Vous êtes sur la page 1sur 17

Chapitre 2

Communication sur un réseau

Introduction
De plus en plus, ce sont les réseaux qui nous relient. Les personnes communiquent en ligne depuis
n’importe où. Une technologie efficace et fiable permet au réseau d’être disponible n’importe quand et
n’importe où. Alors que notre réseau humain continue de s’étendre, la plateforme qui relie ce réseau et
le prend en charge doit également se développer.

Dans ce cours, l’accent sera mis sur la plateforme qui nous permet de communiquer de manière rapide,
fiable, sûre et économique.

Objectifs
• expliquer les avantages que présente l’utilisation d’un modèle en couches pour décrire une
fonctionnalité réseau.

• décrire le rôle de chaque couche dans deux modèles de réseau reconnus : le modèle TCP/IP et le
modèle OSI.

• expliquer les avantages que présente l’utilisation d’un modèle en couches pour décrire une
fonctionnalité réseau.

• décrire le rôle de chaque couche dans deux modèles de réseau reconnus : le modèle TCP/IP et le
modèle OSI.

2.1 La plateforme pour la communication

2.1.1 Les éléments de communication


La communication démarre avec un message, qui doit être envoyé d’un individu ou d’un périphérique à
un autre. Les personnes échangent des idées par de nombreuses méthodes de communication
différentes. Toutes ces méthodes ont en commun trois éléments. Le premier de ces éléments est la
source du message, ou l’expéditeur. Les sources d’un message sont les personnes, ou les périphériques
électroniques, qui doivent envoyer un message à d’autres individus ou périphériques. Le deuxième
élément de communication est la destination ou le destinataire du message. La destination reçoit le
message et l’interprète. Un troisième élément, appelé canal, est constitué par le support qui fournit la
voie par laquelle le message peut se déplacer depuis la source vers la destination (voir figure 1).

1
Figure 1 : Les éléments de communication

2.1.2Communication des messages


En théorie, une communication pourrait être transmise à travers un réseau depuis une source vers une
destination sous forme d’un flux continu et volumineux de bits.

Ce qui implique :

 Un encombrement de la bande passante et aucun autre périphérique ne serait en mesure


d’envoyer ou de recevoir des messages au cours de ce temps.
 Un retard de transmission.
 En outre, si la transmission échoue, tout le message doit être retransmis.

En pratique, il existe une meilleure approche, qui consiste à diviser les données en petits blocs.

Cette division présente deux avantages principaux (voir figure 2) :

1. De nombreuses conversations différentes peuvent s’entremêler sur le réseau (le multiplexage).


2. La segmentation peut augmenter la fiabilité des communications réseau. Les différentes parties
de chaque message n’ont pas besoin de parcourir le même chemin. Si un chemin particulier
devient encombré ou défaillant, les blocs du message peuvent être adressés à la destination via
un autre chemin.
Si une partie du message ne parvient pas à sa destination, seules les parties manquantes doivent
être transmises à nouveau.

Figure 2 : segmentation et multiplexage


Exemple de segmentation :

2
Si nous avons une lettre de 100 pages à envoyer en paquets de 1 page chacun. Nous aurons donc à
préparer 100 enveloppes sur lesquels nous mettons l‘adresse du destinataire ainsi que l’adresse source.
Les enveloppes peuvent parcourir des chemins différents. Le destinataire va recevoir et ouvrir 100
enveloppes. Pour les rassembler, les lettres doivent être numérotées. De même pour les segments, qui
doivent être étiquetés (voir figure 3).
Exemple de multiplexage :
Le facteur ne distribue pas que les enveloppes de cette lettre mais peut avoir d’autres lettres à
distribuer.

Figure 3 : étiquetage des segments

2.1.3 Composants du réseau


Les composants du réseau sont :

 Périphériques,
 Supports,
 Services et processus.

Nous savons déjà que les périphériques et les supports représentent les composants physiques du
réseau.

Les services constituent le programme de communication appelés logiciels, qui sont exécutés sur les
périphériques réseau.

Exemple : service d’hébergement de messagerie, service d’hébergement Web, …

Les processus fournissent les fonctionnalités qui dirigent et déplacent les messages à travers le réseau.

