Vous êtes sur la page 1sur 110

Cours réseaux locaux

industriels
EXEMPLE1

2
Moteur1 Moteur1

convoyeur
Site 1 Site 2

1KM

Panel supervision Panel supervision


Moteur1 Moteur1

convoyeur
Site 1 Site 2

Câble torsadé

Panel supervision Panel supervision


Moteur1 Moteur1

convoyeur
Site 1 Site 2

Câble torsadé

Panel supervision Panel supervision


Moteur1 Moteur1

convoyeur
Site 1 Site 2

Liaison radio

Panel supervision Panel supervision


EXEMPLE2

7
Forage1 Forage2 Forage3 Forage4 Forage5

Station de collecte
d’eau

35Km

Station de
distrubition
Service
ocp maintenance khouribga

village2 village1
Forage1 Forage2 Forage3 Forage4 Forage5

Station de collecte
d’eau

35Km

Station de
distrubition
Service
ocp maintenance khouribga

village2 village1
Forage1 Forage2 Forage3 Forage4 Forage5

Station de collecte
d’eau

35Km

Station de
distrubition
Service
ocp maintenance khouribga

village2 village1
Forage1 Forage2 Forage3 Forage4 Forage5

Station de collecte
d’eau

35Km

Station de
distribution
Service
ocp maintenance Khouribga

village2 village1
Introduction aux réseaux locaux industriels

1.Réseaux locaux industriels - Pourquoi les utiliser ?

2.Critères à prendre en compte pour communiquer

3.Les principaux standards et concepts utilisés

4.Les produits d’interconnexion


C

5.Positionnement des principaux réseaux


B

12
Introduction aux réseaux locaux industriels

1.Réseaux locaux industriels - Pourquoi les utiliser ?

2.Critères à prendre en compte pour communiquer

3.Les principaux standards et concepts utilisés

4.Les produits d’interconnexion


C

5.Positionnement des principaux réseaux


B

13
Objectifs du cours

 Etre capable de comparer et positionner les principaux réseaux locaux


industriels du marché

 Connaître et comprendre la stratégie réseaux de la branche «Industrie»

 Elaborer et tester quelques réseaux locaux industriels

24/0
1/20
Notion des réseaux

 Une bonne définition du réseau est :


Un ensemble de matériels et logiciels permettant l’échange d’information
matériel= commutateurs, routeurs, supports,…
logiciels=IOS, algorithmes,…

 La notion d’information est la plus large possible :


bits, musique, image, données,voix, vidéo, graphiques, etc

 Même s’il existe de nombreux types de réseaux de télécom, ils opèrent de façon
similaire : chaque système est conçu pour échanger de l’information entre
usagers (personnes, ordinateurs, machines, etc.)
Historique des réseaux et réseaux industriels
 1865 : Télégraphe (S.B. Morse)
 1876 : Téléphone (Bell)
 1930 : Télévision (principes)
 1963 :Liaisons spécialisées bas débit
 1964 : Transmission de données sur RTC
 1969 : Internet
 1970 : Réseaux locaux
 1970 : 1er réseau industriel (connexion d ’entités de
contrôle/commande aux postes opérateurs réseau)
 1977 : Liaisons spécialisées 2.4kb/s à 2Mb/s
 1980 : connexion d ’automates réseau MODBUS
 1988 : RNIS (Réseau Numérique à Intégration de Services)
 Années 90s: Réseaux haut débit SDH, ATM, MPLS,…
 Aujourd'hui : tendance à un réseau industriel unifié autour du LAN
24/0
1/20
Caractérisation des réseaux
Les réseaux peuvent être caractérisés par :
1. leur étendue
2. leur topologie
3. le type de services fournis
4. leur mode de commutation.

24/0
1/20
Type des réseaux (selon l’étendue géographique)

 Réseaux locaux (LAN, Local Area Network) lorsque les stations peuvent
être séparées au plus de quelques kilomètres.
Exemple: réseau local industriel (voitures, systèmes de vidéosurveillance/alarmes,…)

 Réseaux métropolitains (MAN, Metropolitan Area Network) lorsque les


stations couvrent une ville.

 Réseaux étendus (WAN, Wide Area Network) lorsque la


distance entre stations atteint les centaines de kilomètres (au max.)
Exemple: réseau WAN industriel (sécurité de territoire, sécurité des voitures par GPS,…)

24/0
1/20
Type des réseaux (selon l’étendue géographique)

WAN
MAN
Résea
LAN Réseau
ux
Réseaux locaux x
Etend
Métrop
us
olitains

1m 10m 100m 1km 10km 100km

24/0
1/20
24/0
1/20
- qu’est-ce qu’un réseau local industriel ?

Données
numériques
1
Liaison série 0

Un réseau de communication industriels est un système permettant d’échanger des données


numériques par liaison série entre des équipements industriels de type : automate, ordinateurs,
capteurs, actionneurs.
Un réseau local industriel opère dans un environnement industriel de la taille d’un bâtiment.
21
Notion de réseau local industriel (RLI)
Un réseau local industriel, est un réseau local utilisé dans une usine ou tout système
de production pour connecter diverses machines afin d’assurer la commande, la
surveillance, la supervision, la conduite, la maintenance, le suivi de produit et la
gestion.
Rôle de RLI: Faire communiquer des équipements divers en fournissant des services
temps réel (durée de transmission limité dans le temps).
Exemple de système temps réel: communication voix
Notion de réseau local industriel (RLI)
Architecture globale d’un RLI: suit l’organisation fonctionnelle de l’entreprise

