Vous êtes sur la page 1sur 112



TABLES DES MATIÈRES

1 Résumé de thermodynamique 3
1. Statique des fluides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
2. 1er et 2ème principe de la thermodynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
3. Changement d’état du corps pur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
4. Machines thermiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

2 Problème: Premier et deuxième principe 19


1. Questions de cours : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2. Étude de quelques transformations du gaz parfait . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
3. Mesure du cœfficient γ, d’après INA-ENSA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

3 Corrigé: Premier et deuxième principe 23


1. Questions de cours : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2. Étude de quelques transformations du gaz parfait, d’après CCP TSI . . . . . . . . . . . . . . 24
3. Mesure du cœfficient γ, d’après INA-ENSA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

4 Problème : Structure de l’atmosphère terrestre 31


1. Atmosphère isotherme : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2. Atmosphère adiabatique et polytropique : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

5 Problème : Thermodynamique de l’atmosphère 33


1. Étude préliminaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
2. Sondage de l’atmosphère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3. Stabilité de l’atmosphère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

6 Corrigé : Thermodynamique de l’atmosphère 37


1. Étude préliminaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
2. Sondage de l’atmosphère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
3. Stabilité de l’atmosphère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

7 Problème : Changement d’état du corps pur 43


1. Étude de quelques transformations d’un corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
2. Formation de neige artificielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44

8 Corrigé : Changement d’état du corps pur 47


1. Étude de quelques transformations d’un corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
2. Formation de neige artificielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48

1
9 Problème : Moteur diesel 51
1. Étude qualitative du cycle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
2. Étude quantitative du cycle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
3. Rendement d’un cycle moteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
4. Prise en compte des frottements internes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

10 Corrigé : Moteur diesel 55


1. Étude qualitative du cycle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
2. Étude quantitative du cycle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
3. Rendement d’un cycle moteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
4. Prise en compte des frottements internes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58

11 Problème : Générateur à turbine et régénération 61


1. Cycle de Carnot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
2. Étude d’un générateur à turbine à gaz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62

12 Corrigé : Générateur à turbine et régénération 67


1. Cycle de Carnot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
2. Étude d’un générateur à turbine à gaz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69

13 Problème : Étude d’un réfrigérateur 75


1. Préliminaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
2. Étude du compresseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
3. Étude du condenseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
4. Étude du détendeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
5. Étude de l’évaporateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
6. Bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77

14 Corrigé : Étude d’un réfrigérateur 79


1. Préliminaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
2. Étude du compresseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
3. Étude du condenseur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
4. Étude du détendeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
5. Étude de l’évaporateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
6. Bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81

15 Problème : Détentes et écoulement 83


1. Fonctions d’état d’un système fermé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
2. Détente de Joule et Gay Lussac d’un gaz réel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
3. Détente de Joule-Thomson (Joule-Kelvin) d’un gaz réel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
4. Application des principes de la thermodynamique à un système fermé en mouvement . . . . . 84
5. Détente d’un fluide gazeux dans une tuyère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86

16 Corrigé : Détentes et écoulement 89


1. Fonctions d’état d’un système fermé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
2. Détente de Joule et Gay-Lussac d’un gaz réel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
3. Détente de Joule-Thomson (Joule-Kelvin) d’un gaz réel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
4. Application des principes de la thermodynamique à un système fermé en mouvement . . . . . 92
5. Détente d’un fluide gazeux dans une tuyère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93

17 Problème : Transferts thermiques 97

18 Corrigé : Transferts thermiques 99


1. Modélisation et mise en équation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
2. Détection et analyse du signal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103

M.Lotfi 2
1
Résumé de thermodynamique

1. Statique des fluides


1.1. Force de pression dans un fluide
1.1.1. Présentation
On s’interesse ici à l’étude d’un fluide (gaz ou liquide) au repos (pas de mouvement macroscopique).
On découpe à l’instant t le fluide en éléments de volume dτ (M ) petit à l’échelle macroscopique et suffisam-
ment grand à l’échelle microscopique pour pouvoir définir des grandeurs moyennées sur dτ (M ) = particule
de fluide

1.1.2. Forces volumiques et forces surfaciques


On distingue :


• les forces volumiques qui décrivent des interactions à longue portée; la force d F v subie par une particule
de fluide est proportionnelle à dτ ce qui permet de définir une densité volumique de force



→ dF v
fv=



par exemple dans le champ de pesanteur d F v = dm−

g = ρ−

g dτ
• les forces surfaciques qui décrivent des interactions à courte portée (forces de contact et chocs); nous
admettrons, que dans un fluide au repos


d F s = −p(M )dS −

n

où −

n est sortant; ces forces existent aussi à l’intérieur mais elles se compensent
Si on considère un élément de fluide de volume τ entourée par une surface fermée S alors la force pressante
appliquée sur ce fluide est :

→ −

ZZ
F = − p(M )dS(M )
S
Or d’après la formule du gradient on a :

→ −−→
ZZ ZZZ
p(M )dS(M ) = gradM p(M )dτ (M )
S
τ

Donc

→ −−→
ZZZ
F = − gradM p(M )dτ (M )
τ

3
Résumé de cours Thermodynamique

ainsi la force volumique liée aux forces pressante s’écrit :



→ −−→
f v = −gradM p(M )
1.1.3. Principe fondamental de la statique des fluides
Pour que le fluide soit au repos dans le champ de pesanteur, il faut que le poids de chaque particule fluide
soit compensé par les forces de pression exercées sur la particule de fluide (équilibre mécanique pour chaque
particule fluide)

→ −
→ −

dF v + dF s = 0
Les projections sur les axes Ox et Oy donnent :
∂p ∂p
= =0
∂x ∂y
Par projection sur l’axe Oz on aura :
 
dp −

ρ−

g dτ − −

e z dτ = 0
dz
alors :
dp
• si l’axe z est orienté suivant la verticale ascendante : = −ρg
dz
dp
• si l’axe z est orienté suivant la verticale descendante : = +ρg
dz
1.1.4. Fluide incompressible
Les liquides étant beaucoup plus denses que les gaz, il n’est en général pas possible de négliger les effets de la
pesanteur sur le champ de pression; en revanche on peut considérer qu’ils sont incompressibles et indilatables
(où T uniforme)
ρ(p, T ) = ρ = cte
en pratique, on parlera de fluide incompressible et homogène.

le principe fondamental de la statique des fluides donne alors


p + ρgz = cte
attention à l’orientation des axes

1.1.4.a. Variation de la pression avec l’altitude

p2 − p1 = ρg(z1 − z2 )
1.1.4.b. Théorème de Pascal
Toute variation de pression en un point d’un fluide incompressible est intégralement transmise en tout point
du fluide

1.2. Poussée d’Archimède


Les forces de pression exercées par un fluide au repos sur un corps placé en son sein ont une résultante
appelée poussée d’Archimède opposée au poids du fluide déplacé; la poussée est appliquée au centre
d’inertie C du fluide déplacé appelé centre de poussée.
Donc on peut écrire que la poussée d’Archimède est :


ZZZ
F A = − ρf − →g dV
V

Avec :
• V le volume de la partie immergée du solide dans le fluide
• ρf la masse volumique du fluide.

M.Lotfi 4
Thermodynamique Résumé de cours

2. 1er et 2ème principe de la thermodynamique


2.1. Quelques notions de thermodynamique
• Système isolé : est un système qui n’échange ni matière ni énergie avec le milieu extérieur,

• système fermé : est un système qui n’échange pas de matière mais il peut échanger de l’énergie avec
le milieu extérieur,

• système ouvert : est un système qui peut échanger de la matière et de l’énergie avec le milieu
extérieur,

• grandeur extensive : est une grandeur qui dépend de la quantité de matière, elle est donc additive
Exemples : masse m, volume V , quantité de matière n ...

• grandeur intensive : est une grandeur qui ne dépend pas de la quantité de matière, elle est non
additive
Exemples : Température T , pression P , masse volumique ρ ...

• transformation isochore : est une transformation pour laquelle le volume du système reste constant,

• transformation isobare : est une transformation pour laquelle la pression du système reste constante,

• transformation isotherme : est une transformation pour laquelle la température du système reste
constante,

• transformation adiabatique : est une transformation pour laquelle le système n’échange pas
d’énergie thermique (chaleur) avec l’extérieur (δQ = 0),

• transformation quasistatique : est une transformation infiniment lente constituée par une infinité
d’état d’équilibre infiniment voisins,

• transformation réversible : est une transformation quasistatique telle que le chemin inverse est
possible en passant par les mêmes états d’équilibre,

• variables d’état : c’est l’ensemble des variables qui définissent l’état d’équilibre d’un système
Exemples : T , P , V , ...

• équation d’état : c’est une relation liant les variables d’état du système.
Exemple : équation d’état du gaz parfait : P V = nRT

2.2. Premier principe de la thermodynamique


2.2.1. Énergie interne
C’est l’énergie à l’intérieur du système, elle est définie par :

U =< Ecµ > + < Epµ >


avec :

• < Ecµ > : la valeur moyenne de l’énergie cinétique microscopique des particules constituant le système,

• < Epµ > : l’énergie potentielle microscopique d’interaction entre les particules.

U est une fonction d’état.


une fonction d’état f est une fonction qui dépend de peu de variables d’état et qui vérifie les propriétés
suivantes :

• df est une différentielle totale exacte,

• df est integrable et f a une forme unique,

5 M.Lotfi
Résumé de cours Thermodynamique

• sa variation ∆f ne dépend pas du chemin suivi, elle dépend seulement de l’état initial et de l’état final,
∆f = ff − fi

• sur un cycle sa variation est nulle,


• elle vérifie le théorème de Schwarz.
si f dépend de deux variables x ety, elle
 s’écrit sous la forme : df = adx + bdy
le théorème de Schwarz s’écrit : ∂a∂y = ∂x∂b
y
x

2.2.2. Énergie totale


L’énergie totale E d’un système est la somme de son énergie interne et de son énergie mécanique
macroscopique.
E = U + Em
avec Em c’est l’énergie mécanique du système Em = Ec + Ep
Ec : l’énergie cinétique macroscopique.
Ep : l’énergie potentielle macroscopique.
2.2.3. Énergie échangée
Un système peut échanger de l’énergie avec le milieu extérieur soit sous forme de travail soit sous forme
d’énergie thermique (chaleur).
Le travail échangé avec le milieu extérieur lors d’une transformation infinitésimale est noté δW et l’énergie
thermique échangée est notée δQ.
Exemple : Pour le cas des forces pressantes :
δW = −Pext dV
avec Pext est la pression à l’extérieur, dans le cas d’une transformation quasistatique Pext = P où P est la
pression du système.

Remarque : la notation δW ou δQ ne signifie pas des variations ce sont des transferts infinitésimaux et
si la transformation est finie on note respectivement W ou Q.
W et Q ne sont pas des fonctions d’état.
On ne note jamais dW ou dQ

Convention thermodynamique : Q et W sont positifs s’il sont reçus par le système et négatifs s’ils
sont cédés à l’extérieur.
2.2.4. Énoncé du 1er principe
Au cours d’une transformation infinitésimale d’un système fermé on a :
d(U + Ec ) = δQe + δW e
dEc : variation élémentaire de l’énergie cinétique macroscopique.
dU : variation élémentaire de l’énergie interne.
δQe : transfert thermique élémentaire échangé avec l’extérieur.
e
δWnc : travail élémentaire de toutes les forces extérieures appliquées sur le système.

Remarque : On peut écrire le premier principe sous la forme :


dE = δQe + δWnc
e

avec δWnc travaux des forces non conservatives.


Dans le cas où le système est au repos le premier principe s’écrit :
dU = δW e + δQe
Pour une transformation finie entre l’état initial i et l’état final f le premier principe s’écrit :
∆U = Uf − Ui = W e + Qe

M.Lotfi 6
Thermodynamique Résumé de cours

2.2.5. Capacités thermiques


On définit l’enthalpie H d’un système par :
H = U + PV
H est une fonction d’état.
• Capacité thermique à volume constant :
 
∂U
Cv =
∂T v

• Capacité thermique à pression constante :


 
∂H
Cp =
∂T p

Dans le cas d’un gaz parfait : U et H ne dépendent que de T


dU = Cv (T )dT
dH = Cp (T )dT
On définit les capacités thermiques massiques et molaires par :
Cv Cp
• Capacités massiques : cvm = m et cpm = m
Cv Cp
• Capacités molaires : cvn = n et cpn = n

2.2.6. Détentes
2.2.6.a. Détente de Joule-Gay-Laussac
On réalise la détente de Joule-Gay-Laussac en mettant un gaz dans un récipient et l’autre vide tels que
les deux récipients sont rigides et calorifugés et on ouvre le robinet (figure 1).

gaz vide gaz gaz

Figure 1:

Système choisi : gaz+vide


Puisque les parois sont calorifugées alors la détente est adiabatique : δQ =0
Puisque les parois sont rigides alors δW = 0
Les deux récipients sont au repos donc Ec = 0
Le premier principe entre l’état initial 1 et l’état final 2 s’écrit :

∆U = U2 − U1 = 0
Conclusion :
La détente de Joule-Gay-Laussac est une détente isoénergétique.
Intérêt de la détente de Joule-Gay-Laussac :
C’est vérifier est ce qu’un gaz obéit à la première loi de Joule en faisant une simple mesure de température
initiale et finale.
Première loi de Joule: L’énergie interne d’un gaz parfait ne dépend que de la température (à quantité
de matière constante).
Pour un gaz parfait la détente de Joule-Gay-Laussac est une détente isotherme.

7 M.Lotfi
Résumé de cours Thermodynamique

y y
2.2.6.b. Détente de Joule - Thomson ou de Joule-Kelvin
On réalise la détente de Joule-Thomson en faisant passer un fluide par un ajutage ou par une paroi poreuse
telles que les parois de la conduite sont rigides et calorifugées (figure 2).

y y
ou

ajutage paroi poreuse

Figure 2:

On choisit comme système fermé le système qui se trouve à l’instant initial dans le volume entre ABCD et

yy y
à l’instant final dans le volume entre A′ B ′ C ′ D′ (voir figure 3) .
Les grandeurs en aval de la paroi poreuse on va les noter avec l’indice 1 et ceux en amont avec l’indice 2.
On a les parois sont rigides et calorifugées donc les seules échanges énergétiques du système sont les travaux
des forces pressantes avec le reste du fluide.
le système quand il était à l’état 1 il a échangé le travail :

yy y
A D A′ D′

B C B′ C′

état initial état final

Figure 3:


W1 = −P1 V1f − V1i

Or à l’instant initial tout le système était à l’état 1, et à l’instant final tout le système se trouve dans l’état
2 alors V1i = V1 et V1f = 0 donc
W1 = P1 V1
de même on démontre que
W2 = −P2 V2
Alors le premier principe s’écrit :
U2 − U1 = P1 V1 − P2 V2
On a négligé ici la variation de l’énergie cinétique (Ec1 ≃ Ec2 ) Alors

(U2 + P2 V2 ) − (U1 + P1 V1 ) = 0

D’où :
∆H = H2 − H1 = 0
Conclusion :
La détente de Joule-Kelvin est une détente isoenthalpique.
Intérêt de la détente de Joule-Kelvin :
C’est vérifier est ce qu’un gaz obéit à la deuxième loi de Joule en faisant une simple mesure de température
initiale et finale.
Deuxième loi de Joule: L’enthalpie d’un gaz parfait ne dépend que de la température (à quantité de
matière constante).
Pour un gaz parfait la détente de Joule-Kelvin est une détente isotherme.

M.Lotfi 8
Thermodynamique Résumé de cours

2.3. Deuxième principe de la thermodynamique


Le second principe postule l’existence d’une fonction d’état extensive S appelée entropie telle que pour
une transformation infinitésimale d’un système fermé sa variation s’écrit :

dS = δS e + δS c

Avec δS e : est l’entropie élémentaire échangée avec le milieu extérieur. δS e est donnée par :
δQe
δS e =
Tinterface
Avec δQe le transfert d’énergie thermique avec l’extérieur.
Tinterface la température de l’interface entre le système et le milieu extérieur. Dans le cas d’une transformation
quasistatique on a Tinterface = T avec T la température du système.
δS c est l’entropie élémentaire créée au sein du système telle que : δS c > 0 (ou pour une transformation finie
S c > 0)
Pour une transformation réversible δS c = 0 ( S c = 0)
Pour une transformation irréversible δS c > 0 (S c > 0).

Remarque : L’énergie interne U , l’entropie H, l’entropie S, l’énergie libre F = U − T S, l’enthalpie libre


G = H − T S se sont des fonctions d’état, leurs variations ne dépendent pas du chemin suivi pour aller d’un
état à un autre.
Pour calculer les variations d’une fonction d’état on peut toujours imaginer une transformation réversible
imaginaire entre les mêmes état initial et final de la transformation réelle telle que :

dEm + dU = δQeréel + δWnc


e
réel
= δQerév + δWnc
e
rév

δQeréel δQerév
dS = + δS c =
Tinterface T
T : température du système.

Pour une transformation finie :

∆S = S e + S c
δQe
Z
Se =
T

2.4. Identités thermodynamiques


Une identité thermodynamique est une relation qui donne la différentielle d’une fonction d’état en se
basant sur le premier et le second principe.
2.4.1. Identité thermodynamique pour U
Considérons une transformation réversible infinitésimale d’un système fermé au repos subissant le seul travail
e
pneumatique δWrév = −P dV .
D’après le premier principe on a :

dU = δQerév + δWrév
e
= δQerév − P dV

et d’après le second principe on a


δQerév
dS = donc δQerév = TdS
T
On déduit l’identité thermodynamique de U :

dU = T dS − P dV

Cette identité est valable même pour une transformation réversible car U est une fonction d’état.

9 M.Lotfi
Résumé de cours Thermodynamique

2.4.2. Identité thermodynamique pour S


D’après l’identité de U on a
1 P
dS = dU + dV
T T
2.4.3. Identité thermodynamique pour H
On a H = U + P V donc
dH = dU + P dV + V dP
Or
dU = T dS − P dV
alors
dH = T dS + V dP
2.4.4. Identité thermodynamique pour F et G
On démontre d’après les identités de U et H que :

dF = −P dV − SdT

dG = V dP − SdT

2.5. Coefficients calorimétriques


2.5.1. Coefficients l et k
Lors d’une transformation élémentaire réversible, le transfert thermique échangé avec l’extérieur peut s’écrire
sous la forme :
δQrév = Cv dT + ldV = Cp dT + kdP
Avec Cv , Cp , l, k sont appelés cœfficients calorimétriques du système.
En connaissant Cv (ou Cp ) et l’équation d’état d’un système on peut déduire l, k et Cp (ou Cv ).
On a
δQrév Cv l
dS = = dT + dV
T T T
or    
∂S δS
dS = dT + dV
∂T v δV T
Alors  
∂S
l=T
∂V T

Or
dF = −P dV − SdT
d’où l’égalité des dérivées croisées (théorème de Schwarz) puisque F est une fonction d’état :
   
∂P ∂S
=
∂T V ∂V T

D’où  
∂P
l=T
∂T v

l est appelé chaleur de dilatation isotherme.

Calculons maintenant k
On a    
Cp k ∂S ∂S
dS = dT + dP = dT + dP
T T ∂T p ∂P T

M.Lotfi 10
Thermodynamique Résumé de cours

donc  
∂S
k=T
∂P T
On a la différentielle de l’enthalpie G est

dG = V dP − SdT
donc d’après Schwarz    
∂V ∂S
=−
∂T P ∂P T
d’où  
∂V
k = −T
∂T P
k est appelé chaleur de compression isotherme.
2.5.2. Relation de Mayer
On a
δQrév = Cv dT + ldV = Cp dT + kdP
donc
(Cp − Cv )dT + kdP − ldV = 0
À P = cte on a
(Cp − Cv )dT = ldV
donc
 
∂V
Cp − Cv = l
∂T P
et d’après la definition de l on aura la relation de Mayer
   
∂P ∂V
Cp − Cv = T
∂T V ∂T P

Exemple : cas du gaz parfait


P V = nRT
d’où  
∂P nR
l=T =T =P
∂T V V
et  
∂V nR
k = −T = −T = −V
∂T p P
On déduit la relation de Mayer du gaz parfait :

Cp − Cv = nR

2.5.3. Coefficients thermoélastiques


Pour étudier les gaz réels on dispose d’un jeu de coefficients qui permettent de trouver l’équation d’état du
gaz ou de prédire son comportement. Ces coefficients sont :
α = V1 ∂V

• Coefficient de dilatation isobare : ∂T P

β = P1 ∂P

• Coefficient d’augmentation de pression isochore : ∂T V

χT = − V1 ∂V

• Coefficient de compressibilité isotherme : ∂P T

Ces coefficients sont reliés par la relation :


α = P βχT

11 M.Lotfi
Résumé de cours Thermodynamique

3. Changement d’état du corps pur


3.1. Présentation
Un corps pur peut exister sous trois états : solide, liquide ou gaz on dit aussi qu’il se trouve sous trois
phases.
lorsqu’il passe d’un état à un autre on dit qu’il subit un changement d’état ou une transition de phase.

fusion

SOLIDE solidification LIQUIDE


su n
bl io
im t
co at fac
io ué n
n n
de
ns liq atio
is
at
io p or
n va
GAZ

Figure 4:

On appelle phase l’ensemble des points d’un système tels que les grandeurs thermodynamiques intensives
sont continues.

3.2. Définitions et notations


3.2.1. Grandeurs massiques
On travaillera durant ce cours avec les grandeurs massiques qu’on notera avec des lettres minuscules.
Soit un corps pur qui se trouve sous deux phases 1 et 2. Soit m1 la masse de la phase 1 et m2 celle de la
phase 2.
À chaque grandeur extensive on peut lier une grandeur massique.
Considérons l’exemple du volume. On peut écrire le volume sous la forme :
V = V1 + V2 = m1 v1 + m2 v2
avec :
V1
• v1 = m1 le volume massique de la phase 1
V2
• v2 = m2 le volume massique de la phase 2
V
Donc le volume massique v = m du corps s’écrit :
m1 m2
v= v1 + v2
m m
avec m = m1 + m2
On notera :
m1
• x1 = m1 +m2 la fraction massique de la phase 1
m2
• x2 = m1 +m2 la fraction massique de la phase 2
on a x1 + x2 = 1
donc on peut se contenter d’utiliser une seule variable x = x2 et on a x1 = 1 − x
Ainsi le volume massique du corps pur s’écrit :
v = (1 − x)v1 + xv2
De même on peut trouver les grandeurs massiques liées aux grandeurs extensives :

M.Lotfi 12
Thermodynamique Résumé de cours

• énergie interne massique : u = (1 − x)u1 + xu2

• enthalpie massique : h = (1 − x)h1 + xh2

• entropie massique : s = (1 − x)s1 + xs2

• énergie libre massique : f = (1 − x)f1 + xf2

• enthalpie libre massique : g = (1 − x)g1 + xg2

3.2.2. Variance
La variance est le nombre de paramètres intensifs indépendants permettant de décrire l’état d’équilibre d’un
corps.
La variance V est donné par la règle de Gibbs (en absence de réaction chimique):

V =2+C −ϕ

avec C le nombre de constituants, ici on a un corps pur donc C = 1


ϕ le nombre de phase.
ainsi
V =3−ϕ

Un corps pur sous une phase est un système divariant : deux paramètres intensifs, par exemple T et
P , suffisent pour caractériser l’état d’équilibre d’un système monophasé puisque le troisième est donné par
l’équation d’état V = f (T, P ).

Pour un corps pur sous deux phases en équilibre thermodynamique V = 1 le système est donc mono-
variant. p et T sont liées par une relation caractéristique du corps pur P = Π(T ); Pour une température
donnée T , P = Π(T ) est fixée et V = f (T, P ) est fixé.
3.2.3. Diagramme (P, T )

P (bar) P (bar)
A
A
C C
221

liquide liquide
solide solide

Tr Tr
gaz 0, 00613 gaz
B B

T (K) 273, 16 647 T (K)


5.a : diagramme (P, T ) général 5.b : diagramme (P, T ) de l’eau

Figure 5:

La majorité des corps purs ont un diagramme (P, T ) tel que la pente de la courbe de l’équilibre solide ⇌
liquide est positive (figure 5.a) sauf quelques exceptions telles que l’eau (figure 5.b), Bismuth et gallium.
Le point T r représente le point triple où on a coexistence des trois phases en même temps c’est un point
où on a la variance V = 0.
Le point C représente le point critique au delà duquel on ne peut plus distinguer entre la phase liquide et la
phase gazeuse on parle d’un état fluide.

