Thymus vulgaris), cannelle (Cinnamomum zeylanicum),
composition and antibacterial activity
sarriette (Satureia montana), girofle (Eugenia caryophyl-
Abstract: Essential oils are used in traditional medicine for lata), par rapport à d’autres qui ont une activité moyenne :
their antiseptic action. During previous studies, the Thymus pin (Pinus sylvestris), cajeput (Melaleuca leucadendron),
genus had shown good results as an antifungal. Research eucalyptus (Eucalyptus globulus), lavande (Lavandula
continued into its antibacterial activity. Six essential oils officinalis), myrthe (Myrtus communis), géranium rosat
(Lavandula angustifolia, Lavandula latifolia, Origanum (Pelargonium graveolens). Les HE sont connues pour leur
vulgare, Rosmarinus officinalis, Thymus vulgaris chemotype activité antibactérienne, notamment dans les maladies
carvacrol, Thymus zygis chemotype thymol) were tested on respiratoires mais également contre Escherichia coli,
two strains: Escherichia coli and Staphylcoccus aureus. Salmonella enterica... [1, 6-8, 16, 26, 27, 30-32]. Les HE
Essential oils of oregano and thyme with thymol were most présentant une bonne activité antibactérienne sont aussi
effective with respect to the strain Escherichia coli. For the de bons antifongiques et antimycosiques [24, 25].

1
Communication présentée au 9ème Symposium International d’Aromathérapie et Plantes Médicinales, 16-18 mars 2007, Grasse
161

Certains d’entre nous avaient démontré l’activité anti- Nist®, TR®, et équipé d’une colonne DB5-MS (25 m* 0,32 mm
fongique de plusieurs huiles essentielles, notamment celles qui diamètre interne* 1,0 mm épaisseur de film). La température
proviennent du genre Thymus, en synergie avec l’amphoté- initiale de 60˚C est maintenue pendant 1 min, puis on réalise
ricine B vis-à-vis de Candida albicans [10-13]. Cette étude a été un chauffage à 3 ˚C/min jusqu’à 200 ˚C ; cette température
poursuivie par l’évaluation de l’activité antibactérienne. finale est maintenue 15 min. Les températures de l’injecteur et
Six huiles essentielles (Lavandula angustifolia, Lavandula du détecteur sont respectivement de 250 et 285 ˚C. Le gaz
latifolia, Origanum vulgare, Rosmarinus officinalis, Thymus vecteur hélium est à 138 kPa en tête de colonne. La quantité
vulgaris chémotype carvacrol, Thymus zygis chémotype injectée de chaque huile essentielle en solution dans l’éthanol
thymol) ont été testées sur deux souches : Escherichia coli à 1 g/L est de 1 mL en mode splitless. Le dosage a été fait par
(bactérie Gram négative) et Staphylcoccus aureus (bactérie normalisation interne (rapport des surfaces de chaque
Gram positive). Au préalable, les différents échantillons ont terpène étudié/totalité des terpènes) pour les 6 échantillons
été analysés par chromatographie en phase gazeuse couplée à d’HE. Seuls les composés identifiés et supérieurs à 1 % seront