A chaque niveau d’abstraction, dans un


environnement industriel, correspond un réseau
permettant de relier ses différents éléments.
 Une passerelle est utilisée pour relier deux réseaux
sont hétérogènes.
On distingue donc trois types de réseaux :
1Réseau de terrain connectent les capteurs, les
actionneurs et tout matériel supportant des processus
d’application (capteur/actionneur, automates).
2Réseau d’atelier (ou de cellule) connectent, dans
une cellule ou un atelier, les dispositifs de commande
de robots, de machines-outils, de contrôle de la
qualité (PC, API).
3Réseau d’usine (ou de gestion) connectent, les
services de gestion, bureaux d’etudes ,…(PC)
Notion de réseau local industriel (RLI)
Echange d’informations sur RLI

Collecte d’information, traitement et transmission d’ordres aux actionneurs


Exemple de domaines d’application des RLI:

Le bus de terrain peut être utilisés pour divers besoins, la sécurité, le confort, l’assistance, l’aide à
la décision, la fonctionnalité, etc.,
 Le bâtiment :
1.pour des besoins de sécurité, les bâtiments possèdent des capteurs permettant de détecter la
fumée provenant d’un incendie. L’ordinateur relié aux capteurs analyse les informations provenant
des capteurs et envoie un ordre de fermeture à un mécanisme de commande des portes automatiques
pour cantonner l’incident et un ordre aux actionneurs de commande des vannes pour qu’elle
propulse le liquide afin d’éteindre l’incendie.
2.Pour des besoins de confort, les bâtiments climatisés possèdent des capteurs de température et
des arrivées d’air régulés dans chaque pièce, si la température d’une pièce venait à changer
l’automate envoie un ordre au mécanisme régulant l’arrivée d’air pour obtenir la température
voulue.
Exemple de domaines d’application des RLI:
 Voiture :
Pour satisfaire les exigences de plus en plus importantes du client en matière de sécurité et de
confort, l'industrie automobile a développé de nombreux systèmes électroniques tels que contrôle
électronique du moteur, l'air climatisé, la fermeture centralisée des portes, etc...
Avec le protocole CAN, les contrôleurs, capteurs et actionneurs communiquent entre eux sur deux
câbles à une vitesse pouvant aller jusqu'à 1 Mbits/s.
1Contrôle du moteur : L’architecture CAN a été utilisée pour la première fois dans une automobile
chez le constructeur Mercedes Benz qui reliait ainsi plusieurs capteurs entre eux (température
d’huile moteur, position du vilebrequin, détecteur de cliquetis, injection…).
2Eléments de confort : Le CAN utilisé dans une automobile permet de relier facilement plusieurs
modules de divertissement et de confort comme la radio, le GPS, le téléphone ou encore la
climatisation. Ces éléments peuvent également être interconnectés avec les modules de sécurité (par
exemple le déclenchement des Airbags - coussins gonflables - qui provoque un appel téléphonique
SOS envoyant ainsi aux secours via le GPS la position de l’automobile accidentée).
Les raisons d’utilisation des RLI:

1- Réduction des coûts d’installation

Sans réseau Avec réseau


L’utilisation de réseaux locaux industriels permet de réduire les coût d’installation
# en diminuant le temps de câblage

# en réduisant le volume des chemins de câble # en simplifiant l ’extension de


l’installation
27
Les raisons d’utilisation des RLI:
2- Diminution de la sensibilité aux perturbations électromagnétiques

Consigne de vitesse
Consigne de vitesse
numérique 0 - 32767
analogique 0-10V

Si perturbation, répétition
éventuelle du message,

La valeur reçue La valeur reçue


est perturbée n’est pas perturbée

Sans réseau Avec réseau


Les réseaux locaux industriels permettent de diminuer la sensibilité aux perturbations
électromagnétiques : lorsqu’un signal analogique est transmis directement entre 2 équipements, les
perturbations électromagnétiques induisent une erreur sur la valeur analogique transmise.
Avec l’utilisation d’un réseau, si la valeur numérisée est perturbée, une erreur de communication est
détectée et la valeur numérique est retransmise automatiquement sans que la valeur soit affectée

28
 Les raisons d’utilisation des RLI:

3- Répartition possible de l’intelligence

Adjonction Paramétrage
carte option pour d’actions
automatisme déporté reflex locales

Les réseaux locaux industriels permettent de répartir le traitement des informations dans
l’installation. Les automatismes deviennent ainsi modulaires.
Un module ou bloc fonction peut être utilisé dans différentes applications, ceci permettant
une réduction des coûts de développement et d ’installation

29
Les raisons d’utilisation des RLI:
4- Précision du diagnostic en cas de défaut

Défaut
Défaut Surcharge moteur
générique

Sans réseau Avec réseau

En câblage traditionnel lors d’un problème sur une installation, une information de défaut générique est signalée.
Le personnel de maintenance doit analyser sur le produit l’origine du défaut
30
Les raisons d’utilisation des RLI:
5- Remplacement d’équipements défectueux facilité

Module HS
Les réseaux locaux industriels permettent lorsqu’un équipement est défectueux de le remplacer par
un nouveau équipement en état de marche sans avoir à le configurer préalablement.
la configuration du produit pouvant être transférer automatiquement à partir de l’automate à la
reconnexion sur le réseau.

31
Importance des réseaux dans l’informatique industrielle
Le concept de la pyramide du CIM

Le Computer Integrated Manufacturing (CIM) est un concept


décrivant l'automatisation complète des processus de fabrication.
C’est-à-dire que tous les équipements de l'usine fonctionnent sous
le contrôle permanent des ordinateurs..

niveau 3 : la gestion des produits et des stocks,


la gestion des approvisionnements et la gestion des clients.

niveau 2 : la localisation des produits en stocks, les mouvements physiques et la


gestion des lots

niveau 1 : les automatismes

niveau 0 : les capteurs et actionneurs.


32
La pyramide du CIM : les réseaux

Le choix du réseau est différent selon les niveaux dans la pyramide:


 On prendra couramment Ethernet TCP/IP pour les niveaux 1 à 4.
 Pour le niveau 0, on est dans le domaine des Bus de Terrain Industriels qui offrent rapidité,
déterminisme et une très bonne tenue aux contraintes d’environnement.