13 M.Lotfi
Résumé de cours Thermodynamique

C
PC
T > TC
TC

liquide T2 > T1
gaz
liquide ⇌ gaz G
L
M T1

v
vl vC vg

Figure 6:

3.3. Diagramme (P, v) ou diagramme de Clapeyron


3.3.1. Isothermes d’Andrews
C’est la représentation de P en fonction de v pour des températures constantes (figure 6).
On remarque que lorsqu’on a équilibre entre les deux phases on a un palier où la pression reste constante
pour T = cte. Lorsque T augmente la largeur du palier diminue jusqu’au point C où on n’a plus de palier
c’est le point critique. Au delà du point critique on a la phase fluide pas de changement d’état.
La courbe LCG en pointillés sur la figure 6 représente la courbe de saturation. La portion LC représente la
courbe d’ébullition et la portion CG représente la courbe de rosée.
3.3.2. Règle des moments
Pour un point M appartenant à la zone de changement d’état liquide-gaz (figure 6), les fractions massiques
de liquide xl et de gaz xg s’obtiennent graphiquement à partir des points L et G qui limitent le palier de
changement d’état par
MG LM
xl = et xg =
LG LG

3.4. Fonctions d’état du changement d’état


3.4.1. Enthalpie du changement d’état
Chaleur latente : La chaleur latente massique l1→2 de changement d’état est l’énergie thermique nécessaire
pour transformer 1 kg d’un corps pur complètement de l’état 1 vers l’état 2 d’une manière réversible.
En appliquant le premier principe on montre que :
l1→2 = h2 − h1
avec h1 et h2 sont respectivement les enthalpies massiques de la phase 1 et de la phase 2. h1 et h2 dépendent
de T donc l1→2 dépend aussi de T .
Donc on peut conclure que :
∆h = h2 − h1 = l1→2
Pour un changement d’état infinitésimale on a :
dh = l1→2 dx
3.4.2. Entropie du changement d’état
En utilisant le deuxième principe on montre que :
l1→2
∆s = s2 − s1 =
T

M.Lotfi 14
Thermodynamique Résumé de cours

Avec T la température du changement d’état. Pour un changement d’état infinitésimale on a :


l1→2
ds = dx
T
3.4.3. Relation de Clapeyron
La relation de Clapeyron est une relation permettant de définir l’évolution de la pression d’équilibre en
fonction de la température d’équilibre au cours d’un changement d’état d’un corps pur.
dP
l1→2 = T (v2 − v1 )
dT

15 M.Lotfi
Résumé de cours Thermodynamique

4. Machines thermiques
4.1. Machine ditherme
4.1.1. Définition
Une machine thermique est un ensemble de dispositifs qui permet à un système thermodynamique, appelé
agent thermodynamique, d’échanger du travail et de l’énergie thermique avec l’extérieur durant des trans-
formations cycliques.

Le second principe n’autorise pas l’existence d’une machine motrice qui échange de l’énergie thermique
avec une seule source de chaleur (thermostat). Donc pour avoir une machine thermique il faut que cette
machine échange de l’énergie thermique avec au moins deux sources de chaleur.

Une source de chaleur appelée aussi thermostat est un système qui peut échanger de l’énergie thermique
sans que sa température change, un thermostat est caractérisé par une capacité thermique infinie.
4.1.2. Type de machines dithermes
Il existe deux types de machines thermiques :

• Machines motrices : sont des machines qui fournissent du travail à l’extérieur

• Machines réceptrices : sont des machines qui reçoivent du travail de l’extérieur dans ce type il y a les
machines frigorifiques (réfrigérateur, climatiseurs ...) et les pompes à chaleur.

On peut modéliser une machine thermique qui échange de l’énergie thermique avec deux sources de
chaleur sous la forme :

source chaude source chaude


Tc Tc

Qc Qc
P W P W

Qf Qf

Tf Tf

source froide source froide

machine motrice machine receptrice

Figure 7:

4.2. Machine ditherme idéale


4.2.1. Cycle de Carnot
Un cycle de Carnot est un cycle ditherme parfaitement reversible constitué par deux isothermes et deux
isentropiques (adiabatiques) voir figure 8 .
4.2.2. Rendement ou efficacité
4.2.2.a. Définition
On appelle rendement ou efficacité le rapport entre l’énergie utile sur l’énergie fournie à la machine pour
qu’elle fonctionne.
Energie utile
η=
Energie fournie à la machine pour fonctionner

M.Lotfi 16
Thermodynamique Résumé de cours

T P

Tc
sens moteur Tc
sens moteur
S1
S2
sens récepteur sens récepteur
Tf
Tf

S2 S V
S1

cycle de Carnot en diagramme (T, S) cycle de Carnot en diagramme (P, V )

Figure 8:

4.2.2.b. Moteur de Carnot


Pour un moteur l’énergie utile est le travail W et l’énergie fournie à la machine pour qu’elle fonctionne est
Qc . Donc le rendement d’un moteur de Carnot est :
|W |
ηC =
Qc
On applique le premier principe sur un cycle :

∆U = W + Qc + Qf

or on a un cycle alors ∆U = 0
donc
W + Qc + Qf = 0
ainsi
Qc + Qf Qf
ηC = =1+
Qc Qc
On applique maintenant le deuxième principe (cycle réversible)
Qc Qf
∆S = 0 = +
Tc Tf
Alors
Qf Tf
=−
Qc Tc
On déduit le rendement d’un moteur de Carnot :
Tf
ηC = 1 −
Tc
4.2.2.c. Machine motrice de Carnot
i) Réfrigérateur de Carnot
L’énergie utile est Qf et l’énergie fournie à la machine est W .
l’efficacité du réfrigérateur est donc
Qf
eref =
W
En utilisant le premier principe et le deuxième principe on montre que l’efficacité du réfrigérateur de Carnot
est :
Tf
erefC =
Tc − Tf

17 M.Lotfi
Résumé de cours Thermodynamique

ii) Pompe à chaleur de Carnot


L’énergie utile est Qc et l’énergie fournie à la machine est W .
l’efficacité du réfrigérateur est donc
|Qc |
epc =
W
En utilisant le premier principe et le deuxième principe on montre que l’efficacité de la pompe à chaleur de
Carnot est :
Tc
epcC =
Tc − Tf
4.2.3. Théorème de Carnot
Le rendement ou l’efficacité d’une machine thermique réelle est strictement inférieur au rendement ou à
l’efficacité d’une machine de Carnot équivalente c’est à dire travaillant entre les mêmes sources de chaleur.

M.Lotfi 18
2
Problème: Premier et deuxième principe

1. Questions de cours :
1. Qu’est-ce que l’énergie interne U d’un corps ?

2. Définir sa capacité thermique Cv à volume constant

3. Qu’est-ce qu’un thermostat ?

4. Énoncer le premier principe pour un système fermé quelconque.

5. Énoncer le second principe de la thermodynamique pour un système fermé.

6. Quelles sont les propriétés vérifiées par une fonction d’état ?

7. Énoncer les deux lois de Joule.

8. Donner la caractéristique de la détente de Joule-Gay-Lussac dans le cas général et dans le cas d’un
gaz parfait.

9. Donner la caractéristique de la détente de Joule-Thomson dans le cas général et dans le cas d’un
gaz parfait.
e
10. Donner l’identité thermodynamique en considérant que le travail réversible s’écrit: δWrev = XdY .

2. Étude de quelques transformations du gaz parfait


On étudie différentes transformations de n moles d’un gaz parfait. On note P sa pression, V son volume,
T sa température, cV sa capacité calorifique molaire à volume constant, cP sa capacité calorifique molaire à
pression constante et γ = ccVP .

2.1. Donner l’équation des gaz parfaits en précisant les unités des variables et les valeurs des constantes.

2.2. Établir la relation de Mayer entre les capacités calorifiques molaires à volume et à pression constants.

2.3. En déduire les expressions de cP et cV en fonction de γ et R la constante des gaz parfaits.

2.4. Rappeler la différentielle de l’énergie interne pour les gaz parfaits. En déduire celle de l’entropie en
utilisant les variables T et V puis les variables T et P (on cherche les identités thermodynamiques).

19
Premier et deuxième principe Thermodynamique

2.5. On enferme le gaz dans une enceinte diathermane (permettant les transferts thermiques) dont une
paroi de masse négligeable est mobile verticalement sans frottement. Le milieu extérieur se comporte comme
un thermostat de température T1 . Initialement le gaz est caractérisé par une pression P1 , un volume V1 et
une température T1 . On suppose que la paroi est dans un premier temps bloquée. On la débloque et on la
déplace de manière quasistatique jusqu’à ce que le volume V1′ offert au gaz soit égal à 2V1 et on la rebloque.
Déterminer la pression P1′ du gaz à l’état final.

2.6. Déterminer le travail W1 mis en jeu au cours de cette transformation en fonction de n, R et T1 .

2.7. Calculer la variation d’énergie interne au cours de la transformation et en déduire le transfert


thermique reçu par le gaz.

2.8. Donner l’expression de l’entropie échangée avec le milieu extérieur.

2.9. Établir la variation d’entropie au cours de la transformation.

2.10. En déduire l’expression de l’entropie créée. Que peut-on en conclure ?

2.11. On suppose maintenant que les parois sont athermanes (ne permettant pas les échanges thermiques).
Le récipient est divisé en deux compartiments de volume identique, le gaz se trouvant dans l’un d’eux et le
deuxième étant vide. On enlève la séparation sans fournir de travail.
Établir l’expression de la variation d’énergie interne au cours de la transformation.

2.12. Déterminer les valeurs de la température T1′ et de la pression P1′ à l’équilibre.

2.13. Si on n’avait pas considéré un gaz parfait, quelle différence aurait-on observée ?

2.14. Déterminer la variation d’entropie au cours de l’évolution.

2.15. Quelle est l’entropie échangée ?

2.16. En déduire l’entropie créée. Que peut-on en conclure ?

2.17. Comparer ces deux transformations.

3. Mesure du cœfficient γ, d’après INA-ENSA


3.1. Méthode de Rüchardt
C
La méthode de Rüchardt permet de déterminer le rapport γ = Cpv des capacités thermiques à pression et
à volume constants en étudiant le mouvement d’une bille de masse m = 16, 6 g dans un tube en verre. La
bille métallique dont le diamètre est très voisin de celui du tube se comporte comme un piston étanche. On
place le tube au-dessus d’un récipient de volume V0 = 10 l (figure 1).
Lorsqu’on lâche la bille dans le tube de section s = 2, 0.10−4 m2 , on observe des oscillations amorties autour
d’une position d’équilibre. La méthode consiste à mesurer la période d’oscillation T0 du mouvement de la
bille dans le tube. Pour cela, on enregistre la pression P dans le récipient à l’aide d’un capteur de pression
pendant 20 secondes. On observe qu’à l’équilibre, la position de la bille est ze = −41 cm. On prendra pour
axe Oz un axe vertical ascendant dont l’origine est à l’extrémité supérieure du tube.

On note P0 = 1, 0.105 Pa la pression atmosphérique, g = 9, 81 m.s−2 l’accélération de la pesanteur, Cp


la capacité thermique molaire à pression constante, Cv la capacité thermique molaire à volume constant,
T0 = 293 K la température extérieure, T la température à un instant donné du gaz contenu dans le récipient, z
la position de la bille à un instant donné, R = 8, 31 J.K−1 .mol−1 la constante des gaz parfaits, M = 29g.mol−1
la masse molaire de l’air et 1, 0 bar = 1, 0.105 Pa.

M.Lotfi 20
Thermodynamique Premier et deuxième principe

z
O

Capteur
de pression

Figure 1:

3.1.1. Déterminer l’ordre de grandeur de la surpression créée par la bille. Le comparer à la valeur de la
pression atmosphérique. Que peut-on en conclure ?
3.1.2. Pour mesurer la pression, on utilise un capteur de pression commercial qui délivre une tension u
proportionnelle à la pression P soit u = αP . En l’absence de bille, la pression est mesurée à l’aide d’un
multimètre numérique. Sur le calibre le plus approprié, on obtient 3, 333 V. Quelle est la valeur de α en
V.bar−1 ? En déduire l’ordre de grandeur des variations de la tension u. Conclure quant à l’utilisation du
multimètre pour cette mesure.
3.1.3. L’enregistrement de l’écart de pression P − P0 a été effectué à l’aide du montage (figure 2).

R2
R1
− ⊲

+
R3
E0 us
u R3

Figure 2:

On suppose que l’amplificateur opérationnel est idéal et fonctionne en régime linéaire. Exprimer la tension
de sortie us de l’amplificateur opérationnel en fonction de u, R1 , R2 et E0 .
3.1.4. Montrer qu’il s’agit d’une fonction affine us = aP + b de la pression P exprimée en bars. On précisera
les expressions de a et b.
3.1.5. Sachant que la tension de sortie us de l’amplificateur opérationnel est nulle lorsque la pression P vaut
la pression atmosphérique et qu’on a us = 3, 0 V pour un écart de pression P − P0 de 1,0 kPa, déterminer
les valeurs de R2 et E0 . On donne R1 = 1, 0 kΩ.
3.1.6. Montrer que la force de pression exercée sur une demi-sphère de rayon r par une pression uniforme
P0 est F = P0 πr2 . On donnera la direction de cette force.
3.1.7. En appliquant par exemple le principe fondamental de la dynamique à la bille, établir l’équation du
mouvement de la bille en fonction de P , P0 , m, g, s et des dérivées temporelles de z.

21 M.Lotfi
Premier et deuxième principe Thermodynamique

3.1.8. L’air contenu dans le récipient est assimilé à un gaz parfait. On suppose qu’il vérifie la relation de
Laplace disant que le produit P V γ est constant. Rappeler les conditions de validité de cette loi.
3.1.9. En admettant que dV = V − V0 = sz et que dP = P − P0 , en déduire P − P0 en fonction de z.
3.1.10. En déduire l’équation différentielle du mouvement vertical de la bille et montrer que la pression obéit
à une équation différentielle analogue.
3.1.11. En déduire l’expression de la période T0 des oscillations et celle de la position ze à l’équilibre.
3.1.12. En déduire l’expression de γ en fonction de T0 .
3.1.13. Sachant que T0 = 1, 12 s, déterminer numériquement γ.
3.1.14. La position d’équilibre observée est-elle compatible avec l’hypothèse précédente ?

3.2. Méthode de Clément-Desormes


Pour un fluide quelconque, on peut écrire le transfert thermique sous la forme :
   
∂P ∂V
δQ = Cv dT + ldV = Cp dT + hdP avec l = T et h = −T
∂T V ∂T P

3.2.1. Définir les trois cœfficients thermoélastiques α, β et χT .


3.2.2. Établir l’expression de l et h en fonction des cœfficients thermoélastiques ainsi que de T , P et V .
3.2.3. En déduire Cp − Cv en fonction des cœfficients thermoélastiques ainsi que de T , P et V .
3.2.4. Exprimer α, β, χT , l, h et Cp − Cv pour un gaz parfait.
3.2.5. Montrer que, dans un diagramme de Clapeyron donnant la pression P en fonction de V , la pente
d’une adiabatique est γ fois plus élevée que celle d’une isotherme.
3.2.6. On considère un récipient contenant de l’air et possédant deux orifices. L’un est reliée au capteur
de pression déjà utilisé dans la méthode de Rüchardt et l’autre à un robinet. Initialement on crée une
légère surpression dans le récipient. En A, on ouvre le robinet qu’on ferme très rapidement en B tout en
enregistrant la pression. On laisse ensuite le système évoluer jusqu’en C. On observe une diminution de la
tension de uA = 3, 5 V à uB = 0, 1 V puis une augmentation jusqu’à uC = 0, 7 V.
Quel système doit-on considérer ?
3.2.7. Pourquoi peut-on supposer que la transformation AB est adiabatique ? On fera également l’hypothèse
qu’elle est quasistatique, ce qu’on ne demande pas de justifier.
3.2.8. Préciser la nature de la transformation BC.
3.2.9. Pour cette transformation BC, on admet que les échanges d’énergie thermique se font par conducto-
convection selon la loi dite de Newton : les pertes sont proportionnelles à l’écart de température entre
l’intérieur et l’extérieur P = k(T − T0 ) où T est la température du gaz et T0 la température extérieure. En
faisant un bilan énergétique, montrer que
dT T − T0
=−
dt τ
On exprimera τ en fonction de R, n le nombre de moles du gaz dans le système et γ.
3.2.10. En déduire l’équation différentielle vérifiée par la pression.
3.2.11. Tracer dans le diagramme de Clapeyron l’évolution du système.
3.2.12. Exprimer γ en fonction des tensions uA , uB et uC . Donner sa valeur numérique.

M.Lotfi 22
3
Corrigé: Premier et deuxième principe

1. Questions de cours :
1. L’énergie interne U d’un corps est l’énergie contenue à l’intérieur du celui-ci qui englobe l’énergie
cinétique microscopique Ecµ et l’énergie potentielle microscopique d’interaction Epµ .

U =< Ecµ > +Epµ

2. La capacité thermique Cv à volume constant est définie par


 
∂U
Cv =
∂T V

3. Un thermostat est un système qui peut échanger de l’énergie thermique sans que sa température change,
il est caractérisé par une capacité thermique très grande devant les autres systèmes.
exemples : l’atmosphère, l’océan ...
4. Premier principe : lors d’une transformation infinitésimale d’un système fermé la variation de son
énergie interne et de son énergie cinétique macroscopique est donnée par

dU + dEc = δQe + δW e

avec :
• δQe le transfert d’énergie thermique échangé avec le milieu extérieur.
• δW e le travail élémentaire échangé avec le milieu extérieur.
5. Deuxième principe : Le second principe postule l’existence d’une fonction d’état extensive S appelée
entropie telle que pour une transformation infinitésimale d’un système fermé sa variation s’écrit :

dS = δS e + δS c

Avec δS e : est l’entropie élémentaire échangée avec le milieu extérieur. δS e est donnée par :
δQe
δS e =
Tinterface
Avec δQe le transfert d’énergie thermique avec l’extérieur.
Tinterface la température de l’interface entre le système et le milieu extérieur. Dans le cas d’une
transformation quasistatique on a Tinterface = T avec T la température du système.
δS c est l’entropie élémentaire créée au sein du système telle que : δS c > 0 (ou pour une transformation
finie S c > 0)
Pour une transformation réversible δS c = 0 ( S c = 0)
Pour une transformation irréversible δS c > 0 (S c > 0).

23
Premier et deuxième principe Thermodynamique

6. Les propriétés vérifiées par une fonction d’état sont :


• df est une différentielle totale exacte,
• df est integrable et f a une forme unique,
• sa variation ∆f ne dépend pas du chemin suivi, elle dépend seulement de l’état initial et de l’état
final,
∆f = ff − fi
• sur un cycle sa variation est nulle,
• elle vérifie le théorème de Schwarz.
si f dépend de deux variables x ety, elle
 s’écrit sous la forme : df = adx + bdy
le théorème de Schwarz s’écrit : ∂a∂y = ∂x∂b
y
x

7. Première loi de Joule: L’énergie interne d’un gaz parfait ne dépend que de la température (à quan-
tité de matière constante).

Deuxième loi de Joule: L’enthalpie d’un gaz parfait ne dépend que de la température (à quantité
de matière constante).
8. La détente de Joule-Gay-Laussac est une détente isoénergétique et dans le cas d’un gaz parfait elle
est isotherme.
9. La détente de Joule-Thomson est une détente isoenthalpique et dans le cas d’un gaz parfait elle est
isotherme
e
10. L’identité thermodynamique en considérant que le travail réversible s’écrit : δWrev = XdY est

dU = T dS + XdY

2. Étude de quelques transformations du gaz parfait, d’après


CCP TSI
2.1. 1. L’équation d’état des gaz parfait est P V = nRT .

• La pression P s’exprime en P a
• Le volume V s’exprime en m3
• la quantité de matière n s’exprime en mol
• la température s’exprime en K
• R = 8, 31 J.K−1 .mol−1 la constante des gaz parfaits.

2.2. On sait que les capacités thermiques molaires à volume et à pression constants s’écrivent
   
1 ∂U 1 ∂H
cV = et cP =
n ∂T V n ∂T P

Or on a H = U + P V d’où      
1 ∂H 1 ∂U 1 ∂P V
= +
n ∂T P n ∂T P n ∂T P
et pour un gaz parfait on sait que U ne dépend que de la température donc
     
∂U ∂U dU 1 ∂P V
= = et on a =R
∂T P ∂T V dT n ∂T P

d’où
cP − cV = R

M.Lotfi 24
Thermodynamique Premier et deuxième principe

2.3. On a  cP
cV =γ
cP − cV = R
alors
(
R
cV = γ−1
γR
cP = γ−1

2.4. L’identité thermodynamique pour U est

dU = T dS − P dV

d’où
1 P
dS = dU + dV
T T
P nR
Or pour un gaz parfait on a dU = ncV dT et T = V alors

dT dV
dS = ncV + nR
T V
en utilisant l’identité thermodynamique de H on obtient de la même manière
dT dP
dS = ncP − nR
T P

2.5. Dans l’état final on a T1′ = T1 et V1′ = 2V1 donc d’après l’équation d’état des gaz parfaits on a

nRT1′ nRT1 P1
P1′ = ′ = =
V1 2V1 2

2.6. La transformation est quasistatique on peut écrire

δW1 = −Pext dV = −P dV
nRT
or P = V alors
dV
Z
W1 = − nRT
V
et puisque la transformation est isotherme alors

V1′
W1 = −nRT1 ln = −nRT1 ln 2
V1

2.7. Puisque la transformation est isotherme d’un gaz parfait alors elle est isoénergétique c’est-à-dire que
∆U = 0.

2.8. La transformation est quasistatique et isotherme alors l’entropie échangée avec le milieu extérieur
est donnée par
Q1
Se =
T1
Or d’après le premier principe on a ∆U = Q1 + W1 et on a ∆U = 0 alors Q1 = −W1 d’où
W1
Se = − = nR ln 2
T1

2.9. D’après la question 2.4. et puisque la transformation est isotherme on a

∆S1 = nR ln 2

25 M.Lotfi
Premier et deuxième principe Thermodynamique

2.10. D’après le second principe l’entropie créée est donnée par


S c = ∆S − S e = 0

on conclut que la transformation est réversible.

2.11. Les parois sont rigides donc il n’y a aucun travail échangé avec l’extérieur W = 0. Or l’enceinte est
calorifugée donc il n’y a pas de transfert thermique Q = 0. On en déduit que la variation d’énergie interne
est nulle
∆U = 0

2.12. On a un gaz parfait tel que son énergie interne reste constante durant la transformation alors la
température reste aussi constante d’où T1′ = T1
P1
On a V1′ = 2V1 d’où, d’après l’équation d’état des gaz parfaits, P1′ = 2

2.13. Pour un gaz non parfait, l’énergie interne U ne dépend pas uniquement de la température donc la
variation de température ne serait pas nulle ∆T 6= 0.

2.14. Les états initial et final sont les mêmes que pour la première transformation donc la variation
d’entropie est la même puisque S est une fonction d’état d’où

∆S = nR ln 2

2.15. L’entropie échangée est nulle S e = 0 car on n’a pas d’échange d’énergie thermique.

2.16. L’entropie créée est


S c = ∆S − S e = nR ln 2
donc la transformation est irréversible.

2.17. Les transformations correspondent aux mêmes états initial et final mais la transformation est
réversible dans un cas et pas dans l’autre.

