Vous êtes sur la page 1sur 39

Chapitre 4

Procédures de gestion des ressources


radio dans un réseau cellulaire
Hend Koubaa
Plan :

1. Procédures de sélection de cellule dans 2G, 3G et 4G

2. Gestion physique du lien radio (Contrôle de puissance) dans 2G, 3G et 4G

3. Handover dans 2G, 3G et 4G

2
1. Procédures de sélection de cellule

3
Types de sélection de cellule dans 2G
Sélection normale : sélection sur toutes les fréquences possibles; Moyenne sur au moins 5 mesures
par fréquence étalées au moins sur 3 secondes (Le mobile cherche les 30 porteuses les mieux reçues et
mémorise celles qui supportent une voie balise),
Sélection sur liste : lorsque la station mobile a en mémoire les voies balises du PLMN sélectionné lors
de la dernière mise sous tension. Le mobile constitue donc une liste de voies balises
La station mobile recherche une cellule convenable (candidates) dans la liste mémorisée ou constituée.
Lorsque la station mobile a trouvé une cellule convenable, elle lit l’identité de la zone de localisation et
s’inscrit si nécessaire
Une fois l’inscription est acceptée, elle se cale sur la voie balise en attente d’un appel éventuel et en
surveillance constante pour détecter une sortie de cellule
Si l’inscription est rejetée, le mobile stocke le numéro de la zone de localisation qui lui est interdite pour
éviter de tenter à nouveau une inscription

4
Critères de mesures effectuées

Il faut vérifier si le mobile se trouve toujours à l’intérieur de la cellule


On utilise un critère d’affaiblissement C1 qui ne concerne que la cellule courante
On peut utiliser un autre critère C2 dont l’objet est de comparer les cellules voisines à la
cellule courante
C1 et C2 se mesurent au minimum une fois toutes les 5 secondes
Sélection de la cellule initiale est en fonction du critère C1 : valeur de C1 la plus
importante
La resélection a lieu si l’un de ces évènements est vérifié pendant une durée supérieure
ou égale à 5 secondes
C1 indique que la cellule courante présente un affaiblissement important
La MS ne reçoit plus les messages de signalisation sur le lien descendant
La cellule courante est passée dans l’état interdit
Il existe une meilleure cellule relativement au critère C2
Une tentative d’accès aléatoire est infructueuse après le nombre maximum de transmissions autorisé
5
Critères de sélection/resélection : critère d’affaiblissement C1
Le critère d’affaiblissement C1 a pour objet de s’assurer qu’une communication entre la station mobile et le
réseau serait de bonne qualité sur les deux liens montant et descendant.
Pour la sélection de cellule, le mobile mesure le niveau du signal reçu RXLEV sur le canal de diffusion pour
la cellule courante et les cellules voisines.
Il écoute sur le lien descendant les informations suivantes :
RXLEV_ACCESS_MIN : niveau minimum de réception requis dans la cellule
MS_TXPWR_MAX_CCH : puissance maximum d’émission autorisée à la MS (bordure de la cellule)
Pour que la liaison descendante soit de bonne qualité
A>0 Où A= RXLEV - RXLEV_ACCESS_MIN (dBm);
Pour que la liaison montante soit de bonne qualité
B<0 Où B = MS_TXPWR_MAX_CCH - P (dBm); avec P est la puissance maximale de la MS
Le critère d’affaiblissement C1 est
B < 0 ou si B>0,A – B >0
La norme présente C1 :
C1= A – Max(B,0); C1 doit être positif
=> Les mobiles de puissance élevée ont plus de cellules candidates que les mobiles de puissance inférieure
6
Critères de sélection/resélection : critère de resélection C2

Composante temporelle optionnelle, cette composante permet de défavoriser une cellule pendant un temps
donné
Un objectif est par exemple d’empêcher un mobile à vitesse élevée de choisir (se caler sur ) une cellule de
petite taille
Avec composante temporelle C2 s’écrit (PENALTY_TIME : 20s-620s) :
Si T<PENALTY_TIME
C2= C1 + CELL_RESELECT_OFFSET – TEMPORARY_OFFSET
Si T>PENALTY_TIME
C2= C1 + CELL_RESELECT_OFFSET
T est un temporisateur démarrant à 0 au moment où la voie balise a été placée parmi les 6 meilleures
porteuses; incrémenté de 1 à chaque trame TDMA et remis à 0 quand la voie balise n’est plus dans la liste
des 6 meilleures porteuses
Sans composante temporelle C2 s’écrit (PENALTY_TIME=640s)
C2= C1 - CELL_RESELECT_OFFSET

