Vous êtes sur la page 1sur 1

§225 - L’inversion et le chiasme.

a) On appelle inversion (parfois anastrophe ) le fait qu’un terme de la phrase n’occupe pas la place qu’il occupe le plus souvent.
On dira par ex. qu’il y a souvent inversion du sujet dans l’interrogation : Il part → Part- il ? — L’inversion peut être obligatoire pour
certaines catégories de mots : par ex., le complément d’objet direct, qui suit d’ordinaire le verbe, le précède nécessairement (sauf avec un
impératif non négatif) quand il a la forme d’un pronom personnel : Je sais mon rôle → Je le sais.
b) On appelle chiasme le fait que les termes soient inversés dans deux phrases ou dans deux syntagmes qui devraient se présenter de
façon symétrique :
Leur origine est très diverse, divers aussi leurs buts et leur financement (Sartre, Situations, t. VII, p. 172). — Se justifier […] de son
origine et de son passé par une conduite irréprochable, une irréprochable tenue ( Bernanos, Imposture, p. 79).

On parle aussi de chiasme à propos d’une simple interversion de mots : Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger.

© De Boeck Supérieur s.a., www.lebonusage.com Page 1 of 1