Vous êtes sur la page 1sur 18

Groupe 32

06/12/2019

Compte rendu
TP Béton armé
Licence 3 GC-GU

Boubacar Hann, ben jemia IHeb, Mukaz mwad Alicia, Mirande Clément, Traoré
Abdoulaye, Niang Rokhaya

1
Sommaire :
Introduction ..................................................................................................................................................... 3
Réalisation du béton ............................................................................................................................................ 4
GACHEE BETON .............................................................................................................................................. 4
Essai d'affaissement au cône d'Abrams ......................................................................................................... 5
Protocole de réalisation des poutres et des cylindres .................................................................................... 5
Dimensionnement de la poutre......................................................................................................................... 6
Détermination des charges appliquées et sollicitations ........................................................................................ 6
Détermination du ferraillage longitudinal ......................................................................................................... 7
Ferraillage des poutres .................................................................................................................................... 9
Recalcul la valeur de la charge qui casse la poutre à partir de Asréel ................................................................. 12
Réalisation de l’essai de flexion et de compression.......................................................................................... 13
L’essai de flexion ......................................................................................................................................... 13
Test 1 : .................................................................................................................................................... 14
Test 2 : .................................................................................................................................................... 15
Test 3 : .................................................................................................................................................... 16
Comparaison entre les trois diagrammes obtenus ................................................................................... 17
L’essai de compression................................................................................................................................ 17
Conclusion : .................................................................................................................................................... 18

2
Introduction

Le béton est un matériau résistant à la compression mais ne supportant pas la traction. L’acier, quant
à lui, est un matériau résistant à la fois à la traction et à la compression. C’est le mélange de ces deux
matériaux qui donne ce qu’on nomme le béton armé. Par définition, le béton armé est un matériau
dans lequel des armatures métalliques ont été ajoutées afin d’obtenir un béton renforcé. La fusion
des matériaux permet au béton armé d’être à la fois résistant à la compression ainsi qu’à la traction.
De nos jours, le béton armé est très souvent utilisé dans les constructions.

Le béton est caractérisé par sa faible capacitée d'allongement et sa faible résistance en traction.
L'acier est donc utilisé dans les zones tendues. Son allongement sous l'effet des tractions entraîne
donc la fissuration du béton tendu.

Le TP consiste à réaliser des poutres en béton armé et cylindre en béton pour pouvoir les étudier et
mettre en relation nos connaissance de cour avec la réalité.

3
Réalisation du béton

GACHEE BETON

Pour faire la gâchée de béton, nous avons dû commencer par calculer la quantité de chaque matériau
pour réaliser 3 poutres et 3 cylindres.

Quantité de béton :
3 poutres
V=150*10*12=0.018*3=0.054m3
3 cylindres D16
V=π*0.082*0.32=0.0064*3=0.0192m3

Volume total=0.054+0.0192=0.0732 m3
Qciment=(0.0732*380)*1.15=31.98kg
Qgravier=(0.0732*1026)*1.15=86.36kg
Qsable=(0.0732*764)*1.15=64.3kg
Qeau=(0.0732*211)*1.15=17.76kg

4
Afin de réaliser la gâché de béton ,nous avons tarer un bac à la balance électronique pour peuser les
4 composants du béton.Ensuite nous avons introduit le gravier et le sable dans le malaxeur réparti de
manière équitable.Puis nous avons ajouté le ciment.Pour finir ,nous avons versé l’eau petit a petit
dans le malaxeur.

Essai d'affaissement au cône d'Abrams

Cet essai consiste à mouler des troncs de cône en béton (base de diamètre 20 cm, partie haute de
diamètre 10 cm). On remplit le cône en 3 couches piquées chacune 25 coups avec une tige
métallique de 16 mm de diamètre. Le moule est ensuite soulevé avec délicatesse et l’on mesure,
aussitôt après, l‘affaissement.
Durant le TP, nous avons trouvé un affaissement lors du démoulage d’une valeur de 6 cm.

Protocole de réalisation des poutres et des cylindres

Pour réaliser les poutres, nous avons :


-Disposer de l’huile de décoffrage sur l’intégralité des cylindres,
-Clipser les cales d’armature verticales,
-Mettre en place les armatures dans le coffrage,
-Verser le béton jusqu’à mi-hauteur (en vibrant avec un appareil pour réorganiser le mélange
granulaire et enlever l’air)
-Refaire l’opération avec le remplissage intégral.

Pour réaliser les cylindres, nous avons :


-Disposer de l’huile de décoffrage sur l’intégralité des
cylindres,
-Verser le béton jusqu’à la surface (en vibrant avec un appareil pour
réorganiser le mélange granulaire et enlever l’air)
-Avec une truelle rendre lisse la surface du cylindre.
FIGURE 1:M ISE EN PLACE DE FIGURE 2:AIGUILLE VIBRANTE
L ' HUILE
SUR LE BETON

5
Dimensionnement de la poutre
Détermination des charges appliquées et sollicitations

6
Détermination du ferraillage longitudinal

7
8
Ferraillage des poutres

9
10
11
Recalcul la valeur de la charge qui casse la poutre à partir de Asréel

12
La valeur de la charge qui casse la poutre est donc P=37.75 KN

Réalisation de l’essai de flexion et de compression

L’essai de flexion

Nous avons pris nos poutres de béton armé pour la placer sur la machine pour faire différent test en flexion. Le
premier test est de placer normalement la poutre sur 4 appuis. Le second test est la même expérience mais
avec une section inversée. Le troisième test est sur 3 appuis sur une poutre correctement placée.

