Vous êtes sur la page 1sur 18

Analyse vectorielle : gradient, rotationnel et divergence

1 Notions fondamentales

1.1 Opérateur 'nabla'

L'opérateur 'nabla' ou est très utile en analyse vectorielle. Il permet de déterminer les notions de gradient, rotationnel, divergence et laplacien de manière simple et concise. Il se définit comme suit :

— =

x

ˆ

˜

˜

˜

˜

˜

Á y ˜

Á

Á

Á

Ê

Á

Á

Á ˜

Á

Á

Á Ë

z

˜

˜

˜

¯

(1)

1.2 Travail d'un champ vectoriel le long d'une courbe - Intégrale curviligne

Soient un champ vectoriel A et deux points de l'espace P a et P b reliés par une courbe C. A chaque point de C, on assigne un vecteur A .

A C P dl a
A C
P
dl
a

P b

Figure 1

Le travail du champ vectoriel A de P a à P b le long de C s'écrit ainsi :

On montre que :

T

P

a

Ú

P

b

=

P

b

Ú

P

a

C

A

C

A

dl

dl

= -

 

(2)

P

b

Ú C

A

dl

(3)

P

a

1

Analyse vectorielle – gradient, rotationnel et divergence

Si P a = P b , alors on parle de circulation du champ vectoriel A le long de la courbe fermée C et on écrit :

T =

Ú A dl C A P dl a C
Ú
A
dl
C
A
P
dl
a
C

Figure 2

(4)

1.3 Flux d'un champ vectoriel à travers une surface - Intégrale de surface

Soient un champ vectoriel A et une surface S. Chaque unité de surface dS au voisinage d'on point P peut être représenté par un vecteur perpendiculaire à S au point P appelé simplement dS . Si on définit n(x, y,z) le vecteur de module 1 perpendiculaire à S en tout point, on

trouve dS = n dS.

A dS = n dS P S
A
dS = n dS
P
S

Figure 3

Le flux du champ vectoriel A à travers la surface S est défini ainsi :

F

=

ÚÚ

S

A dS

=

A

ÚÚ

S

Si la surface S est fermée on écrit :

F

=

ÚÚ A dS S
ÚÚ
A
dS
S

=

A

ÚÚ

S

n

dS

(5)

n

dS

(6)

La notion de flux à travers une surface fermée est importante. Si aucune 'source' ne se trouve à l'intérieur de S, alors ce flux doit être nul.

Remarque importante : quand on parle de surface fermée S, le vecteur n est toujours dirigé vers l'extérieur de S.

2

Analyse vectorielle – gradient, rotationnel et divergence

Prenons le cas d'un écoulement d'eau à travers un tuyau. Imaginons une surface fermée virtuelle de la forme d'un cylindre (voir Figure 4).

Le champ vectoriel est la vitesse de l'eau v . L'écoulement à travers la surface totale du cylindre est égale au flux à travers S 1 et S 2 . En effet, aucun flux ne passe à travers les parois

du tuyau (les vecteurs v et

dS sont perpendiculaires sur toute la surface de S 3 ).

3

dS 3 v 1 v 2 n 1 S 1 n 2 S 2 S
dS 3
v 1
v 2
n 1 S 1
n 2 S 2
S 1
S 3
S 2

Figure 4

Si on calcule le flux à travers la surface fermée, on trouve :

F

=

ÚÚ v dS S
ÚÚ
v
dS
S

=

ÚÚ

S

v

1

dS

En admettant que (voir Figure 4) :

S

1

=

S

2

=

S

= -n v(S ) = v v(S ) = v

n = n

2

1

1

2

2

1

v // v

1

2

// n

1

// n

2

+

ÚÚ

S

v

2

dS

(surfaces S 1 et S 2 égales)

(vecteurs de surface opposés)

(vitesse constante v=v 1 sur la surface S 1 )

(vitesse constante v=v 2 sur la surface S 2 )

