Vous êtes sur la page 1sur 127

MINISTERE DE LA CULTURE, BURKINA FASO

DES ARTS ET DU TOURISME Unité-Progrès Justice


--------------
SECRETARIAT GENERAL
-------------
DIRECTION DES SITES CLASSES-
PATRIMOINE MONDIAL

Sites de métallurgie ancienne du fer

Proposition d’inscription de 5 biens en série sur la Liste du patrimoine mondial


janvier 2018

1 de fourneaux de Tiwêga, près de Kaya


Photo 1 : Photo de couverture
Table des matières
État partie ............................................................................................................................................ 7
Etat, province ou région ....................................................................................................................... 7
Nom du bien......................................................................................................................................... 7
Coordonnées géographiques à la seconde près .................................................................................... 7
Critères selon lesquels le bien est proposé pour inscription................................................................ 13
Projet de déclaration de valeur universelle exceptionnelle ................................................................. 13
1. Identification du bien ........................................................................................................................ 17
1.c Nom du bien........................................................................................................................... 18
1.d Coordonnées géographiques à la seconde près ...................................................................... 19
1.e Cartes et plans indiquant les limites du bien proposé pour inscription et celles de la zone
tampon .............................................................................................................................................. 19
2. Description ........................................................................................................................................ 36
2.a Description du bien ................................................................................................................ 36
2.b Historique et développement ................................................................................................. 66
3 Justification de l’inscription ................................................................................................................ 77
3.1.a Brève synthèse ....................................................................................................................... 77
3.1.b Critères selon lesquels l’inscription est proposée.................................................................... 79
3.1. c Déclaration d’intégrité........................................................................................................ 81
3.1.d Déclaration d’authenticité ...................................................................................................... 81
3.1.e Mesures de protection et de gestion requises ........................................................................ 82
3.2 Analyse comparative .............................................................................................................. 86
3.3. Projet de déclaration de valeur universelle exceptionnelle ..................................................... 88
4. Etat de conservation.......................................................................................................................... 92
4.a Etat actuel de conservation .................................................................................................... 93
4.b Facteurs affectant le bien ....................................................................................................... 94
5 Protection et gestion ........................................................................................................................... 97
5.a Droit de propriété................................................................................................................... 98
5.b Classement de protection....................................................................................................... 98
5.c Moyens d’application des mesures de protection .................................................................. 98
5.d Plans concernant la municipalité et la région où est situé le bien ........................................... 99
5.e Plan de gestion du bien ou système de gestion documenté et exposé des objectifs de gestion
pour le bien proposé .......................................................................................................................... 99
5.f Sources et niveaux de financement ...................................................................................... 103

2
5.g Sources de compétences spécialisées et de formations en techniques de conservation et de
gestion 104
5.h Aménagements et infrastructures pour les visiteurs............................................................. 106
5.i Politique et programmes concernant la mise en valeur et la promotion du bien ...................... 106
5.j Niveau de qualification des employés (secteur professionnel, technique, d'entretien) ............. 106
6. Suivi ................................................................................................................................................. 108
6.a Indicateurs clés pour mesurer l'état de conservation ........................................................... 108
6.b Dispositions administratives pour le suivi du bien................................................................. 110
6.c Résultats des précédents exercices de soumission de rapports ............................................ 113
7. Documentation................................................................................................................................. 114
7.a Inventaire des images photographiques / audiovisuelles et formulaire d’autorisation de
reproduction .................................................................................................................................... 115
7.c Forme et date des dossiers ou des inventaires les plus récents ............................................ 119
7.d Adresse où sont conservés l'inventaire, les dossiers et archives ........................................... 119
7.e Bibliographie ........................................................................................................................ 120
8. Coordonnées des autorités responsables ....................................................................................... 124
8.a Responsable de la préparation de la proposition .................................................................. 125
8.b Institution / agence officielle locale ...................................................................................... 125
8.c Autres institutions locales..................................................................................................... 125
8.d Adresse Internet officielle..................................................................................................... 125
Signature au nom de l’État partie ..................................................................................................... 126

3
Remerciements
L’équipe d’élaboration de cette proposition d’inscription adresse une mention spéciale au Pr Jean-Baptiste KIETHEGA pour
son immense contribution à la formation et au développement de la recherche archéologique, dans le domaine de la
métallurgie ancienne, en Afrique de l’Ouest en général et au Burkina Faso en particulier. Elle exprime sa profonde gratitude à
toutes les institutions et personnalités qui se sont investies pour l’aboutissement de cette proposition de candidature et qui
œuvrent à la sauvegarde des sites de la métallurgie ancienne au Burkina Faso. Il s’agit en particulier de :

- le Comité du Patrimoine Mondial, qui a approuvé la demande d’assistance internationale pour lancer l’élaboration de
la première proposition d’inscription au titre du Fonds du Patrimoine Mondial ;
- S.E.M. Alain Francis Gustave ILBOUDO, ambassadeur du Burkina Faso en France ;
- MM. Baba HAMA, Jean-Claude DIOMA et Tahirou BARRY, anciens ministres en charge de la Culture du Burkina Faso ;
- M. Issouf SAWADOGO, Ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme du Burkina Faso ;
- Jean-Paul Koudougou, Secrétaire Général du Ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme du Burkina Faso
- Dr Lassina SIMPORE, ancien Directeur des sites classés Patrimoine Mondial (DSC-PM) du Burkina Faso ;
- le Laboratoire d’Archéologie, d’Histoire des Arts et des Techniques de l’Université Ouaga1 Pr Joseph KI-ZERBO ;
- la délégation permanente du Burkina Faso auprès de l’UNESCO ;
- le personnel de la Direction Générale du Patrimoine Culturel et de la Direction des Sites Classés Patrimoine Mondial du
Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme du Burkina Faso,

Rédaction

Cette proposition d’inscription a été élaborée sous la coordination de la Direction des Sites Classés Patrimoine Mondial du
Burkina Faso et avec le soutien :
- des directions techniques du Ministère de la culture des arts et du tourisme ;
- des universités du Burkina Faso ;
- des partenaires occidentaux dont M. Vincent GUICHARD, Directeur du Grand site de Bibracte (Mont Beuvray) et
du Centre d’archéologie européenne de Bibracte ; M. Vincent SERNEELS, Géologue, professeur à l’université de
Fribourg ; le Réseau des Grands Sites de France; le Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade
de France au Burkina Faso, des directions en charge de la culture de pays d’Afrique de l’Ouest.

Informations complémentaires :
Direction des Sites Classés Patrimoine Mondial (Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme)
M. Léonce KI, Directeur
Centre-ville en face du CENASA,
03 BP 7007 Ouagadougou 03
Téléphone : + 226 25 40 78 03 ;
Téléphone directeur : +226 70 00 00 80
Courriel : dscpmbf@gmail.com

4
Contributions

De nombreuses personnes ont été sollicitées pour préparer et relire cette proposition d’inscription, lors de consultations
individuelles ou de réunions de parties prenantes :

Au Burkina Faso :
- Dr Lassina KOTE, Maître de conférences en archéologie et préhistoire à l’Université Ouaga1 Pr Joseph KI-ZERBO ;
- M. Désiré Ouédraogo, Conseiller culturel, Inspecteur Technique des services ;
- M. Sidi Traoré, chargé de mission au cabinet du Ministre en charge de la Culture et responsable du Programme culture ;
- Dr Vincent SEDOGO, Maître de Recherches en Histoire et Directeur Général du patrimoine culturel ;
- Les Directeurs régionaux de la culture des arts et du tourisme,
- Foniyama Elise ILBOULDO/THOMBIANO ; Hélène Timpoko KIENON, Jean-Baptiste COULIBALY, Raguilnaba OUEDRAOGO,
feue Jeanne Millogo, Ouédraogo Albert, Wennemenga Urbain, Lassina SIMPORE, Léonce KI tous enseignants chercheurs
qui ont produit des études sectorielles relatives à la métallurgie ancienne du fer au Burkina Faso ;
- M. Jacob Bamogo, Association culturelle Passaté, Kaya, responsable du Festival Wedbinde
- Les maires des communes de Békuy, Douroula, Kindibo, Tiwêga et Yamané;
- les assistants culturels du Burkina Faso ,
- les responsables chargé de la surveillance de la forêt de Maro, Békuy
- M. Salif Noaga Birba, enseignant à l’université de Koudougou
- M. Bougma Nikiéma, Kindibo,
- M. Barthélémy Kaboré, Directeur de l’inventaire, de le Recherche et de la Documentation ;
- M. Yahaya SANKARA, cartographies ;
- M. Balouzola Arsène Dah, administrateurs des services touristiques

Dans le monde :
- Pr Hamady BOCOUM, archéologue, Directeur de l’IFAN- Dakar Sénégal ;
- M Alessandro BALSAMO, Centre du patrimoine mondial, UNESCO ;
- Marielle RICHON, Centre du patrimoine mondial, UNESCO ;
- Dr Caroline ROBION-BRUNER, Pôle métal (histoire et archéologie du métal), université de Toulouse II le Mirail ;
- Le Réseau des Grands Sites de France ;
- le Fonds pour le Patrimoine Africain.

Crédit photographique :

Sauf mention contraire, les photographies illustrant cette proposition d’inscription sont de Boukaré Ouédraogo, Lassina
Simporé, Sébastien MORISET, David GANDREAU, Jean Baptiste KIETHEGA, Jean Baptiste Coulibaly, Adama Bikienga et
Léonce KI.

Photo 2 : Vue du paysage du site de Tiwêga 5


Résumé analytique

Photo 3: Fourneau semi-enterré et amas de scories en arrière-plan sur le site de Békuy

6
État partie
Burkina Faso
Etat, province ou région
Nom du bien Région Province Commune
Tiwêga Centre Nord Sanmatenga Kaya
Yamané Plateau central Oubritenga Zitenga
Kindibo Nord Zondoma Tougo
Békuy Hauts-Bassins Tuy Békuy
Douroula Boucle du Mouhoun Mouhoun Douroula

Nom du bien
Sites de métallurgie ancienne du fer.
Coordonnées géographiques à la seconde près
Le bien étant composé de plusieurs complexes métallurgiques, le point central a été donné

N° Nom de l’élément Région(s) / Province (s) Coordonnées du point Images google earth
d’identification central
001 Site de Tiwêga Centre/Nord Sanmatenga 13°05'16.46" Nord Figure 1
01°08'40.94" Ouest
002 Site de Yamané Plateau central/Oubritenga 12°49'19.12" Nord Figure 2
01°18'03.73" Ouest
003 Site de Kindibo Nord/Zondoma 13°14'05.32" Nord Figure 3
02°10'51.40" Ouest
004 Site de Békuy Hauts-Bassins/Tuy 11°37'20.61" Nord Figure 4
03°53'31.01" Ouest
005 Site de Douroula Boucle du 12°35'15.93" Nord Figure 5
Mouhoun/Mouhoun 03°19'44.35" Ouest

La zone proposée pour inscription correspond à cinq sites classés au patrimoine national et localisés
administrativement dans les communes de Kaya (province du Sanmatenga, région du Centre-Nord),
Zitenga (province de l’Oubritenga, région du Plateau central), Tougo (province du Zandoma, région
du Nord), Békuy (province du Tuy, région des Hauts-Bassins) et Douroula (province du Mouhoun,
région de la Boucle du Mouhoun). Chaque site constitutif du bien abrite d’importants vestiges de la
métallurgie traditionnelle du fer dont, excepté le site de Douroula, au moins deux structures de
réduction (fourneau et/ou base de fourneau) bien conservée, des amas de scories, des mines
d’extraction du minerai ainsi que d’autres éléments associés tels que les espèces végétales ayant
servi de combustible et des buttes anthropiques. A chaque site est associée une zone tampon de
dimension variable en fonction de la configuration.

7
Présentation des sites et de leur zone tampon

Figure 1 : Localisation du site de Tiwêga et de la zone tampon (images satellite Google Earth)

8
Figure 2 : Localisation du site de Yamané et de la zone tampon (images satellite Google Earth)

9
Figure 3 : Localisation du site de Kindibo et de la zone tampon (images satellite Google Earth)

10
Figure 4 : Localisation du site de Békuy et de la zone tampon (images satellite Google Earth)

11
Figure 5 : Localisation du site de Douroula et de la zone tampon (images satellite Google Earth)

12
Critères selon lesquels le bien est proposé pour inscription
(iii) (iv) (vi)
Projet de déclaration de valeur universelle exceptionnelle
a) Brève synthèse

Les sites de paléométallurgie du fer illustrent un phénomène historique spécifique : la


production intensive de fer que l’on observe dans l’Afrique de l’Ouest sahélienne entre le
milieu du premier millénaire avant Jésus Christ et le milieu du deuxième millénaire après
Jésus Christ. Ce phénomène technologique a été un marqueur de l’histoire de l’homme
africain d’autant qu’il met fin à son passé préhistorique et pour marquer son entrée dans sa
phase historique. Le fait métallurgique participe d’un développement technologique majeur,
celui de l’adaptation de l’homme africain à son environnement direct dont les effets
démographique, économique et social ont été sans précédent dans la région, à savoir
l’apparition d’entités étatiques de grande étendue géographique, comme les « empires » du
Ghana, du Mali et du Songhay et les échanges commerciaux à grande distance avec le
monde arabe, à travers le Sahara. Ce phénomène témoigne de relations spécifiques entre le
développement d’une technologie endogène originale et le développement socio-culturel
d’une vaste région, de la même manière que le développement de la sidérurgie industrielle
en Europe à partir du XVIIIe siècle, et représentée sur la liste du patrimoine mondial par
l’usine de Völklingen (Allemagne), lequel est indissociable du développement de la société
capitalistique qui a marqué le continent européen aux XIXe et XXe siècle. Le développement
de la sidérurgie a fortement contribué à la structuration de l’Afrique de l’Ouest sahélienne,
avec l’apparition de groupes sociaux associés à la production du fer et à la manufacture
d’objets en fer, les castes de forgerons. Alors que les modes traditionnels de réduction du fer
se sont éteints au cours du 20e siècle, ces castes restent très vivaces ; elles sont fortement
attachées à leur héritage technique et culturel, de sorte que la mise en lumière du
patrimoine archéologique associé à cet héritage contribue efficacement à la valorisation de
leurs traditions.

b) Justification des critères

La valeur universelle exceptionnelle des sites s’énonce par les critères suivants :
Critère (iii) : Les sites de métallurgie ancienne de fer sont des témoins exceptionnels de
biens conservés, d’une tradition unique de réduction du minerai de fer qui s’est très
largement développée dès le début du premier millénaire avant notre ère, laissant aux
communautés actuelles un riche héritage technique et culturel.

Critère (iv) : Les sites de métallurgie ancienne de fer sont des exemples éminents et variés
d’ensembles technologiques illustrant le développement de procédés endogènes de

13
production du fer en Afrique de l’Ouest. L’apparition très ancienne à l’échelle mondiale de
cette technologie a eu des conséquences significatives sur l’histoire des peuples africains.

Critère (vi) : Les sites de métallurgie ancienne de fer du Burkina Faso sont directement
associés à des traditions vivantes portées par le groupe socioprofessionnel des forgerons.
Maîtres du feu et du fer, ils perpétuent des rites et des pratiques sociales ancestrales qui
leur confèrent un rôle important au sein de leurs communautés. Ces traditions initiatiques se
sont transmises de manière ininterrompue, probablement depuis des temps immémoriaux
du fait que la production avérée remonte au 8e siècle avant J.C. Si de nos jours, la réduction
n’est plus pratiquée qu’à titre expérimental (Toungaré 1989, Saye 2005, Dablo 2006, Kaya
2008, 2010, 2012, 2014, Moussodougou 2017, Ouagadougou 2017), etc.) la métallurgie de
transformation est toujours une pratique courante dans les villages. Les produits fabriqués
sont peu nombreux mais indispensables aux cultivateurs éleveurs : outils pour travailler la
terre, outils de coupe ou de sculpture du bois, clous, couteaux et armes. Ces objets n’ont pas
été supplantés par des outils importés jusqu’à ce jour.
Les forgerons perpétuent les expressions orales, les rituels et pratiques sociales liés à la
métallurgie. La survivance de leur statut d’antan, leur permet de toujours jouer le rôle de
médiateur dans les communautés contemporaines. Sa maîtrise des quatre éléments
constitutifs de l’univers l’air (comburant des fourneaux), la terre (minerai), l’eau et le feu
(principaux moyens de réduction et de transformation) lui permet d’interférer dans le cycle
de la procréation. C’est ainsi que le forgeron, par l’entremise de son métier, rend féconds les
hommes et femmes stériles.

c) Déclaration d’intégrité
Les sites de la métallurgie ancienne du fer au Burkina Faso abritent dans leurs limites tous
les attributs essentiels qui leur confèrent une valeur universelle exceptionnelle. Ils ont tous
été préservés dans leur intégrité et dans leur environnement sans perturbation majeure au
cours des siècles.
Aucun fourneau n’a fait l’objet d’un démontage ou d’un déplacement ni d’actes de
destruction par vandalisme. Seule la base de fourneau de Douroula qui a livré la date la plus
ancienne a fait l’objet d’aménagement pour assurer sa protection. Du fait de son ancienneté
(8è siècle avant J.C), ce site ne dispose plus d’un fourneau debout. Il conserve cependant
tous ses attributs et son importance dans la série des cinq sites proposés, mais aussi en tant
que site métallurgique ayant livré la plus ancienne datation en Afrique occidentale à l’Ouest
du fleuve Niger. Le peu d’interférence entre les activités humaines et les sites, localisés dans
des zones rurales faiblement peuplées est pour l’instant une garantie du maintien de
l’intégrité. L’éloignement des habitations et le caractère sacré de ces zones liées aux
forgerons sont une réelle garantie de protection de l’intégrité.
Néanmoins, l’espace géographique de la province métallurgique des Boosé est confrontée à
certains problèmes récurrents que sont : l’érosion hydrique et éolienne des sols, les cycles

14
de sécheresse et corolairement, la désertification, la colonisation de certains fourneaux par
des termites et des arbres et l’orpaillage. L’orpaillage près du site de Yamané, s’il n’est pas
maîtrisé, pourrait, à long terme, menacer certains de leurs attributs. A contrario, dans la
province métallurgique des Bwi, le site de Békuy, du fait de son implantation dans une forêt
classée bénéficie des avantages du couvert végétal.
Toutefois, l’application des dispositions légales en matière de protection de patrimoine
culturel permet de juguler ces menaces. A ces dispositions légales, s’ajoute la prise de
conscience des communautés riveraines des sites sur la nécessité de leur protection. Ces
communautés ont développé des systèmes endogènes de gestion qui participent activement
au maintien de l’intégrité des sites (interdiction, reboisement etc.).

d) Déclaration d’authenticité
Les sites témoignent d’une continuité de production sur plus de 2.700 ans, de la maîtrise des
procédés de réduction et de transformation du fer, ainsi que de l’apport essentiel de cette
technologie à l’histoire des peuplements africains, et non seulement à l’histoire des peuples
du Burkina Faso. Les cinq sites de métallurgie retenus pour cette proposition d’inscription
expriment cette valeur universelle exceptionnelle tant par l’âge du phénomène, la forme des
structures de réduction, la complétude des éléments du complexe métallurgique, la
diversité et la richesse des techniques architecturales, ainsi que par les traditions des
forgerons encore vivantes aujourd’hui.
L’existence d’une dizaine de fourneaux, avec de fortes variances architecturales, la lisibilité
de l’ensemble des éléments du complexe de la métallurgie du fer dans les aires proposés,
l’actuel usage d’objets produits artisanalement par les forgerons (couteaux, houes,...), même
s’ils sont fabriqués avec du métal industriel recyclé sont autant d’aspects qui témoignent de
ce phénomène technique. Mieux les ateliers de forgerons contribuent toujours à perpétuer
l’intégrité des savoirs, en poursuivant des gestes répétés depuis des siècles. Au sein des
sociétés dans lesquelles elles opèrent, les familles de forgerons n’ont rien perdu de leur
importance sociale, en tant que maîtres du feu, et sages capables de dénouer ou résoudre
des conflits.

e) Exigences de protection et de gestion.


D’une part figure un ensemble de textes juridiques (voir annexe 7b) qui garantit l’intégrité
des limites du bien, et la mise en œuvre des activités compatibles. Cet ensemble de textes
légaux fournit également les bases juridiques de la participation des différentes parties
prenantes dans la gestion des sites de métallurgie ancienne de fer au Burkina Faso. Les
textes juridiques s’appliquant directement au bien sont la loi 024-2007/AN du 13 novembre
portant protection du patrimoine culturel au Burkina Faso et le Décret n°2014-
1019/PRES/PM/MCT/MEDD/MATS/MATDS du 28 octobre 2014 portant classement des
biens culturels et naturels et leur inscription sur la liste indicative du patrimoine du Burkina

15
Faso. Enfin, l’arrêté 116/SE du 28 janvier 1940 portant classement de la forêt de Maro,
renforce davantage un site de la série.

