Vous êtes sur la page 1sur 59

 

1  

©Pierre Amiot, 2013

Introduction aux fonctions d’une variable complexe.

I. Rappel sur les nombres complexes


Un nombre complexe, z, est un doublet de nombres réels
z = (x, y) = x + iy, où i = !1, i 2 = !1  
On  dit  que  z  appartient  à  l’ensemble  des  complexes,   z !! ,  alors  que   x, y !! ,  l’ensemble  

respectivement  des  complexes  et  des  réels.  On  appelle  souvent  x  la  partie  réelle,   x = Re(z)
alors  que  y  est  la  partie  imaginaire  de  z,   y = Im(z) .    
On  définit  l’addition  entre  deux  nombres  complexes  comme  donnant  un  nombre  
complexe  où  la  partie  réelle/imaginaire  est  la  somme  des  parties  réelles/imaginaires  
  z + z! = ( x + x ! ) + i ( y + y! )  

La  multiplication  est  définie  par  


  zz! = xx! " yy! + i ( xy! + yx! )  

Tout  nombre  complexe  possède  un  conjugué,  noté  ici   z *  et  défini  en  changeant  le  signe  
de  la  partie  imaginaire,   z * = x ! iy .  Nous  vérifions  immédiatement  le  résultat  suivant  
2
  zz * = x 2 + y 2 =  le  module  de  z  au  carré  =   z ,  un  réel.  

Nous  pouvons  même  définir  une  division  entre  nombres  complexes  comme  donnant  un  
nombre  complexes  w  
z! z!z* z!z*
  w= = = 2  
z zz* z

Une  façon  utile  de  représenter  les  nombres  complexes  utilise  un  plan  de  type  cartésien  
où  l’axe  vertical  mesure  la  valeur  de  y  et  l’axe  horizontal  mesure  la  valeur  de  x.  L’axe  x  est  
appelé  l’axe  des  réels  et  l’axe  y  l’axe  des  imaginaires.  Ainsi,  un  point  dans  le  plan  représente  
un  nombre  complexe.  On  constate  que    le  couple  x  et  y  peut  être  remplacé  par  le  couple  r  et  
!  dans  une  représentation  planaire  du  nombre  complexe  où  clairement  
  2  

#!
!

"

 
r= z = (x 2
+ y2 )
 
! = tg "1 ( y / x )
Clairement,  r  est  la  longueur  entre  l’origine  et  le  point,  alors  que   !  est  son  angle  
d’élévation  au  dessus  de  l’axe  des  réels.  Par  simple  trigonométrie  
x = r cos!
   
y = r sin !
et  donc  le  nombre  complexe  z  s’écrit  
  z = r ( cos! + i sin ! ) = rei!    et         z* = re!i"  

Cette  dernière  représentation,  dite  de  Moivre,  est  particulièrement  utile  dans  les  
applications  physiques.  La  Nature  n’a  pas  de  réalités  complexes,  seulement  des  réelles,  mais  
un  nombre  complexe  permet  de  transporter/manipuler  simultanément  deux  quantités  
réelles,  ce  qui  s’avère  parfois  économique.  
On  aura  noté  que  la  notation  de  Moivre  permet  de  calculer  facilement  toute  puissance,  
positive,  négative  ou  fractionnelle  d’un  nombre  complexe,  puisque  
  3  

  z! = r ! ei!"    pour  tout   ! .  Ainsi,  la  racine  carrée  de  z  est           z1/2 = r1/2 ei! /2 .  De  plus,  la  
division  se  calcule  beaucoup  plus  facilement  
z! z!z* z!z* r !ei" ! r ! i(" !#" )
  w= = = 2 = i" = e  
z zz* z re r

 
On  peut  identifier  quelques  valeurs  particulières  ou  quelques  propriétés    
1.  Si  z  =  i,  alors    x  =  0    et    y  =  1,    donc      r  =  1    et   ! =  π/2,  donc   i = ei! /2 .  

1 i
!

     
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  4  

2.  Si  z  =  -­‐1,  alors  x  =  -­‐1    et    y  =  0,  donc  r  =  1    et     ! =π,  donc       !1 = e±i"  

!
i
-1

     
3.  On  voit  que  z  et  z*  sont  obtenus  l’un  de  l’autre  par  effet  miroir  à  travers  l’axe  réel  

i !!

i
!"

     
4.  Clairement,   z (! + 2n" ) = z (! ) , si n entier ,  puisque  le  point  revient  sur  lui-­‐même  à  

chaque  rotation  de  2π,  donc  z  reprend  la  même  valeur.  


 
 
 
  5  

II. Fonction  d’une  variable  complexe  


La  fonction  f  d’une  variable  complexe  z  est  une  application  f(z)  qui  fait  correspondre  un  
nombre  complexe  f    à  un  autre  nombre  complexe  z.  On  écrit  parfois  
  f :! ! !  
Étant  donné  qu’on  peut  écrire  z  comme    z  =  x  +iy    ,  où  x  et  y  sont  des  nombres  réels,  alors  
on  peut  écrire  f  ,  qui  est  aussi  un  nombre  complexe,  comme  
  f ( z ) = u ( x, y ) + iv ( x, y )    où  

u  et  v  sont  deux  fonctions  réelles  de  nombres  réels  u(x,  y)  et  v(x,  y).  Ainsi,  par  exemple,  si    
f(z)  =  z2,  alors  on  évalue  directement  que  
  f (z) = x 2 ! y 2 + 2ixy = u(x, y) + iv(x, y)    ,      identifiant  directement  

  u(x, y) = x 2 ! y 2 et v(x, y) = 2xy  


   
Nous  allons  maintenant  définir  certaines  caractéristiques  des  fonctions  complexes  qui  
seront  particulièrement  utiles  dans  ce  texte.    
1.  Continuité  :      On  dit  que  la  fonction  f(z)  est  continue  à  et  autour  du  point  z  =  c,  ssi  (si  
et  seulement  si)  à  tout  nombre  positif     !  aussi  petit  que  l’on  veut,  on  peut  faire  correspondre  
un  nombre  positif   ! ,  tel  que   z ! c < "    implique  

  f (z) ! f (c) < " , z,c #!, " #"  

2.  Uniformité  :    une  fonction  est  uniforme  ssi  à  chaque  valeur  de  z  correspond  une  seule  
valeur  de  f(z).  C’est  le  cas  de   f (z) = z 2 ci-­‐dessus.  Ce  n’est  pas  le  cas  de    f(z)=  z1/n  ,  puisque  pour  

la  même  valeur  de  z,  une  rotation  de  2π  donne   z = rei! " rei(! +2 m# ) .    Dans  ce  cas,  une  rotation  
de  2π  nous  donne    
# " 2 m! &
i% + (
    f (z + 2! ) = r1/n e $ n n '
) f (z) ,  
puisque  pour  m  entier  quelconque  qui  calcule  le  nombre  de  tours  de  2π  que  fait  z,  la  quantité  
m/n  ne  sera  pas  un  entier  et  la  fonction  ne  reviendra  pas  à  sa  valeur  
   
Le  deuxième  terme  dans  l’exponentielle  fait  qu’un  changement  de  2π  dans  z,  ce  qui  garde  
z  invariant,  ne  ramène  pas  f  à  la  même  valeur,  parce  que   2m / n  est  en  général  différent  d’un  
  6  

nombre  pair.  La  fonction  f  ne  revient  à  la  même  valeur  que  si  2m/n  est  pair,  ce  qui  n’arrivera  
qu’à  chaque  fois  que  m  augmentera  de  p,  là  où  m  compte  les  tours  de  z  (2π  à  chaque  tour.  On  
dit  alors  que  la  fonction  a  p  feuillets,  elle  n’est  pas  uniforme.    
Ce  type  de  résultat  est  bien  connu,  même  en  fonction  d’une  variable  réelle  où,  par  
exemple,   4 = ±2  qu’on  pourrait  voir  comme  

  4 = + 2,!2,+2,!2,+2,!2.....      deux  feuillets.  Avec  notre  exemple  f(z)=  z1/n    la  fonction  
a  n  feuillets.    
3.  Analyticité  :    une  fonction  uniforme  ou  un  de  ses  feuillets  est  analytique  si  sa  dérivée,  
définie  comme  
f ( z + !z ) $ f ( z )
  lim  
!z"# !z
existe  et  est  indépendante  de  la  direction,  i.e.  de  la  façon  dont   !z tend  vers  zéro.  Puisque  
!z = !x + i!y  là  où   !x  et   !y  sont  indépendants,  cela  donne  un  nombre  infini  de  façons  de  
faire  tendre   !z  à  zéro.    

     
Cette  propriété  (analyticité)  s’avérera  très  importante,  aussi  cherchons  à  en  préciser  le  sens.  
Écrivons       f ( z ) = u ( x, y ) + iv ( x, y )    et  calculons  

!f !u + i!v
    =  
!z !x + i!y
  7  

"u "u "v "v


Nous  avons  évidemment     !u = !x + !y    et     !v = !x + !y  
"x "y "x "y
Ce  qui  fait  qu’en  remplaçant  et  en  allant  à  la  limite  infinitésimale  pour  x  et  y,  nous  avons  

" !u !v % " !u !v %
$# + i '& dx + $ + i ' dy
df !x !x # !y !y &
    =  
dz dx + idy
Prenons  donc  les  deux  cas  limites.  Dans  un  premier  temps,  prenons  la  limite  sur  l’axe  
réel,  donc  dy  =  0  et  seul  dx  tend  vers  zéro,  ce  qui  nous  donne  
" !u !v %
$ + i ' dx
df # !x !x & !u !v
    = = + i  
dz dx !x !x
Prenons  maintenant  la  limite  le  long  de  l’axe  imaginaire,  là  où  dx  =  0  et  dy  tend  vers  zéro,  
ce  qui  nous  donne  
" !u !v %
$ + i ' dy
df # !y !y & 1 !u !v !u !v
      = = + = (i +  
dz idy i !y !y !y !y
Ces  deux  limites  doivent  être  identiques,  donc  leurs  parties  réelles  doivent  être  égales  et  
leurs  parties  imaginaires  doivent  être  égales,  ce  qui  impose  les  conditions  
!u !v !v !u
  = , ="  
!x !y !x !y
dites  conditions  de  Cauchy-­‐Riemann.  On  vérifie  facilement  qu’elles  donnent  
!2 u !2 u
+ =0
!x 2 !y 2
   
!2 v !2 v
+ =0
!x 2 !y 2
Techniquement,  la  façon  la  plus  simple  de  s’assurer  que  la  fonction  f    est  analytique  est  
de  vérifier  que  f    peut  s’écrire  comme  fonction  de  z  uniquement,  sans  ajout  de  dépendance  en  
x,  ni  en  y,  ni  en  z*.  

Par  exemple,     f = x + 2iy = z + iy    n’est  pas  analytique,  alors  que   f = x 2 ! y 2 + 2ixy = z 2  est  
une  fonction  analytique.    
 
  8  

4.  Fonction  holomorphe  :    est  holomorphe  une  fonction  à  la  fois  continue,  uniforme  et  
analytique.    
 
 
III. L’Intégrale  curviligne  et  ses  propriétés  centrales  
1.  Définition  
Soit  une  courbe  C  dans  le  plan  complexe  allant  de  z0  à  z.  On  la  découpe  en  définissant  sur  
C  une  série  de  points  intermédiaires,  notés   z1 , z2 , z3 ,...zn = z .  On  note  l’écart     !zm = zm " zm"1  et  
on  choisit  entre   zm  et   zm!1  un  point  intermédiaire  noté   pm .  On  définit  alors  la  somme  
 
n
  Sn = ! f ( pm )"zm  
m=1

On  fait  ensuite  tendre   n ! " ,  de  telle  sorte  que   !zm " 0 .  La  somme   Sn  devient  
indépendante  des  points  intermédiaires  et  tend  alors  vers  une  valeur  appelée  intégrale  
curviligne  de   f ( z )  le  long  de  la  courbe  C  et  on  note  le  résultat  

  lim Sn = # f ( z ) dz
n!"
C  

 
  9  

 
Cette  intégrale  dépend  en  général  de   f ( z )  et  de  C.  Si  la  courbe  est  finie  et  de  longueur  s  

et  que  la  fonction  est  telle  que   f ( z ) < M sur  toute  la  courbe,  alors  il  est  évident  que    

! f ( z ) dz < Ms  
C

Développée,  l’expression  peut  s’écrire  comme  

   
C
! f ( z ) dz = ! (udx " vdy ) + i ! (udy + vdx )  
C C

mais  cette  forme  ne  s’avère  pas  très  utile.      