Temps différé
Trames longues (Ethernet)

•Au niveaux supérieurs, on a de gros paquets de données


(fichiers) sans impératif de performance absolue.

Trames courtes Trames courtes Trames courtes

• Au niveau 0, transfert performant - peu


d’informations mais très rapidement

Temps réel
Il y a 2 exigences impératives vis à vis des réseaux industriels:

Sécurité de l’information : l’erreur peut être dangereuse...Déterminisme : faculté de transférer des données dans un temps donné.

33
La pyramide du CIM : les réseaux

Internet
TCP/IP

Réseau
Ethernet &
TCP/IP

Réseaux de terrain
CAN, FIP, DeviceNet,
Interbus,Profibus…

Exemple: Bus CAN utilisé dans les


voitures comme réseau de terrain
(entre capteur et actionneurs) pour
les système automobile automatisé:
ABS, vitesse automatique,…
34
La pyramide du CIM : les réseaux
Implémentation des protocoles TCP/IP

Ethernet TCP/IP s'est développé sur les architectures d'automatisme et est


devenu un réseau fédérateur à partir du niveau 2 du CIM.
Aujourd'hui, nous pouvons envisager la descente d'Ethernet TCP/IP sur le
bas des architectures d'automatisme (au niveau 1 dans un premier temps) afin
de répondre aux nouveaux besoins fonctionnels des composants
d'automatisme (Ex: système de surveillance avec caméras IP).
A la recherche d'une norme d'accès : TCP / IP

TCP / IP tous les niveaux en


horizontal, TCP/IP devient
la norme fédératrice.

35
Besoins et positionnement des principaux réseaux

Les besoins en communication industrielle

1 Mbits 1 Niveau 3
minute Système d ’information
Entreprise
1 kbits

1s
Niveau 2 Gestion de production
NOMBRE Atelier Supervision
D'INFORMATIONS
A TRANSMETTRE VITESSE
DE
REACTION Niveau 1
Le contrôle commande
NECESSAIR Machines
E

Niveau 0
1 bit 1 ms Capteurs Les constituants
Actionneurs

36
- pour communiquer...

A qui je m’adresse ?
Nombre d’interlocuteurs ?
Quand puis je parler ?
Monologue ou dialogue ?
Dois je transmettre
l ’information périodiquement ? Peut on me remplacer ?

Quelle distance ? Quel moyen utiliser ?

Taille maximum des messages ? Tu m’as bien entendu ?

Quelle langue utiliser ? Est ce urgent ?

Modèle OSI :
classification et ordonnancement

37
Les éléments mis en œuvre lors d ’une communication

Coupleur de Coupleur de
communication communication

Informations

Emission Médium Emission

Informations
Réception Réception

Emetteur / Récepteur Emetteur / Récepteur

Les informations sont des éléments physiques (lumière, son, image, tension
électrique etc…) auxquels un sens a été attrIbué.
Les techniques de transmission

Les informations peuvent être transmises sous forme analogique :


évolution continue de la valeur

Ou sous forme numérique :


évolution discontinue de la valeur (échantillonnage)

24/0
1/20
Les types de transmission
Transmission simplex : mono-directionnel

Transmission half duplex : bi-directionnel alterné

Transmission full duplex : bi-directionnel simultané


Les types de transmission

 Transmission série :
La liaison nécessite en général 3 fils : émission, réception et masse.
Les bits d ’un octet sont transmis les uns à la suite des autres.

 Transmission parallèle :
Les bits d ’un octet sont transmis simultanément.
Utilisé pour des courtes distances, chaque canal ayant tendance à
perturber ses voisins la qualité du signal se dégrade rapidement.
Les types de transmission série

 Transmission série synchrone :


Les informations sont transmises de façon continue.
Un signal de synchronisation est transmis en parallèle aux signaux de
données.

 Transmission série asynchrone :


Les informations peuvent être transmises de façon irrégulière, cependant
l ’intervalle de temps entre 2 bits est fixe.
Des bits de synchronisation (START, STOP) encadrent les informations
de données.

24/0
1/20
Les réseaux de communication industriels

Pour des raisons liées au coût et à la robustesse, la plupart des


réseaux de communication industriels utilisent :
une transmission numérique série asynchrone half-duplex.

24/0
1/20
- le modèle OSI de l ’ISO

 Modèle OSI : Open System Interconnection


Architecture à 7 couches

 ISO : International Standard Organization

 Décomposition en sous ensembles homogènes et ordonnés

44
- description du modèle OSI

PROFIL Standardisation des fonctions pour interchangeabilité

COUCHE
APPLICATION 7 Grammaire - Sémantique

COUCHE
PRESENTATION 6 Transcodage du format

SESSION
LAYER 5 Organisation et synchronisation des échanges
COUCHE
TRANSPORT 4 Contrôle de l ’acheminement de bout en bout
COUCHE
RESEAU
3 Routage des données

COUCHE
2
Contrôle de la liaison
LIAISON Gestion de l’accès au médium
COUCHE
1 Le hardware
PHISIQUE

45
- critères concernant les réseaux locaux
industriels
Interchangeabilité : fichiers EDS, GSD ?
PROFIL
Langage : Modbus,
COUCHE 7 Données de process : Client-serveur, producteur-consommateur
contenu, périodicité ?
APPLICATION Données de service : Variables accessibles, taille max ?

Accès au médium : maître-esclave, anneau à jeton, accès aléatoire ?


