Vous êtes sur la page 1sur 20

la lettre n 3 / printemps 2002

de l’ Académie des sciences

& Longévité
Vieillissement
la lettre n 3 / printemps 2002 0

de l’ Académie des sciences

Sommaire verte, comme exercice et plaisir de l’es-


prit, mais l’exigence est plus haute: véri-
fier à notre échelle humaine – tempo-
Éditorial
rellement et socialement définie -
La recherche fondamentale douter, remettre les données acquises
et le devoir
de communiquer en discussion et souvent, à nouveau, en
Étienne-Émile Baulieu chantier.
page 2 Avancer toujours plus, ce que fait
l’Homme en dépit de son côté nihiliste
Dossier et destructeur dont les années que nous
Longévité et vieillissement :
Editorial venons de vivre ont montré la force
effrayante. Cependant, la meilleure con-
aspects scientifiques, médicaux
et sociaux

L
e plus important comprendre, naissance de l’Univers cosmique, les société afin de préparer les prises de
Étienne-Émile Baulieu
et si possible évaluer : tel est transmissions quasi instantanées, l’aug-
position de l’Académie sur les grandes
page 3
l'enjeu de la communication. mentation explosive de la longévité questions en débat; plusieurs confrères
Biologie du vieillissement Les questions scientifiques naissent de signent la réussite de notre espèce qui,
ont déjà entrepris cette réflexion indis-
Entretien avec Richard A. Miller par Paul Caro
page 7 deux sortes de préoccupations. D’une jusqu’à présent, a évité les dangers les
pensable. L’autre (Délégation à l’infor-
part, le comment et le pourquoi, liés à la plus graves: les anciens n’attribuaient
mation scientifique et à la communica-
Aspects médicaux et sociaux
curiosité pour les phénomènes naturels pas plus de pouvoir aux dieux. Quelles
tion) a pour mission de présenter aux
du vieillissement
Maurice Tubiana inexpliqués et, parfois, pour la seule que soient leurs craintes – au demeu-média nationaux et internationaux les
page 9 raison qu’on peut (qu’on doit) persévérer rant naturelles et qui nous aident à découvertes de nos chercheurs et les
sans limite dans le raisonnement et l’hy- définir les valeurs humaines - ce sont
réflexions de l’Académie, les conclusions
atteintes par les réunions
Actualités du passé
que nous organisons ; elle
Mystification à l’Académie
n’hésitera pas à les trans-
des sciences
Jean-Paul Poirier
page 10 La recherche fondamentale mettre aux autorités civiles,
politiques et administratives,

Questions d’actualité
et le devoir de communiquer aux sociétés savantes et aux
organismes de recherche.
Le Bureau s’efforcera de
Les neutrinos, omniprésents Une responsabilité prioritaire de l’Académie: favoriser obstinément
et insaisissables mettre tous les moyens
Michel Davier la recherche fondamentale et la faire connaître. nécessaires et personnels à
page 12 la disposition des confrères
Les matériaux vieillissent aussi… impliqués dans cette tâche.
André Zaoui pothèse. D’autre part, le pour qui, selon bien les hommes qui découvrent et Cette ouverture devrait permettre de
page 14 la nature du résultat et ses consé- maîtrisent la nature, et c’est à l’activité gagner la confiance du plus grand
quences sur les hommes et les autres scientifique que l’on doit les plus impor- nombre de nos concitoyens dans nos
La vie des séances organismes vivants, animaux et végé- tants changements du destin de l’hu- travaux scientifiques, dans la science en
Interaction homme-machine. taux, et sur les composantes matérielles manité. Cette science est le bien général et, par là même, de contribuer
Quelques aspects et énergétiques de l’Univers. L’hypothèse commun de tous; à tous de le savoir, de à l’équilibre des activités de la société
Éric Spitz et Philippe Coiffet a sa place comme instrument de décou- le comprendre, et à l’Académie des qui en dépendent presque directement,
page 17 sciences de tout “donner à voir” (Paul qu’il s’agisse des questions biomédicales
Les phénomènes aux interfaces Eluard), depuis la racine fondamentale – les aliments, les cellules souches, la
et les Géosciences jusqu’aux applications matérielles et à reproduction, le bio-terrorisme…, ou
Jean Maurice Cases
leurs conséquences morales. encore de l’écologie, des énergies, de
page 19
Pour ces raisons, notre compagnie a l’eau disponible…
choisi d’ajouter à l’indispensable (et très Du grain à moudre pour l’Académie 
La vie de l’Académie active) Délégation aux relations inter-
Relations avec l’Académie nationales, deux nouvelles formations
des sciences du Sénégal opérationnelles avec chacune à leur tête
Yves Quéré
un(e) confrère (sœur) élu(e) en comité
page 20
secret. Pour l’une (groupe Science et
L’enseignement en Bolivie Société), il s’agit de réunir les données
Yves Quéré
page 20 principales de la science en marche et
de les confronter aux problèmes de la
Élections d’Associés étrangers
par Étienne-Émile Baulieu
page 20
Vice-président de l’Académie des
sciences,Professeur au Collège
de France
Carnet
La Grande médaille d’or 2001
de l’Académie des sciences
page 20

2
Dossier

L
e vieillissement ne concerne plus seulement l’individu mais la société toute
entière. Les chercheurs, au premier chef ceux des domaines biomédicaux, ont
une responsabilité primordiale pour que soient prévenues et éventuellement
traitées les maladies liées à l’âge. Il est nécessaire que les responsables politiques
dégagent les moyens nécessaires pour permettre de mieux comprendre la longé-
vité et le vieillissement, et tout ce qui peut en découler médi-
calement : sans bonne santé physique et mentale des

&
personnes âgées, on

Longévité court à la catastrophe


pour chaque individu

vieillissement: et pour la collectivité


humaine tout entière –

aspects scientifiques, alors que les progrès


exceptionnels des
sciences biomédicales
médicaux et sociaux peuvent être mises en
œuvre dès à présent.
Il n’est que temps de s’en occuper. L’Académie des sciences, l’Académie des sciences
morales et politiques, l’Académie nationale de médecine et l’Academy of Medical
Sciences of the United Kingdom se sont réunies pour organiser un colloque qui s’est
1
tenu les 29 et 30 octobre 2001 et qui a été suivi par plusieurs centaines d’auditeurs.

Par Étienne-Émile Baulieu 2

Q uelle période extraordinaire, au


plein sens du terme! Jamais, dans
l'histoire des hommes, n’a été enregistré
autres pays industrialisés, et transpo-
sables dans leur mouvement aux pays
en développement. Une première consé-
raine de la longévité humaine en parti-
culier. Nous ne faisons que reprendre ici
les principaux thèmes traités par les
un accroissement de la longévité aussi quence, en dépit du ralentissement du participants, en ajoutant quelques consi-
important – trois mois chaque année de nombre des naissances d’ailleurs encore dérations personnelles permettant de
façon soutenue pendant plusieurs trop élevé: la population mondiale conti- donner une meilleure vue d’ensemble
décennies et apparemment sans ralen- nuera à augmenter de 90 millions par aux lecteurs.
tissement annoncé – si bien que plus de an pendant encore plusieurs décennies.
50 % des femmes, actuellement, attei- Que de nouvelles questions pour chacun,
gnent et dépassent 85 ans dans notre pour les familles (à 4 ou 5 générations), La longévité:
pays et que l’on prédit que la moitié des pour la société (les retraites, la désin- une affaire de gènes?
filles nées au début de ce siècle seront sertion sociale, les soins médicaux). Il
en vie au début du XXIIe siècle ; les est évident qu’un seul Colloque ne peut Une femme ou un homme affaibli luation du temps qui passe, indépen-
hommes suivent, avec quelques années avoir abordé qu'un nombre limité des musculairement, dont le système immu- damment ou presque des conditions
(5 à 8) d’espérance de vie en moins si problèmes biologiques, médicaux et nitaire est diminué, les réflexes et la extérieures à l’individu? Personne ne le
rien ne change à cet égard. Ces données sociaux posés par le vieillissement en mémoire moins efficaces, la peau pense plus. Cependant, il y a des gènes
impressionnantes sont valables pour les général et l’augmentation contempo- altérée et les cheveux gris est vieux. Il a qui règlent de grands métabolismes et
82 ans, et des signes analogues peuvent dont les propriétés modifiées (mutation)
être observés chez des chimpanzés de pourraient entraîner une longueur de
32 ans, des chevaux de 22, des chiens de vie différente. C’est le cas des gènes qui
1 Cette présentation ne résume pas la richesse des
exposés que l’on trouvera publiés in extenso dans les 12 ou des souris et des rats de 2 ans. contrôlent les réponses au stress (de
Comptes Rendus, ainsi que, pour certaines questions Pourquoi vieillit-on à des âges différents la chaleur, de l’oxydation), ou de ceux qui
spécifiques, dans le Bulletin de l’Académie de méde-
cine et dans la Lettre d’information hebdomadaire dans chaque espèce chez les mammi- règlent le taux de l’hormone de crois-
de l’Académie des sciences morales et politiques. fères (les seuls que nous évoquons ici)? sance ou de son médiateur, le facteur
2 Vice-président de l’Académie des sciences, Professeur
au Collège de France, Membre de l’Académie natio-
Y a-t-il un (ou 2 ou 3) “gènes-horloges” IGF1. Il ne s’agit pas de gènes qui
nale de médecine… qui serai (en) t spécialisé(s) dans l’éva- évaluent directement la durée de la vie,

3
Dossier
vasculaires et de neurodégénérescence. Agées QUID) dans la région de Bordeaux
Leur survenue, leur progression et éven- avec ses 4 000 personnes étudiées
tuellement leur traitement dépendent depuis plus de 10 ans et l’étude des 3
de déterminants environnementaux et Cités qui commence à Bordeaux, Dijon
de la capacité individuelle à y faire face et Montpellier (environ 10000 personnes)
physiquement et par le comportement. sont les exemples français les plus
La transmission familiale ne suit pas les remarquables au cours desquels, aux
lois simples de la génétique mendé- études cliniques et humorales, s’ajou-
lienne: les techniques de biologie molé- tent maintenant l’imagerie cérébrale par
mais de systèmes de régulation pour culaire à haut débit, désormais utili- heimer, entraînant la diminution pro- résonance magnétique et la constitution
accommoder l’organisme aux compo- sables dans les études épidémio- gressive des fonctions intellectuelles. d’une banque d’ADN.
santes de l’environnement, au sens le logiques avec les approches géniques et Cependant, comme l’a souligné F. Forette 12 a évoqué aussi l’importance
plus large de ce mot. La seule restric- post-génomiques correspondantes, L. Iversen 9, la notion classique de l’im- de la prévention des démences chez les
tion calorique, par exemple, permet doivent permettre l’identification de possibilité de formation de nouveaux sujets hypertendus traités. Elle rapporte
de prolonger la durée de la vie des sous-groupes dont la prise en charge neurones dans le cerveau adulte n’est également la diminution significative de
rongeurs, montrant que la recherche différenciée sera plus efficace (Ph. plus admise. Des cellules souches l'incidence des accidents vasculaires
fondamentale peut quelquefois mener Amouyel 7). neurales indifférenciées continuent à se cérébraux et des cardiopathies isché-
à des interventions pratiques simples et La biologie cellulaire indique l’impor- former et peuvent, après implantation, miques. Parmi les facteurs de risque de
efficaces (R. Miller) 3. G. Martin 4 qui dirige tance de la “sénescence” cellulaire (les se développer dans le cerveau en géné- la maladie d'Alzheimer (âge, sexe, niveau
le programme SAGE KE (Science of cellules ne se divisant plus et les télo- rant neurones et/ou cellules gliales d'éducation, facteurs génétiques), seule
Aging Knowledge Environment) initié par mères diminuant) comme processus caractéristiques de la région cérébrale la prise en charge du risque vasculaire
la revue Science, a proposé, après les anti-cancéreux. Mais il y a d’autres du transfert. La neurogénèse est très a permis jusque là un bénéfice démon-
analyses classiques de Peter Medawar modalités télomères-indépendantes ; active dans l’hippocampe (1 neurone tré ; d'autres approches préventives
et George Williams, une classification par exemple, la séquence RAF décrite produit chaque jour pour 2000 qui exis- (hormones, anti-inflammatoires, anti-
des modalités génétiques impliquées chez l’homme (R. Faragher 8). tent déjà). Il semble même que des radicalaires, inhibiteurs de secrétase,
dans la longévité et le vieillissement médicaments anti-dépresseurs agissent immunisation anti-amyloïde) sont en
humain, sur la base de la théorie de en augmentant la survie de neurones cours d'évaluation. Si l'hétérogénéité du
l’évolution. La pression sélective s’exerce Vieillir comment? néoformés dans le cerveau. Le futur vieillissement relève certainement de
évidemment dans le cadre des risques immédiat dans ce domaine appartient à facteurs génétiques, les facteurs d'en-
écologiques, et si ceux-ci sont élevés, les A côté de la menace du cancer du point la recherche. vironnement, accès aux soins en parti-
espèces sélectionnées se développent de vue strictement biologique, il faudrait J.-J. Hauw 10 a relevé l’extension topo- culier, sont tout aussi importants et
et se reproduisent rapidement, avec pour encore évoquer les problèmes généraux graphique des lésions neuroanato- éventuellement modifiables. La préven-
conséquence logique une existence rela- tels que les effets et la tolérance des trai- miques associées à un métabolisme tion du vieillissement pathologique reste
tivement courte des individus. Les survi- tements médicaux des cancers (chimio- anormal de la protéine Tau: une progres- une des clés de la promotion du vieillis-
vants auront un phénotype ayant échap- thérapie, radiothérapie, hormones) chez sion hiérarchique stricte, inexpliquée, sement en bonne santé.
pé à la sélection naturelle et, qu’ils soient les sujets âgés et le problème des indi- paraissant suivre les circuits impliqués Le vieillissement cardiovasculaire se
bons ou mauvais, ils contribuent peu à cations chirurgicales (on sait que les déci- dans la mémoire, et progressant plus ou traduit principalement par l’hyperten-
la constitution génétique des généra- sions d’interventions chez les personnes moins vite selon des facteurs de risque sion artérielle et l’insuffisance corona-
tions ultérieures. Pour le genre humain, âgées sont souvent difficiles à prendre), génétiques et épigénétiques. On rappel- rienne, les deux aboutissant en particu-
on peut distinguer de “bons” allèles etc… lera que des lésions du même type qu’au lier à l’insuffisance cardiaque. C’est
toujours actifs, ou peu exprimés pour de Le cerveau, le plus complexe de nos cours de la maladie d’Alzheimer, impli- globalement la cause la plus fréquente,
bonnes raisons, ou trop exprimés tard organes, est aussi le plus exigeant et quant la participation anormale du après 70 ans, de mortalité et de morbi-
dans la vie, ou devenant délétères en fin le plus vulnérable : l’activité neurale peptide Aß, sont quasi constantes chez dité (évaluée en nombre de jours d’hos-
de vie, ou mutés pathologiquement, et demande un important apport incessant les centenaires. A défaut de connaître la pitalisation et par la consommation de
des “mauvais” gènes qui ne s’expriment d’oxygène et de glucose pour fonctionner. cause première, des produits modula- médicaments). B. Swynghedauw13 a
que tard. Les exemples seront trouvés La plupart des milliards de neurones qui teurs de l’évolution d’une maladie et résumé la situation en soulignant l’aug-
dans le texte complet et leur discussion le composent sont différenciés dès avant même des traitements symptomatiques mentation de l’impédance des gros vais-
dans la contribution de P.H. Gouyon5 (voir la naissance et les possibilités de régé- pourraient être efficaces, d’autant que seaux et la mise en jeu de systèmes
encadré dans la lettre). nération sont limitées ; la gravité des des facteurs associés de type vasculaires compensateurs permettant un débit
Le séquençage du génome humain blessures et des accidents d’origine sont, par exemple, souvent observés sanguin normal, même à l’effort. On en
devrait faire reconsidérer tous les vasculaire en découlent. Dans certaines dans la maladie d’Alzheimer. Il existe une tirera les conséquences de prévention
aspects de la recherche gérontologique parties du cerveau, il y a perte et/ou alté- autre catégorie de démences dites et de traitement. On sait les remar-
dans un cadre “post-génomique”: l’évo- ration des neurones et de leurs connec- vasculaires, avec destruction de tissu quables effets enregistrés dans les popu-
lution dans le temps des phénomènes tions avec l’âge. C’est le cas des cellules cérébral dans des zones spécifiques, lations où les mesures diététiques et
biologiques (recherches “horizontales”) produisant les catécholamines (adréna- quelquefois minimes volumétriquement. certaines médications à visée pathogé-
et l’analyse des affections pathologiques line, noradrénaline et dopamine) dont D’actualité récente, les démences dues niques ont été employées.
associées permettent en effet de cibler la dérégulation peut entraîner, par à un agent transmissible (prions) sont Les grands systèmes régulateurs que
et de traiter les anomalies définies à tous exemple, la maladie de Parkinson et son rares et le plus souvent gravissimes dans sont les fonctions immunitaires et
les niveaux, dans des approches verti- cortège de troubles neurologiques. un contexte au pronostic vital drama- hormonales sont modifiées au cours du
cales, des gènes à la pharmacologie (D. L’épaisseur de certaines régions asso- tique. vieillissement. J.-F. Bach 14 a indiqué
Cohen 6). La morbidité aux âges les plus ciatives du cortex cérébral diminue de Des cohortes permettant l’étude de la responsabilité de l’altération des
avancés relève de maladies chroniques 0,5 % par an ; la perte neuronale est l’épidémiologie du vieillissement céré- premières dans la survenue des affec-
multifonctionnelles, en particulier cardio- intense au cours de la maladie d’Alz- bral sont nécessaires pour définir les tions et même des tumeurs, et dans
facteurs de risques, génétiques et épi-
génétiques, en particulier pour la ma-
ladie d’Alzheimer comme l’a rappelé
J.-F. Dartigues 11. Paquid (Personnes

