Vous êtes sur la page 1sur 13

Introduction

Il y a trois principales raisons de s'inquiéter et d'étudier la corrosion:


Sécurité, économie et conservation. Rupture prématurée des ponts ou des structures
Tures dues à la corrosion peuvent entraîner des blessures ou même la mort. Échec
De l'équipement d'exploitation peut avoir les mêmes résultats désastreux.
Il y a des années, L’Institut national des normes et de la technologie (National Bureau of
Standards) a estimé que le coût annuel de la corrosion aux États-Unis se situait entre 9 et 90
milliards de dollars.
Ces chiffres ont été confirmés par diverses organisations techniques, dont L’Association
nationale des ingénieurs en corrosion. Cette estimation incluait la corrosion attribuée aux
processus chimiques:
À la corrosion des routes et des ponts par les produits chimiques de dégivrage; à l'atmosphère
Corrosion sphérique des clôtures en acier; à la corrosion atmosphérique de divers extérieurs
Des structures telles que des bâtiments, des ponts, des tours, des automobiles et des navires; et
D’innombrables autres applications exposées à l'environnement atmosphérique. Il
a en outre été estimé que le coût de la protection contre les la corrosion représente environ
50% du coût total de toute protection contre la corrosion
Ces préoccupations et études ont été à l’origine du développement de nouveaux
alliages et de nombreux matériaux de construction non métalliques, large gamme de matières
plastiques des variétés thermodurcissables et thermoplastiques, ainsi que le développement
d'une grande variété de revêtements et de revêtements.
Lors de la sélection d'un matériau de construction pour une application particulière,
le matériau doit avoir certaines propriétés physiques, mécaniques et résistantes à la corrosion
‒ I. DÉFINITION DE LA CORROSION
La corrosion est l'attaque destructrice d'un métal par réaction chimique ou
électrochimique avec son environnement. La détérioration par des causes physiques
n'est pas appelée corrosion, mais est décrite comme une érosion, un grippage ou une
usure. Dans certains cas, une attaque chimique accompagne une détérioration
physique, comme décrit par les termes suivants: corrosion - érosion, usure corrosive
ou corrosion par frottement. Les non-métaux ne sont pas inclus dans cette définition
de la corrosion. Les plastiques peuvent gonfler ou se fissurer, le bois peut se fendre
ou se décomposer, le granit peut s'éroder et le ciment Portland peut s'infiltrer, mais le
terme corrosion, dans ce livre, est limité à l'attaque chimique des métaux. La
«rouille» s'applique à la corrosion du fer ou des alliages à base de fer avec formation
de produits de corrosion constitués en grande partie d'oxydes ferriques hydratés.
II. TYPES DE CORROSION :

Selon la nature de l'environnement et son comportement qui autour le métal, on peut


détermine le type de corrosion. En général on peut résumer les différents processus de
la corrosion comme ci-dessous :

 II.1 Corrosion chimique (sèche) :

La corrosion chimique est l’attaque directe du métal par son environnement. Ce type de
corrosion se développe dans une solution non électrolyte ou sur action des gazeux (gaz
d'O2, gaz H2S et gaz CO2). Lorsque le réactif est gazeux ou cette corrosion se produit
à haute température, elle est alors appelée Corrosion sèche ou corrosion à haute
température [3,6]

L’attaque d’un métal par un autre métal liquide (Hg), par un sel fondu ou par une
solution non aqueuse (Al dans CCl4) peut être considérée comme une corrosion
chimique. Elle est généralement rencontrée dans les industries produisant ou utilisant
les acides
 II.2 Corrosion biochimique (bactérienne)

La corrosion bactérienne est due à la présence de colonies importantes de bactéries


dites anaérobiques qui se développent dans les eaux contenant des sulfates. La lutte
contre cette forme de corrosion est à l’heure actuelle essentiellement d’ordre
biologique, elle est réalisée par injection de produits bactéricides dans les milieux
corrosifs

 II.3 Corrosion électrochimique (humide) :

Si le réactif est liquide, il est en général, accompagné d’une corrosion électrochimique


qui produite essentiellement par l'oxydation d’un métal sous forme d’ions ou d’oxydes
et réduite l’agent corrosifs qui existants dans la solution électrolyte.

Par ailleurs, elle se produit par des transferts électroniques entre un métal et une
solution électrolytique à son contact (circulation d’un courant électrique).

L'existence de ces hétérogénéités, soit dans le métal ou dans le réactif, détermine la


formation d'une pile, alors un courant électrique circule entre anodes et cathodes dans
le réactif et les zones qui constituent les anodes sont attaquées (corrodées).

Elle nécessite la présence d’un réducteur ; H2O, H2.... Sans celui-ci, la corrosion du
métal (réaction anodique) ne peut se produire.
III. MORPHOLOGIE DE LA CORROSION
En tenant compte de la forme et des sites de l’attaque, les principaux types de corrosion sont
regroupés en deux grandes familles : la corrosion généralisée et la corrosion localisée.
.

