Vous êtes sur la page 1sur 10

Chapitre I Généralités sur les eaux

I-1 Définition d’eau :
L’eau est un élément indispensable à la vie. C’est une substance chimique qui
constituée de trois atomes, deux atomes d’hydrogènes et un atome d’oxygène.
On peut estimer que l’eau est un mélange d’oxyde d’hydrogène et d’oxyde de
deutérium comportant les molécules suivantes : H2O, HDO et D2O. [12]

I-2 L’origine d’eau :


L’eau cette ressource rare, est constituée des eaux souterraines (infiltration, nappes)
des eaux surface retenue ou en écoulement (barrage, lacs, rivières), eaux de pluie et des eaux
de mer. [12]

I-3 Importance de l’eau [7]:


L’eau est indispensable à tous les êtres vivants pour qu’ils puissent subsister.
Ce merveilleux élément, qui recouvre prés des trois quarts de la superficie du globe,
entre pour 60% environ dans la constitution des animaux supérieurs et pour 80%
environ dans celle des végétaux. Des échanges continuels s’effectuent entre le milieu
extérieur et l’être vivant. Toute vie serait impossible si l’eau venait à manquer. [1]
En moyenne le corps humain contient 65 à 70% d’eau et l’homme pour
survivre doit compenser les pertes physiologiques en eau ; pour cela, il doit
consommer chaque jour :
o Eau de boisson : 1000 a 1500g
o Eau des alimentations : de 800 a 1000g
o A laquelle il faut rajouter 350g de produit pour le métabolisme.

2
Chapitre I Généralités sur les eaux

I-4 Propriétés de l’eau : [2]


L’eau réunit un ensemble exceptionnel de propriétés physique, chimique et
biologique :

I-4-1 Propriété physique :


Les propriétés physiques les plus intéressantes pour l’eau sont les principales
constantes suivantes dans les trois états :
Tableau N°01 : principaux constates de l’eau pure

eau liquide
T °C d’ébullition sous (101325.02 Pa) 100°C
Capacité thermique massique à 15°C 4.1868 J/g
Enthalpie de vaporisation à 100°C 2252.5 J/g
Conductivité thermique à 20°C 5.98 mw/cm.k
Résistivité à 20°C 23.8 MΩ.cm
Permittivité relative ε à 20°C 80
Indice de réfraction pour la raie D à 10°C 1.33300
Masse volumique à 4°C 1 g/cm3
EAU SOLIDE
T °C de fusion 0°C
Capacité thermique massique 2.0934 J/g
Enthalpie de fusion sous 760m.mHg 333.27 J/g
Tension de vapeur à 0°C 877.128 Pa
Permittivité relative ε 3.26
Indice de réfraction pour la raie D 1.30907
Densité (par rapport à l’eau à 4°C) 0.91649 ± 0.0007
EAU VAPEUR
Conductivité thermique à 100°C 0.23 mw/cm.k
Densité par rapport à l’air 0.62337
Indice de réfraction pour la raie D à 100°C 1.00259
Permittivité relative ε Elle est particulièrement élevée

I-4-2 Propriété chimique :

L’eau est par ses propriétés électriques et sa constitution moléculaire,


particulièrement apte à la mise en solution de nombreux corps gazeux, liquides
polaires, et surtout solides. On a la solvatation (action hydratante de l’eau). Est le
résultat d’une destruction complété ou partielle des divers liens électrostatiques entre
les atomes et les molécules d’eau, solvatation complété (dissolution).

3
Chapitre I Généralités sur les eaux

I-4-3 Propriété biologique :

L’eau, O2, CO2 contribuent à créer des conditions favorables au développement des
être vivantes. Il existe un cycle biologique, cycle au cours duquel s’effectue un série
d’échanger l’eau entre pour une grande part dans la constitution des être vivant.
Pour l’homme on a :
- Nouveau-né ……….66 à 74 % d’eau.
- Adulte ………..58 à 67 % d’eau.

I-5 Composition des eaux brutes : [13]

L’eau est la meilleure des solvants selon les cas, elle contient :
 Des matières solides en suspension (MES)
 Des matières dissoutes (ses dissous, matières organiques)
 Des gaz dissous (air)
 Des micro-organismes

Dans le tableau ci-dessous nous donnons une classification très succincte des éléments
rencontrés dans l’eau :
Tableau N° 02 : composition des eaux brutes

état ELEMENT
MES Sables, argiles, boues, matières organiques colloïdales.
MO en S Trouble, déchets végétaux,
acides organiques.
SELS DISSOUS Cation : Anion :
Calcium (Ca2+) HCO3-
Magnésium (Mg ) 2+
Cl-
Sodium (Na+) SO4-
Potassium (K ) +
NO3-
Etc. Etc.
GAZ DISSOUS O2, CO2, N2
MICRO-OGRANISMES Algues, bactéries, champignons.

