Vous êtes sur la page 1sur 11

La relation entre le capital et le risque bancaire: des preuves de la Tunisie

Titre provisoire

Rédigé par : Dhahri Nourhen

Identification 

Nom : Dhahri

Prénom : Nourhen

Adresse : Citée Ennour Gafsa 2100

Dernier diplôme : Mastère en monnaie, finance et développement

Dhahri Nourhen
La relation entre le capital et le risque bancaire: des preuves de la Tunisie

Thème de mémoire de recherche de mastère : Les normes prudentielles : Etude d’impact


sur la solvabilité bancaire

Mention : Très bien

Projet du thème de la thèse : Réglementation prudentielle et risque bancaire : incidence de la


structure et du niveau du capital réglementaire

1. Introduction

Le capital est important dans le secteur bancaire. Elle peut financer leurs investissements et
réduire les risques de faillite. Mais la relation entre le capital et le risque bancaire est
ambiguë. Certains chercheurs suggèrent que le capital augmente le risque, d’autres estiment
que le capital réduit le risque.

De plus, cette relation dépend de la réglementation (capital requis) et du type de risque. Les
premières études portant sur l’influence des exigences de fonds propres sur la solvabilité des
banques, Kahane (1977), Kareben et Wallace (1978) Sharpe (1977), ont montré que les
banques étaient incitées à prendre davantage de risques.

De plus, Kohen et Santomero (1980), Kim et Santomero (1988) ont montré que la régulation
du capital peut augmenter la prise de risque de la banque.En effet, Santos (1999) a montré
qu'une augmentation du capital requis encourageait négativement la prise de risque de la
banque (risque réduit d'insolvabilité bancaire). D'autre part, Kendall (1992) a montré qu'une
exigence de capital plus élevée peut parfois entraîner un comportement plus risqué de la
banque, mais cela n'implique pas une tendance vers un système bancaire plus risqué.

Plus récemment, Abba et al. (2013), Fatnassi et al. (2014), Gosh (2014) a mis en évidence une
relation significative entre le capital et le risque bancaire. Par conséquent, la relation entre le
capital et le risque bancaire est intéressante à étudier. Dans le cadre de cet article, nous
discuterons de cette relation pour 18 banques tunisiennes sur la période 2000-2010, nous
adopterons une méthodologie composée de 3 sections. Le premier est consacré à la revue de
littérature, le second est lié à l’étude empirique, enfin, nous en tirerons une conclusion.

Problématique de la recherche

Quel est l’impact de la relation entre le capital et le risque bancaire ?

2. Revue de la littérature :

Dhahri Nourhen
La relation entre le capital et le risque bancaire: des preuves de la Tunisie

Plusieurs études ont exploré la relation entre le capital et le risque bancaire. Aggrawal et
Jacques (2001) ont constaté une relation positive et significative entre l'évolution du niveau de
capital et le risque des banques américaines sur les périodes (1984-1987) et (1993-1997).

Rim (2001) a publié cette relation dans le cas des banques suisses. Une relation positive entre
le niveau de capital et de risque de la banque suppose que les banques ont un niveau de risque
élevé et qu’elles essaieront d’augmenter leur capital pour ne pas être pénalisées, mais
également que les banques à niveau de capital élevé se livreront à des activités similaires.

Mais VANROY (2003), Godlewski (2004) ont constaté que les variations du capital et du
risque étaient négativement corrélées. Leurs résultats ne confirment pas ceux de Santomero
(2003) selon lesquels les banques choisissent un portefeuille plus risqué pour compenser la
perte indirecte par un endettement moindre.

De plus, Barth et al. (2004) ont montré que, même si des exigences de fonds propres plus
strictes sont associées à certains prêts non productifs, la relation entre les fonds propres
réglementaires et les crises bancaires n'est pas forte (ce résultat est obtenu après contrôle
d'autres politiques réglementaires et supervisions).

