Vous êtes sur la page 1sur 14

AUTOMATISMES INDUSTRIELS BTS SEI

LES FONCTIONS DE LOGIQUE COMBINATOIRE


I – INTRODUCTION :
11 – Variable binaire :
L’électrotechnique, l’électronique, la mécanique étudient et utilisent la variation de grandeurs physiques telles que la
pression, la force, la tension, etc.
Certaines applications, qui ne prennent en compte que 2 valeurs relatives à ces grandeurs physiques, fait que ces
dernières soient considérées comme des variables binaires.
Exemple : dans une application de régulation de température dans un local d’habitation, le thermostat délivre un signal
porteur de 2 informations :
 Température < 18°C qui se traduit par une absence de tension
 Température  18°C qui se traduit par une présence de tension
Une variable binaire ne peut prendre que 2 états. La grandeur physique tension du système de régulation de
température est considérée comme une variable binaire.
12 – Etats logiques :
Les 2 valeurs que peut prendre une variable binaire définissent, en particulier, ses deux états logiques, qui
sont exprimés au moyen de symboles pour lesquels l’usage est d’utiliser les chiffres 0 et 1.
Ex : à l’état physique présence du signal, il peut être associé le chiffre 1 et à l’état physique absence de signal le chiffre
0.

La grandeur physique température est saisie, convertie en une variable binaire tension électrique à laquelle est
appliquée la convention de logique positive (LP).
13 – Conventions de logique :
L’utilisation des symboles numériques 0 ou 1 implique une convention entre les 2 états physiques de la variable
binaire et les 2 états logiques 0 et 1.
Dans le cas, par exemple, d’un signal électrique concrétisé par une tension, cette variable binaire présente 2 états
physiques qui correspondent à ses 2 niveaux : niveau haut (H) pour « High » et niveau bas (L) pour « Low ».
Pour chacun de ces niveaux, il est possible d’appliquer l’une des 2 conventions de logique présentées dans le tableau
ci-après.
CONVENTION DE LOGIQUE
NIVEAU POSITIVE NEGATIVE
Niveau Haut 1 0
Niveau Bas 0 1
Dans la plupart des ouvrages ou documents constructeurs, la convention de logique appliquée, sauf mention contraire,
est la convention de logique positive.

CONVENTION LOGIQUE POSITIVE


Les fonctions de logique combinatoire - 1 FOUSSENI DIALLO
AUTOMATISMES INDUSTRIELS BTS SEI
LES FONCTIONS DE LOGIQUE COMBINATOIRE

CONVENTION LOGIQUE NEGATIVE

II – FONCTION LOGIQUE ET OPERATEUR BINAIRE :


Les fonctions de logique combinatoire - 2 FOUSSENI DIALLO
AUTOMATISMES INDUSTRIELS BTS SEI
LES FONCTIONS DE LOGIQUE COMBINATOIRE
21 – Organisation fonctionnelle d’une fonction logique :
Une fonction logique traduit la relation qui existe
entre les états logiques des variables d’entrée et de
sortie.
L’organisation fonctionnelle est donnée ci-contre.
L’expression de la sortie est le résultat de la fonction
logique.
Exemple :
Dans le système de commande d’une machine-outil,
l’autorisation de mise en marche dépend de la présence
de la pièce, d’une pression d’air suffisante, d’une action
sur le bouton poussoir Marche

22 – Opérateur binaire :
La réalisation concrète de fonctions logiques met en œuvre des opérateurs logiques ou opérateurs binaires.
Dans un opérateur binaire, les variables d’entrée et les variables de sortie sont des variables binaires liées entre elles
par des fonctions définies qui caractérisent la fonction de l’opérateur binaire.
Exemple :
L’autorisation de mise en marche de la machine
nécessite un opérateur qui dispose de 3 entrées pour les
3 variables binaires (présence pièce, pression d’air et
action sur le bouton poussoir Marche), d’une sortie pour
la variable binaire «autorisation de mise en marche » et
assure la fonction logique ET entre ses entrées pour
que la mise en marche soit possible.
L’opérateur ET réalise la fonction logique «autorisation
de mise en marche ».