 
2.  Théorème  de  Cauchy  
Soit  un  domaine  D  du  plan  complexe  dans  lequel  une  fonction   f ( z )  est  holomorphe.  

Alors  l’intégrale  curviligne  de   f ( z )  sur  tout  parcours  fermé  C  (un  contour)  dans  D  est  nulle.  

En  d’autres  termes,  l’intégrale  curviligne  de   f ( z )  entre  deux  points,  z0  et  z  sera  indépendante  

du  parcours  reliant  ces  points.  Nous  le  démontrons  en  utilisant  le  théorème  de  Stokes  pour  
!
( )
un  champ  de  vecteurs,  limité  ici  en  2  dimensions     A = Ax , Ay .  Le  théorème  s’écrit  

     
  10  

! ! ! !
    #
S
! " A i d s = "# i dl  
A
C

où  C  est  une  courbe  fermée  qui  limite  une  surface  (ouverte)  S.  Explicitement  
$ "Ay "Ax '
    ! ( A dx + A dy ) = ! &%
C
x y
S
"x
#
"y )(
dxdy  

Identifiant   u = Ax  et   v = !Ay ,  le  côté  droit  est  exactement  nul  par  la  condition  de  Cauchy-­‐

Riemann,  donc  le  côté  gauche  l’est  aussi  


# &
    "C (udx ! vdy ) = Re %$ !C" f (z)dz('  
0=!

et  identifiant   v = Ax u = Ay ,  le  côté  droit  est  ici  aussi  nul  par  Cauchy-­‐Riemann,  alors  le  côté  

gauche  aussi  
" %
    0 = ! ( vdx + udy ) = Im $ ! f (z)dz '  
C #C &

Puisque  les  parties  réelle  et  imaginaire  de   ! f (z)dz  sont  nulles  alors  
C

    ! f (z)dz =0  
C

Il  devient  donc  possible  de  déformer  le  parcours  C  à  volonté,  aussi  longtemps  que  nous  
restons  dans  le  domaine  D  où  la  fonction  f  est  holomorphe,  sans  changer  la  valeur  de  
l’intégrale.    
 
3.  Formule  de  Cauchy  
Soit  une  fonction   f (z)  holomorphe  sur  et  à  l’intérieur  d’un  parcours  fermé  C  et  un  point  
z0  à  l’intérieur  du  parcours,  alors  la  formule  de  Cauchy  dit  que  
  11  

!"

!% i

#$

     
1 f (z)dz
    f ( z0 ) = #
!  
2! i C z " z0

L’intégrale  se  fait  dans  le  sens  direct,  i.e.  dans  le  sens  antihoraire.  L’intégrant  est  
holomorphe  partout  sauf  au  point   z = z0 .  On  entoure  ce  point  d’un  petit  cercle   !  dans  le  sens  
horaire.  L’intégrant  est  holomorphe  partout  dans  l’espace  entre  C  et   ! .  Pour  exprimer  ce  
résultat  (le  sens  horaire),  on  doit  additionne  les  deux  intégrales,  ce  qui  donne  
f (z)dz f (z)dz f (z)dz f (z)dz
  !" C
"
!!
z ! z0 # z ! z0 "
=0$!
C
z ! z0 "
=!
#
z ! z0
= 0            (I)  

où  on  voit  clairement  que  le  signe  –  vient  du  fait  que  le  petit  cercle  intérieur  est  parcouru  en  
sens  inverse.  
Étrangement,  on  voit  que  l’intégrale  sur  le  petit  cercle   !  est  indépendante  du  rayon  r  du  
petit  cercle,  puisque  l’intégrale  est  exprimable  en  fonction  de  l’intégrale  sur  le  parcours  
fermé  C  qui  est  déformable  à  volonté.    
Récrivons  maintenant  le  côté  droit  de  (I)  
f (z)dz f (z0 )dz f (z) ! f (z0 )
  !# "
z ! z0 #
=!
"
z ! z0 #
+!
"
z ! z0
                   (II)  
  12  

Pour  intégrer,  utilisons  z0  comme  origine,  et  définissons  alors   z ! z0 = rei"  sur     !  et  

dz = irei! d! parce  que   ! est  un  cercle  sur  lequel  r  est  constant.  Le  premier  terme  de  (II)  
donne  
2%
f (z0 ) dz irei$ d$
  !#" z ! z0 = f (z0 )!#" z ! z0 = f (z0 )!#" rei$ = if (z0 ) #0 d$  
= 2% if (z0 )
Le  deuxième  terme  de  (II)  est  nul  lorsque  r  tend  vers  zéro  et  que  z  se  confond  avec  z0.  
Remplaçant  dans  (I)  nous  donne  la  formule  de  Cauchy  
1 f (z)dz
      f ( z0 ) = #
!
2! i C z " z0  

IV.    Développement  en  série  et  points  singuliers  

1. Série  de  Taylor  

Soit  une  fonction  f(z)  holomorphe  dans  un  domaine  D  contenant  les  points    
z = a et z = z0 .  On  peut  alors  écrire   f ( z0 )  comme  une  série  de  Taylor
 
  f ( z0 ) = f ( a ) + ( z0 ! a ) f " ( a ) +
( z0 ! a )
2

f "" ( a ) + ...  
2!
L’existence  de  cette  série  peut  se  démontrer  à  l’aide  de  la  formule  de  Cauchy,  mais  nous  
l’admettrons  simplement.  Notons  que  si  a  est  l’origine,  cette  série  devient  celle  de  Mac  
Laurin.  
 
2. Points  singuliers  
Tout  point  autour  duquel  une  fonction    analytique  est  développable  en  série  de  Taylor  
est  un  point  ordinaire.  Tout  point  autour  duquel  un  tel  développement  est  impossible  est  un  
point  singulier.  Il  y  en  a  de  différents  types,  dépendant  du  comportement  de  f(z)  en  ces  
points.    
a. Pôles  :  des  points  singuliers  isolés  où  f(z)  diverge,  mais  au  voisinage  desquels  f(z)  
reste  uniforme.  Si   z0  est  un  pôle  de  f(z),  alors  il  est  un  point  régulier  de  1/  f(z).  
  13  

b. Points  singuliers  essentiels  :  des  points  singuliers  isolés  de  f(z)  et  qui  le  demeurent  
pour  1/  f(z)  
c. Points  critiques  ou  de  branchement  :  des  points  singuliers  au  voisinage  desquels  
f(z)  n’est  pas  uniforme.  Ils  ne  sont  donc  pas  isolés,  mais  s’étendent  sur  un  
voisinage.  
 
Exemples  :  
i. La  fonction  f(z)  =  1/z  a  un  pôle  à  z  =  0  (où  elle  diverge).  La  fonction  f(z)  =  1/(z  -­‐  a)  
a  un  pôle  à  z  =  a.  La  fonction  f(z)  =  1/z2  a  un  pôle  double  à  z  =  0.  Dans  les  trois  cas,  
1/  f(z)  reste  holomorphe,  donc  analytique.    
ii. La  fonction  f(z)  =  sin(1/z)  a  un  point  singulier  essentiel  à  z  =  0,  puisque  ni  f(z)  ni  
1/  f(z)  ne  sont  uniformes  à  z  =  0.  Tout  ce  qu’il  est  possible  de  dire,  c’est  que  la  
valeur  de  la  fonction  est  entre  -­‐1  et  +1,  sans  savoir  laquelle.  La  même  incertitude  
s’applique  à  1/  f(z).    La  fonction  f(z)  =  e1/(z  -­‐  a)  a  un  point  essentiel  à  z  =  a.    
iii. La  fonction  f(z)  =  z1/n  a  un  point  de  branchement  à  z  =  0.  Nous  avons  déjà  vu  que  
cette  fonction  n’est  pas  uniforme,  par  exemple  la  fonction   f ( z ) = z1/2 .  Ici,  

z = z1 = rei! " z2 = ei(! +2 # ) ,  tous  deux  le  même  point,  mais   f ( z2 ) = ! f ( z1 ) .  


 
 
3. Série  de  Laurent  
Soit  une  fonction   f ( z )  holomorphe  en  tous  points  d’un  domaine  D  du  plan  complexe,  

sauf  en  un  point  z  =  a,  où  elle  possède  un  point  singulier  isolé  (pôle  ou  point  singulier  
essentiel).  Centrons  sur  z  =  a  deux  parcours  circulaires     ! et " ,  le  premier  en  sens  
normal  (antihoraire)  et  le  deuxième  (plus  petit)  en  sens  inverse.    
  14  

Im

Re

     
La  fonction   f ( z ) est  holomorphe  dans  l’espace  entre  ces  deux  cercles  où  on  retrouve  

un  point  noté   z0 .  Par  la  formule  de  Cauchy,  nous  pouvons  écrire,  pour  tout  point   z0  à  
l’intérieur  de  cette  couronne  

1 & f (z) f (z) )


f ( z0 ) =
2! i (' $% z " z0 !$# z " z0 dz ++  
  (! dz "
*

i)  On  note  que  sur   ! ,   z ! a > z0 ! a .      À  partir  du  développement  évident  

1 1 1 1
  = = i  
z ! z0 z ! a ! ( z0 ! a ) z ! a 1! 0 ! a
z
z!a
on  peut  écrire    

f ( z ) f ( z ) " z0 ! a ( z0 ! a ) ( z0 ! a ) %
2 n

  = $1+ + 2 + ...+ n + ...'  


z ! z0 z ! a $# z ! a ( z ! a) ( z ! a) '&
Pour  z  sur   ! ,  cette  série  est  absolument  convergente,  on  peut  donc  l’évaluer  terme  à  
terme  (l’intégrale  de  la  somme  sera  égale  à  la  somme  des  intégrales).  Ainsi,  le  premier  
terme  de  notre  expression  pour   f ( z0 ) ,  nous  donne  

1 f (z)
$ dz = A0 + A1 ( z0 " a ) + A2 ( z0 " a ) + ...+ An ( z0 " a ) + ...  
2 n
  !
2! i # z " z0

où  
  15  

1 f (z)
  An = $
!
2! i # ( z " a )n+1
dz
 
Cette  série  est  clairement  le  série  de  Taylor  pour  laquelle  nous  savons  calculer  
directement  les  coefficients    

!n f ( z ) 1 f (z)
  An = = f n (a) " &
! dz  
!z z=a
n
2# i % ( z $ a )n+1

La  deuxième  égalité  est  une  des  formules  importantes  de  Cauchy.  


ii)  Pour  l’intégrale  sur   !  ,   z ! a < z0 ! a  et  pour  avoir  convergence  absolue,  nous  

devons  considérer    
1 1 1 1
  = = i  
z0 ! z z0 ! a ! ( z ! a ) z0 ! a 1! z ! a
z0 ! a

ce  qui  permet  d’obtenir  pour  le  second  terme  de  l’expression  de   f ( z0 )  

f (z) f (z) " z ! a ( z ! a) ( z ! a) %


2 n

  = $1+ + + ...+ + ...'  


z0 ! z z ! a $# z0 ! a ( z0 ! a )2 ( z0 ! a )n '&
une  série  qui  converge  absolument  sur   ! ,  ce  qui  permet  d’obtenir  

1 f (z) A"1 A"2 A" n


  $
!
2! i # z0 " z
dz = +
( z0 " a ) ( z0 " a ) 2 + ...+
( z0 " a ) n
+ ...  

1
$ f (z) ( z ! a ) dz  
n!1
avec     A! n = !
2" i #

Plaçant  tous  ces  résultats  ensemble,  nous  avons  


A! n A!2 A!1 A! n
f (z0 ) = ...+ + ...+ + + A0 + A1 ( z0 ! a ) + ...+ + ...  
( z0 ! a ) n
( z0 ! a ) 2
( z0 ! a ) ( z0 ! a ) n
C’est  la  série  de  Laurent.  Elle  jouera  un  rôle  central.  En  particulier,  elle  permet  une  
identification  du  type  de  singularité  situé  en  z  =  a.  En  effet,  si  la  série  s’étend  sans  fin  
dans  la  direction  des   A! n ,  i.e.  si   A! n ! 0  lorsque   n ! " ,  alors  z  =  a  est  un  point  
singulier  essentiel.  Par  contre,  si  la  série  se  termine  dans  cette  même  direction,  i.e.  si    
A! m = 0  pour   m > n  où  n  est  fini,  alors  le  point  singulier  est  un  pôle  d’ordre  n,   A! n
étant  le  dernier  coefficient  non  nul  dans  cette  direction.  Nous  avons  un  pôle  simple  si  
  16  

le  seul  coefficient  d’indice  négatif  non  nul  est   A!1 .  Si   A!2 est  non  nul,  mais  tous  les   A! n ,  
n  >  2  sont  nuls,  le  pôle  est  double,  etc.  
 