Marshall et Prescott (2000) ont également constaté que le besoin de capital réduisait la
probabilité de défaillance et le risque du portefeuille. Roy (2003) a étudié l'impact de la
réglementation des fonds propres sur la prise de risque par les banques commerciales de 7
pays européens. Il a constaté que l'évolution du capital et du risque de crédit est associée au
changement sur la période (1998-2003). De plus, Leaven et Levine (2009) ont analysé un
échantillon de banques de 48 pays au cours de la période (1996-2001) et ont constaté que les
besoins en capital et des restrictions plus strictes sur les activités de la banque sont associées à
un risque plus élevé pour les banques dotées d'actionnaires puissants.

Mais l'inverse est vrai dans le cas d'une banque très répandue lorsque la domination des
actionnaires est très élevée.

D'autre part, Partick, Reinhard, Ruxie (2009) ont étudié l'effet du capital réglementaire sur le
comportement de prise de risque des banques commerciales. Ils ont observé que différentes
réglementations dépendaient des structures de marché des capitaux du secteur bancaire.

Au niveau de la concentration du marché, la réglementation des capitaux modifie


efficacement la prise de risque de la banque car la valeur de la concession est faible et les

Dhahri Nourhen
La relation entre le capital et le risque bancaire: des preuves de la Tunisie

banques sont incitées à mettre en œuvre des stratégies risquées pour accroître la valeur de
leurs franchises.

Lorsque la valeur de la concession est forte, l’effet de la réglementation des fonds propres sur
le risque bancaire est ambigu, car les banques n’ont pas ces incitations. En effet, la littérature
montre que les règles d’adéquation des fonds propres ont un impact sur le comportement des
banques de deux manières. Premièrement, l’instauration de règles d’adéquation des fonds
propres renforcera le capital de la banque et améliorera la protection des banques contre les
chocs négatifs. En outre, le niveau de fonds propres fixait aux normes des exigences de fonds
propres élevées pour les prêts au secteur privé, ainsi que pour les prêts au secteur public. Heid
(2007) a étudié le problème du capital, les cycles de crédit bancaire et leurs effets sur la
macroéconomie en général. Il a constaté que les exigences minimales de fonds propres
imposées aux banques renforcent la réglementation de Bâle 2, qui joue un rôle essentiel dans
la réduction de la volatilité des exigences de fonds propres.

Dans le contexte tunisien, Bouri et Ben Hmida (2006) ont utilisé des équations simultanées
pour montrer que la relation entre les variations du capital et du risque est dynamique et
multidimensionnelle et reflète une modification du comportement des banques étudiée non
seulement pour adapter la réglementation mais aussi les risques qui menacent l'intermédiation
bancaire.

De leur côté, Terhi et Alistair (2010) ont étudié un échantillon de banques américaines entre
(1986 et 2008). Ils ont examiné cette relation entre les ajustements de capital et de risque dans
les portefeuilles de la banque. Ils ont constaté que cette relation est positive.

Whyove et al. (2010) ont analysé un échantillon de 99 banques sur la période (2004-2007). Ils
ont constaté qu'un niveau de capital plus élevé est associé à plus de risque et de rentabilité.
Betty et Gron (2001) ont examiné un échantillon de banques américaines (entre 1986 et
1995). Ils ont montré que la réglementation des capitaux avait un effet significatif sur la
réduction du niveau de capital dans certaines banques mais pas dans d'autres. En outre,
Fatnassi, Hasnaoui, Ftiti (2014) ont étudié 13 banques dans les pays du CCG sur la période
(2003-2011). Ils ont constaté que les banques très capitalisées sont plus risquées. En regardant
les données asiatiques, Agusman et al. (2008) ont étudié 46 banques et ont découvert une
relation négative entre (fonds propres / total des actifs) et le risque, mais cette relation n'est
pas significative.

Dhahri Nourhen
La relation entre le capital et le risque bancaire: des preuves de la Tunisie

Lee et Hsieh (2013) ont examiné l'existence d'une relation positive entre le capital et le risque
en examinant un grand nombre de données de 2 276 banques asiatiques dans 42 pays. Haq et
Heaney (2012) ont étudié un panel de 117 banques dans 15 pays européens au cours de la
période (1996-2011). Ils ont découvert une relation entre le capital et le risque bancaire.

