Vous êtes sur la page 1sur 41

CSTC

une édition du centre sc i e n t i f i q u e et technique de la c o n st r u ct i o n

Rapport
SÉCURITÉ ET MISE
EN ŒUVRE D’ÉLÉMENTS
PRÉFABRIQUÉS EN BÉTON
Rapport CSTC n° 10 – 2008
Rapport SÉCURITÉ
ET MISE EN ŒUVRE
D’ÉLÉMENTS PRÉFA-
BRIQUÉS EN BÉTON
Le présent Rapport a été réalisé dans le cadre du projet de Stimulation Thématique à l’Innovation
Construction Industrielle Flexible et Démontable (IFD), une initiative du CSTC et de la Fédération de
l’Industrie du Béton, en collaboration avec la K.U.Leuven et avec l’appui financier de l’IWT (Institut
pour la promotion de l’Innovation par la Science et la Technologie en Flandre). Ce document a été
élaboré au sein du groupe de travail STI IFD Conception et Réalisation.

Membres du groupe de travail

Équipe en charge du projet : S. Danschutter (CSTC), J. Van Dessel (CSTC), K. Putzeys (CSTC),
E.Dano (FEBE), F. De Troyer (K.U.Leuven), R. Kenis (K.U.Leuven)
Membres : K. Blykers (50N5E), R. Brees (Eurobeton), F. Clemmens (Structo),
M. Cocquyt (De Coene Construct), K. Coelus (Stedec), W. Danneels
(Keppens), M. De Landtsheer (Cosimco), F. De Meyer (Seco),
P. Declerck (Decomo), W. Feyaerts (Heijmans), L. François (ECHO),
L. Goossens (Roegiers & Co), C. Gordons (OBIS), E. Houben (Marmo-
rith), S. Joosen (CEI-De Meyer), B. Meermans (Altaan Beton-Vaessen),
H. Perdaens (Halfen-Fridema), W. Rimkens (Ergon), P. Smessaert
(Arbeco), J. Trippas (MBG), H. Verachtert (FDA Architecten), S. Asiak
(ELD), S. Van den Heede (CEI-De Meyer), D. Wittebroodt (Signum)
Groupe de pilotage : F. Cornelis (Megaton Naessens), L. Goossens (Roegiers & C°),
B. De Nijs (Prefadim), S. Faignet (IWT), L. François (ECHO), E.  Hou-
ben (Marmorith Houben), P. Lievens (ELD), J. Theunis (Robelco),
A. Vanhulle (Loveld)
Ingénieurs-rapporteurs : S. Danschutter et J. Van Dessel (CSTC)

Ont également collaboré à l’élaboration de ce document :


M. Cockmartin (CNAC), J. Janssen (Samonco S.A.), G. Slaets (Vekmo S.A.), P. Van Beveren (Devos –
DeBuck) et F. Vanhooren (Ergon S.A.)

C EN T RE S C IEN T IFIQUE E T T E C HNIQUE DE LA C ON S T RU C T ION


CSTC, établissement reconnu en application de l’arrêté-loi du 30 janvier 1947
Siège social : Rue du Lombard 42 à 1000 Bruxelles

Publication à caractère scientifique visant à faire connaître les résultats des études et recher-
ches menées dans le domaine de la construction en Belgique et à l’étranger.

La reproduction ou la traduction, mêmes partielles, du texte du présent rapport n’est autorisée


qu’avec le consentement de l’éditeur responsable.

1 Rapport CSTC n° 10 – 2008


u
1
Sommaire Le projet STI ‘Construction industrielle flexible et
démontable’................................................................................................................ 4

2 Cadre législatif et normatif.................................................................. 5


2.1 Réglementation.................................................................................................................. 5
2.2 Normalisation..................................................................................................................... 5
2.3 Changements en matière de coordination de la sécurité.................................................. 5
2.3.1 Introduction............................................................................................................. 5
2.3.2 Coordination de la sécurité par l’entrepreneur...................................................... 6
2.3.3 Plan de sécurité et de santé.................................................................................... 6
2.3.4 Tâches du coordinateur de la sécurité.................................................................... 6
2.3.4.1 Tâches du coordinateur – projet............................................................... 8
2.3.4.2 Tâches du coordinateur – réalisation....................................................... 8
2.4 Analyse des risques .......................................................................................................... 8
2.4.1 Projet....................................................................................................................... 8
2.4.2 Réalisation.............................................................................................................. 8
2.4.2.1 Généralités................................................................................................ 8
2.4.2.2 Méthodes d’évaluation des risques.......................................................... 9
2.5 Mesures de sécurité collectives......................................................................................... 9
2.5.1 Les garde-corps...................................................................................................... 9
2.5.2 Filets de sécurité..................................................................................................... 10
2.6 Équipements de protection individuelle............................................................................ 10
2.6.1 Protection antichute................................................................................................ 11
2.6.2 Chaussures de sécurité........................................................................................... 11
2.6.3 Casque de sécurité industriel.................................................................................. 12

3 inventaire des risques liés à la réalisation de


constructions préfabriquées. ............................................................. 13
3.1 Risques prévisibles dès la phase de conception................................................................ 13
3.1.1 Introduction............................................................................................................. 13
3.1.1.1 Détermination des responsabilités............................................................ 13
3.1.1.2 Organisation du chantier.......................................................................... 13
3.1.2 Mesures de protection collectives.......................................................................... 14
3.1.3 Mesures de sécurité liées au système constructif.................................................. 14
3.1.4 Risques spécifiques................................................................................................. 14
3.1.4.1 Espace restreint......................................................................................... 14
3.1.4.2 Basculement durant le stockage............................................................... 14
3.1.4.3 Risques lors des transports verticaux....................................................... 14
3.1.4.4 Usage de grues......................................................................................... 14
3.2 Risques lors de la réalisation sur chantier......................................................................... 14
3.2.1 Risques généraux liés à la mise en place............................................................... 15
3.2.1.1 Décrochage de la charge en cours de transport....................................... 15
3.2.1.2 Chutes de hauteur..................................................................................... 15
3.2.1.3 Chocs – Coincements............................................................................... 16
3.2.1.4 Risques lors des déchargements............................................................... 16
3.2.1.5 Risques lors du coulage du béton............................................................ 16
3.2.1.6 Rupture des structures de soutènement.................................................... 16
3.2.2 Risques liés à la pose des hourdis creux............................................................... 16
3.2.2.4 Décrochage de la charge en cours de transport....................................... 16
3.2.2.2 Chutes de hauteur..................................................................................... 16
3.2.2.3 Chocs – Coincements............................................................................... 18
3.2.2.4 Basculement des éléments entreposés...................................................... 18

2 Rapport CSTC n° 10 – 2008


SOmmaire 3.2.2.5
3.2.3 Risques
3.2.3.1
Risques spécifiques importants................................................................ 21
liés à la pose des prédalles....................................................................... 21
Décrochage de la charge en cours de transport....................................... 21
3.2.3.2 Chutes de hauteur..................................................................................... 21
3.2.3.3 Chocs – Coincements............................................................................... 22
3.2.3.4 Basculement lors du stockage.................................................................. 22
3.2.3.5 Risques spécifiques importants................................................................ 22
3.2.4 Risques liés à la pose des colonnes....................................................................... 22
Inhoud
3.2.4.1 Décrochage de la charge en cours de transport....................................... 22
3.2.4.2 Chutes de hauteur..................................................................................... 23
3.2.4.3 Chocs – Coincements............................................................................... 23
3.2.4.4 Basculement au cours du stockage.......................................................... 23
3.2.4.5 Risques spécifiques importants................................................................ 24
3.2.5 Risques liés à la pose des poutres ........................................................................ 24
3.2.5.1 Décrochage de la charge en cours de transport....................................... 24
3.2.5.2 Chutes de hauteur..................................................................................... 25
3.2.5.3 Chocs – Coincements............................................................................... 25
3.2.6 Risques liés à la pose des parois massives............................................................ 25
3.2.6.1 Décrochage de la charge en cours de transport....................................... 25
3.2.6.2 Chutes de hauteur..................................................................................... 26
3.2.6.3 Chocs – Coincements............................................................................... 26
3.2.6.4 Risques spécifiques importants................................................................ 26
3.2.7 Risques liés au levage des panneaux de façade en béton .................................... 26
3.2.7.1 Décrochage de la charge en cours de transport....................................... 26
3.2.7.2 Chocs – Coincements............................................................................... 27
3.2.7.3 Chutes de hauteur..................................................................................... 27
3.2.7.4 Risques spécifiques importants : chutes d’objets..................................... 27
3.2.8 Risques liés à la pose des éléments sandwiches .................................................. 27
3.2.8.1 Décrochage de la charge en cours de transport....................................... 27
3.2.8.2 Chutes de hauteur..................................................................................... 28
3.2.8.3 Basculement pendant le stockage............................................................ 28
3.2.9 Risques liés à la pose de prémurs.......................................................................... 28
3.2.9.1 Décrochage de la charge en cours de transport....................................... 28
3.2.9.2 Chutes de hauteur..................................................................................... 29
3.2.9.3 Chocs – Coincements............................................................................... 29
3.2.9.4 Risques spécifiques................................................................................... 29
3.2.10 Risques liés à la pose des escaliers et des paliers................................................. 29
3.2.10.1 Basculement ou déversement des éléments en cours de transport.......... 29
3.2.10.2 Chutes de hauteur..................................................................................... 29
3.2.10.3 Chute dans l’ouverture d’un escalier....................................................... 30

4 4.1
La sécurité, moteur d’innovation........................................................ 31
Conception adaptée d’un projet d’éléments préfabriqués................................................. 31
4.2 Dispositifs de sécurité intégrés en usine........................................................................... 31
4.3 Garde-corps intégrés en usine .......................................................................................... 32
4.4 Système d’étaiement intelligent avec support de garde-corps.......................................... 32
4.5 Risques liés au système de construction........................................................................... 33
4.6 Ordre d’assemblage........................................................................................................... 33
4.7 Nœuds de raccordements secs........................................................................................... 34

Bibliographie........................................................................................................................... 35
Annexe - Iconographie................................................................................................... 38

3 Rapport CSTC n° 10 – 2008


1 Le projet STI
‘Construction
industrielle flexible
et démontable’
Le projet de Stimulation Thématique à l’Innovation Le principal avantage du concept des bâtiments IFD
(STI) ‘Construction industrielle flexible et démon- réside dans sa capacité d’adaptation aux besoins
table’ (IFD) consacré au secteur du béton préfabri- évolutifs des utilisateurs ou même, le cas échéant,
qué est une initiative commune du CSTC et de la à un changement d’affectation radical. Cette appro-
Fédération de l’Industrie du Béton (FEBE), menée che exerce non seulement une influence favorable
en collaboration avec le département ‘Architecture, sur la longévité des bâtiments, mais aussi sur la
Urbanisme et Aménagement du Territoire’ (ASRO : problématique des déchets.
Architectuur, Stedenbouw en Ruimtelijke Ordening)
de la K.U.Leuven. Ce projet STI est axé principalement sur le thème
de la ‘préfabrication dans le secteur du béton’. Le
Le principe de la construction IFD connaît un principal groupe cible se compose dès lors des
essor considérable depuis quelques années, et fabricants d’éléments préfabriqués en béton et des
cadre comme aucun autre avec le contexte du entrepreneurs généraux réalisant des ouvrages en
développement durable. Il s’agit d’un concept de béton, en particulier ceux qui concentrent leurs acti-
travail où les aspects de l’industrialisation, de la vités sur la construction d’appartements, de bureaux
flexibilité et de la démontabilité jouent ensemble et de bâtiments utilitaires, ce secteur laissant en effet
un rôle grâce à une approche intégrée. Le concept une large place à l’innovation technologique.
ne se limite pas au seul ouvrage physique, mais
a également des répercussions sur l’ensemble du Un certain nombre de groupes de travail ont été consti-
processus de construction et sur l’organisation qui tués dans le cadre du projet en vue d’accompagner
l’accompagne (voir § 4). Autrement dit, il aspire ces innovations. La présente publication expose les
à innover en termes d’éléments, de techniques, résultats des travaux menés par le groupe de travail
d’outils de conception, de modes de construction, et ‘Conception et Réalisation’, qui a également réalisé
à promouvoir la collaboration entre les partenaires récemment une publication intitulée ‘Toekomstgericht
impliqués dans l’acte de construire. ontwerpen’ (conception porteuse d’avenir) [27].

L’objet de ce Rapport s’intègre par conséquent Par ailleurs, le projet s’adresse aussi aux concep-
strictement dans cette approche globale et joue teurs et maîtres d’ouvrage souhaitant réaliser, en
un rôle important à toutes les phases de la synergie avec les entrepreneurs et les fabricants de
construction (tant lors de la conception du projet, produits en béton préfabriqué, des projets innovants
de la soumission et l’organisation, que lors de sa participant au concept de la ‘construction indus-
réalisation). trielle flexible et démontable’.

