Vous êtes sur la page 1sur 47

Trigonométrie

Trigonométrie Aimé Lachal


Sommaire
1 Définitions
2 Fonctions trigonométriques

3 Formulaire
4 Équations

5 Dérivation/Intégration

Trigonométrie Aimé Lachal


1. Définitions

Trigonométrie Aimé Lachal


1. Définitions
Définition (Sinus, Cosinus, Tangente – « SohCahToa »)
−→
\ −→
On considère un triangle ABC rectangle en B. On note Ab = AB, AC .
C

côté opposé
e
ténus
hypo
Ab
• •
A côté adjacent B
Le Sinus est le rapport du côté « Opposé » à l’« Hypoténuse ».
Le Cosinus est le rapport du côté « Adjacent » à l’« Hypoténuse ».
La Tangente est le rapport du côté « Opposé » au côté « Adjacent ».
BC AB BC sin Ab
On note : sin Ab = cos Ab = tan Ab = =
AC AC AB cos Ab
Trigonométrie Aimé Lachal
1. Définitions
Proposition (Cercle trigonométrique)
Sur le cercle de centre O
et de rayon 1 :
T0 B T0
• •
M•T OA = OB = OM = 1
K• •
OH = cos θ OK = sin θ
θ
• ••
O H A Sur les tangentes T et T 0 :

AT = tan θ
1
BT 0 = cot θ =
tan θ
T
M a pour coordonnées (cos θ, sin θ) et cos2 θ + sin2 θ = 1

Trigonométrie Aimé Lachal


1. Définitions
Définition (Radian)
Le radian est la mesure d’un angle interceptant sur la circonférence
d’un cercle centré au point d’intersection des demi-droites délimitant
le secteur angulaire, un arc d’une longueur égale au rayon.

Quelques valeurs particulières


θ π π π π √1 •
(en radians) 0 3• •
6 4 3 2 √2
√ √ 2• •
3 2 1 2
cos θ 1 0 1
2 2 2 • •
√ √ 2
1 2 3
sin θ 0 1
2 2 2

3 √ non 0• • • √•
√ •
tan θ 0 1 3 défini 0 1 2 3 1
3 2 2 2

Trigonométrie Aimé Lachal


2. Fonctions trigonométriques

Trigonométrie Aimé Lachal


2. Fonctions trigonométriques
Définition (Fonctions cosinus et sinus)
Les quantités trigonométriques cos et sin définissent des fonctions
trigonométriques sur R dont voici les graphes.
y
π
2 1

π • • • • • • • • • • •

4πx
0 π
π 3π 5π 7π
2 2
2π 2
3π 2
• • •

3π −1
2 — fonction cosinus
— fonction sinus
Trigonométrie Aimé Lachal
2. Fonctions trigonométriques
Définition (Fonctions cosinus et sinus)
Les quantités trigonométriques cos et sin définissent des fonctions
trigonométriques sur R dont voici les graphes.
y
1

• • • • • • • • • • • •

4πx
π 0 π
− 3π
2
−π − 2 2
π 3π
2


2


2

−1
— fonction cosinus
— fonction sinus
Trigonométrie Aimé Lachal
2. Fonctions trigonométriques
Exemples (Quelques tracés)
Tracé de f (x ) = 3 sin(x ) : partant de la fonction sinus, on « étire »
verticalement d’un rapport 3 (amplitude 3).

3

1•

• • • • • • • • • • •
− 5π
2
−2π − 3π
2
−π − π2 0 π
2
π 3π
2


2
x
−1 •

−3

— fonction sinus
— fonction f
Trigonométrie Aimé Lachal
2. Fonctions trigonométriques
Exemples (Quelques tracés)
Tracé de g(x ) = cos(4πx ) : partant de la fonction cosinus, on
« compresse » horizontalement dans un rapport 1/(4π) (période 1/2).
y
1

