Vous êtes sur la page 1sur 7

FICHE RECAPITULATIVE EQUATIONS DIFFERENTIELLES

1) La solution générale de l’équation di¤érentielle linéaire à coe¢ cients constants ay 0 + by = 0 est

y = Cert
b
où r = a est la solution de l’équation caractéristique ar + b = 0 et C est une constante.

2) La solution générale de l’équation y 00 + ! 2 y = 0 est

y = A sin(!t) + B cos(!t)

où A et B sont deux constantes (équation de l’oscillateur harmonique).

3) Pour résoudre l’équation du second ordre homogène à coe¢ cients constants ay 00 + by 0 + cy = 0;avec
a 6= 0; on forme d’abord l’équation caractéristique ar2 + br + c = 0 en remplaçant y par 1, y 0 par r et
y 00 par r2 ; où r 2 R:

On distingue trois cas, suivant la valeur du discriminant = b2 4ac de l’équation caractéristique.


p
b+
a) Si > 0; l’équation caractéristique ar2 + br + c = 0 a deux racines réelles distinctes r1 = 2a
p
b
et r2 = 2a ; et la solution générale de ay 00 + by 0 + cy = 0 s’écrit

y = Aer1 t + Ber2 t
où A et B sont des constantes.
b
b) Si = 0; l’équation caractéristique ar2 + br + c = 0 a une racine double r = r1 = r2 = 2a : Alors
la solution générale de ay 00 + by 0 + cy = 0 est

y = ert (At + B)
où A et B sont des constantes.

c) Si < 0; l’équation caractéristique ar2 + br + c = 0 a deux racines complexes conjuguées, notées


r = + i et r = i ; et la solution générale de ay 00 + by 0 + cy = 0 s’écrit

y = e t [A sin ( t) + B cos ( t)]


où A et B sont des constantes.

4) La méthode de résolution d’une équation di¤érentielle linéaire à coe¢ cients constants avec second
membre est la suivante :
a) Recherche de la solution générale yg de l’équation sans second membre (ESSM ) associée par
utilisation de l’équation caractéristique (EC).
b) Recherche d’une solution particulière yp de l’équation avec second membre.
c) Utilisation de la formule y = yg + yp :

5) Dans le cas où le second membre est une constante, on cherche yp sous la forme d’une constante.

6) Dans le cas où le second membre est une fonction sinusoïdale A sin !t ou A cos !t; on utilise les
formules cos !t = Re ei!t et sin !t = Im ei!t ; et on cherche la solution complexe yp de l’équation
complexe associée sous la forme yp = Cei!t .

7) Principe de superposition : une solution particulière d’une équation di¤érentielle linéaire dont le
second membre se présente sous la forme d’une somme est la somme des solutions particulières.

c http://touteslesmaths.fr
FICHE RECAPITULATIVE DEVELOPPEMENTS LIMITES

1) Formule de Taylor-Young :

f 00 (0) 2 f (n) (0) n


f (x) = f (0) + f 0 (0) x + x + + x + xn " (x)
2! n!
avec limx!0 " (x) = 0:
2) Développements limités usuels (à connaître parfaitement) :
8
> 1
>
> = 1 + x + x2 + x3 + + xn + xn " (x)
>
> 1 x
>
>
>
>
2
x =1+x+ x + x +
3 xn
>
> e + + xn " (x)
>
> 2! 3! n!
>
>
>
> x3 x5 2p+1
> p x
>
< sin x = x + + ( 1) + x2p+1 " (x) :
3! 5! (2p + 1)!
>
> x2 x4 x6 p x
2p
>
> cos x = 1 + + ( 1) + x2p " (x) :
>
> 2! 4! 6! (2p)!
>
>
>
> ( 1) 2 ( 1) ( 2) 3
>
>
>
> (1 + x) = 1 + x + x + x +
>
> 2! 3!
>
>
>
: ( 1) ( n + 1) n
+ x + xn " (x) :
n!

