Vous êtes sur la page 1sur 57

UNIVERSITE MARIEN NGOUABI

************
ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D’AGRONOMIE ET DE
FORESTERIE
*******

Année : 2015-2016 N d’ordre :

Pour l’obtention du Diplôme de Master Recherche en Sciences Agronomiques.

Mention : Recherche

Parcours : Sciences Agronomiques

THEME

VARIABILITE CLONALE DE L’APTITUDE A L’ENRACINEMENT


DE QUATRE CLONES DE EUCALYPTUS UROPHYLLA X E.
GRANDIS PAR LA TECHNIQUE DE BOUTURAGE SUR PIEDS
MERES HORS SOL EN PEPINIERE

Présenté par : Sous la direction du :


Nestoroi Berpolin MPOUKI Docteur Aubain R. SAYA,
Maître de Recherche CAMES

COMPOSITION DU JURY

Président du jury ATTIBAYEBA Professeur titulaire CAMES

Membres SAYA Aubain R. Maître de Recherche CAMES

NZILA Jean de Dieu Maître-Assistant CAMES

MBETE Pierre Maitre-Assistant CAMES

MANKESSI François Maître-assistant CAMES


DEDICACES………………………………………………………………………………………………………………….III

REMERCIEMENTS…………………………………………………………………………………………………………IV

LISTE DES ABREVIATIONS ET ACRONYMES………………………………………………………………………...VI

LISTE DES FIGURES………………………………………………………………………………………………………VII

LISTE DES TABLEAUX…………………………………………………………………………………………………..VIII

LISTE DES ANNEXES…………………………………………………………………………………………...………….IX

INTRODUCTION....................................................................................................................... 1

CHAPITRE I : GENERALITES SUR L’HYBRIDE INTERSPECIFIQUE D’ EUCALYPTUS


AU CONGO. ............................................................................................................................... 4

CHAPITRE II : PRESENTATION DU MILIEU D’ETUDE ...................................................... 7


II.1.1. Localisation et situation géographique du milieu d’étude .................................................... 7
II.1.2. Climat ................................................................................................................................... 8
II.1.3. Sols ....................................................................................................................................... 9
II.1.4. Végétation ............................................................................................................................. 9
II.2. Présentation de la structure d’accueil : Institut national de la Recherche Forestière (IRF) ....... 10
II.2.1. Création et Statut ................................................................................................................ 10
II.2.2. Ressources .......................................................................................................................... 10
II.2.3. Missions .............................................................................................................................. 10
II.2.4. Domaines de compétences .................................................................................................. 11
II.2.5. Départements ...................................................................................................................... 11
II.2.6. Organigramme de l’Institut national de Recherche forestière ............................................ 12

CHAPITRE III : LA GESTION DE LA PEPINIERE ............................................................... 14


III.1. Définition des concepts ............................................................................................................ 14
IV.1. Matériel .................................................................................................................................... 16
IV.1.1. Matériel végétal ................................................................................................................. 16
IV.1.2. Matériel technique ............................................................................................................. 16

I
IV.2. Méthodes ................................................................................................................................. 17
IV.2.1. Méthodes d’approche ....................................................................................................... 17
IV.2.2. Traitement et analyse des données ................................................................................... 17
IV.2.3. Variables étudiées ............................................................................................................. 17
IV.2.4. Echantillonnage ................................................................................................................. 18
IV.2.5. Préparation des substrats ................................................................................................... 20
IV.2.6. Principe de formation des pieds mères hors sol ................................................................ 21
IV.2.7. Récolte des boutures.......................................................................................................... 23
IV.2.8. Repiquage des boutures ..................................................................................................... 24
IV.2.9. Enracinement..................................................................................................................... 25
IV.3. Maladies et ennemis ................................................................................................................. 26
IV.4. Traitements phytosanitaires et fertilisation ............................................................................. 27

CHAPITRE V : RESULTATS .................................................................................................. 28


V.1. Productivité des pieds mères ..................................................................................................... 28
V.2. Taux de réussite au bouturage ................................................................................................... 33
V.3. Taux de mortalité des pieds mères ............................................................................................ 34

CHAPITRE VI : DISCUSSION ................................................................................................ 36


VI.1. Productivité des pieds mères ................................................................................................... 36
VI.2. Taux de réussite au bouturage .................................................................................................. 37
VI.3. Taux de mortalité des pieds mères ........................................................................................... 37

CHAPITRE VII : SUGGESTIONS ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DE CETTE


TECHNIQUE LIEES AUX CONDITIONS EXPERIMENTALES ....................................... 38
VII.1. Suggestions ............................................................................................................................. 38
VII.2. Perspectives ............................................................................................................................ 38

CONCLUSION ......................................................................................................................... 39

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ................................................................................... 40

ANNEXES ................................................................................................................................ 44

II
DEDICACES

Ce travail de mémoire est dédié à :

 mon Pasteur Dieudonné SOUNDA

Votre soutien spirituel et tous vos conseils m’ont énormément aidé et aujourd’hui,
me voici arrivé au chef d’œuvre de ce travail avec beaucoup de succès ;

 mon père Bernard MPOUKI

Votre éducation et votre souci accordés pour mon avenir m’ont amené vers ce
sentier de la réussite, et aujourd’hui je suis fier de vous ; humble témoignage et ma
grande reconnaissance ;

 ma mère Pauline BAYIDIKILA

Votre amour maternel dont vous m’avez toujours procuré fait que ce travail soit
aussi le fruit digne de votre affection ;

 tous mes frères, sœurs, neveux et nièces

Vos soutiens multiples et votre affection fraternelle m’ont fortement marqué et que
ce travail vous serve de guide et un exemple à suivre.

III
REMERCIEMENTS

Je viens avec un vif plaisir exprimer ma grande gratitude à tous ceux dont le
concours très dévoué a permis l’achèvement de ce travail.

Je rends grâce et je remercie mon Dieu, Lui le Seigneur Jésus-Christ pour toutes ses
merveilles et pour tous ses paradoxes qu’il a fait à mon égard à l’obtention et
l’achèvement de ce stage ; à Lui seul soit rendu toute la gloire.

Je tiens à remercier:

 le docteur Jean de Dieu NZILA, Directeur général de l’Institut national de


Recherche Forestière en sigle IRF, de m’avoir accepté comme stagiaire au sein de
son institut. Qu’il trouve ici, l’expression de mes sincères remerciements ;
 le docteur Aubain Rachel SAYA, Directeur scientifique de l’Institut national de
Recherche Forestière, de m’avoir consenti d’être mon directeur de mémoire et
d’avantage pour tous ses conseils théoriques et pratiques, pour sa disponibilité, son
dynamisme et encore pour sa rigueur scientifique qui ont fait que je puisse bénéficier
en un temps record de mon stage une formation purement pratique en ce qui
concerne la technique du bouturage hors sol d’eucalyptus. Ceci est le résultat de son
labeur. Mes remerciements les plus profonds ;
 chercheurs de l’IRF, vos interventions et suggestions ont été capitales pour la
réalisation de ce travail.
 le docteur François MANKESSI, Directeur technique du Programme National
d’Afforestation et de Reboisement (PRONAR), qui, en partenariat avec l’IRF, d’une
part, grâce à ce projet que j’ai tiré parti de mon appui matériel et financier, et
d’autre part de m’avoir bien orienté pour le choix de ce thème, en me présentant les
avantages qu’offre celui-ci ; et de plus, pour tous ses prodigieux conseils, ses
interventions et encouragements sur le terrain. Qu’il trouve ici satisfaction de ce
travail en souvenir de tout ce que vous avez eu à faire à mon égard. Veuillez recevoir
l’expression de mes sincères remerciements ;
 monsieur Budeh Wickler NZOBADILA, chercheur à l’IRA, qui m’a aidé lors de
traitements statistiques des données en utilisant le logiciel « R ». Qu’il trouve ici mes
sincères remerciements ;

IV
Alors, j’exprime également mes remerciements à ceux dont je suis heureux de
nommer :

 le Professeur Parisse AKOUANGO, Directeur général de l’Ecole Nationale


Supérieure d’Agronomie et de Foresterie (ENSAF), de m’avoir accordé son
autorisation de débuter mon stage. Je vous exprime ma profonde gratitude ;
 le docteur Pierre MBETE, chef du bureau de stage de l’ENSAF. Qu’il trouve ici
l’expression de ma satisfaction ;
 d’une part à tout le personnel enseignant de l’ENSAF pour m’avoir transmis
leur connaissance, le savoir-faire et le savoir-être ; et d’autre part à tous le
personnel non enseignant. Qu’ils trouvent à chacun ma grande considération.

Je ne saurai clore mes remerciements à travers cette liste non exhaustive qui suit à
ne citer :
 aux docteurs et chercheurs de l’Institut national de Recherche Forestière, pour
toutes leurs interventions et suggestions faites à mon égard pendant mes
exposés. Mes vifs remerciements ;
 madame Didienne LOUVOUANDOU, technicienne en hors sol. Car elle a
fortement contribué à mon travail de manière pratique, sans laquelle mon
apprentissage serait aussi difficile. Mes remerciements les plus sincères ;
 monsieur Anicet D. MPOUANKAMA NGOLLO, Isidore NGUELET et madame
Noémy LOUBAKI et aux stagiaires. Vos suggestions et tous nos échanges
d’idées ont été très bénéfiques pour moi. Recevez mes remerciements ;
 monsieur Jules NKOUNKOU et autres techniciens de la pépinière de l’IRF,
pour leur disponibilité dans la réalisation de certaines activités communes, et
encore pour l’ambiance et l’harmonie pendant tout le temps que j’ai passé
avec vous. Trouvez ici ma profonde estime ;
 ma grande famille spirituelle de l’église Mont Carmel Tabernacle, à savoir les
couples Georges FOUTY, Alphonse NGOLO, les frères Alban MAFOUMBA,
Guychel MOUSSAVOU, tous pour leurs soutiens spirituels et financiers accordé
en ma faveur. Qu’ils trouvent ici, l’expression de ma précieuse considération ;
 ma collègue Jobercia MOULAMBI, pour la motivation commune et l’aide
mutuelle que nous avons eu pendant les dures moments de notre stage à la
pépinière ; mes vifs remerciements.

