Vous êtes sur la page 1sur 13

USTHB- L3- ELN/A Chapitre 2 (suite) : La Synthèse des Filtres Analogiques

1. Rappels sur les filtres idéaux


Pour qu’un filtre soit idéal, il faudrait que la transmittance (fonction du transfert) soit égale à
1, pour les fréquences comprises dans la bande passante, et qu’elle soit égale à 0, pour les autres
fréquences (celles qui ne sont pas comprises dans la bande passante).
La bande passante du filtre idéal est l’intervalle de fréquence [fcb ; fch] pour lesquelles la
transmittance est égale à 1.
Fcb est la fréquence de coupure basse.
Fch est la fréquence de coupure haute.
La bande passante (ou largeur de bande passante) est égale à :
BP=FCH-FCB en Hertz

La réalisation d’un filtre nécessite tout d’abord de définir son gabarit c’est-à-dire la
représentation graphique des conditions limites amplitude-fréquence imposées.

2. Filtre réel – Gabarit


Le gabarit d’un filtre est en réalité la représentation du module de la transmittance en fonction
de la fréquence.
Un filtre idéal présent :
- un affaiblissement nul dans la bande de fréquence que l’on désire conserver (Bande
passante)
- un affaiblissement infini dans la bande que l’on désire éliminer (Bande atténuée)
Il est impossible pratiquement de réaliser de tels filtres. Aussi se contente-t-on
d’approcher cette réponse idéale en :

- conservant l’atténuation A inférieure à Amax dans la bande passante


- conservant l’atténuation A supérieure à Amin dans la bande atténuée

Cela conduit ainsi à définir un gabarit définissant des zones interdites et des zones dans
lesquelles devront impérativement se situer les graphes représentant l’atténuation du filtre en
fréquence.

2.1. Construction d’un gabarit


Avant la mise en place d’un filtre, il faut définir le cahier des charges, c’est-à-dire quels sont
les critères choisis pour le filtrage. Prenons l’exemple d’un filtre passe-bas, laissant passer
uniquement les basses fréquences. On fixe pour objectif que :
• pour 0 < f < fp le signal doit passer avec un gain G > Gsup
• pour f > fa le signal doit avoir un gain maximum de Ginf > Gsup
Le gabarit est alors la représentation graphique des zones autorisées ou interdites pour le gain du
filtre en fonction de la fréquence, ici :

Module : Traitement du Signal Chargée de cours : F. Hamdi


USTHB- L3- ELN/A Chapitre 2 (suite) : La Synthèse des Filtres Analogiques

Les indices p et A sont associés respectivement aux grandeurs définissants les limites de la bande
passante et la bande atténuée (ou arrêt ou coupée).
L’axe des abscisses peut être gradué en fréquences (f) ou en pulsations (w =2f)

2.2. Exemple : Gabarit d’un filtre passe bas

Le gabarit d’un filtre passe-bas est défini par les valeurs (fp, Ap) et (fa, Aa) délimitant
le domaine où doit s’inscrire la réponse fréquentielle :

Donc la réalisation d’un filtre nécessite tout d’abord de définir son gabarit c’est-à-dire la
représentation graphique des conditions limites amplitude-fréquence imposées. Pour cela les
paramètres suivants du filtre doivent être précisés :
- Le niveau du signal dans la bande passante (0dB). - L’atténuation du filtre dans la bande
coupée (XdB). - La ou les fréquences de coupure (Hz). - La largeur de bande de transition
de l’atténuation (Hz). - Les éventuelles variations de gain dans la bande passante et coupée
(dB).

Suivant le type de réponse que l’on désire obtenir, on est amené à définir 4 familles de filtres :

Gp (Amax) : Atténuation maximum tolérée en bande passante.


GA(Amin) : Atténuation minimum en bande coupée.
fp (wp) ou fc (wc) : fréquence (pulsation) de coupure.
fa (wa) : fréquence (pulsation) de frontière.

Module : Traitement du Signal Chargée de cours : F. Hamdi


USTHB- L3- ELN/A Chapitre 2 (suite) : La Synthèse des Filtres Analogiques

 Notion de sélectivité et de bande relative

Dans certains filtres, l’atténuation à la fréquence de frontières fa est inférieure à 3dB. Aussi, la
fréquence de coupure peut être différente de celle pour laquelle l’atténuation est égale à 3dB. En
effet, la notion de sélectivité K est définie par :

Fréquence de
Type de filtre Sélectivité k Bande relative B
référence

fp
Passe-bas Fp
fa

fa
Passe-haut Fa
fp

f p  f p f p  f p
Passe-bande F0
f a  f a fo

f a  f a f a  f a
Coupe-bande F0
f p  f p fo

La bande de transition est comme son nom l’indique, la bande située entre la bande passante et
la bande atténuée. Plus elle est étroite, et plus le filtre idéal (sélectivité=1), mais plus l’ordre du
filtre sera élevé.
Pour les filtres passe-bande et coupe-bande, la pulsation centrale est définie comme la moyenne
géométrique des pulsations de limite de bande passante de transition w1p et w2p).