3) Développements limités et approximations :

Fonction Développement limité (x ! 0) Approximation (x << 1)


1
1 x = 1 + x + x" (x) 1+x
ex = 1 + x + x" (x) 1+x
sin x = x + x" (x) x (x en radians)
x2 x2
cos x =1 2 + x2 " (x) 1 2 (x en radians)
p
1+x = 1 + 12 x + x" (x) 1 + 12 x

4) Multiplication de deux développements limités : On obtient le développement limité à


l’ordre n du produit f (x) g (x) en e¤ectuant le produit des DL de f (x) et g (x) à l’ordre n; et en ne
conservant dans la partie principale que les termes de degré inférieur ou égal à n:
R
5) Intégration des développements limités : Le DL à l’ordre n + 1 de F (x) = f (x)dx s’obtient
en intégrant terme à terme le DL à l’ordre n de f (x): La constante d’intégration est F (0):
Exemple à connaître : Le DL de ln(1 + x) s’obtient rapidement par intégration.
Par exemple, supposons qu’on ait besoin du DL à l’ordre 3 au voisinage de 0 de ln(1 + x):
Partant du DL à l’ordre 2 de 1 1 x ; on a successivement par substitution et intégration :
1 1
= 1 + x + x2 + x2 " (x) ) = 1 x + x2 + x2 " (x)
1 x 1+x
1 2 1 3
) ln(1 + x) = x x + x + x3 " (x) ; avec lim " (x) = 0:
2 3 x!0

6) Substitution : Si g(0) = 0; le DL de la composée f (x) = h [g (x)] s’obtient en remplaçant x par


g (x) dans le DL de h (x) ; et en ne conservant que les termes de degré inférieur ou égal à n:

c http://touteslesmaths.fr
FICHE RECAPITULATIVE INTEGRALES

1) Calcul élémentaire : la majorité des intégrales se calcule en "reconnaissant" la dérivée d’une


fonction composée
[g(u)]0 = g 0 (u) u0
à une constante multiplicative près, que l’on introduit en "terme correctif". On utilise en particulier
[ur ]0 = rur 1 u0 ; (sin u)0 = cos u u0 ; (cos u)0 = sin u u0 ; [eu ]0 = eu u0 :

2) Lorsqu’on n’a que des pôles simples (réels ou complexes), les primitives des fractions ra-
tionnelles s’obtiennent par décomposition en éléments simples et utilisation des formules
Z 0 Z
u 1 1 x
dx = ln juj ; 2 2
dx = arctan
u x +a a a

3) La formule d’intégration par parties s’écrit


Z b h ib Z b
u0 vdx = uv uv 0 dx
a a a

Rb
4) Pour e¤ectuer un changement de variable x = g(t) dans l’intégrale a f (x)dx :
a) On remplace x en fonction de t dans f (x):
b) On remplace dx en fonction de t et dt grâce à la notation de Leibniz dx 0
dt = g (t):
c) On remplace les bornes pour x par les bornes pour t:

5) L’intégrale d’une somme est égale à la somme des intégrales :


Z b Z b Z b
[f (x) + g(x)] dx = f (x)dx + g(x)dx
a a a

6) Les constantes se mettent en facteur dans les intégrales : si 2 R est une constante,
Z b Z b
f (x)dx = f (x)dx
a a

7) La relation de Chasles s’écrit :


Z b Z c Z b
f (x)dx = f (x)dx + f (x)dx
a a c

8) Si f est paire (graphe symétrique par rapport à Ox); alors


Z a Z a
f (x)dx = 2 f (x)dx
a 0

Si f est impaire (graphe symétrique par rapport à O); alors


Z a
f (x)dx = 0
a

c http://touteslesmaths.fr
FICHE RECAPITULATIVE NOMBRES COMPLEXES

1) Forme algébrique : L’écriture z = x + iy s’appelle la forme algébrique du nombre complexe z:


Le conjugué de z = x + iy est le nombre complexe z = x iy et

z + z = 2 Re (z) ; z z = 2i Im (z) ; z z = x2 + y 2 (1)

2) Module et argument : Dans le plan complexe, les coordonnées polaires r et du point M


qui représente le complexe z = x + iy dé…nissent le module r = jzj et l’argument = arg z de z:
L’argument est dé…ni à 2 près. On a
p p
x = r cos ; y = r sin ; jzj = x2 + y 2 = z z (2)
Pour calculer l’argument du complexe z; on utilise les formules :
Re z Im z
cos = ; sin =
jzj jzj
Pour obtenir la forme algébrique du quotient zz0 ; on multiplie numérateur et dénominateur par le
conjugué du dénominateur. Il apparaît alors au dénominateur le module de z 0 .