3. Mesure du cœfficient γ, d’après INA-ENSA


3.1. Méthode de Rüchardt

3.1.1. La bille impose une force supplémentaire égale à m−



g d’où la surpression ajoutée par la bille est
mg
∆P =
s

A.N. ∆P = 814 Pa= 8, 1 102 Pa Or P0 = 105 Pa


on déduit que la surpression est négligeable devant la pression atmosphérique.
3.1.2. Pour P = 1 bar on a u = 3, 333 V d’où α = 3, 333 V.bar−1 .
La variation de la tension u est due à la surpression appliquée par la bille, or la surpression est de l’ordre de
∆P = 814 Pa alors la variation de la tension donnée par le capteur est de l’ordre de ∆u = α∆P = 0, 027 V
puisque le multimètre utilisé permet la mesure d’une tension de l’ordre du millivolt (d’après le résultat
affiché 3,333 V c’est-à-dire 3 chiffres après la virgule) donc la capteur permet la détection de la variation de
la pression.
3.1.3. En utilisant Millman on obtient
(R1 + R2 )u − 2R2 E0
us =
2R1

M.Lotfi 26
Thermodynamique Premier et deuxième principe

3.1.4. En remplaçant u = αP dans l’expression de us on obtient


α (R1 + R2 ) R2
us = P− E0
2R1 R1
d’où
α (R1 + R2 ) R2
a= et b=− E0
2R1 R1
3.1.5. Pour P = P0 On a us = 0 V d’où
α (R1 + R2 ) R2
P0 = E0
2R1 R1
Pour P − P0 = ∆P = 1 kPa on a us = 3 V d’où, en retranchant deux relations pour P et P0 on obtient
us α (R1 + R2 )
=
∆P 2R1
On déduit alors
2R1 us
R2 = − R1 = 179 Ω
α∆P
et en reportant dans la première, on obtient
α (R1 + R2 )
E0 = P0 = 1, 68 V
2R2
3.1.6. La force élémentaire appliquée sur un élément de surface est donnée par

→ −

d F = −P d S

Le signe − c’est pour en tenir compte de la convention d’orientation de la surface vers l’extérieur.


d S = r2 sinθdθdϕ−→er
Par raison de symétrie la force pressante totale appliquée sur la demi-sphère est portée par −

e z donc on
ne calculera que cette composante (figure 1).


ez



dF
θ

Figure 1:


→− −
→→
ZZ ZZ
F .→
ez =− P d S .−
ez =− P r2 sin θdθdϕ−

e r .−

ez

d’où π   π2
1
Z 2
F = −2πr P 2
sin θ cos θdθ = −2πr P sin2 θ
2
0 2 0
d’où


F = −πr2 P −

e z = −sP −

ez

27 M.Lotfi
Premier et deuxième principe Thermodynamique

3.1.7. Les forces appliquées sur la bille sont: le poids, la force de pression atmosphérique et la force de
pression de l’air à l’intérieur du récipient. Le PFD projeté sur −

e z donne

mz̈ = −mg + (P − P0 )s

3.1.8. Les lois de Laplace ne sont valables que pour un gaz parfait subissant une transformation adiabatique
et quasistatique.
3.1.9. On a la loi de Laplace P V γ = cte En appliquant le ln sur cette loi et en la différenciant on obtient
dP dV
+γ =0
P V
d’où
P − P0 V − V0
+γ =0
P V
1 1 1 1
Puisque la variation de la pression est très faible ainsi que celle du volume on peut écrire P ≃ P0 et V ≃ V0
d’où
P − P0 sz
+γ =0
P0 V0
On déduit
sP0 z
∆P = P − P0 = −γ
V0
3.1.10. En remplaçant P dans l’équation différentielle on obtient
P0 s2
z̈ + γ z = −g
mV0
et en utilisant le fait que ∆P est proportionnelle à z, on en déduit
P0 s2  mg 
P̈ + γ P − P0 − =0
mV0 s
2
3.1.11. On a z̈ + γ PmV
0s
0
z = −g qu’on peut écrire sous la forme z̈ + ω02 z = −g donc obtient des oscillations
dont la période est s
2π mV0
T0 = = 2π
ω0 γP0 s2
La position d’équilibre est donnée par la solution particulière soit
mV0 g
ze = −
γP0 s2
3.1.12. De l’expression de la période T0 , on déduit
4π 2 mV0
γ=
P0 s2 T02
3.1.13. A.N. γ = 1, 3.
3.1.14. Pour la position d’équilibre on a ze = −31 cm soit une valeur différente de la valeur trouvée
expérimentalement.
On peut expliquer la différence observée par le fait qu’on a considéré le gaz parfait qui subit une
transformation adiabatique et quasistatique et on a négligé les frottements.

3.2. Méthode de Clément-Desormes

1 ∂V 1 ∂P
et χT = − V1 ∂V
  
3.2.1. Les cœfficients thermoélastiques sont définis par α = V ∂T P
,β= P ∂T V ∂P T .
3.2.2. En utilisant les définitions de l et h on obtient celles de α et β on obtient

l = βT P et h = −αT V

M.Lotfi 28
Thermodynamique Premier et deuxième principe

3.2.3. On a d’après les deux relations de δQ


(Cp − Cv ) dT = ldV − hdP
pour une transformation isochore on a (Cp − Cv ) dT = −hdP d’où
   
∂P ∂P
Cp − Cv = −h = αT V = αβP V T
∂T V ∂T V
3.2.4. Pour un gaz parfait on a
1 1
α=β= , χT = , l = P h = −V , et Cp − Cv = nR
T P
dP
3.2.5. Dans un diagramme de Clapeyron la pente est définie par dV .
Dans le cas d’une isotherme on a
δQ = ldV = hdP
d’où la pente d’une isotherme est donnée par
 
∂P l
=
∂V T h
Dans le cas d’une adiabatique on a
δQ = 0 = CV dT + ldV = CP dT + hdP
d’où
CV dT = −ldV et CP dT = −hdP
en divisant ces deux dernières relations on obtient
 
CP h ∂P
=
CV l ∂V adiabatique
d’où la pente d’une adiabatique est donnée par
   
∂P l ∂P
=γ =γ
∂V adiabatique h ∂V T
d’où le résultat cherché.
3.2.6. Le système est le gaz après la fermeture du robinet pour pouvoir considérer un système fermé.
3.2.7. La transformation AB est rapide, on peut la considérer adiabatique.
3.2.8. La transformation BC est isochore car le robinet est fermé et il n’y a pas de variation de volume.
3.2.9. Seul l’échange thermique existe puisque le volume reste constant donc le premier principe donne
nR
dU = δQ or pour un gaz parfait on a dU = CV dT = γ−1 dT .
Or δQ = −k(T − T0 )dt d’où
nR
dT = −k(T − T0 )dt
γ−1
soit
dT k(γ − 1)
+ (T − T0 ) = 0
dt nR
d’où
nR
τ=
k(γ − 1)
3.2.10. On a P = nR V T , et puisque la transformation est isochore alors T et P sont proportionnelles.
L’équation différentielle vérifiée par la pression est la même que celle de T
dP k(γ − 1)
+ (P − P0 ) = 0
dt nR
3.2.11. Le cycle est représenté sur la figure 2
3.2.12. La tension et la pression sont proportionnelles donc on en déduit l’expression du rapport
PB − PA uB − uA
γ= = = 1, 2
PC − PA uC − uA

29 M.Lotfi
Premier et deuxième principe Thermodynamique

Figure 2:

M.Lotfi 30
4
Problème : Structure de l’atmosphère terrestre

L’atmosphère est essentiellement constituée d’un mélange gazeux comprenant du diazote pour 78% en
volume, du dioxygène pour 21% en volume, de l’argon pour environ 1,0% en volume, du gaz carbonique
pour 0,03% en volume et des traces infimes de néon, de krypton, d’hélium, d’ozone, de dihydrogène, de
xénon et de divers rejets de la biosphère. Cette composition est à peu près constante jusqu’à une altitude de
85 km sauf pour certains gaz comme l’ozone surtout present entre 30 et 40 km d’altitude.
L’atmosphère est stratifiée en température (la figure 1 donne les variations de température en fonction de
l’altitude) et donc aussi en pression.

100
ionosphère

mésosphère
z(km)
stratosphère

0, 0 troposphère
−50 0, 0
T (◦ C)
Figure 1:

On considérera dans tout le problème que le mélange gazeux est sec au sens ou on ne tiendra pas compte
de la proportion variable de vapeur d’eau proportionnelle à la température et responsable des phénomènes
de condensation en pluie, brouillard ou neige de l’air chaud qui s’élève et se refroidit.
On notera M la masse molaire de l’air, g le champ de pesanteur suppose uniforme, R la constante des gaz
parfaits, kB la constante de Boltzmann, n′ le nombre de moles et n la densité volumique de molecules à
l’altitude z.
On admettra que l’air est un gaz parfait.

1. Atmosphère isotherme :
On suppose dans un premier temps que la température est constante dans la troposphère.

31
Atmosphère Thermodynamique

1.1. Établir que la pression ne dépend que de l’altitude z. On prendra l’axe vertical orienté vers le haut.

1.2. Déterminer l’expression de la pression P en fonction de l’altitude en supposant que l’atmosphère est
isotherme à la température T . On note P0 la pression à l’altitude z = 0.

1.3. Montrer que l’équation des gaz parfaits peut s’écrire sous la forme P = nkB T .
 
1.4. En déduire l’expression de n sous la forme n0 exp − E(z)
kB T . On donnera les expressions de n0 et
E(z).

1.5. Donner la signification physique que E(z) et kB T .

P (z)
1.6. Calculer le rapport P0 pour z = 10 km en supposant une atmosphère isotherme à la température
T = 288 K.

1.7. Montrer que 70% de la masse totale de l’air est située en dessous de 10 km dans cette hypothèse.

2. Atmosphère adiabatique et polytropique :


On renonce à l’hypothèse d’une atmosphère isotherme pour passer à une atmosphère adiabatique.

5 7
2.1. Les capacités thermiques molaires de l’air sont CV = 2R et CP = 2 R. Exprimer la valeur du
cœfficient γ.

2.2. On rappelle que pour une transformation quasistatique adiabatique d’un gaz parfait, le produit P V γ
est constant. Montrer que le produit T x P y est constant et exprimer x et y en fonction de γ.

dT dP
2.3. En déduire la relation donnant T en fonction de P γ.

dT
2.4.

Établir l’expression du gradient de température adiabatique dz adia en fonction de γ, M , g et R.
Donner sa valeur pour l’air.

2.5. À partir de la figure 1, donner la valeur de la température à 10 km ainsi que la valeur du gradient
de température réel dT

dz réel La comparer à la valeur du gradient adiabatique.
.

2.6. Les transformations réelles au sein de l’atmosphère ne sont ni isothermes ni adiabatiques mais entre
les deux. On les dit polytropiques et elles vérifient P V q constant avec 1 < q < γ.
Donner la valeur de q à partir des données expérimentales.

2.7. En déduire la distribution correspondante de la température en fonction de l’altitude.

2.8. Même question pour la pression en fonction de la température.

2.9. Même question pour la pression en fonction de l’altitude.

2.10. En déduire la pression et la température à 10 km.

M.Lotfi 32
5
Problème : Thermodynamique de l’atmosphère

Données utiles
• Constante des gaz parfaits : R = 8, 314 J.K−1 .mol−1
• Intensité du champ de pesanteur terrestre : g = 9, 81 m.s−2
• Pression atmosphérique à l’altitude z = 0 km : p0 = 1, 013. 105 Pa
• Température ambiante à l’altitude z = 0 km : T0 = 290 K
• Masse molaire de l’air : Ma = 29, 0 g.mol−1
• Masse molaire de l’hélium : MHe = 4, 0 g.mol−1
cp 7
• Rapport des capacités thermiques de l’air : γ = cv = 5
cp 5
• Rapport des capacités thermiques de l’hélium : γ = cv = 3

Tout au long de cette partie, on considérera que l’air atmosphérique est en équilibre hydrostatique sous
la seule influence de du champ de pesanteur. D’autre part on négligera la rotondité de la Terre de sorte que
les variables d’état ne dépendent que de l’altitude z.
Tout les gaz rencontrés seront considérés comme des gaz parfaits.

1. Étude préliminaire
1.1. Équilibre hydrostatique
1.1.1. Montrer que la pression de l’air ne dépend que de l’altitude z.
1.1.2. Montrer que la pression pa (z) de l’air à l’altitude z est reliée à l’intensité g du champ de pesanteur
et à la masse volumique µa (z) de l’air par la relation :

dpa (z)
= −gµa (z)
dz
1.1.3. Exprimer la masse volumique µa (z) de l’air en fonction de sa température Ta et de sa pression pa .
Calculer numériquement la masse volumique de l’air à l’altitude z = 0 km noté µ0 .
1.1.4. Déduire de ce qui précède l’équation différentielle liant la pression pa à l’altitude z pour un profil de
température Ta (z) donné.

1.2. Application : Modèle de l’atmosphère isotherme


Dans cette partie on suppose que la température de l’atmosphère est uniforme et partout égale à Ta .

33
Atmosphère Thermodynamique

1.2.1. Montrer que la pression pa (z) est alors donnée par :


z
pa (z) = p0 exp −
Ha

et donner l’expression de la constante Ha .


1.2.2. Pourquoi la constante est appelée échelle de hauteur ? En donner une interprétation graphique.
Calculer numériquement Ha . Commenter le résultat obtenu en calculant la distance ∆z1 nécessaire pour que
pa varie de 1%.
1.2.3. Établir dans ces conditions l’expression de µa (z) en fonction de µ0 et z.

1.3. Poussée d’Archimède


Considérons un volume V , limité par une surface fermée Σ au sein de l’atmosphère au repos dans le champ
de pesanteur −→g.
Montrer que le système contenu à l’intérieur de la surface Σ est soumis de la part du reste de l’atmosphère


à une force pressante totale, appelée aussi force de poussée Π A ou poussée d’Archimède, donnée par :


Π A = −md −

g
RRR
où md = µdτ est la masse d’air déplacé c’est-à-dire la masse qu’aurait le volume V s’il était occupé par
l’air atmosphérique dans les conditions d’équilibre de l’atmosphère.
On rappelle que les forces de pression peuvent être décrites par une densité volumique d’effort donnée,

→ −

en un point M où la pression est pa (M ), par f p (M ) = − ▽ pa (M ). d’autre part, la condition d’équilibre

→ −

hydrostatique peut être généralisée par ▽ pa (M ) = µa g .

2. Sondage de l’atmosphère
Un ballon sonde est constitué par une enveloppe fermée (ballon) à laquelle est accrochée une nacelle
contenant des instruments de mesure : sondes de température, de pression, d’humidité ... ainsi que ceux
nécessaires à la transmission radio des données. l’enveloppe, la nacelle et les instruments qu’elle contient ont
une masse totale m = 20 kg. Initialement (z = 0 km) l’enveloppe est partiellement gonflée à l’aide d’une
quantité de matière n d’hélium.
Au besoin ou pourra négliger la variation de la pression d’un point à un autre du ballon-sonde.
D’autre part, on négligera le volume de la nacelle devant celui du ballon.
Le diamètre du ballon ne peut dépasser une valeur critique φc = 8 m. Au delà de φc le ballon éclate. On
négligera la raideur de l’enveloppe.

2.1. Calculer numériquement la valeur du volume maximum Vc du ballon.



2.2. Exprimer la résultante F des forces qui s’exercent sur le ballon-sonde à une altitude z quelconque
dans l’hypothèse de l’atmosphère isotherme et de l’équilibre hydrostatique. On exprimera le résultat en
fonction de m, n, MHe , Ma et g.

2.3. Montrer qu’il existe une valeur minimale nmin de la quantité de matière d’hélium qui sert à gonfler
le ballon au delà de laquelle le ballon peut décoller. En déduire le volume minimum Vmin qui permet le
décollage. Calculer numériquement nmin et Vmin .

2.4. Le ballon est gonflé avec une masse mHe = 9 kg d’hélium.


2.4.1. Cela lui permet-il de décoller ?
2.4.2. Justifier brièvement pourquoi on peut considérer que lors de l’ascension du ballon, l’hélium subit une
détente adiabatique. Par la suite on supposera que cette détente est quasi-statique.
2.4.3. Calculer la valeur numérique du volume initial V0 du ballon.

M.Lotfi 34
Thermodynamique Atmosphère

2.4.4. Déterminer l’expression littérale et en déduire la valeur numérique de la hauteur maximale zm


accessible par le ballon dans le cadre de l’atmosphère isotherme de température T0 (cf 1.2. ). Que se passe-t-il
lorsque z atteint zm ?

5
z(Km)
4

0
240 245 250 255 260 265 270 275 280 285 290
T (K)

Figure 1:

2.5. Lors de l’ascension du ballon, un système de transmission hertzienne permet de récupérer au sol
les données enregistrées. La figure 1 donne le profil de variation verticale de la température relevé par le
ballon-sonde dans la troposphère (0 km 6 z 6 11 km). L’hypothèse d’une atmosphère isotherme est-elle
vérifiée dans les premières couches de l’atmosphère ? Expliquer brièvement pourquoi l’air au sol est plus
chaud qu’en altitude.

dTa
2.6. Dans la troposphère règne un gradient de température dz = −Γ constant en première approxima-
tion.
2.6.1. Déterminer graphiquement le gradient thermique Γ qui règne dans la troposphère.
2.6.2. Déterminer les expressions donnant l’évolution de la pression pa (z) et de la masse volumique µa (z)
de l’air dans la troposphère.
2.6.3. Représenter graphiquement pa (z) et µa (z) en fonction de z et commenter en comparant avec le
modèle de l’atmosphère isotherme.

3. Stabilité de l’atmosphère
On se propose d’étudier la stabilité de l’atmosphère terrestre dans le cadre du modèle ”à gradient de
température” dT dz = −Γ constant. Pour cela on considère un système mésoscopique constitué d’un petit
a

volume d’air V pouvant être considéré comme infinitésimal à l’échelle macroscopique mais contenant un très
grand nombre de particules d’air. V sera considéré comme un système fermé. Le système initialement en
équilibre thermodynamique à l’altitude zi est élevé d’une hauteur dz. On suppose que lors de ce déplacement
le système n’échange pas de chaleur avec l’air environnant. La transformation sera de plus supposée quasi-
statique.

35 M.Lotfi
Atmosphère Thermodynamique

3.1. Quelle relation thermodynamique relie la température T et la pression p de l’air constituant le


système au cours d’une telle transformation ?

3.2. En différentiant la relation précédente, montrer que la variation de température dT du système entre
les altitudes zi et zi + dz est telle que :
dT
= −Γs
dz
où Γs est une constante positive que l’on exprimera en fonction du rapport des capacités thermiques de l’air,
de la masse molaire Ma de l’air, de la constante des gaz parfaits R et de l’intensité g du champ de pesanteur.
Calculer numériquement Γs .



3.3. Exprimer la résultante F des forces à laquelle est soumis le système ainsi déplacé à l’altitude zi + dz
en fonction de sa masse volumique µ à l’altitude zi + dz, de la masse volumique µa de l’air environnant, du
volume V et de l’intensité g du champ de pesanteur.



3.4. En déduire la force par unité de masse f à laquelle est soumis le système à l’altitude zi + dz en
fonction de la température T du système, de la température Ta de l’air environnant et de l’intensité du
champ de pesanteur g.

3.5. En déduire de ce qui précède un critère de stabilité de l’air déplacé. Quelle est la valeur maximale
de Γ permettant d’avoir de l’air stable ?

3.6. Établir l’équation du mouvement libre du système considéré.

3.7. En linéarisant l’équation du mouvement du système, déterminer la pulsation ω de son mouvement


en fonction de Γ, Γs , g et Ti = T (zi ).
Application numérique : Calculer ω et la période correspondante pour zi = 3 km.

M.Lotfi 36
6
Corrigé : Thermodynamique de l’atmosphère

1. Étude préliminaire
1.1. Équilibre hydrostatique
1.1.1. Soit le parallélépipède de volume élémentaire dτ entre les altitudes z et z + dz de surface horizontale
S, de surface Sx ⊥ à −→e x et de surface Sy ⊥ à −→e y.
Les forces appliquées sur ce volume sont :

• Poids : µa dτ −

g = µa Sdz −

g = −µa Sdzg −

ez


• Forces pressantes appliquées par le reste de l’air : F p

Puisque l’air est à l’équilibre mécanique alors la relation fondamentale de la dynamique s’écrit :

→ −

µa Sdz −

g + Fp = 0 (1)

En projetant cette relation sur −


→e x et −

e y on obtient : Fpy = 0 et Fpx = 0
Or les forces pressantes suivant e x et −

→ →e y s’écrivent respectivement :

∂pa
Fpx = −pa (x + dx)Sx + pa (x)Sx = − Sx dx
∂x
∂pa
Fpy = −pa (y + dy)Sy + pa (y)Sy = − Sy dy
∂y
On déduit alors que la pression p est indépendante de x et y.
1.1.2. La projection de l’équation (1) sur −→
e donne :
z

−µa Sdz − pa (z + dz)S + pa (z)S = 0

Ce qui donne
dpa (z)
= −gµa (z) (2)
dz
1.1.3. L’air est considéré comme un gaz parfait alors pour un volume V d’air de masse m contenant n moles
on a :
m
pa V = nRTa = RTa
Ma
m
Or µa = V alors
pa M a
µa = (3)
RTa
p0 Ma
A.N : µ0 = µ(z = 0) = RT0 = 1, 2 kg.m−3

37
Atmosphère Thermodynamique

1.1.4. D’après les équations (2) et (3) on trouve :

dpa (z) Mg
=− pa (4)
dz RTa (z)

1.2. Application : Modèle de l’atmosphère isotherme

1.2.1. Puisque l’air est considéré comme isotherme alors Ta = cte donc la résolution de l’équation (3) donne
:
M gz
pa (z) = A exp −
RTa
Avec A une constante, en z = 0 on p(z = 0) = p0 donc A = p0
Ainsi
M gz
pa (z) = p0 exp − (5)
RTa
Soit
RTa
Ha =
Mg
1.2.2. Ha est appelée échelle de hauteur car c’est elle représente une longueur caractéristique de l’atténuation
de la pression. Elle représente l’intersection de la pente de la courbe pa (z) à l’origine avec l’axe des abscisses.
Après 5Ha la pression est quasi-nulle.
A.N : Ha = 8, 5 km.
Si la pression varie de 1% de l’altitude 0 à l’altitude ∆z1 alors p(∆z1 ) = 0, 99p0 or p(∆z1 ) = p0 exp − ∆z Ha
1

alors
∆z1 = − ln(0, 99)Ha = 85 m
On peut considérer que pour des faibles altitudes la pression change peu.
1.2.3. D’après les équations (3) et (5) on déduit :

p0 M a z z
µa (z) = exp − = µ0 exp −
RTa Ha Ha

1.3. Poussée d’Archimède



→ −

1.3.1. La densité volumique des forces pressantes est donnée par : f p (M ) = − ▽ pa (M ) Donc l’air se
trouvant dans le volume V subit du reste du fluide la force pressante :


ZZZ ZZZ


Π A = − ▽ pa (M )dτ = −µa − →g dτ = −md −

g

2. Sondage de l’atmosphère
2.1. Le volume maximal du ballon est :
 3
4 φc
Vc = π = 268 m3
3 2



2.2. La résultante F des forces qui s’exercent sur le ballon-sonde à une altitude z est :

→ − → −
→ −

F = P (ballon) + P (He ) + Π A

Avec


• P (ballon) = m−

g c’est le poids du ballon-sonde;


• P (He ) = mHe −

g = nMHe −

g le poids de l’hélium;

M.Lotfi 38
Thermodynamique Atmosphère



• Π A = −md −

g la poussée d’Archimède appliquée sur le ballon-sonde.

Ainsi


F = (m + nMHe − md )−

g
pa V
md = n d M a = RTa Ma = nMa soit


F = (m + nMHe − nMa )−

g


→ −
→→
2.3. Pour que le ballon décolle il faut que F aura un sens vers le haut c’est-à-dire F .−
e z > 0 donc

n(Ma − MHe ) > m

soit
m
nmin =
Ma − MHe
Le volume minimale qui permet le décollage (en z=0) est donc :

nmin RT0 mRT0


Vmin = =
p0 (Ma − MHe )p0

A.N: nmin = 800 mol et Vmin = 19 m3

2.4.
2.4.1. On a
mHe 9
n= = = 2250 mol > nmin
MHe 4.10−3
Donc le ballon va décoller.
2.4.2. On sait que les échanges thermiques sont des échanges lents, or l’ascension du ballon est rapide alors
les échanges n’auront pas le temps pour se faire et on peut supposer que le détente est adiabatique.
2.4.3. L’air est considéré comme un gaz parfait donc

nRT0
V0 = = 53 m3 < Vc
p0

2.4.4. La détente est adiabatique réversible d’un gaz parfait donc loi de Laplace :

pV γ = cte

donc  
zmax
p0 V0γ = pa (zmax )Vcγ = p0 exp − Vcγ
Ha
ainsi  
Vc
zmax = γHa ln
V0
A.N : zmax = 23 km à cette altitude le ballon s’éclate.

2.5. L’hypothèse d’une atmosphère isotherme n’est pas vérifiée des les premières couches. L’air au sol est
plus chaud car la réflexion des rayons solaire sur le sol laisse cet air plus chaud.

2.6.
2.6.1. D’après la courbe on trouve que

Γ ≈ 6.10−3 K.m−1

39 M.Lotfi
Atmosphère Thermodynamique

2.6.2. On a Ta = −Γz + T0 donc


dpa (z) pa M g
=−
dz R(T0 − Γz)
En intégrant cette relation on obtient :
 M g
Γz RT
pa (z) = p0 1−
T0

et donc
  M g −1
pa M Γz RT
µa (z) = = µ0 1 −
RTa T0

3. Stabilité de l’atmosphère
3.1. Le gaz est parfait dans une transformation adiabatique quasi statique donc la loi de Laplace
s’applique :
p1−γ T γ = cte

3.2.
1 − γ dpa dT
+ =0
γ pa T
donc
1 − γ M gdz dT
+ =0
γ R(T0 − Γz) T0 − Γz

On déduit
dT M g(γ − 1)
Γs = − =
dz γR

A.N : Γs = 9, 8.10−3K.m−1

3.3.

→ − →
F = Π A + µV −

g = (µ − µa )V −

g

3.4.