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
1 x
2
1


−1
— fonction cosinus
— fonction g
Trigonométrie Aimé Lachal
2. Fonctions trigonométriques
Exemples (Quelques tracés)
Tracé de h(x ) = 4 cos(6πx − π4 ) : partant de la fonction cosinus,
on translate de π4 vers la droite (crête atteinte en π/4), on « étire »
verticalement d’un rapport 4 (amplitude 4) et l’on « compresse »
horizontalement dans un rapport 1/(6π). La période de h est 1/3.
4

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
1 3 x
24 8


−4 — fonction cosinus
— fonction h
Trigonométrie Aimé Lachal
3. Formulaire

Trigonométrie Aimé Lachal


3. Formulaire
Symétries/rotations élémentaires
y angles opposés (symétrie par rapport à Ox )
cos(−θ) = cos θ sin(−θ) = − sin θ
• •
π−θ
angles supplémentaires (symétrie par rapport à Oy )
• θ
π+θ O −θ x cos(π − θ) = − cos θ sin(π − θ) = sin θ
• • demi-tour (symétrie par rapport à O)
cos(π + θ) = − cos θ sin(π + θ) = − sin θ
y
• π •
2
+θ angles complémentaires (symétrie par rapport à x = y )
π
2
−θ • cos( π2 − θ) = sin θ sin( π2 − θ) = cos θ
• θ
O x quart de tour (rotation d’angle droit)
cos( π2 + θ) = − sin θ sin( π2 + θ) = cos θ

Trigonométrie Aimé Lachal


3. Formulaire
Formulaire 1 (Somme des angles)
cos(θ + ϕ) = cos θ cos ϕ − sin θ sin ϕ
cos(θ − ϕ) = cos θ cos ϕ + sin θ sin ϕ
sin(θ + ϕ) = sin θ cos ϕ + cos θ sin ϕ
sin(θ − ϕ) = sin θ cos ϕ − cos θ sin ϕ
cos(2θ) = cos2 θ − sin2 θ = 2 cos2 θ − 1 = 1 − 2 sin2 θ
sin(2θ) = 2 sin θ cos θ

Trigonométrie Aimé Lachal


3. Formulaire
Explication : cos(θ + ϕ) et sin(θ + ϕ)
Triangles séparés
1•

cos θ sin ϕ

sin(θ+ϕ)

sin
θ

ϕ
1

sin(θ + ϕ)

• •

1
θ
θ+ϕ
sin θ cos ϕ


ϕ co
ϕ cos(θ+ϕ)
θ+ϕ
θ

sin θ cos ϕ

cos θ sin ϕ
• • • • sϕ
1 co

sin
O
θ

ϕ
cos(θ + ϕ) sin θ sin ϕ θ
cos θ cos ϕ cos θ cos ϕ sin θ sin ϕ
Trigonométrie Aimé Lachal
3. Formulaire
Explication : cos(ϕ − θ) et sin(ϕ − θ)
−

~j B
OA = cos θ ~i + sin θ ~j
• −→
OB = cos ϕ~i + sin ϕ~j

Produit scalaire
•A 1. Calcul analytique :
sin ϕ

−→ −→
OA · OB =
sin θ

cos θ cos ϕ + sin θ sin ϕ


θ

ϕ
ϕ−

θ 2. Calcul géométrique :
• −→ −→
O ~i OA · OB =
−→ −→ −→ −→
cos ϕ kOAk×kOBk×cos OA,OB
= cos(ϕ − θ)
cos θ
Trigonométrie Aimé Lachal
3. Formulaire
Explication : cos(ϕ − θ) et sin(ϕ − θ)
−

~j B
OA = cos θ ~i + sin θ ~j
• −→
OB = cos ϕ~i + sin ϕ~j

Produit vectoriel
•A 1. Calcul analytique :
sin ϕ

−→ −→
OA ∧ OB =
sin θ

(cos θ sin ϕ − sin θ cos ϕ) ~k


θ

ϕ
ϕ−

θ 2. Calcul géométrique :
• −→ −→
O ~i OA ∧ OB =
−→ −→ −→ −→
cos ϕ kOAk×kOBk×sin OA,OB ~k
= sin(ϕ − θ)~k
cos θ
Trigonométrie Aimé Lachal
3. Formulaire
Définition (Exponentielle complexe)
eiθ = cos θ + i sin θ

