Vous êtes sur la page 1sur 11

Le rôle de l'onduleur

Un onduleur photovoltaïque doit remplir plusieurs fonctions essentielles dans une installation
photovoltaïque raccordées au réseau.
Le plan du cours est le suivant :

LE RÔLE DE L'ONDULEUR PHOTOVOLTAÏQUE

1. Conversion continu-alternatif
2. Recherche du point de puissance maximum
3. La protection de découplage

Conversion du courant et de la tension continus en courant


et tension alternatifs
L'onduleur est un convertisseur de type continu → alternatif.

Dans une installation photovoltaïque, l'onduleur occupe une place centrale. Il va transformer
le courant continu délivrée par l'installation photovoltaïque en un courant alternatif
compatible avec le réseau.
On distingue la partie continue notée DC, reliée aux modules en amont de l'onduleur, et la
partie alternative notée AC, reliée au réseau en aval de l'onduleur.

Le courant et la tension continus produits par les modules photovoltaïques sont transformés,
via l'onduleur, en un courant et une tension alternatives compatibles avec le réseau.
En France, les caractéristiques du réseau sont les suivantes :

 Fréquence de 50 Hz
 Tension efficace de 230 V

Ainsi, en France un onduleur doit injecter dans le réseau une tension alternative ayant ces
propriétés.
Recherche du point de puissance maximum du groupe
photovoltaïque
Le MPPT est un système intégré à l'onduleur et qui permet de câler le courant et la tension
d'entrée de l'onduleur sur le point de puissance maximale du groupe photovoltaïque.
Le groupe photovoltaïque relié à l'onduleur présente une infinité de point de fonctionnement
possible, c'est-à-dire une infinité de couple courant-tension (U ; I). Mais il existe un seul
point (U ; I) de tel sorte que la puissance délivrée (P=U×I) par le groupe photovoltaïque
soit maximum. Ce point est le point de puissance maximum (MPP, Maximum Power Point
en anglais) du groupe photovoltaïque. Veuillez lire le cours sur les caractéristiques
électriques des modules photovoltaïques pour plus de précisions.

Il va de soi que la puissance délivrée par le groupe photovoltaïque doit être la plus importante
possible, c'est-à-dire la puissance correspondant au point de puissance maximum, notée PMPP.

Les onduleurs photovoltaïques disposent d'un système permettant de trouver ce point de


puissance maximum. Ce système s'appelle le MPPT (Maximal Power Point Tracker).
Concrêtement, il s'agit d'une unité d'électronique de puissance placée en amont du
convertisseur continu → alternatif. Certains onduleurs sont munis d'un seul tracker, d'autres
en sont doter de plusieurs.

Un onduleur mono-tracker est composé d'un système MPPT (Maximal Power Point
Tracking), d'un convertisseur continu → alternatif, d'une protection différentielle et d'une
protection de découplage, ainsi qu'illustré sur la figure ci-contre.
Cette description n'est valable que pour les onduleurs sans transformateur. Les onduleurs
disposant d'un transformateur n'ont pas de protection différentielle. A la place, il dispose d'un
transformateur.
Un onduleur multi-tracker est composé de plusieurs système MPPT (Maximal Power Point
Tracking) suivi de convertisseurs continu → continu, d'un convertisseur continu → alternatif,
d'une protection différentielle et d'une protection de découplage, ainsi qu'illustré sur la figure
ci-contre.
Cette description n'est valable que pour les onduleurs sans transformateur. Les onduleurs
disposant d'un transformateur n'ont pas de protection différentielle. A la place, il dispose d'un
transformateur.
Les convertisseurs continu → continu sont utiles pour harmoniser les tensions issues des
trackers.

Les convertisseurs continu → continu sont utiles pour harmoniser les tensions issues des
trackers.

La protection de découplage
Toute installation photovoltaïque raccordée au réseau HTA doit en complément de la
protection générale (selon la NF C13-100 ou la NF C 14-100 ), être équipée d’une fonction
protection de découplage destinée à la séparer du réseau public de distribution en cas de
défaut sur ce réseau.