→  

→ F µa
f = = 1−
µV µ
RTa µa RT µ
Puisque la transformation est réversible alors p = pa donc Ma = Ma ainsi
 

→ T − →
f = 1− g
Ta

3.5. Lorsque la masse d’air monte, la force de rappel doit être vers le bas et donc l’atmosphère sera stable.

T < Ta donnera − Γs z + T0 < −Γz + T0 et donc Γ < Γs = Γmax


→→
3.6. Le PFD s’écrit en le projetant sur Oz : µV z̈ = F .−
e z donc
 
T Γ − Γs
z̈ = − 1 − g= zg
Ta T0 − Γz

M.Lotfi 40
Thermodynamique Atmosphère

3.7. Au voisinage de zi :
T0 − Γz ≈ T0 − zi Γ = Ti
donc
Γs − Γ
z̈ + gz = 0
Ti
donc r
Γs − Γ
ω= g
Ti
A.N : T (zi = 3 km) = 270 K
ω = 1, 1.10−2 Hz
La période est donc ∆t = 570 s

41 M.Lotfi
Atmosphère Thermodynamique

M.Lotfi 42
7
Problème : Changement d’état du corps pur

1. Étude de quelques transformations d’un corps


Dans ce problème, on s’intéresse à l’eau dont le diagramme des phases est donné par la figure 1.

P (bar)

B
221

1 2

E
0, 00613 3

273, 16 647 T (K)

Figure 1:

1.1. Reproduire ce diagramme et le compléter en donnant les domaines d’existence des différentes phases
et en définissant les points caractéristiques.

1.2. Définir la pression de vapeur saturante et préciser de quel(s) paramètre(s) elle dépend.

1.3. Comment appelle-t-on le passage de la vapeur au liquide ?

1.4. Représenter le diagramme donnant la pression en fonction du volume pour la transformation


correspondante. On définira les domaines et on tracera les courbes de rosée et d’ébullition.

1.5. Soit une enceinte cylindrique diathermane de volume initial V , ce volume pouvant être modifié
en déplaçant sans frottement un piston. L’ensemble est maintenu sous la pression atmosphérique à la
température T = 373 K. A cette température la pression de vapeur saturante vaut 1, 0 bar. La vapeur
d’eau sèche et saturante sera considérée comme un gaz parfait. On néglige le volume occupé par la phase
liquide devant le volume occupé par la vapeur, ainsi le volume de la phase gazeuse est égal au volume total de
l’enceinte. Le cylindre étant initialement vide, on introduit, piston bloqué, une masse m d’eau. Déterminer

43
changement d’état Thermodynamique

la masse maximale mmax d’eau qu’on peut introduire pour que l’eau soit entièrement sous forme vapeur. On
donnera sa valeur en fonction de R, T , V , PS la pression de vapeur saturante et Meau la masse molaire de
l’eau.

1.6. On considère que la masse d’eau introduite est inférieure à mmax . Dans quel état se trouve l’eau ?

1.7. Pour obtenir l’équilibre entre les phases liquide et vapeur de l’eau, faut-il augmenter ou diminuer le
volume ? Déterminer le volume limite Vlim à partir duquel on a cet équilibre.

1.8. La masse m d’eau introduite est telle qu’on a l’équilibre entre les phases liquide et vapeur. Déterminer
la fraction massique d’eau sous forme vapeur.

2. Formation de neige artificielle


Certains hivers, il faut améliorer l’enneigement des pistes de ski en utilisant de la neige artificielle. Elle
est produite à l’aide de canons à neige. La qualité de la neige produite dépend principalement des conditions
atmosphériques et de la façon dont sont générées les gouttes d’eau à l’intérieur du canon. On se propose ici
de traiter quelques points relatifs à la thermodynamique et aux transferts thermiques mis enjeu lors de la
production de neige artificielle.

Quelques données thermodynamiques de l’eau sont disponibles à la fin de l’énoncé.

2.1. Changement de phase solide liquide des corps


2.1.1. D’après le diagramme présenté sur la figure 2 :

• Situer les zones solide, liquide, et vapeur;

• Comment s’appellent les courbes sY , Y f et XY ?

P f

1 2

Y
3
s

T
Figure 2:

2.1.2. Définir la chaleur latente massique de transition de phase L12 , de la phase 1 vers la phase 2. Relier-la
aux enthalpies massiques h1 et h2 des deux phases.
2.1.3. Montrer que la transition de phase est associée à une discontinuité de l’entropie telle que :

L12 = T ∆s = T (s2 − s1 )

où s1 et s2 sont les entropies massiques respectives des phases 1 et 2 et T la température de changement de
phase à la pression P .

M.Lotfi 44
Thermodynamique changement d’état

2.1.4. Montrer que le changement de phase réversible d’un corps pur se fait à enthalpie libre constante.
2.1.5. En déduire la relation de Clapeyron qui donne au point (P0 , T0 ) la pente de la courbe de changement
de phase dans un diagramme (P, T ) en fonction de L12 , T0 et des volumes massiques v1 et v2 des phases 1
et 2.
2.1.6. Calculer la pente de la courbe d’équilibre solide liquide de l’eau dans un diagramme (P, T ) à T = 0 ◦ C.
On donne d la densité de la glace: d = 0, 917. Pourquoi le diagramme de la figure 2 n’est il pas celui de l’eau
?
2.1.7. Donner l’équation de la courbe d’équilibre solide liquide de l’eau assimilée à une droite.
2.1.8. On considère l’échauffement isobare de la glace prise à T = −5 ◦ C sous 500 bars. Quelle est la
température de changement de phase de la glace ? Que se passe t il si l’échauffement a lieu à une pression
inférieure à Ptr ?
2.1.9. Soient gl (T ) l’enthalpie libre massique de l’eau liquide et gs (T ) l’enthalpie libre massique de l’eau
solide calculées à pression constante. Leurs variations en fonction de la température au voisinage de la
température de changement de phase Tf sont représentées sur la figure 3. Montrer que l’entropie diminue
lorsque le degré d’organisation de la matière augmente.
2.1.10. Qu’appelle-t-on surfusion ?

g(T ) P = cte
gl (T )
gs (T )

Tf T
Figure 3:

2.2. Germination : Modèle de Volmer


Le processus de changement de phase liquide-solide repose sur le concept de germination. La germination
est définie comme la formation d’une nouvelle phase dans une région distincte séparée de ce qui l’entoure
par une limite bien défnie : l’interface liquide-solide. L’énergie interfaciale σ(N.m−1 ) à la température T et
à la pression P est définie à partir du travail δW qu’il est nécessaire de fournir au système pour former une
interface d’aire dA :
δW = σdA
Ainsi, la prise en compte d’une interface d’aire A entre deux phases, revient à ajouter le terme σA à l’enthalpie
libre. En évaluant la variation d’enthalpie libre associée à la formation d’un germe sphérique solide dans un
volume donné de liquide, le modèle de Volmer montre que le changement de phase liquide-solide des corps
purs ne peut avoir lieu que si la température du système est inférieure à la température thermodynamique
de changement de phase à la pression considérée.
Soit m la masse totale du système dans l’état 1 et 2, et vs le volume massique de la phase solide contenue
dans le germe sphérique de rayon r du système dans l’état 2.
2.2.1. Calculer l’enthalpie libre G1 du système dans l’état 1.
2.2.2. Calculer en fonction des enthalpies libres massiques gl du liquide et gs du solide, de σ, vs , m et r
l’enthalpie libre G2 du système dans l’état 2.
2.2.3. En déduire la variation d’enthalpie libre ∆G12 correspondant au passage du système de l’état 1 à
l’état 2.

45 M.Lotfi
changement d’état Thermodynamique

état 1 état 2

liquide liquide

germe solide sphérique de rayon r

Figure 4:

2.2.4. Donner l’allure de ∆G12 (r) pour T = Tf et T < Tf . Montrer que l’état 2 ne peut être stable que si
T < Tf et que la nouvelle phase ne peut continuer à se développer que si le rayon du germe est supérieur à
une valeur minimale rcritique que l’on calculera en fonction de gl , gs , σ et vs .
Remarque : La phase de germination ne peut se poursuivre que si il y a une diminution de ∆G12 .
2.2.5. En utilisant les données de la figure 3, montrer que la germination est d’autant plus facile que la
surfusion est importante.
Données thermodynamiques de l’eau :
Point triple :
Ttr = 0, 01◦ C et Ptr = 0, 6113 Pa
Point critique :
Tc = 374, 14◦C et Ptr = 22, 09 MPa
Chaleur latente de changement de phase solide-liquide (à P = 105 Pa) :

Lf (273K) = 333 kJ.kg −1

Capacité thermique massique (à 0◦ C) :

eau liquide : cl = 4, 18 kJ.kg −1 .K −1 ; eau solide : cs = 2, 1 kJ.kg −1 .K −1

M.Lotfi 46
8
Corrigé : Changement d’état du corps pur

1. Étude de quelques transformations d’un corps


1.1. La zone 1 correspond au domaine de stabilité de la phase solide, 2 celui de la phase liquide et 3 celui
de la phase gazeuse. Le point B est le point critique au-delà duquel on ne distingue plus les phases liquide
et vapeur : on parle de phase fluide.
Le point E est le point triple, en ce point coexistent les trois phases.

1.2. La pression de vapeur saturante est la pression de l’équilibre entre la phase gazeuse et la phase
liquide à une température donnée ; elle ne dépend que de la température.

1.3. Le passage de la vapeur au liquide s’appelle liquéfaction.

1.4. Le diagramme est celui des isothermes d’Andrews représenté sur la figure 1
P

C
PC
T > TC
TC

liquide T2 > T1
gaz
liquide ⇌ gaz G
L
T1

v
vl vC vg

Figure 1:

1.5. Lorsqu’on introduit la valeur maximale d’eau et reste à l’état vapeur on est au point G de la courbe
de la figure 1 donc la pression qui règne est la pression saturante. Or la vapeur est considérée comme un gaz
parfait à la pression de vapeur saturante Ps et à la température T , donc
Ps V = nmax RT

47
changement d’état Thermodynamique

On en déduit
Ps V
nmax =
RT
donc
Meau Ps V
mmax =
RT

1.6. Si m < mmax , on a de la vapeur car cela correspond à P < Ps .

1.7. On n’a que du gaz si P < Ps c’est-à-dire


mRT
V > Vlim =
Meau Ps

1.8. Le titre massique en vapeur est


mmax Meau Ps V
xvap = =
m mRT

2. Formation de neige artificielle


2.1. Changement de phase solide liquide des corps
2.1.1.
• la zone 1 correspond à la phase solide; zone 2 : liquide ; zone 3 : vapeur.
• – courbe sY : sublimation - condensation
– courbe Y f : fusion solidification
– courbe XY : vaporisation liquéfaction
2.1.2. La chaleur latente massique de transition de phase L12 est l’énergie thermique nécessaire pour
transformer 1 kg d’un corps pur totalement et d’une manière reversible de l’état 1 vers l’état 2.

L12 = h2 − h1

2.1.3. Sur un chemin réversible on a


qrev
∆s =
T
Or rrev = L12 donc
L12 = T ∆s = T (s2 − s1 )
2.1.4. On sait que
q = h − Ts
Donc
∆g = g12 = g2 − g1 = (h2 − h1 ) − T (s2 − s1 ) = 0
Ainsi le changement d’état se fait enthalpie libre constante.
2.1.5. On a
dg = vdp − sdT
Or dg1 = dg2 soit
v1 dp − s1 dT = v2 dp − s2 dT
alors
dp s2 − s1
=
dT v2 − v1
D’où la relation de Clapeyron
dp L12
=
dT T0 (v2 − v1 )

M.Lotfi 48
Thermodynamique changement d’état

2.1.6. D’après la relation de Clapeyron on a

dp Lf
=
dT T (vl − vs )

Or
ρs
d=
ρl
et en fonction des volume massique
vl
d=
vs
d’où
dp Lf
=
T vl 1 − d1

dT

On sait que vl = 10−3 m3 .kg−1


donc la pente est  
dp
= −1, 35 107 Pa.K−1
dT T

La figure donnée ne correspond pas au diagramme de l’eau car la pente de l’équilibre liquide-vapeur est
positive par contre celle de l’eau est négative.
2.1.7. La courbe solide liquide passe par le point triple de coordonnées (Ttr , Ptr ). D’où, en assimilant cette
dp
courbe à une droite de pente dT , l’équation de la courbe est :
 
dp
p = Ptr + (T − Ttr )
dT T

2.1.8. D’après l’équation précédente on trouve pour p = 500 bar on trouve T = −3, 70 ◦ C
Si l’échauffement a lieu à une pression inférieure à Ptr , on obtient de la vapeur (on aura sublimation).
2.1.9. La pente de la courbe gl (T ) est plus négative que celle de gs (T ), d’où :

dgl dgs
<
dT dT
Or à p = cste, dg = −sdT , soit dgl = −sl dT et dgs = ss dT , d’où en remplaçant dans la relation précédente,
on trouve :
s l > ss
On trouve la signification de l’entropie qui caractérise le désordre dans un système.
2.1.10. La surfusion est un état métastable, c’est un liquide qui se trouve dans des conditions où le corps
doit être dans l’état solide.

2.2. Germination : Modèle de Volmer

2.2.1. Dans l’état 1 on a seulement le liquide donc

G1 = mgl

2.2.2. Dans l’état 2 on a un germe de solide et le reste c’est un liquide donc

4 r3 4 r3
 
G2 = m − π gl + π gs + σ4πr2
3 vs 3 vs

2.2.3. La variation d’enthalpie libre est

4 r3
∆G12 = G2 − G1 = π (gs − gl ) + σ4πr2
3 vs

49 M.Lotfi
changement d’état Thermodynamique

2.2.4. Pour T = Tf , gl = gs . Donc ∆G12 = G2 − G1 = σ4πr2 . On obtient une parabole. Pour T < Tf ,
gl > gs . Donc le coefficient de r3 est négatif. Or la phase de germination ne peut sepoursuivre que si il y a
une diminution de ∆G12 . ∆G12 est une fonction décroissante à partir de la valeur rcritique telle que
 
∂∆G12
=0
∂r r=rcritique

soit
2σvs
rcritique =
gl − gs
2.2.5. La valeur de rcritique est liée à la différence des enthalpies libres massiques. La germination est d’autant
plus facile que rcritique est petit, donc que (gl − gs ) est grand, soit T < Tf . Il faut donc bien que la surfusion
soit importante.

M.Lotfi 50
9
Problème : Moteur diesel

On raisonne sur une masse unité d’un mélange de gaz dont la nature évolue au cours d’un cycle. Pour
simplifier l’analyse, on assimilera ce mélange à de l’air supposé se comporter comme un gaz parfait de
capacités calorifiques massiques cp et cv constantes et de rapport γ = cp /cv = 1, 4.
On suit l’évolution de cette masse unité pour un cycle de fonctionnement d’un des quatre cylindres identiques
du moteur.
Le volume offert au gaz dans ce cylindre varie entre la valeur maximale V1 – piston au point mort bas – et la
valeur minimale V2 – piston au point mort haut –. On définit un taux de compression τ par τ = V1 /V2 > 1
et un rapport α des températures extrêmes du cycle par : α = Tmax /Tmin .
On a représenté sur la figure 1 un cycle théorique représentant l’évolution réversible en diagramme P V de
l’unité de masse de gaz dans un cylindre.

Figure 1: Cycle réversible théorique

Les différentes étapes du cycle sont réversibles et se décomposent ainsi :

Étape A : le gaz est admis dans le cylindre à la pression atmosphérique P1 = 105 P a et à la


température ambiante T1 = 300 K du point mort bas (point 1) ;

Étape B : le gaz est ensuite comprimé de manière adiabatique pour atteindre le point 2 à la pression
P2 , la température T2 et le volume V2 du point mort haut ;

51
Moteur thermique Thermodynamique

Étape C : le gaz subit une explosion qui le détend à pression constante et élève ainsi sa température
jusqu’à T3 (point 3) ;

Étape D : le gaz subit une détente adiabatique jusqu’au point 4 de volume V4 , de température T4 et
de pression P4 ;

Étape E : le gaz est finalement rejeté vers l’atmosphère en terminant le cycle au point 1.

1
On donne les valeurs numériques suivantes pour tout le problème : 100,4 = 2, 5 ; 10−0,4/1,4 = 2 ;
1,4 1
10−0,4 = 4 ; 101,4/0,4 = 3 × 103 ; γ = cp /cv = 1, 4 ; α = 10 et τ = 10.

1. Étude qualitative du cycle


1.1. Indiquer le sens de parcours du cycle en justifiant ce choix.

1.2. Placer les points 1, 2, 3 et 4 sur ce cycle.

1.3. Indiquer sur le cycle les transferts thermiques positifs et négatifs.

2. Étude quantitative du cycle


On exprimera toutes les températures et pressions en fonction de T1 , de P1 et des paramètres choisis
parmi α, τ et γ uniquement.

2.1. Déterminer l’expression littérale puis la valeur numérique de la température T2 . Mêmes questions
pour la pression P2 .

2.2. Déterminer l’expression littérale puis la valeur numérique de la température T3 . Mêmes questions
pour la pression P3 .

2.3. Déterminer l’expression littérale puis la valeur numérique de la température T4 . Mêmes questions
pour la pression P4 .

3. Rendement d’un cycle moteur


3.1. Rappeler la définition du rendement η d’un cycle moteur. Donner l’expression de η en fonction de
T1 , T2 , T3 , T4 et γ. En déduire l’expression littérale de η en fonction de α, τ et γ.

3.2. Calculer numériquement la valeur de η.

3.3. Rappeler la définition d’un cycle de Carnot. Représenter un cycle de Carnot moteur, entre les
températures extrêmes Tmin et Tmax , en diagramme (P, V ).

3.4. Établir l’expression du rendement ηc du cycle moteur de Carnot en fonction de Tmin et Tmax .

3.5. Établir l’expression du rendement ηc d’un cycle de Carnot moteur qui fonctionnerait entre les
mêmes températures extrêmes que le cycle théorique du problème. Calculer numériquement ce rendement
ηc . Comparer η et ηc et conclure.

M.Lotfi 52
Thermodynamique Moteur thermique

4. Prise en compte des frottements internes


En réalité les étapes B (compression adiabatique) et D (détente adiabatique) ne sont pas réversibles du
fait des frottements internes du piston sur la chambre du cylindre. Elles gardent cependant leur caractère
adiabatique.
On suppose ici que l’irréversibilité ne modifie que les températures des points 2 et 4, tous les autres paramètres
thermodynamiques gardant par ailleurs la même valeur que dans la situation réversible. Les étapes C et E
sont donc toujours supposées réversibles.
On notera avec un ”′ ” les grandeurs thermodynamiques relatives aux transformations irréversibles.

4.1. Représenter l’allure du cycle moteur totalement réversible de la partie 1. en diagramme T S avec
l’entropie S en abscisses. On appelle (TS1) cette figure. Indiquer sur cette figure (TS1) le sens de parcours
du cycle et placer les points 1, 2, 3 et 4.

4.2. Rappeler l’énoncé du second principe de la thermodynamique.

4.3. On suppose maintenant que les étapes B et D sont irréversibles. Représenter en pointillés sur la
figure (TS1) des étapes irréversibles (B’) et (D’) possibles. Justifier ce choix.

4.4. Comparer en le justifiant T2 et T2′ ainsi que T4 et T4′ .

4.5. On note β = T2′ /T2 un facteur correctif dû aux frottements internes. On supposera pour simplifier
que l’on a aussi T4′ /T4 = β.

4.6. Exprimer le rendement η ′ du cycle moteur avec irréversibilités en fonction de T1 , T2′ , T3 , T4′ et γ.

4.7. En déduire l’expression du rendement η ′ du cycle moteur avec irréversibilités en fonction de T1 , T2 ,


T3 , T4 , β et γ.

4.8. Montrer que η ′ < η. Quel est le rôle des huiles de lubrification utilisées dans les moteurs ?

53 M.Lotfi
Moteur thermique Thermodynamique

M.Lotfi 54
10
Corrigé : Moteur diesel

1. Étude qualitative du cycle


1.1. Puisqu’il s’agit d’un cycle moteur alors le sens de parcours est dans le sens des aiguilles d’une montre
(voir figure 1).

1.2. Voir figure 1.

P
Q23 > 0

2 3

Q34 = 0

Q12 = 0 4
Q41 < 0

1
V

Figure 1:

1.3. Voir figure 1.

2. Étude quantitative du cycle


2.1. Le système considéré est un gaz parfait, or la transformation 1 → 2 est adiabatique réversible alors
on utilise la loi de Laplace T V γ−1 = cte d’où
T1 V1γ−1 = T2 V2γ−1
soit
T2 = τ γ−1 T1
1−γ
A.N. : T2 = 750 K On utilise la loi de Laplace T P γ = cte sur la transformation 1 → 2 d’où
1−γ 1−γ
γ γ
T1 P1 = T2 P2

55
Moteur thermique Thermodynamique

alors  γ
 1−γ
T1
P2 = P1
T2
soit
P2 = τ γ P1
A.N. : P2 = 25.105 Pa

2.2. La température maximale sur le cycle est celle qui se trouve à la fin de la combustion c’est-à-dire T3 ,
la température minimale est celle qui se trouve au début du cycle c’est-à-dire T1 .
d’où
Tmax T3
α= =
Tmin T1
alors
T3 = αT1
A.N. : T3 = 3000 K La transformation 2 → 3 est isobare d’où

P3 = P2

A.N. : P3 = 25.105 Pa

2.3. la transformation 3 → 4 est adiabatique réversible alors on utilise la loi de Laplace T V γ−1 = cte
d’où
T4 V4γ−1 = T3 V3γ−1
d’où  γ−1
V3
T4 = T3
V4
V2 V3
or la transformation 2 → 3 est isobare alors d’après l’équation d’état du gaz parfait on a T2 = T3
La transformation 4 → 1 est isochore alors V4 = V1 d’où
 γ−1  γ−1  γ−1
V3 V3 T3 V2 1
T4 = T3 = αT1 = αT1
V1 V1 T2 V1
T3 V2 1
Or d’après les questions précédentes on a T2 = ατ 1−γ et V1 = τ alors

T4 = αγ τ γ(1−γ) T1

A.N. : T4 = 2080 K

3. Rendement d’un cycle moteur


3.1. Le rendement η d’un cycle moteur est défini par

|W | |W |
η= =
Qc Q23
D’après le premier principe appliqué au gaz parfait sur tout le cycle on a

∆U = 0 = W + Q23 + Q41

d’où
Q41
η =1+
Q23
or la transformation 2 → 3 est isobare alors

Q23 = ∆H23 = mcp (T3 − T2 )

M.Lotfi 56
Thermodynamique Moteur thermique

la transformation 4 → 1 est isochore alors


Q41 = ∆U41 = mcv (T1 − T4 )
d’où
1 T1 − T4
η =1+
γ T3 − T2
En utilisant les expressions obtenues dans les questions précédentes on obtient
1 1 − αγ τ γ(1−γ)
 
η =1+
γ α − τ γ−1

3.2. A.N. : η ≃ 0, 43 = 43 %

3.3. Un cycle de Carnot est un cycle ditherme totalement réversible constitué par deux adiabatiques
séparées par deux isothermes. Sa représentation en diagramme (P, V ) est sur la figure 2

Tmax
Smin

Smax

Tmin

Figure 2: cycle de Carnot en diagramme (P, V )

3.4. Le rendement d’un moteur de Carnot est :


|W |
ηC =
Qc
On applique le premier principe sur le cycle :
∆U = W + Qc + Qf
or on a un cycle alors ∆U = 0
donc
W + Qc + Qf = 0
ainsi
Qc + Qf Qf
ηC = =1+
Qc Qc
On applique maintenant le deuxième principe (cycle réversible)
Qc Qf
∆S = 0 = +
Tmax Tmin
Alors
Qf Tmin
=−
Qc Tmax
On déduit le rendement d’un moteur de Carnot :
Tmin
ηC = 1 −
Tmax

57 M.Lotfi
Moteur thermique Thermodynamique

3.5. Le rendement ηc d’un cycle de Carnot moteur qui fonctionnerait entre les mêmes températures
extrêmes que le cycle théorique du problème est

T1
ηC = 1 −
T3

A.N. : ηC = 90 %> η

4. Prise en compte des frottements internes


4.1. voir figure 3

T
3

D′

2 2
4′
B′ 4

Figure 3: cycle du moteur en diagramme (T, S)

4.2. Le second principe postule l’existence d’une fonction d’état extensive S appelée entropie telle que
pour une transformation infinitésimale d’un système fermé sa variation s’écrit :

dS = δS e + δS c

Avec δS e : est l’entropie élémentaire échangée avec le milieu extérieur. δS e est donnée par :

δQe
δS e =
Tinterface

Avec δQe le transfert d’énergie thermique avec l’extérieur.


Tinterface la température de l’interface entre le système et le milieu extérieur. Dans le cas d’une transformation
quasistatique on a Tinterface = T avec T la température du système.
δS c est l’entropie élémentaire créée au sein du système telle que : δS c > 0 (ou pour une transformation finie
S c > 0)
Pour une transformation réversible δS c = 0 ( S c = 0)
Pour une transformation irréversible δS c > 0 (S c > 0).

4.3. Voir figure 3. On a fait ce choix car l’entropie va augmenter d’après le second principe.

4.4. On a augmentation d’entropie et puisque la pente de l’isobare et de l’isochore est positive en


diagramme (T, S) alors
T2′ > T2 et T4′ > T4

4.5.