3 millerr@umich.edu
et entretien avec Richard Miller page 5
4 gmmartin@u.washington.edu
5 pierre-henri.gouyon@esv.u-psud.fr et numéro 9 les.iversen@pharm.ox.ac.uk 12 francoise.forette@brc.ap-hop-paris.fr
spécial des Comptes Rendus, 2002, à paraître 7 philippe.amouyel@pasteur-lille.fr 10 jean-jacqueshauw@psl.ap-hop-paris.fr 13 bernard.swynghedauw@inserm.lrb.ap-hop-paris.fr
6 dcohen@genset.fr 8 rgaf@brighton.ac.uk 11 Jean-Francois.Dartigues@isped.u-bordeaux2.fr 14 bach@necker.fr

4
Dossier

l’augmentation des maladies auto- nales aux troubles psychiatriques du pratiques, comportementales, au niveau
immunologiques. Les mécanismes im- sujet âgé n’est pas définie. Plus géné- des personnes et des sphères écono-
pliqués dans le vieillissement immuni- ralement, chez une personne sans miques. Les “perspectives démogra-
taire sont encore très peu connus et antécédent de maladie mentale, “le phiques”, pour reprendre l’expression
méritent une recherche soutenue. L’évo- diagnostic d’un trouble étiqueté psychia- de J. Dupâquier 18 traitant d’hypothèses
lution hormonale liée à l’âge est relati- trique après 60 ans balance (le plus plausibles, soulignent la difficulté des
vement mieux décrite; celle qui concerne souvent) entre dépression et détériora- prévisions. Par exemple, le nombre
les stéroïdes, rapportée par l’auteur de
ces lignes (E.E. Baulieu15), est différen-
Il est vrai que tion” (A. Fagot-Largeault 16). Les psycho-
thérapies n’ont pas démontré un grand
attendu de générations par famille pour-
rait ne pas augmenter du fait de l’ac-
tielle selon qu’il s’agit des hormones
sexuelles de la femme, dont la produc-
la vieillesse est effet sur “le rétrécissement existentiel,
qualitatif et quantitatif, du grand âge”.
croissement moyen de l’écart entre les
générations.
tion est arrêtée à la ménopause, ou de
l’homme chez qui dont on ne sait pas
un état qui ne Les médications anti-dépressives, neuro-
leptiques et anxiolytiques, souvent admi-
Quant à la qualité du vieillissement, elle
semble augmenter depuis plusieurs
si la baisse partielle et inégale des andro- permet guère nistrées simultanément devant un tab- décennies, accompagnée par la percep-
gènes selon les individus doit être
compensée pour s’opposer à une série qu’on l’oublie. leau complexe, ne sont pas sans effets
secondaires, et de toute façon souvent
tion d’être en meilleure santé. Les
études décrites par J.-P. Michel 19 confir-
de déficits “climatériques” liés à l’âge. lents à agir chez des sujets qui n’ont pas ment la théorie de la compression à la
En tout cas, si dans les deux sexes l’hor- le temps d’attendre. Que de recherches fin de la vie de la morbidité et des affec-
mone surrénalienne DHEA (S) diminue François Mauriac, en perspective! tions mentales, et la rectangularisation
de façon importante, le cortisol sanguin le Nouveau Bloc-notes L’augmentation de la longévité, carac- de la courbe de survie progresse. La
reste au même niveau à tous âges, et ce 1958-1960. téristique individuelle comme l’a rap- perte d’autonomie des personnes âgées
déséquilibre mérite d’être envisagé dans pelée H. Leridon 17, est responsable de impose plus de recherches pour cap-
ses conséquences et éventuellement l’accélération du vieillissement de la turer à domicile, de manière non inva-
compensé, sous surveillance médicale, population, caractéristique collective. sive et bien acceptée les paramètres
par l’administration de DHEA. On sait Les sociétés entrent dans une ère vitaux permettant une surveillance qui
qu’il n’y a pas de pilule miracle, n i de inconnue nécessitant, au-delà des rassure les sujets et les personnes leur
fontaine de jouvence et que, selon le cas, recherches biomédicales, des travaux portant assistance. La longévité étant
c’est au niveau du système nerveux, ou en sciences sociales portant sur les multifactorielle, les informations doivent
du système immunitaire, ou de la peau, modalités et déterminants de l’avance fusionner afin de suivre simultanément
ou encore de l’ensemble ostéo-muscu- en âge, les relations entre générations, les variables signalant l’état des grandes
laire que l’on peut attendre des effets. la constitution sociale de représentants fonctions vitales (J. Demongeot 20). Les
La participation de modifications hormo- de la vieillesse, avec les conséquences progrès technologiques devraient

18 197, rue Saint Jacques 60240 Delincourt


16 anne.fagot-largeault@college-de-france.fr 19 jean-pierre.michel@hcuge.ch
15 baulieu@kb.inserm.fr 17 leridon@ined.fr 20 jacques.demongeot@imag.fr

5
Dossier
par la vieillesse soient entièrement
confiés aux institutions soignantes: “la
personne âgée malade ne se réduit pas
à sa maladie”. La médecine, malgré ses
progrès incessants, n'exonèrera jamais
la société d'assumer ce qui n'est, après
tout, que la conséquence de l'allon-
gement de la durée de vie. Qui s'en
plaindra…
permettre de moduler l’état de dépen-
dance, évidemment crucial pour la place
à donner et le rôle des personnes du Maintenant et demain
quatrième âge dans la famille et la
société (L. Israël 21). Nous avons déjà évoqué les difficultés
Au cours de ses remarques de conclu- de la situation démographique nouvelle,
sion, J.-F. Girard 22, dont l’expérience de qui ne peuvent que croître alors qu’une
directeur général de la Santé a néces- longévité plus importante devrait n’être
sairement contribué au réalisme lucide qu’une source de bonheur ajouté. Dans
et humain dont il fait preuve, observe que cette situation de révolution silencieuse,
“l'alliance de la science et de la méde- le désir d’un vieillissement moins handi-
cine pouvait faire croire à un avenir sans capant, en bonne santé physique et
maladies ou tout au moins sans mala-
dies qui ne soient guérissables. Il suffi-
sait donc, en matière de santé, de s'en
mentale, est légitime, et justifie les
efforts de recherche sur le vieillissement
physiologique, la prévention des mala-
Comment l’évolution a-t-elle
remettre aux médecins, et la société ne
s'est pas privée de cette délégation… !
dies et des déficits qui deviennent plus
nombreux et plus graves avec l’âge. R.G.
déterminé la longévité
Quelle responsabilité pour les méde- Schwartzenberg a annoncé au cours du
cins!”. L'épidémie de sida a pris tout le
monde au dépourvu, à commencer par
colloque le soutien du Ministère de la
Recherche aux premières activités d’un
des individus dans
les médecins totalement incapables de
soigner au début. La société “ a compris
“Institut de la longévité et du vieillisse-
ment”, Groupement d’intérêt scientifique les différentes espèces?
qu'elle devait prendre en charge les (GIS) qu’il prendrait en charge, en colla-
problèmes posés par l'épidémie et boration avec le ministère de la Solida-
imposer aux pouvoirs publics d'assumer rité et celui de la Santé, avec le concours Par Pierre-Henri Gouyon 1 ses propres descendants n’en souffrent
leur rôle : c'était le retour de la santé de l’INSERM et du CNRS, et en s’asso- pas plus que les autres.
publique”. Après l'avènement des tri-
thérapies, la remédicalisation de l'épi-
démie indique bien les rôles complé-
ciant selon les cas, avec des sociétés
privées et des associations de patients
sans but lucratif. Les premiers thèmes
D ans le cadre de la théorie darwi-
nienne de l’évolution, le vieillisse-
ment et la mort programmés des indi-
Il est donc nécessaire de trouver une
raison plus terre à terre. De Haldane à
Williams en passant par Hamilton, les
mentaires de la médecine et de la retenus après consultation de très vidus semblent a priori incompréhen- hypothèses se sont succédées et ont
société. La maladie d'Alzheimer est un nombreux scientifiques et médecins sont sibles. En effet, comment comprendre conduit à l’élaboration d’une théorie
autre exemple de cette nécessaire ceux pour lesquels la recherche n’est que des informations génétiques provo- somme toute assez satisfaisante. D’une
complémentarité, on l'a bien compris. pas avancée, mais où nous pouvons quant la disparition de l’individu, ou au part, le fait que les individus meurent par
Plus généralement d'ailleurs, il ne compter sur des personnalités fran- moins, une baisse de ses capacités de accident un jour ou l’autre fait que la
faudrait pas que les problèmes posés çaises de recherche de qualité excep- survie et/ou de reproduction aient pu être sélection en faveur de la survie de l’in-
tionnelle, susceptibles d’animer un produites par le jeu de la mutation et de dividu faiblit au fur et à mesure que son
secteur considéré souvent négligé : à la sélection naturelle? Bien sûr, il existe âge augmente. D’autre part, il existe des
titre d’exemple, citons la dégénéres- des réponses qui, malgré une naïveté gènes dont l’action (pléiotrope) est anta-
cence maculaire liée à l’âge (DMLA), la touchante ont pu paraître évidentes. Ce goniste selon l’âge de l’individu (favo-
presbyacousie, les troubles de l’équi- sont les réponses du style “les vieux rable au stade jeune et défavorable au
libre, générateurs de chutes, le cancer meurent pour laisser la place aux jeunes”. stade adulte par exemple). Enfin, la
de la prostate, le vieillissement de la Ces réponses sont qualifiées, chez les sélection pour le maintien de l’intégrité
peau, les risques de démence et des évolutionnistes, de panglossiennes, par de l’individu dépend beaucoup du
études de pharmacologie spécifiques allusion au précepteur de Candide dans moment où la mortalité par accident (ou
sur les personnes âgées, un effort pour le conte de Voltaire (la référence serait plutôt pour des causes externes) se
disposer en France de modèles animaux, due à Haldane). Il est étonnant de voir produit le plus souvent. Une telle morta-
principalement des rongeurs en nombre ainsi prêter à la Nature une conscience lité se produisant préférentiellement
suffisant, sans compter les travaux sur des nécessités de l’avenir hors du com- avant le stade reproductif favorise des
les capteurs de surveillance et la créa- mun et que nous-mêmes sommes loin génotypes à grande longévité alors que
tion de 2 ou 3 centres d’investigation de posséder! L’erreur tient au fait qu’un si elle produit en général après la repro-
clinique (CIC), spécialisés dans le vieillis- tel comportement ne se justifie que par duction, la sélection favorise un inves-
sement. référence au groupe alors que la sélec- tissement total dans la reproduction et
Quel que soit le domaine des recherches tion agit à l’échelle de l’individu. Dans une une mort survenant tôt. Quelles consé-
biomédicales auxquelles ils s’adonnent, espèce où chacun meurt pour laisser la quences ont ces considérations sur la
H. Curien (Président de l’Académie des sciences)
tous les chercheurs, biologistes ou place aux descendants, un mutant qui ne façon dont on peut réfléchir à l’approche
et E. E. Baulieu accueillent R.G. Schwartzenberg
(ministre de la Recherche). médecins peuvent, sans être spécialistes meurt pas est favorisé dans la mesure où médicale du vieillissement?
de gérontologie, contribuer à ce grand
effort coordonné rendu nécessaire par
l’augmentation de la longévité: devant
le nouvel espace temporel qui s’ouvre
pour la vie du plus grand nombre, il y va
1 Professeur à l’Université Paris-Sud et à l’École poly-
21 36, rue du Mont Thabor 75001 Paris
beaucoup du bonheur personnel et fami- technique, Directeur du laboratoire d’écologie, systé-
22 jean-francois.girard@conseil-etat.fr lial de chacun et de l’équilibre social  matique et évolution du CNRS à Orsay

