Vous êtes sur la page 1sur 11

Série : C

Tous les sujets et corrigés des Bac Comoriens sont disponibles sur le site internet :
https://lechaya.herokuapp.com/
Grille de correction
Exercice 1 :
Question Consigne de correction Barème
1.a)) Bonne réponse ( 0,25 point ) – Justification ( 0,25 point ) 1,25 point
b)) Bonne réponse ( 0,25 point ) – Justification ( 0,5 point )
2.a)) Bonne réponse ( 0,25 point ) – Justification ( 0,25 point ) 1,25 point
b)) Bonne réponse ( 0,25 point ) – Justification ( 0,5 point )
3.a)) Bonne réponse ( 0,25 point ) – Justification ( 0,5 point ) 1,5 point
b)) Bonne réponse ( 0,25 point ) – Justification ( 0,5 point )
Exercice 2 :
Question Consigne de correction Barème
1. Détermination de l’angle ( 0,25 point ) – Résultat du centre ( 0,5 point ) 0,75 point
2. Image du point F ( 0,5 point ) - Image du point I ( 0,5 point ) 1 point
3. Justifier que S est une similitude ( 0,25 point ) – Résultat du rapport ( 0,25 point ) – Résultat de l’angle ( 0,25 point ) 0,75 point
4.a)) Affixe du point I ( 0,5 point ) – Obtenir le système ( 0, 25 point ) - Résultat de l’écriture complexe ( 0,25 point ) 1,5 point
b)) Calcul de l’affixe du centre G ( 0, 25 point )
c)) Prouver que les points G, I et K sont alignés en utilisant les affixes des ces points ( 0,25 point )
Exercice 3 :
Question Consigne de correction Barème
1. Détermination de l’univers (0,25 point) – Calcul de Card A (0,5 point) – Valeur de P ( A ) (0,25 point) 1 point
2.a)) Définition de l’événement ( X = 2 ) ( 0, 5 point ) 0,5 point
b)) Card ( X = 2 ) ( 0,5 point ) – Calcul de la probabilité de ( X = 2 ). 0,5 point
3.a)) Cardinal de l’univers ( 0,5 point ) – Card A ( 0,5 point ) – Calcul de Pn ( 0,25 point ) 1,25 point
b)) Valeur qui correspond à n ( 0,25 point ) – Valeur de Pn dans ce cas ( 0,5 point ) 0,75 point
Problème :
Question Consigne de correction Barème
Partie A : Total : 6 points
1. Calcul numérique de fn ( 0 ) ( 0,25 point ) 0,25 point
2.a)) Ecrire f sans le symbole de la valeur absolue ( 0,5 point ) 1 point
b)) Limite de fn en -  ( 0,25 point ) - Limite de fn en +  ( 0,25 point )
3.a)) L’expression sur ] -  ; 0] ( 0,25 point ) – L’expression sur [ 0 ; +  [ ( 0,25 point )
b)) Calcul de la limite en utilisant le changement de variable ( 0,25 point ) 2,25 points
c)) L’élève doit utiliser la technique d’un changement de variable ( 0,25 point ) – Résultat ( 0,25 point )
d)) Réponse ( 0,25 point ) - Justification ( 0,25 point )
4.a)) Dérivée de fn sur ] -  ; 0] ( 0,25 point ) – sens de variation sur ] -  ; 0] ( 0,25 point )
b)) Fonction dérivée de fn sur [ 0 ; +  [ ( 0,25 point ) – Sens de variation sur [ 0 ; +  [ ( 0,25 point) 1,75 point
c)) Tableau de variation ( 0,25 point )
d)) Unicité de la solution de l’équation fn ( x ) = 0 ( 0,25 point ) – Encadrement de la racine ( 0,25 point )
5.a)) Prouver l’asymptote ( 0,25 point )
b)) Etude de la position de la courbe par rapport à l’asymptote ( 0,25 point ) 0,75 point
c)) Calcul de la surface ( 0,25 point )
Partie B : Total : 2 points
1. La donnée du tableau de variation de la fonction f2 à partir du tableau précédent ( 0,25 point ) 0,25 point
2. Equation de la demi tangente ( T1 ) ( 0,25 point ) – Equation de la demi tangente ( T2 ) ( 0,25 point ) 0,5 point
3.a)) Tracer la droite ( d ) ( 0,25 point ) – tracer la droite ( T1 ) (0,25 point )
Tracer la droite ( T2 ) ( 0,25 point ) - Allure de la courbe (C2 ) ( 0,25 point ) 1,25 point
b)) Valeur exacte de la surface A2 à partir de An en prenant n = 2 ( 0,25 point

