Vous êtes sur la page 1sur 12

TP 3 

: CIRCUIT DE COMMANDE DU THYRISTOR

I.INTRODUCTION :

Le thyristor est un composant électronique qui permet de commander des puissances


relativement importantes avec peu de pertes car ils ne fonctionnent qu’en commutation , on utilise
le thyristor dans les forts puissance , mais on le trouve aussi en électronique de faible puissance pour
quelques applications spécifiques
 Symbole :

On trouve dans la réalité le thyristor est sous plusieurs forme, parmi ces forme on trouve :

1
 Domaines d’application du thyristor

 Commande de moteurs (sens & vitesse)


 Interrupteur électronique haute puissance (relais statique, relais temporisé)
 Redresseur commandé
 Onduleur (convertisseur AC/AC)
 Commutation de phase

 Principe de fonctionnement

Le thyristor se comporte comme une diode dont on commande la mise en


conduction. Le symbole du thyristor ressemble d’ailleurs beaucoup à celui d’une diode. On
y retrouve l’anode (A) et la cathode (K), mais une troisième borne apparaît : la gâchette (G).
C’est elle qui permet la commande du composant. Pour que le thyristor devienne passant, il
faut non seulement le polariser en direct comme une diode, mais aussi lui appliquer un
courant adéquat entrant dans la gâchette. Une fois le thyristor amorcé, il est inutile de
maintenir la présence du courant de gâchette. C’est la raison pour laquelle, la plupart du
temps, la commande se fait par une impulsion de courant.

Dans ce TP, on va s’intéresser sur la commande du thyristor pour différente cas du redressement,
(redressement simple alternance, double alternance et le redressement triphasé) avec la
simulation à l’aide du PSIM et ISIS.

II. C’est quoi ISIS et PSIM :

 ISIS :
Proteus est une suite logicielle de CAO électronique éditée par la société Labcenter
Electronics. ISIS est la composante de Proteus qui permet la création de schémas et la
simulation électrique. La grande force de ISIS est de pouvoir simuler le comportement d'un
microcontrôleur (PIC, Atmel, 8051, ARM, HC11...) et de son interaction avec les composants qui
l'entourent.

 PSIM :
Le logicel de simulation PSIM est un logiciel de simulation pour l'électrotechnique et
l'électronique de puissance. Il est constitué de deux programmes :
- PSIM : Dessin du schéma et simulation (Calcul des variables)
- SIMVIEW : Tracé des courbes.

III. manipulation
2
La partie de la commande est très importante dans les convertisseurs statiques et spécialement
dans les redresseurs à thyristor, Ces systèmes sont réalisés à partir de la fonction numérique basée
d’électronique. La commande du thyristor est basée sur le schéma suivant :

Premièrement On va étudier maintenant chaque block sous ISIS pour faire la simulation, et à la
fin on va regrouper tous les blocks pour voir la simulation de tout le système de commande.

IV. Déphaseur
Le montage au-dessous permet d’obtenir un déphasage de 90° entre le signal d’entrée et le
signal de sortie.

 Soit V 0 le potentiel au point 0


 Soit V 1 le potentiel au point 1

ETUDE THEORIQUE :

1. La fonction du transfert H(jw) du déphaseur :

D’après le montage ci-dessus :


Et On a V- =V+ = 0
En appliquent le théorème de Millman en point V- on obtient :

V0 VS
+
R1 Z eq V0 VS
V -= =0  R =- Z
1 1 1 eq
+
R1 Z eq

3
Ou Zs est l’impédance équivalente Entre la résistance R2 et le condensateur C.

R2∗1
R2
z s = jcw =
1 1+ j∗R 2 CW
R 2+
jcw
Donc

K
R1 1
H (jw) = - * = j∗W
R 2 1+ j∗R 2 CW 1+
Wc

C’est une fonction de transfert qui caractérise un filtre pas bas


R1
Avec K=-
R2
1
W c=
R2C

2. Expression du gain en dB et de la phase

Le gain
Gdb = 20 log (|H (jw)|)
R2 w
= 20 log ( ¿ – 10*log (1+ )
R1 wc

Pour w=0 Gdb = 20log(k)


Pour w infini G db=¿ infini
Pour w=w c Gdb =- 3 db

La phase
w
φ=−arctg ( )
wc

Pour w=0 φ =-90°


Pour w infini φ =0°
Pour w=w c φ =-45°

Les valeurs de R1 et R2:

4
On fixe C = 1μF et f = 50 hz Donc
 On calcule la valeur de R2 pour que fc= 50 Hz
1
Fc = =50 Hz  R ' 2=¿3 .18 kΩ
2 π∗R 2∗C
 La fréquence de coupure fc doit être supérieure à fréquence de f, pour que le signal
ne soit pas attenu.
 R2 > 3 .18 kΩ= 50 KΩ
 On prend R1= 10 Ω pour que k>1 et par conséquent on s’assure de obtenir la
fréquence utilisé supérieur à la fréquence de coupure .