(vitesses parallèles aux vecteurs surfaces)

On trouve :

F

F

=

ÚÚ

S

1

v

1

n

1

dS

= -

ÚÚ

S

1

v n

1

dS

+

+

ÚÚ

S

2

ÚÚ

S

v

2

n

2

2

v

2

n

F = -

= -

=

F

F

S

ÚÚ

S

1

S

1

(

v

v

v

2

1

1

-

dS

+

v

S

1

2

)

+

ÚÚ

S

v

2

2

v

2

dS

dS

dS

(7)

(8)

S'il n'y a pas de source à l'intérieur du tuyau, on en conclut que le flux total est nul, donc :

v

2

= v

1

(9)

Si les surfaces S 1 et S 2 n'avaient pas été égales, on aurait trouvé de (8) :

S

2

v

2

= S

1

v

1

(10)

Grosso modo, les équations (9) et (10) disent que, sans source d'eau interne, ce qui sort du tuyau doit être égal à ce qui y rentre !

3

Analyse vectorielle – gradient, rotationnel et divergence

1.4

Lignes de champ

1.4.1

Pour un champ vectoriel à deux dimensions

Soit un champ vectoriel donné en coordonnées cartésiennes :

A(x,y)

=

Ê a

Á

Á

Ë

(x,y) ˆ

˜

x

a (x,y)

y

˜

¯

(11)

On appelle lignes de champs l'ensemble des courbes parallèles au champ vectoriel A . On les trouve en résolvant l'équation différentielle :

 

x

=

y

 

a

x

a

y

1.4.2

Exemple

Soit le champ vectoriel :

 
 

Ê

 

A(x,y) = Á

Á

 

Ë

-

On applique :

 

x

=

y

   

-

2

y

On trouve :

x

 

x

 

x 2

 

-

 

y

=

C

e

2

x

x

2

y

ˆ

˜

˜

¯

(12)

(13)

(14)

(15)

avec C à déterminer en fonction des conditions initiales.

1.4.3 Pour un champ vectoriel à trois dimensions

Soit un champ vectoriel donné en coordonnées cartésiennes :

Ê

Á

Á

Á

Ë

a

a

a

x

y

z

(x,y,z)

(x, y,z)

(x,y,z)

ˆ

˜

˜

˜

¯

A(x,y,z) =

(16)

On appelle lignes de champs l'ensemble des courbes parallèles au champ vectoriel A . On les trouve en résolvant l'équation différentielle :

x

a

x

=

y

a

y

=

z

a

z

4

(17)

Analyse vectorielle – gradient, rotationnel et divergence

1.4.4 Exemple

Soit le champ vectoriel :

On applique :

On trouve :

A(x, y, z)

=

Ê

Á

Á

Á

Ë

Ï

Ô

Ô

Ì

Ô

Ô

Ó

x

y

=

x

x

-

x

z

2

y

=

x

-

z

2

Ï

Ô y

Ì

Ô

Ó

x

=

=

C

C

1

2

-

e

e

x

2

1

z

2

-

-

x

x

2

y

z

2

ˆ

˜

˜

˜

¯

(18)

(19)

(20)

avec C 1 et C 2 à déterminer en fonction des conditions initiales. La première équation de (20) est la projection des lignes de champ dans le plan xOy et la seconde équation est la projection des lignes de champ dans le plan xOz. Il faut en effet deux équations pour déterminer une courbe simple dans 3 3 .

