Vous êtes sur la page 1sur 4

Concours d’INPT 2005

Exercice 1

LAHOUCINE ELAISSAOUI

10 août 2010
Concours INPT 2005 accés en première année

Exercice 1
I) soient f et g deux fonction de classe C ∞ sur R et ϕ une fonction définie de R dans R par :
Z 1
∀x ∈ R : ϕ(x) := g(t)f (xt)dt
0
I.1.a soit x0 ∈ R, soit I un compact de R tel que x0 ∈ I et x0 + h ∈ I avec h ∈ R∗ ,
puisque f est continue sur R donc uniformement continue sur I (d’aprés théorème
de Heine) donc pourtout ε  0 , il existe α  0 tel que :

∀(x, y) ∈ I 2 : |y − x| ≺ α ⇒ |f (y) − f (x)| ≺ ε


posons pourtout t ∈ [0, 1], y = (x0 + h)t et x = x0 t :
donc on aura :

(∀ε  0)(∃α  0) : |h| ≺ α ⇒ ∀t ∈ [0, 1], |f ((x0 + h)t) − f (x0 t)| ≺ ε

I.1.b soit x0 , h ∈ R alors on a :


Z 1
|ϕ(x0 + h) − ϕ(x0 )| ≤ |g(t)| |f (x0 t + ht) − f (x0 t)| dt
0

|g| est une fonction continue sur [0, 1] donc atteint sa borne sup, posons donc
c = sup[0,1] |g(t)| alors d’aprés I.1.a on a pourtout ε  0 il exist α  0 tel que :

|h| ≺ α ⇒ |ϕ(x0 + h) − ϕ(x0 )| ≺ cε = ε0


donc ϕ est une fonction continue sur R.

I.2.a soit x0 ∈ R,il est clair que f 0 est continue sur tout compact I de R alors d’une façon
analogue à (I.1.a) on a, pourtout ε  0, il existe α  0 tel que :

|y − x| ≺ α ⇒ ∀(x, y) ∈ I 2 , |f 0 (y) − f 0 (x)| ≺ ε (?)


d’une autre part :
soit y ∈ I, posons u(x) = f (x) − f 0 (y)x pourtout x ∈ R donc il est clair que u est
de classe C 1 alors on a u0 (x) = f 0 (x) − f 0 (y) pourtout x ∈ R. Donc d’aprés (?) on a
|u0 (x)| ≺ ε pourtout x ∈]y − α, y + α[⊂ I donc d’aprés TAF on a :

|u(y) − u(x)| ≺ ε|y − x|


posons pourtout t ∈ [0, 1], y = x0 t et x = (x0 + h)t alors :

|u(x0 t + ht) − u(x0 t)| = |f (x0 t + ht) − f (x0 t) − htf 0 (x0 t)| ≺ |ht|ε ≺ |h|ε
finalement pourtout ε  0, il existe α  0 tel que :

|h| ≺ α ⇒ ∀t ∈ [0, 1], |f 0 (x0 t + ht) − f (x0 t) − htf 0 (x0 t)| ≺ |h|ε

I.2.b soit x0 ∈ R, d’aprés la question précédante on a pourtout ε  0 il existe α  0 tel


que :
f (x0 t + ht) − f (x0 t)

0

|h| ≺ α ⇒ ∀t ∈ [0, 1], − tf (x0 t) ≺ ε
h
ce qui implique, pourtout ε  0 il existe α  0 tel que :

g(t) f (x0 t + ht) − f (x0 t) − tg(t)f 0 (x0 t) ≺ |g(t)|ε




|h| ≺ 0 ⇒ ∀t ∈ [0, 1], h

LAHOUCINE ELAISSAOUI 2 Licencié des Mathématiques


Concours INPT 2005 accés en première année

puisque :

ϕ(x0 + h) − ϕ(x0 ) 1 f (x0 t + ht) − f (x0 t)


Z
= g(t) dt
h 0 h
alors pourtout ε  0, il existe α  0 tel que :
Z 1 Z 1
ϕ(x0 + h) − ϕ(x0 )

0
|g(t)|ε = ε0

|h| ≺ α ⇒
− tg(t)f (tx)dt ≺
h 0 0

qui est :
pourtout ε0  0, il existe α  0 tel que :
Z 1
ϕ(x0 + h) − ϕ(x0 )

0 ≺ ε0

|h| ≺ α ⇒ − tg(t)f (x0 t)dt
h 0

ce qui montre que ϕ est dérivable et que :


Z 1
0
∀x ∈ R : ϕ (x) = tg(t)f 0 (xt)dt
0

I.2.c on pose pourtout x ∈ R : v(t) = tg(t) il est clair alors que v est de classe C ∞ sur R
donc la fonction φ définie par :
Z 1
φ(x) = v(t)f (xt)dt
0
est dérivable sur R et en plus :
Z 1 Z 1
0
∀x ∈ R : φ (x) = tv(t)f (xt)dt = t2 g(t)f (xt)dt
0 0

ce qui montre que ϕ est de classe C 2 et ainsi on peut démontrer que ϕ est de classe
C ∞ et en plus par récurrence on a :
Z 1
∀x ∈ R, ∀n ∈ N : ϕ(n) (x) = tn g(t)f (xt)dt
0

II) Soient E l’espace des fonctions de classe C ∞ et F l’application de E dans E définie par :

∀ψ ∈ E : F (ψ) = xψ
II.1) soient ψ ,τ des éléments de E et soit λ ∈ R alors :

F (ψ + τ )(x) = x(ψ + τ )(x) = xψ(x) + xτ (x) = (F (ψ) + F (τ ))(x)


donc :

F (ψ + τ ) = F (ψ) + F (τ )
et :

F (λψ)(x) = x(λψ)(x) = λxψ(x) = λF (ψ)


donc F est lineaire.
d’une autre on a :

F (ψ) = F (τ ) ⇒ ∀x ∈ R : xψ(x) = xτ (x) ⇒ ψ = τ


donc F est injective.
F est non surjective car la fonction constate non nulle (par exemple) a pas d’antici-
dant par F (voir que x 7→ xa ∈/ E avec a ∈ R∗ ).

LAHOUCINE ELAISSAOUI 3 Licencié des Mathématiques


Concours INPT 2005 accés en première année

II.2 soit ψ ∈ E :
Z x
ψ(x) − ψ(0) = ψ 0 (u)du
0
par changement de variable posons u = tx on a :
Z 1
ψ(x) − ψ(0) = x ψ 0 (tx)du
0
donc pourtout x ∈ R :
Z 1
ψ(x) = ψ(0) + x ψ 0 (tx)dt
0

II.3 soit ψ ∈ E :
Z 1
ψ ∈ H ⇒ ψ(0) = 0 ⇒ ψ(x) = x ψ 0 (tx)dt = xϑ(x) = F (ϑ)(x) ⇒ ψ ∈ F (E)
0
R1 0
avec ϑ(x) = 0 ψ (tx)dt.
donc
H ⊂ F (E)
Soit ψ ∈ F (E) alors elle existe ξ ∈ E telle que F (ξ) = ψ c’est à dire xξ(x) = ψ(x) ce
qui implique ψ(0) = 0 alors ψ ∈ H donc :

F (E) ⊂ H
Conclusion :

F (E) = H

II.4 soit f ∈ E \ H, et soit F le sous espace engendré par f . Alors soit ψ ∈ E on a :


(
ψ(0) = 0
ψ ∈H∩F ⇔ ⇔ψ≡0
ψ(x) = λf (x) λ∈R
donc :

H ∩ F = {0E }
...

LAHOUCINE ELAISSAOUI 4 Licencié des Mathématiques