Vous êtes sur la page 1sur 102

Union-Discipline-Travail

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE

Félix Houphouët Boigny

Cycle Technicien Supérieur

Option : Équipement

RAPPORT DE PROJET DE FIN D’ÉTUDE


EN VUE DE L’OBTENTION DU DIPLOME DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR EN ÉQUIPEMENT

THÈME
AMÉLIORATION DES GRAVELEUX LATÉRITIQUES AU
CIMENT EN COUCHE DE BASE:
CAS DES TRAVAUX DE RÉHABILITATION DE LA
ROUTE YAMOUSSOUKRO-ATTIÉGOUAKRO

Période : Du 28 janvier au 27 avril 2014

Maître de Stage Stagiaire Encadreur Pédagogique

M. AMEMOU Yao Patrice M. N’DRI Jean Morel M. KOUAME Adou Marcel


Chef service Laboratoire RAZEL Élève Technicien Supérieur en Directeur du département
Côte d’Ivoire Équipement Infrastructure et Transport à
INP-HB

Année Académique : 2013 -2014


AMÉLIORATION DES GRAVELEUX LATÉRITIQUES AU
CIMENT EN COUCHE DE BASE : CAS DES TRAVAUX DE
RÉHABILITATION DE LA ROUTE
YAMOUSSOUKRO-ATTIÉGOUAKRO

PFE réalisé par N’DRI Jean Morel Élève Technicien Supérieur en Équipement

Du 28 janvier au 27 avril 2014 à RAZEL Côte d’Ivoire


Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

DÉDICACE

Á la mémoire de mon meilleur ami AKA Jean Eude, repose en paix frère on réalisera tous tes rêves...

Á la mémoire de mon cousin Docteur ZIMIN Thierry, parti trop tôt.

Á KOWADIO KAN Josué Ruben et N’GATTA Konan Charle pour leur soutien inconditionnel.

Á ma mère KOUAKOU Aya Philomène, qui a fait de moi un homme, je t’aime et je t’aimerai à

jamais .

Á DIEU maître de toute chose, en lui, nous vaincrons.

N’DRI Jean Morel -i- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

RÉSUMÉ

L’utilisation en construction routière des graveleux latéritiques présente un intérêt évident


dans les pays tropicaux et tout particulièrement en Côte d’ivoire. Alors que l’exten-
sion actuelle du réseau routier bitumé représente environ 6800 km, on peut estimer à
près de 5000 km, la longueur des itinéraires dont la couche de fondation et de base
sont constituées de graveleux naturel traité ou non. L’abondance des graveleux les rend
économiquement intéressants même si leurs performances mécaniques s’avèrent parfois
médiocres pour les couches de base.

C’est pour remédier à cette situation, que plusieurs méthodes d’amélioration de la por-
tance de ce matériaux ont été mis en place :
– L’amélioration au liant hydrocarboné ;
– l’amélioration au géotextile ;
– l’amélioration au ciment et à la chaux.

Pour notre étude la méthode utilisé est celle de l’amélioration au ciment. Cette
étude, avait pour but de déterminer la quantité de ciment à ajouter à du graveleux
latéritique pour l’amélioration de sa portance et de suivre et contrôler la mise en œuvre
sur le terrain.

Pour atteindre notre but nous avons tout d’abord mené une étude au laboratoire sur les
matériaux de quatre (4) sites emprunts (EG4, EG6, EG7, EG9). Après ces études, c’est
le matériau provenant de l’emprunt EG9 qui a été choisi pour la mise en place de la
base. La première étude de formulation du sol ciment avait proposée une stabilisation
à 4% mais l’étude menez par nos soin nous a permis de revoir ce taux à 3,5% d’où
l’amélioration. Pour la mise en œuvre sur le terrain une méthode bien précise a été mise
en place pour respecter les normes de réalisation d’un sol ciment.
À la fin de notre étude, nous avons conclu que pour atteindre la portance recommandé en
couche de base(160%), il faudra privilégier le compactage de celui-ci (>98% de l’OPM)

N’DRI Jean Morel -ii- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

contre l’augmentation de la quantité de ciment, ce qui nous permettra de rester dans le


cas d’une chaussée semi-rigide (moins soumise au fissuration).

N’DRI Jean Morel -iii- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

REMERCIEMENTS

Nous exprimons nos sincères remerciements à toutes les personnes qui, de près ou de
loin, de par leurs actes ou leurs conseils, ont contribué à la réalisation de ce projet.
Nous tenons à remercier en particulier :

– Docteur KONAN Denis, Directeur de ESTP/INP-HB ;


– M. ADOU Marcel, Directeur du département Infrastructure et Transport à ESTP/INP-
HB ;
– M. BERTRAND Michel, Directeur des travaux Razel Côte d’Ivoire (Base Yamous-
soukro) ;
– M. BORREL, Responsable Laboratoire RAZEL Afrique ;
– M. CAMARA Mamadou, Consultant en géotechnique RAZEL Afrique ;
– M. AMEMOU YAO Patrice, Responsable Laboratoire RAZEL Côte d’Ivoire (Base
Yamoussoukro) ;
– M. ANTONIO, Ingénieur qualité RAZEL Côte d’Ivoire (Base Yamoussoukro) ;
– M. MILEGO Issa, Laborantin RAZEL Côte d’Ivoire (Base Yamoussoukro).

N’DRI Jean Morel -iv- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

AVANT-PROPOS

L’INP-HB regroupe en son sein sept (7) écoles prestigieuses :


– ESTP (École Supérieure des Travaux Publics) ;
– ESI (École Supérieure d’Industrie) ;
– ESCAE (École Supérieure de Commerce et d’ Administration des Entreprises) ;
– ESMG (École Supérieure des Mines et Géologie) ;
– ESA (École Supérieure d’Agronomie) ;
– EDP (École Doctorale Polytechnique) ;
– EFCPC (École de Formation Continue et de Perfectionnement des Cadres).

l’ESTP a pour vocation la formation de Techniciens Supérieurs et d’Ingénieurs dans


le domaine du Bâtiment et Travaux Publics (BTP). Dans le souci de rendre ses élèves
Techniciens opérationnels et compétitifs dès leur sortie, l’ESTP a inclu dans sa politique
pédagogique des stages pratiques qui sont effectués dans des services privés ou publics.
C’est ainsi qu’à la fin de la troisième année un stage de douze (12) semaines accordé à
chaque élève technicien supérieur pour l’obtention de son diplôme.Pendant ce stage un
projet d’étude lui sera soumis pour pourvoir appliquer toutes les informations théoriques
reçues durant sa formation.

C’est dans ce cadre que nous avons effectué à RAZEL Côte d’Ivoire, du 28 janvier
au 27 avril 2014, soit pendant douze (12) semaines un stage s’intéressant à "l’améliora-
tion des graveleux latéritiques au ciment en couche de base :cas de la réhabilitation de
la route Yamoussoukro-Attiégouakro". Ce rapport, nous l’espérons permettra au lecteur
de comprendre la méthode d’amélioration de la latérite au ciment,sa mise en œuvre sur
le terrain et d’y apporter des améliorations.

N’DRI Jean Morel -v- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
SOMMAIRE

DÉDICACE i

RÉSUMÉ ii

REMERCIEMENTS iv

AVANT-PROPOS v

Liste des figures viii

Liste des Photos ix

Liste des tableaux x

Liste des symboles xi

INTRODUCTION 2

I PRÉSENTATION DE LA STRUCTURE D’ACCUEIL 3

Chapitre 1 : PRÉSENTATION DE RAZEL-FAYAT 4

Chapitre 2 : PRÉSENTATION DU LABORATOIRE DE RAZEL 6

II PRÉSENTATION DES TRAVAUX EFFECTUÉS 9

Chapitre 3 : PRÉSENTATION DU PROJET 10

Chapitre 4 : ÉTUDE BIBLIOGRAPHIQUE 15

vi
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Chapitre 5 : TRAVAUX MENÉE AU LABORATOIRE ET SUR LE


CHANTIER 30

III TRAVAUX ANNEXES EFFECTUÉS 59

Chapitre 6 : MISE EN PLACE D’OUTIL INFORMATIQUE POUR


L’OPTIMISATION DU LABORATOIRE 60

IV ANALYSES ,CRITIQUES ET SUGGESTIONS 62

Chapitre 7 :ANALYSES 63

Chapitre 8 :CRITIQUES ET SUGGESTIONS 64

CONCLUSION 67

ANNEXES 67

A Organigramme du chantier Yamoussoukro-Attiégouakro 69

B Emprunts 71

C Troxler 73

D Résultat des essais d’identification sur la couche de base 76

E ECR65 78

F Fiches 80

G Fiche d’essai générée par le macro 85

N’DRI Jean Morel -vii- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Table des figures

1 Organigramme du Laboratoire Centrale de Razel . . . . . . . . . . . . . 6


2 Situation géographique d’Attiégouakro . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
3 Différente formation latéritique en Afrique . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
4 Processus de latérisation , zone tropicale humide . . . . . . . . . . . . . . 21
5 Processus de latérisation , zone tropicale sèche . . . . . . . . . . . . . . . 21
6 Influence du traitement au ciment sur les caractéristiques géotechniques
d’un sol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
7 Courbe PROCTOR EG4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
8 Courbe AG EG4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
9 Courbe CBR EG4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
10 Courbe PROCTOR EG6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
11 Courbe AG EG6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
12 Courbe CBR EG6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
13 Évolution de l’indice CBR avec le % de ciment EG6 . . . . . . . . . . . . 35
14 Essai PROCTOR EG7 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
15 Courbe AG EG7 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
16 Courbe CBR EG7 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
17 Évolution de l’indice CBR avec le % de ciment EG7 . . . . . . . . . . . . 37
18 Coube PROCTOR EG9 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
19 Courbe AG EG9 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
20 Courbe CBR EG9 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
21 Évolution de l’indice CBR avec le % de ciment EG9 . . . . . . . . . . . . 39
22 Histogramme des densités optimales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
23 Histogramme des teneurs en eau optimales . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
24 Variation de la teneur en eau en fonction du % d’eau à la pompe(vitesse
maximale) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
25 Correction des valeurs (Vitesse minimal) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
26 Correction des valeurs (Vitesse maximal) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
27 Corrélation entre la teneur en l’eau à l’étuve et au Troxler . . . . . . . . 49
28 Corrélation entre la teneur en l’eau à l’étuve et au Gaz . . . . . . . . . . 50
29 Écran d’accueil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
30 Exemple d’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

viii
Table des photos

1 Vue satelitaire de la base de Yamoussoukro . . . . . . . . . . . . . . . . . 5


2 Laboratoire de RAZEL(Base de Yamoussoukro) . . . . . . . . . . . . . . 8
3 Grand marché d’Attiégouakro . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
4 Base du chantier de réhabilitation de la route Yamoussoukro-Attiégouakro 13
5 Échantillon de graveleux latéritique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
6 Pulvimixer Caterpillar . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
7 Citerne à eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
8 Maillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
9 Épandage du ciment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
10 Chauffage au gaz du matériau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
11 Compacteur à pneu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
12 Compacteur à rouleau lisse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
13 Épandeuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
14 Gravillonneur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
15 Gammadensimètre (TROXLER) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73

ix
Liste des tableaux

1 Formule d’expression du trafic (source CEBTP, 1984) . . . . . . . . . . . 18


2 Classification des graveleux naturels en Côte d’Ivoire (LBTP, 1977) . . . 22
3 Recommandations relatives à la qualité des graveleux latéritiques naturels 24
4 Récapitulatif des essais(PROCTOR,AG,LA) . . . . . . . . . . . . . . . . 40
5 Récapitulatif des essais(pourcentage de ciment) . . . . . . . . . . . . . . 40
6 Classification et utilisation des matériaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
7 Variation de la teneur en eau en fonction du % d’eau à la pompe(vitesse
minimal) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
8 Teneur en eau en fonction du % d’eau à la pompe(vitesse maximale) . . . 45
9 Teneur en eau en fonction du % d’eau à la pompe(vitesse minimal/valeur
corrigée) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
10 Teneur en eau en fonction du % d’eau à la pompe(vitesse maximal/valeur
corrigée) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
11 Tableau récapitulatif des résultats obtenu (Étuve-Troxler) . . . . . . . . . 48
12 Tableau récapitulatif des résultats obtenu (Étuve-Gaz) . . . . . . . . . . 49

x
Liste des symboles

B6m Grave argileuse avec une teneur en eau optimal(GTR)