III – DEFINITION ET REPRESENTATIONS D’UN OPERATEUR BINAIRE  :


31 – Forme littérale :
La fonction logique réalisée par un opérateur binaire peut toujours être définie par une expression littérale.
Ex : pour un opérateur ET : la sortie est à l’état 1 si, et seulement si, toutes las variables d’entrée sont à l’état 1.
A cette expression littérale, peuvent être associés d’autres modes de représentation :
 Symbole logique
 Schéma à contacts
 Table de vérité
 Chronogramme
 Equation logique
32 – Symbole logique ou logigramme :
C’est la représentation schématique normalisée de l’opérateur. Signe
Selon la norme NF C 0.212, le symbole représentatif d’un opérateur Distinctif
logique est constitué d’un rectangle. x
Dans le tiers supérieur est placé l’un des signes distinctifs suivants : 1, &,
. Entrées Sortie
L’entrée ou les entrées de l’opérateur se situent généralement à gauche
et la sortie à droite.
Signe de
Négation
Le signe « o » qui figure éventuellement sur la sortie indique sa négation (éventuel)
logique.

33 – Schéma à contacts :
Chaque contact concrétise, par ses deux positions, les deux états d’une variable binaire d’entrée.

Les fonctions de logique combinatoire - 3 FOUSSENI DIALLO


AUTOMATISMES INDUSTRIELS BTS SEI
LES FONCTIONS DE LOGIQUE COMBINATOIRE
Représentation des contacts électriques :

Contact ouvert au repos : Contact fermé au repos : Inverseur :


Il est identifié par le repère Il est identifié par le repère de la Il est représenté avec un contact ouvert et
de la variable variable avec au-dessus une barre un contact fermé au repos
Se lit : a Se lit b barre ou non b
Contact ouvert au repos

b
a Contact fermé au repos

Exemple : schéma à contacts pour un opérateur ET :

e1 e2 S

Les 2 contacts sont 2 variables d’entrée. La lampe est la variable de sortie.


34 – Table de vérité :
Pour les opérateurs binaires de la logique combinatoire (dans lesquels à une combinaison d’états des entrées
ne correspond qu’un état de la sortie) la table de vérité précise toutes les relations possibles entre ces états.
 Les variables d’entrées sont désignées par des minuscules.
 Les variables de sortie sont désignées par des majuscules.
 Les variables d’entrée sont séparées des variables de sortie par une double barre verticale.
Au niveau des entrées, la combinaison des états est écrite suivant la numérotation binaire pure.
en en-1 ei e1 e0 S
0 0 0 0 0 1
0 0 0 0 1 0
0 0 0 1 0 0

1 1 1 1 1 1
Chaque combinaison des entrées donne une valeur logique (0 ou 1) à la sortie suivant la fonction logique qui va être
décrite.
Ex : table de vérité d’un opérateur ET à 2 entrées :
e e S
1 2
0 0 0
0 1 0
1 0 0
1 1 1
35 – Chronogramme :
Le chronogramme est une représentation
S 1
graphique qui permet de visualiser, en
fonction du temps, toutes les 0
combinaisons d’états logiques possibles
des entrées avec l’état correspondant de e2 1
0
la sortie.
Ex : Chronogramme pour un opérateur ET à e1 1
0
2 entrées
t
36 – Equation logique :