Baccalauréat session 2018 / Correction des épreuves de mathématiques Page 40


Exercice 1 :

Répondre par vrai (V) ou faux (F) en justifiant la réponse.

1. Le plan est rapporté d’un repère orthonormé ( O ; i ; j ). ( d ) droite d’équation x = - 3


et F( 3 ; 2 ). ( L) la conique de foyer F, de directrice ( d ) et d’excentricité égal à 1.
a)) Une conique d’excentricité égale à 1 c’est une parabole.
Alors, l’affirmation : « ( L ) est une ellipse», est fausse.
b))

Pour tout point M( x ; y ) de ( L ), on a : MF = MH, où H ( -3 ; y ) projeté orthogonal du point


M sur la droite ( d ). MF = ( x  3)²  ( y  2)² et MH = ( x  3)² .
MF = MH  ( x  3)²  ( y  2)² = ( x  3)²  ( x – 3 )² + ( y – 2 )² = ( x+ 3 )²
 y² - 4 y – 12 x + 4 = 0.
D’où, l’affirmation : «Pour tout point M ( x ; y ) de ( L ), on a : y² - 4 y – 12 x + 4 = 0», est vraie.
2. L’espace de ( O ; i ; j ; k ) ; ( P ) : 2 x – y+ z = 0 et ( Q ) : x + y – 4 z - 1 = 0.
a)) Notons nP ( 2 ; - 1 ; 1 ) le vecteur normal du plan ( P ) et nQ ( 1 ; 1 ; - 4 ) le vecteur normal
du plan ( Q ). Calculons le produit scalaire de ces deux vecteurs :
nP . nQ = ( 2 ) ( 1 ) + ( - 1 ) ( 1 ) + ( 1 ) ( - 4 ) = 2 – 1 – 4 = - 3.
Puis que le produit scalaire n’est pas nul, alors les deux vecteurs ne sont pas orthogonaux.
D’où les deux plans ( P ) et ( Q ) ne sont pas perpendiculaires.
L’affirmation : « Les deux plans ( P ) et ( Q ) sont perpendiculaires », est fausse.
b)) Déterminons le produit vectoriel de nP et nP .
 2   1   4  1  3 
       
nP  nQ    1   1    1  8    9  , un vecteur non nul. Alors les deux plans se
 1    4   2  1  3 
       
coupent suivant une droite ( d1 ) dont nP  nQ est un vecteur directeur de cette droite.

Baccalauréat session 2018 / Correction des épreuves de mathématiques Page 26


 3 1
   
D’autre part, on a : nP  nQ  9   3 3  = 3 W .
 3 1
   
Donc les deux vecteurs nP  nQ et W sont colinéaires.
On en déduit que, le vecteur W est aussi un vecteur directeur de la droite ( d1).
D’où, l’affirmation : « W est un vecteur directeur de la droite ( d1 ) intersection des
deux plans ( P ) et ( Q ). », est vraie.
Remarque :
0
 
On peut aussi calculer :  
nP  nQ  W   0  , pour justifier que les deux vecteurs sont colinéaires.
0
 
3. a)) Si p et q sont deux entiers naturel tels que 52 p + 7 q = 1, alors d’après le théorème de
BEZOUT, 52 et 7 sont entiers premiers entre eux. De même, 52 et q sont deux entiers premiers
entre eux. Les entiers p et 7 sont premiers entre eux.
D’où, l’affirmation : « alors les entiers naturels q et 52 sont premiers entre eux », est vrai.
b)) Soient a et b deux entiers naturels non nul tels que : a  b = 169632 et PGCD (a ; b )= 12.
On sait bien que : PGCD ( a ; b ) PPCM( a ; b ) = a  b  12 PPCM (a ;b ) = 169632
169632
 PPCM ( a ; b ) = = 14 136.
12
D’où ; l’affirmation : « Alors PPCM ( a ; b ) = 14 136», est vraie.