4
Chapitre I Généralités sur les eaux

I-6 Balance ionique d’une eau : [13]

Le bilan ionique exprime la teneur en sels dissous sous forme d’ions (anions
et cations). Un bilan ionique complet doit être équilibré :

Somme des anions = somme des cations

(En unité équivalente méq/l ou °F).

I-7 Le cycle de l’eau :


Figure N° 1 : cycle de l’eau [3]

Chacun sait que l’évaporation qui s’effectue au-dessus des océans grâce à l’énergie
solaire, conduit à la formation de nuages, lesquels, poussés par les vents, se résolvent

5
Chapitre I Généralités sur les eaux

en pluie ou en neige à la faveur d’une variation de température, donnant lieu à ce que


l’on appelle les précipitations atmosphériques.
Sur les continents, l’eau ainsi tombée a des destinées diverses ; une partie s’évapore,
une autre ruisselle, une autre s’infiltre. Ces manifestations se produisent suivant des
proportions variables, où intervient la topographie, la constitution géologique du sol, le
climat, la température, etc.…
Finalement, toutes les eaux retournent à la mer par un système d’hydrographie de
surface ou souterraine plus ou moins complexe. [1]

I-8 Sources d’approvisionnement en eau :

- Eaux de surface.
- Eaux souterraines.
- Eaux de pluie.
- Eaux de mer et eaux saumâtres.
- Eaux de consommation.

I-8-1 Eaux de surface :

Les eaux de surface se répartissent en eaux circulant (courantes) ou stockées


(stagnantes). Elles se forment à partir, soit de l’émergence de nappes profondes en
source, soit du rassemblement d’eau de ruissellement.
Elles sont généralement riches en gaz dissous, en matières en suspension et
organiques, ainsi qu’en plancton. Elles sont très sensibles à la pollution minérale et
organique du type nitrate et pesticide d’origine agricole. [4]

6
Chapitre I Généralités sur les eaux

I-8-2 Eaux souterraines :


Les souterraines constituent 22% des réserves d’eau douce soit environ 1000
milliards de m3. Leur origine est due à l’accumulation des infiltrations dans le sol qui
varient en fonction de sa porosité et de sa structure géologique. Elles se réunissent en
nappes. Il en existe plusieurs types. La nappe libre est directement alimentée par les
eaux de ruissellement. Très sensible à la pollution, elle est à l’origine des sources et
des forages. Par opposition, la nappe captive est séparée de la surface du sol par une
couche imperméable. Elle n’est donc pas alimentée directement par le sol. Elle se situe
à de grandes profondeurs et par conséquence est peu sensible aux pollutions. [4]
Les caractéristiques des eaux souterraines sont :

- Turbidité faible
- Contamination bactérienne faible
- Température constante
- Débit constant
- Indice de couleur faible
- Dureté élevée (les eaux peuvent être en contacte avec des
formation rocheuses contenant des métaux bivalent (Mg2+, Ca2+,
etc..) responsables de la dureté).
- Concentration élevée de fer et de manganèse (ces métaux souvent
présents dans le sol, sont facilement dissous lorsque l’eau ne
contient pas d’oxygéné dissous). [5]

7
Chapitre I Généralités sur les eaux

I-8-3 La différences entre l’eaux de surface et eaux souterraines  : [9]

Tableau N° 03 : principales différences entre eaux de surface et eaux souterraines

caractéristique eaux de surface eaux souterraines


Température Variable suivant saisons Relativement constante
Turbidité, MES (vraies, Variable, parfois élevée Faible ou nulle (sauf en terrain
colloïdales) Karstique)
Couleur Liée surtout aux MES (argiles, Liée surtout aux matières en
algues..) sauf dans les eaux solution (acides humiques par
très douces et acides (acides exemple)
humiques)
Minéralisation globale Variable en fonction des Sensiblement constate en
terrains, des précipitations, des général nettement plus élevé
rejets… que dans les eaux de surface
de la même région
Fe et Mn divalents (à l’état Généralement absents, sauf en Généralement présents
dissous) profondeur des pièces d’eau en
état d’eutrophisation

