Vous êtes sur la page 1sur 90

RAPPORT DE PROJET DE FIN D’ETUDES

Filière

Ingénieurs en Télécommunications

Option

Réseaux Mobiles

Outil de Planification BSS pour les


Réseaux GSM & GPRS de TUNISIANA

Elaboré par :

Imen HAMZA

Encadré par :

M. Wadii BELLAAJ

M. Sami TABBANE

Année universitaire : 2004/2005


A mon Papa & ma Maman
A ma sœur & mes deux frères
A toute ma famille & mes amis
A mes encadreurs & toute personne qui un jour m’a appris une chose
Remerciements
Au terme de ce travail, je tiens à remercier toute personne ou organisme qui m’a aidée à mener
ce projet et en particulier :

L’Ecole Supérieure des communications de Tunis pour l’attention qu’elle porte à


la formation de ses ingénieurs

Mr AKROUT Adel chef du département réseau d’accès à Orascom Télécoms


Tunisia qui m’a accueilli dans son département durant les quatre mois de stage

Mr BELLAAJ Wadii chef du service architecture BSS d’OTT pour avoir encadrer
ce projet

Mr TABBANE Sami professeur à L’Ecole Supérieure des communications de


Tunis pour avoir superviser ce travail

Les ingénieurs du service architecture BSS de TUNISIANA : Mr CHEMLI Nizar,


Mr HAMDI Naoufel & Mr TRABELSI Kamel pour leur disponibilité et conseils

Mes amis Bessem, Heythem, Malek, Najet, Nouha, Samiha & Radhi

Imen
AVANT – PROPOS

Ce document s’inscrit dans le cadre de mon projet de fin d’études pour l’obtention du
diplôme d’ingénieur en télécommunication de l’Ecole Supérieure des communications de
Tunis.

Il décrit mon travail de quatre mois au sein du service BSS du département réseau d’accès de
la direction technique d’Orascom Telecom Tunisia, le second opérateur de téléphonie mobile
en Tunisie.

Le but de mon projet est de concevoir et réaliser un outil de planification BSS (BSC, PCU,
Ater, Transcodeur) pour les réseaux GSM et GPRS de TUNISIANA.

Cet outil s’appel TBPT comme Tunisiana BSS Planning Tool.


Table des matières

TABLE DES MATIERES


INTRODUCTION GÉNÉRALE ................................................................................................................... 1

CHAPITRE 1 : ETAT DE L’ART...............................................................................................................3

1.1 INTRODUCTION AU RESEAU GSM.........................................................................................................3


1.2 L’EQUIPEMENT BSC .............................................................................................................................5
1.2.1 Le BSC comme décrit par les normes .................................................................................................. 6
1.2.2 Le BSC comme réalisé par les constructeurs ....................................................................................... 7
1.3 EVOLUTION DES SERVICES DE TRANSMISSIONS DE DONNEES SUR VOIE RADIO.....................................10
1.3.1 Evolution des réseaux cellulaires ....................................................................................................... 11
1.3.2 Exemple de norme de transmission de données sur voie radio : GPRS ............................................. 12
1.4 LE DIMENSIONNEMENT DU BSS ..........................................................................................................14
1.4.1 Règles théoriques de dimensionnement du BSS ................................................................................ 15
1.4.2 Règles pratiques de dimensionnement du BSS .................................................................................. 16
CHAPITRE 2 : ETUDE DE L’EXISTANT POUR LE DIMENSIONNEMENT BSS.................... 19

2.1 PROBLEMATIQUE.................................................................................................................................19
2.2 ETUDE DE L’EXISTANT ........................................................................................................................21
2.2.1 Solutions externes .............................................................................................................................. 21
2.2.2 Solutions internes ............................................................................................................................... 25
CONCLUSION.....................................................................................................................................................28
CHAPITRE 3 : SPÉCIFICATION DES BESOINS ............................................................................. 29

INTRODUCTION .................................................................................................................................................29
3.1 SPECIFICATION GENERALE ..................................................................................................................29
3.2 SPECIFICATION DETAILLEE .................................................................................................................30
3.2.1 BF: Saisie des données....................................................................................................................... 30
3.2.2 BF: Traitement des données............................................................................................................... 32
3.2.3 BF : Présentation & exploitation des résultats ................................................................................... 40
CONCLUSION.....................................................................................................................................................42
CHAPITRE 4 : CONCEPTION ............................................................................................................... 43

INTRODUCTION .................................................................................................................................................43
4.1 CONCEPTION DES MODELES.................................................................................................................43
4.1.1 Modélisation des liens SS7 ................................................................................................................ 43
4.1.2 Modèle de dimensionnement de l’évolution du trafic en été.............................................................. 48
4.2 CONCEPTION DE L’OUTIL.....................................................................................................................52
4.2.1 Choix de l’architecture ....................................................................................................................... 52
4.2.2 Conception de la base de données...................................................................................................... 53
CONCLUSION.....................................................................................................................................................57
CHAPITRE 5 : RÉALISATION .............................................................................................................. 58

i
Table des matières

INTRODUCTION .................................................................................................................................................58
5.1 ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL ............................................................................................................58
5.2 CHOIX TECHNIQUES DE REALISATION ..................................................................................................59
5.3 LES INTERFACES HOMME MACHINE....................................................................................................60
CONCLUSION .....................................................................................................................................................64
CONCLUSION GÉNÉRALE....................................................................................................................... 65

BIBLIOGRAPHIE ........................................................................................................................................ 66

ANNEXE 1: LA SIGNALISATION SS7 ....................................................................................................... 67

ANNEXE 2: LE GPRS .................................................................................................................................. 73

ANNEXE 3: EDGE....................................................................................................................................... 77

ii
Liste des figures

LISTE DES FIGURES

Figure I - 1: Architecture du Réseau GSM ................................................................................ 4


Figure I - 2: Schéma synoptique d'un BSC................................................................................ 6
Figure I - 3: Schéma synoptique du BSC ALCATEL [4].......................................................... 7
Figure I - 4: schéma du BSC Siemens [5].................................................................................. 8
Figure I - 5: Architecture et composants du BSC ZXG10 [9] ................................................... 9
Figure I - 6 : Evolution des services télécoms et Internet d’après l’UMTS Forum [6] ........... 11
Figure I - 7: Evolution des réseaux cellulaires......................................................................... 12
Figure I - 8: Architecture du réseau GPRS .............................................................................. 13

Figure II - 1: Présentation d’un modèle de la partie fixe d’un réseau cellulaire [10] .............. 23
Figure II - 2: Une interface du BSS Planner [11] .................................................................... 24
Figure II - 3: Interface du Signalling planner [11]................................................................... 24
Figure II - 4: Schéma de la solution ALCATEL...................................................................... 25
Figure II - 5: Processus de dimensionnement utilisé ............................................................... 26

Figure III - 1: Processus de traitement des données pour le dimensionnement BSS............... 32

Figure IV - 1: Evolution de la charge des liens SS7 selon le trafic SDCCH pour 5 liens ....... 44
Figure IV - 2: Estimation de la charge SS7 sur 5 liens............................................................ 45
Figure IV - 3: Estimation de l'évolution de la charge SS7 pour 2, 3, 4, 5 et 6 liens................ 45
Figure IV - 4: Modèle de dimensionnement des liens SS7 selon le trafic SDCCH................. 46
Figure IV - 5 : Evolution du SDCCH en fonction du TCH de 01/03/05 à 06/04/05 ............... 47
Figure IV - 6: Comparaison entre SDCCH estimé & SDCCH réel ......................................... 47
Figure IV - 7: Modèle de dimensionnement des liens SS7 selon le trafic TCH...................... 48
Figure IV - 8: Evolution du nombre des abonnés et du trafic en été dans la zone de Nabeul . 49
Figure IV - 9: Evolution du nombre des abonnés et du trafic en été dans la zone du Marsa .. 50

iii
Liste des figures

Figure IV - 10: Evolution du nombre des abonnés et du trafic en été dans la zone de Gabes. 50
Figure IV - 11: Schéma de la base de données ........................................................................ 57

Figure V - 1: Interface d'accueil du TBPT............................................................................... 60


Figure V - 2: choix de l'action ................................................................................................. 61
Figure V - 3: Choix de la source des données ......................................................................... 61
Figure V - 4: Téléchargement des données.............................................................................. 62
Figure V - 5: Les options de visualisation géographique offertes par le TBPT ...................... 63
Figure V - 6: Visualisation de la topologie existante............................................................... 63
Figure V - 7: Affichage géographique du résultat de dimensionnement ................................. 64

iv
Liste des Tableaux

LISTE DES TABLEAUX


Tableau I - 1 : Caractéristiques fondamentales des systèmes GSM [3] ..................................... 4
Tableau I - 2: Capacités du BSC Alcatel 9120 [7]..................................................................... 8
Tableau I - 3: Capacités du BSC Siemens ................................................................................. 9
Tableau I - 4: caractéristiques du BSC proposé par ZTE [9]................................................... 10
Tableau I - 5: Les débits offerts par le GPRS .......................................................................... 12
Tableau I - 6 : Capacités du BSC Alcatel par configuration [4].............................................. 16

Tableau IV - 1: Description de la table BTS............................................................................ 54


Tableau IV - 2: Description de la table BSC ........................................................................... 55
Tableau IV - 3: Description de la table MSC .......................................................................... 55
Tableau IV - 4: Description de la table Transcodeur............................................................... 56
Tableau IV - 5: Description de la table Fournisseur ................................................................ 56
Tableau IV - 6: Description de la table événement.................................................................. 56

v
Acronymes

ACRONYMES
A
AMS Attached Mobile Station
AUC Authentification Centre
B
BF Besoin Fonctionnel
BNF Besoin Non Fonctionnel
BSC Base Station Controller
BSS Base Station Sub-System
BSSAp BSS Application part
BSSGP BSS GPRS Protocol
BSSMAP BSS Management Application Part
BTS Base Transceiver Station
BTSM BTS Management Part
C
CCU Channel Codec Unit
CI Cell Identity
CM Connection Management
CS Coding Schema
D
DPC Destination Point Code
DTAP Direct Transfer Application Part
E
EDGE Enhanced Data Rates for GSM Evolution
EIR Equipement Identity Center
F
FR Full Rate
G
GGSN Gateway GPRS Support Node
GMSK Gaussien Minimum Shift Keying
GPRS General Paquet Radio Service
GSM Global System for Mobile Communications
GTP GPRS Tunneling Protocol
H
HLR Home Location Register
HR Half Rate
I
IP Internet Protocol
ISUP ISDN User Part
IT Intervalle de Temps
L
LA Location Area
LAC Location Area Code
LAPD Link Access Protocol on the D channel
LAPDm Link Access Protocol on the Dm channel

vi
Acronymes

LLC Logical Link Channel

M
MAC Medium Access Channel
MAP Mobile Application Part
MIC Modulation par impulsion et codage
MM Mobility Management
MS Mobile Station
MSC Mobile-services Switching centre
N
NSS Network Sub-System
O
OMC Operation and Maintenance Centre
OTT Orascom Telecom Tunisia
P
PCM Pulse Codec Modulation
PCU Paquet Control Unit
PLMN Public Land Mobile Network
PPLD LAPD Pre-processor
PSTN Public Switched Telephone Network
Q
QTLP Quad Trunk Line Peripheral
R
RLC Radio Control Link
RR Radio Ressource management
S
SAPI Service Access Point Identifier
SCCP Signalling Connection Control Part
SDCCH Stand alone Dedicated Control channel
SGSN Serving GPRS Support Node
SIG Système d’information géographique
SMS Short Message Service
SNDCP Subnet Dependent Convergence Protocol
SS7 Signalisation Sémaphore n°7
T
TC TransCoder
TCH Traffic CHannel
TCH Traffic CHannel
TCP Transport Control Protocol
TRAU Transcoder/Rate Adaptator Unit
TRx Marériel d'emission réception
TSU Terminal Sub Unit
U
UDP User Datagram Protocol
Um interface mobile BTS
V
VLR Visitor Location Register

vii
Introduction Générale

Introduction Générale

Dans le panorama des systèmes de télécommunication, les réseaux mobiles occupent,


notamment depuis leur apparition, une place plus importante en terme de recherche et
d’investissement. Les travaux menés par les groupes de recherche ont fourni plusieurs normes
dont la plus importante est la norme « Global System for Mobile Communication GSM ».
Avec plus d’un milliard d’abonnés, la norme GSM est désormais la norme cellulaire la plus
répandue dans le monde. En parallèle au succès de ce réseau et avec la croissance de la
demande des services de transmission de données, de nouvelles technologies qui intègrent à
la fois le service voix et le service données sont apparues. Parmi ces nouvelles technologies,
on cite la technologie GPRS et la technologie EDGE qui sont une évolution de la norme GSM
et sont basées sur son infrastructure.
Cette évolution continue des services et du nombre des abonnés nécessite une mise à jour
permanente des ressources du réseau. En effet cette mise à jour, qu’on appelle aussi
dimensionnement, permet de recenser la quantité et la qualité des ressources à déployer à fin
d’absorber le flux de trafic généré par les abonnés dans l’ensemble des services offerts.
Si le dimensionnement permet de recenser les ressources à ajouter, leur intégration dans le
réseau nécessite une analyse de son architecture. Cette analyse permet de déployer les
nouvelles ressources dans l’emplacement adéquat avec les quantités optimales ; c’est l’étape
de planification.
Dans la perspective où un réseau GSM ou GPRS se compose d’un sous-système radio, un
sous-système réseau et un sous-système de données, les opérations de dimensionnement et de
planification varient d’un sous-système à un autre vue la diversité des tâches qu’assure
chacun. Dans le présent projet, on va se focaliser sur le dimensionnement et la planification
du sous-système radio et plus précisément au niveau du BSC, transcodeur, PCU, liens de
transmission Ater et de signalisation SS7.
En un premier volet, on va introduire le réseau GSM, et se focaliser sur l’équipement BSC.
Par la suite, on va présenter le réseau GPRS en tant que technologie de transmission de
données sur voie radio. Puis, on s’orientera vers les règles de dimensionnement du BSS sur le

1
Introduction Générale

plan théorique et pratique. En un second volet, on va étudier quelques méthodes utilisées


pour le dimensionnement BSS à fin de définir le processus à suivre durant cette opération ; ce
processus sera présenté dans le chapitre de spécification. Au niveau du chapitre conception,
on va décrire les modèles conçus pour le dimensionnement et dont la nécessité à été dégagée
au cours de la spécification, comme on va décrire la base de données à implémenter. On va
finir par un chapitre réalisation où l’on présente l’environnement de travail et les interfaces de
l’outil de planification qui a été développé.

2
Chapitre 1 : Etat de l’art

Chapitre 1 : Etat de l’art

Introduction

La réalisation d’un projet passe en premier lieu par une étude des aspects
autours des quels tourne son thème. Et vue qu’il s’agit dans ce cas d’un projet
de dimensionnement du hardware BSS pour les réseaux GSM et GPRS, on va
commencer par une introduction générale du réseau GSM. Par la suite, on va
faire une étude sur les BSC d’un point de vue conceptuel et réalisation vue
que le BSC est l’organe le plus intelligent du BSS. Après une présentation de
l’évolution des services de transmission de données sur voix radio et la prise
en considération du réseau GPRS, on entamera la partie spécification des
règes de dimensionnement du BSS d’un point de vue théorique et d’un point
de vue pratique.

1.1 Introduction au réseau GSM

La recommandation GSM d’origine prévoit, pour les communications mobiles, une bande de
fréquences commune qui se situe aux environs de 900 MHz. Les systèmes qui utilisent la
bande de 900 MHz sont appelés systèmes GSM 900. Pour offrir une meilleure couverture
dans les zones urbaines à densité de population élevée, une deuxième bande a été réservée,
qui se situe dans les 1800 MHz ; on appelle ce système GSM 1800. Ce système utilise les
normes GSM en les exploitant dans cette bande de fréquences plus élevées. Les
caractéristiques de base du système des réseaux GSM sont indiquées dans le tableau suivant.