4 Rapport CSTC n° 10 – 2008


2 Cadre législatif et
normatif

La philosophie de la législation en matière de bien- au travail [37]


être sur le lieu du travail et de coordination de la –– l’AR du 25 janvier 2001 concernant les chan-
sécurité sur les chantiers temporaires et mobiles tiers temporaires ou mobiles [39]. Le texte
peut être résumée ainsi : a été complété par l’AR du 19 janvier 2005
• étape 1 : prévention tant lors de la conception du [40], qui entendait simplifier la réglementa-
projet, que lors de sa réalisation. Le conseiller tion des chantiers temporaires ou mobiles
en prévention et le coordinateur de la sécurité et qui a finalement été modifié par l’AR du
doivent dès lors tous deux être impliqués dans le 22 mars 2006 [43]
projet en temps opportun, afin que leurs remar- –– l’AR du 13 juin 2005 [41] remplace l’AR du
ques puissent être intégrées au plus vite 7 août 1995 relatif à l’utilisation des équipe-
• étape 2 : lorsque certains risques ne peuvent être ments de protection individuelle [35]
évités ou suffisamment limités, il convient de –– l’AR du 31 août 2005 relatif à l’utilisation
prendre des mesures de sécurité collectives des équipements de travail pour des travaux
• étape 3 : pour les situations où les mesures préci- temporaires en hauteur [42]
tées s’avèrent inadéquates, il convient de recourir –– l’AR du 12 août 1993 concernant la manu-
aux équipements de protection individuelle. tention manuelle de charges [34].

L’agencement du présent document est empreint de


cette philosophie. Aussi, ce chapitre a été structuré 2.2 Normalisation
de la manière suivante : tout d’abord la prévention
(§ 2.4), les mesures collectives ensuite (§ 2.5), et Le projet de norme prEN 13670 spécifie les condi-
les équipements de protection individuelle. tions requises pour l’exécution des ouvrages en
béton coulé in situ ou en éléments préfabriqués en
béton. Le neuvième chapitre de ce texte traite plus
2.1 Réglementation spécifiquement de la réalisation des ouvrages en
béton préfabriqué. Quand bien même la norme n’a
Vous trouverez ci-dessous un aperçu des principales pas la sécurité et l’hygiène pour objet, elle définit un
lois en matière de bien-être sur le lieu du travail certain nombre de prescriptions pouvant améliorer
et de coordination de la sécurité sur les chantiers la sécurité lors de la réalisation des travaux.
temporaires et mobiles :
• le Règlement général de la protection du travail
(RGPT) [44], progressivement restructuré dans le 2.3 Changements en
cadre du nouveau ‘Codex en matière de bien-être matière de coordina-
sur le lieu du travail’ (voir point 2) tion de la sécurité
• la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des
travailleurs dans l’exécution de leurs tâches 2.3.1 Introduction
[36] et subséquemment le ‘Codex en matière de
bien-être sur le lieu du travail’, qui regroupe les Tout chantier sur lequel interviennent deux
arrêtés royaux suivants : entrepreneurs ou plus doit se voir désigner un
–– l’AR du 27 mars 1998 relatif au service coordinateur de la sécurité. Nous présentons
interne pour la prévention et la protection ci-après un bref commentaire de l’arrêté royal
au travail [38] adapté récemment.
–– l’AR du 27 mars 1998 relatif au service
externe pour la prévention et la protection L’AR du 19 janvier 2005 [40] fait une distinction

5 Rapport CSTC n° 10 – 2008


entre les chantiers de moins de 500 m² et les 2.3.3 Plan de sécurité
chantiers de 500 m² ou plus. Dans le premier cas, et de santé
l’architecte en charge du projet doit premièrement
conclure un accord avec le coordinateur de la L’établissement d’un plan de sécurité et de santé
sécurité, et ensuite avec l’entrepreneur général. a son importance tant dans la phase de conception
Pour les chantiers de 500 m² ou plus, cette tâ- que dans la phase de réalisation. Il doit en outre
che incombe au maître d’ouvrage (1). L’AR du être actualisé en permanence sur la base d’un in-
19 janvier 2005 ne fait plus la distinction entre ventaire et d’une évaluation détaillés des risques.
usage particulier, commercial ou professionnel, Les entrepreneurs doivent dès lors transmettre leurs
contrairement au texte initial du 25 janvier analyses respectives des risques au coordinateur de
2001 [39]. la sécurité, qui est ensuite chargé de l’interprétation
de ces données et des mesures de prévention à
L’AR fait par ailleurs une distinction supplé- prendre sur le chantier.
mentaire entre les chantiers à haut risque, et
ceux qui ne le sont pas. Il énumère une série
d’activités entraînant de tels risques. Dans le 2.3.4 Tâches du coordinateur
contexte des ouvrages préfabriqués en béton, cela de la sécurité
concerne principalement l’assemblage d’éléments
‘lourds’. La figure 1 ci-contre donne un aperçu des tâches
du coordinateur de la sécurité. Il s’agit d’une struc-
ture arborescente dans laquelle sont détaillées les
2.3.2 Coordination exigences en fonction de l’importance des risques
de la sécurité et de l’existence éventuelle de risques accrus,
par l’entrepreneur auxquelles un coordinateur-projet ou un coordina-
teur-réalisation doit répondre pour tous les projets.
Comme évoqué plus haut, l’AR du 19 janvier Cette figure donne aussi un aperçu des différents
2005 [40] prévoit que l’entrepreneur général peut outils auxquels le coordinateur de la sécurité doit
assurer lui-même la coordination de la sécurité avoir recours.
sur un chantier temporaire ou mobile de moins
de 500 m². Si un architecte a été désigné, l’ar- Le coordinateur de la sécurité conseille la personne
chitecte et le maître d’ouvrage doivent conclure qui le désigne dans le cadre de la protection des
un contrat. personnes exerçant des activités au cours de la réa-
lisation d’un chantier (et des étapes ultérieures).
La formation complémentaire que doit suivre
l’entrepreneur à cet effet dépend du type de Le conseiller en prévention conseille, quant à lui,
chantier (voir l’AR précité) : son employeur en matière de protection de la main-
• chantiers à haut risque ou travaux de longue d’œuvre employée par ce dernier.
durée
• chantiers sans grands dangers. La tâche principale tant du coordinateur de la

Tableau 1 Critères d’acceptation d’un entrepreneur général en tant que coordinateur de la sécurité sur des
chantiers de moins de 500 m².

Chantiers à haut risque ou travaux de lon-


Autres chantiers
gue durée
Formation de 24 heures Formation de 12 heures
L’entrepreneur général doit être repris dans une
liste du SPF ‘Bien-être sur le lieu de travail’ dont il
ressort qu’il :
• a une expérience professionnelle de 10 ans
• a dirigé une entreprise durant les 5 dernières
années Aucune condition particulière
• n’a commis aucune infraction par rapport aux
directives en matière de bien-être des travail-
leurs dans le cadre de l’exécution de ses
tâches professionnelles au cours des 5 derniè-
res années.

(1) Une modification de l’AR est parue récemment [27], permettant désormais aussi aux maîtres d’ouvrage de chantiers de moins
de 500 m² de désigner eux-mêmes un coordinateur de la sécurité.

6 Rapport CSTC n° 10 – 2008


Idem AR 25/01/2001 : pas de coordina-
OUI ≥ 2 entrepreneurs ? NON tion en phase de réalisation, mais un dossier
d’intervention ultérieure simplifié (4 points)

≥ 500 m²
Section III ou
OUI ou Section II ouvrages < 500 m²
Annexe V
annexe 5

≥ 2,5 millons € Architecte


(indexé) et 3 OU NON
OUI NON désigné ?
entrepr. en même
temps

Idem AR Art. 26 § 1 / 2 ? Art. 26 § 1 / 2 ? Art. 26 § 1 / 2 ?


OUI NON OUI NON OUI NON
25/01/2001
Art. 26 § 1 ou 2 Art. 26 § 3

PROJET PROJET PROJET PROJET PROJET PROJET PROJET

Coordinateur de sécurité et de santé Coordinateur de sécurité et de santé Coordinateur de sécurité et de santé Coordinateur de sécurité et de santé Coordinateur de sécurité et de santé Coordinateur de sécurité et de santé Coordinateur de sécurité et de santé
niv. A niv. A niv. A niv. A niv. A niv. A niv. A

Architecte formation intégrée Architecte formation intégrée Architecte formation intégrée Architecte formation intégrée Architecte formation intégrée Architecte formation intégrée Architecte formation intégrée

Coordinateur de sécurité niv. B Coordinateur de sécurité niv. B Coordinateur de sécurité niv. B Coordinateur de sécurité niv. B Coordinateur de sécurité niv. B Coordinateur de sécurité niv. B
= form. base + 2 - 5 - 10 = form. base + 2 - 5 - 10 = form. base + 2 - 5 - 10 = form. base + 2 - 5 - 10 = form. base + 2 - 5 - 10 = form. base + 2 - 5 - 10
Coordinateur de sécurité niv. B Coordinateur de sécurité niv. B Coordinateur de sécurité niv. B
= form. base + 1 - 3 - 5 = form. base + 1 - 3 - 5 = form. base + 1 - 3 - 5
Entrepreneur 24 H de formation Entrepreneur 24 H de formation Entrepreneur 24 H de formation Entrepreneur 24 H de formation
+ sur la liste du SPF + sur la liste du SPF + sur la liste du SPF + sur la liste du SPF

7
Entrepreneur 12 H de formation Entrepreneur 12 H de formation
+ sur la liste du SPF + sur la liste du SPF

REALISATION REALISATION REALISATION REALISATION REALISATION REALISATION REALISATION

Coordinateur de sécurité et de santé Coordinateur de sécurité et de santé Coordinateur de sécurité et de santé Coordinateur de sécurité et de santé Coordinateur de sécurité et de santé Coordinateur de sécurité et de santé Coordinateur de sécurité et de santé
niv. A niv. A niv. A niv. A niv. A niv. A niv. A

Architecte formation intégrée Architecte formation intégrée Architecte formation intégrée Architecte formation intégrée Architecte formation intégrée Architecte formation intégrée Architecte formation intégrée

Coordinateur de sécurité niv. B Coordinateur de sécurité niv. B Coordinateur de sécurité niv. B Coordinateur de sécurité niv. B Coordinateur de sécurité niv. B Coordinateur de sécurité niv. B
= form. base + exp. ancien niv. A = form. base + 2 - 5 - 10 = form. base + 2 - 5 - 10 = form. base + 2 - 5 - 10 = form. base + 2 - 5 - 10 = form. base + 2 - 5 - 10
Coordinateur de sécurité niv. B Coordinateur de sécurité niv. B Coordinateur de sécurité niv. B
= form. base + 1 - 3 - 5 = form. base + 1 - 3 - 5 = form. base + 1 - 3 - 5
Entrepreneur 24 H de formation Entrepreneur 24 H de formation Entrepreneur 24 H de formation Entrepreneur 24 H de formation
+ sur la liste du SPF + sur la liste du SPF + sur la liste du SPF + sur la liste du SPF
Entrepreneur 12 H de formation Entrepreneur 12 H de formation
+ sur la liste du SPF + sur la liste du SPF

Rapport CSTC n° 10 – 2008


Instruments pour la coordination Instruments pour la coordination Instruments pour la coordination Instruments pour la coordination Instruments pour la coordination Instruments pour la coordination Instruments pour la coordination
sécurité et santé sécurité et santé sécurité et santé sécurité et santé sécurité et santé sécurité et santé sécurité et santé
1. structure de coordination (art. 37) 1. pas de structure de coordination 1. pas de structure de coordination 1. pas de structure de coordination 1. pas de structure de coordination 1. pas de structure de coordination 1. pas de structure de coordination
2. plan de sécurité et de santé (art. 37) (art. 37) (art. 37) (art. 37) (art. 37) (art. 37)
complet (art. 27 § 1) 2. plan de sécurité et de santé 2. plan de sécurité et de santé 2. plan de sécurité et de santé 2. pas de plan de sécurité et de 2. plan de sécurité et de santé 2. pas de plan de sécurité et de
3. journal de coordination (art. 31) complet (art. 27 § 1) simplifié (art. 27 § 1) simplifié (art. 27 § 1) santé (art. 27 § 1) simplifié (art. 27 § 1) santé (art. 27 § 1)
4. dossier d’intervention ultérieure 3. journal de coordination (art. 31) 3. pas de journal de coordination 3. pas de journal de coordination 3. pas de journal de coordination 3. pas de journal de coordination 3. pas de journal de coordination
comlplet (7 points) (art. 36) 4. dossier d’intervention ultérieure (art. 31) (art. 31) (art. 31) (art. 31) (art. 31)
5. article 30 (AR 25/01/2001) comlplet (7 points) (art. 36) 4. dossier d’intervention ultérieure 4. dossier d’intervention ultérieure 4. dossier d’intervention ultérieure 4. dossier d’intervention ultérieure 4. dossier d’intervention ultérieure
5. article 30 (AR 25/01/2001) simplifié (4 points) (art. 36) simplifié (4 points) (art. 36) simplifié (4 points) (art. 36) simplifié (4 points) (art. 36) simplifié (4 points) (art. 36)
5. article 30 (AR 25/01/2001) 5. article 30 (AR 25/01/2001) 5. article 30 (AR 25/01/2001) 5. article 30 (AR 25/01/2001) 5. pas d’article 30 (AR 25/01/2001)
Certification obligatoire (art. 65)
Art. 26 § 1 Risques accrus
Art. 26 § 2 Travaux de longue durée : plus de 500 jours/homme ou 30 jours parmi lesquels min. 1 jour à 20 travailleurs (art. 26 § 2)

Fig. 1 Qualifications requises pour un coordinateur de sécurité, selon le milieu et la présence de risques accrus.
sécurité que du conseiller en prévention consiste à l’occasion de la réception provisoire des travaux.
prévenir tout dommage humain. La mission du coordinateur-réalisation s’achève
par la transmission de ces documents.
Une concertation assidue entre ces deux personnes
est donc essentielle à l’accomplissement de leur
tâche. 2.4 Analyse des risques

