Vous êtes sur la page 1sur 3

FP CPEA 01 18/09/08 16:50 Page 122

endodontie

Étanchéité
c o ro n
verétanchéité a
sus apicaleire
(lre partie)

Ely Mandel
Rubrique CPEA animée par D. Martin et P. Machtou

Le rôle qu’un défaut de l’étanchéité


coronaire pourrait jouer dans l’échec
du traitement endodontique n’est pas
une donnée récente.

E n 1961, Marshal et Massler (11) étaient


les premiers, au cours d’une étude in
v i t ro mettant en œuvre de traceurs
radioactifs, à avoir insisté sur la possibilité d’une
contamination apicale au travers d’une perc o l a t i o n
coronaire.
Ce n’est que dans les années 1985 à 2000 que le
sujet revient d’actualité, notamment à la suite d’une
multitude d’études in vitro démontrant la contami-
nation de l’obturation canalaire via une perc o l a- les conclusions de précédentes études in vitro.
tion coro n a i re, et accorde une primauté irréfutable Les résultats de la pre m i è re confirment la néces-
à l’étanchéité coro n a i re comme facteur potentiel sité d’un bon traitement endodontique associé à
d’échec de la thérapeutique endodontique (1, 18). une restauration coronaire adéquate pour obtenir un
Le point culminant est atteint lorsque Ray et Trope état de santé satisfaisant des tissus périapicaux.
en 1995 (12) concluent « le scellement coro n a i re La seconde conclut que « le scellement coro n a i re ,
est plus important que celui assuré par l’obturation tout en maintenant les résultats obtenus par le trai-
c a n a l a i re. » L’absence ou l’insuffisance de l’étan- tement endodontique, ne les améliore pas».
chéité coro n a i re est alors convoquée au pre m i e r L’importance de l’obturation canalaire comme para-
rang parmi les facteurs intervenant dans l’échec de mètre clé du succès est de nouveau soulignée.
la thérapeutique endodontique éclipsant, de fait, Et la troisième de conclure que « Cliniquement,
l’importance primordiale que revêt l’étanchéité un défaut de l’étanchéité coronaire n’est pas aussi
apicale de l’obturation endodontique. important que le suggèrent de nombreuses études
Trois études cliniques prospectives en l’an 2000, celle in vitro, pourvu que le traitement endodontique
de Kirkevang (5), de Tronstad (20) et de Ricucci (13) soit soigneusement réalisé. » En accord avec Pierre
allaient, tour à tour, nuancer, pour ne pas dire balayer, Machtou (6) nous pouvons dire qu’une obturation

122 L’INFORMATION DENTAIRE n° 4 - 23 janvier 2008


FP CPEA 01 18/09/08 16:50 Page 123

Etanchéité coronaire ou apicale

volumétrique du canal radiculaire


constitue une barr i è re suffisante au Cas clinique
passage des irritants bactériens.
Pour illustrer nos propos, nous présen-
tons dans ce numéro un cas de succès
du traitement endodontique en absence
flagrante d’étanchéité coronaire.
Le prochain numéro sera consacré à la
présentation de deux cas cliniques qui
montrent l’importance tout à fait singu-
l i è re qu’il convient d’accorder à la
qualité du traitement endodontique
pour parvenir à re t rouver et préserver la
santé des tissus périapicaux.

Discussion A
Il semble, cliniquement, qu’en présence Mme P.A., âgée de
d’une mauvaise étanchéité coro n a i re, la 40 ans, consulte en
durée du contrôle postopératoire puisse mai 2003 pour un
jouer un rôle déterminant dans la perte examen de routine,
de la santé périapicale (9, 10). La perc o- le bilan radiographique
lation coro n a i re n’est pas une condition révèle la présence d’une
suffisante à la perte rapide de l’étanchéité importante parodontite
de l’obturation canalaire. Il est néces- apicale en regard de
saire que la pénétration de la plaque la dent n° 46. La dent
bactérienne entraîne sa stagnation dura- porte une CCM jumelée
avec celle de la molaire
ble. Ce pourquoi, Friedman (3) propose
adjacente (fig. A).
de renfermer de la plaque bactérienne
sous une restauration pour tester l’étan-
La couronne a été B
sectionnée, déposée et
chéité des obturations canalaires. À ce le retraitement entrepris
sujet, la conclusion de l’étude histologi- (fig. B).
que et bactériologique de Ricucci et
Bergenholtz (14) sur des dents exposées La patiente est revue en
au milieu buccal pendant 3 ans, ou plus, consultation de contrôle
est intéressante : « les canaux radiculaires postopératoire en
préparés et obturés de façon soigneuse septembre 2007.
résistent à la pénétration bactérienne. » L’examen de la dent
montre une perte
Comprise entre 3 à 5 ans, la durée de
importante de substance
contrôle postopératoire du cas clinique
coronaire associée à des
présenté peut être considérée comme à racines résiduelles
moyen terme. Il n’est pas dit que la santé cariées (fig. C). C
périapicale puisse être maintenue à long
terme, autrement dit au-delà de 5,ans. L’observation
Toutefois, ce cas met en exergue le rôle radiographique (fig. D)
mineur que joue l’étanchéité coro n a i re révèle :
par rapport à la qualité de scellement de - une guérison
l’obturation endodontique. spectaculaire
de la lésion apicale,
AUTEUR
Ely Mandel - une perte de
Maître de Conférences Paris 7 substance intra-osseuse
63, avenue Francklin Roosevelt Paris 8e de la dent associée à
une atteinte de la zone
Bibliographie intégrale de cet article inter radiculaire.
sur www.information-dentaire.com D