D’autre part un système de gestion s’appuyant sur les plans de gestion de chacun des cinq
sites constituera l’outil principal de gestion durable du bien. Pour sa mise en œuvre, des
organes seront mis en place tant au plan national que local. Le fonctionnement de ce
système de gestion se résume comme suit. Le bien proposé pour inscription sera géré au
plan de la réflexion et des orientations par un Comité national de gestion et au plan pratique
par la Direction des Sites Classés Patrimoine Mondial. Le comité national de gestion, à
l’image d’un conseil d’administration va exercer une autorité et un contrôle sur l’ensemble
des questions relatives aux sites (conservation, aménagement, droits de visites, etc). A
l’échelle de chaque site un comité local est prévu pour l’éveil et de la veille des
communautés locales pour une gestion durable du bien. Ce comité aura pour boussole le
plan de gestion du site et les orientations du comité national de gestion. Le système de
gestion qui court de 2018 à 2022, repose ainsi sur une coordination des interventions de
l’ensemble des parties prenantes à travers le comité national de gestion et pour chacun des
sites composant le bien, un comité local de gestion qui sera mis en place. A terme, la valeur
universelle exceptionnelle des sites de la métallurgie ancienne du fer au Burkina Faso est
maintenue et confortée, les savoirs et valeurs liés aux pratiques de la métallurgie ancienne
du fer sont transmis aux nouvelles générations et les communautés locales mieux
impliquées bénéficient davantage des retombées des sites.

f) Nom et coordonnées pour les contacts de l’institution/Agence locale officielle

Direction des Sites Classés Patrimoine Mondial (DSC-PM)


-03BP 7007 Ouagadougou 03
Tel: 00226 25 40 78 03
Site internet: www.burkinafaso-patrimoinemondial.com
Courriel: dscpmbf@gmail.com
Tel. Directeur: 00 226 70 00 00 80

16
1. Identification du bien

17
Fourneau de Yamané pendant la saison des pluies
1.a Pays
Burkina Faso

1.b Etat, province ou région


Le bien proposé est un bien en série comprenant cinq sites archéologiques. Ces sites se situent
dans cinq régions administratives du Burkina Faso, comme indiqué dans le tableau ci-dessous :
Nom du site Région Province Commune

Tiwêga Centre-Nord Sanmatenga Kaya

Yamané Plateau Central Oubritenga Zitenga

Kindibo Nord Zondoma Tougo

Békuy Hauts-Bassins Tuy Békuy

Douroula Boucle du Mouhoun Mouhoun Douroula

Carte 1 : Localisation administrative des 5 sites proposés :

1.c Nom du bien


Sites de métallurgie ancienne du fer.

18
1.d Coordonnées géographiques à la seconde près
Coordonnées d’un point au centre approximatif de chaque bien proposé dans la série
N° Nom de Région(s) / District(s) Coordonnées du Surface de Surface de la Carte N°
d’identification l’élément point central l’élément du zone
bien proposé tampon (ha)
pour
inscription (ha)
001 Site de Tiwêga Centre-Nord/ 13°05'16.46" Nord 3, 4
5,1 ha 15 ha
Sanmatenga 01°08'40.94" Ouest
002 Site de Plateau Central 12°49'19.12" Nord 5;6
13,1 ha 188,4 ha
Yamané Oubritenga 01°18'03.73" Ouest
003 Site de Nord/Zondoma 13°14'05.32" Nord 7;8
18,0 ha 22,6 ha
Kindibo 02°10'51.40" Ouest
004 Site de Békuy Hauts-Bassins/Tuy 11°37'20.61" Nord 9 ; 10
1,9 ha 439,5 ha
03°53'31.01" Ouest
005 Site de Boucle du 12°35'15.93" Nord 11 ;
84,2 ha 132,0 ha
Douroula Mouhoun/Mouhoun 03°19'44.35" Ouest 12
Surface totale (en hectares) 122,3ha 797 ;5836,3
ha

1.e Cartes et plans indiquant les limites du bien proposé pour inscription et
celles de la zone tampon

Carte 2 : Répartition géographique des sites

19
Localisation et limites du site de Tiwêga
Le site de Tiwêga est localisé dans la région administrative du Centre-Nord, précisement dans la province
du Sanmatenga, commune de Kaya. Il est situé dans une zone circulaire entourée de collines. Le tout
forme un cirque très marqué dans le paysage. La zone tampon correspond à l’ensemble des collines qui
délimitent le site.

Carte 3 : Localisation du site de Tiwêga sur la carte du Burkina Faso au 1/200000ème

Carte fournie par l’Institut National de géographie du Burkina Faso

20
Carte 4 : Localisation du site de Tiwêga dans la commune de Kaya

21
Figure 1 : Localisation du site de Tiwêga et de la zone tampon (images satellite Google Earth)

22
Localisation et limites du site de Yamané
Le site est localisé dans la région administrative du Plateau Central, précisément dans la province de
l’Oubritenga, commune de Zitenga. La zone proposée est un terrain en pente couvert de végétation
arbustive, délimité du côté ouest par la ligne de crête d’un plateau surplombant une petite vallée
cultivée et du côté est, par le chemin qui parcourt cette vallée. Ce terrain est très riche en vestiges
archéologiques, et peu transformé par l’homme. La zone tampon est un périmètre de 500 m qui entoure
cette aire archéologique. Elle ne contient aucune habitation. Le site de Yamané comprend deux
fourneaux debout, une carrière d’extraction de minerai et de nombreux vestiges.

Carte 5 : Localisation du site Yamané sur la carte du Burkina Faso au 1/200000ème

Carte fournie par l’Institut National de géographie du Burkina Faso

23
Carte 6 : Localisation du site de Yamané dans la commune de Zitenga

24
Figure 6 : Localisation du site de Yamané et de la zone tampon (images satellite Google Earth)

25
Localisation et limites du site de Kindibo
Le site de Kindibo est situé dans la région administrative du Nord, précisément dans la province du
Zondoma, commune de Tougo.
La zone proposée comprend une colline et une savane arbustive dans laquelle se trouvent les puits
d’extraction du minerai. Les limites sont facilement reconnaissables dans le paysage, il s’agit d’un sentier
menant au village et des bases de la colline. La zone tampon correspond à un périmètre de 100 m qui
entoure cette aire archéologique. La zone tampon ne contient aucune habitation. Le site de Kindibo
comprend 3 fourneaux debout, une butte de scories et de nombreux puits d’extraction.

Carte 7 : Localisation du site de Kindibo sur la carte du Burkina Faso au 1/200000ème

Carte fournie par l’Institut National de géographie du Burkina Faso

26
Carte 8 : Localisation du site de Kindibo dans la commune de Tougo

27
Figure 7 : Localisation du site de Kindibo et de la zone tampon (images satellite Google Earth)

28
Localisation et limites du site de Békuy
Le site de Békuy est localisé dans la région administrative des Hauts-Bassins, précisément dans la
province du Tuy, commune de Békuy. Ce site est l’un des lieux de forte production ancienne de fer. Il
comporte de grands amas de scories qui entourent plusieurs unités de réduction dans lesquelles des
fourneaux sont encore debout. Ces amas de scories constituent des remparts facilement
reconnaissables dans le paysage. Ce sont ces limites physiques qui sont retenues pour inscription. Ce
complexe se trouve dans une zone de plantation d’arbres appartenant à la forêt classée de Maro. La
zone tampon proposée est l’ensemble de cette forêt classée qui protège déjà le site.

Carte 9 : Localisation du site sur la carte du Burkina Faso au 1/200000ème

Carte fournie par l’Institut National de géographie du Burkina Faso

29
Carte 10 : Localisation du site de Békuy dans la commune de Békuy

30
Figure 8 : Localisation du site de Békuy et de la zone tampon (images satellite Google Earth)

31
Localisation et limites du site de Douroula
Le site de Douroula se trouve dans la région administrative de la Boucle du Mouhoun, précisément dans
la province du Mouhoun, commune de Douroula. Ses limites sont matérialisées à l’Est par Ie trace de la
route Douroula –Tora ; à l’Ouest par un hameau de culture, au Sud par la brousse et au Nord par Ie
marigot Kooba. La zone tampon proposée couvre une superficie de 132 ha. Le site de Douroula
comprend le plus vieux fourneau du Burkina Faso, daté du 8e siècle avant J.C., ainsi qu’une mine
d’extraction. La zone proposée pour inscription est une aire plane, en partie cultivée, dans laquelle se
trouvent les vestiges du fourneau et une ancienne carrière.

Carte 11 : Localisation du site sur la carte du Burkina Faso au 1/200000ème

Carte fournie par l’Institut National de géographie du Burkina Faso

32
Carte 12 : Localisation du site de Douroula dans la commune de Douroula

33
Figure 9 : Localisation du site de Douroula et de la zone tampon (images satellite Google Earth)

34
1.f Surface du bien proposé pour inscription et de la zone tampon proposée

Les cinq sites proposés pour inscription en série couvrent 122,3 hectares de surface. Les zones tampons
couvrent une aire totale de 797,5 hectares.

Nom du bien Surface du bien proposé en hectares Surface de la zone tampon en hectares

Tiwêga 5,1 ha 15 ha

Yamané 13,1 ha 188,4 ha

Kindibo 18,0 ha 22,6 ha

Békuy 1,9 ha 439,5 ha

Douroula 84,2 ha 132,0 ha

TOTAL 122,3 ha 797,5 ha

35
2. Description

36
Fourneau de réduction du fer de Ronguin, le plus haut fourneau encore debout du Burkina Faso mais menacé par une compagnie minière
2.a Description du bien
Les espaces culturels des fourneaux Boosé et Bwi

Selon les types ou familles de fourneaux que l’on trouve au Burkina Faso, le pays a été divisé
par le Pr Jean Baptiste KIETHEGA en quatre espaces métallurgiques que sont : les provinces
métallurgiques des Boosé, Bwi, Djugu et Numu. Les cinq sites retenus dans le cadre de ce
dossier d’inscription sont situés sur les espaces Boosé (Tiwêga, Yamané, Kindibo) et Bwi
(Békuy et Douroula)1.

Carte des grandes familles de fourneaux du Burkina Faso

Carte redessinée d’après la carte de J.B. Kiéthéga in : Etat des lieux des savoirs locaux au Burkina Faso, Capes RGC-B. Décembre
2006

Les fourneaux

Ces structures de réductions sont les témoins les plus spectaculaires de la paléométallurgie
du fer au Burkina Faso. On en rencontre dans toutes les régions du pays, dans des états de
conservation variables. Les fourneaux constituent deux ensembles au regard de leur mode de
fonctionnement :
- les fourneaux à induction directe parmi lesquels on rencontre les structures les plus
imposantes pouvaient atteindre cinq mètres de hauteur. Ces structures ne requièrent
que l’air ambiant au cours de la réduction. Elles se rencontrent surtout dans l’aire Boosé.
Dans le même espace, on en rencontre de moins imposants, dont la hauteur oscille
autour de 2 à 3 mètres. Ces fourneaux sont attribués à des populations actuelles tels les
Moose, Gurmantché, San, Bissa, etc, et à des groupes de populations qui occupaient la
région auparavant, à savoir les Dogon et les Ninsi ;

1
Voir Annexe 1A : Ki Léonce, Coulibaly Jean-Baptiste, 2015, Etat actuel des connaissances sur la métallurgie du
fer au Burkina Faso

37
- les fourneaux à induction indirecte, qui nécessitent un apport forcé d’oxygène à l’aide de
soufflets. Ils sont souvent plus réduits en taille et prennent différentes formes. On les
retrouve dans l’ensemble du pays.

Figure 10 : Croquis de quelques-types de fourneaux présents au Burkina Faso

38
Les mines

Les mines sont les lieux d’exploitation du minerai. De ce qui en reste comme vestiges
archéologiques, l’on identifie des carrières, des cavernes et des puits.
Les carrières paraissent le résultat d’une exploitation par plaque de minerai. Elles sont
localisées soit dans la cuirasse latéritique, soit dans la carapace et se caractérise dans le
paysage par de grandes excavations.
Les puits sont de formes circulaires ou quadrangulaires. Les puits circulaires sont les plus
répandus. Ils ont un diamètre d’au minimum 0,60 m, sont soit isolés, soit groupés. Certains
sont parfois reliés par des galeries.

Photo 7: Vue d’une mine de fer

Les ferrières

Les ferrières sont les sites où sont concentrés les rebuts de la métallurgie. Elles se composent
majoritairement de scories, au point que ces dernières en sont devenues la métonymie. En
plus des scories, les ferrières comportent des fragments de tuyères, des parois de fourneaux,
des tessons céramiques et parfois de l’outillage lithique. Une des composantes remarquables
sont les bases de fourneau et les formes diversifiées des amas de scories.

39
Photo 8: Amas de scories 1

Photo 9: Amas de scories 2, haut de près de 11m

40
L’aire des fourneaux Boosé

La province métallurgique des Boosé est la plus vaste des provinces métallurgiques du
Burkina Faso. Elle occupe en effet la moitié est du pays qui est habitée par les populations
moosé au Centre, gulmanceba à l’Est, fulse au Nord, san au Nord-ouest. On y trouve quatre
types de fourneaux :

- les grands fourneaux mesurant entre 2 et 5 m de hauteur appelés boonsé, dont certaines
structures sont encore visibles dans les provinces du Bam, de l’Oubritenga, du Passoré,
du Sanmatenga, du Yatenga et du Zondoma ;
- des fourneaux massifs localisés à la frontière entre les fourneaux boosé et les fourneaux
dogons appelé fokiè. Il s’agit des fourneaux de l’aire san, haut entre 1,80 et 2,40m et
fonctionnant par tirage naturel;
- les fourneaux moyens appelés boosé (singulier : boaga) qui fonctionnent avec des
soufflets. Ce type est surtout connu grâce à la tradition orale car peu de vestiges ont
survécu. Leur hauteur pouvait varier entre 0,90 m et 1,70 m. Certains pouvaient être
inclinés et soutenus par une fourche ;
- les fourneaux appelés fononsé (singulier : fonoga), fonctionnant également avec des
soufflets, mais avec des dimensions plus réduites que le boaga avec une hauteur
maximale de 50 cm.

Carte de la province métallurgique des Boosé

41
Photo 10: Fourneaux de type boanga Photos Jean Baptiste KIETHEGA

Photo 11: Fourneau type fokiè fourneau type boaga

Photo 12: Fourneaux de type fononga : archéologique reconstitution

42
Le complexe métallurgique de Tiwêga

Type(s) de fourneau(x) : Boosé, à induction directe


Autres composantes remarquables du site : bases de fourneaux, champs de scories, mines, sites d’habitats

Le site de Tiwêga se situe à environ 5 km à l’Ouest de la ville de Kaya. Les trois fourneaux
encore debout, sont construits dans une sorte de cirque de 15 ha, entourée de collines
cuirassées. Ils sont dans des états de conservation variés.

Les deux fourneaux les mieux conservés ont une hauteur actuelle d’environ 2,60 m. Ils ont
une forme tronconique, dont la partie inférieure est construite avec des fragments de
tuyères et un enduit de terre argileuse sur les deux faces. Le quart supérieur utilise des blocs
de scories comme matériaux de construction. Ces scories sont laissées apparentes et forment
une coiffe hirsute singulière qui caractérise cette série de fourneaux.

Le troisième fourneau au 2/3 effondré se dresse en son plus haut point sur 1,20 m. il est
entièrement envahi par une termitière qui a certainement contribuée à son maintien. Une
partie dégradée de la paroi du fourneau laisse voir une disposition horizontale de tuyères,
utilisée comme matériaux de construction.

Il est difficile de dénombrer les ouvertures à la base des fourneaux, car elles sont soit
détruites, soit comblées par les termitières qui occupent l’intérieur. De toute évidence, au
regard de la taille des fourneaux, il s’agit de fourneaux à induction directe.

L’utilisation de scories et de tuyères comme matériaux de construction indique que la


technique de réduction n’en était pas à ses débuts lors de la construction de ces fourneaux.
L’âge du site, sur la base de la tradition orale, pourrait se situer entre le 15e et le 18e siècle.
Des recherches archéologiques sont envisagées pour plus de précisions.

Une prospection autour de la zone a permis d’identifier d’autres attribuent. Le premier est
une concentration d’une cinquantaine de bases de fourneau. Ces bases sont localisées à
l’Ouest, à environ 600m des fourneaux et sont caractéristiques des restes d’une autre
tradition technique, celle des fourneaux à soufflets c'est à dire les fononsé.

A l’Ouest, sur le flanc d’une colline, a été identifiée des traces semblables à une mine.
Toujours sur les flancs des collines mais au côté sud, un ancien site d’habitat a été identifié. Il
se caractérise par des tessons céramiques très fragmentaires. Des dispositions ovales de
pierre, longues parfois de 2,20 m, laissent penser à une nécropole. Ce site est situé à environ
700m au Sud-ouest des fourneaux. Plus loin et hors de la zone tampon, une jarre funéraire
affleurent a été identifiée. Elle est longue d’environ 1m et située à côté d’un amas de scorie.

43
Nombreuses bases et champs de scories

Fourneau

Scories

Fourneau

Photo 13: Vue de la plaine du site entouré de collines basses

Photo : Les trois fourneaux encore debout que compte le site de Tiwêga. Deux sont presque entiers

44
Photo 14 : Vues rapprochées de l’un des fourneaux, montrant les détails de construction du tronc en terre avec par endroit
des incrustations de fragments de tuyères, et au sommet des scories protégeant la partie la plus exposée du fourneau. Les
images du bas montrent les couches successives d’enduit de terre appliquées sur la surface intérieure du fourneau.

45
Photo 16: vues d'une mine

Photo 17: sépulture

Photo 15: tessons céramiques

46
Le complexe métallurgique de Yamané

Type(s) de fourneau(x) : Boosé


Autres composantes remarquables du site : collecteurs, champs de scories

Le site est localisé dans un cirque entouré de collines, dans un environnement naturel boisé
d’épineux et d’arbustes, loin de toute habitation. Il est composé de deux principaux
fourneaux auxquels sont associés de nombreuses bases de fourneaux affleurant, des amas
dispersés de scories, des mines et des buttes anthropiques.

Les deux principaux fourneaux sont conservés sur une hauteur de 2,10 mètres. Leur diamètre
à la base est de 1 mètre. L’un a une forme tronconique régulière, avec un léger
rétrécissement de son diamètre au fur et à mesure qu’il s’élève. L’autre a une forme
cylindrique jusqu’à mi-hauteur et se rétrécit sans régularité en partie haute, laissant

Photo 18: Jarre funéraire

supposer une construction en plusieurs phases. Ils sont construits selon le même principe,
avec une alternance de couches de 4 à 5 centimètres de haut réalisées soit avec de la terre
latéritique, soit avec des fragments de tuyères et/ou de scories soigneusement disposés
horizontalement. Les parois internes sont faites de plusieurs couches allant du rouge au brun
selon le degré de cuisson. Une seule ouverture est visible à la base. On estime leur datation à
une période antérieure au 15e siècle. Des fouilles effectuées sur des fourneaux proches
donnent des dates situées entre le 13e et le 14e siècle après J.C. Les traditions actuelles
attribuent ces fourneaux aux forgerons moose encore présents dans le village. Leur abandon
se situe au cours de la période coloniale.

De nombreuses bases conservées sur 5 à 15 centimètres de haut attestent de l’existence, sur


ce site, de plusieurs autres types de fourneaux aux diamètres variables2. De même, des
collecteurs indiquent que des fourneaux à soufflets ont également été utilisés sur ce site.
La variété des techniques de réduction du fer est aussi révélée par la présence de scories de
différents types et différentes tailles.

Une carrière de minerai a été identifiée sur le flanc d’une des collines.
Les forgerons aux alentours du site certes n’utilisent plus ces fourneaux mais continuent de
produire des outils avec du fer de récupération.

Photo 19: Carrière de minerai à Yamané

2
Simporé Lassina, 2005, pp124-126

47
Photo 20: Site de Yamané vue depuis la falaise

Photo 21: vue du fourneau sud

48
Photo 22: Quelques-unes des nombreuses scories éparpillées Photo 23: Fourneau situé au sud du site construit en terre
avec des incrustations de fragments de tuyères et de
scories

Photo 24 : Vue rapprochée du même fourneau montrant le soin apporté dans la construction du fourneau, en incrustant
des lignes régulières de fragments de tuyères ceinturant le tronc

49
Photo 26: Détails des gros blocs de scories Photo 25: Vue intérieure montrant les couches d’enduit de réparation
jonchant le sol appliquées entre les réductions successives

Photo 27Deuxième fourneau situé au nord du site, dont une face est en partie effondrée

50
Le complexe métallurgique de Kindibo

Type(s) de fourneau(x) : Boosé, à induction directe


Autres composantes remarquables du site : amas de scories, bases de fourneaux, puits de mines

Ce complexe est situé dans la commune rurale de Tougo à 20 km à l’Est de Gourcy (chef-lieu
de la province du Zondoma). Le site de réduction du fer de Kindibo comprend trois fourneaux
debout (boosé), des bases de fourneaux, des mines d’extraction de minerai de fer repérables
par les nombreux puits d’accès. A ce jour, tous les fourneaux sont en assez bon état de
conservation.