2.1.4 Périphérique finaux et leur rôle sur le réseau


Les périphériques finaux forment l’interface entre le réseau humain et le réseau de communication.

Exemple :

3
 PC.
 PC portable.
 Imprimente réseau.
 Téléphone VoIP.
 Caméra de surveillance.

Dans le réseau, les périphériques finaux sont appelés hôtes. Un périphérique hôte constitue soit la
source soit la destination d’un message.

Pour qu’il soit possible de distinguer entre les hôtes, chaque hôte situé sur un réseau est identifié par
une adresse. Dans les réseaux modernes, un hôte peut agir comme un client, un serveur, ou les deux. Le
logiciel installé sur l’hôte détermine son rôle sur le réseau.

Les serveurs sont des hôtes qui possèdent un logiciel installé leur permettant de fournir des
informations et des services (ex : courriel ou page Web) à d’autres hôtes sur le réseau.

Les clients sont des hôtes qui possèdent des logiciels installés leur permettant d’afficher les informations
obtenues à partir du serveur.

2.1.5 Périphériques intermédiaires et leur rôle sur le réseau


Les périphériques intermédiaires fournissent la connectivité et travaillent en arrière plan afin de garder
le flux de données à travers le réseau.

Ces périphériques connectent soit les hôtes individuels au réseau, soit plusieurs réseaux afin de former
des interréseaux.

Parmi ces périphériques :

 Périphériques d’accès au réseau (concentrateurs, commutateurs, points d’accès sans fil).


 Périphériques interréseau (routeurs).
 Périphériques de sécurité (pare feu).

Les processus qui s’exécutent sur les périphériques intermédiaires remplissent ces fonctions :

 Régénérer et retransmettre des signaux de données.


 Gérer les informations indiquant les chemins.
 Indiquer aux autres périphériques les erreurs et les échecs de communication.
 Diriger les données vers d’autres chemins en cas d’échec de liaison.
 Classifier et diriger des messages en fonction des priorités.
 Autoriser ou refuser le flux de données selon des paramètres de sécurité.

2.1.6 Supports réseau


 Fil de cuivre.
 Fibre optique de verre ou de plastique.
 Transmission sans fil.

4
Le codage du signal qui doit se produire afin de transmettre le message diffère selon le type de support.

Sur les fils métalliques les données sont codées en impulsions électriques.

Sue les fibres optiques les données sont codées en impulsions de lumière dans des plages de lumière
infrarouges ou visibles.

Dans la transmission sans fil, des modèles d’ondes électromagnétiques illustrent les différentes valeurs
de bits.

Tous les supports réseau ne possèdent pas les mêmes caractéristiques et ne conviennent pas pour le
même objectif (voir tableau 1).

Paires torsadées Câble coaxial Fibre optique Sans fil


Sensible aux protection aux Insensible aux Sensible aux interférences
interférences interférences interférences électromagnétiques
électromagnétiques électromagnétiques électromagnétiques
satisfaisante
Pas chère Pas chère Trop chère Modérément chère
Débit de 10 à 100 MB/s Débit 100MB/s si distance Peut atteindre 160 Débit >11 Mb/s
avec une longueur de <1Km Gbit/s sur une
100 mètres Sur plusieurs centaines de liaison en fibre
kilomètres les vitesses optique de
sont de l’ordre de 4 000 Km
100kbits/s
Amplification après Amplification chaque 2 ou Pas d’amplification Amplification
plusieurs dizaines de 9 kilomètres généralement après une
kilomètres vingtaine ou une
cinquantaine de mètres
dans des lieux fermés à
plusieurs centaines de
mètres en environnement
ouvert.
Tableau 1 : caractéristiques des supports réseau

Les critères de chois d’un support réseau sont :

 La distance sur laquelle les supports peuvent transporter correctement un signal.


 L’environnement dans lequel les supports doivent être installés.
 La quantité de données et le débit de la transmission.
 Le coût des supports de l’installation.

La fibre optique est utilisée dans le câblage sous-marin pour relier les continents.