7
Exemple
Un mobile 2W (33dBm) reçoit deux signaux de deux bts 1 et 2, une sur la bande 900
MHz (33dBm) et une sur la bande 1800 MHz (30dBm); Pr1= -80 dBm et Pr2= -87dBm,
RXLEV_ACCESS_MIN= -100 dBm
On suppose que pour la cellule 2, CELL_RESELECT_OFFSET= 10 dBm,
TEMPORARY_OFFSET= 20 dBm, PENALTY_TIME=640s
Pour la cellule 2, C2=C1
Quelle cellule va-t-il choisir le mobile?
C1 pour BTS1 et pour BTS2
Et si on change les paramètres pour la cellule 2
CELL_RESELECT_OFFSET= 10 dBm,
TEMPORARY_OFFSET= 0 dB, PENALTY_TIME<640s

8
Critères de sélection/resélection : utilisation du critère C2
Mobilité -> déplacement sur la frontière de deux zones de localisation
Sélectionner alternativement deux cellules appartenant à deux zones de localisation différentes
Chaque changement de zone de localisation entraîne une inscription
Trafic de signalisation important
Risque de perte des messages d’avis de recherche
Pour éviter cela, un paramètre CELL_RESELECT_HYSTERESIS est utilisé conjointement avec le critère C2.

Une voie balise appartenant à une zone de localisation différente de la zone de localisation courante du
mobile est déclarée meilleure si :
C2candidat > C2courant + CELL_RESELECT_HYSTERESIS
Une voie balise appartenant à la même zone de localisation que celle du mobile est déclarée meilleure si:
C2candidat > C2courant
CELL_RESELECT_HYSTERESIS est diffusé sur le lien descendant et sa valeur peut varier d’une cellule à
une autre

9
Sélection et ré-sélection de cellules dans 3G
En mode veille, l'équipement utilisateur (UE) sélectionne une cellule appropriée de celle
sélectionnée du PLMN pour camper sur elle.
Après la sélection des cellules l'équipement utilisateur (UE) s’attache et s’enregistre à l'un ou les
deux des réseaux de cœur (CN) supporté par le PLMN.
L'équipement utilisateur effectue (UE) également une re-sélection de cellule en fonction des
mesures radio.
La re-sélection de cellule assure que l'équipement utilisateur (UE) est toujours campé sur la cellule
qui donne la plus forte probabilité pour une connexion réussie.

10
Critères de mesures
Les mesures utilisées dans les processus de sélection et de ré-sélection de cellules
sont RSCP et Ec/No.Avec :
 Ec/No : Qualité du signal.
 RSCP : Niveau de signal.
Received Signal Code Power (RSCP) représente le niveau de la puissance reçue de la
fréquence pilote d'une station de base.
Il interprète notamment l'affaiblissement de la propagation.

Ec/No : C'est l'énergie reçue par chip du canal pilote divisé par le bruit total

est égal au RSCP divisé par le RSSI (Received Signal Strength Indicator (bruit
total)).

11
Critères de mesure de la sélection de cellule dans 4G

Une cellule appropriée est une cellule qui satisfait plusieurs critères.
Le critère le plus important est celui qui obéit à la formule : Srxlev > 0
Lors de la sélection initiale du réseau, l’UE calcule le SRXLEV comme suit:
Srxlev = RSRP− RSRPmin − Pcompensation

RSRP est la puissance moyenne par élément de ressource
RSRPmin est une valeur minimale de la RSRP, que l’eNodeB envoie dans la cellule
Le Pcompensation se calcule comme suit : Pcompensation = max (PEMAX−PPowerClass,0)
où PEMAX (dBm) est le niveau maximal de la puissance d’émission qu’un UE peut utiliser lors
d’une transmission sur la liaison montante dans la cellule et PPowerClass est la puissance maximale
d'émission d’un UE en fonction de la classe de l'UE

12
RSRP
Reference Signal Receive Power ou RSRP est la mesure semblable au RSCP pour la 3G.

La station de base émet des signaux de références (RS) permettant d'estimer la qualité du lien du
canal radio.