3
Chapitre 1 : Etat de l’art

Paramètres Valeurs

Bande de fréquences Liaison ascendante : 890 à 915 MHz


GSM 900 Liaison descendante : 935 à 960 MHz

Bande de fréquences Liaison ascendante : 1710 à 1785 MHz


GSM 1800 Liaison descendante : 1805 à 1880 MHz

Distance en duplex GSM 900 45 MHz

GSM 1800 95 MHz

Ecart entre porteuses 200 kHz

Modulation à déplacement minimal à filtre gaussien


Modulation
(GMSK)

Débit de transmission 270 kbits/s

Méthode d’Accès multiple par répartition dans le temps (AMRT, ou TDMA en anglais)

Tableau I - 1 : Caractéristiques fondamentales des systèmes GSM [3]

Architecture du réseau GSM


Le réseau GSM, comme présenté par la figure, se compose de deux sous-systèmes:
o Le Sous–Système de Station de Base (BSS)
o Le Sous–Système Réseau (NSS)

BTS Abis H E A
L I U
MSC
R R C
BTS
B Ater A V D F H
Abis S TC L
C R
Abis
BTS
Abis
BTS D
E
Um
BTS Abis

BTS
B Ater A V
Abis S TC L
C R
Abis MSC E
BTS
Abs GMSC
BTS
BSS NSS

Figure I - 1: Architecture du Réseau GSM

4
Chapitre 1 : Etat de l’art

Sous–Système de Station de Base


Le Sous–Système de Station de Base (BSS) prend en charge l’Interface Air et relie les
mobiles à la partie commutation du réseau GSM. Les équipements qui composent le BSS
sont :
o La Station Emetteur–Récepteur de Base (BTS) qui assure les liaisons radio entre les
mobiles et le BSS
o Le Contrôleur de Station de Base (BSC) qui contrôle les BTS
o Le Transcodeur (TC) situé entre le BSC et le NSS qui adapte le débit de la partie radio
égal à 16 Kbit/s au débit 64Kbit/s déchiffrable par le MSC.

Sous–Système Réseau (NSS)


Le Système Réseau a pour principale fonction de gérer les communications à l’intérieur du
réseau GSM et les communications avec le réseau téléphonique public. Le NSS gère les bases
de données d’administration des abonnés.
Un NSS comprend :
o Le Centre de commutation des mobiles, qui coordonne l’établissement des appels
sortants ou entrants pour les abonnés GSM
o Le Registre de Localisation Nominal (HLR), base de données centrale d’un réseau
donné pour les données propres aux abonnés
o Le Registre de Localisation des Visiteurs (VLR), qui mémorise provisoirement les
informations concernant les mobiles qui pénètrent dans sa zone de couverture
o Le Centre d’Authentification (AuC), qui gère les données de sécurité utilisées pour
l’authentification (vérification de l’identité) de l’abonné
o Le Registre d’Identité des Equipements (EIR), qui contient les listes des identités des
équipements mobiles.

1.2 L’équipement BSC


Le BSC est l’équipement le plus intelligent du sous système de base du réseau GSM. Dans ce
qui suit, on propose une description des caractéristiques de cet équipement de deux point de
vues ; le point de vue norme et le point de vue réalisation.

5
Chapitre 1 : Etat de l’art

1.2.1 Le BSC comme décrit par les normes

1.2.1.1 Rôle du BSC


Les fonctions qu’assurent le BSC peuvent être classées selon le type d’équipement auquel il
est connecté.
Du côté de la BTS, le BSC assure la gestion des ressources radio à savoir l’allocation des
ressources radio, le contrôle de la puissance d’émission de la BTS et du mobile suivant les
mesures rapportées sur le canal SACCH, l’exécution des handover et évidement
l’acheminement du trafic vers le mobile ou vers le réseau cœur.
Du côté du MSC, le BSC joue le rôle d’un concentrateur de trafic et de signalisation sur
l’interface Ater [1].
Du côté du SGSN, le rôle du BSC est joué par le PCU qui assure l’accès, l’allocation et la
gestion du canal de données au mobile.
A fin de parvenir à assurer toutes ces fonctions, le BSC est aussi doté d’une fonction de
commutation entre ses différentes interfaces qui sont l’interface Abis, l’interface Ater et
l’interface Gb.

1.2.1.2 Architecture d’un BSC


Les différentes fonctionnalités d’un BSC sont réalisées par un ensemble de modules qu’il
intègre. La figure ci-jointe représente ces principaux composants.

Interface
O&M

Interface
Interface
A ter
Abis

Interface
Gb

Processeur Processeur Processeur PCU


Général SS7 LAPD

Figure I - 2: Schéma synoptique d'un BSC

6
Chapitre 1 : Etat de l’art

1.2.1.3 Les capacités d’un BSC


Les capacités d’un BSC dépendent de deux facteurs qui sont les cartes utilisées et le software
d’administration.
L’impact de ces deux facteurs sur les cartes qui gèrent les interfaces se traduit par une
capacité maximale en terme de liens de connexions avec l’équipement approprié du réseau
(BTS, MSC, SGSN).
La rapidité du processeur SS7 détermine le nombre maximal de tentatives d’appel en heure
chargé. Au niveau du PCU, l’influence de cette rapidité se traduit par une capacité maximale
de traitement simultané de paquets de données. Quant au processeur LAPD, il agit sur le
nombre maximal de TRx, cellules et BTS que peuvent supporter le BSC.
On en déduit alors que la capacité d’un BSC a trois aspects :
• L’aspect connexion qui traduit par le nombre de pores disponibles sur les
interfaces Abis, Ater et Gb.
• L’aspect réseau qui se manifeste par une capacité maximale en terme de gestion de
BTS, cellules et TRx.
• L’aspect trafic qui se traduit par une capacité maximale de traitement simultané de
tentatives d’appels et de PDCH.

1.2.2 Le BSC comme réalisé par les constructeurs

1.2.2.1 Le BSC Alcatel


Le constructeur Alcatel propose le BSC Alcatel 9120. L’ensemble des cartes de ce BSC sont
dites TSU comme Terminal sub-unit. Le schéma ci-joint illustre la connectivité entre ces
différentes cartes.

Figure I - 3: Schéma synoptique du BSC ALCATEL [4]

7
Chapitre 1 : Etat de l’art

Un TSU Abis connecte 6 jonctions Abis. Dans ce TSU se trouve la carte BIUA (BTS
Interface Unit type A). Une BIUA gère 8 TCUC. Un TCUC prend en charge 4 TRx FR ou 2
TRx HR.
Le TSU commun assure les fonctions de traitement de la signalisation SS7 et du protocole
LAPD.
Un TSU Ater se compose de 8 DCUC. A la sortie du DCUC, on récupère un lien Ater.
Chaque 4 liens Ater sont multiplexés par le ASMB pour former deux AterMux à un débit de 8
Mbit/s.
On remarque que ce BSC ne contient pas de PCU. En effet, la solution Alcatel pour le GPRS
propose l’intégration d’un nouvel équipement, le MFS, qui peut renfermer jusqu’à 35 PCU
(dits GPU) avec une capacité de traitement simultané de 240 PDCH chacun. Plusieurs BSC
peuvent se connecter au même MFS.
Dans le tableau suivant, on résume les différentes capacités de ce BSC :

Caractéristique Capacité
Nombre de TRX 448 TRx
Nombre de BTS 255 BTS
Trafic 2000 Erlangs
Tentatives d’appels en heure de pointe 180,000 BHCA
Nombre d’interfaces A 192 interfaces
Tableau I - 2: Capacités du BSC Alcatel 9120 [7]

1.2.2.2 Le BSC Siemens


Le dernier BSC proposé par le constructeur Siemens a l’architecture suivante :

Figure I - 4: schéma du BSC Siemens [5]

8
Chapitre 1 : Etat de l’art

Les modules QTLP gèrent l’interfaçage du BSC avec les autres équipements du réseau. Ils
supervisent les liens PCM qu’ils soient configurés Abis, Ater, Gb ou O&M. Chaque QTLP
renferme 4 connexions.
Les modules PPXX représentent les processeurs SS7, LAPD et PCU. Suivant leur
configuration logique, ils assurent la fonction de l’un de ces processeurs. Un PPXU (PPXX
configuré PCU) gère 1408 PDTCH.
Au niveau de ce BSC, la commutation est assurée par le SNAP (Switching Network
Advanced Performance).
L’ensemble des capacités de ce BSC est résumé par le tableau suivant :

Caractéristique Capacité
Trafic 4800 Erlang
Nombre de TRx 900
Nombre de cellules 400
Nombre de PCM Abis 70 PCM
Nombre de PCM Ater 36 PCM
Nombre de PCM Gb 16 PCM
Tableau I - 3: Capacités du BSC Siemens

1.2.2.3 Le BSC ZTE


ZTE propose le BSC ZXG10. Ces différents composants sont décrits par la figure suivante.
On y remarque l’intégration du transcodeur au niveau du BSC.

SCM:System Control Module


RMM: Radio resources Management Module
BOSN:Bit-Oriented Switching Network
OMC:Operation and Maintenance Center

Figure I - 5: Architecture et composants du BSC ZXG10 [9]

9
Chapitre 1 : Etat de l’art

Le tableau si dessous récapitule les différentes caractéristiques de ce BSC où l’on remarque


qu’il peut gérer un grand nombre de TRx. Par rapport aux deux autres BSC décrits.

Caractéristique Capacité
Nombre de TRx 2048 TRXs
Nombre de BTS 1024 BTSs
Trafic 9600 Erlangs
Nombre de tentatives d’appels en heure chargée 800 K BHCA
Nombre de PCM Abis 640 PCM
Nombre de PCM A 512 PCM

Tableau I - 4: caractéristiques du BSC proposé par ZTE [9]

1.2.2.4 Comparaison
On remarque que les BSC Siemens et ZTE ont des capacités beaucoup plus importantes que
le BSC Alcatel. Cet aspect rend les deux premiers plus aptes à supporter le trafic dans les
zones à haute densité et plus précisément dans les grandes villes. Le BSC Alcatel convient à
être utilisé dans les zones à faible concentration de BTS.
Le BSC ZTE intègre la fonction de transcodage. Il est alors mieux de le placer à côté du
MSC ; ceci réduit le coût des liens de transmission vue qu’entre l’interface Ater et l’interface
A, le nombre de canaux de transmission est multiplié par 4.

1.3 Evolution des services de transmissions de données sur voie


radio
Le monde des télécommunications témoigne d’une croissance au niveau de la demande de
services de transmission de données. Cette croissance dépasse celle de la demande de services
de voix comme on peut le voire sur la figure 7 qui est basée sur les statistiques et les
estimations publiés par l’UMTS forum. En effet, on remarque que le taux d’augmentation des
abonnés à Internet dépasse celui des abonnés au téléphone fixe. Et quoique l’évolution en
terme de demandeurs de services mobiles de parole reste la plus importante, on remarque une
nette croissance en terme de demande de services multimédia sur voie radio et ceci grâce à
l’évolution du débit offerts par les réseaux cellulaires mobiles.

10
Chapitre 1 : Etat de l’art

Figure I - 6 : Evolution des services télécoms et Internet d’après l’UMTS Forum [6]

1.3.1 Evolution des réseaux cellulaires


Les premiers réseaux cellulaires ont étaient mis en service vers le début des années 1980. Ils
fonctionnaient en mode analogique. Avec l’intégration du mode numérique, il est devenu
possible d’offrir les services de transmission de données et l’on est passé aux réseaux de
deuxième génération. Les débits disponibles en cette phase étaient inférieurs ou égaux à 9.6
Kbit/s.
La forte demande sur les services de données d’une part et la saturation du marché mobile de
deuxième génération d’autre part ont poussé les investisseurs de la téléphonie mobile à
s’orienter vers l’amélioration des débits de transmission sur voix radio. En conséquence, on a
vue la mise en service des réseaux dits de la génération 2.5 qui offrent des débits avoisinant
les 100 Kbit/s.
Dans cette même perspective et à fin de permettre l’accès mobile aux services multimédia, on
assiste en cette période au déploiement et à la mise en service des réseaux de 2.75 et troisième
génération qui offrent un débit théorique de 2 Mbit/s.
En cette figure, on récapitule l’évolution des réseaux mobiles avec le débit de transmission de
données qu’offre chacun.

11
Chapitre 1 : Etat de l’art

2.75 G 3G
2.5 G
2G
1G
GPRS WCDMA
GSM UMTS
EDGE

NMT TDMA TD-


SCDMA
GSM/
GPRS
iDEN
TACS
CDMA
PDC 2000
iDEN

AMPS CDMA
CDMA 1*RTT
PHS
PHS 2003-2004+
2003+
2001+
1992-2000+
1984-1996+

Figure I - 7: Evolution des réseaux cellulaires

1.3.2 Exemple de norme de transmission de données sur voie radio : GPRS


Parmi les réseaux de transmission de données sur voie radio, on a choisi de prendre le cas du
GPRS avec de plus amples détailles. En effet, en cette période en Tunisie, c’est la technologie
qui vient d’être utilisée.

1.3.2.1 Les caractéristiques du GPRS


Le GPRS est un réseau de transmission de données à commutation de paquets. Par rapport au
GSM, il introduit la possibilité d’utilisation de plusieurs TS par utilisateur et offre un débit
plus important par TS. Les différents débits disponibles avec le GPRS sont présentés dans le
tableau suivant :

Type de codage Débit sur un slot (Kbit/s) Débit sur 8 slots


CS1 9.05 72.4
SC2 13.4 107.2
SC3 15.6 124.8
SC4 21.4 171.2

Tableau I - 5: Les débits offerts par le GPRS


La mise en service du GPRS passe par la réutilisation du réseau d’accès du GSM en
particulier l’interface Um, la BTS et généralement l’interface Abis et le BSC. A côté de la

12
Chapitre 1 : Etat de l’art

réutilisation de ces ressources, de nouveaux équipement doivent être mis en service qui sont :
le CCU au niveau de la BTS, le PCU généralement placé au niveau du BSC et les routeurs
SGSN et GGSN qui forment le réseau de données. Dans le schéma suivant, on présente la
distribution des équipements qui forment le réseau GPRS avec ses différentes interfaces.

BTS Abis
MSC
BTS
B Ater A V H
Abis S TC L L
C R R
Um PCU

Gs
Gr
Gb

Gi RTCP
Gn

SGSN GGSN Gp
Autres réseaux
cellulaires

Figure I - 8: Architecture du réseau GPRS

1.3.2.2 Impact de l’introduction du GPRS


Comme on l’a déjà mentionné, le réseau GPRS réutilise des ressources du réseau GSM. Cette
réutilisation nécessite la mise à jour de ces ressources. Dans ce qui suit, on cite les
principales modifications à envisager.

Impact sur les liens de transmission


Au niveau de l’interface Um, il faut faire la distinction entre les IT GSM et le IT GPRS. Le
nombre de PDCH configurés au niveau de chaque cellule dépend du nombre des abonnés, les
services disponibles et la qualité de service offerte.
Comme le PCU est généralement placé au niveau du BSC, le trafic GPRS passe par
l’interface Abis. Un IT Abis a un débit de 64 Kbit/s. Comme une trame radio en GSM a un
débit maximal de 16 Kbit/s, cet IT est partagé entre 4 TS radio.
En GPRS, avec les codages CS1 et CS2, on ne note pas de modification de la configuration
de l’interface Abis vue que le débit reste inférieure à 16 Kbit/s (12 Kbit/s).

13
Chapitre 1 : Etat de l’art

Avec les codages CS3 et CS4, on peut atteindre 21.4 Kbit/s et un IT Abis ne plus être partagé
entre 4 IT radio. D’où l’on doit ajouter des liens sur cette interface et faire recours à
l’allocation dynamique des canaux Abis.
L’impact sur l’interface Ater dépend de la solution de connexion PCU – SGSN adoptée :
• Solution dédiée : Le trafic GPRS de l’interface Gb passe directement vers le
SGSN sur des PCM dédiés pour les données.
• Solution mixte : Le trafic GPRS est multiplexé avec le trafic GSM sur l’interface
Ater avant d’arriver au SGSN.
D’où, dans le cas de l’adoption de la solution mixte, il devient indispensable d’ajouter des
liens PCM au niveau de l’interface Ater. Le nombre de liens à ajouter dépend du trafic GPRS
maximal estimé.

Impact sur les équipements mis en service


L’intégration du GPRS nécessite la mise en service du CCU au niveau de la BTS pour que ce
dernier devienne capable de décoder les paquets GPRS.
Pour qu’un BSC deviennent de la génération 2.5, on lui ajoute l’équipement PCU. Le nombre
de PCU à prévoir par BSC dépend du nombre de PDCH estimés.

