Vous êtes sur la page 1sur 4

126–Ribic–Accordéon

La chatte avance, patte prête à fuser, dans une immense étendue de neige.
L’image est cadrée pour qu’on croie qu’il s’agit d’une vaste étendue, mais on sait qu’il y a, autour,
des chênes, une haie de lauriers, un fil à linge. Saisie dans la neige, semble s’y être enfoncée. L’été
suivant, filmée, jouera avec un mulot jusqu’à le faire monter en haut d’un chêne.

08:18 Publié dans Brille de mille yeux, lactations : déSastre | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 10 février 2020


100–Dallorto–Piano

Geste épique, de se donner les gants d’y aller franchement, dans la queue
de renard comme naguère dans la nèfle. Ouvrir tout grands les battants de
l’imaginaire, que c’est difficile quand on ne sait rien d’autre que se payer de
mots, encore et toujours ça. Une stratégie, non. Pas peur d’échapper aux
mots, mais bien davantage : incapacité à peindre, impossibilité de tenir la
distance avec les seules images, la suscitation – si ce mot existe – d’images
pourtant mémorisées. Il y a un livre (un essai ?) à écrire sur
ces écrivain·es inaptes à partir d’autre chose que des mots, de même que,
pour moi, la scène de jeudi dernier figure fort dans ma vie quotidienne mais
peine à se convertir en scène d’écriture, ou en tout cas à s’y apposer hors du
recours au langage. Le clavier, après tout, est constitué de lettres, propres à
l’acrostiche.

09:15 Publié dans Brille de mille yeux, Élugubrations, lactations : déSastre | Lien
permanent | Commentaires (0)

dimanche, 19 janvier 2020


26–Thomas[1]–Clavecin

Et l’aventure se poursuit, le meuble laqué vierge de poussière. Était-ce un


autre jour, la tête-de-loup. Un autre jour, la nénette passant sur les boiseries
et les cuirs-de-buffle. La course se poursuivant on vaque à présent le long des
étagères remplies d’incunables. On ne se refera pas maintenant. Jamais été
bibliophile, vous saviez ça ?
[1] Rosemary Thomas
https://www.youtube.com/watch?v=zhPDn5q1Y6s

14:21 Publié dans Brille de mille yeux, lactations : déSastre, MUS | Lien permanent | Commentaires
(0)

jeudi, 09 février 2017


Loving by Will

At last I got my copy of Sir Timothy's outstanding LOVING BY WILL. What a work !
Fabulous ! Hurry up, all of you, and buy this smashing book with its 154 "sunbursts".

(ystrday, 5 p.m.)
10:40 Publié dans Aujourd'hier, Brille de mille yeux, MAS, Narines enfarinées | Lien
permanent | Commentaires (0)

mardi, 24 mai 2016


24052016 / 759

Pas atteint sur le chemin du bus, avec mon fils cadet. Il venait de me faire remarquer
qu'un des étrons canins jonchant le trottoir était très blanc.
Lernen Sie sehen, und Sie werden wachsen.
09:05 Publié dans 1177 pas, Brille de mille yeux, Droit de cité | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 04 mai 2016


04052016 / 1437
Pas atteint à 14 h 37, dans la file d'attente de la FNAC, où je ne vais jamais, ce qui est
manière de dire, étant donné que là j'y étais, et j'y achetai un guide d'identification des
oiseaux dont j'avais parlé auparavant dans un poème parlécrit. J'avais aussi pris un
coffret des cinq premiers albums de Keith Jarrett, dont un très étrange et désuet album
chanté, dans lequel le pianiste joue aussi de la guitare, de l'orgue, de la flûte à bec, du sax
soprano.
(On dirait du Nick Drake, en moins bien.)
23:34 Publié dans 3333 pas, Brille de mille yeux, J'Aurai Zig-Zagué, MAS | Lien
permanent | Commentaires (0)

jeudi, 31 mars 2016


Aujourdernier
Le premier jour de mars, c'était un mardi, et il faisait froid et gris, on pouvait passer un
moment du côté de la gare en restant calfeutré dans sa voiture. C'était l'hiver, tout cela
paraissait normal. On pouvait discuter, avec une forme d'insouciance.

Aujourd'hui, jeudi & dernier jour de mars, pluie et


froidure. Mon fils cadet — l'aîné est en voyage scolaire depuis trois jours, on espère qu'il
n'a pas fait un temps aussi maussade ou dégueulasse en Provence — m'a fait remarquer
qu'il faisait plus mauvais qu'en hiver alors qu'on est au printemps.

Après ça, rien à ajouter d'explicite. La forme


d'insouciance s'est beaucoup dramatisée, en un mois à peine. On peut bien prendre un
café, partager son sucre, montrer de l'extérieur un motel de banlieue qu'on n'atteindra pas
avec les transports en commun.
Ça fait beaucoup de on, c'est sûr.

— Il n'y avait que des mecs, dans ce café !


Mars, un mois ardu, âpre, dont je retiendrai le mitigé. Qu'en penser d'autre, complexe
tissu.

Vous aimerez peut-être aussi