Exercice 2 :

Dans le plan orienté, FADC est un carré direct de centre K ; A le point milieu du segment [
FI]. R la rotation telle que R ( A ) = D et R ( D ) = C. H, l’homothétie de centre F et de
1
rapport . On pose S = RoH.
2

1. L’angle, noté α, et le centre, noté Ω, de la rotation R.


R ( A ) = D et R ( D )= C. Alors   AD, DC . 
Baccalauréat session 2018 / Correction des épreuves de mathématiques Page 27
Puisque le quadrilatère FADC est parallélogramme, on a : DC  AF .

  
On obtient   AD, DC  AD , AF 
2
. 
R ( A ) = D  ΩA = ΩD  le point Ω appartient à la médiatrice du segment [ AD ], notée ( ∆1 ),
une droite passant par le point K et perpendiculaire à la droite ( AD).
R ( D )= C  ΩD = ΩC  le point Ω appartient à la médiatrice du segment [ DC ], notée ( ∆2 ),
une droite passant par le point K et perpendiculaire à la droite ( DC).
Il en résulte que, le point Ω = (∆1)  (∆2 ) = K.

R, est alors la rotation de centre K et d’angle .
2
2. Image du point F et du point I par S.
S( F ) = RoH ( F ) = R [ H ( F ) ] ; puis que H est l’homothétie de centre F et alors H ( F ) = F
( unique point invariant ).
Donc, S ( F ) = R [ H ( F ) ] = R ( F ) = A, car le point K est le centre du carré direct FADC ;


on a : KF = KA et KF , KA   2
. D’où, S ( F ) = A.

S ( I ) = RoH ( I ) = R [ H ( I ) ].
1
Posons H ( I ) = J ; on a la relation: FJ  FI ( µ ).
2
1
D’autre part, par hypothèse le point A étant le milieu d segment [ FI ]. Alors FA  FI ( µ µ).
2
A l ‘aide des relations ( µ ) et ( µ µ), on en déduit que FJ = FA . Donc les deux points A et J sont
confondus. Signifie que H ( I ) = A.

Finalement, S ( I ) = R[H ( I ) ] = R ( A ) = D, car KA = KD et KA, KD    2
.

D’où, S ( I ) = D.
3. Démontrons que S est une similitude plane directe.
S = RoH, la composée d’une rotation et d’une homothétie de rapport strictement positif ;
1 
alors c’est une similitude plane directe de rapport et d’angle .
2 2
4. Dans le repère orthonormé directe (K; U ; V ) , F(zF = -1– i ), A(zA =1– i ) et D(zD =1+ i)
a)) Ecriture complexe de la similitude S.
D’une manière générale, l’écriture complexe d’une similitude plane directe est de la forme
z’= az + b ; avec a et b des nombres complexes à déterminer.
D’après ce qui précède :
S ( F ) = A  zA = a zF + b  ( -1 – i ) a + b = 1 – i. ( 1 )
S( I ) = D  zD = a zI + b  a zI + b = 1 + i. ( 2 )
1
D’autre part, le point A est le milieu du segment [ FI ]; alors zA = ( zI + zF ) 
2
zI = 2 zA – zF  zI = 2 ( 1 – i ) – ( - 1 – i ) = 3 – i. Donc, zI = 3 – i.
La relation ( 2 ), devient : ( 3 – i )a + b = 1 + i.