Les trois fourneaux ont une forme tronconique, deux sont oblongs (hauteurs respectives de
2,10 et 2,30 m), le troisième est de forme trapue (hauteur 1,85 m seulement). Leur diamètre
est de 1,10 m pour les deux premiers et 1,50 m pour le troisième. À la base des fourneaux, on
compte 5 larges ouvertures. On situe la période de construction de ces fourneaux entre le
10e et le 11e siècle après J.C par des populations prédagomba c'est à dire antérieures aux
Moosé.

Des fourneaux moosé, datés après le 15e siècle, il n’en reste que de bases dont les plus
hautes ont à peine 30cm. Le diamètre est par contre plus large (1,50m).

Les fourneaux sont constitués de cercles successifs réalisés avec des boudins de terre. Les
boudins sont disposés en oblique, et l’orientation de la pente alterne d’un rang à l’autre
(appareillage en arêtes de poisson).

A ces fourneaux sont associées des mines. On dénombre 10 puits circulaires d’environ 1 m de
diamètre et d’une profondeur d’environ 2,5m.

Au Nord-Ouest, l’on identifie un vaste ancien d’habitat, caractérisés par des buttes
recouvertes par des tessons de céramiques assez fragmentés. L’utilisation de ces sites
comme champs, contribue à les dégrader.

A l’Est des fourneaux, est localisée une famille de forgerons qui continuent à perpétuer les
savoirs ancestraux. Les hommes travaillent la forge tandis que les femmes produisent la
poterie.

51
Photo 28: Fourneau et épandage de scories sur le site de Kindibo. Ce fourneau encore debout de Kindibo se démarque des
autres par sa forme trapue. Il est attribué aux populations Ninsi, qui occupaient la région avant l’arrivée des Nakomsé au
15e siècle.

Photo 29: Les deux autres fourneaux de Kindibo ; ils sont attribués aux métallurgistes Nakomsé qui ont envahi la région à
partir du 15e siècle après J.C.

52
Photo : Il existe à Kindibo des puits d’extraction du minerai au sud de la zone des fourneaux

Photo 30: Puits d’extraction du minerai au sud du site de Kindibo

53
Photo 31: base de fourneau de tradition moaga

Photo 32: bloc de scorie charbon incrusté

54
Photo 33: travail de forge
55
L’aire des fourneaux Bwi

La province métallurgique des bwi occupe une partie du Nord-ouest burkinabé. Elle concerne
une partie des régions administratives de la Boucle du Mouhoun et des Hauts-Bassins. Il
s’agit principalement des provinces du Mouhoun, de la Kossi, des Banwa et du Tuy. Cette
partie du Burkina Faso est principalement habitée par les populations bwaba (sing. bwa). Les
fourneaux y sont appelés bwi.

Des fourneaux souterrains, semi souterrains et aériens sont les différents types de fourneaux
identifié dans cette zone, mais sa spécificité reste le fourneau souterrain qui est très
dominant. Pour réaliser le fourneau souterrain, « selon la tradition, une fosse de près de 2 m
de profondeur est d'abord creusée, mesurant environ 7 m de longueur sur 3 m de largeur. Elle
était à l'origine couverte d'une terrasse de terre battue soutenue par des poutrelles de bois
qu'on posait directement sur les rebords de la fosse […]. Les parois Est (une des largeurs) Nord
et Sud (les longueurs) sont ensuite tapissées de morceaux de scories qui constituent ainsi des
parements très résistants. C'est par l’Ouest qu'on accède dans la fosse grâce à une pente
douce, […]. Au centre de la fosse s'érige le fourneau. Il se trouve ainsi à l'abri des intempéries
et les métallurgistes peuvent y travailler même en hivernage »3.

Le fourneau semi-souterrain « se dresse dans un trou circulaire d'environ 5 pieds et demi de


profondeur (2 m environ) et assez large pour permettre aux ouvriers de circuler autour du
fourneau d'argile mesurant 4 pieds et demi (1,4 m environ) à sa base »4

Tous les types de fourneaux sont à induction directe. Les structures de réductions sont
construites en argiles avec des parois épaisses armées de blocs de scories. Les fourneaux de
l’aire ont été bâtis avec de l'argile, puis consolidés à l'extérieur par avec des revêtements de
scories. Ils ont une forme tronconique aux parois épaisses de plus de 20 cm.

C’est dans cette zone que les plus anciennes dates de la paléométallurgie du fer au Burkina
Faso ont été relevées, avec les sites de TST 1 (Douroula, 8e- siècle av. J.C.)5 et de Bèna (4e-3e
siècle av. J.C.)6.

3
Kiéthéga Jean-Baptiste, 2009, La métallurgie lourde du fer au Burkina Faso, p 400
4
Kiéthéga Jean-Baptiste, 2009, La métallurgie lourde du fer au Burkina Faso, pp
5
Koté Lassina, 2007, 2000 ans, au bord du Mouhoun, p 45
6
Kiéthéga Jean-Baptiste, 2009, La métallurgie lourde du fer au Burkina Faso, p 362

56
Le domaine des Bwi

Figure 11 Croquis d’un fourneau souterrain

57
Le complexe métallurgique de Békuy

Types de fourneaux : Bwi, enterré ou semi-enterré


Autres composantes remarquables du site : Amas de scories, organisation structurée de l’espace de production,
gros amas de scorie, puits, mine

Situé dans la forêt classée de Maro, le site de Békuy est atypique et remarquable par la
quantité de scories amassées qui forment parfois des talus atteignant 11 mètres de hauteur
et plus de 500 mètres de longueur.

Ce site se différencie des autres sites proposés pour l’inscription par l’organisation très
structurée de l’espace. L’ensemble du site est entouré par un cordon de scories de plusieurs
mètres de long, à l’intérieur duquel on retrouve d’autres murets de partition, également
constitués d’amas. C’est dans ces sous-espaces de production que l’on trouve les fourneaux.
L’ensemble donne l’impression d’un complexe de production importante très organisé, et
très efficace au vu du volume de scories produites.

Les superstructures visibles sont au nombre de 5 et encore dans un assez bon état de
conservation. Ils sont construits en blocs de scories utilisant de l’argile comme liant. Du point
de vue architectural, les fourneaux de Békuy sont de type souterrain ou semi souterrain.

A l’Est à environ 700m, est localisée une ancienne aire d’exploitation du minerai. L’on y
dénombre plusieurs dizaines de puits bouchés.

Dans la forêt de Maro, c'est à dire la zone tampon, une prospection archéologique a permis
l’identification de 33 ateliers. Le plus impressionnant s’étend sur environ 3ha, l’on y identifie
des scories qui forment des collines hautes de près de 11m, avec une concentration de 17
abris de fourneaux distinctement identifiables. A la lisière de la forêt du côté de
l’agglomération de Békuy, l’on identifie une probable mine de fer habitée de nos jours par
des pythons sacrés.

Carte 13: vestiges archéologiques

58
Photo 34 La particularité ici est que le fourneau est généralement construit à l’intérieur d’un trou dont les parois sont
souvent constituées de scories entassées ou construites.

Photo 36: Le fourneau dans l’espace Bwi est


un cylindre d’argile lissé à l’intérieur mais
dont l’extérieur est tapissé de scories

Photo 35: tuyère et scorie du site

59
Photo 37: butte de scorie et puits

Photo 38: enclos de scorie

Photo 39 mine de fer

60
Le complexe métallurgique de Douroula

Types de fourneaux : Bwi, semi-enterré


Autres composantes remarquables du site : champs de scories, mine, butte anthropique

Le site de Douroula, situé dans une plaine cultivée, comprend les vestiges d’un fourneau daté
du 8e siècle avant J.C. C’est le plus ancien connu à ce jour au Burkina Faso. Il comprend
également des épandages de scories, une carrière de minerai et deux buttes anthropiques.
Cinq autres fourneaux similaires ont été fouillés dans la zone, dans un rayon de 2,5 km, en
dehors de l’aire proposée pour inscription.

Les vestiges de la base de fourneau fouillé et daté, aujourd’hui protégé par un volet
métallique cadenassé se présentent sous forme d’un creux tronconique dans le sol, d’un
diamètre à la surface de la terre se rétrécissant en profondeur, avec des parois faites de terre
latéritique qui ont partiellement cuit lors de son utilisation.

Des scories sont présentes sur le site, soit en concentrations à proximité des fourneaux, soit
dispersées dans les champs alentours.

Une mine d’extraction du minerai se situe dans un petit bosquet à environ 250 mètres au
Nord du fourneau daté. Des cavités ont été creusées horizontalement dans la roche
latéritique, laissant visibles les traces d’outils de carrières.
Deux buttes anthropiques sont dans le périmètre du site : l’une de taille réduite jouxtant le
fourneau, mesurant 30 m de diamètre et l’autre plus grande, de 112 sur 85 m et haute de 3
m.

Trois ateliers de forgerons fonctionnent toujours au village de Douroula. Ils produisent les
outils utilisés au village, principalement des houes, des socles de charrue et des couteaux.

Un musée ethnographique dénommé Musée communal de Douroula, présente les résultats


des fouilles réalisées à Douroula ainsi qu’un aperçu plus général de la métallurgie
traditionnelle dans la province du Mouhoun.

61
Vue générale du site.
Photo 40: vue générale du site

Photo 41: Arbres abritant les restes du fourneau et la butte anthropique en saison sèche

62
photo 42: Restes du fourneau semi-enterré de Douroula, daté du 8ème siècle avant notre ère

63
Photo 43: Carrière de minerai situé à environ 250 m au sud du fourneau. Les traces d’outil sont
encore visibles sur les parois

64
photo 44: Scories éparpillées dans les champs alentours

photo 45 Vue du village et de l’un des ateliers de forgerons photo 46 Musée de Douroula présentant une maquette de
fourneau

65
2.b Historique et développement

Les études scientifiques effectuées depuis trois décennies à partir de sources orales, écrites
et archéologiques révèlent à la fois l’étendue de la production métallurgique sur quasiment
tout l’ensemble du territoire national et la grande variété des savoirs et savoir-faire
traditionnels associés au travail du fer. Elles affirment également l’importance des castes de
forgerons qui, aujourd’hui encore, pratiquent l’activité métallurgique dans les quatre grands
espaces culturels de réduction du fer identifiés au Burkina Faso : les espaces culturels Numu,
Djugu, Bwi et Boosé7.

La métallurgie ancienne : origines, principes et fonctionnement

Dans le processus d’adaptation de l’homme à son environnement, la confection et l’usage


d’outils ont été déterminants. L’histoire technologique de l’humanité montre que la matière
minérale a joué un rôle central comme support à la plupart des outils confectionnés par
l’homme et ce, jusqu’à une époque récente. A la faveur de la maîtrise des arts du feu,
débutée avec la fabrication des poteries, l’homme apprend à transformer le minéral avant
d’en faire le support de ces outils. C’est l’avènement de la métallurgie, avec surtout la
production du fer en Afrique subsaharienne. Au Burkina Faso, les structures de réduction
sont les témoins les plus spectaculaires de la paléométallurgie du fer. On en rencontre dans
toutes les régions du pays dans des états de conservation variables. Ce sujet est l’un des
mieux étudiés grâce aux recherches archéologiques et ethnographiques.

Le fer se rencontre sous deux formes. La forme météorique qui provient des météorites
tombées sur la planète et la forme tellurique (ou fer de gisement) présente dans les roches
de la lithosphère (5,6% de l’écorce terrestre), en combinaison avec d’autres éléments
(bauxite, magnétite…). Au Burkina Faso, la présence du fer est remarquable dans la cuirasse
ferrugineuse primitive8. Sa recherche, ainsi que toutes les opérations pour l’obtenir, relèvent
de la métallurgie primaire. Tandis que les opérations techniques conduisant d’un produit
métallique intermédiaire (loupe) à un produit fini relèvent, elles, de la métallurgie
secondaire9.

Valeurs symboliques

Le développement de la sidérurgie en Afrique a laissé libre cours à des représentations


multiples. Cette symbolique concerne l’activité, c'est-à-dire la chaîne opératoire de
production du fer. Elle intervient à tous les niveaux. Chaque groupe social a créé ses propres
représentations sur cette activité. Dans l’Afrique au Sud du Sahara, de même que chez les
peuples des espaces culturels bwi et boosé, la métallurgie est considérée comme une activité
masculine. La femme ne participe ni à l’élaboration ni à la transformation du métal, pour des
raisons variant d’une société à l’autre. La participation des jeunes initiés est astreinte aux
interdits tels que l’abstinence sexuelle au moins 6 jours avant le travail.

7
Voir
- Annexe n°1 A : Etat actuel des connaissances sur la métallurgie du fer au Burkina Faso
- Annexe n°1 C : Le caractère multidimensionnel du forgeron bwaba et moaga à travers les textes
oraux.
8
Annexe n°1 D : Les roches et minerai au Burkina Faso
9
Voir Annexe 1 A. Op Cit

66
La construction d’un fourneau est précédée de rites au cours desquels des sacrifices sont
offerts10. Des autels sont posés dans le four pour s’attirer la bénédiction des ancêtres afin de
garantir le succès de l’opération. Ces rites créent des conditions psychologiques favorables,
mettant en relation et en harmonie le monde visible et le monde invisible, le tangible et
l’intangible.
L’élaboration du fer comporte donc une partie technique et une partie symbolique et
mystique
Aussi la structure de réduction ainsi que les instruments fabriqués, représentent des
symboles comme par exemple, les suivants :
- le fourneau = femme ;
- l’ouverture du fourneau et le retrait de la gangue = accouchement
- le minerai + les fétiches + le fondant = ovules, cellule femelle ;
- la tuyère = organe sexuel mâle ; l’air ou le carburant = cellule mâle ;
- l’orifice d’entrée de la tuyère = organe sexuel féminin ;
- la loupe de fer = le bébé.

10
Annexe n°1 C : Ouédraogo Albert, 2015 : Le caractère multidimensionnel du forgeron bwaba et moaga à
travers les textes oraux

67
Figure 12 : Le cycle de production du fer

Métallurgie primaire
Travail du métallurgiste* transformant le minerai en loupe de fer

Prospection du minerai

Extraction

Traitement
Nettoyage, concassage, triage, séchage

Préparation de la réduction
Fourneau, soufflerie, charbon de bois...

Réduction
Préparation du combustible et du fourneau

Loupes de fer

Métallurgie secondaire
Travail du forgeron* transformant la loupe de fer en outils

Installation de la forge

Chauffe

Martelage/forgeage

Assemblage des éléments

Finition

Outils
* Métallurgiste et forgeron sont quelquefois les mêmes personnes

68
Figure 13 : Illustrations d’un cycle de métallurgie primaire

69
Figure 14 : Illustrations d’un cycle de métallurgie primaire (suite)

70
Figure 15 Illustrations d’un cycle de métallurgie primaire (suite)

71
Figure 16 Illustrations d’un cycle de métallurgie primaire (suite)

72
Figure 17 : Illustrations d’un cycle de métallurgie primaire (suite)

73
Le développement endogène de la métallurgie du fer en Afrique

Présumant d’un foyer unique de diffusion de la métallurgie du fer en Afrique, certains historiens et
archéologues ont pensé que cette technologie avait été introduite en Afrique à partir de l’Asie
occidentale, d’abord en Egypte ancienne puis en Afrique occidentale au 3ème siècle av. J.C.11 Mais à
partir des recherches, et plus particulièrement des datations qui ont pu être réalisées en Afrique de
l’Ouest en général, et plus singulièrement au Burkina Faso, le travail du fer y est aussi ancien
qu’ailleurs.12

Le développement de la métallurgie du fer au Burkina Faso

La paléométallurgie du fer, apparaît comme un domaine à multiples facettes dans l’histoire des
techniques et des savoir-faire au Burkina Faso. Débutée depuis le premier millénaire avant J.C., elle
avait deux composantes, à savoir d’une part la métallurgie primaire permettant de réduire le minerai
de fer en loupe (fer brut) et d’autre part la métallurgie de transformation consacrée à la fabrication
des principaux objets dont avaient besoin les communautés. Durant la période coloniale, le fer
traditionnel fut progressivement abandonné au profit de celui de récupération. Ainsi, à la veille des
indépendances, la métallurgie de transformation reste la seule composante de la paléométallurgie
du fer. Au regard de l’importance du métal dans la vie des communautés, cette métallurgie de
transformation a depuis lors subi plusieurs mutations tant techniques que sociales.

Mutations techniques : Face à l’invasion du métal industriel et à la profusion des artisans soudeurs,
les forgerons ont dû apprendre à s’adapter. La réduction s’est graduellement éteinte au début du
20ème siècle, et la production a également évolué. Certains objets restent incontournables et
inégalés, parmi lesquels les outils pour travailler le bois et la terre, qui sont toujours produits
artisanalement. Certains forgerons ont opéré un changement radical dans leur production en créant
des objets d’arts pour le tourisme.

Mutations sociales : Du point de vue social, la métallurgie aura en effet marqué la structuration des
groupes humains. Etre forgeron est une vocation, on nait forgeron et on ne se limite pas à travailler
le fer, car on doit aussi mener à bien des missions importantes dans la société, comme celle d’apaiser
les conflits. De nos jours, ces rôles ont perduré dans les villages car le forgeron est toujours autant
craint et respecté. Les femmes de forgerons sont souvent potières, ce qui leur donne une maîtrise
similaire du feu, mais aussi un rôle important dans la production d’objets indispensables au
quotidien.

Le métallurgiste des espaces bwi et boosé ont toujours gardé secret le mystère de la
transformation de la matière par les pyrotechniques. Pour eux, le minerai de fer et le fer lui-
même possèdent des qualités nocives et dangereuses. C’est pourquoi le métallurgiste doit
posséder des pouvoirs surnaturels. De ce fait, il est le dernier rempart pour dénouer certains
sortilèges, réconcilier deux parties antagonistes, afin de garantir la quiétude et la cohésion
sociale.

11
UNESCO, Les routes du fer en Afrique, 2009, p9
12
Annexe n°1 B Kienon-Kabore Timpoko Hélène, Simporé Lassina, Thiombiano-Ilboudo Foniyama Elise, 2015:
Etude de synthèse sur les connaissances relatives à la métallurgie ancienne du fer en Afrique.

74
Figure 18 : Frise historique du développement de la production du fer au Burkina Faso, en Afrique et dans le monde

SITES DU BURKINA FASO


-4000

-3000

-2000

-1000
-1600
-3900
-3800
-3700
-3600
-3500
-3400
-3300
-3200
-3100

-2900
-2800
-2700
-2600
-2500
-2400
-2300
-2200
-2100

-1900
-1800
-1700

-1500
-1400
-1300
-1200
-1100
CAMEROUN
AFRIQUE Oliga

KENYA
Lac Nyanza

AUTRES SITES DANS LE MONDE


ANATOLIE

SYRIE

75
Douroula Bena Kindibo
Yamané
Mogtedo

Nimpoui

Korsimoro
-1000

1000

2000
1100
1200
1300
1400
1500
1600
1700
1800
1900
-900
-800
-700
-600
-500
-400
-300
-200
-100

100
200
300
400
500
600
700
800
900

NIGER Termit

SOUDAN Méroé

NIGERIA Nsukka

NIGERIA Nok

EGYPTE

GRECE THRACE TURQUIE

AUTRICHE Hallstatt

SUISSE La Tène

76
3 Justification de l’inscription

77

Outils de forgerons dans une forge de Kindibo, dans la Région du Nord


3.1.a Brève synthèse

Les sites de métallurgie ancienne du fer se retrouvent partout au Burkina Faso. La variabilité des
témoins des structures permet de distinguer quatre provinces métallurgiques : (boosé, bwi, djugu et
numu). Le choix du Burkina Faso s’est focalisé sur les éléments provenant des provinces
métallurgiques des Boosé et des Bwi parce que ces deux aires résument les attributs de l’ensemble
des aires métallurgiques du pays. Ce qui justifie la proposition des sites de Békuy et Douroula
(province des Bwi) et de Kindibo, Tiwêga, Yamané (province des Boosé), comme un ensemble unique
de vestiges représentatifs du développement de la métallurgie traditionnelle du fer et ce, pour les
raisons qui suivent.

La métallurgie du fer comprend deux aspects, la métallurgie primaire (la réduction du minerai) et la
métallurgie secondaire (transformation du fer en objet). La métallurgie primaire a laissé de
nombreux témoins dont les plus visibles sont les sites. Les sites de Békuy, Douroula, Kindibo, Tiwêga
et Yamané, représentent des témoins emblématiques de la métallurgie ancienne du fer au Burkina
Faso. Aux impressionnants fourneaux, ayant servi à la réduction du minerai de fer sont associés des
vestiges de l’ensemble du système technique de la sidérurgie traditionnelle : mines, amas de scories,
buttes anthropiques, espèces végétales dont certains ont servi de combustible et des forges toujours
en usage.

Les sites de la métallurgie ancienne du fer au Burkina Faso, témoignent d’une tradition culturelle et
technique de réduction du minerai de fer ayant perduré sur trois millénaires. En effet, les recherches
archéologiques et ethnographiques permettent de retenir le 8e siècle avant J.C. comme la date la
plus ancienne connue de la production du fer au Burkina Faso. L’activité de réduction du minerai a
perduré jusqu’à la deuxième moitié du 20e siècle après J.C. Depuis lors seule la métallurgie
secondaire est pratiquée. Le bien livre ainsi la date la plus ancienne connue au Burkina Faso et en
Afrique occidentale à l’Ouest du fleuve Niger, à savoir le 8e siècle avant J.C.