Afin de faciliter les calculs en vue de la réalisation des filtres. On peut moyennant un
changement de variable (normalisation) se ramener à un gabarit dont la fréquence (pulsation) à la
limite de la bande passante vaut 1 (sans unité). Puis par un second changement de variable
(transposition) se ramener à un filtre passe-bas.

Module : Traitement du Signal Chargée de cours : F. Hamdi


USTHB- L3- ELN/A Chapitre 2 (suite) : La Synthèse des Filtres Analogiques

3. Approximations
Suivant le cahier des charges donné, la réalisation d'un filtre passe-bas conduit à des fonctions
de transfert dont les dénominateurs sont des polynômes qui optimisent au mieux les contraintes
demandées. Ces polynômes, appelés polynômes d'approximation, réalisent des filtres
caractérisés par l'une ou l'autre des propriétés suivantes :
- Une bande passante plate au maximum pour les filtres de Butterworth ;
- une bande de transition étroite obtenue au dépend d'une ondulation de la réponse
fréquentielle dans la bande passante pour les filtres de Tchebychev de type I.
D'autres approximations de filtres réels existent comme par exemple :
- Les filtres de Tchebychev de type II qui n'ont pas d'ondulations dans la bande
passante mais en possèdent dans la bande d'arrêt.

La réalisation des filtres peut être faite à base résistances, condensateurs et inductances, on parle
alors de filtres passifs, en opposition avec les filtres actifs qui comportent en plus des
composants actifs, comme par exemple les transistors ou amplificateurs opérationnels (AOP),
qui nécessitent une source d’énergie externe (alimentation).

4. Normalisation des fréquences, du gabarit et des composants

4.1. Normalisation des fréquences

Elle consiste à choisir comme unité de fréquence, non plus le Hertz, mais une fréquence
de référence associée au gabarit.

On utilise généralement la fréquence de coupure :


- fp pour les filtres passe-bas
- fa pour les filtres passe-haut
- fo pour les filtres passe-bande et coupe-bande

Nb : On essaie le plus souvent possible de symétriser les gabarits des filtres coupe-bande et
passe-bande.

D’où la fréquence normalisée = .


La pulsation normalisée correspond à la même valeur = = =
Si on pose que = , le module de s est s = = =f .

Nb : Nous utiliserons cette notation symbolique s qui correspond aussi à la variable de


Laplace normalisée = , la variable de Laplace correspondant en régime harmonique à jw.

Module : Traitement du Signal Chargée de cours : F. Hamdi


USTHB- L3- ELN/A Chapitre 2 (suite) : La Synthèse des Filtres Analogiques

4.2. Normalisation des composants

La fréquence de référence fr = fp étant choisie, on choisit en plus une résistance de référence Rr.

 Pour les filtres passifs, Rr correspond habituellement à la résistance de charge du filtre.

 Pour les filtres actifs à amplificateur opérationnel Rr correspond à la résistance du


montage la plus fréquente (exemple : 10 K).

 D’où la résistance normalisée = . 0n utilisera aussi la relation R = Rn.Rr.

 D’où l’inductance de référence = et l’inductance normalisée =

 D’où la capacité de référence = et la capacité normalisée =

5. Transposition
On peut ramener l’étude d’un filtre passe-haut, passe-bande symétrique ou coupe-bande
symétrique normalisé à celle d’un filtre passe-bas.

C’est une simplification considérable qui justifie à elle seule que l’on recherche à représenter les
spécifications d’un filtre par un gabarit simplifié symétrique.

En effet, ces transformations s’appliquent aussi bien aux gabarits qu’aux fonctions de transfert
et aux impédances. (On peut vérifier qu’elle ne modifie pas la sélectivité).

Si l’on veut réaliser un filtre passe-haut, passe-bande ou coupe-bande dont les paramètres sont
Amax, Amin et k, il suffit alors d’étudier le filtre prototype passe-bas défini par ces mêmes
paramètres et d’en transposer la fonction de transfert.