Ils ont montré que le risque bancaire diminuait initialement avec l'augmentation du capital
bancaire, au point que l'augmentation de capital augmente. En outre, Athansoglou (2011) a
examiné la relation simultanée entre le capital et le risque d'une banque. Il a utilisé un panel
non équilibré de banques SEE de (2001-2009). Un résultat clé pour l’ensemble de
l’échantillon de banque est la relation positive entre le capital réglementaire et le risque.
Cependant, une relation à double sens positive entre le capital réglementaire et le risque n'a
été constatée que dans les banques dont la capitalisation est insuffisante, ce qui a également
considérablement accru leur risque en 2009. Données utilisées pour plus de 100 banques des
pays du CCG pour (1996-2011), Gosh (2014) testé la relation entre risque et capital. Le risque
est mesuré par le Zscore, tandis que le capital est calculé en tant que rapport des fonds propres
aux actifs. Les résultats indiquent que les banques augmentent généralement le capital en
réponse à une augmentation du risque et non l'inverse.

Abba et al. (2013) ont étudié un échantillon de 22 banques du Nigeria (2007-2011). Ils ont
constaté qu'il existait une relation négative aussi significative entre le ratio de risque et
d'adéquation des fonds propres des banques, ce qui signifie que lorsque le niveau de risque
augmente, le ratio de suffisance des fonds propres diminue dans le secteur bancaire nigérian.

Ayaydin et Kkarakaya (2014) ont étudié 23 banques commerciales turques sur la période
(2003-2011). Ils trouvent des preuves que l'effet de l'augmentation du capital bancaire sur le
risque est significativement positif et négatif, ce qui soutient les hypothèses de régulation et
les hypothèses de risque moral, respectivement. Gual (2011) a examiné les arguments
théoriques et empiriques à la base de l'augmentation des exigences de fonds propres proposée
par le règlement Bâle 3. Il est prouvé que les nouvelles réglementations réduiront
vraisemblablement les risques pris par le secteur bancaire et que l’augmentation des exigences
de fonds propres entraînera vraisemblablement une augmentation des coûts de financement
pour le secteur, avec des conséquences néfastes pour l’économie réelle.

Hishamuddin et al. (2014) ont étudié les banques en Malaisie de décembre 2006 à octobre
2013. Ils ont constaté qu'une forte croissance du capital et des réserves de fonds propres

Dhahri Nourhen
La relation entre le capital et le risque bancaire: des preuves de la Tunisie

offrent aux banques malaisiennes un coussin supplémentaire pour la poursuite d'activités de


financement relativement risquées.

Dao et Ankinbrand (2014) ont étudié les banques au Vietnam. Ils ont constaté que le risque
est positivement lié au capital.

3. les aspects méthodologiques


3.1La présentation de l’échantillon

Nous utiliserons un échantillon de 18 banques appartenant à l’association professionnelle des


banques à Tunis pour la période 2000-2020.

Tableau 1. Échantillon de banques

Indice de Nom de la banque


banque
AB Amen Bank
ABC Arab Banking Corporation
ATB Arab Tunisian Bank
Banque Attijari Banque Atiijari de Tunisie
BH Banque de l’Habitat
BT Banque de Tunisie
BTE Banque de Tunisie et des Émirats
BIAT Banque internationale arabe de Tunisie
BNA Banque nationale agricole
BTS Banque tunisienne de solidarité
BTL La Banque tuniso-libyenne
CB Citi-Bank Tunis
STB Société tunisienne de banque
SB Stusid Bank
QNB Qatar National Bank
UBCI Union Bancaire Commerce et Industrie
UIB Union Internationale de Banques
BTK Banque Tuniso-Koweitienne
Nous allons utiliser le panneau statique car nous avons des banques individuelles en fonction
du nombre d'années (2000 ..... 2010). Également pour contrôler l'hétérogénéité des individus
(Pirott, 2011).

