Vous êtes sur la page 1sur 66

Ministère de l’Enseignement Supérieur

Et de Recherche Scientifique
Université de Tunis
Institut Supérieur de Gestion

Projet de fin d’études en vue de l’obtention de la licence Appliquée en comptabilité

«Démarche d’Analyse de la situation financière d’une


entreprise : Application sur un cas réel»

Elaboré par: Mariem Hichri


Encadré par: Mme Wided khiari
Maître de stage :

Année Universitaire: 2015/2016


DEDICACES

Je dédie ce projet :

A mes chers parents symbole de bonté et source de tendresse, pour leurs soutiens,
sacrifices et encouragements tout au long de mes études, auxquels j’exprime ma
gratitude et mon dévouement, sachant qu’aucune dédicace ne saurait exprimer
l’amour, et le respect que j’ai pour mes parents.

A mes sœurs à qui je souhaite la réussite dans leur vie

A tout mes amis (es)

A mes enseignants (es) qui m’ont encouragé durant mes études et qui m’ont toujours
aidé dans les moments critiques.
Remerciements

Aucune recherche ne peut se faire sans la générosité et l’engagement de multiples personnes


intervenant a divers titres.

Motivé par l’accueil chaleureux, le climat amical, je tiens à exprimer mes vives gratitudes et
remerciements les plus sincères s’adressent à mon encadreur Mme. KHIARI.WIDED pour ses
qualités humaines et professionnelles.

Ma gratitude s’adresse aussi à tous les professeurs de l’ISG qui ont été précieux pour le bon
déroulement de ce projet.

En outre, notre gratitude s’adresse aussi à tous les personnels du cabinet comptable,

J’adresse aussi mes très vifs remerciements à toute personne qui nous à fourni le moindre effort
pour réaliser ce projet de fin d’étude.
Sommaire

Table des matières

I. Présentation générale du cabinet :.........................................................................................3


I.1 Carte d’identité de l’établissement :................................................................................................3
I.2 Objectifs du cabinet :......................................................................................................................4
II. Structure et organigramme du cabinet :.............................................................................4
II. 1 Structure du cabinet :....................................................................................................................4
II. 2 Organigramme du cabinet :.......................................................................................................4
I. Les missions comptables :.....................................................................................................5
I.1 Les missions quotidiennes :............................................................................................................6
I.2 Les missions mensuelles :...............................................................................................................6
I.3 Les missions annuelles :..................................................................................................................7
II. Les missions fiscales :........................................................................................................7
II.1 Les taches mensuelles :..................................................................................................................7
II.2 Les missions trimestrielles :...........................................................................................................9
II.3 Les missions annuelles :................................................................................................................9
III. Les missions juridiques :.......................................................................................................15
IV. Les missions sociales :..........................................................................................................15
IV.1 Déclarations sociales légales:.....................................................................................................15
IV.2 Préparation de la paie :...............................................................................................................16
I. L'analyse comptable :..........................................................................................................18
II. L'analyse comparative :....................................................................................................19
III. L'analyse extra comptable (ou "économique") :..............................................................19
I. Les objectifs des états financiers:........................................................................................19
II. Les outils des états financière :...............................................................................................20
II.1 Le Bilan :.....................................................................................................................................20
II.2 L'état de résultat :.........................................................................................................................22
II.3 L'état de flux de trésorerie :.........................................................................................................23
II.4 Les notes aux états financiers :....................................................................................................24
I. Le bilan fonctionnel :...............................................................................................................24
II. Analyse de l’équilibre financier :...........................................................................................24
II.1 Fond de roulement (F.R) :...........................................................................................................25
II.2 Besoin de fond de roulement :.....................................................................................................25
II.3 trésorerie nette :...........................................................................................................................25
I. Les ratios financiers :...........................................................................................................26
I.1 Les ratios de structure financière :................................................................................................26
I.2 Les ratios de liquidité :..................................................................................................................27
I. Marge Commerciale :..........................................................................................................28
II. Marge sur cout matières :.......................................................................................................28
III. Valeur ajoutée (VA) :............................................................................................................29
IV. L’excédent brut d’exploitation EBE :..................................................................................29
V. Résultat des activités ordinaires (RAO) :..............................................................................30
VI. Analyse de la rentabilité :.....................................................................................................30
Annexe 1 :..........................................................................................................................................49
Annexe 2 :..........................................................................................................................................51
Annexe 3 :..........................................................................................................................................51
Introduction Générale

L’analyse financière a pour but d’étudier les point forts et faibles d’une entreprise en se basant sur
divers éléments ; comptables, humains et financiers.