5
2.2 Réseaux locaux, Réseaux étendus et Interréseaux

2.2.1 Réseaux locaux


Les infrastructures réseau peuvent considérablement varier selon :

 La taille de la zone couverte.


 Le nombre d’utilisateurs connectés.
 Le nombre de types de services disponibles.

Un réseau qui s’étend sur une zone géographique unique et fournit des services d’une structure
organisationnelle commune est appelé réseau local ou Local Area Network (LAN) (voir figure 4).

En règle générale, un réseau local est administré par une organisation unique (Ex : entreprise, Compus,
…).

Figure 4 : Réseau local

2.2.2 Réseaux étendus


Lorsqu’une entreprise ou une organisation dispose d’emplacements différents séparés par
d’importantes distances géographiques elles ont recours à des fournisseurs de service de
communication qui leurs offrent des connexions de leurs réseau via des réseaux régionaux pouvant
parcourir de longues distances (voir figure 5).

Ces réseaux qui connectent les réseaux locaux sont appelés réseaux étendus ou Wide Area Network
(WAN).

6
Figure 5 : Réseau étendu

2.2.3 Interréseau (Internet, Réseau de réseaux)


De plus des LAN et des WAN qui ont des avantages au sein des entreprises, le réseau Internet propose
d’autres types de communication :

 L’envoi d’un courriel à un ami se trouvant dans un autre pays.


 L’accès à des informations ou à des produits se trouvant sur un site Web.
 La messagerie instantanée avec une connaissance qui se trouve dans une autre ville.

Le réseau Internet est un maillage international de réseaux interconnectés (voir figure 6).

La garantie d’une communication efficace à travers es divers infrastructures du réseau nécessite


l’application de technologie et de protocoles cohérents.

Figure 6 : Interréseau

2.2.4 Représentation du réseau


Comme tout autre langage, le langage propre au réseau utilise un ensemble de symboles pour
représenter les différents périphériques finaux, périphériques réseau et supports (voir figure 7).

7
Figure 7 : Représentations du réseau

En plus de ces représentations, il ya des termes importants qu’il faut retenir :

La carte réseau : C’est un adaptateur de réseau local fournit la connexion physique entre un hôte et un
périphérique réseau.

Port physique : Connecteur ou prise sur un périphérique réseau.

Interface : Ports spécialisés sur un périphérique réseau qui se connectent à des réseaux individuels.

Les ports sur un routeur sont appelés interfaces réseau.

2.3 Les protocoles


2.3.1 Règles qui régissent les communications
Toutes les communications face à face ou à travers un réseau sont régies par des règles appelées
protocoles.

Ces protocoles sont spécifiques aux caractéristiques de la conversation.

Dans nos conversations quotidiennes, les règles que nous utilisons pour communiquer face à face ou à
travers un appel téléphonique ou des lettres ne sont pas nécessairement identiques.

De même pour la communication sur un réseau vu l’ensemble des applications et des services qui
veulent communiquer.

Donc la nécessité d’une communication entre différents hôtes nécessite l’interaction de nombreux
protocoles. Ce groupe de protocole est appelé suite de protocoles. Cette suite est implémentée sur
chaque hôte et périphérique réseau.

8
2.3.2 Protocoles réseau
La suite des protocoles réseau décrivent des processus tels que :

 Le format ou la structure du message.


 La méthode selon laquelle des périphériques réseau partagent des informations sur des chemins
avec d’autres réseaux.
 Comment et à quel moment des messages d’erreur et systèmes sont transférés entre des
périphériques.
 La configuration et l’arrêt des sessions de transfert de données.

2.3.3 Suite de protocoles et normes de l’industrie


L’utilisation de normes dans l’enveloppement et l’implémentation de protocoles garantit que les
produits provenant de différents fabricants peuvent fonctionner ensemble pour créer des
communications efficaces.

2.3.4 Interaction de protocoles


L’interaction entre un serveur Web et un navigateur Web constitue un exemple de l’utilisation d’une
suite de protocoles dans des communications réseau (voir figure 8). Cette interaction utilise plusieurs
protocoles dans le processus d’échange d’informations :

 Protocole d’application (HTTP).


 Protocole de transfert (TCP).
 Protocole interréseau (IP).
 Protocole d’accès au réseau.