3.2. La mesure des variables et les hypothèses de l’étude


a. La variable dépendante

Risk=¿) ²

Dhahri Nourhen
La relation entre le capital et le risque bancaire: des preuves de la Tunisie

Risque = risque d'insolvabilité d'une banque (Teresa & Dolores, 2008).

σ (ROA) = écart type du rendement des actifs;

E (ROA) = espérance de rendement sur les actifs;

b. Les variables indépendantes


1. Taille = logarithme de l'actif total;

La taille montre la capacité de la banque à gagner et à prendre des risques. Les grandes
banques peuvent diversifier leurs activités, ce qui réduit le risque bancaire.

H1 : La taille a un effet négatif sur le risque bancaire

2. CAP = capitaux propres / total des actifs;

CAP montrer la capitalisation de la banque. Généralement, plus de capital peut faire face au
choc et à des risques excessifs.

H2 : Les capitaux propres a un effet négatif sur le risque bancaire

3. TLA = total des prêts / total des actifs;

TLA indique le pourcentage de prêts par rapport au total des actifs. TLA indique le pouvoir de
marché de la banque en matière d’octroi de crédit. Plus le TLA augmente, plus le risque
augmente.

H3 : Le total des prêts a un effet positif sur le risque bancaire

4. ROA = bénéfice net / total des actifs;

Le résultat net montre le bénéfice réalisé par la banque après les opérations de marché, les
opérations avec les clients montrent également la rentabilité de la banque. Plus le ROA
augmente, la banque peut être exposée au risque.

H4 : Rendement des actifs a un effet positif sur le risque bancaire

5. ROE = résultat net / capitaux propres;

Le ROE montre la rentabilité des fonds propres. Il est important de voir le point de vue des
actionnaires.

H5 : Rendement des fonds propres ont un impact négatif sur le risque bancaire

Dhahri Nourhen
La relation entre le capital et le risque bancaire: des preuves de la Tunisie

6. CEA = dépenses d'exploitation / total des actifs;

Le CEA présente la part des charges d’exploitation par rapport au total des actifs. Plus le CEA
augmente, plus le risque bancaire augmente, ce qui pousse les banques à réduire leurs
dépenses opérationnelles pour une gestion efficace.

H6 : Les charges d’exploitation ont un effet positif sur le risque bancaire.

7. T dépôt = total des dépôts / total des actifs;

T dépôt indique la part des dépôts par rapport au total des actifs. Habituellement, les dépôts
servent à financer des opérations de crédit.

H7 : Les dépôts ont un effet positif sur le risque bancaire.

8. CPC = équité / total des prêts;

CPC montre la part du capital dans les opérations de crédits. Le CPC doit être faible pour
réduire le risque de crédit.

H8 : la part du capital dans les opérations de crédits a un effet positif sur le risque
bancaire

9. CFC = dépenses financières / total des prêts;

CFC montre la part des charges financières sur le total des crédits.

H9 : Les frais financiers ont un effet négatif sur le risque bancaire

10. ALA = liquidités / total des actifs;

ALA montre la part des actifs liquides dans le total des actifs.

H10 : Liquidité a un effet positif sur le risque bancaire.

11. TPIB = taux de croissance du PIB.

H11 : La croissance du PIB a un effet positif sur le risque bancaire

12. TINF = taux d'inflation.

H12 : L'inflation a un effet positif sur le risque bancaire.

a. Le modèle à tester
Le modèle étudié est:

Dhahri Nourhen
La relation entre le capital et le risque bancaire: des preuves de la Tunisie

Risk=α 0+ α 1 Taillei ,t + α 2 CAPi , t +α 3 TLA i , t +α 4 ROA i ,t +α 5 ROE i ,t + α 6 CEA i ,t + α 7 T . dépot i ,t +α 8 CPCi , t +α 9 CFC i
+ ε i ,t