La  façon  de  calculer  les  coefficients  de  la  série  de  Laurent  n’est  pas  unique.  On  peut  les  
calculer  par  les  formules  fournies,  mais  il  est  parfois  possible  de  les  calculer  par  
méthode  algébrique.  Prenons  par  exemple  la  fonction    
1 1
    f ( z ) = i  
z z !1
Autour  de  z  =  0,  le  facteur  1/(z  –  1)  reste  analytique  dans  ce  voisinage  et  on  peut  donc  
l’écrire  comme  une  série  de  Taylor    
1 1 1 1 1
f (z) = i =! i = ! "#1+ z + z 2 + ...+ z n + ...$%
z z !1 z 1! z z
 
1 A!1
= ! ! 1! z ! z ! ...! z &
2 n
+ A0 + A1 + A2 + ...+ An + ...
z z
On  identifie  immédiatement   A!1 = !1, A0 = !1, A1 = !1 …  On  note  qu’il  n’y  a  pas  de  
terme  en   A!2 .  Nous  avons  donc  un  pôle  simple.    
Autour  de  z  =  1,  le  facteur  1/z  reste  analytique  et  on  peut  en  faire  l’expansion  en  série  
de  Taylor.  En  bout  de  ligne,  nous  obtenons  
1 A
! 1+ ( z ! 1) ! ( z ! 1) ... = !1 ! 1+ ( z ! 1) ! ( z ! 1) ...  
2 2
  f (z) =
z !1 z !1
et  nous  identifions  
  A!1 = 1, A0 = !1, A1 = 1, A2 = !1...  
On  voit  que  ce  pôle  est  simple  également.  
 
V. Intégration  par  la  méthode  des  résidus  
Nous  touchons  ici  ce  qui  sera  peut-­‐être  le  point  le  plus  important  de  ce  tutoriel.  
1. Théorème  des  résidus  
Soit  une  fonction  holomorphe   f (z)  dans  un  domaine  D,  sauf  en  un  point  où   f (z)  
possède  un  pôle  en  un  point  z  =  a.  Soit  aussi  un  contour  fermé,  C  dans  D  et  entourant  
ce  pôle.    
  17  

!"

!
"

#$

     
On  appelle  résidu  de  f  en  z  =  a  ou   rés( f (a)) le  résultat  de  l’intégrale  

rés ( f ( z )) =
1
  " f (z)dz  
2! i !
C

et  on  obtient  le  résultat  remarquable  que    

  ! f (z)dz = 2" iA
C
#1  

La  démonstration  de  ce  résultat  remarquable  commence  avec  la  série  de  Laurent    
A! m A! m+1 A!1
  f (z) = m + m+1 + ...+ + " (z)  
( z ! a) ( z ! a) ( z ! a)
où         ! (z) = A0 + A1 ( z " a ) + A2 + ( z " a ) + ...  
2

est  la  partie  holomorphe  (Taylor)  de   f (z) .  Elle  ne  contribuera  rien  ici  puisque  nous  
considérons  l’intégrale  sur  C  
A! m A! m+1 A!1
  !# f (z)dz = !# ( z ! a ) m #
dz + !
( z ! a ) #
m+1 dz + ...+ !
( z ! a ) #
dz + ! " (z)dz  
C C C C
"
C
$#$ %
=0

le  dernier  terme  étant  nul  selon  le  théorème  de  Cauchy.    


  18  

Afin  de  compléter  les  autres  intégrales,  nous  allons  utiliser  un  système  centré  sur  z  =  a  
et  écrire     z ! a = rei" .  Nous  définissons  ensuite  un  cercle   !  de  rayon  constant  r  centré  
sur  z  =  a.  Puisque  la  fonction  est  holomorphe  entre  C  et   ! ,  nous  pouvons  déformer  le  
parcours  de  C  en   !  sans  changer  la  valeur  de  l’intégrale.  Cela  simplifie  l’expression  
pour  dz  qui  devient   dz = irei! d! ,  avec  r  une  constante.  La  seule  contribution  qui  reste  à  
l’intégrale  est  le  terme  en A! m .  
Pour  le  terme  m  =  1    nous  avons  la  contribution  
2%
dz irei$
  #
A!1 !
"
z!a #" rei$ d$ = iA!1 #0 d$ = 2% iA!1  
=A!1 !

Les  termes  m>1  contribueraient  


2% 2%
d$
A! m !
dz iA! m
#" ( z ! a )m = r m!1 # e( m!1)i$
iA! m
= m!1
r #e
!( m!1)i$
d$ =
iA! m
!i ( m ! 1) r m!1 ( )
e!2 % i( m!1) ! 1 & 0  
0 0

puisque  la  dernière  parenthèse  est  identiquement  (1-­‐1)=0.  Regroupant  le  tout  donne  

  !# f ( z ) dz = 2! iA
C
"1  

Ceci  confirme  que  le  contour  C  est  quelconque,  pourvu  qu’il  soit  dans  le  sens  
antihoraire,  dans  le  domaine  D  et  qu’il  contienne  le  pôle  en  z  =  a.  On  note  que  seul  le  
coefficient   A!1  joue  un  rôle  dans  le  calcul  de  cette  intégrale.  
2. Calcul  des  résidus  
Il  n’est  pas  toujours  facile  d’identifier/évaluer   A!1 ,  surtout  lorsqu’il  est  difficile  
d’expliciter  le  série  de  Laurent.  Heureusement,  il  est  possible  de  calculer  le  résidu  ou  
les  résidus  sans  avoir  à  expliciter  cette  série.  Notons  que  si   f ( z )  est  holomorphe  

partout  sur  et  dans  le  parcours  fermé  C,  sauf  en  un  nombre  dénombrable  de  pôles  
situés  en z = a1, z = a2 , ... z = aN ,  alors  le  résultat  de  l’intégrale  est    
N
  !# f ( z ) dz = 2! iA" rés ( f ( an ))  
C n=1

où  la  somme  ne  porte  que  sur  les  pôles  à  l’intérieur  de  C.  
 
 
 
  19  

a. Pôles  simples  
Soit  une  fonction   f ( z )  holomorphe  sur  et  dans  C,  sauf  en  un  pôle  à  z  =  a  à  

l’intérieur  du  parcours  fermé  (contour)  C.  On  peut  écrire    


h(z)
  f (z) = ,          où     g(z) = (z ! a)" (z), " (a) # 0    
g(z)
avec  h  et  g  isolément  holomorphes  sur  et  dans  C.  Nous  avons  donc  
h(z) h(z) A
f (z) = = !1 + A0 + A1 ( z ! a ) + A!2 ( z ! a ) + ...  
2
  =
g ( z ) ( z ! a )" ( z ) z ! a

h(z)
Puisque  le  rapport    est  holomorphe  dans  le  voisinage  de  z  =  a,  on  le  développe  en  
! (z)
série  de  Taylor  

h ( z) h (a) # h ( z ) &) ( z " a )2 # h ( z ) &)) + ... et  donc  


  = + ( z " a) % ( + % (
! ( z) ! (a) $ ! ( z ) ' z=a 2 $ ! ( z ) ' z=a

) z ! a ) # h ( z ) &))
1 h (a) # h ( z) & ( A!1
f (z) = + A0 + A1 ( z ! a ) + A!2 ( z ! a )  
2
i +% ( + % ( + ... =
z ! a " ( a ) $ " ( z ) ' z=a 2 $ " ( z ) ' z=a z!a

ce  qui  permet  d’identifier   A!1  en  égalant  le  facteur  de  1/(z  –  a)  

h (a)
  A!1 = = #( z ! a ) f ( z ) %& z=a  
" (a) $

S’il  est  facile  de  factoriser   g ( z )  en   ( z ! a ) " ( z ) ,  le  calcul  est  alors  très  simple,  mais  il  

peut  se  trouver  que  la  chose  soit  difficile,  voire  impossible,  auquel  cas  le  dernier  
crochet  donne  l’indétermination  0/0.  On  utilise  alors  la  règle  de  l’Hôpital  pour  faire  le  
calcul  
" d "#( z ! a ) h ( z ) $% $
& ' h (a)
  A!1 = & dz ' =  
& dg ( z ) ' g( ( a )
&# dz '%
z=a

ez
Exemple  #1:  Considérons  la  fonction   f ( z ) = 2  où  a  est  réel.  La  fonction  a  deux  
z + a2
pôles  à  z  =  ia    et  z  =  -­‐ia.  Supposons  un  contour  d’intégration  C  qui  contient  les  deux  
  20  

pôles.  Ce  contour  peut  être  modifié  sans  changer  la  valeur  de  l’intégrale,  à  condition  
que  la  fonction  demeure  holomorphe  sur  et  dans  le  contour,  sauf  aux  pôles.  Par  
exemple  agrandir  le  contour  jusqu’à  l’infini  n’est  pas  permis  parce  que  l’exponentielle  
va  causer  une  singularité.  On  peut  utiliser  ici  C,  C1,  C2...  

!
!"
!#

 
Ici,  nous  identifions  facilement    
  h ( z ) = ez , g ( z ) = z 2 + a 2 ! g" ( z ) = 2z # g" ( ia ) = 2ia, g" ( $ia ) = $2ia  

Nous  calculons  donc  


ez # h ( ia ) h ( "ia ) %
!C' z 2 + a 2 dz = 2! i #
$ rés ( ia ) + rés ( "ia ) %
& = 2! i ) + *
$ g( ( ia ) g( ( "ia ) &
 
# eia e"ia % sin a
2! i ) + * = 2! i
$ 2ia "2ia & a
 
En  résumé,  si   f ( z )  est  holomorphe  sur  un  contour  C  et  à  l’intérieur  de  ce  contour,  

sauf  en  un  certains  nombre  de  pôles  simples  en   z1 , z2 , z3 ,...zn ,  alors  
  21  

  !# f ( z ) dz = " 2! i i rés ( zi )  
C pôles
intérieurs

La  somme  ne  porte  que  sur  les  n  pôles  à  l’intérieur  et  nous  savons  maintenant  que  
  rés ( zi ) = "#( z ! zi ) f ( z ) $% z=z
i
 

"#

"$

"%

"& "'
")

"(

 
Ci-­‐dessus,  la  somme  porterait  sur   z1 , z2 , z3 , z4 , z5 ,  mais  ne  contiendrait  pas   z6 , z7 .  
 
 Exemple  #2  :  On  peut  souvent  jouer  sur  le  contour,  mais  en  faisant  attention  aux  
propriétés  de  la  fonction  à  intégrer  sur  et  dans  le  nouveau  contour.  Voyons  un  
exemple  où  nous  voulons  intégrer  
!
dx
I="  
0
cosh x
  22  

e x + e! x
L’intégrale  est  sur  le  demi-­‐axe  réel,  de  0  à  l’infini.  La  fonction   cosh x =  est  
2
paire  et  on  peut  donc  écrire  
"
1 dx
  I= #        une  intégrale  sur  la  totalité  de  l’axe  réel.  
2 !" cosh x

Nous  allons  étudier  une  intégrale  auxiliaire    


dz
  "
I! = !
C
cosh z
 

où  le  contour  C  est  décrit  sur  la  figure  :  la  totalité  de  l’axe  réel  et  fermé  par  une  montée  
de  iπ.    
 