Ces méthodes comportent trois étapes successives :

-L’analyse des éléments représentatifs des entreprises 

-L’établissement d’un diagnostic sur la situation actuelle de l’entreprise 

-Et l’élaboration de proposition devant améliorer la situation future de l’entreprise.

L’analyse financière se base sur l’analyse de la situation passée de l’entreprise pour lui donner des
éléments lui permettant d’améliorer sa situation future.

Cette analyse se fonde sur un certains nombre de critères reconnus comme aptes à juger de la
situation financière d’une entreprise. Cette approche se fait sous deux angles :

-Appréhender la solvabilité d’une entreprise, c’est-a-dire apprécier sa capacité à assurer


le règlement de ses dettes à l’échéance. (Sans quoi une entreprise se trouve en situation de défaut
de paiement)

-Mesurer la capacité de l’entreprise à réaliser des profits en fonction des moyens humains et
financiers utilisés dans son processus productifs.

C’est dans ce cadre que s’inscrit ce projet de fin d’étude dans lequel nous essayons d’étudier
l’analyse financière traitée au sein d’un cabinet de comptabilité, à travers plusieurs documents
comptables et financier, à savoir le bilan, l’état de résultat, le solde intermédiaire de gestion,
l’analyse par les ratios. D’ou notre question primordiale sera :

-Quelle sont les outils des états financières? Et quelle est la démarche de l’analyse de la situation
financière d’une entreprise ?

Le plan de ce projet se présente comme suit :

Dans la première partie, nous allons présentes le cabinet de comptabilité, son organisation et ses
missions.
1
Dans la deuxième partie, nous présentons l’objectif et les méthodes d’analyse financière, les
objectifs et les outils des états financiers, l’analyse de la situation financière, L’analyse financière
par les ratios, et l’analyse des soldes intermédiaires de gestion et de la rentabilité économique et
financière.

Et finalement dans la troisième partie, on va appliquer les étapes citées auparavant dans le deuxième
chapitre de la partie précédente sur un cas pratique.

2
Chapitre 1 : Présentation de l’entreprise
d’accueil : Le cabinet MAC

Introduction

Tout cabinet de comptabilité est chargé par la prise en considération des travaux suivant en matière
financier, comptable, fiscale, social et juridique.

Dans cette partie on va présenter l’organigramme d’accueil « cabinet MAC » ainsi que illustrée leur
domaines d’intervention.

Section 1 : Présentation du cabinet de comptabilité et des études

Dans cette section nous proposons de procéder en premier lieu une présentation générale de
l’organisme d’accueil, et en second lieu on va présenter sa structure et leur organigramme.

I. Présentation générale du cabinet :


Le cabinet MAC est un cabinet de comptabilité, fondé le 05/05/2005par Monsieur Mohamed
Aymen Chérif (diplôme de IHEX Carthage, maitrise en comptabilité). Et qui inscrit au tableau des
membres de groupement des comptables de Tunisie.

I.1 Carte d’identité de l’établissement :


 Nom : MAC CONSULT
 Type : privée
 Date de création : 05/05/2005
 Adresse : 20 AVENU MOHAMED 5 Immeuble JAMILA 2éme Etage Bureaux 12-13-15.
8030 GROMBALIA
 Téléphone : 72214684
 Fax : 72214684
 GSM : 21002998
 Champ de travail : comptabilité et études
 E-mail : cabinetmac@gamil.com

3
Cabinet MAC compte d’un directeur général pour superviser par 3 employés :

- 2 assistants comptables (titulaires de licence en comptabilité)


- Une responsable juridique

La clientèle du cabinet est principalement constituée de PME (SARL-Entreprise individuelles-


professions Libérales…). Les secteurs d’activité sont variés : bâtiment, vente, entreprise innovante,
prestation du service …

I.2 Objectifs du cabinet :


La qualité de l’excellence dans la conduite des travaux comptable et de conseil ont permis
d’atteindre une image parfaite dans le paysage comptable et une estimation favorable par la
communauté des affaires.

Cabinet MAC est dotée des outils de travail le plus adéquate pour assurer une bonne succession des
missions conformément aux normes et réglementations en vigueur (système comptable, matériel et
applications informatiques, etc.…).