Baccalauréat session 2018 / Correction des épreuves de mathématiques Page 28


 1
(1  i )a  b  1  i a  2 i
On obtient le système :   .
(3  i )a  b  1  i 1
b   i 1
 2 2
1 1 1
D’où, la similitude S admet comme écriture complexe z’ = i z + – i.
2 2 2
b)) L’affixe du centre de la similitude S, noté G.
1 1
b  i 1 i 3 1
zG = = 2 2 = = - i.
1 a 1 2  i 5 5
1 i
2
c)) Montrons que les points I, G et K sont alignés.
3 1
 i
Le nombre complexe
zG  z K
= 5 5 = 1  3  i  = 1 un nombre réel.
zI  zK 3i 53i  5
D’où les trois points I, G et K sont alignés.

Exercice 3 :

S S S S
O O

Le carton contenant les six petites bouteilles d’eau minéral.

Un tirage successivement et sans remise trois bouteilles. On suppose l’équiprobabilité.

1. Calcul de probabilité.
L’univers Ω de cette expérience aléatoire est tel que : Card (Ω ) = A63 = 120.
A , l’événement : « obtenir deux bouteilles d’OJIVA ».  A = { OOS, OSO, SOO }.
CardA 24 1
Alors, Card A = 3  A22  A41 = 24. Donc, P ( A ) = =  .
Card 120 5
Autre méthode :
« Obtenir deux bouteilles d’OJIVA », par exemple la notation « OOS ».
Signifie avoir un mot de trois lettres ayant deux lettres répétées. Alors le nombre des
3!
= 3. D’où, Card A = 3  A22  A41 = 24.
mots qu’on peut former est égal à
2!
CardA 24 1
On obtient P ( A ) = =  .
Card 120 5
Autre méthode :
Présentons la situation à l’aide d’un arbre pondère :

Baccalauréat session 2018 / Correction des épreuves de mathématiques Page 29


Utilisons alors le principe d’un arbre pondéré (la probabilité d’un événement correspondant à un trajet
est le produit des probabilités des différentes branches composant ce trajet).
4 2 1 2 4 1 2 1 4 1
Donc, P ( A ) =               = .
6 5 4 6 5 4 6 5 4 5
2. X la variable aléatoire qui, à chaque tirage de trois bouteilles, associe le
nombre des bouteilles de SALSABILA obtenues.
a)) ( X = 2), c’est l’événement : « obtenir deux bouteilles de SALSABILA ».
b)) Probabilité de l’événement ( X = 2).
( X = 2 ) = { SSO, SOS, OSS }. Alors Card ( X = 2 ) = 3  A42  A21 = 72.
Card ( X  2) 72 3
Donc, P ( X = 2 ) =   .
Card 120 5
3. Maintenant, n petites bouteilles dont 2 d’OJIVA et (n – 2 ) de SALSABILA.
Pn la probabilité de l’événement A.
6
a)) Montrer que : Pn = .
n ( n 1)
L’univers Ωn est tel que Card (Ωn ) = An3 = n ( n – 1 ) ( n – 2 ).
Et , Card A = = 3  A22  An1  2 = 3  2  ( n – 2 ) = 6 ( n – 2 ).
CardA 6(n  2) 6
Alors Pn = P ( A ) = = = .
Card n n(n  1)(n  2) n ( n  1 )
b)) Résultat de la question 1)).
Dans la premier question, on avait 6 bouteilles ; alors n = 6.
6 1
D’où, P6 = = = P ( A ).
6( 6  1 ) 5

Problème :

1  nx
Pour tout entier naturel n non nul, fn ( x ) = x +e .
2
( Cn ) la courbe de fn dans ( O ; i ; j ), d’unité graphique 2 cm.