Cette protection a pour objet, en cas de défaut sur le réseau de :

 éviter d’alimenter un défaut ou de laisser sous tension un ouvrage en défaut,


 ne pas alimenter les autres installations raccordées à une tension ou à une fréquence
anormale,
 permettre les réenclenchements automatiques des ouvrages du réseau.

La protection de découplage doit en outre arrêter l'injection d'électricité dans le réseau lors des
travaux de maintenance du réseau.
Les types de protection de découplage

La protection de découplage peut être :

 ou bien une protection externe de type B.1,


 ou bien une protection conforme DIN VDE0126 intégrée aux onduleurs ou
sectionneurs automatiques de l’installation.

Aujourd'hui, la très grande majorité des onduleurs sont conformes à la norme DIN VDE0126,
c'est-à-dire qu'ils intègrent une protection de découplage interne.

C'est quoi la norme DIN VDE 0126-1-1 ?


La DIN VDE 0126-1-1 (sortie en 2006) est une évolution de la norme allemande DIN VDE 0126 (datant
de 1994) et qui traite du dispositif de déconnexion automatique entre un générateur et le réseau
public à basse tension. L’abréviation DIN signifie Deutsches Intitut für Normung (organisme de
normalisation allemand qui pourrait être un équivalent de l’AFNOR en France). Aucune version
française officielle n’est parue à ce jour. C’est la raison pour laquelle c’est la norme allemande DIN
VDE 0126-1-1 qui fait office de documents techniques de référence en France, pour l’instant.
Exemple de découplage selon la norme DIN VDE 0126-1-1

Voici quelques cas qui induisent un découplage du réseau de l’onduleur :

 Une déconnexion rapide en moins de 0.2 s est demandée si la tension efficace sort de la
plage [80% ; 115 %] de sa valeur nominale (230 V), c’est-à-dire [184 V ; 264.5 V]
 Si la valeur de la tension efficace dépasse durablement (typiquement 10 minutes) la valeur
de 110% de la tension nominale au point de livraison (230 V), l’appareil doit également se
séparer du réseau de distribution
 La plage de fréquence doit rester dans l’intervalle *47.5 Hz ; 50.2 Hz+

Protection de découplage de l'onduleur


Toute producteur d’électricité, quelqu’en soit l’origine, a le droit d’injecter l’énergie électrique au
réseau, à condition qu’il n’en résulte aucune entrave au bon fonctionnement de la distribution.
Il est en outre requis une protection particulière dite « protection de découplage », dont le but est
d’interrompre le fonctionnement de l’unité de production lors d’un défaut sur le réseau.

La protection de découplage a donc pour objet, en cas de défaut sur le réseau de :

 Eviter d’alimenter un défaut et de laisser sous tension un ouvrage électrique défaillant


 Ne pas alimenter les autres installations raccordées à une tension ou à une fréquence
anormale
 Arrêter l’injection d’électricité dans le réseau lors des travaux de maintenance du réseau
La protection de découplage est généralement intégrée à l’onduleur. Dans ce cas, l’onduleur doit
être conforme à la norme DIN VDE 0126-1-1.

Lorsque la protection de découplage n’est pas intégré à l’onduleur, il est nécessaire d’ajouter un
dispositif externe de type B1 lorsque la puissance de raccordement est inférieure à 250 kVA, ou H1
sinon.
Cette protection de découplage externe doit être conforme aux dispositions du guide de l’UTE C 15-
400.

Détection des défauts de fonctionnement et amélioration de


la production
Sur sa durée de vie de 30 ans, une centrale photovoltaïque voit sa production diminuer à cause
du vieillissement naturelle des cellules photovoltaïques. Des dommages ponctuels peuvent
également apparaître.

En cas de perte anormale de production, Phoenix Energie est en mesure de réaliser, en toute
indépendance, un diagnostic de l'installation photovoltaïque afin d'identifier l'origine des
défauts de fonctionnement.

