Vous êtes sur la page 1sur 20

EBROO Ingénierie Note de calcul d'eaux pluviales

51 avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny


94230 Cachan
Mail: contact@ebroo.fr

TITRE

NOTE DE CALCULS
D'ASSAINISSEMENT EAUX PLUVIALES

Indice 0

Le 28/09/06

1- DÉTERMINATION DES DÉBITS INSTANTANÉS DES EAUX PLUVIALES

Conformément à l'article 3.2 du fascicule 70 du C.C.T.G. relatif aux ouvrages d'assainissement, les
dimensionnements hydrauliques des ouvrages sont calculés d'après l'instruction technique relative aux réseaux
d'assainissement des agglomérations du 22 juin 1977 (Circulaire INT 77-284), établie sous l'égide du Ministère de
l'intérieur.

Le calcul des débits instantanés des eaux pluviales, précisé dans l'instruction technique, est défini à partir de
formules superficielles qui traitent du calcul des débits provenant des bassins versants. Ces formules
superficielles, utilisées en France, sont inspirées des travaux de M. CAQUOT. Elles s'écrivent sous la forme :

dans laquelle :
* K, u, v et w sont des paramètres relatifs à l'intensité maximale de la pluie en fonction de sa durée et
de sa fréquence de dépassement.
Cette fréquence de dépassement " F " ou période de retour d'insuffisance " T = 1 / F " permet
d'apprécier le caractère plus ou moins exceptionnel d'un événement pluvieux.
Le choix de la période de retour dont dépend le degré de protection des ouvrages, résulte d'un
compromis entre une protection absolue, irréalisable en pratique, et un coût d'investissement
acceptable.
En général, en France, dans les études classiques, la période de retour est de 10 ans à l'exception
des têtes de réseau où l'on peut considérer d'évacuer souterrainement le flot de période de retour 5
ans;

* I est la pente moyenne du bassin versant du projet, exprimée en mètres par mètre (m/m);
* C est le coefficient de ruissellement du projet. Sa détermination n'est possible qu'au moyen
d'observations in situ et du plan d'urbanisation futur de la zone aménagée.
En général, la valeur de ce coefficient est prise égale au taux d'imperméabilisation du projet. Si " A "
est la surface totale du bassin versant et " A' " la superficie de la surface revêtue, le coefficient C est
le rapport : C = A' / A

* A est la superficie totale du bassin versant, exprimée en hectares (ha).

Il existe trois régions de pluviométrie homogène en France. La commune de ************* se trouvant dans la région
**, l'expression de la formule superficielle pour une période de retour de 10 ans s'écrit :
Région 1 -->

Région 2 -->

Le débit obtenu est affecté d'un coefficient correcteur m qui traduit que pour une même surface A, le débit varie à Région 3 -->
l'inverse de l'allongement du bassin versant. Ce coefficient permet ainsi d'intégrer le temps d'écoulement le long du
cheminement le plus hydrauliquement éloigné de l'exutoire (ou temps de concentration). Ce coefficient correcteur
s'obtient à partir de la formule suivante :

dans laquelle :
* M est l'allongement du bassin défini par le rapport du plus long cheminement hydraulique L sur
la surface correspondante du bassin versant A. Son expression est la suivante :

* b est un paramètre relatif à la région considérée et à la période de retour choisie. Pour ce projet :
b = - 0,59

Le débit des eaux pluviales corrigé est obtenu par l'expression :

Le tableau des résultats s'écrit :

FORMULES RESULTATS

Surface des bâtiments projetés (Ruissellement C = 0,9) A1' = 0,00 m²

Surface des Voiries projetées (Ruissellement C = 0,9) A2' = 0,00 m²

Surface des Parkings projetés (Ruissellement C = 0,9) A3' =5 000,00 m²

Surface des Cheminements piétons (Ruissellement C = 0,9) A4' = 0,00 m²

AMÉNAGEMENTS EXTÉRIEURS
Surface des Aménagements Extérieurs (Ruissellement C = 0,9) A5' = 0,00 m²

Surface des Cheminements non revêtus (Ruissellement C = 0,5) A6' = 0,00 m²

Surface des Aménagements non revêtus (Ruissellement C = 0,5) A7' = 0,00 m²

Surface des Espaces Verts (Ruissellement C = 0,2) A8'


870,00
= m²

Surface totale de la parcelle A= 5 870,00 m²

Surface A= 0,5870 ha

Coefficient de ruissellement C= 0,80

Pente moyenne I= 0,010 m/m


DONNÉES DU SITE
Longueur hydraulique L= 75,00 m
Région 1 -->
Région pluviométrique Région = 1
Région 2 -->
Période de retour T= 10 ans
Région 3 -->

DÉBIT DES
EAUX
PLUVIALES
Débit brut Qb = 188,86 l/s
Région 1 -->

DÉBIT DES
Allongement M= 0,98
Région 2 -->
EAUX
PLUVIALES Coefficient correcteur m= 1,516
Région 3 -->
Débit corrigé Q= 286,32 l/s

2- DÉTERMINATION DU VOLUME DE STOCKAGE DES EAUX PLUVIALES

Le dimensionnement des bassins de retenue des eaux pluviales est également défini à partir de l'instruction
technique relative aux réseaux d'assainissement des agglomérations du 22 juin 1977 (Circulaire INT 77-284).

