Vous êtes sur la page 1sur 44

Rapport de stage du Laboratoire des Travaux

Publics des sud

République Algérienne Démocratique et


Populaire
Ministère de l'enseignement Supérieur et
La Recherche Scientifique
Université de Ghardaïa

Faculté des Sciences et Technologie


Département d hydraulique
Et de Génie civil
Rapport de stage en vue de l'obtention du diplôme de
Licence académique en génie civil
Spécialité : génie civil
THEME :

Rapport de stage sur le sole


Réalise par: Encadre par:

- Sebai Abdenour Mme .AZZOUZ


-

ANNEE UNIVERSITAIRE
2021/2022
1

DADA Sylvano Manacé


Rapport de stage du Laboratoire des travaux Publics du sud

DADA Sylvano Manacé


Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

AVANT PROPOS

Dans le cadre de la formation au sein de l’ESPA (Ecole Supérieure Polytechnique


d’Antananarivo), il est conseillé aux étudiants de la troisième année d’effectuer un stage au
sein d’une entreprise, que ce soit une entreprise privée ou publique dans le domaine des
géosciences.

Un rapport doit être rédigé, a l’issue du stage, pour l’entreprise et en vue d’une soutenance de
mémoire permettant la validation du grade de licence.

Ainsi, j’ai eu la chance d’effectuer un stage d’initiation à la géotechnique au sein du


Laboratoire National du Travaux Publics et du Bâtiments (LNTPB).

Ce stage m’a permis d’avoir des connaissances particulières sur la mécanique des sols et m’a
permis d’acquérir des expériences sur les travaux de laboratoire. Ceux la constituent un atout
essentiel pour l’intégration dans le monde professionnel.

1
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

REMERCIEMENT

Nous aimerions remercier tous ceux qui ont contribué au succes de notre
travail et de la période de formation qui nous a aidés å rédiger ee rapport.
Tout d'abord, nous tenons remercier notre professeur, ABDENAC.ER
Amiur de l'Université Ghardaia, qui nous a beaucoup aidés dans la recherche
de stages et nous a permis de postuler pour ce poste. , Et trouvé cette
formation qui était en pleine conformité avec mes attentes.
Nous tenons remercier le superviseur, ABDENACER Amiur. qui est
responsable du service de laboratoire å L T PS, pour l'avoir accueilli, tout en
passant avec nous et en partageant son expérience au quotidien. Grice å sa
confiance, nous avons pu accomplir pleinement nos taches. L'aide a été
inestimable dans les moments les plus sensibles.
Nous remercions également toute l'équipe de LTPS pour leur accueil et -
l'esprit de leur équipe et en particulier Mr. BEDDIF cheikh, qui m'a beaucoup
aidé comprendre les enjeux de ces expérienes.
Enfin, nous tenons å remercier toutes les personnes qui m'ont conseillé et
relu ceci lors de la rédaction de mon rapport de stage: mon famille et mon
amie.

2
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

TABLES DES MATIERES


AVANT PROPOS..................................................................................................................................................1

REMERCIEMENT................................................................................................................................................2

TABLES DES MATIERES...................................................................................................................................3

INTRODUCTION..................................................................................................................................................5

GENERALITES SUR LES SOLS........................................................................................................................7

CHAPITRE I : GENERALITES SUR LA MECANIQUE DES SOLS..........................................................................................................................7


CHAPITRE II : LE SOL......................................................................................................................................................................................7
1. Quelques définitions sur le sol et son origine :......................................................................................7
2. Classification des sols............................................................................................................................8
a. Classification par la taille des grains solides.....................................................................................................8
b. Classification par le comportement des sols.....................................................................................................8
CHAPITRE III : LE SOL ET LA GEOTECHNIQUE................................................................................................................................................9
LES DIFFERENTS ESSAIS REALISES AU LABORATOIRE SUR LES IDENTIFICATIONS DES
SOLS......................................................................................................................................................................10
CHAPITRE I : Proctor.................................................................................................................................................................................10
1. objectif de l’essai.................................................................................................................................10
2. Dèfinition..............................................................................................................................................10
3. Principe de la mèthode.........................................................................................................................11
4. Matèriel nècessaire……………………………………………………………………………………………..11
5. Mode opèratoire………………………………………………………………………………………………...11
6. Conclusion……………………………………………………………………………………………………….14
CHAPITRE II : LE C.B.R (CALIFORNIA BEARING RATIO).................................................................................................14
1. Définition et objectif de l’essai.............................................................................................................14
2. Principe................................................................................................................................................14
3. Appareillages........................................................................................................................................14
4. Matieriel de poinconnement:................................................................................................................15
5. Conclusion............................................................................................................................................20
CHAPITRE III: LIMITE D’ATTERBERG..........................................................................................................................................................21
1. Définition et objectif.............................................................................................................................21
2. Principe ………………………………………………………………………………………………………………………………………….21
3. Matériel nécessaire et mode opératoire...............................................................................................22
4. Conclusion............................................................................................................................................23
CHAPITRE IV : EQUIVALENT DE SABLE..................................................................................................................24
1. Définition et objectif de l’essai.............................................................................................................24
2. Principe de l’essai et matériel nécessaire............................................................................................24
3. Mode opératoire...................................................................................................................................24
4. Interprétation........................................................................................................................................26
5. Rèsultats d’essai……………………………………………………………………………………………………………………………..26
6. Conclusion………………………………………………………………………………………………………………………………………27
CHAPITRE V : GRANULOMETRIE.................................................................................................................................................................28
1. Définition et objectif de l’essai.............................................................................................................28
2. Matériels nécessaires et mode opératoire............................................................................................28
3. Interprétation........................................................................................................................................29

3
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud
4. Rèsultats d’essai……………………………………………………………………………………………………………………………..29
5. Tracè de la courbe………………………………………………………………………………………………………………………….30
6. Conclusion……………………………………………………………………………………………………………………………………..31
CHAPITRE VIII : Los Angeles..................................................................................................................................................................31
1. Introduction............................................................................................................................................31
2. Définition et But de l’essai……………………………………………………………………………………………………………….….31
3. Principe……………………………………………………………………………………………………………………………………….……..32
4. Appareillage………………………………………………………………………………………………………………………………….…..32
5. Mode opèeratoire………………………………………………………………………………………………………………………………32
6. Interprètation……………………………………………………………………………………………………………………………………33
7. Conclusion…………………………………………………………………………………………………………………………………………34

CONCLUSION.....................................................................................................................................................35

RESUME...............................................................................................................................................................35

ABSTRACT..........................................................................................................................................................36

LISTE DES FIGURES........................................................................................................................................37

4
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

INTRODUCTION

I / CREATION : LTP-Sud a été créé le 12mars1983 par décret n083-186.