Proposition (Formulaire via les complexes)


ei(θ+ϕ) = eiθ × eiϕ

En effet :
ei(θ+ϕ) = cos(θ + ϕ) + i sin(θ + ϕ)
= (cos θ cos ϕ − sin θ sin ϕ) + i(sin θ cos ϕ + cos θ sin ϕ)
= cos θ(cos ϕ + i sin ϕ) + i sin θ(cos ϕ + i sin ϕ)
= (cos θ + i sin θ)(cos ϕ + i sin ϕ)
= eiθ × eiϕ

Trigonométrie Aimé Lachal


3. Formulaire
Formulaire 2 (Produit de sinus/cosinus)
1h i
cos θ cos ϕ = cos(θ + ϕ) + cos(θ − ϕ)
2
1h i
sin θ sin ϕ = cos(θ − ϕ) − cos(θ + ϕ)
2
1h i
sin θ cos ϕ = sin(θ + ϕ) + sin(θ − ϕ)
2
1 + cos(2θ) 1 − cos(2θ)
cos2 θ = sin2 θ =
2 2
En effet : en ajoutant ou soustrayant cos(θ + ϕ) et cos(θ − ϕ),
cos(θ + ϕ) = cos θ cos ϕ − sin θ sin ϕ
cos(θ − ϕ) = cos θ cos ϕ + sin θ sin ϕ
cos(θ + ϕ) + cos(θ − ϕ) = 2 cos θ cos ϕ
cos(θ + ϕ) − cos(θ − ϕ) = −2 sin θ sin ϕ
Trigonométrie Aimé Lachal
3. Formulaire
Formulaire 3 (Somme de sinus/cosinus)
θ+ϕ θ−ϕ
   
cos θ + cos ϕ = 2 cos cos
2 2 
θ+ϕ θ−ϕ
  
cos θ − cos ϕ = −2 sin sin
2 2 
θ+ϕ θ−ϕ
  
sin θ + sin ϕ = 2 sin cos
2 2 
θ−ϕ θ+ϕ
  
sin θ − sin ϕ = 2 sin cos
2 2

En effet : on part de cos(α + β) + cos(α − β) = 2 cos α cos β.


θ+ϕ θ−ϕ
Pour α = et β = , on a α + β = θ et α − β = ϕ,
2 2
θ+ϕ θ−ϕ
   
et l’on trouve cos θ + cos ϕ = 2 cos cos .
2 2
Trigonométrie Aimé Lachal
3. Formulaire
Formulaire 4 (Tangente (facultatif))
θ
tan θ + tan ϕ 1 − tan2 2
tan(θ + ϕ) = cos θ = θ
1 − tan θ tan ϕ 1 + tan2 2
tan θ − tan ϕ 2 tan 2θ
tan(θ − ϕ) = sin θ = θ
1 + tan θ tan ϕ 1 + tan2 2
2 tan θ 2 tan 2θ
tan(2θ) = tan θ =
1 − tan2 θ 1 − tan2 θ
2

En effet :
sin(θ + ϕ) sin θ cos ϕ + cos θ sin ϕ
tan(θ + ϕ) = =
cos(θ + ϕ) cos θ cos ϕ − sin θ sin ϕ
sin θ sin ϕ
+ ϕ tan θ + tan ϕ
= cos θ sin θ cos
sin ϕ =
1 − cos θ cos ϕ 1 − tan θ tan ϕ

Trigonométrie Aimé Lachal


3. Formulaire
Proposition (Amplitude/déphasage (facultatif))
Pour tous a, b ∈ R, il existe ρ ∈ R+ et θ ∈ [0, 2π] tels que
∀x ∈ R, a cos x + b sin x = ρ cos(x − θ).

De plus ρ = a2 + b 2 et, si a et b ne sont pas simultanément nuls,
a b
θ vérifie cos θ = ρ et sin θ = ρ .

