Vous êtes sur la page 1sur 32

EN

BENCHIKHA

DÉVOILE LA LISTE DES 22 JOUEURS

Pages 16-17

EN BENCHIKHA DÉVOILE LA LISTE DES 22 JOUEURS Pages 16-17 LIGUE 1 (22 e JOURNÉE) USM

LIGUE 1 (22 e JOURNÉE)

USM Annaba 2 - JSK 1 USM Alger 1- MC Alger 2 WA Tlemcen 2 - AS Khroub 0

LIGUE 2 (25 e JOURNÉE)

NAHD 1 - O. Médéa 0

 

COLLOQUE INTERNATIONAL CONSACRÉ À L’ŒUVRE DE

MOHAMED

DIB

Bouziane Benachour, Maachou Blidi et Mimi Hafida

primés

Page 32

Benachour, Maachou Blidi et Mimi Hafida primés Page 32 12 Djoumada El Thani 1432 - Dimanche

12 Djoumada El Thani 1432 - Dimanche 15 Mai 2011 - N°14202 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE

LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE

PARTIS

LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE PARTIS “ L’Algérie a payé une lourde

L’Algérie a payé une lourde facture au pluralisme démocratique”

selon Miloud Chorfi

POLITIQUES

pluralisme démocratique” selon Miloud Chorfi POLITIQUES “Pour une refondation de l’Etat” plaide Louisa Hanoune

“Pour une

refondation

de l’Etat”

plaide Louisa

Hanoune

“Pour une refondation de l’Etat” plaide Louisa Hanoune “La réforme doit reposer sur des institutions,

“La réforme doit reposer sur des institutions, représentatives et souveraines”

selon Fateh Rebaï

12 e SIFTECH 75 exposants au rendez- vous des TIC La 12 e édition du
12 e SIFTECH
75
exposants
au
rendez-
vous
des TIC
La 12 e édition du
SIFTech, Salon
international du futur
technologique,
organisée par Krizaldi
Communication se tiendra
du 17 au 19 mai prochain
au palais de la culture
Moufdi Zakaria sous
le haut patronage du
ministre de la Poste et des
Technologies
de l’information
et de la communication.
Pages 3 - 4
Page 5
Ph. : Louisa
et de la communication. Pages 3 - 4 Page 5 Ph. : Louisa Révision de la

Révision de la charte et des mécanismes d'action de la Ligue arabe

Une

nécessité

selon Abdelaziz

Belkhadem

de la Ligue arabe Une nécessité selon Abdelaziz Belkhadem Les décisions du dernier Conseil des ministres

Les décisions du dernier Conseil des ministres

“Un premier pas réussi pour la concrétisation des réformes”

selon Soltani

Forum d’El Moudjahid
Forum d’El Moudjahid

DU 19 MAI

1956

La formation militaire des jeunes qui avaient déserté les bancs du lycée et de l’université a permis de renforcer les rangs de l’ALN et à l’indépendance de prendre en charge les destinées du pays

COMMÉMORATION DU 55 e ANNIVERSAIRE DE LA GRÈVE DES ÉTUDIANTS

DE L’AMPHI AU MAQUIS

Page 7 Ph. : Nesrine
Page 7
Ph. : Nesrine

2

2 EL MOUDJAHID Météo 21° à Alger, 32° à Béchar Sur les régions Nord, temps voilé

EL MOUDJAHID

Météo

Météo 21° à Alger, 32° à Béchar Sur les régions Nord, temps voilé à nuageux, aujourd’hui,

21° à Alger, 32° à Béchar

Sur les régions Nord, temps voilé à nuageux, aujourd’hui, avec tendan- ce orageuse sur les hauts plateaux. Baisse sensible des températures maxi- males sur l'ensemble des régions nord en fin d'échéance. Sur les régions sud du pays, le temps sera voilé sur les régions du Sud- Ouest. Ailleurs, le temps sera généralement dégagé et ensoleillé.

Les températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui seront comme suit Alger (21°-15°), Annaba (21°-15°), Béchar (32°-20°), Biskra (32°- 21°), Constantine (22°- 11°), Djanet (36°-22°), Djelfa (27°-12°), Ghardaïa (35°-16°), Oran (23°-16°), Sétif (21°-9°), Tamanrasset (36°-22°), Tlemcen (27°-15°).

16 e congrès de l’Organisation mondiale de la météorologie

Tou à

Genève

Le ministre des Transports, M. Amar Tou, sera à Genève les lundi 16 et mardi 17 mai, pour participer aux tra- vaux du 16 e Congrès de l’Organisation mondiale de la météorologie qui comprend le segment de

haut niveau des ministres

chargés de

la

Météorologie.

des ministres chargés de la Météorologie. Ce matin, à 10 h 30 à la SAFEX, conférence

Ce matin, à 10 h 30 à la SAFEX, conférence de presse

Salon international de l’Elevage

conférence de presse Salon international de l’Elevage la tenue du Salon internatio- nal de l’Elevage et

la

tenue du Salon internatio- nal de l’Elevage et du machinisme agricole, SIPSA-AGRISIME 2011, placé sous le haut patro- nage du D r Rachid Benaissa, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, une conférence de presse sera organisée le 15 mai à 10 h

30 à la salle de confé- rences Ali-Mâachi, SAFEX, Palais des expo- sitions, Pins Maritimes, Alger.

Dans

le

cadre

de

Sûreté nationale Hamel en visite de travail et d’inspection à Batna
Sûreté nationale
Hamel
en visite
de travail et
d’inspection à Batna

Le directeur général de la sûreté nationale effectuera une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Batna, aujour- d’hui, au cours de laquelle il inaugurera des structures socio- professionnelles relevant de ce corps.

des structures socio- professionnelles relevant de ce corps. CeCe matin,matin, àà 88 hh 30,30, àà
CeCe matin,matin, àà 88 hh 30,30, àà l’hôtell’hôtel d’Eld’El BiarBiar FormationFormation enen
CeCe matin,matin, àà
88 hh 30,30,
àà l’hôtell’hôtel d’Eld’El BiarBiar
FormationFormation
enen directiondirection
desdes organisationsorganisations
dede
lala sociétésociété civilecivile
dede lala sociétésociété civilecivile Ce matin à 10 h Point de presse avec l’écrivain Houmad

Ce matin à 10 h

Point de presse avec l’écrivain Houmad Abdelaziz

Auteur de l’ouvrage Bouteflika, une fierté algérienne, l’écrivain Houmad Abdelaziz, sera l’hôte du centre de pres- se d’El Moudjahid, ce matin à 10 h, où il animera un point de presse sur son livre.

Demain, à 10 h

Conférence du Pr Djoudi Merabet, recteur de l’université de Bejaïa

Le P r Djoudi Merabet, recteur de l’université de Béjaïa, sera l’hôte du centre de presse d’El Moudjahid, demain à 10 h, où il animera une conférence-débat sur le thème de la formation supérieure, l’architecture des enseignements et la dynamique d’insertion professionnelle des nouveaux diplômés.

CoopérationCoopération

LeLe ministreministre desdes AffairesAffaires islamiquesislamiques dudu QatarQatar aujourd’huiaujourd’hui àà AlgerAlger

A l’invitation de M. Bouabdellah Ghlamallah, ministre des Affaires religieuses et du Wakf, le D r Ghaïth Ben Moubarak El Kouari, ministre des Affaires islamiques de l’Etat du Qatar effectuera du 15 au 19 mai, une visite de tra- vail et d’amitié dans notre pays. Après son arrivée à l’aéroport d’Alger, aujourd’hui, l’hô- te de l’Algérie sera reçu par M. Bouabdellah Ghlamallah, au siège du ministère. Demain, le D r El Kouari assistera au coup d’envoi de l’opération de dépouillement des résultats du concours national scolaire sur la Sira du Prophète

(QSSSL), à Dar El Imam de Mohammadia, avant d’avoir des entretiens élargis avec son homologue algérien sur l’état des relations entre les deux pays et les perspectives de leur développement. Au cours de son séjour dans notre pays, le ministre qatari des Affaires islamiques se rendra ensuite à Tlemcen où il assistera aux travaux du colloque «La femme dans la société tlemcénienne à travers l’histoire», comme il sera reçu par le D r Cheikh Bouamrane, président du Haut conseil islamique.

Ce matin à l’Ecole nationale supérieure des travaux publics de Kouba

Séminaire sur le thème de l’ingénieur

Un séminaire sous le thème «l’ingénieur entre- prendre» placé sous le haut patronage du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scienti- fique se tiendra ce matin à l’ENSTP en partenariat avec l’Association des Algériennes Managers & entre- preneurs (AME) et l’Association internationale des étudiants (AIESEC).

Institut interbancaire de formation d’une nouvelle Inauguration salle des marchés Une cérémonie
Institut interbancaire
de formation
d’une nouvelle
Inauguration
salle
des marchés
Une cérémonie
d’inauguration d’une nouvelle salle des
mise en place, sous l’égide
marchés
de l’ABEF, se tiendra
siège de l’Institut
ce matin à 10 h au
interbancaire
de for-
mation (SIBF) lotissement Zouaoua, villa
n° 10
- Dely
Ibrahim.
(SIBF) lotissement Zouaoua, villa n° 10 - Dely Ibrahim. Amar Ghoul, aujourd’hui à Tipasa M. Amar

Amar Ghoul,

aujourd’hui

à Tipasa

M. Amar Ghoul, ministre des Travaux publics, effec- tuera aujourd’hui, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Tipasa, pour s’enquérir de l’état actuel du projet de la voie express Bousmaïl- Cherchell.

Coopération économique algéro-française

Cet après-midi, à 15 h, conférence de Benmeradi

Cet après-midi, à 15 h, conférence de Benmeradi M. Mohamed Benmeradi ministre de l’Industrie et des

M. Mohamed Benmeradi ministre de l’Industrie et des petites et moyennes entreprises et de la Promotion de l’inves- tissement présentera cet après-midi à 15 h au siège de l’APN, aux membres du «groupe parlementaire pour l’amitié Algérie- France» une conféren- ce sur «la coopération économique algéro- française».

Smaïl

Mimoune

à Médéa

Smaïl

Mimoune, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, effectuera aujourd’hui, une visi- te de travail et d’ins- pection dans la wilaya de Médéa, consacrée aux infra- structures de son sec- teur.

M.

consacrée aux infra- structures de son sec- teur. M. Installation des bureaux d’orientation dans les

Installation des bureaux d’orientation dans les établissements scolaires d’Alger

Khaldi et Benbouzid donnent le coup d’envoi

MM. El Hadi Khaldi et Boubekeur Benbouzid, respectivement ministres de la Formation et de l’Enseignement profession- nels et de l’Education nationale, donneront ce matin, à 8 h 30, au lycée colonel Lotfi, d’Ouled Fayet, le coup d’envoi de l’installa- tion des bureaux d’information et d’orienta- tion dans les établissements scolaires de la wilaya d’Alger.

tion des bureaux d’information et d’orienta- tion dans les établissements scolaires de la wi laya d’Alger.
tion des bureaux d’information et d’orienta- tion dans les établissements scolaires de la wi laya d’Alger.

Dans le cadre de la mise en œuvre du program- me commun pour l’égalité entre les genres et l’au- tonomisation des femmes, le ministère délégué chargé de la Famille et de la Condition féminine et le Fonds des Nations unies pour la population,

organise conjointement une session de formation de 5 jours au profit des organisations de la société civile, en matière d’analyse du genre et de plai- doyer pour le genre, qui débutera ce matin,à8h 30 à l’hôtel d’El Biar (près du stade municipal).

Dimanche 15 Mai 2011

Nation

EL MOUDJAHID

3

PARTIS POLITIQUES

MOUVEMENT NAHDHA

«La réforme doit reposer sur des institutions crédibles, représentatives et souveraines dans leurs décisions»

Ph. : Louisa
Ph. : Louisa

S’ inscrivant dans la dyna- mique du débat enclenché suite au dernier discours du

Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, le Mouvement Nahdha a organisé, hier, une journée d’étude consacrée aux réformes politiques. Pour ce, le mouvement a invité d’éminents professeurs et juristes en droit, dans la perspective d’enrichir ce débat pour les réformes, par des proposi- tions concrètes et réalisables sur le terrain. A cet effet, le secrétaire général du Mouvement, M. Fatah Rebaï, qui a eu à ouvrir la séance, a mis en

M. Fatah Rebaï, qui a eu à ouvrir la séance, a mis en L a secrétaire

L a secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT), Mme Louisa Hanoune, a plaidé

hier, à Béjaia, pour une "refonda- tion" de l’Etat et pour une "rupture totale" avec le parti unique et ses survivances institutionnelles. S'exprimant au cours d'un meeting à la maison de la Culture, elle a prôné, dans cette optique, la mise en place d’un "système parlemen-

exergue le fait que, avant d’entamer les réformes annoncées, « il faut bien réfléchir sur le comment, quand et surtout qui peut accomplir ces réformes ? » Selon lui, ces réformes doivent concerner l’en- semble des secteurs « et pas seule- ment le politique » et être mises en application de façon à ce qu’elles « rétablissent la confiance entre le peuple et ses institutions ». Une confiance qui ne pourrait venir, selon lui, que si le peuple participe, lui-même, à l’élaboration de ces réformes. Pour M. Rebaï, qui s’ex- primait au siège de son parti à Alger, la consécration de la démo- cratie à travers le rétablissement d’un multipartisme réel, avec une opposition « digne de ce nom »,

sont entre autres, les conditions sine qua non d’une réforme profonde. Un point de vue partagé par l’expert en droit constitutionnel, M. Mohamed Akli Guezzou, ensei- gnant à l’université de Blida de son état, qui a expliqué que l’Algérie «

a besoin d’institutions qui doivent

être crédibles, représentatives et souveraines dans leurs décisions ». L’expert ajoutera que cette option est la seule qui puisse redonner une confiance aux citoyens, ceci en plus de la nécessité d’associer l’opposi-

tion, quel que soit son bord. « Il ne faut pas voir ces partis comme des ennemis déclarés, mais plutôt des personnes porteuses de vision diffé- rente et donc sûrement intéressante

», a-t-il dit, signalant que désormais

l’Etat ne devrait plus s’atteler à nommer des personnes ou à donner des postes de responsabilité, « mais plutôt de créer des institutions

représentatives ». Dans ce contexte,

M. Guezzou n’ira pas par quatre

chemins pour demander la démis- sion de M. Bensalah, président du Sénat, de son poste au RND, « sans quoi il peut être neutre pour mener les consultations sur les réformes». Par ailleurs le conférencier a estimé

que, mise à part le fait que « le pou- voir, quel que soit sa tendance, doit respecter les constantes nationales

», il est important que le principe de

séparation des pouvoirs, soit consa- cré dans la prochaine Constitution,

« le problème qui réside dans les

Constitutions de 1996 et de 2008, c’est qu’on donne des prérogatives

trop importantes au Président de la République, c’est lui pratiquement qui gère tout, alors qu’en principe

on devrait limiter ces prérogatives

et les élargir au chef du gouverne-

ment » a-t-il stipulé, soulignant que ce chef du gouvernement « et non

pas Premier ministre », devrait émaner de la majorité élue à l’Assemblée. « Il faut aller vers un pouvoir d’ensemble, et non pas un pouvoir absolu, comme ça, la res-

ponsabilité sera partagée et non pas réservée à un seul homme, lorsque la situation n’est pas reluisante ». Enfin, l’expert indiquera le fait qu’il est temps de limiter aussi les prérogatives du Sénat et de lui réat-

tribuer son rôle de conseil « consul- tatif », non pas législatif comme c’est le cas actuellement. Pour ce qui concerne la tenue d’élections « libres et transparentes », M. Guezzou a préconisé l’implication du pouvoir judiciaire dans la sur- veillance « accrue et générale » de toute consultation électorale. Enfin, les responsables du mou-

vement ont réitéré leur appel pour l'ouverture d'un dialogue sérieux avec les composantes de la classe

politique, en vue de dégager une vision globale à même de contri- buer au règlement définitif de la situation, soulignant que l'aboutis- sement des mesures adoptées "exige le changement des institu- tions chargées de leur exécution",

en allusion au gouvernement et au

Parlement. Amel Zemouri

“Pour une refondation de l’Etat”,

plaide Louiza Hanoune

taire", à même seule, "de consacrer

la souveraineté populaire".

"Nous sommes à une période charnière, où on prend rendez-vous avec l’histoire et aller vers la ruptu- re, ou on le rate, et de ce fait, on favorisera le saut dans l’inconnu", a-t-elle affirmé, estimant qu’au demeurant la démarche ne vise rien de moins qu’à "renouer avec la Révolution de l’indépendance et son message historique". Expliquant son projet, Mme Hanoune, est longuement revenue sur sa revendication de base, à savoir, l’impératif d’élire une "assemblée constituante", pour donner au pays les moyens "d’ef- fectuer un bond qualitatif", et d’opérer des "réformes souveraines, légitimes, et soutenues par le peuple". A ce titre, elle a exhorté ses structures partisanes à entamer au sein de "comités populaires" un

débat sur la question et favoriser

"l’auto-organisation des masses". Pour la secrétaire générale du PT, en effet, la conjoncture "est favo-

rable, pour susciter une vraie dyna- mique de changement", tirant exemple des mouvements sociaux, en cours dans le pays, et dont elle souhaite voir "les rangs unifiés".

M me Hanoune, a toutefois mis en

garde contre les mouvements qui recourent au soutien d’organisa- tions internationales pour faire aboutir leur revendication. "C'est contre-productif et cela empêche l’émergence d’une solution natio- nale", a-t-elle souligné. La démarche, a-t-elle indiqué dans ce contexte, "est de nature à faciliter l’immixtion des Etrangers dans les affaires du pays", d’autant que "L’Algérie est ciblée et fait

l’objet, à ce titre d’un vrai com- plot", a-t-elle indiqué. L’exemple

des "révolutions arabes", fonda- mentalement "encouragées par les tenants du capitalisme internatio- nal, qui exploitent opportunément, leur influence sur certains régimes, est édifiant", a-t-elle expliqué. "Ce sont des révolutions fabri- quées et instrumentalisées", a-t-elle martelé. "La situation de l’Algérie

est différente", a-t-elle tranché, expliquant que "le pays n’est pas en crise économique, il n’a pas de dettes extérieures et il a gelé son accord d’association avec l’Union Européenne, Il est à l’abri des pres- sions". Selon sa vision des choses, les mouvements de contestation obser- vés "répondent aux faveurs d’un contexte, celui du renversement des priorités nationales, notamment la transition d’une phase de «drame national» à celle de la «reconstruc- tion nationale».

