Vous êtes sur la page 1sur 17

Alphonse de Lamartine (Milly, 1790 – Paris, 1869)

Biographie

 Existence oisive, une jeunesse facile, libertine ;


 1811 – 1812 : voyage en Italie;
 1816 : rencontre avec Julie Charles ;
 1820 : mariage avec Elisa Birch ;
 1839 : Lamartine dévient député de Mâcon ;
 1848 : il est à la tête du gouvernement provisoire, il dévient Ministre des Affaires étrangères. Il est élu à la
Constituante, mais il est battu aux présidentielles par Napoléon III
 Lourdes dettes

Rôle du poète : le poète a une mission sociale et il mettre son art au service du peuple, toujours en marche vers le progrès.

Caractéristiques et œuvres

 Traces autobiographiques ;
 Expressions de sentiments personnels.

 Graziella (1852) : histoire d’une jeune fille, issue d’une pauvre famille des pêcheurs, amoureuse de Lamartine ;
 Harmonies poétiques et religieuses (1830) : hymne à la puissance de Dieu ;
 Jocelyn (1836) : fragment d’une épopée en vers inachevée
 Méditations poétique (1820) : premier recueil de poésies romantiques publie en France. 24 poèmes de tonalité élégiaque : sentiments
et émotions du poète évoqués dans des poèmes émouvants.
Aurore Dupin “George Sand” (Paris, 1804 – Nohant, 1876)

Biographie

 Nature solitaire et passionnée


 1822 : mariage avec le Baron Dudevant, dont elle a deux enfants
 Elle quitte son mari pour Jules Sandeau
 Séjour à Paris, où elle se consacre à la littérature
 Amants célèbres : Chopin et Musset
 Nohant, centre d’activité intellectuelle et artistique
Caractéristiques et œuvres

 Description de la passion
 Thème de la nature

Trois phases

Période romantique

 Indiana (1831), Valentine (1832), Lélia (1833) : Sand vs oppression de femmes. Exaltation de la passion romantique contre la morale traditionnelle et les
préjugés sociaux.

Période du socialisme mystique

 Le Compagnon du Tour de France (1840), le Meunier d’Angibault (1845) : dénonce de la situation d’infériorité de la femme.

Romans champêtres

 La Mare au diable (1846), La Petite Fadette (1849), François le Champi (1850), Les Maîtres Sonneurs (1853) : situés dans une cadre rural, simple et
paradisiaque à la fois
Gérard Labrunie “Gérard de Nerval ” ( Paris, 1808 – Rue de la Vieille-Lanterne, 1855)
Biographie

 Vie de bohème avec son ami Théophile Gautier


 Il fréquente les romantiques avec Théophile Gautier
 Traduction de Faust et voyage en France et en Italie
 1852 : amour malheureux pour Jenny Colon
 Crises mentales

Caractéristiques et œuvres

 Expressions de sentiments personnels, qui annoncent l’introspection proustienne et le Surréalisme


 Quatre axes : voyage, femme, souvenir, rêve
 Histoire personnelle se fond dans le mythe et sur le rêve à travers les réminiscences de la mémoire
 Le thème de la femme, vue comme sœur, mère, amante, jeune fille, sainte, déesse, fée
 La femme, effrayante et médiatrice, apparaît comme la trace d’un itinéraire spirituel
 Charme subtil, évocations simples, visions surréelles servies par une langue aux accents mystérieux
 Souvenirs personnels transfigurés + érudition dans les domaines mythologiques ou religieux : syncrétisme nervalien

 Les Odelettes (1852)


 Voyage en Orient (1851)
 Les Illuminés (1852), Petits Châteaux de Bohème (1852), Sylvie (1853), Les filles du feu (1853), Pandora (1854), Aurélia (1855), Les
Chimères (1853), un voyage initiatique
Victor Hugo (Besançon, 1802 – Paris, 1885)

Biographie

 1809 : séjour a Paris. Il poursuit des bonnes études


 1822 : mariage avec Adèle Fouchet, qui lui donne 4 enfants.
 1830 : gloire littéraire
 1833 : rencontre avec Juliette Drouet
 1841 : élection à l’Académie Française
 1843 : il s’éloigne de la littérature : mort de sa fille Léopoldine et échec du drame Les Burgraves
 Consécration à la politique
 Fondation du journal l’Événement
 Hugo vs Louis Napoléon Bonaparte
 1851 – 1870 : exil volontaire dans les îles de Jersey et Guernesey
 1870 : il rentre en France
 1876 : il élu députe de Paris
 Il s’éloigne de la vie politique