V
LISTE DES ABREVIATIONS ET ACRONYMES

B1PM1 Bloc n0 1 du Pied Mère n0 1

CM Carré Moyen

DDL Degré de Liberté

EFC Eucalyptus Fibre du Congo

ENSAF Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie et de Foresterie

FAO Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation

IRF Institut National de Recherche Forestière

NBE Nombre de Boutures Entrées

NBM Nombre de Boutures Mortes

NBR Nombre de Boutures Repiquées

NBS Nombre de Boutures Sorties

NPM Nombre de Pied Mère

ORSTOM Office de Recherche Scientifique et Technique Outre-Mer

Pr Probabilité

PRONAR Programme National d’Afforestation et de Reboisement

SCE Somme des Carrés des Ecarts

SNR Service National de Reboisement

UR Unité de Recherche

VI
LISTE DES FIGURES

Figure 1: Schéma de processus de sélection……………………………………....…... 5


Figure 2: Schéma du nouveau processus de sélection……………..………………… 6
Figure 3: Localisation du site expérimental ………………………………………….. 7
Figure 4: Courbe ombrothermique …………………………………………………… 8
Figure 5: Organigramme de l’IRF…….………………………………………………. 12
Figure 6: Parc à pieds mères : disposition des 3 blocs………………………………. 15
Figure 7: Bloc de quatre clones………………………………………………………. 15
Figure 8: Aire d’enracinement …..….……………………………………………….. 15
Figure 9: Aire d’acclimatation………...……………………………………………… 15
Figure 10: Dispositif expérimental …………….……………………………………... 19
Figure 11: Charbon broyé………………………….....……………………………….. 20
Figure 12: Terre humufiée ………...……………………………..…………………… 20
Figure 13: Pots à pied mère ……………………...…………………………………… 20
Figure 14: Charbon broyé ………………………………….…………………………. 20
Figure 15: Sciure de bois……………………………………………………………… 20
Figure 16: Mélange sciure de bois + Charbon broyé…………………………………. 20
Figure 17: Mise en place d’un pied mère hors sol……………………..…………….. 22
Figure 18: Suppression de l’apex……………………..………………………………. 22
Figure 19: Débourrement des bourgeons axillaires………..…………………………. 22
Figure 20: Débourrement des bourgeons axillaires…………………………………… 22
Figure 21: Pied mère hors sol ………………………………………………………… 23
Figure 22: Bouture juvénile ………………………………………………..………... 23
Figure 23: Boutures repiquées dans l’aire d’enracinement ……………….…………. 24
Figure 24: Pied mère malade………………………………………………………… 26
Figure 25: Productivité moyenne par clone………………………………………...… 29
Figure 26: Evolution de la productivité du premier essai (B1)….…………………… 30
Figure 27: Evolution de la productivité du deuxième essai (B2)……..……………… 30
Figure 28: Evolution de la productivité moyenne selon les générations...………….... 31
Figure 29: Evolution de la productivité moyenne selon les générations……..………. 31
Figure 30: Taux de réussite au bouturage par clone…………………………………... 33

VII
LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Matériel utilisés………………………………………….……..………… 16

Tableau 3 : Produits utilisés pour le traitement et la fertilisation……..……………… 27

Tableau 5 : Analyse de variance de la productivité moyenne des pieds mères...…….. 28

Tableau 6 : Taux de mortalité des pieds mères...…………………………...………… 34

LISTE DES ANNEXES

Annexe 1 : Fiche de récolte des boutures……………………...……………………… 44


Annexe 2 : Tableau 4: Calendrier du déroulement des activités à la pépinière …...… 45
Annexe 3 : Tableau 7: Analyse de variance de la productivité à partir du model
linéaire…………………………………………………………………………………. 46
Annexe 4 : Tableau 8 : Analyse de variance du taux de réussite au bouturage à partir
du model linéaire ……………………………………………………………………... 47

VIII
INTRODUCTION

Pendant ces dernières années, le développement industriel et la déforestation des zones


forestières exposent la planète terre a un déséquilibre naturel marqué par l’agression de la
couche d’ozone dont la conséquence majeure est le changement climatique.

Pour répondre la question du changement climatique, des programmes d’afforestations et de


plantations forestières ont été mis en place en utilisant des essences forestières diverses et
variées. Parmi ces essences, un genre se distingue de par sa croissance rapide dans le
reboisement de la zone tropicale, subtropicale et tempérées ; c’est le genre Eucalyptus
(Bouvet, 1998).

L’eucalyptus a été introduit au Congo vers les années 1950. Une soixantaine d’espèces a été
testée en essai d’introduction mono spécifique issues de semis, mais un grand nombre d’entre
elles se sont mal adaptées ; et la production moyenne n’était que de 7 m3/ha/an. L’apparition
des hybrides naturels et la sélection des meilleurs dans les années 1970 a permis de remonter
la production moyenne à 12 m3/ha/ean. Les tentatives visant de reproduire ces hybrides
naturels de pères inconnus par voie sexuée se sont révélées vaines. A partir de 1969, la
recherche a pu mettre au point une technique de multiplication végétative par bouturage
herbacée, ce qui fut une première mondiale. C’est alors que la recherche a commencé à mettre
au point un programme de création des hybrides artificiels par pollinisation contrôlée
(Maillard, 1978). Une soixantaine de formules hybrides ont alors été testées, mais seules deux
d’entre elles ont donné des résultats intéressants, notamment le eucalyptus urophylla x E.
grandis et le eucalyptus urophylla x E. pellita (Chaperon, 1979) cité par Ngambaka (2011).

Ainsi la multiplication des clones d’eucalyptus se faisait de 1973 à 2000 par la technique du
bouturage herbacé des rejets de souches mise au point par Martin et Quillet en 1974. Cette
technique a permis d’installer sur la plaine côtière de Pointe-Noire 45.000 ha de plantations
clonales de eucalyptus hybrides naturels dénommés eucalyptus platiphylla de 1ere génération
(PF1) et Eucalyptus hybride saligna (HS2). L’échec des recherches sur les parents des PF1 et
HS2 et la mise au point de soixante hybrides artificiels dont les deux plus performants
(Eucalyptus urophylla x E. grandis et Eucalyptus urophylla x E. pellita) ont été plus
développés a permis d’augmenter très significativement la productivité en expérimentation

1
jusqu’à 40m3/ha/an. Cela devrait conduire en plantation à un gain génétique d’environ 25
m3/ha/an.

Avant la création des hybrides artificiels, deux contraintes importantes limitaient la


productivité des plantations industrielles, la faible productivité des hybrides naturels PF1 et
HS2 plafonnée à 18 m3/ha/an, et la très longue étape de multiplication d’une tête de clone (4 à
6ans) qui ramenait l’ensemble du processus de sélection d’un clone à 20 ans au moins avant le
transfert aux plantations industrielles.

Malgré donc l’important gain génétique attendu en plantation apporté par les hybrides
artificiels, le problème de la durée du cycle restait entier (6 ans pour le test de descendance
hybrides sous forme de plan factoriel, deux tests clonaux de 5 ans chacun, 4 à 6 ans de phase
de multiplication). La mise au point par Saya et al., 2008 de la technique de bouturage sur
pieds mères hors sol a permis de réduire la phase de multiplication des clones de six à un an,
et de réduire l’ensemble du cycle de sélection.

Le bouturage sur pieds mères hors sol a résolu le problème de production intensive en un
temps record de plants et a réduit la variabilité du taux de bouturage entre clone, mais de
nouvelles questions ont surgis en milieu industriel, à savoir :

- La productivité des pieds mères hors sol des nouveaux clones de Eucalyptus urophylla
x E. grandis mis au point par la recherche, en particulier ceux transmis à l’industriel est-
elle autant variable qu’elle ne l’était avec les pieds mères de pleine terre (technique de
Martin et Quillet 1974) ?
- le taux de réussite au bouturage est-il lui aussi autant variable?
- Pendant combien de temps peut-on exploiter un pied mère hors sol donneur de
boutures avant que sa productivité ne soit considérée comme « mauvaise » au point de
nécessiter son remplacement ?

En effet, plusieurs clones de l’hybride eucalyptus urophylla x E. grandis ne donnent pas de


bons résultats au bouturage à partir des rejets de souches de pleine terre. La productivité des
pieds mères de pleine terre n’est en moyenne que de 30 boutures/pied/3ans), et le taux de
réussite très variable (entre 10 et 70%). Par bouturage sur pieds mères hors sol, la productivité
moyenne des clones Eucalyptus urophylla x E. grandis est de 1,5 bouture/pied/7jours, sachant
qu’un parc à pieds mères hors sol peut contenir 625.000 pieds mères donneurs de boutures par

2
ha, contre 2500/pied/ha des pieds mères de pleine terre dont chacun ne produit que une fois
tous les trois ans.

Le travail abordé au cours de notre Master consiste à commencer à répondre à la première


question posée par les développeurs à savoir : « y a-t-il une variabilité importante des pieds
mères hors sol entre clones de Eucalyptus urophylla x E. grandis?, sachant qu’un constat fait
dans les pépinières de recherche et industrielle montre que des pieds mères exploités depuis 5
ans au moins donnaient toujours des boutures. Cependant sur ces pieds mères le rythme de
prélèvement des boutures n’était pas forcément respecté.
Nos travaux visent aussi à amorcer la réponse à la seconde question des développeurs à
savoir : combien de temps peut-on exploiter un pied mère avant que sa productivité ne baisse
largement en de 1,5bouture/pied/semaine ? Ces pieds mères tiendraient-ils autant de temps ou
plus si le prélèvement tous les 7 jours était respecté comme recommandé par Saya et al 2008 ?
Notre sujet de stage de Master est ainsi intitulé: Variabilité clonale de l’aptitude à
l’enracinement de quatre clones de eucalyptus urophylla x E. grandis par la technique de
bouturage sur pieds mères hors sol en pépinière.

Ce travail a pour objectif :


 de déterminer la productivité moyenne des pieds mères de chaque clone pour pouvoir
les comparer ;
 de calculer les taux de réussite au bouturage des clones testés ;
 observer l’évolution dans le temps de ces deux variables pendant la période que durera
notre stage :
 observer l’évolution de la mortalité des pieds mères dans le même temps et si possible
en évaluer les causes.