Figure 8 : Interaction de protocoles

HTTP : est un protocole qui régit la manière selon laquelle un serveur Web et un navigateur Web (Client
Web) interagissent. Le protocole HTTP décrit le contenu et la mise en forme des requêtes et des
réponses échangées entre le client Web et le serveur Web.

TCP : représente le protocole de transport qui gère les conversations individuelles entre le serveur Web
et le client Web. Le protocole TCP divise les messages HTTP en parties de plus petites tailles, appelées
segments, pour les envoyer à l’hôte de destination.

9
IP : est responsable de la récupération des segments formatés à partir du protocole TCP, de leur
encapsulation en paquets, de l’affectation des adresses appropriées et de la sélection du meilleur
chemin vers l’hôte de destination.

Les protocoles d’accès réseau : décrivent deux fonctions principales :

1. La gestion de liaisons de données.


2. La transmission physique des données sur les supports.

Les protocoles de gestion de liaisons de données prennent les paquets depuis le protocole IP et les
formatent pour les transmettre à travers les supports.

Les normes et les protocoles des supports physiques régissent la manière dont les signaux sont envoyés
à travers les supports.

2.3.5 Protocoles indépendants de la technologie


En général, les protocoles n’indiquent pas comment remplir une fonction particulière. En indiquant
uniquement quelles fonctions sont requises pour une règle de communication spécifique mais pas
comment ces fonctions doivent être exécutées, l’implémentation d’un protocole particulier peut être
indépendante de la technologie.

Cela signifie qu’un ordinateur et tout autre périphérique (par exemple, des téléphones portables ou des
assistants numériques personnels) peut accéder à une page Web stockée sur n’importe quel type de
serveur Web qui utilise n’importe quel système d’exploitation, n’importe où sur Internet (voir Figure 9).

Figure 9 : De nombreux types de périphériques peuvent communiquer ensemble en utilisant le même


protocole

2.4 Utilisation des modèles en couche


2.4.1 Avantages de l’utilisation d’un modèle en couche
L’utilisation d’un modèle en couches :

10
 Aide à la conception d’un protocole, car des protocoles qui fonctionnent à une couche
spécifique disposent d’informations définies à partir desquelles ils agissent, ainsi que d’une
interface définie par rapport aux couches supérieures et inférieures.
 Il favorise la concurrence car des produits de différents fournisseurs peuvent fonctionner
ensemble.
 Empêche que la modification de la technologie ou des fonctionnalités au niveau d’une couche
affecte des couches supérieure et inférieure.
 Fournit un langage commun pour décrire des fonctions et des fonctionnalités réseau.

2.4.2 Modèles de protocoles et modèles de référence


Il existe deux types de modèles de réseau de base (voir figure 10):

 Les modèles de protocoles.


 Les modèles de référence.

Figure 10 : Modèles de protocoles (TCP/IP) et modèles de référence (OSI)

Un modèle de protocole fournit un modèle qui correspond étroitement à la structure d’une suite de
protocoles particulière. Le modèle TCP/IP est un modèle de protocole car il décrit les fonctions qui
interviennent à chaque couche au sein de la suite TP/IP.

Un modèle de référence fournit une référence commune. Pour maintenir la cohérence dans tous les
types de protocoles et de services réseau. Un modèle de référence n’est pas destiné à être une
spécification d’implémentation. Le principal objectif d’un modèle de référence est d’aider à obtenir une
compréhension plus claire des fonctions et des processus impliqués.

Le modèle OSI constitue le modèle de référence le plus répandu. Il est utilisé par la conception de
réseaux de données.

2.4.3 Modèle TCP/IP


Le premier modèle de protocole en couches pour les communications interréseau fut créé au début des
années 70 et est appelé modèle Internet. Il définit quatre catégories de fonctions qui doivent s’exécuter
pour que les communications réussissent. L’architecture de la suite de protocoles TCP/IP suit la
structure de ce modèle (voir figure 11). Pour cette raison, le modèle Internet est généralement appelé
modèle TCP/IP.