Le bien offre en outre une vue panoramique de la variabilité morphologique (fourneau aérien de plus
de 2 m de haut, fourneaux souterrains et semi-souterrains). Il présente une grande diversité de
matériaux utilisés dans la construction des structures (argile, brique, scories, fragments de tuyères,
etc.). Enfin, le bien résume les différents modes de fonctionnement des fourneaux à induction
directe : fourneaux à ventilation artificielle (soufflets) et fourneaux à ventilation naturelle (sans
soufflets).

Bien que la réduction du minerai de fer ait cessé, les forgerons actuels perpétuent les savoirs et
savoir-faire, les rituels et pratiques sociales liés à la métallurgie à travers la fabrication d’objets, la
gestion pacifique des conflits, le traitement de maladie, l’organisation des démonstrations des
techniques d’antan de réduction lors des festivals etc.

La qualité du dossier repose ainsi sur la complétude des éléments qui compose le bien et leur bon
état de conservation. Le bien proposé est la jonction entre un fait technique passé et des pratiques
contemporaines métallurgiques. Les sites de la métallurgie sont les témoins uniques d’une révolution

78
technique témoin de l’ingéniosité des peuples pour dompter leur univers. La présente proposition se
veut ainsi le fondement de la reconnaissance d’un art qui loin d’être seulement un marqueur de
l’histoire de l’homme, passage de la préhistoire à l’histoire, a structuré les civilisations du monde en
générale et de l’Afrique en particulier.

3.1.b Critères selon lesquels l’inscription est proposée

Critère (iii) : apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur


une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue ;

Les sites de métallurgie ancienne du fer proposés sont des témoins exceptionnels et expressifs d’une
Tradition de réduction du minerai de fer qui s’est très largement développée au Burkina Faso dès le
début du premier millénaire avant notre ère, et qui a perduré jusqu’à nos jours, laissant aux
générations actuelles un riche héritage technique et culturel.

Critère (iv) : Offrir un exemple éminent d’un type de construction ou


d’ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une
période ou des périodes significative(s) de l’histoire humaine ;

Les sites de métallurgie ancienne sont des exemples éminents et variés d’ensemble technologiques
illustrant le développement de procédés endogènes de production du fer au Burkina Faso et dans
toute l’Afrique de l’Ouest. L’apparition très ancienne à l’échelle mondiale de cette technologie a eu
des conséquences significatives (comme la formation de catégories socio professionnelles, la
dynamisation du système économique, la fondation de royaumes …) sur l’histoire des peuples
africains en se propageant. Si l’écriture semble difficilement mettre fin à la période préhistorique en
Afrique d’une manière générale, l’apparition du fer comme limite de la préhistoire en Afrique ne
souffre pas de débat.

Critère (vi) : Être directement ou matériellement associé à des événements ou


des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des œuvres artistiques et
littéraires ayant une signification universelle exceptionnelle (le Comité
considère que ce critère doit de préférence être utilisé conjointement avec
d’autres critères) ;

Les sites de métallurgie ancienne sont directement associés à des traditions vivantes portées par le
groupe socioprofessionnel des forgerons. Maîtres du feu et du fer, ils perpétuent des rites et des
pratiques sociales ancestrales qui leur confèrent un rôle important au sein de leurs communautés.
Ces traditions initiatiques se sont transmises de manière ininterrompue, probablement depuis des
temps immémoriaux du fait que la production avérée remonte au 8e siècle avant J.C. Si de nos jours,
la réduction n’est plus pratiquée qu’à titre expérimental (Toungaré 1989, Saye 2005, Dablo 2006,

79
Kaya 2008, 2010, 2012, 2014, Moussodougou 2017, Ouagadougou 2017, etc.) la métallurgie de
transformation est toujours une pratique courante dans les villages. Les produits fabriqués sont
indispensables à la société : outils aratoires, objets rituels, armes, etc. Ces objets n’ont pas été
supplantés par des outils importés jusqu’à ce jour.
Les forgerons perpétuent les expressions orales, les rituels et pratiques sociales liés à la métallurgie.
Les survivances de son statut d’antan, lui permettent de toujours jouer le rôle de médiateur dans les
communautés contemporaines. Sa maîtrise des quatre éléments constitutifs de l’univers l’air
(comburant des fourneaux), la terre (minerai), l’eau et le feu (principaux moyens de réduction et de
transformation) lui permet d’interférer dans le cycle de la procréation. C’est ainsi que le forgeron,
par l’entremise de son métier, rend féconds les hommes et femmes stériles.

photo 47: Scènes de démonstration de la réduction du minerai de fer lors du festival Wedbinde de 2012 (organisé
par l’association Passaté) qui se tient tous les deux ans à Kaya, où se rassemblent plusieurs équipes de forgeron du
Burkina-Faso et d’autres parties

80
3.1. c Déclaration d’intégrité

Les sites de la métallurgie ancienne du fer au Burkina Faso abritent dans leurs limites les attributs
essentiels qui leur confèrent une valeur universelle exceptionnelle. Ils ont tous été préservés dans
leur intégrité et dans leur environnement sans perturbations majeures au cours des siècles.

Aucun fourneau, l’élément le plus emblématique de la série, n’a fait l’objet d’un démontage ou d’un
déplacement ni d’actes de destruction par vandalisme. Toutefois, la base de fourneau de Douroula
qui a livré la date la plus ancienne a fait l’objet d’aménagement pour assurer sa protection. Du fait de
son ancienneté (8e siècle avant J.C), ce site ne disposait plus d’un fourneau debout. Il conserve
cependant tous ses attributs et son importance dans la série des cinq sites proposés, surtout en tant
que site métallurgique ayant livré la plus ancienne datation en Afrique occidentale à l’Ouest du
fleuve Niger. Par ailleurs, Pour limiter la dégradation des fourneaux, un test de conservation a été
réalisé sur un fourneau de Tiwêga. Le protocole était composé d’argile de termitière (matériaux jadis
utilisée pour la confection des fourneaux) d’herbe hachée (dégraissant) et du silicate de soude (20l
de terre pour 400ml silicade de soude). Le mélange a été appliqué à la base, sur une surface
dégradée d’environ 50cm2. La restauration n’a pas affecté l’intégrité du bien (voir photo 48).

Le peu d’interférence entre les activités humaines et les sites, localisés dans des zones rurales
faiblement peuplées est pour l’instant une garantie du maintien de l’intégrité. L’éloignement des
habitations et le caractère parfois sacré de ces zones sont aussi une garantie de protection de
l’intégrité.

Néanmoins, l’espace géographique de la province métallurgique des Boosé est confrontée à certains
problèmes récurrents que sont : l’érosion hydrique et éolienne des sols, les cycles de sécheresse et
corolairement, la désertification, la colonisation de certains fourneaux par des termites et des arbres
et l’orpaillage. L’orpaillage près du site de Yamané, s’il n’est pas maîtrisé, pourrait, à long terme,
menacer certains de ses attributs. a contrario, dans la province métallurgique des Bwi, le site de
Békuy, du fait de son implantation dans une forêt classée bénéficie des avantages du couvert végétal.
L’application des dispositions légales en matière de protection de patrimoine culturel permet de
juguler les menaces des sites. A ces dispositions légales, s’ajoute la prise de conscience des
communautés riveraines des sites sur la nécessité de leur protection. Ces communautés ont
développé des systèmes endogènes de gestion qui participent activement au maintien de l’intégrité
des sites : interdiction d’accès, reboisement, etc.

3.1.d Déclaration d’authenticité

Les sites témoignent d’une continuité de production sur plus de 2.700 ans, de la maîtrise des
procédés de réduction et de transformation du fer, ainsi que de l’apport essentiel de cette
technologie à l’histoire des peuplements africains, et non seulement à l’histoire des peuples du
Burkina Faso. Les cinq sites de métallurgie retenus pour cette proposition d’inscription expriment
cette valeur universelle exceptionnelle tant par l’âge du phénomène, la forme des structures de

81
réduction, la complétude des éléments du complexe métallurgique, la diversité et la richesse des
techniques architecturales, que par les traditions des forgerons encore vivantes aujourd’hui.

L’existence d’une dizaine de fourneaux, avec de fortes variances architecturales, la lisibilité de


l’ensemble des éléments du complexe de la métallurgie du fer dans les aires proposés, l’actuel usage
d’objets produits artisanalement par les forgerons (couteaux, houes, bagues, bracelets, flèches,
clochettes, grelots...), même s’ils sont fabriqués avec du métal industriel recyclé sont autant
d’aspects qui témoignent de ce phénomène technique. Mieux, les ateliers de forgerons contribuent
toujours à perpétuer l’intégrité des savoirs, en poursuivant des gestes répétés depuis des siècles. Au
sein des sociétés dans lesquelles elles opèrent, les familles de forgerons n’ont rien perdu de leur
importance sociale, en tant que maîtres du feu, et médiateurs capables de dénouer ou résoudre des
conflits13.

3.1.e Mesures de protection et de gestion requises

L’administration culturelle du Burkina Faso et ses différents partenaires déploient, en collaboration


avec les communautés locales, divers efforts pour sauvegarder les vestiges des complexes
métallurgiques disséminés à travers les espaces bwi et boosé. Ces efforts comprennent les mesures
juridiques et légales de protection, la création et la gestion de zones tampons, l’adoption d’un
système de gestion durable et le développement d’une coopération internationale.

- Mesures juridiques et légales de protection

D’une part figure un ensemble de textes juridiques (voir annexe 7b) qui garantit l’intégrité des limites
du bien, et la mise en œuvre des activités compatibles. Cet ensemble de textes légaux fournit
également les bases juridiques de la participation des différentes parties prenantes dans la gestion
des sites de métallurgie ancienne de fer au Burkina Faso. Les textes juridiques s’appliquant
directement au bien sont la loi 024-2007/AN du 13 novembre portant protection du patrimoine
culturel au Burkina Faso et le Décret n°2014-1019/PRES/PM/MCT/MEDD/MATS/MATDS du 28
octobre 2014 portant classement des biens culturels et naturels et leur inscription sur la liste
indicative du patrimoine du Burkina Faso. Enfin, l’arrêté 116/SE du 28 janvier 1940 portant
classement de la forêt de Maro, renforce davantage un site de la série.

D’autre part un système de gestion s’appuyant sur les plans de gestion de chacun des cinq sites
constituera l’outil principal de gestion durable du bien. Pour sa mise en œuvre, des organes seront
mis en place tant au plan national que local. Le fonctionnement de ce système de gestion se résume
comme suit.
Le bien proposé pour inscription sera géré au plan de la réflexion et des orientations par un Comité
national de gestion et au plan pratique par la Direction des Sites Classés Patrimoine Mondial. Le
comité national de gestion, à l’image d’un conseil d’administration va exercer une autorité et un

13
Annexe n°1 C : Ouédraogo Albert, 2015 : Le caractère multidimensionnel du forgeron bwaba et moaga à
travers les textes oraux

82
contrôle sur l’ensemble des questions relatives aux sites (conservation, aménagement droits de
visites, etc). A l’échelle de chaque site un comité local sera en charge de l’éveil et de la veille des
communautés locales pour la gestion durable du site. Ce comité aura pour boussole le plan de
gestion du site et les orientations du comité national de gestion.

La Direction des Sites Classés Patrimoine Mondial (DSC-PM) assure des responsabilités
administratives, techniques et financières. Au plan administratif, elle centralise les informations
relatives aux sites et prépare d’une part les sessions du comité national de gestion et des comités
locaux de gestion et, d’autre part, les réunions du conseil scientifique, des partenaires ou des
directions techniques du Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (MCAT) membre du comité
national de gestion. Sur le terrain, au plan technique, elle coordonne les activités de conservation et
de gestion en relation avec les comités locaux.

- Création et gestion d’une zone tampon

Les sites de métallurgie ancienne de fer au Burkina Faso disposent d’une zone tampon de 797,5 ha,
à statut juridique de protection. Les limites de la zone tampon sont définies de concert avec les
communautés locales, ce qui renforce sa protection. La création de la zone tampon répond au
besoin de préserver l’intégrité et l’authenticité des sites de la série. La présence de la zone tampon
permet de contenir l’avancée du front agricole, l’avancée de l’orpaillage et d’éviter le prélèvement
de témoins de cette tradition culturelle. De ce fait, les restrictions d’usage sont acceptées par les
populations riveraines. C’est du reste de façon consensuelle que les populations délimitent l’aire
des zones tampons.
En termes d’utilisation des ressources, l’implication et la responsabilisation des populations locales
dans le mécanisme de gestion des sites de la métallurgie est l’une des réalités connues de tous. En
effet, la participation active des communautés riveraines permet de réduire les menaces sur les
zones tampon et la série.

- Renforcer la coopération
Le Burkina Faso entretient des relations étroites avec des institutions internationales menant des
politiques de mise en valeur du patrimoine métallurgique. C’est ainsi que le pays a pris part à un
atelier international de travail sur la gestion et la mise en valeur de sites paléométallurgiques
d’Afrique de l’Ouest du 20 au 24 mai 2013 dans le Grand site du Massif du Canigo (Pyrénées-
Orientales, France). Cet atelier international portant sur les sites du fer, organisé à la demande du
Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme du Burkina Faso a permis à une quinzaine de
responsables de sites paléométallurgiques et experts venus d'Afrique de l’Ouest et d’Europe, de
confronter leurs expériences et de bénéficier du regard de leurs pairs.

Dans cette même logique, les mêmes partenaires se sont à nouveau retrouvés à Kaya du 24 au 29
novembre 2014 sur la même problématique. Les participants ont pu échanger directement avec
les habitants de Yamané et de Tiwèga autour du thème de la gestion participative. Au cours dudit
atelier, les bases et les conditions de mise en œuvre d’une exposition internationale itinérante sur

83
la paléométallurgie ont été examinées. Cette exposition sur l’âge du fer africain intervenue à
Bibracte en 2016, au Burkina Faso en 2017 et continuera dans les pays de la sous-région.

En avril 2017, le Réseau des Grands Sites a organisé une formation de renforcement de capacité à
laquelle deux nouveaux gestionnaires de patrimoine culturel du Burkina Faso ont pris part. Cette
gestion s’inscrivait en droite ligne avec la problématique de la conservation des biens bâtis.
Un partenariat étroit a été établi avec le Centre d’archéologie européenne de Bibracte pour la
visibilité des biens de la métallurgie. C’est ainsi qu’en plus de soutenir techniquement et
financièrement l’exposition ci-haut mentionnée, ce Centre a réalisé un site internet destiné à la
promotion de l’ensemble des sites classés du Burkina Faso
(www.burkinafaso.patrimoinemondial.com ). Pour la conservation des biens de la métallurgie, le
Centre accompagne le Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme dans la gestion des
pathologies des biens de la série.

Pour une meilleure synergie des actions de valorisation du patrimoine métallurgique, un atelier a
été organisé à Bassar au Togo. L’atelier qui s’est tenu du 16 au 19 décembre 2017 a rassemblé des
gestionnaires de patrimoines, des chercheurs, des organisations de la société civile, des
administrateurs et des partenaires techniques et financiers.

Au niveau décentralisé, des jumelages entre les communes de Douroula, de Kaya et des
communes françaises ont permis la mise en œuvre d’actions pour la conservation et la promotion
des biens de la métallurgie du fer. La commune de Châtellerault a financé des signalétiques pour
indiquer le site de Tiwêga tandis que dans le cadre de la coopération entre Douroula et Besançon,
la commune de Douroula a été dotée d’un musée ethnographique où sont exposés les éléments
du plus vieux fourneau connu du Burkina Faso.

A la lumière de tout ce qui précède, il ressort que les sites de métallurgie de fer au Burkina Faso
sont bien intégrés dans un cadre de concertation entre l’ensemble des parties prenantes ce qui
permet de mettre en œuvre une stratégie de gestion harmonisée et durable. Cette stratégie se
définie par les actions spécifiques suivantes :

- Conserver les sites


La conservation des sites a été garantie jusqu’à ce jour par les règles coutumières et le respect
dont jouissent les forgerons. Toutefois, des arrêtés municipaux seront pris au niveau des
communes, pour officialiser la protection des sites et faciliter leur conservation. Les délimitations
seront matérialisées par des plantations d’arbres comme cela a été fait à Kindibo ou par des
cordons de pierres sèches, pour éviter que des activités destructrices prennent place sur les sites
et leurs abords. Le respect des règles de protection sera suivi par les différents comités de gestion.
La conservation sera assurée par les forgerons qui ont fait leurs preuves lors du festival Wedbinde
de Kaya, où plusieurs fourneaux expérimentaux ont déjà été restaurés. Les campagnes de
conservation se feront sous la supervision des chercheurs et conservateurs des universités
burkinabè, des ministères burkinabè en charge de la Culture et du Tourisme et de structures de
renommée internationale (l’ONG-Craterre, le Centre archéologique européenne de Bibracte,

84
service des Monuments nationaux de France). Des campagnes annuelles de nettoyage des sites
seront également organisées quand il le faudra, pour éviter l’envahissement des fourneaux par les
arbustes.

Étudier et faire connaître la métallurgie

Les travaux de recherche scientifique surtout les fouilles archéologiques ont produit une vaste
documentation sur la métallurgie du Burkina Faso. Les résultats de ces travaux sont connus de la
communauté scientifique mais peu du grand public. C’est pourquoi le système de gestion prévoit
la poursuite des recherches et la large diffusion de leurs résultats. Cela passera par l’édition de
nouveaux livres, dont des ouvrages accessibles au grand public, y compris aux enfants.

Promouvoir et valoriser les sites

Les sites de la métallurgie ne sont pour l’instant connus que des villageois et des chercheurs. Mis à
part le musée de Douroula et le festival Wedbinde de Kaya, très peu a été fait pour mettre en
valeur ce patrimoine millénaire qui touche tout le pays et tout l’Ouest africain. C’est pourquoi le
système de gestion prévoit faciliter l’accès aux sites par leur valorisation à travers des campagnes
de promotion comme cela se fait déjà pour le site du patrimoine mondial des Ruines de Loropéni.
Au niveau des villages, des campagnes de formation sont prévues pour préparer les populations au
guidage des visiteurs. Les forgerons qui participent à la perpétuation de pratiques et savoir-faire
liés à la métallurgie du fer, feront partis des guides officiant sur les différents sites. Pour améliorer
le confort de la visite, des lieux seront aménagés (aires de pique-nique, banquettes, plantation
d’arbres pour créer de l’ombre, etc.).

Renforcer le rôle des populations


Les populations sont les mieux placées pour garantir la pérennité des sites, en assurant leur
protection et leur conservation. Elles seront sensibilisées à la nécessité de conserver les sites via
des actions de sensibilisation conduites par des organisations de la société civile, les collectivités
territoriales, l’administration centrale et déconcentrée et des médias appropriés (radios, TV et
journaux). Des formations seront organisées pour préparer les forgerons et les populations à
l’accueil et l’échange avec les visiteurs. Des formations spécifiques seront proposées aux
communautés locales sur la fabrication d’objets artisanaux facilement transportables par les
touristes et adaptés à leur demande.

85
3.2 Analyse comparative

Les vestiges de la métallurgie ancienne du fer que le Burkina Faso propose se distinguent des autres
témoins de cette activité au plan national sous régional et même mondial. Les principaux critères qui
les singularisent sont la chronologie, la morphologie et le mode de fonctionnement des structures de
réduction et la complétude des attributs. Malgré l’abandon de l’activité de réduction, le bien proposé
permet en effet une très bonne visibilité des différents aspects de la production du fer. L’état de l’art
renseigne abondamment sur le niveau des investigations au Burkina Faso et permet une vue
d’ensemble du sujet. Les caractéristiques fondamentales des quatre provinces métallurgiques
identifiées au Burkina Faso se retrouvent toutes dans les éléments constitutifs des espaces bwi et
boosé qui fondent le bien proposé.

Les datations obtenues dans les espace bwi et boosé résument toute l’histoire de la production du
fer au Burkina Faso depuis ses phases les plus anciennes jusqu’à l’abandon de l’activité. Si dans les
espaces bwi et boosé, l’activité débute au premier millénaire avant Jésus Christ (8e siècle avt J.C), il
faut attendre le début du deuxième millénaire de notre ère pour voir son avènement dans les aires
djugu et numu (17e siècle ap. J.C). Dans les quatre provinces l’activité prend fin au milieu du 20e
siècle pour ce qui est de la métallurgie primaire. A l’échelle africaine, quelques sites de paléo
métallurgie sont comparables à ceux des espaces métallurgiques du Burkina Faso.
Figure 19: quelques données chronologiques

Source L. M. Maes-Diop in H Bocoum (2009: 192).

A l’analyse des différentes dates, celle du 8e siècle obtenue au Burkina Faso élargit
géographiquement les plus anciens foyers de la production du fer en Afrique. Le pays détient à ce
stade la plus ancienne date en Afrique occidentale à l’Ouest du fleuve Niger. Le bien proposé
participe à renforcer la thèse d’une auto découverte de la technique de production du fer au lieu
d’une thèse diffusionniste.