Le présent mémoire s’articule en sept chapitres. Après l’introduction, le premier chapitre est
réservé aux généralités sur l’hybride interspécifique d’eucalyptus au Congo. Le second
chapitre est consacré à la présentation du milieu d’étude. Le troisième chapitre s’intéresse à la
gestion de la pépinière. Ensuite le quatrième chapitre traite des matériel et méthodes. Les
résultats obtenus au cours de cette expérimentation et leur discussion font l’objet
respectivement du cinquième et sixième chapitre. Enfin, avant la conclusion générale, le
septième chapitre aborde les suggestions et les perspectives de développement de cette
technique liées aux conditions expérimentales étudiées. Le document se termine par les
références bibliographiques et des annexes.

3
CHAPITRE I : GENERALITES SUR L’HYBRIDE INTERSPECIFIQUE
D’ EUCALYPTUS AU CONGO.

Les forêts jouent un rôle important par leur phénomène de photosynthèse en atténuant la
quantité du co2 que libèrent certaines industries lourdes et chimiques. Malheureusement avec
la démographie galopante, les milieux naturels forestiers sont entrains d’être déboisés par
l’homme pour des raisons économiques, sociales et culturelles. Et la perte en surface
forestière est estimée à 7,3 millions d’hectares par an (FAO, 2006).

Pour relever le défi face à la déforestation et la dégradation abusive des forêts, le Service
National de Reboisement (SNR) et le Programme National d’Afforestation et de Reboisement
(PRoNAR) visent de boiser et de reboiser sur l’étendue du territoire national certaines
essences exotiques à croissance rapide, notamment le genre Eucalyptus.

Eucalyptus qui est une essence exotique, appartient à la famille des Myrtacées. Il compte plus
de 500 espèces dont la majorité est d’origine Australienne (Tropicultura, 1989). Mais on
rencontre d’autres espèces hors d’Australie, telles que :

 E. deglupta (Papouasie, Nouvelle guinée, Indonesie et Philippines) ;


 E. urophylla (Indonésie et Timor) ;
 E. alba (Papouasie, Nouvelle guinée, Timor et nombreux archipels indonesies).

Eucalyptus est l’une des principales espèces forestières plantées dans le monde (Afocel,
2006). L’une des raisons qui incitent à planter ce genre est non seulement de par sa croissance
rapide et sa rusticité, mais aussi, celui-ci répond bien aux besoins industriels (bois de sciage),
domestiques (bois de chauffe, poteaux), et il contribue à la lutte antiérosive (Bouvet, 1999).

En effet, ce genre a déjà une longue histoire depuis les premiers essais de son introduction
(1950-1960) ou la productivité moyenne avait atteint le plafonnement à 18 m3/ha/an. Malgré
le très fort gain génétique obtenu en test (40 m3/ha/an), la création variétale est toujours
confrontée aux problèmes de longueur de celle-ci. Entre 1981-1990, le test de descendance
qui consiste à sélectionner les meilleurs individus des familles de pleins frères durait 6 ans,
ensuite deux tests clonaux de 5 ans chacun devrait être fait. Après, il faillait une phase de
multiplication de 4 à 6 ans avant d’arriver aux plantations industrielles (Figure 1).

4
(Source : Saya, 2008)
Figure 1: Schéma de processus de sélection

Alors, grâce au bouturage sur pied mère hors sol et à la sélection précoce aussi bien que dans
les tests de descendance que dans le test clonal unique, les boutures sélectionnées sont
directement mises en parc multiplicatif pendant 1 ans puis en test clonal unique pendant 3
ans ; 3 ans pendant lesquelles la multiplication continue. Ce nouveau procédé de sélection
commence par la technique de Martin (1974), ou l’ortet sélectionné est coupé pour obtenir
une touffe des rejets qui vont être façonnés en boutures qui donneront les plants classiques
(plagiotropes). Ensuite, ces plants sont installés dans un parc multiplicatif hors sol contenant
donc des pieds mères, donneurs de boutures de 3 à 4 boutures chacun ayant des plants
orthotropes bien plus jeunes.

5
Cette multiplication intensive (625000 pieds/ha) permet de gagner 4 à 5 ans sur la
multiplication des clones. La technique a donc été transférée au près des développeurs
notamment l’EFC et le SNR (Figure 2).

(Source : Saya, 2008)

Figure 2: Schéma du nouveau processus de sélection

6
CHAPITRE II : PRESENTATION DU MILIEU D’ETUDE
II.1.1. Localisation et situation géographique du milieu d’étude

L’Institut national de la Recherche Forestière en sigle (IRF) est localisé dans la cité
scientifique de Brazzaville ex-ORSTOM (Figure 3); et ce dernier appartient à la réserve de
la forêt de la patte d’Oie dont elle est logée sur un plateau de 309 m d’altitude au sud-ouest de
Brazzaville (15°14’ de longitude Est et 4°16’ de latitude Sud. Elle doit son nom à
l’installation en 1947 de l’Office de Recherche Scientifique et Technique Outre-mer
(ORSTOM) en son sein. Cette forêt a une superficie de 22,48 hectares.

Figure 3 : Localisation du site expérimental

7
II.1.2. Climat

Le climat de Brazzaville, est un climat équatorial de type bas-congolais qui règne sur le sud-
ouest du Congo (Samba-Kimbata, 1978). Il connait des précipitations modérées dont la
répartition mensuelle fait apparaître une saison sèche très marquée de mois (juin à septembre),
encadrée par deux périodes de pluies dont celle de février à mai est la plus abondante (Codou,
1976; Vennetier, FAO, 1989 et Nzila, 1993. Les pluies commencent très faiblement en
septembre, s’établissent en octobre et se terminent en mai tel que nous le montre la figure 4
du diagramme ombrothermique de la ville de Brazzaville allant de 2005 à 2014 (ANAC,
2015).

Source : Agence Nationale de l'Aviation Civile (2015)

Figure 4 : Courbe ombrothermique

8
II.1.3. Sols

Les sols du Département de Brazzaville sont très variés. D’une manière générale, ils sont très
peu argileux et pauvres en matières organiques. Ils sont qualifiés de sols ferrallitiques
(Makany, 1976). Ils sont subdivisés en trois classes: les sols podzolisés ou podzols, les sols
hydromorphes, les sols ferrallitiques (Schwartz D., 1987) :
- les podzols : ce sont des pseudosols constitués d’une formation blanche décolorée,
acide, appauvrie en surface suite à un lessivage qui a dissout les bases .Ce sol blanc
repose parfois sur les horizons indurés (alios) constitués d’un mélange de sables et
d’argiles agglomérés par un ciment de matière organique ;
- les sols hydromorphes : ce sont des sols tourbeux ou semi-tourbeux, engorgés d’eau.
Ils comportent une accumulation de matières organiques grossières, spongieuses ;
- les sols ferrallitiques : ce sont des sols fortement désaturés, très perméables. Ils sont
essentiellement composés de sable ou sable argileux (Denis, 1974).

II.1.4. Végétation

Brazzaville se place dans la région naturelle de la Léfini (Koechlin, 1961). La végétation du


site de l’ex-ORSTOM est constituée d’une forêt naturelle occupant la plus grande partie du
site et d’une savane faiblement étendue. Cette forêt est classée dans le groupe des forêts
denses semi décidues. La flore caractéristique de cette forêt est dominée par Milletia laurentii
De Wild. ; Markhamia tomentosa (Benth.) k.schum. et Thonn, Bosqueiopsis gilletii De Wild
Th.Dur., Antiaris welwitschii Engl., Albizia adianthifolia (Schum.) W. F. Wight (Gnendo et
Mbanzoulou. 1998) cité par Kamiouako Ndala, 2008 ; Sita P. et Moutsamboté, 1988). Elle
comporte aussi un peuplement artificiel de Pinus caribaea Morelet, Leucaena leucocephala
(Lam). De Wit.

9
II.2. Présentation de la structure d’accueil : Institut national de la Recherche Forestière
(IRF)

II.2.1. Création et Statut

• Loi n° 23-2012 du 24 septembre 2012 portant création de l’institut national de


recherche forestière ;
• Établissement public administratif à caractère scientifique, doté de la personnalité
morale et de l’autonomie financière.

II.2.2. Ressources

• Subventions de l’Etat ;
• Prestations de l’Institut ;
• Contributions du fonds de soutien à la recherche scientifique ;
• Dons et legs.

II.2.3. Missions

• Organiser, conduire et exécuter toute recherche fondamentale et appliquée visant la


promotion du développement forestier durable ;
• Mettre en œuvre une programmation scientifique autour des axes prioritaires pour le
développement du pays ;
• Effectuer des expertises scientifiques dans son champ de compétence ;
• Participer à la valorisation des résultats de ses recherches et de son savoir-faire ;
• Contribuer à l’élaboration de la politique de recherche dans les domaines relevant de
sa compétence ;
• Apporter son concours à la formation, à la recherche et par la recherche ;
• Publier et diffuser les résultats de ses travaux et concourir au développement des
connaissances et de l’information scientifique

10
II.2.4. Domaines de compétences

• Aménagement forestier ;
• Sylviculture ;
• Agroforesterie ;
• Génétique forestière ;
• Technologie du bois ;
• Produits forestiers non ligneux ;
• Conservation et gestion de la biodiversité ;
• Changement climatique ;
• Environnement.

II.2.5. Départements

• Sylviculture et dynamique forestière ;


• Amélioration génétique ;
• Valorisation des produits forestiers non ligneux ;
• Changement climatique et implication sur les écosystèmes forestiers ;
• Forêt et biodiversité.

11
II.2.6. Organigramme de l’Institut national de Recherche forestière

Figure 5 : Organigramme de l’IRF

12
CHAPITRE III : LA GESTION DE LA PEPINIERE

Située dans l’enceinte de l’ex-ORSTOM, la pépinière (le site expérimental) a les mêmes
critères climatiques et pédologiques que ce dernier.

III.1. Définition des concepts

La pépinière est subdivisée en trois (3) compartiments :

 Le parc à pieds mères hors sol (parc multiplicatif) : il correspond à la zone ou sont
placés les pieds mères, donneurs des boutures. Ce parc est à ciel ouvert, pour que les pieds
mères bénéficient d’un bon éclairement (Figure 6 et 7).

 L’aire de rhizogenèse (aire d’enracinement) : c’est le compartiment le plus sensible.