M.Lotfi 58
Thermodynamique Moteur thermique


4.5.0.a. On a η ′ = − QW′
2 3
Or d’après le premier principe et puisqu’on a un cycle alors

∆U ′ = 0 = W ′ + Q2′ 3 + Q4′ 1

d’où
Q4′ 1
η′ = 1 +
Q2′ 3
les deux transformations 2′ → 3 et 4′ → 1 sont respectivement isobare et isochore d’où

Q2′ 3 = mcp (T3 − T2′ ) et Q4′ 1 = mcv (T1 − T4′ )

alors
1 T1′ − T4′
η′ = 1 +
γ T3 − T2′
4.5.0.b.
1 T1′ − βT4
η′ = 1 +
γ T3 − βT2

4.5.0.c. On montre facilement que ηη < 1
Le rôle des lubrifiants dans les moteurs est la minimisation des frottements pour augmenter le rendement
du moteur.

59 M.Lotfi
Moteur thermique Thermodynamique

M.Lotfi 60
11
Problème : Générateur à turbine et régénération

Les industries, les hôpitaux et les villes sont des sites qui ont besoin d’un apport d’énergie très important :
les consommations d’électricité, de chaleur ou de froid y sont nécessaires conjointement. De petites turbines
à gaz intégrées à de grands immeubles, à des quartiers administratifs, à des centres commerciaux ou à des
usines assurent la stabilité et le contrôle local de leurs productions. La cogénération a l’avantage d’exploiter
la chaleur dégagée par les gaz d’échappement, habituellement dissipée dans l’environnement, pour délivrer
de façon combinée de l’énergie thermique et de l’énergie mécanique. L’une peut être utilisée pour le chauffage
des immeubles, alors que l’autre produit de l’électricité par couplage avec un alternateur.

1. Cycle de Carnot
Diagramme de Watt

Le cycle réversible de Carnot décrit par le fluide est constitué des quatre transformations suivantes :
• deux isothermes 1 → 1’ et 2 → 2’ de températures respectives T1 et T2 < T1 au cours desquelles sont
échangés les transferts thermiques respectifs Q1 et Q2 .
• deux adiabatiques 1’→ 2 et 2’ → 1 joignant les deux isothermes.
Ce cycle moteur est habituellement représenté dans le diagramme de Watt (P, V ) visualisant la pression
P du gaz en fonction du volume V qu’il occupe.

1.1. Comparer qualitativement les pentes des tangentes aux courbes représentant une isotherme et une
adiabatique réversible en un point commun du diagramme (P, V ). Cette propriété étant indépendante de la
nature du fluide, exprimer, dans le cas du gaz parfait, le rapport de ces deux pentes en fonction du rapport
γ de ses capacités thermiques à pression et à volume constants.

1.2. En déduire la représentation du cycle moteur de Carnot en précisant son orientation, les états 1,
1’, 2 et 2’ du fluide, les isothermes T1 et T2 . Que représente l’aire du cycle ?

1.3. Définir le rendement η de ce cycle puis l’exprimer en fonction des températures T1 et T2 . Calculer
sa valeur pour T1 = 1300 K et T2 = 300 K.

1.4. Ce rendement dépend-il de la nature du fluide considéré ? Justifier que la valeur du rendement de
Carnot ne peut être dépassée par aucun moteur réel fonctionnant entre les deux même sources de chaleur.

Diagramme entropique

Le diagramme entropique (T, S) est la représentation de la température T en fonction de l’entropie S du


système étudié.

61
Générateur à turbine Thermodynamique

1.5. Montrer que, lorsque la transformation subie par le fluide thermique est adiabatique et réversible,
son entropie est conservée.

1.6. Représenter le cycle de Carnot dans le diagramme (T, S) en précisant son orientation, les états 1,
1’, 2 et 2’ du fluide, les températures T1 et T2 ainsi que les entropies maximale et minimale du système,
notées respectivement Smax et Smin .

1.7. Exprimer ∆S1→1′ et ∆S2→2′ en fonction de Smax et Smin puis en fonction de Q1 , Q2 , T1 et T2 .

1.8. Comparer, en le justifiant, l’aire de ce cycle réversible à l’aire du cycle visualisé en diagramme de
Watt. Retrouver l’expression du rendement de Carnot par une méthode graphique.

2. Étude d’un générateur à turbine à gaz


Le schéma simplifié du générateur est représenté sur la figure 1.

Figure 1: Générateur à turbine à gaz

L’énergie thermique est fournie dans la chambre de combustion et l’énergie mécanique est récupérée sur
l’arbre de transmission pour entraı̂ner le compresseur et actionner l’alternateur. Les éléments de la tur-
bine à gaz (compresseur, chambre de combustion, turbine, échangeurs thermiques) traversés par le fluide en
écoulement sont des système ouverts.

Premier principe pour un système ouvert

Les hypothèses suivantes seront adoptées tout au long du problème :


• le régime de fonctionnement de la machine est permanent,
• les variations d’énergie cinétique et d’énergie potentielle de pesanteur du fluide traversant chaque partie
du dispositif sont négligeables devant les autres formes d’énergie.
Le schéma de principe de l’étude est proposé à la figure 2.
Le volume de contrôle A′ BCD′ définit le système machine ouvert Σ0 . La masse de fluide gazeux contenue
dans ce volume est notée m0 (t) à la date t et m0 (t + dt) à la date t + dt. Le fluide s’écoule du réservoir
de pression Pe au réservoir de pression Ps < Pe . Pendant la durée dt, une masse δme (contenue dans le
volume AA′ DD′ entre par l’ouverture de section Se et une quantité de matière de masse δms (contenue
dans le volume BB ′ CC ′ ) sort par l’ouverture de section Ss . Le système fermé Σ considéré pour cette étude
occupe à l’instant t le volume ABCD puis à l’instant t + dt le volume A′ B ′ C ′ D′ . Pour les fluides entrant
et sortant, u, h, v désignent respectivement l’énergie interne massique, l’enthalpie massique et le volume
massique du fluide. L’indice e est relatif aux grandeurs d’entrée et l’indice s aux grandeurs de sortie. Les
grandeurs d’échanges massiques entre ce système et le milieu extérieur sont :

M.Lotfi 62
Thermodynamique Générateur à turbine

Figure 2: Système ouvert en écoulement permanent

• le transfert thermique massique q,


• le travail massique d’écoulement ou de transvasement ωp qui est exercé par les forces pressantes à
l’entrée et à la sortie de la machine,
• le travail massique utile ωu fourni à l’intérieur de la machine par des pièces mobiles (ailettes ou pistons).

2.1. Établir un bilan de masse pour le système Σ entre les instants t et t + dt. En déduire une relation
simple entre δme et δms .

2.2. Déterminer en fonction de Ps , Pe , ve et vs , le travail massique de transvasement ωp exercé par les


forces de pression sur le système Σ entre les instants t et t + dt.

2.3. En appliquant le premier principe de la Thermodynamique au système Σ entre les instants t et t+ dt,
montrer que hs − he = ωu + q.

Cycle de Brayton idéal

Le fluide utilisé dans les générateurs à turbine à gaz est l’air atmosphérique. Les étapes successives du
cycle de Brayton réversible décrit par l’air sont les suivantes :
- 1 → 2 : l’air atmosphérique s’engage en 1 dans le compresseur où il est comprimé de façon isentropique.
- 2 → 3 : l’air frais est ensuite admis dans la chambre de combustion où le gaz naturel est injecté et
s’enflamme. Le fluide est porté à des températures très élevées de façon isobare, sans apport de travail.
Sa composition n’est pas modifiée.
- 3 → 4 : le gaz chaud subit dans la turbine une détente isentropique. Cette détente est utilisée pour
produire un travail mécanique dont une partie sert à faire fonctionner le compresseur alors que l’autre
actionne l’alternateur. à la sortie 4 de la turbine, les gaz d’échappement sont évacués vers l’atmosphère.
- 4 → 1 : le gaz chaud qui s’échappe subit un refroidissement sans apport de travail au contact de la
source froide (l’air atmosphérique). Le transfert thermique est isobare.
La puissance fournie par la turbine est modulée grâce au débit d’air envoyé dans le compresseur à l’entrée
1 du dispositif et à la quantité de gaz naturel injecté dans la chambre de combustion. L’air atmosphérique,
le mélange initial (air-gaz naturel) et les gaz brûlés sont assimilés à un même gaz parfait. Le rapport de ses
capacités thermiques à pression et volume constants est supposé constant et égale à γ = 1, 4. Sa capacité
thermique massique à pression constante est : cp = 1 kJ.kg−1 .K−1 . Le cycle de Brayton est représenté sur
la figure 3 dans le diagramme entropique, où T est la température du gaz et s son entropie massique. L’air
est aspiré dans le compresseur à la pression P1 = 1 bar et à la température T1 = 300 K pour y être comprimé

63 M.Lotfi
Générateur à turbine Thermodynamique

à la pression P2 = 10 bar. On a T3 = 1300 K.


On posera pour simplifier :
  γ−1
P2 γ T3
λ= et τ=
P1 T1

Figure 3: Cycle idéal de Brayton

2.4. Démontrer la loi de Laplace relative au couple (P, T ) en précisant ses conditions d’utilisation. En
déduire T2 et T4 en fonction de λ, τ et T1 . Applications numériques.

2.5. Exprimer puis calculer le travail massique de compression ω12 absorbé par le gaz (fourni au gaz par
le compresseur) au cours de la transformation adiabatique 1 → 2 en fonction de cp , λ et T1 .

2.6. à l’issue de la combustion (étape 2 → 3), la chambre fournit au gaz une énergie thermique massique
de combustion q23 qui amène la température de celui-ci à la valeur T3 = 1300 K. Exprimer q23 en fonction
de cp , λ, τ et T1 . Réaliser l’application numérique.

2.7. Exprimer puis calculer le travail massique ωT récupéré par la turbine (fourni à la turbine par le gaz)
au cours de la transformation 3 → 4, en fonction de cp , λ, τ et T1 .

Le travail ωc fourni au compresseur par la turbine est intégralement transféré au gaz par le compresseur
au cours de la transformation 1→2 : ωc = ω12 .

2.8. Écrire le travail utile ωa fourni par la turbine pour actionner l’alternateur, puis l’exprimer en fonction
de cp , λ, τ et T1 , effectuer l’application numérique. Pour quelle valeur λmax de λ (fonction de τ ) ce travail
ωa est-il maximal ? Comparer λmax à la valeur numérique de λ adoptée pour la turbine.

2.9. Calculer le rapport R = ωωac qui évalue la répartition entre le travail ωc que fournit la turbine au
compresseur et le travail utile ωa qu’elle fournit à l’alternateur. Commenter.

2.10. Définir le rendement thermique η du générateur à turbine et l’exprimer en fonction du paramètre


λ. Calculer η pour le travail ωa fourni par la turbine à l’alternateur et le comparer à celui d’un cycle de
Carnot fonctionnant entre les mêmes températures extrêmes.

2.11. Exprimer puis calculer le transfert thermique massique q41 reçu par le gaz au cours de la phase
d’échappement 4 → 1 en fonction de cp , λ, τ et T1 . Cette énergie thermique est-elle récupérable ? Com-
menter.

Cycle de Brayton réel

En réalité, des phénomènes irréversibles tant au niveau du compresseur qu’au niveau de la turbine se
produisent et des chutes de pression apparaissent dans les conduits et dans la chambre de combustion. Le

M.Lotfi 64
Thermodynamique Générateur à turbine

cycle réel décrit par la turbine diffère alors du cycle idéal décrit précédemment. Il est représenté à la figure
4 dans le diagramme entropique par le cycle 1 → 2’ (adiabatique irréversible), 2’ → 3 (isobare) 3 → 4’
(adiabatique irréversible) et 4’ → 1 (isobare). Les irréversibilités dans le compresseur et dans la turbine sont
prises en compte grâce aux rendements isentropiques :

h2 − h1 h4′ − h3
ηc = = 0, 80 et ηT = = 0, 85
h2′ − h1 h4 − h3

Figure 4: Cycle réel de Brayton

2.12. Déterminer la température réelle de sortie du compresseur T2′ , puis la température réelle à la sortie
de la turbine T4′ , en fonction de λ, τ , ηc , ηT et T1 . Applications numériques.

2.13. Exprimer puis calculer le travail massique de compression ω12′ absorbé par le gaz en fonction de cp ,
T1 , λ et ηc .

2.14. Déterminer l’énergie thermique massique de la combustion réelle q2′ 3 , puis le travail réel wT′ récupéré
par la turbine au cours de la transformation 3 → 4’, en fonction de cp , λ, τ , ηc , ηT et T1 . Applications
numériques.

2.15. Le travail ωc′ fourni au compresseur par la turbine est intégralement transféré au gaz par le
compresseur au cours de la transformation 1 → 2’. Déterminer, en fonction de cp , λ, τ , ηc , ηT , T1 , le
travail utile ωa′ fourni par la turbine pour actionner l’alternateur. Application numérique. Pour quelle valeur
λ′max de λ′ (fonction de τ , ηc et ηT ), ce travail ωa′ est-il maximal ? Comparer cette valeur numérique λ′max
à la valeur λ adoptée pour la turbine.

ωc′
2.16. Calculer le rapport R′ = qui évalue la répartition entre le travail ωc′ = ω12′ que fournit la tur-
′ ,
ωa
bine pour actionner le compresseur et le travail ωa′ qu’elle destine à la rotation de l’alternateur. Calculer le
rendement thermique η ′ du générateur à turbine pour le cycle réel. Comparer R′ au rapport idéal R et η ′
au rendement η du cycle théorique. Commenter.

Régénérateur

La température des gaz d’échappement à la sortie de la turbine est considérablement plus élevée que
la température de l’air comprimé admis dans la chambre de combustion. Une partie de la chaleur des gaz
d’échappement peut ainsi être avantageusement récupérée pour le préchauffage de l’air de combustion. Le
rendement du générateur à turbine, de faible valeur dans le cas du cycle de Brayton réel, en est ainsi
amélioré. Le régénérateur est un échangeur thermique intercalé entre le compresseur et la chambre de com-
bustion. En traversant le régénérateur, les gaz d’échappement échauffent l’air comprimé en écoulement vers
la chambre de combustion, moins d’énergie issue de la combustion du carburant est donc requise et moins
de combustible se révèle nécessaire. Voir le schéma de la figure 5.

65 M.Lotfi
Générateur à turbine Thermodynamique

Figure 5: Générateur à turbine à gaz avec régénérateur

Les travaux et la chaleur q2′ 3 échangés restent les mêmes que dans le cas précédent sans régénération,
seul l’apport de chaleur que doit fournir la combustion est modifié. Le régénérateur fonctionne de manière
isobare.
Le coefficient d’efficacitéε est défini comme le rapport entre le transfert thermique reçu par le gaz et celui
que l’on pourrait recueillir au maximum :
h2R − h2′
ε= = 0, 95
h4′ − h2′
Le cycle décrit par le fluide est donné sur le schéma de la figure 6

Figure 6: Cycle réel de Brayton avec régénération

2.17. Préciser la valeur numérique de la température de sortie du régénérateur T2R .

2.18. Calculer le transfert thermique massique q2′ 2R reçu par le gaz en sortie de l’échangeur.

2.19. Conclure sur la valeur du rendement ηR du cycle de Brayton réel avec régénération.

M.Lotfi 66
12
Corrigé : Générateur à turbine et régénération

1. Cycle de Carnot
Diagramme de Watt

1.1. On peut écrire pour une transformation réversible

δQ = Cv dT + ldV = Cp dT + kdP

pour une isotherme on a T = cte d’où


ldV = kdP
on déduit la pente d’une isotherme dans le diagramme de Clapeyron
 
∂P l
=
∂V T k

pour une adiabatique on a δQ = 0 d’où

Cv dT = −ldV et Cp dT = −kdP

d’où la pente d’une adiabatique dans le diagramme de Clapeyron


 
∂P Cp l l
= =γ
∂V adiabatique Cv k k

soit    
∂P ∂P

∂V adiabatique ∂V T

Or γ > 1 alors la pente de l’adiabatique, en valeur absolue, est supérieure à la pente de l’isotherme dans le
diagramme de Clapeyron.

1.2. Le cycle moteur de Carnot est représenté sur le la figure 1.a. L’aire du cycle représente la travail
échangé par le système avec le milieu extérieur.

1.3. On appelle rendement ou efficacité le rapport entre l’énergie utile sur l’énergie fournie à la machine
pour qu’elle fonctionne.
Energie utile
η=
Energie fournie à la machine pour fonctionner

67
Générateur à turbine Thermodynamique

P T

1 1’
T1 T1
Smin 1’

Smax
2’

T2 2 T2
2’ 2

V S
Smin Smax

figure 1.a : cycle de Carnot en diagramme (P, V ) figure 1.b : cycle de Carnot en diagramme (T, S)

Figure 1:

Pour un moteur l’énergie utile est le travail W et l’énergie fournie à la machine pour qu’elle fonctionne est
Qc . Donc le rendement d’un moteur de Carnot est :
|W |
ηC =
Qc
ici Qc = Q1 = Q11′
On applique le premier principe sur un cycle :
∆U = W + Q1 + Q2
or on a un cycle alors ∆U = 0
donc
W + Q1 + Q2 = 0
ainsi
Q1 + Qf Q2
ηC =
=1+
Q1 Q1
On applique maintenant le deuxième principe (cycle réversible)
Q1 Q2
∆S = 0 = +
T1 T2
Alors
Q2 T2
=−
Q1 T1
On déduit le rendement d’un moteur de Carnot :
T2
ηC = 1 −
T1
A.N. η = 0, 77

1.4. Le rendement de Carnot ne dépend pas de la nature du fluide considéré. Il ne peut être dépassé
par aucun moteur réel fonctionnant entre les deux même sources de chaleur.
En effet le deuxième principe donne , puisque S c > 0 pour une transformation réelle, Q Q2
T1 + T2 < 0
1

Or
Q2
ηréel = 1 +
Q1
alors
T2
ηréel < 1 −
T1
Diagramme entropique

M.Lotfi 68
Thermodynamique Générateur à turbine

1.5. Pour une transformation réversible on a d’après le deuxième principe


δQ
dS =
T
Or pour une transformation adiabatique on a δQ = 0 alors

dS = 0

D’où pour une transformation adiabatique réversible l’entropie est conservée.

1.6. Le cycle entropique de Carnot est sur la figure 1.b.

1.7. On a
∆S1→1′ = Smax − Smin et ∆S2→2′ = Smin − Smax
Puisque les transformations sont réversible et d’après le deuxième principe on a
Q1 Q2
∆S1→1′ = et ∆S2→2′ =
T1 T2

1.8. L’aire du cycle en diagramme de Watt est donnée par


I
P dV = −W
H
En diagramme (T, S) l’aire du cycle est donnée par T dS
Or I
T dS = Q1 + Q2

et d’après le premier principe on a Q1 + Q2 = −W alors


I
T dS = −W

on déduit que les aires (en valeur absolue) des cycles en diagramme (P, V ) et (T, S) sont égales.
D’une manière graphique le travail est donné par l’aire du cycle donc d’après le diagramme (T, S)

W = −(T1 − T2 )(Smax − Smin )

d’où
(T1 − T2 )(Smax − Smin )
ηC =
Q1
Or
Q1
Smax − Smin =
T1
d’où
T2
ηC = 1 −
T1

2. Étude d’un générateur à turbine à gaz


Premier principe pour un système ouvert

2.1. On a
m0 (t + dt) = m0 (t) + δme − δms
Or en régime permanent on a m0 (t + dt) = m0 (t) d’où

δme = δms

69 M.Lotfi
Générateur à turbine Thermodynamique

2.2. À l’entrée on a
We = −Pe (Vefinal − Veinitial )
Or Vefinal = 0 et Veinitial = Ve = δme ve alors
We = Pe δme ve
À la sortie on a
Ws = −Ps (Vsfinal − Vsinitial )
Or Vsinitial = 0 et Vsfinal = Vs = δms vs alors
Ws = −Ps δms vs
d’où la travail massique de transvasement (ou lié à l’écoulement) est donné par
ωp = Pe ve − Ps vs

2.3. Le premier principe s’écrit


∆u + ∆ec + ∆ep = ωp + ωu + q
Or ∆ec et ∆ep sont négligeables et ωp = Pe ve − Ps vs alors
∆u = us − ue = Pe ve − Ps vs + ωu + q
du fait que h = u + P v alors
hs − he = ω u + q
Cycle de Brayton idéal

2.4. Les conditions d’application des lois de Laplace sont : gaz parfait dans une transformation
adiabatique et réversible (ou simplement quasistatique). On a l’identité thermodynamique pour H est
dH = T dS + V dP
Pour une transformation adiabatique et réversible on a dS = 0 d’où
dH = V dP
Or pour un gaz parfait on a dH = Cp dT donc Cp dT = V dP
Or d’après l’équation d’état du gaz parfait on a V = nRT
P d’où
dT dP
Cp = nR
T P
γnR
Or on sait que Cp = γ−1 d’où
dT dP
γ = (γ − 1)
T P
Par intégration on obtient la loi de Laplace
P 1−γ T γ = cte
Sur la transformation 1 → 2 on a
  1−γ
P1 γ
T2 = T1 = T1 λ
P2
A.N. T2 = 579 K
De même pour la transformation 3 → 4 on obtient
  1−γ
P3 γ
1
T4 = T3 = T3
P4 λ
A.N. T4 = 673 K

M.Lotfi 70
Thermodynamique Générateur à turbine

2.5. On a d’après la question 2.3. et puisque la transformation 1 → 2 est adiabatique

∆h12 = ω12 = ω12 = cp (T2 − T1 )

et d’après la question 2.4. on obtient

ω12 = cp T1 (λ − 1) = 279 kJ.kg−1

2.6. Dans la chambre de combustion on n’a pas de partie mobile, il n’y a que le transfert thermique donc
d’après la question 2.3. on a
∆h23 = q23 = cp (T3 − T2 )
soit
∆h23 = cp T1 (τ − λ) = 721 kJ.kg−1

2.7. La transformation 3 → 4 est adiabatique donc

∆h34 = ωT = cp (T4 − T3 )

d’où
τ (1 − λ)
∆h34 = cp T1 = −627 kJ.kg−1
λ

2.8. On a −ωT = ωa + ω12 d’où


 
τ (λ − 1)
ω a = cp T 1 1−λ+
λ

A.N. ωa = 348 kJ.kg−1


En cherchant le maximum de ωa on trouve

λmax = τ = 2, 08
  γ−1γ
La valeur utilisée est un peu en dessous (λ = P P1
2
= 1, 93) mais, elle est convenable. La machine est
utilisée dans d’assez bonnes conditions par rapport au modèle idéal.

2.9. A.N. R = 0, 80
La turbine fournit plus de travail à l’alternateur, la situation est assez bonne.

2.10. Le rendement thermique η du générateur à turbine est le rapport du transfert énergétique utile,
c’est-à-dire ωa fourni à l’alternateur, sur le transfert thermique dépensé par le carburant dans la chambre de
combustion. On a donc η = qω23a
Avec les formules déjà établies on obtient
τ
η= − 1 = 0, 48
λ
Cette valeur est bien inférieure au rendement de Carnot .

2.11. Le transfert thermique massique q41 reçu par le gaz au cours de la phase d’échappement est la
variation d’enthalpie puisqu’il n’y a pas de transfert de travail utile. On a donc q41 = ∆h41 = cp (T1 − T4 )
d’où  τ
q41 = cp T1 1 1 − = −373 kJ.kg−1
λ
Sur le plan du principe, il n’y aucune raison que cette énergie ne soit pas récupérable. Mais sa récupération
aura forcément un coût en investissement pour installer des échangeurs thermiques par exemple.

Cycle de Brayton réel

71 M.Lotfi
Générateur à turbine Thermodynamique

2.12. Les enthalpies étant proportionnelles aux températures, on a


h2 − h2
ηc =
h2′ − h1
1
Cette formule nous permet d’exprimer la température T2′ = T1 + ηc (T2 − T1 ) soit
 
λ−1
T2′ = T1 1 + = 649 K
ηc

De la même manière pour le rendement sur la turbine, on trouve que


  
1
T4′ = T1 τ 1 + ηT −1 = 767 K
λ

2.13. On a ω12′ = cp (T2′ − T1 ) d’où


λ−1
ω12′ = cp T1 = 349 kJ.kg−1
ηc

2.14. L’énergie thermique massique de la combustion réelle est q2′ 3 = cp (T3 − T2′ ) d’où
  
1−λ
q2′ 3 = cp T1 τ − 1+ = 651 kJ.kg −1
ηc

Pour le travail fourni au niveau de la turbine, il suffit d’appliquer le rendement de la turbine réelle au calcul
effectué dans le cas idéal, On trouve
1−λ
ωT′ = ηT ωT = ηT cp T1 τ = −533 kJ.kg−1
λ

2.15. Comme précédemment la répartition du travail entre la compression et l’alternateur conduit à écrire
que ωa′ = −ωT′ − ω12′ ce qui donne
   
1 λ−1

ωa = cp T1 τ ηT 1 − − = 184 kJ.kg−1
λ ηc

Le maximum est donné pour



λ′max = ηT ηc τ
Cette valeur est naturellement plus faible que celle de λmax . On constate qu’elle est plus basse que la valeur
réelle de 1, 93.