Conformément à l’AR du 27 mars 1998 [38], les


2.3.4.1 Tâches du coordinateur – différents employeurs doivent effectuer une analyse
projet des risques en collaboration avec leur service interne
de prévention et de protection au travail.
Les tâches incombant au coordinateur-projet sont
définies dans l’article 4 de l’AR du 19 janvier 2005  Le coordinateur de la sécurité doit en outre pro-
et sont brièvement reprises ci-dessous : céder à une analyse des risques dans le cadre de
• coordonner l’application des principes de pré- l’établissement de son plan de sécurité et de santé,
vention généraux au niveau du projet pour lequel la concertation avec ce service est
• établir le plan de sécurité et de santé et l’adapter indispensable.
si nécessaire
• transmettre aux parties intervenant dans le projet Pour de plus amples informations sur les rapports
tous les éléments du plan de sécurité et de santé entre le coordinateur de la sécurité et le conseiller en
qui les concernent prévention, le lecteur se rapportera à la publication
• établir et mettre à jour le dossier d’intervention du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale, en
ultérieure référence [32].
• créer et mettre le journal de coordination à jour
• conseiller la personne qui l’a désigné sur la
concordance des offres reçues et du plan de 2.4.1 Projet
sécurité et de santé
• transmettre le plan de sécurité et de santé, Dans le cadre de l’élaboration du plan de sécurité
l’éventuel journal de coordination et le dossier et de santé, cette analyse des risques doit être réa-
d’intervention ultérieure aux maîtres d’ouvrage, lisée par le coordinateur-projet. A cet effet, celui-ci
et confirmer par écrit la transmission des docu- peut avoir recours à la méthode HEEP (Homme,
ments et la fin du projet. Équipement, Environnement & Produit) proposée
par le Comité national d’action pour la sécurité et
l’hygiène dans la construction (CNAC.
2.3.4.2 Tâches du coordinateur –
réalisation L’analyse des risques doit toujours tenir compte
du fait que rien n’est définitif pendant la phase de
Les tâches incombant au coordinateur-réalisation conception du projet, et que l’entrepreneur peut
sont définies dans l’article 4 de l’AR du 19 janvier proposer une méthode de construction différente à
2005 et brièvement reprises ci-dessous : l’occasion de la soumission. Il est dès lors conseillé
• coordonner l’application des principes de préven- de déterminer des mesures de prévention en phase
tion généraux au niveau de la réalisation de conception, à l’aide de quelques questions-clés.
• adapter le plan de sécurité et de santé si nécessaire Généralement, il est également demandé d’indiquer,
et transmettre ce plan aux parties intervenant lors de la soumission, les mesures prises en vue de
sur le chantier dans la mesure où elles sont répondre au plan de sécurité et de santé ainsi que
concernées les coûts liés à ces démarches.
• maintenir à jour le journal de coordination et
transcrire les manquements des parties interve- Aux termes de l’article 4 de l’AR du 27 janvier 2005,
nant sur le chantier les périodes de concertation entre le coordinateur-
• mettre par écrit les remarques formulées par les projet, les maîtres d’ouvrage et la direction du chantier
entrepreneurs et faire revoir ces remarques par chargée du projet doivent figurer dans le contrat.
les parties concernées
• convoquer la structure de coordination si né-
cessaire 2.4.2 Réalisation
• mettre le dossier d’intervention ultérieure à
jour 2.4.2.1 Généralités
• transmettre le plan de sécurité et de santé, le jour-
nal de coordination et le dossier d’intervention L’analyse des risques faisant partie du plan de sécu-
ultérieure ainsi actualisés au maître d’ouvrage à rité et de santé est établie en première instance par

8 Rapport CSTC n° 10 – 2008


les conseillers en prévention de l’entrepreneur chargé Tableau 2 Dispositions à prendre en fonction de l’indice de risque.
de l’exécution des travaux, et est ensuite confiée au
Indice de risque Dispositions
coordinateur-réalisation. L’AR du 19 janvier 2005
en matière de coordination de la sécurité impose par R ≤ 20 Pas de risque
ailleurs au coordinateur de la sécurité d’être présent
20 < R ≤ 70 Attention nécessaire
durant certaines phases ‘critiques’ de l’exécution
susceptibles de compromettre la sécurité. Ces phases 70 < R ≤ 200 Mesures requises
devront être définies au préalable.
200 < R ≤ 400 Mesures d’urgence
Le CNAC propose la méthode MIER, qui comprend R > 400 Arrêt des travaux
deux volets :
• l’inventaire des risques (voir § 3), qui permet de
mettre en évidence les principaux points critiques des risques spécifiques au secteur de la construction.
en matière de sécurité, de santé et de bien-être Il y a en effet toute une série de méthodes générales
(voir § 3.2) d’évaluation des risques pouvant être appliquées au
• l’évaluation des risques : celle-ci se fait sou- secteur, dont la méthode Kinney.
vent selon la méthode Kinney (voir encadré
ci-dessous). Une valeur est attribuée à la probabilité, à la classe
d’exposition et à la gravité [30]. L’indice de risque
qui en résulte constitue la base pour des dispositions
Méthode Kinney éventuelles à prendre. Le tableau 2 présente la
risque = éventualité x gravité
relation entre l’indice de risque et les dispositions
à prendre.
éventualité = probabilité x exposition
risque = probabilité x exposition x gravité
2.5 Mesures de sécurité
R = P x E x G = indice de risque collectives

La prévention des risques de chute peut être intégrée


Lors de l’analyse, il convient de déterminer les à la conception du projet. En effet, il arrive encore
risques liés aux interactions entre les différentes trop souvent que la protection antichute collective
activités de construction d’un même projet. Lorsque ne soit prévue qu’au moment où les travaux les
différents entrepreneurs sont présents sur le chantier, plus dangereux sont achevés (p. ex. : après la pose
la tâche du coordinateur de la sécurité consiste à des éléments de plancher et la mise en place de la
coordonner toutes les analyses des risques et à les couche de compression).
adapter si nécessaire.
Les paragraphes suivants donnent un aperçu des
Les risques ne sont pas mesurables. Au mieux, on ne principales mesures de protection collectives envi-
peut que les évaluer. Voilà pourquoi on parle d’une sageables pendant l’exécution des ouvrages préfa-
‘estimation du risque’ plutôt que d’une ‘ analyse du briqués : les garde-corps et les filets de sécurité.
risque’ en terminologie de la sécurité. Par ailleurs,
l’estimation du risque est un concept dynamique. Lorsque les risques ne peuvent être évités ou
Le chantier est un environnement exposé à des limités, il convient de prendre des mesures de
conditions de travail très variables. Il est dès lors sécurité collectives.
essentiel que le coordinateur-réalisation se rende
régulièrement sur le site afin de collaborer avec les
différents entrepreneurs.
2.5.1 Les garde-corps
Il importe aussi que le planning et les mesures pré-
vues soient effectivement appliqués sur le chantier. Les garde-corps temporaires sont fréquents en
Pour garantir cela, le coordinateur de la sécurité doit construction. Leur principale fonction consiste à
assurer un certain suivi, contrôler et, si nécessaire, éviter que des personnes et/ou des objets ne tom-
adapter les dispositions prises. bent des toits, corniches, échelles ou autres zones
dangereuses.

2.4.2.2 Méthodes d’évaluation des Selon la norme NBN EN 13374 [14], un garde-corps
risques doit être prévu lorsqu’il y a un risque de chute de
plus de 2 mètres. Un autre facteur important est
Il n’existe à ce jour aucune méthode d’évaluation la résistance de la structure sur laquelle est fixée

9 Rapport CSTC n° 10 – 2008


Un garde-corps n’est pas une solution appropriée
dès que l’angle d’inclinaison de la surface est
supérieur à 60° ou que l’angle d’inclinaison est
supérieur à 45° et la hauteur de chute est supérieure
à 5 mètres.

2.5.2 Filets de sécurité

Le filet de sécurité est une forme de protection


antichute collective utilisée principalement en
construction industrielle.

La pose d’un filet de sécurité doit être effectuée selon


les directives suivantes, décrites dans les normes
Fig. 2 Exemple de garde-corps. NBN EN 1263-1 [12] et NBN EN 1263-2 [13] :
• la fixation du filet aux points d’ancrage doit être
assurée par la corde de lisière et non directement
la rambarde, qui doit être capable de résister aux par les cordages du filet, dans la mesure où
efforts imposés au système de protection. ceux-ci ne sont pas conçus pour résister à de
telles charges
Les différents garde-corps sont classés en fonction • les filets de sécurité sont inutilisables après un
de la dangerosité du poste de travail ou du passage usage intensif et ininterrompu durant une période
(voir figure 3) : de 3 ans
• classe A : uniquement destiné à résister aux • les filets endommagés doivent être immédiate-
charges statiques. Le garde-corps doit toutefois ment mis hors service
aussi pouvoir retenir une personne se déplaçant • la tension des filets doit être vérifiée chaque
en direction du dispositif de protection ou pouvoir semaine.
arrêter sa chute. L’angle sous lequel est installé
un garde-corps de classe A ne peut être supérieur
à 15 ° par rapport à la position verticale 2.6 Équipements de protec-
• classe B : uniquement destiné à résister aux char- tion individuelle
ges statiques et certaines charges dynamiques.
La protection doit pouvoir retenir une personne
Lorsque les risques ne peuvent pas être évités
qui se déplace vers le garde-corps ou pouvoir ou limités par le biais de mesures, de métho-
arrêter la chute d’une personne glissant sur un des ou procédés d’organisation du travail ou
plan incliné. L’angle sous lequel est installé un de mesures de sécurité collectives, il convient
garde-corps de classe B ne peut pas être supérieur de mettre des équipements de protection indi-
à 15 ° par rapport à la verticale viduelle à la disposition des travailleurs.
• classe C : destiné à résister aux fortes charges
dynamiques. Le garde-corps doit par conséquent L’AR du 13 juin 2005 [41] relatif à l’utilisation des
pouvoir arrêter la chute d’une personne glissant équipements de protection individuelle requiert de
sur un plan fortement incliné. l’employeur une analyse des risques démontrant
que le principe énoncé dans l’encadré ci-dessus a
Y 45° été respecté.
[m] A
Les équipements de protection individuelle doivent
60° avant tout offrir une protection contre les risques
5 30° pour lesquels d’autres mesures sont insuffisantes.
B Dans le cas de la réalisation d’ouvrages préfabri-
qués, les risques sont majoritairement mécani-
ques.
2
10°
Ci-dessous sont énumérées les activités et condi-
C
tions de travail pour les équipements de protection
X individuelle à mettre à disposition sur les chantiers
Fig. 3 Représentation schématique des différentes impliquant des éléments préfabriqués :
classes de garde-corps en fonction de la hauteur de • vêtements de protection : obligatoires pour les
chute et de l’inclinaison du plan de travail [14]. personnes travaillant à l’extérieur et exposées à

10 Rapport CSTC n° 10 – 2008


la pluie ou à des températures exceptionnelle- Tableau 3 Normes harmonisées de produit relatives aux équipe-
ment froides ments de protection individuelle antichute.
• casques de sécurité (²) : obligatoires pour les
personnes exposées à des chutes de pierres, de Norme Titre
matériel, de débris (p. ex. dans le cadre de travaux
NBN EN 341 [3] Descenseurs
de construction, d’assemblage, de démolition)
• chaussures de sécurité : NBN EN 353-1 [4] Antichutes mobiles intégrant un sup-
–– les travailleurs habituellement chargés de la et -2 [5] port d’assurage rigide ou flexible
manipulation d’objets lourds, dont la chute est
NBN EN 354 [6] Longes
de nature à occasionner des lésions aux pieds,
doivent porter des chaussures aux pointes ren- NBN EN 355 [7] Absorbeurs d’énergie
forcées pour offrir une résistance suffisante
NBN EN 358 [8] Systèmes de maintien au travail
–– les travailleurs chargés de travaux de la
démolition de bâtiments, de coffrage et NBN EN 360 [9] Antichutes à rappel automatique
de décoffrage de béton, …, ainsi que les
travailleurs habituellement exposés à des NBN EN 361 [10] Harnais d’antichute
risques de lésions aux pieds occasionnés
par la présence de clous ou d’objets acérés collective. On peut éventuellement utiliser une
sur chantier doivent porter des chaussures à ceinture de sécurité au lieu d’un harnais, si la
semelles renforcées hauteur de chute peut être limitée à moins d’un
• équipement antichute : les personnes exposées à mètre. Un harnais équipé d’une longe, mais sans
une chute de hauteur de plus de 2 mètres doivent absorbeur d’énergie n’est pas un système de pro-
utiliser des équipements antichute lorsque les tection antichute autorisé.
conditions prévues dans l’AR l’imposent.
Selon les circonstances, il peut être important de
Dans le cadre de la Directive européenne veiller dès la phase de préparation du chantier, à
89/686/  CEE  [24], les équipements de protection la bonne installation du point d’ancrage, du sup-
individuelle utilisés doivent aussi répondre aux port d’assurage, du stop-chute et de l’absorbeur
conditions spécifiées par les normes européennes d’énergie. Ainsi, il est important qu’un stop-chute
harmonisées en matière de produit (marqua- garantisse la sécurité tant horizontalement que
ge CE). verticalement (p. ex. lors de la pose d’éléments
de plancher).
Cette Directive européenne a été transposée en droit
belge par l’AR du 31 décembre 1992 [33] relatif à Sur la base de la Directive européenne 89/686/
la mise sur le marché des équipements de protection CEE, le Comité technique CEN/TC 160 ‘Protec-
individuelle. Celui-ci définit trois classes : tion against falls from a height including working
• classe 1 : équipements de protection contre les belts’ a élaboré un certain nombre de normes
faibles risques (p. ex. vêtements de pluie utilisés harmonisées pour les produits principaux du
sur chantier) marquage CE.
• classe 2 : équipements de protection contre les
risques normaux (p. ex. la plupart des équipe-
ments de protection utilisés en construction) 2.6.2 Chaussures de sécurité
• classe 3 : équipements de protection contre des
risques critiques ou fatals (systèmes antichute Les chaussures de sécurité sont subdivisées selon
sur les chantiers à éléments préfabriqués). Ces trois critères dans la norme européenne harmonisée
équipements de protection individuelle doivent NBN EN ISO 20345 [15] :
être contrôlés périodiquement par un Service • le degré de protection contre les chutes d’objets
externe de contrôle technique (SECT). ou contre les chocs d’objets acérés
• le matériau constitutif
• la forme de la chaussure.
2.6.1 Protection antichute
La nature des travaux du secteur de la construc-
Les travailleurs susceptibles de tomber d’une tion réclame un port de chaussures de sécurité
hauteur de plus de deux mètres doivent utiliser obligatoire, l’usage de chaussures de protection
un harnais de sécurité lorsqu’il est impossible et de chaussures de travail n’est toutefois pas
d’écarter ce risque ou d’aménager une protection autorisé.