B6s Grave argileuse sec (GTR)
B6ts Grave argileuse très sec(GTR)
Dsomp densité sèche optimal
%C pourcentage de ciment
AGEROUTE Agence de Gestion des Routes
bnetd bureau national d’étude de travaux et de développement
BTP Bâtiment et Travaux Publics
CBR California Bearing Ratio
CCTP Cahier des Closes Techniques Particulière
CHF Ciment à Haut Fourneau
CLC Ciment au Laitier et aux Cendres
CLK Ciment de Laitier au Clinker
CPA Ciment Portland Artificiel
CPJ Ciment Portland Composé
e épaisseur de la couche
ESTP Ecole Supérieur des Travaux Publics
G1 Graveleux peu plastique (LBTP)
G2 Graveleux moyennement plastique (LBTP)
G3 Graveleux très plastique (LBTP)
INP-HB Institut National Polytechnique Felix Houphouet Boigny
MC masse de ciment par mètre carré
OPM Optimal PROCTOR Modifié
PFE Projet de Fin d’Étude
PPU Programme Présidentiel d’Urgence
TP Travaux Publics

xi
INTRODUCTION

1
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

La Côte d’Ivoire, pays de l’Afrique de l’ouest a su après les indépendances se doter


d’infrastructures routières performantes. Cela avait donné un coup d’accélérateur à son
développement. Mais suite à la crise des années 80 l’on fut confronté à l’insuffisance de
moyen financier pour l’entretien et l’extension du réseau routier. Cette situation s’est
aggravée avec l’avènement de la crise socio-politique qui a duré près de 8 ans (2002-
2010).
Dans le cadre du Programme Présidentiel d’Urgence (PPU), la Côte d’Ivoire a décidé
de remettre à niveau son réseau routier qui a été fortement dégradé. C’est ainsi que
l’entreprise RAZEL Côte d’Ivoire du groupe FAYAT a obtenu un marché de gré à gré
pour la réhabilitation de l’axe Yamoussoukro-Attiégouakro.

Pour la réalisation de ce type de projet dans les pays Africains, le matériau le plus
souvent utilisé est le graveleux latéritique à cause de son abondance et de son faible coût
d’acquisition.
Les latérites ou sols latéritiques sont une grande famille de sols qui se forment dans les
régions tropicales humides et qui résultent d’un processus d’altération particulier. Cer-
taines classes de sols latéritiques sont utilisées en corps de chaussées (couches de base
et couches de fondation), en appliquant des règles qui ont été définies par pays, à partir
de règles générales d’aptitude des sols au compactage. Mais, très souvent ce matériau
ne répond pas aux normes techniques de constitution de chaussée, d’où la nécessité de
l’améliorer. Plusieurs techniques d’amélioration existent, cependant celle qui fera l’objet
de notre étude sera l’amélioration au ciment.
Il s’agira pour nous de mener une étude au laboratoire pour la formulation du sol-ciment
et ensuite de suivre et de contrôler la mise en œuvre sur le terrain.

Pour mener à bien cette étude, nous adopterons un plan composé de trois parties. Tout
d’abord nous présenterons la structure qui nous a accueilli pour la réalisation de notre
PFE , cette présentation sera suivie de l’exposition des divers travaux effectués pendant
le stage et l’on finira par une série d’analyses, de critiques et de suggestions .

N’DRI Jean Morel -2- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Première partie

PRÉSENTATION DE LA
STRUCTURE D’ACCUEIL

3
Chapitre 1

PRÉSENTATION DE RAZEL-FAYAT

1.1 Généralité
1.1.1 Historique

RAZEL est un groupe industriel français fondé par Émile RAZEL en 1880 à Pom-
pierre dans le Doubs. L’entreprise réalise sa première mission de productivité aux États-
Unis en 1945, vingt-cinq (25) ans après le groupe devient le numéro un (1) du terrasse-
ment en Europe.Le groupe est ensuite revendu deux (2) fois de suite avant d’être racheté
au groupe Bilfinger Berger par Fayat en 2008.

1.2 Secteurs d’activités et Missions

RAZEL exerce dans plusieurs domaines d’activité à savoir :


– La construction d’infrastructures linéaires, de barrages et d’ouvrages d’art ;
– la réalisation de travaux souterrains et de terrassement ;
– la réalisation de projet dans le domaine du génie civil industriel ;
– la recherche et l’innovation scientifique dans le domaine du génie civil.

1.3 RAZEL-FAYAT en côte d’ivoire


1.3.1 Généralité

La société Razel est présente sur le continent Africain depuis 1948. Elle a en effet
construit au Cameroun la première route bitumée qui relie Douala à Édéa. Au cours des
décennies, la société a travaillé dans pratiquement tous les pays d’Afrique de l’ouest et
d’Afrique centrale. Elle est actuellement présente en Algérie, au Mali, en Mauritanie,
au Niger, en Guinée-Équatoriale, en Mozambique , au Cameroun et en Côte d’Ivoire.

4
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Razel a remporté son premier contrat en Côte d’Ivoire pour la rénovation de 1100 km de
routes.Les travaux consistent en la reconstitution ponctuelle des structures de chaussée
(latérite traitée au ciment et enrobés) dans les zones les plus dégradées.

1.3.2 Organisation

L’agence de Côte d’Ivoire est dirigé par un directeur d’agence basée à Abidjan, il a
pour mission de gérer toutes les bases de RAZEL qui sont implantées sur le territoire
ivoirien et de soumissionner aux appels d’offre.
La base de RAZEL Yamoussoukro est dirigée par un Directeur de Travaux chargé de la
gestion des chantiers qui sont sous son autorité. Pour atteindre ces objectifs, il a à sa
disposition plusieurs équipes :
– L ’administration ;
– la mécanique ;
– la centrale d’enrobage ;
– le terrassement ;
– l’équipe enrobée ;
– l’équipe topographique ;
– et le laboratoire.

Google maps

Photo 1 – Vue satelitaire de la base de Yamoussoukro

N’DRI Jean Morel -5- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Chapitre 2

PRÉSENTATION DU
LABORATOIRE DE RAZEL

2.1 Généralité

Le laboratoire de le base de Yamoussoukro RAZEL a pour mission d’effectuer des


essais de conformité pour le suivi des chantiers, de rechercher des emprunts de matériaux
latéritiques, enfin de définir leurs usages corrects pour la réalisation de projet et de
vérifier la qualité des enrobés fabriqués par la centrale d’enrobé.
L’organigramme ci-dessous, nous montre son organisation :

Figure 1 – Organigramme du Laboratoire Centrale de Razel

Notre stage s’est déroulé au sein de ce département.


Nous étions à la fois au laboratoire pour les études et sur le terrain pour la mise en
œuvre.

6
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

2.2 Essai réalisé par le laboratoire

Plusieurs types d’essai son réalisé par le laboratoire :


? SOLS
 Teneur en eau(NF P 94-050) ;
 Analyse granulométrique(NF P 94-056) ;
 Equivalent de sable(NF EN 933-8) ;
 Limite d’Atterberg(NF P 94-051) ;
 Poids spécifique au pycnomètre (NF P 94-054) ;
 Essai PROCTOR modifié (NF P 94-078) ;
 CBR (NF P 94-078) ;
 Densité in situ : gammadensimètre (NF P 94-061-1) ;
 Densité in situ : méthode au sable (NF P 94-061-3) ;
 Densité in situ : méthode à membrane (NF P 94-061-2).
? GRANULATS
 Essai de Los Angeles(NF EN 1097-2) ;
 Coefficient d’aplatissement(NF EN 933-3) ;
 Propreté du granulat (NF EN 932-5) ;
 Analyse granulométrique par tamisage (NF EN 933-1 A1) ; .
 Teneur en eau(NF P 94-056).
? ENROBE
 Marshall (NF P 98-251-2) ;
 Carottage ;
 Teneur en bitume :Kumagawa (NF T 66-001).
? LIANTS
 Pénétrabilité à l’aiguille (NF EN 1426) ;
 Détermination de la pseudo-viscosité (NF EN 12 846-2) ;
 Teneur en eau (NF EN 1428) ;
 Mesure du pH ;
 Indice de rupture (NF T 66-019).

N’DRI Jean Morel -7- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

? AUTRES
 Dosage en liant répandu (NF EN 12-272-1) ;
 Dosage en granulat à la boîte doseuse(NF P 98-276-1) ;
 Déflection à la poutre de Benkelman (NF P 98-200-1) ;
 Essai de plaque (NF P 94-117-1)

N’DRI Jean Morel

Photo 2 – Laboratoire de RAZEL(Base de Yamoussoukro)

N’DRI Jean Morel -8- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Deuxième partie

PRÉSENTATION DES TRAVAUX


EFFECTUÉS

9
Chapitre 3

PRÉSENTATION DU PROJET

3.1 Généralité

Attiégouakro est une commune de Côte d’Ivoire située à 18 km de Yamoussoukro


et qui a pour coordonnées géographiques 6◦ 460 000 N et 5◦ 70 000 O. Elle a été fondée par
Nanan Boniki qui découvrit cette terre après une partie de chasse. Depuis lors le village
connut une évolution et fut découvert par les Français qui lui donnèrent le nom du chef
Attiégoua en lieu et place de Bonikikro qu’il portait avant. Attiégouakro compte 4 écoles
primaires(EPP école A et B,CHÂTEAU D’EAU 1 et 2) avec un collège, un centre de
santé urbain, un poste de gendarmerie, une pharmacie et plusieurs lieux de culte. Elle a
été érigée en département avec un préfect résidant à Yamoussoukro sans oublier sa sous
préfecture. Le département d’Attiégouakro compte 28 322 habitants issus de 29 villages
avec une superficie de 1100 Km2 crée par décret N97-18 du 15 janvier 1997. Elle fait
partie du district autonome de Yamoussoukro.

10
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Figure 2 – Situation géographique d’Attiégouakro

Étant une ville importante pour les villages aux alentours (permet à ceux-ci de pouvoir
jouir des services publics essentiels), Attiégouakro doit être facilement accessible par
ceux-ci et permettre la sortie des produits agricoles (cultures vivrières, cacao, café...) et
l’entrée des produits de premiers nécessités (médicaments,matériels agricoles...).
C’est pour cela que la réhabilitation de la voie d’accès principale de cette commune a
été décidée par l’état ivoirien.
Les différents intervenants dans ce projet étaient :
? Le Ministère des Infrastructures Économiques en qualité de Maître d’ouvrage ;
? l’ Agence de Gestion Routière en qualité de Maître d’ouvrage délégué ;
? le bnetd en qualité de Maître d’œuvre ;
? RAZEL Côte d’Ivoire en qualité de titulaire du projet.
Ce projet avait un coût de 3.500.000.000 FCFA sur une durée de six (6) mois.
Voir Annexe A pour organigramme du chantier.

N’DRI Jean Morel -11- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

N’DRI Jean Morel

Photo 3 – Grand marché d’Attiégouakro

3.2 Moyens techniques et humains mis en œuvre

Pour les travaux, RAZEL a mit en place plusieurs équipes à savoir :


? une équipe terrassement

Composée d’un ingénieur en TP et de deux (2) chefs d’équipes dirigeants les travaux
de terrassement avec l’aide d’une dizaine de manœuvres et de conducteurs d’engins.

? une équipe de topographie


Composée d’un chef topographe et de son assistant dirigeant les travaux topogra-
phique aidé de manœuvre.