6
Dossier

Biologie
du vieillissement
Entretien avec Richard A. Miller 1

Question: ils sont en beaucoup plus grand danger ple, on observe ensuite une diminution
Quelles sont les causes du vieillisse- de mourir qu’une jeune personne. C’est des risques de mortalité. Ainsi, l’impo-
ment? pareil s’ils attrapent la grippe. Le sition d’un léger niveau de stress a
système immunitaire est un excellent conduit les mouches à vieillir plus lente-
R. A. Miller: sujet d’étude pour les gérontologues ment. Pour les mammifères, on a des
C’est une question difficile! La réponse parce qu’il répond au stress. Et ses fonc- indications semblables dans les cas
dépend du niveau de l’explication. Les tions protectrices diminuent évidem- de restriction calorique. Les animaux
causes du vieillissement d’un point de ment avec l’âge. Ce système est si bien soumis à une restriction calorique ont
Réalisé par Paul Caro 2 vue évolutionniste sont connues depuis connu aux niveaux cellulaires et molé- une teneur légèrement plus élevée que
quinze ans. Elles expliquent pourquoi il culaires qu’il existe de nombreux outils la normale en hormones glucocorti-
Question: faut que presque tous les genres d’ani- et des expériences sophistiquées qu’un coïdes qui commandent les réponses de
Vous participez au Colloque “Aspects maux multicellulaires vieillissent, c’est immunologiste peut faire et qui ne sont l’organisme à un stress aigu. Quand un
scientifiques, médicaux et sociaux de la à dire subissent un accroissement du pas possibles pour d’autres systèmes. animal devient malade, est traumatisé
longévité et du vieillissement” (Paris 29- risque de mortalité avec le temps. On Il est facile d’avoir des cultures de ou effrayé, la concentration en gluco-
30 octobre 2001), quelle est votre défi- peut le comprendre assez aisément en cellules qui fonctionnent bien pour des corticoïdes grimpe rapidement puis
nition du vieillissement? termes de génétique des populations réactions immunologiques. Vous ne retourne à la normale. Il semble que
d’une manière quantitative. Mais beau- pouvez pas faire de cultures de cellules pour les animaux sous restriction calo-
Réponse de Richard A. Miller: coup de gens demandent une expli- qui pensent ou qui exécutent les fonc- rique, les glucocorticoïdes augmentent
Je définis le vieillissement comme un cation moléculaire, c’est à dire une tions du rein. Le système immunitaire légèrement mais que leur niveau reste
processus qui transforme de jeunes description des processus molécu- marche plutôt bien in vitro et cela est très haut durant la vie entière de l’animal.
adultes sains en adultes plus âgés qui laires qui convertissent d’une manière utile pour étudier la manière dont le Des chercheurs comme Jim Nelson au
ont plus de risques d’être victimes de synchronique un jeune individu en vieillissement conduit à des dysfonc- Texas et Ed Masoro prétendent que c’est
toutes sortes de maladies potentielle- vieillard. Et la réponse à cela est très tionnements. la faible augmentation de la concentra-
ment mortelles, mais aussi d’infirmités simple: personne ne le sait! tion des glucocorticoïdes pour les ani-
qui leur rend la vie moins agréable. C’est Question: maux sous restriction calorique qui les
une définition qui ne paraît pas polé- Question: Dans votre exposé, vous avez décrit les rend résistants aux maladies et à
mique parce qu’elle est en bon accord Existe-t-il un rapport entre le système effets positifs de la restriction calorique d’autres formes de stress qui pourraient
avec l’emploi habituel du mot “vieillis- immunitaire et le vieillissement? sur presque tous les aspects du vieillis- être mortelles. C’est une idée intéres-
sement” dans le langage ordinaire. sement. Mais la restriction calorique sante mais rien n’est encore vraiment
Cependant parmi les chercheurs elle est R. A. Miller: n’est-elle pas une forme de stress? prouvé.
considérée comme un peu polémique Je ne pense pas que le système immu-
parce que beaucoup d’entre eux utilisent nitaire soit une importante horloge qui R. A. Miller: Question:
le mot “vieillissement” dans un contexte contrôle le vieillissement. Je ne pense Le mot “stress” est très général; dans Le vieillissement a-t-il une contribution
très spécialisé. Certains préfèrent par pas que les changements dans l’immu- des contextes différents, le stress peut génétique?
exemple une définition qui peut s’étendre nité soient la cause de la plupart des avoir des effets très divers. Un vieillard,
aux processus affectant les cultures de maladies de la vieillesse. Je pense qu’il ou une vieille souris, qui subit le stress R. A. Miller:
cellules, mais je trouve que cela est plus est utile d’étudier le système immuni- d’une infection risque la mort ou une Il y a beaucoup de contributions géné-
trompeur qu’utile. Je recommande une taire parce qu’il fournit d’excellentes maladie grave. Mais il pourrait être tiques au vieillissement. Elles sont
définition qui prenne en compte l’animal possibilités pour étudier comment le possible de créer des individus qui connues depuis longtemps. En termes
entier et aussi la manière dont le vieillis- vieillissement conduit à des dysfonc- vieillissent plus lentement ou qui vivent quantitatifs chez les humains, les rats
sement affecte la santé. tionnements au niveau des cellules et plus longtemps en leur imposant des et les souris, la contribution des gènes
au niveau moléculaire. Le vieillissement degrés mesurés de stress quand ils sont à la longévité semble être de l’ordre de
a des effets très importants, chez les jeunes. Bien entendu ceci n’est qu’une 20 à 30 % pour les populations naturelles
animaux, sur des systèmes qui impli- hypothèse. Le mot général pour cela est ordinaires d’humains et pour les popu-
quent des communications intercellu- “hormesis” et on ne dispose pas de lations ordinaires d’animaux de labora-
laires, en particulier celles qui répon- résultats qui montrent les effets de l’hor- toire. Mais, c’est une statistique qui peut
dent au stress. Beaucoup d’individus de mesis sur le vieillissement chez les donner lieu à différentes fausses inter-
60, 70, ou 80 ans sont raisonnablement drosophiles, dans les travaux de Mark prétations. La première chose à com-
capables de supporter la vie quotidienne. Tatar et Jim Curtsinger. Ils ont montré prendre, c’est que la contribution géné-
Mais quand le stress survient, quand ils que si l’on expose des drosophiles à un tique à la longévité inclut de nombreux
1 Professeur à l’Université du Michigan, USA
2 Correspondant de l’Académie des sciences, Directeur
découvrent qu’un autobus fonce vers stress non mortel, quand elles sont gènes dont l’impact n’est pas du tout lié
de recherche au CNRS eux, ils ont besoin de réagir très vite, et jeunes, un stress thermique, par exem- au vieillissement ; par exemple, des

7
Dossier
Question: fait, l’éradication totale du cancer, des ressources à comprendre les méca-
Croyez-vous que les résultats obtenus maladies cardiovasculaires et du diabète nismes fondamentaux en jeu dans le
chez la souris peuvent être extrapolés aurait un effet relatif faible et conduirait vieillissement, qui restent la clef de tout.
à l’homme? à un accroissement de la durée de vie de
seulement de cinq à huit ans. S’il est un Si j’annonce aujourd’hui que j’ai trouvé
R. A. Miller: jour possible de ralentir le vieillissement, une méthode qui permet de retarder
Je pense que c’est une question dont la de créer des gens de cent ans aussi d’un an et demi l’apparition des cancers
réponse ne peut être exprimée sous sains que les sexagénaires d’aujourd’hui, chez les souris, ce qui est équivalent à
gènes qui tuent dans la première année la forme d’un “oui” ou d’un “non”. Les ce sera par quelque chose d’autre que cinquante ans chez l’homme, ce serait
de la vie, ou dans les dix ou vingt pre- études sur les souris et les rats ont été l’approche spécifique des maladies une grande nouvelle, d’un intérêt majeur
mières années, parce qu’ils induisent très utiles car elles nous ont donné des prises une à une. Chez les souris et les pour le public et pour ceux qui décident
des maladies infantiles. Elle comprend idées sur les processus physiologiques rats, il a été possible, depuis cinquante de l’attribution des crédits de recherche.
aussi beaucoup de gènes qui influencent qui pourraient être sous contrôle géné- ans maintenant, de créer des animaux Et, il est effectivement possible de le
la longévité en augmentant le risque tique chez l’homme et elles ont indiqué qui sont vigoureux et sains à des âges faire chez les souris par changement
d’attaques cardiaques ou de formes quels processus physiologiques peuvent équivalant à 120 ans chez l’homme. Il génétique et restriction calorique. Et si
spécifiques du cancer, dans l’âge moyen être manipulés par des médicaments doit être possible de le faire en principe j’ajoute, qu’en même temps cette
ou chez des gens plus âgés. Tous ces chez l’homme. C’est une partie essen- pour l’homme, mais pas avec des méthode réduit aussi le développement
gènes ont un effet sur la longévité mais tielle de la recherche médicale, mais il restrictions caloriques car ce n’est pas de la cataracte et le déclin cognitif et
ne concernent pas le processus du ne serait pas raisonnable d’admettre que une approche réaliste chez l’homme, il ralentit le développement de la faiblesse
vieillissement proprement dit. On ne sait tout ce que nous apprenons sur les a un trop fort besoin de satisfaire sa faim! musculaire et de la faiblesse immuni-
pas encore s’il existe une fraction du souris et les rats s’applique aussi à Toutefois, il est possible d’apprendre taire, je pense que ce ne sera pas seule-
bagage génétique qui est associée avec l’homme. Par certains côtés, rongeurs suffisamment sur le vieillissement, la ment l’occasion de se réjouir, mais aussi
des changements réels de la vitesse du et humains sont assez semblables. Le restriction calorique et les gènes impli- une bonne raison pour agir. Ralentir le
vieillissement. Une autre manière de mal vieillissement du système immunitaire, qués pour développer une stratégie vieillissement signifie ralentir le déve-
comprendre le problème est d’ignorer des muscles, des fonctions cognitives, acceptable, qui soit basée sur les gènes loppement d’une vaste gamme de mala-
l’effet spectaculaire des différences du cerveau, des fonctions cardiovascu- et les hormones ou sur des change- dies et d’évolutions dégénératives qui
génétiques sur la durée relative de la vie laires sont assez similaires, mais il y a ments au niveau de l’appétit ou sur des rendent la vie plus difficile pour des gens
des espèces. Les différences de durée des maladies humaines spécifiques, telle changements dans l’expression des de 70, 80 ou 90 ans Etre capable de
de vie, et les différences de vieillisse- que l’Alzheimer, qui n’existent pas pour gènes qui permettront de faire la même ralentir la vitesse du déclin serait un
ment, entre les souris, les chiens, les les souris. Certaines maladies humaines chose. gain considérable et je ne vois pas
chevaux et les hommes sont entière- comme l’arthériosclérose ne se pro- comment y parvenir sans comprendre
ment génétiques. Les différences dans duisent chez les souris que dans des Je pense qu’il y a des raisons d’être opti- mieux ce qu’est le vieillissement pour
les vitesses de vieillissement et l’espé- circonstances spéciales : il s’agit de miste aujourd’hui qui n’existaient pas il pouvoir le contrôler.
rance de vie de chacune de ces espèces souris transgéniques dont l’alimenta- y a vingt ou trente ans. Dans n’importe
sont bien plus importantes que les tion est particulière. Ainsi, il y a des quel laboratoire, c’est désormais une Je trouve très triste que le monde en
petites différences hypothétiques entre choses à propos du vieillissement que routine de créer des souris qui vieillis- général n’ait pas encore compris l’im-
individus d’une même espèce. nous ne pouvons pas apprendre d’un sent plus lentement que les souris portance de la recherche en biologie
modèle animal et d’autres pour normales. Il doit être possible de faire fondamentale du vieillissement pour
Aujourd’hui, il est facile de fabriquer des lesquelles nous pouvons risquer des la même chose pour d’autres mammi- améliorer la santé humaine et le bien-
souris qui vieillissent lentement. On extrapolations, mais seulement d’une fères. Cela ne nous dit pas comment être. Même aux Etats-Unis, où des
connaît au moins six gènes uniques, manière très prudente. le faire pour les hommes, mais c’est une quantités de dollars affectés à ce type
spécifiques, qui peuvent ralentir le preuve critique du principe en lui même de recherche, la masse d’argent dispo-
processus du vieillissement. Mais il n’y Question: parce que cela indique que les cher- nible est très faible : 0,06 % du budget
a pas là, en aucune façon, un guide qui Etes-vous optimiste sur la possibilité cheurs qui travaillent dans cette direc- du National Institute of Health! Il y a un
puisse permettre de créer des humains d’augmenter la durée de la vie humaine tion ne gaspillent pas leur temps. Il y a petit nombre de chercheurs en Europe
avec des différences génétiques. Il y a dans le futur? cinquante ans, c'était seulement une qui font un magnifique travail mais,
juste des outils expérimentaux qui intuition de penser que le vieillissement malheureusement, ils sont encore
peuvent nous apprendre comment le R. A. Miller: pouvait être ralenti, mais maintenant, il moins nombreux qu’aux Etats-Unis. Je
vieillissement peut être ralenti, quels Je crois qu’il est important de com- est clair qu’en vérité on peut le faire, pense que ce domaine est l’un de ceux
changements dans l’expression des prendre que les changements specta- et chez les mammifères. La probabilité qui méritent un soutien financier
gènes ou dans le nombre de cellules culaires intervenus depuis un siècle sur d’altérer le vieillissement chez l’homme supplémentaire dans chaque pays du
induisent une sénescence ralentie. Mais la durée de la vie humaine n’ont pas été dépend d’un certain nombre de choses, Monde parce que c’est celui qui a le
rien de tout cela ne va nous enseigner dus à des modifications touchant aux la plus importante étant la quantité d’ar- potentiel le plus important pour se
comment produire des bébés qui vont processus de vieillissement. Ils ont été gent à dépenser dans la recherche prémunir contre un très grand nombre
vivre 200 ans! largement produits par la réduction des fondamentale sur le vieillissement. de maladies et d’infirmités 
risques de mort, notamment la diminu- Nous avons entendu le ministre fran-
tion de la mortalité infantile et de la çais de la Recherche nous expliquer que
mortalité maternelle par exemple. On le gouvernement français s’apprêtait à
ne peut pas en espérer autant dans les dépenser beaucoup d’argent dans une
cent prochaines années parce que les recherche qui a été décrite comme liée
risques de mourir très jeune sont actuel- au vieillissement mais qui, en fait,
lement déjà voisins de zéro. Même des débloque des fonds pour étudier des
changements spectaculaires dans les maladies qui atteignent spécifiquement
risques associés aux maladies du vieil les gens âgés, telles que la perte d’équi-
âge, prises une à une, auront des effets libre, la décroissance des fonctions
modestes sur l’espérance de vie d’un cognitives ou la dégénérescence neuro-
adulte. Si l’on considère une femme de nale. Bien sûr, il s’agit là de maladies
cinquante ans par exemple, l’élimina- terribles et importantes qui demandent
tion complète du cancer, qui n’est pas qu’on s’en occupe et qu’on leur attribue
du tout possible aujourd’hui, conduirait des moyens. Mais, je crois qu’une bien
à allonger son espérance de vie d’en- meilleure stratégie serait de consacrer
viron seulement deux ou trois ans ! En une partie substantielle de nos