1.4 Le dimensionnement du BSS


Le dimensionnement d’un réseau cellulaire est une opération qui se fait au début du cycle de
vie de ce réseau. Elle permet de déterminer le volume d’équipements, de logiciels et de
capacités à acquérir et à déployer dans le but de fournir les services mobiles avec la qualité
prédéfinie.
Une fois le réseau est en service, le dimensionnement devient une tâche périodique qui
permet d’ajuster les ressources du réseau selon son évolution. Cette évolution peut se mesurer
en terme de services offerts, nombres des abonnés et parfois même en terme d’équipements
utilisés.
Un réseau cellulaire se compose de deux sous-systèmes : Le sous système de base et le sous-
système réseau. Le sous-système de base est essentiellement composé des BTS, BSC, PCU,
transcodeurs et les liens de transmission.
Le dimensionnement de ces équipements respecte un certain nombre de règles qui sont
spécifiques aux normes dont principalement la norme GSM et GPRS.
L’application de ces règles nécessite une connaissance des capacités et caractéristiques des
équipements qui seront mises en service. En effet, chaque constructeur a sa propre façon de

14
Chapitre 1 : Etat de l’art

concevoir son matériel. On en déduit que le dimensionnement pratique du BSS se base à la


fois sur les exigences de la norme et sur la traduction de ces exigences selon les
caractéristiques des équipements utilisés.
Dans ce qui suit, on propose une présentation des règles de dimensionnement générales du
BSS par la suite on va définir les règles de dimensionnement pratique selon les
caractéristiques des équipements utilisés.

1.4.1 Règles théoriques de dimensionnement du BSS


Dans cette partie, on récapitule les règles de dimensionnement du BSS tel elles ont été
spécifiées par la norme.

1.4.1.1 Le dimensionnement du BSC


Comme on a vue lors de la description des BSC disponibles sur le marché, on trouve des
BSC à grandes capacités et des BSC à faible capacité.
Les BSC à grandes capacités sont utilisé dans les zones à fortes densités d’équipement. Ainsi,
il sone capables de concentrer le trafic de plusieurs BTS qui sont prêt les une des autres.
Les BSC à faibles capacités sont utilisés dans les zones rurales où les BTS sont moins denses
et moins nombreuses [1].
Une fois le type de BSC est choisi, le dimensionnement de cet équipement se traduit par
l’activation ou l’ajout du nombre adéquat de modules selon la charge du réseau (nombre de
BTS, TRx …).

1.4.1.2 Le dimensionnement des liens de transmission sur l’interface Ater


Le support de transmission utilisé sur l’interface Ater est appelé lien MIC. Un lien MIC
véhicule 32 trames à 64 Kbit/s de débit ; il a donc un débit total de 2 Mbit/s.
Parmi ces 32 trames, 30 seulement sont disponibles pour l’utilisateur et ceci pour des raisons
de synchronisation et de signalisation [2].
Comme conséquence de l’égalité de débit entre l’interface Abis et l’interface Ater, le nombre
d’IT entre ces deux interfaces est égal. On a donc :
( ITAbis )
Nb Liens MIC Ater =
30

1.4.1.3 Le dimensionnement du transcodeur


Le rôle du transcodeur est de coder la voix de 16 Kbit/s à 64 Kbit/s dans le sens BSS vers
NSS et de faire le codage 64 Kbit/s à 16 Kbit/s dans le sens inverse. De ce fait, un transcodeur

15
Chapitre 1 : Etat de l’art

doit être capable d’allouer à chaque IT de parole sur l’interface Ater quatre IT sur l’interface
A.

1.4.1.4 Le dimensionnement du PCU


Le dimensionnement du PCU dans le cas où son débit maximal est connu dépend
essentiellement de nombre de PDCH qu’il doit traiter simutanément. On en déduit que :
Nb PCU = Nb PDCH en BH / Capacité max PCU en PDCH

1.4.2 Règles pratiques de dimensionnement du BSS


Comme on l’a mentionné en début de cette partie, la diversité des conceptions par
constructeur exige la « traduction » des critères de dimensionnement généraux selon la
solution qu’ils proposent.
Dans ce qui suit, on propose de mapper les règles de dimensionnement théoriques aux
caractéristiques des équipements utilisés pour dégager les règles pratiques de
dimensionnement. On note que les équipements décrits appartiennent à deux constructeurs
différents qui sont Alcatel et Siemens. Et par la suite, cette partie sera subdivisée en deux
sections selon l’équipementier.

1.4.2.1 Le dimensionnement du BSS Alcatel

Dimensionnement du BSC
Le BSC Alcatel dont il est question en cette partie est celui qui a été décrit dans la section des
BSC comme réalisés par les constructeurs.
La capacité maximale de ce BSC en terme de TRx est de 448 TRx Full Rate ou 228 TRx Half
Rate. En fait, cette capacité maximale peut ne pas être déployée totalement. En effet, ce BSC
a six configurations possibles qui permettent à l’utilisateur d’adopter celle qui répond le plus
à ses besoins. Le passage d’une configuration à une configuration supérieure passe par le
déploiement d’un nouveau module au BSC. L’ajout de ce module augmente le nombre des
BIUA et par voie de conséquence on a une amélioration de la charge du BSC. Dans le
tableau ci-joint, on propose un résumé des différentes capacités de ce BSC par configuration.
Conf. 1 Conf. 2 Conf. 3 Conf. 4 Conf. 5 Conf. 6
Full/Dual Rate TRX 32/16 128/64 192/96 288/144 352/176 448/224
Nb de secteurs 32 128 192 264 264 264
Nb de BTS 23 95 142 214 255 255

Tableau I - 6 : Capacités du BSC Alcatel par configuration [4]

16
Chapitre 1 : Etat de l’art

La différenciation en terme de capacité entre les TRx half rate et les TRx full rate revient à la
capacité du TCUC intégré au niveau du BIUA. En effet, un TCUC gère 4 TRx avec le
codage plein débit ou 2 TRx avec le codage demi débit.
Lors de la connexion d’un site à ce BSC, il faut prendre en considération que l’ensemble de
ses TRX soit branché dans le même BIUA [4].

Dimensionnement de l’interface Ater


Au niveau de cette interface, parmi les 32 trames MIC existantes, 29 seulement sont
disponibles [4]. Par voie de conséquence, le nombre de liens MIC à envisager au niveau de
cette interface est une division par 29 du nombre de canaux nécessaires pour acheminer le
trafic du BSC avec un taux de blocage égal à 1%.
Vue que le PCU n’est pas localisé avec le BSC pour ce constructeur, au niveau des liens Ater
mise en service on doit ajouter les liens nécessaires pour l’acheminement du trafic de
données.

Dimensionnement du transcodeur
Le transcodeur conçu par ce constructeur est composé de quatre niveaux ; chaque niveau
abrite 12 modules. Un module gère 1 PCM du côté de l’interface Ater et 4 PCM du côté de
l’interface A [4]. On remarque donc qu’un transcodeur peut assurer le codage pour plusieurs
BSC avec la contrainte d’allouer au moins deux modules à chacun afin d’assurer la
redondance.

Dimensionnement du PCU
La particularité de la solution GPRS proposée par ce constructeur réside dans le fait que le
PCU n’est pas co-localisé avec le BSC mais au niveau d’un autre équipement. Cet
équipement gère au plus 35 PCU. Un PCU supporte 240 PDCH et ne peut être connecté qu’à
un seul BSC.

1.4.2.2 Le dimensionnement du BSS Siemens

Dimensionnement du BSC
Le BSC Siemens utilisé vient juste avant le BSC décrit dans la section des BSC comme
réalisés par les constructeurs. Ce BSC est capable de supporter :
- 250 TRx
- 150 cellules

17
Chapitre 1 : Etat de l’art

- 46 PCM en totalité entre l’interface Abis et l’interface Ater [5].


L’intégration d’un nouveau logiciel de supervision de ce BSC va permettre une
évolution au niveau de sa capacité maximale ainsi que la configuration des fonctionnalités de
ces cartes. Ainsi, ce BSC aura la capacité suivante :
- 500 TRx
- 250 cellules
- 72 PCM en totalité entre l’interface Abis et l’interface Ater [5].
On remarque que ce BSC n’est pas sensible au type de codage de voix comme le BSC
Alcatel.

Dimensionnement de l’interface Ater


Parmi les 32 IT disponibles sur le MIC de l’interface Ater, 30 seulement sont disponibles
pour le dimensionnement [5]. Avec une estimation du trafic total à faire écouler sur ce lien et
un taux de blocage égal à 1%, on détermine le nombre de canaux à utiliser. En divisant ce
nombre par 30, on détermine le nombre de PCM Ater à utiliser.

Dimensionnement du transcodeur
Le transcodeur du constructeur 2 est composé de 4 niveaux ; chaque niveau renferme 1
module. Un module gère 1 PCM du côté de l’interface Ater et 4 PCM du côté de l’interface A
[5].

Dimensionnement du PCU
La capacité du PCU intégré au niveau de ce BSC est de 64 canaux GPRS. Avec deux CPU, ce
BSC peut gérer 120 canaux GPRS en heure chargée. Avec l’intégration du nouveau logiciel
d’administration, un PCU devient capable de gérer 256 canaux GPRS simultanément [5].

Conclusion
Dans ce chapitre, on a présenté les réseaux GSM et GPRS et l’équipement BSC et les règles
de dimensionnement du BSS. A cette étape, il devient nécessaire d’étudier de plus prêt les
méthodes de dimensonnement du hardware BSS et cela pour définir le processus de
dimensionnement à suivre.

18
Chapitre 2 : Etude de l’existant pour le dimensionnement BSS

Chapitre 2 : Etude de l’existant pour


le dimensionnement BSS

Introduction

L’étude de l’existant est une étape qui vient après l’étude théorique d’un
projet. Au niveau de cette phase, on se concentre sur les méthodes déjà
utilisées pour mener des projets ayant des points communs avec le projet
qu’on mène.
Dans cette partie, et comme étude de l’existant se rapportant sur le
dimensionnement BSS, on propose de décrire deux outils disponibles sur le
marché et deux méthodes internes de dimensionnement BSS. Avant
d’entamer cette partie, on va présenter la problématique que le projet vise sa
résolution ; ceci permet de cerner les principaux axes de recherche lors de
l’étude de l’existant.

2.1 Problématique
Les paramètres d’un réseau mobile sont en permanente variation. Cette variation touche le
nombre et le comportement des abonnés, la qualité de service et les services offerts.
Dans un environnement de plus en plus rude en terme de concurrence, un opérateur mobile
doit être en mesure de satisfaire ces clients et de les épater en terme de service et de
promotion. La solution à cette contrainte est :
L’offre permanente de nouveaux services
et de promotions

19
Chapitre 2 : Etude de l’existant pour le dimensionnement BSS

De telles réactions de la part de l’opérateur ne peuvent être sans impact sur les ressources du
réseau qui assure ces services. Par voie de conséquence, il est indispensable de mettre à jour
ces ressources pour faire face aux nouvelles charges. La solution à cette contrainte est :
La mise à jour du réseau suivant
les services proposés
Si l’on exige la mise à jour du réseau pour l’intégration de nouveaux services ceci n’exclu pas
la nécessité d’ajuster se configuration même en cas de stabilité de l’offre parce que sa
configuration dépend étroitement du comportement de l’abonné qui reste fluctuant. La
solution à cette contrainte dans le cadre de la maximisation de la satisfaction du client et la
minimisation du coût est :
Le dimensionnement permanent et optimal
des ressources du réseau
La structure fonctionnelle d’un opérateur mobile exige qu’il soit constitué d’un ensemble de
groupes de travail qui se répartissent les tâches à fin de garantir le bon fonctionnement du
réseau formant ainsi toute une chaîne de travail. Dans cette chaîne, on trouve le groupe
marketing qui lance les nouvelles offres selon les exigences du client et de la concurrence.
Après le groupe marketing, vient le groupe radio qui fourni les ressources réseau nécessaires
à ces offres pour garantir l’accès de l’abonné au réseau. Le groupe BSS ajuste la
configuration de ses ressources face aux déploiements radio pour garantir l’accès de l’abonné
au réseau cœur où sa demande sera traitée. Le réseau cœur doit être en mesure de prendre en
charge la nouvelle configuration du BSS. Le groupe transmission doit assurer la connexion
entre les nœuds du réseau avec des capacités variables selon la charge des équipements. Les
groupes production et opération & maintenance doivent assurer la mise à jour et le
déploiement des nouveaux équipements en respectant les contraintes de délai. La contrainte
qui se dégage à ce niveau est :
La communication et la synchronisation
entre les groupes de travail
Dans cette chaîne de travail pour dimensionnement, ce projet se place au niveau du groupe
BSS. Il doit être en mesure d’ajuster la configuration du BSC selon les déploiements radio et
les nouveaux services en tenant en compte la diversité des constructeurs. Il doit dimensionner
les liens de trafic et de signalisation pour tous les services et ceci du côté radio et du côté
NSS. Il doit communiquer ces résultats clairement aux différents services en mentionnant les
délais de réalisation.

20
Chapitre 2 : Etude de l’existant pour le dimensionnement BSS

2.2 Etude de l’existant

2.2.1 Solutions externes

2.2.1.1 CAPLAN, Capacité et PLANification pour les Opérateurs PSTN

CAPLAN est un outil de planification des réseaux PSTN développé par la firme canadienne
prestige telecom international.

Désignant CAPacité et PLANification, CAPLAN aide à esquisser le design, à planifier la


capacité et à donner de la performance au réseau en assurant la fluidité du trafic. La fonction
principale de CAPLAN est de déterminer le nombre optimal de circuits à installer sur les liens
d’un réseau fixe ou mobile afin de satisfaire la demande.

En partant du fait que la planification des réseaux téléphoniques se fait en les cinq étapes
suivantes:

- Evaluation de la demande;
- Localisation;
- Acheminement;
- Dimensionnement;
- Routage des circuits.

Le logiciel CAPLAN intervient au niveau de la quatrième étape.

L’évaluation de la demande, se fait en général en partant d'une matrice du trafic offert à


laquelle est ajouté un facteur du nombre d'abonnés supplémentaires selon les prévisions de
nouvelles installations.

La localisation consiste à choisir les endroits où seront les centraux de commutation et de


transmission.

Le type d'acheminement choisi détermine la table de débordements, dont on peut extraire la


topologie du réseau.

21
Chapitre 2 : Etude de l’existant pour le dimensionnement BSS

L'étape du dimensionnement consiste à déterminer le nombre de circuits à installer sur chacun


des faisceaux existants, entre les différents sites. Le logiciel CAPLAN permet d'effectuer ce
calcul de façon optimale pour les réseaux de type hiérarchique.

Le routage consiste à ajuster les résultats du dimensionnement en fonction des contraintes


physiques des équipements existants ou à venir, soit, principalement, en fonction du nombre
de circuits par module.

Dans ce processus, les activités de l’étape de dimensionnement sont:

- la collecte des données;


- le diagnostic;
- le calcul en contraintes de qualité de service;
- le calcul en contrainte de budget.

Ainsi, le logiciel CAPLAN permet de résoudre les problèmes ci-après:

- génération automatique des liens de transmission;


- représentation et visualisation de réseaux;
- calcul du taux de congestion;
- calcul de l'écoulement global du trafic et de la répartition optimale des capacités en
circuits selon des critères de qualité de service et d'allocation de ressources;
- modification de la configuration de réseaux.

De plus, CAPLAN permet, par une approche de dimensionnement qui intègre en amont
un réseau cellulaire au RTPC, d'évaluer de façon précise la capacité du réseau fixe à
supporter le trafic additionnel généré par le réseau cellulaire sans dégradation de la qualité
de service. Cette approche permet d'éviter celle, beaucoup plus coûteuse, de construire un
réseau cellulaire parallèle au RTPC.

22
Chapitre 2 : Etude de l’existant pour le dimensionnement BSS

Figure II - 1: Présentation d’un modèle de la partie fixe d’un réseau cellulaire [10]

La figure dessus illustre la présentation par CAPLAN d’un modèle de la partie fixe d’un
réseau cellulaire. Avec ce produit, différentes sortes d’interconnexions entre les MSC, et entre
MSC et PSTN peuvent être modélisées et dimensionnées. Comme il permet de dimensionner
différents liens, BTS-BSC (A-bis), BSC-TRAU (A sub), TRAU-MSC (A ter), MSC-MSC
(E), MSC-PSTN et MSC-Prepaid System (PPS) [10].