En octobre 1989, il est devenu une entreprise autonome dont le propriétaire
est le Holding Public Réalisation et Grands Travaux et en 1998, il a été
transformé en filiale faisant partie du group LCTP .

2 /Activité : II est spécialisé dans les domaines suivants :


Les études géotechniques routiéres.
Les études géotechniques pour sol de fondation.
Les études géotechniques et géophysiques.
Les études géométriques des tracés routiers.
Les études techniques des petites retenues d'eau.
Les études d'assainissement et d'A.E.P.
Le contröle et suivi de réalisation de routes, aérodromes, ouvrages
d'art et bätiments.
Contröle des matériaux (béton, liants hydrocarbonés, granulats, eau,etc…)

 DENOMINATION &STATU JURIDIQUE


Le laboratoire des Travaux publics du sud dénommé en abrégé LTPS
est une entreprise publique économique EPE société, å caractere
commercial.

 PORTEE DU SYSTEME DE GESTION


Le système de gestion du LABORATOIRE DES TRAVAUX
PUBLICE DU SUD s'applique aux activités d'études, de contröle,
d'expertise, d' analyse et de d'développement.

 LE REPRESENTANT DE LA DIRECTION

Monsieur Bouhafs GUERBOYZ a été désigné Responsable du système de Mangement de la


Qualité (RMQ)du LTPS. II est donc le représentant de la direction et il pleine de la part de
celle-ci afin d'assurer que le système de gestion soit bien défini. mis en oeuvre et entretenu
conformément å la nonne internationale ISO 9001 :2000 .

 Champ d' Action :

Le L.T.P.S-Sud étend son champ d'action pratiquement sur 3 /4 de la superficie de l' Algérie. II
est implanté dans les Wilayets ci-dessous, ce qui dessous, ce qui lui permet de répondre aux
sollicitations de clientèle sur la majeur partie du territoire national.

5
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

 Ressources Humaines :

C'est la ressource la plus précieuse dont dispose le LTPS .Douée d'une adaptabilité et possédant
un savoir-faire qui lui perme de valoriser toutes les autres ressources, elle est composée d'un
noyau de compétence capable d'encadrer toutes les catégories de personnel. dans toutes les
spécialités techniques et de management.

En LTPS emploie 519 agents au mois d'octobre.

Pour être en mesure de faire au plan de charge, évolutif et diversifié, le LTPS s'est organisé de
façon å rendre ses structures et ses équipes flexibles et adaptables,

II a mis en place un système de recrutement s'appuyant sur une sèlection basée sur des exigences
claires, et favorise l'émergence de compétences gråce des évaluations règuliéres et une
formation permanent touches les catégories.

Le LTPS dispose d'un effectif aguerri mobilisable en fonction des besoins exprimés par les
différentes activités.

pour son encadrement, le laboratoire organise des rencontres des cadres. constituant un espace
d'échange. d'information, de réflexion, de proposition, de connaissance ou I 'ambiance amicale et
de travail se cötoient.

 But du stage :
D’abord, le stage a pour but de faire un rapport pour l’obtention du grade de licence dans le
cadre du système LMD (Licence-Master-Doctorat).

Et aussi pour, il a pour but de :

 Initiation à la géotechnique
 Faire connaitre les différents essais sur les sols,
 Mettre en pratiques nos connaissances
 A identifier les sols
 Faire savoir manipuler les instruments ou les appareils utilisés correspondant à
chaque essai
 Nous faire intégrer dans le monde professionnel

6
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

Généralités sur les sols :


Chapitre I : Généralités sur la mécanique des sols :
La mécanique des sols, c’est une application des lois mécaniques au matériau sol. Elle est
voisine de la mécanique des milieux continues qui étudie de nombreux matériaux comme
l’acier, le bois, les bétons, les plastiques dont la plupart sont artificiels et donc de constitution
bien connue.

Par d’autres aspects, la mécanique des sols est aussi proches des disciplines qui étudient les
milieux minéraux naturels : la géologie, l’hydrogéologie, la mécanique des roches

La mécanique des sols est utilisée sur plusieurs domaines :

 Construction : Bâtiments et travaux publics


 Milieux naturels : problèmes de glissement de terrains sur un versant
 Aux ouvrages où le sol est le matériau de base :
 les remblais (routes, barrages, digues de bassina en terre,…)
 les déblais (talus, canaux, bassins,…)
 Aux ouvrages mixtes :
 Murs de soutènements (béton, terre armée,…)

Voici quelques paramètres qu’on utilise en mécaniques des sols :

𝛾ℎ [𝑘𝑁/𝑚3] : Le poids volumique du sol humide dans l’état ou il se trouve ;

𝛾𝑑 [𝑘𝑁/𝑚3] : Le poids volumique sec (après l’expulsion de l’eau libre)

𝛾w [𝑘𝑁/𝑚3] : Le poids volumique de l’eau, égal à 9,81 [𝑘𝑁/𝑚3]

𝛾𝑠 [𝑘𝑁/𝑚3] : Le poids volumique des grains solides (en général compris dans
l’intervalle26 𝑎 28 𝑘𝑁/𝑚3)

𝑤[%] : La teneur en eau : rapport du poids d’eau au poids de sol sec

𝑤𝑠𝑎𝑡[%] : La teneur en eau a saturation : l’eau garnit tous les vides

Le sol supporte les fondations d’ouvrages. Il sert comme matériau de construction (barrages,
remblais) et il contient des ouvrages souterrains (tunnels). Il reçoit aussi des matériaux à
stocker (déchets industriels et nucléaires).Sert à extraire des minérales et autres ressources de
production de l’énergie et des matériaux

Chapitre II : Le sol
1. Quelques définitions sur le sol et son origine:

 Partie superficielle de la croute terrestre, à l’état naturel ou aménagée par l’homme.

