Vous êtes sur la page 1sur 3

TP ELECTRONIQUE DE PUISSANCE II

FST BENI-MELLAL

TP Electronique de Puissance

3ème Année Génie Electrique

Réalisation d’Un hacheur à base de transistor M.O.S

I INTRODUCTION

Le but de cette manipulation est d’une part, la réalisation d’une commande


analogique à rapport cyclique variable d’un hacheur et d’autre part, l’étude des
phénomènes de commutation dans une cellule type hacheur à base de transistor
M.O.S sans circuit d’aide à la commutation puis avec un circuit d’aide à la
commutation.

Le principe de réalisation de cette commande est basé sur la génération d’un


signal triangulaire et de le comparer à une tension de commande variable à l’aide
d’un potentiomètre.

La génération du signal triangulaire est obtenue par l’utilisation de la sortie


d’un amplificateur opérationnel, fonctionnant en bascule de Schmidt, comme entrée
d’un intégrateur. Le circuit électronique est le suivant :

II ETUDE THEORIQUE

a) Expliquer le fonctionnement du circuit précèdent.


b) Déterminer les formes d’ondes des signaux u1(t) et u2(t).
c) Quel est la fréquence du signal u1(t).

1
d) Proposer une suite de ce montage pour obtenir un signal ayant un rapport
cyclique variable.
Rapport cyclique=(Durée pendant laquelle le signal est égal à
+VCC)/Période.

III MANIPULATION

III-1) Circuit de commande

L’ampli opérationnel A2 commute de +VCC à –VCC ou inversement, il faut que


les temps de commutation soient très faibles. Expliquer quelles sont les
répercussions sur le signal triangulaire si ces temps de commutation sont importants.
On choisira un ampli opérationnel à slew rate élevé (AD844AN).

L’ampli A1 fonctionnant en intégrateur, on choisira un uA741.

a) Réaliser le montage précèdent et relever à l’aide de l’oscilloscope les


signaux u1(t) et u2(t). Comparer les valeurs mesurées avec celles
calculées théoriquement. Conclusions ?
b) Réaliser le montage permettant de fournir une sortie à rapport cyclique
variable. Relever à l’aide de l’oscilloscope ce signal avec deux rapports
cycliques différents.
c) Pour commander le MOS de puissance, il faut ajouter un étage
amplificateur permettant de fournir des courants importants à l’amorçage et
au blocage. On choisira le montage push-pull suivant:

Les transistors bipolaires NPN et PNP doivent être capables de fournir les
impulsions du courant de grille à l’amorçage et au blocage.

2
La tension de commande Ucomm (à rapport cyclique variable) est celle issue du
montage précèdent.

Le transistor M.O.S (TP sur le schéma) est un W45NM50 dont les


caractéristiques (Datasheet) sont à télécharger de l’internet.

d) Réaliser le montage en aval de la tension de commande U comm. Relever les


tensions, à l’aide de l’oscilloscope et sans charge sur le M.O.S, les
tensions en amont et en aval du push-pull. Faites varier les résistances Ra
et Rb. Ajouter en parallèle de Ra, puis en parallèle de Rb, un
condensateur de valeur convenable. Remarques ?

III-2) Circuit de puissance.

Choisir une charge R et L compatibles avec les sources d’alimentation et le


transistor M.O.S. De même pour la diode de roue libre.

Choisir un courant de charge I charge pour étudier les phénomènes de


commutation du M.O.S.

a) Relever les courants (IDrain et IG) et tensions (VDS et VGS) au sein de TP


durant l’amorçage et le blocage.
b) Comparer ces allures avec celles vues au cours. Interprétations.
c) Mesurer les différents temps de commutation de l’interrupteur TP.
Comparer avec celles déterminées à partir du cours, des données du
M.O.S et du montage.

IV Circuit d’aide à la commutation

a) Introduire séparément deux circuits d’aide à la commutation et étudier leur


impact sur le montage.
b) Introduire un seul circuit d’aide à la commutation pour les deux
commutations (Amorçage et Blocage).
c) Relever les différences par rapport à un fonctionnement sans C.A.L.C

Vous aimerez peut-être aussi