D’un point de vue morphologique, les fourneaux de réduction se répartissent entre les fourneaux à
chambre, à cellule et à colonne. Au plan national, les structures à chambres caractéristiques de la
tradition numu de même que celles à colonne de l’espace djugu se retrouvent également dans les
domaines bwi et boosé. La typologie des fourneaux ouest africaines faite par Bruno Martinelli (1994)
permet à l’échelle internationale de considérer le bien proposé, (au regard de leur bon état général
de conservation) représentatif des fourneaux à cellule, à colonne et à chambre rencontrés en Côte
d’Ivoire, au Bénin, au Mali, en Guinée, au Niger, au Togo, etc. L’ensemble des fourneaux utilise les

86
mêmes matériaux de construction (argile, briques, scorie, fragments de tuyères) avec quelques
variations dans les modalités d’utilisation. Par exemple, l’emploi des fragments de tuyères reste
spécifique à l’espace boosé. Aux fourneaux aériens observables partout au Burkina Faso, l’espace bwi
associe des fourneaux souterrains et semi souterrains qui s’élevaient d’à peine 1m au-dessus du sol
(même si l’envergure de ces fourneaux atteignait 2,5m). Le choix de la série des sites des provinces
Boosé et Bwi permet donc de prendre en compte la diversité morphologique des fourneaux existant
ou ayant existé au Burkina Faso et en Afrique.

Parmi les vestiges de la paléo métallurgie du fer au Burkina Faso, les mines d’extraction du minerai
occupent une grande place en termes de visibilité. L’exploitation du minerai de fer a laissé des mines
sous forme de champs de puits (circulaires, demi-lune, quadrangulaires, munis de crans, d’escaliers,
d’encoches), de galeries et de carrières. Les types de sites d’exploitation du minerai de fer que l’on
trouve au Burkina Faso et, spécifiquement dans les espaces bwi et boosé, résument celles d’autres
régions du monde. En effet, en plus de leur mode d’exploitation familial, les mines des espaces boosé
et bwi renferment comme les mines de fer de Télé-Nugar du Tchad, des puits verticaux et des
galeries souterraines. Au niveau des techniques d’exploitation, les données laissent voir l’usage de
techniques similaires mais en termes d’envergure territoriale, il existe très peu d’informations sur la
répartition des mines au Tchad. Ceux du Burkina Faso s’en distinguent non seulement par leur
nombre, leur variabilité, leur bon état de conservation mais aussi par leur représentativité à l’échelle
nationale. En effet des travaux ont permis de repérer un grand nombre de mines dans les différentes
régions du pays et de les caractériser sur le plan typologique, morphologique, et du point de vu des
teneurs en fer (Kiethéga J-B, 2009, Coulibaly Pon J-B 2017). Les sites des espaces boosé et bwi,
permettent de mieux comprendre les mines tchadiennes, inscrites sur la liste indicative (WHTL 2054).

La réduction du minerai de fer a laissé des amas de scories de formes et de dimensions variées. En
l’état actuel des connaissances, l’amas le plus important de l’espace du Burkina Faso se trouve dans
la série proposé avec un amas de plus de 11m de hauteur et qui s’étend sur plus de 3ha. Le bien
évoque sous certains aspects les sites archéologiques de l’île de Méroé au Soudan (Réf : 1336) qui est
un vaste complexe. Si les vestiges emblématiques du bien de l’île de Méroé et du paysage culturel de
Sukur sont les amas de scories, la série de sites proposée comportent l’ensemble des attributs
(mines, minerai, structures de réduction, forges, rebuts, outils et même les savoirs et savoir-faire)
permettant de comprendre l’ensemble du système technique de la paléométallurgie du fer.
Comparativement au paysage culturel de Sukur (bien de la liste du patrimoine mondial) qui comporte
des vestiges archéologiques dont des fourneaux, le bien proposé donne une autre organisation de
l’espace de travail. Les sites sont en effet pour l’essentiel éloignés des agglomérations alors que ceux
du paysage culturel de Sukur « étaient habituellement à proximité de la maison de leur propriétaire »
(réf 938).

Le bien proposé complète par ailleurs le complexe technique métallurgique que représentent
certains biens du patrimoine mondial que sont l’Usine de Völklingen, les Forges d’Enselberg. A la
différence de ces biens qui ne traduisent qu’une autre chaîne opératoire c'est à dire la réduction
indirecte (la filière fonte), la série de sites proposée pour inscription représente la filière loupe c'est à
dire la réduction directe. Sa complétude, en ce qui concerne les différents stades de la production
comme l’attestent les vestiges qui conservent leur intégrité et leur authenticité, en fait un témoin
majeur pour le témoignage d’une civilisation technique recouverte avec adversités par les strates de
furieuses innovations technologiques.

Le bien proposé par le Burkina Faso pour une inscription sur la Liste du patrimoine mondial est le
premier et le seul consacré spécifiquement à la paléométallurgie directe. Aussi, le bien est singulier
par l’état de conservation de ces fourneaux qui ont servi à l'extraction du fer par réduction malgré
l’arrêt de la production depuis plus d’un demi-siècle. Les différents sites sont aujourd’hui de
véritables musées à ciel ouvert bien intégrés dans les paysages.

87
3.3. Projet de déclaration de valeur universelle exceptionnelle

a) Brève synthèse

Les sites de paléométallurgie du fer illustrent un phénomène historique spécifique : la


production intensive de fer que l’on observe dans l’Afrique de l’Ouest sahélienne entre le
milieu du premier millénaire avant Jésus Christ et le milieu du deuxième millénaire après
Jésus Christ. Ce phénomène technologique a été un marqueur de l’histoire de l’homme
africain d’autant qu’il met fin à son passé préhistorique et pour marquer son entrée dans sa
phase historique. Le fait métallurgique participe d’un développement technologique majeur,
celui de l’adaptation de l’homme africain à son environnement direct dont les effets
démographique, économique et social ont été sans précédent dans la région, à savoir
l’apparition d’entités étatiques de grande étendue géographique, comme les « empires » du
Ghana, du Mali et du Songhay et les échanges commerciaux à grande distance avec le
monde arabe, à travers le Sahara. Ce phénomène témoigne de relations spécifiques entre le
développement d’une technologie endogène originale et le développement socio-culturel
d’une vaste région, de la même manière que le développement de la sidérurgie industrielle
en Europe à partir du XVIIIe siècle, et représentée sur la liste du patrimoine mondial par
l’usine de Völklingen (Allemagne), lequel est indissociable du développement de la société
capitalistique qui a marqué le continent européen aux XIXe et XXe siècle. Le développement
de la sidérurgie a fortement contribué à la structuration de l’Afrique de l’Ouest sahélienne,
avec l’apparition de groupes sociaux associés à la production du fer et à la manufacture
d’objets en fer, les castes de forgerons. Alors que les modes traditionnels de réduction du fer
se sont éteints au cours du 20e siècle, ces castes restent très vivaces ; elles sont fortement
attachées à leur héritage technique et culturel, de sorte que la mise en lumière du
patrimoine archéologique associé à cet héritage contribue efficacement à la valorisation de
leurs traditions.

b) Justification des critères

La valeur universelle exceptionnelle des sites s’énonce par les critères suivants :
Critère (iii) : Les sites de métallurgie ancienne de fer sont des témoins exceptionnels de
biens conservés, d’une tradition unique de réduction du minerai de fer qui s’est très
largement développée dès le début du premier millénaire avant notre ère, laissant aux
communautés actuelles un riche héritage technique et culturel.

Critère (iv) : Les sites de métallurgie ancienne de fer sont des exemples éminents et variés
d’ensembles technologiques illustrant le développement de procédés endogènes de
production du fer en Afrique de l’Ouest. L’apparition très ancienne à l’échelle mondiale de
cette technologie a eu des conséquences significatives sur l’histoire des peuples africains.

88
Critère (vi) : Les sites de métallurgie ancienne de fer du Burkina Faso sont directement
associés à des traditions vivantes portées par le groupe socioprofessionnel des forgerons.
Maîtres du feu et du fer, ils perpétuent des rites et des pratiques sociales ancestrales qui
leur confèrent un rôle important au sein de leurs communautés. Ces traditions initiatiques se
sont transmises de manière ininterrompue, probablement depuis des temps immémoriaux
du fait que la production avérée remonte au 8e siècle avant J.C. Si de nos jours, la réduction
n’est plus pratiquée qu’à titre expérimental (Toungaré 1989, Saye 2005, Dablo 2006, Kaya
2008, 2010, 2012, 2014, Moussodougou 2017, Ouagadougou 2017), etc.) la métallurgie de
transformation est toujours une pratique courante dans les villages. Les produits fabriqués
sont peu nombreux mais indispensables aux cultivateurs éleveurs : outils pour travailler la
terre, outils de coupe ou de sculpture du bois, clous, couteaux et armes. Ces objets n’ont pas
été supplantés par des outils importés jusqu’à ce jour.
Les forgerons perpétuent les expressions orales, les rituels et pratiques sociales liés à la
métallurgie. La survivance de leur statut d’antan, leur permet de toujours jouer le rôle de
médiateur dans les communautés contemporaines. Sa maîtrise des quatre éléments
constitutifs de l’univers l’air (comburant des fourneaux), la terre (minerai), l’eau et le feu
(principaux moyens de réduction et de transformation) lui permet d’interférer dans le cycle
de la procréation. C’est ainsi que le forgeron, par l’entremise de son métier, rend féconds les
hommes et femmes stériles.

c) Déclaration d’intégrité
Les sites de la métallurgie ancienne du fer au Burkina Faso abritent dans leurs limites tous
les attributs essentiels qui leur confèrent une valeur universelle exceptionnelle. Ils ont tous
été préservés dans leur intégrité et dans leur environnement sans perturbation majeure au
cours des siècles.
Aucun fourneau n’a fait l’objet d’un démontage ou d’un déplacement ni d’actes de
destruction par vandalisme. Seule la base de fourneau de Douroula qui a livré la date la plus
ancienne a fait l’objet d’aménagement pour assurer sa protection. Du fait de son ancienneté
(8è siècle avant J.C), ce site ne dispose plus d’un fourneau debout. Il conserve cependant
tous ses attributs et son importance dans la série des cinq sites proposés, mais aussi en tant
que site métallurgique ayant livré la plus ancienne datation en Afrique occidentale à l’Ouest
du fleuve Niger. Le peu d’interférence entre les activités humaines et les sites, localisés dans
des zones rurales faiblement peuplées est pour l’instant une garantie du maintien de
l’intégrité. L’éloignement des habitations et le caractère sacré de ces zones liées aux
forgerons sont une réelle garantie de protection de l’intégrité.
Néanmoins, l’espace géographique de la province métallurgique des Boosé est confrontée à
certains problèmes récurrents que sont : l’érosion hydrique et éolienne des sols, les cycles
de sécheresse et corolairement, la désertification, la colonisation de certains fourneaux par
des termites et des arbres et l’orpaillage. L’orpaillage près du site de Yamané, s’il n’est pas
maîtrisé, pourrait, à long terme, menacer certains de leurs attributs. A contrario, dans la

89
province métallurgique des Bwi, le site de Békuy, du fait de son implantation dans une forêt
classée bénéficie des avantages du couvert végétal.
Toutefois, l’application des dispositions légales en matière de protection de patrimoine
culturel permet de juguler ces menaces. A ces dispositions légales, s’ajoute la prise de
conscience des communautés riveraines des sites sur la nécessité de leur protection. Ces
communautés ont développé des systèmes endogènes de gestion qui participent activement
au maintien de l’intégrité des sites (interdiction, reboisement etc.).

d) Déclaration d’authenticité
Les sites témoignent d’une continuité de production sur plus de 2.700 ans, de la maîtrise des
procédés de réduction et de transformation du fer, ainsi que de l’apport essentiel de cette
technologie à l’histoire des peuplements africains, et non seulement à l’histoire des peuples
du Burkina Faso. Les cinq sites de métallurgie retenus pour cette proposition d’inscription
expriment cette valeur universelle exceptionnelle tant par l’âge du phénomène, la forme des
structures de réduction, la complétude des éléments du complexe métallurgique, la
diversité et la richesse des techniques architecturales, ainsi que par les traditions des
forgerons encore vivantes aujourd’hui.
L’existence d’une dizaine de fourneaux, avec de fortes variances architecturales, la lisibilité
de l’ensemble des éléments du complexe de la métallurgie du fer dans les aires proposés,
l’actuel usage d’objets produits artisanalement par les forgerons (couteaux, houes,...), même
s’ils sont fabriqués avec du métal industriel recyclé sont autant d’aspects qui témoignent de
ce phénomène technique. Mieux les ateliers de forgerons contribuent toujours à perpétuer
l’intégrité des savoirs, en poursuivant des gestes répétés depuis des siècles. Au sein des
sociétés dans lesquelles elles opèrent, les familles de forgerons n’ont rien perdu de leur
importance sociale, en tant que maîtres du feu, et sages capables de dénouer ou résoudre
des conflits.

e) Exigences de protection et de gestion.


D’une part figure un ensemble de textes juridiques (voir annexe 7b) qui garantit l’intégrité
des limites du bien, et la mise en œuvre des activités compatibles. Cet ensemble de textes
légaux fournit également les bases juridiques de la participation des différentes parties
prenantes dans la gestion des sites de métallurgie ancienne de fer au Burkina Faso. Les
textes juridiques s’appliquant directement au bien sont la loi 024-2007/AN du 13 novembre
portant protection du patrimoine culturel au Burkina Faso et le Décret n°2014-
1019/PRES/PM/MCT/MEDD/MATS/MATDS du 28 octobre 2014 portant classement des
biens culturels et naturels et leur inscription sur la liste indicative du patrimoine du Burkina
Faso. Enfin, l’arrêté 116/SE du 28 janvier 1940 portant classement de la forêt de Maro,
renforce davantage un site de la série.

90
D’autre part un système de gestion s’appuyant sur les plans de gestion de chacun des cinq
sites constituera l’outil principal de gestion durable du bien. Pour sa mise en œuvre, des
organes seront mis en place tant au plan national que local. Le fonctionnement de ce
système de gestion se résume comme suit. Le bien proposé pour inscription sera géré au
plan de la réflexion et des orientations par un Comité national de gestion et au plan pratique
par la Direction des Sites Classés Patrimoine Mondial. Le comité national de gestion, à
l’image d’un conseil d’administration va exercer une autorité et un contrôle sur l’ensemble
des questions relatives aux sites (conservation, aménagement droits de visites, etc). A
l’échelle de chaque site un comité local sera en charge de l’éveil et de la veille des
communautés locales pour la gestion durable du site. Ce comité aura pour boussole le plan
de gestion du site et les orientations du comité national de gestion. Le système de gestion
qui court de 2018 à 2022, repose ainsi sur une coordination des interventions de l’ensemble
des parties prenantes à travers le comité national de gestion et pour chacun des sites
composant le bien, un comité local de gestion qui sera mis en place. A terme, la valeur
universelle exceptionnelle des sites de la métallurgie ancienne du fer au Burkina Faso est
maintenue et confortée, les savoirs et valeurs liés aux pratiques de la métallurgie ancienne
du fer sont transmis aux nouvelles générations et les communautés locales mieux
impliquées bénéficient davantage des retombées des sites.

91
4. Etat de conservation

92
4.a Etat actuel de conservation
Une constellation de sites de métallurgie ancienne couvre le territoire du Burkina Faso. Certains ont
parfaitement résisté au temps alors que d’autres ont quasiment disparu du paysage. Les éléments les
plus fragiles sont les fourneaux qui, bien qu’ils soient constitués de terre crue au départ ; sont cuits par
les réductions successives qu’ils ont abritées, ce qui leur confère une assez bonne résistance aux
intempéries. Néanmoins, ils se détériorent lentement au fil du temps.
Les parties endommagées des fourneaux sont principalement les sommets, mais aussi les embrasures à
la base, qui étaient parfois volontairement détruites en fin de réduction par les forgerons pour laisser
couler la gangue, ou extraire la loupe.
L’exploitation du minerai de fer a laissé des carrières et des puits dont l’état de conservation varie d’un
site à un autre, certains bouchés d’autres effondrés voire envahis par la végétation qui y a poussé.
La reduction du minerai de fer a laissé d’importantes quantités de scories. qui ont parfois fait l’objet de
prélèvements pour servir comme matériaux de construction.
De manière générale, les sites proposés pour inscription sont tous en assez bon état de conservation,
comme le prouvent les images du chapitre concernant la description des biens. Ces sites ont bien résisté
au temps, parfois sur plusieurs siècles.

Etat actuel de conservation


Le site de Tiwêga présente trois fourneaux et de nombreuses bases de fourneaux dont certaines
sont des fononsé(---). Ces fourneaux ont été construits avec beaucoup de soin, ce qui leur assure
une bonne résistance dans le temps. Deux des trois fourneaux sont en excellent état, seuls
quelques centimètres manquent au sommet. Ils donnent l’impression d’avoir été récemment
abandonnés, les scories étant encore éparpillées autour des ouvertures. Ils mesurent chacun 2,60
Tiwêga m de hauteur et présentent clairement tous les détails de construction. Les deux fourneaux sont
colonisés par des termitières ce qui contribue à renforcer surtout leur base fragilisée par la
presence des embrasures.
Le troisième fourneau est à moitié détruit, et ne mesure plus que 0,80 m de hauteur.
Le reste du site est très bien préservé, les collines proches n’ont pas été exploitées et les couches
archéologiques n’ont pas été perturbées par des activités agricoles.
Le site de Yamané est en assez bon état de conservation. Situé à l’écart du village sur des terrains
en pente difficiles à cultiver, il est resté intact. Deux fourneaux sont debout, et relativement en
bon état de conservation. Le premier mesure 2,10 m et ne présente qu’une destruction partielle
de son sommet.
Le second fourneau plus fragilisé mesure encore 2,20 m à son point le plus haut. Il presente
Yamané quelques fissures et une partie du sommet est erodée. L’effondrement d’un pan de la paroi laisse
voir l’intérieur ainsi que les détails de construction. Ce second fourneau est légèrement soulevé
par les racines de l’arbre qui le jouxte, ce qui lui donne une légère inclinaison.
Le paysage est bien conservé, ainsi que les strates archéologiques préservées pour l’instant par les
agriculteurs. De nombreuses scories sont encore en place et donnent la mesure de l’importance
de la production dans ces collines.
Kindibo présente trois fourneaux debout, une ferrière et une série de puits d’extraction du
minerai. Les puits, bien que proches du village sont intacts. Ils sont munis d’encoches. Sur les trois
fourneaux, deux sont en très bon état, intacts sur toute leur hauteur, ce qui permet de pleinement
Kindibo apprécier leur forme. Seules des petites parties manquent au sommet. L’appareillage des mottes
de terre utilisées pour leur construction est clairement visible, ainsi que les couches d’enduits
successives appliquées sur la face intérieure des fourneaux. Des termitières colonisent ces
fourneaux à leur base.

93
Le troisième fourneau à l’Ouest du site est en moins bon état. L’ arbre qui lui est accolé contribue
certainement à le déstabiliser. Ce fourneau présente des fissures verticales, et la partie sommitale
est érodée. Il reste tout de même conservé sur 1,85 m de haut. Les ouvertures à la base sont
intactes, sauf l’ouverture principale initialement élargie pour faire sortir la loupe.
Le site étant proche du village, il est entouré par des champs de culture. Aussi les couches
archéologiques ont elles été endommagées dans une partie de la zone tampon.
Dans cet ensemble se trouvent plusieurs fourneaux de petites tailles qui ont la particularité d’être
semi enfouis. Leur partie émergente est encore en bon état, avec des cheminées mesurant de
0,30m à 0,90m de hauteur, seules quelques pierres manquent au sommet. Ils ne présentent pas
Békuy de pathologie particulière. Un autre élément impressionnant de ce site est l’envergure des amas
de scories qui mesurent entre 5m et 11m de hauteur et s’etendent sur plusieurs hectares.Ces
amas sont en partie couverts par la végétation: arbres, buissons, lianes, mousses... qui les rendent
difficilement accessibles et les protègent.
Le site de Douroula est constitué de vestige d’un fourneau avec une zone d’extraction du minerai
Douroula au sud du site qui est en bon état. Bien qu’envahie par la végétation, on y voit clairement les
parois latéritiques avec les traces d’outils utilisés pour détacher le minerai.

4.b Facteurs affectant le bien

i. Pressions dues au développement


Les sites de métallurgie proposés sont situés hors des zones d’habitations. Aucune infrastructure
importante n’a été érigée sur les sites. Les voies de circulation se limitent en de sentiers de terre
empruntés par des pietons, cyclistes, motocyclistes et charettiers. Des champs sont cultivés à proximité
de certains sites, ce qui entraîne la perturbation des horizons superficielles des couches archéologiques.
Par contre les fourneaux et les zones d’extraction ne sont pas affectés par l’activité agricole. Dans le cas
de Yamané, l’exploitation aurifère a laissé des traces sur les collines environnant les sites.
Le tableau suivant répertorie les principales menaces dues au développement qui pourraient peser sur
chacun des biens de la série proposée :
Pressions dues au développement
Le site de Tiwega est entouré de collines qui contribuent à sa protection. Il n’a pas été utilisé par les
agriculteurs, malgré la proximité de la ville de Kaya. Le village de Tiwega qui est le plus proche est situé à
trois Km environ du site et aucune exploitation agricole n’empiète sur le périmètre du site. Cependant,des
Tiwêga
risques potentiels pourraient survenir de l’extension incontrôlée des exploitations agricoles et la
divagation des animaux. Certaines exploitations agricoles situées loin du site sont délimitées par des
alignements de scories.