Adressage : adresse 1, 5, diffusion générale ?
COUCHE 2 Contrôle transmission : contrôle de parité, CRC, délimiteurs ?
LIAISON Gestion de flux : NACK, XON-XOFF, inhibit time ?
COUCHE 1 Médium : paire torsadée, câble coaxial, fibre optique par exemple
PHYSIQUE Topologie : bus, étoile, arbre, maillée ?
Nombre max. d’équipements : 2, 31, 64, 128 ?
Distance max. d’équipements : 100m, 1 Km, 15 km ?

46
Introduction aux réseaux locaux industriels

1.Réseaux locaux industriels - Pourquoi les utiliser ?

2.Critères à prendre en compte pour communiquer

3.Les principaux standards et concepts utilisés

4.Les produits d’interconnexion


C

5.Positionnement des principaux réseaux


B

47
COUCHE 1 : PHYSIQUE

Les principaux supports utilisés

Quelques standards paires torsadées : RS232, RS422, RS485

Les différentes topologies

48
Couche 1
physique - les principaux supports utilisés

 Le choix du support de transmission ou MEDIUMS influent sur :


 vitesse
 distance
 immunité électromagnétique

 Médiums les plus utilisés :


Faible
 paire(s) de fils torsadées
blindées
Coût
 câble coaxial

 fibre optique :

Elevé

49
Couche 1
- quelques standards paires torsadées
physique

 RS232 :
 Liaison point à point par connecteur SUB-D 25 ou SUB-D 9
 Distance < 15 mètres, débit < 20 kbits/sec.

 RS422 :
 Bus multipoints full duplex (bi directionnel simultané) sur 4 fils.
 Bonne immunité aux parasites, distance maxi 1000 mètres à 100
kbits/sec.
 2 fils en émission, 2 fils en réception

 RS485 :
 Bus multipoints half duplex (bi directionnel alterné) sur 2 fils.
 Mêmes caractéristiques électriques que RS422A mais sur 2 fils.

50
- les différentes topologies
Couche 1
physique
POINT A POINT ANNEAU

Exemple : Liaison Exemple : Utilisé


PC-Prise console automate par Interbus

ETOILE MAILLEE
Exemple :
Exemple : Connexions Réseau Internet par
PCs Ethernet sur HUB l’intermédiaire de
routeurs

Dérivation Chaînage
BUS ARBRE
Exemple :
Réseau Intranet par
l’intermédiaire de
Exemple : CANopen, hubs et switchs
DeviceNet, Profibus-DP,
FIPIO, Modbus RS485
Résistances
fin de ligne

51
COUCHE 2 : LIAISON

Les principaux mécanisme d’accès au médium


Maître - Esclave
Anneau à jeton ou Token-Ring
Accès aléatoire

L’adressage

Contrôle de la qualité de transmission


Contrôle de parité au niveau caractère
Contrôle de validité de message par mot de contrôle
Contrôle format de message par délimiteurs

La gestion de flux Transparent pour


l’utilisateur à l’exception
de l’adressage

52
Couche 2
- l’accès au médium
liaison

Quand puis je parler ?

Quand le maître me
donne la parole
Maître-Esclave

Anneau à jeton = Token Ring

A tour de rôle Accès aléatoire

Dès que personne Collision destructive : CSMA-CD


ne parle Collision non destructive : CSMA-CA

53
- le système Maître - Esclave
Couche 2
liaison
 Le maître accorde l’accès au médium
 L’esclave accède au médium après sollicitation du maître
Polling
Quelque chose à dire ?

Rien à déclarer !
Maître Réponse Esclave
Utilisé par Asi, FIPIO, Modbus, Profibus-DP et Uni-Telway

Possible sur CANopen et DeviceNet (par configuration)

54
- anneau à jeton = Token-Ring
Couche 2
liaison
 Anneau : les membres d’un anneau ont l’autorisation
d’émettre lors de la réception du jeton.
 Jeton : groupe de bits passé de nœud en nœud dans l’ordre
croissant des adresses.

Adresse 2

Adresse 1 Adresse 3

Adresse 4

Utilisé par Modbus Plus

55
Couche 2
- accès aléatoire
liaison

 Emission possible dès qu ’un silence est détecté.

 Chaque équipement « écoute » en même temps qu’il émet.

 Si ce qui est reçu est différent de ce qui est émis, il y a collision

 2 types de collision :

destructives
non destructives

56
- l’adressage
Couche 2
liaison
A qui je m’adresse ?

Interface Advantys FTB

x10 x1
Lucie

Fabien
Adresse 77

Un groupe

57
- exemple d’adressage
Couche 2
liaison

Exemple avec trame Modbus

SOF Adresse Fonction Data Checksum EOF

Adresse = 77

Si message destiné à l ’ensemble des produits : Diffusion générale ou


Broadcasting

Utilisation de valeurs d ’adresses réservées : 0, 255.


Non configurables sur les produits

58
- contrôle de la qualité de transmission
Couche 2
liaison

Poste de soudure
Tu m’as bien entendu ?

Bien compris !

Contrôle de parité niveau caractère


Je n’ai pas Vérification validité du message
entendu la fin par mot de contrôle
de la phrase Contrôle format message par délimiteurs

59
- contrôle de parité au niveau caractère
Couche 2
liaison

Exemple avec trame Modbus

SOF Adresse Fonction Data Mot de contrôle EOF


Adresse

Start Bit 7 Bit 6 Bit 5 Bit 4 Bit 3 Bit 2 Bit 1 Bit 0 Parité Start

Adresse = 77 comprend 4 bits à 1

Parité
Parité paire
impaire 1 0 1 0 0 1 1 0 1 1
0
Parité 1

Nombreimpair
Nombre pair de
debits
bitsàà11

60
- contrôle de validité du message par mot de
Couche 2
liaison
contrôle

Exemple avec trame Modbus

SOF Adresse Fonction Data Mot de contrôle EOF

Champ contenant une valeur calculée à partir d’un bloc de


bits et permettant de réaliser un test de validité sur
l’ensemble d’un message.