L’actuelle aire d’enracinement de l’IRF est une ancienne serre réaménagée, recouverte d’une
ombrière (Figure 8). L’ombrière devait avoir pour rôle de réduire de 50% le rayonnement
global afin d’atténuer d’éventuels chocs hydriques. L’influence de l’éclairement est
démontrée chez plusieurs espèces, comme par exemple chez Triplochiton scleroxylon où des
mesures de la photosynthèse nette de plantes-mères cultivées sous différentes intensités
lumineuses ont montré une corrélation évidente entre l’aptitude à l’enracinement et la
photosynthèse (Leakey and Storeton, 1992).

 L’aire de sevrage (aire d’acclimatation) : après un premier tri dans l’aire


d’enracinement, un deuxième tri se fait à deux (2) mois d’âge pendant que se fait en même
temps l’habillage des plants. Cette opération consiste à tailler les racines et de toutes les
ramifications en ne laissant que l’apex pour favoriser la croissance en hauteur. Ensuite, les
plants habillés sont placés en quinconce dans de nouvelles caissettes.

A ce stade, les plants qui sont dans l’aire de sevrage peuvent être considérés comme étant
prêts pour le planting ou pour être recyclés en pieds mères donneurs des boutures (Figure 9).

14
Figure 6 : Parc à pieds mères : Figure 7 : Bloc de quatre clones
disposition des 3 blocs

Figure 8 : Aire d’enracinement Figure 9 : Aire d’acclimatation

15
CHAPITRE IV: MATERIEL ET METHODES

IV.1. Matériel

IV.1.1. Matériel végétal

Dans cette étude, le matériel végétal est constitué des plants de eucalyptus urophylla x E.
grandis, issus de pieds mères de première génération (B1) venus de ECF via PRONAR. Ce
sont des quatre (4) clones de l’hybride interspécifique de Eucalyptus urophylla x Eucalyptus
grandis, issus des croisements contrôlés entre la mère Eucalyptus urophylla et le père
Eucalyptus grandis ; ce sont : 18-52, 18-147, 18-551 et 18-976. Ceux-ci sont comptés parmi
les 20 clones les plus performants, transférés à la société industrielle qui gère les 45.000 ha
des plantations clonales de la plaine côtière de Pointe-Noire.

IV.1.2. Matériel technique

Le matériel technique que nous avons utilisé à la pépinière est consigné dans le tableau 1 ci-
dessous :

Tableau 1 : Matériel utilisés

Matériel Quantité Usage

Pulvérisateur à dos (CP15) 2 -Traiter/Fertiliser/Pulvériser les pieds mères, les


boutures et les plants
Arrosoir 2 -Arroser les pieds mères, les boutures et les plants
Caissettes noires Quantité -Repiquer les boutures
indéterminée
Pots Quantité -Mettre en place les pieds mères
indéterminée
Seaux -Doser la terre noire, la sciure de bois et le
3 charbon ;
-Transporter de l’eau
Ciseaux 4 -Tailler les pied mères ;
-Récolter les boutures
Tamis 2 Tamiser la terre noire et le charbon
Pelle 4 Malaxer le substrat
Etiquettes Quantité -Préciser les dates de repiquages ;
indéterminée -Différencier les clones

16
IV.2. Méthodes

IV.2.1. Méthodes d’approche

Après la recherche bibliographique, la méthode utilisée pour collecter des données a fait appel
à l’utilisation de deux fiches, l’une pour noter le nombre de boutures récoltées sur chaque
pied mère (Tableau 2, Annexe 1), et l’autre pour le suivi des boutures repiquées afin de
déterminer le taux de réussite au bouturage Etant donné que notre expérimentation a été
menée en deux essais, le premier constituait à mettre les plants de la génération B1,
provenant de EFC en pieds mères. Les plants issus des pieds mères de la génération B1 nous
ont permis de mettre en place le deuxième essai (B2).

IV.2.2. Traitement et analyse des données

Les données recueillies ont fait l’objet d’un traitement informatique, en utilisant deux
logiciels :
 le tableur Microsoft Excel 2010, pour arranger les données qui seront transférées dans
le logiciel statistique ;
 le logiciel R version 3.3.1 pour réaliser les analyses de variance.

IV.2.3. Variables étudiées

Trois principales variables d’appréciations ont fait l’objet de notre étude à la pépinière, à
savoir : le taux de mortalité des pieds mères hors sol ; la productivité (NBR/NPM) des pieds
mères hors sol et enfin le taux de réussite au bouturage (Tr= NBS/NBE x 100).

Pour étudier ces variables, un dispositif expérimental en blocs complets randomisés a été mis
en place. Ce dispositif comprend 3 blocs, 4 traitements qui sont 4 clones, 25 individus par
placeau.

L’analyse de variance ayant permis de rechercher les effets « Blocs » et « Clones » de ce


dispositif a été faite grâce au logiciel « R » à partir du modèle mixte suivant :

Xij = µ + Bi +Cj + BCij + Ƹ Avec :

17
Xij: valeur phénotypique de l’individu
µ: valeur moyenne de la variable mesurée (productivité, taux de réussite au bouturage)
Bi: effet fixe du bloc
Cj: effet aléatoire clone
BCij: effet d’interaction bloc*clone
Ƹ : variance environnementale

IV.2.4. Echantillonnage

Pour apprécier les variables que nous allons mesurer (la productivité, le taux de réussite au
bouturage et le taux de mortalité des pieds mères), nous avons mis en place un dispositif avec
3 blocs, 4 traitements (4 clones testés) et 25 individus par unité expérimentale pour chacun de
clone, soit 75 individus par clone (Figure 10). L’étude a été menée en deux essais, installés à
deux dates différentes. Pour le premier essai, les jeunes plants provenaient de EFC
(Eucalyptus Fibre Congo) via le PRONAR (Programme National d’Afforestation et de
Reboisement), alors que pour le deuxième essai, les jeunes plants utilisés sont issus des
boutures récoltées sur les pieds mères du premier essai.

Ainsi les boutures et plants du premier essai seront dénommés B1, tandis que ceux du
deuxième essai seront appelés B2.

18
B3PM1 B3PM2 B3PM3 B3PM4 B3PM5 B3PM1 B3PM2 B3PM3 B3PM4 B3PM5 B3PM1 B3PM2 B3PM3 B3PM4 B3PM5

B3PM6 B3PM7 B3PM8 B3PM9 B3PM10 B3PM6 B3PM7 B3PM8 B3PM9 B3PM10 B3PM6 B3PM7 B3PM8 B3PM9 B3PM10

B3PM11 B3PM12 B3PM13 B3PM14 B3PM15 B3PM11 B3PM12 B3PM13 B3PM14 B3PM15 B3PM11 B3PM12 B3PM13 B3PM14 B3PM15

B3PM16 B3PM17 B3PM18 B3PM19 B3PM20 B3PM16 B3PM17 B3PM18 B3PM19 B3PM20 B3PM16 B3PM17 B3PM18 B3PM19 B3PM20

B3PM21 B3PM22 B3PM23 B3PM24 B3M25 B3PM21 B3PM22 B3PM23 B3PM24 B3M25 B3PM21 B3PM22 B3PM23 B3PM24 B3M25

B3PM1 B3PM2 B3PM3 B3PM4 B3PM5 B3PM1 B3PM2 B3PM3 B3PM4 B3PM5 B3PM1 B3PM2 B3PM3 B3PM4 B3PM5

B3PM6 B3PM7 B3PM8 B3PM9 B3PM10 B3PM6 B3PM7 B3PM8 B3PM9 B3PM10 B3PM6 B3PM7 B3PM8 B3PM9 B3PM10

B3PM11 B3PM12 B3PM13 B3PM14 B3PM15 B3PM11 B3PM12 B3PM13 B3PM14 B3PM15 B3PM11 B3PM12 B3PM13 B3PM14 B3PM15

B3PM16 B3PM17 B3PM18 B3PM19 B3PM20 B3PM16 B3PM17 B3PM18 B3PM19 B3PM20 B3PM16 B3PM17 B3PM18 B3PM19 B3PM20

B3PM21 B3PM22 B3PM23 B3PM24 B3M25 B3PM21 B3PM22 B3PM23 B3PM24 B3M25 B3PM21 B3PM22 B3PM23 B3PM24 B3M25

B3PM1 B3PM2 B3PM3 B3PM4 B3PM5 B3PM1 B3PM2 B3PM3 B3PM4 B3PM5 B3PM1 B3PM2 B3PM3 B3PM4 B3PM5

B3PM6 B3PM7 B3PM8 B3PM9 B3PM10 B3PM6 B3PM7 B3PM8 B3PM9 B3PM10 B3PM6 B3PM7 B3PM8 B3PM9 B3PM10

B3PM11 B3PM12 B3PM13 B3PM14 B3PM15 B3PM11 B3PM12 B3PM13 B3PM14 B3PM15 B3PM11 B3PM12 B3PM13 B3PM14 B3PM15

B3PM16 B3PM17 B3PM18 B3PM19 B3PM20 B3PM16 B3PM17 B3PM18 B3PM19 B3PM20 B3PM16 B3PM17 B3PM18 B3PM19 B3PM20

B3PM21 B3PM22 B3PM23 B3PM24 B3M25 B3PM21 B3PM22 B3PM23 B3PM24 B3M25 B3PM21 B3PM22 B3PM23 B3PM24 B3M25

B3PM1 B3PM2 B3PM3 B3PM4 B3PM5 B3PM1 B3PM2 B3PM3 B3PM4 B3PM5 B3PM1 B3PM2 B3PM3 B3PM4 B3PM5

B3PM6 B3PM7 B3PM8 B3PM9 B3PM10 B3PM6 B3PM7 B3PM8 B3PM9 B3PM10 B3PM6 B3PM7 B3PM8 B3PM9 B3PM10

B3PM11 B3PM12 B3PM13 B3PM14 B3PM15 B3PM11 B3PM12 B3PM13 B3PM14 B3PM15 B3PM11 B3PM12 B3PM13 B3PM14 B3PM15

B3PM16 B3PM17 B3PM18 B3PM19 B3PM20 B3PM16 B3PM17 B3PM18 B3PM19 B3PM20 B3PM16 B3PM17 B3PM18 B3PM19 B3PM20

B3PM21 B3PM22 B3PM23 B3PM24 B3M25 B3PM21 B3PM22 B3PM23 B3PM24 B3M25 B3PM21 B3PM22 B3PM23 B3PM24 B3M25

BLOC 3 BLOC 2 BLOC 1


Clone 18-551

Clone 18-147
Légende : Clone 18-976

Figure 10 : Dispositif expérimental Clone 18-52

19
IV.2.5. Préparation des substrats

Compte tenu de la disponibilité des composants utilisés pour la fabrication du substrat, nous
avons choisi pour cette étude deux types de substrats :

 pour l’installation des pieds mères : nous avons 1 volume du charbon broyé (Figure
11) plus 3 volumes de terre humufiée (Figure 12), mélangé et rempli dans des pots,
ayant une contenance de 200 millilitre (Figure 13).
 pour la croissance des boutures : nous avons utilisé 1 volume du charbon broyé
millilitre (Figure 14). et 3 volumes de la sciure de bois (Figure 15), rempli dans des
caissettes à alvéoles amovibles (Figure 16).