Les fonctions de logique combinatoire - 4 FOUSSENI DIALLO


AUTOMATISMES INDUSTRIELS BTS SEI
LES FONCTIONS DE LOGIQUE COMBINATOIRE
L’équation logique traduit, selon les règles de l’algèbre de Boole, la relation qui lie entre elles les variables de
sortie et d’entrée.
 Le signe = traduit une égalité d’état entre les 2 membres de l’équation.
 Dans chaque membre, les variables peuvent être associées pour des opérations :
o De produit logique, ET, par les symboles x, , qui se lisent ET
o De somme logique, OU, par le symbole + qui se lit OU
o De négation logique, NON, par le symbole — qui se lit NON ou BARRE
Ex : S = a x b = a  b = ab : ces 3 expressions identiques se lisent : S égal a ET b et sont représentatives de l’équation
logique de l’opérateur ET.
IV – OPERATEURS BINAIRES DE LOGIQUE COMBINATOIRE  :
En logique combinatoire, à une combinaison d’états des variables d’entrée correspond un
seul état de la sortie.
Deux formes de symboles logiques sont utilisées dans les tableaux qui suivent :
 La représentation suivant la norme française NF C 03-212
 La représentation américaine
Un opérateur ET en logique positive se comporte comme un opérateur OU en logique négative».
Si l'on établit les tables de vérité de tous les circuits logiques dans l'un et l'autre type de logique, on peut écrire le
tableau suivant :

Ces correspondances étaient très utilisées pour économiser des boîtiers dans les circuits numériques. Mais la baisse
des prix des circuits a fait pratiquement abandonner ce système qui est source d'erreurs.
Sur les catalogues de circuits intégrés, la fonction indiquée est celle que celui-ci aurait en logique positive. Un circuit
ET du commerce fonctionne donc comme un ET en logique positive et comme un OU en logique négative.
Dans toute la suite, il ne sera plus question que de convention logique positive, c'est-à-dire la convention que nous
avons toujours utilisée.

OPERATEUR OUI
Les fonctions de logique combinatoire - 5 FOUSSENI DIALLO
AUTOMATISMES INDUSTRIELS BTS SEI
LES FONCTIONS DE LOGIQUE COMBINATOIRE
Opérateur Schéma à contacts Symbole NF Symbole Table de
américain vérité
OUI ou e S
opérateur 0 0
EGALITE
e 1 1
La sortie est S
1
dans l’état 1 e S
e S
si et
seulement La sortie S est à l’état 1 si et 1 : symbole distinctif de
si l’entrée seulement si e est à l’état 1 l’opérateur OUI
est dans
l’état 1
Equation logique Chronogramme

1
S
S=e 0
1
e
L’état de S est égal à l’état de
e
0
t
Le chronogramme met en évidence que l’état de la sortie S est identique à l’état de
l’entrée e

OPERATEUR NON
Symbole
Opérateur Schéma à contacts Symbole NF Table de vérité
américain
NON ou e S
opérateur 0 1
NEGATION ou e
opérateur 1 0
e 1 S e S
COMPLEMEN- S
TATION
La sortie est Le cercle indique
dans l’état 1 1 et le cercle qui indique
La sortie S est à l’état 1 si la négation
la négation logique de la Complémentarités
si et et seulement si il n’y a pas
sortie identifient logique de la d’états entre S et e
seulement si d’action sur la variable e sortie
l’opérateur
l’entrée est barre
dans l’état 0
Equation logique Chronogramme

1
S
S e 0
1
e
L’état de S est égal à l’état de 0
e barre ou non e
t
Le chronogramme met en évidence que l’état de la sortie S est complémentaire de
l’état de l’entrée e

OPERATEUR ET
Opérateur Schéma à contacts Symbole NF Symbole Table de vérité
Les fonctions de logique combinatoire - 6 FOUSSENI DIALLO
AUTOMATISMES INDUSTRIELS BTS SEI
LES FONCTIONS DE LOGIQUE COMBINATOIRE
américain
ET ou e1 e2 S
opérateur
0 0 0
PRODUIT
e1 0 1 0
LOGIQUE & S e1
e2
La sortie e1 e2
S 1 0 0
S e2
est à l’état 1 1 1
1 si Seule la
toutes les La sortie S est à l’état 1 si et Se désigne AND dernière
seulement si e1 ET e2 sont à 1 & : symbole distinctif de
entrées combinaison
l’opérateur ET
sont à affecte l’état 1 à
l’état 1 S
Equation logique Chronogramme

