Vous êtes sur la page 1sur 7

l' obligation du port du voile sur le visage.

(le sitar)

LES ARGUMENTS CORANIQUES

1° ARGUMENT :
Le Très-Haut a dit :

« Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté… »


[24 : 31]

Tout comme Allah ‘Azawajal a décrété aux croyantes de sauvegarder leur chasteté,
Il a également décidé tout moyen contribuant à cet ordre.

Toute personne douée de raison ne doutera pas un instant que parmi ces moyens
figure la nécessité de couvrir le visage, car son dévoilement incite un regard vers la
femme et à contempler sa beauté, ce qui conduit à commettre le péché.

Le Prophète (P.s.l.) a dit :

« Les yeux forniquent, et leur fornication est le regard et l’organe génital


confirme cela ou le dément ».
[Sahih Al bukhari, al isti’dhan, 12; Sahih Muslim, al-Qadar, 20, d’Abu Hurayra (r.a)]

Aussi, couvrir le visage compte parmi les moyens qui préserve la chasteté. Tout
moyen prend le même statut juridique que la finalité visée.

Par conséquent, si l’objectif est une obligation, le moyen devient également une
obligation, il devient donc obligatoire de couvrir le visage, puisque étant un moyen
menant vers cela.

2° ARGUMENT :
Allah ‘Azawajal a dit :

« …et de ne montrer de leurs atours (zina) que ce qui en paraît » [24 : 31]

a) Ibn Mas’ud (r.a.) a dit : « les atours (zina) sont, par exemple, le pardessus et les
vêtements »
[Ainsi dirent Al-Hassan (al-Basri), Ibn Sirin (Muhammad b.Sirin) et al-Nakha’i (Ibrahim al-
Nakha’i) qu’Allah leur fasse Miséricorde.]

La parole d’ Ibn Mas’ud (r.a.) a été rapporté par plusieurs rapporteurs tels que Al-
Tabarani et Al-Hakim, et que cela a été authentifié par Ibn Abi Hatim, et
l’interprétation d’un compagnon constitue un argument.

Ibn Mas’ud (r.a.) a dit: « Il y a deux sortes de parures (zina) : la parure apparente et
la parure cachée. Celle qui est apparente, ce sont les vêtements, et celle qui est
cachée, c’est le kuhul (matière appliquée sur le contour des yeux) et le visage. Cette
dernière ne peut être montrée qu’au mari et aux hommes considéré comme mahram
(homme interdits au mariage suite à un lien parental) ».

b) En effet, l’utilisation du mot al-Zina (parure) dans la langue arabe indique la parure
apparente et non le visage et les mains. A titre d’exemple, Allah ‘Azawajal dit :

« O Enfants d’Adam, dans chaque lieu de prière portez votre parure


(zinatakum) (vos habits) » [7 : 31]. C’est-à-dire les vêtements (et non le visage et les
mains)

Dans un autre verset Allah ‘Azawajal dit :


« Dis : « Qui a interdit la parure d’Allah (zinat Allah), qu’Il a produite pour Ses
serviteurs, ainsi que les bonnes nourritures ? » [7 : 32]
Cela signifie également les vêtements.

Allah ‘Azawajal dit encore :


« Nous avons décoré le ciel le plus proche d’un décor (zina) : les étoiles » [37 :
6] Il est évident que les étoiles constituent une parure apparente. Donc, le sens
littéral du terme zina (parure) confirme que le même mot cité dans le verset : « et de
ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît » désigne la parure apparente,
c’est-à-dire les vêtements, comme on vient de le démontrer dans d’autres versets.

c) Un autre aspect de l’argumentation est que le Tout Puissant a dit : « que ce qui
en paraît » et Il n’a pas dit : « ce qu’elles font apparaître », cela désigne donc ce
qui apparaît contre leur volonté comme, les vêtements.

Et Allah ‘Azawajal est le plus Connaisseur.

3° ARGUMENT :
La parole du Très-Haut :

« et qu’elles rabattent leurs voiles sur leurs poitrines » [24 : 31]

a) Dans la langue arabe, le mot Khimar signifie voile, rideau. D’où le mot khamr qui
signifie alcool car il voile la conscience. Et lorsque l’on dit qu’une femme s’est voilée,
cela signifie qu’elle s’est couverte. Alors, quel sens reste-t-il encore au mot « voilée »
si la femme ne couvre pas la partie faisant face aux gens, en l’occurrence le visage.

Al-Bukhari a rapporté dans son recueil de hadith authentiques que ‘Aicha qu’Allah
l’agrée, a dit : « Qu’Allah fasse miséricorde aux premières femmes immigrées,
car lorsque Allah a révélé : « et qu’elles rabattent leurs voiles sur leurs
poitrines », elles ont déchirée une partie de leurs robes et se sont voilées avec ».
Dans une autres version, elle dit : « Elles ont pris leur manteau et en ont coupé
les rebords et se sont voilée avec ».