la spectrométrie de masse (CPG-SM), selon le protocole mentionnés dans le tableau 1.
développé précédemment [15, 17-19] afin de déterminer la
composition chimique exacte. Cette technique est très utilisée Activité antibactérienne
dans l’analyse qualitative et quantitative des HE ; la RMN
donne également de bons résultats [21, 23, 28, 29]. Le choix des bactéries s’est porté sur deux souches de
bactéries fréquentes en pathologie humaine, appartenant
à deux catégories différentes (Gram positive et Gram
Matériel et méthodes négative). L’efficacité des produits testés ainsi que leur
Huiles essentielles modalité de pénétration dans la bactérie sont différentes.
Les souches bactériennes utilisées sont :
Les huiles essentielles de lavande (Lavandula angustifolia – bactérie Gram négative (Escherichia coli) ;
et Lavandula latifolia), d’origan (Origanum vulgare) et de – bactérie Gram positive (Staphylococcus aureus).
thym (Thymus vulgaris et Thymus zygis) ont été fournies Ces deux espèces bactériennes sont responsables souvent
par les producteurs locaux de la région Provence-Alpes- d’infections nosocomiales qui constituent un problème
Côte d’Azur (Paca). Elles ont été obtenues dans le courant majeur de santé publique. L’émergence de la multirésistance
de l’année 2005 à partir de plantes cultivées dans la région chez ces bactéries est une des principales causes d’échec
Paca et conservées à + 4 ˚C. Les études ont été menées thérapeutique. Les huiles essentielles sont préparées en
dans le courant de l’année 2006. solution aqueuse stérile d’agar noble à 1 ‰ (m/v) [20].
L’inoculum bactérien standardisé titre 2 à 6.105 cellules. La
E´talons de terpènes et solvant méthode utilisée concerne la détermination des concentra-
Les étalons de terpènes utilisés présentent une très grande tions minimales inhibitrices (CMI) par dilution en bouillon
pureté (le plus souvent supérieure à 99 %) : linalol Mueller Hinton. La lecture macroscopique se fait après
(Fluka), acétate de linalyle (Extra Synthèse), 1-8 cinéole 18 heures d’incubation à 37 ˚C. La CMI est la plus faible
(Merck), camphre (Merck), carvacrol (Aldrich), a-pinène concentration en huile essentielle ne donnant pas de
(Acros), camphène (Aldrich), p-cymène (Aldrich), g-ter- croissance visible à l’œil nu.
pinène (Aldrich), thymol (Carlo Erba). L’alcool absolu
provient de Carlo Erba. Résultats et discussion
La composition chimique des six huiles essentielles est
Conditions opératoires de la CPG-SM
présentée dans le tableau 1. L’identification a été réalisée
Nous avons utilisé un appareil GC Varian 3400, MS Saturn à à plus de 97 %. De nombreux composés à moins de 0,5 % sont
ion trap, avec les librairies commerciales disponibles Wiley®, présents dans ces huiles et sont pour la plupart identifiés.