RND

“L’Algérie a payé une lourde facture

au pluralisme

démocratique, selon Miloud Chorfi

m o c r a t i q u e ” , selon Miloud Chorfi L

L e porte-parole du Rassemblement national démocratique (RND), M.

Miloud Chorfi, a affirmé, hier à Souk Ahras, que le processus démocratique en Algérie a nécessité une "lourde facture" et le "sacrifice d’un grand nombre de Chouhada". M. Chorfi, qui s’exprimait au cours d’une conférence qui a réuni les

cadres et les militants du RND, à la salle Nourredine-Djouad, a ajouté que "l’Algérie n’est pas au com- mencement de la démocratie, car elle s’emploie à approfondir le par- cours, dans la continuité". La décision du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, d’accélérer les réformes, annoncée dans son dis- cours à la nation du 15 avril der- nier, est "venue à point nommé pour mettre fin aux interprétations des uns et des autres", a souligné le porte-parole du RND, considérant que cette intervention du chef de l’Etat est "une réponse aux ques- tionnements exprimés ici et là à ce sujet". "Les réformes annoncées seront profondes et correspondent aux aspirations du peuple et de la classe politique en Algérie", a-t-il précisé. M. Chorfi a également mis en exergue "la pertinence" des déci- sions arrêtées en Conseil des ministres et approuvé le calendrier qui prévoit la révision de la consti-

tution après les législatives de 2012, une décision "sage" qui met fin aux doutes exprimés quant aux réformes projetées, a-t-il estimé. Le porte parole du RND a salué,

dans ce contexte, la désignation de

M. Abdelkader Bensalah, président

du Conseil de la nation, pour conduire et recueillir les consulta- tions avec les partis et les personna- lités, au nom du Président de la République, compte tenu de son "expérience reconnue". Les Algériens qui ont "brisé l’obstacle de la peur en 1954, ainsi qu’en 1988, sont plus attachés à la stabili- té et à la paix qui règnent en Algérie, où la jeunesse a fait preuve

de patriotisme et d’un niveau de conscience élevé", a-t-il relevé. Une jeunesse, a-t-il ajouté, qui

"rejette les appels au désordre et à

la destruction des acquis".

Le porte-parole du RND, faisant part d’une réunion au cours de laquelle des commissions et des groupes de travail ont été formés

pour préparer des propositions sur les réformes, a appelé les militants de sa formation politique à se mobi- liser pour "jouer un rôle central" dans la conduite des chantiers poli- tiques qui s’ouvrent avec les

réformes, notamment la révision de la constitution, de la loi électorale, du code de l’information, de la loi sur les associations et de la loi organique sur la femme. M. Chorfi a estimé que ces réformes sont "sus- ceptibles" de donner un rythme accru aux actions de développe- ment en cours, dans le cadre du plan quinquennal 2010-2014 qui vise la création de plus de 3 millions d’em- plois. Saluant les mesures des pouvoirs publics en matière de dynamisation des dispositifs de l’emploi, il s’est également déclaré favorable à une participation "plus

massive" de la femme dans les acti- vités du parti, notamment dans la perspective des rendez-vous électo- raux de l’année 2012.

MSP

Les décisions du dernier Conseil des ministres, un premier pas "réussi" pour la concrétisation des réformes,

selon Soltani

pour la concrétisation des réformes, selon Soltani L e président du Mouvement (MSP), M. Bouguerra Soltani,

L e président du Mouvement

(MSP), M. Bouguerra

Soltani, a estimé samedi à Saida, que les décisions du dernier Conseil des ministres sont un pre- mier pas "réussi" pour la concréti- sation des réformes politiques annoncées par le Président de la République. Intervenant à l'ou- verture d'une rencontre régionale sur la prédication (Daawa), M. Soltani a exprimé, à cet égard, la "satisfaction" de son mouvement sur cette démarche. Selon lui, en effet, une lecture approfondie du communiqué du Conseil des ministres, "renseigne sur la mise en place d'une plate-forme claire pour la concrétisation des réformes auxquelles aspirent la classe politique et la société civi- le, et traduit clairement le discours du Président Abdelaziz Bouteflika adressé le 15 avril der- nier à la nation". Le président du MSP a également indiqué que son mouvement a recensé, dans ce communiqué, onze projets de loi qui répondent aux aspirations exprimées récemment par les dif- férents courants politiques et la société civile, notamment en ce qui concerne les lois sur les partis, les associations et sur la publicité. Il a indiqué, par ailleurs, que son mouvement est "prêt" à se concer- ter avec toutes les formations poli- tiques sur la question des réformes, à condition de se mettre d'accord sur le fait que celles-ci doivent "être globales et s'opérer dans un climat serein". Le prési- dent du MSP a également annoncé que l'état-major de son parti est en train de préparer une série de pro- positions qui seront soumises, dans le cadre d'une rencontre de consultation, à M. Abdelkader Bensalah, en soulignant que toutes les propositions portent sur des questions "proprement poli- tiques", dont celle de la transpa- rence des élections. Répondant aux questions des journalistes en marge de cette rencontre régiona- le qui a regroupé les militants et les cadres du MSP des wilayas de l'ouest du pays, il a souligné que la désignation de M. Abdelkader Bensalah, pour conduire et recueillir les propositions sur les réformes, "est logique, étant donné qu'il est le deuxième per- sonnage de l'Etat".

de la société pour la paix

Nation

4

EL MOUDJAHID

LIGUE ARABE

Les ministres arabes des AE face à trois scénarios pour la désignation du secrétaire général

L secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, M. Ahmed Benhelli, a affirmé

hier qu'il existait trois scénarios pour la désignation du nouveau secrétaire général en remplace- ment de M. Amr Moussa lors de la réunion extraordinaire du Conseil des ministres arabes des Affaires étrangères prévue aujourd’hui dimanche avec la participation de M. Mourad Medelci, ministre des Affaires étrangères. Dans une déclaration à la pres- se, M. Benhelli a indiqué que pour les deux candidatures au poste de secrétaire général, à savoir l'Egyptien Mustapha al-Faqi et le Qatari Abderrahmane al-Atia, le premier scénario consiste en la désignation sur la base d'un consensus conformément à la char- te de l'organisation panarabe depuis son amendement lors du sommet d'Alger en 2005. En cas d'absence de consensus, l'option du vote sera retenue et le candidat devra obtenir deux tiers des voix, soit «14 membres depuis le gel des activités de la Libye ». Le troisième scénario est quant à lui, le report de la question qui

n'a pu être tranchée par consensus.

Il a tenu à rappeler que la dési-

gnation du secrétaire général de l’institution s'est faite tout au long des soixante années d'existence de la Ligue arabe sur consensus. La Ligue arabe avait reçu des mandats des dirigeants arabes aux chefs des délégations qui participe-

ront à la réunion extraordinaire pour désigner le premier respon- sable de l'organisation et « éviter tout problème juridique lors de la désignation du secrétaire général» d'autant qu’une telle désignation « relève des prérogatives des diri-

e

telle désignation « relève des prérogatives des diri- e geants arabes tel que stipulé dans la

geants arabes tel que stipulé dans

la charte de l'organisation ».

M. Benhelli a ajouté d'autre

part, que plusieurs questions figu-

rent à l'ordre du jour de la réunion ministérielle dont la demande de la Palestine liée à l'octroi de l'aide

financière annuelle à l'Autorité palestinienne décidée lors du som- met de Beyrouth en 2002 pour un montant de 660 millions de dollars par an, soit 55 millions par mois. Les ministres examineront, en outre, la demande de l'Egypte relative à la désignation par le secrétaire général de l'ONU, M. Ban Ki moon, d'un coordinateur spécial pour la préparation de la

conférence internationale sur la dénucléarisation de la région du Moyen- Orient en application de la décision de la confé- rence sur la révision du Traité de non-proliféra- tion nucléaire (TNT), tenue l'année dernière à New York. Cette demande, a pré- cisé M. Benhelli, inter- vient suite au retard accusé dans l'application de la décision internatio- nale y afférente. Les ministres se concerteront aussi sur la prochaine présidence de l'Union pour la Méditerranée (UPM) en remplacement de l'Egypte et examineront la demande du Maroc relative au soutien de son candidat au poste de secrétaire général de l'UPM en remplacement du Jordanien démission- naire.

Dans le même contex-

te, des sources diplomatiques

arabes ont affirmé à l'APS que les ministres arabes des AE, membres de l'UPM, devraient tenir, en marge de la réunion extraordinaire, une rencontre de concertation pour examiner ces questions. Les ministres se concerteront aussi sur la tenue du troisième sommet arabo-latino-américain prévu à Beyrouth à la fin de l'année en cours, a-t-il encore précisé. Un hommage sera rendu, à la fin de la réunion, à l'actuel secré- taire général de la Ligue arabe Amr Moussa lors d'un dîner qui sera organisé par le président de la réunion.

BELKHADEM :

La révision de la charte et des mécanismes d'action de la Ligue arabe est nécessaire

L secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), M.

Abdelaziz Belkhadem, a souligné

hier à Alger la nécessité de « réviser » la charte et les mécanismes d'ac- tion de la Ligue arabe afin de lui permettre d'assumer pleinement ses missions. Lors d'une conférence organisée par le parti sur « Les nouveaux impacts géopolitiques sur les régimes arabes », M. Belkhadem a estimé nécessaire « la révision de la charte et des mécanismes d'action de la Ligue tout en veillant au res- pect des engagements pris par les pays lors de ses réunions ».

La Ligue arabe « n'est plus la tri-

bune des Arabes car plusieurs diri-

geants arabes ne détiennent plus le

pouvoir de décision », a-t-il affir- mé.

A cet égard, M. Belkhadem a

évoqué la dernière réunion du Conseil de coopération du Golfe

e

(CCG) qui a examiné la demande de la Jordanie d'adhérer au conseil, soulignant que celle-ci n'était pas « un fait nouveau ". Ce pays avait formulé cette demande depuis plu- sieurs années déjà, mais « la nou- veauté réside dans le timing ». « Pourquoi maintenant ? », s'est-il interrogé à ce sujet. Le secrétaire du FLN a exprimé son étonnement à l'égard de la demande du CCG pour l'adhésion du Maroc au conseil, ajoutant que « la demande doit émaner du pays désirant adhérer au conseil et non le contraire ». « Le CCG devrait par conséquent changer son appellation en cas d'adhésion de la Jordanie et

du Maroc », a-t-il estimé, avant de dire que « le système de gouver- nance de ces pays est connu ». Après avoir affirmé que « chaque pays est souverain dans la

prise de décisions », M. Belkhadem

a rappelé l'existence d'un « espace auquel nous appartenons ».

d'un « espace auquel nous appartenons ». RÉFORMES ANNONCÉES PAR LE CHEF DE L’ETAT Large

RÉFORMES ANNONCÉES PAR LE CHEF DE L’ETAT

Large concertation

L’ ensemble des réformes politiques annoncées par le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, sont engagées au niveau des différents

départements ministériels qui ont, à cette fin, mis en place des groupes de travail ouverts à une large consultation avec les partis et les personalités nationales. Le Chef de l'Etat avait annoncé le 2 mai dernier, en Conseil des ministres, la tenue imminente de rencontres en vue de recueillir les propositions des partis et des personnalités sur l'ensemble des réformes annoncées, notamment la révision constitutionnelle, consacrant ainsi de manière solennelle le principe démocratique du dialogue et de la concertation avant toute entreprise engageant l'avenir de l'Etat républicain. « Les partis politiques et les personnalités nationales seront largement consultés sur toutes les réformes politiques à promouvoir », avait-il également indiqué lors de son discours télévisé à la nation du 15 avril dernier. Pour ce qui est des consultations avec les partis politiques et les personnalités nationales, M. Abdelkader Bensalah a été chargé par le Chef de l'Etat de les conduire et de recueillir les propositions de ses interlocuteurs sur l'ensemble des réformes, notamment la révision de la Constitution. Selon les observateurs de la scène politique, ces consulta- tions devraient permettre d'aboutir à des réformes qui refléte- ront les vues et propositions qui auront été démocratiquement exprimées par la majorité, surtout qu'il s'agit d'un processus qui engage l'avenir du pays. Outre la révision de la Loi fondamentale du pays et de plu- sieurs autres lois en relation avec la promotion de la pratique démocratique et le renforcement des bases de l'Etat de droit, le Chef de l'Etat avait fixé aussi l'échéancier de ce processus. Mis à part le projet de révision de la Constitution qui sera soumis au Parlement après les prochaines élections législa- tives, le Président Bouteflika avait souligné, lors du dernier Conseil des ministres, que tous les textes de loi découlant du processus des réformes doivent être élaborés et finalisés pour être soumis à l'Assemblée populaire nationale (APN) pour débat et vote lors de sa prochaine session d'automne. Dans son dernier discours à la nation, considéré par les observateurs comme le début du processus d'approfondisse- ment des réformes politiques, le Président Bouteflika avait, par ailleurs, appelé les organisations du mouvement associatif à intensifier les initiatives, dans le cadre de leur mission. Cet appel du premier magistrat du pays traduit la nécessi- té de réhabiliter le mouvement associatif en tant qu'espace d'intermédiation entre pouvoirs publics et citoyens et s'inscrit également dans cette vision de tout faire dans la concertation et à tous les niveaux de la société dans un exercice de démo- cratie participative, estiment encore les observateurs. C'est dans cet esprit que s'inscrivent les assises nationales de la société civile qui seront organisées par le Conseil natio- nal économique et social (CNES) à la mi-juin au palais des Nations. Les états généraux de la société civile permettront un « débat libre, pluriel et ouvert à l'ensemble des acteurs de la société civile dans un exercice de démocratie participative à ciel ouvert », avait affirmé le président du CNES, M. Mohamed-Seghir Babès. Au titre de la modernisation de la gouvernance, le CNES a été également chargé par le Président Bouteflika, lors du der- nier Conseil des ministres, d'animer une concertation pour définir les objectifs d'un meilleur développement local et les adapter aux attentes de la population. Cette concertation sera animée avec le plein concours du gouvernement et des collectivités locales, avec la participa- tion notamment des compétences représentatives de la popu- lation, des élus locaux et des représentants de l'administration locale. Dans un souci de soutenir le développement de l'entrepri- se économique, le Président Bouteflika avait appelé à une concertation entre le gouvernement et les partenaires socioé- conomiques exclusivement consacrée à ce volet, confirmant ainsi les engagements qu'il avait pris lors de son discours à la nation où il avait annoncé qu'il allait engager une « action pro- fonde » en direction de l'entreprise nationale, publique ou pri- vée, pour appuyer son développement. C'est dans ce cadre que s'inscrit la réunion tripartite, pré- vue le 28 mai prochain. Les conclusions de cette concertation et des chantiers dont elle pourrait convenir seront mises en œuvre au cours de cette année. La tripartite chargée des affaires et dossiers sociaux aura lieu, quant à elle, en septembre prochain. Enfin, et pour rappel, le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales avait décidé en avril dernier la mise en place de groupes de travail pour l'exécution des directives contenues dans le discours du Chef de l'Etat à la nation. Ces groupes de travail, qui doivent être mis en place au niveau central, veilleront à la consultation des représentants de partis politiques et de la société civile ainsi que d'experts et d'élus pour examiner la meilleure façon d'assurer une réali- sation correcte de ces directives. Il s'agit des thématiques évoquées par le Chef de l'Etat dans son discours, à savoir la révision de la Constitution et des lois électorales, sur les partis politiques, les associations et le code de wilaya, ainsi que la promulgation de la loi organique sur la représentation des femmes au sein des assemblées élues. Le développement local et la lutte contre les fléaux sociaux figurent également au nombre de ces thématiques.

Nation

5

N ation 5 EL MOUDJAHID LE 12 e SIFTECH SE TIENDRA DU 17 AU 19 MAI
N ation 5 EL MOUDJAHID LE 12 e SIFTECH SE TIENDRA DU 17 AU 19 MAI
N ation 5 EL MOUDJAHID LE 12 e SIFTECH SE TIENDRA DU 17 AU 19 MAI

EL MOUDJAHID

LE 12 e SIFTECH SE TIENDRA DU 17 AU 19 MAI AU PALAIS DE LA CULTURE

75 exposants au rendez-vous des TIC

Télécommunications et de la société de l’information sous le thèmes «Mieux vivre dans les communautés rurales grâce aux TIC». Le coup d’envoi d’une opération pilote de Cyber bus équipés en outils informatiques et connectés au web, qui sillonneront plusieurs villages et zones rurales pour initier les populations au monde numérique, sera donné à cet effet. Inscrite dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de la Société de l’in- formation, placée cette année sous le thème «Mieux vivre en communauté rurale grâce aux TIC», cette initiative du ministère de la Poste et des TIC intitulée «CyberRif» contribuera également à la collecte de don- nées sur la faune, la flore, les traditions et richesses des régions visitées qui devront servir au développement de contenus numériques. Trois espaces seront, par ailleurs, réservés à la promotion du savoir- faire algérien dont un espace «Start'Up» qui permettra aux jeunes entreprises émer- gentes de présenter leurs projets et de béné- ficier de l’expérience de leurs aînées dans le domaine. Le village numérique érigé à l’occasion proposera aussi des solutions opération-

L a 12 e édition du SIFTech, Salon international du futur technologique, organisée par Krizaldi

Communication se tiendra du 17 au 19 mai prochain au palais de la culture Moufdi Zakaria sous le haut patronage du ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication. Dédié aux professionnels et aux étudiants en informatique, électronique et télécommunications, le Salon placé sous la thème «Pour un avenir numérique partagé» comprend, au-delà de l’exposition des équipements, produits et services liés aux TIC de 75 entreprises participantes, des conférences et des ateliers et des espaces réservés aux contacts d’affaires. Après une première édition organisée en 1995 et une aventure régionale respectivement à Oran en 1998, Ouargla en 1999 et Annaba en 2000, le SIFTech revient à Alger pour cinq éditions successives entre 2001 et 2005. Et depuis l’évènement a disparu, cinq ans durant, du calendrier des Salons pour revenir cette année sous un nouveau look, avec notamment la matinée de la première journée de la manifestation, le 17 mai, consacrée à la journée mondiale des

nelles dans divers domaines alors que la Bourse de l’emploi dans les TIC offrira accès aux demandeurs d’emploi dans le secteur aux postes proposés sur le marché. Les organisateurs qui déclarent avoir contribué grâce aux précédentes éditions à la création d’au moins 500 à 600 entreprises spécialisées dans des métiers liés aux TIC comptent également relever cette année le défi de domicilier en trois jours, la durée du Salon, 1000 entreprises nationales sur le «.dz» en vue d’enrichir ce domaine national peu vulgarisé jusque-là. Quant aux thèmes des conférences et ateliers qui se rattachent à l’actualité, il seront notamment axés sur la modernisation des services publics, l’infrastructure et les réseaux intelligents, la monétique, le commerce électronique, la stratégie e-Algérie, les services en ligne, le développement des contenus et applications mobiles et la convergence des réseaux. «SIFTech 2011» qui primera les trois meilleurs articles de presse rédigés sur l’évènement aura aussi sont journal de 24 pages au format tabloïd qui sera distribué gratuitement aux visiteurs à raison de 5.000 exemplaires. Hamida B.