Ibn Hajar dit dans son ouvrage al-Fath :


« Sa parole disant : « Elles se sont voilée avec », signifie qu’elles se sont couverte
le visage ».
Il explique comment, et dit : « La femme met le voile sur sa tête et rabat son bout du
flanc droit vers son épaule gauche. »

Al-Farra’ dit : « Pendant la période d’ignorance, la femme jetait son voile derrière elle
en dévoilant ce qu’il y avait devant. Puis, il leur fut ordonné de se voiler ».

Les femmes des compagnons du Prophète (P.s.l.) mettaient en applications ce


verset. Et nous allons montrer que les femmes Auxiliaires (Ansaryat) firent la même
chose que les femmes Immigrées (Muhajirat)

Ibn Abi Hatim rapporte que ‘Aïcha, qu’Allah l’agrée, a dit :


« Certes les femmes Qouraichites ont de grandes qualités, mais par Allah, je n’ai
point vu des femmes plus convaincues par le Livre d’Allah que les femmes des
Ansars (musulmanes de Médine). En effet quand fut descendue la Sourate An-Nur
(la lumière) dans laquelle se trouve le verset suivant : « Qu’elles rabattent leurs
voiles sur leurs poitrines » [Coran 24 verset 31]; leurs hommes se rendirent
auprès d’elles pour leur réciter ce qu’Allah fit descendre à leur intention de sorte que
chacun d’eux se mit à le réciter à sa femme, sa fille, a sœur et à toutes ses proches.
Il n’y eut alors aucune femme qui n’eut prit son pagne bourrelé pour se couvrir la tête
et le visage par ferme conviction et foi en ce qu’Allah a révélé de par Son Livre. Ce
qui leur donnait l’air, lorsqu’elles priaient derrière le Messager d’Allah, de porter des
corbeaux noirs sur la tête ».
[Ibn Kathir, Tafsir al-Qur’an al-‘Azim, t. III, p.285]

C’est-à-dire tellement qu’elles étaient en noir.

Et Allah ‘Azawajal est le plus Connaisseur.

4° ARGUMENT :
La parole du Très-Haut :

« Et si vous leur demandez quelque objet, demandez-le leur derrière un rideau :


C’est plus pure pour vos cœurs et leurs cœurs » [33 : 53]

Ceci est un ordre divin adressé aux compagnons du Prophète (P.s.l.), pour leur
enseigner les bonnes conduites à tenir en voulant s’adresser aux femmes du
Prophète (Ps.l.). Et cet ordre s’applique à tous les musulmans en cas de dialogue
avec les femmes qui leurs sont étrangères. Remarquez que l’ordre est adressé aux
plus purs et pieux de cette Oumma (communauté) islamique qui sont les
compagnons du Prophète et cela à l’égard des femmes du Prophète (P.s.l.) qui leur
sont interdites en mariage puisqu’Allah les a juridiquement rendues mères de tous
les musulmans jusqu’à ce que la Terre et ses habitant soient hérités par leur
Créateur. Que dire alors de nous aujourd’hui ?
[Source : « Le voile de la femme musulmane, pourquoi ? » Du Cheikh Muhammad Ben
Ahmad Ben Ismail. De l’édition Daroussalam. Titre du livre original : « El Hidjab ; limadha ? »
]

En conséquence, le verset indique clairement l’obligation de couvrir le visage car


Allah ‘Azawajal a dit : « Et si vous leur demandez quelque objet », c’est-à-dire un
objet ou une question ou autre : « demandez-le leur derrière un rideau », c’est-à-
dire derrière un écran qui vous sépare d’elle, que ce soit un pardessus (Jilbab) qui
cache le visage ou un voile ou un mur.

Et Allah ‘Azawajal est le plus Connaisseur.

5° ARGUMENT :
La parole d’Allah ‘Azawajal :
« O Prophète, recommande à tes épouses, à tes filles et aux croyantes de
rabattre leurs voiles, sur leurs fronts : elles en seront plus vites reconnues et
exemptes de peines »
[Coran Sourate 33 verset 59]

a) A propos de ce verset, l’ensemble des savants a dit :


« Cela veut dire qu’elles doivent cacher tout le visage excepté un seul oeil pour voir
(leur chemin) »
[Cette parole a été dite par Ibn Mas’ud , Ibn ‘Abbas et ‘Ubayda al-Salamani, ainsi que
d’autres compagnons (r.a).]

b) Ibn ‘Abbas (r.a.) a dit : « A celles qui sortent de leurs maisons, parmi les
musulmanes, Allah ordonne de se couvrir les visages par leurs ‘‘jalabibs’’ (qui est un
vêtement long et large tel un abaya) et de ne laisser montrer qu’un seul oeil ». Ceci a
été soutenue par Muhammad Ben Sirine (r.a.). (Source : Tafsir Ibn Kathir, sourate 33
verset 59)