(2) ‘Coiffures de protection’ selon les termes de l’AR du 13 juin 2005.

11 Rapport CSTC n° 10 – 2008


2.6.3 Casque de sécurité in- Les casques de sécurité utilisés dans le secteur de
dustriel la construction sont de catégorie II, ou de catégorie
III en cas de risques électriques ou de températures
Étant donné que la plupart des activités de construc- supérieures à 100 °C.
tion peuvent occasionner des lésions à la tête, le port
d’un casque de sécurité sur chantier est essentiel. Les casques antichoc ne sont pas des casques de
sécurité industriels, dès lors qu’ils appartiennent à
La norme NBN EN 397 [11] définit les exigences la catégorie I et n’offrent qu’une protection insuf-
auxquelles les casques de sécurité doivent répondre. fisante contre les chutes d’objets.

12 Rapport CSTC n° 10 – 2008


3 inventaire des
risques liés à la
réalisation de
constructions préfa-
briquées

Une construction réalisée au moyen d’éléments l’organisation du chantier et transmettra toutes les
préfabriqués implique la manipulation d’éléments données y afférentes au producteur (accès, sortie,
lourds. Dès lors, les conséquences d’un accident stockage, élévateurs disponibles, …)
se révèlent généralement graves. Pour le législa-
teur, les travaux impliquant l’assemblage ou le Des zones de chargement et de déchargement
désassemblage d’éléments préfabriqués lourds font mal situées peuvent être à l’origine d’accidents et
partie des chantiers à haut risque. Pour cette raison, retarder la progression du chantier. Le fabricant
la sécurité de la réalisation d’un chantier doit être détermine, en concertation avec l’entrepreneur
garantie dès la phase de conception et lors du choix responsable, l’ordre et le mode de stockage, les
de la technique de construction. mesures nécessaires à la préservation du produit,
et le planning. En principe, le fabricant et le
Le coordinateur de la sécurité est impliqué transporteur assument l’entière responsabilité du
dès le début de l’élaboration du projet afin transport.
qu’il puisse émettre ses suggestions en
matière de sécurité le plus tôt possible. Les Le fabricant fournit les documents suivants à l’en-
changements éventuels en matière de sécu- trepreneur chargé des travaux :
rité peuvent ainsi être intégrés facilement au • les directives de pose des éléments
projet. • un aperçu du matériel nécessaire à une pose
correcte, avec les instructions d’utilisation
Le but de ce chapitre est de fournir un aperçu des • une liste des derniers contrôles techniques
risques courants propres aux constructions préfa- • un sommaire des éléments livrés, avec leur poids
briquées en béton. Il va de soi que l’établissement et leur date de fabrication.
d’une liste exhaustive est impossible, certains ris-
ques étant directement liés au type de construction Les dommages éventuels doivent être signalés à la
ou aux conditions du site. livraison et les mesures à prendre sont définies en
concertation avec le producteur.

3.1 Risques prévisibles dès


la phase de conception 3.1.1.2 Organisation du chantier

3.1.1 Introduction L’organisation du chantier implique l’établissement


de l’organigramme du chantier et la répartition des
3.1.1.1 Détermination des responsa- responsabilités.
bilités
L’installation du chantier doit être définie avant le
Les responsabilités doivent être définies sans début des différentes phases de construction.
ambiguïté dans le règlement de chantier ou dans
les documents contractuels. Dans la plupart des Pour cette raison, il devra être clairement spécifié
cas, l’entrepreneur général sera responsable de dès la phase de conception, comment les éléments

13 Rapport CSTC n° 10 – 2008


seront posés en principe, quel sera le poids de 3.1.4.3 Risques lors des transports
chacun des éléments, et comment se déroulera le verticaux
transport vers le chantier, notamment pour les élé-
ments très lourds. L’ordre et les principes de pose Examiner les conditions dans lesquelles s’opéreront
doivent dès lors être connus. les transports verticaux lors de l’établissement
du plan de sécurité et de santé permet de limiter
considérablement toute une série de risques. Dans
3.1.2 Mesures de protection certains cas, la mise en place d’une nacelle est non
collectives seulement efficace, mais diminue aussi les risques
de chutes en hauteur.
Dans la mesure du possible, les mesures de pro-
tection collectives seront intégrées à la procédure
d’exécution. Dans le cas contraire, leur mise en 3.1.4.4 Usage de grues
place risque de se faire après les travaux ou de façon
inadéquate, ce qui les rend inutiles et peut donner Sur les grands chantiers mettant en œuvre des élé-
lieu à des situations dangereuses. ments préfabriqués, différents types de grues sont
utilisés: grues à tour, grues et nacelles télescopiques,
nacelles automotrices pour le montage, ...
3.1.3 Mesures de sécurité
liées au système Pour une capacité de levage optimale, le montage
constructif de plusieurs grues à tour exige un planning inspiré
du modèle suivant :
Toute construction nécessite des mesures de sécurité • installation des flèches à des hauteurs diffé-
qui lui sont spécifiques (constructions à ossature, rentes
systèmes à murs porteurs préfabriqués). • système de communication efficace
• blocage de rotation limitant individuellement la
3.1.4 Risques spécifiques portée de la flèche de chaque grue
• signalisation sonore
3.1.4.1 Espace restreint • système anti-collision contrôlant et sécurisant les
mouvements des différentes grues par l’intermé-
Pour les chantiers à espace restreint, un certain diaire d’un système informatique.
nombre de points sont à prendre en considéra-
tion : Étant donné que les grues à tour utilisées pour
• le stockage (intermédiaire) et la manipulation la mise en œuvre d’éléments préfabriqués sont
sur chantier doivent être évités le plus possible. souvent chargées au maximum, une surface plane
Le camion doit être chargé de manière à ce que et stable est indispensable pour empêcher tout
les éléments puissent être assemblés tels quels basculement.
sur le chantier
• l’installation d’une grue hors du chantier requiert Afin de prévenir d’éventuels dommages, il convient
des autorisations spéciales, ainsi qu’une signa- d’éviter autant que possible les charges dynamiques
lisation explicite sur les éléments préfabriqués.
• le levage de lourdes charges par-dessus le
trafic automobile ou autre et les maisons des
riverains nécessite une bonne coordination avec 3.2 Risques lors de la réa-
les services de la police, le gestionnaire des lisation sur chantier
voiries, les sociétés de transport public, … Si
nécessaire, il faudra prévoir la mise en place Tout chantier mettant en œuvre des éléments
de recouvrements ou même l’évacuation de préfab­riqués entraîne des risques spécifiques qu’il
certaines zones. est impossible d’énumérer de manière exhaus-
tive. Les paragraphes suivants tentent donc de
présenter brièvement les principaux risques liés
3.1.4.2 Basculement durant le au placement et au transport d’éléments préfabri-
stockage qués en béton, ainsi que les mesures de sécurité
envisageables.
La zone de stockage doit être suffisamment accessi-
ble et stable pour que le fournisseur puisse charger Cet aperçu ne se substitue toutefois en rien aux
et décharger aisément ses éléments. La zone de consignes du fabricant, auxquelles il convient de
stockage doit être délimitée avant l’exécution des se référer en priorité pour la manipulation des
travaux. éléments.

14 Rapport CSTC n° 10 – 2008


À la livraison, le fabricant doit donner à l’entrepre- ±10 000 N
neur un relevé des éléments fournis, et l’informer
de leur poids et date de fabrication. Les dommages Fig. 4 Mauvaise mani-
éventuels ou les éléments livrés prématurément pulation d’un engin de
(prise du béton inachevée) doivent être déclarés levage. Surcharge.
afin que le producteur puisse prendre les mesures 30°
nécessaires, en concertation avec l’entrepreneur
général et le bureau d’études éventuel.

L’inventaire des risques présenté dans ce chapitre a

5 000 N

5 000 N
0N

5 20
été dressé sur la base des données suivantes :

5 20

0
45°

N
• analyses de risques établies par des entreprises

55
5 8 500 N
d’assemblage

00
N
60°
• données disponibles auprès de la FEBE (Fédé-

00

N
5
ration de l’Industrie du Béton)
• documentation des producteurs d’éléments préfa-

7
N

00
0
briqués en béton et de dispositifs de sécurité 10

00

0
0N 00

N
7
00 0N
• certains travaux de fin d’études de candidats 0
1 00 N 19 400 Surcharge
19 4 N
conseillers en prévention et coordinateurs de
1000 kg
sécurité ±10 000 N
• enseignements pratiques d’entrepreneurs
• remarques du groupe de travail IFD ‘Réalisation
et conception’.

Tout comme pour la phase de conception, il y a lieu 3,5


de privilégier la recherche préventive de solutions
3
favorisant la sécurité. Des mesures de protection
Facteur de surcharge

collective et individuelle ne seront prises qu’au 2,5


cas où ces solutions ne peuvent garantir la sécurité
sur le chantier. 1,5

1
3.2.1 Risques généraux liés à 0,5
la mise en place
0
3.2.1.1 Décrochage de la charge en 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90
cours de transport Angle d’inclinaison
Fig. 5 Effet de l’angle d’inclinaison sur le câble portant
Les causes du décrochage de la charge en cours de
la charge.
transport peuvent être diverses :
• engin de levage inadapté
• ancrage insuffisant de l’engin dans le béton
• capacité insuffisante de l’appareil charge maximale autorisée sur les boucles de levage
• mauvaise manipulation de l’appareil (voir et sur les câbles a été dépassée par traction oblique
figure 4). sur les câbles. En principe, l’angle de biseau de
tête des câbles de levage doit être inférieur à 60°.
Mesures préventives : Si l’on souhaite appliquer un angle plus important,
• la charge ne peut en aucun cas être hissée à il convient de vérifier que la charge ne dépasse pas
l’aveugle le maximum autorisé.
• les déplacements sous la charge sont interdits en
cours de transport
• le recours à des engins, outils et accessoires 3.2.1.2 Chutes de hauteur
adaptés à la charge est indispensable
• les élévateurs et autres engins similaires doivent La chute de hauteur est un accident des plus fré-
être contrôlés régulièrement par un service ex- quents sur chantier.
terne de contrôle technique.
Afin de réduire ce risque, on s’efforcera de recourir
La figure 4 donne un exemple de mauvaise mani- à des élévateurs à nacelle et à des échafaudages
pulation d’un engin de levage. Dans ce cas-ci, la plutôt qu’à des échelles. L’usage d’un monte-charge

15 Rapport CSTC n° 10 – 2008


de chantier et d’escaliers intérieurs réduit également une nécessité, même en présence de constructions
les risques de chutes de hauteur. préfabriquées en béton : nœuds de raccordement,
couche de compression sur un plancher, parois
de coffrage creuses. Les risques liés à ce type
3.2.1.3 Chocs – Coincements d’opération ne sont toutefois pas évoqués dans le
présent Rapport.
Les travailleurs peuvent être heurtés, ou une partie
de leur corps peut se coincer lors d’une manipula-
tion d’éléments préfabriqués lourds. 3.2.1.6 Rupture des structures de
soutènement
Ces risques peuvent être limités grâce à une mani-
pulation correcte, au respect de l’ordre de pose et La pose des structures de soutènement doit être
à un bon mode de réception des éléments. Chaque soignée, en tenant compte de leur poids et des
élément doit être placé par un minimum de per- sollicitations (dynamiques) escomptées en cours
sonnes, afin que tant les communications avec le d’exécution (lors du coulage du béton, par exem-
grutier que la pose proprement dite puissent être ple).
assurées de façon efficace.
Les risques liés à ces structures dépassent toutefois
le cadre de la présente publication.
3.2.1.4 Risques lors des décharge-
ments
3.2.2 Risques liés à la pose des
La zone de stockage a beau avoir été clairement
hourdis creux
définie lors de la phase de conception, les déchar-
gements engendrent toujours des risques.
3.2.2.4 Décrochage de la charge en
cours de transport
Mesures préventives :
• la base doit être suffisamment plane et portante
Causes :
(voir figure 6)
• les pinces du palonnier (voir l’encadré en page
• pour éviter que la remorque ne bascule, il
17) ont été mal positionnées
convient de se tenir à un ordre de pose logique
• les pinces du palonnier n’étaient pas adaptées
• avant de décharger un élément, il est nécessaire
aux éléments du plancher.
de sécuriser le reste du chargement
• le stockage sur le chantier doit être évité dans
Mesures préventives :
la mesure du possible (p. ex. en procédant au
• manipuler l’élément selon les directives du
montage des éléments directement à partir du
fabricant
camion)
• faire un usage judicieux de la chaîne de
• la hauteur de stockage doit toujours être adaptée
sécurité, dont sont pourvus la plupart des
à la hauteur des éléments, et l’on doit se tenir à
systèmes
un ordre d’empilage logique.
• utiliser correctement les dispositifs de levage,
surtout lorsqu’un élément de plancher a une
forme irrégulière ou comporte beaucoup de
réservations  ; il peut être utile d’indiquer le
centre de gravité.