Méthodologie du diagnostic photovoltaïque


 Nous recueillons, dans un premier temps, l’ensemble des données numériques de
l’unité d’acquisition afin d’identifier l’origine des défauts de production de
l’installation photovoltaïque.
 Un contrôle visuel de l’installation sera mené : état des modules, fixation, câblage,
mise à la terre, etc.
 Une série de mesures pertinentes pourra être effectuée :
o Photographies infrarouge du champ photovoltaïque;
o Mesure de tensions à vide;
o Mesure de courants;
o Mesure de la tension & fréquence du réseau;
 Vérification du respect des normes et règles de l'art;
 Vérification du bon état du matériel;

Onduleur triphasé > Raccordement monophasé


Dans le cas où les onduleurs présentent une sortie en triphasé, il n’y a, à priori, plus de problème
d’équilibrage des phases. En effet, chacune des trois phases de chaque onduleur se connecte à une
phase du réseau triphasé d’ERDF.

Equilibrage des onduleurs triphasés

Il est à noter que tous les onduleurs triphasés n’équilibrent pas forcément leurs phases. En effet, il
existe des onduleurs triphasés multitracker dont chaque tracker est associé à une des trois phases,
de façon indépendante.
Etape 5 : Réaliser le schéma électrique de l'installation

Le cours précédent : Etape 4 : Vérifier la compatibilité en puissance

Au final, le schéma électrique de l'installation est le suivant :


Pourquoi l’onduleur SMC 9000 TL n’est pas adapté ?

Les caractéristiques électriques de l’onduleur SMC 9000 TL sont récapitulées ci-dessus (extrait de la
fiche technique) :

Il est à noter que cet onduleur que cet onduleur ne dispose que d’un seul tracker.
Avec cet onduleur, afin de respecter la compatibilité en tension et en courant, les calculs montrent
que :
 le nombre de modules en série doit idéalement être compris entre 13 et 14 (respect de la
plage du MPPT) et ne jamais dépasser 16 (respect de la tension maximale admissible par
l’onduleur
 le nombre de chaîne en parallèle ne doit pas être supérieur à 3

Compte-tenu de ces contraintes, nous constatons qu’il n’est pas possible de câbler 40 modules. En
effet, les 40 modules ne peuvent pas être uniformément répartis sur 3 chaînes. Avec 2 chaînes, il est
nécessaire de câbler 20 modules en série, ce qui n’est pas compatible en tension, car le nombre de
module en série doit forcément être inférieur à 16. De même, avec une seule chaîne, il est nécessaire
de câbler 40 modules en série, ce qui n’est pas non-plus compatible en tension.

Par conséquent, l’onduleur SMC 9000 TL n’est pas adapté à cette situation.

D’autres configurations existent avec d’autres onduleurs de marque différente. Il appartient au


concepteur de l’installation de faire son choix.

" Interface de sécurité entre une installation


photovoltaïque et le réseau "

Description

Dispositif de découplage automatique non accessible au gestionnaire du réseau de


distribution, faisant oeuvre d'interface de sécurité entre une installation d'autoproduction
d'électricité et le réseau basse tension.
Substitut équivalent à un dispositif de découplage accessible à tout moment au gestionnaire du
réseau de distribution.

Le dispositf de découplage automatique peut contrôler et protéger les installations électriques


jusqu'à 5kW de puissance à faible coût.

Il est utilisé pour connecter les producteurs d'électricité décentralisés à l'électricité publique en
toute sécurité
Le dispositif a été conçu comme une unité indépendante pour la surveillance des systèmes
d'alimentation à une phase. il empêche les pannes ou arrêts de la distribution publique
d'électricité.

Certificat de conformité : DIN VDE 0126

Fonctionnement du dispositif de découplage automatique


- See more at: http://www.wattuneed.ma/autre-materiel-electrique/1339-dispositif-de-
decouplage-automatique-ens26.html#sthash.KNnKQ75d.dpuf

Vous aimerez peut-être aussi