Les habitats sont à trois Km du site ce qui n’affecte pas directement ce dernier.Cependant des risques
Yamané pourraient survenir de l’extension incontrôlée des exploitations agricoles, aurifère et la divagation des
animaux.
Le village se trouve à environ 500 m des fourneaux ce qui expose certainement les fourneaux aux menaces
anthropiques. De par le passé, le site etait en partie cultivé, ce qui a affecté les horizons superficiels des
couches archéologiques.
Kindibo Suite aux sensibilisations, les trois fourneaux sont protégés par les populations qui ont érigées des cordons
pierreux délimitant les aires de circulation entre les structures. De nos jours, les populations ne cultivent
plus à proximité. Elles ont même initié une clôture végétale (épineux) pour renforcer sa protection. La
partie abritant les puits d’extraction est vierge de toute activité.
Le site de Békuy est logé dans la forêt classée de Maro (arrêté n°116 du 17 janvier 1939) dont la gestion
Békuy est assurée par les services des eaux et forêts. De ce fait, les risques de pression due au développement
sont fortement minimisés.

94
Le site de Douroula est situé à 3 Km du village de Douroula. Les alentours de la base de fourneau de
Douroula sont cultivés, et de nombreuses scories sont visibles en surface. Ces pratiques affectent les
Douroula horizons superficiels des couches archéologiques en surface. La zone forestière couvrant l’ancienne mine
d’extraction n’est utilisée que pour la chasse par les villageois, ce qui ne constitue pas une menace pour les
parois latéritiques marquées par les outils d’extraction témoignant de l’ancienne exploitation de minerai.

Le système de gestion mis en place permettra de juguler ces menaces.

ii Contraintes liées à l'environnement


Les menaces graves liées au séismes, cyclones et volcans sont absentes de l’environnement du Burkina
Faso. De ce fait, les contraintes majeurs pouvant affecter les sites de la métallurgie anciennedu fer ne
sont constituées que par la faune , la flore.
Les fourneaux sont des constructions en terre particulièrement résistantes. Le matériau étant cuit par la
chaleur des réductions, les fourneaux peuvent résister plusieurs siècles.
Les intempéries (vents et pluies) ont peu d’effets sur la surface, elles n’ont érodé que les couches
extérieures d’enduit par endroits, mais les parois sont relativement intactes. Des termitières occupent
certains fourneaux (Tiwêga, Kindibo). Cela a pour effet de les stabiliser physiquement et n’affecte en rien
les parois en terre cuite, qui sont trop résistantes pour être perforées par les termites.
Cependant, certains fourneaux souffrent de la présence d’arbres (Yamané et Kindibo), car les racines
peuvent en partie les soulever et/ou engendrer des fissures. Une autre menace provient des gros
animaux, sauvages ou domestiques, qui peuvent se frotter aux parois des fourneaux et entrainer des
destructions
Le tableau suivant répertorie les principales menaces dues à l’environnement qui pourraient peser sur
chacun des sites :

Menaces liées à l'environnement


Aucune menace liée à l’environnement. Les fourneaux sont trop éloignés des collines pour souffrir de chutes
Tiwêga
de pierres. Les ravins par contre pourraient constituer une menace à long terme.
L’un des fourneaux est incliné par le soulèvement engendré par des racines d’arbres. Un manque de
Yamané surveillance de l’évolution des arbres autour des fourneaux pourrait constituer une menace comme une chute
de branches ou un soulèvement des racines d’arbres.
L’un des fourneaux est adossé à un arbre, dont les racines pourraient soulever une partie de la structure déjà
Kindibo fissurée. Il s’agit pour l’instant de la seule menace naturelle sur ce site. La végétation autour ou sur le bord des
puits d’extraction de minerai accélère la dégradation de ceux-ci(remplissage et ecartellement).
Les éléphants présents dans la forêt classée visitent parfois le site, entouré par des amas de scories, mais ils ne
Békuy
les piétinent pas.
L’élément principal qui est la base de fourneau datée du 8 siècles av J-C est affecté par les eaux de
Douroula ruisselement. Un bosquet entoure les restes de la carrière; des arbres ont poussé à côté d’une des bases de
fourneau mais leurs racines ne l’affectent pas.

iii Catastrophes naturelles et planification préalable


Aucune catastrophe naturelle ne peut directement affecter les sites. Ils sont en hauteur donc à l’abri des
crues, ne peuvent pas souffrir des sécheresses, ni des glissements de terrain qui pourraient se produire
sur certaines collines car ils en sont trop éloignés.

95
iv Visite responsable des sites du patrimoine mondial
Les sites ne font pas encore partie des circuits officiels du tourisme. Les visites se limitent pour l’instant à
de petits groupes de chercheurs et d’étudiants, et aux responsables du patrimoine à l’échelle nationale
et locale qui ne représentent aucun danger. Aucune menace n’est à craindre de la part des visiteurs.

v Nombre d'habitants dans le périmètre du bien, dans la zone tampon

Les sites proposés pour l’inscription et leurs zones tampons sont inhabitées
Tiwêga Yamané Kindibo Békuy Douroula

Zone principale 0 0 0 0 0 0

Zone tampon 0 0 0 0 0 0

96
5 Protection et gestion

97
5.a Droit de propriété

Les questions de la propriété agraire et foncière sont régies par la loi n°014/96/ADP du 23 mai
1996 portant réorganisation agraire et foncière au Burkina Faso (RAF), la loi 055-2004/AN du
21 décembre 2004 portant code général des collectivités territoriales au Burkina Faso, la loi
003-2011/AN du 05 avril 2011 portant code forestier au Burkina Faso et la loi 006-2013/AN du
02 avril 2013 portant code de l’environnement au Burkina Faso. Cette législation organise le
régime de propriété et d’administration du foncier national. Les sites de Tiwêga, Yamané,
Kindibo et Douroula sont tous situés sur des terrains publics, dont la gestion est assurée par les
communautés. Le site de Békuy est situé dans la forêt classée de Maro (Acte n°116/FE/17 janvier
1939) ce qui en fait d’office un bien public.

5.b Classement de protection

La protection au fil des siècles a été assurée par les communautés, sur la base du droit coutumier.
La crainte et le respect qu’inspirent les forgerons a par ailleurs facilité la protection des sites
Il existe au Burkina Faso un cadre juridique et institutionnel propice à la protection des biens
culturels.
Au niveau juridique, le décretn°2014-1019/PRES/PM/MCAT/MEDD/MATS/MATDS du 28
octobre 2014, portant classement des biens culturels et naturels et leur inscription sur la Liste
indicative du patrimoine du Burkina Faso, pris en application des prescriptions de la loi du 13
novembre 2007 portant protection du patrimoine culturel du Burkina Faso, classe les sites
proposés sur la liste nationale.14
Au niveau institutionnel, les sites de la métallurgie anciennes du fer sont gérés
administrativement par la Direction des Sites Classés Patrimoine mondial du Ministère chargé de
la Culture du Burkina Faso, en collaboration avec les collectivités territoriales.

5.c Moyens d’application des mesures de protection

Moyens au niveau national


Depuis l’inscription des sites de la métallurgie sur la liste indicative, un certain nombre de mesures
et d’activités ont été réalisées en vue du renforcement de la protection et de la gestion des sites.Il
s’agit :
-de la tenue de six réunions avec les parties prenantes, en décembre 2015, grâce à
l’accompagnement et le soutien du Fonds du Patrimoine Mondial Africain (F P M A) ;
-de l’organisation de concertations avec les communautés en vue de l’obtention de document
donnant droit à la jouissance des espaces fonciers des sites communément appelés « procès
verbaux de palabres ». Les P V de palabres de Tiwêga, Douroula , Békuy et Kindibo sont
disponibles. Ces documents permettent d’entamer la sécurisation foncière des sites ;

14
Décret n°2014-1019/PRES/PM/MCAT/MEDD/MATS/MATDS du 28 octobre 2014, portant classement des
biens culturels et naturels et leur inscription sur la liste indicative du patrimoine du Burkina Faso

98
- de la mise en place de 45 directions provinciales en charge de la culture pour relayer sur le
terrain les adminitrations centrales et mieux assurer la protection des sites.

Moyens au niveau communal


L’administration des différentes communes15 commence à jouer également un rôle actif dans le
processus de conservation et de mise en valeur des biens culturels. Dans le cadre de cette
proposition de nomination, elles se sont engagées à produire des arrêtés municipaux pour la
concession des zones proposées à l’inscription et des zones de protection.
De plus, les administrations communales ont un organigramme type qui comprend un service
chargé des affaires culturelles.

Moyens au niveau communautaire


La protection de ces sites est surtout sous la responsabilité des communautés et leurs autorités
qui assurent une conservation permanente des aires de métallurgie depuis des siècles. A Kindibo
par exemple les communautés ont initié des actions de protection qui ont consisté à ériger des
diguettes délimitant les fourneaux.

5.d Plans concernant la municipalité et la région où est situé le bien

Chacune des municipalités dispose d’un plan communal de développement qui oriente la
politique de la commune. Ces plans n’intègrent pas encore de politique spécifique dédiée à la
métallurgie. Cependant, certaines actions sont menées en faveur de la protection, de la
conservation et de la valorisation des sites de la métallurgie ancienne du fer. A Douroula par
exemple les autorités municipales ont pu créer un musée communal où il existe une
reconstitution du fourneau de réduction du minerai de fer dont la base a donnée la date la plus
ancienne au Burkina Faso.
Afin d’intégrer de manière systématique la dimension conservation et mise en valeur des sites de
la métallurgie dans les communes, les textes de création des comités locaux de gestion des biens
ont prévu la participation des responsables communaux.

5.e Plan de gestion du bien ou système de gestion documenté et exposé des


objectifs de gestion pour le bien proposé

Le système de gestion repose sur une coordination des interventions des parties prenantes à
travers le comité national de gestion, un conseil scientifique pour l’ensemble du bien . Pour
chacun des sites composant le bien et un comité local de gestion pour chacun des sites qui seront
mis en place. Le fonctionnement de ce système de gestion se résume à travers lediagramme
suivant :

15
Le 18 octobre 2014, le gouvernement a mis fin aux fonctions des maires et donne pouvoir à des délégations
spéciales. Les conseils municipaux ont été rétablis dans le courant du premier trimestre de l’année 2016

99
Figure 20: diagramme de gestion du bien

100
Le programme montre que les informations officielles relatives aux sites de la métallurgie ancienne du
fer sont communiquées à l’UNESCO ou à ses démembrements par l’Etat à travers le Ministère en charge
de la Culture ou son bras technique, la Direction des Sites Classés Patrimoine Mondial (DSC-PM).

Mais, en interne, les différents biens proposés pour inscription sont gérés au plan de la réflexion
et des orientations par un comité national de gestion et un comité local de gestion mais au plan
pratique par la Direction des Sites Classés Patrimoine Mondial DSC-PM :
• Le comité national de gestion, à l’image d’un conseil d’administration va exercer une
autorité et un contrôle sur l’ensemble des questions relatives aux sites (conservation,
aménagement droits de visites, etc) se réunissant une fois par an, il examine et
approuve le budget ainsi que les comptes administratifs et de gestion. Son président
nommé par le Ministre de la Culture, dont s’assure de la tenue des sessions, et de la
transmission des délibérations au ministre de tutelle et de la rédaction d’un rapport
annuel de l’état de conservation des biens ;
• le comité local de gestion veille au niveau local, à la conservation du site. Il a comme
bousole, le plan local de gestion et les orientations du comité national de gestion. Le
comité local de gestion se réunion deux fois l’an c'est à dire pendant la saison sèche et
pendant la saison des pluies ;
• la Direction des Sites Classés Patrimoine Mondial (DSC-PM) assure des responsabilités
administratives, techniques et financières. Au plan administratif, elle centralise les
informations relatives aux sites et prépare d’une part les sessions du comité national de
gestion et des comités locaux de gestion et, d’autre part, les réunions du conseil
scientifique, des partenaires ou des directions techniques du Ministère de la Culture,
des Arts et du Tourisme (MCAT) membre du comité national de gestion. Sur le terrain,
au plan technique, elle coordonne les activités de conservation et de gestion en relation
avec les comités locaux. Au plan financier, la DSC-PM veille à l’application des tarifs
d’entrée, l’élaboration des statistiques, développement d’une politique managériale
pour lever des fonds.

Le système de gestion a été élaboré en tenant compte de l’expérience que le Burkina Faso a
acquise avec la gestion du bien culturel « les Ruines de Loropéni ».

Cadre programmatique
Le sytème de gestion couvre une période de cinq années :2018-2022.
Vision
La vision à l’horizon 2022 s’énonce comme suit : « la valeur universelle exceptionnelle des sites
de la metallurgie ancienne du fer au Burkina Faso est maintenue et confortée, les savoirs et
valeurs liés aux pratiques de la métallurgie ancienne du fer sont transmis aux nouvelles
générations et les communautés locales mieux impliquées bénéficient davantage des retombées
des sites ».
Les principaux éléments qui s’attachent à cette vision sont :
- la présevation de la valeur universelle exceptionnelle des sites par la mise en œuvre de
mesures et actions de protection et de conservation du bien ;

101
- l’approfondissement des connaissances sur les sites et pratiques liés à la metallurgie ancienne
du fer et la diffusion des résultats de la recherche ;
- la sauvegarde des éléments du patrimoine culturel immatériel liés à la métallurgie
traditionnelle du fer;
- la visibilité à l’échelle internationale des sites de metallugie ancienne du fer.

Objectifs
Objectif général :
Contribuer à la conservation, la protection, la connaissance et la promotion des sites de la
métallurgie ancienne du fer au Burkina Faso.

Objectifs spécifiques :

Objectif spécifique 1 : Assurer la conservation et la protection des sites de la métallurgie


ancienne du fer au Burkina Faso.
Les activités concourant à l’atteinte de cet objectif sont :
- prendre des mesures (actes juridiques et matériels) relatives à la sécurisation foncière
et physique des sites ;
- assurer la restauration des fourneaux et autres vestiges;
- animer les cadres de concertations relatifs à la conservation des sites (organes locaux
et nationaux) ;
- renforcer les capacités des parties prenantes en matière de conservation du
patrimoine culturel pour une gestion durable des sites;
- assurer l’entretien régulier des sites;
- assurer le monitoring pour chaque site.

Objectif spécifique 2 : Renforcer les connaissances sur la métallurgie ancienne du fer et en


diffuser les résultats
Les activités concourant à l’atteinte de cet objectif sont :
- appuyer la recherche archéologique, historique, environnementale, sociologique, sur
la métallurgie ancienne du fer ;
- appuyer la publication des résultats de la recherche ;
- soutenir la création de modules spécifiques sur la métallurgie ancienne du fer dans
l’enseignement ;
- organiser des rencontres scientifiques sur la métallurgie.

Objectif spécifique 3. Renforcer l’attractivité des sites


- faciliter l’accès physique aux sites;
- élaborer et mettre en œuvre un plan de communication assurant la visibilité et
l’attractivité des sites (site web/blog, dépliants et flyers, posters, plaquettes, gadgets);
- réaliser et/ou soutenir les aménagements facilitant la visite des sites (signalétique,
balisage, pistes);
- former des membres des communautés aux techniques d’accueil, de guidage,
d’animation culturelle ;

102
- soutenir des démonstrations de processus de réduction du minerai du fer.
- soutenir les initiatives locales de développement artisanal en lien avec la métallurgie
ancienne du fer ;
- susciter la création de circuits touristiques sur la métallurgie ancienne du fer.

Objectif spécifique 4. Renforcer la coopération autour de la métallurgie ancienne du fer


- renforcer la coopération scientifique et technique avec les pays et institutions sur la
métallurgie du fer ;
- entreprendre des démarches pour créer une chaire UNESCO sur l’histoire mondiale
de la métallurgie à l’université Ouaga 1 Pr Joseph KI-ZERBO ;
- soutenir l’organisation d’expositions itinérentes entre les pays et institutions concernés
par la métallurgie ;
- renforcer la mobilisation des ressources financières extérieures.

Objectif spécifique 5 sauvegarder les éléments du patrimoine culturel immatériel liés à la


métallurgie traditionnelle du fer
- collecter des éléments de la tradition sur la métallurgie ancienne du fer ;
- soutenir la transmission des savoirs et savoir-faire liés à la métallurgie ancienne du
fer ;
- encourager les initiatives de promotion des éléments liés à la métallurgie ancienne
du fer ;
- identifier et valoriser les détenteurs des savoirs et savoir-faire liés à la métallurgie
ancienne du fer.

5.f Sources et niveaux de financement


Les sources et niveau de financement du système de gestion des sites de la métallurgie ancienne du fer
sont les acteurs suivants :
- l’Etat
L’Etat s’investira dans la conservation et la protection des sites. Il facilitera par ailleurs le developpement
d’actions de coopération en faveur de la protection et de la valorisation des sites. A cet effet, il oeuvrera
à la mobilsation des ressources financières auprès de ses partenaires.
- les collectivités territoriales
Au Burkina Faso, les collectivités territoriales sont co-gestionnaires avec l’Etat de la culture, depuis
l’opérationnalisation du transfert des compétences et des ressources.
- Dans le cadre de la mise en œuvre du système de gestion des sites, les collectivités
territoriales seront responsabilisées pour contribuer aux aménagements des sites, au
renforcement des capacités des communautéset à l’accompagnement de festivals locaux.
Dans ce sens, les collectivités territoriales pourraient faire appel à leur commune jumelle.les
organisations de la société civile
Certaines organisations de la société civile culturelle mène dejà des actions importantes pour la
promotion de la métallurgie ancienne du fer. C’est le cas de l’association culturelle Passaté qui dispose
d’un musée à ciel ouvert de fourneaux des différentes aires culturelles du Burkina Faso et de la sous

103
région. La société civile sera mise à contribution dans la formation, la diffusion, la sensibilsation, la
conservation et la promotion de l’artisanat.
- les communautés
Les communautés riveraines des sites seront étroitement associées à la conservation, la protection et la
valorisation des sites de métallurgie ancienne du fer. Elles participeront davantage à la diffusion de
connaissances sur les sites. Elles assureront l’accueil des visiteurs, l’animation culturelle, le guidage, la
vulgarisation de leurs savoirs et savoir-faire.
- les institutions de recherche et d’enseignement supérieur
Les institutions de recherche et d’enseignement supérieur s’investiront à travers des thématiques de
recherches sur le renforcement des connaissances relatives aux sites proposés. Elles contribueront
également à la publication des résultats de la recherche et au développement de la coopération
technique interuniverstaire.Elles organiseront des colloques et symposiums permettant de diffuser l’état
des connaissances et de susciter une recherche accrue.
- les coopérations bilatérale et multilatérale
Les partenaires bilatéraux et multilatéraux contribueront à la mise en œuvre du système de gestion par
des appuis financiers et techniques.

5.g Sources de compétences spécialisées et de formations en techniques de


conservation et de gestion
Il existe au Burkina Faso deux sources de compétences liées aux communautés et associations d’une
part et les compétences relevant de l’Etat et du monde de la recherche, d’autre part.

Les communautés de forgerons et certaines associations de promotion identitaire métallurgie


ancienne du fer disposent de compétences endogènes. L’expérience de l’Association culturelle
Passaté, gestionnaire d’un musée de métallurgie ancienne de fer à ciel ouvert de Kaya,permet de
connaitre les techniques de construction et de fonctionnement des fourneaux. Cette expérience repose
sur les pratiques des communautés des forgerons issues des différentes régions du pays qui sont
associés à ces demonstrations.

Les structures publiques chargées du patrimoine (Direction des sites classés patrimoine-mondial et la
Direction générale du patrimoine culturel) et des institutions en charge de la recherche (Université
Ouaga I Joseph Ki Zerbo, Université de Koudougou et le Centre national de la recherche scientifique et
technologique), sont les sources de compétences sur la métallurgie ancienne du fer. Dans le cas de
l’Université Ouaga I Joseph Ki Zerbo par exemple la focalisation des recherches sur la métallurgie date de
1974 à l’initiative du Professeur titulaire en archéologie Jean-Baptiste KIETHEGA dont la thèse a porté sur
la métallurgie lourde au Burkina Faso.

Les offres de formation en techniques de conservation et de gestion sont disponibles. A l’origine, Le


Centre International d’Etude pour la Conservation et la Restauration des Biens Culturels (ICCROM), l’ex
Centre Régional d’Action Culturelle (CRAC) de Lomé et l’Ecole du Patrimoine Africain(EPA) ainsi qu’à
travers des programmes de formation continue tels que le PREMA et AFRICA 2009 ont formé les tous
premiers gestionnaires du pays.