? une équipe du laboratoire


Composée d’un laborantin et d’un stagiaire (moi) pour le suivi des travaux, la me-
sure des compacités , le suivi de l’exploitation des emprunts de graveleux , le suivie
et le contrôle de la réalisation du sol ciment,enfin des prélèvements pour les essais
au laboratoire.

N’DRI Jean Morel -12- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

? une équipe de mécanique


Composée de plusieurs mécanicien qui avaient pour mission d’entretenir et de dé-
panner les engins sur le chantier.

? une équipe pour le gravillonnage et pour le l’épandage de l’émulsion


Composée d’un chef d’équipe et de son assistant dirigeant la mise en place de l’en-
duit de cure et de l’enduit superficiel aidé par plusieurs manœuvres spécialisés ou
non .

N’DRI Jean Morel

Photo 4 – Base du chantier de réhabilitation de la route Yamoussoukro-Attiégouakro

N’DRI Jean Morel -13- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

3.3 Caractéristique téchnique du projet

Vue l’inexistence de Cahier des Clauses Techniques Particulières(CCTP) , la route a


été dimensionnée selon les normes standards pour un trafic de type T1.
Le projet de réhabilitation de la route d’Attiégouakro s’étale sur une distance de 15,6
km. La route a été divisée en trois sections A, B et C.
L’objectif de ce projet était d’avoir une structure de chaussées semi-rigide ou souple
pour éviter les fissurations due au dépassement des charges pas essieux des véhicules.

3.3.1 Tronçon A(PK 0 au PK 4+600)

Pour cette zone de la chaussée (4,6 Km), il s’agira d’une réhabilitation de la chaussées
existante (revêtement et couche de base). Sur ce tronçon un essai expérimentale sera
effectué : l’amélioration mixte (ciment+émulsion) aussi connu sous le nom de bitume
mousse. Cette technique d’amélioration permettra d’avoir une chaussée souple.

3.3.2 Tronçon B(PK 4+600 au PK 13+800)

Pour le tronçon B (9,2 Km), il s’agira de la mise en place d’une nouvelle structure
de chaussée,avec comme couche de roulement un enduit superficiel bi-couche. La couche
de base sera améliorée au ciment, l’arase et la fondation seront constitués de graveleux
naturels.

3.3.3 Tronçon C(PK 13+800 au PK 15+600)

La zone C (2,2 km) quant à elle sera celle de la voirie de la commune d’Attiégoua-
kro.Elle aura en couche de roulement du béton bitumineux, en couche de base, fondation
et arase du graveleux latéritique (amélioré pour la couche de base).

N’DRI Jean Morel -14- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Chapitre 4

ÉTUDE BIBLIOGRAPHIQUE

4.1 La chaussée
4.1.1 Définition

Une chaussée peut être définie comme une structure plane, conçue et dimensionnée
pour garantir l’écoulement du trafic dans de bonnes conditions de visibilité, de sécurité et
de confort pour les usagers et assurer une fonction pour une période de service minimale
fixée au stade de l’élaboration du projet.

4.1.2 Constituant d’une chaussée

Une chaussée est constituée d’une superposition de couches de matériaux différents


dont l’ensemble est appelé superstructure et reposant sur une infrastructure. Dans l’in-
frastructure nous avons la plate-forme et la couche de forme en cas de remblai ; pour
la superstructure nous avons,la couche de fondation, la couche de base, la couche de
surface ou le revêtement.

L’infrastructure

L’infrastructure d’une chaussée peut être définie comme le terrassement nécessaire à


la constitution de l’assise de la superstructure. Elle est composée d’une plateforme et
d’une couche de forme.
Le sol d’infrastructure peut être :
? Soit le terrain naturel (sol convenable) ;
? soit un sol à consolider (traitement du sol en place par un liant) ;
? soit un sol d’apport (pour donner une bonne assise à la route).

15
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

La préparation de l’infrastructure vise à :


? présenter une surface de roulement apte à recevoir la circulation des engins durant
la construction ;
? disposer d’une interface supérieure ou réduisant le risque de remontée d’eau dans
la fondation (en conjonction avec un drainage latéral).

La superstructure

La superstructure est constituée par l’ensemble des couches de matériaux mis en


œuvre au-dessus de l’infrastructure. Elle est composée d’une couche de fondation, d’une
couche de base et d’une couche de surface (revêtement).

Couche de surface Elle joue les rôles suivants :


? résister sans déformation, ni usure trop rapide, aux efforts de cisaillement transmis
par les roues ;
? éviter les orniérages constatés sur les routes en terre non revêtu ;
? présenter un uni de surface durable, de façon à assurer, durant toute sa durée de
vie, un confort de roulement aux véhicules ;
? garantir une adhérence optimale pneu-chaussée ;
? empêcher l’infiltration des eaux superficielles (imperméabilité).
La couche de surface est généralement en bitume, en béton de ciment ou en béton
bitumineux. Elle doit être de bonne qualité pour protéger l’assise contre l’action du
trafic et des intempéries.

Couche de base La couche de base joue les rôles suivants :


? Supporter les charges de trafic transmises par le revêtement ;
? neutraliser les effets négatifs des agents atmosphériques.
Elle est prépondérante et doit être constituée de matériaux suffisamment résistant pour
résister aux déformations.

N’DRI Jean Morel -16- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Il est spécifié que le matériau cru doit avoir un grand indice portant (CBR > 80%) ou
qu’il est amélioré au ciment (CBR > 160%). La couche de base est faite en graveleux na-
turels ou concassé, de granularité dense ou ouverte le plus souvent et peut être améliorée.

Couche de fondation C’est la couche immédiatement au-dessus de la plateforme, elle joue


comme rôle la répartition de façon homogène les contraintes sur le sol support. Cette
couche doit être bien compactée pour éviter les tassements ultérieurs. Les materiaux qui
la composent doivent avoir un CBR supérieur ou égal 30%.

4.1.3 Type de chaussée

Un véhicule transmet une charge sous forme de forces verticales par l’intermédiaire
des pneumatiques. Le sol n’étant pas assez porteur ; il est donc nécessaire d’interposer
un écran qui aura pour but de repartir les charges et réduire les effets engendrés par
celle-ci : la chaussée constitue cet écran.
Selon le mode de fonctionnement mécanique de la chaussée, nous avons des chaussées
souples, des chaussées semi-rigides et des chaussées rigides.

Les chaussées souples ou flexibles

Elles sont constituées d’une couche bitumineuse en surface au-dessus d’une couche de
base et d’une couche de fondation en matériaux granulaires traités ou non. La chaussée
souple distribue les efforts de surface à travers les couches de base et de fondation. Cette
distribution se fait de façon à ce que l’effort sur la plateforme soit compatible avec la
résistance de l’infrastructure et du sol support. La caractéristique d’une chaussée flexible
est son aptitude de se déformer sans se fissurer.

Les chaussées semi rigides

Une chaussée semi rigide est une chaussée avec une couche de surface en béton bitu-
mineux reposant sur une couche de base en matériaux stabilisés aux liants hydrauliques
et une couche de fondation granulaire.

N’DRI Jean Morel -17- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Les couches bitumineuses assurent :


? La qualité d’uni de surface ;
? la limitation de la remontée des fissures transversales de la couche de matériaux
traités en liants hydrauliques. La couche de base diffuse et atténue les efforts trans-
mis par le trafic.

Les chaussées rigides

Elles sont constituées d’une dalle de béton en ciment portland reposant directement
sur la couche de fondation ou sur la couche de forme. La dalle de béton joue un double
rôle : elle est à la fois la surface de roulement et la couche de base. Elle repartit les
efforts de surface dus aux charges sur une large surface afin d’éviter une déformation
sur la couche de fondation ou sur l’infrastructure.

4.2 Le trafic

Le trafic peut être définit comme la densité de circulation routière.Il est classé en en
cinq(5) catégories.

Tableau 1 – Formule d’expression du trafic (source CEBTP, 1984)

FORMULE D’EXPRESSION DU TRAFIC


Catégorie 1 2 3
de trafic
Nombre Nombre Nombre
proposé journalier de véhicule cumulé de poids lourd cumulé d’essieux équivalent de 13 T
T1 100 ≤ T < 300 1 × 105 ≤ T < 5 × 105 1 × 105 ≤ T < 5 × 105
T2 300 ≤ T < 1000 5 × 105 ≤ T < 1.5 × 106 5 × 105 ≤ T < 1.5 × 106
T3 1000 ≤ T < 3000 1.5 × 106 ≤ T < 4 × 106 1.5 × 106 ≤ T < 4 × 106
T4 3000 ≤ T < 6000 4 × 106 ≤ T < 1 × 107 4 × 106 ≤ T < 1 × 107
T5 6000 ≤ T < 1200 1 × 107 ≤ T < 2 × 107 1 × 107 ≤ T < 2 × 107

N’DRI Jean Morel -18- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

4.3 Le graveleux latéritique


4.3.1 Définition

Le terme latérite fait son apparition dans la littérature scientifique au début du 19iéme
siècle pour désigner un matériau servant dans la construction dans la région de Malabar
(Inde). Ce terme vient du latin later qui signifie brique (AUTRET, 1983).
Un géologue définirait la latérite comme une roche résiduelle rougeâtre issue d’un pro-
cessus d’altération de roches meubles silico-alumineuses avec départ de la silice et enri-
chissement relatif en alumine.
Du point de vue du géotechnicien, on parlera de graveleux latéritique. Il s’agira pour
lui d’un sol meuble de granulométrie 0/20 à 0/40 mm comportant 10% à 35% de fines
(passants au tamis de 80 micron) et un squelette de 20 à 60% (refus au tamis de 2 mm).
On considère ainsi qu’un sol latéritique contenant plus de 35% de passant à 80 micron
n’est pas un graveleux latéritique ; il entre alors dans les catégories des sols fins.

Google maps

Photo 5 – Échantillon de graveleux latéritique

4.3.2 Genèse des sols latéritiques et caractérisation


Genèse des sols latéritiques

Le phénomène de latéralisation est un processus de formation des sols spécifiques aux


régions tropicales chaudes et humides.Il s’agit d’une altération de la roche mère dont la
caractéristique essentielle réside dans une mise en solution puis un départ de la silice,
phénomène de lessivage, accompagnés d’un enrichissement en fer et alumine sous forme

N’DRI Jean Morel -19- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

de sesquioxydes : F e2 O3 etAl2 O3

Figure 3 – Différente formation latéritique en Afrique

Certains facteurs ont une influence prépondérante sur l’altération des roches et la
formation de sols latéritiques qui en découlent, ce sont respectivement :
? Le climat (pluviométrie, température,bilan hydraulique) ;
? la topographie du site (érosion, drainage) ;
? la végétation (matières organiques, bactéries,acides humiques) ;
? la roche-mère ;
? et le temps.
Les conditions nécessaires à la formation des latérites sont :
? Un climat tropical sujet éventuellement aux alternances de saisons sèches et hu-
mides ;
? un plateau ou une surface topographique faiblement inclinée, non soumise à une
érosion mécanique importante ;
? une composition chimique et minéralogique de la roche exposée pouvant fournir les
constituants latéritiques (fer et alumine) ;
? une texture poreuse permettant l’entrée des eaux en percolation, de telle sorte que
les conditions de l’action des agents chimiques soient les meilleures ;
? un bon drainage favorisant le lessivage chimique des formations, ce processus doit se
continuer pendant une durée géologique, suffisante (au moins un million d’années).

N’DRI Jean Morel -20- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Figure 4 – Processus de latéri- Figure 5 – Processus de latérisation , zone tropicale sèche


sation , zone tropicale humide

4.3.3 Classification des graveleux latéritique

Une classification géotechnique des sols a pour but de ranger les sols par catégories
présentant les mêmes caractéristiques géotechniques ou du moins des caractéristiques
géotechniques voisines.