8
Dossier

Aspects médicaux
et sociaux du vieillissement
l’utilisation de ces cellules dans la B – Santé mentale. Les universités du “temps libre”, la garde
prévention de plusieurs pathologies. Elle a deux aspects: des petits enfants par les grands-parents
Chez les rongeurs, la sénescence peut  la dégradation des fonctions psy- doivent être développés. Il faut ensei-
être ralentie par une restriction sévère chiques (notamment de la mémoire) gner aux personnes âgées les métho-
de l’apport calorique, mais les connais- est inconstante et peut être tardive. Par dologies modernes qui peuvent faciliter
sances actuelles, tout en soulignant les exemple, la prévalence de la maladie leur existence (informatique, téléma-
méfaits du surpoids, ne permettent pas d’Alzheimer, qui est la plus fréquente tique, télésurveillance, etc…) puisque
Par Maurice Tubiana 1 de conseiller des régimes diététiques des démences séniles, passe de 1 % à l’expérience montre qu’elles peuvent se
aussi sévères chez l’homme, (voir cf.R. 70 ans à 15 % à 85 ans, familiariser avec elles.
 les troubles du caractère : anxiété,
L e
’allongement de la durée de vie a
été le phénomène capital du
XX siècle. Associé à la baisse de la fécon-
Miller),
 des déficiences sensorielles (vision,
ouie) et de l’appareil locomoteur qu’il
agressivité, tendances dépressives.
On ne sait ni éviter, ni retarder ces
Il est souhaitable de maintenir la per-
sonne âgée aussi longtemps que pos-
dité, il a bouleversé la structure démo- importe de rechercher et de corriger troubles psychiques. sible à son domicile, en lui procurant les
graphique posant ainsi, des problèmes afin de maintenir l’autonomie, condi- Les médicaments psychotropes peuvent aides ménagères et les soins que son
de santé physique, mentale et sociale. tion indispensable à un vieillissement être utiles mais leur prescription doit état nécessite. Quand la personne âgée
La prolongation de l’espérance de vie est harmonieux, être prudente car ils ont des effets est hébergée dans sa famille, il faut aider
le fruit de deux phénomènes : 1) une  l’organisme en vieillissant devient plus nuisibles. Certaines données suggèrent celle-ci, par exemple grâce à des hospi-
diminution spectaculaire depuis un vulnérable, ses capacités de défense que les fonctions intellectuelles baissent talisations temporaires quand les
siècle de la mortalité prématurée (avant contre les agents infectieux diminuent, moins vite actuellement qu’il y a un enfants s’absentent ou en cas de
65 ans) particulièrement nette chez les ce qui nécessite l’accroissement de demi-siècle, ce qui pourrait être dû à un maladie. Le suivi à domicile requiert la
femmes, moindre chez l’homme à cause précautions d’hygiène. On observe de meilleur niveau d’instruction et à la collaboration de nombreuses discipli-
des pathologies causées par le tabac, plus un accroissement avec l’âge des conservation d’une activité intellectuelle nes médicales et sociales (médecins,
l’alcool et les traumatismes, 2) une maladies cardiovasculaires (dégéné- jusqu’à à un âge plus avancé. Le main- gériatres, psychiatres, psychologues,
moindre usure de l’organisme. Alors que assistantes sociales, infirmières, etc…);
l’espérance de vie des sujets de 65 ans l’organisation de réseaux de soins,
avait peu augmenté de 1750 et 1950, elle incluant des services hospitaliers, s’im-
s’est considérablement accrue au cours pose donc; ceux-ci doivent être soumis
du dernier demi-siècle et continue de à des cahiers des charges précis, des
croître, comme en témoigne le nombre règles de contrôle de qualité et être
rapidement croissant de centenaires. évalués.
Tout se passe donc comme si la sénes-
cence avait été retardée ou ralentie. En conclusion : on peut prolonger la
période d’autonomie et de vie sans
A – Santé physique. handicap majeur. Mais ceci nécessite un
L’âge entraîne: quadruple effort:
 une sénescence physiologique, pro-  former le corps médical et les profes-
cessus dynamique qui atteint l’orga- sionnels de santé à ces tâches nou-
nisme à tous les niveaux, de la molé- velles et faire coopérer étroitement les
cule d’ADN et de la cellule aux tissus disciplines médicales et sociales,
et notamment le cerveau. Un pro-  aider les familles et, plus générale-
gramme génétique fixe la durée de vie ment, informer la société puisque c’est
des différentes espèces; cependant ce de son attitude que dépend l’amélio-
programme est, dans certaines limites, ration de la santé mentale et sociale
influencé par les conditions de vie qui, rescence athéromateuse) et de quelques tien de centres d’intérêts, d’un sentiment des personnes âgées,
comme le montre l’expérience de ces types de cancers “notamment ceux d’utilité paraissent favoriser un équilibre  développer les recherches scienti-
deux derniers siècles, peuvent ac- du sein, du colon et de la prostate”, psychique, alors qu’au contraire l’exclu- fiques, médicales, psychologiques et
célérer ou ralentir ce processus. (voir cf. T. Turz). Des examens régu- sion, l’enfermement en institution, ont sociologiques indispensables,
L’exemple des effets de l’irradiation liers sont donc utiles pour surveiller, une influence défavorable.  apprendre à faire travailler ensemble
solaire sur le vieillissement de la peau d’une part, la tension artérielle et, des personnes de formations très
(rides, flétrissement, cancers) illustre d’autre part, diagnostiquer précoce- C – Santé sociale. diverses (médicales et sociales) mais
l’influence d’agents exogènes. De ment les cancers éventuels. Le bien-être de la personne âgée dépend dont les activités concourent au bien-
même, la prévention de l’ostéoporose Sur le plan de la prévention, ce sont les donc de l’attitude de la société à son être des personnes âgées.
par un traitement hormonal substi- mêmes mesures qui sont préconisées égard. Il est dangereux de laisser se Le bouleversement de l’équilibre démo-
tutif montre l’influence des hormones. pour réduire le risque de ces différentes développer les tendances au rejet, par graphique de la société moderne (en
Une des conséquences du vieillisse- pathologies : conserver une activité exemple en favorisant le départ pré- 2020 un tiers de la population aura plus
ment est l’appauvrissement des tis- physique régulière jusqu’à un âge très maturé en préretraite pour faire la place de 60 ans), le poids inexorablement
sus en cellules, particulièrement en avancé (l’équivalent d’au moins 3,5 h / aux jeunes, ou le sentiment que les croissant de l’aide aux personnes âgées
cellules souches, ce qui ouvre la voie à semaine de marche), éviter le surpoids, les personnes âgées constituent un fardeau constituent un problème d’une gigan-
des perspectives prometteuses pour déséquilibres alimentaires (régime hyper- économique en raison du coût de leurs tesque ampleur. On ne le résoudra pas
calorique ou riche en graisses notamment soins. Il faudrait, au contraire, favoriser par quelques mesures cosmétiques, il
1 Membre de l’Académie des sciences, Président de l’Aca-
en graisses animales) et proscrire les leur intégration dans la société grâce à nécessite une réflexion approfondie et
démie nationale de médecine intoxications tabagiques et alcooliques. des activités bénévoles ou rémunérées. une stratégie à long terme 

9
Actualités du passé
A B

A Ceci est la lettre de défit


qu’envoye Jules César à
Vercingétorix, chef des

M
Gaulois.

B Aux Parysiens de la part de


Jehanne, dicte la Pucelle.

C Lettre de Charlemagne à
son très docte et très amé
Alcuin.

ystification à
Par Jean-Paul Poirier 2 sion fut la cause des ennuis qui assom- Le lundi suivant, Chasles montra à ses dirigée vers le Soleil même. Et
brirent les dernières années de son exis- confrères deux lettres autographes et comme cette puissance varie

P armi les noms des soixante-douze


savants français que Gustave Eiffel
choisit d’immortaliser en leur attribuant
tence.

Chasles avait un jour mentionné à son


signées de Pascal, adressées à Boyle,
ainsi que quelques notes jetées à la hâte
sur des bouts de papier (ces documents,
toujours de la même manière que la
gravité des corps qui tombent vers
la terre, on doit conclure qu'elle
un médaillon au premier étage de sa ami, l’illustre chimiste Chevreul, qu’il conservés à la bibliothèque de l’Institut, n'est autre chose que la gravité
Tour de 300 mètres, on trouve celui de possédait des lettres et des notes y furent exposés en 2001). même des planètes sur le Soleil.
Michel Chasles (1793-1880), professeur manuscrites de Pascal prouvant claire- Une de ces lettres commence par cette D'où il suit, suivant la théorie de la
de géométrie supérieure à la Sorbonne, ment que Pascal avait découvert les phrase: “Monsieur, dans les mouve- gravité, que la puissance de la
membre de l’Académie des sciences lois de la gravitation universelle avant ments célestes, la force agissant en pesanteur des planètes augmente
depuis 1851, membre étranger de la Newton. A la séance du 15 juillet 1867, raison directe des masses et en comme le quarré de la distance du
Royal Society de Londres. La célébrité Chevreul, alors président de l’Acadé- raison inverse du quarré de la Soleil diminue.”
de Chasles, reconnu comme l’un des mie, lui demanda s’il voulait bien “dire distance suffit à tout et fournit des Or Pascal était mort en 1662 et, si l’on
grands mathématiciens français du quelques mots de ce grand fait de raisons pour expliquer toutes ces en croit la légende, c’est pendant la
e
XIX siècle, était due à ses contributions science”. grandes révolutions qui animent grande peste de Londres, en 1666, que
importantes à la géométrie projective, l'univers. Rien n’est si beau selon Newton aurait vu tomber la pomme,
plus qu’à l’élémentaire “relation de moi”. Et dans une note griffonnée, on alors que le manuscrit des Principia
Chasles” bien connue des lycéens. En trouve ces mots : “Les observations mathematica est de 1686. Les docu-
dépit de l’allure quelque peu sévère de astronomiques apprennent que ments exhibés par Chasles, dont certains
ses portraits, Chasles était un homme toutes les planètes se meuvent dans étaient datés de 1652, montraient donc
généreux, qui participait activement à la une courbe autour du Soleil ; […] clairement la priorité de Pascal sur
“Société de secours des amis des Mais afin que ces grands corps Newton.
sciences”; sa courtoisie était proverbiale décrivent cette courbe autour du
et on ne lui connaissait pas d’ennemi. 1 Cette chronique a fait l’objet d’un ouvrage publié Soleil, il faut qu'ils soient animés A l’époque, le grand public s’intéressait
aux éditions Le Pommier, Paris, 2001
Mais, c’était aussi un collectionneur 2 Correspondant à l’Académie des sciences, physicien à par une puissance qui fléchisse leur à la science et dans les quotidiens natio-
passionné d’autographes et cette pas- l’Institut de physique du globe de Paris route en ligne courbe et qu'elle soit naux, un chroniqueur scientifique rédi-

10
Actualités du passé
C au petit Newton, alors âgé de onze ans, brocardait avec verve l’Académie qui se
par lesquelles notre grand homme laissait enliser dans cette ridicule histoire.
communiquait ses idées au jeune écolier. Finalement, c’est l’astronome Le Verrier,
Newton, non content de perdre la prio- découvreur de Neptune, et directeur fort
rité, devenait alors un plagiaire. contesté de l'Observatoire, qui joua le
Duhamel ne trouva dans ces lettres rôle d’un avocat général dans cette
aucun élément nouveau qui pût le faire affaire. Au cours de plusieurs séances
changer d’avis. successives, dans l’été 1869, il fit un
D’un autre côté, pour Faugère, un littéraire résumé fidèle des arguments pro et con
spécialiste de Pascal, le style des lettre et conclut que tous les documents
était loin d’avoir la limpidité de celui de produits étaient faux et que la gloire de
Pascal et les signatures ne ressemblaient Newton n’était pas entamée.
aucunement à la sienne. Les lettres Chasles ne cédait toujours pas, mais peu
étaient, selon lui, des faux malhabiles. après, à la surprise générale, il annonça
Ainsi débuta, dès le mois d’août 1867, qu'il avait fait arrêter le faussaire. Celui-
une controverse qui devait durer deux ci, qui prétendait avoir seul accès à la
pleines années, occupant quasiment source des documents, les fabriquait au
toutes les séances de l’Académie. Les fur et à mesure des besoins, lorsque
répercussions s’étendirent, évidemment Chasles lui racontait naïvement les
à l’Angleterre, car le physicien Brewster, objections qui lui étaient faites.
geait chaque semaine une rubrique que la puissance qui anime les associé étranger de l’Académie et Le procès du faussaire, en février 1870,
rendant compte des séances de l’Aca- planètes vers le Soleil varie toujours biographe de Newton, n’avait pas tardé fit salle comble. L’accusé, Vrain-Denis
démie des sciences. De nombreuses de la même manière que la gravité à réagir, mais aussi à l’Italie et à la Lucas, sans profession, avait vendu à
revues de vulgarisation s’intéressaient des corps qui tombent vers la terre. Hollande, car Galilée et Huygens furent Chasles, pour une somme considérable,
également à l’actualité scientifique. Mais Or, la valeur, trop faible, d’abord utilisée appelés à la rescousse par Chasles. vingt-sept mille pièces, écrites en une
que la découverte des lois de la gravita- par Newton ne lui avait pas permis de S’appuyant sur des centaines de pages sorte de vieux français sur du papier
tion universelle soit l’œuvre de Pascal, prouver sa thèse et ce n’est qu’en 1682, des Comptes rendus de l’Académie des roussi artificiellement. A la grande joie
un illustre Français, et non d’un fils de quand il connut les résultats de l’abbé sciences et sur des documents du du public, on apprit qu’en plus des lettres
la perfide Albion, dépassait de beaucoup Picard, qu’il put achever ses calculs. “dossier Chasles” conservé aux archi- dont il avait fait état à l’Académie, le naïf
le cadre de la science. On imagine donc Pascal était mort depuis vingt ans ! ves de l’Académie, le livre raconte mathématicien avait fait l’acquisition de
comment la nouvelle fut reçue par les Malgré leur apparence ancienne, les comment, lundi après lundi, les scep- lettres de Ponce-Pilate à Tibère, de
“patriotes”. Parmi ceux-ci, l’abbé Moigno, lettres ne pouvaient pas être de Pascal. tiques donnaient des arguments astro- Socrate à Euclide, de Judas Iscariote à
bon mathématicien, rédacteur de la Chasles, blessé du soupçon, produisit à nomiques ou historiques, apparemment Marie-Madeleine, de Christophe Colomb
revue Les Mondes, revue hebdoma- la séance suivante des lettres de Pascal décisifs, contre la thèse de Chasles, et à Rabelais, d’Héloïse à Abélard, et de

n à l’Académie des sciences 1

daire des sciences et de leurs appli- comment celui-ci se défendait avec bec bien d’autres tout aussi improbables.
cations aux arts et à l'industrie, fut et ongles, faisant état à chaque fois de Alphonse Daudet s’inspira de l’affaire
l’un des plus enthousiastes. nouvelles lettres autographes de tout ce pour son roman “L’immortel”.
Les académiciens, toutefois, accueilli- qui avait un nom dans le monde scien- Lucas, cet autodidacte génial, qui avait
rent la grande nouvelle avec infiniment tifique, littéraire et politique des XVIIe dû travailler sans relâche pour fabriquer
plus de réserve. Ils croyaient fermement et XVIIIe siècles qui répondaient en détail autant de documents, fut condamné
que la science n’a pas de frontières et aux objections soulevées, formant un pour escroquerie à deux ans de prison.
que si l’on voulait dépouiller de sa gloire formidable faisceau de preuves à charge On pourrait certes se demander
Newton, d’ailleurs associé étranger de contre Newton. comment un grand savant pouvait être
l’Académie, il fallait un peu plus que de Les physiciens et astronomes de l’Aca- aussi naïf, mais ce serait oublier que la
vagues considérations qualitatives. Le démie, sceptiques de la première heure, passion ne connaît pas la raison, et les
physicien Duhamel, fut le premier à ne trouvaient pas de réponses à leurs autographes étaient la passion de
monter à l’assaut et à dire que les lettres arguments scientifiques dans ces docu- Chasles. Pour le public chauvin, il n’était
ne prouvaient rien. ments qui arrivaient si fort à propos et que trop vraisemblable qu’un Anglais
En effet, le mérite de Newton ne consis- dont l’abondance leur semblait suspecte, eût encore une fois piraté l’œuvre d’un
tait pas à avoir énoncé que l’attraction mais la discussion se prolongeait, car le Français, et il n’était que justice de réta-
était proportionnelle à l’inverse du carré sentiment général des académiciens blir la vérité.
de la distance, idée déjà fort répandue Michel Chasles (1793-1880) était que l’on devait écouter jusqu’au bout
dans les milieux scientifiques de un confrère respecté et aimé. La presse Mais il faut noter que la fierté nationale
l’époque, mais bien plutôt d’avoir nationale et les revues de vulgarisation ne joua aucun rôle à l’Académie, et
démontré mathématiquement les lois se faisaient, en général, l’écho des senti- lorsque le Secrétaire perpétuel Jean-
de Képler. Il fallait pour cela disposer de ments patriotiques et, à l’instar de l’en- Baptiste Dumas mit fin à cette pénible
données d’observation dont Pascal ne thousiaste abbé Moigno, en tenaient pour discussion, ce fut pour assurer que
pouvait pas avoir connaissance. En parti- Pascal. Par contre, mais il était relative- Newton n’avait rien souffert de cette
culier, il était nécessaire de connaître le ment isolé, le talentueux Wilfrid de tentative, ni dans sa gloire, ni surtout
rayon de la Terre pour pouvoir affirmer Fonvielle, chroniqueur de La Liberté, dans sa dignité 

11
Questions d’actualité

De
grands progrès ont été accomplis
récemment dans l’étude des neutrinos, ces parti-
cules aux propriétés encore peu élucidées et dont la détec-
tion défie l’imagination des physiciens. Les neutrinos jouent un
rôle capital depuis l’échelle microscopique avec la désintégration des
noyaux radioactifs jusqu’à celle de l’univers tout entier. La mise en évidence
de leur masse, qui se révèle être minuscule, ouvre de fait une fenêtre sur des
phénomènes à très haute énergie qui sont pour l’instant inaccessibles directement.