ωc′
2.16. On trouve R′ = ωa
′ = 1, 90
ω′
Le rendement thermique est η ′ = q ′a = 0, 28
2 3
Il est logique de trouver que R′ > R et η ′ < η. La répartition de travail généré à la turbine est maintenant
telle qu’il y en a plus d’utilisé pour la compression que pour l’alternateur. Le rendement est plus faible que
dans la situation idéale comme attendu.

2.17. On a directement à partir de la définition de l’efficacité l’échangeur thermique


T2R = T2′ + ε (T4′ − T2′ ) = 761 K

2.18. On obtient
q2′ 2R = cp (T2R − T2′ ) = 112 kJ.kg−1
ce qui donne
q2R3 = 651 − 112 = 539kJ.kg−1

M.Lotfi 72
Thermodynamique Générateur à turbine

2.19. Le rendement du cycle de Brayton réel avec régénération est :


ωa′
ηR = = 0, 34
q2R3

On a gagné 6% par rapport à la situation sans régénération.

73 M.Lotfi
Générateur à turbine Thermodynamique

M.Lotfi 74
13
Problème : Étude d’un réfrigérateur

Nous nous proposons d’étudier un réfrigérateur dont le schéma est représenté sur la figure (1). Le système
contient une quantité donnée de fluide, le R134a ou 1,1,1,2-tétrafluorométhane CF3 − CH2 F qui n’attaque
pas la couche d’ozone. Le circuit est fermé et subit une série de transformations cycliques :

• Le fluide qui sort du condenseur sous forme liquide saturant (A) à la pression de 18, 26 bar est ramené
à la pression de 1, 64 bar dans le détendeur (B). La détente (AB) est du type de Joule-Kelvin;

• Dans l’évaporateur, le fluide se vaporise partiellement à pression et température constante en recevant


un transfert thermique de la source froide de température Tf = 263 K (transformation BC);

• Le fluide subit ensuite une compression dans un compresseur calorifugé. La compression (CD) est
isentropique de 1, 64 bar jusqu’à la pression de 18, 26 bar.

• Dans le condenseur, le fluide se condense totalement en fournissant la chaleur à l’extérieur (la cuisine
par exemple). L’air est à environ à 293 K. La pression saturante est alors de 18,26 bar et la température
du fluide est TA = 313 K.

On suppose que les conduites reliant les différents éléments sont calorifugées et que la pression qui y règne
est constante. On négligera toutes les variations de vitesse du fluide et on raisonnera sur 1 kg du fluide.
Données :

pression de température enthalpie mas- enthalpie entropie mas- entropie mas-


vapeur satu- de changement sique du liquide massique de sique du liquide sique de
rante (bar) d’état (K) (kJ.kg−1 ) la vapeur (J.K−1 .kg−1 ) la vapeur
(kJ.kg−1 ) (J.K−1 .kg−1 )
P1 = 1, 64 T1 = 258 K h1L = 178, 2 h1V = 360, 4 s1L = ..... s1V = 730
P2 = 18, 26 T2 = 313 K h2L = 264, 1 h2V = 387, 7 s2L = ..... s2V = 680

1. Préliminaire
1.1. Tracer l’allure du diagramme de Clapeyron (pression en ordonnée et volume massique en abscisse)
pour un changement d’état en faisant apparaı̂tre les deux isothermes T1 = 258 K et T2 = 313 K ainsi que
les pressions correspondantes P1 et P2 .

1.2. Déterminer la chaleur latente L1 de changement d’état à la température T1 = 258 K et la chaleur


latente L2 de changement d’état à la température T2 = 313 K.

1.3. Préciser la relation entre les enthalpies et entropies massiques lors d’un changement d’état. Compléter
le tableau donné plus haut.

75
Réfrigérateur Thermodynamique

milieu ambiant
20◦ C
D A

40 C
18,26 bar
18,26 bar condenseur

compresseur détendeur

évaporateur 1,64 bar


1,64 bar -15◦ C

chambre froide
C B
-10◦ C

Figure 1:

1.4. Montrer, en définissant soigneusement le système choisi, que la variation d’enthalpie massique h du
fluide, à la traversée d’un système, est donnée en régime stationnaire par ∆h = ω ′ + q où ω ′ représente le
travail massique autre que celui des forces pressantes reçu par le fluide de la part des parties mobiles du
système et q représente le transfert thermique massique reçu par le fluide.

1.5. Montrer que l’expression de l’enthalpie massique h(x, T ) d’un fluide diphasé (liquide, vapeur) en
fonction de l’enthalpie massique de la phase liquide hL (T ), de l’enthalpie massique de la phase vapeur hV (T )
ainsi que du titre massique en vapeur x s’écrit : h(x, T ) = hL (T ) + x [hv (T ) − hL (T )] .

1.6. Établir l’expression de l’entropie massique s(x, T ) d’un fluide diphasé (liquide, vapeur) en fonction
de l’entropie massique de la phase liquide en équilibre avec la vapeur sL (T ), de l’entropie massique de la
phase vapeur en équilibre avec le liquide sV (T ) ainsi que du titre massique en vapeur x.

2. Étude du compresseur
Le fluide subit dans le compresseur une compression adiabatique et réversible.

2.1. À la sortie du compresseur, le fluide est une vapeur saturante à la température T2 = 313 K. En
déduire le titre massique en vapeur x(C) au début de la compression à la température T1 = 258 K.

2.2. Préciser l’expression de l’enthalpie massique au début et à la fin de la compression.

2.3. En utilisant le résultat de la question 1.4, calculer littéralement puis numériquement le travail ω ′
fourni par le compresseur.

3. Étude du condenseur
Dans le condenseur, le fluide est totalement liquéfié à la température T2 = 313 K et à la pression
P2 = 18, 26 bar.

3.1. Calculer littéralement et numériquement le transfert thermique Qch reçu de la part de l’air ambiant,
de température Tch = 293 K. Justifier son signe.

M.Lotfi 76
Thermodynamique Réfrigérateur

3.2. Calculer littéralement puis numériquement la variation d’entropie, l’entropie échangée et l’entropie
créée lors de la condensation.

4. Étude du détendeur
Dans un détendeur parfaitement calorifugé et ne comportant pas de pièce mobile, le fluide subit une
détente de Joule-Kelvin jusqu’à la pression P1 , détente au cours de laquelle une partie du fluide se vaporise.

4.1. Justifier que la détente est isenthalpique.

4.2. En déduire le titre massique en vapeur x(B) à la fin de la détente à la température T1 = 258 K.

4.3. En déduire l’entropie créée dans le détendeur.

5. Étude de l’évaporateur
5.1. Calculer littéralement et numériquement le transfert thermique Qf r reçu de la part de la chambre
froide, de température Tf r = 263 K. Justifier le signe de Qf r .

5.2. Calculer littéralement puis numériquement la variation d’entropie, l’entropie échangée et l’entropie
créée dans l’échangeur.

6. Bilan
6.1. Tracer le cycle dans le diagramme de Clapeyron.

6.2. Définir l’efficacité d’un réfrigérateur. Calculer numériquement cette efficacité.

6.3. Établir l’expression de l’efficacité théorique maximale d’un réfrigérateur en fonction des températures
T1 = 258 K et T2 = 313 K. Comparer cette efficacité à celle calculée précédemment. Conclure.

6.4. Calculer l’entropie créée sur un cycle.

6.5. Justifier le choix des valeurs T1 = 258 K et T2 = 313 K pour ce cycle.

77 M.Lotfi
Réfrigérateur Thermodynamique

M.Lotfi 78
14
Corrigé : Étude d’un réfrigérateur

1. Préliminaire
1.1. Le diagramme est sur la figure 1

p2

liquide T2 > T1
gaz
p1 liquide ⇌ gaz G
L
T1

Figure 1:

1.2. À la température T1 on a une vaporisation donc

L1 = h1V − h1L = 182, 2 kJ.kg−1

À la température T2 on a une liquéfaction donc

L2 = h1L − h1V = −123, 6 kJ.kg−1

1.3. Pour un changement d’état on sait que


hV − hL
s V − sL =
T
avec T la température du changement d’état.
On déduit
s1L = 23, 8 J.K−1 .kg−1 et s2L = 285 J.K−1 .kg−1

79
Réfrigérateur Thermodynamique

1.4. Le premier principe pour un système ouvert s’écrit :

∆h = ω ′ + q (1)

1.5. Soit x la fraction massique de la vapeur, donc

h(x, T ) = xhV (T ) + (1 − x)hL (T ) = hL (T ) + x [hV (T ) − hL (T )]

1.6. De la même manière que la question précédente on montre que

s(x, T ) = sL (T ) + x [sV (T ) − sL (T )]

2. Étude du compresseur
2.1. La transformation à l’intérieur du compresseur est isentropique donc ∆s = 0 alors

sC = sD

Or à la sortie du compresseur, le fluide est une vapeur saturante à la température T2 = 313 K donc

sD = s1V = 730 J.K−1 .kg−1

or
sC = s1L + xC (s1V − s1L )
on déduit
s2V − s2L
xC = = 0, 93
s1V − s1L

2.2. Au début de la compression


hD = h2v = 387, 7 kJ.kg−1
À la fin de la compression

hC = h1L + xC (h1V − h1L ) = 347, 6 kJ.kg−1

2.3. La transformation est adiabatique donc q = 0 et d’après l’équation 1 on déduit

ω ′ = ∆h = 40, 1 kJ.kg−1

3. Étude du condenseur
3.1. On a liquéfaction totale donc

Qch = L2 = −123 kJ.kg−1

Qch < 0 le frigo fournit l’énergie thermique à la source chaude.

3.2. On a
∆s = s2L − s2V = −395 J.K−1 .kg−1
La température de la source chaude est Tch = 293 K donc l’entropie échangée est
Qch
se = = −422 J.K−1 .kg−1
Tch
on déduit l’entropie créée par le deuxième principe

sc = ∆s − se = 27 J.K−1 .kg−1 > 0

donc la transformation est irréversible

M.Lotfi 80
Thermodynamique Réfrigérateur

4. Étude du détendeur
4.1. Puisque dans le détendeur on n’a pas de partie mobile donc ω ′ = 0 et puisque la détente est
adiabatique alors d’après l’équation 1
∆h = 0
la détente est donc isenthalpique.

4.2. Puisque la détente est isenthalpique alors hA = hB , or en A on a le liquide saturant donc hA = h2L
alors
h2L − h1L
xB = = 0, 47
h1V − h1L

4.3. Détente adiabatique donc l’entropie échangée est

se = 0

or
∆s = sB − sA = s1L + xB (s1V − s1L ) − s2L = 70, 7 J.K−1 .kg−1
donc l’entropie créée est
sc = ∆s = 70, 7 J.K−1 .kg−1 > 0
la détente est irréversible.

5. Étude de l’évaporateur
5.1. On a une évaporation partielle donc

Qf r = ∆h = (xC − xB ) L1 = 83, 8 J.kg−1 > 0

La source froide fournit de la chaleur au frigo.

5.2. On a
∆s = (s1V − s1L ) (xC − xB ) = 324, 8 J.K−1 .kg−1
L’entropie échangée est
Qf r
se = = 318, 6 J.K−1 .kg−1
Tf
L’entropie créée est
sc = ∆s − se = 6, 2

6. Bilan
6.1. Pour tracer le cycle sur le diagramme de Clapeyron il faut le situer sur les isothermes d’Adrews
correspondantes aux températures des changements de phase. Le diagramme est représenté sur la figure 2.

6.2. L’efficacité d’un réfrigérateur est définit par

Qf
e=
W
Pour le cas du refrigérateur considéré on a

Qf
e=− = 2, 1
Qf r + Qch

81 M.Lotfi
Réfrigérateur Thermodynamique

p2 A D

T2 > T1

p1
B C T1

Figure 2:

6.3. Si les transformations étaient réversibles alors le deuxième principe implique


Qf r Qch
+ =0
Tf Tch

et donc l’efficacité maximale est donnée par


Tf
emax = = 4, 69
Tch − Tf

On retrouve le théorème de Carnot.

6.4. L’entropie créée sur un cycle est


X
scréée = sc = 103, 9 J.K−1 .kg−1

6.5. Pour que le fluide prend de l’énergie thermique du frigo dans l’évaporateur il faut qu’il a une
température inférieure de la source chaude d’où le choix de T1 = 258 < Tf = 263K.

De même, pour se refroidir au contact de l’air ambiant, il faut qu’il soit plus chaud que la température
ambiante. Le choix de 313 K laisse une petite marge en cas de mauvaise circulation d’air (frigo encastré) ou
d’élévation de la température ambiante pendant l’été.

M.Lotfi 82
15
Problème : Détentes et écoulement

Ce problème a pour but l’étude de différentes détentes d’un gaz réel et d’un gaz parfait.

1. Fonctions d’état d’un système fermé


1.1. On rappelle les expressions des différentielles dU et dH des fonctions d’état énergie interne U (T, V )
et enthalpie H(T, p) d’un système fermé :

dU = Cv dT + (l − p)dV ; dH = Cp dT + (k + V )dp

1.1.1. Définir les capacités thermiques à volume constant Cv , et à pression constante Cp à partir des
fonctions U (T, V ) et H(T, p).
1.1.2. Établir les valeurs des coefficients calorimétriques l et k pour un système dont l’énergie interne et l’
enthalpie ne sont fonctions que de la température.

1.2. On définit les fonctions d’état énergie libre F (T, V ) et enthalpie libre G(T, p) d’un système par les
relations F = U − T S et G = H − T S.
1.2.1. Exprimer les différentielles dF et dG d’un système fermé.
1.2.2. On désigne par S l’entropie du système. En utilisant les propriétés des différentielles dS, dF et dG
établir les expressions suivantes des coefficients calorimétriques l et k :
   
∂p ∂V
l=T ; k = −T
∂T V ∂T p

2. Détente de Joule et Gay Lussac d’un gaz réel


Dans un certain domaine de température et de pression, l’équation d’état d’une mole de gaz réel s’écrit :
 a 
p+ (V − b) = RT
TV 2
dans laquelle a, b et R sont des constantes (R = constante des gaz parfaits).

2.1. Établir la relation :


∂2p
   
∂Cv
=T
∂V T ∂T 2 V

2.2. Établir l’expression de la capacité thermique à volume constant Cv (T, V ) du gaz sachant qu’elle tend
vers une valeur C0 , indépendante de T , lorsque V tend vers l’infini.

83
Détentes et écoulement Thermodynamique

2.3. Établir l’expression de l’énergie interne U de ce gaz en fonction de T , de V et de constantes.

2.4. On fait subir à ce gaz une détente de Joule-Gay Lussac qui fait passer son volume de V1 à
V2 = 2V1 .
2.4.1. Préciser les conditions expérimentales qui permettent de réaliser cette détente. En déduire la variation
d’énergie interne ∆U du fluide.
2.4.2. On note T1 la température initiale du gaz et ∆T la variation de température qu’il subit au cours de
cette détente.
Sachant que l’on peut considérer ∆T ≪ T1 exprimer ∆T en fonction de T1 , V1 et de constantes.
2.4.3. Que peut-on dire, à priori, de la variation d’entropie du gaz ? Justifier votre réponse.
2.4.4. Application numérique :
a = 100 SI ; R = 8, 31 J.mol−1 .K−1 ; T = 300 K ; C = 29, 1 J.mol−1 .K−1 ; V1 = 10 L.
2.4.4.a. Calculer T .
2.4.4.b. Quelle valeur de ∆T aurait-on obtenu avec un gaz parfait ? Justifier votre réponse.

3. Détente de Joule-Thomson (Joule-Kelvin) d’un gaz réel


Aux faibles pressions, l’équation d’état du gaz réel défini ci-dessus peut se mettre sous la forme suivante
:
a
pV = RT + B(T )p avec B(T ) = b −
RT 2

3.1. Compte-tenu d’une approximation que l’on peut faire aux basses pressions, montrer que l’ enthalpie
H du gaz peut s’écrire, en fonction des variables T et p :
 a 
H = (C0 + R)T + b − 3 p
RT 2

3.2. Le gaz subit une détente de Joule-Thomson au cours de laquelle il passe d’une zone où il se trouve
à la température T1 sous la pression p1 dans une zone où la pression est p2 = p21 .
3.2.1. Préciser la caractéristique énergétique de la détente de Joule-Thomson.
3.2.2. Exprimer la variation de température ∆T du gaz dans le cadre des hypothèses ci-dessus en fonction
de T1 , p1 et de constantes. On considérera encore ∆T ≪ T1 .
3.2.3. Application numérique :
a = 100 SI ; R = 8, 31 J.mol−1 .K−1 ; T = 300 K ; C0 = 29, 1 J.mol−1 .K−1 ; b = 22, 8.10−6 m3 .mol−1 ;
p1 = 2 bar.
Calculer ∆T .

4. Application des principes de la thermodynamique à un


système fermé en mouvement
L’objectif de cette étude est d’établir une expression générale permettant de calculer les variations des
grandeurs thermodynamiques caractéristiques d’un gaz qui s’écoule dans un élément mécanique : conduite,
tuyère, échangeur thermique, turbine, compresseur, etc.
L’évolution d’un fluide gazeux dans une installation industrielle est schématisée par la figure 1.
Le fluide gazeux s’écoule dans la direction et le sens de l’axe horizontal x′ x .
Le volume v délimité par les plans A′ B ′ et CD constitue un volume de contrôle qui peut, éventuellement,
contenir une machine : compresseur, turbine, etc.
Le fluide entre dans v par une conduite cylindrique dont l’aire de la section droite est notée Σ1 et dont
l’axe, parallèle à x′ x , est situé à l’altitude z1 dans le champ de pesanteur. Il en ressort par une conduite
cylindrique, dont la section droite a une aire Σ2 et dont l’axe, parallèle à x′ x , est situé à l’altitude z2 dans
le champ de pesanteur.

M.Lotfi 84
Thermodynamique Détentes et écoulement

A′ C C′


w2
Σ2 p2
A

→ v
p1 w1 D D′
Σ1

B B′
S(t)

S(t + dt)

x x′

Figure 1:

On désigne par − →w le vecteur vitesse des particules fluides et on admet que la viscosité du fluide est négligeable,
le vecteur vitesse reste donc constant en tout point d’un plan de section droite perpendiculaire à l’écoulement.
On désigne par m, p, T , E, Ec , Ep , U , H et S, respectivement, la masse, la pression, la température, l’énergie
totale, l’énergie cinétique macroscopique, l’énergie potentielle de pesanteur, l’énergie interne, l’enthalpie et
l’entropie du fluide. Les valeurs massiques des différentes grandeurs extensives seront représentées par des
lettres minuscules.
Ces grandeurs seront affectées de l’indice 1 ou de l’indice 2 suivant qu’elles caractériseront l’état du gaz à
l’entrée ou à la sortie du volume v.

4.1. Définir l’énergie totale E d’un système thermodynamique.

4.2. Écrire le premier principe de la thermodynamique, sous sa forme générale, pour un système fermé,
en mouvement dans le champ de pesanteur, qui, au cours d’une transformation ouverte, reçoit les quantités
d’énergie Q par transfert thermique et W par transfert mécanique.

4.3. À l’instant t le système fermé considéré, désigné par S(t) sur la figure 1, occupe le volume compris
entre les plans AB et CD. Il comprend le fluide contenu dans v à cet instant et le fluide qui va entrer dans
v pendant la durée dt. Son énergie totale est notée E(t) .
Àl’instant t + dt ce même système, désigné par S(t + dt), occupe le volume délimité par les plans A′ B ′ et
C ′ D′ . Il comprend le fluide contenu dans v à l’instant t + dt et le fluide qui est sorti de v pendant la durée
dt. Son énergie totale est notée E(t + dt) .
Entre les instants t et t + dt le fluide gazeux reçoit les quantités algébriques d’énergie δQ par transfert
thermique (chaleur), δW ′ par transfert mécanique dû au travail des forces de pression d’entrée et de sortie
et δW par transfert mécanique avec une machine qui se trouve dans v.
On suppose que le régime stationnaire est atteint et on admet que les pressions p1 et p2 , respectivement en
amont de l’entrée de v et en aval de la sortie de v, restent constantes au cours du transfert du fluide. Les
vitesses w1 et w2 du fluide, dans les conduites d’entrée et de sortie, sont constantes.
ρ1 , w1 , Σ1 ; ρ2 , w2 , Σ2 désignent la masse volumique, la vitesse du fluide et l’aire de la section droite
des conduites, respectivement, à l’entrée et à la sortie de v.
Montrer, à partir d’un bilan de masse sur le système fermé considéré, entre les instants t et t + dt , que l’on
a:
ρ1 Σ1 w1 = ρ2 Σ2 w2
L’expression ρΣw représente le flux de masse à travers la section droite Σ d’une conduite dans laquelle le
fluide s’écoule avec la vitesse w, c’est-à-dire le débit massique qm du fluide exprimé en kg.s−1 .

4.4. On désigne par δm la masse de fluide qui traverse le volume v pendant la durée dt.
On note g l’intensité du champ de pesanteur et on fixe l’origine de l’énergie potentielle de pesanteur au

85 M.Lotfi
Détentes et écoulement Thermodynamique

niveau z = 0.
Par application du premier principe de la thermodynamique au fluide gazeux, entre les instants t et t + dt ,
établir la relation :
   
1 2 1 2
δm w2 + gz2 + h2 − w1 + gz1 + h1 = δQ + δW
2 2

4.5. À partir de l’expression établie à la question 4.4. , définir les conditions expérimentales qui
permettent de faire subir au fluide une détente de Joule-Thomson.

5. Détente d’un fluide gazeux dans une tuyère


Le fluide gazeux se détend, de manière adiabatique, dans une tuyère dans laquelle sa vitesse varie. La
tuyère est constituée d’un tube de révolution autour d’un axe horizontal x′ x (figure 2).



w (x)

x x′

Figure 2:

La section droite d’abscisse x, de la tuyère à une aire Σ(x) variable le long de l’axe x′ x. On admet que
cette variation est assez lente pour que le vecteur vitesse des éléments de volume du gaz qui s’écoule reste,
pratiquement, parallèle à x′ x , de même sens et que sa composante w(x) ait la même valeur pour tous les
éléments de volume situés dans une tranche de gaz, d’abscisse x, perpendiculaire à x′ x.
On suppose que le régime d’écoulement stationnaire est atteint et on néglige toute perte d’énergie, par
frottement, le long des parois de la tuyère.
On note H(x) l’ enthalpie d’une mole de gaz sous la pression p(x), à la température T (x).
On désigne par M la masse molaire du gaz et par ρ(x) sa masse volumique à l’abscisse x.
w1 , p1 , T1 , H1 ,ρ1 ; w2 , p2 , T2 , H2 ,ρ2 désignent, respectivement, les valeurs de : w(x), p(x), T (x), H(x)
,ρ(x) dans la section droite d’entrée de surface Σ1 et dans la section droite de sortie de surface Σ2 .

5.1. On considère l’évolution d’une mole de gaz entre son entrée dans la tuyère et son passage dans la
tranche d’abscisse x.
À partir de la relation générale établie à la question 4.4. et compte tenu des conditions de fonctionnement
de la tuyère, établir la relation que vérifient M , w1 , w(x),H1 , H(x).

5.2. Aucune hypothèse n’est faite sur l’équation d’état du gaz.


On admet que chaque élément de volume du gaz subit, dans la tuyère, une détente adiabatique réversible.
Montrer que, dans ces conditions :
p(x)
1 2 1 dp
Z
w (x) − w12 + =0
2 2 p1 ρ(x)

C
5.3. On suppose, maintenant, que le gaz est un gaz parfait pour lequel le rapport γ = Cvp est indépendant
de la température et on admet que son évolution, dans la tuyère, se produit de manière adiabatique et
réversible.
On pose ε = p(x)
p1 et on désigne par Cp la capacité thermique molaire à pression constante du gaz.