"#

)$&'( $&'(

* '(+,

$%
)$ $

 
On  comprendra  que  le  but  est  de  faire  tendre  R  vers  l’infini.  
Ce  contour  contient  un  pôle  et  cette  intégrale  ne  peut  donc  pas  du  tout  être  identifiée  
à  l’intégrale  initiale,  mais  il  a  été  choisi  pour  contenir  un  pôle  de  la  fonction  à  intégrer,  
situé  sur  l’axe  imaginaire  à  z  =  iπ/2.  On  peut  donc  calculer  directement   I ! par  
$ z # "i / 2 ' 0
  I ! = 2" irés(i" / 2) = 2" i & =  
% coshi" / 2 )( 0
La  règle  de  l’Hôpital  nous  permet  de  surmonter  cette  indétermination  
  23  

$ d(z # " i / 2) '


& dz ) $ 1 ' 2" i
  I ! = 2" i & ) = 2" i & ) = = 2"  
&
d(cosh z)
) % sinhi" / 2 ( i sin " / 2
% dz ( z=i"
Décomposons  maintenant   I !  sur  les  quatre  branches  de  son  contour  
'+ R R+i% R$i% $R
+
) dx dx dx dx )
  I ! = lim ( & + & + & + & ,  
R"#
)$ R cosh x R
cosh
! " x
# $ R+i%
cosh
! " x
# $ R$i%
cosh
! " x
# )
* I1! I 2! I 3! -
Le  premier  terme  est  notre  intégrale  initiale  I.  Pour  évaluer  le  2e  terme,  notons  que  
le  parcours  est  à  x  =  R,  donc  selon  z  =  R+iy,  donc  dz  =  idy,  y  allant  de  0  à  π  et  alors  
"
idy
  I1! = #  
0
cosh ( R + iy )

Nous  notons  que    


e R+iy + e! R!iy e R+iy + e! R!iy e R ! e! R e R
  cosh ( R + iy ) = " = >  
2 2 2 4
donc      
" "
dy
I1! < # R
= 4e$ R # dy = 4" e$ R 'R%&
'' % 0 donc I1! = 0  
0
e /4 0

Il  y  en  sera  de  même  avec   I 3! = 0 .  


Le  parcours  de   I 2!  se  fait  à  y  =  iπ  ,  donc  z  =  x  +  iπ    et  dz  =  dx.  Cela  donne  
+R +R +R
dx dx dx
  I 2! = $ =#$ =+$  
#R
cosh ( x + i" ) #R
cosh x #R
cosh x

qui,  comme  le  premier  terme,  deviendra  égal  à  I  en  prenant  la  limite   R ! " .  
 Nous  avons  donc  
  I ! = I + 0 + 0 + I = 2"     ! I = "  
 
b.  Pôles  d’ordre   ! 2  
  Le  résultat  obtenu  précédemment  pour  un  contour  C  entourant    

    !# f ( z ) dz = 2! iA
C
"1  
  24  

est  un  résultat  général  et  reste  valide.  Par  exemple,  si   f ( z ) = 1 / ( z ! a ) ,  alors  la  série  de  
2

Laurent  est  triviale  puisqu’elle  se  limite  au  terme   A!2 / ( z ! a ) ,  donc   A!1 = 0  et  le  résultat  de  
2

l’intégrale  sera  nul.  


En  général,  il  est  plus  difficile  d’identifier  les  termes  de  la  série  de  Laurent,  donc  
d’identifier   A!1 .  Nous  allons  développer  une  méthode  plus  simple  pour  le  calculer.  Soit  donc  
une  fonction   f ( z ) holomorphe  sur  et  à  l’intérieur  d’un  contour  C,  sauf  en  un  point  z  =  a  

(complexe).  Si  ce  pôle  est  d’ordre  n,  alors  la  série  de  Laurent  sera  du  type  
h(z)
+ A0 + A1 ( z ! a ) + 2 (( z ! a )) + ...                                                                      
A! n A! n+1 A!1 A
f (z) =
2
= n + n!1 + ...+
g ( z) ( z ! a) ( z ! a) ( z ! a) 2

où h ( z ) et g ( z )  sont  holomorphes  sur  et  dans  C.  Multiplions  d’abord  cette  expression  

par   ( z ! a ) ,  ce  qui  donne  


n

    ( z ! a )n f ( z ) = A! n + A! n+1 ( z ! a ) + ...+ A!1 ( z ! a )n!1 + A0 ( z ! a )n + ...  


Nous  allons  maintenant  dériver  cette  expression  (n  -­‐  1)  fois  et  évaluer  le  résultat  à  z  =  a  

d n!1 ( z ! a ) f ( z )
n

    = ( n ! 1)!A!1  
dz n!1
z=a

ce  qui  donne  directement  le  résultat  recherché  en  utilisant  des  outils  relativement  simples.  
Exemple  #1  :  Nous  voulons  faire  l’intégrale    
zez
I = ! f ( z ) dz = ! 3 dz      où  C  est  un  contour  (fermé)  entourant  le  triple  pôle  en  z  =  a.  
C C ( z " a)

On  peut  faire  l’intégrale  par  la  méthode  des  résidus  si  nous  pouvons  identifier  le  coefficient  
zez
A!1  de  la  série  de  Laurent  de  l’intégrant   .  On  peut  le  faire  explicitement  en  changeant  
( z ! a )3
de  variable  pour  placer  l’origine  en  z  =  a  :  u  =  z  –  a,  donc  z  =  u  +  a  et  la  fonction  devient  

  f ( z ) =
( u + a ) e a eu
     où  on  voit  clairement  le  pôle  triple,  ici  à  u  =  0.  Dans  un  voisinage  
u3

de  u  =  0,  la  fonction    


(u + a ) = 1 a
+ 3  n’est  pas  holomorphe,  mais   eu  est  holomorphe  et  on  
3 2
u u u
peut  en  faire  l’expansion  pour  obtenir  
  25  

! 1 a $! u2 u3 $
f ( z ) = e # 2 + 3 & # 1+ u + + + ...&
a
"u u %" 2 3! %
! 1 1 1 a a a a $
= ea # 2 + + + ...+ 3 + 2 + + + ...&  
" u u 2! u u 2u 3! %
' a ! 1+ a $ 1+ a / 2 ! 1 a $ *
= ea ) 3 + # 2 & + + # + & + ...,
(u " u % u " 2 3!% +
On  identifie  immédiatement  le  coefficient       A!1 = ea (1+ a / 2 ) .  

L’autre  façon  de  calculer  ce  coefficient  est  par  la  formule  de  dérivées  avec  n  =  3,  donc    

n  –  1  =  2  et   h ( z ) = ze z , g ( z ) = ( z ! a ) , " g# ( z ) = 3( z ! a ) .  On  obtient  alors  


3 2

1 d2 " zez % 1 d2
2 (
( ) zez )z=a
3
A!1 = $ z ! a ' =
 
2
2! dz $# ( z ! a ) '& z=a 2 dz
3
 
= ( 2ez + zez )z=a = ea (1+ a / 2 )
1
2
Cette  méthode  fonctionne  donc  aussi.  
 
z 2 + 5z + 3
Exemple  #2  :  Nous  étudions  la  fonction   f ( z ) =  qui  possède  un  pôle  
( z ! 1)( z + 2 )2
simple  en  z  =  1  et  un  pôle  double  en  z  =  -­‐2.  Notons  que  cette  fonction  peut  s’écrire  comme  
z 2 + 5z + 3 1 1
f (z) = 2 = + = f ( z ) + f2 ( z )    donc  nous  avons  
( z ! 1)( z + 2 ) z ! 1 ( z + 2 )2 1
1
f1 ( z ) =    avec  seul   A!1 = 1 " 0    autour  de  z  =  1  et  
z !1
1
f2 ( z ) =    avec  seul   A!2 = 1 " 0    autour  de  z  =  -­‐2.  Nous  en  concluons  donc  que  
( z + 2 )2
rés ( f (1)) = 1, rés ( f ( !2 )) = 0  

Puisque  z  =  1  est  un  pôle  simple,  on  peut  calculer  directement  

" z 2 + 5z + 3 % " z 2 + 5z + 3 %
  rés ( f (1)) = $( z ! 1)
9
2 ' =$ 2 ' = = 1 ,  alors  que  
$# ( z ! 1)( z + 2 ) '& z=1 $# ( z + 2 ) '& z=1 9
  26  

d " z 2 + 5z + 3 % d " z 2 + 5z + 3 %
rés ( f ( !2 )) = $( z + 2 )
2
' = $ '
dz $# ( z ! 1)( z + 2 )2 '& dz # ( z ! 1) & z=2
z=2
   
" 2z + 5 z + 5z + 3 %
2
=$ ! ' =0
$# z ! 1 ( z ! 1)2 '& z=!2
identique  au  résultat  déjà  identifié.  
 
3. Lemme  de  Jordan  
Nous  avons  commencé  à  voir  l’intérêt  qu’il  peut  y  avoir  à  déformer  ou  à  compléter  des  
parcours  et  contours  et  à  se  donner  des  intégrales  auxiliaires.  Il  est  parfois  possible  
d  ‘étendre/déformer  jusqu’à  l’infini  ou  d’inclure  le  demi  grand  cercle  infini   ! .    

!"

&

&
!
#
'()$*
&
&
&

#$
%# #

     
Le  Lemme  de  Jordan  nous  dit  quand  et  comment  nous  pouvons  faire  cette  opération.  
Soit  donc  une  fonction     ! ( z ) holomorphe  dans  le  demi  grand  plan  supérieur,  sauf  en  un  

nombre  fini  de  pôles  et  qui  satisfait  la  condition     ! ( z " # ) " 0 .  Pour  un  paramètre  t  >0  et  

réel,  étudions  l’intégrale  


  27  

  I(t) = lim $ eitz% ( z ) dz        où   !  est  le  demi  grand  cercle  de  rayon  R  ,  excluant  l’axe  réel.    
R!"
#

Sur  le  demi  grand  cercle,   z = Rei! " dz = iR ei! d! " dz = Rd! .  De  plus,   z = R cos! + iRsin ! ,  ce  

qui  implique       eitz = eitR cos! i e"tRsin! # eitz = e"tRsin!


 qui  tendra  vers  zéro  lorsque  R  tend  vers  
 
l’infini,  à  condition  que  t  >  0.
Nous  savons  que  la  fonction ! ( z )  est  telle  que     ! ( z " # ) " 0 ,  on  peut  donc  choisir  R  

suffisamment  grand  pour  que   ! ( z = R ) < " ,  où   !  est  aussi  petit  que  l’on  veut  et  tend  vers  

zéro  si  R  tend  vers  l’infini.  Nous  allons  calculer  le  module  de  l’intégrale  sur   !  
' ' /2
'$ '$
I(t) = " e # ( z ) dz < $ R " e d& < 2$ R " e
itz %tRsin & %2 Rt& /'
d& =
t
(1% e% Rt ) <
t
 
! 0 0

Le  remplacement  du  sin  par   2! / "  dans  l’exponentiel  est  justifiée,  comme  l’indique  la  
figure  ci-­‐dessous  

!"#

   
 
Puisque   ! tend  vers  zéro  lorsque  R  tend  vers  l’infini,  dans  cette  limite  le  module  de  
l’intégrale  tend  donc  vers  zéro,  donc  l’intégrale  sur   !  tend  vers  zéro  lorsque  R  est  repoussé  à  
l’infini.  
 
  28  

$
1 ei" t
Exemple  #1  :  envisageons  le  calcul  de   f ( t ) = % " ,  où  certains  reconnaîtront  la  
2! i #$

transformée  de  Fourier  de  la  fonction   1 / ! ,  mais  c’est  ici  un  détail.    Il  y  a  immédiatement  un  
problème  parce  que  le  parcours  d’intégration  passe  par  le  pôle  à     ! = 0 ,  donc  cette  intégrale  
n’existe  PAS.  On  peut  faire  deux  choses  :  1)  considérer  que  la  question  est  mal  posée  et  que  ce  
qu’on  voulait  dire,  c’est  que  le  parcours  ne  passe  pas  par  le  pôle,  mais  l’évite  par  un  petit  
demi  cercle  inférieur   !  centré  sur   ! = 0  ou  2)  élever  le  pôle  de  l’axe  réel  d’une  quantité   i!
en  remplaçant  le  dénominateur  par   ! " i# .  Les  deux  techniques  sont  identiques  en  ce  que  le  
parcours  passe  sous  le  pôle  et  ne  le  traverse  pas.  Utilisons  d’abord  la  deuxième  solution,  
quitte  à  voir  dans  nos  résultats  ce  qu’elle  signifie  physiquement.    
Le  premier  cheminement  déplace  le  pôle  en   ! = i"  et  nous  étudions  donc    
+%
1 ei" t
      f (t ) = & " # i$ d"    
2! i #%

Ici,  la  fonction   ! (" ) = 1 / (" # i$ ) est  telle  que   ! (" ) %"%%
#$
# 0 .  Pour  t  >  0,   ei! t $R"#
$$ "0

sur  le  demi  grand  cercle  supérieur,  alors  que  ce  sera  vrai  sur  le  demi  grand  cercle  inférieur  si  
t  <  0.    
 Supposons  d’abord  que  t  >  0.  Puisque   ! (" ) = 1 / (" # i$ ) est  holomorphe  sur  et  dans  le  

grand  cercle  supérieur,  sauf  en  un  pôle  en   ! = i" ,  le  lemme  de  Jordan  s’applique  et  on  peut  
ajouter  le  demi  grand  cercle  au  parcours  initial  d’intégration  (axe  réel),  pour  créer  le  contour  
d’intégration  C,  ci-­‐dessous,      
  29  

!"