7
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

 Ce sont des agrégats des minéraux qui résultent de l’altération des roches, qui peut
être une altération chimique (oxydation,…), ou physique (variation de température,
gel, dégel,…), ou mécanique (érosion, vagues,…).

Les sols ont 02 origines principales :

 Par la désagrégation des roches (altération mécanique ou physico-chimique sous


l’effet des agents naturels)
 Par la décomposition des organismes vivants (végétaux comme la tourbe ou animaux
comme la craie)

2. Classification des sols :


On peut classer les sols par la tailles des ses grains et par son comportement (sols
pulvérulents ou sols cohérents),…

a. Classification par la taille des grains solides :


Cette classification se définie granulométriquement. Et se distingue par le diamètre moyen D
des grains. On distingue :

Diamètre Classe du sol


>200mm Blocs rocheux
20mm-200mm Cailloux
2mm-20mm Graviers
0,2mm-2mm Sables grossiers
20µm-0,2mm Sables fins
2µm-20µm Silts ou limons
<2µm Argiles

Tableau 1: classes des sols en fonction de leur taille de grains

b. Classification par le comportement des sols :

 Comportement pulvérulents : Ce sont les sables, les graviers, les


cailloux,… c’est-a-dire, les sols ayant comme diamètres des grains
D>20µ. Ces sols sont constitués essentiellement de la silice, du calcaire et
d’autres roches qui sont inertes.
 Comportement des sols cohérents : Cette classe est pour les sols dont la
dimension des grains est D<20µ0,02mm. C’est donc des sols fins.

8
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

Chapitre III : Le sol et la géotechnique :


A la différence des autres matériaux du génie civil et du bâtiment, les sols et les roches
préexistent sur le site des travaux et la première phase de toute étude géotechnique consiste à
définir la nature et l’état de ces terrains.

Les ouvrages utilisent le sol autant qu’un élément de l’infrastructure qui transmet la charge
globale de l’ouvrage vers une couche du sol suffisamment stable et résistante. Selon le type
de l’ouvrage et son mode de conception, le sol peut constituer une base d’appuis pour
l’ensemble de l’ouvrage tel que la route, le tunnel, le barrage poids, ou un point d’appuis pour
quelques éléments seulement tels que bâtiment, pont, barrage en arc.

On peut dire alors que pour faire un ouvrage, il faut d’abord étudier le sol qui tienne
l’ouvrage, c’est-a-dire étudier les comportements de ce sol.

9
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

Les différents essais réalisés au laboratoire sur les


identifications des sols.
Pourquoi on fait des essais sur les sols ? D’abord, tout ouvrage de Génie Civil est construit
sur un sol. Donc, il est indispensable et nécessaire de connaitre les caractéristiques et la
nature du sol qui supporte l’ouvrage afin de choisir les meilleures options techniques.

Cette deuxième partie abordera les différentes essais réalisé lors du stage, les
objectifs, le principe, les appareils nécessaires ainsi que les résultats obtenus pendant les
essais.

Chapitre I : Proctor :
1. Objectif de l’essai :
 Il existe une teneur en eau particulière w optimum notée wopn pour l’essai proctor normal et
wopm pour l’essai proctor modifié pour laquelle le compactage conduit à une masse
volumique sèche ρd (ou un poids volumique) maximum.
 La masse volumique maximale correspond donc à un état de compacité maximum et à une
capacité de Résistance maximum.
 L’essai Proctor permet de déterminer ces conditions particulières.

2. Définition

 L’essai Proctor Normal est réalisé avec la dame normale (petite dame), quelque soit
le moule.
 L’essai Proctor Modifié est réalisé avec la dame modifié (grande dame), quelque soit
le moule.

3. PRINCIPE DE LA MÉTHODE

Le principe de l’essai consiste à humidifier un sol à plusieurs teneurs en eau et à la compacter


selon un procédé et une énergie conventionnels. Pour chacune des valeurs de teneur en eau
considérée, on détermine la masse volumique sèche du sol et on établit la courbe des variations
de cette masse volumique en fonction de la teneur en eau.
D’une manière générale, cette courbe appelée courbe proctor présente une valeur maximale de
la masse volumique sèche, elle est obtenue pour une valeur particulière de la teneur en eau. Ce
sont ces 2 valeurs qui sont appelées caractéristiques de compactage Proctor Normal ou Proctor
Modifié suivant l’essai réalisé.

10
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

4. MATÉRIEL NÉCESSAIRE

 Matériel spécifique Proctor


Moule proctor avec embase et hausse Ou moule CBR avec embase et hausse Dame
proctor normal Ou dame proctor modifié Règle à araser Balance de portée
supérieure à 6 kg.

 Matériel connexe
Eprouvette graduée et burette d’eau pour humidifier le sol
Four, balance de précision, petits récipients pour mesurer la teneur en eau à postériori

Figure 1: les moul et les dam

5. MODE OPÉRATOIRE

 Faire choix du matériel (moule, dame) en se référant à la norme $7


 Le choix du moule est défini par la taille des grains Le choix de l’énergie de compactage
est défini par l’utilisation envisagée du sol.
 Humidifier le sol à la teneur en eau voulue, bien homogénéiser

 Monter la base du moule sur son socle et peser cet ensemble.


