Vous êtes sur la page 1sur 2

Arrêté du 12 mars 1991

Instituant une indemnité de logement forfaitaire.

Article 1er.- Les personnels mis à la disposition de la République gabonaise dans le cadre
des accords de coopération visés ci-dessus et par le
Programme des Nations Unies pour le développement percevront une indemnité de
logement forfaitaire calculée en fonction de la présence familiale effective sur le territoire
gabonais.

Article 2.- Le versement de cette indemnité se fera aux conditions et modalités suivantes :
1. Le bénéficiaire de ces dispositions devra déposer un dossier justifiant de son emploi et
de la présence de sa famille par le service habilité de son ambassade, de l'organisme
international et de son ministère employeur; une seule indemnité sera versée par famille, y
compris pour les concubins reconnus.
2. Le premier versement, qui comprendra deux mois d'indemnité correspondant à une
caution et un mois de loyer, se fera sous forme de chèque, à percevoir dans une agence
bancaire gabonaise. Les indemnités ultérieures seront payées à travers la chaîne solde du
ministère des finances directement sur le compte bancaire du bénéficiaire.
3. Au moment du départ définitif de l'agent, le mois de caution servira à remettre en état
l'appartement, à l'exclusion de toute autre prise en charge de travaux éventuels par
l'administration.
La responsabilité du préavis incombera à l'agent, et à l'agent uniquement, l'administration
n'étant responsable d'aucune dégradation des lieux loués ou d'un retard quelconque dans
la remise des clés.
4. L'équivalent des deux mois d'indemnité sera payé sur régie d'avance.

Article 3.- Les personnels concernés par ces dispositions seront pris en charge à l'hôtel
pour une période de vingt et un jours non renouvelable; au-delà de cette période de vingt
et un jours, l'administration n'assurera plus, ni totalement, ni partiellement, la prise en
charge des frais d'hôtel.

Article 4.- À partir du 1er juillet 1991, tous les baux passés dans le cadre de l'arrêté n° 208
et visant les personnels cités ci-dessus seront payés à travers les comptes des ayants
droit et non plus des propriétaires. Les agents concernés devront donc se mettre en règle
avant cette date.

Article 5.-
1 Les personnels expatriés hors statut bénéficiant d'une solde globale sont exclus de ces
dispositions et pourront bénéficier, à partir du 1er juillet 1991, d'une indemnité mensuelle
forfaitaire de logement d'un montant de 200.000 francs CFA qui sera codifiée par la
direction de la solde sur présentation d'un certificat de non logement établi par la direction
générale du budget.
2. Le paiement des loyers de cette catégorie de personnel par le ministère des finances et
du budget prendra fin au 30 juin 1991. Ces agents devront donc prendre toutes les
dispositions nécessaires pour tenir informés leurs propriétaires et éventuellement résilier
leurs contrats de bail.

Article 6.-
1. Les volontaires du Corps de la paix américain et les Volontaires du progrès ainsi que
l'ensemble des organisations non gouvernementales recevront une allocation de logement
forfaitaire et annuelle payable en deux fois qui représentera la totalité de leurs droits, afin
de loger l'ensemble de leur personnel à l'exclusion de toute autre prise en charge par
l'État.
2. Cette allocation forfaitaire sera basée sur le nombre des volontaires effectivement
présents dans le pays et le montant en sera évalué chaque année par le directeur général
du budget au vu des justificatifs fournis par ces organisations.
3. Les membres de ces organisations sont tenus de se mettre en conformité avec les
dispositions ainsi définies avant le 1er juillet 1991, date à laquelle leurs loyers ne seront
plus pris en charge par le ministère des finances et du budget.
Article 7.- Le présent arrêté abroge l'arrêté n° 208/MFB-PART du 23 juin 1987 et le
rectificatif subséquent du 6 février 1990.

Article 8.- Le directeur général du budget et le trésorier-payeur général sont chargés,


chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté qui sera enregistré et
communiqué partout où besoin sera.

Fait à Libreville, le 12 mars 1991

Vous aimerez peut-être aussi