12 e édition

du Salon international du tourisme et des voyages du 18 au 21 mai

L a douzième édition du Salon international du tourisme et des voyages (Sitev) se tiendra au

palais des Expositions (Alger) du 18 au 21 mai, a indiqué hier, un communiqué du ministère du Tourisme et de l'Artisanat. Une "large diversité" de produits touristiques, représentant les diffé- rentes régions du pays, sera proposé aux visiteurs de cette nouvelle édition organisée cette année sous le thème "La promotion touristique des régions" La répartition de la surface d'expo- sition obéira, relève-t-on de même source, à la stratégie sectorielle par "l'affectation d'espaces aux cinq dyna- miques du Schéma directeur de l'amé- nagement touristique (Sdat), à savoir la promotion de l'image, le plan qualité tourisme, la transversalité, le finance- ment et l'investissement". Une plate-forme de communication intitulée "Voyage à travers l'image" permettra une "visite virtuelle" de l'Algérie dans le cadre de cette mani- festation. Des ateliers sur les thèmes récur- rents de l'écotourisme et des TIC, ainsi qu'un workshop rassemblant des tours opérateurs algériens et étrangers, seront par ailleurs, organisés à l'occa- sion du Salon.

ENVIRONNEMENT

Cherif Rahmani préside à New York une table ronde sur le développement durable

à New York une table ronde sur le développement durable L a 19 e session de

L a 19 e session de la Commission des Nations unies pour le développement

durable (CDD 19) a débuté ces tra- vaux le 2 mai 2011 au siège de l’ONU à New York. Elle intervient à une étape cruciale d’évaluation des difficultés à surmonter et des actions menées en vue de réaliser les objectifs contenus dans le pro- gramme Action 21 et le Plan de mise en œuvre de Johannesburg (2002). L’Algérie qui siège à la Commission du développement durable pour un mandat de trois ans (2011-2013), est en outre, vice-pré- sident du Bureau de cette 19 e ses- sion et y représente la région Afrique. Les thématiques de cette session concernent les enjeux se rapportant aux transports, aux pro- duits chimiques, à la gestion des déchets, à l’extraction minière et au cadre décennal de programmation des modes de consommation et de production durables. Dans le cadre de la préparation du sommet de

“Rio plus vingt” (Rio+20), l’Algérie avec une forte délégation ministérielle (Affaires étrangères, Ressources en eau, Environnement) a participé activement aux travaux de la commission du développe- ment durable des Nations unies. M. Cherif Rahmani, ministre de l’Aménagement et de l’Environnement, a présidé une table ronde consacrée à la problé- matique des déchets dangereux pour la santé de l’homme et l’équi- libre du milieu. Après de longs et difficiles débats de ces derniers jours, la commission du développe- ment durable semble s’acheminer vers un compromis entre les pays développés et les pays en voie de développement qui facilitera la rédaction et l’établissement d’un programme décennal sur la produc- tion et la consommation durable. Ce programme, s’il est adopté, devra être soumis au sommet de la Terre de Rio (Brésil) dans un peu plus d’une année.

HAUSSE DE 9% DU CIMENT À FIN AVRIL

Une production en béton

L a production de ciment dans le secteur public a enregistré une hausse de

9% à la fin du mois d'avril 2011,

a appris l’APS, hier, auprès du

groupe industriel des ciments d'Algérie (Gica). Les douze cimenteries publiques ont ainsi produit, du premier janvier à fin avril 2011, près de 3,560 millions de tonnes contre 3,270 millions

de tonnes durant la même période

de 2010 a indiqué à l'APS un res- ponsable de ce groupe. En 2010,

la production de ciment du sec-

teur public a atteint 11,219 mil- lions de tonnes contre 11,513 millions de tonnes en 2009, en baisse de 3%, a précisé cette source. Avec une production de plus de 11 millions de tonnes par an, le secteur public couvre 67% de la production nationale, alors que le reste est assuré par le sec- teur privé. Le groupe industriel public spécialisé dans la produc- tion de ciment et d'autres maté- riaux de construction a été créé en novembre 2009 pour rempla- cer la Société de gestion des par- ticipations de l'Etat (SGP-GICA, Industrie des ciments), dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle stratégie industrielle. Outre les ciments et le granulat, l'activité du groupe Gica devrait s'orienter également vers la pro-

groupe Gica devrait s'orienter également vers la pro- duction de béton prêt à l'emploi et les

duction de béton prêt à l'emploi et les plaques en plâtre. Les 12 cimenteries gérées par ce groupe sont celles de Hadjar-Soud (Annaba), de Aïn Kébira (Sétif), de Hamma Bouziane (Constantine), de Tébessa, de Aïn Touta (Batna), de Sour El Ghozlane (Bouira), de la Mitidja (Meftah-Blida), d'Alger, de Zahana (Mascara), de Beni-Saf (Aïn-Témouchent), de Saïda et de Oued Sly (Chlef). Le capital social de certaines cimenteries publiques a été ouvert à hauteur de 35 % aux partenaires étrangers durant la période 2005-2008. C'est ainsi que les unités de Hadjar Soud et de Sour El Ghozlane ont conclu des partena-

riats, en janvier 2008, avec la société italienne Buzzi Unicem, spécialisée dans le secteur du ciment et de ses dérivés. La cimenterie de Béni-Saf a, quant à elle, signé en juillet 2005 un accord de partenariat avec la société saoudienne "Pharaon investment group limited", alors que celle de Zahana avait noué un accord en décembre 2007 avec le groupe égyptien Asec. La cimen- terie de la Mitidja a fait l'objet d'un partenariat en juin 2008, avec le groupe français Lafarge. Ces partenariats visaient notam- ment à accroître la production de ciment, lancer des investisse- ments et mettre à niveau les cimenteries.

GENDARMERIE NATIONALE

Cinq morts et 81 blessés dans 30 accidents de la circulation vendredi

C inq personnes ont trouvé la mort et 81 autres

ont été blessées dans 30 accidents de la cir-

culation routière survenus durant la journée

de vendredi à travers l'ensemble du territoire natio-

nal, a indiqué hier un communiqué de la gendar- merie nationale. Les accidents mortels ont été enregistrés dans les wilayas de Batna (2), d'Alger

(1), de Tipasa (1) et d'Adrar (1), tandis que le plus grand nombre de blessés est à déplorer à Blida (14), suivie de Batna (12), Tlemcen (6) et de Mascara (5), précise la même source. Ces accidents de la circulation routière ont engendré également des dégâts matériels impor- tants à 47 moyens de locomotion impliqués, ajoute le communiqué de la gendarmerie nationale.

Economie

6

EL MOUDJAHID

Projet de loi de finances complémentaire 2011

Réponse aux attentes sociales

L a loi de finances complémentaire continue à être privilégiée par les pouvoirs publics en tant que loi cor-

rective et en tant que levier de réajustement de la dépense publique et de son impact sur les réalités du moment.

A ce titre, elle est le reflet des interven-

tions de l’Etat dans la production nationale comme dans le secteur social.

La première caractéristique du projet de loi de finances complémentaire pour 2011 qui doit être présenté au Parlement, revient

à son adaptation aux préoccupations du

moment. Celles-ci sont de nature sociale,

mais aussi économique. L’Etat a pris acte des grandes attentes

sociales, cela s’est traduit par des réajuste- ment salariaux qui concernent une large communauté de travail. Le gouvernement a préféré actionner la pompe de la solidarité nationale.

Il agit ainsi sur la dégradation des condi-

tions de vie et sur l’érosion du pouvoir d’achat qui pouvaient anticiper des lende- mains difficiles si rien n’était fait. C’est un contexte de difficultés écono- mique qui n’épargne pas notre pays, mais le gouvernement a tenu à ce que les plus fragi-

lisés ne puissent ainsi passer par pertes et profits. Le projet de loi de finances absorbe donc les augmentations salariales, les mesures en faveur de l’insertion professionnelle des jeunes, avec la conséquence assumée d’une augmentation de la dépense publique quitte

à opérer des rattrapages dans des conjonc-

tures plus favorables. Pour l’heure, le gouvernement prend acte que les préoccupations sociales sont

extrêmement fortes et qu’il faut y faire face. La hausse de la dépense publique est à hauteur de 25 %. Il y aussi une aggravation du déficit budgétaire évaluée à 33,9 % du PIB. L’action de l’Etat vise à éviter les sur- coûts à la consommation engendrés par la flambée des prix des produits de base sur les marchés internationaux. Le ministre des Finances, M. Karim Djoudi rassure en affirmant que le gouver- nement souhaite la maintenir à 4 % environ pour 2011, en faisant agir un certain nombre de mécanismes, à commencer par le levier de l’épargne des ménages et les mesures incitatives prises en faveur de l’ac- cès au logement et à l’investissement pro- ductif.

Il importe qu’ avec la volonté de garantir

les résultats acquis et de préserver les possi- bilités d’une augmentation régulière et saine du pouvoir d’achat on comprenne la nécessité d’un retour progressif à un mou- vement de charges salariales compatibles avec le progrès de la productivité. Cela étant, il paraît parfaitement com- préhensible qu’une politique progressive et efficace du pouvoir d’achat porte une atten- tion particulière à la situation des tra- vailleurs les plus défavorisés. L’effort consenti par les pouvoirs publics va aussi à l’emploi des jeunes. L’évolution du chômage des jeunes au cours des dernières années vient encore d’inspirer au gouvernement la mise en place des moyens destinés à apporter une aide immédiate aux jeunes qui désirent prendre un emploi et dont la formation pro- fessionnelle est soit insuffisante, soit inadap- tée aux besoins, soit dans le cadre de l’en- trepreunariat avec la création de micro- entreprises. Dans tous les cas, les dispositifs d’aide, ont été renforcés. Le gouvernement pense ainsi ainsi apporter une réponse positive à des préoc- cupations qui sont, elles, bien réelles. Une place particulière est accordée, dans le cadre du projet de loi de finances, à l’en- treprise et à ses problèmes dans la définition de la politique sociale. Les pouvoirs publics marquent claire- ment qu’il s’agit de mettre en œuvre un allè- gement des procédures administratives

pour la recherche d’emploi comme pour la création de micro entreprises. TMA

LOGEMENT

Place au critère de la qualité

C ontrairement

quinquennal

au précédent

de la qualité C ontrairement quinquennal au précédent instituées au titre de l’ac- cès à ce

instituées au titre de l’ac- cès à ce type de logement (décret 08-142) et aux aides financières. Dans le même ordre d’idées, des mesures incitatives ont été décidées par l’Etat au pro- fit des promoteurs immo- biliers notamment en matière d’abattements sur le prix du foncier destiné au LPA soit 95 % pour les wilayas du Sud, 80 % pour les wilayas d’Alger, Oran, Constantine et Annaba et 90 % pour les autres wilayas. Concernant le volet de l’urbanisme, il sera question réaliser un cadre bâti adéquat à travers une réglementation cohé- rente et une conception adaptée et intégrée qui prenne en compte les fonctions urbaines de proximité d’où l’appel du ministre de l’Habitat à la codification de l’acte de bâtir, une mesure devenue plus que nécessaire pour mettre fin à l’anarchie et à l’improvisation. Des pré- occupations qui seront

d’ailleurs abordées lors des assises nationales sur l’urbanisme prévues à la fin du premier semestre courant. Toutefois, les ambitions du secteur

demeurent tributaires de la solution de la contrainte du foncier qui reste entière, de l’aveu même du ministre, d’autant plus que, tout fon- cier n’est forcément pas urbanisable. Il ya lieu de souligner que l’année 2011 verra la livraison de 242

logements et la mise

en chantier de 282 782 uni-

tés, tous types confondus.

554

Pour rappel, le programme de 2 millions de logements (2010-2014) comprend

000 logements publics

locatifs, 500 000 loge- ments promotionnels et

000 logements ruraux

aidés par l’Etat. Aussi, 3

Mds DA, soit l’équi-

valent de 50 milliards de dollars représentant 17,4% seront consacrés au programme quinquennal 2010-2014. D. Akila

700

700

800

2005-2009, le pro- gramme pour la

période 2010-2014

sera marqué par l’augmentation de l’offre de logements et une meilleure maî-

trise du critère de la

qualité. Sur les 2 mil-

lions d’unités pré- vus, 1,2 million seront livrés d’ici 2014, le reste soit

800 000 logements

qui constituent le

PEC au 31 décembre 2009 dans le cadre du programme 2005-

2009 seront achevés entre

2015 et 2017. Aussi, dans

le cadre de l’amélioration des différents types de logements, l’Etat a pris une série de mesures desti- nées à améliorer la qualité du logement, la réglemen- tation des rapports entre les promoteurs immobi- liers et les souscripteurs dans l’intérêt des deux par- ties, l’élargissement du champ d’action des pro- moteurs au tissu urbain

existant et à améliorer les capacités financières des souscripteurs par des aides compatibles avec leur revenu mensuel. Dans sa démarche, l’Etat a égale- ment soumis les pro- grammes de logements aidés à un cahier des charges qui veille à la qua- lité de la réalisation, au respect des délais et à l’or- ganisation des relations entre les différents interve- nants dont l’administra- tion. En outre, des condi- tions rigoureuses ont été

TOMATE INDUSTRIELLE

Un objectif de 700 quintaux à l’hectare en 2011

L a campagne 2010-2011 pour la filière de la tomate industrielle augure de bonnes perspectives, selon les prévi-

sions des responsables du secteur de l’agricul- ture. En effet, le plan d’action engagé prévoit 12.900 ha pour une production de l'ordre de 400.000 tonnes de tomate fraîches, dont

314.000 tonnes seront transformées pour un

équivalent de 60.000 tonnes de double concentré de tomate (DTC), soit une croissan- ce de 50 %, comparativement à la campagne

écoulée. La tomate industrielle est principale- ment cultivée au niveau de quatre wilayas de l'Est du pays (Annaba, Guelma, Skikda, El Tarf) sur une superficie de 13.500 hectares (2009-2010) assurant une production de

380.000 tonnes fraîche, ayant permis de pro-

duire 40.000 tonnes de double concentré de tomate. Notons que la tomate a enregistré une production record en 2010, avec 7 millions de quintaux, soit une croissance de près de 100% par rapport aux 3,8 millions de quintaux de l'année d'avant, sachant que la production nationale de la tomate industrielle a augmenté en 2010, atteignant une moyenne de 290 quin- taux à l'hectare contre 120 en 2009 atteignant, ainsi, un record de 99.000 tonnes sur 15.000 hectares. Une grande partie (95 %) de ce ren- dement a été le produit de quatre wilayas de l'Est : El Tarf, Guelma, Annaba et Skikda. L'augmentation du rendement à l'hectare a mis fin, aussi, à plusieurs années de stagnation de la production à l'origine de la fermeture de 10 conserveries sur les 17 en activité à l'Est du pays. Vu l'augmentation de la quantité de tomate industrielle récoltée, les dix conserve- ries ont pu fonctionner à plein régime pour une capacité de production globale de 11.100 tonnes/jour. Des performances attribuées, en grande partie, aux subventions accordées par l'Etat et qui devraient contribuer à optimiser la production à l’hectare, à raison de 700 quin- taux en 2011. Les conserveurs affichent éga- lement de l’optimisme et souhaitent répondre aux besoins nationaux estimés à 75.000 tonnes pour cette année et aller vers l’export à partir de 2015. Est-il utile de souligner que la densification de la culture de la tomate indus- trielle ne s'est pas faite au détriment de la tomate dont la production a dépassé 29.000 tonnes en 2010.

D. A

Conférence-débat sur le développement économique de l’Algérie

Nouveaux éclairages…

L’ ouvrage collectif inti- tulé : “Le développe- ment écono-

mique algérien: Bilan et pers- pectives’’, paru aux éditions Casbah, a été au cœur d’un débat très instructif, hier à l’hô- tel Hilton (Alger), auquel ont pris part un panel de personna- lités et d’intellectuels venus de divers horizons. Taïeb Hafsi, présente l’ouvrage comme étant non pas conjoncturel, mais comme un exercice de réflexion. Un regard pédago- gique et synoptique sur un sujet toujours d’actualité, à savoir le développement économique en Algérie, ses atouts et ses fai- blesses. L’ouvrage se décline en cinq parties ; y sont abordés les thèmes les plus variés, de la

situation économique en Algérie, notamment de son évolution contrastée depuis l’indépendance à 2010, au management, en passant par les fondements théoriques des idées et des comportements, les éléments moteurs du développement économique et la mise en concurrence des pays par les facteurs clés de succès. L’ouvrage rend compte de l’expérience algérienne et comprend 17 contributions. Les auteurs, dont certains sont établis à l’étranger décortiquent par l’analyse de nombreux sujets ayant trait au mode de gou- vernance, la finance, l’énergie, l’entreprise et la compétitivité, du savoir et de la connaissance, la mondialisation et autres expériences développées ailleurs, dans divers domaines. Les participant ont fait le

Ph : Billal
Ph : Billal

point sur l’expérience algérienne et rou- vrent, désormais, le débat sur la nature du développement en Algérie. Les intervenants placent sous les feux de l’actualité de nom- breuses questions restées en suspens, mais consacrent la part belle au développement, érigé au rang de cause nationale. En réponse aux questions soulevées autour du thème, médiatique et polémique par définition, les auteurs présents à cette occasion ont tenté de cerner les contours de la question, en appor- tant de nouveaux éclairages. L’ouvrage est appelé à faire date. Un tour d’horizon com- plet des temps forts de l’actualité. Intervenant à l’ouverture de cette rencontre, Taïeb Hafsi réaffirme son credo : Le rôle essentiel de la morale dans la vie sociale et

politique et qu’il développe autour de la notion de toléran- ce affectueuse. Une recette du consensus, qui évite les conflits inutiles. Les moments forts du débat ont porté sur les moyens de redé- ploiement des entre- prises, de l’industrie à la lumière du chan- gement imposé par les contraintes pesant sur les entre- prises par la concur- rence et les nécessi- tés de l’adaptation à l’environnement extérieur. Ont été énuméré aussi les

atouts dont dispose le pays, en termes de sources d’énergie, de matières premières, de ressource humaine… qui constituent autant d’éléments de la force algérienne. Mais il y a aussi des faiblesses que sont le faible niveau de l’éducation, la faiblesse du système productif, du manage- ment, de l’innovation du commerce… qui constituent autant de causes du mal-être algérien. S’agissant des ingrédients du suc- cès pour réussir un rattrapage économique et technologique formidable, il est nécessaire en plus de mettre en œuvre une stratégie, de libérer les initiatives et d’agir dans l’en- semble naturel auquel appartient le pays, à savoir le Maghreb, est-il indiqué, entre autre.