3) Exponentielle complexe : Elle est dé…nie par la formule

ei = cos + i sin (3)


L’exponentielle complexe véri…e les propriétés suivantes :

0
+ 0) ei 0 n
ei :ei = ei( ; 0 = e
i( ) ; ei = e i ; ei = ein
ei
La dernière égalité, valable pour tout n 2 N; est la formule de Moivre. En utilisant (2) et (3),
on voit que tout complexe z s’écrit sous trois formes di¤érentes (algébrique, trigonométrique,
exponentielle) :
z = x + iy = r (cos + i sin ) = rei (4)
4) Module et argument d’un produit et d’un quotient : il résulte de (4) et des propriétés de
l’exponentielle complexe que
8
< jzz 0 j = jzj : jz 0 j ; arg (zz 0 ) = arg (z) + arg (z 0 ) [2 ]
z jzj z
: 0 = 0 ; arg 0 = arg (z) arg (z 0 ) [2 ]
z jz j z
5) Formules d’Euler : pour tout réel ; on a :

z+z ei + e i z z ei e i
cos = = ; sin = = (5)
2 2 2i 2i
Elles permettent notamment de linéariser sin3 x et cos3 x à l’aide de l’identité remarquable

(a + b)3 = a3 + 3a2 b + 3ab2 + b3

6) Utilisation des nombres complexes dans les applications : on utilise les formules

cos = Re(ei ) ; sin = Im(ei ) (6)


Celles-ci permettent de remplacer certains calculs de trigonométrie par des calculs sur les exponentielles
complexes, notamment dans les équations di¤érentielles.

c http://touteslesmaths.fr
FICHE RECAPITULATIVE TRIGONOMETRIE ELEMENTAIRE

1) Cercle trigonométrique : il doit être utilisé systématiquement.


+ tan
sin

x
sin x tan x

π 0
O cos x cos

Figure 1

2) Formules élémentaires à connaître parfaitement :


sin x 1
tan x = ; sin2 x + cos2 x = 1 ; 1 + tan2 x =
cos x cos2 x
3) Valeurs usuelles à connaître parfaitement :

x 0 6 4 3 2
p p
1 2 3
sin x 0 2 2 2 1
p p
3 2 1
cos x 1 2 2 2 0
p
tan x 0 p1 1 3 Non dé…nie
3

D’autres valeurs se lisent sur le cercle trigonométrique, par exemple sin = 0; cos = 1; etc.

4) Symétries dans le cercle trigonométrique : le rectangle fondamental, à dessiner chaque fois


que nécessaire, permet de se rappeler d’un grand nombre de formules élementaires. Par exemple
sin( x) = sin x; cos( x) = cos x; tan( + x) = tan x; etc...
sin tan
(π–x) (x) (x+2π)

cos
(π+x) (–x)
Figure 2

Notamment, les fonctions sinus et cosinus sont périodiques de période 2 ; tandis que la fonction
tangente est périodique de période : Retenir également que les fonctions sinus et tangente sont
impaires, tandis que la fonction cosinus est paire.

5) Les dérivées des fonctions trigonométriques sont données par les formules :
1
(sin x)0 = cos x = sin x + ; (cos x)0 = sin x = cos x + ; (tan x)0 = 1 + tan2 x =
2 2 cos2 x
Les dérivées des fonctions sinus et cosinus sont à connaître parfaitement. Si on a oublié la dérivée
sin x 0
de la fonction tangente, on peut la retrouver rapidement en écrivant (tan x)0 = cos x et en utilisant
la formule qui donne la dérivée d’un quotient.

c http://touteslesmaths.fr
FICHE RECAPITULATIVE FORMULES D’ADDITION

1) Les formules d’addition pour le sinus et le cosinus sont à connaître parfaitement :

sin (a + b) = sin a cos b + sin b cos a ; cos (a + b) = cos a cos b sin a sin b (1)

La formule d’addition pour la fonction tangente s’écrit :


tan a + tan b
tan (a + b) = : (2)
1 tan a tan b
sin(a+b)
Elle peut se retrouver facilement en écrivant tan(a+b) = cos(a+b) ; en appliquant les formules d’addition
pour le sinus et le cosinus et …nalement en divisant numérateur et dénominateur par cos a cos b:

2) Formules de duplication : il faut savoir les retrouver rapidement. Elles s’obtiennent en faisant
a = b = x dans les formules d’addition. Par exemple, pour le sinus et le cosinus :

sin 2x = 2 sin x cos x ; cos 2x = cos2 x sin2 x (3)