Les neutrinos,
omniprésents et insaisissables
les deux à la fois. Pour fixer les idées, un tégrations du boson Z°, le médiateur quarks et un doublet de leptons. Mais
neutrino d’énergie 1 GeV créé dans l’at- avec les bosons W de l’interaction faible. il a aussi des retombées en cosmologie!
mosphère terrestre par l’interaction de La plupart de ces désintégrations En effet, la valeur de Nν influe sur la
rayons cosmiques a une probabilité de conduisent à un état final où les parti- dépendance en température de l’univers
seulement 10 – 4 d’interagir lorsqu’il cules sont facilement détectables, mais primordial et donc sur la synthèse des
traverse un diamètre terrestre! une partie significative d’entre elles noyaux légers à partir des protons et
produit des paires neutrino-antineutrino neutrons libres. Or on sait depuis plus
Par Michel Davier 1 Cette difficulté de détection des qui échappent aux détecteurs. Par une d’une dizaine d’années que le modèle
neutrinos a rendu les progrès expéri- méthode très élégante basée sur les cosmologique standard et la mesure de
mentaux dans ce domaine plutôt lents. concepts mêmes de la mécanique quan- l’abondance des éléments tels que l’hy-
Un défi pour Si le neutrino a été “inventé” par Pauli tique, le nombre de types de neutrinos drogène et l’hélium montrent que la
les expérimentateurs dès 1931 pour expliquer le spectre en Nν supposés être couplés de manière valeur de Nν est 3 ou 4. La mesure de
énergie des électrons émis dans la standard au boson Z° peut être déter- LEP peut donc être vue comme une
usqu’à une échelle spatiale de 10 -18
J mètre, limite de la résolution expé-
rimentale actuelle, la matière est formée
radioactivité β des noyaux, sa mise en
évidence expérimentale par Reines et
Cowan n’a eu lieu qu’en 1953. Il s’agis-
miné. La qualité de cette mesure s’est
considérablement améliorée dans le
temps grâce au développement de
confirmation du modèle cosmologique
du big-bang. Finalement, remarquons
que la structure des quarks et des
de particules élémentaires: les quarks sait alors du neutrino associé à l’élec- nouveaux éléments de détecteur et à leptons en trois familles est une décou-
et les leptons. Si les quarks sont les tron. L’existence de deux types de de nouvelles méthodes de mesure de verte expérimentale, non prédite et
constituants des particules soumises neutrinos, l’un associé à l’électron, l’autre l’énergie des faisceaux par dépolari- encore inexpliquée par la théorie: si le
principalement à l’interaction forte, les au muon a été prouvée en 1962 par sation résonnante. La valeur finale, Modèle Standard des interactions forte
leptons n’y sont pas sensibles et leurs l’équipe de Lederman, Schwartz et Nν = 2.9841 + - 0.0083, établit sans équi- et électrofaible rend compte des pro-
propriétés découlent de l’effet des inter- Steinberger. Et c’est l’an dernier seule- voque l’existence de trois types de priétés relatives des quarks et des
actions électromagnétique et faible. Les ment que le neutrino associé au troi- neutrinos et, du fait de sa précision, leptons à l’intérieur de chaque famille,
leptons sont soit chargés électrique- sième lepton chargé connu, le lepton τ, prouve l’hypothèse d’universalité des il ne dit rien sur leur multiplicité qu’il
ment, comme l’électron et le muon, soit a été mis en évidence de façon directe. couplages. traite comme des répliques “mises à la
neutres, comme les neutrinos. De ce fait, main” de la première famille.
ces derniers n’interagissent avec les Ce résultat est d’une grande importance
autres particules que par la force d’inter- Trois neutrinos distincts dans la mesure où il place une borne à
L’énigme posée par
action faible, ce qui leur confère la redou- la structure en familles des quarks et de
table propriété d’être pratiquement Un des grands succès expérimentaux leptons: trois et seulement trois familles, les neutrinos solaires
insaisissables: il faut pour les détecter de ces dernières années est la détermi- chacune comprenant un doublet de
des appareils de très grande masse, ou nation du nombre de types de neutrinos. La difficulté de détection mentionnée
bénéficier de flux intenses, ou souvent Ce résultat majeur a été obtenu par les plus haut a conduit les physiciens à
expériences sur l’anneau de collisions imaginer des expériences mettant en
3 Membre de l’Académie des sciences, Professeur à
électron-positron LEP du CERN en jeu des sources intenses de neutrinos.
l’Université Paris-Sud Orsay observant environ 16 millions de désin- Ainsi, des étapes importantes ont-elles

12
Questions d’actualité
été franchies par l’utilisation des réac- déjà plus de 105 plus faible que la masse
teurs nucléaires, la mise en œuvre de de l’électron.
faisceaux concentrés de neutrinos pro- Comment donc expliquer les anomalies
duits avec des accélérateurs de parti- observées si les neutrinos ont une
cules. Mais des progrès décisifs ont été masse ? En fait, il faut non seulement
obtenus ces dernières années en se qu’ils soient massifs, mais que les trois
tournant vers des sources naturelles espèces de neutrinos aient des masses
cosmiques. D’une part, des flux intenses différentes. Il se produit alors un phéno-
de neutrinos sont émis par les étoiles, mène d’oscillations entre les trois types
soit en régime permanent grâce aux lors de leur propagation. Ce phénomène
réactions de fusion thermonucléaire qui de nature purement quantique est à
entretiennent leur combustion, soit à la l’oeuvre lorsqu’un système physique fait
fin de leur vie lorsqu’elles s’effondrent intervenir plusieurs bases d’états
et explosent en supernovae. D’autre part, voie, celle de la détection en temps réel Les expériences installées dans des propres. Dans le cas des neutrinos, il faut
les rayons cosmiques primaires, consti- des neutrinos solaires par le biais des laboratoires souterrains détectent les distinguer la base des états propres de
tués de protons et de noyaux légers, électrons produits par diffusion élastique interactions induites par les neutrinos masse et celle des états propres de l’in-
interagissent avec la haute atmosphère dans d’immenses réservoirs d’eau puri- par les particules produites. Ainsi l’in- teraction faible. La première base (ν1, ν2,
terrestre, produisant une gerbe de parti- fiée fonctionnant comme des détecteurs teraction d’un νe s’accompagne-t-elle ν3) est appropriée pour décrire la propa-
cules secondaires dont les produits de de rayonnement Cerenkov. Outre le fait d’un électron, alors que celle d’un νµ se gation où la fonction d’onde de chaque
désintégrations contiennent des neu- qu’ils sont basés sur des principes de caractérise par l’apparition d’un muon. état s’exprime alors simplement. La
trinos en abondance. Comme nous allons détection complètement différents, les Cette signature expérimentale claire seconde est la base habituelle des trois
le voir, ces deux approches ont apporté résultats obtenus par l’ensemble de ces permet une excellente séparation des types de neutrinos définis en relation
des informations considérables sur le expériences permettent de consolider deux types d’événements. avec les leptons chargés correspon-
problème de la masse des neutrinos. une image cohérente de l’émission de A la surprise générale, les mesures dants, soit (νe, νµ , ντ). Mathématique-
neutrinos solaires, avec des informations effectuées dans l’expérience SuperKa- ment, il existe une matrice unitaire 3 par
Du fait de sa relative proximité, le Soleil complémentaires sur le spectre en miokande, et confirmées depuis par 3 pour passer d’une base à l’autre, cette
est une source de neutrinos privilégiée énergie et sur la variabilité potentielle du d’autres groupes, montrent un déficit matrice dite de mélange dépendant en
pour l’expérimentation. Les réactions de flux en fonction de l’activité solaire. D’un très net de neutrinos νµ par rapport aux général de 4 paramètres : 3 angles
fusion produisent un flux soutenu et autre côté, les prédictions théoriques se neutrinos νe. En fait, le flux absolu de νe d’Euler et une phase. Un état νe produit
intense de neutrinos du type électron, sont considérablement affinées. Une est en bon accord avec la prédiction des dans le Soleil va se comporter comme
de l’ordre de 1015 par m2 de surface ter- difficulté réside dans l’extrême sensibi- modèles théoriques de gerbes, mais une superposition linéaire des trois états
restre et par seconde, pour des énergies lité à la température de certaines réac- c’est le taux de neutrinos νµ qui est de masse, chacun se propageant dans
supérieures à 100 keV. Ces réactions tions nucléaires dans le Soleil. Cepen- réduit. De plus, et c’est l’aspect sans l’espace avec sa fonction d’onde oscil-
forment un cycle, maintenant très bien dant ces ambiguïtés ont pu être levées doute le plus intéressant de ce problème, lante propre gouvernée par sa masse.
connu, dont le rôle dans la production de par des mesures sur les modes de vibra- le taux de réduction varie très significa- Les différentes composantes vont donc
neutrinos peut se ramener globalement tions du Soleil. L’observation de raies tivement suivant la direction d’arrivée progressivement se déphaser les unes
à une transmutation des protons en spectrales à la surface du Soleil a permis du neutrino, estimée par celle du muon par rapport aux autres, avec le résultat
neutrons. La mesure de ce flux sur Terre la mise en évidence des oscillations détecté : les neutrinos νµ produits au que l’état initial νe n’est pas préservé et
a été engagée depuis 1967 par le physi- propres de celui-ci. La sismologie solaire zénith, c’est-à-dire à environ 10-20 km que des composantes νµ et ντ appa-
cien américain Davis au moyen d’une a donc apporté un soutien de poids au du détecteur ont un flux normal, alors raissent. On peut montrer que le phéno-
réaction où les neutrinos transmutent modèle solaire standard et par là-même que ceux en provenance de l’atmosphère mène est caractérisé par une longueur,
des noyaux de chlore-37 en argon-37, validé les prédictions sur le flux de aux antipodes et ayant traversé (sans dite longueur d’oscillation, dépendant
ces derniers pouvant être signés un par neutrinos solaires. Le déficit observé peine) 13000 km sont fortement réduits des différences entre les carrés des
un lors de leur désintégration radioac- représente donc la première énigme à par rapport au flux théorique. Deuxième masses propres et des angles de la
tive ultérieure. Cette expérience radio- laquelle nous sommes confrontés. énigme de taille posée par les neutrinos! matrice de mélange.
chimique constitua à l’époque une
prouesse technique: elle mettait en jeu D’autres effets dus aux différentes
600 tonnes de trichloréthylène, placés à Le problème Des neutrinos massifs probabilités d’interaction des neutrinos
1 500 m de profondeur dans une mine des neutrinos atmo- et oscillants (νe, νµ , ντ ) semblent jouer un rôle
d’or désaffectée pour se débarrasser du
sphériques important lorsque les neutrinos se
bruit de fond des rayons cosmiques, et Il existe une solution élégante aux deux propagent dans la matière, par exemple
conduisait à la détection d’environ une La détection des neutrinos issus des énigmes que nous posent les neutrinos à l’intérieur du Soleil. Il se trouve que les
désintégration d’argon-37 par semaine. interactions de rayons cosmiques dans solaires et atmosphériques et qui est résultats expérimentaux discutés précé-
Le résultat fut à la mesure de l’effort: le l’atmosphère terrestre a apporté une basée sur le fait que ces neutrinos ont demment s’expliquent parfaitement par
flux mesuré était environ un tiers du flux nouvelle énigme. De quoi s’agit-il? De une masse. Ceci n’est pas surprenant ces phénomènes d’oscillations dont les
calculé par Bahcall. Il importait donc de manière très générale, on s’attend à ce en soi, les particules étant en général masses des neutrinos sont à l’origine.
confirmer le résultat expérimental et de que ces interactions, suivies par les massives. Dans le cas des neutrinos, les De plus, un certain découplage semble
s’assurer de la validité des prédictions désintégrations des particules secon- mesures directes de leur masse ont se produire dans la matrice de mélange,
théoriques. Cette double démarche a daires produites, conduisent à un rapport toujours donné des limites inférieures de telle sorte que l’on peut pratiquement
rythmé les progrès récents dans ce égal à 2 entre les nombres de neutrinos et l’habitude avait été prise de les consi- rendre compte des observations par
domaine. de type muon (νµ) et ceux de type élec- dérer comme ayant une masse nulle. deux matrices 2 par 2, chacune avec un
tron (νe), ceci tenant au fait que les Cependant, alors que la masse nulle du angle de rotation voisin de 45°, corres-
Tout d’abord, le déficit apparent de mésons π produisent pratiquement photon est dictée par l’invariance de pondant à un mélange maximal.
neutrinos solaires a été confirmé par de uniquement des neutrinos νµ et des jauge de la théorie électromagnétique, C’est ainsi que les neutrinos νe émis par
nombreuses expériences ultérieures. muons, chacun d’entre eux se désinté- aucun principe général ne semble exiger le Soleil oscillent en partie vers des
Parmi celles-ci, l’expérience européenne grant en électron, un neutrino νµ et un que les neutrinos soient sans masse. neutrinos νµ qui interagissent très peu
GALLEX dont le choix du gallium-71 neutrino νe (sans distinguer ici entre Néanmoins leur masse est certainement avec les détecteurs car leur énergie est
permettait d’accéder à des neutrinos neutrinos et antineutrinos). Comme il très faible au regard de celle des parti- bien inférieure à celle nécessaire pour
d’énergie beaucoup plus faible grâce à s’agit ici d’un rapport, la prédiction théo- cules auxquelles ils sont associés: les produire des muons. Cette conversion
son seuil à 230 keV. Les expériences rique est robuste et dépend peu des mesures les plus précises actuellement de νe en νµ va être prochainement testée
Kamiokande et surtout SuperKamio- modèles utilisés pour décrire les gerbes donnent pour le neutrino νe une masse grâce à une nouvelle expérience en fonc-
kande au Japon ont ouvert une nouvelle cosmiques dans l’atmosphère. inférieure à 3 eV/c2 environ, une valeur tionnement au Canada, SNO, qui a été