Classification International

Ils sont nombreux et il ne peut donc être question de les décrire ici. Indiquons simple-
ment qu’il en existe plusieurs qui sont basés uniquement sur la granularité et plusieurs
qui utilisent à la fois la granularité , la plasticité des matériaux et leur résistance mé-
canique. Parmi ces derniers nous avons retenu la classification G.T.R (Guide des Ter-
rassement Routier). Il permet de définir la classe du matériau à parti des résultats de
plusieurs types d’essais :
? Les essais d’identification
 La granularité ;
 l’indice de plasticité ;
 la valeur de bleu de méthylène.
? les essais d’état

N’DRI Jean Morel -21- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

 Los Angeles ;
 Micro Deval.
? les essais de comportement mécanique
 Essai PROCTOR ;
 CBR.

Classification Ivoirienne

Dès 1967, trois classes de graveleux avaient été mises en évidence (Tableau 4.2), cor-
respondant à des qualités géomécaniques décroissantes (G1,G2,G3). Les classifications
successives ont abouti à affiner les distinctions, mais les trois classes ont subsisté.

Tableau 2 – Classification des graveleux naturels en Côte d’Ivoire (LBTP, 1977)

Valeur moyenne de certaine caractéristique


Critère Indice Teneur géotechnique
sélectifs de Plasticité en fine
Indice CBR Densité sèche Teneur
à 95% OPM maximal à OPM en eau optimal
à 4 jours d’immersion
G1 5-15 5-15 30 à 80 2,10 à 2,30 5 à 8%
G2 15-25 15-25 20 à 50 2,00 à 2,25 9 à 10%
G3 25-35 15-25 15 à 40 1,90 à 2,20 8 à 12%

4.3.4 Graveleux latéritique dans la réalisation de projet routier

Les graveleux latéritiques naturels peuvent être utilisés à différents niveaux du corps
d’une chaussée :
? En couche de forme : pour toutes les classes de trafic ;
? en couche de fondation : pour un trafic faible de classe T1,T2 ou T3.
Pour T4 et T5, il peut s’avérer nécessaire de le stabiliser mécaniquement en corri-
geant sa granulométrie et sa plasticité ;
? en couche de base : pour T1, T2.
Dans ces cas, une sélection rigoureuse s’avèrera nécessaire.

N’DRI Jean Morel -22- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Couche de forme

Une couche de forme est nécessaire dès que les sols de plateforme d’une route ne
présentent pas des caractéristiques suffisantes de portante (CBR<10). Il s’agit généra-
lement des 30 cm supérieurs des remblais ou des fonds de déblais. La portance reste le
principal critère de choix d’une latérite pour la couche de forme.
Les classes suivantes de portance peuvent dans la plupart des cas être envisagées, selon
les matériaux utilisés :
? 15 < CBR < 30
? CBR > 30
Dans la pratique, on recherchera de préférence, la classe CBR de 15 à 30.
En effet,la plupart des graveleux rencontrés au Côte d’Ivoire présentent un CBR sensi-
blement supérieur à 15 à 95 % de l’OPM et après 4 jours d’imbibition.Par ailleurs, les
graveleux CBR> 30 doivent être plutôt réservés aux couches de fondation (économie de
matériaux).

Couche de fondation

Compte tenu des caractéristiques géotechniques des graveleux latéritiques naturels,


leur emploi privilégié se situe au niveau des couches de fondation des chaussées revêtues
( Trafic T1 à T3 ).
Pour les trafics T4 et T5, il est généralement nécessaire d’envisager une amélioration
(mécanique ou chimique) lorsque les caractéristiques du matériau le permettent.
La portance requise pour les graveleux latéritiques est celle habituellement retenue pour
les couches de fondation, à savoir un CBR d’au moins 30% ; on peut néanmoins tolérer
un CBR de 25% pour les trafics faibles (T1).

N’DRI Jean Morel -23- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Couche de base

Les graveleux latéritiques naturels utilisables en couche de base sont rares.


Ils doivent pour se faire, obéir aux exigences suivantes :
? CBR à 95 % et après 4 jours supérieure à 80 (on peut admettre minimale de 60
pour le trafic T1) ;
? Gonflement linéaire : inférieur à 1 % (éprouvettes CBR).
Tableau 3 – Recommandations relatives à la qualité des graveleux latéritiques naturels

Importance Caractérisation Couches Classe de trafic


T1 T2 T3 T4 T5
Critère Indice Fondation ≥ 25 ≥ 30 ≥ 30 ≥ 30 − 35 ≥ 30 − 35
d’accessebilité portance CBR Base ≥ 60 ≥ 80 ≥ 80 - -
Dureté Fondation ≤ 60 ≤ 60 ≤ 55 ≤ 50 ≤ 50
Los Angeles des nodules Base ≤ 45 ≤ 45 ≤ 40 -
Critère sélectif Teneur en fines Fondation ≤ 25 ≤ 25 ≤ 20 ≤ 20 ≤ 20
(<0,08 mm) Base ≤ 15 ≤ 15 ≤ 15 - -
Indice Fondation ≤ 20 ≤ 25 ≤ 20 ≤ 20 ≤ 20
de plasticité Base ≤ 20 ≤ 15 ≤ 15 - -
Gonflement Fondation 1 à 2% au maximum
linéaire Base 0,1 à 1% au maximum
Densité Fondation > 1,90
sèche maximale OPM Base > 2,00

4.3.5 Méthode de recherche de carrière de graveleux latéritique : prospection et


exploitation
Prospection

Les indices qui peuvent retenir l’attention du prospecteur de graveleux latéritiques


sont les suivants :
? Affleurement de cuirasse ;
? présence de gravillons latéritiques en surface ;
? ancienne exploitation de matériaux ;
? morphologie : les graveleux latéritiques sont recherchés à mi-pente ou aux ruptures
de pente des inter-fluves ;
? présence de certains arbres que les prospecteurs avertis identifient (Acacia...).
Les couches de graveleux latéritiques sont souvent discontinues et d’épaisseur faible
(0,2 à 1 m. en général), elles peuvent être masquées par une couverture ou découverte,
souvent plus épaisse que le niveau utile.

N’DRI Jean Morel -24- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

La méthodologie de recherche consiste dans une première phase, à repérer les zones
à priori favorables en exploitant les cartes pédologiques et les informations existantes,
et ensuite à préparer un programme d’investigation par sondages systematiques dans
lesquels des prélèvements d’échantillons permettront de déterminer les puissances ex-
ploitables et les qualités du matériaux de l’emprunt.

Exploitation

L’exploitation des graveleux latéritiques débute par le déboisage du site et par le dé-
capage de la découverte (terre végétale) lorsqu’elle existe.On procède ensuite au buttage
du graveleux au bulldozer par légères passes, en vue de ne pas mélanger les différentes
couches dans le cas d’une hétérogénéité verticale où les différents matériaux sont utilisés
séparément. L’habileté et le coup d’œil des conducteurs d’engins sont déterminants et
il faut veiller que l’exploitation ne touche pas la couche argileuse. Un soin particulier
sera apporté, en cours d’exploitation, au drainage des emprunts.On se souviendra, dans
l’estimation des quantités, qu’un (1) m3 de matériau à l’emprunt correspond à environ
0,75 m3 compacté dans la chaussée.

4.4 Le ciment
4.4.1 Définition

Les ciments sont des liants hydrauliques c’est-à-dire des poudres minérales fines qui
forment avec l’eau une patte faisant prise et durcit progressivement.Ils sont formés des
constituants anhydres renfermant essentiellement de la silice, de l’alumine et de la chaux
et dont le durcissement est principalement dû à la formation par combinaison de ses
constituants anhydres avec l’eau.
Le ciment est un mélange intime des principaux produits suivants :le clinker, le laitier,
la pouzzolane et les fillers.

N’DRI Jean Morel -25- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

4.4.2 Différents types de ciment

Il existe plusieurs types de ciments en bâtiment et travaux publics présentant des


caractéristiques chimiques différentes en fonction de leurs constituants .
il s’agit du :
? CPA : contient au moins 97% de clinker le reste étant des fillers ;
? CPJ : contient au moins 65% de clinker et un ou plusieurs des autres composants ;
? CHF : contient 40% à 75% de laitier, au plus 25% et au plus 3% de fillers ;
? CLK : contient au moins 80% de laitier, au plus 20% de clinker et au plus 3% de
fillers ;
? CLC : contient 25 à 60% de clinker, 20 à 45% de laitier, 20 à 45% de cendres et
au plus 3% de fillers.
Les ciments se répartissent en quatre classes de résistance en fonction de la valeur de la
résistance à la compression à 28 jours d’un mortier normalisé : ce sont les classes 32.5,
42.5, 52.5 et HP (haute performance).

4.4.3 Hydratation et prise du ciment

En présence d’eau, les sels minéraux amorphes, anhydres et instables s’hydratent, il


se produit alors une cristallisation qui aboutit à un nouveau système de constituants
hydratés stables. La formulation de cristaux en aiguilles plus ou moins enchevêtrées
produit la prise.
Par exemple, le silicate tricalcique SiO2 , 3CaO donne par hydratation un silicate hydraté
, la tobermorite ,et de l’hydroxyde de chaux.

2(SiO2 , 3CaO) + 6H2 O −→ Si2 O7 Ca3 , 3H2 O + 3Ca(OH)2

Lorsqu’un liant est mélangé avec de l’eau de façon à obtenir une pâte molle, le mélange
garde sa plasticité pendant un certain temps (de quelque minutes à plusieurs heures
suivant la nature du liant) puis apparaissent plusieurs phénomènes :
? une augmentation brusque de la viscosité accompagné d’une élévation de la tem-
pérature de la pâte : c’est le début de la prise ;
? après un nouveau laps de temps, la pâte cesse d’être déformable et se transforme

N’DRI Jean Morel -26- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

en un bloc rigide, c’est la fin de la prise.

4.5 Méthode d’amélioration des sols : cas de l’amélioration du gra-


veleux latéritique au ciment
4.5.1 Historique de l’amélioration au ciment

Les premières expériences ont été menées dans les années 50 aux Etats Unis (USA)
et en France. Depuis 1985, cette technique n’a cessé de gagner en intérêt et aujourd’hui
elle démontre toute son efficacité. En dehors des pays mentionnés, cette technique est
utilisée partout ailleurs dans le monde et particulièrement en Afrique pour palier à la
raréfaction des matériaux de bonne qualité pour les couches de fondation et de base
pour des nombreux chantiers routiers.
Cette évolution importante est due aux trois facteurs suivants :
? Une meilleure connaissance des caractéristiques mécaniques des matériaux stabilisés
au moyen de ciment ainsi que du comportement de routes semi-rigides ;
? une utilisation de nouvelles machines plus puissantes avec une plus grande profon-
deur de travail, de meilleures capacités de mélange et de plus hauts rendements, ce
qui permet une bonne finition à moindre coût ;
? l’impulsion principale est sans conteste la bonne adéquation entre d’une part les
avantages environnementaux de cette technique par rapport au renforcement clas-
sique de la chaussée et d’autre part le souci croissant pour un meilleur respect du
milieu.

4.5.2 Principe

Le ciment incorporé à un sol développe un réseau de liaisons entre les grains qui
les composent. La réaction d’hydratation du ciment présente l’avantage d’une évolution
rapide, ce qui permet d’obtenir les résistances mécaniques nécessaires dans un délai
court.

N’DRI Jean Morel -27- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

4.5.3 Action immédiate sur les caractéristiques géotechniques

Après traitement aux ciment, il l’ y aura une forte augmentation de la limite de


plasticité, alors que la limite de liquidité variera très peu : l’indice de plasticité sera
donc nettement diminué, ce qui peut faire passer d’un sol plastique, déformable, collant,
à un mélange « solide », apte aux opérations de terrassements.
La portance du sol quant à elle s’élèvera, ce qui rendra la circulation des engins de
chantier facile et facilitera aussi le compactage des couches sus-jacentes. Pour finir, les
caractéristiques de compactage serons modifiées, avec en particulier une augmentation
de la teneur en eau optimale et une diminution de la densité maximale PROCTOR d’ou
un compactage plus facile. Le traitement à au ciment améliorera également les niveaux
de portance (IPI et CBR).
La figure 4.4 illustre ces effets.