2.2.1.2 ESG-NetCOP
ESG-NetCOP est un outil de configuration, optimisation et planification de réseau conçu par
la firme allemande ESG Elektroniksystem- und Logistik-GmbH.
Cet outil optimise l’utilisation du réseau fixe des opérateurs de la téléphonie mobile que ce
soit pour la norme GSM, GPRS ou UMTS. Le module orienté GSM de cet outil se compose
de trois planificateurs qui sont le BSS planner, le switching planner et le signaling planner.
ESG-Net-COP optimise la planification BSS pour les tâches suivantes :
- calcul du nombre nécessaire des BSC, MSC & SGSN
- emplacement des BSC et MSC
- création des régions des BSC et MSC
- connexion des BTS au BSC puis au MSC
- calcul du nombre nécessaire de PCM
- analyse de l’état du réseau (exp : identification de la capacité disponible sur
Abis/Ater, estimation du trafic à supporter par BSC/MSC)

23
Chapitre 2 : Etude de l’existant pour le dimensionnement BSS

Figure II - 2: Une interface du BSS Planner [11]


La fonction planification de la commutation requière l’utilisation d’un modèle de trafic à fin
d’estimer le flux traversant les différents nœuds du réseau. Les algorithmes de cette fonction
permettent de :
- changer le plan de routage
- estimer l’impact de l’évolution du volume du trafic
- détecter les boucles de routage

Figure II - 3: Interface du Signalling planner [11]


La fonction de planification de la signalisation est basée sur le switching planner. Cette option
permet de :
- optimiser les routes de transfère de la signalisation
- étudier la survie de tout le réseau
ESG-NetCOP est basé sur l’architecture client serveur. Le serveur fonctionne sous Unix mais
le client peut être sous Unix ou Windows NT. Ce produit tourne sous le paradigme orienté-
objet et intègre les éléments software suivants :

24
Chapitre 2 : Etude de l’existant pour le dimensionnement BSS

- le langage Java pour le développement de l’interface


- le langage C++ pour l’implémentation des programmes du noyau
- relationnel database system (RDBMS)
- un système d’information géographique SIG

2.2.2 Solutions internes

2.2.2.1 Solution ALCATEL


Cette solution ALCATEL de dimensionnement BSS est traitée dans un fichier Excel. Elle
prend comme input la configuration des sites et le nombre d’abonnés pour dimensionner les
ressources nécessaires en terme de BTS et BSC. L’output de cette solution et une liste des
équipements à déployer avec leur configuration.

INPUTS

Configuration du site Abonnées

BTS
Dimensionnement Quantité

BSC

Dimensionnement Quantité

Figure II - 4: Schéma de la solution ALCATEL

2.2.2.2 Solution Utilisée


La méthode de dimensionnement du BSS par l’équipe de TUNISIANA se partage en deux
parties :
- Collecte et traitement des données
- Présentation des résultats
Les outils utilisées sont :
- Excel pour le traitement des données
- Word et MapInfo pour la présentation des résultats
La figure ci-jointe résume l’enchaînement des différentes actions lors du
dimensionnement du BSS.

25
Chapitre 2 : Etude de l’existant pour le dimensionnement BSS

Dimensionnement
BSS Distribution des
Etat de chaque BSC
nouveaux sites

Listes des sites planifiés Calcul nouvelle Plan de déploiement


charge / BSC
Redistribution
des sites
Matrice BSC / MSC
Listes des sites en air non
Non
Charg
Matrice BSC/TC/nb #Ater
Ajouter un oui
BSC
Listes des BSC en
service Estimation
trafic Rapport de
dimensionnement

Estimation #
Asub

Figure II - 5: Processus de dimensionnement utilisé


La collecte des données d’entrée se fait depuis :
Le service radio qui communique l’ensemble des sites planifiés avec leur
configuration et la date de lancement
Le TBA : TUNISIANA BSS Application duquel on collecte l’état des sites en air et
BSC en service.
Tables d’Erlang-B
Le traitement des données commence par :
- L’observation de l’évolution de la charge sur chaque BSC durant la période de
dimensionnement (mois, trimestre, année). Cette charge se mesure essentiellement par
le rapport entre le nombre de TRx utilisés et le nombre maximal de TRx
En cas de surcharge, on prévoie :
- La planification d’un nouveau BSC ce qui induit à un partage des sites entre le BSC
existant et le nouveau BSC. Ce partage se fait manuellement.
Après l’adaptation des charges des BSC, on passe à :
- L’estimation du trafic supporté par chaque BSC. Cette estimation selon trois
méthodes :
o Estimation maximale : sommation des trafic maximaux que peut supporter
chaque site du BSC
o Estimation par moyenne sur TRx : division du trafic du BSC sur l’ancien
nombre de TRx qu’elle supportait puis multiplication par le nouvau nombre de
TRx.

26
Chapitre 2 : Etude de l’existant pour le dimensionnement BSS

o Estimation par moyenne sur site : estimation semblable avec changement de


l’entité TRx par l’entité site.
Le choix du trafic maximal se fait manuellement.
Après l’estimation du trafic, on passe au :
- Calcul du nombre de liens Ater qui dépend du constructeur et du taux d’utilisation des
liens. En effet, généralement, un lien Ater n’achemine pas plus de 70% de sa capacité
maximale.
Selon le nombre de liens Ater estimé pour chaque BSC, devient possible :
- Le calcul du nombre de modules nécessaires pour chaque BSC au niveau du
transcodeur.
L’étape de traitement des données fini par délivrer les matrices suivantes :
o BSC / Transcodeur et nombre de liens Ater
o BSC / MSC d’acheminement
o Planning de déploiement des actions prises tel la mise en service d’un nouveau
BSC
Maillant d’une chaîne de travail, l’ensemble des actions prises doit être validé par les autres
services communiquant avec le service BSS. Ces services sont essentiellement le service de
transmission, le service NSS et le service de production. Communication exige la rédaction
d’un rapport clair présentant le nouvel état du BSS et justifiant les différentes actions
recommandées.
D’une forme standard, ce rapport se compose essentiellement de trois parties :
- Description des nouveaux déploiements de sites sur tout le réseau
- Etat des BSC dans chaque zone de localisation
- Matrice des connections BSC/Transcodeur/MSC
Dans la première partie, on présente des statistiques sur les lancements des nouveaux sites
dans tout le réseau. La deuxième, plus détaillée, présente, pour chaque zone de localisation,
la distribution des nouveaux et anciens sites avec leur BSC sur des cartes générées par
MapInfo. Pour chaque BSC, on présente son ancien état et son nouvel état suite à la
connexion des sites et à l’évolution du trafic. Pour chaque nouvel état, sont présentées les
différentes actions à prendre. La dernière partie constitue une récapitulation de l’opération de
dimensionnement qui se résume en les deux matrices : matrice d’interconnexion
BSC/transcodeur et matrice d’interconnexion BSC/MSC.
Les avantages de cette méthode sont :
Le dimensionnement du BSS

27
Chapitre 2 : Etude de l’existant pour le dimensionnement BSS

Adaptation du réseau d’accès à l’évolution de tout le réseau


Présentation de l’état du réseau d’accès
Les inconvénients de cette méthode sont :
Séparation des méthodes de dimensionnement selon le fournisseur
Pas de dimensionnement des ressources SS7
Pas de dimensionnement des données

Conclusion
Au cours de l’étape d’étude de l’existant, il a été possible de voire de plus prêt des méthodes
de dimensionnement du BSS. D’après les deux solutions externes, on remarque qu’il est
possible d’ajouter des options de statistiques et de visualisation géographique des données.
Les deux méthodes internes ont permis de toucher de plus prêt aux démarches suivies pour le
dimensionnement.
Grâce à cette étude et en analysant de plus prêt les exigences du projet, il devient possible de
spécifier les besoins de l’outil de planification du hardware BSS.

28
Chapitre 3 : Spécification des besoins

Chapitre 3 : Spécification des


besoins

Introduction

La spécification des besoins est l’étape où l’on défini les différentes


fonctionnalités que peut faire un outil. Un besoin est fonctionnel s’il doit
être réalisé à la fin de la phase de développement autrement, il est dit non
fonctionnel.
Dans le chapitre suivant, on propose de spécifier les besoins du TBPT qui
s’étalent sur trois axes principaux qui sont l’acquisition des données utiles
pour la planification, le traitement de ces données et la présentation des
résultats de l’opération de planification.

3.1 Spécification Générale

Le TUNISIANA BSS Planning tool TBPT sera un outil de planification du réseau d’accès
pour les réseaux GSM et GPRS déjà existant. Cet outil permet de dimensionner et de planifier
les ressources nécessaires pour le BSS.
Après l’étude et l’analyse des méthodes déjà utilisées pour le dimensionnement BSS, on
conclu que les fonctionnalités de l’outil sont :
BF1 : La saisie des données nécessaires au dimensionnement BSS
• BF : La saisie de toutes les valeurs
• BF: Le téléchargement d’une configuration existante
• BF : La mise à jour d’une configuration

29
Chapitre 3 : Spécification des besoins

BF2 : Le traitement des données de dimensionnement


• BNF : Optimisation de la configuration du BSS
• BF : Dimensionnement interne du BSS
• BF: Dimensionnement et optimisation des relations avec les autres
services
BF3 : Présentation & exploitation des résultats
• BF : Présentation sous forme de carte
• BF : Présentation sous forme de matrice
• BF : Présentation sous forme de rapport
• BF : Exportation des résultats
• BF : Sauvegarde de la nouvelle configuration

3.2 Spécification Détaillée

3.2.1 BF: Saisie des données


Cette fonction doit offrir à l’utilisateur une interface qui lui permet de saisir l’ensemble des
données indispensables pour le dimensionnement du BSS.
La première donnée à préciser est l’intervalle de temps durant lequel sera opéré l’action de
dimensionnement.
Suite à cette action, l’utilisateur sera capable de saisir les valeurs des données à dimensionner.
D’où l’outil doit offrir les fonctions d’ :
BF : Ajustement de la date
BF : Saisie des valeurs des données

3.2.1.1 BF : Ajustement de la date de dimensionnement


Au niveau de cette fonction, l’utilisateur précise la période durant la quelle il compte
dimensionner son réseau. Il doit commencer par préciser la date de début puis il aura le choix
entre indiquer la date de fin ou la durée de la période.Pour saisir la date, l’utilisateur doit
pouvoir accéder à un champ du type :

30
Chapitre 3 : Spécification des besoins

Pour saisir la période, l’utilisateur doit pouvoir accéder à un champ du type :

3.2.1.2 BF : Saisie des valeurs des données


Suite à la sélection de la date de dimensionnement, l’utilisateur aura le choix, pour chaque
type de données, entre saisir toutes les valeurs ou télécharger une configuration déjà existante
pour la dimensionner ou la mettre à jour. D’où l’outil doit offrir pour chaque type de
données :

BF : Une icône pour saisir toutes les valeurs des données


En cliquant sur cette icône, l’outil offre à l’utilisateur le choix de saisir manuellement toutes
les données ou d’importer des fichiers déjà existants. D’où la nécessité d’ :

BF: Une icône de saisie manuelle

En choisissant cette option, l’utilisateur doit se trouver en mesure de remplir les


champs de données spécifiques au type d’objet qu’il a choisi.

BF: Une icône d’importation

L’activation de cette icône doit permettre à l’utilisateur de choisir le chemin du fichier


qui contient les données à traiter. L’utilisateur sera guidé à une fenêtre du type :

BF : Offrir une icône pour télécharger une configuration déjà existante


En activant cette fonction, l’outil doit télécharger la dernière version de données qui y a été
sauvegardée par l’utilisateur de puis son fichier de travail.

BF: Offrir une icône pour mettre à jour une configuration déjà existante
En activant cette fonction, l’outil doit télécharger la dernière version de données qui y a été
sauvegardée par l’utilisateur de puis son fichier de travail et lui données l’accès en écriture à
tous les champs de valeurs.

31
Chapitre 3 : Spécification des besoins

3.2.2 BF: Traitement des données


Cette fonction traite les données entrées pour dimensionner le BSS. Cette procédure se
compose de trois grands modules que résume le schéma dessous.

Optimisation BSS

Minimisation du Ajustement des


HO inter-BSC ressources par site

Dimensionnement BSS
Affectation des
sites aux BSC

Mise à jour
virtuelle du BSC

Analyse de l’état
• % Load BSC (TRx)

Petit
Dimensionnement Données Non
Charge Calcul nombre de Réaffectation
< TRx en surcharge site / BSC
Estimation trafic Seuil
données / BSC
Up grade
Grand

Calcul du nb de Oui Nouveau BSC


PCU • distribution
Estimation trafic
voix / BSC

Dimensionnement SS7
Solution Oui
Calcul du nb de Estimation du
GPRS
liens Asub trafic SS7
Mixte

Calcul nb Asub à Calcul nb de liens


ajouter SS7

Optimisation NSS
Adaptation liens
BSC / MSC

Adaptation
TC

Liste des Liste de la nouvelle Matrice de Matrice de Planning de mise en Liste


configuration
BSC BSC raccordement raccordement service selon Site/BSC
à changer BSC / TC BSC / MSC le déploiement des sites

Figure III - 1: Processus de traitement des données pour le dimensionnement BSS

32
Chapitre 3 : Spécification des besoins

3.2.2.1 BNF : Optimisation de la configuration du BSS

BNF : Optimisation des ressources au niveau des sites


Cette fonction a pour rôle d’optimiser le nombre de TRx par site selon le trafic qu’il
supporte ; elle recommande le passage au FR ou la réduction du nombre de TRx en cas de
faible trafic et l’inverse en cas de surcharge. Le but de cette action est d’ajuster les ressources
hardware du BSC selon les besoins précis du sous système radio. Il s’avère donc que l’on ai
besoin de deux procédures :

BNF : Réduction des ressources


Au niveau de cette procédure, on propose de réduire la configuration du site si le trafic qu’il
supporte demande moins de ressources. Le principe est de comparer la capacité maximale
offerte par le site au trafic qu’il supporte. Si la différence entre les deux dépasse un seuil
prédéfini une action est demandée. Cette action peut être de deux types : retour au FR ou
réduction du nombre de TRx selon la configuration du site.
Les entrées utilisées par cette fonction sont :
Liste des sites existants avec leur configuration et le trafic qu’il supporte
Constructeur du site
Seuil de charge minimale d’un site

BNF : Réduction de congestion sur les BTS


Cette fonction détecte les BTS congestionnées et propose des solutions. Cette fonction permet
à la fois d’améliorer la qualité de service et de réduire le nombre de tentatives d’appels et de
HO ce qui réduit la charge sur les liens de signalisation. Si le taux de congestion sur les
canaux TCH ou SDCCH est supérieur à un certain seuil, la BTS est déclarée congestionnée.
Les solutions proposées sont en un premier lieu l’activation du HR. Si le HR est déjà activé,
la solution est l’ajout de TRx. Si la BTS est à sa configuration maximale, on délimite la zone
géographique de congestion pour qu’elle soit traitée par l’équipe radio.
Les entrées qu’utilise cette fonction sont :
Liste des BTS en service avec leur configuration, % de HR, position géographique,
taux de congestion sur SDCCH et TCH
Taux de déclaration de congestion sur SDCCH
Taux de déclaration de congestion sur TCH

33
Chapitre 3 : Spécification des besoins

BNF : Minimisation du HO inter-BSC


Cette fonction propose de modifier le BSC de raccordement des sites existants dans le but de
minimiser le HO-inter BSC. Pour chaque site, on calcule le nombre de HO-inter BSC qu’il
génère. Si ce nombre est supérieur à un certain seuil, on propose de migrer le site vers l’autre
BSC. On calcule le nouveau nombre de HO avec cette configuration. S’il diminue, on affirme
la migration du site.
Les entrées qu’utilise cette fonction sont :
Liste des anciens sites avec le nombre de HO réalisés avec chaque cellule du réseau
Seuil de déclaration de HO élevé

3.2.2.2 BF : Dimensionnement interne du BSS


Dans cette étape, on propose d’adapter les équipements BSS et essentiellement l’élément
BSC aux évolutions du réseau. Ces évolutions touchent le nombre de TRx/BTS et le trafic
généré en terme de voix/signalisation/données.
Cette fonction traite indépendamment le réseau GSM du service GPRS d’où les deux
modules :
BF : Adaptation pour le réseau GSM
BF : Adaptation pour le trafic GPRS
Dans les deux cas, avant d’entamer le dimensionnement du BSC que se soit pour le réseau
GSM ou le service GPRS, on commence par chercher le BSC adéquat pour chaque nouveau
site :
BF : Affectation des sites aux BSC

BF : Affectation des sites aux BSC


Cette fonction détermine le BSC adéquat pour chaque nouveau site. La sélection du BSC
approprié repose sur le voisinage du site en premier lieu et la distance en second lieu. En
effet, on commence par chercher les sites les plus proches du site. Si ces derniers
appartiennent au même BSC alors le site en question hérite cette propriété. Sinon, on choisi le
BSC le plus proche. Une telle procédure respecte le critère de minimisation de HO inter-BSC.
Les besoins fonctionnels qui se manifestent à ce niveau sont :
BF : Recherche des sites voisins
Les entrées utilisées par cette fonction sont :
Liste des nouveaux sites
Liste des anciens sites avec leurs coordonnées géographiques et leur BSC

34
Chapitre 3 : Spécification des besoins

Liste des BSC en service ou planifiés avec leurs coordonnées géographiques

BF : Recherche des sites voisins


A l’aide de cette fonction il devient possible de trouver les 6 sites les plus proches d’un site.
Le choix du nombre 6 repose sur la nature hexagonale de l’architecture théorique d’un réseau
cellulaire.