CO2agressif Généralement absent Souvent présent en grande


quantité
O2 dissous Le plus souvent au voisinage Absent la plupart du temps
de la saturation. Absent dans le
cas d’eaux très polluées.
H2S Généralement absent Souvent présent
NH4+ Présent seulement dans les Présent fréquemment sans être
eaux polluées un indice systématique de
pollution bactérienne
Nitrates Peu abondants en général Teneur parfois élevée
Silice Teneur en général modérée Teneur souvent élevée
Micropolluants minéraux et Présents dans les eaux de pays Généralement absents, mais
organiques développés, mais susceptibles une pollution accidentelle
de disparaître rapidement après subsiste beaucoup plus
suppression de la source longtemps

Eléments vivants Bactéries (dont certaines Ferro bactéries fréquentes


pathogènes), virus, plancton
(animal et végétal)
Solvants chlorés Rarement présents Souvent présents
Caractère eutrophe Fréquent, accentué par les Non
températures élevées

: I-8-4 Eaux de pluies

8
Chapitre I Généralités sur les eaux

Les eaux de pluies sont habituellement des eaux de bonne qualité, tant pour
l’alimentation humaine que pour les autres usages domestiques, même si leur absence
de goût déplaît à de nombreux consommateurs. [6]
Elles sont saturées d’oxygéné et d’azote et ne contiennent aucun sel dissous,
comme les sels de magnésium et de calcium, elles sont donc très douces. [5]

I-8-5 Eaux de mer et eaux saumâtres :

Les eaux de mer (saumâtre) sont une source d’eau brute qu’on n’utilisé que
lorsqu’il n’y a pas moyen de s’approvisionner en eau douce. Les eaux de mer
caractérisées par leurs concentration en sels dissous, c’est ce qu’on appelle leur salinité
de la plupart des eaux de mer varie de 33000 à 37000 mg/l et eaux saumâtres est
15000 mg/l de sels dissous. [5]

I-8-6 Les eaux de consommation :

L’eau destinée à la consommation humaine doit donc répondre aux règles


générales d’hygiène et à toutes les mesures propres à préserver la santé de l’homme les
lois sur la potabilité d’une eau repose essentiellement sur des notions de santé
publique. [7]

I-8-7 Le cycle de l’eau de consommation :

9
Chapitre I Généralités sur les eaux

Figure N° 2 : cycle de l’eau de consommation [8]

L’eau brute destinée à la consommation humaine est prélevée dans un cours d’eau ou
une nappe d’eaux souterraines. Elle est ensuite acheminée vers une usine de
production d’eau potable où elle subit divers traitements physiques, chimiques et
biologiques. Rendue potable, elle est distribuée aux consommateurs. Après usage, elle
est recueillie pour être conduite vers les usines de dépollution des eaux usées, avant
d’être enfin rendue à la nature.
Ce cycle subi par l’eau du fait de son usage par les sociétés humaines se décompose en
cinq
Grandes étapes : le captage, le transport, la production d’eau potable, la distribution,
puis la collecte et la dépollution des eaux usées. [8]

I-9 Usages des eaux :

10
Chapitre I Généralités sur les eaux

I-9-1 Usages de l’eau en l’industrie :

La consommation de l’eau par l’industrie est très importante puisque pour le


seul bassin de la seine, ce sont quelque 7 000 000 de m3/j qui sont consommés, à
différentes fins industrielles :
 Fonction d’entraînement :

Lavage et élimination des déchets [lavage des sols, récipients, écorces (papeterie),
minerais, gaz…], transport [transport hydraulique de charbon, pâte à papier…].
 Fonction de refroidissement :
C’est l’un des usages les fréquents de l’eau dans l’industrie, l’eau réchauffée est
utilisée dans les centrales thermiques, l’industrie chimique, sucrière et sidérurgique.
 Fonction de réactif chimique :
Solavant-diluant [constitution de bain divers (fabrique de H2SO4, colorants,
décapages..)] ; réaction de réduction par la vapeur d’eau.
 Produit de consommation : Fabrique de boissons gazeuses. [14]

I-9-2 Usages domestiques :

Les eaux de consommation publique sont utilisées à différentes fins. Utilisée


Par les Collectivités (écoles, hôpitaux, lavage des rues) et les foyers (hygiène,
nettoyage, alimentation).Un habitant de la ville qui consomme de l’ordre de 230 L/J,
utilise la majorité de cette eau à différentes fins et n’en utilise que seulement 1% pour
boisson et 6% pour la préparation de nourriture. Et les 93% restants sont utilisées à
différentes exigences du milieu de l’homme. [14]

11

Vous aimerez peut-être aussi