Une uniformisation au niveau des systèmes utilisés


pourrait apporter une solution à cet égard (voir
l’encadré en page 17).

3.2.2.2 Chutes de hauteur

Fig. 6 Basculement d’un camion. Les risques de chutes de hauteur surviennent à


différents stades de la pose :
• au cours du déchargement des éléments
3.2.1.5 Risques lors du coulage du • lors de la pose du premier élément
béton • lors de la pose du second élément et des sui-
vants
Le coulage de béton in situ est encore souvent • après la pose des éléments.

16 Rapport CSTC n° 10 – 2008


Les différentes techniques de levage

Nous n’abordons ici que les techniques de levage les plus courantes.
Pour éviter toute confusion, il est préférable de n’utiliser qu’un seul type de dispositif de levage sur
le chantier. Il importe d’utiliser des dispositifs de levage adaptés et de suivre scrupuleusement les
directives du fabricant, notamment lorsque les éléments de plancher présentent une forme irrégulière
ou comportent beaucoup de réservations.

1. Palonniers à pinces

Normalement, les palonniers à pinces peuvent être réglés horizontalement pour s’adapter à la lon-
gueur de l’élément. Ce type de matériel requiert l’usage d’une chaîne de sécurité supplémentaire. Le
recours au palonnier à pinces engendre les risques suivants :
• la prise des pinces n’est pas symétrique par
rapport au centre de gravité, ce qui entraîne une
inclinaison de la charge et un risque de glissement
• les pinces s’ouvrent par manque de prise
• les pinces s’ouvrent trop tôt suite à un verrouillage
automatique
• la mise en place d’une chaîne de sécurité entraîne
un risque supplémentaire car on doit la passer
sous l’élément de plancher. Ce risque peut être
limité par l’utilisation d’un accessoire adapté
• les pinces ont été mal placées et créent de trop
grands porte-à-faux dans les hourdis, qui, dépour-
vus d’armatures supérieures, ne peuvent supporter
aucune traction à cet endroit.
Fig. 7 Palonnier à pinces pour hourdis creux.

2. Crochets de levage

Le transport à l’aide de crochets de levage nécessite l’ancrage


préalable d’anneaux de levage. La législation française exige
que cet ancrage soit situé sous l’armature (de précontrainte).

Cette technique de levage est surtout appliquée aux hourdis


de forme irrégulière, aux éléments de remplissage dont la
largeur ne permet pas l’usage de pinces, ou aux éléments
présentant plusieurs réservations.

Fig. 8 Palonnier
à crochets.

3. Elingage à la française

La figure 9 donne un exemple de dispositif conçu selon la législation


française, imposant que les dispositifs de levage soient fixés sous les
torons de précontrainte des hourdis. Des trous sont ménagés dans la dalle
à la production, au travers desquels sont passées les élingues. Ces trous
restent visibles après l’assemblage.

Les élingues de ce dispositif sont renforcées car elles doivent porter la


totalité de la charge. Des plaques circulaires répartissent la charge de
l’élingue de manière que le béton ne soit pas écrasé. Les élingues types
ont une capacité de 8 tonnes pour une suspension à quatre élingues, à
condition que l’angle d’élingage de tête soit limité à 60° maximum.

Fig. 9 Exemple
d’élingage à la française.

17 Rapport CSTC n° 10 – 2008


4. Clés de levage

Les clés de levage sont placées dans des réservations pratiquées dans la
partie inférieure de la plaque de fixation. Une fois placée, la clé de levage
est pivotée de 90°.

Fig. 10 Clé de levage pour hourdis creux.

Mesures préventives : garde-corps, habituellement placé par l’entrepre-


• interdiction de circuler sur le camion, pour éviter neur de gros œuvre. Une fois les travaux achevés,
tout risque de chute lors de la manipulation des ces dispositifs seront maintenus à l’intention des
éléments par la grue entrepreneurs suivants.
• lors de la pose du premier hourdis :
–– éviter de circuler sur les murs ou les poutres
pendant la pose (voir un exemple de situation 3.2.2.3 Chocs – Coincements
à éviter à la figure 11)
–– utiliser des nacelles plutôt que des échelles. La plupart de ces incidents sont dus à une mauvaise
En France, l’usage d’échelles est d’ailleurs communication ou à de la distraction.
interdit pour la pose de hourdis creux
–– la présence d’au moins 3 personnes est Mesures préventives :
requise pour la pose du premier hourdis • les éléments doivent toujours être pris à une
• lors de la pose du second hourdis et des sui- hauteur de 1,20 mètre (à mesurer avant le place-
vants : ment). L’élément offre ainsi une protection sup-
–– un garde-corps peut être installé sur le premier plémentaire contre les chutes et permet d’éviter
hourdis en cours de production (voir encadré d’éventuelles blessures à la tête et aux tibias
page suivante) • les éléments sont posés de préférence en continu
–– la présence d’au moins 2 personnes est (importance de l’ordre de livraison) afin que
requise pour la pose du deuxième hourdis la pose puisse s’effectuer à partir de l’élément
• après la pose des hourdis : les rives de toiture et précédent et non à partir d’une échelle ou d’une
les cages d’escaliers doivent être pourvues d’un nacelle
• la pose de hourdis creux entre deux autres
éléments est un travail ardu qui génère de
nombreux risques ; il convient donc d’éviter ce
type d’opération. Les plaques d’ajustement et
les pièces de remplissage ne sont généralement
posées qu’en dernier lieu et sont stockées dans
un espace intermédiaire.

3.2.2.4 Basculement des éléments


entreposés

Pour prévenir le basculement des charges en cours de


stockage, les mesures suivantes peuvent être prises :
• empiler les hourdis sur des supports horizontaux
Fig. 11 Surface de travail dangereuse lors de la plans pour éviter leur contact avec le sol
pose d’un premier hourdis. • placer les supports de façon judicieuse selon les
(suite page 20)

18 Rapport CSTC n° 10 – 2008


Mesures de sécurité collectives et individuelles
contre les chutes de hauteur

1. Mesures de sécurité collectives

1.1 Mesures préalables au montage

Une protection collective antichute peut être installée dès la pro-


duction, voire avant l’assemblage des hourdis en hauteur.

On distingue deux possibilités :


• incorporation des douilles filetées
• fixation d’un garde-corps muni de pinces (voir figure 12).

Fig. 12 Garde-corps à pinces


installé à la production ou avant
l’assemblage..

1.2 Dispositifs mobiles

Ce système, utilisé en France, est appelé brouette garde-


corps. Puisqu’il y a risque de chute surtout à l’endroit où
l’on place un nouvel hourdis, ce dispositif coulisse en
largeur au gré de l’avancement de la pose.

Fig. 13 Brouette garde-corps coulis-


sant au gré de la mise en place des
hourdis.

1.3 Harnais de sécurité avec longes

Pour être efficace, ce système doit être appliqué de


manière logique, ce qui peut poser problème pour des
bâtiments de forme irrégulière.

Fig. 14 Exemple de harnais de sécu-


rité avec longes.

2. Exemples de mesures de sécurité individuelles

Pour les travaux réalisés à une hauteur de plus de 2,0 mètres, il faut prendre des mesures de
protection du personnel. Quand bien même on a de préférence recours aux mesures de protec-
tion collectives, les assembleurs sont souvent amenés à travailler sur des bords dangereux, où les
mesures de protection collectives sont difficilement envisageables.

19 Rapport CSTC n° 10 – 2008


Pour la pose de hourdis creux, on a généralement recours à l’un des équipements de protection
individuelle suivants :
- les pinces à hourdis
- les ancrages à pistolet

2.1 Pinces à hourdis

Conçue spécialement pour le placement de hourdis creux, la


pince à hourdis ne peut toutefois remplir sa fonction d’antichu-
te individuelle qu’après que le troisième hourdis soit placé.

Le stop-chute doit pouvoir supporter tant les charges horizon-


tales que verticales, et l’absorbeur d’énergie doit être adapté à
la hauteur de l’éventuelle chute.

Le point d’ancrage doit être choisi judicieusement, éventuel-


lement en tenant compte du balancement de la personne qui
tombe.

Fig. 15 Exemple de pince


à hourdis

2.2 Ancrages à pistolet

Système de protection individuelle nouvellement mis sur le marché, cet


ancrage est plus maniable que la pince à hourdis évoquée ci-dessus. Ce
dispositif est installé dans une réservation de la dalle alvéolée et se bloque
automatiquement pour prévenir tout arrachage involontaire. Une longe mu-
nie d’un absorbeur d’énergie est fixée au point d’ancrage.

Étant donné que les réservations doivent être pratiquées dès la production
des hourdis et que les ancrages ne peuvent être placés qu’aux endroits
prévus à cet effet, ce type de protection individuelle doit toujours être envi-
sagé dès la conception.

Fig. 16 Exemple d’an- Les ancrages à pistolet sont généralement combinés à des garde-corps
c­rage à pistolet. fixes. L’absorbeur d’énergie doit être adapté à la hauteur de chute et doit
tenir compte du balancement de la personne qui tombe.

(suite de la page 18)

directives du fabricant  ; éviter les porte-à-faux • limiter la hauteur de stockage à 1,50 mètre
trop importants, les hourdis creux étant généra- (selon la réglementation française), de façon à
lement dépourvus d’armatures supérieures ne pas devoir utiliser d’échelle pour prendre les
• ne pas solliciter les éléments inférieurs en flexion éléments supérieurs.

Fig. 17 Stockage correct (à gauche), et incorrect (à droite).

20 Rapport CSTC n° 10 – 2008


3.2.2.5 Risques spécifiques
importants

L’installation de coffrages périphériques est dans bien


des cas une opération ardue et risquée, nécessitant
des échafaudages et/ou des plates-formes de travail.
Les solutions prévoyant l’installation de ces coffrages
avant le démarrage des travaux sur chantier favorisent
par conséquent le rendement et la sécurité.
Point de suspension
Poutre-treillis
3.2.3 Risques liés à la pose des
prédalles Chaîne

Pour les règles de sécurité relatives à la pose de


prédalles, nous faisons référence au code de bonne
pratique édité par la FEBE (Fédération de l’Industrie
du Béton), qui donne un aperçu des points impor-
tants à considérer à chaque stade de la réalisation. Fig. 19 Placement correct des crochets de levage
sur des prédalles de forme irrégulière.

3.2.3.1 Décrochage de la charge en


cours de transport • elles doivent être numérotées et porter la mention
de la charge maximale autorisée
La chute des prédalles a généralement lieu en • elles doivent être d’une longueur suffisante de
réponse à un mauvais usage du matériel de levage ou manière à ce que l’angle qu’elles forment avec la
à l’utilisation d’un matériel de levage inadéquat. dalle ne soit pas inférieur à 60° et que les porte-
à-faux des dalles ne soient pas excessifs
Mesures préventives : • toutes les chaînes doivent être inspectées quatre
• le levage et la fixation des prédalles seront assurés fois par an par un service externe de contrôle
par minimum 2 personnes technique
• la dalle est toujours fixée comme illustré en • les engins de levage doivent être adaptés à la
figure 18 au droit des nœuds du treillis raidisseur longueur et à la forme des dalles :
extérieur, et non entre ces points –– pour les dalles jusqu’à 4,50 m de longueur, on
• les points d’accrochage doivent se situer sur le utilise des chaînes à 4 brins que l’on accroche
treillis raidisseur extérieur, à une distance de 1,00 symétriquement par rapport au centre de gra-
à 1,25 m des extrémités de la dalle vité de l’élément. Il est cependant préférable
• les chaînes de levage sont placées de façon sy- d’utiliser un palonnier à double élingue à
métrique par rapport au centre de gravité de la 2 brins de manière à mieux répartir la charge
prédalle de manière à ce qu’elles soient toutes sur les 4 câbles
sollicitées de la même façon et que la dalle soit –– pour les éléments asymétriques, il faut
maintenue horizontalement lors du transport généralement prévoir des chaînes adaptées
• les chaînes de levage sont équipées de maillons de différentes longueurs, permettant de lever
courts et de crochets pourvus d’un dispositif de l’élément horizontalement (voir figure 19)
verrouillage –– pour les dalles jusqu’à 6,5 m de longueur, plu-
sieurs chaînes peuvent être utilisées (p. ex. à 6
ou 8 brins), bien qu’on utilisera de préférence
un palonnier pour une meilleure répartition
des charges. Au surplus, on applique les
mêmes directives que ci-dessus
–– pour les dalles de plus grandes dimensions,
l’utilisation d’un palonnier est obligatoire
(voir figure 20 à la page suivante).

3.2.3.2 Chutes de hauteur

Mesures préventives :
Fig. 18 Accrochage correct d’une prédalle. • comme pour les hourdis creux, il convient de

21 Rapport CSTC n° 10 – 2008


plus grand soin, sur un support stable et plan,
conformément aux directives du fabricant
• afin de ne pas endommager la face inférieure des
éléments ni les armatures, la dalle est posée sur
deux cales de positionnement dont la longueur
correspond à celle de la dalle. Pour les éléments
de plus de 4,50 m de longueur, il y a lieu d’uti-
liser 3 ou 4 cales
• la hauteur de stockage est limitée à 5 éléments
et à 1,50 m (réglementation française). Ainsi, il
n’est pas nécessaire de monter sur une échelle
ou de se hisser sur les éléments pour y attacher
les câbles de levage.