II. Structure et organigramme du cabinet :

II. 1 Structure du cabinet :


Le cabinet a une structure organisationnelle jugée convenable pour effectuer et réaliser des travaux
au service de l’entreprise tunisienne. Il compte septe postes informatiques reliés par un réseau local
et gérer par un serveur, ce qui permet le partage des ressources toutes les associés.

Le logiciel principal utilisé est CIEL COMPTA EVOLUTION. (Compagnie internationale d’édition
de logiciel). Ciel Est un éditeur des logiciels de gestion pour les petites entreprises, artisans
commerçant, indépendant, profession libérale, et créateur de l’entreprise. En effet ciel crée en 1986
c’est un filiale du groupe sage.

4
II. 2 Organigramme du cabinet :
Le graphique 1 ci-dessous présente l’organigramme du cabinet MAC

Directeur général

Directeur juridique

Chargé client Chargé client

Graphique -1- organigramme du cabinet

Section 2: Domaines d’intervention du cabinet MAC

Le cabinet intervient pour le compte de ses clients sur plusieurs niveaux ceux :

- Sur le plan comptable


- Sur le plan fiscal
- Sur le plan juridique
- Sur le plan social

5
I. Les missions comptables :
Les missions comptables supervisées on des missions quotidiennes, mensuelles et annuelles.

I.1 Les missions quotidiennes :


I.1.1 Vérification des pièces comptables :
Lorsque les pièces comptables qui sont généralement les facteurs d’achats et des ventes, les
dépense, de caisse, les relevés bancaires, les chéquiers, les pièces internes … arrivent au service
comptable ils font l’objet d’une vérification portant sur les montants, les cachets, les noms de
l’expéditeur et du destinataire.

I.1.2 Le classement des pièces comptables :

Le classement se fait par référence de date, ou par nature des documents (charges, produits …) pour
faciliter aux utilisateurs leur traitement. Cette étape permet l’exécution d’un travail rapide et bien
ordonné.

Les pièces comptables doivent être classées historiquement dans des dossiers alors que chaque
entreprise a ses propres dossiers.

I.1.3 L’imputation des pièces comptables :

L’imputation consiste à rechercher les comptes qui doivent être utilisés au regard des informations
fournies par la pièce comptable. En effet, les pièces comptables classées sont imputées sur des
fiches appelées « pièce d'imputation comptable ».

I.1.4 La saisie des pièces comptables :

Après l’imputation, les pièces comptables sont saisies à la machine au niveau du logiciel concerné.
La saisie se fait par pièce et par journal dans l’ordre chronologique. Les comptes utilisés sont
généralement des comptes de charge (les achats stockés et non stockés de matière première et de
fourniture, les charges de personnels, les services extérieurs…) et des comptes de produits (vente de
produits finis …) et des comptes de bilan.

I.2 Les missions mensuelles :

A la fin de chaque mois, le comptable effectue un état de rapprochement bancaire qui permet de
rapprocher à une même date le solde du compte banque avec le solde du relevé bancaire en

6
comptabilité. C’est un instrument qui permet de connaitre la situation réelle de la trésorerie et un
instrument d’information utile pour la comptabilité.

I.3 Les missions annuelles :


Chaque année le comptable prépare les états financiers. Généralement Les états financiers annuels
incluent le bilan, l’état de résultat, le flux de trésorerie, et les notes d’états financiers.

II. Les missions fiscales :

II.1 Les taches mensuelles :


Le comptable établi les déclarations mensuelles d’impôt qui doivent mentionner le matricule
fiscale, le nom et le prénom, l’activité, l’adresse et le code de TVA.
Le délai de paiement de déclaration mensuelle est :
- Les 28 premiers jours su mois suivant pour les personnes morales
- Les 15 premiers jours du mois suivant pour les personnes physiques

Tout retard de paiement de tout ou une partie de l'impôt subi une sanction qui se présente sous
forme d’une pénalité de retard aux taux de 0.5% du montant de l’impôt par mois ou part de mois de
retard.

II.1.1 La retenue a la source (R.S) :

La retenu à la source est une avance obligatoire sur l’impôt sur le revenu, et l’impôt sur la société
pour les personnes qui sont imposable.

Au contraire les revenus réaliser par les personnes exonérer de la TVA ne sont pas soumis à la
retenu a la source.