Exemples : Checksum
CRC = Cyclic Redundancy Check
LRC = Longitudinal Redundancy Check

61
- contrôle format de message par délimiteurs
Couche 2
liaison

Exemple avec trame Modbus

SOF Adresse Fonction Data Checksum EOF

Informations standardisées insérées dans chaque message


pour délimiter différents champs : début, fin, etc…

Contrôles supplémentaires
de la qualité de la transmission

62
COUCHE 7 : APPLICATION

Couche 7
Messagerie
application
Le système Client-Serveur

Le système Producteur-Consommateur

Les types de données


Données de process
Données de service
Les types de traffic
Echanges cycliques
Echanges acycliques

63
- messagerie
Couche 7
application
Quelle langue utiliser ?

Systèmes de messagerie :
Le français ?
Modbus
Messagerie :
UNI-TE
Client - Serveur
FMS
L’anglais ?

L’italien ?

64
Couche 7
- le système Client - Serveur
application

Le CLIENT est une entité demandant un service


Le SERVEUR est l’entité qui répond à une demande d ’un client
Requête
Requête
APeux
quelle vitesse
tu passer
Pouvez vous apporter
leenmoteur
marchetourne t’il? ?
arrière
l ’addition ?

Tout de suite Madame !

1000
C ’est
tour/mn
fait !
Réponse
Client(e) Réponse Serveur

Utilisé par Modbus, UNI-TE, FMS...

65
Couche 7
- le système Producteur - Consommateur
application

Le PRODUCTEUR est une entité (unique) qui fournit une information


Le CONSOMMATEUR est une entité qui l’utilise (plusieurs entités peuvent
utiliser la même information).
Et si j’allais
au cinéma...
J’ajuste ma vitesse
à 1200 tr/mn
Vitesse
Il est =13h51mn
1200 tr/mn J’affiche
C’est l’heure
dela vitesse
mon match...

Consommateur 1
Producteur Consommateur 1

Consommateur 2

Utilisé par CANopen et DeviceNet

66
- les types de données
Couche 7
application

Données de process Données de service

Contrôle - Commande Configuration - Réglage - Diagnostic

Faible volume de données Volume de données important

Rafraîchies rapidement de façon Transmises au démarrage


périodique ou sur changement d’état ou en cas de problème
Sans contrainte de temps

67
Introduction aux réseaux locaux industriels

1.Réseaux locaux industriels - Pourquoi les utiliser ?

2.Critères à prendre en compte pour communiquer

3.Les principaux standards et concepts utilisés

4.Les produits d’interconnexion


C

5.Positionnement des principaux réseaux


B

68
- pour améliorer ou adapter les
caractéristiques d’un réseau

Répéteur = Repeater
Longueur - Nombre équipements
Couche 1
physique Concentrateur = hub
Convertisseur = transceiver Adaptation support physique

Couche 2 Switch Longueur - Nombre équipements - Collisions


liaison
Pont = Bridge Adaptation couches basses

Couche 3
réseau Routeur = Router Connexion entre réseaux de même type

Couche 7
application
Passerelle = Gateway Connexion entre réseaux de type différents

69
- répéteur = repeater

Répéteur = Repeater
Augmentation longueur et nombre d’équipements
1 raccordables par ajout d’un nouveau segment
1
Amplificateur de signal
Segment 1 Segment 2

Exemple :
Répéteur ASi
Rérérence : XZMA1
Connexion sur câble plat par prise vampire

70
- concentrateur = Hub

Concentrateur = Hub
Augmentation longueur et nombre d’équipements par ajout
de plusieurs segments. 1 équipement par segment.
1 1 1 1
Topologie en étoile.
Il amplifie un signal reçu sur un port vers tous les autres ports

Exemple :
Hub Ethernet 10 Mbits/s - 4 ports RJ45
Rérérence : 499NEH10410
4 x 10baseT

71
- convertisseur = transceiver

Convertisseur = Transceiver
Adaptation de supports physiques de nature
différente.
1 1
Convertisseur de signaux.
Segment 1 Segment 2

Exemple :
Transceiver Ethernet 100 Mbits/s paires torsadées - fibre optique
Rérérence : 499NTR10100
Conversion 100baseTX (RJ45) - 100baseFX (SC)

72
- switch

Switch
Augmentation longueur et nombre d’équipements par ajout
de plusieurs segments.
2 2 2 2
Topologie en étoile.
1 1 1 1
Sur réception d ’un message, analyse l’adresse du destinataire
et transmet sur le port correspondant.

Exemple :
Swith Ethernet 10/100 Mbits/s 8 ports
Rérérence : 499NES18100
8 x 10baseT / 100baseTX (RJ45)

73
- pont = bridge

Pont = Bridge

2 2 Permet de relier 2 réseaux utilisant la même couche


1 1 application mais des couches basses différentes

Réseau 1 Réseau 2

Exemple :
Bridge Ethernet TCP-IP Modbus / Modbus liaison série
Rérérence : 174CEV30010
Interface Ethernet : 1 x 10baseT = RJ45
Interface Modbus : RS232 ou RS485 sur RJ45 ou bornes à vis

74
- routeur = router

Routeur = Router

3 3 Permet de router des informations entre réseaux


utilisant la même couche application
2 2
Principalement utilisé par Internet par l’intermédiaire
1 1 d’adresses IP

Réseau 1 Réseau 2

Exemple :
Routeur Ethernet d’Allied Data

75
- passerelle = Gateway
Passerelle = Gateway

7 7 Permet de relier 2 réseaux de nature complètement


différente
2 2
Nécessite une configuration logicielle
1 1
Réseau 1 Réseau 2

Exemple :
Passerelle Profibus-DP - Modbus liaison série
Rérérence : LUFP7
Interface Profibus-DP (esclave) : Sub-D 9 points
Interface Modbus (maître) : RS485 sur RJ45

76
Introduction aux réseaux locaux industriels

1.Réseaux locaux industriels - Pourquoi les utiliser ?