Farid B.

Nation

7 EL MOUDJAHID Forum
7
EL MOUDJAHID
Forum

COMMÉMORATION DE 55 E ANNIVERSAIRE DE LA GRÈVE DES ÉTUDIANTS DU 19 MAI 1956

De l’amphi aux maquis

La formation militaire des jeunes qui avaient déserté les bancs du lycée et de l’université à permis de renforcer les rangs de l’ALN et à l’indépendance de prendre en charge les destinées du pays

A l’initiative de

Chahid en coordination

l’Association Machaâl

avec El Moudjahid, a

eu lieu hier la commémoration du 55 e anniversaire du déclenche- ment de la grève des étudiants le 19 Mai-1956. Ce fut l’occasion de rappeler que ceux qui ont déserté les bancs des universités et des lycées et collèges et qui ont rejoint les rangs de la Révolution ont été pris en charge dans le cadre d’une formation militaire, opération pilotée par les diri- geants de la Révolution avec pour terre d’accueil des pays frères et amis (Egypte, Syrie, Irak, Jordanie, Union Soviétique, Bulgarie, Tchécoslovaquie, Yougoslavie). Les généraux Hachmaoui Mostefa, Alleg Mohamed, Hocine Benmalem, qui étaient parmi ceux qui avaient déserté les bancs des écoles à l’époque, ont porté témoignage durant la séance d’hier, d’une expérience qu’ils estiment à l’unisson extrêmement concluan- te, avec une mention particulière pour l’assistance des autorités des pays d’accueil et des respon- sables d’établissements de forma- tion. La formation rappelleront les intervenants était une forma- tion aux armes. L’objectif des res- ponsables de la Révolution était bien sûr de renforcer les rangs de l’ALN de djounoud aptes au combat. On ne pouvait, en effet, aller au feu note le général Hocine Ben Mallem que si l’on avait une solide formation. Mais également la préoccupation des dirigeants de la lutte de Libération nationale l’était aussi pour l’avenir. A l’après indépen-

l’était aussi pour l’avenir. A l’après indépen- dance le pays devait disposer d’un encadrement apte à

dance le pays devait disposer d’un encadrement apte à prendre en charge les affaires du pays dans différents domaines de l’ac- tivité nationale. C’était même une préoccupation majeure devaient noter, à ce propos, les interve- nants. C’est bien pour cela que la priorité a été parfois donnée à des formations de longue durée. Sur le plan de la formation militaire. Ce sont toutes les spécialités enseignées dans les écoles des pays d’accueil dont bénéficient les étudiants algériens. Les inter- venants ont loué à ce titre, la par- faite intégration des étudiants algériens, la similitude dans le traitement de la part des forma- teurs, les mêmes titres et diplômes délivrés autant pour les

nationaux que pour les Algériens. La prise en charge était correc- tement assurée. Tous ceux qui ont eu à s’exprimer sur leur séjour dans les écoles militaires de pays d’accueil, ont loué également l’encadrement algérien. Une figu- re historique ressortant alors des témoignages, celle de Rabah Nouar, de son vrai nom Rebahi Nouar dont l’accompagnement la sollicitude à l’égard de ceux qu’il encadrait était exemplaire. C’était un véritable père pour nous. Affable disposant d’une grande capacité d’écoute disponible à tout moment, et notamment dans les période les plus difficiles. M. Nouar Rabah aura laissé chez ceux qu’il côtoyait un grand souvenir et une grande reconnais-

sance. S’agissant des éléments qui ont rejoint la révolution et bénéficié d’une formation, les orateurs notent qu’il y avait en fait peu d’étudiants à l’époque l’université était presque exclusi- vement ouverte aux pieds noirs. C’était surtout des lycéens, collégiens et ceux issus des centres de formation profession- nelle qui ont déserté les bancs des écoles. Tous ont bénéficié de for- mation et furent reversés dans les rangs de l’ALN venant renforcer les effectifs existants. Très sou- vent il s’agissait alors de stages accélérés. Il y avait une formation spécialisée également pour des éléments qui allaient renforcer les effectifs de la Sûreté nationale. Tahar Mohamed Al Anouar

C

ommentaire

Par Hocine MEZALI

I ci le terme maître ne désigne pas un

des anneaux» mais un authentique

professeur agrégé de droit. Vous l’avez sûrement deviné : c’est de maître Issad

Mohand qu’il s‘agit. Un homme dont la notoriété connue un bon fulgurant dans

«maître des Forges» ou un «maître

un bon fulgurant dans «maître des Forges» ou un «maître l’opinion publique après sa désignation comme

l’opinion publique après sa désignation comme président de la commission de réforme de la justice il y a quelques années. Des témoins ont contribué à le faire connaître après sa mort mieux qu’il ne l’avait sans doute été avant et c’est tout à leur honneur ; les uns comme ses anciens élèves, d’autres comme

Après vous Maître Issad…

condisciples, en rappelant certains traits

de caractère du juriste incorruptible qu’il

a été de son vivant. Peu en revanche,

n’ont rapporté avec justesse l’itinéraire

qui l’a conduit jusqu’à arracher au sort qui lui était dévolu, la concession de transformer son destin par la force et l’acharnement qu’il déploya pour sortir

de la médiocrité à laquelle étaient voués

à la naissance, la plupart des jeunes

Algériens durant la période coloniale. Mai 1956, le 19 d’un mois qui allait marquer les annales, des lycéens, des universitaires, des collégiens ont déserté leurs établissements scolaires, certains pour toujours, d’autres pour «monter» au maquis, d’autres enfin pour réoccuper leurs pupitres après des semaines d’absence de leurs établissements respectifs. L’essentiel pour cette catégorie de population c’est qu’elle a marqué son temps et son choix, avec hélas plus de menace pesant sur ceux d’entre eux dont les parents avaient tenu à ce que leur progéniture retourne à l’école. Craignant la traque de la «main rouge», quelques-uns d’entre eux purent gagner l’étranger pour poursuivre leurs études, les moins chanceux ont au contraire connu les pires affres de l’existence jusqu’au jour où, tombés entre les mains de la «main rouge» ont purement et tout simplement été assassinés comme les frères Toumi, El- Hadi et Mehdi, pour ne citer que ceux que je connais personnellement pour avoir usé nos culottes ensemble sur les bancs de l’école.

Il faut dire que l’histoire de la grève

des étudiants n‘a pas encore été écrite.

C’est sans doute pour cette raison qu’à chacune de ces commémorations annuelles par la presse on ne lit que sécheresse éditoriale et approximations récurrentes. En revanche, si d’autres lycéens ont eu la vie sauve, c’est tout simplement parce qu’ils ont eu de la

chance. Comme eux, un grand nombre s’est retrouvé à l’indépendance sans diplôme, en dehors de quelques-uns, une minorité, qui avait pu miraculeusement décrocher le BEPC (Brevet élémentaire du premier cycle) avant la grève. Ces derniers, comme tous ceux tombés brutalement en déshérence après la grève des étudiants, se sont retrouvés dans les administrations dès juillet 1962 pour mettre sur rails le nouvel Etat algérien. C’est grâce à eux que, la saignée en personnels administratifs européens désertant l’Algérie malgré les recommandations faites à leur sujet par les accords d’Evian, a pu être colmatée en attendant que l’université d’Alger, uniqueétablissement du genre à ce moment-là, ne fournisse les premiers lauréats de l’Algérie indépendante. Le professeur Issad n’a pas fait exception à la règle. Lui aussi a travaillé de ses mains avant d’apprendre à jouer des manches pour séduire les jurés. Lui aussi est passé par le travail manuel avant d’accéder au prétoire. Comme d’autres, il avait gagné sa vie dans les labeurs les plus divers, en même

temps qu’il reprenait le long cycle d’études à la faculté d’Alger en caressant le rêve, une véritable obsession, d’accéder un jour au sommet auquel seuls des gens aussi brillants que lui pouvaient accéder. Issad, comme Mohamed Mitidji, un autre brillantissime étudiant, échappé par miracle à la vindicte de la «Main rouge», un ami de Issad comme Kermad, ancien administrateur au ministère des PTT, un ancien comme eux du tri postal du port d’Alger où ils travaillaient comme des forcenés des nuits entières pour pouvoir suivre leurs études le jour. Dans certains articles de presse parus au début de la semaine en cours, certains ont cru utile de parler de feu Issad Mohand en usant de prétérition pour lui attribuer une sorte de vanité dont il n’a jamais fait montre, voire d’un certain égoïsme à l’égard d’autrui. Hélas, je ne peux en témoigner qu’à titre posthume, mais je peux en revanche rassurer ceux qui l’ont mal connu et qui auraient pu prendre pour argent comptant les délires des autres, que Maître Issad était non seulement un juriste de talent mais un homme probe dans le sens le plus noble du terme. C’est d’ailleurs la raison qui m’a conduit à apporter mon grain de sel pour témoigner du parcours du combattant qui lui a permis de décrocher la médaille en matière de droit. C’était avant tout un ami. Et à ce titre je ne peux dire qu’une chose : Après vous Maître…

Monde

8

EL MOUDJAHID

63 e ANNIVERSAIRE DE LA NAKBA

Sur le chemin du retour

L e peuple palestinien s’apprête à commé- morer le 63 e anniver- saire de la Nakba. Une date qui rappelle

l’occupation israélienne et l’ex- pulsion de près de 800.000 Palestiniens de leurs terres et de plus de 500 villages détruits par les forces militaires juives qui ont commis l’un des massacres les plus ignobles que l’histoire humaine contemporaine ait connu. Ce projet de déracine- ment de tout un peule n’aurait jamais pu être mené à terme sans le soutien et la complicité des forces colonialistes (la Grande-Bretagne exerçait à l’époque le mandat sur la Palestine). Un chapitre qui marque le début d’une tragédie de tout un peuple qui allait connaître la souffrance perma- nente et subir la politique colo- niale la plus destructrice. Un peuple martyr qui depuis cette triste date ne connaîtra que massacres, déportations et exils, avec le soutien ou le silence complice de toute la communauté internationale. Le 15 mai 1948, rappelle l’injustice faite et qui continue d’être faite au peule palestinien. 63 ans après, la Nakba ne s’est pas arrêtée, l’occupant continue de déporter des milliers de Palestiniens, d’annexer leurs terres, de détruire leurs mai- sons, de mener des guerres et

de détruire leurs mai- sons, de mener des guerres et des massacres contre la popula- tion,

des massacres contre la popula- tion, d’emprisonner arbitraire- ment des milliers de personnes. La Nakba, un événement tra- gique que les Israéliens ne veu- lent pas reconnaître. Aujourd’hui, les Palestiniens commémorent la Nakba dans l’unité de toutes les organisa- tions palestiniennes. Depuis plus de 63 ans, le peuple pales- tinien tient toujours au droit de retour sur son sol et son droit à l’autodétermination. Aujourd’hui, une nouvelle donne bat en brèche toutes les tentatives d’acculturation par l’administration coloniale de l’entité palestinienne.

La nécessité de créer un Etat palestinien viable connaît tous les obstacles pour déjouer le processus de paix et maintenir un statut à la faveur d’Israël et la continuité des colonies juifs sur les terres arabes. Le plus important est que la position palestinienne reste fidèle et attachée aux constantes nationales concer- nant toutes les questions fonda- mentales, dont la fin de la colo- nisation israélienne, et la créa- tion de l'Etat palestinien. Le Quartette a déjà annulé une réunion, à la demande des Etats-Unis qui rejettent un nou- veau plan européen visant à

relancer le processus de paix, à l'arrêt depuis fin octobre 2010 en raison de la poursuite de la colonisation israélienne. Concernant la requête des Palestiniens prévoyant le recours à l'ONU pour demander la reconnaissance de leur Etat indépendant, le diplomate a expliqué que cette décision a été prise après avoir compris qu'Israël n'avait aucune volonté de faire la paix et de parvenir à un accord le contraignant à se conformer aux résolutions de légitimité internationales assu- rant aux Palestiniens leur droit d'établir leur Etat indépendant. Mohamed Ben.

LIBYE

11 imams tués dans un raid de l’Otan

Mohamed Ben. LIBYE 11 imams tués dans un raid de l’Otan L es frappes de l’Otan

L es frappes de l’Otan sur Tripoli viennent de faire de graves dégâts collatéraux : 11 imams

tués, selon le régime de Mouammar Khadhafi dans une frappe aérienne des coalisés, qui ont regretté «la mort de civils». Les 11 dignitaires religieux ont péri dans la nuit de vendredi dans un bombardement à Brega (est), faisant également au moins 50 blessés, dont cinq dans un état grave, a affirmé le porte-parole du gouvernement libyen Moussa Ibrahim, lors d'une conférence de presse. Auparavant, l'agence officielle libyenne Jana avait indiqué que 16 per- sonnes avaient été tuées et 30 blessées dans ce raid. Dans un communiqué, l'Otan a expliqué avoir touché un centre de commandement et de contrô- le tôt vendredi, précisant qu'il était uti- lisé par le régime pour "coordonner des frappes contre la population civile". "Nous sommes au courant d'alléga- tions sur des victimes civiles en connection avec la frappe, et bien que nous nous ne puissions confirmer la validité de ces affirmations, nous regrettons toute perte de vie civile innocente quand elle se produit", a indiqué l'Alliance atlantique. Des imams présents à la conférence de M. Ibrahim ont appelé à des repré-

sailles. Le 1 er avril, l'Otan avait tué par erreur neuf rebelles et quatre civils à l'est du port de Brega, et le 7, une nou- velle bavure de l'Alliance avait fait au moins 4 morts entre Brega et Ajdabiya. La ligne du front Est s'est stabilisée depuis plusieurs semaines entre Ajdabiya, à 160 km au sud-ouest du fief des rebelles Benghazi, et Brega, 80 km plus à l'ouest, tenu par les forces loyalistes. Dans le même temps, Mouammar Kadhafi défiait l'Otan : "Je vais vous dire que vos bombardements ne m'at- teindront pas parce que des millions de Libyens me portent dans leur cœur", a- t-il lancé vendredi soir à l'Alliance atlantique. Ce message audio était diffusé par la télévision d'Etat au lendemain des frappes de l'Otan sur son complexe résidentiel à Tripoli, qui ont fait trois morts, dont deux journalistes, et 27 blessés, selon un bilan officiel du gou- vernement. M. Kadhafi répondait ainsi également aux propos du ministre ita- lien des Affaires étrangères, Franco Frattini, qui avait jugé "crédibles" des déclarations de l'évêque de Tripoli selon lesquelles le colonel serait blessé et aurait fui la capitale. Mais, vendredi soir, Mgr Giovanni Martinelli a démenti avoir tenu de tels propos.

SYRIE

Damas promet un dialogue national

L e régime syrien a promis, hier, d'ouvrir "un dia- logue national" incluant l'opposition pour tenter de mettre un terme aux violences qui ont fait un

premier mort à Damas. Par ailleurs, deux manifestants ont été tués par les forces de l'ordre à Homs, dans le centre de la Syrie, selon un militant des droits de l'homme. Les forces de sécurité et l'armée ont été déployées dans les principaux foyers de contestation vendredi, après un appel à la mobilisation lancé sur la page Facebook, "The Syrian Revolution 2011". Le ministre syrien de l'Information, Adnane Mahmoud, a annoncé devant la presse qu'un "dialogue national global va commencer dans les prochains jours dans tous les gouvernorats". Cette promesse intervient alors que le président Bachar al-Assad est aux prises avec une révolte sans précédent depuis son arrivée au pouvoir en 2000 qui a fait, selon des organisations des droits de l'homme, au moins 700 morts. L'écrivain et opposant syrien Louaï Hussein a jugé "inutile" le dialogue proposé par le ministre. "Il n'y aura pas de dialogue sans la libération de tous les détenus politiques, l'autorisation de réunions et de manifestations pacifiques", a affirmé M. Hussein. Selon l'opposition, des milliers de per- sonnes ont été arrêtées depuis le début des troubles en Syrie le 15 mars. Le président de l'Organisation natio- nale des droits de l'homme, Ammar Qorabi, a confirmé les deux décès à Homs, et indiqué qu'un troisième pro- testataire avait péri, à Damas. "Un manifestant a été tué hier par les tirs des agents de sécurité dans le quartier de Qaboun à Damas, lors de la dispersion d'une manifestation". D'autres manifesta- tions ont réuni des milliers de personnes à Deraa (sud), Qamichli, Derbassyié et Amouda (nord-est), à Saqba, près de Damas et à Hama à 210 km au nord de la capi- tale. "Les forces de sécurité tirent en l'air à l'arme auto- matique à Deraa pour disperser des milliers de mani- festants", a déclaré à l'AFP un militant de cette ville du sud, où le mouvement de contestation est né à la mi- mars. Selon Louaï Hussein, le président Assad avait pourtant donné instruction aux forces de l'ordre de ne pas ouvrir le feu sur les manifestants. Une conseillère du président, m'a affirmé lors d'une conversation téléphonique que des ordres présidentiels stricts avaient été donnés de ne pas ouvrir le feu sur les manifestants.

ECLAIRAGE

La “diplomatie des petits pas”

La « diplomatie des petits pas » initiée au lendemain de la

« guerre des Six jours » de juin

1967 par le secrétaire d´Etat américain Henri Kissinger, continue de faire son chemin pour,

à vrai dire, ne conduire nulle part. C´est cette voie que le Président Barack Obama semble avoir choisie, deux années après son élection à la tête de la Maison- Blanche qui avait fait naître de gros espoirs de voir enfin reprendre les négociations de paix

au Proche-Orient en vue de la création de deux Etats, l´un palestinien, l´autre israélien vivant en paix. Il faudrait attendre encore deux ans, le temps pour le Président, candidat à un second mandat, de terminer sa campagne en vue des élections de 2012, pour voir ce processus redémarrer.

