Vous êtes sur la page 1sur 3

Le double brassage génétique

Activité 10
Compétence et domaine Niveau de maitrise
du socle associé
Maitrise insuffisante Maitrise fragile Maitrise satisfaisant Très bonne maitrise
Pratiquer des langages J’ai repéré plusieurs J’ai repéré plusieurs J’ai repéré et relié J’ai repéré et relié toutes les
D1 informations en relation informations en relation plusieurs informations de informations de manière
avec le sujet traité mais je avec le sujet traité et les manière organisée : organisée :
n’ai pas fait de lien entre ai reliées entre elles de → En utilisant des → En utilisant des connecteurs
elles manière désorganisée connecteurs logiques logiques
OU ET
→ En utilisant un → En utilisant un vocabulaire
vocabulaire scientifique scientifique rigoureux et adapté
rigoureux et adapté

Le 1er brassage génétique : le hasard dans la fabrication des gamètes (méiose)

Exemple pour les yeux (voir rappel dans exercices complémentaires sur les allèles)

Prenons trois individus :

- Une femme, Océane, dont les yeux sont bleus


- Une autre femme, Marilyn, dont les yeux sont verts
- Un homme, Rémi, les yeux marron

1. Compléter les 2 premières lignes du tableau suivant

Océane Marilyn Rémi


Phénotype

Génotypes (plusieurs
possibilités)

Gamètes (plusieurs possibilités)

2. Parmi les plusieurs génotypes possibles, l’enseignant vous donne celui que nous décidons de garder. Avec cette information,
compléter la dernière ligne du tableau.

Le 2ème brassage génétique : le hasard dans la rencontre des gamètes

Rémi et Marilyn décident de faire un enfant

3. En complétant l’échiquier de croisement suivant, déterminer la probabilité qu’ils aient un enfant aux yeux bleus.

4. Réaliser un nouvel échiquier de croisement pour déterminer la probabilité qu’ils aient une fille aux yeux marrons
Exercices complémentaires

Exercice 1 : La transmission d’un caractère héréditaire, le groupe


sanguin

Ci-contre, l’arbre généalogique d’une famille avec les groupes


sanguins de chacun des individus.
Les groupes sanguins sont dirigés par un gène situé sur la paire de
chromosomes n°9. Il existe 3 allèles différents A, B et O.
A et B sont des allèles co-dominants. O est un allèle récessif.

1. Représenter la paire de chromosome n°9 des individus 1


et 2 en représentant leurs allèles codant pour leur groupe
sanguin.(ATTENTION : une seule possibilité existe,
observez bien les groupes sanguins de leurs enfants pour
déterminer celui des individus 1 et 2)
2. Nous nous intéressons maintenant aux 3 derniers enfants de la famille : Chloé, Pierre et Jean. Parmi ces 3 enfants, l’un a été
adopté. Préciser lequel tout en justifiant votre réponse.
3. Pierre et sa femme (Marie, non représentée sur l’arbre généalogique) ont décidé d’avoir un enfant. En sachant que Marie est du
groupe sanguin AB. Représenter les différents gamètes fabriqués par ces deux individus (le caractère à considérer est
uniquement le groupe sanguin).
4. Réaliser un échiquier de croisement avec les différents gamètes de la question précédente.
5. Quelle est la probabilité pour qu’ils aient un enfant du même groupe sanguin que leur père ?

Le rhésus sanguin est une autre molécule que l’on trouve (ou pas) sur les globules rouges. Nous pouvons être rhésus positif (dit +, quand
la molécule rhésus est présente) ou rhésus négatif (dit -, quand la molécule rhésus est absente).
Ce rhésus est dirigé par un autre gène que celui des groupes sanguins, situé sur la paire de chromosomes n°1. Il existe en 2 versions
différentes :

- L’allèle rhésus +, noté Rh+ qui est dominant


- L’allèle rhésus -, noté RH- qui est récessif

Dans la famille précédente, Pierre est du groupe A- et Marie du groupe AB +.

6. Calculer la probabilité que l’enfant de Pierre et Marie soit du groupe B- (Pour résoudre cette question vous devez savoir que la
maman Marie est du groupe B-).

Exercice 2 :

Le test de Guthrie est pratiqué chez tous les nouveau-nés par


prélèvement de quelques gouttes de sang au niveau du talon. Il permet
de dépister un dysfonctionnement : la phénylcétonurie.
Il existe deux allèles de ce genre (n+ : allèle normal et n- : allèle
provoquant la maladie).
Le gène est situé sur le chromosome 12. Seuls les individus porteurs de
deux allèles n- développent la maladie. L’arbre généalogique ci-contre
représente une famille dont plusieurs membres sont atteints de cette
maladie.

1. L’allèle n- (responsable de la maladie) est-elle dominante ou récessif ? Justifier votre réponse.


2. Schématiser les chromosomes 12 avec les allèles du gène de la phénylcétonurie pour l’individu n°3 (de la génération n°2) et
chacun de ses parents.
3. L’individu 5 de la génération n°3 décide de faire un enfant avec un individu « porteur sain ».
Réaliser un échiquier de croisement et déterminer la probabilité qu’ils aient un enfant malade.
4. Même question mais pour la probabilité qu’ils aient un garçon non malade.

Vous aimerez peut-être aussi