!
#

&

#$
%# #

 
i" t
1 e
sans  ajouter  à  la  valeur  de  l’intégrale  et  nous  écrivons   f ( t ) = %
! d" .    Comme  
2! i C " # i$

! (" ) = 1 / (" # i$ ) est  holomorphe  sur  et  dans  le  contour  C  ,  sauf  au  pôle   ! = i"  à  l’intérieur  
du  contour,  le  théorème  des  résidus  nous  dit  que  cette  intégrale  est  égale  au  résidu  du  pôle  

1 ei" t 2! i & ei" t )


f (t ) = %C " # i$ " = (" = $ ) = (" # $ ) = e# $ t
2! i !
d rés i ( i +
2! i ' " # i$ *" =i$ et  donc  
f ( t ) #!##
"0
"1  

Notons  que  si  t  <0,  alors  nous  pouvons  fermer  le  contour  en  utilisant  le  demi  grand  
cercle  inférieur,  mais  il  n’y  a  aucun  pôle  dans  ce  contour  et  l’intégrale  est  nulle  et  nous  avons  
alors     f ( t < 0 ) ! 0 .  

La  combinaison  de  ces  deux  facteurs  donne    


!1 si t > 0
    f (t ) = "      qui  est  la  fonction  échelon  de  Heaviside  décrivant  une  
#0 si t < 0
situation  où  il  n’y  avait  rien  à  t  <  0  et  qu’il  y  avait  quelque  chose  pour  t  >  0,  comme  une  
source  qu’on  allume  à  t  =  0,  par  exemple.  Nous  avons  donc  ici  une  représentation  intégrale  de  
la  fonction  de  Heaviside.    
  30  

 
Le  deuxième  cheminement  :  Nous  nous  en  tenons  à  l’intégrale  initiale,    
+$
1 ei" t
f (t ) = % " d"  
   
2! i #$

Cette  intégrale  n’existe  PAS,  puisque  le  parcours  d’intégration  passe  par  le  point   ! = 0
où   ! (" ) = 1 / " diverge.  Il  n’est  pas  possible  de  s’en  approcher  très  très…près.  Ce  ne  serait  pas  

suffisant,  l’intégrale  exige  de  la  traverser.  Physiquement,  c’est  clairement  une  question  mal  
posée  et  l’intégrale  devant  nous  n’est  pas  celle  qui  devrait  s’y  trouver,  ou  bien  le  parcours  
d’intégration  est  erroné  En  sciences,  ce  genre  d’intégrale  intervient  dans  un  problème  mal  
posé  ou  une  solution  trop  simplifiée.  Nous  apprendrons  plus  tard  la  signification  de  ce  que  
nous  prendrons  ici  pour  une  donnée,  qu’il  faut  corriger  le  parcours  autour  de     ! = 0  en  le  
contournant  à  l’aide  d’un  petit  demi  cercle   ! ,  soit  en  passant  par  dessus,  soit  en  passant  par  
dessous.  Comme  dans  l’exemple  précédent,  si  t  >0,  nous  pouvons  compléter  l’intégration  en  
ajoutant  le  demi  grand  cercle  supérieur  et  par  le  demi  grand  cercle  inférieur  si  t  <  0.  Il  s’agit  
ici  du  VRAI  parcours,  pas  d’une  déformation  permise.  
Imaginons  que  des  raisons  physiques  (nous  verrons  lesquelles  dans  le  résultat)  nous  
disent  que  le  demi  petit  cercle  doit  passer  sous  le  pôle  en   ! = 0 .  Il  reste  à  étudier  les  deux  
possibilités  pour  t.  
Pour  t  >  0  :  Dans  ce  cas,  nous  fermons  le  contour  C  par  le  haut  et  le  pôle  en   ! = 0 se  
retrouve  à  l’intérieur,  alors  que   ! (" ) = 1 / "  est  holomorphe  partout  sur  C,  sauf  au  pôle  et  la  

méthode  des  résidus  nous  donne  


1 ei" t 2! i
  f ( t ) = #
! d" = rés (" = 0 ) = 1  
2! i C " 2! i

Pour  t  <  0  :  Nous  devons  ici  fermer  le  contour  C  par  le  demi  grand  cercle  inférieur.  Dans  
ce  cas,  la  fonction   ! (" ) = 1 / "  est  holomorphe  partout  sur  et  dans  le  contour  C  sans  aucun  

pôle  à  l’intérieur  et  selon  le  théorème  des  résidus,  l’intégrale  est  nulle.  
Ainsi  donc,  en  fermant  le  contour  en  utilisant  le  petit  demi  cercle  inférieur,  nous  avons  
défini  par  cette  intégrale  la  fonction   f ( t )  telle  que  
  31  

!1 si t > 0
f (t ) = "        qui  est  la  bien  connue  fonction  échelon  ou  fonction  de  Heaviside,  
#0 si t < 0
déjà  obtenue  dans  le  premier  cheminement.  Elle  décrit  quelque  chose  qui  n’existe  pas  avant    
t  =  0  et  qui  existe  pour  t  >  0.  Par  exemple,  on  allume  une  source  à  t  =  0.  
Nous  posons  maintenant  la  question  :  quel  sera  le  résultat  si  nous  déplaçons  le  pôle  
vers  le  bas,  équivalent  à  utiliser  le  demi  petit  cercle  supérieur  ?  Tout  simplement,  nous  
obtiendrions  alors  la  fonction  échelon  f(-­‐t)  
"0 si t > 0
  f ( !t ) = #  
$1 si t < 0
Ici,  quelque  chose  existe  avant  t  =  0  et  disparaît  à  t  >  0.  La  situation  est  physiquement  
différente  et  c’est  ce  qui  nous  dicte  quelle  convention  utiliser.  On  éteint  une  source  à  t  =  0.  La  
mathématique  ne  peut  pas  nous  dire  quelle  convention  utiliser,  elle  nous  permet  de  calculer  
le  résultat.    
 

4. Version polynomiale du lemme de Jordan


La démonstration initiale reposait sur la présence du facteur eitz dans l’intégrant. C’est très
restrictif, peu d’intégrales comptent ce facteur. Il assurait une décroissance exponentielle de
l’intégrant, garantissant que le demi grand cercle ne contribuait pas à l’intégrale. En fait, cette
décroissance exponentielle n’est pas essentielle. Considérons le cas où
gn ( z )
IC = ! dz où gn ( z ) et hm ( z ) sont des polynômes
C m( )
h z

gn ( z ) = an z n + an!1z n!1 + ...+ a1z + a0


hm ( z ) = bm z m + bm!1z m!1 + ...+ b1z + b0
i! i!
Sur le demi grand cercle ! , z = Re , dz = iR e d! , z = R, dz = Rd! avec ! variant
de 0 à π. Dans la limite où R ! " , évaluons le module de l’intégrale sur le demi grand cercle
$
an R n $a
I ! = lim % m
Rd& = lim n R n+1'm
R"# b R R"# b
0 m m

Clairement, I ! " 0 , donc I ! " 0 aussi ssi m > n + 1.


  32  

Ce résultat permet d’agrandir considérablement l’envergure de nos applications. Imaginons


que nous ayons à faire une intégrale sur l’axe réel

gn ( x )
+"

I= # h ( x ) dx
!" m
et que m > n+ 1, alors il peut être utile de passer dans le plan complexe et

d’ajouter l’intégrale sur le demi grand plan qui ne contribue rien, afin de créer le contour C. On se
retrouve alors avec une intégrale sur un contour dans le plan complexe et le résultat de l’intégrale
sera donné par 2πi fois la somme des résidus des pôles à l’intérieur du contour

gn ( x ) gn ( z )
+"

I= # h ( x ) dx $ !# h ( z ) dz = 2% i & rés ( pôles intérieurs)


!" m C m pôles

Cela peut simplifier considérablement le calcul de l’intégrale, les pôles ici étant simplement
les zéros de la fonction hm ( x ) . L’approche peut aussi fournir des représentations intégrales de
certaines fonctions lorsque c’est utile.

Exemple #1 : Soit à calculer l’intégrale


+"
x 2 dx
I= # où on identifie que m = 6 et n = 2, donc la condition de
(x + 1) ( x 2 + 2x + 2 )
2 2
!"

Jordan est facilement remplie et on peut ajouter l’intégrale sur le demi grand cercle pour obtenir
z 2 dz 1
"
I!! = 2# i $ rés ( pôles intérieurs) où C est ici encore la demi-lune
(z + 1) ( z + 2z + 2 )
2
C
2 2 2 pôles

supérieure de la figure ci-dessous. Le résultat est donné par la somme des résidus des pôles
contenus dans C. Ici les pôles sont les zéros de la fonction au dénominateur

h ( z ) = ( z 2 + 1) ( z 2 + 2z + 2 ) . Nous avons deux facteurs


2

i) z 2 + 1 = 0 ! z = +i et " i ; le pôle à +i est dans C et peut contribuer à la somme, alors


que le pôle à –i est à l’extérieur de C et ne contribuera pas à la somme.
ii) ( z 2 + 2z + 2 ) = 0 ! z = "1+ i et " 1" i : Le pôle à -1+i est dans le contour et peut

contribuer à la somme, alors que le pôle à -1-i est à l’extérieur de C et ne contribuera pas à la
somme.
  33  

Il reste donc
I = 2! i ( rés(i) + rés("1+ i))
Le pôle en i est double et son résidu se calcule donc par

d " ( z ! i ) z2 %
2
1 9i ! 12
rés(i) = $ ' = après un petit calcul !
( 2 ! 1)! dz $# ( z + 1) ( z + 2z + 2 ) '&
2 2 2 100
z=i

Le pôle en -1+i est simple et son résidu est plus simple à calculer

rés ( !1+ i ) =
( z + 1! i ) z 2 =
3 ! 4i
(z + 1) ( z + 2z + 2 )
2
2 2 25
z=!1+i

!"

!
)'*'(
& &''(

#$
%# #

& &''%(

%)'%'(

La somme de ces deux résidus fois 2πi donne


# 9i " 12 3 " 4i & 7!
I = 2! i % + =
$ 100 25 (' 50
  34  

Le résultat est évidemment réel, l’intégrale initiale étant totalement réelle. Le passage aux
variables complexes et l’expédition dans le plan complexe n’ont servi qu’à simplifier le calcul de
l’intégrale.