Monter la hausse sur le moule
11
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud
Poids d’eau
ajoutée : ..........................
6% 8% 10% 12%
Poids total humide :
7914 8036 8250 8120
…………………
Poids du moule :
3830 3830 3920 3830
……………………..
Poids du sol humide :
4084 4206 4330 4290
………………..
Poids du sol sec :
3850 3892 3934 3829
…………………….
Volume du moule :
2104 2104 2104 2104
……………. ……
Densité sèche :
……………. …………
1,83 1,85 1,87 1,82
N° de la tare : ……………. 564 504 504 505 M K K0 SD
Poids total humid :
136,90 139,91 153,78 153,10 163,80 144,68 198,94 192,36
…………….
Poids total sec :
130,16 132,99 143,75 143,02 150,54 133,19 179,61 173,65
…………….
Poids de la tare :
19,04 18,74 19,12 17,69 18,44 18,94 19,09 18,25
…………….
Poids de l’eau :
6,74 6,92 10,03 10,08 13,26 11,49 19,33 18,71
…………….
Poids du sol sec :
111,12 114,25 124,63 125,33 132,1 114,25 160,52 155,4
…………….
Teneur en eau :
6,07 6,06 8,05 8,04 10,04 10,06 12,04 12,04
…………….
Moyenne : ……………. 6,07 8,05 10,05 12.04
Effectuer l’essai proctor suivant la norme (nombre de couches,
nombre de coups de dame par couche et disposition de ces coups) .

12
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

1. Conclusion
Les caractéristiques Proctor constituent des critères d'identification d'un sol permettant de situer son
13
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud
état naturel par rapport à son état optimal de mise en oeuvre. Elles servent également de référence
pour caractériser la qualité de compactage réalisé sur le chantier.

Chapitre II : Le C.B.R (California Bearing Ratio)


1. Définition et objectif de l’essai :
Les essais C.B.R. permettent, selon le processus utilisé, la détermination :
 de l'Indice CBR ( California Bearing Ratio )
 pour caractériser le matériau en tant que support ou constituantde chaussée
 de l'Indice Portant Immédiat ( IPI )
 pour caractériser l'aptitude du matériau à supporter la circulation des engins
 pour évaluer l'état hydrique du matériau
d’un sol ou d'un matériau utilisé dans la construction des ouvrages en terre
ou des assises de chaussées.
La méthode CBR donne une évaluation de la portance, c'est-à-dire de l'aptitude des matériaux à
supporter les charges.
L'indice recherché est un nombre sans dimension exprimant le rapport entre les pressions produisant
un enfoncement donné dans le matériau étudié d'une part et dans le matériau type d'autre part.

2. Principe :

Il s'agit de poinçonner, dans des conditions de compactage déterminées (selon l’essai PROCTOR
NORMAL) et de teneur en eau connu, un échantillon de matériau (généralement un sol) et de mesurer
les efforts qui correspondent à certaines valeurs de l'enfoncement de la tige de poinçonnement.
On compare alors ces efforts à ceux qui produisent les mêmes enfoncements dans un matériau de
référence : sol de Californie. Enfoncement de la tige de poinçonnement Effort développé dans le
matériau testé Effort développé dans le matériau de référence

Cela permet de définir 2 indices CBR :


 CBR1 = 100 * (F1 / Fr1)
 CBR2 = 100 * (F2 / Fr2)
 CBR1 = 100 * (F1 / Fr1)
 CBR2 = 100 * (F2 / Fr2)
La valeur de l'indice CBR du sol sera le plus grand des indices précédents :
CBR = Max (CBR1 et CBR2)
Cet indice quantifie bien la portance du matériau :
 une valeur faible correspond à un faible effort résistant donc à un

14
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

une valeur faible


correspond à un faible
effort résistant donc à un
une valeur faible
correspond à un faible
effort résistant donc à un
matériau peu portant
dont plutôt « mou »
correspond au contraire à un effort résistant
 une valeur élevée

 une valeur faible correspond à un faible effort résistant donc à un matériau peu portant dont plutôt
« mou »
 une valeur élevée correspond au contraire à un effort résistant important donc à un matériau très
portant dont plutôt «dur ».

3. Appareiillage
Matériel de confection des éprouvettes : Il comprend :
 Le moule CBR
 Les dames et le matériel de compactage Proctor normal et modifié
 L'ensemble des accessoires (rehausse, disque d'espacement, règle à araser,...),
 Le matériel d'usage courant : balance, bacs, étuve.

15
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

 Figure 2: Dame Figure 3: moul

4. Matériel de poinçonnement :

Il comprend :
Une presse de compression de 50 kN minimum et de course d’au moins 10 mm,
Cette presse doit être équipée :
 d'un poinçon cylindrique en acier
 d'un dispositif permettant la manœuvre de la partie mobile de la presse
 d'un dispositif dynamométrique permettant de mesurer les efforts de poinçonnement.

 Figure 4 : machine C.B.R

Excution de l'essai

1. Préparation du moule :

16
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud
 Solidariser la plaque de base et le moule CBR.
 Mettre le disque d’espacement.
 Placer une feuille de papier filtre sur le disque d’espacement.
 Fixer la rehausse.

2. Confection des éprouvettes :

 Préparer deux échantillons de 5,5 kg du matériau après le tamiser à 20 mm.


 Humidifier le matériau d’un échantillon à une teneur de 12% ( pour l’I. CBR )
et l’autre à une teneur de 11 % ( pour l’ IPI ) puis les malaxer afin de rendre les mélanges le
plus homogène possible.
 Diviser la quantité du matériau en 5 parts.
 Compacter le matériau selon le processus Proctor modifié.
 Araser soigneusement à partir du centre vers la périphérie.
 Enlever la plaque de base ; retourner le moule ; le fixer à nouveau sur la plaque de base.
 Extraire le disque d'espacement.
  Placer le moule sur le plateau de la presse CBR

3. Poinçonnement de l'échantillon :

 Placer l'ensemble sur la presse, en position centrée par rapport au piston.