Figure 11: Charbon broyé Figure 12: Terre humufiée

Figure 13: Pots à pied mère

Figure 14: Charbon broyé Figure 15 : Sciure de bois Figure 16: Mélange sciure de bois
+ Charbon broyé

20
IV.2.6. Principe de formation des pieds mères hors sol

Comme tout végétal, le plant de eucalyptus est constitué d’un bourgeon apical, des feuilles,
des bourgeons axillaires, de la tige principale, et des racines.

La formation des pieds mères de eucalyptus hors sol obéit au principe physiologique et
morphogénétique de corrélation-inhibition-dominance apicale.

Dans une plante, les organes végétaux ne se comportent pas comme étant des unités
indépendantes, car le développement d’un organe ne dépend pas que des conditions ambiantes
et de ses potentialités propres, mais aussi du fonctionnement des autres organes : on parle de
corrélation. Ainsi, il existe plusieurs corrélations (Attibayeba, 2015) entre :

 l’appareil racinaire et l’appareil aérien ;


 le bourgeon apical et les bourgeons axillaires ;
 les feuilles et les bourgeons axillaires et
 les feuilles et le bourgeon apical.

Dans les essais de multiplication végétative, les segments de tiges munis de feuilles ou de
bourgeons s’enracinent beaucoup plus rapidement et plus abondamment qu’avec les tiges qui
en sont dépourvues ; car une substance stimulatrice de la rhizogenèse (auxine) est produite par
le méristème caulinaire et s’accumule à la base de la bouture.

La corrélation entre le bourgeon apical et les bourgeons axillaires est levée lorsqu’on décapite
l’apex pour provoquer le développement des bourgeons axillaires : on parle du phénomène de
détournement trophique. Après avoir décapité, les bourgeons axillaires débourrent
normalement lorsque l’environnement est favorable. Le non débourrement de ceux- ci peut
être dû soit à une inaptitude inerte à la reprise d’une vie active (dormance) soit à une
inhibition exercée par le bourgeon apical (dormance apicale) (Attibayeba, 2015).On peut
constater que sur la tige principale, il y a non seulement le débourrement des bourgeons
axillaires mais aussi l’apparition des bourgeons axillaires néoformés (saya, communication
personnelle).

Pour former un pied mère, futur donneur des boutures, une fois que le plant est choisi, celui-
ci est mis dans un pot (Figure 17), ensuite nous supprimons l’apex (Figure 18), ce qui permet
de lever la dormance des bourgeons axillaires qui se développent en pousse feuillet (Figure
19). Et enfin, le rabattement de la tige principale continue jusqu’à obtenir un pied mère bien

21
constitué (Figure 20), ayant une bonne touffe de prolifération sur lesquelles sont prélevées les
boutures caractérisées par la présence de 2 à 3 paires de feuilles photosynthétiques et un apex.

La maitrise de cette technique hors sol présente plusieurs avantages (Saya et al., 2008):

 Bonne touffe de prolifération des pieds mères assurant un renouvellement des jeunes
pousses, futures boutures ;
 Bonne conformité et bonne homogénéité phénotype des boutures ;
 Touffe de prolifération proche du collet ;
 Etat juvénile des boutures bien notable (apex, deux à trois paires de feuilles
photosynthétiques, paire de feuilles sous forme cotylédonaire) ;
 Bonne orthotropie des plants visiblement homogènes ;
 Système racinaire équilibré ;
 Ré juvénilisation rapide ;
 Productivité intensive des boutures.

Figure 17: Mise en place d’un Figure 18: Suppression


pied mère hors sol de l’apex

Figure 19 : Débourrement Figure 20: Pied mère hors sol


des bourgeons axillaires formé

22
IV.2.7. Récolte des boutures

Les boutures prêtes à prélever sont celles qui sont directement sur l’axe principal (tige) et non
sur les ramifications (Figure 21). Telle que nous le montre la figure 22, ces boutures doivent
être constituées d’un apex, deux à trois paires de feuilles photosynthétiques et une paire de
feuilles sous forme cotylédonaire. Lors de la récolte, nous procédons à une opération couplée
c’est-à-dire d’une part, la récolte des boutures proprement dite et d’autre part la poursuite du
rabattement des pieds mères. Pendant la récolte, les boutures sont immergées dans l’eau pour
éviter le flétrissement et le dessèchement de celles-ci par le phénomène d’évapotranspiration
et d’exsudation.

Par ailleurs, il est toujours nécessaire de laisser sur le pied mère après récolte, une ou
plusieurs pousses non encore conformes.

Figure 21 : Pied mère hors sol Figure 22 : Bouture juvénile

23
IV.2.8. Repiquage des boutures

Avant le repiquage, les boutures récoltées sont directement plongées dans un récipient
contenant de l’eau propre afin d’éviter leur déshydratation, puis dans une solution contenant
une solution de fongicide additionnée à un insecticide pour éviter des attaques pathogènes.
Ensuite, elles sont repiquées le plus rapidement possible dans des caissettes noires à alvéoles
amovibles contenant un substrat d’élevage, et placées dans l’aire d’enracinement pendant 45
jours. Enfin, on place les étiquettes pour identifier les quatre types de clones (18-52, 18-147,
18-551 et 18-976) et aussi pour préciser les dates de repiquage (Figure 23).

Figure 23: Boutures repiquées dans l’aire d’enracinement

24
IV.2.9. Enracinement

D’une manière générale, l’enracinement comporte les étapes suivantes : multiplication,


induction, réarrangement des tissus, apparition des racines, élongation et développement des
racines et croissance de la nouvelle plante dans son intégralité. Plusieurs facteurs
interviennent dans ce processus : équilibre hormonal et induction, eau, minéraux, bilan
énergétique, nombre de feuilles et état phytopathologique de la plante. Certains de ces
facteurs peuvent être modifiés de l’extérieur pour favoriser l’enracinement et le
développement de la nouvelle plante (Hannah Jaenicke et Jan Beniest, 2003).

Dès que les boutures ont été prélevées sur les pieds mères, des précautions doivent être prises
pour que l’enracinement puisse se faire dans les meilleures conditions possibles, et les racines
commencent entre le 5ième et 10ième jour (Mankessi, 2003). Plusieurs étapes doivent être
franchies : cicatrisation, formation de nouvelles cellules, induction de la formation des
racines, rattachement des racines aux tissus vasculaires de la tige de la bouture, élongation des
nouvelles racines, et développement d’une nouvelle plante autonome à partir des tiges
bouturées (Longman , 1993). Le succès de l’enracinement dépend dès le départ, de plusieurs
facteurs endogènes et exogènes.

 Humidité de l’air: dès que la bouture est prélevée du pied mère, elle ne peut plus
absorber l’eau nécessaire à sa survie et à son développement. C’est pourquoi il est vital de
maintenir l’humidité ambiante proche de la saturation au début, et de la réduire
progressivement, pour éviter le flétrissement et le dessèchement des boutures. L’eau est donc
un facteur externe crucial pour le succès de l’enracinement des boutures.
 Hormones : les hormones végétales jouent un rôle primordial dans le processus de
multiplication. Certaines hormones, notamment les auxines (AIB, AIA, ANA) influent sur
l’initiation des racines, tandis que d’autres, comme les gibberellines, influent sur l’élongation
des tiges et le développement des bourgeons.
C’est pourquoi il est parfois nécessaire d’apporter les hormones d’enracinement. Il existe des
hormones de synthèse qui agissent soit directement en favorisant le développement des
racines, soit indirectement en neutralisant les hormones qui inhibent leur croissance. Il faudra
généralement procéder à une série d’expériences pour déterminer la concentration appropriée
d’auxines pour les essences dont on ne connaît pas bien le comportement en matière
d’enracinement. Pour commencer, on pourra utiliser un mélange contenant 50 µg d’AIB,

25
d’ANA et d’AIA ou un mélange d’AIB et d’ANA. Selon Saya (communication personnelle),
les pousses récoltées sur les pieds mères hors sol n’ont pas forcément besoin d’un apport
d’hormone d’enracinement, car l’apex pourvoyeur d’AIB.

 Lumière et la température : la lumière et la température ambiantes influent


également sur l’enracinement. Pour contrôler ces facteurs, il faut disposer d’équipements et
d’infrastructures (électricité, réglage de l’intensité lumineuse pour obtenir la luminosité
maximale ou au contraire l’obscurité totale,). Il est probable que l’intensité lumineuse affecte
directement l’enracinement par ses effets sur la photosynthèse. En revanche, on ne sait pas
encore bien comment la qualité de la lumière agit sur l’enracinement.

IV.3. Maladies et ennemis

Il a été observé dans certains travaux de recherche que la mortalité des pieds mères et les
boutures est souvent causée soit par les champignons du genre Pythium, soit par les piqûres
des insectes du genre Heliopeltis. (Goma, 2013), ou encore par d’autres paramètres
environnementaux.
En effet, pendant la durée de notre expérience, au sein de la pépinière, les pieds mères de la
première génération ont été victimes d’une attaque dont les symptômes se ressemblent à ceux
causés par les champignons du genre Phytophthora sp. (Figure 24).

Figure 24: Pied mère malade

26
IV.4. Traitements phytosanitaires et fertilisation

Avec une diversité des produits phytosanitaires (Tableau 3), leur utilisation se fait de manière
raisonnée tout en les alternant pour éviter la résistance des bactéries, des champignons et des
insectes. Mais l’utilisation de l’insecticide est toujours combinée avec le fongicide tout en
respectant un intervalle de deux (02) semaines. Concernant la fertilisation, notamment de
l’engrais granulé (NPK), un intervalle de deux (02) semaines est respecté après une première
application.

