Vous êtes sur la page 1sur 4

Bac blanc spécialité Mathématiques

Décembre 2021 - Sujet B


L’usage d’une seule calculatrice est autorisé :
Soit une calculatrice collège, soit une calculatrice lycée en mode examen

Le sujet comporte quatre exercices et est à rendre en fin d’épreuve.

Dans la correction, il sera tenu compte de la qualité de la présentation et de la rédaction.


Exercice 1 : 5 points
Le plan est rapporté à un repère orthonormal (𝑂; 𝑖⃗, 𝑗⃗).

50
On considère les points 𝐵(100; 100) et 𝐶 (50 ; 𝑒 )

et la droite (𝐷) d’équation 𝑦 = 𝑥.


La fonction 𝑓 est définie sur ℝ, sa représentation graphique est (𝐶𝑓).
On suppose de plus qu’il existe deux réels 𝑎 et 𝑏 tels que :
* pour tout 𝑥 réel, 𝑓(𝑥) = 𝑥𝑒 𝑎𝑥+𝑏 ;
* les points 𝐵 et 𝐶 appartiennent à la courbe (𝐶𝑓).

100𝑎 + 𝑏 = 0
1. a. Montrer que le couple (𝑎; 𝑏) est solution du système { 1
50𝑎 + 𝑏 = − 2

b. En déduire que, pour tout 𝑥 réel, 𝑓(𝑥) = 𝑥𝑒 0,01𝑥−1 .


2. Déterminer la limite de 𝑓 en +∞.
100
3. a. Montrer que, pour tout 𝑥 réel, 𝑓(𝑥) = 𝑒 × 0,01𝑥𝑒 0,01𝑥

b. En déduire la limite de 𝑓 en −∞.


4. Étudier les variations de la fonction 𝑓. On donnera le tableau de variations complet.
5. Étudier la position relative de la courbe (𝐶𝑓) et de la droite (D).

Exercice 2 : 4 points
On donne ci-dessous 4 affirmations.
Pour chacune d’elle, indiquer si elle est vraie ou fausse en justifiant le choix.

⃗⃗ ).
1. On considère l’espace muni d’un repère orthonormé (𝑂; 𝑖⃗, 𝑗⃗, 𝑘
On donne les points 𝐴(2; 5; −1), 𝐵(3; 2; 1) et 𝐶(1; 3; −2).
Affirmation 1 Le triangle 𝐴𝐵𝐶 est isocèle mais non rectangle.
Affirmation 2 Le point 𝐷(8; 2; 8) appartient au plan (𝐴𝐵𝐶).
Affirmation 3 Le vecteur 𝑛⃗⃗(4; −2; −5) est un vecteur normal au plan (𝐴𝐵𝐶).

2. La figure ci-contre représente un cube 𝐴𝐵𝐶𝐷𝐸𝐹𝐺𝐻. Les


points 𝐼 et 𝐽 sont les milieux respectifs des arêtes [𝐺𝐻] et
[𝐹𝐺]. Les points 𝑀 et 𝑁 sont les centres respectifs des
faces 𝐴𝐵𝐹𝐸 et 𝐵𝐶𝐺𝐹.
Affirmation 4 Les droites (𝐼𝐽) et (𝑀𝑁) sont orthogonales.
Exercice 3 : 6 points
1. Restitution organisée de connaissances.
𝑒𝑥
L’objet de cette question est de démontrer que lim 𝑥 = +∞
𝑥→+∞

On supposera connus les résultats suivants (prérequis) :


• la fonction exponentielle est dérivable sur ℝ et est égale à sa fonction dérivée ;
• 𝑒0 = 1 ;
• pour tout réel 𝑥, on a 𝑒 𝑥 > 𝑥 ;
• Soient deux fonctions 𝑢 et 𝑣 définies sur l’intervalle [𝐴; +∞[ où 𝐴 est un réel positif.
Si, pour tout 𝑥 de [𝐴; +∞[, 𝑢(𝑥) ≤ 𝑣(𝑥) et si lim 𝑢(𝑥) = +∞ alors lim 𝑣(𝑥) = +∞
𝑥→+∞ 𝑥→+∞

𝑥2
a. On considère la fonction 𝑔 définie sur [0; +∞[ par 𝑔(𝑥) = 𝑒 𝑥 − 2

Montrer que tout réel 𝑥 de [0; +∞[, 𝑔(𝑥) ≥ 0.