Dans quelles conditions

Mitchell, l´envoyé spécial de Barack Obama pour le Proche- Orient, vient de jeter l’éponge. Sa démission dévoile tout sur les obstacles que rencontre la diplomatie des petits pas. Une stratégie qui consiste à ne rien imposer à l´occupant. Cette diplomatie peut-elle convaincre Israël d´accepter la création d´un Etat palestinien voulue par toute

George

la

communauté internationale et à

se

retirer du Golan qu´il a annexé

après la « guerre des Six jours » ? Les hésitations du Président des Etats-Unis à convaincre Netanyahou de cesser sa politique de colonisation de la Cisjordanie est la preuve irréfutable qu´il n´y a

pas de volonté politique aux Etats- Unis pour faire respecter la légalité internationale. Pour des situations autrement moins urgentes et prioritaires que ce qui se passait il

y a deux mois en Libye, les pays

occidentaux ont remué ciel et terre pour « porter secours aux populations libyennes bombardées par Kadhafi ». Depuis plus de 60 ans, Israël occupe les terres arabes, construits des villes pour les juifs de Russie, de Pologne et les Falachas d´Ethiopie, menace le million de Palestiniens, les indigènes qui n´ont pas fui vers le Liban, la Syrie et la Jordanie, de simples immigrés. Depuis les capitales européennes où il s´est rendu, récemment, pour faire campagne contre l´accord de réconciliation interpalestinien, le Premier ministre israélien clame haut et fort qu’il ne reconnaîtra pas d´Etat palestinien s´il est proclamé par les Nations unies à la

fin de cette année. Autrement dit pas de retour aux frontières de 67,

« Jérusalem capital éternelle

d´Israël », et pas question du

« droit au retour » des réfugiés

palestinien. Mieux, Benyamin Netanyahou exige des Palestiniens

la reconnaissance d´Israël comme

« Etat juif ». Silence à la Maison- Blanche. Profile bas en Europe. On attend que Hamas passe à l´action devant de telles provocations pour faire bloc autour de la question de la

« sécurité d´Israël ». Voilà l´axe

majeur de la politique des « petits pas ». Pas le moindre commentaire non plus lorsque Benyamin Netanyahou avertit les Occidentaux qu´il ne laisserait pas passer la «Flottille de la Liberté» qui devrait se rendre, en juin prochain, à Gaza, pour rompre le blocus israélien. C´est cette menace à peine voilée que le Premier ministre israélien a lancé

à la figure des dirigeants

européens qu´il a rencontrés,

Sarkozy et Cameron, et auxquels il

a téléphoné, autre autres Zapatero.

Face à ces provocations les pays occidentaux n’ont d´autre souci qu’en finir avec le régime de Kadhafi avec les élections de 2012, aux Etats-Unis, en France et en Espagne notamment. La cause palestinienne peut encore attendre. Elle a bien attendu 60 ans !

B. H.

9 EL MOUDJAHID Publicité
9
EL MOUDJAHID
Publicité
Entreprise publique économique EPE /SPA Filiale du groupe Cosider au capital social de 745 500

Entreprise publique économique EPE /SPA Filiale du groupe Cosider au capital social de 745 500 000 DA

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL N° 07/2011

L’entreprise COSIDER CARRIERES lance un avis d’ap- pel d’offres national pour l’acquisition des fournitures sui- vantes:

-Lot N°01 : pneumatiques -Lot N°02 : lubrifiants Les fournisseurs intéressés par le présent avis d’appel d’offres peuvent retirer les cahiers des charges auprès de la direction des finances et comptabilité de Cosider Carrières, sise zone d’activité de Dar El Beida Alger, dès parution du présent avis et contre paiement d’un montant de dix mille dinars (10 000DA) pour chaque cahier des charges. Les soumissionnaires doivent obligatoirement joindre à leur dossier de soumission les pièces administratives, fiscales et parafiscales exigées dans le cahier des charges. Les offres devront être insérées sous double enveloppe fer- mée. L’enveloppe extérieure doit être anonyme et ne comportant que la mention suivante :

“Appel d’offres national N° 07 /2011” Suivi du numéro du lot Soumission à ne pas ouvrir La date limite de dépôt des offres est fixée à trente (30) jours à compter de la date de la première parution du présent avis dans les quotidiens nationaux. Toute offre transmise au delà de cette date ne sera pas réceptionnée.

EL-Moudjahid /pub

ANEP Nº 854491 du 15/05/2011

SECRETARIAT PERMANENT DES MARCHES au capital de 18 000 000 000 DA Complexe 18 Février

SECRETARIAT

PERMANENT

DES MARCHES

au capital de 18 000 000 000 DA Complexe 18 Février Journée Nationale du Chahid

ZONE INDUSTRIELLE «TARF» IBN-BADIS

BP 21 EL-KHROUB WILAYA DE CONSTANTINE

Téléphone : 031.95.42.35/36/41

Fax : 031. 95. 42. 12

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL ET INTERNATIONAL

N°005/2011

La S.N.T.A Complexe 18 Février lance un avis d’appel d’offres NATIONAL et INTERNATIONAL relatif à l’achat de :

DIFFERENTS MODELES DE CHASSIS DE VENTILATEURS ET ROUES A AUBES

Les soumissionnaires spécialisés intéressés par le présent avis d’appel d’offres peuvent retirer une fiche technique auprès du secrétariat permanent des marchés ou la demander par fax. Les offres dûment remplies et signées doivent être accompagnées des pièces suivantes :

- La lettre de soumission (datée et signée) ;

- La déclaration à souscrire (datée et signée) ;

- La déclaration de probité (datée et signée) ;

- Copie de l’extrait du registre du commerce légalisé ;

- Offre technique ;

- Offre commerciale ;

Les offres seront adressées par courrier ou déposées au bureau du secrétariat permanant des marchés à l’adresse ci-dessus, sous double pli fermé et cacheté. L’enveloppe extérieure devra être anonyme ne comportant que la mention :

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL ET INTERNATIONAL N° 005/2011 «A NE PAS OUVRIR» La date limite de dépôt des offres est fixée à soixante (60) jours à compter de la première parution du présent avis dans les quotidiens nationaux. Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une période de trois cent (300) jours à compter de la date limite de réception des offres. L’ouverture des plis aura lieu le premier jour ouvrable qui suit la date limite de dépôt des offres.

El Moudjahid/Pub

ANEP N°5494 C1 du 15/05/2011

Entreprise publique économique EPE /SPA Filiale du groupe Cosider au capital social de 745 500

Entreprise publique économique EPE /SPA Filiale du groupe Cosider au capital social de 745 500 000 DA

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL N° 05/2011

L’entreprise COSIDER CARRIERES lance un avis d’ap- pel d’offres national pour l’acquisition des équipements sui- vants:

-Lot N°01 :douze (12) véhicules de liaison -Lot N°02 :quatre (04) ambulances Les fournisseurs intéressés par le présent avis d’appel d’offres peuvent retirer les cahiers des charges auprès de la direction des finances et comptabilité de Cosider Carrières, sise zone d’activité de Dar El Beida Alger, dès parution du présent avis et contre paiement d’un montant de dix mille dinars (10 000DA) pour chaque cahier des charges. Les soumissionnaires doivent obligatoirement joindre à leur dossier de soumission les pièces administratives, fiscales et parafiscales exigées dans le cahier des charges. Les offres devront être insérées sous double enveloppe fer- mée. L’enveloppe extérieure doit être anonyme et ne comportant que la mention suivante :

“Appel d’offres national N° 05 /2011” Suivi du numéro du lot Soumission à ne pas ouvrir La date limite de dépôt des offres est fixée à trente (30) jours à compter de la date de la première parution du présent avis dans les quotidiens nationaux. Toute offre transmise au delà de cette date ne sera pas réceptionnée.

EL-Moudjahid /pub

ANEP Nº 854489 du 15/05/2011

SECRETARIAT PERMANENT DES MARCHES au capital de 18 000 000 000 DA Complexe 18 Février

SECRETARIAT

PERMANENT

DES MARCHES

au capital de 18 000 000 000 DA Complexe 18 Février Journée Nationale du Chahid

ZONE INDUSTRIELLE «TARF» IBN-BADIS

BP 21 EL-KHROUB WILAYA DE CONSTANTINE

Téléphone : 031.95.42.35/36/41

Fax : 031. 95. 42. 12

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL ET INTERNATIONAL

N°006/2011

La S.N.T.A Complexe 18 février lance un avis d’appel d’offres NATIONAL et INTERNATIONAL relatif à l’achat de :

DIFFERENTS MODELES DE TUBES INTERMEDIAIRES Les soumissionnaires spécialisés intéressés par le présent avis d’appel d’offres peuvent retirer une fiche technique auprès du secrétariat permanent des marchés ou la demander par fax. Les offres dûment remplies et signées doivent être accompagnées de :

- La lettre de soumission (datée et signée) ;

- La déclaration à souscrire (datée et signée) ;

- La déclaration de probité (datée et signée) ;

- Copie de l’extrait du registre du commerce légalisé ;

- Offre technique ;

- Offre commerciale ;

Les offres seront adressées par courrier, par DHL, ou déposées au bureau du secrétariat permanant des marchés à l’adresse ci-dessus, sous double pli fermé et

cacheté. L’enveloppe extérieure devra être anonyme ne comportant que la mention :

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL ET INTERNATIONAL N° 006/2011 «A NE PAS OUVRIR»

La date limite de dépôt des offres est fixée à soixante (60) jours à compter de la première parution du présent avis dans les quotidiens nationaux. Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une période de trois cent (300) jours à compter de la date limite de réception des offres. L’ouverture des plis aura lieu le premier jour ouvrable qui suit la date limite de dépôt des offres.

El Moudjahid/Pub

ANEP N°5494 C2 du 15/05/2011

Société

10

EL MOUDJAHID

TRANSPORT

Une semaine après sa mise en circulation LE TRAMWAY D'ALGER SÉDUIT LES ALGÉROIS U ne
Une semaine après
sa mise en circulation
LE TRAMWAY
D'ALGER
SÉDUIT
LES ALGÉROIS
U ne semaine après la mise en ser-
vice des neuf rames de couleur
bleue ciel, ce mode de transport
contemporain séduit déjà beau-
coup.
Après plus d'un demi siècle d'absence, le fameux
''TA'' (tramway d'Alger) réapparait dans la capitale,
avec la livraison d'un premier tronçon dimanche dernier,
reliant Bordj El Kiffan au quartier "les Bananiers"
à Mohammadia, première étape d'un ambitieux
programme de grands projets de transports urbains.

L'affluence est "plutôt importante pour un démarrage", jugent les agents de l'Entreprise de transport urbain et sub-urbain d'Alger (ETUSA), qui s'est vue confier l'ex- ploitation commerciale du tramway d'Alger. Selon M. Arbane Mohamed, agent gui- chetier, environ "400 à 600 billets sont ven- dus chaque jour entre 6 et 13 heures". La circulation des rames commence à 6 heures et prend fin à 21 heures et une rame est prévue toutes les 12 minutes. Cet inter- valle sera réduit, au bout d'une année, à 4 minutes, indiquent les responsables du pro- jet, dont les travaux ont été lancés fin 2007. Pour les habitants de la banlieue est d'Alger, la mise en circulation de ce premier tronçon du tramway contribuera à l'allége- ment de la circulation dans la capitale, constamment engorgée, avec des bouchons de plusieurs kilomètres aux heures de pointe entre Mohammadia et l'avenue de l'ALN. "Même s'il ne s'agit que d'un seul tronçon, la mise en service du tramway me permet de

gagner un temps précieux sur mon trajet habituel", confie M me Mohabeddine Nacera, une habitante du quartier "Tamaris" à Bordj El Kiffan. Cette femme d'une trentaine d'an- nées affirme apprécier "énormément" la "rapidité" et notamment "la grande régulari- té" de ce nouveau mode de transport, mais regrette toutefois le manque d'informations sur les principales stations du "tram". "Sa circulation en site propre associée aux sys- tèmes de priorité aux feux de circulation, lui permettent d'offrir une plus grande régulari- té et rapidité", relève un agent d'orientation à la station Zerhouni-Mokhtar. D'autres citoyens souhaitent voir les responsables du tramway programmer des extensions, outre le tracé initial du projet, et prévoir des sta-

tions où le voyageur peut trouver différents moyens de transport en commun. "Je prends quotidiennement le tram depuis Bordj El Kiffan jusqu'au quartier des Bananiers pour me rendre à mon travail. Cependant, je dois poursuivre mon chemin à pied des Bananiers aux Pins maritimes où se trouve ma société", indique M. Djebbara Adel."L'idéal serait de mettre en place un programme de transport complet avec des relais entre le tramway et les bus de transport en commun pour pou- voir joindre les localités qui ne sont pas cou- vertes par le tram", ajoute-t-il. Ce cadre relève, en outre, "le grand confort" qu'offre le tramway, estimant qu'il est l'un des modes de transport urbain les plus confortables.

"L'équipement de dernière génération dont bénéficie le tram fait que le voyageur se sent très à l'aise à l'intérieur. Circulation flui- de, vibrations et bruits atténués ainsi que la climatisation sont autant d'atouts qui encou- rageront les citoyens à se passer de leurs voi- tures", souligne-t-il. Un contrôleur rencontré sur la ligne Rabia Tahar - Zerhouni Mokhtar préfère lui, parler de la facilité d'accès qu'offre le tramway à tous les usagers, notamment les personnes handicapées. "Le tram offre un accès aisé à tout le monde, que ce soit les personnes handica- pées, personnes âgées, femmes enceintes, voyageurs avec poussettes ou tout simple- ment avec des bagages", soutient-il. M. Benelkadi Belhoual met en exergue, pour sa part, l'aspect écologique et affirme que ce nouveau mode de transport est "très respectueux de l'environnement" puisqu'il ne rejette ni gaz, ni fumée, car étant propul- sé par l'énergie électrique. Après avoir goûté à la joie et à la facilité de prendre le tramway, les Algérois souhai- tent que ''les bouchées doubles'' soient mises pour faire aboutir rapidement tout le projet et rendre fluide la circulation dans les rues de la capitale.

DROGUE

17,5 kg

de kif

traité saisis

à Tébessa

Une quantité de 17,5 kg de kif traité, détenue par deux individus rési- dant dans la localité d’El Houidjbet (30 km au sud de Tébessa), a été saisie vendredi par les éléments de la police judiciaire de Tébessa, a-t-on appris de source sécuritaire. Les deux personnes ont été interpellées près d’un poste de contrôle où les policiers ont découvert une quantité de 2 kg de drogue cachée dans le coffre de leur voiture, a précisé la même source. L’enquête aussitôt diligentée a permis de récupérer, peu après, 15,5 autres kg dissimu- lés au domicile d’un des deux mis en cause, a-t- on ajouté. Les investigations se poursuivent afin de déterminer d’éven- tuelles complicités "à l’intérieur et à l’exté- rieur du pays", indique- t-on.

COUR D’ALGER

10 ans de prison pour meurtre

P oursuivi pour homicide volontaire, le jeune Bilal H. ne nie pas les faits, il a bel et

bien reconnu devant le tribunal cri- minel d‘Alger qu’il a mis fin aux jours de son ami Rabie. Toutefois, il tient à signaler qu’il ne l’avait pas fait intentionnellement. «C’était de la légitime défense», ne cesse-t-il de clamer à la barre. Originaires tous deux de la wilaya de Tlemcen, les deux protagonistes sont retrouvent à Alger en quête de travail et ont pris la décharge de Oued Smar comme lieu de résiden- ce, dans une baraque de fortune. Tout allait bien entre les deux amis jusqu’à cette fatidique soirée du 6 juillet 2010 lorsque l’irréparable fut commis. «Il commençait à dire des grossièretés et ne cessait de me pro- voquer. Il a voulu faire des choses indécentes avec moi et naturelle- ment, je l’ai repoussé», raconte l’accusé qui ajoutera que la victi- me, mécontente de sa réaction, le surprend et se jette sur lui. Une vio- lente bagarre s’est vite déclenchée entre Bilal et Rabie et ce dernier aurait réussi à neutraliser son vis-à- vis et qu’il était sur le point de l’étrangler. Ce qui a poussé l’accusé à sortir son arme blanche et à assener la victime 5 coups de couteau qui auront eu raison de Rabie, 22 ans, qui a rendu l’âme avant son admis-

de Rabie, 22 ans, qui a rendu l’âme avant son admis- sion à l’hôpital. Selon le

sion à l’hôpital. Selon le rapport d’autopsie, la victime a été atteinte à la poitrine, au visage et au cou. Prenant la parole, le représen- tant du ministère public, tout en qualifiant les faits de «dangereux», soutient que l’accusé était nourri d’intentions «criminelles» et assure que la culpabilité de ce dernier est avérée avant de requérir la peine capitale. De son côté, la défense plaide non coupable et réclame la requalification des faits pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort et demande les cir- constances atténuantes. Après déli- bérations, la Cour rend son verdict et condamne Bilal à 10 ans de pri- son ferme.

SAM

RELIZANE

Ne pouvant récupérer sa moto un jeune tente de se suicider

Alors que sa moto a été mise en fourrière pour défaut de papiers et voulant la récupérer à tout prix, le jeune B.Y. âgé de 32 ans n’a trouvé mieux que de grimper sur le haut d’un immeuble de cinq étages et a tenté de se suicider. N’était-ce la présence des voisins qui ont réussi à le persuader de ne pas commettre l’irréparable, il a accepté de redescendre. Mais une fois au bas de l’immeuble, il n’a pas trouvé mieux que de s’aperger d’alcool, et ce fut grâce à la vigi- lance des éléments de la Sûreté qui se trouvait sur place qui l’ont empêché de s’immoler. Une enquête a été ouverte pour élucider cet acte devenu si courant dans les mœurs des jeunes.

Decouverte d’un cadavre de bébé

à Oued Rhiou

Les éléments de la gendarmerie nationale de Oued Rhiou, suite à une information donnée par un citoyen sur la présence d’un cadavre d’un bébé de sexe masculin au milieu d’une oliveraie située à

l’ouest de la ville, non loin de la route nationale RN 4, les gen- darmes se sont rendus sur les lieux avec les éléments de la Protection civile et ont découvert le corps inerte du bébé qui fut transporté vers la morgue de l’hôpital Ahmed-Francis de la ville de Oued Rhiou. Une enquête a été ouverte afin d’identifier le préséu-

mé auteur de ce fait.

M. Berraho

BÉJAÏA

Séisme de magnitude 2,9 ressenti au nord-est de Seddouk

Une secousse tellurique de magnitude 2,9 sur l'échelle de Richter s'est produite hier à 00 h 02 (heure locale) au nord-est de Seddouk (Béjaia),a indiqué le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG), dans un communiqué. L'épicentre de la secousse a été localisé à 5 km au nord-est de Seddouk, selon la même source.