2.Critères à prendre en compte pour communiquer

3.Les principaux standards et concepts utilisés

4.Les produits d’interconnexion


C

5.Positionnement des principaux réseaux


B

77
- réseaux du marché

Classification des réseaux locaux

Positionnement des principaux réseaux du marché

Comparatif caractéristiques principales

78
- classification des réseaux locaux

1 Mbits 1 Niveau 3 Système d’information


minute Entreprise
Data bus PC - Serveurs
Fichiers en N x secondes
1 kbits
Niveau 2 Gestion de production
1s Atelier Supervision
VOLUME
Field bus Automates - IHM
N x 10 mots en N x 100ms
D'INFORMATIONS
A TRANSMETTRE TEMPS
DE Niveau 1 Le contrôle commande
REPONSE Machine
NECESSAIRE Variateurs de vitesse
N x mots en N x 10ms Device bus Ilots d ’automatismes

Niveau 0
Constituants Détection réaction
1 bit 1 ms
Capteurs actionneurs digitaux
N x bits en N x ms Sensor bus

79
Field bus

Sensor bus
Device bus
Data bus

ASi
Seriplex

Modbus LS

CANopen
Interbus
DeviceNet

FIPIO
Profibus-DP

FIPWAY
Profibus-FMS

Modbus Plus
- positionnement des principaux réseaux

Ethernet
80
- core networks Schneider Electric

Data bus

Field bus
Ethernet TCP-IP
Modbus
Device bus CANopen
Modbus RS485

Bus interne ilot


d’automatisme

ASi
Sensor bus

81
ASi

ASi

Historique
ASi et le modèle ISO
La couche physique
La couche liaison
La couche application
Les profils
Points forts- points faibles
24/01/2021
ASi

Historique
 1990 :
11 sociétés et 2 universités majoritairement allemandes créent le consortium
ASi afin de définir une interface « low cost » pour raccorder des capteurs et
actionneurs
 1992 :
Premiers chips disponibles
Création de l ’association ASi internationale : http://www.as-interface.net/
basée en Allemagne. Schneider entre dans l ’association.
 1995 :
Création d ’associations nationales de promotion (France, Pays Bas, UK)
 2001 :
Spécifications ASi V2 : 62 esclaves, support de produits analogiques,
diagnostic amélioré.
Intégration de produits de sécurité : « Safety at work »

24/01/2021
ASi

ASi et le modèle ISO


Interfaces E/S
3 couches utilisées + E/S TOR Capteurs TOR Départ moteurs analogiques
génériques etc...
des profils

7 APPLICATION Client / Serveur via requêtes

6 PRESENTATION VIDE

5 SESSION VIDE

4 TRANSPORT VIDE

3 RESEAU VIDE

2 LIAISON = LLC + MAC Maître / esclave

Alimentation et communication
1 PHYSIQUE
sur le même support

24/01/2021
ASi

La couche physique

Medium : Câble plat jaune 2 fils avec détrompage


Possibilité utilisation câble rond non blindé

Topologie : Libre
Pas de fin de lignes

Distance maximum : 100 m sans répéteur


500 m avec répéteurs
(2 répéteurs max entre le maître et l ’esclave le plus éloigné)

Débit : 167 Kbits/s


1 transaction (data exchange) dure 150 micro-sec.
Temps de cycle = 5 ms pour 31 esclaves
10 ms pour 62 esclaves

Nbre max équipements : ASi V1 : 1 maître + 31 esclaves


ASi V2 : 1 maître + 62 esclaves A/B
24/01/2021
ASi

Les types de raccordement


4 types de raccordement définis dans la charte ASi Schneider

IP20 IP65
Connecteur débrochable
Prise vampire
jaune 2 points

ASI+

ASI-

Bornier à vis
ou à ressort Prise M12 (mâle sur produit)

4 3
5
1
AS AS 2
I+ I-

24/01/2021
ASi
Alimentation
double Asi-24 V

Quantum

Premium
Bus ASi (câble jaune)
Micro
Répartiteur passif

Alimentation 24 V (câble noir)


SEGMENT 1

Répartiteur actif
Répéteur

Conversion
câble plat - câble rond

Alimentation ASi

SEGMENT 2 Exemple d ’architecture



Boîte
à boutons Départ-moteur coffret

24/01/2021
ASi

La couche liaison

Méthode d ’accès au médium : Maître / Esclave

Taille maxi des données utiles : 4 bits de sorties pour une requête
(3 bits pour en ASi V2 pour les esclaves A/B)
4 bits d ’entrées pour une réponse

Sécurité de transmission : Nombreux contrôles aux niveaux


bits et trames
Délimiteur start bit, alternance des pulses,
longueur pause entre 2 bits,
parité en fin de trame, délimiteur end bit,
longueur de la trame

24/01/2021
ASi

Les profils

Pour garantir l ’interchangeabilité des produits, chaque esclave ASi est


identifié et défini par un profil figé gravé dans le silicium (Read only).

Le profil des esclaves ASi V1 est défini par 2 digits hexa-décimaux.

Le profil des esclaves ASi V2 est défini par 4 digits hexa-décimaux.