Un bassin de retenue est un ouvrage destiné à réguler les débits reçus à l'amont de l'ouvrage afin de restituer à
l'aval un débit compatible avec la capacité de transport de l'exutoire existant.
Dans le présent projet, l'exutoire est << ??????????????? >>

Le volume de stockage d'un bassin de retenue correspond à la différence entre le débit entrant dans la retenue et
le débit de fuite de l'ouvrage. Les méthodes employées reposent sur la résolution graphique de l'équation de
conservation du volume :

dans laquelle :

* V est le volume utile de la retenue;

* t est le temps correspondant à la durée de la pluie;

* Q est le débit des eaux pluviales entrant dans l'ouvrage;

* Qf est le débit de fuite ou débit sortant de l'ouvrage.

En pratique, des méthodes simplifiées permettent de résoudre l'équation de continuité en considérant que le débit
de fuite du bassin est constant. Parmi ces méthodes simplifiées, la méthode dite " des pluies " est la détermination
conseillée par l'instruction technique.

Il convient, au préalable, de définir le coefficient d'apport du projet. Ce coefficient d'apport, Ca, mesure le
rendement global de la pluie. Il doit prendre en compte l'ensemble des surfaces non imperméabilisées ainsi que le
phénomène de saturation du sol.

La surface active du projet, exprimée en hectares (ha), se déduit de la formule : Sa = A x Ca


dans laquelle A est la surface totale du projet, également exprimée en hectares (ha).

A partir de ces éléments et pour chacune des trois régions de pluie homogène, l'abaque Ab-7 de la circulaire
ministérielle nous permet de déduire la hauteur spécifique de stockage du bassin à partir du débit de fuite par unité
de surface active. En posant :

avec : q, le débit de fuite par unité de surface active, exprimé en millimètres par heure (mm/h);

Qf, le débit de fuite du bassin, exprimé en mètres cubes par seconde (m3/s).

Sur l'abaque Ab-7 correspondant à la région et sur la courbe de la période choisie est déduite, en ordonnée, la
valeur ha de la capacité spécifique de stockage, exprimée en millimètres (mm).

La capacité totale de rétention est donnée par la formule :

où V représente le volume total de stockage cherché, exprimé en mètres cubes (m3).


Le tableau des résultats s'écrit :

FORMULES RESULTATS

Débit de fuite Qf = 2,00 l/s


DONNÉES
DU SITE
Surface A= 0,5870 ha

Coefficient d'apport Ca = 0,80

Surface active Sa = A x Ca Sa = 0,47 ha

VOLUME Débit de fuite par unité de surface q= 1,54 mm/h


DE
STOCKAGE Capacité spécifique de stockage --> ( abaque Ab-7 )
ha = 18,00 mm

Volume de rétention V= 84,13 m3

Nota : Avant leur rejet dans les réseaux d'assainissement EP existants, les Eaux pluviales de l'opération
sont prétraitées par un Débourbeur / Séparateur à Hydrocrabures inclus au projet.
Ce prétraitement des effluents doit répondre aux contraintes définies par la norme DIN 1999 pour les
Séparateurs à Hydrocarbures. Le dimensionnement des appareils est déterminé à partir des éléments
suivants :

* Débit des Eaux Pluviales du projet en fréquence décennale : 286,32 l/s,

* Débit à traiter (20 % du débit décennal des Eaux


57,26 l/s,
Pluviales) :

* Teneur résiduelle maximale de rejet : 5 mg/l.

3- Dimensionnement d’un bassin d’infiltration des eaux pluviales

12

34
Surface active (m²) 4674,00
Coefficient de permeabilité du sol de 0,0001
la propriété (m/s)
Surface d'infiltration du bassin 500
(m²)
Débit de fuite (l/s) 7,12
Débit spécifique par rapport à la 5,483953787
surface active (mm/h)
Capacité spécifique de stockage 15
(mm)

Volume total à stocker (m3) 70,11

Volume totale à stocker (rétention 233,7


ballast ) (m3)

Volume totale à stocker (rétention 73,8


alvéolaire) (m3)

4- DETERMINATION DU DIAMETRE COMMERCIAL

FORMULES RESULTATS

Débit max Q = 0,29 m3/s


Coefficient de rugosité K = 0,20
Pente moyenne de l'ouvrage I= 0,010 m/m
DIAMETRE
Diamètre théorique de la canalisation Dth = 444,14 mm

Diamètre commercial de la canalisation Dcom 500,00 mm

5- CONDITION D'AUTOCURAGE

FORMULES RESULTATS

CONDITION
N°1
Diamètre commercial de la canalisation Dn = 0,50 m
Hauteur de remplissage H = 0,50 m
Angle radian q= 6,28 rad
Coefficient de rugosité K = 0,20 m²
Pente moyenne de l'ouvrage I= 0,01 m/m

CONDITION Section mouillé S(h) 0,20 m²


N°1 Périmètre mouillé P(h) 1,57 m
Rayon hydraulique Rh= 0,125 m

Vitesse d'écoulement V= 2,00 m/s

Validité Ok

Diamètre commercial de la canalisation Dn = 0,50 m


Hauteur de remplissage H = 0,40 m
Angle radian q= 4,43 rad
Coefficient de rugosité K = 0,20 m²
Pente moyenne de l'ouvrage I= 0,01 m/m

CONDITION Section mouillé S(h) 0,11 m²


N°2 Périmètre mouillé P(h) 1,11 m
Rayon hydraulique Rh= 0,097 m

Vitesse d'écoulement V= 1,69 m/s

Validité Ok

Vous aimerez peut-être aussi