Caractéristiques et œuvres

Hugo poète

 Goût du pittoresque et de l’exotisme


 Expressions de sentiments personnels
 Conception du peuple en marche vers la lumière
 Vision épique : le poète est un guide, un voyant (Dieu parle à travers lui) qui a une mission sociale. Il doit conduire le peuple vers
le progrès

 Les Odes (1822), Les Odes et Ballades (1826), Les Orientales (1829)
 Les Feuilles d’automne (1831)
 Les Chants du Crépuscule (1835)
 Les Voix Intérieures (1837)
 Les Rayons et les Ombres (1840)
 Les Châtiments (1853)
 Les Contemplations (1856)
 La Légende des Siècles (1859 – 1883)
Honoré de Balzac (Tours, 1799 – Paris, 1850)

Biographie

 Il se consacre à la littérature sous divers pseudonymes


 Rencontre avec Mme Berny
 Ouverture d’une imprimerie, grâce a un prêt d’argent
 Faillite et lourdes dettes
 Collaboration avec des journaux et écriture des nouvelles
 1832 : correspondance avec Mme Hanska, l’Etrangère
 1850 : mariage avec Mme Hanska

Caractéristiques et œuvres

É
L
a
s
e
d
u
t
É
s
e
d
u
t d
e
É
s
e
d
u
t
C
p
d
é
m
s
o
l
i
h i
h
e
p
q
a
m
i
t
y
l
n
s
r
u
e
o q
*
s
e
u
H
u
i
a
m
s
e n
e
(Scènes de la vie privée, Scènes de la vie de province, Scènes de la vie parisienne, Scènes de la vie politique, Scènes de la vie militaire,
Scènes de la vie de campagne)

Comédie Humaine

 Titre : référence à la Divine Comédie de Dante. L’homme est au centre de l’univers balzacien.
 Comédie : allusion au théâtre. D’après Balzac, le théâtre est celui du monde, où l’homme essaye de recouvrir une rôle dans la société.
 Un roman total qui explique la raison du mouvement de la société.
 Description des différents espèces sociales et humaines : le bourgeois, le paysan, l’avocat, l’avare, l’ambitieux, le bandit…
 Influence de Walter Scott pour ce qui concerne la structure du roman : lente exposition, crise brutale, dénouement rapide
 Personnages balzaciens : des types humains, sociaux ( espèce ) et psychologiques (exaltation de la passion, ex : Père Goriot) . Un
individu est déterminé par le milieu dans lequel il vit.
 Description de la société depuis la Révolution jusqu’à 1846.
 Descriptions très longues et détaillées, qui permettent d’insérer les personnages dans un cadre bien défini.
 Description de toutes les couches sociales (histoire de mœurs).
 Balzac donne crédibilité et épaisseur humaine à ses personnages, en les montrant en proie aux passions : avarice, ambition, cruauté…
 Balzac se sert de l’observation et de la documentation pour donner consistance à ses personnages selon une intuition visionnaire.
 L’amour occupe une position marginale dans l’œuvre de Balzac (Le Lys dans la vallée).

romantique : goût pour le mystère et le fantastique (Le Lys dans la vallée, Peau de chagrin)

Balzac est

réaliste : il décrit la société

 Les Chouans (1830)


 Eugénie Grandet (roman psychologique, Scènes de la vie de province, 1833) :description de l’avarice de M. Grandet, point de départ
pour montrer le rôle joué par l’argent dans les relations sociales au début du XIX e siècle.
 Illusion perdues (Scènes de la vie de province, 1837 -1843) : description des milieux de l’imprimerie et des cercles littéraires sous la
Restauration. Thème des illusions perdue de Lucien de Rubempré, un jeune cultivé qui monte à Paris pour devenir écrivain.
 Peau de Chagrin ( Études philosophiques, 1831) : thème du pacte de Faust et le Diable. Le protagoniste achète un peau de chagrin,
qui représente la vie qui passe. Veine du fantastique chère aux romantiques.
 Père Goriot (Scènes de la vie privée, 1834) : description des mécanismes de corruption de la société et de la violence des passions à
travers l’apprentissage d’Eugène Rastignac, qui évolue de la misère de la pension Vauquer au grand monde grâce à Delphine, fille de
Goriot, qui dévient sa maîtresse. Balzac désigne Goriot comme le Christ de la paternité : il a tout fait pour que ses deux filles fassent
de beaux mariages. Il meurt seul dans une misère totale.
Le Réalisme