L'UE envoie un signal de référence de sonde (SRS) permettant à l'eNB de déterminer la qualité du
canal montant et de maintenir la synchronisation.

L'UE se sert des mesures des signaux de références afin d'estimer le niveau du signal reçu (RSRP)
permettant ainsi, en mode de veille, de sélectionner la meilleure cellule.

13
RSRQ
Le RSRP ne donne aucune information sur la qualité de la transmission.
Le LTE s'appuie sur l'indicateur RSRQ (Reference Signal Received Quality) et défini comme le rapport
entre le RSRP et le RSSI (la puissance totale du signal reçu, cela englobe le signal transmis, le bruit et
les interférences) d’où:
RSRQ=10*log(N*RSRP/RSSI) où N étant le nombre de resource blocks.
La mesure du RSRQ est intéressante notamment aux limites des cellules, positions pour lesquelles des
décisions doivent être prises pour accomplir des Handovers et changer de cellule de références.
Le RSRQ mesuré varie entre -19,5dB à -3dB par pas de 0.5dB.
L'indicateur RSRQ fournit des informations additionnelles quand le RSRP n'est pas suffisant pour faire
le choix d'un handover ou d'une re-sélection de cellules.

14
2. Gestion physique du lien radio : contrôle de puissance

15
Le contrôle de la puissance
Le contrôle de la puissance de transmission d’une station mobile ou d’une station de base permet
de:
réduire la consommation de l’énergie au niveau de la MS et la BTS,
diminuer les interférences dans le réseau
améliorer la qualité de la communication.

Le mobile dans la position A émet à une puissance élevée pour prendre en compte les pertes du
chemin alors, le mobile proche de la BTS (position B) émet à une puissance réduite car les pertes
de chemin sont petites, aussi pour ne pas chevaucher les émetteurs /récepteurs (TRX) de la BTS
16
Contrôle de puissance 2G
Dans GSM, le contrôle de puissance est implanté au niveau des MS et de façon
optionnelle au niveau du BSS
À l’accès initial, la MS émet à une puissance MS_TX_PWR_MAX_CCH (diffusé sur le
lien descendant)
Le niveau de puissance à utiliser par la MS dépend
Des mesures reportées par la MS et la BTS
D’autres paramètres établis pour chaque cellule
La procédure exacte est laissée à la discrétion de l’opérateur

17
Mode de transmission discontinue (DTX)
La transmission discontinue (DTX) est un mécanisme qui permet à l’émetteur radio d’être
inactif la plupart du temps pendant les silences de parole
L’objet du DTX est de réduire le débit de codage à 500 bit/s pendant les silences
Ce débit est suffisant pour coder le bruit de fond et le reconstruire au niveau du récepteur
Ce mode requiert les fonctions suivantes
Un détecteur d’activité vocale du côté émetteur
L’évaluation du bruit de fond
La génération du bruit de fond côté récepteur
Le mode DTX est une option de la cellule diffusée sur le lien descendant pour les MS en
mode veille

18
Contrôle de puissance dans 3G
Radio Ressources Management (RRM)

Afin d’utiliser plus efficacement l’interface radio et optimiser la QoS, la couverture et la capacité, différents
algorithmes sont mis en œuvre dans le RNC et à travers les mesures réalisées par les stations mobiles :

Power control (quelle puissance émettre ?)

Handover control (connexion simultanée à combien de cellules ?)

Admission control (quels critères pour se connecter à une BS sans dégrader la couverture et la QoS ?)

