Vous êtes sur la page 1sur 26

A 16-YEAR-OLD ADOLESCENT GIRL PRESENTS WITH A

HYPEREXTENSION INJURY TO HER THUMB. TWO CLOSED REDUCTIONS


ARE ATTEMPTED WITH LOCAL ANESTHESIA AND DO NOT ACHIEVE
ADEQUATE REDUCTION. WHAT IS THE NEXT APPROPRIATE TREATMENT?

• Third reduction attempt

• Distraction external xator


application

• Open reduction of the MCP


joint

• Serial casting

• Initiation of range of motion


exercises
fi
LUXATIONS DE LA MP
DU POUCE

DOCTEUR CARMES
CENTRE DE LA MAIN
CLINIQUE DES EAUX CLAIRES
GUADELOUPE

LUXATION DORSALE DE LA MP DU POUCE

• Rare

• Attention à la manoeuvre de réduction qui est particulière.


Une réduction intempestive aggrave les lésions et peut
conduire à une réduction chirurgicale secondaire

MÉCANISME LÉSIONNEL

• Lésion en hyper-extension avec une


part de rotation

➙ la tête va passer entre le FPL d’un


côté et les thénariens de l’autre
➙ la PP et les sésamoïdes viennent
s’interposer en dorsal dans
l’articulation

• Les ligaments collatéraux sont


habituellement intacts (parce que
surtout tendus en exion).


fl

ASPECT CLINIQUE

Diagnostic clinique
habituellement facile:

• Douleur, impotence
fonctionnelle

• Déformation plus ou moins


marqué de la colonne du
pouce

Les Rx con rment le diagnostic


mais leur analyse est délicate

On décrit 2 types de lésion


fi

1)LUXATION DORSALE SIMPLE

• Douleur

• Impotence fonctionnelle

• MP en hyper-extension

• Rx: sésamoïdes encore


encore en contact avec la
tête du métacarpien

2) LUXATION DORSALE COMPLEXE

• Douleur

• Impotence fonctionnelle

• Le pouce n’est pas en


hyper-extension mais
parallèle au métacarpien,
grosse MP mais pas de
déformation majeure

• Rx: les sésamoïdes sont


postérieurs à la tête du
métacarpien

LA RADIOGRAPHIE

• Con rme le diagnostic

• Visualise une ou des fractures


associées

• Il existe différents types


anatomiques mais en pratique:
sans intérêt
fi

TAKE HOME MESSAGE

• Une erreur dans la manoeuvre de réduction


peut transformer une luxation simple en
luxation complexe, le plus souvent
irréductible

• Il existe une seule technique de réduction


qui doit être réalisée sous sédation adéquate

• Après réduction il faut effectuer des testings


radiologiques, 2ème raison pour avoir une
bonne sédation

RÉDUCTION PAR LA
MANOEUVRE DE FARABEUF

• Porte le nom de son inventeur, Louis


Farabeuf (1841-1910), chirurgien français qui
a décrit les lésions anatomiques, la méthode
de réduction et l’instrument pour y parvenir.
MANOEUVRE DE FARABEUF

• Se fait sous AL ou
anesthésie loco-régionale
+/- MEOPA

• Pas de traction dans l’axe


➙ risque d’incarcérer la
tête métacarpienne entre
le FPL et les thénariens
tandis que les sésamoïdes
et la PP passent au dessus
de la tête

TECHNIQUE DE RÉDUCTION

• Expliquer au patient en quoi


consiste la manoeuvre de
réduction

• Accentuer la déformation

• Ensuite pousser la phalange


en raclant bien la base de
P1 sur la diaphyse du
métacarpien pour faire
basculer en bloc la
phalange avec les
sésamoïdes, la PP et le FPL
La réduction fermée de cette luxation s’effectue plus facilement si les insertions des muscles intrinsèques sur les
sésamoïdes sont intactes, puisqu’ils servent de guide à la PP pour retrouver sa position (Weeks 1981)

• Pas de traction dans l’axe


➙ incarcération des sésamoïdes
dans l’articulation


A 16-YEAR-OLD ADOLESCENT GIRL PRESENTS WITH A
HYPEREXTENSION INJURY TO HER THUMB. TWO CLOSED REDUCTIONS
ARE ATTEMPTED WITH LOCAL ANESTHESIA AND DO NOT ACHIEVE
ADEQUATE REDUCTION. WHAT IS THE NEXT APPROPRIATE TREATMENT?