Le calendrier de déroulement des activités est présenté dans le tableau 4 (annexe 2).

Tableau 3: Produits utilisés pour le traitement et la fertilisation

Nom du Composition chimique Dose Type d’usage


produit

NPK(20-20-20) + 0.E+A Humiques,


Fertigri Azote nitrique, Azote amoniacal, 30g/10 L
Azote uréique, Anhydrique d’eau/pulvérisation Fertilisation
phosphorique, Oxyde de potasse
NPK(20-20-20) + 0.E, Azote total, Azote
nitrique, Azote amoniacal, Azote 30g/10 L
Nutriga uréique, Anhydrique phosphorique, d’eau/pulvérisation Fertilisation
Oxyde de potassium,
(Fe, Mn, Zn, Cu, B, Mo)
NPK(20-20-20) + T.E,
Azote total, Azote uréique,
Anhydrique phosphorique, Oxyde de 30g/10 L
Harvest max potassium, d’eau/pulvérisation Fertilisation
(Mg, B, Co, Cu, Mn, Mo, Zn, Fe)
1 pot de yaourt/10L
NPK NPK(13-13-21) d’eau Fertilisation
(granule)
Banko plus Chlorothalonil, 15 ml/10 L
Carbendazime d’eau/pulvérisation Traitement
Mancozeb 80 Mn, Zn, 15g/10 L
wp Ethylenebisdithiocarbanate, d’eau/pulvérisation Traitement
(Agrithane) Inert matérial
Molécule de Chlorpyriphos-Ethyl 2,5 ml/10 L
Pyriforce 480 480 d’eau/pulvérisation Traitement
Ec
Cypercal Molécule de cyperthrine 2,5 ml/10 L
d’eau/pulvérisation Traitement

27
CHAPITRE V : RESULTATS

V.1. Productivité des pieds mères

Elle exprime le nombre moyen des boutures récoltées par pied mère et en unité de temps.
Dans notre cas c’est le nombre de boutures récoltées par pied mère par semaine (7 jours).

L’analyse de variance ayant permis de rechercher les effets « Blocs » et « Clones » de la


productivité moyenne des pieds mères a été calculée à partir du modèle mixte précédemment
cité nous a permis d’observer en moyenne une absence d’effet bloc et d’effet clone, un léger
effet d’interaction bloc*clone dont les résultats sont consignés dans le tableau 5.
Alors au cours de l’évolution de cette productivité dans le temps, il est apparu des effets bloc
et clone.

Tableau 5 : Analyse de variance de la productivité moyenne des pieds mères

DDL SCE CM F Pr
Bloc 2 0.7102 0.35510 2.8629 0.05899 .
Clone 3 0.7566 0.25221 2.0334 0.10976
Bloc*Clone 6 1.7750 0.29584 2.3851 0.02937 *
Residuals 248 30.7610 0.12404

Au cours de l’évolution, lors de l’analyse des données semaine par semaine de la productivité
des pieds mères, il est apparu des effets bloc et clone significatifs (tableau 7, annexe 3).

La comparaison des moyennes par le test de Bonferroni nous montre d’une part, entre les
blocs, des différences significatives entre bloc 1 et le bloc 3 à j15, entre bloc 1 et le bloc 2 à
j35 et enfin entre bloc 2 et le bloc 3 à j106 ; et d’autre part, entre les clones des différences
faiblement significatives entre le clone 18.147 et 18.551 à j15, entre le clone 18.52 et 18.551
puis entre le clone 18.551 et 18.976 à j35. Le clone 18.551 paraît comme le clone qui a
tendance à se distinguer des autres, mais la différence est tellement faible qu’il est difficile de
considérer cela.

28
Les résultats obtenus pour notre expérimentation donnent les productivités moyennes de
1,39 ; 1,33 ; 1,27 et 1,25 bouture/pied mère/semaine, respectivement pour les clones 18-52,
18-976, 18-147 et 18-551 (Figure 25).

2
Productivité (nb bouture/pied/sem)

1,8
1,6
1,4
1,2
1
0,8
0,6
0,4
0,2
0
18-52 18-976 18-147 18-551
Clone

Figure 25 : Productivité moyenne par clone.

La productivité des pieds mères de la génération B1 et de la génération B2 montre que quel


que soit les pieds mères de la B1 ou de la B2, la productivité augmente avec l’âge des pieds
mères. Dans le cas des pieds mères de la B1 (Figure 26), nous avons atteint des productivités
assez fortes jusqu’à 2,86 boutures/pied mère. Pour les pieds mères de la seconde génération
(B2) que nous avons installé, nous avons obtenu des productivités bien que croissantes dans le
temps, mais significativement différente de celle obtenue avec celle de B1 (Figure 27).

29
3,5
Nombre de bouture/pied mère

2,5

1,5

0,5

0
0 20 40 60 80 100 120 140
18-147 18-52 18-551 18-976

Figure 26: Evolution de la productivité du premier essai (B1)

3,5

3,0
Nombre de bouture/pied mère

2,5

2,0

1,5

1,0

0,5

0,0
0 20 40 60 80 100 120 140

18.147 18.52 18.551 18.976

Figure 27: Evolution de la productivité du deuxième essai (B2)

30
Nos résultats sur l’évolution de la productivité présentés dans la figure 28 sont complètement
inverses à ceux obtenus par Saya (2007) présentés dans la Figure 29.

3,00
Mpouki 2016
2,50

B1
Nombre de bouture par pied mère

2,00

1,50 B2

1,00

0,50

0,00
J0
J7

J98
J15
J22
J28
J35
J43
J56
J63
J70
J76
J83
J91
J-7

J106
J113
J121
J-56
J-43
J-35
J-28
J-22
J-15

Figure 28: Evolution de la productivité moyenne selon les générations


Nombre de boutures récoltées par pied mère

B0 B1 B2
3 B0 B1 B2 Saya 2007

2
B1 B2
B0
1

0
3 6 9 12 15 18
Age (en mois)

Figure 29: Evolution de la productivité moyenne selon les générations

31
V.2. Taux de réussite au bouturage

Le taux de réussite au bouturage est le rapport du nombre des boutures sorties ou acclimatées
(aire d’acclimatation) par le nombre de boutures entrées ou récoltées (aire d’enracinement)
exprimé en pourcentage.
L’analyse de variance sur le taux de réussite au bouturage ne montre aucun effet bloc
statistiquement significatif ; par contre, il y a un léger effet clone significatif. La comparaison
de moyennes par le test de Bonferroni nous montre que la différence est légèrement entre le
clone 18-147 et 18-551 d’une part et entre le clone 18-52 et 18-551 d’autre part à J15
uniquement (tableau 8, annexe 4).
La figure 30 montre le taux de réussite au bouturage de ces quatre clones à la fin de notre
expérimentation.

50

45

40

35
Tiaux de réussite (%)

30

25

20

15

10

0
18-976 18-147 18-52 18-551
Clone

Figure 30: Taux de réussite au bouturage par clone

33
V.3. Taux de mortalité des pieds mères

Sur un échantillon de 300 pieds mères de eucalyptus urophylla x E. grandis, le taux de


mortalité des pieds mères jusqu’à la date limite de notre stage de tous les quatre clones
confondus est de 13,33%. Ce taux se distingue d’un clone à un autre dont les résultats sont
consignés dans le tableau 6 ci-dessous.

Tableau 6 : Taux de mortalité des pieds mères

Nombre de pieds mères Total Taux de


morts/blocs à J121 (Nbre mortalité (%)
p/mère)
Clones Bloc 1 Bloc 2 Bloc 3

18-52 3 0 3 6 8%
18-976 3 1 4 8 10%
18-551 2 3 7 12 16%
18-147 5 7 2 14 18%
Total 13 11 16 40 13,33%

34
CHAPITRE VI : DISCUSSION

VI.1. Productivité des pieds mères

Les résultats ont montré que la productivité oscille entre 1,25 et 1,39 bouture/pied
mère/semaine selon les clones et selon l’âge. Le clone qui dans nos conditions expérimentales
donne une productivité visiblement meilleure est le 18-52, suivi du 18-976. Nous avons
cependant vu que l’analyse statistique montre que ces différences ne sont pas significatives.

Les courbes qui expriment l’évolution de la productivité avec le temps ressemblent aux
courbes normales de croissance (sigmoïdes), avec des fluctuations hebdomadaires
correspondant aux phases de sortie et de croissances des nouvelles pousses (renouvellement
des boutures). Ce qu’il sera intéressant d’expérimenter plus tard, c’est l’influence de ce délai
de renouvellement des jeunes pousses sur la productivité. En d’autres termes, il est intéressant
de varier les intervalles de temps entre deux récoltes et de voir comment cela influence la
productivité. Peut-être que les pieds mères ont besoin de plus de temps pour que la touffe de
prolifération soit plus intense avec beaucoup plus de boutures conformes, mais certainement
aussi avec plus de boutures non conformes. Dans les travaux de Kaya (2006), il mentionne
que la productivité est meilleure lorsque la fréquence entre les deux récoltes est longue (15
jours).

L’évolution de la productivité avec l’âge des pieds mères peut physiologiquement s’expliquer
par les effets des réitérations qui induisent un rajeunissement plus important de cette
augmentation de la productivité. La productivité moyenne des Pieds mères hors sol ne dépend
pas seulement des caractères génétiques mais aussi du milieu environnemental.

La comparaison de la productivité moyenne entre la B1 et la B2 nous montre que nos résultats


sont complètement inverses de ceux obtenus par Saya en 2007 ; ou il a été noté que de la
génération B0 à la génération B2 en passant par B1, la productivité moyenne augmente
significativement. Ceci s’explique par le phénomène de changement de phase selon lequel
d’une génération à une autre, le matériel végétal est rajeuni, d’où la productivité est plus
importante.

Nous pouvons néanmoins remarqué que ce sont au cours de l’expérimentation en 2007 d’avec
celle que nous avons menée, on observe une chute brutale de la productivité à un âge donné.

36
Dans les deux cas, il s’agit des problèmes rencontrés en pépinière (attaques des parasites et
champignons, mauvais fonctionnement de l’arrosage, mauvaise gestion de la pépinière).
D’une manière générale dans tous les cas, à un moment ou à un autre, la productivité devrait
se stabiliser voir même baisser mais certainement pas aux âges obtenus au cours de ces deux
expérimentations (9 mois en 2007 et 3 mois en 2016).