BF : Adaptation pour le réseau GSM


Cette fonction commence par calculer les nouvelles charges du BSC du point de vue nombre
de TRx et de BTS, puis analyse des charges et finalement propose des solutions en cas de
surcharge.

BF : Calcul des nouvelles charges pour le réseau GSM


Au niveau de cette fonction, on additionne le nouveau nombre de TRx et de BTS prévus au
lancement à ceux déjà supportés par le BSC.
L’addition ne peut se faire que si la date de mise en service du site est incluse dans
l’intervalle de dimensionnement.
Les entrées qu’utilise cette fonction sont :
granularité du dimensionnement
liste des nouveaux sites avec leur identité, configuration, date de mise en service &
BSC de raccordement.
liste des BSC en fonction avec le nombre de TRx et de BTS qu’ils gèrent
liste des BSC planifiés avec leur date de lancement

BF : Analyse de la situation
Cette fonction décide de l’état du BSC face aux nouvelles extensions. Le critère choisi pour
caractériser l’état du BSC est la charge sur le nombre de TRx. C’est le critère qui affecte le
plus la capacité d’un BSC. En une étape ultérieure, on peut prévoir une optimisation de la
charge sur les entrées Abis.
La capacité maximale en nombre de TRx d’un BSC varie d’un constructeur à un autre et
d’une configuration à une autre de plus cette capacité peut varier selon l’activation ou pas du
HR.

BSC load = f ( nb TRx utilsés, nb TRx MAX, % HR)

35
Chapitre 3 : Spécification des besoins

Au-delà d’un BSC load seuil qui varie d’un constructeur à un autre, le BSC est considéré en
surcharge et on passe à la recherche de solution.
Les entrées qu’utilise cette fonction sont :
capacité en terme de TRx et sensibilité au HR pour chaque fournisseur et
configuration
seuil de déclaration de surcharge pour chaque fournisseur et configuration
fournisseur et configuration de chaque BSC
nombre de TRx en HR sur chaque BSC

BF : Solutions à la surcharge
Cette fonction propose des solutions pour éliminer la surcharge des BSC. La solution adoptée
dépend en premier lieu du taux de dépassement du BSC load défini dans le paragraphe
précédent.
Si ce taux est faible, on prévoie en premier lieu une redistribution des nouveaux sites sur les
BSC. Sinon, on propose une mise à niveau ou même l’installation d’un nouvel équipement.

BF : Redistribution des nouveaux sites


Cette fonction change l’affectation des sites au BSC si le nombre de TRx en surcharge
est inférieur à un certain seuil. Seuls les sites se trouvant sur les frontières de deux
BSC peuvent être déplacés et ceci dans le but de minimiser le taux de HO inter-BSC.
Un site est déclaré sur les frontières si un de ces sites voisins appartient à un BSC
différent du sien.
Pour chaque BSC présentant un problème, on calcule le nombre de TRx en surcharge.
Puis on déplace les sites sur les frontières vers les BSC voisins si leur capacité le
tolère jusqu’à élimination de la surcharge.
Les entrées qu’utilise cette fonction sont :
seuil de décision de l’ampleur de la surcharge en TRx par constructeur
liste des sites voisins à chaque nouvelle BTS avec leur BSC de raccordement

BF : Mise à niveau du BSC


La mise à niveau du BSC consiste à proposer l’ajout de modules ou faire des
modifications software à l’équipement à fin d’élargir sa capacité.

36
Chapitre 3 : Spécification des besoins

Pour chaque BSC présentant un problème, on voit si son fournisseur propose des
mises à niveau. Un BSC ALCATEL ayant la configuration 4 peut passer à la
configuration 6 et ainsi gérer 448 TRx au lieu de 288.
Les entrées qu’utilise cette fonction sont :
liste des différentes configurations possibles du BSC d’un constructeur

BF : Installation d’un nouveau BSC


Cette fonction propose l’ajout d’un BSC pour les BSC présentant un grand nombre de
TRx en surcharge et ayant une configuration maximale.
Si le BSC load est inférieur à un certain seuil et que le nombre de TRx en surcharge
ne dépasse pas la capacité du BSC de configuration inférieure, le nouveau BSC aura la
configuration inférieure. Le nombre de TRx qui lui seront affectés sera proportionnel
à sa capacité par rapport à l’ancien. En d’autres termes,
Si
Capacité TRx nouveau BSC / Capacité TRx ancien BSC = 0.5
Alors
Nombre TRx nouveau BSC = 1/3 nombre total de TRx à partager
Si le BSC load est très important, le nouveau BSC sera de même configuration que
lui. Les TRx seront partagés presque équitablement entre les deux.

BF : Adaptation pour GPRS


Cette fonction propose le nombre de modules PCU nécessaires pour pouvoir acheminer le
trafic GPRS sur l’interface Gb.
Nb modules PCU = Trafic Total / Capacité d’un module PCU
Les entrées qu’utilise cette fonction sont :
Trafic GPRS estimé pour chaque BSC
capacité d’un module PCU pour chaque constructeur

3.2.2.3 BF : Dimensionnement et optimisation des relations avec les autres


services

BF : Calcul des extensions sur l’interface Ater (BSC / MSC)


Cette fonction détermine le nombre de liens Asub à ajouter par BSC selon une estimation du
trafic à faire écouler.

37
Chapitre 3 : Spécification des besoins

BF : Estimation du trafic
Cette fonction estime le trafic à faire écouler sur l’interface A vers le transcodeur. Cette
estimation dépend de l’évolution normale du trafic dans la zone, l’évolution occasionnelle
telle pendant l’été, les promotions marketing, la nature des nouveaux sites et le type de
solutions d’acheminement sur l’interface Gb.
En une première étape, le réseau est répartie selon les fournisseurs avec un taux d’évolution
normal du trafic sur chaque zone.
Le taux d’évolution occasionnel caractérise essentiellement l’évolution du trafic pendant la
saison d’été.
La nature du nouveau site permet de prévenir la nature de la contribution du site dans le trafic
total. En effet, un site de densification diminue la charge sur les sites voisins par contre un
site de couverture apporte un nouveau trafic.
Les promotions marketing tel la réduction du prix des communications, incite les abonnés à
parler et donc à générer plus de trafic.
Le type de solution d’acheminement du trafic sur l’interface Gb détermine si la connexion
vers le SGSN se fait directement (mode dédié) ou sur l’interface A (mode mixte). Dans ce
dernier cas, nous avons besoin du volume de trafic de données à y faire acheminer.
Le trafic estimé est calculé par la formule :
Trafic estimé =f( trafic, nb cellules, trafic GPRS, occasions)
Le besoin fonctionnel qui se manifeste à ce niveau est :
BF : Modélisation de l’évolution du trafic en été
Les entrées qu’utilise cette fonction sont :
trafic total par BSC
Taux dévolution du trafic par zone
existence ou non d’une évolution occasionnelle et si oui le taux de l’évolution
occasionnelle
existence ou non d’une promotion marketing et si oui le taux de l’évolution
marketing.
utilisation ou pas de la solution mixte en GPRS et si oui le trafic de données estimé
pour chaque BSC

BF : Calcul du nombre de liens Ater


Selon le trafic estimé et le taux d’occupation des circuits, on calcule le flux maximal que peut
acheminer le lien.

38
Chapitre 3 : Spécification des besoins

Flux maximal = trafic estimé / taux d’occupation


Selon la table de correspondance entre le nombre de liens Ater et le flux maximal relative à
chaque constructeur, on détermine le nombre de liens Ater relatif au flux de trafic déjà défini.
Les entrées qu’utilise cette fonction sont :
taux d’occupation des liens Asub
table de correspondance entre nombre de liens Asub et flux maximal pour chaque
fournisseur

BF : Dimensionnement des liens SS7


Cette fonction calcule le nombre de liens SS7 nécessaires selon le trafic SDCCH estimé. Pour
établir cette fonction, il faut définir un modèle de dimensionnement des liens SS7.
BF: Définition d’un lien de dimensionnement des liens SS7

BNF : Optimisation de la répartition des BSC sur les MSC


Cette fonction estime le nombre total d’abonnés enregistré dans chaque VLR à fin de ne pas
en dépasser la capacité.
On commence par estimer le nombre des abonnés par BSC :
Nb Abonnés BSC = Trafic estimé BSC / Moyenne communication Abonnée

On suppose que cette moyenne est la même sur tout le VLR :


Moyenne communication Abonnée = Trafic BH MSC / NB Abonnés BH VLR

Le nombre estimé d’abonnés sur le VLR est donc :


Nb Abonnés estimé VLR = NB abonnés BSC
MSC

Si ce nombre dépasse la capacité du VLR, on décide de changer le MSC de raccordement


d’un BSC qui se trouve sur les périphériques ; ce sont les BSC les plus éloignés du MSC.
Les entrées qu’utilise cette fonction sont :
Liste des MSC avec leur position géographique, la capacité maximale du VLR, le
Trafic en heure de pointe et le nombre abonnés BH enregistrés dans le VLR
MSC de raccordement de chaque BSC
position géographique de chaque BSC

39
Chapitre 3 : Spécification des besoins

BF : Adaptation du transcodeur aux extensions Ater


Cette fonction adapte le nombre de modules du transcodeur au nombre de liens Asub venant
d’un BSC. Elle compare la capacité de l’ensemble des modules du transcodeur relatifs à un
BSC aux ressources TC qu’il requière pour décider s’il faut à jouter des modules ou non.

Si {nb Asub BSC > (nb modules TC BSC * capacité Asub du module TC)}

Alors (« il faut ajouter, ENT [(nb liens Asub/capacité module TC) +1] –
nb modules existants »)
Sinon (« nombre de modules TC suffisant »)

Où ENT désigne la partie entière


Les entrées qu’utilise cette fonction sont :
capacité d’un module TC en nombre de liens Asub
nombre de modules TC par BSC

BF : Délivrance du planning de déploiement


Cette fonction détermine les dates de début et de fin des différentes actions de
dimensionnement prises par l’outil dans le but qu’elles soient en service à temps.
Les entrées qu’utilise cette fonction sont :
les différentes étapes à suivre pour la mise en service d’une action
la durée de chaque étape

3.2.3 BF : Présentation & exploitation des résultats


Cette fonction doit offrir à l’utilisateur la possibilité de visualiser les résultats du
dimensionnement. L’outils doit permettre à l’utilisateur de choisir le type de format de
présentation des données. Ces formats peuvent être : une carte, une matrice ou un rapport.
D’où, l’outil doit :

3.2.3.1 BF : offrir une icône de sélection de la forme carte


En choisissant cette option, l’utilisateur se trouve entre le choix de visualiser uniquement
l’ancienne architecture du réseau ou d’y superposer les nouvelles recommandations de
dimensionnement du réseau.

40
Chapitre 3 : Spécification des besoins

BF : Présentation de l’ancienne configuration du réseau


Cette présentation permet de visualiser la distribution des sites dans le réseau avec leur BSC
de raccordement. Pour chaque BSC, on présente son transcodeur et son MSC. Chaque type
d’équipement sera présenté avec un symbole caractérisant sa catégorie.

BF : Présentation des recommandations de l’outil


Cet affichage permet de superposer à l’ancienne configuration du réseau les nouveaux
éléments dimensionnés et les modifications recommandées au niveau de son architecture (par
exemple le changement du BSC d’un site déjà en service).

3.2.3.2 BF: offrir une icône de sélection de la forme matrice


Cette option permet à l’utilisateur de visualiser les matrices suivantes :
connexions des BSC aux MSC
connexions des BSC aux transcodeurs
planning de déploiement des nouvelles actions (par exemple l’ajout d’un nouveau
BSC)

3.2.3.1 BF : offrir une icône de sélection de la forme rapport


Cette forme doit générer pour l’utilisateur un rapport des différentes actions à mener. Ce
rapport se compose de cinq parties
Introduction qui présente les circonstances de l’action de dimensionnement
Etat du réseau qui compare pour chaque constructeur l’ensemble des sites planifiés à
ceux mise en service
Etat de chaque zone de localisation qui, LA par LA, présente l’ancienne
configuration du BSC, l’ensembles des nouveaux sites qui lui ont été affectés et par
la suite l’ensemble des actions à prendre pour ajuster sa capacité face aux nouvelles
exigences du réseau
Résumé qui récapitule l’ensemble des actions à prendre dans le réseau et les
nouvelles matrices de connexions des BSC au MSC.
Conclusion qui résume l’évolution de ce rapport et qui suggère une réunion avec les
services appropriés pour valider l’ensemble des actions suggérées

41
Chapitre 3 : Spécification des besoins

3.2.3.4 BF : Exportation des résultats


Vue que le résultat de dimensionnement proposé par l’outil doit être communiqué à des
personnes autres que l’utilisateur, ce dernier doit se trouver en mesure d’exporter les
différentes formes de résultats vers des fichiers Word ou Excel.

3.2.3.5 BF : Sauvegarde de la nouvelle configuration


Après la validation des résultats de dimensionnement, l’outil doit offrir à l’utilisateur la
possibilité de sauvegarder la nouvelle architecture du réseau pour des usages ultérieurs.

Conclusion

Durant l’étape de spécification des besoins, il a été possible de cerner les différentes
fonctionnalités du TBPT. En définissant ces fonctionnalités, il c’est avéré que leur mise en
service passe tout d’abord par la conception de nouveaux modèles de dimensionnement qui
sont principalement le :
• Modèle de dimensionnement des liens SS7
• Modèle de dimensionnement du trafic d’été
Dans le chapitre suivant, on propose une description des méthodes suivies pour l’élaboration
de ces modèles et les résultats aux quels on est arrivé.

42
Chapitre 4 : Conception

Chapitre 4 : Conception

Introduction

La conception est la phase où l’on défini les structures et les modèles à suivre
lors de la phase d’implémentation. A ce stade, on propose une présentation
des modèles qui on été élaborés pour le dimensionnement des liens SS7 et
l’estimation du trafic estivale dont la nécessité a été évoquée lors de la phase
de spécification des besoins, comme on propose une présentation de la
conception de la base de données du TBPT.

4.1 Conception des modèles

4.1.1 Modélisation des liens SS7


Les liens SS7 au niveau du BSS permettent d’acheminer le trafic de signalisation entre le
BSC et le MSC. Ils sont configurés selon des IT à 64 Kbits/s au niveau des liens Ater.
Chaque IT est dit lien SS7. Le nombre de ces canaux varie d’un BSC à un autre selon le
trafic de signalisation qu’il achemine.
Il est indispensable d’offrir le nombre de liens suffisant à la signalisation totale pour éviter
les risques de congestion qui peuvent provoquer jusqu’à la saturation du réseau. D’autre part,
le surdimensionnement des ressources SS7 induit une sous-exploitation des ressources du
réseau. De ces deux faits découle la nécessité de définir un modèle de dimensionnement des
liens SS7 au niveau du BSC qui évite à la fois la congestion et le gaspillage.
La recherche du modèle adéquat peut être décomposée en deux étapes qui sont :
- La sélection des critères d’observation
- Le choix du type de modèle

43
Chapitre 4 : Conception

4.1.1.1 Première approche

• Sélection des critères


En partant du fait que la signalisation est principalement constituée par la signalisation
SDCCH et pour éviter la complexité du modèle, on a décidé de prendre seule cette catégorie
de signalisation comme variable d’entrée. D’où l’on va observer l’évolution du trafic de
signalisation en fonction du trafic SDCCH.
Pour des raisons pratiques, le critère de trafic de signalisation a été changé par le critère
charge sur les liens SS7. En effet, les compteurs disponibles, notamment ceux de l’outil
SPOTS offrent le second critère et non pas le premier. Sous cette contrainte, il est devenu
indispensable de subdiviser les observations selon le nombre de liens SS7 au niveau de
chaque BSC. En effet, le critère charge sur les liens SS7 est étroitement lié au nombre des
liens mis en service.
Pour récapituler, on dit que l’on va observer en vue de modélisation, l’évolution de la charge
sur les liens SS7 selon le trafic SDCCH pour chaque nombre de liens (2, 3, 4, 5, 6).
• Choix du type de modèle
En observant les critères déjà choisis, on remarque l’évolution linéaire de la charge SS7 selon
le trafic SDCCH. La figure ci-dessous illustre cet effet.