En utilisant la formule sin2 x + cos2 x = 1; on peut transformer la formule de cos 2x en remplaçant,


soit sin2 x par 1 cos2 x; soit cos2 x par 1 sin2 x: On obtient deux autres formules pour cos 2x :

cos 2x = 2 cos2 x 1 ; cos 2x = 1 2 sin2 x (4)

3) Linéarisation de sin2 x et cos2 x : à savoir retrouver à partir de (4) :

1 1
sin2 x = (1 cos 2x) ; cos2 x = (1 + cos 2x) (5)
2 2
4) Transformation de produits en sommes : pour retrouver rapidement la formule sin a cos b;
on écrit les formules d’addition du sinus en remplaçant b par b :

sin (a + b) = sin a cos b + sin b cos a (6) ; sin (a b) = sin a cos b sin b cos a (7) :

En additionnant (6) et (7); on obtient sin a cos b = 21 [sin (a + b) + sin (a b)] :


Pour retrouver rapidement les formules cos a cos b et sin a sin b; on écrit les formules d’addition du
cosinus en remplaçant b par b :

cos (a + b) = cos a cos b sin a sin b (8) ; cos (a b) = cos a cos b + sin a cos b (9) :

En additionnant (8) et (9); on obtient cos a cos b = 12 [cos (a + b) + cos (a b)] :


En soustrayant (8) et (9); on obtient sin a sin b = 12 [cos (a b) cos (a + b)] :

5) Transformation de sommes en produits : elles se retrouvent à partir des formules d’addition.


On peut utiliser le fait que
p+q p q p+q p q
p= + et q= :
2 2 2 2
On obtient ainsi : 8
> p+q p q
>
> sin p + sin q = 2 sin cos
>
< 2 2
p+q p q
cos p + cos q = 2 cos cos
>
> 2 2
>
> p+q p q
: cos p cos q = 2 sin sin
2 2

c http://touteslesmaths.fr
FICHE RECAPITULATIVE COURBES y = f (x)

1) Ensemble de dé…nition : C’est l’ensemble des valeurs de x pour lesquelles on peut calculer f (x):
Les principales opérations interdites sont :
a) Diviser par 0 : la fonction y = x1 est dé…nie sur R = R f0g = ] 1; 0[ [ ]0; +1[ :
p p
b) Calculer x avec x < 0 : la fonction y = x est dé…nie sur [0; +1[ :
c) Calculer ln x avec x 0 : la fonction ln x est dé…nie sur ]0; +1[ :

2) Réduction de l’intervalle d’étude dans trois cas :

a) Si f est paire, son graphe est symétrique par rapport à l’axe des y et on étudie ses variations
seulement pour les valeurs positives de la variable x:
b) Si f est impaire, son graphe est symétrique par rapport à l’origine O du repère et on étudie
ses variations également pour les valeurs positives de x:
c) Si f est périodique de période T; on étudie ses variations sur un intervalle de longueur T;
T T
généralement [0; T ] ou 2; 2 :

3) Tableau de variations : Le signe de f 0 (x) donne les variations de f (x): L’étude du signe de f 0 (x)
se fait généralement par factorisation et tableau de signes, sachant que :

a) Le trinôme ax2 + bx + c est du signe de a à l’extérieur de l’intervalle de ses racines x0 et x00 : Il


est du signe contraire de a à l’intérieur de l’intervalle de ses racines. Si le trinôme n’a pas de racines
réelles, il est du signe de a pour tout x réel.
b) Le signe des expressions trigonométriques s’obtient en utilisant un cercle trigonométrique.

4) Points singuliers : ce sont les points de la courbe d’abscisse u pour lesquels f (u) est dé…ni,
mais pas f 0 (u): Le coe¢ cient directeur de la tangente en un point singulier s’obtient en calculant
limx!u f 0 (x): Si cette limite est in…nie, il y a une tangente verticale.

f (x)
5) Branches in…nies : pour trouver les asymptotes obliques, on calcule lim = a:
x! 1 x
Si a 6= 0 et a 6= 1; on calcule ensuite limx! 1 (f (x) ax) :
Si b =
6 1; il y a une asymptote oblique d’équation y = ax + b:
f (x)
Si lim = 0; il y a une branche parabolique de direction Ox:
x! 1 x
f (x)
Si lim = 1; il y a une branche parabolique de direction Oy:
x! 1 x

6) Points d’in‡exion : les abscisses des points d’in‡exion sont les valeurs de x pour lesquelles la
dérivée seconde f 00 (x) s’annule et change de signe.

c http://touteslesmaths.fr

Vous aimerez peut-être aussi