VI.2. Taux de réussite au bouturage

Selon l’analyse de variance et les tests de comparaison des moyennes, ces résultats montrent
qu’il n’y a pas de différences statistiquement significatives. Nos résultats ne corroborent pas
avec les travaux de Hackett (1985). Par contre, les pieds mères rabattus plus bas et plus
proches du système racinaire, leurs boutures s’enracinent facilement que les boutures de
pleine terre (Saya et al., 2008 et Mankessi et al., 2010).

VI.3. Taux de mortalité des pieds mères

Sur les 300 pieds mères installés dans un dispositif, 40 pieds mères n’ont pas pu tenir jusqu'à
la fin de notre expérimentation. Le taux de mortalité général est donc de 13,33%.

Les travaux antérieurs montrent que ce taux de mortalité est élevé. C’est le cas lorsqu’on le
compare par exemple à ceux obtenus par Loubota (2011) qui est de 4,22%. Il faut toutefois
noter que Loubota a plutôt travaillé sur les pieds mères extensifs de pleine terre.

Cependant, quand on regarde le taux de mortalité clone par clone, il apparait que cette
mortalité n’est pas aussi forte. Les clones ayant eu une forte mortalité sont le 18-147 et le 18-
551, avec de taux respectifs de 18% et 16%. Contrairement aux travaux menés par Bassonga
(2005) dans lesquels il a trouvé un taux de mortalité de 63% pour le clone 18-976.

En tenant compte de certaines réalités rencontrées lors du déroulement de notre


expérimentation, il est à signaler que la variabilité du taux de mortalité de ces quatre clones de
eucalyptus urophylla x E. grandis peut être due soit aux attaques des pathogènes, soit à la
mauvaise qualité des plants choisis, mais pas à l’évolution avec l’âge des pieds mères
(Mankessi, 2003).Cette mortalité peut aussi exprimer une mauvaise aptitude d’adaptation des
pieds mères provoquée par le stress dû à la taille successive de ceux-ci ; ou encore à leur
manipulation pendant la récolte des boutures.

37
CHAPITRE VII : SUGGESTIONS ET PERSPECTIVES DE
DEVELOPPEMENT DE CETTE TECHNIQUE LIEES AUX
CONDITIONS EXPERIMENTALES
VII.1. Suggestions

Comme petit apport personnel à la conduite d’un parc à pieds mères hors sol, ayant observé
que dans les pots dans lesquels sont installés les pieds mères il y avait un fort développement
des mousses, nous avons testé et vu qu’en ajoutant une couche importante de poussière du
charbon autour du

pied mère, on réduisait considérablement l’évolution des mousses.

VII.2. Perspectives

La technique de multiplication végétative de bouturage sur pieds mères hors sol des
eucalyptus urophylla x E. grandis mise au point par Saya et al (2008), par rapport à la
« technique classique » de Martin et Quillet (1974), présente plusieurs avantages, parmi
lesquels les plants obtenus sont orthotropes, la productivité des boutures est très intensive en
un temps réduit et sur un petit espace.

38
CONCLUSION

Ce travail qui est une étude expérimentale portant sur le thème ‘’ Variabilité clonale de
l’aptitude à l’enracinement de quatre clones de eucalyptus urophylla x E. grandis par la
technique de bouturage sur pieds mères hors sol en pépinière’’ est mené dans l’enceinte de la
cité ex-ORSTOM ; sous tutelle de l’Institut national de Recherche Forestière (IRF), et s’est
déroulé de septembre 2015 à septembre 2016.

Etant donné que la « technique classique » (Martin et Quillet, 1974) de multiplication


végétative par bouturage des clones de l’hybride interspécifique de eucalyptus urophylla x E.
grandis présente un handicap majeur, mais la nouvelle de bouturage des pieds mères hors sol
mise au point par Saya et al. (2008) a permis d’obtenir un gain génétique très important en
une unité de temps aussi courte.

Par ailleurs, la pratique de cette nouvelle technique sur les quatre clones de eucalyptus
urophylla x E. grandis nous a conduit à atteindre nos objectifs fixés à savoir la détermination
de la productivité des pieds mères, le calcul du taux de réussite au bouturage ensuite
l’observation de l’évolution dans le temps de ces deux variables et enfin évaluer le taux de
mortalité des pieds mères.

Cependant, les données traitées dans le logiciel « R » nous affirment à partir de la


comparaison des moyennes et par le test de Bonferroni que la productivité des pieds mères et
le taux de réussite au bouturage ne montrent aucune variabilité entre ces quatre clones de
eucalyptus urophylla x E. grandis par la technique de bouturage sur pieds mères hors sol en
pépinière.

Enfin, ces plants produits sont livrés aux utilisateurs potentiels de l’IRF, particulièrement au
PRONAR qui a pour mission d’afforester et de reboiser un million d’hectares de plantations
forestières et agro forestières en République du Congo jusqu’à l’horizon 2020 (Matondo,
2013).

39
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Afocel, 2006. Eucalyptus et environnement. Informations-forêt. Fiche no 725, No 1-2006. 6 p;

Agence National de l’aviation Civile, 2015. Direction de la météorologie, station de


Brazzaville (Maya-Maya), température et précipitation moyenne de la période allant de 2005
à 2014;

Attibayeba, 2015. Morphogenèse et régulation physiologique, cours de master 2 en


agronomie, Ecole nationale Supérieure et de Foresterie, Université Marien Ngouabi, 62 p;

Bassonga Bernon P.N, 2015. Essai de bouturage hors sol des clones d’Eucalyptus en
provenance de la république Populaire de Chine dans les conditions environnementales de
Pointe-Noire, République du Congo. Mémoire de fin de formation pour l’obtention du
diplôme de Licence, Université Marien Ngouabi, Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie et
de Foresterie, 30p ;

Bouvet J.M, 1998. Les plantations d’Eucalyptus. Evolutions récentes et perspectives. UR2PI,
document interne. Pointe Noire, Congo. 30p;

Bouvet J.M, 1999. Les plantations d’eucalyptus. Evolutions récentes et perspectives. Le


Flamboyant, 49 : 4-14;

Chaperon H., 1979. Amélioration génétique des eucalyptus au Congo-Brazzaville, C.T.F.T-


Congo. Pp 31-55;

Codou A., 1976. Géographie : La République populaire du Congo, Collection Andrée-Hatier,


79 p;

Denis B., 1974. Notice explicative N°52. Carte pédologique Brazzaville - Kinkala (R.P.C) à
1/200000. ORSTOM, Brazzaville, 101 p;

FAO, 2006. Global Forest Ressources Assessment 2005. Progress towards sustainable forest
management. FAO Forestry paper;

Goma Beastelle Josline Francia, 2013. Etude comparative de sept substrats sur le taux
d’enracinement et de survie des clones d’eucalyptus 18-521 et 18-976 à la pépinière d’EFC
pointe noire. Rapport de fin de formation en vue d’obtention du diplôme d’ingénieur des

40
travaux de développement rural. Option productions végétales. Université Marien Ngouabi.
Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie et de foresterie. 30p;

Hackett W.P., 1985. Juvenility, maturation and rejuvenation in wood plants. Hortic. Revue
7 : 109-155 ;

Hannah Jaenicke et Jan Beniest, 2003. La multiplication végétative des ligneux en


agroforesterie Manuel de formation et bibliographie Nairobi (Kenya). 162p;

Kamiouako Ndala Marie, 2008. Mise en place et suivi des expérimentations agricoles au
Centre de Recherche sur la Conservation et la Restauration des Terres (CRCRT) ; Rapport de
stage de fin de formation en vue de l’obtention du Diplôme d’ingénieur des Travaux de
Développement Rural ; Option : Productions végétales. Université Marien Ngouabi ; Institut
de Développement Rural ; 50p.

Kaya J.M., 2006. Effets de la périodicité des récoltes sur la productivité des pieds mères hors
sol de l’hybride interspécifique Eucalyptus urophylla x Eucalyptus grandis : cas du clone 18-
147. Rapport de stage de fin de formation en vue de l’obtention du Diplôme d’Ingénieur des
Travaux de Développement Rural. 24p ;

Koechlin J., 1961. Végétation des savanes dans le Sud de la République du Congo
Brazzaville. ORSTOM, Memoire n°10.Paris, 310p;

Leakey RRB and Storeton-West R., 1992. The rooting ability of Triplochiton scleroxylon
cuttings: the interaction between stock plant irradiance, light quality and nutrients. Forest
Ecology and Management 49:133-150 ;

Longman KA., 1993. Rooting Cuttings of Tropical Trees. Tropical Trees. Propagation and
Planting Materials Vol. 1. Londres : Commonwealth Science Council ; Institut technologique.
Espèces ligneuses pour la production de biomasse. 4p ;

Loubota Panzou G.J., 2011. Analyse de l’évolution avec l’âge de la productivité de trois
générations séquentielles des pieds mères. Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention du
Diplôme d’Ingénieur de Développement Rural. Université Marien Ngouabi, Institut de
Développement Rural, 38p ;

Maillard D., 1978. La pollinisation contrôlée Eucalyptus Pins. C.T.F.T-Congo, 71p ;

41
Makany L., 1976. Végétation des plateaux Téké (Congo). Edition - JOBARD, DIJON
(France), (Collection des travaux de l’Université de Brazzaville), 301p ;

Mankessi F., 2003. Bouturage horticole des eucalyptus : gestion et optimisation de la


productivité des pieds mères hors sol. Mémoire de d’ingénieur, Université Marien Ngouabi,
Institut de Développement Rural, 68p ;

Mankessi F., Saya A.R., Toto M., Monteuuis O., 2010. Propagation of Eucalyptus urophylla x E.
grandis clones by rooted cuttings: influence of genotype and cutting type on rooting ability.
Propagation of ornemental Plants no 1 (10): 42-49;

Martin B. et Quillet G., 1974. Bouturage des arbres forestiers au Congo : Résultats des
essais effectués à Pointe Noire de 1969 à 1973. Bois et forêts des tropiques no 154 : 41-59 ;

Martin, 1974. Bouturage des arbres forestiers en particulier des eucalyptus. Technique du
bouturage. Note interne C.T.F.T Congo, 125p ;

Matondo R., 2013. La stratégie nationale d’afforestation et de reboisement comme


opportunité d’affaire en République du Congo. Forum International sur le développement
durable de la filière bois dans les pays du bassin du Congo. 11p ;

Maziezoula Bakoudikila Liberty Paola., 2009. Tentative de Contrôle d’une ravine sur la rue
Ngankiéno à Makazou dans l’arrondissement 7 (Mfilou Brazzaville). Rapport de stage de fin
de formation en vue de l’obtention du Diplôme d’Ingénieur des Travaux de Développement
Rural.47p ;

Ngambaka J.U., 2011. Etude exploratoire de la variabilité génétique conjointe entre la


croissance et la surface spécifique foliaire dans une population clonale d’Eucalyptus :
Implications sur les stratégies de croissance. Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention du
Diplôme d’Ingénieur de Développement Rural. Université Marien Ngouabi, Institut de
Développement Rural, 49p ;

Nzila J. D., 1993. La qualité des eaux et les maladies d’origine hydrique au Congo. Mémoire
D.U. Environnement et Santé publique, Université de Montpellier I, 33 p ;

Samba-Kimbata M.J., 1978. Le climat Bas-Congolais. Thèse de Doctorat 3ème cycle,


Université de Bourgogne,Dijon, 280 p ;

42
Saya A. , Mankessi F., Toto M., Marien J.N., Monteuuis O., 2008. Advances in mass
clonal propagation of Eucalyptus urophylla x E. grandis in the Republic of Congo; Bois et
Forets des Tropiques, 2008, N0 297 (3), pp 15-25 ;

Sita P. et Moutsamboté J.-M., 1988. Catalogue des plantes vasculaires du Congo.


