Vous êtes sur la page 1sur 1

2.π.

c
1. On doit vérifier que la longueur ltot vérifie dans l’ARQS ltot ≪ λ, soit n.l.2.π.a ≪
ω
c
Ce qui donne ω ≪
n.l.a
2. Voir la résolution par le théorème d’Ampère. On obtient B = µ0 .n.i(t).Ð
Ð

e→z .
Ð

3. On exploite une relation de couplage : rot E = −
Ð→Ð → ∂B
. On peut rechercher la forme intégrale :
∂t
Ð→
∬S rot E ⋅ dS = − ∬S
Ð→Ð → Ð→ ∂ B Ð→
⋅ dS, soit d’après le théorème de Stokes :
∂t
Ð

∮Γ E ⋅ dl = − ∬S ∂t ⋅ dS
Ð→ Ð → ∂ B Ð→

e→z ) étant un plan d’anti-symétrie pour la distribution, on aura donc E = E.eθ et par invariance
Ð→
Or le plan ((M, Ð e→r , Ð
E = E(r).eθ
Ð

On choisit donc un cercle de rayon r, alors
✓ ∮Γ E ⋅ dl = 2.π.r.E(r)
→ Ð
Ð →

✓ B ⋅ dS = ∬S µ0 .n.i(t).dS = B.π.r 2
→ Ð→
Ð

On obtient donc E =
→ −r ∂B Ð
Ð
. e→θ
2 ∂t
4. On détermine les deux formes d’énergie :
ǫ0 −r B 2 −r ∂B 2
✓ Ee = ∭V . ( ) .dτ = ∫0 .( ) .2.π.r.l.dr
a ǫ0
2 2 ∂t 2 2 ∂t
2
ǫ0 .a4 .π.l B ǫ0 .a4 .π.l ω 2 .Bmax
2
Ee = ( ) , soit ⟨Ee ⟩ =
16 ∂t 16 2
✓ Em = ∭V . (B) .dτ = . (B) .π.a2 .l soit ⟨Em ⟩ =
1 2 1 2 1
.B 2 .π.a2 .l
2.µ0 2.µ0 4.µ0 max
1 ω 2 .a2
✓ On a donc , comme ǫ0 .µ0 = 2 , ⟨Ee ⟩ = ⟨Em ⟩ .
1
c 8 c2
2 2
≪ 2 2 avec n.l = N le nombre total de spires. Comme N ≫ 1 pour un solénoïde, on en
ω .a 1
Or l’ARQS implique que
c2 n .l
déduit bien que ⟨Ee ⟩ ≪ ⟨Em ⟩
5. Π =
Ð
→ −r ∂B
. .B.Ð e→r
2.µ0 ∂t
6. On a montré que Etot ≃ Em = . (µ0 .n.i(t))2 .π.a2 .l = .L.i(t)2 donc L = π.a2 .µ0 .n2 .l
1 1
2.µ0 2
+ ∯ Π ⋅ dS = − ∭ Pv .dS
∂uem
7. Le bilan énergétique s’écrit ∭
Ð→ Ð→ Ð→
∂t
Mais dans le cylindre de rayon a− et de hauteur l, il n’y a pas de puissance cédée à des porteurs de charges car le milieu
est le vide. Par conséquent on doit vérifier que
+ ∯ Π ⋅ dS = 0
∂uem

Ð→ Ð→
∂t
( . (µ0 .n.i(t))2 .π.a2 .l) + ( .B) .2.π.a.l = 0
∂ 1 −a ∂B
.
∂t 2.µ0 2.µ0 ∂t
a ∂ B2
( . ( ) .2.π.a.l = 0
∂ 1
.B 2 .π.a2 .l) −
∂t 2.µ0 2.µ0 ∂t 2
On vérifie donc bien ce bilan énergétique.

Vous aimerez peut-être aussi