Fig. 20 Exemple de palonnier. 3.2.3.5 Risques spécifiques impor-


tants

prévoir les équipements de protection collectifs Tout comme pour les hourdis creux, il y a lieu de
et individuels nécessaires avant la pose des pré- placer un coffrage périphérique après la pose des
dalles (voir encadré page 19) prédalles. On a généralement recours, à cet effet,
• les risques de chutes dans le vide destiné à placer à une double paroi dont l’enveloppe extérieure se
la prédalle peuvent être réduits en réceptionnant prolonge de façon à servir de coffrage perdu pour
l’élément à distance suffisante de l’ouverture la dalle (voir figure 21).
• les risques de chute subsistent même après la
pose, c’est pourquoi les rives de toiture, les tré-
mies d’escaliers et les découpes dans les dalles
doivent être pourvues de garde-corps efficaces
• les prédalles doivent toujours être réceptionnées à
une hauteur de 1,20 m, de manière à faire office
de garde-corps supplémentaire.

3.2.3.3 Chocs – Coincements

Mesures préventives :
• trois personnes sont nécessaires pour placer la
première prédalle à partir de l’étage inférieur :
la première s’occupe de la signalisation avec le
grutier, tandis que les deux autres, hissées sur
un échafaudage roulant dans une nacelle ou
éventuellement sur une échelle, s’attellent à la
Fig. 21 Raccordement d’une prédalle à une paroi
pose du premier élément
de coffrage creuse.
• debout sur la première dalle, les opérateurs
réceptionnent le deuxième élément à une hau-
teur de 1,20 m et le guident jusqu’à sa position 3.2.4 Risques liés à la pose des
définitive colonnes
• les dalles suivantes doivent toujours être récep-
tionnées à une distance du bord du plancher 3.2.4.1 Décrochage de la charge en
équivalant à la largeur d’une dalle  ; pour ce cours de transport
faire, l’assembleur et le grutier doivent avoir la
charge bien en vue. Contrairement aux éléments de plancher, la pose
des colonnes nécessite généralement un stockage
intermédiaire. Les éléments sont placés horizon-
3.2.3.4 Basculement lors du stoc- talement sur le camion, puis sont transportés dans
kage cette position au moyen d’une élingue à deux
brins ou d’un palonnier (suivant la longueur des
Mesures préventives : éléments). Deux personnes réceptionnent la charge
• le stockage s’effectue, judicieusement et avec le et la déposent au sol.

22 Rapport CSTC n° 10 – 2008


Ensuite seulement, on redresse l’élément au 3.2.4.2 Chutes de hauteur
moyen d’une ou deux chaînes en prenant les
précautions nécessaires pour ne pas endommager Ce risque est particulièrement à craindre lors du
la base. désarrimage des dispositifs de levage après le
montage.
Différents systèmes permettent de redresser des
colonnes (l’usage d’élingues est à proscrire en Mesures préventives :
raison du risque de fissuration) : • il est préférable de procéder au désarrimage à
• systèmes de désarrimage à distance   (voir partir d’une nacelle, plutôt que d’une échelle
figure  22) : vu la diversité des systèmes sur • les systèmes permettant un désarrimage à dis-
le marché, une certaine unification s’impose. tance contribuent à une meilleure sécurité.
Ainsi, il y a lieu de s’assurer que le tube qui
traverse la colonne est correctement placé et
adapté à la colonne, afin que celle-ci ne soit 3.2.4.3 Chocs – Coincements
sollicitée qu’en cisaillement et non en flexion.
Le mécanisme de désarrimage doit également Le déchargement du camion est une première cause
présenter des garanties de sécurité suffisantes de danger potentiel. Trois personnes au moins sont
pour limiter le risque de décrochage prématuré. nécessaires pour un déchargement en toute sécurité :
Enfin, il conviendrait de soumettre ces systèmes l’une assurant la signalisation à l’intention du gru-
à un contrôle technique périodique tier, les deux autres réceptionnant la charge. Pour
• dispositifs de levage à deux points de fixation que les éléments n’entrent pas en collision les uns
(voir figure 23) : la présence de deux points de avec les autres, il convient de prévoir des plaquettes
fixation réduit le risque de rupture de la colonne. de positionnement. La colonne n’est détachée de la
Il faut toutefois veiller à ce que le centre de grue que lorsque toutes les opérations de pose et
gravité de la charge se situe bien au-dessous de positionnement sont achevées.
des points de fixation afin d’éviter le tangage
de l’élément.
3.2.4.4 Basculement au cours du
stockage

Pendant le stockage intermédiaire, les colonnes sont


généralement stockées côte à côte ou empilées les
unes sur les autres. Elles sont d’abord posées sur des
cales en bois afin de les isoler du sol (voir figure 24),
puis sont séparées par des intercalaires en matière
synthétique. Il convient également de prendre les
mesures nécessaires pour éviter tout glissement.
Fig. 22 Système de levage
intégrant un désarrimage à
distance.

Fig. 23 Dispositif de levage à Fig. 24 Stockage intermédiaire adéquat de colon-


deux points de fixation. nes circulaires.

23 Rapport CSTC n° 10 – 2008


Fig. 25 Montage de colonnes au rez-de- Fig. 26 Assemblage d’une colonne dans une console
chaussée. préfabriquée.

3.2.4.5 Risques spécifiques impor- est requis lors des opérations de forage (douilles
tants d’ancrage) ou de coulage des tubes d’attente au
mortier. Les douilles filetées pour la fixation des
3.2.4.5.1 Basculement ou déversement d’une étais tirant-poussant peuvent être mises en œuvre
colonne en cours de pose au moment de la production des éléments (voir
figure 27).
Afin d’assurer un placement correct, il convient de
prévoir un étaiement avant le coulage des gaines
d’attente. Cette opération peut poser problème au 3.2.5 Risques liés à la pose des
rez-de-chaussée, où l’on est souvent confronté à poutres
un sol peu portant.
3.2.5.1 Décrochage de la charge en
Dans de tels cas, des dispositions doivent être pri- cours de transport
ses afin de maintenir la stabilité de l’élément. À
cet effet, il y a lieu de mener une étude spécifique Le transport de poutres s’opère généralement à
appropriée aux conditions et aux dimensions des l’aide de chaînes ou de câbles de levage et d’ancra-
colonnes à poser :
• socles préfabriqués dans lesquels les colonnes
sont fixées au moyen de cales en bois, sans avoir
à utiliser d’étais
• blocs d’étaiement (voir figure 25) : il s’agit de
blocs massifs assez lourds qui sont posés à l’aide
d’une grue et servent de support pour les étais.
Ces blocs, dont le poids doit être adapté à la
charge à reprendre, sont placés sur un support
suffisamment plan et rugueux. Vu la complexité
du procédé, il convient toutefois d’opter pour
une autre solution
• consoles préfabriquées (voir figure 26) dans
lesquelles les colonnes sont boulonnées ; ce
montage ne nécessite pas d’étais.

3.2.4.5.2 Irritation de la peau ou des yeux


Fig. 27 Douilles filetées pour la fixation d’étais
Le port des gants et d’un masque antipoussière tirant-poussant.

24 Rapport CSTC n° 10 – 2008


plutôt que des échelles
• des appuis en néoprène peuvent être incorporés
lors de la production pour limiter les mouvements
verticaux (voir figure 29).

3.2.5.3 Chocs – Coincements

Mesures préventives :
• une bonne communication entre le monteur et
le grutier est essentielle pour réduire les risques
Fig. 28 Exemple de transport de poutres. de heurts et de coincements. Le montage des
poutres sera par conséquent exécuté par deux
personnes, l’une étant chargée de réceptionner
ges coulés préalablement dans les éléments (voir l’élément, l’autre de le positionner
figure 28). Les ancrages les plus fréquents sont les • le placement sera confié de préférence à une per-
anneaux, les ancrages en queue d’aronde ou les sonne expérimentée, disposant des instructions
ancres de transport à tête sphérique. Les douilles nécessaires à cet effet
filetées sont à éviter au montage. • l’usage d’un élévateur ou d’un échafaudage rou-
lant assure plus de sécurité qu’une échelle.
Mesures préventives :
• il importe d’utiliser des moyens de levage
adéquats, dotés des certificats d’homologation 3.2.6 Risques liés à la pose des
requis parois massives
• tous les ancrages doivent répondre aux consignes
de pose du fabricant, qui devra être en mesure, le 3.2.6.1 Décrochage de la charge en
cas échéant, de soumettre une note de calcul cours de transport
• les ancres de levage doivent être placées de façon
symétrique par rapport au centre de gravité de Mesures préventives :
la poutre, de manière à prévenir le pivotement • le transport des parois massives s’effectue à l’aide
ou le basculement de la charge. Des mesures de chaînes, de câbles de levage ou d’ancrages cou-
supplémentaires doivent être prises au cas où lés au préalable dans les éléments. Généralement,
un basculement est possible. on fixe deux ancrages (parfois quatre, dans le cas
d’éléments plus lourds) sur la face supérieure ou
sur les côtés de l’élément (voir figure 30)
3.2.5.2 Chutes de hauteur • tous les ancrages doivent être placés conformé-
ment aux consignes du fabricant, qui devra être
Le montage des poutres s’effectue presque toujours en mesure, le cas échéant, de soumettre une
en hauteur. note de calcul
• les ancrages de levage sont toujours placés de
Mesures préventives : façon symétrique par rapport au centre de gravité
• pour limiter les risques de chute, il est conseillé des parois, le crochet de la grue étant positionné
d’utiliser deux élévateurs à nacelle ou deux au-dessus du centre de gravité de la charge afin
échafaudages roulants et un harnais de sécurité,

Fig. 29 Appuis en néoprène mis en place en Fig. 30 Transport d’une paroi


usine. massive.

25 Rapport CSTC n° 10 – 2008


d’éviter qu’elle ne soit déséquilibrée en cours
de transport
• les éléments de forme irrégulière sont transportés
au moyen d’un palonnier ; les points d’ancrage
et la longueur des câbles seront adaptés à la
forme de l’élément et à son centre de gravité.
Si possible, une indication du centre de gravité
(z) sera apposée sur la paroi.

3.2.6.2 Chutes de hauteur

Causes :
• les risques de chutes de hauteur se présentent
surtout au niveau des façades ou des ouvertures
dans le plancher, lorsque les garde-corps sont
démontés pour faciliter la pose des parois
• le désarrimage de la charge et l’obturation des
douilles à la face supérieure de la paroi peuvent
également provoquer des chutes.

Mesure préventive  : la fixation d’un garde-corps Fig. 31 Exemple d’étaiement de parois.


dès la fabrication des parois peut réduire le risque
de chute.
de barres d’attente noyées dans le béton. Le port de
lunettes de protection et d’un masque antipoussière
3.2.6.3 Chocs – Coincements de type P2 est donc nécessaire.

Le placement vertical des parois s’opère généra-


lement au moyen de plaques de positionnement 3.2.7 Risques liés au levage
et d’un laser. S’il faut réajuster la position, l’élé- des panneaux de façade
ment de paroi doit être retiré, pour être replacé en béton
ensuite.
3.2.7.1 Décrochage de la charge en
Comme pour les colonnes, la paroi ne peut être cours de transport
détachée de la grue qu’une fois la pose et les ajus-
tements terminés. Mesures préventives :
• comme pour les parois massives, le transport
s’opère à l’aide de chaînes, de câbles de levage
3.2.6.4 Risques spécifiques impor- ou d’ancrages intégrés. On fixe généralement
tants deux ancrages (parfois quatre, dans le cas d’élé-
ments plus lourds) sur la face supérieure ou sur
3.2.6.4.1 Basculement ou déversement des les côtés de l’élément
parois en cours de pose • tous les ancrages doivent être placés conformé-
ment aux consignes du fabricant, qui devra être
Généralement, une paroi est étayée d’un côté, au en mesure, le cas échéant, de soumettre une
moyen de deux étais. Les parois plus hautes ou plus note de calcul
longues peuvent nécessiter des étais supplémentai- • les ancrages de levage sont toujours placés de
res. Une étude préalable permettra de déterminer façon symétrique par rapport au centre de gra-
les besoins à cet égard. vité des panneaux, le crochet de la grue étant
positionné au-dessus du centre de gravité de la
Le filetage pour la fixation des étais est réalisé en charge afin d’éviter un éventuel déséquilibre en
usine. Il y a lieu à cet effet de respecter les délais cours de transport
de durcissement du béton. • les éléments de forme irrégulière sont transportés
au moyen d’un palonnier ; les points d’ancrage
et la longueur des câbles seront adaptés à la
3.2.6.4.2 Irritation de la peau et des yeux forme de l’élément et à son centre de gravité ;
si possible, une indication du centre de gravité
Les parois massives sont souvent fixées au moyen (z) sera apposée.