13
Questions d’actualité
conçue pour la détection directe des cules pour les neutrinos. La distinction
neutrinos νµ sur les noyaux de deuté- entre les deux scénarios ne peut se faire
rium présents dans un grand volume qu’à travers la mesure absolue des
d’eau lourde. La mesure d’un flux de masses de neutrinos. Plusieurs ap-
νµ exactement complémentaire de celui proches sont possibles: l’extension de
de νe apportera alors la preuve irréfu- la méthode utilisant la mesure du

“O
table de l’existence des oscillations. Les spectre en énergie des électrons dans
résultats préliminaires de SNO vont la désintégration β près de la limite ciné-
d’ailleurs dans ce sens. matique, ou l’observation de la désinté-
gration ββ sans neutrinos de certains bjets inanimés,
Dans le cas des neutrinos atmosphé- noyaux, ou alors la mesure du temps de avez-vous donc
riques, avec en complément des résul- vol des neutrinos prompts émis par une une âme ?”, demandait le poète. Sans
tats obtenus auprès d’un réacteur de supernova chronométrés par le rayon- vouloir répondre à sa place, on serait
la centrale de Chooz, l’explication réside nement synchrone d’ondes gravitation- tenté, à la lumière de la science des
dans une oscillation νµ - ντ, avec réduc- nelles. matériaux, de lui recommander d’inté-
tion du flux de νµ et apparition d’un flux grer dans sa réflexion le fait que les
de ν τ qui est malheureusement On peut s’interroger sur l’origine de
“stérile” dans les conditions de l’expé- l’extrême petitesse de la masse des
rience, comme dans le cas des neutrinos neutrinos. Une explication a priori para-
solaires. Des vérifications sont en cours doxale a été proposée : ceci pourrait
pour établir sans l’ombre d’un doute ce provenir de l’existence d’une très grande
mécanisme. Depuis un an, un faisceau échelle de masse M, caractéristique de
de neutrinos fourni par le synchrotron nouveaux phénomènes et qui fournirait
KEK près de Tokyo est dirigé à 250 km pour les neutrinos des masses de l’ordre
de là sur le détecteur SuperKamiokande de m2/M où m est la masse du lepton
pour confirmer la réduction du flux de chargé correspondant. Il est facile de
νµ dans des conditions mieux contrô- constater que les valeurs possibles pour
lées que pour les neutrinos atmosphé- M sont bien au delà des énergies actuel-
riques. Ce projet vient malheureusement lement disponibles avec les accéléra-
de subir un revers important à cause de teurs et, si ce mécanisme était vérifié, la
l’implosion en chaîne d’un grand nombre mesure des masses de neutrinos pour-
de photomultiplicateurs qui tapissent la rait apporter des informations pré-
cuve Cerenkov et le détecteur devra être cieuses et vraiment uniques sur des
reconstruit. Enfin dans quelques années phénomènes de très haute énergie.
un faisceau issu du CERN sera pointé Cette perspective justifie pleinement les
vers le laboratoire souterrain du Gran efforts expérimentaux déployés sur de
Sasso distant de 730 km. L’énergie des nombreux fronts afin d’élucider les
neutrinos sera suffisamment élevée derniers mystères des neutrinos 
pour permettre l’observation directe des
neutrinos ντ, apportant ici aussi la preuve
définitive.

Quelles masses
pour les neutrinos?
L’interprétation des résultats récents en
termes d’oscillations entre différents
types de neutrinos fournit des valeurs matériaux qui constituent ces “objets
pour les différences des carrés des inanimés” ont leur façon propre de
masses correspondantes. Plusieurs naître et de mourir et, dans l’intervalle,
solutions existent pour les neutrinos de vieillir… Certes, la “vie” ne se mani-
solaires avec ∆m2 de 10 – 5 à 10 – 10 (eV/c2) 2. feste pas chez eux avec la vigueur et la
Dans le cas des neutrinos atmosphé- splendeur qui marquent le règne animal
riques, la solution est unique et fournit ou végétal; leur vieillissement n’est pas
la valeur ∆m2 = (2.8 + - 0.8) 10 – 3 (eV/c2) 2. lié à la perturbation progressive ou au
Malgré ces résultats spectaculaires le ralentissement des cycles merveilleux
spectre de masse absolue des neutrinos qui entretiennent la flamme vitale et s’ef-
est encore inconnu. On peut encore fectue selon un rythme souvent plus lent
considérer à ce stade deux scénarios et, à coup sûr, moins spectaculaire; mais
extrêmes : l’un où les neutrinos sont ils subissent tout autant des ans l’irrépa-
pratiquement dégénérés en masse, rable outrage, par la mise en jeu impla-
avec une valeur pouvant atteindre la cable de mécanismes obéissant aux
limite expérimentale directe de 3 eV/c2 ; mêmes grandes lois de la nature. Un
l’autre avec un spectre de masse très anthropomorphisme de bon aloi n’a-t-il
étalé, où le neutrino le plus lourd “pèse” d’ailleurs pas inspiré à l’ingénieur un
60 meV/c2. Dans le premier cas, l’énergie vocabulaire technique évocateur: vieillis-
de masse des neutrinos joue un rôle sement, bien sûr, mais aussi pathologie,
cosmologique, par exemple dans la perte d’endurance, réduction de durée de
formation des grandes structures de vie, voire perte de mémoire ou fatigue?.…
galaxies. Le second cas, peut-être plus Au commencement, il y a ce péché
naturel, conduit à des masses minus- originel: les matériaux ont été fabriqués

14
Questions d’actualité
et mis en service dans un état qui n’est activés se mettent inexorablement en ment déplacées et agglomérées pour ont, au contraire du biologiste ou du
jamais vraiment un état d’équilibre ther- marche pour modifier la répartition des former des précipités, généralement médecin, toute latitude pour modifier
modynamique. Si même il l’était, il ne le constituants et la distribution, la densité, durs et cassants, mal liés à la matrice, d’emblée les conditions et les rythmes
serait que relativement aux conditions voire la nature des défauts intimes et qui sont de ce fait des sources poten- du vieillissement et en utiliser les méca-
de température, de pression et d’envi- de constitution qui régissaient ses tielles d’endommagement. nismes pour améliorer leurs “espèces”.
ronnement qui ont présidé à l’élabora- propriétés d’usage initiales. Dans quel Dans d’autres conditions, on pourra Ainsi de l’influence, dans certains
tion et ne seront plus celles de leur utili- sens évolueront-elles? Parfois dans un assister à la formation d’une grande alliages, du grossissement des préci-
sation. D’où une force motrice implacable, sens bénéfique (les vins se bonifient en densité de très petites particules, cette pités par vieillissement sur leur limite
engendrée par ce déséquilibre thermo- vieillissant ; il y a aussi des matériaux fois de taille nanométrique, ce qui durcit d’élasticité (de petits précipités cohé-
dynamique, qui agira inéluctablement fissurés qui “cicatrisent” avec l’âge!), le le matériau mais, du même coup, le rents peuvent être aisément cisaillés par
pour le réduire en modifiant l’architec- plus souvent cependant dans celui de fragilise et, concurremment, de manière les dislocations, ces défauts linéaires
ture intime de la matière et les propriétés leur dégradation, les microstructures encore plus pernicieuse car se produi- d’empilement cristallin dont la multi-
dont elle est responsable: c’est le vieillis- initiales ayant été optimisées pour l’uti- sant à plus basse température, à des plication et le déplacement régissent la
sement. lisation visée : raidissement, fragilisa- fluctuations spatiales de la composition plasticité, alors que d’autres méca-
tion, opacification, etc. On parle alors de chimique de la matrice en fer et en nismes sont mobilisés pour de gros
“vieillissement thermique” car, derrière chrome, capables de s’amplifier: cette précipités incohérents): ces mécanismes
Le “vieillissement le temps, responsable apparent, se “décomposition spinodale” se laisse peuvent être mis à profit dès l’élabora-
thermique” cache la toute-puissante température aujourd’hui analyser à la lumière de la tion du matériau, par exemple par des
et sa manière de régir l’activation ther- théorie des systèmes dynamiques et des traitements thermiques visant à obtenir
Il y a, bien sûr, ces évolutions spectacu- mique, la vraie coupable, et son obscur instabilités, de sorte qu’elle peut être une taille et une répartition optimales de
laires qui suivent immédiatement la travail de sape. combattue dès la conception. Un autre ces précipités, correspondant au “pic de
naissance de certains matériaux, qu’on Les mécanismes par lesquels agit le mécanisme de vieillissement dans les vieillissement” (on parle même, au-delà
pourrait dire prématurée: le polymère vieillissement thermique sont innom- matériaux métalliques est celui de la de ce pic, de “survieillissement”, qui peut
qui vient d’être synthétisé, le métal qui brables; l’un des plus étudiés dans les “ségrégation” de certains atomes dans être favorable à l’utilisation ultérieure).
vient de se solidifier ou le béton “jeune” matériaux métalliques est celui de la les zones les plus accueillantes, comme Dans le même esprit, l’observation des
qui vient d’être coulé n’ont pas encore précipitation et de son évolution tempo- le sont souvent les joints de grains où, à effets du vieillissement ayant opéré sur
les propriétés qu’on attend d’eux. Que relle. Prenez un bel et bon acier inoxy- cause de la désorientation des réseaux les roches sur des durées géologiques
la polymérisation de la matière plastique dable, aux apparences trompeuses d’im- des grains adjacents, l’arrangement peut être une source précieuse d’infor-
ou de la colle continue de se faire, que, muabilité et d’insensibilité au temps qui périodique des atomes est fortement mation, dont ne dispose guère le biolo-

Les matériaux
vieillissent aussi…
Par André Zaoui1

par un traitement thermique approprié, passe, et réchauffez-le suffisamment perturbé : la cohésion des joints de giste. Il en va de même de la possibilité
le métal voit une microstructure adé- longtemps de quelques centaines de grains peut s’en retrouver très altérée de conduire des essais “accélérés”,
quate s’établir et se stabiliser, que les degrés, puis observez-le au microscope et la tenue globale du matériau à la conçus pour étudier sur des temps
mécanismes d’hydratation du ciment électronique: vous y verrez, à l’intérieur rupture amoindrie. Là encore, le métal- courts les phénomènes et mécanismes
progressent suffisamment pour que la des grains, ces petits cristaux micro- lurgiste, instruit des risques, saura de vieillissement à long, voire à très long
prise se fasse et ces matériaux auront métriques qui le constituent, une répar- préconiser une plus grande pureté du terme, en soumettant les matériaux à
vite atteint l’âge adulte. Là commence tition assez régulière de nouvelles petites matériau ou de nouvelles additions, défa- des sollicitations plus sévères (typique-
alors pour eux le véritable vieillissement: particules, d’une taille de quelques vorables à la ségrégation. ment à des températures plus élevées)
les mécanismes qui avaient dominé le dixièmes de micromètre et d’une com- que celles correspondant au domaine
jeune âge et semblaient éteints conti- position chimique qui n’a rien à voir avec d’utilisation : on peut ainsi dégager, à
nueront à jouer lentement et d’autres se celle de la “matrice” qui les entoure. Maîtriser partir d’observations sur des durées
mettront en route. Extérieurement, rien Elles sont nées dans ces cristaux et ont le vieillissement accessibles à l’expérience, des règles
n’y paraît mais, à l’échelle fine de leur crû peu à peu, en consommant diverses d’extrapolation permettant de prévoir
constitution interne, les structures espèces chimiques présentes dans On perçoit ici une différence notable les effets du vieillissement à long terme
initiales évoluent dans le temps et les l’acier, comme le fer et le carbone, qui entre vieillissement des matériaux et sous sollicitations moindres. Séduisante
propriétés d’usage en font autant : si en sont les constituants de base, mais vieillissement biologique, non pas tant dans son principe, cette problématique
basse que soit la température d’utilisa- aussi le chrome et quelques autres pour ce qui est des causes profondes et peut cependant s’avérer fallacieuse. Elle
tion, elle n’atteint pas le “zéro absolu” éléments d’addition sans lesquels cet des mécanismes, mais pour ce qui n’est en effet pleinement justifiée que si
et des mécanismes thermiquement acier n’aurait pas ses vertus d’inoxyda- relève des remèdes possibles contre le un seul mécanisme de vieillissement
bilité : leur concentration ayant, aux vieillissement. Entièrement maîtres de
températures considérées, dépassé leur l’élaboration et de la conception, libres
limite de solubilité dans le matériau de surcroît de toute préoccupation bioé-
et leur diffusion ayant été rendue thique ou de tout soupçon d’eugénisme,
1 Correspondant de l’Académie des sciences,
Professeur à l’École polytechnique. possible, elles se sont progressive- le chercheur et l’ingénieur en matériaux

15
Questions d’actualité
thermique, obéissant à une loi d’activa- rents mécanismes élémentaires, de nées se font aux échelles fines dont il est tures. La variété de ses origines n’a alors
tion bien définie, telle la loi d’Arrhenius, leur cinétique et de leurs domaines d’ac- coutumier: effets d’une irradiation aux d’égale que celle des mécanismes en
qui exprime une certaine équivalence tion respectifs. neutrons ou au rayonnement ultraviolet, jeu et des échelles concernées. Sans
entre le temps et la température, est action de l’humidité sur les polymères, entrer dans le détail de cette diversité,
à l’œuvre. Que plusieurs mécanismes par hydrolyse ou par diffusion des molé- qui nourrit le développement de puis-
soient simultanément actifs, chacun D’autres façons cules d’eau entre les chaînes ou à l’in- sants moyens de simulation numérique
avec sa propre énergie d’activation, de vieillir… terface avec les fibres d’un composite. et d’analyse physique et chimique, on
qu’ils n’apparaissent que dans certains Le physico-chimiste se souciera de peut en deviner la complexité en
domaines de température ou, pire encore, Par extension, on parle encore de vieillis- “vieillissement chimique” des poly- évoquant le cas de la corrosion sous
que le vieillissement soit simultané- sement lorsque, sous l’effet de diverses mères, d’hydratation ou de déshydrata- tension. On connaît bien aujourd’hui les
ment régi par d’autres paramètres que sollicitations, des évolutions structurales tion des bétons, de certaines formes de principaux mécanismes de corrosion et
la seule température et tributaire d’ef- lentes se produisent, provoquant une corrosion dans un environnement leur cinétique ainsi que ceux qui régis-
fets de synergie échappant à une simple modification progressive des propriétés agressif… Autant alors adopter un point sent la fatigue mécanique, mais on est
règle de cumul et la logique des essais d’usage. Il règne à partir de là une de vue phénoménologique ne préjugeant loin d’avoir vraiment compris ceux qui
accélérés sera totalement compromise: certaine part d’arbitraire. Le métallur- pas des échelles concernées par les résultent de la combinaison de la corro-
elle ne saurait alors dispenser de l’iden- giste ne parlera de vieillissement que si mécanismes en jeu et étendre la notion sion et des sollicitations mécaniques :
tification délicate et laborieuse des diffé- les modifications structurales concer- de vieillissement à tout processus d’évo- on peut soupçonner la nature des syner-
lution structurale imperceptible à gies possibles entre ces sollicitations
l’échelle de l’utilisation mais se tradui- quand elles sont couplées en évoquant
sant par une modification lente et seulement la possibilité d’une fissura-
progressive des propriétés d’usage, tion répétée, sous l’effet d’efforts méca-
jusqu’à leur franche manifestation niques cycliques, des couches de passi-
macroscopique. Une vitre de verre se vation qui naissent en réaction à la
casse instantanément, de manière corrosion et celle de fournir ainsi régu-
fragile, sous l’effet d’un choc d’intensité lièrement à l’action de la corrosion de
suffisante : il n’est guère question de nouvelles surfaces particulièrement
vieillissement ; mais une bielle de réactives. Il est clair que la maîtrise de
moteur ou une aube de turboréacteur, ces processus demande, plus encore
soumise à un chargement mécanique que pour d’autres aspects du vieillisse-
cyclique, peut tenir magnifiquement ment des matériaux, une approche très
pendant des millions de cycles et, bruta- fortement interdisciplinaire, encore en
Figure 1: Microstructure de l’échantillon standard
lement, se rompre pour quelques cycles gestation.
de trop. Ce n’est pas par l’effet de Toute industrie doit se préoccuper de la
quelque soudain maléfice; tout a en fait durabilité des systèmes qu’elle produit:
commencé très tôt, de manière long- transports, énergie, conditionnement,
temps imperceptible: à partir d’un défaut information, communication… Il y va à
microscopique, souvent en surface, des la fois de la qualité des services rendus
microfissures se sont formées peu à peu, par ces systèmes et de la sécurité de
certaines se sont rassemblées en une leur utilisation. Les connaissances tech-
fissure plus importante qui, cycle après niques d’aujourd’hui permettent de
cycle, s’est lentement propagée jusqu’à garantir leur bonne mise en service et
atteindre enfin une dimension telle leur bon fonctionnement initial. Il en va
qu’elle pouvait provoquer une rupture autrement de la garantie de leur utili-
brutale. sation prolongée: les incertitudes qui s’y
On parle alors de “fatigue”, cause attachent relèvent d’abord d’une maîtrise
Figure 2: Microstructure de l’échantillon survieilli
courante de rupture différée : la pièce insuffisante du vieillissement des maté-
avait été dimensionnée pour supporter, riaux impliqués et de leurs assemblages
sur de courtes durées, le chargement dans les conditions effectives, parfois
prévu, à partir d’une bonne connaissance difficilement prévisibles, de leur utilisa-