Baccalauréat session 2018 / Correction des épreuves de mathématiques Page 30


Partie A : Etude de la fonction fn.
1
1. Calcul de : fn ( 0 ) =  0 + e0 = 1.
2
2. a)) On sait bien que, pour tout entier naturel n non nul, on a :
 nx  nx si x  ]   ; 0 ]

 nx  nx si x [ 0 ;   [
1  nx
Il en résulte que, pour tout couple ( n , x) de IN*  IR , fn ( x ) = x+e peut s’écrire :
2
 1 nx
 f n ( x)  2 x  e si x  ]   ; 0 ]

 f ( x)  1 x  e  nx si x [ 0 ; [
 n 2
b)) Calcul des limites de fn .
1  1
lim f n ( x)  lim  x  e  nx     0   ; car lim x   et lim e  nx  0 .
x   x   2 x   2 x  
 
1  1
lim f n ( x)  lim  x  e nx     0   ; car lim x   et lim e nx  0 .
x   x   2 x   2 x  
 
3. a)) Pour tout réel x de ] -  ; 0 [, on a :
1 1
x  e nx  1 x
f n ( x)  f n (0) 2 2 e nx  1 1 e nx  1
     .
x x x x 2 x
f n ( x)  f n (0) 1 e nx  1
D’où, pour tout réel x de ] -  ; 0 [,   .
x 2 x

1 1
x  e nx  1 x
f n ( x)  f n (0) 2 e nx  1 1 e nx  1
Pour tout réel x de ] 0 ; +  [, on a   2    .
x x x x 2 x

f n ( x)  f n (0) 1 e  nx  1
D’où, pour tout réel x de ] 0 ; +  [,   .
x 2 x

b)) Calcul de limite à droite de zéro.


t
Posons t = - nx  x = - ; et de plus si x tend vers zéro, alors t tend vers zéro.
n

 
 f ( x )  f ( 0 )   1 e  nx
 1   1 e t
 1  1 et  1  1
Donc, lim n n
  lim    lim    lim  n   = –n;
x 0
 
x  x  0  2 x  t  0  2  t  t  0  2 t  2
 
 n 

 et  1 
car lim  =1.
t 0
 t 

 f ( x)  f n (0)   1 e nx  1 
c)) lim n  = lim  .
x 0
 
x  x  0  2 x 

Baccalauréat session 2018 / Correction des épreuves de mathématiques Page 31


X
Posons, X = nx  x = ; et de plus si x tend vers zéro, alors Xtend vers zéro.
n
 
 e nx  1   e nX  1   eX 1
Alors, lim   lim    n  lim    n 1  n .
x 0
 
x  X 0 X  X 0
 X 

  

 n 
 f ( x)  f n (0)   1 e nx  1  1
D’où, lim n  = lim    = + n.
x 0
 
x  x  0  2 x  2
 f ( x)  f n (0)  1
d)) D’après ce qui précède, lim n  = + n.
x 0
 
x  2
1
Alors la fonction fn est dérivable à gauche de zéro et fng’ ( 0 ) = + n.
2
 f ( x)  f n (0)  1
D’autre part, lim n  = – n.
x 0
 
x  2
1
Alors la fonction fn est dérivable à droite de zéro et fnd’ ( 0 ) =
– n.
2
Puis que le nombre dérivé de gauche et de droite de fn en zéro sont déférents, alors la fonction
fn n’est pas dérivable en zéro.

4. a)) fn est strictement croissante sur l’intervalle ] -  ; 0 ].


1
Pour tout réel x de l’intervalle ] -  ; 0 ], fn ( x ) = x + enx.
2
1
On sait bien que, les fonctions U ( x ) = x est V ( x ) = enx. sont deux fonctions
2
strictement croissantes sur l’intervalle ] -  ; 0 ]. Alors, la fonction fn est strictement
croissante sur l’intervalle ] -  ; 0 ] comme somme ( fn ( x ) = U ( x ) + V ( x ) ) de deux
fonctions croissantes.
Autre méthode :
fn est une fonction dérivable sur ] -  ; 0 ], et pour tout réel x de ] -  ; 0 ], on a :
'
1  1
fn’ ( x ) =  x  e nx  = + n enx > 0.
2  2
Alors la fonction fn est strictement croissante sur l’intervalle ] -  ; 0 ].
b)) Sens de variation de fn sur l’intervalle [ 0 ; +  [.
'
1  1 1
Pour tout réel x de [0 ; +  [, fn’ ( x ) =  x  e nx  = - n e-nx . D’où fn’ ( x )= - n e-nx.
2  2 2
Signe de fn’ ( x ), pour tout réel x de [ 0 ; +  [ :
1 1 1 1
fn’ ( x )  0  - n e-nx  0   n e-nx  n e-nx   e-nx 
2 2 2 2n
ln(2n)
– nx  – ln( 2n )  nx  ln( 2n )  x  .
n