11 EL MOUDJAHID Publicité
11
EL MOUDJAHID
Publicité
ANEP N° 845139 du 15/05/2011
ANEP N° 845139 du 15/05/2011
EPE - SPA au Capital de 5 000 000 DA AVIS DE PRORGATION DE DELAI

EPE - SPA au Capital de 5 000 000 DA

AVIS DE PRORGATION DE DELAI

L’Entreprise Publique Economique Tracteurs Agricoles de Oued Hamimime El-Khroub - Constantine informe les soumissionnaires intéressés par :

- L’appel d’offres national et international ouvert nº04/2011 relatif à la fourniture de

châssis de moulage pour les chantiers de moulage de l’atelier fonderie. Publié dans les quotidiens AL ACIL du 05/03/2011, EL MOUDJAHID du 08/03/2011 et dans le

BOMOP, que la date limite de remise des offres est prorogée au 13/06/2011 à 10h00 et que la séan- ce d’ouverture des plis en séance publique aura lieu le même jour 13/06/2011 à 10h30 au siège de l’EPE/ETRAG.

- L’appel d’offres national et international ouvert nº08/2001 relatif à la fourniture,

l’installation et la mise en service de divers équipements (machines outils et installation industrielles) pour équiper les ateliers du centre de profit usinage composé des lots suivants :

Lot nº1 : Installation de chauffage par induction. Lot nº2 : Installation de nitruration. Lot nº3 : Machine à dresser et centrer. Publié dans les quotidiens AL ACIL du 10/04/2011, EL MOUDJAHID du 13/04/2011 et dans le BOMOP, que la date limite de remise des offres est prorogée au 15/06/2011 à 10h00 et que la séan- ce d’ouverture des plis en séance publique aura lieu le même jour 15/06/2011 à 10h30 au siège de l’EPE/ETRAG.

El Moudjahid/Pub

ANEP 5495 du 15/05/2011

Direction Région de Transport de l’Electricité d’Alger Adresse :07 chemin fernane Hanafi- Alger Avis de

Direction Région de Transport de l’Electricité d’Alger Adresse :07 chemin fernane Hanafi- Alger

Avis de Resiliation

Suite à la non exécution de la commande N°8052/2009 ayant pour objet «Réalisation aire de stockage pour matériel au poste de BENI MERED»attribuée à l’ETB SLIMI Youcef qui n’a réalisé que les 30% des travaux et le chantier étant à l’arrêt malgré son engagement à terminer les travaux dans un délai de 30 jours à compter du 11/05/2011. Le délai de 30 jours ayant expiré, l’entreprise ETB SLIMI Youcef n’a pas honoré ses engagements à achever les travaux par le présent avis, la Direction Région de Transport de l’Electricité d’Alger procède à la résiliation de ladite commande.

el Moudjahid /Pub

ANEP 855028 du 15/05/2011

Avis d’appel d’offres national et international restreint N° : 01/2011
Avis d’appel d’offres national et international restreint N° : 01/2011

La Société de calandrage de plastique “ CALPLAST” lance un avis d’appel d’offres national et international restreint aux fournisseurs spécialisés pour la fourniture de :

Lot 01 : 300 tonnes de PVC Suspension - VK : 65 - 67

• Lot 02 : 100 tonnes de PVC Suspension - VK : 70 - 72

• Lot 03 : 150 tonnes de Dop (Diocty Phtalate)

Le retrait du cahier des charges se fera soit en se présentant au siége de CALPLAST ou par email en formulant une demande écrite accompagnée du registre du commerce. Les offres doivent parvenir à l’adresse suscitée sous double plis cachetés séparément par lot portant

la mention

A ne pas ouvrir Avis d’appel d’offres (national et international) restreint N°: 01/2011

Le dernier délai de dépôt des offres est fixé pour le : 22 Mai 2011 à 12h Les soumissionnaires sont invités à la séance d’ouverture des plis qui se déroulera le 22/05/2011 à 13h30 au siège de CALPLAST Les soumissionnaires s’engagent à maintenir leurs offres valides 10 jours après la date d’ouverture

El Moudjahid/Pub

ANEP 845208 du 15/05/2011

Avis de prorogation de délai appels d’offres N°09/SDA/DGI/2011 et N°10/SDA/DGI/2011 Les soumissionnaires intéressés

Avis de prorogation de délai appels d’offres N°09/SDA/DGI/2011 et

N°10/SDA/DGI/2011

Les soumissionnaires intéressés par les appels d’offres à la concurrence national ouvert n°09/SDA/DGI/2011 et n°10/SDA/DGI/2011 intitulés «Mise à jour et actualisation de la liste des entreprises préqualifiées pour la réalisation des ouvrages de distribution Gaz» et «Mise à jour et actualisation de la liste des entreprises préqualifiées pour la réalisation des ouvrages de distribution électricité» sont informés que les dates limites de dépôt des offres prévues initialement pour le 09/05/2011 et 10/05/2011 seront prorogées respectivement au 30/05/2011 et

31/05/2011.

el Moudjahid /Pub

ANEP 855012 du 15/05/2011

Régions

12

EL MOUDJAHID

1 er COLLOQUE DES JEUNES CHERCHEURS DE L’UNIVERSITÉ DE ANNABA

Pour l’émergence de toutes les potentialités

L e colloque des jeunes cher- cheurs de l’université Badji- Mokhtar de Annaba, qui se

déroule au pôle d’El Bouni, à l’ini- tiative de la faculté des lettres, sciences humaines et sociales, et qui a déjà à son actif une rencontre dédiée aux lettres arabes, a consa- cré la session d’hier aux lettres étrangères avec la participation des départements d’anglais, de français et d’italien. Le séminaire qui se clôturera par une ultime session, le 21 mai prochain, en réunissant les chercheurs en sciences sociales et humaines, vise à stimuler la recherche, tout en se voulant un espace d’échange et de partage de l’information et des connaissances. Pour lui conférer l’importance qui est sienne, l’ouverture des travaux a été rehaussée par la présence du recteur, du doyen de la faculté orga- nisatrice et du directeur de l’école

doctorale de français, qui ont tour à tour évoqué l’importance de cette expérience, la première du genre dans la dynamique insufflée à la recherche ces dernières années. L’intérêt, dira le Dr Fouad Bouguetta, doyen de ladite faculté, réside dans l’opportunité de cibler des pistes de recherche ou encore de cerner des espaces de formation nouveaux, au-delà du fait d’impri- mer une dynamique qui puisse faire émerger toutes les compétences et potentialités. Le recteur, M. Kadi, s’est, quant à lui, félicité de l’expé- rience à l’actif de la faculté des lettres, sciences humaines et sociales, laquelle, souligne-t-il, est résolument engagée dans la valori- sation de la recherche et des ensei- gnants, en se tournant vers les étu- diants en magistère et doctorat. M. Aouadi Saddek, responsable de l’école doctorale de français, a

souligné le fait que 60 à 90 % sont formés par l’école doctorale, et sou- ligné la nécessité d’intégrer les jeunes chercheurs dans les réseaux de formation et de recherche et d’instaurer de véritables traditions à même de bannir la culture de la rente des bourses et des stages à l’étranger. Où en est concrètement la recherche dans le domaine des langues ? Pour le Pr Latifa Kadi, les chiffres en disent long sur l’aspect quantitatif : en post-graduation, ils sont 964 étudiants en magistère et doctorat dans la faculté qui compte aussi quatre écoles doctorales d’an- glais, arabe, français et sociologie. Dotée de neuf laboratoires, outre ceux en passe d’être agréés, la faculté est en quête de qualité. Outre les nombreux projets de recherche dans le cadre du CNE- PRU, Annaba s’est taillée une part considérable dans le cadre du PNR.

La seule faculté a enregistré l’agré- ment de 6 PNR. C’est ce qui fait dire au Pr Latifa Kadi que les moyens mobilisés pour la recherche sont énormes, mais la contrainte de taille demeure l’insuffisance des espaces de recherche. Ce constat est aussi corroboré par le Dr Souad Khelouiati, du département d’ita- lien. Les travaux qui se déroulent en mini-plénière plancheront sur les thèmes liés à « la didactique géné- rale et les nouvelles technologies », à « la didactique de l’oral et de l’écrit » et enfin « les sciences du langage ». Il est utile de rappeler que le pre- mier prix de l’innovation des jeunes chercheurs a été décroché par le physicien Guerioun, de l’université Badji-Mokhtar. Saïd Lamari

Annaba en bref…

industrielle. L’on table cette année sur la production de 580.000 tonnes

compte tenu des bonnes conditions climatiques qu’a connues la région de l’Est. Les wilayas de Guelma, El Tarf, Skikda et Annaba où est implantée la quasi-totalité des capacités de transformation répondent, s’il fallait le rappeler, à près de 98 % de la demande nationale en matière de tomate industrielle. Cette année ce sont près de 16.000 ha qui ont été consacrés à la culture de la tomate industrielle.

Un micro d’or pour Radio Annaba

Salon de l’auto :

Sous le signe de l’entraide

 

Annaba abritera du 9 au 16 juin prochain, la 7 e édition de Bônauto, une manifestation désormais ancrée dans les traditions de la Coquette. Les précédentes éditions dont le succès ne sont plus à démonter au regard du nombre de visiteurs qu’elles ont drainés. On croit savoir que de nombreux opérateurs représentant une multitude de marques se sont déjà manifestés pour réitérer leur participation. Une innovation, l’édition 2011, qui aura lieu sous le signe du partage et de l’entraide au Complexe omnisports, sera un espace dédié aux jeunes sans emploi, qui auront à leur disposition un comptoir pour la création de microentreprises dans le cadres des dispositifs en vigueur en l’occurrence (ANSEJ / CNAC / ANGEM / ANEM).qui seront présents durant toute la manifestation. Selon son initiateur, Bônauto 2011 sera aussi, comme à l'accoutumée, l'occasion pour plus de 500 jeunes (directement) et 1.000 (indirectement) de participer à une activité professionnelle rémunérée. Un espace intitulé "Bourse de l'emploi" sera animé avec la collaboration que nous animerons pour notre part en espérant avoir le soutien de l'ANEM. Au-delà de la tombola gratuite dont l’enjeu est à l’évidence un véhicule neuf, plusieurs activités sont prévues, tout au long de la manifestation.

Campagne tomate : pré-bilan

Lors de la 5 e édition du micro d’or, Radio Annaba a été attributaire de fameux trophée. C’est l’émission, « Papa emmène-moi au théâtre » destinée à la sensibilisation des plus jeunes sur les questions de la préservation de l’environnement qui a décroché le prix. « Papa emmène-moi au théâtre » est à l’origine une initiative portant la griffe de Abdelhak Benmaarouf, quand il a pris les commandes du département artistique du théâtre Azeddine Medjoubi, couronnée d’ailleurs de beaucoup de succès.

Fausse monnaie : Une étrangère interpellée

Une liasse de 20.000 DA en fausses coupures de 1.000 DA a été saisie jeudi, en début de soirée en plein centre-ville, plus précisément à la rue Larbi Tebessi, après l’interpellation d’une ressortissante étrangère, sans papier d’identité. Les services de sécurité ont découvert la somme dans son sac à main. Une enquête a été ouverte par les éléments spécialisés qui ne se suffisent pas de la thèse de l’acte isolé et soupçonnent l’existence d’un réseau dont la jeune femme pourrait être un membre. La thèse qu’elle a avancée et consistant en sa fuite de son pays pour des raisons sécuritaires ne convainc pas les enquêteurs.

S. L.

En préparation d’une journée d’étude qui sera organisée sous l’égide du ministère de l’Agriculture, les chambres de l’agriculture des wilayas de l’Est ont fait le point, ce week-end, de la campagne de la tomate

Tizi-Ouzou Opération “coup de poing” contre la criminalité

Interpellation de 93 individus pour différents délits

L es forces de police de la

sûreté de wilaya de Tizi-

Ouzou ont menée jeudi

dernier une vaste opération “coup de poing” dans les milieux de la délinquance et la criminalité qui s’est soldée par l’interpellation de pas moins de 93 individus pour différents délits, apprend-on de la cellule de communication de la sûreté de wilaya de Tizi-Ouzou. Ce “coup de poing” mené en paral- lèle avec celui effectué le même jour contre le commerce infor- mel a ciblé plusieurs quartiers et artères de la commune de Tizi- Ouzou, devenus ces dernières années un véritable fief de la délinquance sous toutes ses formes. Ceux parmi les 93 indi- vidus confondus durant l’exa- men de situation feront l’objet de procédures judiciaires, préci- se-t-on dans le communiqué. S’agissant de l’opération contre le commerce informel, celle-ci s’est soldée, selon le même communiqué, par la démolition de 26 baraques de fortunes ins- tallées par les trabendistes à tra- vers plusieurs endroits de la ville où proliférait ce genre de commerce, à la consternation générale des commerçants légaux. Selon des sources sécu- ritaires, ce genre d’opération se poursuivra jusqu’à l’éradication de toutes tentatives du squat d’espaces publics par des tra- bendistes et de toutes activités criminelles contre la paisible population de la ville des Genêts.

B. A.

Environnement à Biskra

Les jeunes d’El Kantara sensibilisés

U ne opération de sensibilisation à la protection de l'en- vironnement et à la préservation de l'équilibre écolo-

gique, ciblant les jeunes de la localité d’El Kantara (Biskra), a été lancée, hier, au complexe sportif de proximité de cette agglomération. Initiée par la Direction de la jeunesse et des sports (DJS), en coordination avec les associations de jeunes activant dans le domaine de la protection de l'environnement, la manifesta- tion comprend une exposition qui met en avant, notamment, l’importance du couvert végétal pour prévenir l’érosion des sols et assurer l’équilibre de l’écosystème, en particulier dans les zones fragilisées. L'exposition comprend également une série de photogra- phies et d’illustrations montrant les changements climatiques et les conséquences désastreuses du réchauffement de la Terre, ses retombées sur l’homme et les espèces vivantes.

Un concours de dessin, ayant pour thème "Ce que peut faire l’homme pour sauver sa planète", a été organisé en marge de cette manifestation de deux jours qui a attiré de nombreux jeunes. Des activités bénévoles de boisement, ouvertes à tous, ont permis aux citoyens d’El Kantara de planter des arbustes ornementaux et forestiers à travers le tissu urbain de la ville, selon un programme élaboré par les services concernés. Selon les organisateurs, la manifestation, qui en est à sa deuxième édition, "vise surtout à inculquer une culture de l'environnement chez les citoyens, en particulier les jeunes appelés à s’investir davantage dans la préservation de l'envi- ronnement.

Bordj Bou-Arréridj

Une société spécialisée pour traiter les dos-d’âne

Une société spécialisée pour traiter les dos-d’âne L’ APC de Bordj Bou- confier la réhabilitation des

L’ APC de Bordj Bou-

confier la réhabilitation

des routes de la ville à une socié- té privée spécialisée dans les tra-

vaux publics. Cette société qui a répond à un appel d’offres lancée par l’APC devra s’occuper notamment de boucher les trous qui jalonnent ces routes et refaire les dos-d’âne. Ces derniers ne répondent pas aux normes admises en la matière. Beaucoup d’automobilistes se sont plaints de cette situation contraignante

Arréridj a décidé de

qui cause des dégâts importants aux véhicules. Leur implantation désordonnée est également dénoncée par les usagers qui réclament un allégement de cette procédure de ralentissement de la vitesse. Le secrétaire général de la commune, qui a annoncé la déci- sion, a lancé d’abord un appel pour les automobilistes pour évi- ter l’excès de vitesse avant de pré- ciser que ces dos-d’âne seront placés en priorité devant les écoles. Quant aux trous qui ont

terni l’image de la ville, la popu- lation n’a pas manqué de les contester continuellement. Là également les désagréments sont importants pas seulement pour les usagers. Les passants souffrent en été comme en hiver. La perspective du traitement de ces problèmes réjouit la popu- lation qui espèrent passer un été tranquille. Déjà que la respiration est lourde durant la saison. La diminution de la poussière rendra l’air plus léger. F. D.

13 EL MOUDJAHID Publicité
13
EL MOUDJAHID
Publicité

PEOPLE’S DEMOCRATIC REPUBLIC OF ALGERIA MINISTERY OF COMMUNICATION

DEMOCRATIC REPUBLIC OF ALGERIA MINISTERY OF COMMUNICATION ETABLISSEMENT PUBLIC DE RADIODIFFUSION SONORE Cancellation

ETABLISSEMENT PUBLIC DE RADIODIFFUSION SONORE

Cancellation of the Temporary Allotment of Market

N°18/E/RA/07

(Batch N°1)

The Public Radio of Broadcasting Enterprise informs all tenderers who participated in the batch n°1 of the tender restricted national and international Nr :

18/E/RA/07 relating to the supply, installation and training of radio broadcasting equipment for seven (07) regional radio stations, that the temporary allotment of market notice published on the following dailies : EL CHAAB on 29/07/2008, EL MOUDJAHID on 30/07/2008 and in the “BOMOP” Nr :

1092 from 09 th to 15 th of august 2008, published for the benefit of Studer company is cancelled.

ANEP N° 854105 du 15/05/2011

El Moudjahid/Pub

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l’Enseignement Supérieur Et de la recherche Scientfique Office national des Œuvres universitaires DIRECTION DES ŒUVRES UNIVERSITAIRES ALGER OUEST

Provisoire de Marché Avis de Correction de l’Attribution Provisoire de Marché AONR 01 - DOUAO
Provisoire de Marché
Avis de Correction de l’Attribution
Provisoire de Marché
AONR 01 - DOUAO - 2010

Suite à la décision de la commission des marchés de la DOU Alger Ouest en date du 18/04/2011, la Direction des Œuvres universitaires d’Alger-Ouest informe les soumissionnaires ayant participé à l’appel d’offres national restreint N°01/DOU- AO/2010 portant l’approvisionnement des résidences universitaires en denrées alimentaires pour l’exercice 2011, dans le BOMOP ainsi les quotidiens nationaux El Chaâb et El Moudjahid, que l’avis d’attribution provisoire de marché publié le 16 janvier 2011 dans les quotidiens sus-cités, est corrigé pour le marché du lot 6 «Œufs frais» comme suit :

       

Note

Montant Maximum de l’offre (DA)

Critères

Désignation

N° du

Soumissionnaire

technique

Choix

LOT

du Lot

Site

Retenu

/100

   

01

MEBARKI

65

9.174.000,00

Moins

MOHAMED

disant

02

Sarl LA POULE JOYEUSE

64

9.130.000,00

Moins

06

Œufs Frais

disant

03

Sarl LA POULE JOYEUSE

69

10.790.000,00

Moins

disant

04

Sarl LA POULE JOYEUSE

69

11.620.000,00

Moins

disant

Le reste de l’avis d’attribution sans changement Conformément aux dispositions de l’article 114 du décret présidentiel 10-236 du 07/10/2010 portant réglementation des marchés publics, tout soumissionnaire contestant ce choix peut introduire un recours auprès de la commission des marchés publics de wilaya d’Alger dans un délai de dix (10) jours à compter de la première parution du présent avis dans la presse nationale le BOMOP.