On applique le mot Réalisme au roman, car on a reconnu dans ce genre des convergences énoncés pour les arts visuels :

 l’intérêt pour la société dans tous ses aspects, même les plus troubles ;
 la quête du vrai et de l’exactitude dans la représentation.
Grâce à l’œuvre de Balzac et Stendhal, qui appartiennent à la génération romantique, le roman s’engage sur une nouvelle voie
qui aboutira au Réalisme.
Après avoir décelé ce que les œuvres de leur aînés avaient de neuf, de jeunes écrivains essaient de créer une école.
1857 : Jules Champfleury fait paraître le manifeste Le Réalisme. Il se réclame des grands auteurs comme Balzac et Stendhal,
mais surtout de Flaubert, reconnu come un maître. Malheureusement, ces jeunes écrivains n’ont rien produit d’intéressant.
Il n'y a pas d’école réaliste, mais il y a des tendances romanesques qui se basent sur deux principes, tous deux liés au progrès
scientifique de l’époque:

 la découverte du déterminisme historique (le rapport entre la société, l’histoire et les individus);
 affirmation d’une philosophie positiviste. Le maître de ce courant est Auguste Comte (Cours de philosophie positive,
1830 - 1842), qui affirme l’importance de l'observation, de l'expérience.

Zola exploite pleinement ces principes, dans sa tentative romanesque d’écrire l’histoire morale et sociale d’une famille en
respectant les lois de l’hérédité. Ce réalisme porté à l'extrême est connu sous le nom de Naturalisme.

Stendhal et la chronique

 Introduction de l’idée de reproduction de la réalité (Un roman, c'est un miroir qu'on promène le long d'un chemin) .
 Le roman doit se borner à des choses simples, de petits faits vrais.
 Stendhal s’applique le plus possible à montrer, à décrire objectivement.
 Il inaugure la voie du Réalisme en écrivant des chroniques de vie.
Balzac et la récréation de la société

 Les romans de Balzac sont situés dans un univers concret où les détails sont justes et précis. Le roman parle d’argent et pas
seulement d’amour.
 Les personnages reparaissent de livre en livre et la Comédie Humaine forme une sorte d' univers qui reproduit le réel.
 Balzac prend beaucoup de notes avant de commencer à écrire et il s’impose de longues descriptions préalables, car les
personnages doivent être replacés dans leur milieu.
 Le réalisme tient avant tout au contenu.
 Réalisme visionnaire de Balzac: poussé par l’ampleur de son imagination, il a grandi et dramatisé le réel selon sa propre
vision du monde.

Flaubert et le style

 Flaubert débarrasse le roman des distorsions de l’imaginaire et prend modèle sur la rigueur scientifique garante de la
vérité. La phase préliminaire d’observation et de documentation s’avère fondamentale.
 L’écrivain est un observateur impassible et objectif. Il se fond complètement dans ses personnages. Il perd son identité
pour assumer celle des autres; il est un médiateur qui retranscrit fidèlement l’existence et la voix de l’autre.
 Flaubert est au - delà du Réalisme: il représente dans ses romans le quotidien dans toute sa médiocrité et sa bêtise. Il dénie
à ses personnages un statut de héros.
 La perfection du style donne sa légitimité au roman.
 Flaubert est l'initiateur de la modernité.
Le Naturalisme

 Au cours du XIXe siècle, Charles Darwin (1809- 1882) montre que la nature est régie par des lois de sélection naturelle.
Le plus fort l’emporte toujours.
 Le psychologue français Claude Bernard (1813 - 1878) étudie le phénomène de l’hérédité dans l’espèce humaine.
 L’historien français Hippolyte Taine (1828 - 1893) soutien que l’individu est déterminé par la race, le milieu et l’époque
où il vit.
 Le positivisme scientifique de cette seconde moitié du XIXe siècle influence la littérature.
est le lieu où l’on donne à voir la société telle qu’elle est.

Le roman

est un champ d’investigation où tous les mécanismes de cette société sont analysés, disséqués scientifiquement.

Les précurseurs, Edmond (1822-1896) et Jules (1830 – 1870) de Goncourt

Les frères Goncourt ont toujours travaillé ensemble. Ils ont élaboré une théorie du roman qu’ils ont ensuite appliquée
rigoureusement dans leurs œuvres.