26 Rapport CSTC n° 10 – 2008


3.2.7.2 Chocs – Coincements 3.2.7.4 Risques spécifiques impor-
tants : chutes d’objets
Le risque de choc ou de coincement est principa-
lement lié à la fixation des panneaux à la structure Il appartient au chef de projet de coordonner les
portante. Une bonne organisation du chantier est travaux de façon à éviter la superposition de deux
donc essentielle : équipes de montage. Il tiendra donc compte du
• un premier réglage provisoire (feuillard perforé) planning général des travaux et des autres activités
de l’ancrage représenté en figure 32 est effectué prévues sur le chantier.
lors de la production ou dans la zone de stockage.
L’important est que l’élément se situe suffisam- La démarcation d’une zone de sécurité sous l’équipe
ment haut par rapport à sa position définitive de montage est souhaitable.
• le réglage plus précis s’opère après le placement
des boulons filetés. Un élément placé trop bas
doit être rehaussé jusqu’à sa position définitive ; 3.2.8 Risques liés à la pose des
cette opération entraîne toutefois un risque de éléments sandwiches
soudure à froid (fusion de la vis et du filetage)
du fait du poids de la poutre, qui peut elle-même 3.2.8.1 Décrochage de la charge en
se rompre. Tous les composants doivent faire cours de transport
l’objet d’un traitement préalable à l’aide d’une
huile appropriée facilitant le réglage. Les éléments sandwiches, souvent grands et lourds,
présentent des risques réels de déversement (voir
figure 33).
3.2.7.3 Chutes de hauteur
Mesures préventives :
Mesures préventives : • il est opportun de procéder à un contrôle visuel du
• les panneaux de façade sur la structure portante chargement en usine avant le retrait des chaînes
sont fixés depuis une plate-forme de travail ou ou des élingues
un élévateur à nacelle • la charge du camion doit rester bien répartie, vu
• la distance entre la plate-forme ou l’élévateur à l’instabilité. L’ordre de déchargement est donc
nacelle et l’ouvrage ne peut pas excéder 25 cm primordial
• la plate-forme doit être munie d’une balustrade • il y a lieu d’utiliser des moyens de levage
sur tout son pourtour, sauf au niveau du raccord appropriés, accompagnés des certificats d’homo-
de façade. À défaut, le personnel doit porter un logation requis
harnais de sécurité en guise d’équipement de • les points de levage doivent être facilement
protection individuel. accessibles à tout moment à l’aide d’une échelle

Fig. 32 Ancrage pour la fixa- Fig. 33 Assemblage d’éléments sandwiches à l’aide


tion de panneaux de façade d’une grue et de deux élingues.
en béton.

27 Rapport CSTC n° 10 – 2008


ou d’une passerelle reliée au camion levage empêchera la dégradation du béton
• le levage nécessite des instructions claires et • pour prévenir tout dommage et tout basculement
précises. Les éléments posés à plat doivent lors du pivotement autour du point d’articu-
souvent être pivotés d’abord sur leur axe lon- lation, il est possible de prévoir un système
gitudinal, et ensuite sur leur petit axe (moins de redressement approprié sur chantier (voir
d’armatures) figure 34 C).
• les éléments sont basculés au moyen d’une grue
et de deux treuils de levage (voir figure 33). Le
A
grutier ne peut utiliser qu’un seul treuil à la fois
pour le basculement. L’usage de deux grues est
à proscrire
• le basculement des éléments peut s’opérer au
moyen d’un système de redressement appro-
prié, comme dans le cas des prémurs (voir
figure 34 C).

3.2.8.2 Chutes de hauteur

Le montage de ces éléments de façade demande


quatre ancrages : deux sur le côté long et deux
sur le plus court. Le désarrimage des chaînes de
levage s’opère de préférence depuis un élévateur
à nacelle.
B

3.2.8.3 Basculement pendant le


stockage

Les dimensions, les propriétés et le poids de ces


éléments rendent le stockage souvent impossi-
ble.

Une bonne coordination et une manutention bien


organisée revêtent dès lors une importance essen-
tielle.

3.2.9 Risques liés à la pose de


prémurs

3.2.9.1 Décrochage de la charge en C


cours de transport

Mesures préventives :
• les prémurs sont transportés verticalement par
conteneur (hauteur maximale  : 2,80  m) ou par
chariot (hauteur maximale : 3,50 m)
• une armature séparée est prévue pour le levage
(voir figure 34 A)
• on utilise souvent une chaîne de levage à deux
brins, mais un palonnier est plus adapté aux
charges plus lourdes. En général, la pose s’opère
directement depuis le camion
• le transport et le montage sont exécutés confor-
mément aux consignes du fabricant
• les prémurs de grande hauteur qui doivent être posés
en position verticale sur chantier sont généralement Fig. 34 Rotation de prémurs de
transportés horizontalement ; l’usage de crochets de grande longueur.

28 Rapport CSTC n° 10 – 2008


3.2.9.2 Chutes de hauteur 3.2.9.4 Risques spécifiques

Mesures préventives : Causes :


• lors de la pose des prémurs, on prévoira des • déplacement des parois du prémur lors du cou-
joints verticaux de 1 à 2 cm entre chacune des lage du béton in situ
parois. Ces joints doivent être étayés et coffrés • bétonnage trop rapide engendrant une dislocation
avant le coulage du béton des parois et un risque d’accident.
• en cas de montage en hauteur, des plates-formes
de travail sont suspendues aux prémurs avant le Mesures préventives : le bétonnage doit être réalisé
coulage du béton. À cet effet, des douilles filetées suivant les prescriptions en vigueur.
peuvent également être incorporées en usine. Ces
douilles seront disposées à intervalles rapprochés
pour pouvoir reprendre la charge de la plate- 3.2.10 Risques liés à la pose
forme. Le voile de béton et les armatures devront des escaliers et des
en outre présenter une résistance suffisante pour paliers
supporter cette charge supplémentaire.
3.2.10.1 Basculement ou déver-
sement des éléments en
3.2.9.3 Chocs – Coincements cours de transport

Trois personnes sont nécessaires pour l’assemblage Mesures préventives :


des prémurs de grande largeur : l’une pour la si- • le levage des éléments d’escalier doit s’effectuer
gnalisation à l’intention du grutier, les deux autres à l’aide d’un équipement adapté disposant des
pour la réception et le positionnement de la paroi certificats d’homologation requis
(voir figure 35). • compte tenu de la forme parfois irrégulière des
limons, il convient de placer le crochet de levage
Lorsqu’on introduit un nouvel élément, on veillera au-dessus du centre de gravité des éléments afin
à ne pas endommager ni décaler les éléments déjà de prévenir leur tangage ou leur basculement
montés. • en général, on aura recours à trois ou quatre
points de levage selon la forme de l’escalier
Bien que les cales de réglage soient placées à • la longueur des câbles de levage doit être adaptée
l’avance, un réglage ultérieur s’avère souvent à la position finale de l’escalier
nécessaire. • la position de l’escalier en cours de transport sera
de préférence similaire à celle qu’il occupera in
Dubbele wanden uit gewapend beton fine dans le bâtiment.

3.2.10.2 Chutes de hauteur

Un escalier préfabriqué peut se concevoir comme


une poutre inclinée reposant sur deux appuis (voir
figure 36). Pour simplifier la pose, il y a lieu de
choisir les points de levage et la longueur des chaî-

Fig.
Een 35basisPositionnement
stevige voor een d’un prémur par deux
snelle opbouw met lage kosten
personnes. Fig. 36 Coupe d’un escalier.

29 Rapport CSTC n° 10 – 2008


nes de levage de telle manière que l’escalier soit 3.2.10.3 Chute dans l’ouverture
transporté dans sa position définitive au moment d’un escalier
de l’assemblage.
Il est préférable de parachever les escaliers et les
Il est préférable de réaliser l’assemblage à sec, car paliers étage par étage, à mesure de la progression
le coulage des nœuds de raccordement et l’étaie- des travaux, ceci en vue d’éviter de déplacer les
ment des limons peuvent entraîner des risques échelles ou d’endommager les éléments lors de leur
inutiles. transport depuis l’étage supérieur.

30 Rapport CSTC n° 10 – 2008


4 La sécurité, moteur
d’innovation

Un simple inventaire des risques en phase de 4.1 Conception adaptée


conception s’avère souvent insuffisant, car il d’un projet d’éléments
n’apporte pas de solutions concrètes. Ce chapitre préfabriqués
présente un certain nombre d’exemples pratiques
de chantiers sur lesquels la sécurité a été étudiée La figure 37 représente deux coupes d’une structure
dès la conception. constituée d’éléments préfabriqués. Dans la situation
de gauche, la façade se compose de murs porteurs,
Des études menées à l’étranger ont démontré que réalisés ou non à l’aide d’éléments sandwiches. Tra-
60 % des accidents de chantier peuvent être évités ditionnellement, la réalisation d’une telle structure
par une prévention efficace des chutes avant d’en- s’opère par niveau de dalle successif, le plancher
tamer la construction proprement dite (c’est à dire pouvant éventuellement reposer sur une console.
lors de la conception, de la planification, du choix A droite est représentée une autre possibilité de
des matériaux et du matériel). réalisation : les éléments de façade sont posés en
saillie par rapport au niveau de la dalle supérieure,
Il est ainsi envisageable d’installer en usine des dis- et la largeur de paroi ainsi libérée est utilisée pour
positifs sur lesquels on pourrait facilement fixer des dissimuler les canalisations. Les éléments de mur
garde-corps, des grilles, des filets ou des ceintures en saillie font également office de garde-corps lors
de sécurité destinés à maintenir les travailleurs à de l’exécution des travaux.
l’écart des ouvertures pratiquées dans les murs et les
planchers. Ces dispositifs peuvent être constitués de
tubes noyés dans les éléments, des douilles filetées, 4.2 Dispositifs de sécurité
des réservations et autres. Dans de nombreux cas, intégrés en usine
le coordinateur de la sécurité n’est impliqué dans le
projet qu’au stade final de la conception. Il importe Actuellement, les douilles filetées, les tuyaux
donc que le concepteur soit informé des mesures noyés dans les éléments ou les réservations sont
qu’il peut prendre pour améliorer la sécurité en des dispositifs de sécurité souvent prévus lors de
cours de réalisation. la production des éléments en béton préfabriqués.
de façade servant
als randbeveiliging
als randbeveiliging
gevelelement
gevelelement

hauteur du hauteur du
dienst

ooghoogte
dienst

ooghoogte
regard ooghoogte
ooghoogte
regard
garde-fou
élément
doet
doet
de

niveauvloerpeil
du plancher
vloerpeil vloerpeil
niveau du plancher
vloerpeil vloerpeil
niveau du plancher
vloerpeil vloerpeil
niveau du plancher
vloerpeil

Fig. 37 Vues en coupe d’une structure préfabriquée en béton. La situation de droite présente un niveau
de sécurité accru pour la réalisation.

31 Rapport CSTC n° 10 – 2008


La figure 38 montre un exemple de dispositif pou-
vant être prévu à la production : les réservations
destinées à la fixation des ancrages à pistolet sont
combinées ici avec des garde-corps, suivant la
liberté de mouvement requise.

La figure 39 montre une douille filetée destinée


à la fixation d’étais tirant-poussant, tandis que la
figure 40 représente une réservation pour la fixation
d’un garde-corps. Le capuchon en place est destiné
à protéger le dispositif du gel lorsque les travaux
sont réalisés en hiver.

4.3 Garde-corps intégrés


en usine

Sur le chantier de la figure 41, le garde-corps


constitué de deux barres d’armature insérées en
usine dans le cadre en béton a permis de contrôler
les risques sur chantier, dispensant ainsi de toute
autre mesure de sécurité. Le garde-corps a ensuite
Fig. 38 Réservation dans un hourdis destinée à la été démonté pendant la pose des entrevous.
fixation d’un ancrage à pistolet.

Ces accessoires permettent une manipulation plus


sûre des éléments préfabriqués et permettent de
fixer étais, garde-corps et plates-formes de travail.
On peut également prévoir des réservations pour
les équipements de protection individuelle, comme
les ancrages à pistolet (voir encadré ‘mesures de
sécurité collectives et individuelles contre les chutes
de hauteur’, pp. 19 et 20).

Fig. 41 Garde-corps intégré en usine, et pouvant


être démonté en fin de travaux.

4.4 Système d’étaiement in-


Fig. 39 Douille filetée pour la fixation d’étais tirant- telligent avec support
poussant. de garde-corps

Sur la photo de la figure 42 à la page suivante, le


but initial était d’utiliser les étais tirant-poussant
destinés à soutenir les éléments en U inversé comme
garde-corps pour l’étage suivant. Pour des raisons
de coût, les responsables ont finalement opté pour
une autre solution, mais le principe n’en demeure
pas moins intéressant.

Les éléments en U inversé ont été transportés


Fig. 40 Réservation dans une poutre pour la fixation horizontalement vers le chantier, où ils ont été
d’un garde-corps. équipés d’étais tirant-poussant et de supports de

32 Rapport CSTC n° 10 – 2008


souhaitées, des délais d’exécution et des coûts.

Les sites représentés sur les photos des figures 43 et


44 montrent l’influence considérable du système de
construction sur les mesures de sécurité à prendre,
d’une part, et d’autre part, pour des prémurs conçus
pour un remplissage de béton ultérieur. Ces photos
mettent en évidence les divergences entre les mesu-
res de sécurité appliquées pour la construction de
parois massives devant ensuite être bétonnées.

Les étais tirant-poussant de la figure 43 ont été


placés sur la face interne des parois en béton afin
d’en ajuster la position (assemblage à redents). La
figure 44 montre, quant à elle, un bâtiment consti-
tué de prémurs nécessitant un coffrage sur la face
extérieure. Pour pouvoir couler le béton en toute
sécurité, on a disposé des plates-formes de travail
le long des murs à l’extérieur.