Filtre Passe-bas Filtre Passe-haut Filtre Passe-bande Filtre Coupe-bande

 
p  
p p wo  p wo 
wo p 1    p  B 1 
p B  wo p   p  wo 
 wo p 
 

Passage du cas passe-bas aux autres cas:


Le passage (transformation) d’un type à l’autre s’effectué facilement par changement de
variable :

Module : Traitement du Signal Chargée de cours : F. Hamdi


USTHB- L3- ELN/A Chapitre 2 (suite) : La Synthèse des Filtres Analogiques

Filtre Passe-bas Filtre Passe-haut Filtre Passe-bande Filtre Coupe-bande

 
p
1 1  1 
s 1
wo S S s   S  B 
s B s s1
Laplace normalisé  
 s

avec B=(fc2-fc1)/f0
B : bande passante ; fc1,2 : fréquence de coupure ; f0 : fréquence centre du filtre

6. Les étapes de la synthèse des filtres analogiques :

L’objectif est la réalisation la conception de filtres à partir de cahier de charges formulées


sous forme de gabarit.
Elle s’effectue selon le processus suivant :
 Départ : Cahier des charges, Gabarit du filtre réel, Normalisation.
 Etape 1 : Transposition : Ramener le filtre à un passe bas.
 Etape 2 : Calcule de l’ordre du filtre n et de la fonction de transfert en fonction de
l’approximation choisie (Butterworth, Chebychev…….).
 Etape 3 : calcul de la fonction de transfert du filtre réel.
 Etape 4 : choix d’une structure (Rauch, Sallen-Key…..) et calcul des composants par
identification.

Module : Traitement du Signal Chargée de cours : F. Hamdi


USTHB- L3- ELN/A Chapitre 2 (suite) : La Synthèse des Filtres Analogiques

Structure de filtres actifs


1. Structure du premier ordre

Passe-bas

Ve Vs

Passe-haut

Ve Vs

Module : Traitement du Signal Chargée de cours : F. Hamdi


USTHB- L3- ELN/A Chapitre 2 (suite) : La Synthèse des Filtres Analogiques

2. Structure du deuxième ordre

Cellule de Rauch : (elle est basé sur un amplificateur inverseur)

Passe bas :
1
= = = =
1
=

Ou

Passe Haut :
1 1
= = =
1
= =

Nb : Il peut être plus facile de faire le calcul


de la fonction de transfert H à partir des
admittances que des impédances
1 1 1 1 1
= = = = =

Passe bande :
1 1
= = =
1
= =

Module : Traitement du Signal Chargée de cours : F. Hamdi


USTHB- L3- ELN/A Chapitre 2 (suite) : La Synthèse des Filtres Analogiques

Nb : cette structure de Rauch permet de créer un


filtre passe bande de différentes façons suivant le
choix des impédances.

Cellule de Sallen key : elle est basée sur un amplificateur de tension non-inverseur

Passe bas :
1 1
= = = =

Ou

Passe Haut :
1 1
= = =
=

Module : Traitement du Signal Chargée de cours : F. Hamdi


USTHB- L3- ELN/A Chapitre 2 (suite) : La Synthèse des Filtres Analogiques

Passe bande :
1
= = =

=
1+

NB : On effectue les transpositions :

Passe-bas Passe-haut

Structure

Module : Traitement du Signal Chargée de cours : F. Hamdi


USTHB- L3- ELN/A Chapitre 2 (suite) : La Synthèse des Filtres Analogiques

Transposition des composants

Exemple1 : Filtre passe haut :


La résistance normalisée est Rn :
=
Les inductances vont se transformer en capacités, ainsi :

Les capacités vont se transformer en inductances, ainsi

Exemple2 : Filtre passe bande :

La transformation implique que :


L’inductance va être changée par une capacité en parallèle série avec une inductance :

Module : Traitement du Signal Chargée de cours : F. Hamdi


USTHB- L3- ELN/A Chapitre 2 (suite) : La Synthèse des Filtres Analogiques

La capacité va être changée par une inductance en série parallèle avec une capacité

Module : Traitement du Signal Chargée de cours : F. Hamdi


USTHB- L3- ELN/A Chapitre 2 (suite) : La Synthèse des Filtres Analogiques

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA SYNTHESE D’UN


FILTRE ANALOGIQUE

1. Recherche du gabarit (Définition du gabarit désiré)

2. Normalisation du gabarit
(Normalisation du gabarit par rapport à une pulsation de référence ωr :

(- fréquence de coupure à -3dB pour un filtre de Butterworth de la forme simplifiée,


- fréquence d.atténuation max. en bande passante pour un filtre de Butterworth et Chebyshev
- fréquence centrale pour un filtre passe-bande ou coupe-bande)

3. Choix d’un type de filtre d’après le cahier des charges


(Butterworth, Tchebycheff…).

4. Transposition en gabarit (normalisé) passe-bas

5. Détermination de l’ordre du filtre (calcul, abaques, logiciel.)

6. Recherche de la fonction de transfert du passe-bas normalisé dans :


des abaques, à partir des tables polynômes.

7. Transpositions du filtre passe-bas étudié vers le type de filtre recherché

8. Dénormalisation

9. Réalisation électronique (Identification des composants + calculs des


composants).

Remarque : dans le cas de la synthèse d’un filtre passe-bas, les étapes 4 et 7 n’ont pas lieu
d’être.

Module : Traitement du Signal Chargée de cours : F. Hamdi

Vous aimerez peut-être aussi