1
S
0
S  e1 . e2 e2 1
0

e1 1
l’état de S est égal à l’état de
e1 ET à l’état de e2
0
t
Le chronogramme met en évidence que la sortie S est l’état 1 si et seulement si les 2
entrées e1 et e2 sont à l’état 1
OPERATEUR NON-ET ou NAND
Symbole
Opérateur Schéma à contacts Symbole NF Table de vérité
américain
e1 e2 S
ET-NON ou
opérateur e1 0 0 1
NEGATION e1 & S
e2 e1 0 1 1
DU ET
S S 1 0 1
La sortie e2
e2 1 1 0
est à l’état
0 si toutes & et le cercle qui Les états de S
La sortie S est à l’état 0 si et indique la négation Se désigne NAND sont
les entrées
seulement si e1 barre ET e2 logique de la sortie complémentaires
sont à barre sont à 1 identifient l’opérateur aux états de S de
l’état 1 l’opérateur ET
Equation logique Chronogramme

S 1
0

S = e1 . e2 e2 1
0
l’état de S est égal à l’état de e1 1
(e1 ET à l’état de e2) barre 0
t
Le chronogramme met en évidence que la sortie S est l’état 0 si et seulement si les 2
entrées e1 et e2 sont à l’état 1

Les fonctions de logique combinatoire - 7 FOUSSENI DIALLO


AUTOMATISMES INDUSTRIELS BTS SEI
LES FONCTIONS DE LOGIQUE COMBINATOIRE
OPERATEUR OU
Symbole
Opérateur Schéma à contacts Symbole NF Table de vérité
américain
OU ou e1 e2 S
opérateur 0 0 0
SOMME
LOGIQUE
e1 >1 0 1 1
e1 S e1
La sortie e2 1 0 1
est dans S e2 S 1 1 1
l’état 1 si e2
une ou  1 : symbole Les 3 dernières
plusieurs La sortie S est à l’état 0 si et distinctif de Se désigne OR combinaisons
entrées seulement si e1 OU e2 sont à 1 l’opérateur OU affectent à S
sont dans l’état 1
l’état 1
Equation logique Chronogramme

1
S
0
e2 1
S  e1  e2 0
l’état de S est égal à l’état de e1 e1 1
OU à l’état de e2 0
t
Le chronogramme met en évidence que la sortie S est l’état 1 si et seulement si
l’entrées e1 OU l’entrée e2 sont à l’état 1
OPERATEUR NON-OU ou NOR
Symbole
Opérateur Schéma à contacts Symbole NF Table de vérité
américain
OU-NON ou e1 e2 S
opérateur e1 >1 0 0 1
NEGATION S
e2 e1 0 1 0
DU OU e1 e2
La sortie S 1 0 0
S
e2
est dans 1 1 0
l’état 1 si  1 et le cercle qui Les états de S
toutes les La sortie S est à l’état 0 si et
indique la négation sont
entrées logique de la sortie Se désigne NOR
seulement si e1 barre ET e2 complémentaires
sont dans identifient aux états de S de
barre sont à 0
l’état 0 l’opérateur l’opérateur OU
Equation logique Chronogramme

S 1
0
1
e2
S = e1 + e2 0
e1 1
l’état de S est égal à l’état de 0
(e1 OU e2) barre
t
Le chronogramme met en évidence que la sortie S est l’état 1 si et seulement si les
2 entrées e1 ET e2 sont à l’état 0

Les fonctions de logique combinatoire - 8 FOUSSENI DIALLO


AUTOMATISMES INDUSTRIELS BTS SEI
LES FONCTIONS DE LOGIQUE COMBINATOIRE
OPERATEUR OU EXCLUSIF
Symbole
Opérateur Schéma à contacts Symbole NF Table de vérité
américain
e1 e2 S
0 0 0
OU e1 0 1 1
EXCLUSIF e1
=1 S 1 0 1
La sortie est e2 S
S e2
dans l’état 1 1 1 0
e1 e2
si une seule
entrée est à =1 : symbole distinctif
C’est le schéma de montage du Se désigne EXOR S=1 si les 2
l’état 1 de OU exclusif
va et vient entrées sont
dans des états
opposés
Equation logique Chronogramme