Charge SS7 = f #SS7=5 (Trafic SDCCH)


60%

50%

40%
Charge SS7

30%

20%

10%

Charge SS7
0%
70 90 110 130 150 170 190 210
Trafic SDCC H

Figure IV - 1: Evolution de la charge des liens SS7 selon le trafic SDCCH pour 5 liens
On opte alors pour la modélisation linéaire
• Il faux dimensionner selon le maximum et non pas selon la moyenne
En tenant en compte cette contrainte, on obtient la courbe d’estimation suivante :

44
Chapitre 4 : Conception

Charge SS7 = f #SS7=5 (Trafic SDCCH)


60%

50%

40%
Charge SS7

30%

20%

10%
Charge SS7
Série2
0%
70 90 110 130 150 170 190 210
Trafic SDCCH

Figure IV - 2: Estimation de la charge SS7 sur 5 liens

En répétant cette procédure pour chaque nombre de liens, on parvient à trouver l’équation
d’estimation de l’évolution de la charge sur les liens SS7. La figure ci-jointe résume
l’ensemble des courbes d’estimation.
Charge SS7 = f #SS7 ( SDCCH )
60%

55%

50%

45%

40%
Charge SS7

35%

30%

25%

20%

15% 2 liens
3 liens
10% 4 liens
5 liens
5% 40%
6 liens
0%
0 50 100 Trafic SDCCH 150 200 250

Figure IV - 3: Estimation de l'évolution de la charge SS7 pour 2, 3, 4, 5 et 6 liens

• La charge sur les liens SS7 ne doit pas dépasser 40%


o La courbe en points jaunes illustre le chemin à suivre pour déterminer le nombre de
liens SS7 selon le trafic SDCCH en tenant en compte la contrainte des 40%.

45
Chapitre 4 : Conception

Le modèle de dimensionnement des liens SS7 est alors le suivant :

NB liens Min Trafic Max Trafic


SS7 SDCCH SDCCH
2 0 90
Trafic SDCCH 3 95 115 # SS7
4 120 140
5 145 165
6 170 +

Figure IV - 4: Modèle de dimensionnement des liens SS7 selon le trafic SDCCH

4.1.1.2 Deuxième approche


Le canal SDCCH est utilisé pour la signalisation en mode dédié. Cette signalisation
concerne :
- La mise à jour de localisation
- L’établissement d’appel
- Le transfert des messages courts
La mise à jour de localisation a deux types : la mise à jour périodique et la mise à jour sur
changement de zone. Le premier type peut être considéré comme un phénomène constant à
apport inchangé au niveau du SDCCH.
Le second type est une caractéristique de la zone de localisation. En d’autres termes, Il est
presque constant sauf cas de découpage de LAC.
On en déduit que les deux phénomènes aléatoires qui peuvent influencer la variation du
SDCCH sont le trafic de parole et le trafic de messages courts.
Ayant un coefficient de corrélation de 0.8 entre le trafic TCH et le trafic SDCCH, on opté
pour la modélisation du second trafic selon le premier.
Durant une période de 40 jours, on a observé l’évolution du trafic SDCCH en fonction du
trafic TCH sur plus de 15 BSC. Cette évolution est illustrée par la courbe ci-dessous.

46
Chapitre 4 : Conception

SDCCH=f(TCH)
800
700
600
500
400
300
200
100
0
0 200 400 600 800 1000 1200

Figure IV - 5 : Evolution du SDCCH en fonction du TCH de 01/03/05 à 06/04/05


On remarque que l’évolution du SDCCH en fonction du TCH est presque linéaire.
• Type d’équation
Cette courbe peut être modélisée par une équation de la forme y = ax + b
• Calcul des paramètres
On adopte la méthode de maximum de vraisemblance pour calculer les coefficients a et b de
l’équation. On a alors
a = covariance (SDCCH, TCH)/ Variance (TCH)
b = moyenne (SDCCH)- a * moyenne (TCH)
L’équation ainsi définie est alors : SDCCH= TCH * 0.21 + 16
La figure en dessus permet de visualiser la similitude entre la courbe d’estimation et les
valeurs réelles.
SDCCH=f(TCH)

800
700
SDCCH estimé
600
SDCCH
Trafic SDCCH

500
400
300
200
100
0
0 200 400 600 800 1000 1200

Trafic TCH

Figure IV - 6: Comparaison entre SDCCH estimé & SDCCH réel

47
Chapitre 4 : Conception

4.1.1.3 Synthèse
En une première étape, on a modélisé le dimensionnement des liens SS7 en fonction du trafic
SDCCH.
En une deuxième étape, on a estimé l’évolution du trafic SDCCH en fonction du trafic TCH.
Il devient alors possible de dimensionner les liens SS7 en fonction du trafic TCH
directement. Le schème ci-dessous synthétise le model proposé pour le dimensionnement des
liens SS7 en fonction du trafic TCH.

NB liens SS7 Min Trafic TCH Max Trafic TCH


2 0 370
3 375 490
Trafic SDCCH # SS7
4 495 610
5 615 730
6 735 +

Figure IV - 7: Modèle de dimensionnement des liens SS7 selon le trafic TCH

4.1.2 Modèle de dimensionnement de l’évolution du trafic en été


Au cours de l’opération de dimensionnement, il est indispensable de pouvoir estimer le trafic.
En effet, cette donnée permet le dimensionnement optimal des liens Ater (BSC-MSC). Le
dimensionnement optimal évite principalement le sous-dimensionnement qui induit la
congestion.
Vue que le dimensionnement se fait sur des intervalles de temps importants tels une année, il
devient indispensable de recourir aux estimations. Les estimations se base généralement sur
des modèles de variations déjà établis.
L’évolution du trafic général a trois types : une évolution normale suite à l’évolution du
nombre des abonnés, une évolution occasionnelle qui dépend des fêtes et des vacances et une
évolution suite au lancement de nouvelles offres tel que la réduction du prix de
communication la nuit.
Sur le plan pratique, on dispose déjà de modèles de prédiction des évolutions normales et des
évolutions de quelques occasions tel que la fête de l’an ; mais pas de modèle pour les
variations des vacances d’été.

48
Chapitre 4 : Conception

4.1.2.1 Problématique
La période d’été est caractérisée par une mobilité exceptionnelle des abonnés. Ceci génère
une nouvelle distribution des zones à haute densité. Au niveau de ces zones, le trafic
enregistré suit une évolution plus importante que la normale d’où la nécessité de l’estimer.

4.1.2.2 Hypothèses
En été, on enregistre une forte évolution du trafic. Le trafic total est affecté par deux facteurs
qui sont le nombre des abonnés et la moyenne de communication par abonné. On suppose
donc que cette évolution est due soit à l’:
- Evolution occasionnelle du nombre des abonnés
- Augmentation de la moyenne de communication par abonné.

4.1.2.3 Démarche
Avec ces deux hypothèses, on propose d’observer parallèlement l’évolution du trafic et de
l’évolution du nombre des abonnés dans chaque zone de localisation.
La période d’observation s’étale sur 5 mois ; depuis le mois de mai jusqu’au mois de
septembre. Cet intervalle plonge la période d’été dans deux mois de référence qui permettent
la comparaison avec l’état normal du réseau.

4.1.2.4 Observations
Les trois figures suivantes illustrent l’évolution du trafic et du nombre des abonnés dans les
régions de Nabeul, La Marsa et Gabes. On note que le nombre des abonnés est désigné par
AMS (Attached Mobile Station).

2500 100000
90000
2000 80000
70000
- Nb AMS -
- Trafic -

1500 60000
50000
1000 40000
Trafic
201(trafic) 30000
500 20000
NbNabeul
abonnés 10000
0 0

004 004 004 004 004 004 004 004 004 004 004 004 004 004 004
/2 /2 /2 /2 /2 /2 /2 /2 /2 /2 /2 /2 /2 /2 /2
/05 /05 /05 /06 /06 /06 /07 /07 /07 /08 /08 /08 /09 /09 /09
03 12 22 02 12 23 03 14 24 04 14 25 04 15 25
- Date -

Figure IV - 8: Evolution du nombre des abonnés et du trafic en été dans la zone de Nabeul

49
Chapitre 4 : Conception

1200 60000
1000 50000

- Nb AMS -
800 40000
- Trafic -

600 30000
400 101(trafic)
Trafic 20000
200 Marsa(AMS)
Nb abonnés 10000
0 0

04 04 04 04 04 04 04 04 04 04 04 04 04 04 04
/2 0 /2 0 /2 0 /2 0 /2 0 /2 0 /2 0 /2 0 /2 0 /2 0 /2 0 /2 0 /2 0 /2 0 /2 0
5 5 5 6 6 6 7 7 7 8 8 8 9 9 9
3 /0 2 /0 2 /0 2 /0 2 /0 3 /0 3 /0 4 /0 4 /0 4 /0 4 /0 5 /0 4 /0 5 /0 5 /0
0 1 2 0 1 2 0 1 2 0 1 2 0 1 2
- Date -

Figure IV - 9: Evolution du nombre des abonnés et du trafic en été dans la zone du Marsa

350 16000
300 14000

250 12000

- Nb AMS -
10000
- Trafic -

200
8000
150
6000
100 403(trafic)
Trafic 4000
50 Nb abonnés
Gabes(AMS)
2000
0 0
15 5 /2 4
22 5 /2 4
29 5 /2 4
05 5 /2 4
12 6 /2 4
19 6 /2 4
26 6 /2 4
03 6 /2 4
10 7 /2 4
17 7 /2 4
24 7 /2 4
31 7 /2 4
07 7 /2 4
14 8 /2 4
21 8 /2 4
28 8 /2 4
04 8 /2 4
11 9 /2 4
18 9 /2 4
25 9 /2 4
/0 004
04
/0 00
/0 00
/0 00
/0 00
/0 00
/0 00
/0 00
/0 00
/0 00
/0 00
/0 00
/0 00
/0 00
/0 00
/0 00
/0 00
/0 00
/0 00
/0 00
/0 00

20
08 5 /2

9/
/0
03

- Date -

Figure IV - 10: Evolution du nombre des abonnés et du trafic en été dans la zone de Gabes

4.1.2.5 Interprétation
Suite aux observations, on a pu classer les zones de localisation selon quatre catégories :
Catégorie 1 : pas d’évolution remarquable en été
catégorie non affectée par l’été
Catégorie 2 : évolution continue même en septembre (figure IV-10)
évolution due aux ventes
catégorie non affectée par l’été
Catégorie 3 : évolution en parallèle du nombre des abonnés et du trafic juste en été
catégorie affectée par l’été
Catégorie 4 : évolution du trafic uniquement en été non accompagnée de celle des abonnés

50
Chapitre 4 : Conception

catégorie affectée par l’été


On en déduit que seules les zones de localisation qui appartiennent à la catégorie 3 ou à la
catégorie 4 sont affectées par l’été et donc elles seront les seules à être modélisées.
La troisième catégorie illustre une évolution du trafic suite à une augmentation du nombre
des abonnés. Par contre, la quatrième catégorie illustre cette évolution suite à une
augmentation de la moyenne de trafic par abonné.

4.1.2.6 Modélisation
On a déjà remarqué que le trafic total varie selon le nombre des abonnés et la moyenne de
trafic par abonné. On en déduit que :

Trafic Total = Nombre des abonnés * moyenne de trafic par abonné

Dans la quatrième catégorie on comptabilise une variation au niveau de la moyenne de trafic


par abonné d’où l’on va garder constante l’évolution du nombre des abonnés et on va
enregistrer la moyenne de trafic. D’où, on déduit que

Trafic Total catégorie4 = Nombre des abonnés * moyenne de trafic par abonné en été

Dans la troisième catégorie on observe l’évolution du trafic total suite à l’évolution du


nombre des abonnés. En observant l’évolution des stations mobiles sur tout le réseau, on
remarque qu’elle ne montre pas une évolution exceptionnelle en été. On en déduit donc que
l’on a une variation de la distribution des abonnés sur le territoire. D’où l’idée d’estimer la
part de chaque zone de cette catégorie en terme de nombre d’abonné. Cette part est le rapport
entre le nombre de station mobiles sur tout le réseau et le nombre de station mobiles sur cette
zone en été. D’où, on abouti à la forme d’estimation suivante
Trafic Total catégorie3
=
(Nombre des abonnés dans le réseau * part de la zone)
*
Moyenne de trafic par abonné

4.1.2.7 Résumé
Suite à une classification des zones de localisation dans une des trois catégories à savoir non
affectée par l’été ou affecté suite à une évolution du nombre des abonnés ou affectée suite à

51
Chapitre 4 : Conception

une variation de la moyenne de trafic par abonné, il devient possible d’estimer le trafic
estival à partir du mois de mai comme le montre les deux graphes qui suivant et où AMS
désigne le nombre des station mobiles attachés au réseau qui n’est autre que le nombre des
abonnées qui génèrent le trafic.

Moyenne de communication Moyenne de communication


par abonné selon mois par abonné
Coef. évolution AMS
Coef. évolution AMS dans le réseau

* AMS estimé été (i)


* Nb AMS Mai (i)
* AMS estimé été (i)
*
Nb. AMS Mai (i)
Pourcentage AMS %
réseau selon mois dans
Trafic estimé pour été (i) Trafic estimé pour été (i)
LAC

Dimensionnement des ressources BSS Dimensionnement des ressources BSS


extension BSC, liens BSC-MSC extension BSC, liens BSC-MSC

Modèle de la catégorie 4 Modèle de la catégorie 3

4.2 Conception de l’outil

4.2.1 Choix de l’architecture


Il existe plusieurs types d’architectures d’applications. Parmi ces architectures, on site :
o L’architecture centralisée où les données et l’application sont co-localisées. Cette
architecture présente l’avantage de la facilité d’administration. Par contre, elle a
l’inconvénient de la redondance des données chez chaque utilisateur.
o L’architecture client – serveur où l’application est subdivisée entre deux tâches client
et serveur qui coopèrent ensemble via des requêtes et des réponses. Cette architecture
a l’avantage du partage d’une même base de données entre les différents utilisateurs.
Par contre, elle présente l’inconvénient de l’absorption des ressources du serveur vue
que chaque session nécessite une connexion de base de données distincte.
L’architecture retenue pour l’application est l’architecture centralisée vue la facilité
de son implémentation de plus les données manipulées par l’application ne varient pas
quotidiennement ; Elles sont rafraîchies mensuellement.

52
Chapitre 4 : Conception

4.2.2 Conception de la base de données


Pour parvenir à la conception de la base de données, on débute par un récapitulatif des
caractéristiques des différentes données à manipuler. Par la suite, on présente le modèle
conceptuel de la base.

4.2.2.1 Cahier des charges


En entrée on dispose des données reflétant l’état du réseau à savoir les BTS en service ou
planifiées, la configuration des BSC en service et l’état des transcodeurs.
Une BTS en service a un code unique et un nom unique dans le réseau. Elle est caractérisée
par ses coordonnées géographiques x et y. Elle est composée d’au plus trois sites. Chaque
site contient un certain nombre de TRx n’excédent pas les 8 TRx. Un TRx a deux
configurations : une configuration pour le service voix indispensable et une configuration
pour le service de données exigée uniquement si ce service est fonctionnel.
Une BTS planifiée a quelques une des caractéristiques d’une BTS en service qui sont le code
unique, le nom, la position et la configuration. La date de mise en service de la BTS est
exprimée en trimestre. Le BSC de raccordement de la BTS n’est pas défini mais il est
indispensable de le déterminer pour raccorder la BTS au réseau.
Le BSC est une entité du réseau identifiée par son code unique. Sa position géographique est
connue. Il a une marque et une configuration spécifique à cette marque. Selon sa marque et
sa configuration, le BSC a une capacité maximale en terme de TRx, BTS et PCU. Le nombre
de TRx et de BTS pris encharge par le BSC est fonction de la distribution des sites du
réseau. Le nombre de liens Ater qui lient le BSC au MSC est fonction du trafic acheminé par
le BSC. L’évolution de ce trafic dépend des événements.
Un événement est une promotion ou une occasion périodique à cadence trimestrielle ou
annuelle. Un événement a forcément une date de début et peut avoir une date de fin. Il peut
affecter le réseau partiellement ou globalement. Son impact peut varier d’une zone à une
autre. Cet impact est mesuré en terme de pourcentage de trafic. Ce pourcentage varie d’une
zone à une autre. Une zone peut être tout le réseau, une zone de constructeur, un LAC ou un
BSC.
Chaque BSC est raccordé à un seul MSC. La position de cet MSC ainsi que son code sont
prédéfinis. Les liens Ater qui lient le BSC au MSC acheminent le trafic de voix de
signalisation et de données (si l’on adopte la solution mixte de transmission des données du
BSS vers le SGSN).

53
Chapitre 4 : Conception

Le nombre de liens de trafic varie selon le trafic estimé. Le nombre de liens de signalisation
varie selon le trafic de signalisation estimé. Le nombre de liens de données varie selon le
trafic de données estimé.