 Amener la tige de poinçonnement au contact de l'échantillon.
 Positionner le comparateur de suivi de l'enfoncement de la tige ; le remettre à « 0 ».
 Mettre la presse en marche

17
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

Relever les efforts


correspondant aux
enfoncements de 0.5 / 1 /
1.5 /
 Relever les efforts correspondant aux enfoncements de 0.5 / 1 / 1.5 / 2 / 2.5 / 3 / 3.5 / 4 / 4.5 / 5 / 6
/ 7 / 8 / 9 et 10 mm de la tige de poinçonnement
Densité sèche γd (t/m3) )%( Teneur en eau de compactage W0
P. total humide (g) 48h T° de séchage
8097
P. du moule (g) N° de la tare (g)
3830 w0 W0
P. du sol humide (g) P. total humide (g)
4267 155,49 157,86
P. total sec (g)
0.02 )%( Teneur en eau W0 144,15 146,37
P. du sol sec (g) P. de la tare (g)
3913 18,74 19,04
Volume du moule(cm3 ) P. de l’eau (g)
2104 11,34 11,49
125,41 127,33 P. du sol sec (g)

Densité sèche γd : 1.86 (t/m3) 9,04 9,02 Teneur en eau W0


Moyenne
9.03
 Pour l’indice CBR immédiat, placer l'ensemble sur la presse, interposer dans le volume libéré par
le disque d'espacement deux surcharges, la surcharge en une pièce placée sur l'échantillon et celle
en deux pièces au-dessus

18
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

II- État final de l’échantillon après imbibition


Date d’ immersion :…………………… Durée d’immersion:……………………
Surcharges annulaires :4542g

Poids approximatif du sol imbibé (g) )%( Teneur en eau après immersion Wf
P. total après imbibition N° de la tare
P. total avant imbibition P. total humide
P. de l’eau absorbée P. total sec
Différence de teneur en eau P. de la tare
P. du sol imbibé P. de l’eau
Profondeur conventionnelle P. du sol sec
d’imbibition en mm Teneur en eau Wf
Moyenne

Temps Enfoncement Force totale (kgf) Pression


(mm) (Kgf/cm2)
Lecture Valeur

0’ 30" 0.625 4,343 442,986 22,573

1’ 00" 1.25 7,514 766,428 39,054

1’ 40" 2 11,687 1192,07 60,743

2’ 00" 2.5 14,235 1451,97 73,986

4’ 00" 5 23,663 2413,63 122,987

6’ 00" 7.5 28,645 2921,79 148,881

8’ 00" 10 32,123 3276,55 166,958 19

10’00" 12.5 35,222 3592,64 183,065


Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

Calcul de l'indice portant

( P 2.5)
A ( 2.5 cm )= =105.69
0.7

( P 5)
A ( 5 cm )= =117.13
1.05

20
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

200
POINCONNE-
180 MENT
160

140
pression en kgf/cm2

120

100

80

60

40

20

0
0 2 4 6 8 10 12 14
Enfoncement en mm

6. CONCLUSION

De ce TP, nous avons retenu comment manipuler un sol, le compacter et en tirer des informations
dans l’optique de le classer. Cela nous a permis de nous familiariser avec les paramètres qui
influencent le dimensionnement d’une structure des chaussées. Encore une fois, les normes nous ont
été indispensables pour en arriver au résultat recherché.

21
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

Chapitre IV : Limite d’Atterberg


1. Définition et objectif :
Les limites d’Atterberg sont des paramètres géotechniques destinés à identifier un sol et à
caractériser son état.

C’est un essai qui permet de déterminer la limite de liquidité et la limite de plasticité


d’un sol, et de prévoir le comportement des sols pendant les opérations de terrassement, en
particulier sous l'action des variations de teneur en eau.

Notons que cet essai se fait uniquement sur les éléments fins du sol et il consiste à faire
varier la teneur en eau de l'élément en observant sa consistance, ce qui nous permet de faire
une classification du sol. Cet essai est réalisé sur la partie de sol passant au tamis de 400 μm.

 Figure 5 : Etat du sol en fonction de la teneur en eau

2.Principe :

Le classement d’un sol vis à vis de la classification du Laboratoire Central des Ponts et Chaussées
(L.P.C.P) se fait à partir de deux essais de laboratoire qui sont l’analyse granulométrique et la
détermination des limites d’Atterberg.
La manipulation consiste à exploiter les résultats de l’analyse granulométrique d’un sol et à éfinir ses
limites d’Atterberg afin de le classer au sens de la classification L.C.P.C.
La particularité des sols fins est que, leur consistance varie fortement en fonction de leur teneur en
eau.
Leur état va du solide s’ils sont desséchés, à l’état liquide s’ils sont détrempés. Entre ces 2 états,il
existe
un état intermédiaire dit plastique (pâte à modeler).
Les limites d’Atterberg sont des constantes physiques conventionnelles (teneur en eau pondérale) qui
marque les seuils entre :
- Le passage d’un sol de l’état liquide à l’état plastique (limite de liquidité WL).
22
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

- Le passage d’un sol de l’état plastique à l’état solide (limite de plasticité WP).

Ces deux limites sont utilisées afin de déterminer la classification des sols. Elles s’appliquent sur
la fraction de sol passant au travers du tamis de 400 μm

3.Matériel nécessaire et mode opératoire :

 Figure 6 : la coupelle de Casagrande

La limite de liquidité se détermine par la "Méthode de la Coupelle de Casagrande". Cette


méthode consiste en un appareillage composé d’un bol et d’un arbre à came permettant de
transformer le mouvement de rotation en translation, on arrive donc à élever le bol d’une
certaine hauteur et de le laisser retomber sur un plan rigide.
Pour la réalisation de ce test, il faut :

 Humidifier l’échantillon de sol fin


 L’homogénéiser
 Etaler l’échantillon dans le bol, de manière à avoir une épaisseur à peu près constante,
de 1 [cm], avec une surface horizontale
 Appliquer une rainure au milieu, séparant l’échantillon en deux parties distinctes et
égales, de manière à voir le fond du bol
 Tourner la manivelle en comptant la norme de fois que le bol s’est élevé puis rabattu
jusqu’à ce que la fente se referme.
 Récupérer l’échantillon, le peser, et calculer sa teneur en eau.