11
Figure 11 : Modèle TCP/IP

2.4.4 Processus de communication


Le modèle TCP/IP décrit la fonctionnalité des protocoles qui constituent la suite de protocoles TCP/IP.

Ces protocoles qui sont implémentés sur des hôtes émetteurs et récepteurs, interagissent pour fournir
une livraison de bout en bout sur un réseau.

Un processus de communication de données comprend ces étapes :

1. Création de données sur la couche application de l’hôte émetteur.


2. Segmentation et encapsulation des données lorsqu’elles descendent la pile de protocoles de
l’hôte émetteur.
3. Génération de données sur les supports au niveau de la couche d’accès au réseau de la pile.
4. Transport des données via l’interréseau.
5. Réception des données au niveau de la couche d’accès au réseau de l’hôte récepteur.
6. Décapsulation et assemblage des données lorsqu’elles remontent la pile de protocoles de l’hôte
récepteur.
7. Transmission de ces données à l’application de destination.

2.4.5 Unité de données de protocole et encapsulation


Lorsque les données d’application descendent la pile de protocoles en vue de leur transmission sur le
support réseau, différent protocoles ajoutent des informations à chaque niveau. Il s’agit du processus
d’encapsulation (voir figure 12).

La forme qu’emprunte une donnée sur n’importe quelle couche est appelée unité de données de
protocoles.

12
Figure 12 : Unité de données de protocole et encapsulation

Au cours de l’encapsulation chaque couche suivante encapsule l’unité de donnée de protocole qu’elle
reçoit de la couche supérieure. A chaque étape du processus, une unité de données de protocole
possède un nom :

Données : unité de données de protocole au niveau de la couche application.

Segment : unité de données de protocole au niveau de la couche transport.

Paquet : unité de données de protocole au niveau de la couche interréseau.

Trame : unité de données de protocole au niveau de la couche accès au réseau.

Bits : unité de données de protocole utilisée lors de la transmission physique de données à travers le
support.

2.4.6 Processus d’envoi et de réception

2.4.7 Le modèle OSI


En tant que modèle de référence, le modèle OSI (voir figure 13) fournit une liste exhaustive de fonctions
et de services qui peuvent intervenir à chaque couche. Il décrit également l’interaction de chaque
couche avec la couche directement supérieure ou inférieure.

13
Figure 13 : Le modèle OSI

Bien que le contenu de ce cours est structuré autour du modèle OSI, la discussion traitera
essentiellement les protocoles identifiés dans la pile du protocole TCP/IP.

2.4.8 Comparaison des modèles OSI et TCP/IP


Les protocoles qui constituent la suite de protocoles TCP/IP peuvent être décrits selon les termes du
modèle de référence OSI. Dans le modèle OSI, la couche d’accès réseau et la couche application du
modèle TCP/IP sont encore divisées pour décrire des fonctions discrètes qui doivent intervenir au niveau
de ces couches (voir figure 14).

Figure 14 : Comparaison entre les modèles OSI et TCP/IP

Les principaux parallèles entre les deux modèles de réseau se situent aux couches 3 et 4 du modèle OSI.
La couche 3 du modèle OSI, la couche réseau, est utilisée presque partout dans le monde afin de traiter
et de documenter l’éventail des processus qui interviennent dans tous les réseaux de données pour

14
adresser et acheminer des messages à travers un interréseau. Le protocole IP est le protocole de la suite
TCP/IP qui contient la fonctionnalité décrite à la couche 3.

La couche 4, la couche transport du modèle OSI, sert souvent à décrire des services ou des fonctions
générales qui gèrent des conversations individuelles entre des hôtes source et de destination. Au niveau
de cette couche, les protocoles TCP/IP Transmision Control Protocol (TCP) et User Datagram Protocol
(UDP) fournissent les fonctionnalités nécessaires.

La couche application TCP/IP inclut plusieurs protocoles qui fournissent des fonctionnalités spécifiques à
plusieurs applications d’utilisateur final. Les couches 5, 6 et 7 du modèle OSI sont utilisées en tant que
références pour les développeurs et les éditeurs de logiciels d’application, afin de créer des produits qui
doivent accéder aux réseaux pour des communications.

