Vous êtes sur la page 1sur 1

Introduction

L'homme est un être de conscience qui pose des actes raisonnables pouvant contribués
fortement au bien-être et à l'épanouissement des autres. Vu sous cet aspect, l'on serait tenté de
croire qu'il est possible de mener une existence sans nuire aux autres. Mais la réalité quotidienne
nous montre à travers certains agissements tels que la violence, que l'homme est un être
méchant et barbare.

Développement
Axe1:
Argument1: L'homme est un être naturellement social. En tant que tel, il est toujours porté vers le
vivre ensemble, l'harmonie sociale puisque cela fait partie intégrante de son essence. Cette
société nous modèle de sorte que nous puissions être des êtres de "bon sens"
Cf. Aristote « L'homme est un animal politique » le politique
Argument2: L'homme étant un être de conscience, cette faculté lui permet de poser des actes
réfléchis. Grâce à la conscience morale, il arrive à faire la distinction entre ce qui est bon et ce
qui est mauvais. Sur cette base, l'homme est parfaitement capable de mener une existence sans
porter préjudices aux autres membres de la société.
Aussi, grâce à cette noble faculté, nous nous éloignons de l'instinct bestial. En un mot, c'est elle
qui nous humanise et nous met au-dessus des autres êtres de la nature
Cf. Jean-Jacques Rousseau « Conscience ! Conscience ! Instinct divin, immortelle et céleste voix
; guide assuré d’un être ignorant et borné, mais intelligent et libre ; juge infaillible du bien et du
mal, qui rends l’homme semblable à Dieu, c’est toi qui fais l’excellence de sa nature et la moralité
de ses actions ; sans toi je ne sens rien en moi qui m’élève au-dessus des bêtes. »

Transition

Eu égard à ce qui précède, il ressort qu'on peut vivre sans nuire aux autres. Mais une telle vision
des choses est-elle sans équivoque ? L'homme ne serait-il pas capable de causer des préjudices
aux autres lors de son existence ?

Axe2: L'homme peut nuire aux autres.


Argument1: L'homme est un être naturellement méchant, égoïste et violent. La violence faisant
partie de l'essence de l'homme, il est tenté de nuire à tout moment aux autres membres de la
société.
Cf. S. Freud « L'homme n'est point cet être débonnaire au coeur assoiffé d'amour dont on dit qu'il
se défend quand on l'attaque, mais un être au contraire, qui doit porter au compte de ses
données instinctives une bonne somme d'agressivité. »
Argument2: L'homme est un être doté d'un psychique inconscient. Il est à tout moment sous
l'influence de cette dimension obscure. La conscience apparaît alors faible et impuissante face à
cette force obscure. Ce qui fait l'on poses des actes de violence et préjudiciables aux autres .
Cf. Sartre « l'enfer, c'est les autres.»

Conclusion

Au terme de notre réflexion, retenons qu'il se dégage deux points de vue contradictoires. D'une
part, on peut mener une existence sans causer du tort aux autres, d'autres parts, il est impossible
de vivre sans porter préjudices aux autres du fait de sa nature ambiguë. Pour nous, l'homme ne
peut vivre sans accrochages avec ses semblables car c'est la contradiction qui est le moteur de
l'histoire

Vous aimerez peut-être aussi