104
A partir des années 2000 avec la formation en master gestion du patrimoine culturel mise en place par
l’Université Senghor d’Alexandrie, quelques spécialistes du patrimoine culturel sont formés dans cette
université. Avec l’ouverture des filières de formation culturelle et touristique à l’Ecole nationale
d’administration et de magistrature (ENAM), à partir de 2005, l’administration culturelle est davantage
étoffée en personnel avec des profils diversifiés dans les emplois suivants :

• affaires culturelles : des conseillers, des assistants et des animateurs ;


• musée : des conservateurs-restaurateurs, techniciens supérieurs, guide animateurs ;
• services touristiques : des administrateurs, techniciens, techniciens supérieurs ;

Dans le cadre de la formation continue, les gestionaires et conservateurs du patrimoine bénéficient de


formations proposées par le Réseau des Grands Sites de France, l’Université Senghor d’Alexandrie en
Egypte, l’Institut Wallon du patrimoine, l’ONG Craterre de l’Ecole nationale d’architecture de Grenoble,
le Bibracte et du Laboratoire des monuments nationaux de France etc. Ainsi les sources de
compétences spécialées et les formations en technique de conservation et de gestion sont largement
disponibles et accessibles.

Saisissant l’occasion de l’élaboration de cette presente proposition de nommination, des contacts ont
été noués avec des structures très expérimentées dans la prise en charge de l’architecture de terre. il
s’agit par exemple de Craterre de l’Ecole nationale d’architecture de Grenoble, du Centre archéologique
européen de Bibracte. L’expertise de ces acteurs permettra de disposer d’une main d’œuvre
compétente pour la stabilisation et la restauration des fourneaux.
En décembre 2017, Bibracte a mis à la disposition du Ministère un spécialiste en restauration du
patrimoine bâti. Un protocole en vue de pallier la dégradation des fourneaux a été mis en œuvre sur le
site de Tiwêga. Les résultats du test seront évalués après la saison des pluies de l’année 2018. il s’agit
d’un cas de chantier école tant pour la formation des acteurs que pour la conservation des biens

Photo 48 :

Etapes de la
restauration
du fourneau

105
5.h Aménagements et infrastructures pour les visiteurs
Les sites ne disposent pas encore d’aménagement et d’infrastructures appropriés pour les visites. Le
système de gestion prévoit : la réalisation et/ou le soutien à la réalisation d’aménagements facilitant
la visite des sites (signalétique, balisage, pistes, espace d’accueil) et la réflexion pour la création d’un
centre d’interprétation de la métallurgie.

Le Burkina Faso a une certaine expérience de l’aménagement de sites et de réalisation de receptifs


touristiques à proximité des sites. Le site des Ruines de Loropéni a bénéficié depuis son inscription sur la
Liste du patrimoine mondial d’infrastructures administratives, d’accueil , de séjour et de salle de
conférence. Par ailleurs, il existe non loin des périmètres proposés pour inscription des sites, des
aménagements et infrastructures dédiés aux visiteurs intéréssés par la métallurgie ancienne du fer. Il
s’agit :

- du Musée à ciel ouvert des fourneaux africains de la commune de Kaya, situé à 10 Km environ
dusite de Tiwêga ;
- du Musée ethnographique de Douroula situé à 3Km environ du site de métallurgie ancienne du
fer.

5.i Politique et programmes concernant la mise en valeur et la promotion du bien


La politique culturellle du Burkina Faso a consacré une part importante de l’action publique à la
protection et à la promotion du patrimoine culturel considéré comme une richesse et un héritage à
preserver pour les générations futures. Dans le cadre de sa mise en oeuvre, l’Etat et les autres parties
prenantes ont renforcé le cadre juridique et institutionnel à travers l’adoption de la loi 024/2007/AN du
13 novembre 2007 portant protection du patrimoine culturel et ses textes d’application, et la création
d’une structure publique dédiée à la gestion des sites classés patrimoine mondial.
Depuis 2011, independamment de l’existence de politique et programmes spécifiques à la mise en
valeur et à la promotion du bien, des actions participant à terme à la mise en valeur et à la promotion
ont été entreprises. Il s’agit des opérations d’inventaire des biens du patrimoine culturel et naturel qui a
permis de repertorier 1026 biens entre 2011 et 2016 et du classement des sites de la métallurgie sur la
Liste nationale. Depuis 2013, le Ministère s’est doté d’un Programme de Protection et de promotion du
patrimoine et des droduits culturels et artistiques (PPCA). Pour ce qui concerne le patrimoine culturel,
Le PPCA œuvrera à l’amplification des activités déjà entreprises par l’Administration publique comme
l’inventaire du patrimoine culturel, la documentation des biens de la liste nationale, etc. En outre, le
renforcement des compétences des gestionnaires du patrimoine culturel matériel est l’un des axes
majeurs de cette action, en raison des faiblesses constatées sur le terrain. Pour y parvenir, le PPCA
soutiendra la formation continue des acteurs centraux, locaux et associatifs concernés ainsi que la mise
en place des bourses et activités de partage d’expérience. La mise en œuvre de cette action prendra
également en compte les opportunités offertes par les programmes de coopération décentralisées
(jumelage) dont certains s’intéressent à la protection/promotion du patrimoine culturel et du tourisme.

5.j Niveau de qualification des employés (secteur professionnel, technique,


d'entretien)
Le Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme est doté de compétences qualifiées à même de gérer
les sites. Les compétences disponibles sont présentées dans le tableau ci-dessous :

106
Tableau des profils de compétence
Compétences Structures rattachées Niveau de qualification

Archéologues Universités de Ouagadougou et de Koudougou Doctorat

Historiens Universités de Ouagadougou et de Koudougou Doctorat

Sociologue ; Universités de Ouagadougou et de Koudougou Doctorat


Anthropologue

Géographe et Universités de Ouagadougou et de Koudougou, Institut Master 2


cartographe géographique du Burkina Faso

Gestionnaire du Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme Master2


patrimoine

Spécialiste en MCAT ; MEDD Master 2


aménagement et
marketing touristique

Spécialiste culturel MCAT Master 2

Dans le cadre du suivi des sites du bien proposé, le tableau suivant a été proposé

Tableau des ressources humaines de la DSCPM de chercheurs affecté au sites

Chercheurs Agents de la DSC/PM

Tiwêga Coulibaly Jean Baptiste Bikienga Adama

Yamané Ilboudo Elise Dah Balouzola Arsène

Kindibo Simporé Lassina Dah Balouzola Arsène

Békuy Ki Léonce Ilboudo Boureima

Douroula Koté Lassina Ilboudo Boureima

En dépit de ces compétences diverses et accessibles, les besoins en formation demeurent. Ces
formations sont relatives à :

- la restauration des fourneaux ;


- la gestion des sites du patrimoine mondial ;
- la promotion et valorisation des sites de la métallurgie ancienne du fer.

107
Suivi

6. Suivi

Détail de scories sur le site de Yamané

108
6.a Indicateurs clés pour mesurer l'état de conservation
Dans la perspective d’une évaluation de la mise en œuvre des actions du système de gestion en lien
avec la conservation du bien, les indicateurs ci-dessous ont été formulés.

Tableau des indicateurs clés permettant de mesurer l’état de conservation du bien

Objectifs Indicateurs Périodicité L’emplacement de


dossier

Conservation et Fourneaux Annuelle MCAT (DSC-PM, DGPC)


protection
.état de conservation (hauteur,
nombre de fissures, nombre de
fourneaux debout ou
effondrés) ;

.stabilité ;

.degré de destruction ;

.état de la végétation (pas


d’arbres représentant un
danger à proximité des
fourneaux).

Archéologie Annuelle

.état de conservation des


bases ;

.présence ou non de champs de


culture pouvant perturber les
couches archéologiques.

Scories Annuelle

.présence de scories autour des


aires de production ;

.non perturbation des


épandages et amas de scories ;

.présence ou non de champs de


culture dans les champs

109
d’épandage des scories ;

.non utilisation des scories par


les villageois.

Buttes anthropiques Annuelle

.état de conservation des


buttes ;

.intégrité des buttes (visibilité


au sol, présence humaine :
agriculture, habitations).

Renforcement de Taux de progression de la Annuelle MCAT (DSC-PM, services


l’attractivité fréquentation des sites du tourisme et DCPM)

Nombre de guides et Annuelle Collectivité territoriale


animateurs culturels locaux
formés

Taux de progression des Annuelle


investissements

Recherche Nombre de campagnes de Biennale DSC-PM, UO I, UK, CNRST


fouilles

Nombre de publications sur le Annuelle


bien et ses valeurs

Coopération Nombre de projets de Biennale MCAT


partenariat

6.b Dispositions administratives pour le suivi du bien

Le suivi du bien se fait à travers les réunions régulières d’un comité national16 et des six comités
communaux de gestion17 soit un comité par bien. il est envisagé plus tard la mise place d’un comité
scientifique.
Le comité national de Gestion des sites de la métallurgie du fer

16
Voir Projet d’arrêté portant création d’un comité national de gestion des sites de la métallurgie ancienne du
fer
17
Voir Projet d’arrêté portant création de comités locaux de gestion des sites de la métallurgie ancienne du fer

110
Le comité national de gestion des sites de la métallurgie du fer est composé des parties prenantes
suivantes :

Le Bureau
-Président : Le Secrétaire Général du Ministère de la Culture,des Arts et du Tourisme (MCAT) ;
-Vice-Président :Le représentant des maires ;
-Secrétaire général : Le Directeur des Sites Classés Patrimoine Mondial
-Secrétaire chargé de la recherche : Le représentant des chercheurs associés ;
-Secrétaire chargé de l’organisation : Le représentant des directeurs régionaux du MCAT18.

Les Membres
- 4 représentants par Direction du Ministère de la Culture : DSC-PM/DGPC/ONTB/DGVAT19 ;
- 6 maires(soit 1 maire/commune) ;
- 6 chercheurs ou enseignant-chercheur associé site (universitaire ou CNRST)(soit 1
chercheur/site) ;
- 2 representants des Associations associées ;
- 4 directeurs régionaux du MCAT
Le bureau du comité national de gestion des sites de la métallurgie ancienne du fer aura une
réunion annuelle) mais tout le comité se réunira deux fois par ans et délibérera sur les
questions de l’état physique des biens, leur mise en valeur et sur les questions de recherches
et de promotion. Le budget du ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme supportera les
charges y afférentes.
Les comités locaux de gestion
Les comités locaux de gestion sont ainsi dénommés :
- Comité de gestion des sites de la métallurgie du fer de Yamané (COGEMAF-Y) ;
- Comité de gestion des sites de la métallurgie du fer de Tiwèga (COGEMAF-T) ;
- Comité de gestion des sites de la métallurgie du fer de Kindibo (COGEMAF-K) ;
- Comité de gestion des sites de la métallurgie du fer de Békuy (COGEMAF-B) ;
- Comité de gestion des sites de la métallurgie du fer de Douroula (COGEMAF-D) ;
Les comités locaux de gestion des sites de la métallurgie du fer sont composés des parties
prenantes suivantes :
Le Bureau
- Président : Maire de la commune dont relève le site ;
- Vice-Président : représentant des autorités coutumières et traditionnelles ;
- Secrétaire général : Le Directeur Provincial de la Culture du Ministère de la Culture, des Arts
et du Tourisme ;
- Secrétaire à l’information et à la sensibilisation : CVD ou représentants des forgerons locaux ;
- Secrétaire chargé de la recherche et de la documentation : Chercheur Associé.

18
Le Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme a des structures déconcentrées dans les régions
19
Le Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme est composé de plusieurs directions centrales. Font parties
de ce comité, les directions dont les activités sont orientées sur la gestion et la promotion du patrimoine
culturel : DGPC: Direction générale du patrimoine culturel, DGT: Direction Générale du Tourisme
DGVAT: Direction Générale de la Valorisation et des Amenagements Touristiques

111
Les Membres
-Agent de la Direction des Sites Classés Patrimoine Mondial ;
- Le représentant des forgerons ;
- Le Président du comité villageois de développement (CVD) ;
- Le Représentant du Préfet ;
- Le Président de la commission des affaires générales, sportives et culturelles de la commune.
Les bureaux des comités communaux de gestion des sites de la métallurgie du fer se réuniront
une fois par trimestre. Ils convoqueront les membres du comité une fois par semestre.

Le Comité scientifique

Un comité scientifique accompagnera le suivi20. Sous la présidence du Secrétaire Général, le Conseil


scientifique d’étude, de conservation et de mise en valeur des sites de la métallurgie ancienne du fer
au Burkina Faso sera un organe de concertation en matière de politique scientifique relative à la
gestion des sites de la métallurgie ancienne du fer au Burkina Faso.

A ce titre il est chargé de :


• concevoir des programmes de recherche visant à améliorer les connaissances sur les sites de
la métallurgie ancienne du fer au Burkina Faso;
• examiner et superviser des travaux de recherche, de conservation et de mise en valeur ;
• servir de contact avec le Centre du Patrimoine Mondial de l’UNESCO pour tous grands
travaux d’aménagement sur les sites .

20
Voir projet d’arrêté portant création d’un comité scientifique

112
6.c Résultats des précédents exercices de soumission de rapports

NEANT

113
7.
Documentation
7

114
7.a Inventaire des images photographiques / audiovisuelles et formulaire d’autorisation de reproduction

Cession des droits

L’Etat du Burkina Faso cède gratuitement les droits non exclusifs de diffuser, communiquer au grand public, publier, reproduire, exploiter, sous quelle que forme
ou support que ce soit, y compris numérique, les images fournies sur le CD joint à la proposition d’inscription, dont les références figurent ci-dessous.

Tableau des photos numériques insérées au CD joint à la proposition d’inscription

Détenteur Coordonnées du détenteur Cession


Du copyrigth du copyrigth non
date de la Photographe/
N° Format légende exclusive
photo Réalisateur
des droits

DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
Centre-ville en face du CENASA,
Photo de couverturede fourneaux de 03 BP 7007 Ouagadougou 03
1 Photo 2014 Lassina Simporé
Tiwêga, près de Kaya Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
dscpmbf@mail.com
Photo DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
Centre-ville en face du CENASA,
Sébastien 03 BP 7007 Ouagadougou 03
2 Vue du paysage du site de Tiwêga 2014
Moriset Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
dscpmbf@mail.com
Photo DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
Centre-ville en face du CENASA,
Fourneau semi-enterré et amas de scories Sébastien 03 BP 7007 Ouagadougou 03
3 2014
en arrière-plan sur le site de Békuy Moriset Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
dscpmbf@mail.com
Photo DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
Centre-ville en face du CENASA,
Fourneau de Yamané pendant la saison Sébastien 03 BP 7007 Ouagadougou 03
5 2014
des pluies Moriset Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
dscpmbf@mail.com
Photo DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
Sébastien Centre-ville en face du CENASA,
6 fourneau de Ronguin 2014 03 BP 7007 Ouagadougou 03
Moriset
Tél : + 226 50 40 78 03
dscpmbf@mail.com

115
Oui

Photo DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT OUI


Centre-ville en face du CENASA,
7 Vue d’une mine 2015 Léonce KI 03 BP 7007 Ouagadougou 03
Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
dscpmbf@mail.com
Photo Jean Baptiste KIETHEGA Jean Baptiste KIETHEGA s/c
DSCPM/MCAT Non
Jean Baptiste Centre-ville en face du CENASA,
10 Fourneaux de type boanga 1983
KIETHEGA 03 BP 7007 Ouagadougou 03
Tél : + 226 50 40 78 03
dscpmbf@mail.com
Photo Jean Baptiste KIETHEGA Jean Baptiste KIETHEGA s/c
DSCPM/MCAT
Fourneau type fokiè fourneau type Jean Baptiste Centre-ville en face du CENASA,
11 2014
boaga KIETHEGA 03 BP 7007 Ouagadougou 03 Oui
Tél : + 226 50 40 78 03
dscpmbf@mail.com
Photo DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
Centre-ville en face du CENASA,
Fourneaux de type fononga : 03 BP 7007 Ouagadougou 03
12 2017 Léonce KI
archéologique reconstitution Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
dscpmbf@mail.com
Photo DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
Centre-ville en face du CENASA,
Vue de la plaine du site entouré de Sébastien 03 BP 7007 Ouagadougou 03
13 2014
collines basse Moriset Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
dscpmbf@mail.com
Photo DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
Centre-ville en face du CENASA,
Adama 03 BP 7007 Ouagadougou 03
17 Sépulture 2017
BIKIENGA Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
dscpmbf@mail.com
Photo DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
Centre-ville en face du CENASA,
20 Site de Yamané vue depuis la falaise 2014 David Gandreau 03 BP 7007 Ouagadougou 03
Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
dscpmbf@mail.com
Photo DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
21 Centre-ville en face du CENASA,
vue du fourneau sud 2014 Lassina Simporé
03 BP 7007 Ouagadougou 03
Tél : + 226 50 40 78 03

116
dscpmbf@mail.com Oui

Photo Vue rapprochée du même fourneau DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT


montrant le soin apporté dans la Centre-ville en face du CENASA,
24 construction du fourneau, en incrustant 2014 David Gandreau 03 BP 7007 Ouagadougou 03
Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
des lignes régulières de fragments de
dscpmbf@mail.com
tuyères ceinturant le tronc
Photo DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
Centre-ville en face du CENASA,
Deuxième fourneau situé au nord du site, 03 BP 7007 Ouagadougou 03
27 2014 Lassina Simporé
dont une face est en partie effondrée Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
dscpmbf@mail.com
Photo Fourneau et épandage de scories sur le DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
site de Kindibo. Ce fourneau encore Centre-ville en face du CENASA,
debout de Kindibo se démarque des 03 BP 7007 Ouagadougou 03
Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
28 autres par sa forme trapue. Il est attribué 2014 Lassina Simporé
dscpmbf@mail.com
aux populations Ninsi, qui occupaient la
région avant l’arrivée des Nakomsé au
15e siècle.
Photo DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
Les deux autres fourneaux de Kindibo ; ils
Centre-ville en face du CENASA,
sont attribués aux métallurgistes 03 BP 7007 Ouagadougou 03
29 2014 Lassina Simporé
Nakomsé qui ont envahi la région à partir Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
du 15e siècle après J.C. dscpmbf@mail.com
Photo DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
Centre-ville en face du CENASA,
32 Bloc de scorie avec du charbon incrusté 2017 Léonce KI 03 BP 7007 Ouagadougou 03
Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
dscpmbf@mail.com
Photo 2014 Lassina Simporé DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
Centre-ville en face du CENASA,
33 travail de forge 03 BP 7007 Ouagadougou 03
Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
dscpmbf@mail.com
Photo DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
Restes du fourneau semi-enterré de Sébastien Centre-ville en face du CENASA,
42 Douroula, daté du 8ème siècle avant 2014 Moriset/Lassina 03 BP 7007 Ouagadougou 03
notre ère Simporé Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
dscpmbf@mail.com
Photo Carrière de minerai situé à environ 250 m DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
43 2014 David Grandeau
au sud du fourneau. Les traces d’outil sont Centre-ville en face du CENASA,

117
encore visibles sur les parois 03 BP 7007 Ouagadougou 03
Tél : + 226 50 40 78 03
dscpmbf@mail.com Oui

Photo DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT


Centre-ville en face du CENASA,
44 Etape de le restauration du fourneau 2017 Lassina Simporé 03 BP 7007 Ouagadougou 03
Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
dscpmbf@mail.com

Carte DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT


03 BP 7007 Ouagadougou 03
Localisation du site de Tiwêga sur la carte du Burkina Tél : + 226 50 40 78 03
3 2018
Faso au 1/200000ème dscpmbf@mail.com Oui

Carte 2018 DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT


Centre-ville en face du CENASA, 03
Localisation du site de Tiwêga sur la carte du BP 7007 Ouagadougou 03
5
Burkina Faso au 1/200000ème Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
dscpmbf@mail.com
Carte 2018 DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
Localisation du site de Kindibo sur la carte du Centre-ville en face du CENASA, 03
7 BP 7007 Ouagadougou 03
Burkina Faso au 1/200000ème
Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
dscpmbf@mail.com
Carte DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
Localisation du site de Békuy sur la carte du 03 BP 7007 Ouagadougou 03
9 2018 Tél : + 226 50 40 78 03
Burkina Faso au 1/200000ème
dscpmbf@mail.com Oui
Carte 2018 DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT DSCPM/MCAT
Localisation du site de Douroula sur la carte du Centre-ville en face du CENASA, 03
11 BP 7007 Ouagadougou 03
Burkina Faso au 1/200000ème
Tél : + 226 50 40 78 03 Oui
dscpmbf@mail.com

118
7.b Textes relatifs au classement à des fins de protection

Les principaux textes ci-après sont relatifs à la protection du bien :


- la loi N°024-2007/AN du 13 novembre 2007 portant protection du patrioine culturel au Burkina
Faso et ses textes d’application ;
- la loi n°014/96/ADP du 23 mai 1996 portant réorganisation agraire et foncière au Burkina Faso
(RAF) et ses textes d’application,
- la loi 055-2004/AN du 21 décembre 2004 portant code général des collectivités territoriales au
Burkina Faso et ses textes d’application,
- la loi 003-2011/AN du 05 avril 2011 portant code forestier au Burkina Faso et ses textes
d’application;
- la loi 006-2013/AN du 02 avril 2013 portant code de l’environnement au Burkina Faso et ses
textes d’application;
- décret n°2014-1019/PRES/PM/MCAT/MEDD/MATS/MATDS du 28 octobre 2014, portant
classement des biens culturels et naturels et leur inscription sur la liste indicative du
patrimoine du Burkina Faso ;
- projet d’arrêté portant création, attributions, organisation et fonctionnement du comité
national de gestion des sites de la métallurgie du fer
- projet d’arrêté portant création, attributions, organisation et fonctionnement du Comité de
gestion des sites de la métallurgie du fer de Yamané (COGEMAF-Y) ;
- projet d’arrêté portant création, attributions, organisation et fonctionnement du Comité de
gestion des sites de la métallurgie du fer de Tiwèga (COGEMAF-T) ;
- projet d’arrêté portant création, attributions, organisation et fonctionnement du Comité de
gestion des sites de la métallurgie du fer de Kindibo (COGEMAF-K) ;
- projet d’arrêté portant création, attributions, organisation et fonctionnement, du Comité de
gestion des sites de la métallurgie du fer de Békuy (COGEMAF-B) ;
- projet d’arrêté portant création, attributions, organisation et fonctionnement du Comité de
gestion des sites de la métallurgie du fer de Douroula (COGEMAF-D).