Simulation sous isis :

On utilise pour simuler le comportement de déphaseur, lorsqu’on applique à l’entré un signal


sinusoïdal d’amplitude 10 V et de fréquence 50 Hz avec :
o R2= 50 KΩ
o C = 1μF
o R1= 10 Ω
o AOPTL082
o Alimentation de AOP Vcc=12 v

On visualise sur l’oscilloscope les résultats suivants :

5
REMARQUE :
 Le signal d’entrée V 0 est en bleu et le signal de sortie est en jaune
 Le signal de sortie de déphaseur est en avance par 90 ° Par rapport à l’entré.

4. simulation de fig 2 :

Analyse de circuit théoriquement :

 On déjà étudier le premier circuit, c’est un déphaseur

6
 Le deuxième circuit qui va commander le transistor qui fonction en commutation

Le comparateur fonctionne en saturation donc sa sortie est égal +Vcc ou – Vcc


Si V + > V- donc la tension de sortie égal à +Vcc est donc le transistor est passant
Si V+ < V- donc la tension de sortie égal à – Vcc est donc le transistor est bloqué

Dans ce cas on a d’après diviseur de tension :


1
R/¿
j∗cw
V- = V+ = V 0 *
1
R /¿ +R
j∗cw

1/2
= V0 * w∗RC
1+ j
2
On a R = 22 KΩ et c’ = 2µF
1
Fc= = 7.2 kHz
πRc '

 Le troisième circuit c’est AOP qui fonctionne dans le régime linéaire

Donc V+ = V-

V1 V2
+ V 1+V 2
R'' R'
V- = = = V+
1 1 2
+
R' R''

V 2=¿

o Si le transistor est passant  V+ = 0  V 2= - V 1


o Si le transistor est bloqué  V+ = V 1  V 2= V 1

Simulation sur ISIS du circuit :

7
 Le signal de sortie V 2 est le signal jaune
 V 1 est le signal bleu
 Vc Le signal appliqué sur le transistor pour le bloquer ou l’amorcer c’est le signal rouge

Remarque :
 Lorsque le transistor est bloqué on visualise V 2 = V 1 (Vc= +Vcc)
 Lorsque le transistor est passant on visualise V 2 = −V 1 (Vc= - Vcc)

V .COMPARATEUR :

8
La figure ci-dessous représente un comparateur point "2" par rapport à une tension de référence
U qui on peut varier par le potentiel mètre

 Soit V 3 la tension de sortie


 Soit V 2 la tension d’entré
 Soit U c la tension au point 4

1. Le rôle de potentiel mètre

Le potentiomètre peut être considéré comme une résistance dont on peut faire varier la


valeur ohmique entre deux points, par simple action mécanique sur un axe rotatif ou rectiligne. Il est
constitué d'une piste résistive sur laquelle entre en contact un curseur mobile

Donc on peut varier la tension d’entrée inverseur du comparateur.

2. Simulation sous isis

Analyse de circuit théoriquement :

Le circuit est un simple comparateur

Si V + > V- donc la tension de sortie égal à +Vcc


Si V+ < V- donc la tension de sortie égal à – Vcc

Mais dans ce cas on a

V+ = V 2 et V- est une tension continue d’amplitude variable a l’aide du potentiel


mètre donc on peut jouer sur le rapport cyclique de tension de sortie rectangulaire.

Simulation sur ISIS du circuit :

9
 Le signal jaune est le signal V 2
 Le signal bleu est le signal de sortie de comparateur
 Le signal rouge est le signal du potentiel mètre

10
Si on varie la tension du potentiel mètre on visualise :

 Donc on varie de la résistance du potentiel mètre, on remarque que le rapport cyclique de la


tension sortie varie.

VI.MONOSTABLE

Le multivibrateur monostable est un dispositif qui génère à sa sortie une seul impulsion lorsque
son entrée est déclenchée, on peut le faire à l’aide du NE555. Ce dernier est un circuit intégré
comme on voie dans le schéma ci-dessous :

 Les composantes internes du NE555

11
 2 AOP fonctionne dans le régime non linéaire
2∗Vcc
o Le potentiel d’entrée du premier comparateur en point b égale
3
Vcc
o Le potentiel d’entrée du premier comparateur en point a égale
3

 Une bascule RS, R est la sortie du premier comparateur et S la sortie du


deuxième comparateur
 La table de la vérité de la bascule RS est la suivante :

R S Q
0 0 Etat précédente
0 1 1
1 0 0
1 1 Etat interdit

 Le fonctionnement du NE555 :

 Si le signal V2 est inférieur à cette référence de 1/3 de Vcc, alors la bascule est active
et V3 passe à 1. Le transistor est désactivé.
 Si le signal 6 dépasse la référence de 2/3 de Vcc, alors il se passe l’effet inverse : la
bascule redevient inactive et la sortie 3 passe à 0. Le transistor s’active et V7 se
retrouve à la masse
 Dans le cas où aucune des tensions V6 et V2 ne déclenchent son comparateur, l’état
courant est conservé.

À partir de ces principes, 3 modes d’utilisation du NE555 ont émergé :

astable,
bistable,
monostable.

12

Vous aimerez peut-être aussi