Figure : morphologie de la corrosion

 III.1 Corrosion uniforme ou généralisée


On parle de la corrosion uniforme lorsque toute la surface du métal en contact avec la solution
est attaquée de la même façon, elle se traduit par une dissolution uniforme de la surface
métallique en contact avec l'agent agressif. Cette forme de corrosion du matériau se
développe dans les milieux acides ou alcalins (Fig.

Figure : corrosion uniforme


III.2 Corrosion localisée
Ce phénomène survient au contraire lorsque le matériau est mis en présence d'un
Environnement présentant vis à vis de lui un comportement sélectif. Cette sélectivité peut
avoir des origines multiples tant au niveau du matériau (alliage hétéro phase, présence
d'inclusions, protection de surface localement défectueuse, matériau bimétallique...) qu'au
niveau de l'environnement (variation locale de composition, de pH ou de température)

Cette forme de corrosion s’effectue dans quelque point de surface d’un matériau, les
chercheurs ont subdivisé ce type de corrosion sous plusieurs types :

Figure : Corrosion localisée


 III.3. Corrosion galvanique
C'est une des formes les plus courantes de corrosion en milieu aqueux, est due à la formation
d’une pile électrochimique entre deux matériaux dans laquelle une des électrodes (l’anode) se
consomme au bénéfice de l’autre (la cathode) qui reste intacte

Matériaux

Figure : représentation schématique d’une pile de corrosion

III.4. Corrosion par piqûre

Elle se produit quand les métaux protégés par un film d’oxyde mince comme l'aluminium et
ses alliages et les aciers inoxydables sont mis en contact avec un milieu aqueux (pour un pH
voisin de la neutralité) contenant les halogénures, notamment le chlorure CL

Figure : corrosion par piqure d’un acier inoxydable


III.5. Corrosion érosion
La corrosion par érosion affecte de nombreux matériaux (aluminium, acier...), elle est due à
l’action conjointe d’une réaction électrochimique et d’un enlèvement mécanique de la
matière, elle est souvent favorisée par l’écoulement rapide d’un fluide

1 : érosion du film 2 : corrosion du matériau 3 : évolution du l’attaque

Figue : représentation climatique du phénomène de corrosion érosion

III.6. Corrosion Caverneuse


Cette forme d'attaque est généralement associée à la présence de petits volumes de solution
stagnante dans des interstices, sous des dépôts et des joints, ou dans des cavernes ou
crevasses, par exemple sous les écrous et têtes de rivets.
III.7. Corrosion intergranulaire
Cette forme de corrosion se manifeste par une attaque localisée aux joints de grains du
matériau. L'hétérogénéité au niveau du joint de grain et l'existence d’un milieu corrosif jouant
le rôle d’électrolyte représentent deux conditions pour développer cette forme de corrosion

Figure : corrosion intergranulaire d’un inox par Hci

III.8. Corrosion sélective


Comme son nom l'indique, ce mode de corrosion se traduit par la dissolution sélective de l'un
des éléments de l'alliage si celui-ci est homogène, ou de l'une des phases si l'alliage est
polyphasé.
III.9. Corrosion sous contrainte (CSC)
Ce type de corrosion se définit comme un processus de développement de fissures, pouvant
aller jusqu'à la rupture complète de la pièce sous l'action combinée d'une tension mécanique et
d'un milieu corrosif

Figure : fissures de CSC

III.10. Corrosion fatigue


La corrosion-fatigue se distingue de la CSC par le fait que les contraintes appliquées ne sont
plus statiques, mais cycliques (efforts périodiques alternés).

III.11. Fragilisation par l'hydrogène


La présence d'hydrogène dans un réseau métallique peut entraîner d'importantes
détériorations du métal avec chute catastrophique de' ses propriétés mécaniques.
IV. METHODES DE PREVENTION CONTRE LA CORROSION

Voici les méthodes couramment utilisées pour la prévention contre la corrosion.

 Choix du métal utilisé

Une mesure simple de prévention contre la corrosion est l’utilisation d’un métal résistant à la
corrosion. L’aluminium et l’acier inoxydable sont des exemples typiques de ces métaux.

 Revêtement de protection

Une méthode économique de prévention contre la corrosion consiste à appliquer une couche
de peinture. La peinture agit comme une barrière entre le métal et les éléments empêchant
l’écoulement de la charge électrochimique qui cause la corrosion. Les revêtements en
poudre sont également des solutions économiques pour la prévention contre la corrosion. Une
poudre sèche est utilisée pour recouvrir la surface du métal. Ensuite, le métal est chauffé, ce
qui permet à la poudre de fusionner avec le métal dans un revêtement uniforme. Les
différentes compositions de poudre utilisées sont le polyester, le nylon, l’uréthane, l’époxy et
l’acrylique.