Tableau 1. Composition chimique des six huiles essentielles étudiées

Huiles essentielles Principaux composés Total*

Lavandula angustifolia Linalol 50,2 % ; acétate de linalyle 47,4 %. 97,6 %


Lavandula latifolia 1-8 cinéole 18,8 % ; linalol 71,4 % ; camphre 9,3 %. 99,5 %
Origanum vulgare Carvacrol 98,3 %. 98,3 %
Rosmarinus officinalis a-pinène 20,8 % ; camphène 5,1 % ; 1-8 cinéole 36,9 % ; camphre 34,2 %. 97,0 %
Thymus vulgaris (chémotype carvacrol) p-cymène 10,6 % ; g-terpinène 13,5 % ; carvacrol 73,7 %. 97,8 %
Thymus zygis (chémotype thymol) p-cymène 9,7 % ; g-terpinène 2,3 % ; linalol 1,4 % ; thymol 84,9 %. 98,3 %
(*) Somme des terpènes identifiés dans les huiles essentielles.
162

Cependant, pour éviter de surcharger ce texte, seuls les E. coli. L’huile essentielle de thym sauvage (renfermant plus de
composés ayant une teneur supérieure à 1 % seront mention- 80 % de carvacrol) est efficace sur les souches S. aureus et
nés dans le tableau de la composition chimique. L’identifi- E. coli, à la concentration de 12,5 mg/l d’air, alors que l’huile
cation est réalisée grâce à la spectrométrie de masse (deux essentielle de lavande vraie (renfermant 30 % de linalol et
librairies sur les trois disponibles et à 80-90 % de probabilité) 37 % d’acétate de linalyle) est efficace respectivement à 100 et
et la comparaison des spectres de masse ainsi que des temps à plus de 1 600 mg/l d’air. En solution aqueuse [1], les huiles
de rétention observés d’une part sur les échantillons à essentielles de labiées, notamment l’orégon, sont efficaces sur
caractériser et d’autre part sur les étalons disponibles. les bactéries S. aureus et E. coli, pour une concentration
Les résultats de l’activité antibactérienne sont présentés inférieure ou égale à 1 pour 1 000, soit comparable à nos
dans le tableau 2. Pour les deux souches testées, les HE de résultats obtenus.
L. angustifolia, L. latifolia et O. vulgare présentent une Nous avons par ailleurs testé des hydrolats obtenus
activité moyenne, par opposition aux HE de O. vulgare, après entraı̂nement à la vapeur pour la production de
T. vulgaris et T. zygis. l’huile essentielle et séparation avec l’huile essentielle non
Dès 1973, J. Pellecuer [24, 25] avait démontré les propriétés miscible. Les résultats sont négatifs (CMI> 5 000 mg/mL).
pharmacologiques des huiles essentielles obtenues à partir de En revanche, nous avons observé pour les phénols testés à
quelques labiées (thym, sarriette, romarin). En 1974, l’état pur une activité similaire pour les deux souches :
P. Belaiche [2] avait décrit également les propriétés d’autres thymol 200 mg/mL et carvacrol 400 mg/mL.
huiles essentielles issues de la cannelle et du clou de girofle, ne Les phénols (thymol et carvacrol) purs présentent une
contenant pas de phénols mais des aldéhydes aromatiques, meilleure activité que les HE pures. La présence de traces
pour leurs propriétés antibactériennes. Nous constatons d’autres terpènes dans les HE pourrait expliquer cette
que pour la souche Escherichia coli, les huiles essentielles différence d’activité. Mais lorsque la notion de bio et de
d’origan et de thym à thymol et à carvacrol sont les naturalité est en pleine progression, on peut parfaitement
plus efficaces (CMI = 1 000 mg/mL). Pour la souche imaginer l’utilisation de ces HE, composés naturels et bio,
Staphylococcus aureus, on note une moindre efficacité pour dans les produits issus de l’industrie agro-alimentaire,
le thym (CMI = 2 000 mg/mL) ; l’huile essentielle d’Origan est mais également dans les produits cosmétiques, en tant
la plus active. qu’antiseptiques et/ou d’antioxydants (ou conservateurs).
Il a été démontré que, en phase gazeuse, dans le cadre de De nouvelles perspectives peuvent être envisagées par une
thérapie par inhalation [16], l’activité antibactérienne de étude plus poussée de l’activité antibactérienne, non
l’huile essentielle de thym à phénol (thymol ou carvacrol) est seulement sur les HE utilisées seules, mais également en
meilleure que celle de la lavande sur les bactéries S. aureus et mélange, permettant ainsi une éventuelle synergie.

Tableau 2. Activité antibactérienne pour les six huiles essentielles étudiées

Souche: Escherichia coli ATCC 10536

Concentration (mg/mL) 5 000 4 000 3 000 2 000 1 000 800 400 200 100 50
L. angustifolia - - - - + + + + + +
L. latifolia - - - - + + + + + +
O. vulgare - - - - - + + + + +
R. officinalis - - + + + + + + + +
T. vulgaris - - - - - + + + + +
T. zygis - - - - - + + + + +
Thymol - - - - - - - - + +
Carvacrol - - - - - - - + + +

Souche: Escherichia coli ATCC 6538


Concentration (mg/mL) 5 000 4 000 3 000 2 000 1 000 800 400 200 100 50
L. angustifolia - - - +/– + + + + + +
L. latifolia - - +/– + + + + + + +
O. vulgare - - - - - + + + + +
R. officinalis - +/– + + + + + + + +
T. vulgaris - - - - + + + + + +
T. zygis - - - - + + + + + +
Thymol - - - - - - - - + +
Carvacrol - - - - - - - + + +
Lé gende : (+ croissance; +/– faible croissance; – absence)
163

against Escherichia coli and Salmonella enterica in Apple Juice.