L’INFORMATION DENTAIRE n° 4 - 23 janvier 2008 123


FP CPEA 01 18/09/08 16:50 Page 124

endodontie Étanchéité coronaire ou apicale

Revue de littérature Dominique MARTIN & Sandrine DAHAN

Clinical and radiographic evaluation Endodontic applications of cone-beam volumetric tomography.


of one- and two-visit endodontic treatment Cotton TP, Geisler TM, Holden DT, Schwartz SA, Schindler WG.
of asymptomatic necrotic teeth with apical J Endod. 2007 Sep ; 33 (9): 1121-32. Epub 2007 Jul 19.
periodontitis : a randomized clinical trial.
Molander A, Warfvinge J, Reit C, Kvist T. L’examen radiographique est un utilisé réalise une approximation
J Endod. 2007 Oct; 33 (10) : 1145-8. élément essentiel du diagnostic et e n t re les tranches avant de réaliser
de la stratégie thérapeutique en la re c o n s t ruction 3D. Le cone
Nous savons que lors du traitement d’une endodontie. Cependant, l’interpré- beam permet ainsi une plus grande
dent infectée les diff é rentes manœuvres de tation de l’image en 2D peut être précision, une plus grande rapidité
mise en forme et désinfection ne suffisent pas délicate du fait de la superposition d’acquisition pour une irradiation
à éliminer la totalité des bactéries contenues de différents éléments anatomi- moindre.
dans le canal. Certains auteurs ont donc ques. L’objectif de cet article est de L’intérêt de ce procédé d’imagerie
p roposé de laisser de l’hydroxyde de calcium définir l’apport en endodontie de en endodontie réside avant tout
plusieurs jours dans les canaux afin d’amélio- l’imagerie 3D par la technique dans l’absence de superposition
rer l’élimination des bactéries. Ce protocole cone beam et de considérer les d’éléments anatomiques et dans la
présente l’inconvénient majeur de nécessiter avantages de cette technique face précision du cliché. Ceci permet
deux séances de traitement. Ainsi, les auteurs au scanner traditionnel. l’amélioration du diagnostic des
veulent vérifier l’intérêt de cette médication L’acquisition de l’image dans la lésions périapicales, parfois indé-
en comparant le taux de succès du traitement technique cone beam se fait par tectables à la rétroalvéolaire du fait
endodontique de dents infectées chez deux une rotation unique à 360° d’un de la superposition de corticales
groupes de patients randomisés. Le premier rayon X de forme conique. Cette non atteintes. Cet examen apport e
groupe (48 dents) a subi un traitement en technologie divise le volume étudié des informations complémentaires
deux séances avec une médication temporaire en unités cubiques de 0,125 à 2 mm sur l’anatomie canalaire et péri-
à l’hydroxyde de calcium. Le second (53 d’arête, les données sont enre g i s- r a d i c u l a i re, la présence de fracture
dents) a subi un traitement en une séance avec trées pour chaque unité cubique r a d i c u l a i re, la position et la nature
un rinçage pendant 10 minutes de Iodine- puis un algorithme permet la des résorptions radiculaires, l’éva-
Potatium-Iodide à 5 % avant l’obturation. À re c o n s t ruction 3D de l’image. luation des pathologies d’origine
deux ans postopératoires les taux de succès Contrairement à l’acquisition volu- non endodontique. Outre les avan-
ne sont pas significativement diff é rents. Il est métrique du cone beam le principe tages diagnostiques, il existe un
de 75 % dans le groupe traitement en deux du scanner repose sur l’enre g i s t re- intérêt dans la planification de
séances et de 65 % dans le groupe traitement ment de tranches successives tous l’acte orthograde ou chirurgical.
en une séance. Ces résultats corro b o rent ceux les 1 à 2 mm, l’algorithme alors
de 4 études précédentes.

Évaluation réponses en ligne sur notre site


1. Les études in vitro suggèrent que l’absence de l’étanchéité coronaire est un facteur
potentiel d’échec du traitement endodontique. ■ V ■ F
2. Les études cliniques contredisent les résultats des études In vitro ? ■ V ■ F
3. Un scellement coronaire peut pallier l’insuffisance du scellement de l’obturation canalaire ? ■ V ■ F
4. On peut améliorer le pronostic endodontique en assurant un bon scellement coronaire. ■ V ■ F
5. L’absence de l’étanchéité coronaire aboutit à la perte rapide de l’étanchéité apicale. ■ V ■ F

124 L’INFORMATION DENTAIRE n° 4 - 23 janvier 2008

Vous aimerez peut-être aussi