En effet : dans un repère orthonormé (O,~i,~j),


considérons le point M de coordonnées cartésiennes M
b •
\ −−→ ρ
(a, b). Notons ρ = OM et θ = (~i, OM).
√ ~j θ
On a ρ = a2 + b 2 et a = ρ cos θ, b = ρ sin θ. •
O ~i a
(ρ, θ) sont les coordonnées polaires de M.
Puis a cos x + b sin x = ρ cos θ cos x + ρ sin θ sin x
= ρ cos(x − θ).
Trigonométrie Aimé Lachal
3. Formulaire
Exemple (Superposition de deux ondes sinusoı̈dales)
y
ρ• •
b• •

a••


•••
O π
θ x
4

Trigonométrie Aimé Lachal


4. Équations

Trigonométrie Aimé Lachal


4. Équations
Proposition (Équation cos x = a)
Soit a ∈ R. On considère l’équation (E ) d’inconnue x : cos x = a.
1 si |a| > 1 (ou encore a ∈ ]−∞, −1[ ∪ ]1, +∞[), alors (E ) n’a
pas de solutions dans R : SE = ∅.
2 si |a| 6 1 (ou encore a ∈ [−1, 1]), alors (E ) admet une infinité
de solutions dans R. Si α est une solution particulière, alors
SE = {α + 2kπ, k ∈ Z} ∪ {−α + 2kπ, k ∈ Z}.


••
• • ••
• α •a α•
• --αa
α•
• --αa
O O O
• ••••

Trigonométrie Aimé Lachal


4. Équations
Proposition (Équation cos x = a (complément))
Si |a| 6 1 (ou encore a ∈ [−1, 1]), alors (E ) admet une unique
solution dans [0, π]. On la note arccos a (ou cos−1 a).

Exemple numérique
Une calculatrice fournit la valeur
approchée à 10−2 près de l’angle θ0
tel que cos θ0 = −0, 85 suivante :
• θ0
θ0 ≈ 2, 58 rd ∈ [0, π] θ
• 1
a •
• O
La valeur de l’angle θ1 ∈ [π, 2π] tel
que cos θ1 = −0, 85 s’en déduit selon
θ1 = 2π− θ0 ≈ 3, 7 rd
a = −0, 85
Trigonométrie Aimé Lachal
4. Équations
Exemples

3
1 Soit l’équation d’inconnue x : cos x = − 2
.
Une solution particulière est donnée par α = 5π
6
.
L’ensemble des solutions sur R est donc
   
5π 5π
S= + 2kπ, k ∈ Z ∪ − + 2kπ, k ∈ Z
6 6
5π 7π
Sur [0, 2π], il y a seulement deux solutions : 6
et 6
.

••
• 5π
• 6


6 •
• O

••

Trigonométrie Aimé Lachal


4. Équations
Exemples
2 Soit l’inéquation d’inconnue x : cos x 6 12 .
Une solution particulière de cos x = 12 est
h donnée
i par α = π3 .
π 5π
L’ensemble des solutions sur [0, 2π] est 3 , 3 .
Puis l’ensemble des solutions sur R est
[ π 5π

S= + 2kπ, + 2kπ
k∈Z
3 3





π
3
• •
O

3 •


Trigonométrie Aimé Lachal


4. Équations
Exemples
3 Soit (E ) l’équation d’inconnue x : cos(2x ) + cos x = −1.
(E ) ⇐⇒ 2 cos2 x + cos x = 0
Posons u = cos x .
1
(E ) ⇐⇒ 2u 2 + u = 0 ⇐⇒ u = 0 ou u = −
 2
cos x = 0 ⇐⇒ ∃k ∈ Z, x = π + kπ
2
Puis
cos x = − 1 ⇐⇒ ∃k ∈ Z, x = 2π + 2kπ ou x = − 2π + 2kπ
2 3 3