Baccalauréat session 2018 / Correction des épreuves de mathématiques Page 32


 ln(2n) 
Donc, pout réel x de l’intervalle  ;  , fn’ ( x )  0 ; alors la fonction fn est
 n 
 ln(2n) 
croissante sur l’intervalle  ;  .
 n 
 ln(2n) 
On en déduit que, pour tout réel x de l’intervalle 0 ; , fn ‘ ( x )  0 ; alors la
 n 
 ln(2n) 
fonction fn est décroissante sur l’intervalle 0 ; .
 n 
c)) Tableau de variation de fn, pour tout n, non nul.
x ln(2n)
- 0 +
n
fn’( x ) + - 0 +
1 +
fn( x )
ln(2n)  1
-
2n
d)) L’équation fn ( x ) = 0 , pour tout entier naturel n  2.
ln(2n)
Sur l’’intervalle [ 0 ; +  [, la fonction fn admet un minimum au point xn = .
n
ln(2n)  1
Alors, pour tout réel x de [ 0 ; +  [, fn ( x )  fn ( xn )  fn ( x )  .
2n
D’autre part, pour tout n  2 , ln ( 2n )  ln 4  ln ( 2n ) – 1  ln4 – 1.
Puis que, ln 4 – 1  0,2 ; alors ln ( 2n ) – 1 > 0 pour tout n  2.
Donc, pour tout réel x de [ 0 ; +  [, fn ( x ) > 0.
D’où l’équation fn ( x ) = 0 n’admet pas de solution sur l’intervalle [ 0 ; +  [.
Sur l’intervalle ] -  ; 0 ], la fonction fn est continue, dérivable et croissante ; alors elle
réalise une bijection de ] -  ; 0 ] vers ] -  ; 1 ]. Puis que le nombre réel 0 appartient sur
l’intervalle ] -  ; 1 ], alors on peut trouver un réel unique noté α sur l’intervalle ] -  ; 0 ]
tel que fn (α ) = 0. D’où l’équation fn (x ) =0 admet une solution unique sur ] -  ; 0 ].
Par conclusion, pour tout entier naturel n  2, l’équation fn ( x ) = 0 admet une solution
unique α sur IR.
 Vérifions si α appartient sur l’intervalle ] – 1 ; 0[ :
1
On a : fn ( 0 ) = 1 et fn ( - 1 ) = e-n – .
2
1 1
Pour tout n  2, – n  – 2  e-n  e-2  e-n –  e-2 –  fn ( - 1 )  0.
2 2
Alors, puis que la fonction fn est continue sur ] – 1 ; 0[ et de plus fn ( 0 )  fn ( - 1 )  0 ,
d’après le théorème des valeurs intermédiaires α appartient sur l’intervalle ] – 1 ; 0[.
5. a)) Asymptote de ( Cn ).
1  nx  nx
Pour tout réel x, fn ( x ) = x+e et lim e = 0, alors la droite ( d ) d’équation
2 x   