Figure 6 – Influence du traitement au ciment sur les caractéristiques géotechniques d’un sol

4.5.4 Enduit de cure et cloutage

La teneur en eau nécessaire à la bonne prise du ciment est maintenue par l’applica-
tion d’un enduit de cure constitué d’émulsion ECR65 (Voir Annexe E).Cette application
doit intervenir dans un délai de 2 à 4 heures maximums suivant le compactage .

N’DRI Jean Morel -28- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Pour améliorer l’accrochage entre la couche de base et le revêtement, on réalise un clou-


tage, par épandage de gravillons 6/10 au gravillonneur, suivi d’un passage du compacteur
à pneu.Ce cloutage est effectué dans un délai maximum de 1 heure suivant l’application
de l’enduit de cure.

4.5.5 Inconvénient de la méthode

Le principal problème de l’amélioration au ciment se trouve au niveau de la mise en


place des matériaux. Une mauvaise répartition du stabilisant ou un mauvais compactage
peut réduire énormément la portance de la couche. Il a été démontré en laboratoire que
les différentes méthodes de murissement influent sur la résistance du sol amélioré. C’est
ainsi qu’un séchage à forte température accroit le taux de gain en résistance. Mais s’il est
excessif, ce gain de résistance peut être suivi de fissuration surtout dans le cas des sols
argileux. D’après plusieurs chercheurs, la détérioration des routes améliorées est causée
par des forces de tension qui représente environ 20 % de la résistance à la compression
simple à l’optimum PROCTOR. En général, une résistance à la compression supérieure
à 7,5 MPa (supérieur à 95% de l’optimum) transforme le comportement du sol traité et
le fait travailler comme une dalle en béton. Ceci n’est pas conforme au fonctionnement
des chaussées semi-rigides, d’où le développement d’une multitude de micro-fissures
engendrant la rupture de la chaussée.

N’DRI Jean Morel -29- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Chapitre 5

TRAVAUX MENÉE AU
LABORATOIRE ET SUR LE
CHANTIER

5.1 Au laboratoire
5.1.1 Caractérisation des matériaux des différents sites d’emprunts

Après prospection vingt-deux(22) sites d’emprunts on été trouvés, mais seulement


quatre (4) sites (EG4, EG6, EG7, EG9) ont été retenu pour leur caractéristique géo-
technique et leur position par rapport au projet.
Le but de cette étude au laboratoire était de déterminer l’emprunt dont le matériau
pouvait être amélioré pour atteindre les 160 % de CBR avec le minimum de ciment et
aussi d’analyser l’influence du compactage sur l’évolution du CBR du graveleux amélioré
au ciment.

30
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

EG4
Essai Proctor

Figure 7 – Courbe PROCTOR EG4

bfbhdnm
Teneur en eau naturel =7%
Densité sèche =2,10
Teneur en eau optimal =10,45%
Teneur en eau de saturation =12,20%
Masse spécifique adoptée =2,82 T/m3
Matériau facilement compactable bfbhdnm

Analyse granulométrique

Figure 8 – Courbe AG EG4

orfffh
Gravier 0/20 à granulométrie continu et étalé.
Fine= 16%

N’DRI Jean Morel -31- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

okkkldojeiw
Essai CBR (Sol cru)

Figure 9 – Courbe CBR EG4

fkffklfeookjnvks
CBR immersion 4 jours 90% OPM=27,0
CBR immersion 4 jours 95% OPM=34,8
CBR immersion 4 jours 98% OPM=40,8

Limite d’atterberg

LL= 36%
LP= 18%
IP= 18%
5 < IP < 30,on a alors un matériau peu plastique.

N’DRI Jean Morel -32- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

EG6
Essai Proctor

Figure 10 – Courbe PROCTOR EG6

Teneur en eau naturel =6%


Densité sèche =2,11
Teneur en eau optimal=9,31%
Teneur en eau de saturation =10%
Masse spécifique adoptée =2,67 T/m3

Analyse granulomètrique

Figure 11 – Courbe AG EG6

Gravier 0/20 à granulométrie continu et étalé.


Fine= 18%

N’DRI Jean Morel -33- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Essai CBR (Sol cru)

Figure 12 – Courbe CBR EG6

fkffklfeookjnvks
CBR immerson 4 jours 90% OPM=14,8
CBR immerson 4 jours 95% OPM=33,2
CBR immerson 4 jours 98% OPM=48

Limite d’atterberg

LL= 40%
LP= 21%
IP= 19%
5 < IP < 30,on a alors un matériau peu plastique.

N’DRI Jean Morel -34- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Amélioration au ciment

Figure 13 – Évolution de l’indice CBR avec le % de ciment EG6

mjkldldld
90% OPM-CBR=160% avec 4,04% de ciment
95% OPM-CBR=160% avec 3,67% de ciment
98% OPM-CBR=160% avec 3,22% de ciment

EG7
Essai Proctor

Figure 14 – Essai PROCTOR EG7

N’DRI Jean Morel -35- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Teneur en eau naturel =6,00%


Densité sèche =2,15
Teneur en eau optimal =7,58%
Teneur en eau de saturation =9,00%
Masse spécifique théorique = 2,66 T/m3

Analyse granulomètrique

Figure 15 – Courbe AG EG7

Gravier 0/20 à granulométrie continu et étalé.


Fine= 10%

Essai CBR (Sol cru)

Figure 16 – Courbe CBR EG7

fkffklfeookjnvks
CBR immersion 4 jours 90% OPM=20,3
CBR immersion 4 jours 95% OPM=31
CBR immersion 4 jours 98% OPM=40,1

N’DRI Jean Morel -36- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Limite d’Atterberg

LL= 35%
LP=22%
IP= 13%
5 < IP < 30,on a alors un matériau peu plastique.

Amélioration au ciment

Figure 17 – Évolution de l’indice CBR avec le % de ciment EG7

90% OPM-CBR=160% avec 4,68% de ciment


95% OPM-CBR=160% avec 4,28% de ciment
98% OPM-CBR=160% avec 3,58% de ciment

N’DRI Jean Morel -37- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

EG9
Essai Proctor

Figure 18 – Coube PROCTOR EG9

Teneur en eau naturel =9%


Densité sèche =2,17
Teneur en eau optimal =8,79%
Teneur en eau de saturation =9,75%
Masse spécifique adoptée = 2,75 T/m3

Analyse granulomètrique

Figure 19 – Courbe AG EG9

Gravier 0/20 à granulométrie continu et étalé.


Fine= 10%

N’DRI Jean Morel -38- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Figure 20 – Courbe CBR EG9

Essai CBR(Sol cru)


CBR immersion 4 jours 90% OPM=26,0
CBR immersion 4 jours 95% OPM=58,6
CBR immersion 4 jours 98% OPM=86,0

Limite d’atterberg

LL= 31%
LP= 17%
IP= 14%
5 < IP < 30,on a alors un matériau peu plastique.

Amélioration au ciment

Figure 21 – Évolution de l’indice CBR avec le % de ciment EG9

N’DRI Jean Morel -39- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

fkffklfeookjnvks
90% OPM-CBR=160% avec 3,72% de ciment
95% OPM-CBR=160% avec 2,98% de ciment
98% OPM-CBR=160% avec 2,20% de ciment

Tableau 4 – Récapitulatif des essais(PROCTOR,AG,LA)

PROCTOR Analyse Indice


Emprunts
Dsopm Wopm (%) granulométrique(%) de plasticité(%)
EG4 2,10 10,45 16 18
EG6 2,11 9,31 18 19
EG7 2,15 7,58 10 13
EG9 2,17 8,79 10 14

Tableau 5 – Récapitulatif des essais(pourcentage de ciment)

%C %C %C
Emprunts
(CBR=160/90% OPM) (CBR=160/95% OPM) (CBR=160/98% OPM)
EG4 - - -
EG6 4,04 3,67 3,22
EG7 4,68 4,28 3,58
EG9 3,72 2,98 2,20

À la fin de notre étude sur les quatre (4) sites d’emprunts, nous avons conclut que
EG9 répondait aux caractéristiques géotechniques pour une couche de base et nécessi-
tait seulement 2,98% de ciment (à 95% OPM) pour un CBR de 160%.
De plus la puissance de l’emprunt était suffisante pour la réalisation de la couche de
base : Besoin = 20240m3 Emprunt = 26800m3 .
Pour la mise en œuvre nous avons déduit qu’un pourcentage de 3,5% (CBR prévision-
nel=190) serai adéquat. Mais le chef laboratoire a décidé d’ adopter un pourcentage de
4% (CBR prévisionnel=225) pour encore plus de sécurité.
Certes, utiliser 4% de ciment permettra d’être plus en sécurité et d’avoir une meilleur
portance par contre elle fera plus travailler notre chaussée comme une chaussée rigide
et favorisera l’apparition de micro fissure.
Tableau 6 – Classification et utilisation des matériaux

Emprunts Classification Classification Possibilité Usage effectif


LBTP GTR d’usage
EG4 G2 B6ts Arase-Fondation Arase-Fondation
EG6 G2 B6ts Arase-Fondation-Base Fondation
EG7 G2 B6s Arase-Fondation-Base Fondation
EG9 G2 B 6m Arase-Fondation-Base Base

N’DRI Jean Morel -40- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

NB : Les interprétations on été réalisé en se référant au Tableau 3 (page 24)

5.1.2 Réalisation des essais pour la préparation du traitement au ciment

Après étude au laboratoire l’emprunt EG9 à été désigné pour la couche de base amé-
lioré au ciment. Mais pendant la prospection, le gerbage et la mise en place du matériau,
des prélèvements successif doivent être fait pour savoir si le matériau déclarer bon lors
de la prospection l’est toujours lors de l’étalage.
Cette campagne de prélèvement avait pour but de répondre à ce besoin, elle a consisté
à prélever 60 Kg de matériau à chaque 200 m (chaque 10 profils) pour les essais d’iden-
tification, physique et mécanique :
? Essai PROCTOR 35 kg ;
? essai CBR 21 kg ;
? limite Atterberg 3 kg ;
? analyse granulométrique 0,5 kg.

L’échantillonnage sur la bande de 200 m devait être représentatif du matériau.


Les résultats des différents essais sont contenu dans un tableau (Voir Annexe E).

Figure 22 – Histogramme des densités optimales

La moyenne des densités sèches du matériau étalé était de 2,17 et avait pour écart-
type 0,0418559.Or, le matériau provenant de EG9 avait pour densité sèche 2,17 ; cela
permet de conclure que le matériau étalé provenait véritablement de EG9 et a conservé

N’DRI Jean Morel -41- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

une de ces caractéristiques géotechniques.

Figure 23 – Histogramme des teneurs en eau optimales

La moyenne des teneur en eau optimal était de 9,55 % et avait pour écart-type
0,997949836.Or,le matériau provenant de EG9 avait pour teneur en eau optimal 8,79.
Cette différence de valeur était du à l’augmentation de la quantité des fines lors de
l’étalage du matériau.

Cette campagne de prélèvement nous a permis de démontrer que le matériau étalé


provenait véritablement de EG9.
Cela prouve que les 3,5% de ciment proposée était adéquat, mais la mission de contrôle
informé d’une stabilisation à 4% s’est cet indice qui a été utilisé pour le démarrage des
travaux. Un courrier a été transmit pour informé la mission de contrôle de la baisse du
taux de ciment à 3,5%.

5.1.3 Réalisation d’une planche d’essai pour le sol-ciment

Planche d’essai pour le sol-ciment

But

Cette planche d’essai était destinée à vérifier le bon fonctionnement et le bon réglage
du matériel d’application et les modalités de fonctionnement adoptées permettant d’ob-
tenir les compacités et les épaisseurs requises.