Rappel sur Ibn ‘Abbas (r.a.) : Le Prophète (P.s.l.) considérait Abd Allâh Ibn ‘Abbas
(r.a.) comme un enfant proche de lui. Le Prophète (P.s.l.) fit une invocation pour lui :
" Ô Allah, donne-lui une profonde compréhension de la religion de l'Islam et
instruis-le dans l'explication et l'interprétation des choses". Il y eut ensuite
beaucoup d'occasions où le Prophète (P.s.l.) répéta cette invocation ou prière pour
son cousin et dès lors Abd Allâh Ibn 'Abbas, qu'Allâh l'agrée, comprit que sa vie
devait être vouée à la recherche de l'apprentissage et du savoir. Le Calife 'Omar Ibn
Al-Khattâb, qu'Allah l'agrée, lui demandait souvent conseil pour d'importants
problèmes étatiques et le décrivait comme "le jeune homme de maturité".

Ibn Sirine (r.a.) a dit : « J’ai demandé à Soufiane Ben Al-Hareth Al-Hadrami au sujet
de ce verset : « Recommande à tes épouses, à tes filles et aux croyantes de
rabattre leurs voiles », il m’a répondu : « Il s’agit de voiler et le corps et le visage de
sorte qu’on ne laisse qu’un petit espace à l’œil afin de pouvoir regarder devant lui ».

Quant à Ibn Jarir Al-Tabari (r.a.), en interprétant le même verset, il a dit : « Il s’agit de
la femme croyante qui sort de chez elle et qui doit se couvrir sans laisser à découvert
ni sa chevelure ni son visage à la façon des esclaves, dans le but qu’aucun homme
ne s’expose à elle »
[Tafsir Tabari, t. XXII, p. 33 .]

El Mawdoudi (r.a.) à dit à ce propos : Le versets suivant : « O Prophète,


recommande à tes épouses, à tes filles et aux croyantes de rabattre leurs
voiles, sur leurs fronts : elles en seront plus vites reconnues et exemptes de
peines » [Coran 33 verset 59] a été révélé dans le but de couvrir le visage. Si on
passe au sens strict du verset, on dit qu’il s’agit de voiler le visage et porter une robe
assez large pour couvrir le corps. Car lorsqu’une femme musulmane, portant de tels
habits sera reconnue comme telle, et personne ne pourra s’exposer à elle et saura
que c’est une femme vertueuse ni esclave ni dévergondée ». La majorité des Ulémas
ont admis cette interprétation.

Les Ulémas Al-Jassass Al-Nissabouri, Fakhr El-Dine Al-Razi et le juge Al-Bidawi


(r.a.) ont eu la même opinion car par ce fait la femme croyante couvrant la tête et le
corps, sera distinguée de l’esclave ou autre qui, en général, exposent leurs
personnes aux hommes pour leurs plaire et part la suite commettre la débauche.

Il ne faut pas oublier que l’interprétation d’un compagnon est un argument valable.
Le fait de montrer qu’un seul œil vaut en cas de nécessité, lorsque la femme ne peut
voir à travers le voile.

Mais en absence de toute nécessité, comme pour le pardessus (jilbab) de nos jours
à travers lequel les femmes peuvent voir sans laisser apparaître l’œil, il n’y a
nullement de montrer cet œil.

c) Parmis les indices est la Parole d’Allah ‘Azawajal qui dit :

« de ramener sur elles leur grand voile ».

Cela indique, à l’unanimité des musulmans, l’obligation pour les épouses du


Prophète (P.s.l.) de se voiler et de se cacher le visage.

Puis, Il s’adressa aux filles du Prophète (P.s.l.) et après aux autres femmes en disant
:

« et aux femmes des croyants ».

Le dernier cité s’associe en tout avec son antécédent. Ainsi, il est évident que les
autres catégories de femmes citées dans le même contexte partagent la même règle
que les épouses du prophète (P.s.l.). Si les femmes du Prophète (P.s.l.) sont incitées
à ramener sur elle leur grand voile, c’est-à-dire de cacher leur visage, et cela selon
l’Unanimité des Savants, les autres femmes doivent également suivre le même
ordre.

d) La parole d’Ummu Salama (r.a) indique aussi que le verset fait allusion au voile du
visage :

« Lors de la révélation du verset – mentionné précédemment – les femmes des


Auxiliaires (Ansar) sont sorties de chez elles comme s’il y avait des corbeaux sur leur
tête à cause de leur tranquillité. Et sur elles, il y avait des habits noirs »
[Sahih Sunan Abi Dawud, t.II, p.520]

e) Ce qui renforce cette interprétation du verset, c’est la raison pour la quel il fut
révélé.
En effet certains pervers, certain pervers à l ‘époque harcelaient les femmes
esclaves et laissaient les femmes libres. Mais ils confondaient les deux catégories de
femmes. Alors, Allah ‘Azawajal a ordonné aux femmes du Prophète (P.s.l.) et aux
autres croyantes de mettre le voile afin qu’elles ne soient plus agressées.