La limite de plasticité se détermine par la "Méthode du rouleau".

Figure 7: Détermination de la limite de plasticité par la méthode du rouleau

23
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud
Pour déterminer cette limite, le procédé est le suivant :

 Prendre un échantillon séché du sol fin

 Y ajouter un peu d’eau et homogénéiser le mélange


 Former trois fils de 3 [mm] de diamètre et de 10 [cm] de longueur sur le modèle d’une
petite barre de fer
 Rouler les fils sur une planche de bois, servant à l’assécher au fur et à mesure, jusqu’à
l’apparition des première fissures. Les rétrécir si nécessaire pour maintenir la même
longueur (10 [cm])
 Récupérer l’échantillon, le peser, et calculer sa teneur en eau.

1. Conclusion :
A l’état liquide, les grains sont indépendants les uns des autres et leurs mouvements
relatifs sont aises.

A l’état plastique, les grains se sont rapprochés et ont mis en commun les couches
adsorbées ; lorsqu’il y a mouvement, les grains restent attachés les uns aux autres sans
éloigner.

A l’état solide, les grains sont encore plus proches les uns des autres et arrivent même en
contact en chassant l’eau adsorbée ; les frottements internes sont alors importants.

24
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

Chapitre V : EQUIVALENT DE SABLE


1. Définition et objectif de l’essai :
C’est un essai qui donne une indication sur la proportion relative de particules fines (argiles)
par rapport aux particules grenues (sable).

2. Principe de l’essai et matériel nécessaire :

Cet essai permet de mettre en évidence des traces d'argile, de limon ou de matières très fines,
contenues dans un sol, surtout lorsque l'indice de plasticité n'est pas mesurable. C’est un essai
pratique très utile à effectuer dans le cas des sols peu plastiques (sol sableux).

Les matériels nécessaires :


 Eprouvette et bouchon
 Tube laveur
 Entonnoir
 Eau

3. Mode opératoire :

 Préparer une solution en diluant une dose de solution lavante concentrée de 125
cm3 dans 5 litres d’eau déminéralisée.
 Tamiser le matériau à tester de façon à séparer les éléments sableux les plus
grossiers des particules fines (fraction 0/2), puis en prélever 120 gr.
 Remplir une éprouvette avec la solution lavant jusqu’au premier trait de jauge.

25
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud


Figure 8: Détermination de h1 et h2

 Verser les 120 gr de l’échantillon dans l’éprouvette à l’aide de l’entonnoir.


Préparer de la même façon une seconde éprouvette.
 Laisser les deux éprouvettes au repos pendant 10 minutes.
 Boucher les éprouvettes à l’aide des bouchons et les agiter avec la machine
agitatrice.
 Remplir les éprouvettes jusqu’au second trait de jauge en lavant le bouchon et les
parois intérieures afin de récupérer toutes les impuretés et le sable au fond des
tubes.
 Laisser reposer chaque éprouvette 20 minutes en tenant compte des décalages de
temps dus aux manipulations.
 Abaisser le piston dans le liquide pour séparer le floculat de l’eau.
 Lire les valeurs de ℎ1 et ℎ2 à l’aide du réglet.
 Calculer « ES » en remplaçant h1 et h2 dans la formule suivante :

ℎ2
𝐸𝑆 = 𝑥 100 (5)
ℎ1

26
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

4. Interprétation et conclusion :

Valeur de ES (en %) Interprétation


0 Argile
0-20 Sols plastique à très plastiques
20-40 On a des matériaux aptes à être stabilisés mécaniquement
(sols pour les remblais)

40-60 On a des graves naturelles


60-80 On a des matériaux pour béton

80-100 On a des sables très propres (pour béton de ciment)


100 On a des sables purs

Tableau 2: Caractéristique du sol en fonction de la valeur de l’ES

5. Résultats d’essai :

1) Détermination de la teneur en eau naturelle

Masse de l'échantillon humide Mh (g) 500

Masse de l'échantillon sec Ms (g) 488.9


Mh–Ms
Teneur en eau : W= ------------------ x 100 W (%) 2.27
Ms
2) Détermination de la teneur en fines

Masse de l'échantillon humide (g) M h = 500g

Masse de refus au tamis 0.08 mm (g) M s = 397.71

Pourcentage de fines : F = 100 – M s (100 + W) F = 18.65


Mh
3) Echantillon pour essai
Si F ≤ 11 %
Masse de sable humide : M sh= 120 ( 1 + W/100) M sh = // /
Tamisat à 2 mm (g)
Si F > 11 %
Masse de sable humide : M sh = (1200/F)(1+W/100) M sh = 65.80
Tamisat à 2 mm (g)
Masse de sable correcteur : Msc = 120 – (1200/F) M sc = 55.66

27
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud
Hauteur de sable H 2
Hauteur totale H 1 ES = (H 2/H 1) x 100 ES moyen %
(Piston)
14 7.3 52.14
51.44=51 %
13.6 6.9 50.74

CONCLUSION :

D’après les valeurs preconisees pour l’èquivalent de sable :


Pour sable fin :

75≤ESV≤85 on dit que le sable est propre


60≤ ES ≤70 on dit que le sable est argileux
Pour sable grossier :
ESV≥85 on dit que le sable est tres propre
ES ≥80 on dit que le sable est tres propre

28
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud
Chapitre VI : Granulométrie
L’analyse granulométrique est une étape fondamentale pour la classification d’un sol. Cela
consiste à mesurer la dispersion des grains d’un sol suivant leurs dimensions, c’est-à-dire
leurs diamètres respectifs. Puis, reporter sur une courbe granulométrique les résultats ainsi
obtenus.