Exemple #2 : Nous voulons intégrer


2"
d!
I= # 5 + 3sin!
0
qui est une intégrale définie puisque le dénominateur ne devient pas nul

sur le parcours envisagé. On peut espérer utiliser la méthode des résidus pour calculer le résultat.
Dans les cas impliquant des fonctions trigonométriques, il est souvent utile d’utiliser
dz ei! # e#i! 1 $ 1'
z = ei! " d! = #i et sin ! = = & z # ) et l’intégrale de 0 à 2π se traduit par
z 2 2% z(
une intégrale sur le cercle unité
2"
d! 2dz
I= # 5 + 3sin! = !# 3z
0 C
2
+ 10iz $ 3
où on trouve ici deux pôles qui sont les zéros du

dénominateur
3z 2 + 10iz ! 3 = 0 " z = !i / 3 et ! 3i
  35  

!"#"$

%""&'()

%""&)'

Seul le premier de ces pôles est à l’intérieur et contribue, alors que le second (3i) ne peut pas
contribuer parce qu’il se trouve à l’extérieur du cercle unité. Le pôle à z = -i/3 est un pôle simple et
nous obtenons facilement
# ( z + i / 3) 2 & !
I = 2! i % 2 ( = remarquable !
$ 3z + 10iz " 3 ' z="i/3 2

Exemple #3 : on peut rencontrer des cas mixes comme dans le calcul de


  36  

!
sin x
I=" dx une intégrale définie réelle. La transformation utilisée plus haut devient
0
x

eix ! e!ix
inutile ( z = e ) , mais il est utile de rappeler que sin x =
ix
. Nous allons donc essayer de
2
eix
calculer une intégrale auxiliaire sur un intégrant . Ceci complique certaines choses et en
x
simplifie d’autres. Il s’agit d’une fonction paire et nous pouvons ajouter l’intégrale de !" à 0 pour
couvrir tout l’axe réel ; il suffit de diviser le résultat par deux. Malheureusement, comme cette
intégrale a l’origine dans son parcours d’intégration, le remplacement de sinx par eix génère un
pôle à x = 0 qui n’existait pas dans l’intégrale initiale puisque
sin x
lim = 1    ne diverge pas à l’origine où cet intégrant demeure holomorphe.
x!0 x
Pour corriger ce défaut, passons dans le plan complexe et déformons notre parcours sur l’axe
réel par un petit demi cercle ! de rayon r au dessus de l’origine, avec l’objectif de revenir à la
limite à notre parcours initial. Sur ce parcours déformé, l’intégrant est holomorphe partout. Il l’est
aussi sur le demi grand cercle supérieur ! qui ne contribuera rien ici et nous l’ajoutons pour créer
le contour C de la demi-lune supérieure avec la petite demi-lune au dessus de l’origine, comme sur
la figure ci-dessous. Nous allons donc calculer avec l’idée de faire tendre R vers l’infini et r vers
zéro
"r R
eiz eiz eiz eiz eiz
!C z "!R z
dz = dz + !$ z dz + !r z dz + !# z dz = 0 parce qu’il n’y a aucun pôle dans le
contour. Nous allons maintenant récrire les termes de la façon suivante. Le premier s’écrit
!r
e!iz e!iz
r R
eiz
"! R z dz $ $$
z#! z
# "R z dz = ! "r z dz que nous allons ajouter au premier dans le but évident
de recréer la fonction sinus initiale. Nous avons donc maintenant
R
eiz eiz sin z
"! z dz + "# z dz + 2i "r z dz = 0
  37  

r R

Lorsque r ! 0, R ! " , la dernière intégrale est précisément notre intégrale initiale I, fois 2i.
L’intégrale sur ! est nulle par le lemme de Jordan dont elle satisfait les conditions. Pour faire la
première intégrale, nous allons utiliser le fait qu’il s’agit d’un demi-cercle, donc de rayon constant,
allant de ! = "  à   ! = 0 , pour écrire z = rei! " dz = irei! d! et l’intégrale est maintenant sur !  et  se
fera de ! = " à ! = 0 ,
0 0
eiz
%& z dz = i %$ e d! ### " i % d! = 'i$
irei! r"0

Au total, nous avons donc


R#$
sin z
!i" + 2i %
r#0
z
dz = 0 où l’intégrale est sur un parcours réel sur Ox où z = x et nous avons

!
sin x #
donc I=" dx =
0
x 2
Nous n’avons pas utilisé la méthode des résidus, mais avons joué sur les déformations
possibles dans le plan complexe et n’avons eu à calculer que des intégrales sur des parcours très
simples (demi-cercles).

VI. La valeur principale d’une intégrale


  38  

Dans l’exemple qui précède, nous n’avons pas triché en éloignant notre parcours
d’intégration vers en haut autour de l’origine, à l’aide du demi-cercle ! de rayon r , nous avons
éliminé un pôle qui n’était pas présent dans l’intégrale initiale et l’avons éliminé de l’intégrale
auxiliaire. Nous avons après, été capables de prendre la limite r ! 0 et de retourner au parcours
d’intégration initial.
Il arrive parfois que le parcours ou contour d’intégration (initial) passe par un pôle. Une telle
intégrale n’est simplement PAS définie, elle n’existe pas, point final. Généralement, cela se produit
lorsque nous avons trop simplifié notre modélisation du monde physique. C’est la réalité de ce
monde physique qui va nous dire comment contourner le problème en contournant ce pôle. Les
mathématiciens ont inventé l’expression <partie principale> de l’intégrale pour décrire ce qui reste
lorsque l’intégrale a été réduite à une forme finie. Pour ce faire, il faut généralement contourner le
pôle, par en haut, par en bas, par la gauche ou par la droite. Les mathématiques ont classifié tout
cela, mais sont totalement incapables de nous dire quelle solution adopter. Ce n’est d’ailleurs pas
leur rôle. En ce sens, l’expression <partie principale> n’a pas grand sens en sciences physiques,
mais la tradition nous a fait la conserver. Nous allons avancer à l’aide d’exemples qui serviront de
guides pédagogiques.

Exemple #1 : Nous voulons calculer l’intégrale I sur l’axe réel

f ( x)
+"

I= # x ! x dx
!" 0

Le pôle est sur l’axe réel et le parcours passe par le pôle. Cette intégrale n’existe pas.
Commençons par regarder ce qui arrive si on utilise le truc de l’exemple de la section précédente.
Nous calculerons une intégrale où on passe par dessus le pôle et une autre où on passe en dessous
et nous comparerons.
i) Voyons d’abord
f (z)
I! = $ z"x
#0 0
dz où nous sommes passés dans le plan complexe et le parcours ! 0 est

l’axe réel, sauf pour un petit demi-cercle ! 0 de rayon r passant par dessus le pôle en
z = x0.
  39  

C’est une intégrale différente de l’intégrale initiale. Nous la décomposons en

f (z) f (z) f (z)


x0 "r +#

I! = $
"#
z " x0
dz + $
x0 +r
z " x0
dz + $
%0
z " x0
dz

Selon la nomenclature des mathématiciens, la partie principale est la limite à r ! 0 de la


somme des deux premiers termes

f (z) & x0 !r f ( z ) f (z) )


+%

P# dz = lim ( # dz + # dz +
"0
z ! x0 r$%
(' !% z ! x0 x0 +r
z ! x0 +*

Nous avons déjà évalué le dernier terme à la section précédente et obtenu, à la limite de
r!0
f (z)
lim % dz = #i& f ( x0 ) et ainsi cette intégrale est
r!"
$0
z # x0

f (z)
I! = P $ dz " i% f ( x0 )
#0
z " x0

On pourrait espérer remplacer I par I ! . Pour nous en assurer, vérifions ce qui arrive si nous
déformons le parcours en !1 qui comprend l’axe réel, sauf autour du pôle qui est contourné par
demi-cercle ! 1 de rayon r passant sous le pôle.

i
Le traitement est similaire au cas précédent et nous obtenons à la fin un résultat noté I !!
f (z) f (z)
I !! = P $ dz + $ dz . Encore une fois, la section précédente nous permet de
#0
z " x 0 %1
z " x 0

calculer le dernier terme qui donne ici + i! f ( x0 ) , donc


  40  

f (z)
I !! = P $ dz + i% f ( x0 ) & I !
#0
z " x 0

Ainsi, les deux choix donnent des résultats différents et rien ne nous donne ici la baguette
magique pour choisir. On ne peut pas choisir sur la seule base des mathématiques.
La question reste entière, comment choisir entre les deux possibilités. La réponse vient des
sciences physiques dont cette intégrale tente de décrire une partie. Considérons donc notre
deuxième exemple tiré de la physique quantique
Exemple #2 : Soit donc à évaluer
+#
e"iEt
! (t ) = $ dE
"#
p2 " E 2
Cette intégrale n’existe pas. Notre expression a été obtenue en simplifiant trop. Essayons de
récupérer la physique derrière, afin de définir de façon unique le résultat. Notons que l’intégrale
sur l’axe réel passe par deux pôles, un à E =- p et un à E = +p. Nous pouvons a priori définir
mathématiquement 4 versions finies de cette intégrale, via divers contournements. Nous les
noterons !1 ( t ) , ! ( t )2 , ! 3 ( t ) et ! 4 ( t ) . Dans le premier cas, les deux pôles sont contournés par le

haut. Dans le second, le pôle en –p est contourné par dessus et celui en +p est contourné par en
dessous. Le troisième est l’inverse du deuxième et dans le quatrième les deux contournements se
font par en dessous.
Étudions d’abord le premier cas, dans lequel nous devons identifier deux possibilités, qui
sont t < 0 et t > 0.

i i
!"# $"#

Pour t <0, l’intégrant est holomorphe sur le demi grand cercle supérieur que nous pouvons
ajouter au parcours #1 pour obtenir le contour C1sup ci-dessous
  41  

i i
!"# $"#

Nous constatons qu’il n’y a aucun pôle dans ce contour et l’intégrale est donc nulle
!1 ( t < 0 ) = 0
Dans la deuxième possibilité, pour t > 0, le lemme de Jordan nous permet d’ajouter au
parcours #1, le demi grand cercle infini inférieur, ce qui donne le contour C1inf ci-dessous
  42  

i i
!"# $"#

Dans ce cas, deux pôles sont à l’intérieur du contour et l’intégrale est donnée par (le signe
moins vient du sens horaire d’intégration)
!1 ( t > 0 ) = "2# irés(E = " p) " 2# irés(E = + p)
$ ( E + p ) e"iEt ' $ ( E " p ) e"iEt '
= 2# i & ) + 2# i & p2 " E 2 )
% p " E ( E=" p
2 2
% ( E= p
2# i
= sin pt
p
On peut refaire des calculs techniquement similaires pour tous les autres cas et possibilités,
ce qui donne
$ "i# "ipt
&& p e , t < 0
! ( t )2 =%
& "i# eipt , t > 0
&' p
  43  

$ "2#
& sin pt, t < 0
! 3 (t ) = % p
&0, t > 0
'
$ i" ipt
&& p e , t < 0
! 4 (t ) = %
& i" e#ipt , t > 0
&' p
Dans le cas 1, tout se passe avant t = 0 et dans le cas 3, tout se passe après t = 0. Aucun
signal existe pour t < 0, est allumé à t = 0 et existe pour t > 0. Dans le cas 2, nous avons une onde
entrante pour t < 0 et une onde sortant pour t > 0, uns situation que nous comprenons très bien en
diffusion où la collision se produit à t = 0. Le cas 4 propose l’inverse du cas 2, à savoir une onde
sortante pour t < 0 et une onde entrante pour t > 0. Cela semble aller à l’encontre de la logique,
mais nous savons qu’en électromagnétisme par exemple, nous pouvons travailler aussi bien avec
des potentiels retardés que des potentiels avancés. Les premiers nous sont plus proches parce qu’ils
évoluent dans le même sens temporel que nous, mais les seconds sont tout aussi valides, même
physiquement, comme Feynman nous l’a si brillamment illustré (voir sa thèse de doctorat !!). Ce
seront donc des raisons physiques qui nous feront choisir.

Nous avons déformé le parcours d’intégration pour récupérer une expression physique trop
simplifiée. Nous pouvons dire qu’il manque des données dans l’intégrant. Dans le contexte des
intégrales dans le plan complexe, cela peut être décrit comme un déplacement des pôles plutôt que
du parcours d’intégration. Effectivement, mieux tenir compte de la réalité physique devrait créer
des pôles situés hors du parcours d’intégration.
Pour mieux illustrer ce commentaire, reprenons nottre premier exemple où

f (z)
+"

I= # z ! x dz
!" 0
où nous avons utilisé la variable z, mais où l’intégrale se fait sur l’axe réel,

donc z est restreint aux valeurs réelles. Cette intégrale n’existe pas. Imaginons que des arguments
physiques, comme ceux amenés dans l’exemple #2, nous amène à choisir le parcours qui passe par
dessus le pôle. Au lieu de déformer le parcours sur l’axe réel, qui semble très raisonnable pour une
application physique, on peut déplacer le pôle vers le bas en modifiant le dénominateur
z ! x0 " z ! x0 + i#
  44  

Dans ce cas, l’intégrale reste sur l’axe réelle et on comprend que l’erreur que nous avons
faite en simplifiant trop notre modèle physique a fait sauter le terme i! dans le dénominateur. Au
lieu de l’expression pour I que nous avons au dessus, nous aurions dû avoir à intégrer dès le début
l’intégrale

f (z)
+#

$ z!x
!# 0 + i"
dz où z est restreint maintenant à l’axe réel et peut reprendre sa valeur réelle.