N’DRI Jean Morel -42- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Test du dispositif d’arosage et de malaxage

Le dispositif d’arrosage et de malaxage était composé d’un Pulvimixer Caterpillar


raccordé à une citerne d’eau.Le pulvimixer était équipé d’un malaxeur qui permettait
comme son nom l’indique de faire le mélange du matériau avec le ciment.
La procédure normale consistait à malaxer, à faire passer la citerne à eau pour arroser(si
le matériau est tros sec tout en se référent à la teneur en eau optimal),ensuite à mé-
langer le tout avec la niveleuse puis à compacter.Cependant pour gagner du temps l’on
peut raccorder la citerne au pulvimixer pour que l’opération d’arrosage et de malaxage
se fasse simultanément.Ce système étant peut utilisé des planches essais ont été réalisé
pour voir son efficacité.

N’DRI Jean Morel

Photo 6 – Pulvimixer Caterpillar

N’DRI Jean Morel -43- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

N’DRI Jean Morel

Photo 7 – Citerne à eau

N’DRI Jean Morel -44- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Correction des teneurs en eau obtenue

Pour l’évaluation du système de mouillage et de malaxage, quatre(4) planches d’es-


sai ont été réalisées sur un sol ayant une teneur en eau naturel moyen de 5,18%. Les
différentes planche d’essai on été réalisé à des vitesses variable pour voir l’influence de
la vitesse du dispositif sur la teneur en eau du matériau malaxé.
Les résultats des essais sont contenus dans les tableau ci dessous :

Tableau 7 – Variation de la teneur en eau en fonction du % d’eau à la pompe(vitesse minimal)

Vitesse minimal
% d’eau à la pompe Teneur en eau (%)
25 6,37
50 9,57
75 13,33
100 9,45

Vitesse maximal
% d’eau à la pompe Teneur en eau (%)
25 7,20
50 7,02
75 10,45
100 8,24

Tableau 8 – Teneur en eau en fonction du % d’eau à la pompe(vitesse maximale)

N’DRI Jean Morel -45- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Figure 24 – Variation de la teneur en eau en fonction du % d’eau à la pompe(vitesse maximale)

Á la vue des données obtenue nous observons des incohérences dans l’évolution des
teneurs en eau en fonction du pourcentage d’eau à la pompe.Normalement les valeurs
devaient être croissante avec l’augmentation du pourcentage d’eau à la pompe : dés lors
des corrections doivent être apportées.

Vitesse maximal

Figure 25 – Correction des valeurs (Vitesse minimal)

N’DRI Jean Morel -46- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Tableau 9 – Teneur en eau en fonction du % d’eau à la pompe(vitesse minimal/valeur corrigée)

Valeurs corrigées
Vitesse minimum
% d’eau à la pompe Teneur en eau (%)
25 6,37
50 9,57
75 13,33
100 16,72

Figure 26 – Correction des valeurs (Vitesse maximal)

Tableau 10 – Teneur en eau en fonction du % d’eau à la pompe(vitesse maximal/valeur corrigée)

Valeurs corrigées
Vitesse maximal
% d’eau à la pompe Teneur en eau (%)
25 3,65
50 7,02
75 10,45
100 14,00

Conclusion

Ces différents tests, nous ont permet de détecter des défaillances mécaniques sur la
malaxeuse et de déterminer la vitesse à adopter pour le malaxage et le mouillage du
matériau.

N’DRI Jean Morel -47- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Test du matériel de controle (Troxler,Gaz)

Correction des mesures obtenues au Troxler (Voir Annexe C)

Le Troxler est un appareil qui nous permettait de vérifier si les compacités étaient
atteintes. Bien calibré, il donne des densités humides juste mais des teneurs en eau
incorrect(prise en compte des molécules d’eau cristallisées dans le matériau), d’où le
besoin de les corriger.
Une étude à été menée sur dix (10) échantillons pour pouvoir effectuer cette correction.
Elle a consisté à mesurer la teneur en eau in-situ du matériau, puis à effectuer un
prélèvement pour la mesure de la teneur en eau par la méthode d’étuvage (à 105o C
pendant 24 heures).
Tableau 11 – Tableau récapitulatif des résultats obtenu (Étuve-Troxler)

Teneur en eau obtenu à l’éuve (%) Teneur en eau obtenu au Troxler (%)
8,68 13,90
6,01 7,20
7,66 11,20
5,45 5,20
6,89 12,30
6,97 10,10
7,15 13,40
7,01 12,00
8,02 10,9
8,25 13,1
6,51 11,10

Une étude statistique a été menée sur ces échantillons pour pouvoir déterminer un
ajustement linéaire permettant de prévoir les valeurs que l’on aurait à l’étuve avec celle
obtenu avec le Troxler.
L’équation affine obtenue est y = 0, 2929x + 3, 9379 avec R2 = 0, 649.
Nous avons un coefficient de détermination R2 = 0, 649 > 0, 5, donc notre modèle
peut être utilisé pour la correction des teneurs en eau lues au Troxler.

N’DRI Jean Morel -48- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Figure 27 – Corrélation entre la teneur en l’eau à l’étuve et au Troxler

Correction des mesures obtenues au Gaz

La détermination de la teneur en eau d’un matériau se réalise en prélevant 500 g de


matériau que l’on met à l’étuve pendant 24h à 105o C.Cette méthode étant trop longue
sur le terrain, l’on obtient cette valeur par chauffage du matériau au gaz butane qui est
encore plus rapide.
Mais son inconvénient vient du faite que pour ne pas détériorer les grains du matériau
l’on est obligé d’arrêter l’opération de chauffage tôt d’où l’existence d’une quantité d’eau
encore dans celui-ci.
Pour pouvoir apporter une correction aux valeurs de teneur en eau déterminés au gaz
l’on a mené la même étude faite sur le Troxler.
Tableau 12 – Tableau récapitulatif des résultats obtenu (Étuve-Gaz)

Teneur en eau obtenu à l’étuve (%) Teneur en eau obtenu au Gaz (%)
4,96 7,8
4,76 6,69
8,04 10,63
5,31 7,09
9,32 11,39
5,81 5,96
9,05 8,79
3,33 4,89
5,09 6,59
3,72 4,9

N’DRI Jean Morel -49- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Une étude statistique a été menée sur ces échantillons pour pouvoir déterminer un
ajustement linéaire permettant de prévoir les valeurs que l’on aurait à l’étuve avec une
teneur en eau mesurée au gaz butane. L’équation affine obtenue est y = 0, 9399x+1, 8878
avec R2 = 0, 8101.

Figure 28 – Corrélation entre la teneur en l’eau à l’étuve et au Gaz

Les études déjà menées dans le domaine de l’amélioration au ciment ont montrées
que l’ajout de ciment dans un matériau diminue sa densité sèche maximal et augmente
sa teneur en eau optimal ce qui a pour effet l’aplatissement de la courbe PROCTOR.
Cela signifie que le compactage du matériau pourra être réaliser convenablement avec
une teneur en eau un peu plus grande que celle trouvé a l’étude(généralement +1% à
+2%).
Or, dans le cas de notre étude le coefficient de détermination R2 = 0, 8101 > 0, 5 et
en analysant l’équation de la fonction affine nous pouvons dire que la variation entre la
teneur en eau obtenue à l’ étuve et celle obtenu au gaz sera inférieure à 1, 8878%(pente =
0, 9399 ≈ 1).
Donc les valeurs obtenues au gaz sont valables pour la réalisation de notre sol-ciment.

N’DRI Jean Morel -50- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

5.2 Sur chantier


5.2.1 Réalisation de la planche d’essai sur le terrain

? Identification de la zone de réalisation de la planche d’essai.

? Disposition des sacs de ciments et maillage

Après identification de la zone de réalisation de la planche d’essai, l’on passe à la


disposition des sacs de ciment.
Cette disposition se fait après avoir calculé la quantité de ciment à disposer par m2.

Calcul de la quantité de ciment au m2

Calculons la quantité de ciment au m2 :

%C
MC = ∗ e ∗ DSopm ∗ 1000 ∗ 1m2
100

M C = 0, 04 ∗ 0, 18 ∗ 2, 20 ∗ 1000 ∗ 1 −→ M C = 15, 84kg/m2

Surface couverte par un sac de ciment de 50 kg

50/11, 88 = 3, 16m2

La chaussée avait une largeur de onze(11) mètres. Le malaxage et l’arrosage à la


recycleuse a été fait sur un largeur de 2,75 m (largeur de la recycleuse) ce qui cor-
respond à 1,15 m pour un sac de ciment de 50 Kg.

? Épandage des sacs de ciment

Aprés maillage, le camion transportant le ciment ce positionne et avance au fur


et à mesure de la mise en place des sacs de ciments. Les sacs de ciment sont ouverts
au moyen de machettes ou de pelle,et rependus de manière uniforme sur la surface

N’DRI Jean Morel -51- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

déterminé.
NB :le ciment qui a été utilisé est le CPJ 32,5 R.

N’DRI Jean Morel

Photo 8 – Maillage

N’DRI Jean Morel

Photo 9 – Épandage du ciment

N’DRI Jean Morel -52- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

? Malaxage et arrosage

Dès que le ciment est bien reparti, la recycleuse commence le malaxage, en veillant
à ce que l’attaque du tambour se fasse dans la zone de recouvrement longitudinal
où a été rependu le ciment.
La vitesse d’avancement de la recycleuse est constante et l’opérateur veille au res-
pect de la quantité d’eau ajoutée.
Le contrôle de la teneur en eau aprés malaxage est effectué directement derrière la
recycleuse.
On doit avoir :
Wopm−2% < W < Wopm+1%

N’DRI Jean Morel

Photo 10 – Chauffage au gaz du matériau

N’DRI Jean Morel -53- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

? Réglage et Compactage

Réglage

Le réglage était réalisé par les topographes aidés par une niveleuse.Cette opération
consistait à donner à la couche de base sa véritable épaisseur (20 cm)

Compactage

Rouleaux à pneus

Les rouleaux à pneus transmettent une charge au sol par l’intermédiaire d’une
ou plusieurs rangées de pneus. Ils sont automoteurs ou tractés. La charge va de
10 à 200kN par pneu. La caractéristique principale de ces engins est la pression
de contact qu’il faut distinguer de la pression de gonflage. Les rouleaux à pneus
conviennent particulièrement au compactage des sols cohérents à grains fins. Sur les
sables à granulomètrie discontinue et sur les sols compressibles traités en couches
épaisses, on peut rencontrer des difficultés de compactage. Celles-ci peuvent être
surmontées en accroissant progressivement la pression depuis une pression très
faible jusqu’à la pression normale. L’avantage des rouleaux à pneus est la grande
uniformité du compactage. On les utilise également avec succès pour la mise en
place de matériaux pierreux, sans risque d’écrasement des éléments aigus. Dans
la plupart des cas, le refus peut être obtenus après 10 à 15 passes et l’épaisseur
courante des couches traitées est de 15 à 30 cm, exceptionnellement 45 cm. Pour
notre planche l’engin à pneu servira seulement à effectuer le tassement préliminaire
du matériau.

N’DRI Jean Morel -54- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

N’DRI Jean Morel

Photo 11 – Compacteur à pneu

Rouleaux lisses

Les rouleaux à jantes lisses ou rouleaux lisses transmettent au sol une charge quasi
statique par l’intermédiaire de cylindres lisses en acier. La plupart sont automoteurs.
La caractéristique principale de ces engins est la charge par cm de largeur de jante ou
charge linéaire (P en kg/cm) que l’on obtient en divisant la partie du poids total du
rouleau reportée sur un cylindre par la largeur de celui-ci. Elle varie habituellement
entre 15 et 100 kg/cm. Les rouleaux lisses conviennent pour le compactqge des sols à
granulomètrie étalée moyennement cohérents, tels que les sables argileux et les graviers-
sables-argiles sur lesquels on obtient souvent des compacités de l’ordre du Proctor mo-
difié. Ils conviennent également aux matériaux rocheux pas trop tendres pour lesquels
un certain concassage est nécessaire. Ils sont peu efficaces sur les sols plastiques. Si les
charges linéaires sont élevées, le refus peut être obtenu après 8 à 15 passes. L’épaisseur
des couches compactées ne peut dépasser 20 à 25 cm.
Pour notre planche d’essai la compacité a été atteinte après six(6) passes(une passe égale
un allé retour de l’engin).