1. Définition et objectif de l’essai :


L’analyse granulométrique permet, à l'aide de différents tamis, de déterminer
précisément la composition d’un matériau afin d’en déduire ses caractéristiques
mécaniques. Elle permet également de vérifier un matériau élaboré en carrière, en comparant
sa courbe granulométrique avec le fuseau de prescription correspondant.

Les informations que fournit l’analyse granulométrique permettent de savoir dans quels
types de tâches on emploie les matériaux analysés et cette analyse se fait au laboratoire.

2. Matériels nécessaires et mode opératoire :


Pour cet essai, on utilise les matériels suivants :

 Tamis : pour avoir les tailles des différentes particules qui composent
l’échantillon
 Balance : pour le pesage de chaque taille des particules
 Calculatrice : pour le calcul des pourcentages des fines
 Eau : pour le lavage de l’échantillon

 Etuve : pour le séchage de l’échantillon après lavage

Figure 9: Instruments nécessaires pour la granulométrie

29
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

3.Mode opératoire :
L’analyse granulométrique se déroule comme suit :

 Quartage : Prélever un échantillon représentatif du matériau à analyser.

Retenir la valeur " D", du diamètre des plus gros éléments. (Ex: Si matériaux
0/20, D=20)

Peser une masse (en gr) de matériaux égale à 300xD. (Ex: Si matériaux 0/20,
m = 300x20 = 6 000 gr)

 Examen du matériau :

Peser l’échantillon humide pour déterminer le poids humide « Ph ».

Etuver l’échantillon à 105° pendant 24 heures pour éliminer l’humidité

Peser l’échantillon sec obtenu pour déterminer le poids sec « Ps ».

Calculer « W% » la teneur en eau du matériau.

Laver l’échantillon à l’eau claire pour éliminer les particules fines


(<0.063mm).

Etuver l’échantillon à 105° pendant 24 heures pour éliminer l’humidité.

 Traçage de la courbe granulométrique

4.Interprétation.
Si on obtient une :

 Courbe continue : Le matériau possède toutes les dimensions du grain.

 Courbe discontinue : Le matériau ne contient pas certaines dimensions du grain.

 Courbe serrée : le matériau est spécifique d/D (ex : 6.3/10)

5. Résultats d’essai 

Structure : U.GHARDAIA Échantillon : A1


Lieu de travail : SERVICE MATERIAUX Date :
N° Dossier interne : Opérateur :
Équipements utilisés : balance – etuve N° D’inventaire : L21.51.15 /L49.10.15

Poids de Tamis Poids Poids Poids refus Complément Tamisats

30
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud
refus refus
l'Echantillon cumulés
(mm) partiels cumulés à 100 %
(g) (%)
(g) (g)
80 0 0 0,00 100,00 100
50 0 0 0,00 100,00 100
10000 31.5 645 645 6,45 93,55 94
20 934 1579 15,79 84,21 84
10 1659 3238 32,38 67,62 68

5 151,88 151,88 12,66 87,34 59


2 86,15 238,03 19,84 80,16 54
1 27,49 265,52 22,13 77,87 53
1200 0.4 27,45 292,97 24,41 75,59 51
0.2 234,3 527,27 43,94 56,06 38
0.1 534,2 1061,47 88,46 11,54 8
0.08 18,06 1079,53 89,96 10,04 7

6.TRACÉ DE LA COURBE GRANULOMÉTRIQUE :

Il suffit de porter les divers pourcentages des tamisats cumulés sur une feuille semi-logarithmique :
• en abscisse : les dimensions des mailles, échelle logarithmique
• en ordonnée : les pourcentages sur une échelle arithmétique.
• La courbe doit être tracée de manière continue.• en abscisse : les dimensions des mailles, échelle
logarithmique
• en ordonnée : les pourcentages sur une échelle arithmétique.

• La courbe doit être tracée de manière continue.

31
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

CONCLUSION :

L’analyse granulométrique d’un sol a pour but de déterminer les dimensions des grains qui le
Constituent, par conséquent elle nous permet de connaître la nature de notre sol. D’une manière
générale, les particules d’un sol ont une forme quelconque et la définition de leur dimension n’est pas
aisée. Les grains de sol sont analysés par des tamis ou passoire. La dimension d’un grain est alors, par
définition le diamètre de tamis qui le laisse juste passer.

Chapitre V: LOS ANGELES :

1.Introduction :

Les caractéristique intrinsèques des gravillons


sont liées à la nature même de la roche mère et
ne peuvent pas être améliorées par le
technicien. Il s’agit de dureté, la résistance à
l’usure par frottement et la résistance au
.polissage

La dureté est destinée à évaluer la résistance des


granulats à la fragmentation sous l’action du trafic. Elle est mesurée par l’essai « los Angeles » ou par
l’essai de fragmentation rapide ; ce dernier est plus rapide, mais nécessite une confirmation par le los
.Angeles

: Définition et But de l’essai

C’est un essai d’usure par fragmentation autrement dit de résistance aux chocs des roches et
.granulat
Ce mode opératoire est issu de l’essai américain défini par la norme ASTM C.131.55
L’essai (N.F. P18.573) permet de mesurer les résistances combinées à fragmentation par chocs et à
.l’usure par frottements réciproques des éléments d’un granulat
Il s’applique aux granulats utilisés pour la constitution des assises de chaussée, y compris les couches
.de roulement

Le matériau évolue pendant l’essai, d’une part par suite du choc des boulets sur le granulat (rupture
fragile des éléments), d’autre part par frottement des éléments les uns sur les autres, sur le cylindre de
.la machine et sur les boulets

: Domène d’application
 Gravillons pour chaussées et béton hydraulique.
 Détermination de la résistance aux chocs.