Baccalauréat session 2018 / Correction des épreuves de mathématiques Page 33


1
y = x est une asymptote oblique de en l’infini.
2
Ou bien :
 1   nx
On a : lim  f n ( x)  x   lim e 0 ;

x    2  x 

1
alors la droite ( d ) d’équation y = x est une asymptote oblique de en l’infini.
2
Ou bien :
 1  1
lim  f n ( x)  x   lim enx  0 . D’où, la droite ( d ) d’équation y = x est une
x  
 2  x   2
asymptote oblique de en –  .
 1  1
lim  f n ( x)  x   lim e nx  0 . D’où, la droite ( d ) d’équation y = x est une
x  
 2  x   2
asymptote oblique de en +  .
b)) Position de ( Cn ) par rapport à ( d ).
1
x = e > 0. Alors ( Cn ) est au dessus de ( d ).
 nx
Pour tout réel x, on a : fn ( x ) –
2
c)) Calcul de surface.
2
2 1  
2
 nx  1  nx  4  4e2 n
An =    f n ( x)  x dx UA  4 e dx  4 e  = cm².
0 2   0  n 0 n

Partie B : Etude d’un cas particulier ( n = 2 ).

1. Tableau de variation de la fonction f2.


D’après le résultat de A]4)c)), plus précisément en faisant n = 2, on obtient :
x - 0 ln2 +
f2’( x ) + - 0 +
1 +
f2( x )
2 ln 2  1
-
4

Autre méthode : ( c’est le cas où, la question A] 4) c) n’est pas traitée ou bien l’élève n’a pas bien compris l’étude générale)

 1 2x
 f 2 ( x)  2 x  e si x  ]   ; 0 ]
Pour n = 2, on a l’expression : 
 f ( x)  1 x  e  2 x si x [ 0 ; [

2
2
1  1
lim f 2 ( x)  lim  x  e 2 x     0   ; car lim x   et lim e 2 x  0 .
x   x   2 x   2 x  
 
1  1
lim f 2 ( x)  lim  x  e2 x     0   ; car lim x   et lim e 2 x  0 .
x   x   2 x   2 x  
 
f2 est une fonction dérivable sur ] -  ; 0 ], et pour tout réel x de ] -  ; 0 ], on a :

Baccalauréat session 2018 / Correction des épreuves de mathématiques Page 34


'
1  1
f2’ ( x ) =  x  e2 x  = + 2 e2x > 0.
2  2
Alors la fonction f2 est strictement croissante sur l’intervalle ] -  ; 0 ].
'
1  1 1
Pour x de [0 ; +  [, f2’ ( x ) =  x  e  2 x  = - 2 e-2x . D’où fn’ ( x )= -2 e-2x.
2  2 2
Signe de f2’ ( x ), pour tout réel x de [ 0 ; +  [ :
1 1 1 1
f2’ ( x )  0  - 2 e-2x  0   2 e-2x  2 e-2x   e-2x 
2 2 2 4
ln(4)
– 2x  – ln( 4 )  2x  ln( 4)  x  .
2
Donc, pout réel x de l’intervalle ln 2; , f2’ ( x )  0 ; alors la fonction f2 est
croissante sur l’intervalle ln 2; .
On en déduit que, pour tout réel x de l’intervalle 0 ; ln2  , f2 ‘ ( x )  0 ; alors la
fonction f2 est décroissante sur l’intervalle 0 ; ln2 .

Par conclusion, le tableau de variation de la fonction f2 est le suivant :

x - 0 ln2 +
f2’( x ) + - 0 +
1 +
f2( x )
2 ln 2  1
-
4

2. Equations des demi – tangente (T1) et (T2) de ( C2) au point d’abscisse x0 = 0.


1 5 1 3
D’après A]3)d)), on a : f2g’ ( 0 ) = + 2= et f2d’ ( 0 ) = – 2 = – .
2 2 2 2
5 3
D’où, (T1 ) et ( T2 ) ont pour équation respectives y = x + 1 et y = – x + 1.
2 2

3. a)) Allure de ( d ), ( T1 ) , ( T2 ) et (C2 ) dans le même repère.

b)) Valeur exacte de l’aire A2.


4  4e22
A partir de la question A]5)c), on en déduit que A2 = = 2 – 2 e-4 cm².
2

Baccalauréat session 2018 / Correction des épreuves de mathématiques Page 35

Vous aimerez peut-être aussi