24/01/2021
ASi

Points forts - points faibles

Points forts Points faibles

 Temps de cycle rapide et déterministe  Quelques bits échangés

 Facilité de câblage  Nombre d ’esclaves maximum

 Simplicité d ’utilisation car très bien  Longueur du bus : 100 m


intégré dans PL7

 Evolution de l ’architecture aisée

24/01/2021
CANopen

CANopen

Historique
CANopen et le modèle ISO
La couche physique
La couche liaison
La couche application
Les profils
Points forts- points faibles
24/01/2021
CANopen

CANopen et le modèle ISO


Device Profile Device Profile Device Profile Device Profile
CiA DSP-401 CiA DSP-402 CiA DSP-404 CiA DSP-4xx
I/O modules Drives Measuring devices
CANopen s ’appuie sur CAL

CiA DS-301 = Communication profile


7 APPLICATION
CAL= CAN Application Layer

6 PRESENTATION VIDE

5 SESSION VIDE

4 TRANSPORT VIDE

3 RESEAU VIDE

2 LIAISON = LLC + MAC CAN 2.0 A et B + ISO 11898

CAN 2.0 A et B = ISO 11898-1 et 2


1 PHYSIQUE
ISO 11898 + DS-102

24/01/2021
CANopen

La couche physique

Medium : Paire torsadée blindée


2 ou 4 fils (si alimentation)

Topologie : Type bus


Avec dérivations courtes et résistance fin de ligne 120 ohms

Distance maximum : 1000 m

Débit : 9 débits possibles de 1Mbits/s à 10 Kbit/s


Fonction de la longueur du bus et de la nature du
câble : 25 m à 1 Mbits/s, 1000 m à 10Kbits/s
:
Nbre max équipements : 128
1 maître et 127 esclaves

24/01/2021
CANopen
Exemple d ’architecture
Premium

TEGO POWER TEGO POWER


ATV58 ATV58

Résistance
fin de ligne

Résistance
fin de ligne (120 )

FTB1CN FTB1CN

Résistance
fin de ligne

24/01/2021
CANopen

Points forts - points faibles

Points forts Points faibles

 Coût du point de connexion  Longueur du bus à 1 Mbit/s = 25 m

 Grand choix de drivers  Niveau d ’intégration dans PL7


Niveau d’integration dans Unity
 Robustesse dans environnement  Offre Schneider actuelle
perturbés

 Non déterministe
 Protocole ouvert

24/01/2021
Ethernet TCP/IP Modbus

Ethernet TCP/IP Modbus


Historique
Ethernet TCP/IP Modbus et le modèle ISO
La couche physique
La couche liaison
La couche application
Les profils
Points forts - points faibles
24/01/2021
Ethernet TCP/IP Modbus

Ethernet TCP/IP Modbus et le modèle OSI

Ethernet ne couvre que les 2 premières couches du modèle OSI

BootP
7 APPLICATION Modbus HTTP FTP
DHCP
---
7

6 PRESENTATION VIDE
6 PRESENTATION VIDE

5 SESSION VIDE
5 SESSION VIDE

4 TRANSPORT TCP
VIDE
4 TRANSPORT VIDE

3 NETWORK IP
VIDE
3 RESEAU VIDE

2 LINK = LLC + MAC CSMA/CD


2 LIAISON = LLC + MAC CAN 2.0 A et B + ISO 11898

1 PHYSICAL Ethernet
CAN 2.0 A et B =V2 ou11898-1
ISO 802.3 et 2

24/01/2021
Ethernet TCP/IP Modbus

Supports de transmission

Ethernet est disponible sur trois types de médium :

Nom Description Débit Long. Nbre max


maxi stations/segment

Câble 10 base 5 Thick Ethernet 10 Mb/s 500 m 100


coaxial 10 base 2 Thin Ethernet 10 Mb/s 185 m 30

Paire 10 base T Twisted pair 10 Mb/s 100 m 1024


torsadée
blindée 100 base TX Twisted pair 100 Mb/s 100 m ???
cat. 5

Fibre 10 base F 2 fibres 10 Mb/s 2000 m 1024


optique 100 base FX 2 fibres 100 Mb/s 2000 m ???

24/01/2021
Ethernet TCP/IP Modbus

Exemple d ’architecture
Anneau optique redondant 200 M bits/s Full-duplex

Switch Switch Switch


Premium

Transceiver

Fibre optique

Quantum
Hub Transceiver
Boucle optique

Hub

Quantum Momentum Magelis Momentum Altivar 58 Altistart 48 Altivar 38 Momentum Altivar 58

24/01/2021
Ethernet TCP/IP Modbus

Points forts - points faibles

Points forts Points faibles

 Ouverture vers clients standards  Accessoires raccordement chers

 Offre Schneider  Pas de possibilité raccordement


produits de sécurité

 Niveau d ’intégration dans PL7


 Cout d ’intégration

24/01/2021
Profibus-DP

Profibus-DP

Historique
Profibus-DP le modèle ISO
La couche physique
La couche liaison
La couche application
Les profils
Points forts- points faibles
24/01/2021
Profibus-DP

Les 3 versions de Profibus

ProfiNet

Profibus-PA

Profibus-DP

24/01/2021
Profibus-DP

La couche physique

Topologie : Bus avec terminaisons de ligne actives

Distance maximum : Dépend du medium et du débit


Minimum : 100 m à 12 Mbits/s sans répéteur
Maximum : 4800 m à 9.6 kbits/s avec 3 repeteurs

Débit : 9,6 Kbits/s à 12 Mbits/s

Nbre maxi. Stations : 32 sans répéteurs


124 avec 3 repeaters

24/01/2021
Profibus-DP

Points forts - points faibles

Points forts Points faibles

 Nombre d ’équipements connectés  Faible distance à haut débit


dans le monde
 Système PKW ne permet d ’atteindre
qu ’un seul paramètre à la fois
 Facilité d ’utilisation des variables
périodiques et apériodiques  Nécessité d ’utiliser un configurateur
externe : Sycon

 Facilité d ’intégration (fichier GSD)  Déconnexion des produits en fin de


ligne peut perturber tous le bus.