7.c Forme et date des dossiers ou des inventaires les plus récents
Néant
7.d Adresse où sont conservés l'inventaire, les dossiers et archives

La documentation sur l’inventaire, les dossiers et archives est conservée à Ouagadougou,


principalement au sein des structures ci-dessous:

Centre ville en face de CENASA,


Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme
03 BP 7007 Ouagadougou 03
Bibliothèque du Laboratoire d’archéologie, d’histoire
UFR Sciences humaines
de l’art et des techniques (LAHAT) de l’université de
Université de Ouagadougou
Ouagadougou
03 BP 1331 Ouagadougou 03

Cette documentation comprend les éléments suivants :


- l’inventaire numérisé ;
- la base de données photographiques ;

119
- les archives sonores ;
- des rapports de missions ;
- des travaux de recherches (thèses, mémoires, articles) numérisés ;
- des artefacts liés à la métallurgie du fer ;
- la cartographie.

7.e Bibliographie

Thèses de doctorat

CALDEROLI Lidia, 2006


« Déposer la masse » pour demander la paix: représentations et pratiques de la forge chez les
forgerons moose de Wubr-tẽnga, Burkina-Faso, thèse de Doctorat, Lille, Atelier national de
Reproduction des Thèses, 2 microfiches.
SIMPORE Lassina, 2005
Eléments du patrimoine culturel physique du Riungu de Wogdogo, Burkina-Faso. Approche
archéologique et historique. Thèse de Doctorat unique, université de Ouagadougou, 743 p.
THIOMBIANO Elise Foniyama, 2010
Les vestiges de l’occupation humaine ancienne dans la province du Gulmu, des origines à la pénétration
coloniale, cas de Kouaré et de Namoungou. Thèse de doctorat unique en Archéologie africaine.
Université de Ouagadougou, 671 p.

Rapports de Diplôme d’études approfondies(DEA) et Masters de Recherches

AKRAM El Kateb, 2013


Etude archéométrique des déchets métallurgiques du fer à Korsimoro, Burkina-Faso. Mémoire de
Master 2, Université de Fribourg, Suisse, 144 p.
BIRBA Noaga, 2010
La paléométallurgie du fer dans la commune de Kongoussi, Burkina-Faso: Du complexe technique à la
protection des sites. Mémoire de Master 2, Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne, 163 p.
BOUDA Barthélémy, 1999
La paléométallurgie du fer au Burkina Faso : la mobilité des hommes et des techniques dans l’aire des
Boosé, rapport de DEA, Université de Ouagadougou, 85 p.
COULIBALY Elisée, 1990
La métallurgie ancienne du fer dans le Bwamu, Burkina-Faso. Problématique de recherches et
méthodologie d’approche, rapport de DEA, Université de Ouagadougou, 87 p.
DE SMET Sébastien, 2014
Entre technique, puissance et responsabilité. Une approche anthropologique de la conception du
forgeron au Burkina Faso. Mémoire de Master 2, Université Catholique de Louvain, Belgique, 128 p.
KI Léonce, 2009
Les mutations du système technique du travail du fer du XVIIIè au XXè siècle : cas du village de Twanré
et de la ville de Bobo Dioulasso, Burkina Faso. Mémoire de master, Université Paris 1 Panthéon-
Sorbonne, 133 p.
KIENON Timpoko Hélène, 1991
Esquisse d’une recherche archéologique sur la métallurgie du fer au Bulkiemdé, Burkina-Faso, Rapport
de DEA, Université de Paris I, 76 p.
THIOMBIANO Elise Foniyama, 2000
Etude descriptive et analyse des minerais et scories de fer dans la province du Gourma : cas de
Namoungou, rapport de DEA, Université de Ouagadougou, 91 p.

Mémoires de maîtrise

BADOLO Issa,1991

120
L’exploitation traditionnelle du fer à Dassa, province du Sanguié, Burkina-Faso, mémoire de maîtrise,
Université de Ouagadougou, 119 p.
BIRBA Noaga, 2004
La production primaire du fer sur la rive gauche du lac Bam, Burkina Faso, Mémoire de maîtrise,
Université de Ouagadougou, Département d’Histoire et Archéologie, 182 p.
BOUDA Barthélémy, 1986
L’exploitation traditionnelle du fer dans la région de Pabré, Burkina-Faso, mémoire de maîtrise,
Université de Ouagadougou, 246 p.
COULIBALY Elisée, 1989
L’exploitation traditionnelle du fer à Sanaba, province de la Kossi, mémoire de maîtrise, Université de
Ouagadougou, 207 p.
FAO Ousmane, 1990
La production traditionnelle du fer dans la région de Béna, Burkina-Faso, mémoire de maîtrise,
Université de Ouagadougou, 152 p.
KI Léonce, 2006
Approche archéométallurgique et ethnographique de la production du fer au Nord-Ouest du Sourou :
cas des villages de Twanré, Gonon et Daalo, Burkina Faso, Mémoire de maîtrise, Université de
Ouagadougou, Département d’Histoire et Archéologie, 121 p.
KIENON Timpoko Hélène,1990
L’exploitation traditionnelle du fer à Rolo, province du Boulkiemdé, Burkina Faso, mémoire de maîtrise,
Université de Ouagadougou, 172 p.
MASSIMBO Tobignaré, 1991
La métallurgie ancienne du fer dans la région de Boussougou, province du Zound-Wéogo, mémoire de
maîtrise, Université de Ouagadougou, 124 p.
SAMTOUMA Issaka, 1986
La métallurgie ancienne du fer dans la région de Kombri, Yatenga, Burkina Faso, mémoire de maîtrise,
Université de Ouagadougou, 118 p.
THIOMBIANO Elise Foniyama, 1991
La production ancienne du fer dans le Gulmu : cas de Namoungou, province du Gourma, mémoire de
maîtrise, Université de Ouagadougou, 161 p.

Articles publiés

BIRBA Noaga, 2012


« La paléométallurgie du fer dans la province du Bam (Burkina Faso) : identité des acteurs et mobilité
des techniques », in C. Robion-Brunner& B. Martinelli (eds.), in Métallurgie du fer et Sociétés africaines.
Bilans et nouveaux paradigmes dans la recherche anthropologique et archéologique, p. 177-184.
Cambridge Monographs in African Archaeology, 81, series 2395.
ILBOUDO THIOMBIANO Elise Foniyama, 2012
« La production ancienne du fer à Namoungou, (Province du Gourma) Burkina Faso : Etudes des mines
et ateliers de réduction » in, Cahiers du CERLESHS, Tome XXVI, N°41, P.U.O, p. 86-106.
KIETHEGA Jean-Baptiste, 1981
« Quelques aspects de la recherche archéologique sur les métallurgies anciennes du fer et de l’or en
Haute-Volta », CNRS RCP 322 document 02, Paris, p. 31-43.
KIETHEGA Jean-Baptiste,1981
« La carte du fer en Haute-Volta », Recherche Pédagogie et Culture, n°55, Paris, p. 83-86.
KIETHEGA Jean-Baptiste,1986
« Le fer ancien au Burkina-Faso : technique de production et technologie », in Connaissance du Burkina
Faso, INSHUS, Université de Ouagadougou.
KIETHEGA Jean-Baptiste,1990
« Le travail du fer au Burkina-Faso à l’époque pré coloniale » Communication au symposium
international du Comité pour la sidérurgie ancienne, Sévenans, France.
KIETHEGA Jean-Baptiste,1992
Le fer en Afrique depuis 4000 ans »in Le grand atlas del’Archéologie, Encyclopaedia, Universalis, Paris,
p. 316-317.
KIETEGA Jean-Baptiste,1993

121
« Les conditions sociales des travailleurs du fer : forgerons et potiers du Burkina Faso »,
Communication au symposium international sur les savanes Ouest africaines, Francfort, Institut Léo
Frobènus, Allemagne, p. 55-59.
KIETHEGA Jean-Baptiste,1993
« Le cycle du fer au Burkina-Faso », in Découverte du Burkina- Faso, édition SEPIA, ADDB, tome 2,
Paris, Ouagadougou, p. 73-96.
KIETHEGA Jean-Baptiste,1994
« Rapport de la Campagne 1994 », Projet Campus « Histoire du fer au Burkina Faso »
KIETHEGA Jean-Baptiste & al,1995
« Apport de l’archéométrie à la restitution de la chaîne opératoire des Procédés sidérurgiques directs à
partir des vestiges archéologiques : intérêts des comparaisons, ethno archéologiques »,
Communication au symposium international du comité pour la sidérurgie ancienne, Stockholm, Suède.
KIETHEGA Jean-Baptiste, 1998
« La recherche archéologique en Afrique » in I.C.O.M – METAL – Ouagadougou – Draguignan. 22 p.
KIETHEGA Jean-Baptiste, 1999
« Paléométallurgie et environnement dans l’Ouest du Burkina-Faso », Communication au symposium
« Histoire des cultures et des langues métallurgies en Afrique Occidentale », Paris, Ed. Errance ?
IZARD Michel, 1980
« Les forgerons Mossi », in CNRS Rcp 322, document zéro, Paris, p. 123-124.
IZARD Michel, 1981
« L’histoire du peuplement et l’étude de la métallurgie : un instrument d’enquête », un objet inerte,
objets vivants, CNRS RCP 322, opération métallurgie, document 02, p. 5-30.
IZARD Michel,1983
Le royaume du Yatenga et ses forgerons : une recherche d’histoire du peuplement.
inNicoleEchard(dirpubl), Métallurgies africaines. Nouvelles contributions. Paris, Société des
africanistes, p. 253-280.
FABRE Jean-Marc, 2009
« La métallurgie du fer au Sahel burkinabé à la fin du 1 er millénaire AD », in S. Magnavita, L. Koté,
P.Breunig& O. A. Idé (eds.), Crossroads / Carrefour Sahel, Cultural and technologicaldevelopments in
the first millennium BC/AD West Africa,p. 167-177. Frankfurt am Main, Allemagne, Africa Magna
Verlag, 2.
FABRE Jean-Marc, 2012
« Des données archéologiques et ethnographiques : une confrontation parfois difficile.
L’exemple du district sidérurgique de Markoye (Burkina Faso) », in C. Robion-Brunner& B. Martinelli
(eds.), Métallurgie du fer et Sociétés africaines. Bilans et nouveaux paradigmes dans la recherche
anthropologique et archéologique, p. 165-176. Cambridge Monographs in AfricanArchaeology, 81,
séries 2395.
KOTE Lassina, 2004
« Paléométallurgie du fer dans la boucle du Mouhoun », in Gracia Dorel-Ferré. (eds.), l’APIC, Les arts
du feu en Champagne-Ardenne et ailleurs, p. 11-22. Actes du colloque international.
MARTINELLI Bruno, 1996
« Sous le regard de l'apprenti - Paliers de savoir et d'insertion chez les forgerons Moose du Yatenga
(Burkina Faso) ». Techniques et cultures, 58, p. 9-47.
MARTINELLI Bruno, 2000
« Le choix de la combustion lente - Mutation technique et mutation sociale au Yatenga, Burkina
Faso ». In : Pétrequin, P. ; Fluzin, P. ; J. Thiriot, J. ; Benoît, P., (Eds.), Arts du feu et productions
artisanales. Antibes : Editions APDCA, p. 123-142, (XXe Rencontres internationales d'Archéologie et
d'Histoire d'Antibes).
MARTINELLI Bruno, 2002
« Au seuil de la métallurgie intensive - Le choix de la combustion lente dans la boucle du Niger
(Burkina Faso et Mali) ». In : Bocoum, H., (Ed.) Auxorigines de la métallurgie du fer en Afrique - une
ancienneté méconnue. Paris : Editions de l'UNESCO, p. 165-188, (Mémoire des peuples).
SERNEELS Vincent,SIMPORELassina, KIENON-KABORE Timpoko Hélène, KOTE Lassina, KOUASSI Siméon
Kouakou, RAMSEYER Denis,2012
Origines et développement de la métallurgie du fer au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire. Premiers
résultats sur le site sidérurgique de Korsimoro (Sanmatenga, Burkina Faso) Jahresbericht 2011, In der

122
Schweizerisch-LiechtensteinischeStiftungfürArchäologischeForschungenimAusland (SLSA), Zurich &
Vaduz, Suisse, p. 23-54.
SIMPORE Lassina, 2009
« L’exploitation traditionnelle du fer et la fondation du royaume de Ouagadougou », in Journal of
AfricanArchaelogyMonographSeries, vol.2, Crossroads/Carrefour Sahel, Développements culturels et
technologiques pendant le premier millénaire BC/AD dans l’Afrique de l’Ouest. (Édité par Sonja
Magnavita, LassinaKoté, Peter Breunig et Oumarou A. Idé), Stuttgart, Allemagne, p. 251-257.
SIMPORE Lassina,2013
« Les fourneaux de réduction du mi.nerai de fer à Korsimoro dans l’ancien royaume de Busma au
Burkina Faso », inL’aluminium et la calebasse. Patrimoine techniques, patrimoines de l’industrie en
Afrique, Textes rassemblés par Anne Françoise Garçon, Ana Cardoso, Giovanni Fontana. Co-édition
Universités de technologie de Belfort-Montbéliard/ Paris I Panthéon Sorbonne, France, p. 61-73. ISBN :
978-2-914279-80-2.
Ouvrages

BOCOUM Hamady, 2006


Auxorigines de la métallurgie du fer en Afrique - une ancienneté méconnue. Paris : Editions de
l'UNESCO, Edition Mémoire des peuples.
COULIBALY Elisée, 2006
Savoirs et savoir-faire des anciens métallurgistes de la sidérurgie directe dans le Bwamu (Burkina Faso
et Mali), Editions Karthala, Paris, 422 p.
KIENON-KABORETimpoko Hélène, 2003
La métallurgie ancienne du fer au Burkina Faso : province de Bulkiemdé. Approche ethnologique,
historique, archéologique et métallographique. Un apport à l’histoire des techniques en Afrique. Paris,
Editions de l’Harmattan, France, 328 p.
KIETHEGA Jean-Baptiste,2009
La métallurgie lourde du fer au Burkina Faso. Une technologie à l’époque précoloniale. Editions
Karthala, Paris, France, 499 p.
KIETHEGA Jean-Baptiste,2007
Etat des lieux des savoirs locaux au Burkina Faso, Capes RGC-B, EDIPAP International, Ouagadougou,
Burkina Faso, 380 p.
SAMTOUMA Issiaka, 1990
La métallurgie ancienne du fer dans la région de Koumbri (Yatenga, Burkina Faso), (études sur
l’Histoire et l’Archéologie du Burkina Faso, vol.6),Stuttgart, Allemagne, Franz Steiner Verlag., 176 p.
SERY Mayn, MORETTI Christian, 2014
La métallurgie artisanale, Editions Vial, Dourdan, France, 152 p.

123
8. Coordonnées des
autorités responsables

124
8.a Responsable de la préparation de la proposition
Léonce KI, Directeur
Direction des sites Classés Patrimoine mondial
Centre ville, 03 BP 7007 Ouagadougou 03
téléphone + 226 50 40 78 03 / 70 00 00 80
courriel : dscpmbf@gmail.com
8.b Institution / agence officielle locale
Chaque site dépend de la Direction régionale de la Culture et du Tourisme de la région dans
laquelle il se trouve. Le détail de ces directions est donné dans le tableau suivant :
Nom du bien Institution / Personne responsable
Direction Régionale de la Culture et du Tourisme du Centre Nord
Tamini Patrice
Tiwêga 01 BP 108 Kaya Burkina Faso
téléphone: +226 70 93 96 58
courriel : patricktamini@yahoo.fr
Direction Régionale de la Culture et du Tourisme du Plateau central
Abdel Aziz Ouattara Sy , Directeur
Yamané BP 493 Ziniaré, Burkina Faso
téléphone: +226 70 38 71 73
courriel : ouattarabdel@yahoo.fr
Direction Régionale de la Culture et du Tourisme du Nord
Roger Wendaogo Sankara , Directeur
Kindibo
téléphone: +226 70 06 46 18
courriel : paulbamogo@yahoo.fr
Direction Régionale de la Culture et du Tourisme des Hauts-Bassins
Aimé Niamba, Directeur
Békuy 03 BP 7007 Ouagadougou 03, Burkina Faso
téléphone: +226 72 70 80 49
courriel : aimeniamba@yahoo.fr
Direction Régionale de la Culture et du Tourisme de la Boucle du Mouhoun
Siaka Sanou, Directeur
Direction des Sites Classés Patrimoine Mondial
Douroula
03 BP 7007 Ouagadougou 03, Burkina Faso
téléphone: +226 71 30 32 57
courriel : sanousiaka2020@yahoo.fr

8.c Autres institutions locales


Les mairies jouent également un rôle important dans la sensibilisation et la protection des biens.
Nom du bien Mairie responsable
Tiwêga Mairie de Kaya
Yamané Mairie de Zitenga
Kindibo Mairie de Tougo
Békuy Mairie de Békuy
Douroula Mairie de Douroula

8.d Adresse Internet officielle


La Direction des sites classés patrimoine mondial dispose d’un site web,,
www.burkinafaso.patrimoinemondial.com .

125
AUTORISATION

1. Je, soussigné M. Léonce KI, Directeur des Sites Classés Patrimoine Mondial, accorde à titre
gratuit à l’UNESCO pour toute la durée légale de la propriété, le droit non exclusif de
reproduire et d’utiliser dans le monde entier conformément aux dispositions du paragraphe
2 de la présente autorisation la (les) photographie (s) et/ou diapositive (s) décrite (s) au
paragraphe 4.

2. Je prends note du fait que la (les) photographie (s) et/ou diapositive (s), décrite (s) au
paragraphe 4 de la présente autorisation sera (seront) utilisée (s) par l’UNESCO pour diffuser
des informations sur les sites protéger au titre de la convention du patrimoine mondial selon
les modalités suivantes :

a) publication de l’UNESCO ;

b) coédition avec des maisons d’éditions privées pour des publications sur le patrimoine
mondial : un pourcentage des bénéfices sera versé au fonds du patrimoine mondial ;

c) carte postale-vendu dans les sites protégés au titre de la convention du patrimoine


mondial par l’intermédiaire des services des parcs nationaux ou des antiquités (tout
bénéfice éventuel sera partagé entre les services en question et le fonds du patrimoine
mondial) ;

d) séries de diapositives-vendues aux écoles, bibliothèques ou autres institutions et


éventuellement dans les sites (tout bénéfice éventuel sera partagé entre les services en
question et le fonds du patrimoine mondial) ;

e) expositions, etc.

3. je prends également note du fait que je conserverai la liberté d’accorder les mêmes à tout
autre utilisateur éventuel, mais aucun préjudice des droits accordés à l’UNESCO.

4. Le liste de la / des photographie (s) et/ou diapositive (s) pour laquelle (lesquelles)
l’autorisation est donnée, est jointe.

5. Toute photographie et/ou diapositive portera les mentions de crédit photo requises. Le droit
moral du photographe sera dûment respecté. Prière d’indiquer l’intitulé exact à mentionner
pour le crédit photo.

6. Je déclare et certifie être dûment habilité (e) à accorder les droits visés au photographe 1 de
la présente autorisation.

7. Je m’engage à indemniser l’UNESCO et à le dégager de toute responsabilité pour tout


préjudice résultant d’une violation quelconque de la garantie au paragraphe 6 de la présente
autorisation.

8. Toute contestation ou tout litige qui pourrait naître de l’exercice des droits accordés à
l’UNESCO sera réglé à l’amiable. Le recours aux tribunaux ou l’arbitrage est exclu.

Fait à Ouagadougou le 26 janvier 2018

Léonce KI
Directeur des Sites Classés Patrimoine Mondial

127

Vous aimerez peut-être aussi