Load control (comment éviter ou gérer les situations de congestion)

19
Contrôle de puissance

En WCDM, le contrôle de puissance est indispensable pour garantir la capacité du réseau


La puissance transmise par un terminal mobile et reçu au niveau Node_B est perçue par
pour tous les autres terminaux comme étant une interférence
Autrement dit en CDMA, le signal de chaque utilisateur est une interférence pour les
autres

20
21
Types de contrôle de puissance
Contrôle de puissance en boucle ouverte :
Lors du 1er accès, le terminal n’a pas d’informations sur le niveau de puissance
nécessaire pour établir le lien avec son Node_B
Il estime l’affaiblissement généré par le canal à partir de la Pr sur le canal pilote
Contrôle de puissance en boucle fermée:
Selon le niveau Eb/N0 mesuré au niveau du Node_B, une commande d’ajustement
de la puissance d’émission des terminaux sera envoyée avec une cadence de 1500
fois/sec
Contrôle de puissance en boucle externe :
Selon la valeur FER, mesurée au niveau du RNC, celui-ci ajuste la valeur de Eb/N0
chaque 200 ms. La nouvelle valeur est communiquée au Node_B

22
Contrôle de puissance en 4G
En 4G, le problème de l'effet "Near-far" en voie montante ne se pose pas du fait de l'utilisation du
mode d'accès orthogonal SC-FDMA.

Cependant, des niveaux d'interférences élevés en provenance d'autres cellules, peuvent limiter la
couverture d'un UE.
Le contrôle de puissance en LTE est une combinaison de deux modes de contrôles de puissance dans
la voie montante:
un mode dit de boucle ouverte,
un mode dit de boucle fermée.
La puissance allouée en voie descendante à un UE est donc basée sur son retour
sur la qualité du canal.

23
3. Le handover

24
Objectifs du handover
Permettre aux usagers de se déplacer en cours d’appel
Eviter la rupture du lien
Minimiser les interférences
Optimiser l’utilisation des ressources radio
Equilibrer la charge de trafic entre les cellules
Baisser la consommation d’énergie des mobiles
• Les 3 phases du Handover
1. Prise de mesures et supervision du lien
2. Choix de la cellule cible et déclenchement du Handover
3. Exécution du Handover (i.e. transfert effectif de liens)

25
Types de handover (Handoff) 2G
Transfert automatique inter ou intra cellulaire
le but est d’allouer un autre canal dédié à un mobile déjà en mode dédié
La procédure est implantée dans la MS, le BSS et le MSC
On distingue deux types de handover:
Handover intercellulaire :
La cellule courante montre un lien faible et une cellule voisine montre une qualité de lien
meilleure ou
Une cellule voisine permet à la MS d’utiliser un niveau de puissance plus faible
Handover intracelluliare
Un niveau de puissance du signal élevé mais une mauvaise qualité du lien, probablement à cause
d’interférences et non à cause de l’éloignement du mobile

26
Critères de mesure dans le handover
Prise de mesures et supervision du lien (par MS et BTS)
Indicateurs de déclenchement
Puissance du signal reçu (RXLEV)
Qualité du signal de la cellule courante (RXQUAL)
taux d’erreur binaire BER (témoin du C/I)
Distance (mobile-BS)
Le mobile mesure la puissance des canaux pilote des BTS voisines
Si le mobile reçoit l’identité d’une BTS voisine et que son signal est suffisant, elle entre
dans la liste des BTS candidates (un temporisateur est associé)
La MS sélectionne les 6 cellules voisines (fréquences balises) sur lesquelles le niveau de
signal reçu est le plus fort

27
Les mesures concernant la cellule courante et les cellules voisines sont transmises à la BTS
La BTS mesure les performances du canal montant de la MS
L’ensemble des mesures est transmis au BSC
Le BSC établit une liste des cellules candidates pour le handover
C’est le BSC qui décide l’exécution du handover
La norme donne un exemple d’algorithme de choix de cellule cible
RXQUAL, RXLEV
Received Signal Quality (RXQUAL) : Mesure codée sur 3 bits de qualité de signal reçu par
estimation du taux d’erreur de bit BER permettant d’apprécier le C/I (0 pour BER < 0.2%,
1 pour 0.2% < BER < 0.4%, …, 7 pou BER > 12.8%)
Received Signal Level (RXLEV) : Mesure du signal reçu et codée sur 6 bits par pas de 1 dB
(0 ≈ -110 dBm)

28
Types de handover
Hard Handoff: ancien lien libéré avant l’établissement du nouveau lien avec la BS cible
Un seul canal radio à la fois
Légère interruption de la communication

29
Soft Handoff ancien lien libéré après l’établissement du nouveau lien avec la BS cible
Les 2 liens sont actifs simultanément pendant un court laps de temps
Qualité de service offerte à l’usager
Charge élevée au niveau réseau
Charge élevée sur l’interface radio

30
31
Types de Handover dans 3G
Types de Handover: Trois types de Handover sont définis dans le système UMTS :
Le soft Handover.
Le softer Handover.
Le hard Handover.

