Vous êtes sur la page 1sur 5

c 


   
  

@ 
   @


      



       !

á   "

Huston avait déjà aborde la psychanalyse avec « u 


u º un film illustrant le traitement par hypnose des soldats
traumatisés. Dans ce film qui reflète vigoureusement la vie de
Freudº Huston voulait rendre un hommage à cet homme en donnant
au grand public l'occasion de percevoir l'apport scientifique du père
de la psychanalyseº traitant en partie des fausses pistes suivies par
Freud jusqu'à ce qu'il découvre le complex e d µŒdipe.

u      ! " !! 


#  $  ""   ! "  
%  & ' ( )*   ! '$    
 %    !   + ")    '"
% !  &   %##!!(  
  " ),- .

Mise en scène pertinente et envoûtante du début jusqu'à la finº le


cinéaste John Hustonº s'applique avec talent à la réflexion et à
l'exploration intellectuelle. Sa réalisation est basée sur le concept de
recherche d'une vérité scientifique ainsi que philosophique.

Quant à l'interprétation de Freud par Montgomery Cliftº elle est tout


simplement magistraleº sobreº entièrement fondée sur son regard
aussi bien passionné et enthousiaste qu¶effrayé et plein de doute.
Se voulant convaincantº cette quête « intellectuelle » est fort bien
mise en relief par de légères contre-plongées et un discret éclairage
latéral.

j "

„ jvocation d'une période de la vie de Freud (dans les années


1885-1886)º durant lesquelles il prit conscience des
répercussions de la sexualité sur l'origine des névroses.
„ X travers un cas typique d'hystérie provoquant cécité et
paralysieº la démarche freudienne nous ai évoquée a travers
les différents abords (rêvesº transfertº actes manquesº etc.)
qui marquent son œuvre et sa théorie
„ jn soignant Cécily Koertnerº une jeune névroséeº Freud
découvre l¶importance de la sexualité dans certaines
pathologiesº décèle les troubles produits par la censure
mentale et formule l¶hypothèse d¶un conflit entre es « forces
mystérieuses de l¶inconscient » et les tabous de la vie
consciente.
„ l interroge sa malade sous hypnoseº explore le symbolisme
des rêvesº traque les actes manqués.
„ l note également l¶omniprésence de la libidoº y compris chez
l¶enfantº considéré depuis toujours symbole de pureté.
„ l confirme l¶hypothèse de l¶inconscient et mène à bien ses
travaux sur le complexe d¶ Œdipeº le refoulementº et la cure
psychanalytique.

Î##$ 



ua résistance est une force qui s'oppose au retour dans le conscientº
de pensées inconscientesº qui pourraient éventuellement participer
à la guérison du patient en question.
Ce concept désigne le fait de ne pas être ouvert à soiº à sa réalité et
à la réalité extérieureº et finalement de rester en lutte d'abord
contre soi-même mais aussi finalement contre le reste du monde.

ua personne traitée est menée par le bout du nez par son


inconscientº quiº luiº déteste les changements. Tous ces symptômes
qui le font tant souffrirº ont été mis en place par son inconscientº en
grande partie durant les premières années de sa vieº où elle savait
si peu de choses de la vie. Cette constructionº appelée « le
Fantasme »º reste d'application à vie. l est alors compréhensible
que pendant la psychanalyseº l¶individu a peur qu'on touche à son
inconscientº a la partie qui lui est sécrète ; la personne appréhende
l'effondrementº et en fin de compte le changement. Xlorsº quand le
« malade » s'aperçoit que des choses commencent à changerº qu e
son comportement n'est plus le même qu'avantº qu' il perd certains
symptômesº il s'en suit généralement une forme de résistance.

Nous pouvons noter diverses formes de résistances en


psychanalyse :
1. ua résistance du psychanalyste a ne pas vouloir changer s a
méthode : ua plupart des psychanalystes résistent à tout ce
qui pourrait les faire dévier de leur méthode. Celait pourrait
paraître comme une protection personnelleº un manque
d¶assurance en leur propre analyse. Bien que cette forme de
résistance soit indirectement reflétée dans le film de Hustonº
nous n¶allons pas la développée plus que ca vu qu¶elle
n¶apparaît pas être la notion primordiale.
2. Celle du patient a se retenir de parler des sujets qui lui
tiennent a cœurº tabousº qui sont souvent la cause de la
psychanalyse
3. ues autres sont de formes tout à fait particulières liées
directement aux systèmes naturels de rejetº de défensesº de
peur et de protections. Par exempleº l¶oubli : il protège la
personne contre tout ce qui pourrait rappeler ces moments
dans la vie quotidienneº c¶est une protection naturel le. C¶est
une sorte d¶échappatoire qui nous permet de résister à la
vérité.