 Maîtriser les conditions environnementales

La corrosion est le résultat d’une réaction chimique entre le métal et certains gaz présents
dans l’environnement. Si la présence de ces gaz peut être contrôlée dans l’environnement,
alors l’occurrence de la réaction peut être contrôlée. Des mesures simples à cet égard
consistent à réduire l’exposition à la pluie ou à l’humidité atmosphérique. Des mesures
complexes consisteraient à contrôler la teneur en soufre/oxygène/chlore de
l’environnement. Un exemple d’une mesure complexe est le traitement de l’eau présente
dans les chaudières utilisant des adoucisseurs d’eau. Les adoucisseurs éliminent le calcium et
le magnésium de l’eau, qui sont des métaux très réactifs qui augmentent le risque de
corrosion. En outre, les adoucisseurs aident également à gérer la teneur en oxygène et
l’alcalinité de l’eau.
 Revêtements sacrificiels

La prévention contre la corrosion peut être obtenue en revêtant la surface du métal avec un
autre métal qui a un potentiel d’oxydation comparativement plus élevé ou plus faible. Les
revêtements sacrificiels sont de deux types : la protection anodique et la protection
cathodique.

 Protection Anodique

Dans la protection anodique, la surface à protéger est recouverte d’un métal moins réactif
(par exemple l’étain). Dans l’exemple donné, l’étain est beaucoup moins sensible à la
corrosion, de sorte que la surface sur laquelle il est appliqué sera sécuritaire tant que le
revêtement est là. La raison pour laquelle on appelle cette protection anodique est que dans ce
processus, la surface métallique à protéger devient une anode. La protection anodique est
utilisée pour protéger les réservoirs de stockage en acier au carbone qui sont utilisés pour le
stockage de 50% de soude caustique et d’acide sulfurique.

 Protection cathodique

L’application d’une couche de zinc sur une surface d’acier allié au fer est un exemple courant
de protection cathodique. Ce processus est également appelé galvanisation. Comme le zinc
est plus réactif que l’acier, il se corrode. Il s’oxydera, ce qui empêchera la corrosion de
l’acier. La raison pour laquelle on appelle cette protection cathodique est que dans ce
processus, la surface métallique à protéger devient une cathode. La protection cathodique est
souvent utilisée pour protéger les pipelines en acier qui transportent du carburant ou de l’eau,
les coques de navires, les réservoirs de chauffe-eau et les plates-formes pétrolières en mer.

 Modification de la conception

Une mesure passive de prévention contre la corrosion consiste à concevoir les structures de
manière à inhiber la corrosion et, par conséquent, à augmenter la longévité et la durabilité
de tous les revêtements anticorrosion. Idéalement, les conceptions devraient être telles
qu’elles empêchent la rétention de l’eau et de la poussière, facilitent la circulation des
courants d’air et évitent les fissures. Enfin, la conception doit garantir que la structure en
question soit accessible pour l’entretien régulier.
 Inhibiteurs de corrosion

Une autre méthode de prévention contre la corrosion est l’utilisation d’inhibiteurs de


corrosion. Ce sont des produits chimiques qui réagissent soit avec la surface métallique, soit
avec les gaz environnants pour « inhiber » les réactions chimiques qui causent la corrosion.
Les inhibiteurs sont utilisés pour recouvrir la surface métallique d’un film protecteur. Il
existe deux formes sous lesquelles les produits chimiques inhibiteurs peuvent être appliqués.
Ils peuvent être mélangés avec un solvant approprié ; la solution résultante est ensuite
appliquée. Ou, avec l’utilisation de techniques de dispersion courantes, ils peuvent être
appliqués comme couche protectrice. Le processus par lequel les inhibiteurs de corrosion sont
appliqués est appelé passivation.
REFERENCE BIBLIOGRAPHIQUES

(1) disponible sur le livre : fondamentale of corrosion mécanismes, causes, and


préventive méthodes
Philip A. Schweitzer
(2) corrosion and corrosion contrôle
R.WINSTON REVIE
HERBERT H. UHLIG
(3) HABCHI ABDERRAHMANE, étude de l’effet de la température sur la corrosion
de l’acier XC52 en présence de SULFARLEM et leur sel correspondent dans un
milieu H2SO4 20%
UNIVERSITE KASDI MERBAH OUARGLA 2013
(4) SAIGAA NARIMEN, étude PHYSICOCHIMIQUE de l’inhibition de la
corrosion d’un acier au carbone en milieu acide sulfurique
Université LARBI TEBESSI TEBESSA 2016
(5) Disponible sur le site : https://wd40.fr/conseils-entretien-bricolage/prevention-
contre-la-corrosion-le-guide-complet/
Le guide complet WD-40 de prévention contre la corrosion

Vous aimerez peut-être aussi