4.2.2.2 Conception de la base de données


En se basant sur le cahier de charges précédent, on propose de concevoir une base de
données à six entités qui sont la table BTS, la table BSC, la table transcodeur, la table MSC
et la table événement. Les caractéristiques des différentes entités de la base sont résumées
dans les tableaux suivants :

• La table BTS

Elément Désignation Contrainte


Id_BTS Identité de la BTS dans le réseau Clé primaire
Const_BTS Constructeur de la BTS
x_BTS Coordonnées x de le BTS
y_BTS Coordonnées y de la BTS
Situation Etat du site : en service ou planifié
Conf_BTS_TRx Configuration en nombre de TRx de la
Conf_BTS_HR Distribution des TRx HR dans la BTS
Conf_BTS_données Nb de TS pour la transmission des données
BSC le BSC de raccordement du site
LAC_BTS LAC de la BTS
Tableau IV - 1: Description de la table BTS

54
Chapitre 4 : Conception

• La table BSC

Elément Désignation Contrainte


Id_BSC Identité de la BSC dans le réseau Clé primaire
Const_BSC Constructeur du BSC
x_BSC Coordonnées x du BSC
y_BSC Coordonnées y du BSC
Site Emplacement du BSC
Conf_BSC Configuration du BSC
Nb_Asub Nombre de liens Asub du BSC
Nb_SS7 Nombre de liens SS7
Trafic Trafic supporté par le BSC
Nb PDTCH Trafic de données supporté par le BSC
Nb PCU Nombre de PCU actifs
Nb_modules_TC Nb de modules du BSC au TC
TC_BSC Identité du TC de ce BSC
LAC_BSC LAC du BSC
Tableau IV - 2: Description de la table BSC

• La table MSC

Elément Désignation Contrainte


Id_MSC Identité du MSC dans le réseau Clé primaire
x_MSC Coordonnées x du MSC
y_MSC Coordonnées y du MSC
Site Emplacement du MSC
Trafic_BH_MSC Trafic maximal supporté par le MSC
Nb_ab_VLR Moyenne du nombre d’abonnés VLR
Capacité_max_PCM Capacité maximale du MSC en PCM
Nb_PCM_utilisés Nombre de PCM utiliseés
Tableau IV - 3: Description de la table MSC

55
Chapitre 4 : Conception

• La table Transcodeur

Elément Désignation Contrainte


Id_TC Identité du Transcodeur dans le réseau Clé primaire
x_TC Coordonnées x du Transcodeur
y_TC Coordonnées y du Transcodeur
Site Emplacement du TC
Capacité_max_module Capacité maximale en PCM d’un module
Nb_modules_utilisés Nombre de module en service du TC
Capacité_module Capacité maximale en module du TC
Tableau IV - 4: Description de la table Transcodeur

• La table Constructeur

Elément Désignation Contrainte


Nom_constructeur Nom du constructeur du BSC
Configuration Configuration du BSC Clé primaire
Capacité_max_TRx Capacité maximale en TRx du BSC
Capacité_max_PCU Capacité maximale en PCU du BSC
Charge_maximale Capacité maximale d’un PCU
Tableau IV - 5: Description de la table Fournisseur

• La table Event

Elément Désignation Contrainte


Evénement Nom de l’événement Clé primaire
Zone_événement Zone d’application de ce taux
Date_début Date de début de l’événement
Date_fin Date de fin de l’événement
Taux_évolution_trafic Taux d’évolution du trafic
Tableau IV - 6: Description de la table événement

56
Chapitre 4 : Conception

Les différentes relations qui lient ces tableaux sont présentées par le schéma relationnel
suivant :

Figure IV - 11: Schéma de la base de données

Conclusion

Au cours de la phase de conception, on a défini les structures à implémenter. Ces structures


englobent les modèles de dimensionnement pour les liens SS7 et le trafic d’été et les
composants de la base de données.
A cette étape il devient possible de passer à la phase de réalisation où il devient possible
d’implémenter ces modèles.

57
Chapitre 5 : Réalisation

Chapitre 5 : Réalisation

Introduction

L’étape de réalisation d’un outil informatique est l’étape où l’on traduit sa


conception et ses règles par un langage de programmation à fin d’aboutir à
une automatisation de ses besoins tels ils ont été défini dans la spécification.
Les performances de l’environnement de travail et le langage de
programmation sont des facteurs qui interviennent lors de l’étape de
réalisation d’un outil pour influer le résultat final.
Dans ce chapitre dernier, on va commencer par une description de
l’environnement de travail. Par la suite, on va justifier les différents choix
techniques de réalisation effectués. On va finir par une présentation des
interfaces de l’outil TBPT qui permettent de visualiser les différentes
fonctionnalités qu’il offre.

5.1 Environnement de travail

Pour la mise en service de cette application, on été mise à notre service un ordinateur ayant la
configuration matérielle suivante :
Processeur : Pentium IV 2.4 GHz.

Disque Dur : 40Go.

Mémoire 512 Mo

Carte Graphique GeforceIV 128Mo de RAM

58
Chapitre 5 : Réalisation

Et la configuration logicielle suivante :


Office 2000

Visual Basic

MapInfo Professionnel 6.0

MapBasic version 5.0

5.2 Choix techniques de réalisation


Le terme choix technique de réalisation veut dire la sélection des différents supports
informatiques qui seront utilisés lors de l’implémentation de l’outil.
Durant les étapes de spécification des besoins et de conception, on a noté que le TBPT va
utiliser les tableaux, les bases de données et les systèmes d’informations géographiques. On
en déduit alors, qu’en plus du choix du langage de programmation, on doit définir un système
de gestion de base de données, un système de gestion de tableaux et un SIG.

• Système de gestion de base de données : Access


La base de données du TBPT est une base simple formée d’un nombre réduit de tableaux.
Access est un SGBD a fonctionnalités satisfaisant les besoins d’une telle base. De plus,
Access est un software fourni avec le système d’exploitation Windows qui fait parti de
l’environnement de travail.

• Système de gestion des tableaux : Excel


Tout comme Access, le choix d’Excel revient au fait de sa disponibilité avec le SE
windows. De plus, Excel offre diverses options de traitements, utilisation et visualisation
des données comme l’affichage des graphes et la jointure.

• SIG : MapInfo
L’outil MapInfo est un SIG disponible dans l’environnement de travail. De plus, il est
possible d’ajouter des fonctionnalités à ce système grâce au langage MapBasic qui est un
langage simple et facile à manipuler même s’il est orienté programmation modulaire
uniquement.

59
Chapitre 5 : Réalisation

• Langage de programmation : Visual Basic


Le choix du langage de programmation Visual Basic est fondé essentiellement sur deux
critères : la compatibilité avec les fonctions de Windows et sa facilité à côté de la
diversité de ces fonctions. En effet, le VB permet d’accéder facilement aux applications
Access, Excel et MapInfo utilisées par le TBPT.

5.3 Les Interfaces Homme Machine


L’utilisateur du TBPT, en choisissant de l’activer, se trouve devant l’interface d’accueil
suivante :

Figure V - 1: Interface d'accueil du TBPT

En activant l’icône « Start », il peut accéder à la page de sélection de fonctions telle est
présentée dans l’image suivante :

60
Chapitre 5 : Réalisation

Figure V - 2: choix de l'action

Vue que l’ensemble de ces actions manipule des données, l’utilisateur doit préciser celles
qu’il veut intégrer. Ce choix est possible en activant l’icône « Projet ». Cette icône permet
soit de réutiliser des données déjà existantes (« Existing project ») soit d’initialiser la base de
données en important les données d’un fichier Excel dont le format est prédéfini.
La forme de ce classeur se compose de cinq feuilles :
- « Planned – Sites » où l’on trouve les coordonnées, la configuration voix et données et
la date de lancement de chaque nouveau site.
- « BTS » qui englobe les données relatives aux sites en service qui reprennent ceux des
sites planifiés (à l’exception de la date de lancement) et y rajoute le BSC, le LAC et le
nombre des TRx en half rate.
- « BSC » qui enregistre la situation actuelle du BSC en terme de configuration et
nombre de liens Ater et SS7 et nombre de modules TC et PCU.
- « Transcoder » qui caractérise les transcodeurs en service
- « MSC » qui caractérise les MSC en service

Figure V - 3: Choix de la source des données

61
Chapitre 5 : Réalisation

Le choix de l’option « New Project » mène l’utilisateur à la page suivante où il peut


télécharger son fichier.

Figure V - 4: Téléchargement des données


De retour aux choix de l’action et comme le montre l’option « action » dans le menu,
l’utilisateur a le choix entre plusieurs fonctions tel que le dimensionnement, la modification
des données enregistrées dans la base et la visualisation de la topologie du réseau.
En choisissant la fonction « Dimensionning » le TBPT entame une action de
dimensionnement du hardware BSS selon la configuration du matériel disponible et les
estimations futures d’évolution du réseau. Suite au dimensionnement, l’utilisateur peut choisir
l’option « save » de l’icône « Project » de la barre de menu pour enregistrer les nouvelles
configurations de matériel calculées par le TBPT dans un fichier Excel prédéfini nommé
« output matrix ». Dans ce fichier, et pour chaque trimestre, on trouve la configuration, le
nombre de liens Ater et SS7 et le nombre de modules transcodeur et PCU spécifique à chaque
BSC.
Afin de mieux pouvoir visualiser les changements de configuration matérielle du BSS,
l’utilisateur peut choisir la fonction « Topology » dans le menu « Action ». Cette option ouvre
une fenêtre MapInfo sur un exécutable « TBPT » réalisée avec le MapBasic, connecté sur la
même base du TBPT et sensible à ses variations. Le TBPT sur MapInfo permet à l’utilisateur
soit de visualiser la topologie existante du réseau soit de visualiser les modifications
recommandées lors de la phase de dimensionnement comme le montre sa barre de menu dans
l’image suivante :

62
Chapitre 5 : Réalisation

Figure V - 5: Les options de visualisation géographique offertes par le TBPT


En choisissant de visualiser la topologie existante, l’utilisateur peut voir l’emplacement des
BTS utilisées, les BSC en service leurs MSC respectifs ainsi que le nombre de liens Ater qui
les joints comme on peut le voire dans la figure suivante :

Figure V - 6: Visualisation de la topologie existante

En choisissant de visualiser l’évolution du BSS, l’utilisateur peut voir les différents


changements implorés par l’opération de dimensionnement. Ainsi, par exemple, les nouveaux

63
Chapitre 5 : Réalisation

BSC sont présentés par des symboles différents de ceux déjà existants. A côté des BSC déjà
en service et où l’on note un changement de configuration, un symbole désignant la nature de
ce changement apparaît. Par exemple, la mise à niveau du BSC est présentée par un carré et
l’ajout d’un lien Ater est visualisé par un triangle orienté vers le haut. L’image ci-dessous
représente ces symboles.

Figure V - 7: Affichage géographique du résultat de dimensionnement

Conclusion

Durant l’étape de réalisation et grâce à l’environnement de travail disponible, il a été possible


de développer le TBPT en répondant en une grande partie aux exigences de la spécification.
En effet, à ce niveau, le TBPT répond aux besoins fonctionnels demandés qui sont
principalement le dimensionnement et la planification du hardware BSS pour les réseaux
GSM et GPRS en plus à la flexibilité de l’intégration, manipulation et visualisation des
données.

64
Conclusion Générale

Conclusion Générale

Le but de ce projet était la conception et le développement d’un outil de panification BSS


pour les réseaux GSM et GPRS.

Pour le mener, il a été indispensable de commencer par une étude théorique des
caractéristiques de ces réseaux et en particulier l’équipement BSC comme il est l’équipement
intelligent du BSS. Par la suite, on s’est focalisé sur les règles de dimensionnement théoriques
et pratiques du BSS. En effet, la diversité de réalisation des constructeurs a nécessité une
étude séparée des caractéristiques de leurs équipements.

En plus à cette étude, et suite à une analyse des quelques méthodes utilisées pour le
dimensionnement, il a été possible de proposer un processus de dimensionnement à suivre.

En définissant ce processus, il s’est avéré que certains modèles doivent être définis. Ces
modèles sont le modèle de dimensionnement des liens SS7 et le modèle de prédiction de
l’évolution du trafic en été pour le dimensionnement des liens Ater.

L’élaboration du premier modèle s’est basée sur l’observation de l’évolution des trafics TCH
et SDCCH et la charge des liens SS7. Le second modèle s’est basé sur la corrélation entre
l’évolution du nombre des abonnés et du trafic total par zone de localisation.

En achevant la phase de conception, il est devenu possible de réaliser le TBPT. A ce stade, le


TBPT assure le dimensionnement et la planification des liens Ater et SS7 et du BSC, PCU et
transcodeur sur une période qui peut atteindre une année. Ces procédures respectent la
diversité des constructeurs et l’évolution des paramètre du réseau. En une étape ultérieure, et
pour avoir plus d’autonomie, on peut ajouter des fonctions de prédiction du trafic de données.

65
Bibliographie

Bibliographie

[1] Lagrange X., Goldewski P., Tabbane S., Réseaux GSM-DCS des principes à la norme,
Hermes Sience Publication, Paris, 1999
[2] Tabbane S., Ingénierie des réseaux cellulaires, Hermes Sience Publication, 2002
[3] Alcatel, Alcatel Bss 900/1800 Introduction Au Sous–Systeme Bss, 1998
[4] Alcatel, Bss B7.2 Dimensioning Rules Configuration Description,2003
[5] Siemens, Information Base Station System Technical Description (TED:BSS) Common,
2002
[6] UMTS Forum - The UMTS Third Generation Market:Structuring the Service Revenues
Opportunities- rapport n°9 de l’UMTS Forum septembre 2000
[7] www.Alcatel.com
[8] www.Siemens.com
[9] www.zte.com
[10] www.prestige-tel.com
[11] www.esg.de
[12] www.ericsson.com
[13] www.gsmworld.com

66
Annexe I : La signalisation SS7

Annexe 1: La Signalisation SS7

Parallèlement à la numérisation du réseau téléphonique commuté, la nécessité d’améliorer la


rapidité des échanges de signalisation a été ressentie.
De nouveaux services comme le transfert d’appel ont été ouverts. Ils peuvent nécessiter un
échange de signalisation sans établissement réel d’un circuit de communication. Il a donc
fallu séparer la signalisation de la transmission et faire transiter cette signalisation sur des
liaisons spécifiques. C’est la signalisation par canal sémaphore.
La signalisation par canal sémaphore est une méthode dans laquelle le canal sémaphore
achemine sous forme de trames sémaphores, l’information de signalisation se rapportant à des
circuits ou à des messages de gestion et de supervision.
L’ensemble de canaux de signalisation forme un réseau spécialisé dans le transfert de la
signalisation, appelé SS7. Ce réseau sémaphore numéro 7 fonctionne suivant le principe de la
commutation de paquets. Il possède des routeurs de paquets appelés point de transfert et des
équipements terminaux qui sont des centraux téléphoniques, des serveurs et des bases de
données. Ces derniers sont appelés des points sémaphores.

1. La pile de protocole SS7

La structure du réseau SS7 en couche répond en partie aux exigences du modèle OSI. Elle est
subdivisée en niveaux comme l’illustre la figure ci-dessous.

67
Annexe I : La signalisation SS7

OMAP MAP INAP

TCAP ISUP

SCCP

MTP Niveau 3

MTP Niveau 2

MTP Niveau 1

Figure 1: Pile de protocole SS7

1.1 Le MTP
Le sous-système MTP est composé de trois couches qui sont :
• MTP niveau1
Ce niveau définit les caractéristiques physiques, électriques et fonctionnelles d’une liaison
sémaphore de données et les moyens d’y accéder. Généralement, la signalisation est
acheminée sur des supports numériques à 64Kbit/s.
• MTP niveau2
Similaire à la couche liaison de données du modèle OSI, ce niveau offre les procédures de
transfert fiable des messages de signalisation entre deux SP. Les principales fonctions qu’il
assure sont la délimitation des unités de signalisation, la détection et la correction des erreurs
et le contrôle de flux.
• MTP niveau3
Les fonctions de ce niveau regroupent le traitement des messages de signalisation et la
gestion du réseau de signalisation

1.2 Signalling Connection Control Part: SCCP


Associé au MTP3, ils forment le Network Service Part NSP. Le NSP est l’équivalent de la
couche réseau du modèle OSI. En effet, le MTP3 ne peut router les messages de signalisation
que dans le réseau sémaphore auquel il appartient. Ce routage se fait suivant le code du point
de destination (DPC, Destination Point Code) qui est spécifique au réseau interne. La fonction
de traduction offerte par le SCCP permet l’acheminement des message de signalisation à

68
Annexe I : La signalisation SS7

l’échelle internationale ; Le SCCP traduit le DPC en une « adresse globale » identifiable par
les passerelles internationales et inversement. Le SCCP assure ce rôle en mode connexion ou
sans-connexion.
1.3 Le TCAP : Transaction Capabilities Application Part
Le TCAP fournit les primitives permettant l’échange d’informations entre deux applications.
Il est structuré en deux sous-couches :
- La sous-couche composant qui offre un service de gestion de composants. Un
composant consiste en un lancement, un résultat positif ou négatif, ou un rejet
d’opération.
- La sous-couche Transaction qui offre un service de gestion de dialogue. Ce service
permet à deux entités distantes d’ouvrir, de poursuivre et de terminer des dialogues, et
d’interagir entre elles.
1.4 Le ISUP : ISDN User Part
C’est le protocole de signalisation qui fourni les fonctions de signalisation nécessaires à la
prise en charge des connexions dans les réseaux à commutation nationaux et internationaux.
Par ailleurs, le ISUP supporte un ensemble de services complémentaires tel que le transfert
d’appel, le renvoi d’appel et la présentation de l’identificateur de la ligne appelante.