1.4.5 Lignes de champ en coordonnées cylindriques

Si le champ vectoriel A est donné en coordonnées cylindriques :

A(r,

j

,z)

=

Ê

Á

Á

Á

Ë

a

a

a

r

j

z

ˆ

˜

˜

˜

¯

<

u

r

,u

j

,u

z

>

(21)

Les équations différentielles des lignes de champ sont les suivantes :

Ï

Ô

Ô

Ì

Ô

Ô

Ó

r

a

r

r

a

r

=

=

r

j

a

j

z

a

z

(22)

1.4.6 Lignes de champ en coordonnées sphériques

Si le champ vectorie l A est donné en coordonnées sphériques :

A(r,

q

,

j

)

=

Ê a

Á

Á a

a

Á

Ë

r

q

j

ˆ

˜

˜

˜

¯

<

u

r

, u

q

,u

j

>

5

(23)

Analyse vectorielle – gradient, rotationnel et divergence

Les équations différentielles des lignes de champ sont les suivantes :

2

Gradient

r

Ï

Ô

Ô

Ì

Ô

Ô Ó a

q

a

r

r

=

r

a

q

j

r

a

j

=

r

Le gradient d'une fonction f s'exprime ainsi :

grad (f ) =

f

ˆ

˜

˜

˜

˜

˜

Á y ˜

Ê

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Ë

x

f

f

z

˜

˜

˜

˜

¯

(24)

(25)

En utilisant l'opérateur , on trouve plus simplement :

grad (f ) = — f

Entrée : le champ scalaire f

(26)

Sortie :

le champ vectoriel f

Note :

un champ de gradient est encore appelé champ conservatif.

2.1 Dérivée du champ scalaire dans une direction

Soit une direction indiquée par le vecteur :

e

=

Ê

Á

Á

Á

Ë

e

e

e

x

y

z

ˆ

˜

˜

˜

¯

(27)

avec e x 2 + e y 2 + e z 2 = 1 (vecteur de module 1).

La dérivée du champ scalaire f dans la direction indiquée par e au point (x, y, z) est la suivante :

f = e grad (f ) = e — f s
f
=
e
grad (f )
=
e
f
s

(28)

2.2 Interprétation du gradient

On conclut de (28) que le gradient indique la direction où la dérivée de f est la plus élevée. Si on prend l'exemple des cartes géographiques 2D, le gradient indiquera toujours la direction de la pente la plus élevée.

6

Analyse vectorielle – gradient, rotationnel et divergence

2.2.1 Equipotentielles

Les lignes équipotentielles de f, c'est à dire les lignes virtuelles joignant les points de l'espace (x, y, z) où le champ scalaire f est constant, sont perpendiculaires au gradient.

2.2.2 Travail d'un champ de gradient

Soit f une fonction de plusieurs variables, f son champ de gradient et C une courbe quelconque reliant deux points P a et P b . On montre la très importante loi suivante :

P

b

Ú

P

a

C

f

dl

=

f

(

P

b

)

-

f

(

P

a

)

(29)

Quel que soit le chemin C, le travail d'un champ de gradient entre deux points P a et P b est toujours identique et égal à f(P b )-f(P a ).

Si C est un chemin fermé, on conclut de (29) :

f(P a ). Si C est un chemin fermé, on conclut de (29) : = 0

= 0

(30)

L'intégrale curviligne d'un champ de gradient le long d'un chemin fermé C est toujours nulle.

2.3 Gradient en coordonnées cylindriques

Le gradient d'une fonction donnée en coordonnées cylindriques f(r, j, z) s'exprime ainsi :

f

=

Ê

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Ë

f

r

f

1

r

j

f

z

ˆ

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

¯

<

u

r

,u

j

,u

z

>

(31)

2.4 Gradient en coordonnées sphériques

Le gradient d'une fonction donnée en coordonnées sphériques f(r, q, j) s'exprime ainsi :

f

=

Ê

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Ë

f

r

f

1

r

q

1

f

r

sin(

q

)

j

ˆ

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

¯

<

u

r

,u

q

,u

j

>

7

(32)

Analyse vectorielle – gradient, rotationnel et divergence

2.5 Exemple de gradient pour une fonction de deux variables

Soit la fonction z=f(x, y) définie ainsi :

f (x, y) = x

2

f

Ê 2x ˆ

2y

Ë

˜

˜

Á

= Á

¯

+ y

2

(33)