jn ce qui concerne le film de Hustonº cette notion est


particulièrement soulignée lorsque Freud demande à Cécilyº a
plusieurs reprisesº de se souvenir d¶un moment clé de son
passé. ua phrase « je ne m¶en rappelle plus »º est mentionnée
plusieurs fois. Malgré toutº Freud insisteº est persuadé que ce
soi-disant oubliº n¶est qu¶une peur venant de la patiente
névrosée de découvrir la vérité refoulée.
Petit a petitº grâce a l¶acharnement de Freud de vouloir saisir
le « mécanisme psychanalytique »º Cécily parvient à se
libérerº à se lâcherº à casser le mur de la peur et de la honte
(les résistances).
Par ailleursº l¶aspect de résistance est clairement représenté
dans le film par le changement de scenarios du passe que
Cécily tente de révéler (histoire de la poupée et de ce qui s¶en
suit). « u¶hystérie » de Cécily a été causée par les
événements incestes de son passeº refoulés durant toute sa
vieº enfuis dans son inconscient a cause d¶un mécanisme de
protection émotionnelle. C¶est lorsqu¶ elle a puº petit a petitº
reconstituer les épisodes de son passeº que ses symptômes
de cécitéº de paralysie et de « folie » ont disparu un par un.
jn effetº au début du film Cécily racontait des fausses
versions de la mort de son père affirmant par exemple que
des médecins lui ont appris sa mort alors que c¶étaient des
policiers et qu¶il est mort dans un hôpital alors que c¶était
dans un bordel. jlle avait également déclare que son père l¶a
violé étant petite et lui a donné une poupée comme
récompense et a chaque fois Freud remarquait des
incohérences dans les propos de Cécily et essayait de lui faire
dire la vérité pour l¶aider à guérir.

C¶est le devoir du psychanalyste de mettre tout en œuvre pour faire


tomber la résistance qui existe de part et d¶autre au cours des
séances et non celui du patient . Un psychanalyste par expérienceº
sait que la situation dans laquelle se trouve la personne « malade »º
est le résultat de son vécu dans sa totalité.

>Î
   %& ' 
 ()   

Freud chercha à lever les troubles de sa patiente en travaillant sur


son enfance et les conséquences de certaines peurs étranges
l'invalidant dans la vie courante. Cecily fut donc la première à
entreprendre une psychanalyseº et fournir à son expérimentateur la
cohérence de ses interprétations. ue cas de Cecily n¶est pas celui
d¶une guérison pure et simple d'une maladie. u'enjeu global de ce
qu'il dénomma une métapsychologie recoupe un monde qui ne se
limite pas au seul univers psychiqueº ou pire à une science du sexe.
l ouvrit la voie à de nombreuses connaissancesº on peut même
évoquer un espace pluridisciplinaire associant : l'anthropologieº la
biologieº la théologieº la psychologieº la philosophie.

jn soignant Cécilyº Freud découvre l¶importance de la sexualité


dans certains cas pathologiquesº décèle les troubles produits par la
censure mentale et formule l¶hypothèse d¶un conflit entre les forces
mystérieuses de l¶inconscient et les tabous de la vie consciente. l
interroge sa maladeº explore le symbolisme des r êvesº traque les
actes manqués et plus spécifiquement les lapsus commis par sa
patiente (par exemple de dire que sa mère est une prostituée au
lieu de dire une protestante).
l note l¶omniprésence de la libidoº y compris chez l¶enfantº
considéré comme toujours comme symbole de pureté.

Pour Freud dans l'inconscientº tout se conserve et rien ne se perd.


ues symptômes viennent de ce que le malade n'a pas su exprimer
normalement une émotion. ue traitement reste sans effet s'il n'est
pas accompagné de ces émotions q ue Freud nomme ##! . ues
expériences émotivesº causes de symptômes sont des    
 '! (  . ues traumatismes sont déterminés par des !&
(telles que celle du petit chien) dont ils sont les résidus. ues
symptômes sont des résidus d'événements traumatiques
douloureux auxquels les hystériques restent attachésº dont ils ne se
libèrent pas et pour lesquels ils négligent la réalité présente. Cette
répétition du passé ne peut disparaître que par le traitement
cathartique qui reproduit chronologiquement la chaîne des
souvenirs pour renvoyer au premier traumatisme.

Freud s'intéressa d'abord à l'inconscient pour soigner ses malades.


Mais il s¶est rendu compte que les manifestations de l'inconscient ne
résident pas seulement dans les symptômes de la névrose mais
aussi dans la vie de tous les joursº à travers nos actes quotidiens.