• •
• •
• 2π•

L’ensemble des solutions est 3
π
2

 
π 2π 2π •
S= +kπ, +2kπ, − +2kπ, k ∈ Z . O π
2 3 3 2π -- 2
--
• 3•

• •
• •

Trigonométrie Aimé Lachal


4. Équations
Exemples
4 Soit (E ) l’équation d’inconnue x : cos(2x ) + cos x = 0.
1re méthode. (E ) ⇐⇒ 2 cos2 x + cos x − 1 = 0
Posons u = cos x .
1
(E ) ⇐⇒ 2u 2 + u − 1 = 0 ⇐⇒ u = −1 ou u =
 2
cos x = −1 ⇐⇒ ∃k ∈ Z, x = π + 2kπ
Puis
cos x = 1 ⇐⇒ ∃k ∈ Z, x = π + 2kπ ou x = − π + 2kπ
2 3 3


L’ensemble des solutions est •

  •
π π π
S = (2k +1)π, +2kπ, − +2kπ, k ∈ Z . π
3 3 ••• • • 3π

  O -- 3
En fait : S = (2k + 1) π , k ∈ Z •
3 •

Trigonométrie Aimé Lachal


4. Équations
Exemples
4 Soit (E ) l’équation d’inconnue x : cos(2x ) + cos x = 0.
2e méthode.
   
(E ) ⇐⇒ 2 cos 32 x cos 21 x = 0
   
3 1
⇐⇒ cos 2
x = 0 ou cos 2
x =0
  
3


 cos 2
x = 0 ⇐⇒ ∃k ∈ Z, 32 x = π2 +kπ
⇐⇒ ∃k ∈ Z, x = π3 + 2kπ

3

  
1
cos x = 0 ⇐⇒ ∃k ∈ Z, x = π+2kπ


2
 
π 2kπ
L’ensemble des solutions est S = (2k +1)π, + , k ∈Z .
3 3
 
En fait : S = (2k + 1) π , k ∈ Z
3
Trigonométrie Aimé Lachal
4. Équations
Exemples
4 Soit (E ) l’équation d’inconnue x : cos(2x ) + cos x = 0.
3e méthode.
(E ) ⇐⇒ cos(2x ) = − cos x ⇐⇒ cos(2x ) = cos(x + π)
⇐⇒ ∃k ∈ Z, 2x = (x +π)+2kπ ou 2x = −(x +π)+2kπ
⇐⇒ ∃k ∈ Z, x = (2k + 1)π ou x = − π3 + 2kπ
3
 
π 2kπ
L’ensemble des solutions est S = (2k +1)π, − + , k ∈Z .
3 3
 
En fait : S = (2k + 1) π , k ∈ Z
3

Trigonométrie Aimé Lachal


4. Équations
Exemples

5 Soit l’inéquation (E ) d’inconnue x : cos x − 3 sin x 6 0.

L’expression cos x − √3 sin x est de la forme a cos x + b sin x
avec a = 1 et b = − 3. √
On a a cos x + b sin x = ρ cos(x − θ) avec ρ = a2 + b 2 = 2 et

a b
θ vérifiant cos θ = ρ = 12 et sin θ = ρ = − 23 .
Par exemple θ = − π3 convient.
Ainsi √ 
π

cos x − 3 sin x = 2 cos x + .
3
(E ) ⇐⇒ cos(x + π3 ) 6 0
⇐⇒ ∃k ∈ Z, x + π3 ∈ [ π2 + 2kπ, 3π
2
+ 2kπ]
π 7π
⇐⇒ ∃k ∈ Z, x ∈ [ 6 + 2kπ, 6 + 2kπ]

Trigonométrie Aimé Lachal


4. Équations
Exemples

5 Soit l’inéquation (E ) d’inconnue x : cos x − 3 sin x 6 0.
L’ensemble des solutions sur R est donc
[ π 7π

S= + 2kπ, + 2kπ
k∈Z
6 6

••

π
••
6
• 6
• O
•••

Trigonométrie Aimé Lachal


4. Équations
Proposition (Équation sin x = a)
Soit a ∈ R. On considère l’équation (E ) d’inconnue x : sin x = a.
1 si |a| > 1 (ou encore a ∈ ]−∞, −1[ ∪ ]1, +∞[), alors (E ) n’a
pas de solutions dans R : SE = ∅.
2 si |a| 6 1 (ou encore a ∈ [−1, 1]), alors (E ) admet une infinité
de solutions dans R. Si α est une solution particulière, alors
SE = {α + 2kπ, k ∈ Z} ∪ {π − α + 2kπ, k ∈ Z}.