(34)

La Figure 5 montre les équipotentielles de f ainsi que son champ de gradient.

grad(f) z = 0 z = 1 z = 2
grad(f)
z = 0
z = 1
z = 2

Figure 5

Si on cherche à présent les lignes de champ du gradient, on trouve en appliquant (12) :

x

2x

=

y

2y

y

=

C

x

(35)

Soient les points P a (1, 2) et P b (2, 4), avec le chemin C: y=2x reliant les deux points. Sur ce chemin, on conclut que dy=2 dx. Si on calcule le travail du champ de gradient le long de C, on trouve :

P

b

Ú C

P

a

f

dl

=

P

b

Ú C

P

a

Ê 2x ˆ

Á

Á

Ë

2y

˜ Ê Á dx ˆ ˜ =

¯

˜

dy

Á

Ë

˜

¯

2

Ú

x

1

=

Ê

Á

Á

Ë

2x

2 (2x)

ˆ

˜ Á

¯

˜

Á

Ê

Ë

2

dx

dx

ˆ

˜ =

¯

˜

En utilisant (29), on trouve beaucoup plus directement :

P

b

Ú

P

a

C

f

dl

=

[2

2

+

4

2

]

-

[1

2

+

2

2

]

= 15

8

2

Ú

x

10x dx

=

15

(36)

1

=

(37)

Analyse vectorielle – gradient, rotationnel et divergence

3

Rotationnel

Soit un champ vectoriel A défini de la manière suivante :

A(x,y,z) =

Ê

Á

Á

Á

Ë

a

a

a

x

y

z

(x,y,z)

(x, y,z)

(x,y,z)

Le rotationnel de A s'exprime ainsi :

a

Ê a

Á

z

-

y

Á

Á

Á

Á

rot (A) = Á

Á

Á

Á

Á

Á

Ë

y

a

x

z

a

y

x

-

-

z

a

z

x

a

x

y

ˆ

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

¯

ˆ

˜

˜

˜

¯

(38)

(39)

En utilisant l'opérateur , on trouve plus simplement :

rot (A) = — ¥ A

Entrée : le champ vectoriel A

Sortie :

le champ vectoriel — ¥ A

3.1 Théorème de Stokes

(40)

On veut calculer la circulation d'un champ vectoriel A le long d'une courbe fermée C. On définit une surface S quelconque, mais dont le bord est délimité par C. On admet encore que les dérivées partielles de a x , a y et a z sont continues dans toute une région de 3 3 contenant S. Le théorème de Stokes s'énonce ainsi :

contenant S. Le théorème de Stokes s'énonce ainsi : = ÚÚ S ( — ¥ A

=

ÚÚ

S

(

— ¥

A

)

dS

=

ÚÚ

S

(

— ¥

A

)

n

dS

(41)

La circulation de A le long de C est égale à l'intégrale de surface du rotationnel de A sur n'importe quelle surface S dont le bord est délimité par la courbe C.

9

Analyse vectorielle – gradient, rotationnel et divergence

Le sens de n (vecteur perpendiculaire à S) dépend du sens de l'intégration le long de C. On dit de la courbe C qu'elle est orientée. Pour connaître le sens de n , on applique la règle du tire- bouchon: si un tire-bouchon effectue une rotation dans la direction définie par l'orientation de C, le sens du déplacement du tire-bouchon donne le sens de n (voir Figure 6).

