Vous êtes sur la page 1sur 9

Cours d’Organisation des chantiers 3è me. A Licence G.C CHAREF.

Chapitre 2 : Matériels de chantiers

1. Choix du matériel :

 Pelleteuse chargeuse : engin sur pneus, très polyvalents,


elle peut effectuer plusieurs tâches, pour cela, cette
dernière est très utile dans un chantier de petite taille

 Camion routier : Sont des camions au gabarit routier


équipé d’une benne basculante pour permettre le
transport de matériaux, sur chantier ou sur le réseau
routier national .son chargement est assuré par des
moyens extérieurs au camion

 et manutention : Les appareils de levage et de


manutention les plus couramment utilisés dans les
chantiers de bâtiment sont :
1.Grues mobiles

2. Grues à tour

3. Ascenseurs et monte – matériaux :

1
2.0 CHOIX DES ÉQUIPEMENTS EN TERRASSEMENT
2.1 Méthodes de terrassement et facteurs relatifs à la production

La majorité des engins de chantier réalise leurs opérations selon une séquence
d’opérations répétitives que l’on appelle cycle. Un cycle produit une certaine quantité de
travail dans un certain temps. La production des engins de terrassement s’exprime le plus
souvent en volume de sol par unité de temps soit en mètre cube foisonné à l’heure (m³/h).

Dans le cas des niveleuses, on exprime la production plutôt en distance par unité de temps
et le plus souvent, le mètre ou le kilomètre à l’heure est l’unité employée.

Le temps effectif de travail est de l’ordre de 45 à 55 minutes par heure réelle. Le temps
effectif de travail prend en compte les arrêts de production inévitables (ravitaillement,
coordination, repos de l’opérateur, etc.). La majorité des engins de chantier sont munis de
chronomètres et les plus sophistiqués, d’ordinateur de bord et de GPS qui permettent de
calculer périodiquement le temps de travail effectif de l’engin ainsi que sa production.

Opérations de terrassement/construction routière

ENGINS Remarques
Débroussaillage
Essouchement

Déblai et transport
Décapage

Remblai et transport

Profilage initial
Compaction

Profilage final

Pousseur Les pousseurs sont également


Bulldozer utilisés pour la poussée des
    décapeuses lors de leur char-
gement.
Pelles hy- Les godets des pelles et des
drauliques chargeuses peuvent être adap-
Hydraulic Sho-
    tés à la nature du sol excavé.
Les chargeuses sur chenilles
vel
sont surtout utilisées sur des
Chargeuses sols de faible capacité por-
Loader   tante.
Décapeuses
Scrapper  
Niveleuses
Grader  
Camions
Truck  
Compacteurs
Compactor 
Légende :  = efficace et productif
 = moyennement efficace et productif
 = strictement en mode dépannage
Cours d’Organisation des chantiers 3è me. A Licence G.C CHAREF.N

2.2 Les pousseurs

Les pousseurs ou bouteurs appelés communément « bulldo-


zer », peuvent servir à plusieurs opérations de terrassement.
Les pousseurs sont utilisés pour le décapage et
l’essouchement, pour le refoulement du déblai, pour le réga-
lage initial des remblais et finalement pour assister les déca-
peuses « scraper » lors de leur chargement. Les pousseurs
peuvent également défoncer les rocs friables grâce à leurs
dents défonceuses « ripper » montées à l’arrière de leur
chassie. Toutefois, c’est lors des opérations de décapage et
de refoulement que le pousseur est le plus souvent utilisé.
Son cycle de production est composé de quatre étapes; pous-
sée de refoulement avant, inversion de marche, recul et in-
version de marche. La production d’un pousseur se calcule à
partir de la formule suivante :

Production horaire = ( Temps effectif de travail par heure ÷ Durée du cycle) x


volumes de refoulement

Munis d’une lame de type universel ou en « U », les pousseurs ob-


tiennent de bonnes productions lors du refoulement de déblai
pourvu que les distances de refoulement soient assez modestes
(moins de 200 m). Par rapport à une lame standard, une lame en
« U » permet une augmentation d’environ 20% de la production.
Les fiches techniques des manufacturiers prennent en compte les
gains de production obtenus avec la forme de la lame. La nature du
sol refoulé a également une incidence sur la productivité des pousseurs. Ainsi, la produc-
tion des bouteurs dans des sols granulaires (sable et gravier) est supérieure à la production
pour des rocs et des terres argileuses. Le graphique suivant peut être utilisé pour détermi-
ner le facteur de production attribuable à la nature du sol.