•• •
a a • a ••
• • • π−α
• • • π−α
• ••
• α • α • α
O O O

Trigonométrie Aimé Lachal


4. Équations
Proposition (Équation sin x = a (complément))
Si |a| 6 1 (ou encore a ∈ [−1, 1]), alors (E ) admet une unique
solution dans [− π2 , π2 ]. On la note arcsin a (ou sin−1 a).

Exemple numérique
Une calculatrice fournit la valeur
approchée à 10−2 près de l’angle θ0
tel que sin θ0 = 0, 7 suivante :
• θ •a •
θ0 ≈ 0, 78 rd ∈ [− π2 , π2 ] 1
θ
• 0
O
La valeur de l’angle θ1 ∈ [ π2 , 3π
2
] tel
que sin θ1 = 0, 7 s’en déduit selon
θ1 = π− θ0 ≈ 2, 37 rd
a = 0, 7
Trigonométrie Aimé Lachal
4. Équations
Exemples

1 Soit l’équation d’inconnue x : sin x = − 22 .
Une solution particulière est donnée par α = − π4 .
L’ensemble des solutions sur R est donc
   
π 5π
S = − + 2kπ, k ∈ Z ∪ + 2kπ, k ∈ Z .
4 4
Sur [0, 2π], il y a seulement deux solutions : 5π 4
et 7π
4
.
Sur [− π2 , 5π
2
], il y a trois solutions : − π 5π
4
, 4
et 7π
4
.


4
• π

O 7π 4

• •
4 ••
•• ••

Trigonométrie Aimé Lachal


4. Équations
Exemples

2
2 Soit (E ) l’équation d’inconnue x : sin(3x ) = 2
.
(E ) ⇐⇒ ∃k ∈ Z, 3x = π4 + 2kπ ou 3x = 3π 4
+ 2kπ
π 2kπ π 2kπ
⇐⇒ ∃k ∈ Z, x = 12 + 3 ou x = 4 + 3
Sur R, l’ensemble des solutions est donc
   
π 2kπ π 2kπ
S= + ,k ∈ Z ∪ + ,k ∈ Z
12 3 4 3
Sur [−π, π], il y a six solutions : − 7π
12
, − 5π
12
, π π 3π 11π
, , 4 , 12 .
12 4
3π π

11π
4
• •4 π
12 • • 12

O
• •
− 7π 5π
12 − 12
Trigonométrie Aimé Lachal
4. Équations
Exemples
3 Soit (E ) l’inéquation d’inconnue x : cos(2x )+2sin2 (x )−2sin(x )6 0.
À l’aide de cos(2x ) = 1−2 sin2 (x ), on trouve (E ) ⇐⇒ sin x > 12 .
Une solution particulière de sin x = 12 est donnée par α = π6 .
Puis l’ensemble des solutions sur R est
[ π 5π

S= + 2kπ, + 2kπ
k∈Z
6 6

•• ••
• 5π
• 6
••
π
• 6
O

Trigonométrie Aimé Lachal


4. Équations
Proposition (Équation tan x = a)
Soit a ∈ R. L’équation (E ) d’inconnue x : tan x = a, admet une
infinité de solutions dans R. Si α est une solution particulière, alors
SE = {α + 2kπ, k ∈ Z} ∪ {α + π + 2kπ, k ∈ Z} = {α + kπ, k ∈ Z}.


••
a• a• a ••
• • •
α α+π α α+π α
• • •
O O O
• •
••
••

Trigonométrie Aimé Lachal


4. Équations
Proposition (Équation tan x = a (complément))
L’équation (E ) admet une unique solution dans [− π2 , π2 ]. On la note
arctan a (ou tan−1 a).