n C
n
C
C n
C
n

Figure 6

3.2 Rotationnel d'un champ de gradient

Soit une fonction quelconque f(x, y, z). Si on calcule le rotationnel de son champ de gradient on trouve :

f

— ¥— =

Ê

Á

Á y

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Ë

Ê f ˆ

Á

Ë

z

˜

¯

Ê f ˆ ˜

z

Á

Ë

x

¯

x

Ê f ˆ

Á

Á

Ë

y

˜

˜

¯

-

-

-

Ê f ˆ

˜

˜

ˆ

˜

˜

˜

˜

ˆ ˜

˜

¯

˜

˜

˜

˜

¯

z

x

y

Ê

Á

Ë

f

z

Á

Á

Ë

y

Ê f ˆ

Á

Ë

x

˜

¯

˜

˜

˜

¯

Ê

Á

Á

Á

Á

Á

= Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Ë

2

f

y

2

f

z

z

x

2

f

x

y

-

-

-

2

f

z

2

f

y

x

z

2

f

y

x

ˆ

˜

˜

˜

˜

˜

˜ =

˜

˜

˜

˜

˜

˜

¯

Ê 0 ˆ

˜

˜

Á 0 ˜

Á

Á

Á

˜

˜

˜

˜

¯

Á

Á

Á

Ë

0

(42)

Le rotationnel d'un champ de gradient donne un champ nul. L'inverse est vrai : si le rotationnel d'un champ vectoriel A est le vecteur nul, alors A est un champ de gradient. On en conclut que la circulation d'un champ de gradient le long d'une courbe fermée est toujours nul, ce que nous savions déjà (voir (30) page 7).

En regardant de plus près (42), on remarque que le produit vectoriel — ¥ —f a comme opérandes et un multiple de : les deux opérandes du produit vectoriel sont 'alignés', donc le résultat est forcément nul.

10

Analyse vectorielle – gradient, rotationnel et divergence

3.3 Rotationnel en coordonnées cylindriques

Le rotationnel d'un champ donné en coordonnées cylindriques A(r,j, z) s'exprime ainsi :

— ¥

A

=

Ê

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á 1

Á

Ë

r

1

a

z

a

a

z

j

)

-

a

j

r

(

r

j

r

-

-

z

a

z

r

1

(

r

a

r

)

r

r

j

ˆ

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

¯

<

u

r

,u

j , u

z

>

(43)

3.4 Rotationnel en coordonnées sphériques

Le rotationnel d'un champ donné en coordonnées sphériques A (r,q, j) s'exprime ainsi :

— ¥

A

=

(

sin(

q

)

a

j

)

-

Ê

Á

Á

Á

Á

Á

Á r

Á

Á

Á

Á

Ë

1

Ê

Á

Á

Ë

a

q

ˆ

˜

˜

¯

r

sin(

q

)

1

Ê Á a

j

r

sin(

q

)

Á

Ë

-

q

(

r

sin(

q

j

)

a

j

)

r

(

)

1

Ê

Á

Ë

r

a

q

-

a

r

r

r

q

ˆ

˜

¯

ˆ

˜

˜

¯

ˆ

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

¯

<

u

r

, u

q

,u

j

>

3.5 Exemple d'application

Soit le champ vectoriel A suivant :

Á Ê

A = Á

x

+

12x

e

2y

+

sin( x z) ˆ

˜

arctg(y z) ˜

+

2

Á Ë cos(x

 

˜

y

z)

¯

Soit encore la courbe C définie par le cercle :

+ y

Le sens de C est le sens trigonométrique (sens contraire des aiguilles de la montre).

Calculer la circulation de A le long de la courbe orientée C.

x

2

2

= R

2

11

(44)

(45)

(46)

Analyse vectorielle – gradient, rotationnel et divergence

Résolution

On va calculer cette circulation au moyen du rotationnel.

Comme C est comprise dans le plan xOy, on va prendre comme surface d'intégration le cercle délimité par C et situé sur xOy. Bien entendu, on pourrait choisir une autre surface, mais cela n'aurait pas beaucoup de sens…

Comme C est orientée dans le sens trigonométrique, le vecteur dS est le suivant :

dS

=

Ê

Á

Á

Á

Ë

0

0

1

ˆ

˜

˜

˜

¯

dx

dy

(47)

On calcule le rotationnel :

— ¥

A

=

Ê

Á

y

(

Á 12

Á

Ë

Á cos( x

Á

Á

sin( x

x

-

2

x

z

2

z)