Facteur de
production
Sables et graviers à granulaumétrie étalée

Sables et graviers à granulaumétrie serrée Sols


organiques
1,2

1,0

0,8

Neige et terres sabloneuses


Blocs de roc Débris rocheux
Terres argileuses
Sols graveleux avec" bol der"

3
Exemple d’application : On utilise un pousseur
pour réaliser du décapage de sol organique et
du refoulement. La lame de type universel
« U », possède une capacité de 14 m³. La dis-
tance de refoulement est de 220 m. L’inversion
de marche prend 1,5 seconde. Le refoulement
se réalise en première vitesse (3,8 km/h) tandis
que la marche arrière se fait en troisième (7,9
km/h). On demande la production journalière
de ce pousseur sachant que le taux de travail
est de 55 minutes par heure et que la durée de
travail journalier est de 8 heures.

Solution :
Analyse du cycle
Refoulement + inversion de marche + recul + inversion de marche

Durée du cycle
Durée en minute = (220 m ÷ 3 800 m/60 min) + (1,5 s/60 s/min) + (220 m ÷ 7 900 m/60
min) + (1,5 s/60 s/min) = 3,47 + 0,025 + 1,67 + 0,025 = 5,19 minutes

Production horaire
Production = (55 min ÷ 5,19 min/cycle) x 14 m³ x 0,95 = 141,0 m³/h

Production journalière
Production = 141,0 m³/h x 8 h/j = 1 127 m³/j
2.3 Les pelles hydrauliques

Les pelles hydrauliques sont munies de bras


articulés et de godets permutables qui permet-
tent l’excavation dans des sols de nature va-
riée. Le plus souvent, les pelles hydrauliques
réalisent des travaux d’excavation en mode
« rétro (backhoe) » pour des excavations sous
le niveau du dessous de la base de la pelle.

Il existe deux types de pelles hydrauliques, les


pelles sur roues utilisées sur des sols ayant
une bonne capacité portante. Pour les sols de
faibles capacités portantes, le cas le plus cou-
rant, on utilisera la pelle hydraulique sur che-
nille.

Vu leur plus grande mobilité, les pelles sur


roues ont un rendement légèrement supérieur
(+/- 15%) à celui des pelles sur chenilles.

L’utilisation des pelles hydrauliques en


mode « frontal (front shovel) » se fait surtout
lorsque l’excavation se réalise au-dessus de la
base de la pelle. Le haut de la pelle hydraulique
est monté sur un plateau qui lui permet
d’effectuer des rotations complètes à 360°.
Pour maximiser la production de la pelle, on
organise le chantier de manière à minimiser
l’angle de rotation nécessaire pour le chargement des camions. Une bonne organisation
de chantier devrait permettre le chargement des camions avec une rotation de 90°. La
durée du cycle d’une pelle hydraulique varie selon plusieurs paramètres comme
l’habileté de l’opérateur, l’angle de rotation et la nature du sol excavé. En pratique, on
utilise pour une pelle hydraulique sur chenille exécutant une rotation de 90°, les valeurs
suivantes :

Sols légers (granulaire) : 0,35 minute


Sols ordinaires (terres organiques) : 0,40 minute
Sols compacts (sols argileux) et blocs de roc : 0,45 minute

La nature du sol à excaver a également une incidence sur le volume de remplissage du


godet. Pour les sols granulaires, le godet sera rempli à 100% de sa capacité. Pour les sols
argileux et organiques, le godet sera rempli à environ 95%. Tandis que pour les débris ro-
cheux et les blocs de rocher, il le sera respectivement d’environ 85% et 70%.
Cours d’Organisation des chantiers 3è me. A Licence G.C CHAREF.N

Exemple d’application : On utilise une pelle hydraulique sur chenille pour excaver un sol
argileux. Le godet de la pelle a une capacité de 2 500 litres. La rotation pour le charge-
ment des bennes de camion est de 90°. On demande la production horaire théorique de
cette pelle sachant que le taux de travail est de 50 minutes par heure.