CERVE/ORSTOM, Brazzaville 195p ;

Tropicultura, 1989. Plantations clonales d’eucalyptus hybrides en République Populaire du


Congo. pp 63-67 ;

Vennetier P., 1977. Atlas de la République Populaire du Congo. Edition Jeune Afrique, Paris,
63 p;

43
ANNEXES
FICHE DE RECOLTE DES BOUTURES
Annexe 1
Date de récolte (D1 à D4): NO :
Bloc no :
Numéro :
Opérateur :

Nombre de boutures Nombre de boutures


Clone Pied mère D1 D2 D3 D4 Clone Pied mère D1 D2 D3 D4
18-52 01 18-147 01
18-52 02 18-147 02
18-52 03 18-147 03
18-52 04 18-147 04
18-52 05 18-147 05
18-52 06 18-147 06
18-52 07 18-147 07
18-52 08 18-147 08
18-52 09 18-147 09
18-52 10 18-147 10
18-52 11 18-147 11
18-52 12 18-147 12
18-52 13 18-147 13
18-52 14 18-147 14
18-52 15 18-147 15
18-52 16 18-147 16
18-52 17 18-147 17
18-52 18 18-147 18
18-52 19 18-147 19
18-52 20 18-147 20
18-52 21 18-147 21
18-52 22 18-147 22
18-52 23 18-147 23
18-52 24 18-147 24
18-52 25 18-147 25
18-551 01 18-976 01
18-551 02 18-976 02
18-551 03 18-976 03
18-551 04 18-976 04
18-551 05 18-976 05
18-551 06 18-976 06
18-551 07 18-976 07
18-551 08 18-976 08
18-551 09 18-976 09
18-551 10 18-976 10
18-551 11 18-976 11
18-551 12 18-976 12
18-551 13 18-976 13
18-551 14 18-976 14
18-551 15 18-976 15
18-551 16 18-976 16
18-551 17 18-976 17
18-551 18 18-976 18
18-551 19 18-976 19
18-551 20 18-976 20
18-551 21 18-976 21
18-551 22 18-976 22
18-551 23 18-976 23
18-551 24 18-976 24
18-551 25 18-976 25

44
Annexe 2

Tableau 4: Calendrier du déroulement des activités à la pépinière

Jours Activités

 Préparation (piller au mortier) et tamiser le charbon ;


 Traitement des pieds mères, des jeunes plants et des
Lundi
boutures au fongicide (Banko plus) et/ou à l’insecticide
(Cypercal)
 Remplissage des caissettes avec un substrat constitué
d’un mélange charbon + sciure de bois ;
 Fertilisation des pieds mères, des plants et des boutures
Mardi
avec de l’engrais foliaire (Fertigri,Nutriga, Harvest max )
et/ou avec de l’engrais granulé (NPK13-13-21 )
 Récolte et repiquage des boutures dans l’essai1
Mercredi
 Récolte et repiquage des boutures dans le l’essai2 ;
 Traitement des pieds mères, des plants et des boutures
Jeudi au fongicide (Banko plus) et/ou à l’insecticide
(Cypercal)

 Fertilisation des pieds mères, des plants et des boutures


Vendredi avec de l’engrais foliaire (Nutriga) et/ou avec de
l’engrais granulé (NPK13-13-21 )

 Tri des plants dans l’aire d’enracinement en vue du


Samedi sevrage

45
Annexe 3
Tableau 7: Analyse de variance de la productivité à partir du modèle mixte

JOUR SOURCE DDL SCE CM F Pr > F


J0 Bloc 2 2.74 1.373 1.6301 0.1977
Clone 3 3.10 1.035 1.2291 0.2993
J7 Bloc 2 1.68 0.840 1.1360 0.3225
Clone 3 2.67 0.892 1.2066 0.3076
J15 Bloc 2 12.50 6.253 7.0926 0.0009 ***
Clone 3 7.93 2.643 2.9981 0.0310 *
J22 Bloc 2 4.38 2.192 1.4290 0.2413
Clone 3 4.87 1.622 1.0582 0.3675
J28 Bloc 2 1.27 0.635 0.6618 0.5168
Clone 3 7.40 2.467 2.5696 0.0548
J35 Bloc 2 8.43 4.2190 4.7452 0.0094 **
Clone 3 9.20 3.0675 3.4501 0.0172 *
J43 Bloc 2 0.19 0.0960 0.0544 0.9471
Clone 3 2.16 0.721 0.4085 0.7470
J56 Bloc 2 1.91 0.9537 0.6770 0.5090
Clone 3 2.33 0.7766 0.5513 0.6477
J63 Bloc 2 2.08 1.0401 0.6604 0.5175
Clone 3 0.22 0.0738 0.0469 0.9865
J70 Bloc 2 0.22 0.1105 0.1068 0.8988
Clone 3 0.71 0.2376 0.2295 0.8758
J76 Bloc 2 6.85 3.4264 2.5808 0.0777
Clone 3 2.99 0.9959 0.7501 0.5231
J83 Bloc 2 10.39 5.1930 2.0736 0.1279
Clone 3 2.77 0.9233 0.3687 0.7756
J91 Bloc 2 0.59 0.2965 0.2040 0.8156
Clone 3 8.96 2.9875 2.0558 0.1067
J98 Bloc 2 4.47 2.2333 1.5645 0.2112
Clone 3 4.15 1.3845 0.9699 0.4075
J106 Bloc 2 9.27 4.6344 3.2438 0.0406 *
Clone 3 4.88 1.6251 1.1375 0.3345
J113 Bloc 2 0.72 0.3612 0.2634 0.7686
Clone 3 3.42 1.1389 0.8304 0.4782
J121 Bloc 2 4.13 2.0654 1.4261 0.2422
Clone 3 7.54 2.5128 1.7350 0.1603
Jmoy Bloc 2 0.71 0.3551 2.8629 0.0589 *
Clone 3 0.75 0.2522 2.0334 0.1097

46
Annexe 4
Tableau 8 : Analyse de variance du taux de réussite au bouturage à partir du modèle mixte

Jour Source DDL SCE CM F Pr >F


J0 Bloc 2 61,05 30,525 0,208 0,816
Clone 3 535,01 175,00 1,6345 0,2569
J7 Bloc 2 933,93 466,97 1,8306 0,2153
Clone 3 882,2 294,07 1,0021 0,4403
J15 Bloc 2 478,02 239,01 0,889 0,4443
Clone 3 1972,39 657,46 5,685 0,0220 *
J22 Bloc 2 56,91 28,456 0,6995 0,5219
Clone 3 85,72 28,574 0,6777 0,5898
J28 Bloc 2 36,94 18,469 0,723 0,9308
Clone 3 97,3 32,433 0,1158 0,9483
J35 Bloc 2 293,71 146,853 3,2144 0,8843
Clone 3 64,43 21,478 0,2683 0,8466
J43 Bloc 2 87,823 43,912 1,3498 0,3071
Clone 3 130,03 43,345 1,3839 0,3161
Jmoy Bloc 2 6,352 3,176 0,1256 0,8835
Clone 3 116,77 38,925 2,6559 0,1198

47
Résumé
Cette étude est menée à Brazzaville (République du Congo), dans l’enceinte
de la cité ex-ORSTOM, sous la supervision de l’Institut national de
Recherche Forestière. Elle a pour thème ‘’ variabilité clonale de l’aptitude à
l’enracinement de quatre clones de eucalyptus urophylla x E. grandis par la
technique de bouturage sur pieds mères hors sol en pépinière’’
L’étude a pour objectifs : de déterminer la productivité des pieds mères de chaque
clone pour pouvoir les comparer, ensuite évaluer le taux de réussite au bouturage des clones
testés, entre autre, observer l’évolution dans le temps de ces deux variables pendant la
période que durera notre stage et en fin, évaluer le taux de mortalité des pieds mères dans
le même temps et si possible en rechercher les causes. Un échantillon de 300 pieds mères de
eucalyptus urophylla x E. grandis par essai a été mis en place, disposé dans un bloc complet
randomisé avec 3 blocs, 4 traitements (4 clones testés) et 25 individus par unité
expérimentale pour chacun des clones. Les résultats obtenus nous permettent de dire que,
en ce qui concerne la productivité moyenne des pieds mères, il n’y a pas de différences
significatives entre les clones. Quant au taux de réussite au bouturage, il a été faible avec
une moyenne de 36,70%, et l’analyse ne nous révèle aucune différence significative entre
ces clones étudiés. Donc cela nous permet de dire que pour cette étude, nous avons qu’il n’y
a pas de variabilité clonale de l’aptitude à l’enracinement de ces quatre clones par la
technique de bouturage sur pieds mères hors sol en pépinière.

Mots-clés : Variabilité, aptitude, eucalyptus urophylla x E. grandis, bouturage, pépinière.

48

Vous aimerez peut-être aussi