-

-

-

On calcule la circulation :

z)

y

-

Ê

Á

Á

Ë

y

z

1

+

y

2

sin( x

z

y

2

(

2

)

ˆ

˜

˜

¯

z)

T

=

ÚÚ

S

(

— ¥

A

)

dS

=

ÚÚ

S

Ê

Á

Á

Á

Ë

10

ˆ

˜

˜

˜

¯

Ê

Á

Á

Á

Ë

0

0

1

ˆ

˜

˜

˜

¯

dx dy

=

ÚÚ

S

1

dx

dy

)

ˆ

˜

˜

˜

˜

˜

˜

¯

=

10

p

R

(48)

2 (49)

On voit que les deux premiers coefficients du rotationnel sont annulés par une multiplication par zéro, donc on n'en tient pas compte ! En étant un peu malin, on se serait même épargné de les calculer…

4

Divergence

Soit un champ vectoriel A défini de la manière suivante :

A(x,y,z) =

Ê

Á

Á

Á

Ë

a

a

a

x

y

z

(x,y,z)

(x, y,z)

(x,y,z)

ˆ

˜

˜

˜

¯

La divergence de A s'exprime ainsi :

div (A) =

a

x

x

+

a

y

y

+

a

z

z

12

(50)

(51)

Analyse vectorielle – gradient, rotationnel et divergence

En utilisant l'opérateur , on trouve plus simplement :

div (A) = — A

Entrée : le champ vectoriel A

Sortie :

le champ scalaire A

4.1 Théorème d'Ostrogradski

(52)

On veut calculer le flux total d'un champ vectoriel A à travers une surface fermée S. On définit V le volume délimité par S. On admet encore que les dérivées partielles de a x , a y et a z sont continues dans V. Le théorème d'Ostrogradski s'énonce ainsi :

ÚÚ A dS = ÚÚÚ S V
ÚÚ
A
dS
=
ÚÚÚ
S
V

(

A

)

dV

(53)

Le flux de A à travers une surface fermée S est égale à l'intégrale volumique sur V de la divergence de A .

4.2 Divergence d'un champ de gradient - Laplacien

Soit un champ scalaire f quelconque. Si on calcule la divergence de son gradient, on trouve :

D

f

= —

(

f)

=

x

Ê f ˆ

Á

Ë

˜

x

¯

+

y

Ê f ˆ

Á

Á

Ë

˜

y

¯

˜ +

z

Ê f ˆ

Á

Ë

˜

z

¯

=

2

f

x

2

+

2

f

y

2

+

2

f

z

2

(54)

On appelle laplacien scalaire de f la divergence du gradient de f, et on le note Df ou

2

f

.

4.3 Divergence d'un champ de rotationnel

Soit un champ vectoriel A quelconque. Si on calcule la divergence de son rotationnel, on trouve :

— ¥

(

A)

=

Ê a

Á

Á

Ë

z

-

a

y

ˆ

˜ +

˜

Ê a

Á

Ë

x

-

a

z

ˆ

˜ +

¯

x

y

2

a

z

-

z

2

a

y

¯

+

y

a

2

z

x

-

x

2

a

z

+

x

y

x

z

y

z

y

x

Ê

Á

Á

Ë

a

y

-

a

x

ˆ

˜ ˜ =

¯

z

2

a

x

y

-

y

2

a

x

= 0

z

x

z

y

(55)

La divergence d'un rotationnel est nulle. En observant de plus près (54), on remarque que — ¥ A est perpendiculaire à , donc le produit mixte (— ¥ A) est forcément nul.