L e vieillissement n’agit pas toujours dans le sens de la fragilisation des matériaux:


il peut aussi les rendre plus déformables, ce qui n’est pas forcément bénéfique! Les
figures ci-dessus montrent, dans deux états différents, la microstructure, vue en micro-
de la résistance à la rupture instantanée
du matériau constitutif ; elle n’en était
pas moins capable de “se fatiguer” et de
tion. C’est pourquoi ce domaine est l’un
des plus cruciaux de la science moderne
des matériaux et des structures: de la
scopie électronique en transmission, d’un superalliage à base de nickel (alliage NR3 “vieillir” sous l’effet de la répétition des conscience que les scientifiques en
élaboré par SNECMA pour disques de turboréacteur, apprécié pour sa résistance à chaud). efforts appliqués ou de leur maintien auront dépendront largement les progrès
À gauche, le matériau a subi un traitement thermique standard: on remarque non seule- prolongé, jusqu’à la rupture fatale. Ceci de demain dans tous les domaines de
ment les “gros” précipités (taille = 300 nm), dits secondaires, de la phase durcissante γ’ est maintenant bien connu et, surtout l’activité humaine.
mais aussi de petits précipités γ’ tertiaires (taille = 20 nm). À droite, le matériau a subi s’il dispose d’instruments performants Imaginons un instant, sans même
un traitement thermique supplémentaire, dit de “survieillissement” (revenu à 800 °C de contrôle non destructif en service, l’in- évoquer des durées géologiques, que
pendant 500 heures et refroidissement à l’air), qui a provoqué la disparition, par dissolu- génieur peut concevoir ses pièces en tout phénomène de vieillissement des
tion, des précipités γ’ tertiaires (observations de Sonia Raujol, Florence Pettinari-Sturmel, fonction de la “tolérance au dommage” matériaux ait été bloqué depuis la
Armand Coujou et Nicole Clément, CEMES - CNRS, Toulouse). L’effet de ce survieillis- du matériau, évaluer à tout moment leur préhistoire ! À quoi ressemblerait le
sement sur les propriétés mécaniques de l’alliage est spectaculaire: la disparition des “durée de vie résiduelle” et intervenir monde d’aujourd’hui? Quelle chance de
petits précipités facilite désormais la propagation des dislocations dans les couloirs défor- pour la prolonger ; mais tout n’est pas retrouver intacts les trésors du passé!
mables de la phase γ (en sombre) et augmente de ce fait considérablement la vitesse encore maîtrisé dans ce domaine, Quelle horreur que de devoir vivre au
de déformation sous charge constante (essais de fluage conduits par Pierre Caron et notamment quand il s’agit de charge- milieu d’un amoncellement continûment
Didier Locq, ONERA, Chatillon). Cette étude est motivée par la recherche d’alliages ayant ments aléatoires mal caractérisés, de croissant d’“ objets inanimés” ! Nais-
des durées de vie encore plus longues, sous des températures encore plus élevées, sollicitations multiaxiales complexes ou sance, vieillissement et mort des maté-
que ceux des actuels turboréacteurs pour vols subsoniques, dans l’optique d’un avion de matériaux très hétérogènes, comme riaux et des structures : oui, certaine-
supersonique de deuxième génération, éventuel successeur de Concorde (RRIT “Recherche les composites. ment et, par bien des côtés, heureu-
Aéronautique sur le Supersonique”). Ainsi compris, le vieillissement est omni- sement ! Une âme, pour autant ? Non,
présent et régit l’essentiel des propriétés tout de même!
de durabilité des matériaux et des struc- Encore que… 

16
La vie des séances
soient à son service, sous sa dépen- Le domaine de l’interaction homme- Sabah a évoqué des opérations de
dance, mettant ainsi en balance le machine est donc immense. Dans la recherche en cours dans son laboratoire
concept de convivialité avec celui d’au- conférence-débat organisée par l’Aca- visant à doter les machines de processus
tonomie. démie des sciences et l’Académie des d’interprétation et de génération
technologies le 3 décembre 2001, on d’images et de gestes.
La recherche de la convivialité entre un s’est limité à essayer de faire le point sur On peut conclure, aujourd’hui, si on
homme et une machine se traduit maté- trois questions: accepte certaines limites dans le champ
riellement par la présence d’interfaces 1. Pouvons-nous parler à ou commu- du vocabulaire, de la syntaxe et de la
(IHM) censées gérer au mieux les rela- niquer avec une machine en utilisant sémantique, qu’il est possible de parler
tions et les interactions entre les deux notre langage humain, ce langage arti- à des machines, et que celles ci existent

h
entités. Les théories ou les modèles culé, source de la pensée humaine qui déjà pour des services particuliers. Mais
d’IHM restent pauvres sur le fond parce nous a différenciés de toutes les autres des recherches complémentaires sont
que s’appuyant sur une connaissance créatures vivantes ? La machine peut- nécessaires. Quelle que soit sa langue,
approfondie des systèmes physiolo- elle comprendre le sens de notre chaque être humain a son langage
giques, sensoriels et psychiques de message? personnel lié à son expérience, son
l’homme. Elles doivent, par ailleurs, Gérard Sabah du CNRS-LIMSI, à propos éducation, son environnement. L’homme

Interaction
omme-
Par Erich Spitz 1 et Philippe Coiffet 2
machine
L es paléontologues nous ont appris
que l’homme se distinguait des
autres êtres vivants par sa faculté de
dépendre des propriétés d’autonomie
que peut posséder la machine. Aussi
bien, l’existence d’IHM repose aujour-
de cette question, a examiné les aspects
spécifiques posés par le traitement auto-
matique des langues et le dialogue
a la faculté de saisir le non-dit, au moins
partiellement, dans l’expression orale
et gestuelle d’un autre homme. Les
créer des outils afin d’agir sur son envi- d’hui presque uniquement sur la homme-machine, en insistant sur le fait machines ne le peuvent pas et ne le
ronnement. Dans le millénaire pré- maîtrise de technologies. Les applica- qu’ils font intervenir des aspects de l’in- pourront peut-être pas de sitôt, même
cédent, ces outils sont devenus des tions des IHM sont cependant, extrê- telligence artificielle et des systèmes si on compte sur les techniques d’ap-
machines dont la complexité s’est telle- mement nombreuses : conduite de collectifs, mais aussi des aspects linguis- prentissage pour progresser. Par
ment accrue au siècle dernier qu’on peut voitures, pilotage d’engins, simulateurs, tiques, psychologiques et neurobiolo- ailleurs, dans l’application à la traduc-
penser qu’elles sont en passe de devenir conduite de robots, d’usines, téléchi- giques. Il a présenté son approche pour tion entre langues étrangères ce que
autonomes dans leurs actions. Comme rurgie, systèmes de réalité virtuelle, etc… résoudre les différents problèmes en recouvre la pensée d’un homme qui s’ex-
dans tout progrès scientifique et tech- l’illustrant par des expériences concrètes prime dans sa langue maternelle peut
nologique, cette potentialité est à double On notera le glissement des domaines montrant les capacités de son système présenter de grandes difficultés à être
tranchant: d’un côté, l’espoir de simpli- de recherche sur ces sujets. Tradition- à s’ancrer dans les perceptions et à exprimé correctement avec les mots
fier la vie de l’homme, de l’autre, la peur nellement, la conception de machines construire de nouveaux concepts tout en d’une autre langue.
d’une prise de pouvoir par les machines faisant appel aux mécaniciens, électro- acquérant des capacités langagières 2. La machine peut-elle prolonger l’ac-
ou par ceux qui sauraient encore les techniciens, automaticiens, informati- syntaxiques et lexicales. Des moyens non tion de l’homme à distance?
maîtriser. ciens. Les progrès fulgurants dans langagiers sont également nécessaires Ce sujet a été commenté par Philippe
ces domaines (circuits électroniques, pour développer le naturel des commu- Coiffet de l’Académie des technologies.
Deux éléments viennent cependant la miniaturisation de composants, nications homme-machine. Gérard Il correspond à la problématique de la
contrarier une vision du futur asservi au les nanotechnologies) permettaient de téléopération ou travail à distance avec
règne des machines. Le premier réside prévoir des performances quasi illi- une machine collaborant avec son
dans la difficulté scientifique sinon dans mitées. Mais pour la conception de opérateur humain.
l’impossibilité d’atteindre un niveau d’au- machines conviviales, il faut aujourd’hui L’efficacité d’un système de téléopéra-
tonomie comparable à celui d’un être y rajouter des spécialistes en biologie, tion dépend alors de la manière dont on
1 Correspondant de l’Académie des sciences et
humain. Le second a trait à la volonté de neurobiologie, psychologie, neuros- Membre de l’Académie de technologies
peut mettre en œuvre les deux fonc-
l’homme de créer des machines qui ciences cognitives etc… 2 Membre de l’Académie de technologies tionnalités suivantes:

17
La vie des séances
 annuler artificiellement la distance conséquences socio-économiques pour-
entre l’homme et la machine afin que raient être importantes.
le premier soit “près de la machine”, 3. La connaissance du fonctionnement
“ dans le monde de la machine”. C’est de l’homme, de la machine humaine,
le problème de la présence ou de la si complexe et si subtile peut-elle nous
téléprésence, apprendre à construire des machines
 doter la machine d’un niveau suffisant mieux adaptées à leur utilisation?
d’autonomie de comportement afin Cette question a été explicitée par Alain
qu’elle soit un partenaire ou un assis- Berthoz de l’Académie des sciences, en biologique”, suggérant que les mêmes
tant efficace. s’appuyant sur un exemple: l’intégration règles gouvernent la perception et la
On peut classer les difficultés en quatre multisensorielle dans la perception de production des actions;
classes principales: l’espace et la mémoire des déplace-  l’utilisation de référentiels variés (égo-
 l’ergonomie de la commande manuelle; ments. centrés, allo-centrés) et d’un réper-
 la qualité des retours informatifs Au cours de l’évolution, les organismes toire de stratégies cognitives (utilisées
depuis la machine vers l’opérateur vivants ont en effet découvert et utilisé de façon différentes, par exemple, par
humain; des simplifications remarquables de la les hommes et par les femmes) pour
 le choix du niveau d’autonomie dont on neurocomputation. résoudre un même problème de repré-
peut doter la machine et celui de la Par exemple: sentation mentale de l’espace ou de
stratégie de collaboration;  la décomposition par le cerveau des mémoire des trajets. Ces processus
 la résolution des problèmes de délais informations données par les capteurs peuvent être étudiés grâce aux métho-
de transmission des commandes/ de mouvements en variables (rotations, des de la psychologie expérimentale,
contrôles entre l’homme et la machine. translations, direction), semblables à l’enregistrement de neurones chez
Les pistes pour proposer des solutions celles de la géométrie euclidienne; l’animal en activité, l’imagerie céré-
sont variées et facilitées aujourd’hui par  la mesure de la distance, à partir de brale, la neuropsychologie et la modé-
les techniques de réalité virtuelle et d’in- variables directement fournies par la lisation des processus.
telligence artificielle. Pour réaliser des détection visuelle, du “temps jusqu’au Enfin, Alain Berthoz a évoqué la possi-
progrès, il faudra surtout: contact” sans qu’il soit besoin de faire bilité d’utiliser les technologies de réalité
 mieux identifier et comprendre le fonc- un “calcul” géométrique; virtuelle pour l’élaboration, par exemple,
tionnement du système sensoriel  l’utilisation, pour la perception visuelle, de simulateurs, mais aussi de nouvelles
humain dans son ensemble; de propriétés (symétrie, rigidité, thérapies cognitives dans des affections
 mieux comprendre la comportement stationnarité…) qui facilitent l’extrac- liées à l’âge, ou même psychiatriques,
humain lors de l’exécution d’une tâche. tion d’invariants dans la complexité du dues à la désorientation spatiale.
Les progrès des dernières années en flux optique; En conclusion, les nombreuses ques-
commande téléopérée ont été rapides.  l’existence de lois simples liant la tions posées aux intervenants ont mon-
On peut penser obtenir des systèmes de production, la courbure et la vitesse tré l’attraction qu’exerce le concept de
Système de téléexistence (Université de Tokyo).
télétravail ou de télécommande de tangentielle dans la production d’une machine intelligente en même temps
En bas, le poste de commande; en haut: le robot robots suffisamment conviviaux et effi- trajectoire motrice. Cette loi contraint que l’inquiétude générée par l’idée que
anthropomorphique. Grâce aux techniques de
réalité virtuelle, l’opérateur se trouve sujective-
caces pour générer une demande aussi la perception du mouvement la machine pourrait échapper à l’homme
ment à la place du robot. massive d’ici quelques lustres. Les visuel et la perception du “mouvement et s’imposer comme son égal ou son
maître. Cette crainte est celle de l’in-
connu. En fait, il y a probablement dans
le public une confusion entre deux caté-
gories de machines:
 celles qui ne font que mettre en œuvre
des automatismes programmés par
l’homme, un peu à l’image des
animaux inférieurs et qui n’ont rien à
voir avec l’intelligence humaine. Ces
machines peuvent être très complexes
dans leur comportement; on peut les
programmer pour qu’on ne puisse pas
arrêter l’exécution de leur mission.
Elles peuvent donc s’avérer extrême-
ment dangereuses et on sait très bien
les fabriquer aujourd’hui. De celles-la
on peut avoir peur,
 celles où l’on tente d’implanter
certaines formes d’intelligence hu-
maine, permettant en particulier des
échanges “naturels” avec des êtres
humains. C’est bien ces machines qu’il
faut développer et qui diminuent, en
principe, le risque associé aux précé-
dentes. Mais un homme libre est-il lui
même plus rassurant qu’une machine
Système de téléopération pour des applications nucléaires. L’opérateur, en activant le bras maître à retours d’efforts et en utilisant des lunettes redonnant le relief, programmée?
manœuvre au sein du monde virtuel, copie du monde réel, comme s’il était présent.
Quant à savoir si finalement les pro-
priétés des secondes qu’on ne maîtrise
pas encore bien pourraient être trans-
férées aux premières en augmentant
leur danger potentiel, c’est une question
qui reste posée 