M.Lotfi 86
Thermodynamique Détentes et écoulement

5.3.1. Exprimer w2 (x) en fonction de : w1 , Cp , T1 , M , γ et ε.


5.3.2. Exprimer le débit massique qm du gaz, à l’abscisse x, en fonction de : ρ1 , ε, γ, Σ(x) et w(x).
5.3.3. On suppose que la section d’entrée de surface Σ1 de la tuyère est très grande. On peut alors considérer
w1 ≃ 0.
5.3.3.a. Montrer que, dans ces conditions, le débit massique s’écrit : qm = K1 Σ(x)f (ε) , expression dans
laquelle K1 ne dépend que des caractéristiques du gaz et des valeurs des paramètres relatifs à l’entrée de la
tuyère et f (ε) est une fonction de ε. On explicitera K1 et f (ε).
5.3.3.b. On admet que p(x) décroı̂t de manière monotone quand x croı̂t.
Après avoir étudié les variations de la fonction f (ε) pour 0 6 ε 6 1 montrer que :
i) Si pp21 est supérieur à une valeur ε0 que l’on précisera, la section Σ(x) de la tuyère doit être une
fonction décroissante de x (tuyère convergente).
p2
ii) p1 est inférieur à ε0 , la section de la tuyère doit, d’abord, être une fonction décroissante de x puis
devenir une fonction croissante de x (tuyère convergente - divergente).
Dans ce cas on note w0 et p0 les valeurs de w(x) et p(x) dans la section la plus étroite de la tuyère.
Exprimer p0 en fonction de p1 et γ et w0 en fonction de γ, R, T1 et M .
5.3.3.c. Application numérique
Le gaz parfait considéré est de l’air pour lequel γ = 1, 4 ; M = 29 g.mol−1 .
On rappelle que R = 8, 31 J.mol−1 .K−1 .
i) Sachant que p1 = 20 bar et T1 = 2000 K , calculer w0 et p0 .
ii) Calculer, dans les mêmes conditions, la vitesse du gaz, à la sortie de la tuyère, où p2 = 1 bar .

87 M.Lotfi
Détentes et écoulement Thermodynamique

M.Lotfi 88
16
Corrigé : Détentes et écoulement

1. Fonctions d’état d’un système fermé


1.1. La capacité thermique à volume constant est :
 
∂U
Cv =
∂T V

La capacité thermique à pression constante est :


 
∂H
Cp =
∂T p

1.2. Si l’énergie interne ne dépend pas de V alors le terme (l − p) est nul donc l = p.

Si l’enthalpie ne dépend pas de p alors le terme (k + V ) est nul et k = −V .

1.3. Pour un système fermé dF = dU − T dS − SdT


Or l’identité thermodynamique de U donne dU = T dS − pdV d’où :

dF = −SdT − pdV

De même on trouve pour l’enthalpie libre: dG = dH − T dS − SdT Or dH = T dS + V dp alors

dG = −SdT + V dp

1.4. F et G étant des fonctions d’état, donc obéissent au théorème de Schwarz donc :
 
∂S ∂p

• pour F : − ∂V T
= − ∂T V
Comme l’identité la différentielle de l’entropie s’écrit :

Cv l
dS = dT + dV
T T
on a donc  
∂S l
=
∂V T T
d’où  
∂p
l=T
∂T V

89
Détentes et écoulement Thermodynamique

 
• pour G : − ∂S = ∂V

∂p ∂T p
T
Comme la différentielle de l’entropie s’écrit :
Cp k
dS = dT + dV
T T
on a donc  
∂S k
=
∂p T T
d’où  
∂V
k = −T
∂T p

2. Détente de Joule et Gay-Lussac d’un gaz réel


2.1. L’énergie interne est une fonction d’état, donc
   
∂Cv ∂(l − p)
=
∂V T ∂T V

Or d’après l’expression de l obtenue précédemment on a :


          2     
∂Cv ∂ ∂p ∂p ∂ p ∂p ∂p
= T − =T + −
∂V T ∂T ∂T V V ∂T V ∂T 2 V ∂T V ∂T V
Ainsi
∂2p
   
∂Cv
=T
∂V T ∂T 2 V

2.2. D’après l’équation d’état du gaz on a


RT a
p= −
V − b TV 2
On a donc
∂2p
   
∂p R a −2a
= + et =
∂T V V − b T 2V 2 ∂T 2 V T 3V 2
ce qui donne pour la capacité thermique à volume constant
 
∂Cv −2a
= 2 2
∂V T T V
donc
2a
Cv = + cste
T 2V
Or Cv (T, V ) −→ C0 indépendant de T
V →∞
Alors
2a
Cv = + C0
T 2V

2.3. D’après la question 5.3.1., on a pour


RT a 2a
l= + et l−p=
V − b TV 2 TV 2
D’où
2a 2a
dU = ( 2
+ C0 )dT + dV
T V TV 2
Ainsi
−2a
U = U0 + + C0 T
TV

M.Lotfi 90
Thermodynamique Détentes et écoulement

2.4.
2.4.1. Les conditions expérimentales de la détente de Joule-Gay-Lussac sont :
• Parois de l’enceinte sont rigides et calorifugées ;
• Le gaz remplie au départ un seul compartiment et l’autre étant vide ;
• à t = 0, on ouvre le robinet sans fournir du travail et le gaz remplie les deux compartiments.
Considérons le système gaz+vide.
Donc le travail échangé avec l’extérieur est W = 0 car parois rigides.
L’énergie thermique échangée avec l’extérieur est Q = 0 car parois calorifugées.
On a donc d’après le premier principe
∆U = 0
pour le système et donc pour le gaz car l’énergie interne du vide est nulle.
2.4.2. On a ∆U = 0 et
 
−2a −2a
∆U = + C0 (T1 + ∆T ) − + C0 T1
(T1 + ∆T )2V1 T1 V1

d’où  
2a T1
∆U = C0 ∆T − −1
T1 V1 2(T1 + ∆T )
 
a ∆T
∆U = C0 ∆T + 1+
T1 V1 T1
Ainsi  −1
a a
∆T = − C0 +
T1 V1 T12 V1
2.4.3. Au cours de la détente de Joule-Gay-Lussac le volume augmente donc le désordre aussi et donc
l’entropie du système augmente lors de la détente de plus elle est adiabatique, le second principe implique
que l’entropie créée et positive et donc la détente est irréversible.
2.4.4.
2.4.4.a. Application numérique : ∆T = −1, 14 K.
2.4.4.b. Pour un gaz parfait et d’après la première loi de Joule qui dit que l’énergie interne d’un gaz
parfait ne dépend que de la température, et comme U reste constante au cours de la transformation donc T
aussi. On peut déduire que la détente de Joule-Gay-Lussac d’un gaz parfait est isotherme c’est-à-dire

∆T = 0

3. Détente de Joule-Thomson (Joule-Kelvin) d’un gaz réel


3.1. On a H = U + pV
d’où
−2a  a  2a
H= + C0 T + pV = C0 T + RT + b − 2
p−
TV RT TV
or
2a 2ap 1
= 2 pB(T )
TV RT 1 +
RT

Or pB(T ) ≪ RT car c’est un terme correctif alors


 
3a
H = (C0 + R)T + b − p
RT 2

3.2.

91 M.Lotfi
Détentes et écoulement Thermodynamique

3.2.1. La détente de Joule-Thomson est une détente isenthalpique donc

∆H = 0

3.2.2. Puisque ∆H = 0
Or      
3a 3a
∆H = (C0 + R)(T1 + ∆T ) + b − 2p1 − (C0 + R)T1 + b − p1
R(T1 + ∆T )2 RT12
donc
2T12
   
3ap1 3ap1 4∆T
(C0 + R)∆T + bp1 − −1 = (C0 + R)∆T + bp1 − 1−
RT12 (T1 + ∆T )2 RT12 T1
Ainsi   −1
3ap1 12ap1
∆T = −bp1 + C0 + R +
RT12 RT13
3.2.3. Application numérique : ∆T = 1, 97 K.

4. Application des principes de la thermodynamique à un


système fermé en mouvement
4.1. L’énergie totale d’un système est la somme de son énergie interne, de l’énergie cinétique macro-
scopique et de l’énergie potentielle des forces extérieures appliquées sur le système

E = U + Ec + Ep

4.2. Pour un système fermé, le premier principe s’écrit :

∆E = W + Q

4.3. À l’instant t la masse du système S(t) est

M (v) + ρ1 w1 Σ1 dt

À l’instant t + dt la masse du système S(t + dt) est

M (v) + ρ2 w2 Σ2 dt

Le système étant fermé, on a donc

M (v) + ρ1 w1 Σ1 dt = M (v) + ρ2 w2 Σ2 dt

Or régime étant stationnaire, on a donc

ρ1 w1 Σ1 = ρ2 w2 Σ2

4.4. Entre les instants t et t + dt la variation de l’énergie du système est

∆E = E(t + dt) − E(t) = [E(v) + Ec2 + Ep2 + U2 ] − [E(v) + Ec1 + Ep1 + U1 ]

donc
1 1
∆E = δmw22 + δmgz2 + δmu2 − δmw12 − δmgz1 − δmu1
2 2
Or le système étant fermé, le premier principe conduit à :

∆E = δW + δW ′ + δQ

Le travail δW ′ des forces de pression s’écrit :


δm δm
δW ′ = −p2 w2 dtΣ2 + p1 w1 dtΣ1 = −p2 + p1
ρ2 ρ1

M.Lotfi 92
Thermodynamique Détentes et écoulement

car
ρ1 w1 Σ1 dt = ρ2 w2 Σ2 dt = δm

On a donc
1 1 δm δm
δmw22 + δmgz2 + δmu2 − δmw12 − δmgz1 − δmu1 = −p2 + p1 + δW + δQ
2 2 ρ2 ρ1

Comme
pi
ui + = hi
ρi
donc
   
1 2 1 2
δm w + gz2 + h2 − w + gz1 + h1 = δW + δQ
2 2 2 1

4.5. La détente de Joule-Thomson correspond à :

• δQ = 0 car le système est calorifugé ;

• δW = 0 car il n’y a pas d’autre travail que celui des forces de pression ;

• w1 ≈ 0 et w2 ≈ 0 car l’écoulement est lent ;

• z1 = z2 car l’écoulement est horizontal.

Donc
h2 = h1

5. Détente d’un fluide gazeux dans une tuyère


5.1. Le système est calorifugé donc δQ = 0
Or on n’a pas de partie mobile δW = 0 De plus la tuyère est horizontale dep = 0
On a donc    
1 2 1 2
w(x) + h(x) − w1 + h1 = 0
2 2
d’où    
1 2 H(x) 1 2 H1
w(x) + − w1 + =0
2 M 2 M

5.2. La détente étant adiabatique et réversible, elle est donc isentropique. L’identité thermodynamique
donne alors :
dH dp
ds = 0 = −
M ρ
On a donc
p(x)
H(x) − H1 dp
Z
=
M p1 ρ
alors
p(x)
1 2 1 dp
Z
w (x) − w12 + =0
2 2 p1 ρ(x)

5.3.

93 M.Lotfi
Détentes et écoulement Thermodynamique

5.3.1. Pour un gaz parfait, lors d’une détente isentropique d’après les lois de Laplace on a pρ−γ = cte
donc
1/γ
1 p1
=
ρ(x) ρ1 p(x)1/γ
alors
p(x)
p(x) 1/γ 1/γ
dp p dp p1 γ   p γ  −1/γ+1
Z Z 
−1/γ+1 1
= 1 = p(x)−1/γ+1
− p 1 = ε − 1
p1 ρ ρ1 p(x)1/γ ρ1 γ − 1 ρ1 γ − 1
p1

. On a donc
1 1 p1 γ  −1/γ+1 
w(x)2 = w12 − ε −1
2 2 ρ1 γ − 1
Comme le gaz est parfait
p1 RT1 γR
= et Cp =
ρ1 M γ−1
On obtient donc :
2Cp T1  1−1/γ 
w2 (x) = w12 − ε −1
M
5.3.2. On a le débit massique est qm = w(x)ρ(x)Σ(x)
Comme le gaz est parfait et la détente est isentropique on obtient
 −1/γ
p1
qm = w(x)Σ(x)ρ1
p(x)

et donc
qm = w(x)Σ(x)ρ1 ε1/γ

5.3.3.
5.3.3.a. D’après les questions 5.3.1. et 5.3.2., on en déduit
r 1/2
1/γ 2Cp T1 
qm = Σ(x)ρ1 ε 1 − ε1−1/γ
M

On a donc r
2Cp T1  1/2
K 1 = ρ1 et f (ε) = ε1/γ 1 − ε1−1/γ
M
5.3.3.b. La dérivé de f est
 
2 2/γ−1
γε − 1 + γ1 ε1/γ
f ′ (ε) = √
2 ε2/γ − ε1+1/γ
On a donc f ′ (ε) = 0 quand
 
2 1
− 1+ ε1−1/γ = 0
γ γ
D’où
 γ
 γ−1
2
ε0 =
1+γ
La fonction est alors croissante sur [0 ; ε0 ] et décroissante sur [ε0 ; 1].
i) p(x) étant une fonction décroissante de x, ε varie de 1 à pp21 . Si p2
p1 est supérieure à ε0 alors f (ε)
croit avec x. Comme qm est constant, cela signifie que Σ(x) décroı̂t.

M.Lotfi 94
Thermodynamique Détentes et écoulement

ii) Si pp21 est inférieure à ε0 alors f (ε) croit puis décroı̂t avec x. Comme qm est constant, cela signifie
que Σ(x) décroı̂t puis croit.
Dans ce cas p0 = p1 ε0 d’où
 γ
 γ−1
2
p0 = p1
1+γ
 
2C T 1−1/γ
D’après la question 5.3. , on a alors w02 = Mp 1 1 − ε0 d’où
s  
2RγT1 2
w0 = 1−
M (γ − 1) 1+γ

5.3.3.c.
i) Application numérique : on a donc p0 = 10, 6 bar et w0 = 817 J.
ii) Si p2 = 1 bar alors ε2 = 0, 1 et donc w2 = 1, 39.103 J.

95 M.Lotfi
Détentes et écoulement Thermodynamique

M.Lotfi 96
17
Problème : Transferts thermiques

Voir épreuve à la fin de ce livre

97
Transferts thermiques Thermodynamique

M.Lotfi 98
18
Corrigé : Transferts thermiques

1. Modélisation et mise en équation


1.1. Étude de l’équilibre thermique initial
1.1.1. Corps noir
1.1.1.a. Un corps noir est corps qui absorbe intégralement tout rayonnement incident quelque soit sa
fréquence et quelque soit sa direction. Le cœfficient d’absorption d’un corps noir est égale à l’unité.
1.1.1.b. Loi de Stefan
ϕCN
e = σT 4
1.1.1.c. Il faut que le corps soit un corps noir convexe en équilibre thermique.
1.1.2. Équilibre thermique
1.1.2.a. pour un solide idéal on a
du = cdT
En intégrant cette équation et en notant u0 l’énergie interne du solide à T = T0 on trouve

u = c(T − T0 ) + u0

1.1.2.b.
• Flux rayonné : ϕray = σT04
• flux transmis par convection : ϕt = h(T0 − Ta )
• flux reçu : ϕrc = −σTa4
• flux parasite : ϕpa
La conservation de la puissance s’écrit:

σT04 S + h(T0 − Ta )S − σTa4 S − ϕpa S = 0

donc :
σ(T04 − Ta4 ) + h(T0 − Ta ) − ϕpa = 0
1.1.2.c.
h(T0 − Ta ) + σ(T04 − Ta4 ) = ϕpa & 0
alors
(T0 − Ta )[σ(T0 + Ta )(T02 + Ta2 ) + h] & 0
Donc : (T0 − Ta ) & 0 soit : T0 & Ta

99
Transferts thermiques Thermodynamique

1.1.2.d. En écrivant que Ta + T0 ≃ 2Ta et Ta2 + T02 ≃ 2Ta2 alors on obtient


4σTa3 (T0 − Ta ) + h (T0 − Ta ) − ϕpa = 0

1.2. Ordres de grandeurs


1.2.1. Bilan d’énergie en régime variable
1.2.1.a. Il y’a invariance par rotation autour de l’axe (Ox) donc T ne dépend pas de θ. Et puisque la
paroi de la surface latérale est athermane donc le flux sur la surface latérale est nul ce qui implique que T
ne dépend pas de r.
alors T ne dépend que de x
T (−

r , t) = T (x, t)

x x + dx
Figure 1:

1.2.1.b. Le premier principe de la thermodynamique appliquée à la tranche élémentaire entre x et x + dx


(le corps n’a pas de mouvement macroscopique) est :
dU = δQ + δW
avec :
• δW = 0 car la corps n’échange pas de travail avec l’extérieur.

• la variation de l’énergie interne de la tranche est


dU = dmcdT (x, t) = ρcSdxdT (x, t)

• δQ transfert thermique échangé entre la tranche et son milieu extérieur :


δQ = |δQe | − |δQs |

|δQe | le transfert thermique entrant dans la tranche entre t et t + dt, il est donc compté positivement :
|δQe | = jth (x, t)Sdt

−|δQs | le transfert thermique sortant de la tranche entre t et t + dt, il est donc compté négativement :
−|δQs | = −jth (x + dx, t)Sdt

Ainsi, le premier principe s’écrit :


dT (x, t) ∂jth
ρcSdx =− dxS
dt ∂x
or :
dT (x, t) ∂T (x, t) dx ∂T (x, t) ∂T (x, t)
= + =
dt ∂x dt ∂t ∂t
dx
car la tranche est au repos alors dt = vx = 0
Et d’après la loi de Fourier on a
∂T
jth = −λ
∂x
d’où :
∂T ∂2T ∂T ∂2T
ρc =λ 2 =⇒ =a 2
∂t ∂x ∂t ∂x
avec
λ
a=
ρc
la diffusivité thermique en m2 .s−1

M.Lotfi 100
Thermodynamique Transferts thermiques

1.2.1.c. Une écriture dimensionnelle de l’équation de la chaleur donne :


T T
=a 2
δt Lq
d’où √
Lq = aδt
1.2.1.d. A.N. : Lq = 0, 3 mm

1.2.1.e. Lq ≪ e donc pour x ≫ Lq l’énergie thermique est quasiment nulle alors pour x ≫ Lq on a
T (x, t) = T0
1.2.2. Effet d’un flux lumineux incident variable
1.2.2.a.
P
ϕ0 =
πr2
A.N : ϕ0 = 25, 5 W.m−2 c’est une valeur importante.
1.2.2.b. L’allure de ϕ0 (t) est sur la figure 2 .

ϕ0 (t)

ϕ0

Figure 2:

1.2.2.c. Lλ0 représente la distance à partir de laquelle ϕ0λ0 (t) devient faible devant ϕ0 cette distance et
appelée longueur de pénétration.

1.2.2.d. On a Lλ0 ≪ e, l’allure de ϕλ0 (t) à un instant t où F (t) = 1 est sur la figure 3 .

1.3. Résolution et conditions aux limites


1.3.1. Équation différentielle
1.3.1.a. On a
T (x, t) = θ(x) exp(iω0 t) + T0
alors
∂T
= iω0 θ(x) exp(iω0 t)
∂t
donc
∂2T ∂2
2
= exp(iω0 T )
∂t ∂x2
En remplaçant dans l’équation de la chaleur on obtient :
d2 θ(x) iω0
− θ(x) = 0
dx2 a

101 M.Lotfi
Transferts thermiques Thermodynamique

ϕλ0 (x)

Lλ0 x
Figure 3:

1.3.1.b. L’équation caractéristique associée à l’équation différentielle ci-dessus est :


ω0
r2 − i =0
a
La solution s’écrit donc :
θ(x) = A exp(αx) + B exp(−αx)
avec r
(1 + i)) ω0
α= √
2 a
1.3.2. Conditions aux limites
1.3.2.a. La température ne doit pas diverger lorsque x → +∞ or α a une partie réelle positive alors :
A=0
donc
θ(x) = B exp(−αx)
1.3.2.b. On a
ϕR 4 4
1 = σ[T (0, t) − Ta ]

or Ta ≃ T (0, t) alors T (0, t) + Ta ≃ 2Ta

donc
ϕR 3
1 ≃ 4σTa [T (0, t) − Ta ]

1.3.2.c. On a les flux suivants :


∂T

• Le flux de conduction : j1 = −λ ∂x x=0 c’est un flux reçu

• Le flux radiatif j2 = 4σTa3 [T (0, t) − Ta ] c’est un flux perdu

• Le flux conducto-convectif j3 = h[T (0, t) − Ta ] c’est un flux perdu

• Le flux parasite j4 = ϕpa c’est un flux reçu

• Le flux de la radiation incidente ϕ0 (t) c’est un flux reçu

1.3.2.d. La continuité du flux thermique de part et d’autre en x = 0 donne :


 
∂T
−λ = −4σTa3 [T (0, t) − Ta ] − h[T (0, t) − Ta ] + ϕpa + ϕ0 (t)
∂x x=0

M.Lotfi 102
Thermodynamique Transferts thermiques

 
∂θ
1.3.2.e. On a ∂T eiω0 t et ϕ0 (t) = ϕ0 eiω0 t donc en remplaçant dans l’équation de la

∂x x=0 = ∂x
x=0
question précédente on trouve :
 
∂θ
−λ = ϕ0 − (h + 4σTa3 )θ(0)
∂x x=0

on déduit alors
he = h + 4σTa4
1.3.2.f. Puisque θ(x) = Be−αx en remplaçant dans l’équation différentielle vérifiée par θ on trouve :

ϕ0
B=
λα + he
ϕ0
1.3.2.g. A.N. he = 26, 12 (SI) et |α| = 56.103 (SI) et λ = 10 W.m−1 alors λ|α| ≫ he donc : B ≈ λα

1.3.2.h. L’expression de θ(x, t) est:

ϕ0
r  r   r 
a ω0 ω0 π
θ(x, t) = exp − x exp i ω0 t − x−
λ ω0 2a 2a 4
1.3.2.i. On a
T (x, t) = R [θ(x, t) + T0 ]
soit :
ϕ0
r  r   r 
a ω0 ω0 π
T (x, t) = T0 + exp − x cos ω0 t − x−
λ ω0 2a 2a 4
avec

• T0 : température d’équilibre en absence de perturbation


• cos ω0 t − ω2a0 x − π4 terme qui exprime la propagation de l’énergie thermique dans le corps
p 

• exp − ω2a0 x terme qui exprime l’atténuation dans le corps.


 p 

2. Détection et analyse du signal


2.1. Détection du signal
2.1.1. Densité spectrale
2.1.1.a. L’allure du cœfficient de transmission est :
τ (λ

∆λ ∆λ
λ− 2
λ+ 2 λ
Figure 4:

103 M.Lotfi
Transferts thermiques Thermodynamique

2.1.1.b. La loi de Planck est :

2πhc2 1
ϕP
λ =
λ5 exp
 
hc
λkB T − 1

2πh2 c3 hc
2.1.1.c. Par dérivation de ϕP
λ on obtient : p = kB et b = kB

2.1.2. Signal délivré par le détecteur


2.1.2.a.
Sλ (t) = Dλ τ (λ)Lλ (T )∆λ
Au premier ordre  
∂Lλ
Lλ (T ) = Lλ (T0 ) + (T − T0 )
∂T T =T0

donc "   #
∂Lλ
Sλ (t) = Dλ Lλ (T0 ) + ∆T (0, t) ∆λ
∂T T =T0
b
ϕ0
q
a p exp( λT )
2.1.2.b. Sλ′ (t) = λ ω0 cos(ω0 t − π4 )  
b
0  2 ∆λ
λ6 T02 exp λT −1
0

2.1.3. Analyse du signal

ϕ0 p exp( λ1bT0 )
r
a
Sλ′ 1 (t) = i2 ∆λ1
λ1 2ω0
h  
λ61 T02 exp λ1bT0 − 1

ϕ0 p exp( λ2bT0 )
r
a
Sλ′ 2 (t) = i2 ∆λ2
λ2 2ω0
h  
λ62 T02 exp λ2bT0 − 1
h i2
 exp( b ) − 1
Sλ′ 1 6
 
λ ∆λ1 b 1 1 λ T
= 26
2 0
exp − i2
Sλ′ 2 λ1 ∆λ2 T0 λ1 λ2
h
exp( λ1bT0 ) − 1


La mesure de Sλ

1
permet de déterminer par résolution numérique la valeur de T0 en connaissant λ1 , λ2 ,
2
∆λ1 et ∆λ2

M.Lotfi 104
Concours National Commun – Session 2005 – Filière MP

L’énoncé de cette épreuve comporte 6 pages.


L’usage de la calculatrice est autorisé.

On veillera à une présentation claire et soignée des copies. Il convient en particulier de rappeler avec
précision les références des questions abordées.

Méthode photothermique de mesure d’une température

Le problème traite de la mesure de la température d’un corps. Dans certaines situations, la


mesure d’une température à l’aide d’un thermomètre de contact est impossible (températures
élevées, objets éloignés, . . . ). On peut alors mettre en œuvre des méthodes optiques comme le
pyromètre optique ou la méthode photothermique que nous étudions dans ce problème.