La retenue à la source est composée de plusieurs rubriques soumises chacune à un taux bien
spécifique. (Voir annexe 1) 

II.1.2 La taxe de formation professionnelle (TFP) :

Le code du travail tunisien fait obligation aux entreprises individuelles et les sociétés tunisiennes ou
étrangères de payer une TFP sur la masse salariale.

Les sociétés qui sont exonérés de payer la TFP sont les entreprises exportatrices, les entreprises
agricoles et de pèche, semblablement les entreprise assujettis a l’impôt forfaitaire sur la patente.

7
Le taux de TFP est comme suit :

 1% pour les entreprises manufacturières


 2% pour les autres activités économiques

II.1.3 Le fond de promotion du logement pour les salariés (FOPROLOS) :

Toute personne physique ou morale et tout employeur public ou privé, exerçant en Tunisie doit
contribuer a la promotion du logement pour les salariés. A l’exception des exploitants agricoles
privés.

Cette contribution liquidée mensuellement sur la base des traitements et salaires et toutes autres
attributions versée par l’entreprise.

Le taux de FOPROLOS est fixé à 1%.

II.1.4 La taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) :

La TVA est un impôt indirect sur la consommation, L’assujetti doit déclarer mensuellement le
montant de la TVA déductible sur achats et le montant de la TVA collectée sur les ventes

Régularisation :

(TVA collectée – TVA déductible) = Solde relatif au mois, qui peut être soit

TVA à payer, soit un crédit de TVA qui sera imputé sur le solde de la TVA du mois suivant.

La TVA en Tunisie s’applique selon 3 taux :

Taux de 6% s’applique notamment aux activités médicales, médicaments et produits


pharmaceutiques, les infirmiers, les produits de l’artisanat local, les produits alimentaires, et les
opérations de transport de personnes et des produits agricoles et de pèche.

Taux 12% s’applique notamment aux services réalisés en matière informatique, services d’hôtel,
une liste de service touristiques(la restauration…) et une liste des biens d’équipement,
l’électricité utilisée dans le fonctionnement des équipements agricoles et l’électricité destinée a
l’usage domestique, les comptables et les experts transport de marchandises sauf les produits
agricoles et de pèche.

Taux de 18% c’est le taux général s’applique aux opérations pour les quelles la loi n’a pas prévu
un autre taux.

8
II.2 Les missions trimestrielles :
La mission trimestrielle est l’acompte provisionnel. D’après le Ministère des finances le 25 juin est
le dernier délai de dépôt de la déclaration relative au premier acompte provisionnel, pour les
personnes physiques. Et le 28 juin les personnes morales sont tenues de s’acquitter de l’impôt.

Cette transaction se rattache aux personnes morales soumise à l’impôt sur les sociétés et les
personnes physiques soumises à l’impôt sur le revenu exerçant une activité commerciale,
industrielle ou une profession non commerciale à l’exception des exploitants dans les secteurs de
l’agriculture et de la pêche.

II.3 Les missions annuelles :


La déclaration fiscale annuelle effectuée au sein du cabinet comptable est la déclaration d’impôt
direct (impôt sur le revenu, impôt sur les sociétés)

Les revenus des personnes physiques et les bénéfices réalisés par les entreprises sont soumis selon
la forme juridique de la personne qui les réalise à :

- l’Impôt sur les sociétés (IS) lorsque l’entreprise a la forme d’une société passible de l’impôt sur
les sociétés (notamment SARL, SUARL, SA).

- l’Impôt sur le revenu des personnes physiques(IRPP) lorsque le bénéficiaire du revenu est une
personne physique ou lorsque l’entreprise a la forme d’une entreprise individuelle.

II.3.1 Impôt sur le revenu des personnes physiques : IRPP

II.3.1.1 Personnes imposables :

Les personnes soumises à l’IRPP sont les personnes résidentes en Tunisie puisqu’elles sont
imposables sur l’ensemble de leur revenu de source tunisienne ou étrangère, et les personnes non
résidentes en Tunisie au titre de tous les revenus de source tunisienne sauf lesrevenus exonérés de
l’impôt sur le revenu.

II.3.1.2 Personnes exonérés :

Le consulaire de nationalité étrangère sous réserve de réciprocité et les membres du corps


diplomatique .De même affranchie de l’impôt sur le revenu toute personne avec ou sans profession
dont le revenu imposable annuel après abattement des déductions communes ne dépasse pas 1500
DT.