Conclusion J Agric Food Chem 52: 6042-8
9. Gattefossé R M (1937) L’Aromathérapie – Les HE hormones
L’analyse chimique de la composition d’une huile essen-
végétales. Librairie des sciences Girardot, Paris
tielle est optimisée si on utilise la technique de la 10. Giordani R, Régli P, Kaloustian J, Portugal H, Buc J (2003) In vitro
chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectro- synergistic effect of a mixture of Hevea Brasiliensis latex and
métrie de masse. Cette analyse a été effectuée sur essential oil from Thymus vulgaris with amphotericin B against
six échantillons d’huiles essentielles obtenues à partir de Candida Albicans growth. J Mycol Med 13: 87-91
11. Giordani R, Regli P, Kaloustian J, et al. (2004) Antifungal effect of
plantes cultivées dans la région Provence-Alpes-Côte
various essential oils against Candida albicans. Potentiation of
d’Azur : lavande (Lavandula angustifolia et Lavandula antifungal action of amphotericin B by essential oil from Thymus
latifolia), origan (Origanum vulgare) et thym (Thymus vulgaris. Phytother Res 18: 990-5
vulgaris et Thymus zygis). À plus de 97 %, les composants 12. Giordani R, Regli P, Kaloustian J, Portugal H (2006) Potentiation of
de ces huiles ont été identifiés grâce à la comparaison des Antifungal Activity of Amphotericin B by Essential Oil from
Cinnamomum cassia. Phytother Res 20: 58-61
temps de rétention avec des étalons analysés dans les
13. Giordani R, Kaloustian J (2006) Action anticandidosique des huiles
mêmes conditions et grâce à leur spectre de masse. essentielles : leur utilisation concomitante avec des médicaments
L’analyse quantitative a été réalisée par normalisation antifongiques. Phytothérapie 3: 121-4
interne. Parmi les huiles essentielles testées de lavande, 14. Girault M, Bourgeon J (1971) Les cahiers de biothérapie. N˚29,
d’origan, de romarin et de thym, seuls l’origan et le thym d’après http://fr.wikipedia.org/wiki/Aromatogramme
15. Hadef Y, Kaloustian J, Chefrour A, et al. (2007) Chemical
présentent la meilleure activité antibactérienne vis-à-vis
composition and variability of the essential oil of Thymus numidicus
des souches Escherichia coli (bactérie Gram négative) et Poir. From Algeria. Acta Bot Gallica 154: 265-74
Staphylcoccus aureus (bactérie Gram positive). Cette étude 16. Inouye S, Takizawa T, Yamagushi H (2001) Antibacterial activity of
confirme que ce sont les phénols (thymol et carvacrol) essential oils and their major constituents against respiratory tract
qui donnent à l’huile essentielle le caractère antibactérien. pathogens by gaseous contact. J Antimicrob Chemother 47: 565-73
17. Kaloustian J, Pauli AM, Pastor J (2000) Evolution of Camphor and
Les premiers travaux scientifiques publiés datent d’une
others components in the essential oils of two labiate species during
trentaine d’années. Il serait intéressant de continuer the biological cycle. Analusis (European Journal of Analytical
ces travaux notamment sur de nouvelles souches de Chemistry) 28: 308-15
bactéries. Ces premiers résultats que nous avons obtenus 18. Kaloustian J, Portugal H, Pauli AM et Pastor J (2002) Chemical,
permettront une étude systématique de nombreux échantil- Chromatographic and Thermal Analysis of Rosemary (Rosmarinus
officinalis). J Appl Polym Sci 83: 747-56
lons d’huiles essentielles sur des bactéries pathogènes
19. Kaloustian J, Abou L, Mikail C, Amiot-Carlin MJ et Portugal H
présentant une résistance accrue vis-à-vis des antibactériens (2005) Southern French thyme oils – Chromatographic study of
classiques, notamment en milieu hospitalier. L’utilisation de chemotypes. J Sci Food Agric 85: 2437-44
produits naturels à la place de certains conservateurs ou 20. Lens-Lisbonne C, Crémieux A, Maillard C, Balansard G (1987)
antioxydants de synthèse pourrait être envisagée dans le Méthodes d’évaluation de l’activité antibactérienne des huiles