Avec :
i : c’est une dimension individuelle qui indique le nombre des banques
t : c’est une dimension temporelle qui représente la période d'étude

α 0 ,α 1 ,α 2 , α 3 , α 4 , α 5 , α 6 , α 7 , α 8 , α 9 , α 10 , α 11 ,α 12: Paramètres à estimer

Taillei , t: Représente la taille de la banque i à l’année t


CAP i ,t : Montre la capitalisation de la banque i à l’année t
TLA i , t: Total des prêts de la banque i à l’année t
ROA i ,t : Désigne le rendement des actifs pour la banque i à l’année t
ROEi , t : Montre la rentabilité des capitaux de la banque i à l’année t
CEA i ,t : Représente les charges d’exploitation de la banque i à l’année t
T . dépot : Indique les dépôts de la banque i à l’année t
CPC i ,t : C’est la part du capital dans les opérations de crédits de la banque i à l’année t
CFC i ,t : Les charges financières de la banque i à l’année t
ALA i ,t : C’est les actifs liquides de la banque i à l’année t
TPIBi ,t : Taux de croissance du PIB de la banque i à l’année t
TINF i, t : Taux d'inflation de la banque i à l’année t
ε i ,t : Désigne le terme d’erreur

 Abba, G. O., Zadrariah, P., & Ingang, E. E. (2013). Capital adequacy ratio and
banking risk in the Nigerian money deposit banks. Research Journal of Finance and
Accounting, 4(17), 17-25.
 Aggrawal, R., & Jacques, K. (2001). The impact of FDICIA and prompt corrective
action on bank capital and risk: Estimates using a simultaneous equations model.
Journal of Banking and Finance, 25, 1139-1160.
 Agusman, A., Monroe, G. S., Gasbarro, D., & Zumwalt, J. K. (2008). Accounting and
capital market measures of risk: Evidence from Asian banks during (1998-2003).
Journal of Banking and Finance, 480-488.

Dhahri Nourhen
La relation entre le capital et le risque bancaire: des preuves de la Tunisie

 Athansoglou, P. P. (2011). Bank capital and risk in the South Eastern European
region (pp. 5-38). Retrieved from http://www.bankofgreece.gr
 Ayadin, N., & Karakaya, A. (2014). The effect of bank capital on profitability and risk
in Turkish banks. International Journal of Business and Social Sciences, 5(1), 252-
271.
 Baltagi, H. B., Fingleton, B., & Pirott, A. (2014). Estimating and forecasting with a
dynamic spatial: Panel data model. Oxford Bulletin of Economics and Statistics, 76(1),
112-124.
 Beatty, A., & Gron, A. (2011). Capital, portfolio and growth: Bank behavior under
risk based capital guidelines. Journal of Financial Services Research, 20(1), 5-31.
 Bourbonnais, R. (2009). Econométrie. Retrieved from http://www.numilog.com
 Bouri, A., & Ben Hmida, A. (2006). Capital and risk taking of banks under
regulation: A simultaneous equation approach in the Tunisian context. Sixième
congrés international de l’AFFI, Finance d’entreprise et finance de marché, quelles
complémentarités? Tunisia 2006.
 Calem, P., & Rob, R. (1999). The impact of capital based regulation on bank risk
taking. Journal of Financial Intermediation, 8, 317-352.
http://dx.doi.org/10.1006/jfin.1999.0276
 Dao, B. H., & Ankenbrand, T. (2014). Capital adequacy and banking risk: An
empirical study of Vietnamese banks. Retrieved from http://papers.ssrn.com
 Editz, T., Michael, I., & Perrandin, W. (1998). The impact of capital requirement on
UK bank behavior. Reserve Bank of New York Policy Review, 4(3), 15-22.
 Fatnassi, I., Hasnaoui, H., & Ftiti, Z. (2014). The impact of bank capital on
profitability and risk in GCC countries: Islamic vs conventional.
 Ghosh, S. (2014). Risk, capital and financial crises: Evidence from GCC banks. Borsa
Istanbul Review, 14(3), 145-157. http://dx.doi.org/10.1016/j.bir.2014.06.003
 Godlewski, C. J. (2004). Capital regulation and credit risk taking: Empirical evidence
from banks in emerging market economies.
 Hakimi, A., Dkhili, H., & Khlaifia, W. (2012). Universal banking and credit risk:
Evidence from Tunisia International Journal of Economics and Financial Issues, 2(4),
496-504.
 Haq, M., & Heaney, R. (2012). Factors determining European bank risk. Journal of
International Financial Market Institutions, and Money, 22, 696-718.
http://dx.doi.org/10.1016/j.intfin.2012.04.003
 Heid, F. (2007). Cyclical implication of minimum capital requirements. Journal of
Banking and Finance, 31, 3885-3900.
 Jacques, K., & Nigro, P. (1997). Risk based capital, portfolio risk, and bank capital: A
simultaneous equations approach. Journal of Economics and Business, 49(6), 533-547.
 Jokibi, T., & Milne, A. (2011). Bank capital buffer and risk adjustments decisions.
Journal of Financial Stability, 7(3), 165-178.
http://dx.doi.org/10.1016/j.jfs.2010.02.002
 Kahane, Y. (1977). Capital adequacy and the regulation of financial intermediaries.
Journal of Banking and Finance, 1, 207-218. http://dx.doi.org/10.1016/0378-
4266(77)90007-3
 Kareken, J. H., & Wallace, N. (1978). Deposit insurance and bank regulation: A
partial–equilibrium exposition. Journal of Business, 51, 413-438.
http://dx.doi.org/10.1086/296006
 Kim, D., & Santomero, A. M. (1988). Risk in banking and capital regulation. Journal
of Finance, 43, 1219-1233.