9
Enfin, les personnes étrangères liée auprès du gouvernement tunisien dans le cadre de la
coopération technique sont exonérées en raison des traitements, salaires et indemnités qui leurs sont
servis par les Etats étrangers.

II.3.1.3 Catégorie des revenues soumis à l’impôt :

Les différents revenus soumis à l’impôt sont :

-Revenus appartient de l'étranger s'ils n'ont pas supporté l'impôt dans le pays de la source.

-Revenus de capitaux et de valeurs mobiliers

-Revenus fonciers

-Bénéfices commerciaux et industriels

-profit des professions non commerciales

-Bénéfices de l'exploitation agricole et de pêche

-Traitements, salaires, pensions et rentes viagères

II.3.1.4 Détermination du revenu net soumis à l’impôt selon le régime réel :

La législation comptable des entreprises basé sur une comptabilité pour déterminé le revenu net
soumis à l’impôt et après déduction des charges professionnelles et dépenses et des revenus non
soumis à l’impôt.

II.3.1.5 Revenus exonérés :

Les revenus suivants sont exonérés pour motiver l’épargne ou l’investissement tels que :

-Les dividendes et revenus assimilés,

-Les intérêts des dépôts et de titre dinars convertibles ou en devises ,

-Les intérêts des comptes épargnent logement,

-Les intérêts des comptes d’épargne pour les études,

-La plus-value provenant de la levée par les salariés de l’option de souscription au capital des
sociétés dans le secteur de services informatiques, d’ingénierie informatique et de services connexes

10
et dans le secteur de la technologie de communication et de l’information et des nouvelles
technologies ainsi que les société cotées en bourse et ce sous réserve de certaines conditions ,

-La plus value provenant de la transmission des entreprises en difficultés économiques, et ce, sous
réserve de certaines conditions,

-Les intérêts des comptes d’épargne dans la limite de 2.000D par an, pour l’investissement

II.3.1.6 Déductions communes au niveau du revenu global

Sont admises en déduction du revenu global certain déductions pour encourager l’investissement
dans certains secteurs. Il s’agit notamment :

-Des arrérages des rentes payées à titre obligatoire et gratuit,

-Des primes fixes aux contrats d’assurance vie dans les limites fixées par la législation en vigueur,

-Des intérêts des comptes spéciaux d’épargne ou des emprunts obligataires et ce dans des limites
fixées par la législation en vigueur,

-Des montants déposés dans les comptes-épargne pour l’investissement et dans les comptes-
épargne en actions dans la limite de 20.000D par an et sous réservé du minimum d’impôt,

-Du remboursement des prêts universitaires en principal et en intérêts,

-Des revenus provenant de l’exportation totalement pendant 10 ans a partir de la première opération
d’exportation pour les entreprises exerçant avant le 1er janvier 2011 et les entreprises ayant obtenu
une attestation pour les entreprises exerçant avant le 1er janvier 2011 et qui entrent en activité
effective et réalisent la 1ér opération d’exportation au cours de l’exercice 2011,

-Des revenus provenant de la restauration au profit des étudiants ou de la location d’immeubles ,


des élèves et des apprenants dans les centres de formation professionnelle de base pendant 10 ans,

-Des revenus dans la limite de 50% pendant 10 ans provenant du courtage international

-Des revenus réinvestis dans la souscription au capital des entreprises conformément aux conditions
prévues par la législation relative aux avantages fiscaux,

-Des revenus réinvestis dans les projets d’hébergement et de restauration au profit des étudiants, des
élèves et des apprenants dans les centres de formation professionnelle de base sous réserve du
minimum d’impôt,

11
-Des déductions au titre de la situation des charges de famille (chef du famille, enfants à charge,
parents à charges).

II.3.1.7 Tarif de l’impôt sur le revenu selon le régime réel

Le barème de l’impôt sur le revenu comporte 6 tranches de revenu, Le taux de l’impôt est égal a 0%
pour la première tranche et a 35% pour la dernière tranche.

Barème de l’impôt

Tranche de revenue (en dinars) Taux de l’impôt (en%)

0 à 1.500 0

1.500.001 à 5.000 15

5.000.001 à 10.000 20

10.000.001 à 20.000 25

20.000.001 à 50.000 30

Au delà de 50.000 35

II.3.2 Impôt sur les sociétés : IS

II.3.2.1 Personnes imposables :

Sont soumis à l’IS notamment :

-Les sociétés de capiatux et assimilées résidentes en Tunisie ;

-Certains établissements publics non administratifs à but lucratif ;

12
-Les personnes morales non établies en Tunisie qui réalisent notamment des revenus de source
tunisienne.