 Diagnostic

24/01/2021
Tableau comparatif des différents réseaux

Comparaison au niveau physique

Ethernet
ASi CANopen DeviceNet Profibus-DP FIPIO Interbus Modbus
TCP/IP Modbus

Câble plat jaune Cable coaxial:


10 base 2 - 10 base 5
Câble rond non Double paires Paire torsadée Paire torsadée Double paires
Paire torsadée Paire torsadée blindée: Paire torsadée
Médium blindé
blindée
torsadées 10 base T - 10 base TX
blindée blindée torsadées
blindée
Câble rond blindées Fibre optique Fibre optique Fibre optique blindées
blindé 10 base F - 10 base FX

Suivant débit : 1000 m en paire


Suivant débit : Suivant débit :
Distance maxi 25 m à 1 Mbits/s Paire torsadée 100m torsadée
100 m 100m à 500 Kbits/s 100m à 12 Mbits/s 400 m 1300 m
sans répéteur 1 km à 10 500m à 125 Kbits/s Fibre optique 2000m 1,2km à 10 Kbits/s 3000 m en fibre
Kbits/s optique

Distance maxi Fonction du type Fonction du type 400 à 4800 m Fonction du type
300 m 10km fibre optique 15 km 12,8 km
avec répéteurs de répéteur de répéteur suivant débit de répéteur

9 débits possibles
125, 250 ou 500 9,6 Kbits/s à 1 jusqu'à 19200
Débit 166 Kbits/s de 10 Kbits/s à 1
Kbits/s
10/100Mbits/s
Mbits/s
1 Mbits/s 500 Kbits/s
bits/s
Mbits/s

Mono ou
ASi V1 : 1 maître
128 64 64 Multi-maîtres 32
Nombre maxi + 31 escl. 1 gestionnaire+
1 maître et 127 1 maître et 63 I/O scanning et 126 512 1 maître et 31
d'équipements ASi V2 : 1 maître esclaves esclaves Modbus équipements
126 équipements
esclaves
+ 62 escl.
maxi

24/01/2021
Tableau comparatif des différents réseaux

Comparaison au niveau liaison et application

Ethernet
ASi CANopen DeviceNet TCP/IP Profibus-DP FIPIO Interbus Modbus
Modbus
Méthode Maître
Maître Token ring Gestionnaire de Maître
d'accès au Esclaves
CSMA/CA CSMA/CA CSMA/CD
et maître/esclave bus
Esclaves
Esclaves
médium Trame unique

E/S cycliques :
I/O messages E/S cycliques :
ASi V1 : E/S cycliques : PDO 8 octets E I/O scanning
E/S cycliques : E/S cycliques : E/S cycliques :
Cycliques: 4 bits E 8 octets E 8 octets S 125 mots E
4 bits S 8 octets S ou >8 si PZD 32 mots E 256 mots E/S
Type et taille 125 mots S Variables
Acycliques: 4 bits P fragmentation 244 mots E 32 mots S
acycliques
des données Acycliques : SDO
Acycliques :
244 mots S Acycliques :
1920 bits
ASi V2 : Param./réglage Acycliques : Acycliques : 256 mots par
échangées Cycliques: 4 bits E >8 octets par Explicit messages Param./réglage 120 mots
PKW = 1 mot Param.= 30 mots fragmentation
3 bits S fractionnement Param./réglage par messagerie
Acycliques: 3 bits P des informations >8 octets par
à la fois Régla. = 30 mots
asynchrone
fractionnement 507mots
des informations

24/01/2021
Aperçu de l ’offre de communication IA

Automates

Ethernet
Profibus-
ASi CANopen DeviceNet TCP/IP FIPIO Interbus Modbus
DP
Modbus

Zelio Esclave

Maître ou
Twido Maître V2 2004
esclave

Oui Maître ou
Micro Maître V1 Oui
Agent esclave

Maître V1 Oui Maître ou


Premium Oui Oui Oui Oui
Maître V2 Gestionnaire esclave
Oui
Maître ou
Quantum Maître V1 A venir coupleur Oui Oui Oui
esclave
tiers

24/01/2021
Aperçu de l ’offre de communication IA

Contrôle industriel
Ethernet
Profibus-
ASi CANopen DeviceNet TCP/IP FIPIO Interbus Modbus
DP
Modbus
Commande LEXIUM
mouvement MHDA
Oui Oui Oui
TEGO
Départs Quickfit
Oui Oui Oui Oui Oui Oui
moteurs
Tesys U Oui Via passerelle Via passerelle Via passerelle Oui
IP20 et IP 67
ASI
Oui
IP20
Momentum
Oui Oui Oui Oui Oui
E/S déportées
Advantys
IP20
Oui Oui Oui Oui Oui
Advantys
IP67
Oui Oui Oui Oui
XBT-H
XBT-P Via passerelle Oui
HMI XBT-E
XBT-F Via passerelle Oui Oui Oui
ATS46 Via passerelle Via passerelle Via passerelle Oui
ATV28 Oui
Variateurs
ATV58 Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui Oui
ATV68 Oui Oui Oui

24/01/2021
La fonction communication traitée par PL7

Les étapes de mise en œuvre

Câblage de l ’installation
Sur l ’installation

Configuration des esclaves : Par switchs, commutateur rotatif, ou console.


Certains produits détectent automatiquement la
Adresse, vitesse de communication... vitesse et le format de communication

Déclaration du coupleur maître


PL7 est le logiciel de programmation
Avec PL7 et configurateur

dans l ’automate
des automates Micro et Premium

Avec PL7 pour Avec SycCon Avec CMD Tool


Configuration du coupleur maître ASi, Ethernet, pour CANopen,
FIPIO et Modbus et Profibus pour Interbus

Sauvegarde et transfert de la
configuration dans l ’automate

24/01/2021
La fonction communication traitée par PL7

Les étapes de mise en œuvre

Vérification du fonctionnement de la
communication par écran de mise au point
Avec PL7

Développement programme applicatif

Test du programme

24/01/2021

Vous aimerez peut-être aussi