Dhahri Nourhen
La relation entre le capital et le risque bancaire: des preuves de la Tunisie

 Laeven, L., & Levine, R. (2009). Bank governance, regulation and risk taking.
Journal of Financial Economics, 4. http://dx.doi.org/10.1016/j.jfineco.2008.09.003
 Lee, C. C., & Hsieh, M. F. (2013). The impact of bank capital on profitability and risk
in Asian banking. Journal of International Money and Finance, 32, 251-284.
http://dx.doi.org/10.1016/j.jimonfin.2012.04.013
 Lin, S. L., Hwang, D. Y., Wang, K. L., & Xie, Z. W. (2013). Banking capital and risk
taking adjustment under capital regulation: The role of financial freedom,
concentration and governance control. International Journal of Management,
Economics and Social Sciences, 2(2), 99-128.
 Marshall, D. A., & Prescott, E. S. (2000). Bank capital requirement with and without
state contingent penalties. Working paper series.
 Porter, R. L. (2009). The impact of bank capital requirement on bank risk: An
econometric puzzle and a proposed solution. Banks and Banks systems, 4(1), 55-61.
 Salked, M. (2011). Determinants of bank’s total risk: Accounting ratios and
macroeconomic indicators.
 Santos, J. A. (1999). Bank capital and equity investment regulation. Journal of
Banking and Finance, 23, 1095-1120. http://dx.doi.org/10.1016/S0378-
4266(98)00132-0
 Sharp, W. F. (1977). Bank capital adequacy, deposit insurance and security values.
NBER working paper, 209. Shrieves, R. E., & Dahl, D. (1992). The relationship
between risk and capital in commercial banks. Journal of Banking and Finance,
16(2), 439-457. http://dx.doi.org/10.1016/0378-4266(92)90024-T
 Teresa, G., & Dolores, R. M. (2008). Risk taking behavior and ownership in the
banking industry: The Spanish evidence. Journal of Economics and Business, 60(4),
125-148.
 Zribi, N., & Boujelbène, Y. (2011). The factors influencing bank credit risk: The case
of Tunisia. Journal of Accounting and Taxation, 3(4), 70-78.

Dhahri Nourhen

Vous aimerez peut-être aussi