C’est une notation qui est largement utilisée. Notez qu’elle s’intègre à une intégrale qui décrit
généralement la dynamique d’un système en y intégrant les conditions limites physiques, comme
onde entrante avant et onde sortante après. C’est intuitivement satisfaisant.

VII. Fonctions à valeurs multiples. Les surfaces de Riemann.


Jusque ici, nous nous sommes intéressés uniquement aux fonctions avec des pôles et que ces
fonctions et leurs dérivées avaient valeur unique partout sauf aux pôles. Ici, nous allons considérer
des fonctions pouvant prendre 2, 3, 4… valeurs en un point. Ce point n’est pas un pôle, mais un
point critique souvent appelé point de branchement. Ces fonctions demandent un traitement
particulier. Cela est heureusement possible et nous pourrons les étudier au prix d’une modeste
extension de la théorie. Nous connaissons tous déjà ce genre de fonction, même dans le domaine

des réels. En effet, posons que f ( x ) = x  ;  nous  savons  que  pour  x  =  4,  par  exemple  (en  un  

point),  la  fonction  peut  prendre  deux  valeurs,  +2  et  -­‐2.  C’est  le  concept  que  nous  allons  
étendre.    
1. Points de branchement, coupures et surfaces de Riemann
Nous allons procéder en introduisant un exemple, afin d’identifier les problèmes et d’illustrer

comment on les résout. Soit donc la fonction f ( z ) = z .  Avec   z = rei! ,  nous  avons  

  f ( z ) = z = z1/2 = r1/2 ei! /2  

On  dit  alors  que  cette  fonction  possède  un  point  de  branchement  à  z  =  0,  parce  que  si  
l’argument  z  de  la  fonction  fait  un  tour  complet  autour  de  z  =  0  pour  revenir  au  même  point  
(même  valeur  de  z),  alors  la  fonction  a  changé  de  signe,  elle  n’a  plus  la  même  valeur.  Par  
exemple,  si  on  démarre  à   z = z0 = r0 e 0 " f ( z0 ) = r0 e 0  est  alors  la  valeur  initiale  de  la  
i! 1/2 i! /2

fonction.  Tournant  autour  de  l’origine  de  2π  avec  retour  en   z0 ,  la  fonction  prend  la  valeur        
  45  

! i

 
  f ( r0 ,! 0 + 2" ) = r0 e 0 e = #r0 e 0 = # f ( r0 ,! 0 )  
1/2 i! /2 i" 1/2 i! /2

Il  faut  faire  un  deuxième  tour,  pour  un  total  de  4π  pour  revenir  à  la  valeur  initiale  ;  nous  
disons  donc  que  la  fonction  a  double  valeur,  exactement  comme  dans  le  cas  réel,  
évidemment.  Ici,  cependant,  nous  disposons  d’une  méthode  d’analyse  beaucoup  plus  
puissante.  Nous  avons  déjà  identifié  z  =  0,  comme  un  point  critique.  Essayons  de  voir  ce  qui  
en  est  d’un  point  situé  à  l’infini,   z ! " .  Pour  ce  faire,  étudions  la  fonction  
  f (1 / z ) = z = r e
!1/2 !1/2 !i" /2
 

Dans  cette  nouvelle  fonction,  z  =  0  correspond  à   z ! " du  cas  original.  Faisons  tourner  
f (1 / z )  autour  de  cette  nouvelle  origine.  Trivialement,  on  constate  le  même  phénomène  :  la  

fonction  est  à  double  valeur.  Retournant  à  notre  fonction  initiale,  nous  identifions  deux  
points  critiques,  un  à  z  =  0  et  un  autre  à   z ! " .  Ceci  nous  indique  que  ce  type  de  singularité  
n’est  pas  localisé  comme  l’est  un  pôle,  mais  s’étend  sur  le  plan  complexe.  Pour  l’illustrer,  nous  
traçons  une  droite  entre  z  =  0  et   z ! " ,  par  exemple  sur  l’axe  réel  comme  ci-­‐dessous.    
  46  

 
Nous  appelons  cette  droite  une  coupure.  Imaginez  que  vous  débutiez  en  un  point  initial  
en   ! 0 = +0 (juste  au  dessus  de  la  coupure,  mais  infiniment  près)  et  que  vous  tourniez  (sens  
direct  antihoraire)  autour  de  l’origine  jusqu’en   ! = "0 (juste  sous  la  coupure,  mais  infiniment  
près).  Vous  arrêtez  et  revenez  sur  vos  pas  jusqu’à   ! 0 = +0 .  Vous  constatez  que  la  fonction  a  
repris  sa  valeur  initiale,  parce  que  vous  n’avez  pas  traversé  la  coupure.  Indépendamment  de  
la  distance  de  l’origine,  si  vous  traversez  la  coupure,  vous  aurez  changé  la  valeur  de  la  
fonction  en  traversant  la  coupure.  Ceci  met  mieux  en  évidence  le  caractère  non  local  de  ce  
type  de  singularité.    
Pour  mieux  décrire  ce  phénomène,  nous  allons  dire  qu’en  traversant  la  coupure,  la  
fonction  change  de  feuillet  ou  de  surface  de  Riemann.  C’est  ce  que  fait  le  parcours   C1 ci-­‐
dessous,  qui  part  du  point   z0 et  qui  cherche  à  y  retourner,  mais  croise  la  coupure  et  la  
fonction  change  de  feuillet.  Une  telle  fonction  a  autant  de  feuillets  que  de  valeurs  possibles  en  
un  point  
  47  

 
 
 
2. Choix  des  coupures  
Il existe parfois plusieurs choix équivalents pour les coupures. Ici encore, nous utiliserons un
exemple pour l’illustrer et apprendre. Considérons donc la fonction

f ( z ) = ( z 2 ! 1)  
1/2

Définissons  les  variables    


z + 1 = r! ei"! %#
' f ( z ) == ( r+ r! ) ei("+ +"! )/2
1/2
i" + $
z ! 1 = r+ e &%
 
  48  

!"

&'
('
% %
#$

Ce  qui  dérange  en  complétant  un  contour  vient  du  2e  facteur.  Imaginons  un  contour  C1  
qui  entoure  le  point  à  z  =  +1  et  imaginons  partir  du  point  z0  et  d’y  revenir.  Au  départ,  la  
i(! 0+ +! 0" )/2
valeur  du  2e  facteur  est   e .    
  49  

i
! !
"# $#

 
À  la  fin  du  contour,  on  note  que   ! 0" # ! 0" ,  mais  on  note  aussi  que   ! 0+ " ! 0+ + 2#  et  au  

lieu  de  retrouver  la  valeur  de  fonction   f ( z0 ) ,  on  retrouve   ! f ( z0 ) ,  il  y  a  un  problème.  Ainsi,  

ceci  confirme  que  z  =  1  est  un  point  de  branchement  et  on  vérifie  facilement  que  z  =  -­‐1  en  est  
un  aussi,  comme  on  vérifie  que  cette  fonction  est  bivalente.  Il  apparaît  donc  normal  de  tracer  
la  coupure  comme  une  droite  entre  ces  deux  points,  coupure  qui  interdit  de  tourner  autour  
de  ces  points  sous  peine  de  changer  de  feuillet.    

!"# "#

i i

 
On  voit  immédiatement  que  notre  contour  C1  plus  haut  traverse  cette  coupure  et  on  
change  de  feuillet.  De  fait  si  on  intègre  sur  le  contour  C2  qui  contient  les  deux  pôles  et  ne  
  50  

traverse  donc  pas  la  coupure,  la  fonction  reste  sur  le  même  feuillet  et  que  sa  valeur  à  l’arrivée  
est  égale  à  celle  de  son  départ  (de  contour).  

!"

!!

&'
%i %i ('
#$

 
On  peut  faire  ici  ce  qu’on  a  fait  plus  tôt  et  considérer  la  fonction   f (1 / z ) .  Ici  aussi,  nous  

verrons  apparaître  l’infini  comme  point  singulier.  Cela  suggère  que  nous  pouvons  définir  une  
coupure  en  deux  segmente,  le  premier  de   z = !"  à   z = !1  et  le  second  de   z = +1  à   z = +! .  Ici  
encore,  on  voit  que  le  contour  C1  traverse  la  coupure  une  fois  et  nous  fait      changer  de  feuillet.  
On  voit  aussi  que  le  contour  C2  traverse  deux  fois  et  que  la  fonction  revient  à  sa  valeur  parce  
qu’elle  est  bivalente,  une  chose  à  éviter,  toutes  les  fonctions  ne  sont  pas  simplement  
bivalentes.    
Une  fois  la  coupure  choisie,  il  est  interdit  à  un  contour  d’intégration  de  la  croiser.  Ainsi  
la  fonction  reste  univalente  et  holomorphe  sur  le  contour.  Le  bon  choix  peut  très  bien  être  
suggéré  par  l’intégrale  qu’on  veut  calculer,  plutôt  que  l’inverse,  mais  une  fois  le  choix  fait,  on  
ne  doit  pas  croiser  la  coupure.  
 
 
  51  

!"# "#

i i

 
Rappelons  d’ailleurs  notre  premier  exemple  avec   f ( z ) = z  où  nous  avons  identifié  une  
1/2

coupure  entre   z = 0  et   z = +! .  .  Nous  pouvons  vérifier  que   z = !"  est  aussi  point  de  
branchement  et  il  devient  possible  de  tracer  notre  coupure  entre   z = !"  et   z = 0 ,  donc  sur  
l’axe  réel  négatif,  un  peu  comme  on  voit  sur  le  côté  gauche  de  la  figure  immédiatement  ci-­‐
dessus.  

3. Définition des surfaces de Riemann (feuillets)


Les surfaces de Riemann sont quantitativement définies par le choix du domaine de variation
des variables, par exemple r et !  dans     z = rei! .  Nous  tablons  parfois  sur  l’arbitraire  du  choix  
fait  pour  fixer  l’axe  à  partir  duquel     ! = 0 .  On  tient  également  compte  du  nombre  de  fois  qu’il  
faut  traverser  la  coupure  pour  retrouver  la  valeur  initiale  (ce  nombre  peut  être  infini  !).  
Comme  nous  l’avons  fait  fréquemment,  procédons  dans  le  cadre  d’un  exemple  explicatif  
et  prenons  la  fonction   f ( z ) = z  comme  exemple.  Nous  la  savons  bivalente  et  que  sa  coupure  
1/2

va  de   z = 0  à   z = !"  ou   z = +! .  Prenons  ce  deuxième  choix  et  plaçons  la  coupure  entre   z = 0  
et   z = +! ,  l’axe  réel  positif.  Examinons  quatre  points  dans  le  plan,  notés   z1 , z2 , z3 , z4 .  Les  deux  
premiers  sont  voisins,  les  deux  derniers  aussi,  mais  les  deux  premiers  sont  séparés  par  la  
coupure,  alors  que  les  deux  derniers  ne  le  sont  pas.  On  ne  peut  pas  traverser  la  coupure  pour  
aller  d’un  point  à  l’autre.  
  52  

i
r

i i
i i

 
On  voit  que  nous  pouvons  faire  varier     !  entre  0  et  2π  au  sens  où   0 < ! < 2" .  De  fait,  ici  

!1 = 0, ! 2 = 2" , ! = ! 4 = "  et  alors  en z1 , f ( z1 ) = r1 e = +r1 ,  alors  qu’en  


1/2 i 0/2 1/2

z2 , f ( z2 ) = r11/2 ei 2 ! /2 = "r11/2 .  On  ne  peut  pas  croiser  la  coupure.  Entre     z3 et z4 ,  il  n’y  a  pas  de  

coupure  et   ! = "  pour  ces  deux  points  et  la  fonction  y  a  même  valeur.  Notre  première  surface  
de  Riemann  (premier  feuillet  sera  donc  définie  quantitativement  comme  correspondant  au  
domaine     0 < ! < 2" .  De  façon  similaire,  le  deuxième  feuillet  sera  défini  par   2! < " < 4! .  Les  
opérations  demeurent  valides  tant  et  aussi  longtemps  que  nous  restons  sur  le  même  feuillet.    
Si  on  recommence  l’opération  en  plaçant  la  coupure  entre   z = 0  et   z = !" ,  alors  nous  
pouvons  voir  que  pour  définie  un  premier  feuillet,  nous  devons  utiliser  le  domaine  
!" < # < +"  sur  lequel   !1 = ! 2 = 0 ,  alors  que   ! 3 = +" et ! 4 = #" .  Le  deuxième  feuillet  peut  
alors  se  définir  par   ! < " < 3! .  
La  visualisation  des  feuillets  dans  le  plan  complexe  est  un  résultat  remarquable  qui  
nous  donne  un  outil  pour  manipuler  correctement  les  opérations  sur  les  fonctions  
polyvalentes.    
 