S 1
0
S = e1 + e2 1
e2
S  e1 . e2  e1 . e2
0
1
e1
l’état de S est égal à l’état de e1 0
OU Exclusif à l’état de e2 t
Le chronogramme met en évidence que la sortie S est l’état 1 si et seulement si
une seule des 2 entrées e1 ou e2 est à l’état 1
OPERATEUR OU-NON EXCLUSIF
Symbole
Opérateur Schéma à contacts Symbole NF Table de vérité
américain
OU-NON e1 e2 S
EXCLUSIF ou 0 0 1
opérateur e1 e2 e1 e1
identité =1 S 0 1 0
e2
logique S e2 S 1 0 0
La sortie est 1 1 1
dans l’état 1 = et le cercle qui indique
e1 e2
la négation logique de la
si les 2 Se désigne S=1 si les 2
sortie identifient
entrées l’opérateur EXNOR entrées sont
sont dans le dans des états
même état identiques
Equation logique Chronogramme

1
S
0
S = e1 e2
e2 1
S = e1.e2 + e1.e2 0
e1 1
l’état de S est égal à l’état de 0
e1 ET Exclusif à l’état de e2
t
Le chronogramme met en évidence que la sortie S est l’état 1 si et seulement si les
2 entrées e1 et e2 sont dans le même état

Les fonctions de logique combinatoire - 9 FOUSSENI DIALLO


AUTOMATISMES INDUSTRIELS BTS SEI
LES FONCTIONS DE LOGIQUE COMBINATOIRE
V – LOGIGRAMMES :
51 – Définition :
Le traitement logique des informations peut nécessiter la mise en œuvre d’un nombre important d’opérateurs binaires
qui doivent être interconnectés.
On désigne par logigramme ou diagramme logique la représentation graphique de l’association de plusieurs
opérateurs binaires.
Ex : système de commande de l’ouverture de la porte du garage d’un hôtel :
 Pour entrer dans le garage : il faut tenir compte de la demande d’accès du client ET de l’autorisation d’entrée
délivrée depuis son bureau par le réceptionniste
 Pour sortir du garage : seule la demande de sortie du client est nécessaire pour ouvrir la porte
Le logigramme ci-contre représente la solution du problème posé. e1
 e1 est l’autorisation du réceptionniste
&
 e2 est la demande d’entrée du client
 e3 est la demande de sortie du client e2
 S est la commande d’ouverture de la porte >1
S
Ce logigramme illustre l’association d’un opérateur ET à 2 entrées e3
avec un opérateur OU à 2 entrées.
52 – Décodage d’un logigramme :
Décoder un logigramme consiste à rechercher la ou les combinaisons d’états des variables d’entrée qui affectent l’état
logique 1 à la sortie.
Plusieurs méthodes sont applicables dont la démarche équationnelle et l’exploitation de la table de vérité.
521 – Démarche équationnelle  :
La méthode consiste à établir les équations logiques de la sortie de chacun des opérateurs binaires constitutifs du
logigramme ; l’expression équationnelle du dernier opérateur étant représentative de l’équation du logigramme.
L’équation du logigramme est : S = (e1.e2) + e3
S = e1 . e2
e1
&
S = (e1.e2) + e3
e2
>1
S
e3

522 – Exploitation de la table de vérité  :


La table de vérité, relative aux constituants du logigramme, met en évidence les combinaisons d’états pour lesquelles la
sortie est à l’état logique 1.
Dans une table de vérité, le nombre N des combinaisons est égal à 2n avec n le nombre de variables
d’entrée : N = 2n.
e3 e2 e1 S
0 0 0 0
0 0 1 0
0 1 0 0
0 1 1 1
1 0 0 1
1 0 1 1
1 1 0 1
1 1 1 1
La table de vérité ci-dessus est représentative de l’exemple précédent de la porte de garage.
Le nombre d’entrée étant n = 3, le nombre de combinaisons est N = 23 = 8.
Les 5 dernières combinaisons d’états de la table de vérité correspondant au logigramme précédent affectent l’état
logique 1 à la sortie S.
L’équation de S s’écrit alors :
Les fonctions de logique combinatoire - 10 FOUSSENI DIALLO
AUTOMATISMES INDUSTRIELS BTS SEI
LES FONCTIONS DE LOGIQUE COMBINATOIRE
S = (e3e2e1) + (e3e2e1) + (e3e2e1) + (e3e2e1) + (e3e2e1)
Après simplification de l’équation précédente, on trouve : S = (e1.e2) + e3