2.5 Adressage de réseau


2.5.1 Adressage dans le réseau
Le modèle OSI décrit des processus de codage, de mise en forme, de segmentation et d’encapsulation
de données pour la transmission sur le réseau. Un flux de données envoyé depuis une source vers une
destination peut être divisé en parties et entrelacé avec des messages transmis depuis d’autres hôtes
vers d’autres destinations. À n’importe quel moment, des milliards de ces parties d’informations se
déplacent sur un réseau. Il est essentiel que chaque donnée contienne les informations d’identification
suffisantes afin d’arriver à bonne destination.

Il existe plusieurs types d’adresses qui doivent être incluses pour livrer correctement les données depuis
une application source exécutée sur un hôte à l’application de destination correcte exécutée sur un
autre. En utilisant le modèle OSI comme guide, nous apercevons les différents identificateurs et
adresses nécessaires à chaque couche.

2.5.2 Acheminement des données jusqu’au périphérique final


Au cours du processus d’encapsulation, des identificateurs d’adresse sont ajoutés aux données lorsque
celles-ci descendent la pile de protocoles sur l’hôte source. Tout comme il existe plusieurs couches de
protocoles qui préparent les données à la transmission vers leur destination, il existe plusieurs couches
d’adressage pour garantir leur livraison (voir figure 15):
 Couche transport (Couche 4).
 Couche réseau (Couche 3).
 Couche liaison de données (Couche 2).

Au niveau de la couche 4, les informations contenues dans l’en-tête d’unité de données de protocole
identifient le processus ou le service spécifique s’exécutant sur le périphérique hôte de destination qui
doit intervenir sur les données en cours de livraison.
Chaque application ou service est représenté(e) au niveau de la couche 4 par un numéro de port. Un
dialogue unique entre des périphériques est identifié par une paire de numéros de port source et de

15
destination de la couche 4, qui représentent les deux applications qui communiquent. Lors de la
réception des données sur l’hôte, le numéro de port est examiné pour déterminer quel processus ou
application constitue la destination correcte des données.

Les protocoles de la couche 3 ont été principalement conçus pour déplacer des données depuis un
réseau local vers un autre réseau local au sein d’un interréseau. Tandis que les adresses de la couche 2
sont uniquement utilisées pour communiquer entre des périphériques sur un réseau local unique, les
adresses de la couche 3 doivent inclure des identificateurs qui permettent aux périphériques réseau
intermédiaires de localiser des hôtes sur différents réseaux. Dans la suite de protocoles TCP/IP, chaque
adresse hôte IP contient des informations sur le réseau où se trouve l’hôte.

À la limite de chaque réseau local, un périphérique réseau intermédiaire, généralement un routeur,


décapsule la trame pour lire l’adresse hôte de destination contenue dans l’en-tête du paquet, l’unité de
données de protocole de la couche 3. Les routeurs utilisent la partie d’identificateur de réseau de cette
adresse pour déterminer le chemin à utiliser afin d’atteindre l’hôte de destination. Une fois le chemin
déterminé, le routeur encapsule le paquet dans une nouvelle trame et l’envoie vers le périphérique final
de destination. Lorsque la trame atteint sa destination finale, les en-têtes de trame et de paquet sont
supprimés et les données sont transmises à la couche 4 supérieure.

L’adresse physique de l’hôte, est contenu dans l’en-tête de l’unité de données de protocole de la
couche 2, appelée trame. La couche 2 est chargée de la livraison des messages sur un réseau local
unique. L’adresse de couche 2 est unique sur le réseau local et représente l’adresse du périphérique
final sur le support physique. Dans un réseau local qui utilise Ethernet, cette adresse est appelée adresse
MAC (Media Access Control). Lorsque deux périphériques finaux communiquent sur le réseau Ethernet
local, les trames échangées entre eux contiennent les adresses MAC de destination et source. Une fois
qu’une trame a été correctement reçue par l’hôte de destination, les informations sur l’adresse de
couche 2 sont supprimées lors de la décapsulation des données et de leur déplacement vers le haut de
la pile de protocoles, à la couche 3.

16
Figure 15 : phénomène d’adressage par couche

17

Vous aimerez peut-être aussi