32
Soft Handover
Le soft Handover permet au mobile d’être connecté simultanément à
plusieurs NodeB, donc la transmission n’est pas interrompue au cours du
changement de cellule.

Durant un soft Handover, le terminal mobile se trouve dans la zone de


couverture commune à deux stations de base. L'état où un mobile est en
liaison avec deux stations de base ou plus est appelé macro diversité. Les
communications entre le terminal mobile et les stations de base utilisent
simultanément deux canaux radio, un pour chaque station de base.

33
SofterHandover
Le softer Handover se produit quand le terminal mobile se trouve
dans une zone de couverture à deux secteurs adjacents d'un
NodeB, les communications avec le NodeB empruntent
simultanément deux canaux radio, un pour chaque secteur.

Deux codes d'étalement doivent alors être utilisés dans le sens


DL afin que le terminal mobile puisse distinguer les deux signaux
issus des deux secteurs et on a donc deux connexions
simultanées pour cet usager. Dans le sens UL, les signaux
provenant du terminal sont reçus par les deux secteurs de NodeB
et routés vers le même récepteur.

34
Hard Handover
Il existe deux autres types de hard Handover :

Hard Handover inter-fréquences qui permet à


un terminal mobile de passer d'un spectre de
fréquence à un autre

Hard Handover inter-systèmes qui permet au


terminal mobile de passer d'un système à un autre
comme d'un mode FDD à un mode TDD ou pour
passer d’un système 2G à un système 3G (pendant la
période de coexistence des deux systèmes).

35
Le Handover dans 4G
Dans LTE la gestion de mobilité est distribuée, les eNodeBs prennent la décision de Handover
d'une façon autonome sans implication des éléments : MME et S-GW.

Les informations nécessaires au Handover sont échangées entre les eNodeBs via une interface
appelée X2.

Le MME et le S-GW recevront une notification avec un message complet de Handover après
que la nouvelle connexion aura été attribuée entre l'UE et la nouvelle eNodeB.

Après la réception du message, les Gateways effectuent le chemin de commutation.

36
Les principales étapes du Handover

37
1) Le Handover est déclenché par l'UE qui envoie un rapport de mesure à l'eNodeB source qui va décider
en se fondant sur le rapport reçu et sur les informations concernant la gestion des ressources radio (RRM :
Radio Resource Management).

2) La phase de préparation du Handover commence par l'envoi d'une requête de Handover (HORequest) de
la part de l'eNodeB source vers l'eNodeB cible. Ce message contient toutes les informations pertinentes sur
le Handover.

3) L'eNodeB cible enregistre le contexte, prépare les couches 1 et 2 (L1/L2) pour le Handover et répond a
l'eNodeB source par un acquittement (HO Request Ack) qui fournira les informations sur l'établissement de
nouveau lien radio.

4) L'eNodeB source transférera toutes les informations nécessaires a l'UE, et a ce moment la, l'eNodeB
source arrête d'envoyer et de recevoir des données avec l'UE. Il fera alors suivre les données à l'eNodeB
cible.
38
5) L'UE informe l'eNodeB cible du succès du Handover avec un message de confirmation. Jusqu'a cet instant
l'eNodeB cible mémorise les données reçus de l'eNodeB source. Après avoir reçu le message de
confirmation il commence à envoyer les données bufférisées à l'UE.

6) L'eNodeB cible initie le changement de chemin de données en envoyant un « Handover Complete » aux
passerelles. Les informations de localisation de l'UE seront ensuite mises à jour au niveau des passerelles qui
vont effectuer le changement de chemin pour que les données soient envoyées directement vers l'eNodeB
cible.

7) L'MME/S-GW confirment le chemin par un message ' Handover Complete Ack „, et des que l'eNodeB
cible reçoit ce message, il envoie une indication `release Source' au eNodeB source pour qu'il libère
définitivement la connexion avec l'UE.

39

Vous aimerez peut-être aussi