El Moudjahid/Pub

ANEP N° 854172 du 15/05/2011

AVIS D’APPEL D’OFFRES A LA CONCURRENCE NATIONAL N°09/2011 La Banque Nationale d’Algérie lance un avis

AVIS D’APPEL D’OFFRES A LA CONCURRENCE NATIONAL

N°09/2011

La Banque Nationale d’Algérie lance un avis d’Appel d’Offres National portant TRAVAUX DE REALISATION DES RESEAUX INFORMATIQUE ET TELEPHONIQUE NOUVELLE AGENCE BNA-AIN SMARA

Seuls les fournisseurs spécialisés dans le domaine du présent avis d’appel d’ofres sont invités à retirer le cahier des charges contre le paiement de la somme de 1.000 Dinars (milles) auprès de :

BNA/DMG/DGP/Sce des Marchés BP/30 27 chemin des Vieillards Bouzaréah/Alger 16340 Tél : 021.90.14.03 Fax : 021.90.16.59

Offre technique comprenant le Dossier administratif composé de :

- Copies légalisées des pièces administratives fiscales et parafiscales prévues par la règlementation en vigeur.

- Bilans des trois derniers exercices.

- Références professionnelles accompagnées d’attestations de bonne exécution.

- Fourniture de documentation technique.

L’offre technique doit être présentée dans une enveloppe interne et contenir la mention

“Offre technique”

Offre financière comprenant :

- Devis quantitatif et estimatif dûment signé par le soumissionnaire.

- Les délais de réalisation.

L’offre financière doit être présentée dans une enveloppe interne et contenir la mention “Offre financière” L’enveloppe extérieure comprenant les deux offres (technique et financière) en double exemplaires, doit être anonyme, sans en-tête, ni sigle, ni cachet, et devra comporter obligatoirement la mention :

“Soumission avis d’Appel d’Offres à la Concurrence National n°09/2011” “TRAVAUX DE REALISATION DES RESEAUX INFORMATIQUE ET TELEPHONIQUE / NOUVELLE AGENCE BNA-AIN SMARA” “A ne pas ouvrir” Et doit être déposée ou adressée par pli recommandé à l’adresse suivante :

BANQUE NATIONALE D’ALGERIE BNA/DMG/DGP/Sce des Marchés BP/30 27 chemin des Vieillards Bouzaréah/Alger 16340

Toute indication susceptible d’identifier le soumissionnaire et toute soumission incomplète entraînera le rejet pu et simple de l’offre. La date limite de dépôt des offres est fixée à 30 jours à compter de la dernière date de parution du présent avis. Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de (120) cent vingt jours à compter de la date limite de dépôt des offres.

El Moudjahid/Pub

ANEP N° 845173 du 15/05/2011

République Algérienne Démocratique et Populaire Wilaya d’Alger Régie Foncière de la Ville d'Alger

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT

Nº05/RFVA/WA/2011

Nº291/DG/2011

Un avis d'appel d'offres national ouvert est lancé par la Régie Foncière de la Ville d'Alger pour :

LES TRAVAUX DU RESTE A REALISER DES 30 LOGEMENTS INCESSIBLES POUR LES FONCTIONNAIRES DE LA WILAYA EN TCE A OULED FAYET - ALGER

Les entreprises qualifiées, intéressées par le présent avis, sont appelées à retirer le cahier des charges auprès de la Régie Foncière de la Ville d'Alger sise à 61, rue Abou Hamou Moussa Télémly - Alger, contre paiement non remboursable de 3 000,00 DA (frais du cahier des charges). Les soumissions accompagnées obligatoirement des pièces et documents légalisés et en cours de validité, exigés par la réglementation en vigueur, contiendront, sous double pli fermé une offre technique et une

offre financière à l’intérieur d’une enveloppe fermée et anonyme portant la mention sui-

vante : Soumission à ne pas ouvrir

Avis d'appel d'offres national ouvert N°05/ RFVA/WA/2011 Projet : 30 logements sociaux Ouled Fayet Les offres doivent être déposées à

l'adresse suivante :

61, rue Abou Hamou Moussa - Télémly - Alger

L'offre technique doit comporter :

- La déclaration à souscrire dûment

renseignée;

- Le présent cahier des charges paraphé par le soumissionnaire annexé de ses

spécifications techniques avec précision des délais de réalisation et indication des montants.

- Le planning et les délais de réalisation

des travaux. - Une copie légalisée du certificat qualifi- cation et classification professionnelles pour

El Moudjahid/Pub

les entreprises qualifiées en bâtiment.

- Une copie légalisée de l’extrait du registre du commerce.

- Les références bancaires.

- Les bilans financiers des trois 03

dernières années.

- Copie légalisées des attestations de mise à jour CNAS, CACOBATPH, CASNOS.

- Extrait de rôle et carte fiscale avec le numéro d’identification fiscale (NIF).

- Copie légalisée de l’extrait du casier

judiciaire du gérant de l’entreprise ou directeur général de la société (selon le cas).

- Liste des moyens humains et matériels à

mettre dans le projet avec justifications diplômes, attestations nominatives de la sécurité sociale, carte grises, factures).

- Attestations de bonne exécution des

travaux délivrés par les maîtres d’ouvrages.

- Statut de l’entreprise (pour les sociétés

dotées de la personnalité morale).

- Copie légalisée de l’attestation de dépôt

légal des comptes sociaux pour les sociétés commerciales dotées de la personnalité morale de droit algérien.

- Copie de la déclaration de probité

(suivant le modèle joint en annexe).

L'offre financière doit comporter :

• La soumission dûment renseignée.

• Le bordereau des prix unitaires dûment

signés et daté par le soumissionnaire.

• Le détail estimatif et quantitatif dûment

signé et daté par le soumissionnaire.

La date limite de dépôt des offres est fixée à

30 jours après la date de parution dans les quo-

tidiens nationaux et le BOMOP à 12h00 mn. L’ouverture, en séance publique, des plis techniques et financiers en présence de

l’ensemble des soumissionnaire, aura lieu à la

Direction de la Régie Foncière de la Ville

d’Alger, le dernier jour correspondant à la date de dépôt des offres à 13h30 mn.

ANEP 845193 du 15/05/2011

14 Publicité EL MOUDJAHID
14
Publicité
EL MOUDJAHID
AVIS D'APPEL D'OFFRE NATIONAL N°005/11/PRT/APPRO/NI L'Entreprise COSIDER CONSTRUCTION lance un Avis d’appel

AVIS D'APPEL D'OFFRE NATIONAL

N°005/11/PRT/APPRO/NI

L'Entreprise COSIDER CONSTRUCTION lance un Avis d’appel d’offres national & International concernant la fourniture de

Lot N°01 : Rond à Béton

Lot N°02 : Treillis à Soudé.

Les soumissionnaires qualifiés et intéressés par le présent Avis peuvent retirer le cahier des charges auprès de la direction générale (Département Approvisionnements) de:

COSIDER CONSTRUCTION ROUTE DE DAR EL BEIDA BP 20B DAR EL BEIDA ALGER Contre paiement de la somme de Trois mille dinars (3000 DA). Les offres doivent parvenir sous double plis fermés, anonymes et accompagnées des pièces administratives exigées par la réglementation en vigueur et envoyées à l'adresse indiquée ci- dessus. L'enveloppe extérieure devra comporter la mention

«SOUMISSON A NE PAS OUVRIR» AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL

N°005/11/PRT/APPRO/NI

Fourniture de : Rond à Béton et Treillis Soudé

La date limite de remise des offres est fixée à Trente (30) jours à compter de la date de la première parution dans la presse. Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 45 jours à compter de la date limite fixée pour la réception des offres.

ANEP N° 853896 du 15/05/2011

El Moudjahid/Pub

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL ET INTERNATIONAL N°02/2011 Un avis d’appel d’offres national et international est

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL ET INTERNATIONAL N°02/2011

Un avis d’appel d’offres national et international est lancé pour la fourniture des moules & accessoires en acier pour tuyaux en béton armé centrifugé pour le compte de TRANS-CANAL OUEST / SPA. Les entreprises intéressées par le présent avis, peuvent retirer le cahier de charges contre paiement de la somme de dix mille dinars (10 000,00) auprès du :

Secrétariat de la commission des marchés Direction Générale de Trans Canal Ouest/Spa Sise à la Zone Industrielle d’Oued-Rhiou (W) Relizane L’offre accompagnée des pièces obligatoires énumérées dans l’instruction aux soumissionnaires est à présenter sous enveloppe principale scellée ne comportant aucune inscription extérieure autre que l’objet de l’appel d’offres, la mention “soumission à ne pas ouvrir”. Cette enveloppe principale doit contenir :

1. Une offre technique insérée dans une enveloppe fermée ne comportant que la mention “Offre technique”. 2 . Une offre financière insérée dans une enveloppe fermée ne comportant que la mention “Offre financière”. Le soumissionnaire doit obligatoirement fournir l’ensemble des pièces citées dans l’instruction, les offres ne seront pas recevables dans les cas suivants :

- Offre parvenue après la date limite des offres.

- Offre identifée.

La date limite des offres est fixée à quarante cinq (45) jours, qui courent à partir

de la date de publication du présent avis. L’offre doit êre déposée dans les délais requis à l’adresse ci-après :

Secrétariat de la commission des marchés Direction Générale de Trans Canal Ouest/Spa Sise à la zone Industrielle d’Oued-Rhiou (W) Relizane.

Les soumissionnaires sont conviés à assister à l’ouverture des plis des offres techniques, qui aura lieu en séance publique, le même jour correspondant à la date limite du dépôt des plis à 14 h 00 à l’adresse précitée. La validité de l’offre est fixée à cent vingt (120) jours à compter de la date limite du dépôt des offres.

El Moudjahid/Pub

ANEP 7262 du 15/05/2011

COSIDER CONSTRUCTION NATIONAL CALL FOR TENDER NOTICE N°005/11/ PRT/APPRO/N.I The COSIDER CONSTRUCTION Company launches a

COSIDER CONSTRUCTION NATIONAL CALL FOR TENDER NOTICE N°005/11/ PRT/APPRO/N.I

The COSIDER CONSTRUCTION Company launches a national and international call for the different projects about the following lots:

Lot N°1 : cément round.

Lot N°2: weld trellis

The specialized tenders qualified and interested with the present

tender may withdraw the charges book before the head quarter (supply department) located at:

COSIDER COSTRUCTION Route de Par cl Beida PB 20B Dar cl Beida Alger Against the payment of three thousand Dinars (3000 DA) Bides must be received under double sealed envelopes, anonymous and accompanied by the required administrative pieces, and shall be sent to the here above address. The envelope shall bear the mention:

«SOUMISSON A NE PAS OUVRIR» AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL N°005/1 1/PRT/APPRO/NI The closing date for offers is no later than thirty (30) days calculated from the date of the present notice publication. The tenders remain committed by their bids during forty five (45) days from the closing date of the present call to tender.

ANEP N° 853896 du 15/05/2011

El Moudjahid/Pub

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT AON Nº 08/AL/DAM/DG/ECDE/2011 L’Entreprise des Ciments et Dérivés
AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT
AON Nº 08/AL/DAM/DG/ECDE/2011
L’Entreprise des Ciments et Dérivés d’Ech-Cheliff (ECDE) lance un avis d’appel
d’offres ouvert à la concurrence national pour :
Fourniture de 70.000 Tonnes de POUZZOLANE
“EXERCICE 2011”
Les soumissionnaires intéressés par le présent avis d’appel d’offres peuvent retirer le cahier
des charges contre le paiement de Trente Mille Dinars (30.000,00 DA) auprès du :
SECRETARIAT DE LA COMMISSION DES MARCHES
CIMENTERIE DE CHLEF
La soumission doit être présentée sous deux enveloppes (Nº 1 et Nº 2) fermées et
portant chacune le nom et l’adresse du candidat :
- Une première enveloppe (Nº 1) fermée, comprenant l’offre technique en trois
exemplaires et portant la mention “Offre technique”.
- Une deuxième enveloppe (Nº 2) fermée, comprenant l’offre financière en trois
exemplaires et portant la mention “Offre financière”.
Les deux enveloppes doivent être contenues dans une même enveloppe extérieure
anonyme fermée et ne portant que la mention suivante :
AON Nº 08/AL/DAM/DG/ECDE/2011
Fourniture de 70.000 Tonnes de POUZZOLANE
“EXERCICE 2011”
“A NE PAS OUVRIR”
ENTREPRISE DES CIMENTS ET DERIVES D’ECH-CHELIFF
SECRETARIAT DE LA COMMISSION DES MARCHES
Chlef - ALGERIE
Tout pli portant une quelconque mention ou indication, à part celle ci-dessus sera rejeté.
Les plis devront être déposées par les soumissionnaires ou leur représentant dûment
mandaté auprès du Secrétariat de la commission des marchés.
La date limite de réception des offres est fixée au 13/06/2011 à 12 h 00. L’ouverture
des plis aura lieu le 13/06/2011 à 14 h 00.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant un délai de (180) cent
quatre vingt jours à compter de la date de clôture.
El Moudjahid/Pub
ANEP 854343 du 15/05/2011

Culture

EL MOUDJAHID

15

Notes de lecture
Notes de lecture

«ALGÉRIE ET MAROC : QUELLES CONVERGENCES ÉCONOMIQUES ? » DE CAMILLE SARI

Plaidoyer pour une intégration économique maghrébine

C’est une espèce de discours de la méthode, une incitation pressante en faveur d’une stratégie d’ intégration maghrébine que l’auteur défend becs et ongles tant il est convaincu de sa nécessité. Il le fait savoir en préambule de son travail.

«E voquer la possibilité

de réaliser une union

Ph. : Nacera
Ph. : Nacera

cadre de sa conférence de presse qu’il a animée à la librairie du Tiers- monde. Dans un contexte de mondia- lisation, et dans un processus de négociations séparées avec l’Europe, l’expansion écono- mique des pays du Maghreb, ne peut se faire que sur la base d’un marché commun. C’est un leitmotiv qu’il rap- pelle sans cesse. Il faut donc un bloc maghrébin autour d’un axe maroco- algérien dans une pre- mière étape. Pour augmenter les échanges, il y a obligation, à préconiser une monnaie commu- ne, le « Dirnham » (contraction des mots dirham et dinar). C’est une sorte une sorte d’ECU qui n’est pas une monnaie fiduciai- re. Les monnaies maghrébines,

indique t-il, sont inconvertibles. Ceci est une anomalie. Selon l’auteur, il faut faire confiance aux intérêts écono- miques convergents. Les deux états doivent se garder de se tourner le dos car le contexte ne le permet plus. Les échanges intermaghré- bins oscillent actuellement autour de 2% alors que la moyenne universelle est de 40% dans une zone économique digne de ce nom. C’est dire le handicap, le fossé à combler. L’intégration est facteur de développement, de créations d’emplois. Elle engendre une dynamique de mobilisation des ressources matérielles et humaines en faveur de la stabili- té sociale et de la paix au Maghreb.

L’économiste n’a pas man- qué de rappeler au cours du débat, des évidences qui coulent comme de l’eau de roche. Elles se résument en définiti- ve sur une nécessité de bâtir une intégration capable de faire gagner en indépendance écono- mique fiable, de développer un tissu d’échanges mutuellement bénéfique. A contrario, l’absence d’une union économique empêche le développement des biens et ser- vices et de capitaux ainsi qu’une circulation des ressources humaines. Le Maghreb demeure le seul endroit au monde qui ne connaît pas de construction régionale et où le commerce inter maghrébin est insignifiant. Dont acte. M. Bouraib

économique et

monétaire à l’échelle maghrébi- ne n’est pas une utopie mais la perspective la plus prometteuse au profit des générations futures. Les dirigeants politiques qui

prendraient l’initiative d’une telle construction inscriraient de leurs empreintes, l’histoire avec un grand H ». Camille Sari, Docteur en finance, Conseiller économique, Enseignant universitaire, assène sa conviction dans le cadre d’un ensemble de soubassements théoriques d’un management de l’intégration. Il évoque des expériences d’intégrations comme l’Union européenne, l’Asean, le Mercosur, au travers d’une investigation qu’il espère la plus exhaustive possible. L’ouvrage est conçu de manière simple et accessible au grand public à l’effet de susciter une adhésion autour de sa thèse, un débat capable de convaincre les décideurs à produire des décisions courageuses dans le sens d’une construction plus rapide et plus poussée d’un pro- cessus d’édification du Grand Maghreb. Didactique, l’ouvrage est axé sur deux objectifs qui consistent à saisir l’importance de ce projet et d’en appréhender les dividendes. Il apporte un éclairage abor- dable sur les structures écono- miques et financières de l’Algérie et du Maroc centré essentiellement sur les questions monétaires. « Un économiste n’a de valeur que s’il émet des proposi- tions » a-t-il déclaré dans le

Parution

«TLEMCEN, CAPITALE MUSULMANE. LE SIÈCLE D’OR DU MAGHREB CENTRAL » DE FATIMA ZOHRA BOUZINA-OUFRIHA

Au cœur d’une prodigieuse destinée

Dans le cadre de la manifestation «Tlemcen capitale de la culture islamique 2011 » qui se déroule actuellement, les édi- tions Dalimen viennent de nous faire parve- nir un essai fort documenté et riche en indi- cations historiques, un regard de recherche qui plonge le lecteur dans la civilisation miroitante de la ville de Tlemcen à l’époque où elle était considérée comme capitale éco- nomique incontournable qui vivait son âge d’or en tant que khalifat musulman. L’ouvrage qui fourmille de références sur l’histoire auréolée autrefois de prestiges nous donne à lire un pan du passé du Maghreb où Tlemcen a brillé dans ses époques Berbère Zénète, Arabe, Ottomane et Musulmane comme capitale de ce qui était alors le Maghreb central et protectrice des différents états successifs qui l’on vu naître dans un contexte de permanence et de conti- nuité depuis sa fondation qui remontrait à la tribu des Beni Ifrène. Son rôle était prédominant dans l’évolu- tion historique de l’occident musul- man « Petite merveille de la nature et du soin de ses différents souverains, elle suscita durant un certain moment un engouement mérité de la part d’auteurs français, après avoir eu les honneurs de nombreux chroni- queurs arabes», écrit l’auteur dans sa préface à l’ouvrage. L’essai très prolifique en matière d’infor- mations nous brosse tout au long des cha-

pitres qui le composent le tableau exhaustif d’une ville florissante au double plan écono- mique et historique en raison de sa proximi- té avec la rive nord. Dans un contexte de richesses spirituelles et savantes, la ville se caractérisait par sa diversification et son dynamisme avec ses activités manufacturières puisqu’elle appro- visionnait amplement le marché interne et se livrait même à l’exportation. C’est essentiel- lement le grand commerce caravanier de l’or qui était un facteur déterminant dans l’essor économique de la région dont le commerce s’imbriquait à celui transméditerranéen des pays de l’Europe. L’apogée de ce siècle d’or atteindra son summum au XI e et XII e siècles avec les empires almoravide et almohade qui ont permis l’éclosion de grands esprits comme la brillante civilisation d’El Andalous qui pénétra le Maghreb et donna naissance à la civilisation hispano-mau- resque «Nous nous sommes attachés dans ce travail à en suivre le développement au Maghreb central qui émerge en tant qu’Etat distinct et dont la capitale Tlemcen connaît alors une destinée prodigieuse grâce à l’ac- tion de l’homme : Yaghmoracen Ibn Zeiyan, emir de la tribu zénète des Beni Abd Abdelwad, qui sut l’élever à ce rang et à cer- tains de ses successeurs qui continuèrent et approfondirent le legs ancestral » commente l’auteur dans sa conclusion . Originaire de Tlemcen cette dernière est licenciée en

. Originaire de Tlemcen cette dernière est licenciée en sciences économiques, en sociologie et en histoire,

sciences économiques, en sociologie et en histoire, cet essai est son premier ouvrage et contribution à l’écriture de l’Histoire. Lynda Graba

De la

critique en

général !