N’DRI Jean Morel -55- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

N’DRI Jean Morel

Photo 12 – Compacteur à rouleau lisse

jdfl
NB :Cette opération devait se durée 3h de temps (Épandage, malaxe et compactage).

5.2.2 Suivi et contrôle de la mise en place de la couche de base amélioré au ciment

Il s’agissait pour nous de surveiller et contrôler la teneur en eau du matériau mis en


place, le temps de réalisation du sol ciment, le compactage et les compacités (TROX-
LER).

? Teneur en eau

Les teneurs en eau étaient déterminées chaque 100 m. L’on déterminait tout d’abord
la teneur en eau du matériau en place puis la teneur en eau après malaxage. Ces
différentes valeurs étaient inscrit sur une fiche d’essai qui était signé par le contrôle,
l’opérateur et le responsable des travaux(Voir Annexe E).

? Compactage

Pour le compactage nous devions surveillez le nombre de passe effectuées par les
divers compacteurs.

N’DRI Jean Morel -56- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

? Compacité

Les compacités étaient vérifiées à l’aide du Troxler du côté de l’entreprise et au


densitomètre à membrane pour le contrôle. Ci les compacités étaient supérieur à
95% l’on reportait les différentes valeurs sur une fiche d’essai qui était signé par
tout les intervenants puis l’on ordonnait la mise en place de l’enduit de cure 48 h
après(Voir Annexe E)

5.2.3 Suivi et contrôle de la mise en place de l’enduire de cure

Il s’agissait pour nous de vérifier si les dosages en émulsion et granulat était at-
teint.Pour ce contrôle de dosage des fiches aussi étaient remplit puis signé par les inter-
venants(Voir Annexe E).
hjf
Épandeuse

Pour l’épandage de l’émulsion ECR65 l’on a utilisé une épandeuse (Bouille). Pour vé-
rifier la quantité d’émulsion répandu qui devait être de 0,9 l/m2 ,l’on réalisait l’essai de
liant répandu(Voir Annexe D).

Photo 13 – Épandeuse

N’DRI Jean Morel

N’DRI Jean Morel -57- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Gravillonneur
Pour le gravillonneur l’essai de granulat répandu a été réalisé pour calibrer le dosage en
granulat 6/10 (Voir ANNEXE E).le dosage devait être de 4 l/m2 .

N’DRI Jean Morel

Photo 14 – Gravillonneur

N’DRI Jean Morel -58- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Troisième partie

TRAVAUX ANNEXES EFFECTUÉS

59
Chapitre 6

MISE EN PLACE D’OUTIL


INFORMATIQUE POUR
L’OPTIMISATION DU
LABORATOIRE

6.1 Application pour le laboratoire

À notre arrivée au laboratoire des fiches d’essai sur Excel avaient été mit en place
pour pour le dépouillement des essais. Mais vue le grand nombre de ceux-ci à réaliser
et à dépouiller pour l’amélioration au ciment ces fiches sont devenues très rapidement
difficile à utiliser.
Nous avons eu pour tâche d’améliorer et de crée de nouvelle fiche pouvant traiter les
données provenant des essais d’identifications, mécaniques et qui devra classer automa-
tiquement les matériaux selon la classification du LBTP ou celle du GTR. Le langage de
programmation que nous avons utilisé était Visual Basic. Les essais concernées étaient :
? L’essai PROCTOR ;
? essai CBR ;
? l’analyse granulométrique ;
? limites d’atterberg.

Voir Annexe H

60
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

6.2 Application pour le chantier

Pour le chantier, le calcul des essais in-situ devenait compliqué avec les erreurs de
calcul qui pouvaient survenir, la lenteur dans l’obtention des résultats et la perte d’infor-
mation. Nous avons proposé alors de développer des applications pour téléphone mobile
pouvant régler ces problèmes. Le langage de programmation que nous avons utilisé pour
développer nos applications était Java, plus précisément J2ME qui est une de ses pla-
teformes. Les essais concernées étaient :
? Teneur en eau ;
? densitométre à sable ;
? densitométre à membrane ;
? troxler.

Figure 29 – Écran d’accueil Figure 30 – Exemple d’application

N’DRI Jean Morel -61- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Quatrième partie

ANALYSES ,CRITIQUES ET
SUGGESTIONS

62
Chapitre 7

ANALYSES

Le stage que nous avons effectué avait pour but d’apporter une contribution remar-
quable à l’effort de RAZEL pour la réalisation de l’amélioration au ciment de la couche
de base de la route Yamoussoukro-Attiégouakro. Il nous a permis d’approfondir nos
connaissances dans le domaine de la géotechnique (méthode de réalisation des essais,
suivi et contrôle de chantier) et de comprendre le fonctionnement d’un laboratoire de
chantier. Faute de temps, nous n’avons pas pu terminer l’amélioration au ciment de la
couche de base de la voie Attiégouakro-Yamoussoukro. Mais nous estimons avoir appris
assez sur l’amélioration au sol ciment pour pouvoir l’appliquer sur un autre chantier à
savoir l’étude préliminaire en laboratoire et la mise en œuvre . Cependant, nous avons
plusieurs remarques a faire sur la mise en œuvre sur le chantier. Lors de la réalisation
du sol ciment, la zone d’application du ciment était tros grande (350 m en moyenne) et
le non respect du temps de fermeture (4h 30 en moyenne). Ces défauts ont été signalés
au chef des travaux et au chef laboratoire qui on tout de suite réorganisé la mise en
œuvre pour le respect des normes.

63
Chapitre 8

CRITIQUES ET SUGGESTIONS

8.0.1 Envers ESTP

Le stage que nous avons effectué au laboratoire de RAZEL nous a permis de constater
la faiblesse des connaissances données en classe en matière d’essai géotechnique et sur
la connaissance de chantier routier. Pour remédier à cela, il faudra :
? Une reforme du programme de géotechnique avec l’augmentation du volume ho-
raire ;
? une réhabilitation du laboratoire de géotechnique et de matériau ;
? une intégration de cour de géologie en deuxième année portée sur la prospection
pour le graveleux latéritique ;
? organiser des sorties de terrain.

8.0.2 Envers Razel Côte d’Ivoire

RAZEL est une société très organisée tournée vers l’innovation scientifique mais des
remarques sont à faire pour l’amélioration du travail. Il y a manque de matériel adéquat
(une balance rechargeable , un speedy pour effectuer des teneurs en eau rapide et un
véhicule de liaison) et le manque d’agents au laboratoire . Du côté de RAZEl, il faudra :
? Achat d’un stock de carbure conséquent pour une mesure de teneur en eau plus
rapide et en grande quantité avec le SPEEDY ;
? achat d’une balance étalonnée et rechargeable pour les mesures au chantier ;
? mise à la disposition du laboratoire d’une seconde voiture pour le suivi et contrôle
de chantier ;
? terminer l’aménagement du laboratoire ;

64
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

? mettre en place une politique de formation et de perfectionnement des agents du


laboratoire au nouvelle méthode de réalisation d’essai ;
? recruter plus d’agents pour le laboratoire.
bnf NB : Nous tenons à mentionner que la majorité de nos suggestions ont été prise en
compte par l’entreprise.

N’DRI Jean Morel -65- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
CONCLUSION

66
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

À la fin de cette étude nous pouvons dire que l’amélioration au ciment des graveleux
latéritiques relève d’une très grande importance pour les pays d’Afrique vue son coût
de réalisation assez faible en comparaison au 0/31,5 ; matériau utiliser aussi pour la
réalisation des couches de base.

Cependant, cette technique exige de mener à bien les études au laboratoire pour la dé-
termination du pourcentage de ciment à admettre pour l’amélioration du matériau.Si,
le pourcentage de ciment est très élevé au lieu d’avoir une structure semi-rigide ,nous
aurons une structure rigide d’où l’apparition de fissure sous l’effet du trafic(la structure
se casse au lieu de se déformer).Cette technique devrait donc se limiter aux voies où
le trafic sera considéré comme faible ou moyen.Pour les voies à grand trafic cette tech-
nique est à déconseiller.Mais, pour limiter les fissurations dues au ciment ,l’on devrait
se tourner vers un meilleur compactage (>98% OPM) pour améliorer la portance du
matériau mis en place au lieu d’augmenter la quantité de ciment.

Aussi,l’on devrait se tourner plus vers les produits pouvant améliorer les structures
de chaussées, tout en les rendant souples, exemple : l’amélioration mixte émulsion +
ciment (bitume mousse). Si cette technique expérimentée sur le tronçon A s’avère satis-
faisante ,elle devrait vite remplacer l’amélioration au ciment. Les structures souples ont
tendance à ce déformer qu’à se fissurer. L’eau étant le premier ennemie de la route, il
est préférable d’avoir une chaussée déformée que fissuré.

N’DRI Jean Morel -67- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Bibliographie

[1] Paul AUTRET. Latérite et graveleux latéritiques. LCPC, 1982.


[2] E BAGARRE. Utilisation des graveleux latéritique en technique routière. CEBTP, 1980.
[3] BOHI Zondjé Poanguy Bernadin. Caractérisation des sols latéritiques utilisés en construcion routière : cas
de la région de l’Agnéby (Côte d’Ivoire). PhD thesis, L’École National Des Ponts Et Chaussées, 2008.
[4] Service de recherche. Etude actualisée de la classification des graveleux en côte d’ivoire. Technical report,
LBTP, 1977.
[5] Ministère des rélations extérieures coopération et développement. Guide pratique de dimensionnement des
chaussées pour les pays tropicaux. CEBTP, 1984.
[6] DJALAL Mir-Emarati F. Sikalf. Utilisation des laterites en technique routiere au Cameroun. LABOGENIE.
[7] FAYAT. Premier contrat en côte d’ivoire. http://fayat.com/Actualites/
Premier-contrat-en-Cote-d-Ivoire, janury 2014.
[8] M.A. NDOYE Ibrahima Khalil CISSE. Caractérisation physico-chimique des couches de base en latérite
-ciment. Ecole polytechnique de THIES.
[9] Isabelle Sacquet Jérôme Perrin. Chronique d’une création. Razel-Bec, page 24, Apr 2012.
[10] Isabelle Sacquet Jérôme Perrin. Déstination afrique. Razel-Bec, page 24, Apr 2012.
[11] Jean Morel N’DRI. Proposition de logiciel pour le dépouillement des essais au laboratoire. Technical report,
INP-HB/ESTP, 2013.
[12] MAHAMAT Nganansou. Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couches de chaussée au
burkina faso : « cas des travaux de renforcement de la rn1 entre boromo et bobo - dioulasso ». Master’s
thesis, 2IE, 2011-2012.
[13] Dr Sande OLADELE. NOTES DE COURS DE MATERIAUX DE CONSTRUCTION. INP-HB/ESTP,
2005.
[14] COULIBALY Sédjougou. Réflexion sur la straégie pour sauver les pme du btp en côte d’ivoire. CALAO
Edition, 2012.
[15] Wikipédia. Ciment. http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Ciment&oldid=100527256, janury
2014.
[16] Wikipédia. Latéritique. http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=LatÃľrite&oldid=100252415,
janury 2014.
[17] Wikipédia. Razel-bec. http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Razel-Bec&oldid=93094050, ja-
nury 2014.

68
Annexe A

Organigramme du chantier
Yamoussoukro-Attiégouakro

69
Annexe B

Emprunts

71
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

N’DRI Jean Morel -72- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Annexe C

Troxler

N’DRI Jean Morel

Photo 15 – Gammadensimètre (TROXLER)

C.0.3 But de l’essai

Le Troxler 3430 permet d’effectuer avec rapidité et précision des mesures d’humidité
et de densité de divers sols,terrassement,granulats,béton et enrobés bitumineux sans
avoir recours à des prélèvement ou à d’autre méthodes destructives.