Et Allah est le meilleur Connaisseur.

f) Il a été rapporté qu’Ibn ‘Abbas (r.a.) fut questionné sur l’interprétation de ce verset.
Alors, il prit le bout de son turban et couvrit son visage en faisant ressortir une partie
de son œil et il dit : « Le voile c’est ainsi », et n’oublions pas qu’Ibn ‘Abbas (r.a.) est
l’érudit de cette communauté et l’exégète du Coran qu’Allah l’agrée.

Et Allah ‘Azawajal est le plus Connaisseur.

6° ARGUMENT :
Allah ‘Azawajal a dit :

« Et quand aux femmes atteintes par la ménopause qui n’espèrent plus le


mariage, nul reproche à elles d’enlever leurs vêtements de (sortie), sans
cependant exhiber leurs atours (zina) et si elles cherchent la chasteté, c’est
mieux pour elles. Allah est Audiant et Omniscient. » [24 :60]

a) Allah ‘Azawajal a autorisé à cette catégorie de femmes d’enlever leurs «


vêtements » à condition qu’elles n’exhibent pas leurs atours (zina).

Cela veut dire qu’il est permis d’enlever ce qui est au dessus du voile. Ceci est
spécifique aux vieilles dames, mais sans exhibition des charmes.

Quand à la jeune femme désirable, susceptible d’être demandée en mariage, elle


n’est pas autorisée à enlever les vêtements (au-dessus du foulard).

b) Il est clair qu’enlever les vêtements ne veut pas dire qu’elles peuvent se dénuder.
Mais cela signifie qu’elles peuvent dévoiler le visage et les mains.

Les vêtements qu’il est permis aux vieilles femmes d’enlever sont ceux qui couvrent
l’entièreté du corps.

Ceci prouve que cela constitue une exception par rapport à la règle de base qui est
le fait de couvrir tout le corps, y compris le visage. Par rapport à quoi, les vieilles
dames font exception à la règle.

Mais si toute les femmes peuvent à l’origine montrer leur visage et leur mains,
qu’est-ce que les vieilles femmes peuvent montrer d’autre !?

Et Allah ‘Azawajal est le plus Connaisseur.

c) La partie du verset disant : « sans cependant exhiber leurs atours (zina) »


indique que lorsque la jeune femme dévoile son visage, elle cherche en général à
exhiber ses atours et dévoiler sa beauté. De ce fait, il lui est ordonné de couvrir le
visage.
7° ARGUMENT :
Allah ‘Azawajal a dit :

« Et qu’elles ne frappent pas de leurs pieds de façon à ce que l’on devine ce


qu’elles cachent de leurs parures » [24 :31]

Ceci signifie que la femme ne doit pas frapper avec son pied pour que l’on sache ce
qu’elle cachent comme bracelet de cheville ou autours mis pour ce faire belle pour
l’homme.

Et si la femme n’est pas autorisée à frapper avec ses pieds par peur d’attirer
l’homme par le son des bracelets de cheville et autres, que penser du fait de dévoiler
le visage qui est la partie la plus attirante ?

8° ARGUMENT :
Allah ‘Azawajal a dit :

« Nul grief sur elle au sujet de leurs pères, leurs fils, leurs frères,… » [33 :55]

A propos de ce verset, Ibn kathir a dit :

« Lorsque Allah (‘Azawajal) a ordonné aux femmes de se voiler aux étrangers, Il a


expliqué qu’à l’égard de ses proches-parents, il n’est pas obligatoire de se voiler
comme c’est le cas dans la sourate al-Nur (La Lumière) où Allah (‘Azawajal) dit : « et
de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît » [24 : 31]

9° ARGUMENT :
La parole d’Allah ‘Azawajal :

« Restez dans vos foyers ; et ne vous exhibez pas à la manière des femmes
d’avant l’Islam (jahiliyya) » [33 :33]

Ce verset comporte l’ordre de rester à la maison. Mais il laisse également entendre


que la femme ne doit pas montrer son visage aux hommes puisqu’en restant à la
maison, la femme est déjà à l’abri des regards.
Et puis, Il ‘Azawajal dit :

« et ne vous exhibez pas à la manière des femmes d’avant l’Islam »

Il faut savoir qu’avant le décret du voile, les femmes dévoilaient leur visage. Ensuite,
elles ont reçu l’ordre de faire le contraire de ce qu’elles faisaient auparavant.

Centres d'intérêt liés