18
La vie des séances
cesse la sélectivité des opérations les premiers. La surface devient
de concentration des minerais par de plus en plus hydrophobe. De
flottation (70 % des besoins). Enfin, cette dernière observation, on
l’utilisation croissante des miné- déduira que les tensioactifs
raux industriels dans les maté- ioniques sont d’excellents traceurs
riaux composites ou polyphasés de l’hétérogénéité superficielle
en tant que charges renforçantes, des minéraux. Ces résultats ont pu
diluants ou pigments minéraux  des propriétés superficielles des être obtenus par l’utilisation de
subira une véritable révolution le solides hydrophiles après méthodes aussi diverses que la
jour où seront mieux compris les immersion dans l’eau. Les microcalorimétrie d’adsorption,
interactions des minéraux avec auteurs ont rappelé l’importance l’ellipsométrie, la spectroscopie de
leur milieu d’utilisation. de la couche d’eau structurée (2 déclin de fluorescence, la diffusion

Les phéno- Dans ce domaine des Géos-


à 3 couches d’eau en moyenne).
Elle est solidaire du solide et
des neutrons, la microscopie à
force atomique, la spectrométrie

mènes aux ciences, l’étude des propriétés de


surface des minéraux naturels et
empêche toute mesure directe
des chaleurs nette d’adsorption.
infrarouge couplée à la réflexion
externe qui viennent compléter

interfaces des solides mal cristallisés


présente donc des interactions
Elle est déplacée par l’adsorp-
tion des tensio-actifs ou des
l’analyse conventionnelle des
isothermes d’adsorption. Si le
et les fortes avec les sciences voisines
mais aussi des applications
polymères. Elle protège certains
solides d’un broyage fin ce qui
tensioactif ionique est susceptible
de précipiter (cas des acides gras
Géosciences importantes dans l’industrie et les nécessite l’utilisation de “réactifs en présence d’ions calcium), l’utili-
sciences de l’environnement. déstructurants” de l’eau. Le sation de la réflexion externe
mécanisme d’acquisition par les montre que la surface se recouvre
Par Jean Maurice Cases 1
Les présentations ont plus parti- solides immergés d’une charge très rapidement de multicouches
culièrement porté sur les méca- superficielle, fonction dans de (20 dans le cas de la fluorine). Ces
Une séance s’est tenue le lundi nismes de rétention des adsorbats nombreux cas du pH (hydrolyse couches ne sont pas stables. La
10 décembre, dans la salle de par les solides en solution de sites amphotères), et respon- phase adsorbée se désorbe en
l’Académie des sciences, sous aqueuse. Une bonne approche sable de l’adsorption des quelques minutes pour atteindre
la présidence de MM Hubert scientifique de ces phénomènes espèces ioniques ou neutres (cas des valeurs de taux de recouvre-
Curien et Jean Dercourt assistés impose la prise en compte: des alcools au point de charge ment de la surface de l’ordre de la
de M. Georges Pédro. Elle a été nulle) a été discuté ainsi que les monocouche ou moins. Ce phéno-
consacrée aux connaissances  des propriétés structurales et différents modèles utilisés. L’ac- mène étant proche de ceux décrits
nécessaires à une meilleure cristallochimiques des roches et cent a surtout été mis sur la par Otswald.
compréhension des phénomènes des minéraux qui la composent. mise au point récente d’une
aux interfaces et à leurs applica- La caractérisation de l’hétérogé- méthode de titration potentio- Pour conclure, les exposés ont
tions dans le domaine des Géos- néité des milieux naturels, l’in- métrique haute résolution permis de montrer que la compré-
ciences. fluence des impuretés sur la permettant la caractérisation hension des mécanismes d’ad-
forme des particules élémen- des distributions d’affinités sorption ou de rétention dans les
L’importance du sujet traité peut taires et tout particulièrement protoniques et les valeurs de pK milieux naturels passent d’une
être illustré par quelques des argiles, la connaissance et la des différents types de sites. part par la connaissance de l’hété-
exemples. La physicochimie des nature des minéraux amorphes rogénéité de la roche et des
interfaces porte sur la caractérisa- constituent la première étape Ces connaissances permettent de propriétés superficielles des
tion, l’analyse, la modélisation des incontournable des recherches, préciser les mécanismes de minéraux qui la constituent et
phénomènes qui se manifestent rétention des adsorbats. Le choix d’autre part par une connaissance
aux limites entre phases.  des propriétés texturales du s’est porté sur les tensioactifs, la plus approfondie possible de la
De ce fait, son champ scientifique solide avant immersion dans réactifs susceptibles de se fixer physico-chimie des adsorbants en
englobe non seulement les condi- l’eau. Il s’agit, non seulement de sur la surface par l’intermédiaire solution aqueuse. Les mêmes
tions de génèse des phases miné- mesurer la surface spécifique de liaisons normales fortes de remarques s’appliquent à la dyna-
rales, leur équilibre avec leur des minéraux mais surtout de nature électrostatique ou mique et à la réactivité des assem-
milieu ambiant et les mécanismes déterminer leur hétérogénéité chimique (cas des tensioactifs blages organo-minéraux présents
d’altération mais aussi la connais- énergétique superficielle. Les ioniques) ou de liaisons faibles de dans nos rivières 
sance du rôle de l’eau dans les sols méthodes récentes de volumé- type liaison hydrogène (cas des
et l’ensemble des phénomènes où trie d’adsorption de gaz basse tensioactifs non ioniques). Les liai-
interviennent des interactions pression en quasi équilibre sons fortes entre les chaînes
eau-roches. Il s’agit d’acquérir de permettent après modélisation aliphatiques sont à l’origine de la
nouvelles connaissances néces- de caractériser la courbe de formation d’agrégats superficiels
saires à une meilleure gestion et distribution énergétique des de nature très variée: micelles
une meilleure protection du patri- sites superficiels et ainsi par sphériques si les liaisons
moine “eau continentale”, d’opti- exemple, la mesure du facteur normales sont faibles (la surface
miser de nombreuses opérations de forme des minéraux phylli- reste toujours hydrophile quelque
de génie civil dont les prévisions teux, c’est à dire la connaissance soit le taux de recouvrement),
concernant la stabilité des terrains des faces basales et latérales, la agrégats lamellaires à une couche
et la mise au point de nouveaux détection des sites d’adsorption si les liaisons normales sont
géomatériaux, de permettre l’ex- de forte énergie, l’étude plus fine fortes. Dans ce cas le remplissage
ploitation d’importantes réserves de la porosité des minéraux et de la surface se fait progressive-
de pétrole qui seront abandonnées des roches. Un très bel exemple ment par condensation bidimen-
si de nouvelles méthodes de récu- d’application concerne la mise sionnelle des molécules sur les
pération assistée, à un coût accep- au point de certains charbons différents domaines homogènes
table, ne sont pas mises rapide- actifs susceptibles de retenir des de la surface. Les domaines les
ment au point, d’améliorer sans contaminants spécifiques, plus énergétiques étant remplis

1 Directeur de recherche émérite du CNRS

19
La vie de l’Académie
Relations La Grande base nucléique, des subtilités
stéréochimiques ... L'établisse-

avec l’Aca- médaille d'or ment de sa structure par radiocris-


tallographie avait été un tour de

démie des L’enseigne- 2001 de force justifiant le Prix Nobel


attribué à Madame Dorothy Crow-
sciences du ment en l'Académie foot-Hodgkin. Par la synthèse
totale de la vitamine B12, réalisée,
Sénégal Bolivie des sciences par une collaboration transatlan-
tique exemplaire avec Robert
Woodward, il a montré que la
Par Yves Quéré 1 Par Yves Quéré synthèse d'aucune molécule natu-
relle, quelle que soit sa complexité,
Parmi les actions lancées A la suite d’un accord avec l’Aca- La grande médaille d'or 2001 de n'était désormais hors de portée
récemment par l’InterAcademy démie bolivienne des sciences, l'Académie des sciences a été des chimistes organiciens.
Panel (IAP), celle de l’aide au notre Académie a décidé de décernée à Albert Eschenmoser, né Depuis les années 90, par la
développement des jeunes contribuer à l’enseignement en 1925. De nationalité suisse, synthèse d'analogues des acides
académies est sans doute l’une d’une Maestria (maîtrise) de Albert Eschenmoser a fait toutes nucléiques comprenant d'autres
des plus concrètes. Elle physiologie, à La Paz. ses études et sa carrière à l'école sucres que le ribose, par exemple
consiste à proposer aux jeunes polytechnique fédérale de Zurich. du glucose, il a montré comment
la lettre n 3 / printemps 2002
0

académies des sciences,


notamment à celles du conti-
Jusqu’à présent, l’absence d’un
tel enseignement en Bolivie
Après y avoir pris sa retraite, il s'y
est inscrit comme post-doc,
pourrait éventuellement être
fondée une “ autre vie ”, sur une
de l’ Académie des sciences
nent africain, des stages imposait aux jeunes Boliviens suivant en cela l'exemple de son autre planète. Au début d'un siècle
destinés aux personnels de désireux de faire une thèse, de éminent collègue, notre regretté qui voit devenir opérationnelles Publication de l'Académie
des sciences
gouvernance de ces académies, se rendre à l’étranger. Il nous a confrère Vladimir Prelog. Il des disciplines comme l'exobio-
leur permettant d’effectuer des donc semblé utile de proposer à partage actuellement ses activités logie, c'est une contribution des 23, quai de Conti 75006 PARIS
Tel: 01-44-41-43-68
visites approfondies dans des l’Académie bolivienne et à l’Ins- entre l'EPZ et la Scripps Institution plus importantes.
Fax: 01-44-41-43-84
académies plus anciennes. titut Bolivien de Biologie de l’Al- de la Jolla, où il a monté une Albert Eschenmoser est unanime- http: www.academie-sciences.fr
titude (IBBA), laboratoire équipe de recherche active. ment reconnu comme l'une des
Directeur de publication:
C’est dans ce cadre que notre soutenu par la France, de colla- Albert Eschenmoser est un géant figures les plus marquantes de la Nicole Le Douarin
Académie a reçu récemment, borer à cet enseignement par de la chimie organique moderne. Chimie organique moderne 
Directoire:
avec le soutien financier de la l’envoi de deux chercheurs fran- Outre une énorme production de Nicole Le Douarin
Fondation Bettencourt çais qui assureraient chacun nouvelles réactions, de nouvelles Jean Dercourt
Schueller, la visite de trois deux semaines de cours intensif structures, de thésards formés aux
représentants de l’Académie en espagnol. L’Ambassade de disciplines les plus strictes, il a son Élections Rédacteur en chef:
Jean-Didier Vincent
des sciences du Sénégal: MM. I.
Diop Mar, Secrétaire perpétuel,
France en Bolivie et l’Académie
des sciences ont pu prendre en
actif trois réalisations majeures,
qui marquent de façon décisive la d’Associés Secrétariat général de rédaction:
Marie-Christine Brissot
O. Dia, Membre du Bureau, et
O. Fall, Directeur de cabinet du
charge les séjours et les
voyages de ces deux cher-
seconde moitié du siècle passé.
Par la règle isoprénique biogéné-
étrangers Conception graphique
Direction artistique
Président. MM. Dia et Fall, qui cheurs. tique, à l'établissement de laquelle Nicolas Guilbert
ayant séjourné respectivement il a puissamment contribué il y a L’Académie des sciences Photographies:
deux et quatre semaines, ont pu Il s’agit de Madame Mayaux, près de cinquante ans, il a donné la procède actuellement p. 1, L’Hiver: Pierre 1er Legros,
Musée du Louvre (DR) photo N.G.,
ainsi passer un temps raison- épidémiologiste à l’INSERM, du clé expliquant le mécanisme de (1er semestre 2002) à l’élection p. 13, Monsieur Jaz: N. Guilbert, col.
nable dans chacun des services laboratoire de recherche en formation des dérivés terpéniques, de 24 associés étrangers, privée,
pp. 5, 6, 8, 19, N. Guilbert,
de l’académie, les regarder santé publique, à Bicêtre et de constituants universels des êtres scientifiques mondialement pp. 2, 6, 7, 8, 10, 11, 12, 16, 18, 19, 20 (DR).
fonctionner, poser des ques- Monsieur Pont-Lezica, du labo- vivants. Tout le monde connaît le reconnus. Les informations
Comité de rédaction:
tions et proposer des commen- ratoire CNRS/Université Paul cholestérol ou l'odeur de la rose, la relatives à ces élections ne
Jean-François Bach, Roger Balian, Jack
taires. L’expérience a semblé Sabatier de Toulouse “signaux couleur blanche de l'écorce de pourront donc être diffusées Blachère, Édouard Brézin,
suffisamment positive à nos et messages cellulaires chez bouleau ou celle, rouge, de la que dans le numéro de l’été Pierre Buser, Paul Caro,
Jules Hoffmann, Alain Pompidou, Pierre
amis sénégalais pour que les végétaux”. tomate, les vitamines A ou D, les 2002  Potier, Éric Spitz,
d’autres académies d’Afrique hormones stéroïdes etc. Jean-Christophe Yoccoz
(francophone et anglophone) Ces deux chercheurs ont Dans les années 80, Albert Photogravure & impression:
aient manifesté le souhait de
nous rendre des visites de
apprécié l’organisation des
cours, et l’intérêt porté par les
Eschenmoser a participé à une
entreprise folle: la synthèse de la
Carnet Edipro/PrintreferenceTM
0141404900

même nature. étudiants à leur enseignement. vitamine B12, la structure orga-


Ils ont aussi été favorablement nique la plus complexe connue: Guy Blaudin de Thé,
Des expériences analogues impressionnés par la qualité elle combine un squelette qui Correspondant de l’Académie
sont prévues avec pour cadres des recherches menées à ressemble à celui de la chloro- des sciences, dans la section
l’Académie de Suède, la TWAS l’IBBA. phylle ou de l'hémoglobine, mais “Biologie humaine et sciences
(Third World Academy on en beaucoup plus compliqué, avec médicales”, a été élu, le
Sciences) et la NAS (National Ces résultats positifs nous un atome de cobalt, un sucre, une 1er octobre 2001, Membre
Academy of Sciences des États- encouragent à renouveler cette associé étranger de l’Institut de
Unis)  collaboration l’an prochain  médecine de l’Académie des
sciences des États-Unis.
Il partage cet honneur avec deux
britanniques, le Professeur
Rudolph Klein, de l’Institut supé-
rieur d’économie de Londres et
le Professeur John Newsom-
Davis, du Département de
neurologie clinique de l’Univer-
1 Membre de l'Académie des sciences Albert Eschenmoser sité d’Oxford 

20

Vous aimerez peut-être aussi