 
 
4. Intégrales  impliquant  des  fonctions  polyvalentes.  
  53  

Exemple #1 : Considérons l’intégrale suivante


"
x p!1
I=# dx    où    0  <  p  <  2,  mais   p ! 1 .  La  fonction   x p!1  est  polyvalente  avec  un  point  
0
x2 + 1

de  branchement  (exactement  comme  z1/2)  en   z = 0 et  un  autre  à   z = +! (par  choix).  Notre  
coupure  est  donc  sur  l’axe  réel  positif,  qui  est  précisément  notre  domaine  d’intégration  
(avoir  choisi   z = !"  n’aurait  rien  guéri,  puisque  le  point  de  branchement  à   z = 0  est  une  des  
bornes  d’intégration  et  doit  être  rejoint.  Le  secret  est  de  le  rejoindre  sans  changer  de  feuillet.  
Pour  ce  faire,  considérons  l’intégrale  auxiliaire      

X i

X -i

Contour C
 
  54  

z p"1
#
  I ! = !
C
z2 + 1
dz      où  le  contour  C  est  défini  ci-­‐dessus.  Nous  décomposons  le  contour  en  

ses  différents  parcours  


z p"1 z p"1 z p"1 z p"1 z p"1
#
I! = !
C
z2 + 1
dz = #% z 2 + 1 #$ z 2 + 1 L# z 2 + 1 L# z 2 + 1 dz  
dz + dz + dz +
1 2

On  note  que  le  contour  C  ne  traverse  pas  la  coupure  et  reste  donc  sur  le  même  feuillet.  
Pour  faire  les  intégrales  sur  les  parcours ! et " ,    on  les  considère  comme  des  cercles  et  on  

utilise  la  notation   z = rei! .  Sur   ! ,   r ! 0 ,  alors  que  sur   ! ,   r ! " .  Nous  aurons  donc  
explicitement  sur  ces  parcours  

z p!1
2&
r p!1ei( p!1)% ( irei% ) d%
  $ 2 dz = $ )r'(
)) ' 0  
r'0
2 i 2%
" ou #
z +1 0
r e +1

Il  ne  reste  plus  qu’à  travailler  les  parcours   L1 et L2 .  Sur   L1 ,   ! = 0 et  dans  ce  cas,  

z p!1 = x p!1ei 0 = x p!1 ,  alors  que  sur L2  ,   ! = 2" ,  donc   z


p!1
= x p!1ei 2 " ( p!1) .  Nous  devons  aussi  noter  
" 0 "

que       ! = ! ,  alors  que   ! = ! = # ! .  Combinant  ces  deux  résultats,    


L1 0 L2 " 0

( (
1 x p"1
I ! = ) $% x p"1 " x p"1ei# ( p"1) &' dx = e i# ( p"1)
$
% e "i# ( p"1)
" e i# ( p"1)
' ) x 2 + 1 dx              
&
0
x2 + 1 0

#
i! ( p"1) x p"1
= 2ie sin p! $ 2 dx  
0
x +1

où  le  dernier  facteur  est  précisément  l’intégrale  initialement  donnée  à  faire.    

Nous  pouvons  également  évaluer   I ! par  la  méthode  des  résidus,  en  notant  que  
l’intégrant  est  holomorphe  partout  sur  et  dans  le  contour,  sauf  aux  deux  pôles  à  l’intérieur  en  
z = ±i ,  ce  qui  donne  
I ! = 2" irés(i) + 2" irés(#i)
$ ( z # i ) z p#1 ' $ ( z # i ) z p#1 '
= 2" i & 2 ) + 2" i & z 2 + 1 )  
% z + 1 ( z=i % ( z=#i
$ ei" ( p#1)/2 ei 3" ( p#1)/2 '
= 2" i & # )
% 2i 2i (
  55  

Nous  devons  rappeler  que  sur  ce  feuillet  

i p!1 = ei" ( p!1)/2


         
( !i ) p!1 = ei 3" ( p!1)/2

et  donc  

$ e#i" ( p#1)/2 # ei" ( p#1)/2 '


    I ! = 2" ie i" ( p#1)
& ) = #2" ie
i" ( p#1)
sin $%" ( p # 1) / 2 '(  
% 2i (

    = !2" iei" ( p!1) cos (" p / 2 )  

En  égalant  les  deux  résultats  pour   I !  nous  donne    

"
x p!1 $ cos $ p / 2 $
  I = # 2 dx = = cosec ($ p / 2 )  
0
x +1 sin $ p 2

Nous  voyons  qu’il  y  avait  un  avantage  marqué  à  avoir  les  parcours   L1 et L2 qui  
coïncidaient  avec  le  parcours  d’intégration  initial  et  le  choix  de  la  coupure  permettait  de  
clore  le  parcours   !  sans  traverser  la  coupure.  

Exemple  #2  :    Nous  voulons  vérifier  que    

    I=#
"
( ln x )2 dx = ! 3  
0
x2 + 1 8

Avant  de  procéder,  il  faut  étudier  de  plus  près  la  fonction  lnz.  Utilisant  la  représentation    
z = rei! " ln z = ln r + i! .  Imaginons  un  contour  qui  fasse  le  tour  de  l’origine  pour  revenir  au  
point  initial  (r,   ! ),  alors  la  fonction  devient     ln z = ln r + i! + 2" i .  Après  deux  tours,  cette  
fonction  est   ln z = ln r + i! + 4" i …  On  voit  que  cette  fonction  ne  reviendra  jamais  à  sa  valeur  
initiale,  elle  a  un  nombre  infini  de  feuillets.     Essayons  maintenant  la  fonction  ln  
d’argument  1/z.  On  échange    zéro  et  l’infini  
  ln (1 / z ) = ln (1 / r ) ! i"  

Ici,  il  est  clair  que  tourner  autour  (sans  passer  par)  r  =  0,  la  fonction  gagne  +2πi    à  
chaque  tour  et  ce  point  est  aussi  un  point  de  branchement,  mais  il  correspond  à   z ! "  de  la  
  56  

fonction  initiale  et  il  nous  dit  que  tourner  autour  de   z ! " dans  le  cas  initial  change  la  valeur  
de  la  fonction  par  2π.  Ceci  nous  dit  donc  que   z = 0 et z ! " sont  deux  points  de  branchement  
et  nous  pouvons  tracer  la  coupure  entre  ces  deux  points  qui  constituent  l’axe  réel.  Nous  
constatons  que  l’intégrant  est  holomorphe  sur  un  demi  grand  cercle  supérieur,  allant  de  –R  à  
+R  avec   R ! " .  Parce  que  l’intégrant  satisfait  le  lemme  de  Jordan,  nous  allons  considérer  
l’intégrale  auxiliaire  suivante  dans  le  plan  complexe    

( ln z )2 dz        où  C  est  constitué  du  demi  grand  cercle   ! ,  de  la  branche  L  allant  de    
"
  I ! = !
C
z2 + 1
1

–R  à  –r,  du  demi  petit  cercle   !  de  rayon  r  et  de  la  branche  L2  allant  de  +r  à  +R,  tel  qu’illustré  
sur  la  figure  ci-­‐dessous.  Ici,  il  est  entendu  que  les  deux  branches  le  long  de  l’axe  réel  ont  été  
soulevées  de  la  hauteur   i! .  Éventuellement,  nous  prendrons  les  limites   ! " 0, r " 0, R " #
.  

Dans  et  sur  le  contour  C,  l’intégrant  est  holomorphe,  sauf  en  un  pôle  en  z  =  i  (l’autre  
pôle  en  z  =  -­‐i  est  en  dehors  du  contour).    
  57  

X +i

-R -r +r +R

X -i

 
  On  note  que  nous  ne  sommes  pas  sur  la  coupure  et  que  le  demi  petit  cercle  évite  la  
singularité  en  z  =  0.  La  coupure  telle  que  choisie  définit  le  premier  feuillet  comme   0 < ! < 2" .  
L’intégrale  auxiliaire  a  donc  valeur  

$ ( z # i ) (ln z)2 ' $ ( lni )2 '


I ! = 2" i i rés(i) = 2" i & ) = 2" i & 2i )
% z+i ( z=i &% )(
   
* i" - "3
2

= " ( ln e )
i" /2 2
=", / =#
+ 2. 4
D’un  autre  côté,  nous  allons  décomposer  l’intégrale  auxiliaire  selon  les  segments  
d’intégration.  Considérons  d’abord  le  segment  du  demi  grand  cercle  de  rayon  R,  donc  sur  
lequel   z = R ei! , avec R " # .  L’intégrant  y  a  valeur  

 
( ln z )2 = [ ln R + i! ]2 $R"#
$$ "
[ ln R + i! ]
2

" 0  plus  vite  que  1/R,  donc  l’intégrale  sur  le  


z2 + 1 R 2 e2i! + 1 R 2 e2i!
demi  grand  cercle  contribue  zéro  à   I ! .    
  58  

De  façon  similaire,  on  démontre  que  l’intégrale  sur  le  demi  petit  cercle  contribue  zéro  aussi.  
Il  ne  reste  donc  plus  que    
"r
$3
R

  I! = #
"R
+# ="
r
4
 

Nous  notons  alors  que  


!r !r
( ln z )2 dz $z#! r
( ln(!z))
2 R
( ln(!z))
2

  " = " $$ # " (!dz) = + dz   "


z

!R !R
z2 + 1 R
z2 + 1 r
z2 + 1

Nous  évaluons  ln(-­‐z)  =ln((-­‐1)z)  =  lnz  +  ln(-­‐1)  =   ln z + ln ei! /2 = ln z + i!    sur  le  premier  feuillet  
!r R
( ln z )2 dz + 2# i R ln z dz
R

et   " =" "r z 2 + 1 dz ! # "r z 2 + 1      


2

!R r
z2 + 1

Ici,  nous  avons  donc  

I! = 2$
R
( ln z )2 dz + 2" i R ln z dz
R

  $r z 2 + 1 dz # " $r z 2 + 1  
2

r
z2 + 1

On  constate  d’abord  que  le  premier  terme  est  2  fois  notre  intégrale  initiale  réelle  I.  La  
dernière  est  simple  à  faire.  Notant  que  son  intégrant  est  pair,  nous  étendons  le  domaine  aux  
valeurs  négatives  
! !
dz 1 dz
  "0 z 2 + 1 = 2 "0 z 2 + 1  
Ensuite,  nous  vérifions  que  l’intégrant  satisfait  les  conditions  du  lemme  de  Jordan  et  qu’il  est  
holomorphe  partout  sur  et  dans  le  demi  grand  cercle(supérieur),  sauf  en  un  pôle  en  z  =  i.  
Nous  écrivons  donc  
! !
dz 1 dz dz #
  "0 z 2 + 1 = 2 "0 z 2 + 1 = !C" z 2 + 1 = 2# i i rés (i ) = 2  
L’expression  pour  l’intégrale  auxiliaire  donne  donc  maintenant  
$
ln z "3 "3
  I ! = 2I + 2" i % dz # & #    ou  
0
z2 + 1 2 4
"
ln z !3
  I + !i# dz =  
0
z2 + 1 8

Égalant  respectivement  les  partie  réelle  et  partie  imaginaire  nous  donne  
  59  

!3
  Re  :   I =      le  résultat  recherché    et  
8
!
ln z
  Im  :   " dz = 0    un  résultat  obtenu  en  prime  !  
0
z2 + 1

 
Armé  de  ces  quelques  notions,  vous  serez  déjà  capables  de  fonctionner  dans  le  monde  des  
fonctions  complexes.  Je  ne  saurais  trop  vous  recommander  l’excellent  traité  de  la  série  
Schaum  sur  le  sujet  tout  en  étant  beaucoup  plus  complet  que  le  présent  document.  
   

 
 
 
 
   
 
   
 
 

Vous aimerez peut-être aussi