VI – OPERATIONS BOOLEENNES OU OPERATIONS LOGIQUES  :


La mise en œuvre des propriétés de l’algèbre de Boole permet d’obtenir la plus simple expression
équationnelle de tout problème de logique.
61 – Propriétés et opérations élémentaires :

Propriété ou opération Equation

a + b = b + a
Commutativité
a. b = b. a
a + b + c = (a + b) + c = (a + (b + c)
Associativité
a. b. c = (a. b). c = a. (b. c)
a. (b + c) = a. b + a. c
Distributivité
a + (b. c) = (a + b). (a + c)
a + a = 1
Complémentation
a. a = 0
a + 0 = a
Elément neutre
a.1 = a
a + a = a
Idempotence
a. a = a
a +1 = 1
Elément absorbant
a.0 = 0
a + (a. b) = a
Absorption
a. (a + b) = a

aa
Involution

aa
Inclusion
(a. b) + (a. b) = a
62 – Relations fondamentales :

a + ab = a + b

a + ab = a

ab + ac = ab + a + bc

a + bc = (a + b). (a + c)

63 – Théorèmes de De Morgan :

Les fonctions de logique combinatoire - 11 FOUSSENI DIALLO


AUTOMATISMES INDUSTRIELS BTS SEI
LES FONCTIONS DE LOGIQUE COMBINATOIRE
Complémentation d’un produit logique : le complément d’un produit logique est égal à la somme
logique des facteurs complémentés de ce produit.

a. b = a + b
Complémentation d’une somme logique : le complément d’une somme logique est égal au produit
logique des termes complémentés de ce produit.

a + b = a. b
Ex : dans le système de commande de l’ouverture de la porte de garage d’un hôtel déjà étudié, on souhaite informer le
réceptionniste sur l’état ouvert ou fermé de la porte.
Un voyant vert H1 traduit l’ouverture ; un voyant rouge H2 correspond à la fermeture.
 L’expression logique du voyant vert est égale à l’équation logique de S (commande de l’ouverture de la porte).
 L’expression logique du voyant rouge est égale au complément de l’équation de S.

H2 = S = (e1. e2 + e3)
H2 = e1. e2. e3
H2 = e3. (e1 + e2)
L’expression logique de H2 est traduite sur le logigramme ci dessous.

e1 S=e1.e2
& S=H1=(e1.e2)+e3
e2
>1 1
H2=e3.(e1+e2)
e3

64 – Utilisation d’opérateurs universels :


Les opérateurs NOR et NAND sont appelés opérateurs universels car n’importe quelle équation logique peut
être matérialisée avec ce type de fonctions.
Pour faire apparaître des fonctions NOR, il faut faire une double complémentation des ET et S1  ab  cd
une double complémentation totale si nécessaire puis développer par rapport aux barres
inférieures.
S1  ab  cd
On compte 8 barres donc on utilisera 8 cellules NOR.
S1  a  b  c  d
Pour faire apparaître des fonctions NAND, il faut faire une double complémentation des OU et S 2  ( a  b).( c  d )
une double complémentation totale si nécessaire puis développer par rapport aux barres
S 2  ( a  b).( c  d )
inférieures.
On compte 8 barres donc on utilisera 8 cellules NAND. S 2  ( a. b).( c. d )
Le nombre de barres de complémentation indique le nombre de modules à utiliser.
Lorsque l’équation initiale se présente sous la forme d’une somme de produits, il est plus économique
d’utiliser des NAND que des NOR.
Lorsque l’équation initiale se présente sous la forme d’un produit de sommes, il est plus économique d’utiliser
des NOR que des NAND.
VII – TABLEAUX DE KARNAUGH :
Au même titre que les propriétés et relations booléennes, le tableau de Karnaugh est un outil de simplification
des expressions logiques.