Pour chaque poutre, nous avons mise en place des


capteurs de déplacement sur les deux extrémités de
la poutre pour observer le déplacement par rapport
a la force exercer. Nous augmentons
progressivement la force jusqu’à observer la
première fissure ce qui correspond à la limite
élastique. Le test prend fin quand il y a une rupture
de la poutre.

FIGURE 3: CAPTEUR DE DEPLACEMENT

FIGURE 4:TEST FLEXION SIMPLE SUR 4 APPUIS

13
Test 1 :

Pour le test1, nous avons mis la poutre normalement par rapport au ferraillage calculé
précédemment sur 4 points.

La force qui correspond à la limite élastique pour le capteur 1 est de 29 kN et 29 kN pour le capteur
2. Rupture dans le béton comprimé car c’est le béton qui est censé prendre la charge en premier,
puis cisaillement incliné de 45° au niveau du point d’application de la charge due au manque des
armatures transversales ou bien au mal emplacement de ces dernières.
La charge qui casse la poutre P1 =29 KN
Comparaison par rapport à la charge obtenue théoriquement :
P=37.75 KN > P1=29 KN

Cette différence est due aux :


• Coefficients de sécurité et de combinaison.
• L’incertitude de la manipulation
• La résistance du béton dépasse 25 MPa qu’on a utilisés dans le calcul
• La résistance réelle de l’acier utilisé dépasse 500 MPa

14
Test 2 :

Pour le test2, nous avons mis la poutre à l’envers sur 4 appuis.

La force qui correspond à la limite élastique pour le capteur 1 est de 16.5 kN et 16 kN pour le capteur
2. Nous observons que la poutre résiste moins si nous la plaçons mal. En effet, nous remarquons que
la résistance est divisée par 2.
Rupture dans la zone tendue car la zone comprimée est renforcée par des armatures comprimés 2HA8,
par contre la zone tendue contient que 2HA6.

La charge qui casse la poutre : P2=16.5 KN

Comparaison par rapport à la charge obtenue théoriquement :


P=37.75 KN > P2=16.5 KN
Cette différence est due aux :
Coefficients de sécurité et de combinaison.
L’incertitude de la manipulation
La résistance réelle de l’acier utilisé dépasse 500 MPa

15
Test 3 :

Pour le test3, nous avons mis la poutre normalement par rapport au ferraillage calculé
précédemment sur 3 points.

La force qui correspond à la limite élastique pour le capteur 1 est de 18 kN et 17.5 kN pour le capteur
2.

La valeur de flèches augmente en fonction de la charge appliqué

Rupture dans le béton comprimé car c’est le béton qui est censé prendre la charge en premier.

La charge qui casse la poutre : P3 =18 KN


Comparaison par rapport à la charge obtenue théoriquement :
P=37.75 KN > P3=18 KN
Cette différence est due :
Aux coefficients de sécurité et de combinaison.
L’incertitude de la manipulation lors de l’écrasement de la poutre
La résistance du béton dépasse 25 MPa qu’on a utilisés dans le calcul.
La résistance réelle de l’acier utilisé dépasse 500 MPa

16
Comparaison entre les trois diagrammes obtenus

En observant les 3 courbes on remarque :


Nous pouvons remarquer que la force qui casse la poutre chargée avec deux forces est supérieure à
celle de la poutre chargée avec une force au centre de la travée et cela revient à la différence du bras
de levier. De plus, le positionnement de l’acier dans la poutre joue un rôle très important sur la
résistance à la force. Si les aciers inverser dans le placement la résistance peut être divisée par 2.

L’essai de compression

L’essai de compression mesure la résistance à la compression du cylindre en béton.


Nous avons collé du souffre sur les 2 extrémité du cylindre pour avoir 2 faces plates
et réaliser correctement l’expérience. Nous avons placer nos tubes 1 par 1 dans la
machine.
La résistance moyenne en compression est de 20.07MPa.
La différence de valeur de la contrainte maximal du béton en compression que nous
observons lorsque nous réalisons l’essai découle de :
-Le surfaçage de nos éprouvettes,
-Les conditions de réalisation de l’essai
-La mise en œuvre de notre béton afin d’assurer une meilleure répartition des
granulats induisant une bonne résistance du béton.

17
Conclusion :

Le TP, nous a permit de voir l’importance de l’acier dans le béton. En effet, les armatures transversales
permettent de résister à effort tranchant appliquer sur la structure. Le dimensionnement et la position des
barres ont un gros impact sur la capaciter à résister à l’effort.
Le nombre de appuis et le lieu ou exerce la force influe aussi sur la résistance de la poutre.
Il faut donc faire très attention dans la partie calcul enfin d’éviter des erreurs. Il faut trouver un juste milieu
entre le dimensionnement de l’acier, la sécurité et le cout car pour des raisons économique et techniques, nous
ne pouvons pas de surdimensionner la section d’acier.

Le béton armé se trouve un peu partout dans notre société est peut-être sujet à la corrosion qui selon la condition
climatique peut accélérer le processus et impacter la résistance de l’acier dans le béton.

18

Vous aimerez peut-être aussi