essentielles: application aux essences de thym et de cannelle.
domaine de l’industrie agro-alimentaire et de la cosmétique.
J Pharm Belg 42: 297-302
Remerciements à C. Borrely et L. Bollo pour leur 21. Liu K, Rossi PG, Ferrari B, Berti L, et al. (2007) Composition, irregular
participation technique. terpenoids, chemical variability and antibacterial activity of the
essential oil from Santolina corsica. Phytochemistry 68: 1698-705
22. Martindale W H (1910) Essential oils in relation to their antiseptic
Bibliographie powers as determined by their carbolic coefficient. Perfumery and
Essential Oil Research 1: 266-96
1. Baydar H, Sagdic O, Ozkan G, Karadogan T (2004) Antibacterial activity 23. Masoudi S, Monfared A, Rustalyan A, Chalabian F (2005) Composi-
and composition of essential oils from Origanum, Thymbra and Satureja tion and Antibacterial Activity of the Essential Oils of Semenovia
species with commercial importance in Turkey. Food Control 15: 169-72 dichotoma, Johreniopsis sesloides and Bunium cylindricum. J Essent
2. Belaiche P (1979) Traité de phytothérapie et d’aromathérapie. Maloine, Oil Research 17: 691-4
tome 1, d’après http://fr.wikipedia.org/wiki/Aromatogramme 24. Pellecuer J, Roussel JL, Andary C (1973) Propriétés antifongiques
3. Bertrand G (1893) Le goménol. Bull Gén de Thér Ann Inst Pasteur, comparatives des essences de trois Labiées méditerranéennes : romarin,
d’après http://fr.wikipedia.org/wiki/Aromatogramme sarriette et thym. Travaux de la Société de pharmacie de Montpellier 3: 584
4. Bonnaure F (1919) Essais sur les propriétés bactéricides de quelques 25. Pellecuer J, Allegrini J, De Buochberg S (1974) Étude in vitro de
HE. Thèse de médecine, Lyon 1919, et Parfumerie moderne 12: 151 l’activité antibactérienne et antifongique de l’essence de Satureia
5. Chamberland M (1887) Les essences au point de vue de leurs montana. J Pharm Belg 2: 137-44
propriétés antiseptiques. Ann Inst Pasteur 1: 153-4 26. Prabuseenivasan S, Jayakumar M, Ignacimuthu S (2006) In vitro
6. Chang ST, Chen PF, Chang SC (2001) Antibacterial activity of leaf antibacterial activity of some plant essential oils. Complement Altern
essential oils and their constituents from Cinnamomum osmo- Med 6: 39
phloem. J Ethnopharmacol 77: 123-7 27. Saenz MT, Tornos MP, Alvarez A, et al. (2004) Antibacterial activity
7. De Feo V, Bruno M, Tahiri B, Napolitano F (2003) Chemical of essential oils of Pimenta racemosa var. terebinthina and Pimenta
composition and antibacterial activity of essential oils from Thymus racemosa var. grisea. Fitoterapia 75: 599-602
spinulosus. J Agric Food Chem 51: 3849-53 28. Skocibusic M, Bezic N, Dunkic V et Radonic A (2004) Antibacterial
8. Friedman M, Henika PR, Levin CE et Mandrell RE (2004) activity of Achillea clavennae essential oil against respiratory tract
Antibacterial Activities of Plant Essential Oils and their Components pathogens. Fitoterapia 75: 733-6
164

29. Sonboli A, Salehi P, Ebrahimi SN (2005) Essential Oil Composition 31. Viuda-Martos M, Ruiz-Navajas Y, Fernandez-Lopez J, Perez-Alvarez JA
and Antibacterial Activity of the Leaves of Stachys schtschegleevii (2008) Antibacterial activity of different essential oils obtained from
from Iran. Chemistry of Natural Compounds 41: 171-4 spices widely used in Mediterranean diet. International Journal of Food
30. Suschke U, Geiss HK, Reichling J (2006) Antibacterial activity of the Science and Technology 43: 526-31
essential oils of catnip and lemon balm against clinical isolates from 32. Yasuo T, Hiroe K, Nobuji N (2003) Antibacterial Activity of Essential
the respiratory tract. Planta Med 72: issue 11. 54th Annual Congress Oils against Pathogens Bacteria in Upper Airway Respiratory Tract.
on Medicinal Plant Research (Helsinki – Finlande), P027 Terupen Oyobi Seiyu Kagaku 47: 303-5