 1er principe : la documentation. Les Goncourt sont des historiens avant d’être des romanciers. Ils transposent la
méthode d’investigation de l’histoire à la littérature.
 2e principe : études de mœurs, études de cas. Les Goncourt font de leur romans un étude de mœurs. Le roman est un
collage de documents et d’anecdotes. L’unité tient à l’étude d’un cas particulier dans un milieu déterminé.
 3 er principe : le style artiste. Les Goncourt agissent, par leur style, sur la sensibilité du lecteur. La description est
comme la peinture d’un tableau impressionniste et ils récréent une atmosphère par petites touches désordonnées, aptes
à traduire les instantanées de la perception. Leur style s’éloigne du Réalisme.
Les romans des Goncourt ouvrent la voie du Naturalisme. Malheureusement, ils sont tombés dans l’oubli. Le roman Germinie
Lacerteux peint les bas – fonds parisiens à travers le personnage d’une servante, jeune fille – mère qui sombre dans l’hystérie
et meurt phtisique.

Zola, le théoricien du Naturalisme

Émile Zola applique à l’histoire des hommes les principes déterministes : l’homme est déterminé par son corps, par son
tempérament, par ses instincts et par son hérédité (les tares héréditaires). Sa marge de liberté est réduite.

Zola poursuit les recherches des romanciers réalistes et il les radicalise faisant de l’espèce humaine un objet d’étude au même
titre que les espèces animales.

Le terme Naturalisme paraît dans la Préface de Thérèse Raquin (1867), le manifeste de son esthétique, et puis dans son essai
Le Roman expérimental (1880).

Zola applique la méthode expérimentale au roman et il fait de ses personnages des objets d’étude dont il analyse les réactions
dans des différentes situations. Ces principes sont à la base de l’immense fresque de Rougon – Macquart .

Le romancier est un observateur et expérimentateur, qui analyse les réactions de ses personnages dans son romans
laboratoire.

La recherche d’une documentation précise reste un principe fondamental, car la description maintient sa valeur informative.

Nouveauté : introduction des milieux ouvriers et de leur langage.

Disciples et Dissidents

Zola réunit dans sa maison de campagne de Médan de jeunes artistes, comme par exemple Guy de Maupassant et Alphonse
Daudet.
Manifestes de la jeune école : Les Soirées de Médan (recueil de nouvelles sur le thème de la guerre, 1880), Le Roman
expérimental (1880), Les Romanciers naturalistes (1881).

L’œuvre de Maupassant est marquée par un pessimisme profond. Il dénonce les travers de la société comme étant le fruit
d'une méchanceté humaine foncière.

Alphonse Daudet (Nîmes, 1840 – Paris, 1897)


Caractéristiques et œuvres

La critique sociale, toujours vive et frappant divers milieux sociaux (l'aristocratie, les eux d'affaires, les intellectuels ...), est
atténué par l'humour et la tendresse pour les personnages humbles.

Le Petit Chose (son roman le plus connu, 1868), Lettres de mon moulin (recueil de contes, 1869), les deux romans de Tartarin
(1872-1885).

La fin du Naturalisme

Dans La Terre (1887), cinq jeunes membres du groupe dénoncent les excès du maître. Leurs critiques témoignent de la
lassitude du mouvement auquel on reproche souvent de se complaire dans la vulgarité. Le mouvement n'en a pas moins laissé
des traces profondes dans les mentalités.
Gustave Flaubert (Rouen, 1821 – Croisset, 1880)

Biographie

 Fils d’un chirurgien de Rouen


 Il tombe amoureux de Elisa Schlesinger, la femme d’un éditeur de musique
 Il étudie le droit à Paris
 Il fréquente les milieux artistiques et il se lie avec Hugo
 1844 : il est atteint par une crise d’épilepsie
 Il s’enferme dans sa propriété de Croisset (résidence secondaire que son père avait acquise sur les bords de
la Seine), où il se dédie à l’écriture
 Il passe de longues heures dans son cabinet de travail (le gueuloir) et il déclame à haute voix le textes qu’il
a écrit
 Correspondance abondante avec sa famille, ses éditeurs, ses amis, et notamment avec Louise Colet
 Mort de ses proches et soucis financières