𝑒𝑥
b. En déduire que lim 𝑥 = +∞
𝑥→+∞

2. On appelle 𝑓 la fonction définie sur [0; +∞[ par 𝑓(𝑥) = 2𝑥𝑒 −𝑥


On appelle (C) sa courbe représentative dans un repère orthogonal (𝑂, 𝑖⃗, 𝑗⃗).
a. Justifier que 𝑓 est positive sur [0; +∞[.
b. Déterminer la limite de 𝑓 en +∞. En déduire une conséquence graphique pour (C).
c. Étudier les variations de 𝑓 puis dresser son tableau de variations sur [0; +∞[.

3. On considère la fonction 𝐹 définie sur [0; +∞[ par 𝐹(𝑥) = 1 − 2𝑒 −𝑥 − 2𝑥𝑒 −𝑥


a. Montrer que 𝐹 a pour dérivée 𝑓 sur [0; +∞[.
b. Justifier que 𝐹 est une fonction strictement croissante sur [0; +∞[.
c. Calculer la limite de 𝐹 en +∞ et dresser le tableau de variations de 𝐹 sur [0; +∞[.
d. Justifier l’existence d’un unique réel positif 𝛼 tel que 𝐹(𝛼) = 0,5.
A l’aide de la calculatrice, déterminer une valeur approchée de 𝛼 à 10−2 près par excès.
Exercice 4 : 5 points
Les parties A et B sont indépendantes. Toutes les valeurs calculées seront arrondies à 10−3.
On s'intéresse à une population de tortues vivant sur une île et dont le nombre d'individus
diminue de façon inquiétante.
Partie A
Au début de l’an 2000, on comptait 300 tortues. Une étude a permis de modéliser ce nombre de
𝑢 = 0,3
tortues par la suite (𝑢𝑛 ) définie par { 0 , où, pour tout entier naturel 𝑛, 𝑢𝑛
𝑢𝑛+1 = 0,9 𝑢𝑛 (1 − 𝑢𝑛 )
modélise le nombre de tortues, en milliers, au début de l’année 2000 + 𝑛.
1. Calculer avec ce modèle le nombre de tortues au début de l’an 2001, puis de l’an 2002.
2. On admet que, pour tout entier naturel 𝑛, 𝑢𝑛 appartient à l’intervalle [0; 1].
a. Justifier que 1 − 𝑢𝑛 appartient à l’intervalle [0; 1] puis en déduire, pour tout 𝑛 entier
naturel, 0 ≤ 𝑢𝑛+1 ≤ 0,9 𝑢𝑛 .
b. Démontrer alors par récurrence que, pour tout entier naturel 𝑛, on a 0 ≤ 𝑢𝑛 ≤ 0,3 × 0,9𝑛 .
c. Déterminer la limite de la suite (𝑢𝑛 ). Que peut-on en conclure sur l'avenir de cette
population de tortues ?
3. Des études permettent d'affirmer que, si le nombre de tortues à une date donnée est
inférieur au seuil critique de 30 individus, alors l'espèce est menacée d'extinction. On
souhaite qu'à la fin de son exécution, un algorithme affiche la dernière année pendant
laquelle il reste plus de 30 tortues. Écrire l'algorithme demandé.
Quelle valeur renvoie le programme après exécution ?

Partie B
Au début de l'année 2010, il ne reste que 32 tortues. Afin d'assurer la pérennité de l'espèce,
des actions sont menées pour améliorer la fécondité des tortues. L'évolution de la population
est alors modifiée et le nombre de tortues peut être modélisé par la suite (𝑣𝑛 ) définie par :
𝑣10 = 0,032
{ où, pour tout entier naturel 𝑛 ≥ 10, 𝑣𝑛 modélise le nombre de tortues,
𝑣𝑛+1 = 1,06 𝑣𝑛 (1 − 𝑣𝑛 )
en milliers, au début de l’année 2000 + 𝑛.
1. Donner une valeur approchée du nombre de tortues au début des années 2011 puis 2012.
2. On admet que, dans ce modèle, la suite (𝑣𝑛 ) est croissante et convergente. On appelle ℓ sa
limite. Justifier que ℓ vérifie ℓ = 1,06 ℓ(1 − ℓ).
3. Calculer ℓ et interpréter le résultat dans le contexte de l’exercice.

Vous aimerez peut-être aussi