Vous êtes sur la page 1sur 6

Exposé sur

L’écoulements interne

MASTER 2
CONSTRUCTION MECANIQUE
2021/2022

Etudiant

HADJ AHMED Hichem

Nidhal
Avant de définir l’écoulement interne d’un fluide il sera plus judicieux de
commencer par définir quelque terme

Définition
C’est quoi un fluide

Un fluide est un milieu matériel continu liquide ou gazeux, déformable, sans


rigidité et qui peut s'écouler.

Liquides et gaz

C’est un état de la matière, les liquides et gaz habituellement étudiés sont


isotropes, mobiles et visqueux. La propriété physique qui permet de faire la
différence entre les deux est la compressibilité.

L’isotropie

Assure que les propriétés sont identiques dans toutes les directions de l'espace.

La mobilité

Fait qu'ils n'ont pas de forme propre et qu'ils prennent la forme du récipient qui les
contient.

La viscosité

Caractérise le fait que tout changement de forme d’un fluide réel s'accompagne
d'une résistance (frottements).

Système.

Le système prend en compte tous les paramètres régissant les interactions entre
le fluide et son environnement, la résolution d'un problème de mécanique des fluides
passe par la définition du système, À ce système on applique les principes et
théorèmes généraux de mécanique et thermodynamique :
- Principe de la conservation de la masse.
- Principe fondamental de la dynamique.
- Principe de la conservation de l'énergie.

L’écoulement interne

C’est l’écoulement d’un fluide dans une conduite ou réseau, qu’il soit un
écoulement plein ou mixte (100% fluide ou 50% fluide 50% gaz), n’entrant pas
directement en relation avec l’environnement externe.
L’écoulement interne

L’étude des écoulements interne a vus ses premières balbutiement


technologique suite a seconde guerre mondial avec l’apparition des premières fusés
ainsi que des moteur a réaction, elle a vus un boom technologique lors de la course
a l’espace et a l’armement entre les USA et URSS, ayant pour bute principale la
maitrise des moteur a réaction, cependant c’est durant les années 1990 que la
technologie permis la maitrise numérique de ces concepts.

Caractéristique d’un écoulements interne :

Condition aux limites.


Les échanges thermiques.
La perte de charge (dissipations d’énergie mécanique)

Condition aux limites

Les écoulements dans une surface enveloppante, met en évidence des


mécanismes de transfère indirecte entre l’environnement externe et interne via les
parois, les profils de vitesse (dont la connaissance est essentielle en convection
thermique)

Les dissipations d’énergie mécanique

Concept de perte de charge conditionnant le dimensionnement des circuits


fluides, plus généralement, les dissipations doivent être prises en compte dans les
bilans énergétiques ou économiques les critères a prendre en compte sont :
- dimension caractéristique d’une canalisation
- facteur de forme
- L’influence des parois se manifeste donc dans toutes les directions, sauf
éventuellement aux sections d’entrée et de sortie du fluide.
La diversité des géométries possibles entraîne évidemment une grande
variété dans la structure des écoulements, mais ce sont le plus souvent des
écoulements de type couche limite, comme par exemple dans les canalisations, Il
est donc important de considérer la friction entre le fluide et les parois.
Les échanges thermiques.

La température influe grandement sur la viscosité du fluide, La valeur de la


vitesse moyenne donnée dans une section peut être déterminée à l’aide du
principe de conservation de la masse.

Etat d’écoulement interne

- Laminaire : certains écoulements sont lisses et ordonnés.


- Chaotiques : apparaitra plus aléatoire est turbulent.

Dans une démarche expérimentale Il est possible d’observer, en appliquant


une teinte colorée ou de la fumée dans un écoulement fluide,

Les lignes produites peuvent sembler linéaire (laminaire) à basse vitesse puis
devient éventuellement chaotique (turbulent).

Dans tous les cas il est nécessaire de caractériser l’état de l’écoulement ainsi
que son intensité de turbulence afin d’utiliser celui-ci à des fins pratiques.

L’expérience a été au début réalisé par l’ingénieur britannique Osborne


Reynolds qui a vu donner son nom au paramètre adimensionnel utilisé pour
déterminer le régime d’un écoulement fluide.

Les résultats de l’ingénieur britannique ont abouti a ce que la transition du


régime laminaire à turbulent dépend de :

- La Géométrie de la conduite ;
- La rugosité de la surface,
- La vitesse de l’écoulement,
- La température de surface
- Du type de fluide.

Après étude, Reynolds démontra que celle-ci dépend principalement du ratio


des forces d’inertie sur les forces visqueuses, d’où le nombre de Reynolds
lorsque ce dernier :

- Est élevé : les forces d’inertie, qui sont proportionnelles à la densité du fluide,
sont beaucoup plus grandes que les forces visqueuses
Ainsi, celles-ci ne peuvent empêcher les fluctuations aléatoire et rapide dans le
fluide.
- est bas, la force visqueuse inhibe ces fluctuations. Le nombre de Reynolds
auquel l’écoulement devient turbulent.

La transition s’effectue est nommé le nombre de Reynolds critique, est


dépend de la géométrie et des conditions de l’écoulement.

Phénomène: Les deux quantités intéressantes dans l’étude d’écoulement


interne sont :

perte de pression/ charge  :

La perte de pression est proportionnelle à la viscosité du fluide, le terme


dépendant de la vitesse est la pression dynamique et d’un facteur de friction.

La friction  :

Il est aussi intéressant de noter qu’une fraction de la friction provient


théoriquement de l’interaction entre les particules du fluide causant une
hausse en température, mais celle-ci est négligeable

La friction sur la paroi crée une couche limite à la surface qui peut être
quantifiée grâce à la condition de non-glissement, Cette condition stipule que
la composante du profil de vitesse sera égale à zéro sur la paroi, créant une
mince couche où la vitesse varie dans la direction transversale de la section.
Cette couche, L’épaisseur de la couche limite est celle associée à la partie
variable du profil de vitesse dans un écoulement fluide. L’écoulement dans
cette zone est considéré comme visqueux. Celle-ci doit être calculée afin de
tenir compte de la variation de la vitesse causée par l’effet de la viscosité près
de la paroi. L’épaisseur de cette couche est approximée à l’aide de la
résolution des équations de Navier-Stokes et des conditions frontière
appropriées variant d’un cas à l’autre.

Vous aimerez peut-être aussi