• Third reduction attempt

• Distraction external xator


application

• Open reduction of the MCP


joint

• Serial casting

• Initiation of range of motion


exercises
fi
LE TESTING APRÈS RÉDUCTION
S’EFFECTUE DANS DEUX PLANS
• Dans le plan frontal

• Et en latéral: en cas de lésion


grave de l’un de deux
ligament collatéraux (surtout
LCM): indication chirurgicale
potentielle

• Testing sous scopie pour mieux comprendre les


lésions et la potentielle évolution vers une
instabilité chronique
EN CAS DE LUXATION DORSALE PURE

Plan capsulo-ligamentaire antérieur

3: Ligt métacarpo-sésamoïdien
4: Ligt sésamoïdo-phalangien
5: Sésamoïde

• Quelles structures sont


potentiellement lésées ?

EN CAS DE LUXATION DORSALE PURE:


RUPTURE DU LIGAMENT MÉTACARPO-SÉSAMOÏDIEN

• Forme la plus fréquente (80%)

• Réduction orthopédique stable

• En extension les sésamoïdes


restent attenants à la phalange

• Immobilisation 3 semaines -1 mois


par un gantelet en ouverture de la
première commissure

EN CAS DE

Rupture de la
• Rupture du ligament
sangle active
sésamoïdo-phalangien

• Fracture d’un sésamoïde

• Rupture du tendon du FPB


Evaluer la
pertinence d’un
traitement
chirurgical

RUPTURE DU LIGAMENT SÉSAMOÏDO-


PHALANGIEN

Les sésamoides ne
suivent pas la phalange
en extension
FRACTURE D’UN SÉSAMOÏDE

Dif cile à voir !

Le mot sésamoïde vient du Grec, c’est la graine plate et ovale du grain de


sésame, plante indienne utilisée par les médecins comme purgatif
fi
DEUX TYPES DE FRACTURE DU
SÉSAMOÏDE
• La première a été décrite en 1915

• Type 1: sans rupture de la plaque palmaire donc stable


et ne nécessite pas de traitement chirurgical

• Type 2: avec rupture de la PP (également décrit par


Stener) donc instable, nécessite le recours à la chirurgie.

3 signes diagnostic:
- Lésion en hyper-extension,
- Ecchymose palmaire sur le trajet du FPL, en regard de
la MP, étendue à l’éminence thénarienne,
- Douleur à la pression du sésamoïde fracturé.




RUPTURE DU TENDON FPB

Hématome, douleur
proximale, douleur majorée
par la exion contrariée si vu
tardivement
fl
LUXATION PALMAIRE DE LA MP

• Le tendon de l’EPL n’est plus palpable, il existe


un déplacement radial ou ulnaire des tendons
(EPL, EPB) avec une exion paradoxale de la MP
et une extension de l’IP quand on étend la MP

• Le plus souvent (15/17 cas) la réduction doit


être chirurgicale à cause de l’interposition de la
capsule dorsale et des tendons extenseurs.

• Se mé er des lésions des ligaments collatéraux


qui doivent être réparés également
fi
fl

CONCLUSION

• Lésions plutôt rares

• Les lésions graves doivent être prises en charge


chirurgicalement

• Un examen clinique méticuleux avec un testing


ligamentaire est la clef du bon choix
thérapeutique

Vous aimerez peut-être aussi