Si, au cours de l’épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur d’énoncé, il le signale sur sa
copie et poursuit sa composition en indiquant les raisons des initiatives qu’il est amené à prendre.
✂✁
La méthode photothermique de mesure de la température
☎✄✝✞✆ ✟✡✠☞☛✍✌ d’un corps solide opaque consiste
✄ ☛✍✌✕champ
à perturber localement le ✔ ✄ ☛✍✌ températures
des de ce corps par un apport d’énergie
lumineuse variable ✎✑✏✓✒ ✎✖✏✓✒✘✗ . Cette énergie ✁ lumineuse est fournie par un faisceau laser
cylindrique monochromatique
✄ ☛✍✌ de longueur d’onde ✙ dans le vide et de section transversale ✚✜✛ .
La variation temporelle ✗ est obtenue à l’aide d’un hacheur optique.
Le champ des températures perturbé peut s’écrire en présence du flux laser modulé sous la
forme : ✞ ✟✡✠☞☛✍✌✢✔
☎✄ ✆ ✞ ✟✡✠☞☛✍✌
✣✁✢✤ ☎✄ ✆

✦✥✧✣✁
avec ✚ .
☎✄ ✞✆ ✟★✠☞☛✍✌
En présence du faisceau laser, le corps émet localement un rayonnement thermique de tempéra-
ture qui est analysé par un détecteur photométrique.
On considère
✄✪✩ ✌ le dispositif expérimental dont le schéma
✂✁ de principe est représenté figure 1.
L’échantillon ✔✭✬✣✮✘✯ la température est un solide opaque, cylindrique de section
dont on veut mesurer
circulaire ✚✜✛ et d’épaisseur ✫ . La paroi latérale de l’échantillon est supposée parfaitement
calorifugée par un corps athermane. La face supérieure (FS) de l’échantillon est à l’air libre de
✱✰
température .
L’air ainsi que tous les milieux traversés par les divers flux lumineux sont supposés parfaitement
✲✰
transparents. Tous les instruments de mesure sont supposés à la température constante . On
appelle ✳ , supposé constant, le coefficient de transmission thermique de surface entre (FS) et l’air
immobile à grande distance de (FS). La face inférieure (FI) de l’échantillon est en contact thermique
✂✁
parfait avec un thermostat de température constante .
Du fait de l’éclairage ambiant, le solide est soumis en permanence à un flux surfacique lumineux
parasite noté ✎✖✴✘✵ qui apporte au corps
✄✪✩ ✌ une très faible énergie thermique.
Les propriétés radiatives de sont modélisées par celles du corps noir.
On note ✶ la chaleur spécifique du solide, ✙ sa conductivité thermique et ✷ sa masse volumique.
Ces grandeurs seront supposées constantes.

1ère partie
Modélisation et mise en équation
✸✣✹✺✸✣✹ ✼★✻ ✽✿✾✲❀✢❁❂❀✢❁❄❃✍❅ ❁❇✻ ❆✂✾✲❈❉❃❉❈✪❊✲❋✿❁●✽✿❍✢❁■❋❑❏▲❈❉❆✂✾✢❁▼❈❉◆✲❈❖✽✿❈✪p✣❃

On considère tout d’abord la situation initiale où le solide n’est pas éclairé par le faisceau laser.
✢✁
Dans ces conditions le corps est en équilibre thermique à la température constante.

Épreuve de Physique II 1/6 Tournez la page S.V.P.


Concours National Commun – Session 2005 – Filière MP

disque opaque percé

✣✰ paroi athermane

✣✁
faisceau laser modulé
✁ ✁ ✁ FS FI
✄ ☛✍✌✢✔ ✄ ☛✍✌ ✫
Laser ✎ ✎ ✎ ✗
O
✄✪✩ ✌

filtre optique
e ur
ct
te
dé


Figure 1: Schéma de principe du dispositif expérimental. L’origine de l’axe est choisi sur la face
(FS).

✂☎✄ ✂☎✄ ✂☎✄✝✆✟✞✡✠☞☛✡✌✎✍✏✞☎✑ ✠


✂☎✄ ✂☎✄ ✂☎✄ ✂☎✄
Rappeler la définition du corps noir.
✂☎✄ ✂☎✄ ✂☎✄ ✒✓✄
Donner l’expression du flux hémisphérique surfacique total ✎✕✘✔✗✖ émis par le corps
,
noir de température thermodynamique . Comment appelle-t-on cette loi ?
✂☎✄ ✂☎✄ ✂☎✄ ✙✓✄
Quelles sont les conditions d’application de cette loi ?
✂☎✄ ✂☎✄ ✒✓✄✛✓✚✜ ✢✓✣ ✑ ✤ ✑ ✥✦✠★✧✪✩✬✫✡✧✡✠☞✭✮✑ ✢✓✣ ✧
✂☎✄ ✂☎✄ ✒✓✄ ✂☎✄
Rappeler l’expression de l’énergie interne massique ✯ d’un solide idéal en fonction
,
de la chaleur spécifique ✶ supposée constante, de la température thermodynamique et d’une

éventuelle constante ✯ .
✂☎✄ ✂☎✄ ✒✓✄ ✒✓✄ , ✁
La température initiale du solide étant supposée uniforme, montrer à l’aide d’un
,✖✁
bilan d’énergie détaillé que vérifie l’équation (1) :
✌ ✔✸✷
✰✲✱ ,✴✁ ✳ ✆ ,✴✰✶✳ ✵ ✤ ✳ ✄✺,✣✁ ✆ ,✣✰ ✆ ✎ ✴✘✵ (1)

avec ✰ la constante de S TEFAN.


✂☎✄ ✂☎✄ ✒✓✄ ✙✓✄ , ✁
Déduire de la faible valeur de ✎✂✴✘✵ que la température du corps est très légèrement
,✖✰
supérieure à la température ambiante .
✂☎✄ ✂☎✄ ✒✓✄ ✹✗✄
En utilisant le résultat de la question précédente, montrer que l’on peut linéariser
l’équation (1) sous la forme :
✺ ✰ ,✎✰ ✻ ✄ ,✣✁ ✆ ,✣✰ ✌ ✤ ✄ ,✣✁ ,✣✰ ✌ ✔✸✷
✳ ✆ ✆ ✎ ✴✘✵ (2)

Épreuve de Physique II 2/6 ✆ ✞


Concours National Commun – Session 2005 – Filière MP
✸✣✹✁✂ ✹ ✂ ❋❑❀✢❋✿❁✆☎ ❀✢❁✞✝✱❋✿+✣◆✲❀✢❁❇✾✢✟❋ ☎
! ✄

✂☎✄ ✒✓✄ ✂☎✄✡✠ ✑ ✤ ☛ ✍✌☞✎✍ ✧✏✚ ✍✡✧✡✠✑✏ ✑ ✧✪✧✏✍ ✠ ✧✒✚ ✏ ✑ ✭ ✧✔✓✕☛ ✠ ✑ ☛ ✥ ✤ ✧


✄✪✩ ✌
On considère le solide✔ ✟✡✠☞☛✍la✌ figure 1. On suppose que sa température est variable et peut
4 4☎✄ ✞✆ de
s’écrire sous la forme , du ✔✸fait
✷ d’un apport d’énergie thermique surfacique variable, à
l’interface entre (FS) et l’air libre, en 0 .
✂☎✄ ✒✓✄ ✂☎✄ ✂☎✄
En examinant les symétries
4☎✄✍✞✆ ✟★✠☞☛✍✌ et les conditions aux limites radiales
☛ du problème, mon-
trer que le champ des températures ne peut dépendre que du temps et d’une seule variable
spatiale que l’on précisera.
✂☎✄ ✒✓✄ ✂☎✄ ✒✓✄
Établir à partir d’un bilan détaillé d’énergie que l’équation vérifiée par la température
4
au sein de l’échantillon est donnée par :
✖ 4 ✘✔ ✗ ✖✆✙ 4
✖ ☛ ✖
0 ✙ (3)

avec la diffusivité thermique du solide, dont on donnera d’une part l’expression en fonction de ✷ , ✙
et ✶ et d’autre part l’unité dans le système international SI.
✂☎✄ ✒✓✄ ✂☎✄ ✙✓✄ ☛
On note ✚ la durée de l’expérience pendant laquelle on impose l’apport d’énergie
thermique à l’interface entre (FS) ✗ ☛
et l’air libre. En écrivant à partir de (3) une équation aux dimen-
sions, donner en fonction de et ✚ , l’expression de la longueur ✛✢✜ de pénétration de l’énergie
thermique par diffusion dans le solide.
✂☎✄ ✒✓✄ ✂☎✄ ✹✗✄ ✗ ✔ ✬ ✤✷ ✣✆✥✧✦✩★ ☛ ✔ ✷ ✠✓✫✬ ✪
On donne et ✚ . En déduire la valeur numérique de la longueur
de pénétration ✛✬✜ de l’énergie thermique dans l’échantillon.
✂☎✄ ✒✓✄ ✂☎✄ ✭✗✄ ✔ ✬✣✮✘✯
En comparant ✠☞la ✍
☛ ✢
✌ ✔
valeur numérique de ☛ ✛✮✜ à l’épaisseur ✫ de l’échantillon,
4☎✄ 0 ✯ 4✣✁
montrer que l’on a ✰ ✛✬✜ à chaque instant de l’expérience.
✂☎✄ ✒✓✄ ✒✓✄ ✜✟✱ ✧ ✩✲☞✎✍ ✣ ✍✴✳ ✣✶✵ ✤ ✣ ✭✮✑ ✍✡✧ ✣✶✵ ✑ ✍✸✷ ✑ ☞ ✧✏✍✡✩✹✓✕☛ ✠ ✑ ☛ ✥ ✤ ✧

On suppose maintenant que l’apport d’énergie thermique au niveau de la face supérieure (FS)
de l’échantillon est due au faisceau laser cylindrique qui illumine exactement la face (FS).
Le faisceau laser est modulé dans le temps à l’aide d’un hacheur optique constitué d’un disque
opaque percé de plusieurs orifices circulaires transparents de même section que le faisceau laser. Ce
disque mis en rotation uniforme à vitesse angulaire constante intercepte périodiquement le faisceau
(figure 1).
L’expression de la densité surfacique de puissance lumineuse transportée par le faisceau laser
modulé est donnée par : ✁ ✄ ☛✍✌✢✔ ✁ ✄ ☛✍✌
✎ ✎ ✗ (4)
On suppose que l’intensité lumineuse du faisceau laser est uniforme sur sa section.
✄ ☛✍✌
Seule la contribution variable du flux étant détectée ultérieurement, on se limite à la pulsation
fondamentale en écrivant la fonction modulante ✗ sous la forme :
✄ ☛✍✌✢✔▲✻✮ ✺✼✪✾✽ ✁ ☛
✗ (5)
✂☎✄ ✒✓✄ ✒✓✄ ✂☎✄ ✔❁❀✧❂
✟ ✔❄✂
La puissance lumineuse ❃ ✯
du✯ laser utilisé dans cette expérience est ✿ pour un✁
rayon du faisceau laser qui vaut . En déduire l’expression et la valeur numérique de ✎ .
Commenter cette valeur.
✂☎✄ ✒✓✄ ✒✓✄ ✒✓✄
✁ ✄ ☛✍✌ ☛
Représenter graphiquement l’allure de ✎ en fonction du temps .
✄✪✩ ✌
Lors de son interaction avec l’échantillon , la lumière du laser est absorbée par l’échantillon selon

Épreuve de Physique II 3/6 Tournez la page S.V.P.


Concours National Commun – Session 2005 – Filière MP

une loi exponentielle. La densité surfacique de puissance lumineuse absorbée par la matière est alors
donnée par :
✄ ✠☞☛✍✌✢✔ ✁ ✄ ☛✍✁✌ !✄✂✆☎✞✝ ✆
✎✖✏✓✒ ✎ ✗ (6)
✛✲✏✓✠✒ ✟
✁ ✔ ✬ ✩✷ ✣☛✡ ✯
avec ✎ et ✛✲✏✓✒ des constantes positives. On donne ✛ ✏✓✒ .
✂☎✄ ✒✓✄ ✒✓✄ ✙✓✄
Quel est le sens physique de la constante ✛ ✏✓✒ ?
✂☎✄ ✒✓✄ ✒✓✄ ✹✗✄ ✄✪✩ ✌
Comparer ✛ ✏✓✒ à l’épaisseur ✫ de l’échantillon . En déduire✠☞☛✍une
✄ ✌ représentation✌
✄✪✩
graphique✷ pertinente ✠ de la densité surfacique de puissance lumineuse ✎ ✏✓✒ absorbée par
pour ✌☞✎✍ ✫✄✏ .
✂☎✄ ✒✓✄ ✒✓✄ ✭✗✄

✄✪✩ Déduire des questions précédentes que l’équation (3) est encore valable lorsque
l’échantillon est illuminé par le faisceau laser modulé.

✹ ✓ ✆❁ ✻ ☎✖✕ ❃❉✾✑✽✿❈✗✕ ◆ ❁ ✽✞✘✆✕ ◆✲❀✲❈❖✽✿❈✗✕ ◆ ☎ F✣✾✚✙ ❃❉❈❉❏▲❈❖✽ ❁✆☎


✸✣✒✹ ✑✂✔
I☎✄ ✠☞☛✍✌ ✄✪✩ ✌
On cherche à résoudre l’équation (3) qui donne le champ des températures au sein de
lorsque le solide est éclairé par le faisceau laser modulé. Le faible flux parasite ✎ ✴✘✵ , la température
I✱✰ I✱✁
ambiante et la température du thermostat sont supposés avoir les mêmes valeurs que dans la
situation statique de la question 1 ✛ 1 ✛
I ✄ ✠☞☛✍✌
On pose la température absolue complexe sous la forme :
I ✄ ✠☞☛✍✌✲✢
✔ ✜ ✄ ✌✁!✄✂✆☎✤✁✣ ✽ ✁ ☛ ✤ I✣✁
(7)
✜ ✄ ✌ ✣✙ ✔ ✬ I☎✄ ✠☞☛✍✌✢✔✦✥ ✍ I ✄ ✠☞☛✍✌
avec✥ ❇✣ ✔✩★✫✪☛✬ uniquement,
une fonction a priori complexe de la position !✄✂✆☎ ✣✯✮ ✔✰★ ✆ ✄ ✬ et ✺✣ ✌ ✏
où désigne la partie réelle. On rappelle que ✧ ✭ ✙ et que ✆ ✳ ✭ ✙ ✆ .
✂☎✄ ✙✓✄ ✂☎✄ ✓✚✜ ✢✓✣ ☛✦✩ ✑ ✞ ✍ ☞ ✑ ✱ ✧✡✚ ✠★✧✏✍✡✩ ✑ ✧✡✤ ✤ ✧
✂☎✄ ✙✓✄ ✂☎✄ ✂☎✄ ✜ ✄ ✌
Déduire des relations (3) et (7) l’équation différentielle vérifiée par la fonction .
✂☎✄ ✙✓✄ ✂☎✄ ✒✓✄ ✜ ✄ ✌
En déduire que la fonction est de la forme
✜ ✄ ✌✢✢
✔ ✱ !✄✂✆☎✳✲ ✤✵✴ !✄✂✆☎ ✲

✱ ✴ ✲
avec et deux constantes a priori complexes, dont on ✽ ✁ ne demande
✗ pas l’expression ici et une
constante complexe que l’on exprimera en fonction de et de .
✂☎✄ ✙✓✄ ✒✓✄✝✆✟✞ ✍✸☞ ✑ ✩ ✑ ✞ ✍✡✌✮☛ ✣✶✵ ✤ ✑ ✭✮✑ ✩ ✧ ✌
✂☎✄ ✙✓✄ ✒✓✄ ✂☎✄ ✯ ✛✮✜ I☎✄ ✠☞☛✍✌
En ✌
✜ ✄ remarquant que la température de l’échantillon est finie, simplifier
l’expression de .
✂☎✄ ✙✓✄ ✒✓✄ ✒✓✄ I☎✄ ✠☞☛✍✌ I✑✰
✔ la
L’écart entre
I ✳ ✄ ✷ ☞
✠ ✍

température✌ I ✰ ✳
absolue et la température ambiante étant faible,
montrer que la partie ✎✷✶★ ✰ ✍ ✆ ✏ du flux radiatif surfacique hémisphérique ✎✸✶ de l’échantillon
peut se mettre sous la forme linéarisée :
✔ ✺ ✰ I✎✰ ✻ ✍ I☎✄ ✷ ✠☞☛✍✌ ✣I ✰
✎ ✶★ ✆ ✏ (8)
✂☎✄ ✙✓✄ ✒✓✄ ✙✓✄
✔✸✷ l’expression de chacun des courants volumiques d’énergie thermique exis-
Donner
tant à l’interface de l’échantillon.
✂☎✄ ✙✓✄ ✒✓✄ ✹✗✄ I☎✄ ✷ ✠☞☛✍✌ I✑✰ ✄✄✹✄✺ ✌ ✻✾✽ ✁ ✁ ✄ ☛✍✌
En déduire une équation de continuité faisant intervenir , , ✹✼✻ ,✎ et
✎ ✴✘✵ .

Épreuve de Physique II 4/6 ✆ ✞


Concours National Commun – Session 2005 – Filière MP

✂☎✄ ✙✓✄ ✒✓✄ ✭✗✄ ✜


En utilisant les résultats (2) et (8), montrer que la fonction obéit à l’équation de
continuité : ✜
✝✁! ✔ ✁ ✜ ✷❑✌
✆ ✙ ✎ ✆ ✳ ✘ ✄
! ' ✟ ✻✾✽ ✁ (9)

)✑✰
avec ✳ ✘ une constante dont on donnera l’expression en fonction de ✳ , ✰ et .

✂☎✄ ✙✓✄ ✒✓✄ ✂✓✄ ✴

✠ ✲
✗✕✔ ✬ ✩✷ ✣✆✥ ✦✩★ ✔ ❀✡✷ ❂
Déduire de ✣ ★ ✯ ✣ ✙
(9) ✔❁❃ ✠✆☎✞✝✠✟ ✬ ✷✩✣☛✡ ❂
l’expression de la constante ✣ ✳ ✯ ✣ ✙en fonction✔ ✬ ✷ ❂ ✯ ✣ ★ ✣ ★ )✣✰ .✔✌
de ✎ , ✳ ✙ et On☞✡✷✏donne

✄ ✰ ✄ ✄ ✄ et
✏ ✎
✍ ✁ ✙ ✮✒
✔ ✔ ❃
✡ ✏
✷ , ✷ ✒
✳ ✔
✑ ✓ ✛ ✛ , ✛ ✛ , ✙ ✛ ✛ ,
.
✂☎✄ ✙✓✄ ✒✓✄ ✕✓✄ ✥ ✲ ✲
✲ Montrer par un calcul

d’ordre de grandeur que ✳ ✘ ✙ ✗ ✖ ✖ , o ù ✖ ✖ désigne le module
de . En déduire finalement que peut s’écrire sous la forme
✁ ✘ ✗
✴ ✔ ✎ +✄✂✆☎ ✣✚✙
✽ ✁ ✆ ✺

✂☎✄ ✙✓✄ ✒✓✄ ✛✓✄ ✜ ✄ ✠☞☛✍✌✢✢✔ ✜ ✄ ✌✁+✄✂✆☎✤✻✣ ✽ ✁ ☛
En déduire que l’expression de ' ' peut se mettre sous la forme :
✁ ✘ ✗ ✘ ✽ ✁ ✘ ✽ ✁
✜ ✄ ✠☞☛✍✌✲✔ ✎
' ✽ ✁
+✄✂✆☎ ✝
❀✶✗ '
+✄✂✆☎✳✣ ✝✤✽ ✁ ☛ ✙
❀✶✗ ' ✆ ✺
✆ ✆
✙ ✟ ✟

✂☎✄ ✙✓✄ ✒✓✄ ✜✓✄ )☎✄ ☞✠ ☛✍✌


Donner finalement l’expression du champ des températures ' ✠☞✍☛ ✌ dans le solide
✪✄ ✩ ✌ )☎✄
. Discuter le sens physique de chacun des termes qui apparaissent dans ' . Vérifier qu’en
absence de faisceau laser on retrouve la situation statique.

2ème partie
Détection et analyse du signal
✄ ☛✍✌
Le signal ✛✣✏ délivré par le détecteur est proportionnel à la densité spectrale ✎✁✢✏ du flux
✄✪✩ ✌
hémisphérique surfacique partant de . Un dispositif optique non représenté permet de focaliser
ce flux sur le détecteur. Un filtre passe-bande optique idéal de longueur d’onde centrale ✙ et de

bande passante ✚✜✙ ✙ ne laisse❀ passer que ❀la fraction d’énergie lumineuse dont la longueur
✤ ✄ ✌
d’onde est comprise entre ✙ ✆ ✚✜✙✤✣ et ✙ ✚✜✙✤✣ avec un coefficient de transmission ✥ ✙ égal à 1
dans cet intervalle de longueur d’onde.

1✂✹✺✸✣✧
✹ ✦ ❁ ✻ ✽ ❁ ✘ ✽✿✗❈ ✕ ◆ ❀✲✾ ☎ ❈ ✝ ◆✢L✣❃

✒✓✄ ✂☎✄ ✂☎✩


✄ ★ ✧✏✍✡✌✬✑ ✩ ✪
✧ ✚ ✌ ☛☎✧✕✷ ✩ ✠ ☛✏✤ ✧
✒✓✄ ✂☎✄ ✂☎✄ ✂☎✄ ✄ ✌
Représenter graphiquement l’allure du coefficient de transmission ✥ ✙ du filtre en
fonction de ✙ .
On rappelle que la densité spectrale ✎✪✢✏ du corps noir obéit à la loi de P LANCK.
✒✓✄ ✂☎✄ ✂☎✄ ✒✓✄
Rappeler la loi de Planck du rayonnement du corps noir.
✒✓✄ ✂☎✄ ✂☎✄ ✙✓✄ ✹
Montrer que ✹✄✺ ✗✎ ✢✏ peut s’écrire sous la forme :
✖ +✄✂✆☎✭✬
✎✗✏✢ ✔ ✫ ✏ ✺
✖ ) ✥ ) ✙ ✱ +✄✂✆☎✭✬ ✬ ✵ ✙
✙ ✏ ✺ ✆

avec ✫ et ✮ des constantes positives dont on donnera les expressions.

Épreuve de Physique II 5/6 Tournez la page S.V.P.


Concours National Commun – Session 2005 – Filière MP

✒✓✄ ✂☎✄ ✒✓✄ ✁! ✑ ✏✓✍✸☛✏✤✤☞ ✧✡✚ ✤ ✑ ✓✡✠ ✧ ✚ ☛✸☛ ✠ ✤ ✧✴☞ ✧ ✚ ✩ ✧✕✷ ✩ ✧ ✣ ✠


On note désormais ✎ ✢✏ ✲✛ ✏ , avec ✄# ✌ ✔ ✄# ✌ # ✔ #✣✁ ✤ ✚ #☎✄ ✷ ✠☞☛✍✌ et ✚ #☎✄
✷ ✠☞☛✍✌ ✥ #✣✁
. Le signal délivré

✄✂
par le détecteur peut se mettre sous la forme :
☛✍✌✢✔ ✌ ✌
✛ ✏ ✄ ✏✒✥ ✄ ✙ ✲✛ ✏ ✄ # ✚✜✙

(10)

avec ✏ la détectivité spectrale du détecteur, que nous supposerons constante dans tout le domaine
spectrale étudié.
☛✍✌
✒✓✄ ✂☎✄ ✒✓✄ ✂☎✄
✛✑✏ ✄
✆☎✄✂ ✏ ✝ ✛✲✏ ✄ #✣✁ ✌ ✤
En utilisant les résultats des questions précédentes, montrer que le signal peut
s’écrire : ✖
☛✍✌ ✷ ✠☞☛✍✌ ✛✲✏
✛ ✏ ✄ ✚ #☎✄ ✖ #
✟✞ ✚✜✙

✺ ✽ ✺


✒✓✄ ✂☎✄ ✒✓✄ ✒✓✄
du signal ✛✣✏
✄ ☛✍✌ Un dispositif de détection synchrone que nous n’étudierons ✽ ✁ pas, permet d’extraire

✡✠
uniquement la composante variable de☛✍✌ même pulsation que le hacheur optique.
Donner dans ces conditions l’expression du signal ✛ ✏
✄ délivré par le détecteur synchrone.
☞☛ ◆✢:✣✍❃ ✌ ☎ ❁❂❀✲✾
,✂✁✹ ,✂✹ ☎ ❈✝ ◆✢:✣❃
On utilise successivement deux filtres optiques idéaux différents, de longueurs d’onde centrales
respectives ✙ et ✙ ✙ et d’étendues spectrales respectives☛✍✌ ✚✜✙ et ☛✍✌ ✚✜✙ ✙ . On mesure successivement les
✎✑✠ ✏ ✒✔✠ ✓ ✕✠ ✒✠
✆✑✠ ✑✏ ✏ ✒✔✠ ✓ ✔✓
✄ ✄
★ ★

valeurs efficaces ✛ ✏ et ✛ ✏ des signaux respectifs ✛ ✏ et ✛ ✏ délivrés par le détecteur synchrone.


✛ ✛ #✖✁ de
Montrer que le rapport✌
✄✪✩ . des valeurs efficaces ✏ et ✏ permet de mesurer la température
la surface du solide

F IN DE L’ ÉPREUVE

Épreuve de Physique II 6/6 F IN

Vous aimerez peut-être aussi