Les fonctions de logique combinatoire - 12 FOUSSENI DIALLO


AUTOMATISMES INDUSTRIELS BTS SEI
LES FONCTIONS DE LOGIQUE COMBINATOIRE
71 – Organisation du tableau de Karnaugh :
Le tableau de Karnaugh ne diffère de la table de vérité que par sa présentation.
Ainsi, la table de vérité ci-après, représentative des solutions d’un système logique particulier, peut se mettre sous
forme d’un rectangle comportant autant de cases qu’il y a de combinaisons (ici, 3 variables, soient 2 3=8 combinaisons =
8 cases).
Chacune de ces cases est identifiée par l’état des variables qui la concerne.
Ainsi, si on affecte les colonnes à la variable e3, la colonne de gauche est représentative de e3=0 et celle de droite de
e3=1.
La ligne supérieure correspond aux 2 variables e1 et e2 avec e1=e2=0. La ligne suivante correspond à e1=0 et e2=1.
Pour la troisième ligne, on a e1=1 et e2=1 et enfin e1=1 et e2=0 pour la quatrième et dernière ligne.

e1 e2 e3 S
0 0 0 0 e3
0 0 1 1 A B e1 e2 0 1
0 1 0 1 C D 0 0 0 1
0 1 1 1 E F 0 1 1 1
1 0 0 0 G H 1 1 0 1
1 0 1 0 1 0 0 0
1 1 0 1
1 1 1 0
L’équation issue de la table de vérité est celle-ci :

S = e1e2e3 + e1e2e3 + e1e2e3 + e1e2e3


72 – Interprétation et exploitation du tableau de Karnaugh :
Comme la table de vérité, qui en exprimant les conditions de validation de la sortie S permet l’écriture de son équation,
les cases notées 1 du tableau sont elles aussi représentatives des conditions de validation de S. Ainsi :

S = B + C + D + F = e1e2e3 + e1e2e3 + e1e2e3 + e1e2e3


Cette expression peut être simplifiée, soit en appliquant les règles et relations de l’algèbre de Boole, soit en usant des
propriétés des cases adjacentes du tableau de Karnaugh.
On dit que 2 cases sont adjacentes lorsque le passage de l’une à l’autre de ces cases entraîne le changement
d’état d’une et d’une seule de ces variables.
Ainsi, la case A de notre exemple est adjacente :
 A la case B, variable concernée e3
 A la case C, variable concernée e2
 A la case G, variable concernée e1
Si l’expression d’une fonction dans un tableau de Karnaugh fait apparaître un 1 dans 2 cases adjacentes, la variable
caractéristique de l’adjacence peut être éliminée dans cette expression.
La méthode consiste à regrouper, par puissance de 2, le maximum de cases adjacentes ayant 1 pour valeur.

Application :
e3

e1 e2 0 1
Les fonctions de logique combinatoire - 13 FOUSSENI DIALLO
AUTOMATISMES INDUSTRIELS BTS SEI
LES FONCTIONS DE LOGIQUE COMBINATOIRE
0 0 0 1

0 1 1 1
Regroupement
N°1 1 1 0 1

1 0 0 0
Regroupement
N°2

Sur la figure ci-contre, on a effectué 3 groupements de 2 cases : Regroupement


e1e 3 N°3
 Le regroupement N°1 a pour équation :
 Le regroupement N°2 a pour équation : e 2e 3
 Le regroupement N°3 a pour équation : e1e 2
Ces 3 regroupements sont ensuite reliés entre eux par un OU logique.
Ce qui donne l’équation simplifiée suivante :
S = e1. e3 + e2. e3 + e1. e2

Les fonctions de logique combinatoire - 14 FOUSSENI DIALLO

Vous aimerez peut-être aussi