Solution :
Durée du cycle = 0,45 min (cas de sols compacts (sols argileux) et blocs de roc)
Nombre de cycles par heure = 50 min ÷ 0,45 min/cycle = 111,11 cycles
Production horaire théorique = 111,11 cycles x 2,5m³ x 0,95 = 263,9 m³/h (Pour les sols
argileux et organiques, le godet sera rempli à environ 95%)

Il s’agit ici de la production théorique, car dans ce calcul, on ne prend pas en compte le
temps requis pour la mise en place de la benne des camions sous la portée du godet de la
pelle.

Complétons les données du problème. La pelle charge des camions de type « 10 roues »
ayant une capacité de chargement de 12,65 m³. Le temps requis pour évacuer un camion
plein et installer un camion vide sous le godet de la pelle est de 0,5 minute. Calculons la
production horaire réelle de cette pelle.

Nombre de coups de godet requis pour remplir une benne de camion = 12,65 m³ ÷ (2,5 m³
x 0,95) = 5,32 coups soit 5 coups5 pour 11,875 m³

Durée de chargement = 5 coups de godet x 0,45 min/cycle = 2,25 minutes

Durée de la mise en place de la benne = 0,5 minute

Durée totale du chargement = 2,25 min + 0,5 min = 2,75 minutes

Nombre de chargements à l’heure = 50 min ÷ 2,75 min/chargement = 18,18 chargements

Production horaire réelle = 18,18 charges. x 11,875 m³/charge. = 215,9 m³/h

5
Pour des raisons d’efficacité, un coup de godet partiellement rempli sera donné dès que le volume à com-
bler dépasse 50% de la capacité du godet.

6
Cours d’Organisation des chantiers 3è me. A Licence G.C CHAREF.N

2.4 Les chargeuses

Tout comme les pelles hydrauliques, les


chargeuses ser- vent lors du remplissage des
bennes des camions le plus souvent avec des
matériaux granulaires de remblai comme la
pierre concassée tirée des carrières ou encore le
sable et gravier extrait des bancs d’emprunt.
Compte tenu de leur morphologie et leur faible
rendement, les chargeuses sont peu utilisées
comme engins d’excavation dans les sols lourds
et cohérents.

Les chargeuses sont disponibles sur roues (pneus) ou sur


chenilles. Les chargeuses sur roues récentes sont constituées de deux parties
articulées au- tour d’un pivot et leurs roues sont fixes. Les chargeuses sur roues sont
de loin plus per- formantes (130 à 150%) que les chargeuses sur chenilles.

2.5 Les décapeuses

Les décapeuses sont des engins de terras-


sement utilisées lorsque le sol à déblayer
est pulvérulent également lorsque les vo-
lumes de déblai sont importants et les dis-
tances à parcourir relativement courtes
(moins de 5 kms). Les décapeuses se
chargent d’elle-même en se déplaçant et
en abaissant une lame qui permet au sol
de se loger dans leur benne. Certains mo-
dèles de décapeuse sont munis d’un deu-
xième moteur placé vis-à-vis des roues ar-
rière de la benne afin d’augmenter la
puissance motrice lors de la phase de chargement. Dans certaines conditions de travail,
les décapeuses peuvent nécessiter une poussée additionnelle lors de la phase de charge-
ment. Cette poussée additionnelle est donnée par un ou deux pousseurs « bulldozer ».
Tout comme les camions, la charge utile des décapeuses est limitée par le volume de leur
benne et leur capacité structurale et mécanique. Les décapeuses sont des véhicules hors
route.