C.0.4 Principe de la méthode

Basé sur le principe de la thermalisation neutronique,le densimètre-humidimètre Trox-


ler 3430 permet de déterminer la teneur en eau des sols ou de matériau assimilables.L’hydrogène
de l’eau conenue dans les corps testé ralentit les neutrons émis par la source radioactive
(américium 241 :béryllium).Un détecteur à héluim 3 situé dans la partie inférieure de
l’appareil capte les neutrons ainsi ralentis.

73
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

C.0.5 Mode opératoire

? Pour sol et terrassement


 Sélectionner un site libre de tout creux,de toute fissure ou de tous débris de
grande taille.
 Aplanir la surface de réalisation de l’essai en comblant tout les vides avec du
sable fin,de la chaux ou du ciment.
 Mise en place du trou pour la mesure (usage du marteau et de la pointe).
 Mise en place de la tige porte source dans le trou,puis commencer les mesures.

C.0.6 Expression des résultats

Le gammadensimètre nous donne plusieurs mesure a savoir :


• Dh
• Ds
•W
• IC
Mais la mesure entaché d’erreur est celle de la teneur en eau (W ),une correction doit
être apporté (). Une fois cette correction apportée il faudra recalculer la densité sèche
par la formule suivante :
Dh
Ds =
W + 100

C.0.7 Interprétation des résultats

Pour l’interprétation des résultat il faudra ce référer au CCTP du marché.

N’DRI Jean Morel -74- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

N’DRI Jean Morel -75- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Annexe D

Résultat des essais d’identification sur


la couche de base

76
TRONÇON B

PROCTOR
BANDES
20-30 2,04 10,30
30-40 2,18 9,60
40-50 2,14 8,90
50-60 2,21 9,73
60-70 2,21 10,10
70-80 2,13 8,80
80-90 2,15 8,30
90-100 2,22 11,00
100-110 2,16 10 ,60
110-120 2,13 10,40
120-130 2,12 10,50
130-140 2,12 11,10
140-150 2,15 9,30
150-160 2,23 7,82
160-170 2,18 11,10
170-180 2,09 11,30
180-190 2,12 10,40
190-200 2,12 12,00
200-210 2,14 9,02
210-220 2,18 7,6
220-230 2,17 9,50
230-240 2,22 8,60
240-250 2,13 10,60
250-260 2,13 10,14
260-270 2 ,11 9,90
270-280 2,20 9,85
280-290 2,12 9,50
300-310 2,21 7,61
310-320 2,18 8,40
320-330 2,13 9,10
330-340 2,21 9,90
340-350 2,24 9,21
350-360 2,15 8,68
360-370 2,22 8,50
370-380 2,18 9,30
380-390 2,18 9,70
390-400 2,19 9,50
400-410 2,21 10,13
410-420 2,21 10,11
420-430 2,25 8,40
430-440 2,19 8,70
440-450 2,18 9,20
450-460 2,26 9,31
460-470 2,18 9,50
Annexe E

ECR65

78
Spécifications selon NF EN 13808

ECR 65 ECR69
Type d’émulsion
C65B4 C69B4
Unit Méthode Valeur Valeur
Essai é d’essai
Spec.
usuelle
Spec.
usuelle
63-67 67-71
Teneur en liant % EN 1428 65 69
(cl. 6) (cl. 8)
Temps d’écoulement à 70-130
s EN 12846-1 80 - -
40 °C 2 mm (cl. 5)
Temps d’écoulement à 10-45
s EN 12846-1 - - 30
40 °C 4 mm (cl. 6)
Homogénéité :
-particules sup. à 0,500 % ≤0,1 0,01 ≤0,1 0,01
mm (cl. 2) (cl. 2)

-particules entre 0,500 et % ≤0,25 0,01 ≤0,25 0,01


0,160 mm EN 1429 (cl. 2) (cl. 2)

-Stabilité au stockage (7 % ≤0,2 0,05 ≤0,2 0,05


jours) particules sup. à (cl. 3) (cl. 3)
0.500 mm
Indice de rupture
BV Forshammer - EN 13075-1 70-130 70-130
(IREC Forshammer=1,4xIREC 112 112
SIKAISOL)
(cl. 4) (cl. 4)
pH - EN 12850 2.8 2.8
Adhésivité (Diorite) :
≥75 ≥75
Effet de l’eau sur % EN 13614 75 75
(cl. 2) (cl. 2)
l’adhésion du liant
Tendance à la
≤5 ≤5
décantation (7 jours de % EN 12847 3 3
(cl. 2) (cl. 2)
stockage)
Charge des particules - EN 1430 positive positive positive positive

Santé et Sécurité

Les informations détaillées en matière de santé er de sécurité pour ces


produits sont fournies dans las Fiches de Données de Sécurité (FDS)
correspondantes, disponibles sur demande auprès de votre représentant local.
Annexe F

Fiches

80
TENEUR EN EAU
Selon la norme NF P 94-050 (septembre 1995)

CHANTIER:

Date de prélèvement: Date d' essai:

Nature de l'échantillon:
Opérateur:
Section:

Profil et position

N° de la tare

Poids humide + tare

Poids sec + tare

Poids de la tare

Poids de l'eau

Poids du matériau sec

Teneur en eau (W%)

Moyenne
Observations:

Pour le laboratoire Pour les travaux Pour la mission de contrôle


CONTROLE DE COMPACTAGE
DENSITE EN PLACE AU GAMMADENSIMETRE
NF P 94 - 061 - 1

Chantier:……………………………………………………………………………………………………
Date…………………………………………….. Voie:………………………………………………………….
Nature de la couche…………………………………………………………………….
Provenance du matériau…………………………………………………………..
Section PK ou Profil………………………………..PK ou Profil…………………………………………
Densité de référance :Dsmax…………………………….. Wmax………………………………………..%
Opérateur:………………………………………………………………………………………….

PK Densité Teneur Densité Indice de


Position
ou PROFIL humide en eau % sèche compactage (%)

POUR L'ENTREPRISE POUR LA MISSION DE CONTRÔLE


MESURE DU DOSAGE EN GRANULAT A
LA BOITE DOSEUSE

Selon NF P 98 - 276 - 1

Nature du granulat: Date d'essai:


Limite de la planche: Opérateur:

Longueur:…………………………………………………………………………...m
Largeur:……………………………………………………………………………...m
Surface:……………………………………………………………………………..m2
Répartition:……………………………………………………………………..l/m²

Dosage granulat répandu (l/m²)


PK ou Profil Voie Position Hauteur (mm)
(Hauteur/20)

Observation:

Pour l'entreprise Pour les travaux Pour la mission de contrôle


MESURE DU DOSAGE EN LIANT

Selon NF P 98 - 275 - 1

Nature du liant: Date d'essai:


Température de repandage:
Limite de la planche: Opérateur:

Longueur:……………………………………m Quantité au depart:………………………………………kg


Largeur:………………………………………m Quantité à l'arrivée:……………………………………..kg
Surface:……………………………………m2 Quantité deversée:………………………………………kg
Viscositée:…………………………………s Repartition:………………………………………………kg/m2

Poids Poids Surface Dosage


PK ou Profil Voie
plaque(g) Poids total(g) liant(kg) plaque(m2) liant(kg/m2)

Observation:

Pour l'entreprise Pour la mission de contrôle


Annexe G

Fiche d’essai générée par le macro

85
Table des matières

DÉDICACE i

RÉSUMÉ ii

REMERCIEMENTS iv

AVANT-PROPOS v

Liste des figures viii

Liste des Photos ix

Liste des tableaux x

Liste des symboles xi

INTRODUCTION 2

I PRÉSENTATION DE LA STRUCTURE D’ACCUEIL 3

Chapitre 1 : PRÉSENTATION DE RAZEL-FAYAT 4


1.1 Généralité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.1.1 Historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.2 Secteurs d’activités et Missions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.3 RAZEL-FAYAT en côte d’ivoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.3.1 Généralité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.3.2 Organisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

Chapitre 2 : PRÉSENTATION DU LABORATOIRE DE RAZEL 6


2.1 Généralité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.2 Essai réalisé par le laboratoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

II PRÉSENTATION DES TRAVAUX EFFECTUÉS 9

Chapitre 3 : PRÉSENTATION DU PROJET 10


3.1 Généralité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

86
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

3.2 Moyens techniques et humains mis en œuvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12


3.3 Caractéristique téchnique du projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
3.3.1 Tronçon A(PK 0 au PK 4+600) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
3.3.2 Tronçon B(PK 4+600 au PK 13+800) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
3.3.3 Tronçon C(PK 13+800 au PK 15+600) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

Chapitre 4 : ÉTUDE BIBLIOGRAPHIQUE 15


4.1 La chaussée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
4.1.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
4.1.2 Constituant d’une chaussée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
4.1.3 Type de chaussée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
4.2 Le trafic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
4.3 Le graveleux latéritique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
4.3.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
4.3.2 Genèse des sols latéritiques et caractérisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
4.3.3 Classification des graveleux latéritique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
4.3.4 Graveleux latéritique dans la réalisation de projet routier . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
4.3.5 Méthode de recherche de carrière de graveleux latéritique : prospection et exploitation . . 24
4.4 Le ciment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
4.4.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
4.4.2 Différents types de ciment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
4.4.3 Hydratation et prise du ciment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
4.5 Méthode d’amélioration des sols : cas de l’amélioration du graveleux latéritique au ciment . . . . 27
4.5.1 Historique de l’amélioration au ciment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
4.5.2 Principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
4.5.3 Action immédiate sur les caractéristiques géotechniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
4.5.4 Enduit de cure et cloutage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
4.5.5 Inconvénient de la méthode . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

Chapitre 5 : TRAVAUX MENÉE AU LABORATOIRE ET SUR LE CHANTIER 30


5.1 Au laboratoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
5.1.1 Caractérisation des matériaux des différents sites d’emprunts . . . . . . . . . . . . . . . . 30
5.1.2 Réalisation des essais pour la préparation du traitement au ciment . . . . . . . . . . . . . 41
5.1.3 Réalisation d’une planche d’essai pour le sol-ciment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
5.2 Sur chantier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
5.2.1 Réalisation de la planche d’essai sur le terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
5.2.2 Suivi et contrôle de la mise en place de la couche de base amélioré au ciment . . . . . . . 56
5.2.3 Suivi et contrôle de la mise en place de l’enduire de cure . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

III TRAVAUX ANNEXES EFFECTUÉS 59

Chapitre 6 : MISE EN PLACE D’OUTIL INFORMATIQUE POUR L’OPTIMISATION


DU LABORATOIRE 60
6.1 Application pour le laboratoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
6.2 Application pour le chantier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

IV ANALYSES ,CRITIQUES ET SUGGESTIONS 62

Chapitre 7 :ANALYSES 63

N’DRI Jean Morel -87- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Amélioration des graveleux latéritiques au ciment en couche de base:cas des travaux de réhabilitation de la voie
Yamoussokro-Attiégouakro

Chapitre 8 :CRITIQUES ET SUGGESTIONS 64


8.0.1 Envers ESTP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
8.0.2 Envers Razel Côte d’Ivoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

CONCLUSION 67

ANNEXES 67

A Organigramme du chantier Yamoussoukro-Attiégouakro 69

B Emprunts 71

C Troxler 73
C.0.3 But de l’essai . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
C.0.4 Principe de la méthode . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
C.0.5 Mode opératoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
C.0.6 Expression des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
C.0.7 Interprétation des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74

D Résultat des essais d’identification sur la couche de base 76

E ECR65 78

F Fiches 80

G Fiche d’essai générée par le macro 85

N’DRI Jean Morel -88- Année Académique


Élève Technicien Supérieur en Équipement 2013-2014
Rapport redigé avec LATEX
Pour télécharger le rapport en format PDF ,veuillez scanner le QR Code
ci-dessous a l’aide d’un smartphone.

Vous aimerez peut-être aussi