2 La signalisation au niveau du BSS


En cette partie, on propose de prendre avec plus de détailles la signalisation sémaphore dans
le réseau GSM et plus particulièrement au niveau du sous-système de base. Pour se faire, on
va présenter la structure en couche au niveau de chaque entité du BSS.
2.1 La structure en couche au niveau du MS
2.1.1 La couche liaison de données
Le protocole utilisé au niveau de cette couche est le protocole LAPDm (Link Access Protocol
for the Dm channel). Il permet :
- La délimitation des trames
- Le codage correcteur d’erreurs
- Le transfert en mode connecté et non connecté
Une trame LAPDm se compose d’un champ d’adresse, un champ de control, un champ
nombre d’octet d’information, un champ information et des octets de bourrage comme le
montre la figure ci-dessous.

69
Annexe I : La signalisation SS7

Champ Champ Nb d’octets Octets de


Adresse Contrôle d’information Informations bourrage

Figure 2: Structure d'une trame LAPDm

Le champ adresse renferme l’identificateur du point d’accès SAPI (Service Access Point
Identifier) utilisé pour orienter le message vers le service adéquat dans les couches
supérieures. D’où, le SAPI offre la simultanéité des services entre deux terminaux de
connexion.
Les SAPI utilisés au niveau de l’interface radio sont 0 et 3 ; le SAPI 0 indique les messages
de signalisation, le SAPI 3 désigne le service de messages courts.

2.1.2 La couche réseau


Elle est composée de trois sous-couches RR, MM, CM. Afin de pouvoir distinguer la sous-
couche à la quelle appartient un message, la structure de ce dernier prévoit un champ dit
« discriminateur de protocole » qui indique la sous-couche responsable des informations
encapsulées.
Ces trois sous-couches suivent une disposition hiérarchique. Au plus haut niveau, on trouve la
CM, puis vient la MM qui repose sur la RR. Bien que ces couches s’interagissent et s’offrent
des services, le message de l’une passe d’une façon transparente – sans encapsulation –
devant les autres couches.
La distribution des rôles entre ces différentes couches est la suivante :
• Sous-couche RR (Radio Ressource)
Elle gère la connexion radio. Ceci veut dire qu’elle s’occupe de l’établissement et du
rétablissement du circuit dédié entre le mobile et le BSC.
• Sous-couche MM (Mobilty Management)
Elle a trois principaux rôles qui sont la gestion de la mobilité en particulier lors de la mise à
jour de la localisation, la gestion des connexions MM et la gestion des fonctions de sécurité
enclenchées lors de la demande d’un nouveau service tel que l’authentification.
En assurant la fonction de gestion de la mobilité, cette sous-couche ramène la connexion
mobile-réseau à une connexion similaire à celle terminal fixe-réseau RNIS. Elle rend
transparent l’aspect itinérant et radio du MS pour la couche CM.
• Sous-couche CM (Call Management)

70
Annexe I : La signalisation SS7

2.2 La structure en couche au niveau de l’interface Abis


2.2.1 La couche physique
Le support physique de l’interface Abis transite deux types d’information qui sont le trafic et
la signalisation. Ces données sont acheminées à des débits de 16 Kbit/s ou 64 Kbit/s. Les
données de signalisation peuvent être échangées entre MS-BSC, MS-MSC ou BTS-BSC.
2.2.2 La couche liaison de données
Le protocole utilisé au niveau de cette couche est le protocole LAPD similaire au protocole
LAPDm décrit dans le paragraphe précédent. L’utilisation du SAPI permet la discrimination
du type des messages supportés par cette interface qui sont :
- Les messages de niveau supérieures (MS-BSC, MS-MSC) identifiés par le
SAPI 0
- Les messages de supervision et de maintenance de la BTS identifiés par le
SAPI 62
- Les messages de gestion de la liaison de données BTS-MSC identifiés par le
SAPI 63
2.2.3 La couche réseau
Au niveau de cette couche, la BTS parvient à distinguer entre les messages de supervisions,
de maintenance et de gestion échangé avec le BSC et les messages de couches supérieures
échangés entre le MS et le réseau.
Pour assurer cette fonction, cette couche se compose de trois entités qui sont :
- Distribution qui lit le champ « discriminateur » encapsulé dans le message
pour déterminer s’il est transparent ou pas par rapport à la BTS.
- Message transparent qui gère les messages auquel la BTS joue le rôle de relais
- BTS Management qui prend en charge les messages de commandes et donc
non transparent entre la BTS et le BSC.
2.3 La structure en couche au niveau de l’interface A
2.3.1 La couche physique & La couche liaison de données
Vue que la signalisation définie à ce niveau est celle du SS7. La couche physique et la couche
liaison de données reprennent les principes des couches MTP1 et MTP2 du SS7.
2.3.2 La couche réseau
La couche réseau de l’interface A se compose de trois couches qui sont la sous-couche
MTP3, la sous-couche SCCP et la sous-couche BSSAp (BSS Application). Les deux

71
Annexe I : La signalisation SS7

premières sous-couches sont spécifiques au SS7. Le BSS Ap est une application adaptée à la
signalisation GSM qui se compose des protocoles BSSMAP et DTAP.
Cette application permet au BSC d’acheminer les messages qui lui sont transparents (MS-
MSC) et d’interpréter ceux qui lui sont adressés. Un discriminateur BSSMAP-DTAP permet
d’acheminer le message vers son application grâce à l’en-tête du BSS Ap.
• Le protocole BSS MAP
Ce protocole gère les messages envoyés pour le BSC. Ces messages peuvent concerner tout le
BSC ou un canal radio dédié. Les messages du premier type peuvent être la mise hors service
d’un circuit de parole entre le BSC et le MSC ou l’interrogation des ressources disponibles au
BSC. Les messages du second type peuvent être l’allocation d’un canal radio TCH ou
l’exécution d’un handover.
• Le protocole DTAP
Ce protocole gère les messages échangés entre le mobile et le MSC. Indifférent au contenu
du message, son rôle est de permettre au BSC d’aiguiller le message vers le canal RR qui lui
correspond [1].

72
Annexe II : Le GPRS

Annexe 2: Le GPRS

Le GPRS (General Packet Radio Services), est une technologie orientée paquets destinée à
fonctionner sur des réseaux GSM. La technologie GPRS est destinée à remplacer les
technologies CSD (Circuit Switched Data) et SMS (Short Message Service) utilisées pour le
transport des données sur les réseaux GSM. Ceci permet d'obtenir des débits de transfert de
données plus importants sur les périphériques mobiles.

1. Les services du GPRS


Le GPRS peut être considéré comme un réseau de données à accès radio. De ce fait, il est
capable d’offrir tout services se rapportant aux réseaux de données. Le seul paramètre qui
peut restreindre cette gamme de service est le débit. Déjà cette contrainte divise les services
du GPRS en deux catégories :
- Les services point à point comme la consultation du Web et le transport des fichiers. C’est la
seule catégorie pouvant être offerte en première phase.
- Les services point à multipoint comme la diffusion d’information pour un certain nombre
d’abonnés.

2. Architecture du réseau GPRS


Le réseau GPRS et le réseau GSM fonctionnent en parallèle : le premier est utilisé pour le
transport de données et le second pour les services classiques de voix. Tous les deux utilisent
le même équipement BSS.
Le réseau coeur du GPRS est un réseau paquet interconnecté, pouvant être relié à divers types
de réseaux de données fixes (IP , X.25) ou encore à d’autres réseaux GPRS, exploités par
d’autres opérateurs.
Comme on la déjà indiqué, le GPRS réutilise quelques unes des entités du réseau GSM à
savoir la BTS. Pour supporter cette fonction, une nouvelle entité doit être implémentée au
niveau du la BTS qui est le CCU (Channel Codec Unit). Le CCU assure l’entrelacement et le
codage correcteurs d’erreurs ; deux fonctions principales pour l’encapsulation des données
dans les trames.

73
Annexe II : Le GPRS

A côté de ces entités, le réseau GPRS est composé d’un ensemble de routeurs qui reflètent sa
nature de réseau IP. Ces routeurs peuvent être classées en deux types suivant leur rôles : le
SGSN et le GGSN.
• Le SGSN est dit noeud de service. Il est relié à un ou plusieurs BSC. Son rôle
est de gérer les mobiles se trouvant dans sa zone de routage. Il est donc
responsable de la gestion de la mobilité et de l’activation des sessions.
• Le GGSN est dit noeud passerelle. Son rôle est de connecter le réseau GPRS
aux réseaux de données externes. Il est donc responsable du routage des
paquets de données vers la destination adéquate que ce soit vers le SGSN du
mobile ou vers le réseau de données externe demandé.
Entre le réseau BSS et le réseau GPRS, les trames de données passent à travers le PCU
(Packet Control Unit). Le PCU assure l’accès, l’allocation et la gestion du canal de données
au mobil. Pour les connexions déjà établies, il permet l’ordonnancement des transferts entre le
canal montant et le canal descendant ainsi que la segmentation et le réassemblage des trames
de données. L’emplacement du PCU varie selon le constructeur, généralement placé au
niveau du BSC, il peut se trouver aussi au niveau du la BTS ou du SGSN.
Tout comme le GSM, la norme GPRS défini un ensemble d’interfaces pour la communication
entre ces équipements. Le tableau ci-dessous récapitule l’ensemble des caractéristiques de ces
interfaces.
Nom Localisation Utilisation
Um MS – BTS Interface Radio
Abis BTS – BSC Divers
Gb BSS – SGSN Divers
Gc GGSN – HLR Intégration HLR pur activation d’un contexte
sur données entrantes
Gd SGSN – SMS-GMSC Echange de message court
SMS – IWMSC
Gf SGSN – EIR Vérification de l’identité du terminal
Gi GPRS – Réseau de données externe Transfert de données
Gn SGSN – SGSN Gestion de l’itinérance
SGSN – GGSN Activation de contexte, transfert de données
Gp PLMN – PLMN Liaison inter-opérateur
Gr SGSN – HLR Gestion de la localisation
Gs SGSN – MSC Gestion coordonnée de l’itinérance entre
GSM – circuit et GPRS
Tableau 1: Liste des interfaces dans un systéme GPRS

74
Annexe II : Le GPRS

3. Architecture en couche du système GPRS


A fin de pouvoir communiquer les uns avec les autres, un certain nombre de couches est
implémenté au niveau de chaque entité du réseau GPRS. Ces interfaces appartiennent soit aux
protocoles de transmission soit aux protocoles de signalisation. Dans cette partie, on se
propose de détailler les protocoles de transmission.
La liaison logique utilisée entre le MS et le GGSN repose sur le protocole X25 ou IP.
Pour communiquer avec le SGSN, le mobile utilise la couche LLC dont la principale fonction
est le chiffrement.
Entre le mobile et le BSS, les communications s’établissent au niveau de la couche RLC
(Radio Link Channel) qui repose sur la couche MAC (Medium Access Channel). Comme le
dit son nom, cette couche permet l’accès du mobile au canal physique. Cet accès ne peut se
faire que lors de la transmission des données.
Dans ce qui a précédé, on a présenté le BSS et le SGSN se font sur deux niveau, à savoir le
niveau frame relay et le niveau BSSGp. Le frame relay de niveau 2 permet d’avoir des nœuds
entre le BSS et le SGSN. Le BSSGp (BSS GPRS Protocol) assure la transparence du BSS et
la retransmission des données utilisateurs. En effet, le BSS n’est pas concernée par le contenu
des données.
Au niveau du SGSN et au dessus du BSS Gp se trouve la couche LLC qui comme on l’a déjà
défini assure la communication entre le MS et le routeur de service. Au dessus de cette
couche vient le protocole SNDCP.
Le principal rôle du protocole SNDCP (Subnet Dependent Convergence Protocol) est de
rendre transparent le l’aspect radiomobile du MS. En effet, les couches inférieures à ce
protocole du côté du BSS sont spécifiques aux réseaux mobiles. Par contre, le protocole avec
lequel il communique du côté GGSN est caractéristique des réseaux fixes. Ceci rend possible
la réutilisation des protocoles supérieurs déjà standardisés pour les réseaux fixes de données.
Entre le SGSN et le GGSN, sont normalisées les couches GTP, UDP/TCP et IP. Le GTP
assure la transmission des données encapsulées en mode tunnel. Le TCP et le UDP dont deux
modes de transmission respectivement en mode avec acquittement ou sans acquittement. Tout
deux il reposent sur le protocole IP qui n’exige pas de protocoles particuliers dans les couches
inférieures [1].

75
Annexe II : Le GPRS

La figure en dessous résume l’ensemble des couches qu’on vient de décrire en précisant leur
disposition.

Figure 1: Structure en couche des protocoles du GPRS

76
Annexe III : EDGE

Annexe 3: EDGE

Tout comme le GPRS, EGPRS est un réseau de données à accès mobile. De ce fait il est
capable d’offrir les mêmes services déjà disponibles avec GPRS.
Avec les nouvelles techniques de codage, le dédit offert par EDGE est presque trois fois plus
important que le GPRS. De ce fait, il est capable d’offrir des applications de données plus
gourmandes en terme de débit. Parmi ces applications, figurent les applications multimédia
tel que la visioconférence.

1. Le débit
L’apport du EDGE face au GPRS réside au niveau du débit offert. En effet, le EGPRS utilise
une nouvelle méthode de modulation lui permettant de représenter plus de bit par symbole. La
table ci-dessous résume les différents niveaux de débit disponibles par time slot selon le type
de modulation.

Schéma de codage Type de modulation Débit (Kbit/s)


MCS 1 8-PSK 8.8
MCS 2 8-PSK 11.2
MCS 3 8-PSK 14.8
MCS 4 8-PSK 17.6
MCS 5 8-PSK 22.4
MCS 6 GMSK 29.6
MCS 7 GMSK 44.8
MCS 8 GMSK 54.4
MCS 9 GMSK 59.2
Tableau 1: Les différents débit par TS offert par l’EGPRS

2. Architecture EDGE
Le EGPRS peut être considéré comme une évolution du GPRS où la seule différence réside
au niveau du type de modulation. De ce fait, son architecture physique est similaire à celle du
GPRS déjà présentée dans les paragraphes précédents. La seule différence consiste en

77
Annexe III : EDGE

l’implantation d’un nouvel équipement au niveau de la BTS. Ce nouvel équipement est le


EDGE Tranceiver.

4. Intégration d’EDGE
L’intégration du réseau EGPRS sur un réseau GPRS déjà existant ne nécessite pas un grand
déploiement. En effet, le réseau coeur demeure inchangé. Les seules modifications portent sur
le niveau BSS ou l’on comptabilise une action hardware et une action software.
Le déploiement hardware se fait au niveau de la BTS où l’on doit implémenter une nouvelle
carte qui est le tranceiver EGPRS. La mise à jour software se fait au niveau du BSC [12].

78
Résumé :

L’objectif de ce projet est de concevoir et réaliser un outil de


planification BSS pour les réseaux GSM et GPRS. Pour atteindre cet
objectif, on a commencé par une étude de ces deux réseaux et
particulièrement de l’équipement BSC ainsi qu’une étude et analyse des
règles et méthodes de dimensionnement déjà utilisées. Ceci a permis
de proposer un processus à suivre durant cette opération. En plus à
ce processus, on a conçu deux modèles de dimensionnement l’un se
rapportant sur le dimensionnement des liens SS7 et l’autre sur le
dimensionnement des variations du trafic en été. Avec l’application de
ces deux modèles et en suivant le processus déjà défini, on a abouti a
réaliser le TBPT : Tunisiana BSS Planning TOOL

Mots clés :
Dimensionnement BSS, Planification, GSM, GPRS, BSC, PCU, TC, Ater,
SS7.