Vous êtes sur la page 1sur 5

Cahier des charges :

Nous devrons résoudre l’automatisme suivant : la commande automatisée de la


vanne de garde de la vidange du fond du barrage kaddoussa, le dispositif de
commande devra assurer les fonctions suivantes :

• L’ouverture partielle en charge avec une vitesse réduite sur une course de
100mm ;
• Arrêt de la vanne pour équilibrage (remplissage du pertuis entre la vanne de
garde et la vanne de réglage jusqu’à équilibrage de pression de part et d’autre
du tablier de la vanne). L’équilibrage est obtenu à l’aide d’une minuterie ;
• L’ouverture complémentaire avec une vitesse plus importante en milieu
équilibré ;
• La fermeture complète de la vanne ;
• La reprise des fuites du servomoteur qui maintiendra, en permanence, la vanne
en ouverture complète ;
• Le contrôle du nombre de reprise des fuites sera assuré par compteur à
installer sur le tableau de l’armoire de la commande locale correspondante ;
• La fermeture automatique dans le cas « vanne en déroute » mettant à l’arrêt
les groupes motopompe ;
• L’interdiction d’ouvrir la vanne de garde si la vanne de réglage n’est pas
complétement fermée ;
• L’interdiction d’arrêter la vanne en fermeture exceptionnelle en charge en
position intermédiaire ;
Description du fonctionnement du système
• Un appui sur le bouton poussoir ‘sb1’ donne au système l’ordre d’ouverture, le
groupe motopompe (m1-22/23) démarre, après une vérification de pression et
un déchargement d’huile pour la vérification de circuit hydraulique, la vanne
commence à s’ouvrir en charge avec une vitesse d’environ 0.05m/min, et après
un déplacement de 100 mm la tige d’indicateur de position libère le fin de course
s11 pour arrêter le groupe motopompe en opération afin d’équilibrer la pression
de part et d’autre du tablier de la vanne.

• Après l’équilibrage (indiqué par la minuterie) le groupe motopompe démarre, et


après une autre vérification de pression et de circuit hydraulique, la vanne
commence à s’ouvrir à une vitesse théorique de 0.20m/min jusqu’à sa position
d’ouverture complète normale, une position signalée par le fin de course
d’ouverture s19, une fois le fin de course s20 est excité, le circuit d’ouverture est
mis en arrêt.

• Le fonctionnement d’automatisme nécessite la mise de deux groupes


motopompes, l’un pour le fonctionnement normal, et l’autre en cas d’une panne.

• La décompression de pression en amant du clapet antiretour se fait par une


électrovanne électriquement commandée.

• La position de la vanne est signalée d’une façon continue par l’indicateur


mécanique de la position.

• Un appui sur le bouton poussoir sb 2 donne l’ordre de fermeture, la force de


fermeture en eau morte et en eau vive est accomplie par le poids propre de la
vanne et ses brimbales.
• La fermeture de vanne est signalée par le fin de course s10, l’ordre de fermeture
reste maintenu pendant quelques secondes pour assurer l’écrasement du joint du
seuil (l’étanchéité).

• Une fois l’opération de la fermeture se termine, l’ouverture de la vanne est


autorisée.

• La vitesse de fermeture est d’environ 0.20 m/min et elle est contrôlé par un
régulateur du débit

• La manœuvre de reprise de fuite est automatique, la vanne se déplace à cause de


possibles fuites d’huile du circuit hydraulique sans que la signalisation vanne
ouverte soit effacée, une descente prévue de 100 mm environ de la position
d’ouverture normale, la fin de course s18 donne l’ordre de reprise de fuite en
démarrant le groupe motopompe effectuant une ouverture normale similaire à
celle après équilibrage.

• En cas de défaut de la fin de course s18 ou à cause de fuites importantes d’huile


du circuit hydraulique la fin de course donne l’ordre de fermeture du vanne
(fermeture par déroute).
Solution existante : logique câblée à base des relais et temporisateurs.
Solution d’optimisation : utilisation de la logique programmée à base d’un
automate programmable.

Pourquoi cette mise à jour est une nécessité :


La commande à base de la logique câblée est souvent fastidieuse et peu flexible,
elle utilise une commande mécanique (les relais, contacts…), ce qui nécessite plus
d’entretien, notons aussi que sa maintenance et sa modification est difficile, aussi
pour avoir les fonctions de temporisations et de comptage il nous faut plus
d’équipements, et pour le domaine de la régulation il est presque difficile de la faire
avec une logique câblée car elle exige de plusieurs circuits difficiles
La solution de la logique programmée a presque réglé les problèmes posés par la
commande à base de la logique câblée, sa maintenance est facile, sa modification
ne requière que l’ajout de quelques lignes en programme, aussi la communication
aujourd’hui entre les équipements et l’automate se faire en utilisant moins de
câbles (utilisation de technologie sans fil Wireless communication), la
temporisation et le comptage sont intégrés dans l’automate sans avoir besoin
d’autre équipement. Notons aussi qu’on peut aisément mettre en place la
régulation via les logiciels de la programmation sans avoir besoins de nouveaux
circuits.
En utilisant la solution de la logique programmée nous jouerons sur le coût, la
vitesse et la complexité du fonctionnement du notre automatisme.
La listes des entrées et sorties de notre automatisme :
Les entrées Les sorties
Les fins de course Moteurs :

S10 : vanne fermée KM1 : Groupe motopompe 1


S11 : position d’équilibrage • KM1 MA
S17 : vanne en déroute • KM1 ARR
S18 : déclaration de fuite KM2 : Groupe motopompe 2
S19 : vanne ouverte • KM2 MA
S20 : arrêter le circuit d’ouverture • KM2 ARR

Les pressostats : Electro valves:

PS1 : manque de pression HP moteur YV32


1 YV25
PS2 : manque de pression GP moteur YV21
1 YV15
PS3 : manque de pression HP moteur YV11
2 YV46
PS4 : manque de pression GP moteur
2
Sp5 : surpression après équilibrage
Sp6 : surpression avant équilibrage
PS7 : mou brimbale

SL4 : niveau d’huile bas.


ST3 : température d’huile élevée.
SF7 : filtre engorge.

Vous aimerez peut-être aussi