4.6 Ordre d’assemblage


Fig. 42 Éléments en U inversé soutenus par des Pour des raisons de sécurité, il est conseillé de ne
étais tirant-poussant. procéder au bétonnage au niveau des assemblages
entre les poutres et les colonnes qu’après avoir posé
les dalles. Si l’opération a lieu avant, le coulage
garde-corps. Les éléments ont ensuite été redressés, devra obligatoirement s’effectuer en hauteur, avec
positionnés et ajustés à l’aide des étais. Le garde- tous les risques qui en découlent tel le travail sur
corps pour l’étage suivant a pu être posé juste après échelle.
la mise en place des hourdis.
L’ordre du montage exerce donc une influence non
négligeable sur les mesures de sécurité à prendre.
4.5 Risques liés au systè- La figure 45 (p. 34) montre un exemple de nœud
me de construction de raccordement coulé depuis une échelle ou un
échafaudage. Sur le site de la figure 46, il est
Les risques et les mesures de sécurité diffèrent selon possible de se poster sur les hourdis déjà placés
le système de construction choisi par le concepteur pour réaliser le coulage du nœud, ce qui diminue
et/ou l’entrepreneur, compte tenu des performances les risques de chute. On veillera toutefois, dans ce
cas à la résistance des structures de soutènement
temporaires à cette charge supplémentaire.
als randbeveiliging
gevelelement
doet dienst

ooghoogte ooghoogte

vloerpeil vloerpeil vloerpeil vloerpeil

Fig. 43 Étais tirant-poussant sou- Fig. 44 Plate-forme de travail accrochée à la face


tenant des parois préfabriquées extérieure d’un prémur.
massives.

33 Rapport CSTC n° 10 – 2008


gnigilievebdnar sla

tnemeleleveg
tsneid teod
etgoohgoo etgoohgoo

liepreolv liepreolv liepreolv liepreolv

Fig. 45 Nœud bétonné dès la pose. Fig. 46 Le coulage du nœud a été reporté après la
pose des hourdis creux.

4.7 Nœuds de raccorde- différentes pour réaliser la jonction entre une poutre
ments secs et une colonne.

Les nœuds secs sont à privilégier car ils offrent De gauche à droite : un nœud intégralement coulé in
davantage de sécurité et favorisent un travail rapide. situ, un nœud partiellement coulé in situ et un nœud
Les figures 47, 48 et 49 présentent trois méthodes réalisé au moyen de mortier coulé (nœud sec).

Étais à prévoir

Coulage in situ
d’un noeud

Fig. 47 Nœud coulé in situ. Fig. 48 Nœud partiellement Fig. 49 Nœud sec.
préfabriqué.

34 Rapport CSTC n° 10 – 2008


Bibliographie

1. Aufredou C. 10. Bureau de normalisation


Recommandations professionnelles relatives au NBN EN 361 Équipement de protection indi-
transport, au levage et à la mise en œuvre des viduelle contre les chutes de hauteur : Harnais
dalles alvéolées. Epernon, Centre d’études et d’antichute. Bruxelles, NBN, 2002.
de recherches de l’industrie du béton (CERIB),
janvier 2004. 11. Bureau de normalisation
NBN EN 397 Casques de protection pour
2. Bouwunie – de vlaamse architectenorgani- l’industrie. Bruxelles, NBN, 1995.
satie
De nieuwe veiligheidscoördinatie en zijn im- 12. Bureau de normalisation
pact op de bouwsector. Soirée d’information NBN EN 1263-1 Filets de sécurité. Partie 1 :
organisée par la Bouwunie et le NAV, cours exigences de sécurité, méthodes d’essai.
donné par P. Godelie et G. Slaets, avril 2005. Bruxelles, NBN, 2002.

3. Bureau de normalisation 13. Bureau de normalisation


NBN EN 341 Équipement de protection indi- NBN EN 1263-2 Filets de sécurité. Partie 2:
viduelle contre les chutes de hauteur : Descen- exigences de sécurité concernant les limites de
deurs. Bruxelles, NBN, 1993. montage. Bruxelles, NBN, 2003.

4. Bureau de normalisation 14. Bureau de normalisation


NBN EN 353-1 Équipement de protection NBN EN 13374 Garde-corps périphériques
individuelle contre les chutes de hauteur. Par- temporaires. Spécification du produit, méthodes
tie 1 : antichutes mobiles incluant un support d’essai. Bruxelles, NBN, 2004.
d’assurage rigide. Bruxelles, NBN, 2002.
15. Bureau de normalisation
5. Bureau de normalisation NBN EN ISO 20345 Équipement de protection
NBN EN 353-2 Équipement de protection indi- individuelle. Chaussures de sécurité. Bruxelles,
viduelle contre les chutes de hauteur. Partie 2 : NBN, 2004.
antichutes mobiles incluant support d’assurage
flexible. Bruxelles, NBN, 2002. 16. Centre d’études et de recherches de l’industrie
du béton
6. Bureau de normalisation Guide de mise en œuvre pour les éléments
NBN EN 354 Équipement de protection indi- linéaires de structure préfabriqués en béton.
viduelle contre les chutes de hauteur : Longes. Epernon, CERIB, 2005.
Bruxelles, NBN, 2002.
17. Centre d’études et de recherches de l’industrie
7. Bureau de normalisation du béton
NBN EN 355 Équipement de protection indivi- Recommandations professionnelles relatives au
duelle contre les chutes de hauteur : Absorbeurs transport, au levage et à la mise en œuvre des
d’énergie. Bruxelles, NBN, 2002. dalles alvéolées. Epernon, CERIB, 2005.

8. Bureau de normalisation 18. Comité national d’action pour la sécurité et


NBN EN 358 Équipement de protection indi- l’hygiène dans la construction
viduelle de maintien au travail et de prévention Équipements de protection individuelle. EPI
des chutes de hauteur : Ceintures de maintien spéciaux. Bruxelles, CNAC, Notes de sécurité
au travail et de retenue et longes de maintien construction, n° 70, 1996.
au travail. Bruxelles, NBN, 2000.
19. Comité national d’action pour la sécurité et
9. Bureau de normalisation l’hygiène dans la construction
NBN EN 360 Équipement de protection indivi- Équipements de protection individuelle. Protec-
duelle contre les chutes de hauteur : Antichutes tion contre les chutes. Bruxelles, CNAC, Notes
à rappel automatique. Bruxelles, NBN, 2002. de sécurité construction, n° 68, 1996.

35 Rapport CSTC n° 10 – 2008


20. Comité national d’action pour la sécurité et 30. Gordons C.
l’hygiène dans la construction Analyse de risques à la pose de hourdis préfa-
Le casque de sécurité. Bruxelles, CNAC, Sé- briqués. Mémoire présenté en vue de l’obten-
curité Construction, n° 29, 2003. tion du grade de licencié en spécialisation de
conseiller en prévention niveau 1. Promoteurs :
21. Comité national d’action pour la sécurité et ir. L. François, Mr. J. Peuters, s.d.
l’hygiène dans la construction
Plan de sécurité et de santé. Projet et réalisation. 31. Nationaal Opleidingscentrum – Provinciale
Bruxelles, CNAC, Notes de sécurité construc- Comités voor de Bevordering van de Arbeid
tion, n° 98, 2003. Montage in de bouwsector – gezond en veilig
monteren. Texte intégral des journées d’étude
22. Comité national d’action pour la sécurité et à Gand et à Westerlo, octobre 2004.
l’hygiène dans la construction
Travail en hauteur. Bruxelles, CNAC, Notes de 32. Raekelboom M.
sécurité construction, n° 94, 2002. Preventieadviseur en veiligheids- en gezond-
heidscoördinator betrokken bij een tijdelijke of
23. Commission européenne mobiele bouwplaats : bondgenoten of rivalen?
Directive 89/656/CEE du Conseil, du 30 Texte intégral de la conférence présentée lors
novembre 1989, concernant les prescriptions de la journée d’étude PREBES à Anvers, 14
minimales de sécurité et de santé pour l’utilisa- février 2004.
tion par les travailleurs au travail d’équipements
de protection individuelle. Bruxelles, Journal 33. Service public fédéral Emploi, Travail et
officiel de l’Union européenne, n° L 393, 30 Concertation sociale
décembre 1989. Arrêté royal du 31 décembre 1992 concernant
la mise sur le marché des équipements de
24. Commission européenne protection individuelle. Bruxelles, Moniteur
Directive 89/686/CEE du Conseil, du 21 dé- Belge, 4 février 1993.
cembre 1989, concernant le rapprochement des
législations des États membres relatives aux 34. Service public fédéral Emploi, Travail et
équipements de protection individuelle. Bruxel- Concertation sociale
les, Journal officiel de l’Union européenne, n° Arrêté royal du 12 août 1993 concernant la
L 399, 30 décembre 1989. manutention manuelle de charges. Bruxelles,
Moniteur Belge, 29 septembre 1993.
25. Corten S.
Risicoanalyse Moduco3win-systeem. Mémoire 35. Service public fédéral Emploi, Travail et
présenté en vue de l’obtention du grade de Concertation sociale
diplômée en Sciences de sécurité, reconnu en Arrêté royal du 7 août 1995 relatif à l’utilisation
tant que formation complémentaire pour les des équipements de protection individuelle.
conseillers en prévention du niveau 1. Promo- Bruxelles, Moniteur Belge, 15 septembre
teurs : ir. R. Henrik, Mr. J. Van Gils, 2005. 1995.

26. Department of Consumer and Employment 36. Service public fédéral Emploi, Travail et
Protection Concertation sociale
Code of Practice: tilt-up and precast concrete Loi du 4 août 1996 relative au bien-être des
Construction. Australie, DOCEP, 2004. travailleurs dans l’exécution de leurs tâches.
Bruxelles, Moniteur Belge, 18 septembre
27. De Troyer F., Kenis R. (K.U.Leuven) 1996.
Toekomstgericht ontwerpen. Bruxelles, Indus-
trieel, flexibel en demontabel bouwen, s.d. 37. Service public fédéral Emploi, Travail et
Concertation sociale
28. FebelArch Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif au Service
Architectonisch beton. Gids voor architecten en externe pour la prévention et la protection au
voorschrijvers. Bruxelles, FebelArch, 2004. travail. Bruxelles, Moniteur Belge, 31 mars
1998.
29. Febredal
Code de bonne pratique pour prédalles en 38. Service public fédéral Emploi, Travail et
béton. Bruxelles, Febredal, s.d. Concertation sociale

36 Rapport CSTC n° 10 – 2008


Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif au Service 42. Service public fédéral Emploi, Travail et
interne pour la prévention et la protection au Concertation sociale
travail. Bruxelles, Moniteur Belge, 31 mars Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l’utilisa-
1998. tion des équipements de travail pour des travaux
temporaires en hauteur. Bruxelles, Moniteur
39. Service public fédéral Emploi, Travail et Belge, 15 septembre 2005.
Concertation sociale
Arrêté royal du 25 janvier 2001 concernant les 43. Service public fédéral Emploi, Travail et
chantiers temporaires ou mobiles. Bruxelles, Concertation sociale
Moniteur Belge, 7 février 2001. Arrêté royal du 22 mars 2006 modifié par
l’arrêté royal du 25 janvier 2001 concernant
40. Service public fédéral Emploi, Travail et les chantiers temporaires ou mobiles. Bruxelles,
Concertation sociale Moniteur Belge, 12 avril 2006.
Arrêté royal du 19 janvier 2005 modifié par
l’arrêté royal du 25 janvier 2001 concernant 44. Service public fédéral Emploi, Travail et
les chantiers temporaires ou mobiles. Bruxelles, Concertation sociale
Moniteur Belge, 27 janvier 2005. Règlement général pour la protection du travail
(RGPT). Bruxelles, Direction générale Huma-
41. Service public fédéral Emploi, Travail et nisation du travail, janvier 2008.
Concertation sociale
Arrêté royal du 13 juin 2005 relatif à l’utili- 45. Van den Brande S.
sation des équipements de protection indivi- Veilig werken met hefwerktuigen en aanslag-
duelle. Bruxelles, Moniteur Belge, 14 juillet materiaal. Bruxelles, AIB-Vinçotte, promoteur :
2005. C. Costermans, lecteur : R. Dewilde, 2001.

37 Rapport CSTC n° 10 – 2008


Annexe Iconographie

Figure Références
Fig. 1 Vekmo SA

Construction d’un immeuble de bureaux sur la Kievitplein à Anvers


Fig. 24, 27, 39, 44, 46, 48 • entrepreneur général : MBG
• placement des éléments préfabriqués : Samonco

Construction d’un immeuble d’appartements dans la Kunstenaars-


laan à La Panne
Fig. 31,43
• entrepreneur général : Keppens
• placement et production des éléments préfabriqués : Prefadim SA

Construction d’un immeuble de bureaux dans le cadre du projet de


landgoed Leusderend à Utrecht, Pays-Bas
Fig. 33, 49 • entrepreneur général : Hoogevest Bouw
• placement des éléments préfabriqués : Samonco
• fournisseur des éléments préfabriqués : Loveld NV

Fig 42, 43 Parc scientifique Arenberg à Louvain

38 Rapport CSTC n° 10 – 2008


Editeur responsable : Carlo De Pauw
CSTC, rue du Lombard 42
1000 BRUXELLES

D/2008/0611/09
bru x elles
Siège social
Rue du Lombard 42
B-1000 Bruxelles
e-mail : info@bbri.be
Direction générale
 02/502 66 90
 02/502 81 80

Z aventem
Bureaux
Lozenberg nr. 7
B-1932 Sint-Stevens-Woluwe
(Zaventem)
 02/716 42 11
 02/725 32 12

Avis techniques - Communication - Qualité


Informatique appliquée construction
Techniques de planification
Développement & Valorisation

Publications
 02/529 81 00
 02/529 81 10

L imelette
Station expérimentale
Avenue Pierre Holoffe 21
B-1342 Limelette
 02/655 77 11
 02/653 07 29

Recherche & Innovation


Laboratoires
Formation
Documentation
Bibliothèque

H eusden - Z older
Centre de démonstration et d’information
Marktplein 7 bus 1
B-3550 Heusden-Zolder
 011/22 50 65
 02/725 32 12

Centre de compétence TIC pour les profes-


sionnnels de la construction (ViBo)

Vous aimerez peut-être aussi