7
Cours d’Organisation des chantiers 3è me. A Licence G.C CHAREF.N

2.6 Les niveleuses

Les niveleuses sont utilisées à plu-


sieurs fins comme le
déneigement, le régalage primaire
et l’épandage. Toutefois, son
application la plus utile lors de
travaux de terrassement en
chantier routier demeure le profi-
lage des sections de remblai, des
fossés et des talus. Ces
opérations de profilage nécessitent
plusieurs passes. L’exploitation
efficace des
niveleuses requiert beaucoup d’adresse et d’expérience de la part de l’opérateur. La
niveleuse est un des engins de chantiers les plus difficiles à manœuvrer lors des
opérations de profilage. Aussi pour des raisons de productivité, le responsable de
l’organisation de chantier devrait se soucier d’affecter aux niveleuses les opérateurs les
plus chevronnés.

2.7 Les camions

Il existe deux catégories de camions, les camions pour la circulation en réseau routier
normal qui possèdent 6, 10 ou 12 roues et les camions hors routes « off road » dont les
dimensions et leur poids ne leur permettent pas de circuler sur les chemins publics. On re-
trouve les camions hors routes surtout pour l’exploitation de carrières ou de mines. Les
camions 6, 10 ou 12 roues sont fréquemment utilisées sur les chantiers de terrassement de
construction civile.

Les camions ont une seule fonction lors des opérations de terrassement, transporter les
matériaux de déblai ou de remblais. La production des camions est tributaire des condi-
tions de chantier, de la grandeur de leur benne, de leur capacité de chargement, des temps
fixes, de leur vitesse et des distances à parcourir.

2.8 Les compacteurs

Les compacteurs servent à stabiliser les sols en diminuant la quantité de vides à l’intérieur
de ceux-ci. Il existe trois principes de compaction, la compaction par chocs, par vibration
et par roulage. La compaction par chocs est utilisée là où la zone à compacter est res-
treinte. On réalise la compaction par chocs à l’aide de dame mécanique appelée aussi
« Jump Jack ». La compaction de zones restreintes se réalise également à l’aide de plaque
vibrante mécanisée.

La compaction par vibration est surtout utilisée pour les sols pulvérulents (granulaires)
comme les sables, les graviers et les pierres concassées. La présence d’une certaine quan-
tité d’eau (optimum proctor) sur les particules de matériaux granulaires facilite la com-
paction. La compaction par roulage est utilisée pour les sols cohérents et les matériaux
liés (mélanges bitumineux et bétons spéciaux à affaissement nul).

Il existe une panoplie de type de compacteurs adaptés à des travaux de compaction dé-
terminés. Le plus courant pour les travaux de construction routière est le compacteur à
rouleaux lisses et vibrants. La vibration pouvant être activée ou désactivée par

8
l’opérateur.
Les compacteurs sur rouleaux lisses en acier sont des
engins assez faciles à opérer. L’expérience de
l’opérateur est utile lors du jugement de l’atteinte du
compactage requis qui se situe habituellement dans les
devis, à environ 95% de l’optimum proctor. L'efficacité du
compactage diminue drastiquement lorsque l'épais- seur de
la couche à compacter dépasse une limite dictée par les
caractéristiques du sol et du compacteur. Les épaisseurs
foisonnées maximales d'efficacité varient généralement
entre 225 et 350mm. L'épaisseur foisonnée d'une fondation
routière peut-être estimée en prenant l'épaisseur compactée
fois le pourcentage de foisonnement.

2.9 Les paveuses

Les paveuses servent à épandre des couches de mélanges bitumineux. Au Québec, on uti-
lise deux largeurs maximales d’épandage 8’ et 10’.

Les paveuses facilitent l’épandage de


couches de mélanges bitumineux d’épaisseur
et de largeur uniforme. Outre l’opérateur
principal qui veille à la con- duite et à
l’approvisionnement de la benne de la
paveuse, plusieurs ouvriers sont re- quis pour
le fonctionnement adéquat d’une paveuse.
Habituellement, deux ou trois ouvriers
s’assurent du bon fonctionnement de la vis
sans fin qui alimente la table de régalage
située derrière la paveuse et ils en assurent
continuellement l’ajustement avec le niveau
du sol. Cet ajustement permet de
régulariser l’épaisseur de la couche. Un
ouvrier s’assure de l’opération
d’alimentation de la benne par des camions (habituellement de type 10 roues) et finale-
ment deux ouvriers placés derrière la paveuse, s’assure de la qualité de la jonction avec la
couche adjacente.

Vous aimerez peut-être aussi