Vous êtes sur la page 1sur 4

ATTEINDRE DIEU EN LIGNE DIRECTE !

Si vous demandez à la plupart des chrétiens : < Où est


[)ieu ? >, ils vous répondront immédiatement : << Dans le
ciel !)), sans réaliser combien ce terme reste d'une troublante
inrprécision. Auiourd'hui, l'homme commence à percer les
rr-rystères de la voûte céleste par la misc sur ortritc de satellites
de plus en plus élaborés. Les savants eux-mêmes s'inquiètent
du nombre d'objets qui continuent à tourner autour de notre
terre et pourraient percuter avec dommage les stations
spatiales.
Chaque fois que j 'ai eu l'occasion d'assister à une
sonférence sur l'astronomie, j'"tt suis ressoftie à la fois
émerveillée et effrayée. Émerveillée par I'int'inie puissance
créatrice de notre Dieu, mais effiayée en me demandant
comment un Dieu si grand peut s'intéresser à notre pauvre
petite planète et, de surcroît, aux grains de poussière que nous
sommes qui s'agitent à sa surface.
Mais heureusement, nolls avons appris, par la Bible et
par la venue de Jésus sur terre il y a deux mille ans, qlle ce
Dieu est aussi un Père attentif à chacune de ses créatures, qu'à
ses yeux, l'infiniment petit est aussi important que I'infrniment
grand, et qu'il a rnis en place un plan éternel pour {àire entrer
un jour les hommes qui l'aiment dans le Ciel même. lti oir
règnent l'harmonie et le bonheur parlait.
Et pourlant, lorsqu'en 1 961 Gagarine eut eff-ectué le
premier vol spatial, il déclara : << Lorsqu'on me demanda, au
retour de mon vol cosmique : (( Avez-vons vlt Dieu ? >, je
répondis : (( Non, bien sûr ! >>. Dans quel ciel Dieu se trouve-t-
il donc, et n'est-ce pas folie de notre part de penser que nous
pouvons lui parler, lui adresser nos prières ? L'apôtre Paul, qui
a écrit de nombreuses lettres aux Églises, explique dans le
passagc de 2 Corinthicns au chapitrel0, qu'il a été << ravi
jusqu'au troisième ciel > et qu'il a << entendu des paroles
ineffables qu'il n'est pas permis à un homme d,exprimer )).
s'il y a un troisième ciel, c'est qu'il y en a deux uutr"r !Le
premier ciel est celui qlle nous voyolls, changeant d,après les
heures du jour, notre atmosphère. euant au second, né serait-
ce pas celui que le même apôtre mentionne dans l,épître aux
Ephésiens au chapitre 6 : < Nous avons à lutter ... contre les
princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants
dans les lieux célestes > ? Satan et ses anges n,habitent plus
dans le ciel où Dieu règne dans l'harmonie et le bonheur
parfait. Mais ils se tiennent dans un lieu proche de nous d,où
ils ont un accès facile à cette terre.
Mais tout cela ne nous dit pas encore où Dieu habite.
L'Écriture Sainte mentionne un lieu bien précis, se situant
sans doute à une distance incommensurable de notre monde,
depuis lequel Dieu dirige toute chose dans I'immense création.
C'est le centre, le poste de commandement de son æuvre,
appelé tantôt 'sanctuaire', tantôt 'Temple', et on trouve cette
existence mentionnée dans l'Ancien Testament comme dans le
Nouveau. De là. Dieu accomplit une Guvre de restauration qui
extirpera délinitivement le mal de l'Univers.
Depuis que .Tésus est venu sur notre terre il y a deux
mille ans, et qu'il y a accompli une æuvre de justice parfaite
qui s'est terminée à la Croix par sa victoire sur le mal, il est
reuronté vers son Père, et il officie colnme MEDIATEUR,
présentant sans cesse son Sang pour'effacer les péchés cles
hornmes. ll est I'offiande parfaite, unique, irremplaçable.
Mais il y a plus. Il y a des milliers d'années, lorsque le
peuple d'Israël sortit de quatre cents ans d'esclavage en
Egypte, Moise, qui les conduisait, reçut de Dieu cet ordre, au
pied du sinaï : < Ils me feront un sanctuaire et j'habiterai au
nrilieu d'eux >>. Quelle proxirnité réconfortante ! er,relle
incomparable protection ! Dans ce sanctuaire, construit sur les
, directives divines, tout était important : chaque objet, chaque
. service avait, une signification spirituelle et annonçait le
: service véritable qui s'accomplirait
dans le Sanctuaire céleste.
c'était de cette manière que Dieu procédait à l,éducation
spirituelle de son peuple.
ce qui est important pour nous, c'est de savoir que dans
ce sanctuaire terrestre, comme dans le céleste, il y a cleux
phases : l'une dans le lieu saint, concernant Ie pardon
des
péchés, l'autre dans le lieu très saint, qui réalise lieffacement
définitif des péchés accumulés symboliquement.
or, peu de gens savent qu'au milieu du l9ème siècle, il y
eut dans divers pays chrétiens, une recherche spontanée de la
compréhension des prophéties, inspirée par le sl Esprit. celle-
ci amena à comprendre que le prerniei service qui r* passe
dans le lieu saint et assure le pardon des péché;, devait se
terminer à la fin des 2 i00 soirs et matins mentionnés dans le
chapitre 8 du livre du prophète Daniel. Ensuite, Jésus devait
passer dans le lieu très saint où il allait se consacrer à revoir
les cas de tous les croyants depuis la création du monde. cet
examen, le .jugement, a pour but de statuer ctéflnitivement sur
leurs cas, d'effâcer leurs péchés pour toujours au vu de leur foi
sincère, afin qu'ils demeurent inscrits dans le livre de vie.
ce ministère final de christ, commencé en I g44 d, après
les calculs prophétiques, aurait dû être relativement court ,i l*
croyants ainsi avertis en avaient réellement pris conscience et
avaient vécu en conséquence. Hélas, beaucoup ne voulurent
pas y prendre garde et retombèrent dans le travers bien hurnain
de vouloir mener l'æuvre fïnale de Dieu selon leurs propres
plans, plutôt que de rechercher la volonté de Dieu. Ainsi, le
temps s'est allongé désespérément, exposant le monde entier
aux terribles dérives que nous constatons auiourd'hui, et qui
endeuillent chaque jour notre génération.
Dieu veut amener les Siens à une préparation telle
qu'elle leur permettra, lors du retour du Christ, d'être enlevés
au ciel sans passer par la mort. L'impératif suprême, pour
chacun d'entre nous, c'est de collabclrer avec Lui, en Lui
f'aisant enljn uno conliance ubsolue ct en le laissant clirigcr nos
vies et Son æuvre. Ne permettons pas à I'ennemi de clorniner
notre volonté. Christ est vainqueur et nous pouvons Lui
remettre notre c(Fur, nos pensées, notre être tout entier,
sachant qu'Il en prendra soin et nous concluira à la victoire qui
ouvrira les portes de la cité céleste. Il faut que nous puissions
dire avec Paul : < Ce n'est plus moi qui vis, mais Christ qui vit
en moi. >. Nous deviendrons alors les véritables témoins du
caractère de Dieu dont il a besoin avant le retour de Jésus.

Madeleine Vaysse.

Si vous désirez approfondir ce sujet, inscrivez-vous au

cours de Bible :
< f)ieu a tant aimé le monde >>.

en envovant un courrier à I'adresse suivante :

Vous aimerez peut-être aussi