Le propre d’un créateur est d’ac- cepter difficilement la critique. Fondée ou infondée. Pourquoi ? Peut-être un problème de culture… Fonction vitale et névralgique s’il en est, la critique expose à tous les dangers. Surtout si elle est épidermique au lieu de se vouloir plutôt « dermique ». Souvent pris de court par l’actualité, le journaliste qui fait fonction de critique, cette dernière n’étant pas codifiée à proprement parler, se voit ainsi contraint de faire avec sinon de composer avec en répondant et gérant davantage des situations d’urgence que des questions de fond. Encore faut-il, au préalable, disposer de tous les outils nécessaires pour s’éloigner des sentiers puérils et primaires de la vindicte. Et de son corollaire immédiat : les retours de bâtons faute d’une véritable culture de la critique, notamment du malheureux récepteur qui estime à tort ou à raison faire l’objet d’une cabale quand bien même il n’aurait aucun lien de proximité

avec l’auteur de l’écrit. Au vrai et dès l’instant où une œuvre artistique est versée dans le domaine public, elle n’appartient plus tout à fait à son auteur, ce qui offre toute la latitude escomptée aux critiques de la décortiquer. Condition nécessaire mais non suffisante au demeurant puisqu’il n’est pas dit pour autant qu’il existe suffisamment de relais et de passerelles entre les uns et les autres pour « fluidifier » cette même relation qui devrait, dans la logique des choses, tendre particulièrement vers le consensuel et non le conflictuel. C'est-à-dire une critique bête et méchante dictée davantage par quelque animosité malvenue et malséante que par un souci réel de privilégier l’idée sur le sujet. Et s’il est, hélas, bien vrai que par endroits le critique use et abuse de sa notoriété pour casser un créateur, affichant, de surcroît, quelque bonne disponibilité, il n’en demeure pas moins que la finalité essentielle d’une critique n’est pas tant de se livrer à un périlleux exercice d’instinct destructif mais d’identifier les aspects lacunaires qui émaillent l’œuvre considérée aux fins de mieux éclairer le « coupable » sur tous les écueils à éviter. Tant il ne paraît pas élégant de traîner, d’emblée, dans la boue un créateur fut-il à son premier essai. Toujours est-il qu’au fond les deux « protagonistes » sont embarqués dans la même « galère », celle visant quelque part à consolider le tissu culturel par diverses productions de l’esprit. La décantation finissant par s’opérer d’elle-même une fois que le champ culturel s’emplit de tentatives, de créations, d’essais, bref de tout ce qu’est susceptible de regrouper le générique culture. Syntagme parfois faisant fonction de fourre-tout lorsque s’y entassent, pêle-mêle, relents culturels faute de substrat… Mais peut-être importe-t-il de savoir discerner le bon grain de l’ivraie. Et, ce, pour peu évidemment que les règles déontologiques soient clairement établies pour que la critique dont la vocation primordiale est de donner un sens

à un produit, épaisseur et

consistance de sorte à le rendre

plus lisible et plus intelligible et non de le réduire, oserait-on dire,

à sa plus simple expression.

Dont acte Amar Zentar

16 EL MOUDJAHID

DDrrooiitt aauu bbuutt
DDrrooiitt aauu bbuutt

L’ESS

en perte

de vitesse

L e miracle n’a pas eu lieu samedi au stade du 8-Mai-1945 alors que tout le monde croyait à un sursaut de l’Aigle noir, en vain. Même si le

rêve de qualification en phase

de poules en Ligue des cham-

pions d’Afrique était permis, il

fallait le concrétiser sur le ter- rain, avec au moins trois buts dans les filets du Coton Sport.

La mission, avouons-le, n’était

pas impossible même si l’équi- pe camerounaise, qui a fait montre d’une grande combati- vité, a su admirablement contrer les Sétifiens avec une excellente organisation de jeu. D’abord parce que l’équipe camerounaise ne s’est pas contentée de préserver son avantage, ensuite en faisant étalage de ses qualités offen- sives avec de très dangereux contres. Ce qui a amené les coéquipiers de Hocine Metref

à ne pas déserter massive-

ment le compartiment défensif. Disons-le d’emblée, l’ES Sétif n’était pas au mieux de sa

forme. L’équipe sétifienne nous

a habitués à mieux, surtout

lors des grands rendez-vous, mais ses revers en champion- nat et son élimination en coupe d’Algérie, cumulés ces dernières semaines, ont enta- mé le moral de l’équipe. L’ES Sétif est en perte de vitesse et sa lourde défaite au match

aller contre le Coton Sport l’at- teste. En valeur intrinsèque, l’ES Sétif possède un riche effectif, des joueurs de valeur, capables de changer à tout moment le cours d’un match. Il

se trouve que pour ce match

retour, l’Entente n’a pu bénéfi- cier de l’apport de Hadj Aissa

et de Djabou en méforme. Du

coup, c’est toute la machine sétifienne qui s’est enrayée. Si on ajoute le fait que Ghazali, qui a fait son entrée en secon- de mi-temps, a brillé par de lamentables ratages, on com- prend quelque peu l’absence d’efficacité de l’Entente. C’était la paire centrale, Laifaoui et Diss, qui est mon- tée au créneau pour prêter main-forte à l’attaque sétifien- ne. Deux buts ont été inscrits sur deux balles arrêtées, un penalty et un coup franc et dans l’impérative mission d’en rajouter un troisième, synony- me de qualification, l’Entente

s’est jetée corps et âme à l’at- taque dans une totale précipi- tation pour ne pas dire désor- ganisation. L’équipe a multiplié les longues balles à la recherche d’une tête salvatri- ce. Les minutes s’égrènent et même le temps additionnel n’a rien apporté. La prestation de l’ensemble des joueurs de l’Aigle noir était en deçà des attentes pour un match aussi capital. L’Entente en perte de vitesse ne pouvait finalement espérer mieux que cette victoi-

re pour l’honneur. Une conso-

lation, la poursuite de l’aventu-

re africaine en coupe de la

CAF.

Abdel. T.

Sports

ESS 2 - Coton Sport 0

Les Sétifiens n’y ont pas cru!

Sétif, stade du 8-Mai-1945, affluence record, temps clément, éclairage à parfaire, pelou- se en bon état, excellent service d’ordre. Arbitrage de M. Eddie Maillet assisté de Housta Petrousse et Gilbert Lusta. (Seychelles) 4 e arbitre : Jacques André. Commissaire au match : Mohamed Kezaz ( Maroc) Expulsion de Mbongo Ewangué (Coton Sport ) Avertissements à N’damé, Lancina et Amané ( Coton Sport)

Avertissement à Lemouchia ( ESS) Buts pour Sétif : Fahem Bouaza 16’ et Metref 56’.

ESS : Chaouchi, Hachoud, Yakhlef, Diss, Laïfaoui, Lemouchia, Metref, Fahem, Djabou, Hadj Aïssa (Ghazali), Djalit (Benmoussa). Entraîneur : Hadj Mansour.

Coton Sport : Kassali, Oyango, N’damé, Ewandé, Kwin, N’zana, Balokog, Lancina, Mfoutou, Ousmaila (Zimbori), Haman (Mbongo Ewangué). Entraîneur : Denis Lavagne.

F inalement, les Sétifiens de l’Entente ne pourront pas accéder à la phase de poules et ne pourront en vouloir qu’à

eux-mêmes, d’une part pour être revenu de Garoua avec un score, sans appel, de 4 buts à 1 et d’autre part pour avoir géré une ren- contre retour avec très peu de détermination, notamment en première mi-temps à l’issue de laquelle ils donnèrent plutôt l’impression d’être absents en dépit du cœur étalé par deux seuls joueurs, Lemouchia et Metref. Face à une formation du Coton qui ne rele-

vait pourtant pas d’un foudre de guerre au vu de la prestation déployée en ce vendredi soir, les Sétifiens qui naviguaient à vue depuis quelque temps, furent en effet incapables de passer à leur traditionnelle vitesse supérieu-

re durant ce premier half, signe de la fatigue

accumulée ces derniers jours, mais qui n’ex- plique pas au vu de l’impression d’une équi- pe qui avait la tête ailleurs semblant vouloir préserver des acquis qu’elle avait abandon-

nés à Garoua. Comment expliquer sinon cette attitude d’un Djalit qui ne fut que l’ombre de son ombre, ou la nonchalance de Hadj Aïssa qui brilla d’entrée par un raté monumental au cœur d’une équipe qui ne cessa pas d’en- voyer des balles en profondeur en direction de cette citadelle camerounaise, qui n’en demandait pas tant usant du gabarit de Kwin, N’damé ou Oyongo et les autres pour gagner tous les duels aériens et renvoyer

tous ces ballons à l’exception d’un éclair

dans la grisaille qui a permis à Fahem Bouaza de transformer un penalty à la 16’. Visiblement bien sermonnés à la pause,

les locaux abordèrent la seconde mi-temps

avec plus de volonté pour acculer dans leurs derniers retranchements les poulains de Denis Lavagne et trouver une seconde fois le chemin des filets de Kassali à la 56’ suite à un coup franc bien botté par Fahem et repris victorieusement par Metref. A 2 à 0 et alors que nous étions encore dans le premier quart de cette seconde mi- temps, toutes les chances étaient permises, face à cette équipe du Coton Sport qui don- nait l’impression de paniquer, mais, une fois encore, les partenaires de Benmoussa, qui en sait quelque chose, basculèrent dans un excès de précipitation tel qu’ils se mirent à rater toutes les occasions qu’ils se créèrent.

à rater toutes les occasions qu’ils se créèrent. Dans ce décor où ne passait pas inaperçu
à rater toutes les occasions qu’ils se créèrent. Dans ce décor où ne passait pas inaperçu

Dans ce décor où ne passait pas inaperçu un coaching bien en deçà des possibilités et des potentialités que recèle pourtant cette équipe, le miracle ne pouvait se produire et l’Entente de Sétif qui pouvait passer ce cap en dépit de sa lourde défaite à Garoua, n’y a pas cru suffisamment et n’y mit pas d’entrée

n’y a pas cru suffisamment et n’y mit pas d’entrée tout le cœur qu’il fallait pour

tout le cœur qu’il fallait pour suivre le MCA et la JSK. Est-ce alors le début de la fin de l’Aigl noir qui battait ce soir-là de l’aile et ne vol hélas, plus très haut dans le ciel de l’Afrique

F. Z

vol hélas, plus très haut dans le ciel de l’Afrique F. Z JSMB : Djamel Menad

JSMB : Djamel Menad jette l’é

"Il ne pouvait pas rester sans réaction deva de le convaincre de revenir à de meilleur Désormais il n'est plus l'entraîneur de la JSMB équipe et ce n'est de cette manière qu'on le rem entraîneur qui connaît le club comme lui", a devait tenir hier " une réunion extraordinaire p ger général de la JSMB. A l'issue des matches putés vendredi, la JSMB pointe à la 6 e place a

L’ entraîneur de la JSM Béjaia (Ligue 1 algérienne de football), Djamel Menad, a

soir face à l'USM Harrach (0-2), pour le compte de la 22 e journée du champion-

nat professionnel Ligue 1. "J'ai discuté avec Menad juste après la fin de la rencontre, et il m'a informé de sa décision irrévocable de quitter le club, après tout ce qu'il a enduré au

cours du match de la part de certains énergumènes", a affirmé hier le manager général de la JSMB, Hakim Medane, à la radio nationale. Evoquant les véritables raisons de cette démission, Medane, évoque le comportement "désolant" de certaines personnes envers l'ancien attaquant international.

démissionné de son poste, à l'issue de la défaite concédée à domicile vendredi

JSK : Des pistes saoudiennes pou

pour autant que du concret s’ensuive. D’autres diens pour la plupart. Pour le moment, on ne co mais il y a de fortes chances pour que l’un d’eu C’est du moins ce qu’avance l’un de ses agents

F arès Hamiti a montré deux visages cette saison. Celui d’un homme perturbé par ses démêlées avec la justice, d’un buteur en proie au doute qui semblait carrément avoir perdu le Nord, puis d’un attaquant qui enchaîne but sur but. Et comme en football, on a

tendance à trop vite oublier les vérités de la veille, l’ex-Blidéen est devenu depuis peu la cible de beaucoup de clubs d’ici et d’ailleurs. Un club turc était le premier à s’être manifesté, sans

Un club turc était le premier à s’être manifesté, sans ABDELHAK BENCHIKHA DÉVOILE LA LISTE DES

ABDELHAK BENCHIKHA DÉVOILE LA LISTE DES 22 J

Première convocation pour Ferradj, Souda

L e sélectionneur national, Abdelhak Benchikha, a convoqué 22 joueurs pour le match face au Maroc comptant

pour la 4 e journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2012 de football (CAN-2012), prévu le 4 juin à Marrakech. Abdelhak Benchikha a fait appel pour la pre- mière fois au défenseur algérien du Stade Brestois (Ligue 1 française), Brahim Ferradj, ainsi qu'au meilleur buteur du championnat algérien, Hilal Soudani, attaquant de l'ASO Chlef, l'actuel leader de la Ligue 1. Le coach

finaliste de la coupe d'Algérie avec l'USM Harrach. Il a été préféré au portier Faouzi Chaouchi, non-convoqué. Plusieurs joueurs font leur retour chez les "Verts" en prévision de ce derby maghrébin face aux "Lions de l'Atlas" dans le cadre du groupe D des éliminatoires. Adlène Guedioura, Foued Kadir et Karim Matmour qui n'ont pas été convoqués par le sélectionneur national pour le match aller (1- 0) disputé le 27 mars dernier à Annaba pour cause de blessures et manque de compétition, font partie de la liste. En revanche, l'attaquant de Bari, Abdelkader Ghezzal, celui de l'Ittihad Djeddah Abdelmalek Ziaya et le milieu de ter-

rain de Kavala, Djamel Abdoun ne font pas partie des joueurs retenus par Benchikha. De même pour Mohamed Meftah (JSM Béjaia), Djabou Abdelmoumen et Metref Hocine (ES Sétif) qui avaient été retenus pour le match aller. Abdoun, auteur de huit passes décisives cette saison avec Kavala, a été désigné deuxiè- me meilleur joueur de la saison 2010-2011 du championnat de Grèce, rappelle-t-on. En prévision du match Maroc-Algérie, Abdelhak Benchikha animera un point de presse mercredi à 10 h 30 au centre de presse de l'OCO Mohamed Boudiaf d'Alger. Les coéquipiers de Karim Ziani effectueront un stage préparatoire à Murcie (Espagne) du 20

national a également fait confiance pour la première fois au portier Azzeddine Doukha,

Benchikha interdit aux joueurs de trop parler de Maroc-Algérie

Ç a spécule de plus en plus autour du prochain Maroc-Algérie à mesure que la date approche. Ça nous a

amené à entendre des commentaires parfois

triomphalistes de part et d’autre. C’est pra- tiquement les mêmes déclarations qui revien- nent avec la promesse avouée de gagner pour le public et prendre par la même une option sur la qualification. Ceci fait du coup jouer le match avant l’heure ! De quoi exaspérer à la longue le sélectionneur national. Celui-ci a, à force de trop entendre parler du match dans

les journaux et à la radio, demandé à ses

joueurs de ne plus parler du match. Abdelhak Benchikha ne leur pas interdit de ne plus y faire allusion, mais il a insisté néanmoins à ce qu’ils ne versent plus dans des discours euphoriques qui ne feront qu’augmenter la pression déjà à son paroxysme. Il sait que tout ce que disent nos internationaux est retourné trente-six fois au Maroc avant d’être repris parfois d’une manière contraire au sens voulu, et dont l’impact sur le public marocain pourrait être néfaste. C’est la rai- son pour laquelle, Benchikha leur a demandé donc d’être plus modéré dans leurs déclara-

tions. Cette « recommandation » semble avoir été appliquée par les joueurs. Preuve en est, la récente déclaration du capitaine Anthar Yahia dans la presse nationale qui assurait que le match se jouera sur le terrain et non pas dans les journaux. Considéré comme étant le relais du coach auprès du groupe, le défenseur de Bochum semble donc montrer la voie à ses coéquipiers, en bon capitaine qu’il est. Ceci nous amène à penser qu’on nous abreuvera de langue de bois d’ici le match.

A. B.

Dimanche 15 Mai 2011

Sports

rt 0

pas cru !

S ports rt 0 p as cru ! a perçu tout le cœur qu’il fallait pour

aperçu

tout le cœur qu’il fallait pour suivre le MCA

tout le cœur qu’il fallait pour suivre le MCA

ités et

et la JSK.

cette

Est-ce alors le début de la fin de l’Aigle

uire et

noir qui battait ce soir-là de l’aile et ne vole

ce

cap

hélas, plus très haut dans le ciel de l’Afrique ?

,

n’y a

entrée

F. Z.

LIGUE 1 PROFESSIONNELLE, RENCONTRES JOUÉES LE VENDREDI

L’USMH, grand bénéficiaire

V endredi passé se sont jouées quatre rencontres comptant pour la 22 e jour- née de la Ligue 1. Et on ne peut pas