32
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

: Principe

L'essai Los Angeles est utilisé pour déterminer la résistance à la fragmentation d'un échantillon de
granulat. Le coefficient Los Angeles obtenu est le pourcentage de l'échantillon initial passant au tamis
de 1.6 mm après fragmentation dans un cylindre de la machine los Angeles en présence de boulets
d'acier 500 en rotation. Plus le pourcentage Los Angeles (noté LA) est bas, plus l'échantillon est
.résistant à la fragmentation

: APPAREILLAGE

: En plus des appareillages usuels de laboratoire il convient de disposer de

machine Los Angeles, composée d'un cylindre et d'un moteur. Le cylindre mesure à l'intérieur (508 -
+/- 5) mm et a un diamètre de (711 +/- 5) mm et fabriqué avec une tôle de 12 mm d'épaisseur. Le
moteur doit permettre d'entrainer ce cylindre à une vitesse comprise entre 31 et 33 tours par minute et
.être équipé d'un compte tours permettant un arrêt automatique après 500 tours

.boulets d'acier 12 -

.balance précise au gramme de porte 20kg-

.colonne de tamis de 1,6 mm-

: MODE OPERATOIRE

Pour ce essai, préparer par lavage et tamisage la masses de classe granulaire B suivante le tableau, en
: rajoutant le nombre de boulets indiqués

Classes A B C D
granulaires
Nombre de 12 11 9 6
boulets
Poids a 20g 5010g 4600g 3340g 2510g
prés

1. Mettre la prise d'essai et les boulets replaces le couvercle et serrer les boulons de fixation.
2. Mise en route de l’essai en faisant effectuer à la machine 500 rotations à une vitesse régulière
comprise entre 30 et 35 tr/mn.
3. Enlever le granulat après l’essai.

33
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

Avant Après

4. Recueillir le granulat dans un bac placé sous l’appareil, en ayant soin d’amener l’ouverture
juste au dessus de ce bac, afin d’éviter les pertes de granulat.
5. tamiser le matériau contenu dans le bac, sur le tamis de 1,6mm ; le matériau étant pris en
plusieurs fois afin de faciliter l’opération.
6. Recueillir et laver les granulats restant au tamis de 1.6 mm en éliminant tous le passant à ce
tamis.
7. Sécher et peser le refus à 1.6 mm

Formulation :

Si M est la masse du matériau soumis à l'essai et m la masse des éléments inférieurs à 1,6 mm
produits au cours de l'essai, la résistance à la fragmentation aux chocs est exprimé par le
coefficient Los Angeles LA

LA=100(mi-mf)/mi.
Cet essai est également utilisé pour vérifier la sensibilité au gel des gravillons conformément à
la norme NF P18-

-Interprétation :

Coefficient LA NATURE DE GRANULAT


<20 Très dur
20 à 25 Dur
25 à 30 Assez dur
30 à 40 mi-dur
40 à 50 Tendre

34
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

Calcule :

Mi :le poids initial de gravier


=5000g
Mf : le poids final de gravier après tamisage =4724g
LA= 100×(5000-4724) /5000 = 5,52%

LA=5,52%

Alors Solon le tableau ci-dessus en va classifier notre sol

LA <20 Granulat très dur.

CONCLUSION :

L’essai de los Angeles nous permet de connaître la nature du granulat pour leur utilisation dans le

domaine de construction.

Cet essai est très important pour l’ingénieure de génie civil par ce que il besoin de cet essai dans la vie
professionnelle pour fait une classification de granulat.

35
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

CONCLUSION

Pour en conclure, nous pouvons souligner les essentielles de ce mémoire, nous avons
évoqués :

 Les généralités sur les sols


 Les mécaniques des sols
 La méthodologie des différents essais pour une identification des sols ainsi que les
buts de ses différents essais

Nous pouvons classer les sols à partir des expériences ou les essais du laboratoire, ainsi que
son comportement afin de les utiliser pour les ouvrages de génie civil.

Résumé
Pour la réalisation de ce mémoire, on a effectues des recherches bibliographiques ; aussi
nous avons fait certains pratique pour ces différents essais, des enquêtes auprès des
géotechniciens sont effectués pour avoir une vraie information et éviter des erreurs ou des
ambigüités.

Ce présent mémoire nous permet d’acquérir des notions sur la mécanique des sols, à la
géotechnique, mais aussi sur les essais qu’on réalise au laboratoire des sols pour une
identification.

L’identification des sols est nécessaire et indispensables pour une réalisation des ouvrages.

L’étude géotechnique est alors donc non négligeable pour tout projet de génie civil.

36
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

Abstract
For the realization of this memory, we have done a bibliographical research; therefore we did
some practices for these various tests, of the investigations near the geotechniques are carried
out to have true information and to avoid errors and ambiguities.

This present report enables us to acquire concepts on the soil mechanics, with geotechnics,
but also on the tests which one carries out at the laboratory of the grounds for identification.

The identification of the grounds is necessary and essential for a realization of the

works. The geotechnical study is then thus considerable for any project of civil

engineering.

37
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

LISTE DES FIGURES


Figure 1: Dame.........................................................................................................................10
Figure 2: moul..........................................................................................................................11
Figure 3: Les dame et les mouls...............................................................................................13
Figure 4: machine C.B.R..........................................................................................................13
Figure 5: Etat du sol en fonction de la teneur en eau...............................................................16
Figure 6:La coupelle de Casagrande........................................................................................17
Figure 7:Détermination de la limite de plasticité par la méthode du rouleau..........................17
Figure 8: Détermination de h1 et h2........................................................................................19
Figure 9: Instruments nécessaires pour la granulométrie.........................................................21

38
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

39
Rapport de stage du Laboratoire des Travaux Publics du Sud

40
Rapport de stage du Laboratoire National du Travaux Publics et du Bâtiments (LNTPB)

26

DADA Sylvano Manacé

Vous aimerez peut-être aussi