Exemple numérique
Une calculatrice fournit la valeur
approchée à 10−2 près de l’angle θ0 a•
tel que tan θ0 = 1, 5 suivante :

θ0 ≈ 0, 98 rd ∈ [− π2 , π2 ] θ1 θ0

La valeur de l’angle θ1 ∈ [ π2 , 3π ] tel O
2
que tan θ1 = 1, 5 s’en déduit selon •

θ1 = π+ θ0 ≈ 4, 12 rd
a = 1, 5
Trigonométrie Aimé Lachal
5. Dérivation/Intégration

Trigonométrie Aimé Lachal


5. Dérivation/Intégration
Proposition (Dérivation)
1
cos0 (θ) = − sin(θ) sin0 (θ) = cos(θ) tan0 (θ) = = tan2 (θ) + 1
cos2 (θ)

Explication heuristique
1•
d(sin θ)

• Triangles séparés

ϑ •

sin θ
θ

d(sin θ)

ϑ δϑ
θ
cos θ d(cos θ)
dθ d(sin θ)
cos ϑ = avec ϑ ≈ θ, δϑ ≈ dθ
θ δϑ
• • • Formellement : sin0 (θ) = d(sin θ) = cos θ
O 1 dθ
d(cos θ) En fait : ϑ = θ + dθ
2 et δϑ = 2 sin( dθ
2 )...
Trigonométrie Aimé Lachal
5. Dérivation/Intégration
Proposition (Dérivation)
Soit a, b deuxréels. On a
 0  0
cos(a θ + b) = −a sin(a θ + b) sin(a θ + b) = a cos(a θ + b)

Exemples
 
π
1 Soit f la fonction définie pour tout x ∈ R par f (x ) = sin 3x + 4
.
 
0 π
Sa dérivée est donnée par f (x ) = 3 cos 3x + 4
.
2 Soit g la fonction définie pour tout x ∈ R par g(x ) = [cos(πx )]4 .
Décomposons g(x ) = u(v (x )) avec v (x ) = cos(πx ) et u(y ) = y 4 .
On a g 0 (x ) = u 0 (v (x ))×v 0 (x ) avec v 0 (x ) = −π sin(πx ) et u 0 (y ) = 4y 3.
Formellement : g = u ◦ v et g 0 = (u 0 ◦ v ) × v 0 .
La dérivée de g est donnée par g 0 (x ) = −4π[cos(πx )]3 sin(πx ).

Trigonométrie Aimé Lachal


5. Dérivation/Intégration
Proposition (Intégration)
Les primitives de cos et sin sont données par
Z
cos θ dθ = sin θ + Constante
Z
sin θ dθ = − cos θ + Constante
Plus généralement, pour tous réels a, b :
Z
1
cos(a θ + b) dθ = sin(a θ + b) + Constante
a
Z
1
sin(a θ + b) dθ = − cos(a θ + b) + Constante
a
Lien intégrale/primitive
Z b
Si F est une primitive de f : f (x ) dx = [F (x )]ba = F (b) − F (a).
a

Trigonométrie Aimé Lachal


5. Dérivation/Intégration
Exemples
Z 3π/5 3π/5
1

1 I1 = cos(5t) dt = sin(5t) =0
π/5 5 π/5
Z π/3 Z π/3 π/3
1 1 3

2 I2 = cos t sin t dt = sin(2t) dt = − cos(2t) =
0 0 2 4 0 8
Z π/12 Z π/12
1
3 I3 = sin2 t dt = [1 − cos(2t)] dt
−π −π 2
π/12
1 1 13π 1

= t − sin(2t) = −
2 4 −π 24 8
Z π Z π
2 2 1
4 I4 = sin(3t) sin(2t) dt = [cos(t) − cos(5t)] dt
0 0 2
 π2
1 1 2

= sin(t) − sin(5t) =
2 10 0 5
Trigonométrie Aimé Lachal

Vous aimerez peut-être aussi