Caractéristiques

 Les passions romantiques exaltées de Novembre se heurtent à la réalité dans Madame Bovary ou se diluent dans
L'Éducation sentimentale.
 Le goût romantique pour le mystère et le fantastique se retrouve dans Rêve d'enfer, dans La Tentation de Saint Antoine et
dans le récit de Saint Julien l'Hospitalier.
 L’exotisme caractérise Salammbô et Hérodias.
 Pessimisme déterminé par l’échec de L' Éducation sentimentale, les épreuves de la guerre de 70, la maladie et les soucis
financiers, la mort de Louise Colet. Il exprime sa haine envers l'homme dans Bouvard et Pécuchet, l'encyclopédie de la
bêtise
 Toutes les œuvres laissent transparaître une conception de l'homme très négative. Elles déclinent le thème de l'échec
(surtout dans Madame Bovary et L'Éducation sentimentale).
 Les romans de Flaubert laissent transparaître son dégoût pour la bêtise. Il a toujours mis en scène des personnages
stupides, mais ce sont les deux copistes, Bouvard et Pécuchet, qui incarnent le summum de la bêtise.
 Les personnages de ses romans sont médiocres ou bêtes (des anti – héros) contrairement à ceux de Balzac qui sont des
héros remarquables.
 Univers qui intéresse à Flaubert : le quotidien dans tout sa médiocrité et bassesse (négation du romanesque).
 Livre construit comme la succession des événements sans véritable relief d’une vie qui se dilue dans le temps. Le héros
conquérant disparaît et les personnages désabusés de Flaubert sont des figures de l'échec.
 Il est considéré un maître par de jeunes écrivains, comme Maupassant et Zola. Il a ouverte la voie du réalisme : ses deux
plus grands romans sont au cœur du monde réel.
 Flaubert s'appuie sur une vaste documentation et utilise des faits divers et des événements politiques qu'il intègre dans le
récit. Ses personnages ont l'épaisseur du réel.
 L'illusion de l'authenticité est donnée grâce à la technique narrative de l'impersonnalité. Sa narration est précise, dépouillée,
sèche. Le narrateur est complètement neutre et objectif : il présente les faits sans intervenir avec des commentaires. Le
lecteur doit tirer des conclusions. On entre dans la subjectivité des personnages; Flaubert utilise le style indirect libre à
travers lequel le discours du personnage envahit le récit. Par l'intermédiaire de cette technique d'un détachement apparent,
se glisse l’ironie qui caractérise la prose flaubertienne.
 Flaubert est obsédé par la perfection formelle et il rêve d’écrire un livre sur rien que ne tienne que par la force de son
style.
 Le but de l’art est le beau avant tout.

Œuvres
 Mémoires d’un fou (1838), Smarh (1839), Novembre (1842), La Tentation de Saint Antoine (récit baroque, 1874), Trois
Contes (1877), Bouvard et Pécuchet (roman satirique, 1880)
 Madame Bovary (roman, 1857) : premier grand roman réaliste. Flaubert s'est inspiré d'un fait véridique : un médecin,
élève de son père, avait épousé une jeune femme très romanesque. Celle-ci s'éprit d'un Dom Juan local, puis d'un clerc
de notaire, et mourut à vingt-sept ans s'étant suicidée. Les lieux, les personnages et les milieux (paysannerie, petite
bourgeoisie et aristocratie normandes) sont peintes avec minutie. Le regard de Flaubert est ironique, décapant et sans
aucune complaisance pour la laideur, la mesquinerie, la faiblesse de Charles Bovary ou la bêtise de l'apothicaire.
Bovarysme : état de malaise psychologique qui correspond à un sentiment de profonde inadaptation sociale compensé
par l’évasion dans le rêve et dans l’imagination. Emma ne distingue plus le rêve de la réalité et elle voudrait s’évader
de la vie banale avec Charles dans ses lectures romanesques.
Parution de Madame Bovary dans un journal, «La Revue de Paris : scandale immense. Le pouvoir veut se débarrasser
de ce journal. Flaubert est accusé d'outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs. Tout le monde
s’arrache le livre, pour y trouver, comme le dit Flaubert lui-même, des obscénités qui ne s'y trouvent pas. Flaubert n’est
pas condamné, car il appartient à la grande bourgeoisie de Rouen que le pouvoir ne tient pas à indisposer en vue des
élections.
 Salammbô (roman, 1862) : description de la Carthage antique, grâce à un travail extraordinaire d'érudition et grâce à
un voyage de Flaubert en Tunisie. Le livre séduit par son souffle lyrique et épique et par la puissance de ses évocations.
 Éducation sentimentale (roman, 1869) : deuxième grand roman de Flaubert. C’est un roman personnel (transposition
de sa rencontre avec Mme Schlesinger), un roman d'une génération et un roman historique : l'échec de l'individu
correspond à l'échec collectif. Flaubert peint les milieux des jeunes opposants au régime de la Monarchie de Juillet et
de la Révolution de ’48 : c’est une jeunesse emplie d'espoir et d’idéaux, mais qui ne concrétise pas ses rêves et se dilue
dans l'inaction. C'est l'échec du Romantisme, de l'amour et de la morale collective.

Vous aimerez peut-être aussi