4.4 Divergence/laplacien en coordonnées cylindriques

La divergence d'un champ donné en coordonnées cylindriques A(r,j, z) s'exprime ainsi :

(r a ) a a j r — A = 1 + 1 + z
(r
a
)
a
a
j
r
A =
1
+
1
+ z
r r
r j
z

13

(56)

Analyse vectorielle – gradient, rotationnel et divergence

Le laplacien scalaire d'une fonction donnée en coordonnées cylindriques f (r, j,z) s'exprime ainsi :

D

f

=

1

Ê

Á

r

Ë

r

r

f ˆ

˜

r

¯

+

1

f

2

2

f

r

2

j

2

z

2

+

(57)

4.5 Divergence/laplacien en coordonnées sphériques

La divergence d'un champ donné en coordonnées sphériques A (r,q, j) s'exprime ainsi :

 

2

a

A

=

1

(r

a )

r

+

1

(sin(

q

)

a

q

)

+

1

j

 

r

2

r

 

r

sin(

q

)

q

 

r

sin(

q

)

j

(58)

Le laplacien scalaire d'une fonction donnée en coordonnées sphériq ues f (r, q,j) s'exprime ainsi :

 

1

Ê

 

2

f ˆ

 

1

 

D

f

=

2

Á

r

˜

+

2

 

   

r

 

r

¯

 

q

)

 

q

r

Ë

 

r

sin(

4.6

Exemple d'application

 

Soit le champ vectoriel A suivant :

 
 

2

ˆ

 

Á Ê 5x

+

sin( y z)

˜

 

A

= Á arctg(x z)

+

4y ˜

 
 

˜

 

Á Ë cos(x y)

-

6z

¯

Ê

Á

Ë 2

q

)

f

ˆ

1

2

f

˜

+

q

¯

r

sin

2

(

q

)

j

2

sin(

(59)

(60)

Soit encore la surface fermée S définie par la sphère :

x

2

+ y

2

+ z

2

= R

2

Calculer le flux total de A à travers S.

(61)

Résolution

On va calculer ce flux au moyen de la divergence.

A = (5) + (4)+ (- 6)= 3

On applique le théorème :

ÚÚ A dS = S
ÚÚ
A dS =
S

ÚÚÚ

V

(

3

)

dV = 3 Volume = 4p R

3

(62)

(63)

4.7 Autre définition de la divergence

Imaginons un champ vectoriel A défini au point P. Imaginons autour de P une surface infinitésimale S de forme quelconque et de volume V. La divergence de A au point P vaut :

A

=

lim

V

Æ

0

1 ÚÚ A dS V S
1
ÚÚ
A
dS
V
S

(64)

14

Analyse vectorielle – gradient, rotationnel et divergence

Cette dernière équation illustre bien l'interprétation de la divergence. La divergence d'un champ vectoriel A en un point P nous donne une grandeur de la 'source' de A en ce point.

Si un champ vectoriel a une divergence nulle en un point, il n'y a aucune 'source' en ce point.

Si un champ vectoriel a une divergence nulle en tout point (champ de rotationnel), ce champ n'a aucune 'source'.

5 Laplacien vectoriel

Pour être exhaustif, citons encore le laplacien vectoriel.

Soit un champ vectoriel A défini de la manière suivante :

A(x,y,z) =

Ê

Á

Á

Á

Ë

a

a

a

x

y

z

(x,y,z)

(x, y,z)

(x,y,z)

ˆ

˜

˜

˜

¯

Le laplacien vectoriel de A s'exprime ainsi :

D

A

=

2

Ê a

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Ë

a

x

x

2

2

a

y

x

2

2

z

x

2

+

+

+

2

a

x

y

2

2

a

y

y

2

2

a

z

y

2

Entrée : le champ vectoriel A

Sortie :

le champ vectoriel DA

+

+

+

2

a

x

z

2

2

a

y

y

2

2

a

z

z

2

ˆ

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

˜

¯

=

15

Ê

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Á

Ë

D

D

D

a

a

a

x

y

z

 

(65)

ˆ

˜

˜

˜

˜

(66)

˜

˜

˜

¯

Analyse vectorielle – gradient, rotationnel et divergence

6

Résumé

On va admettre un champ scalaire f et