II.3.2.2 Personnes exonérées :

Le code de l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur les sociétés a détecter certaines exonérations de
l’IS liée les bénéfices réalisés dans le cadre de l’objet social par certaines personnes morales tells
que les coopératives de services agricole et de pèche, les assurances mutuelles. De même, les
personnes morales non résident sont exonérées de l’IS au titre des dividendes et des intérêts des
dépôts et des titres dinars convertibles ou en devises , et de certaines redevances payées par les
sociétés totalement exportatrices

II.3.2.3 Bénéfice soumis a l’impôt :

Le bénéfice fiscal soumis à l’impôt est déterminé à partir du bénéfice comptable moyennant des
réaménagements fiscaux selon la législation fiscale.

II.3.2.4 Taux de l’impôt sur les sociétés :

Le taux d’imposition dans le monde sont différents, en Tunisie varient généralement entre 10 et 35
%

-Taux général de 30% ce taux s’applique aux bénéfices réalisés en 2006 et déclarés en 2007 et aux
bénéfices des exercices ultérieurs a l’exception du secteur financier, hydrocarbures et
télécommunications qui demeurent soumis au taux de 35% ;

-Taux pour les entreprises cotées en bourse : 20% pour une période de 5 ans sous certaines
conditions,

-Taux pour l’agriculture, la pèche, l’artisanat et le bénéfice provenant de l’exportation (réalisés a


partir du 1er janvier 2011) : 10%.

II.3.2.4 Minimum de l’impôt :

L’impôt annuel ne peut être inférieur a un montant égal a 0.1% du chiffre d’affaire ou des recettes
brutes autre que provenant de l’exportation avec un minimum exigible même en cas de non
réalisation de chiffre d’affaires égal a :

- Les sociétés soumises à l’impôt sur les sociétés au taux de 10 %. ET 100 DT pour les personnes
physiques et

13
-- 250 DT pour les personnes morales soumises à L'IS au taux de 30% ou de 35%.

Le minimum ne s’applique pas, aux nouvelles entreprises durant la période de réalisation du projet
sans que cette période dépasse 3 ans à compter de la date du dépôt de la déclaration d’existence, et
aux entreprises exerçant dans les zones de développement régional ou dans les secteurs de
développement agricole durant la période prévue par la législation en vigueur pour le bénéfice de la
déduction totale de leurs bénéfices provenant de l’exploitation. Alors qu’elle s’applique aux
entreprises en cessation d’activité, et qui n’ont pas déposé une déclaration de cessation d’activité.

II.3.2.5 Modalités de paiement de l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur les sociétés :

IRPP et IS sont payés par voie

-De retenue a la source libératoire pour les personnes non résidentes non établies,

-De retenue a la source (traitements et salaires, honoraires, commissions, loyers, courtage, revenus
des capitaux mobiliers, marchés, montants égal ou supérieurs a 1000 DT payés par l’Etat, des
entreprises publiques au titre de leurs acquisitions de marchandises, matériel, de services ou les
montants égaux ou supérieurs a 5000 Dt payés par les autres entreprises, …)

- Avance de 10% à l’importation pour une liste de produits de consommation ;

- avance de 25% pour les sociétés de personnes et assimilées,

-les sociétés et les personnes physiques 3 acomptes provisionnels qui exerçant une activité
commerciale ou non commerciale,

-De régularisation annuelle

III. Les missions juridiques :


C’est un service qui s’occupe des démarches juridiques de la société dés sa constitution jusqu'à sa
dissolution Pour cela, les actes juridiques les plus fréquents au sein du cabinet sont :

-Constitution de toute forme de société 

-Transformation d’une forme de société en une autre (de SARL en une autre forme SNC de SARL
en SA et vis versa …) 

-Cession de parts sociales d’un associé à un autre 

-Augmentation ou réduction de capital 

14
-Transfert de siège social 

-Harmonisation des statuts  

-Liquidation et dissolution des sociétés.

IV. Les missions sociales :

IV.1 Déclarations sociales légales:


La déclaration de l’employeur est une obligation fiscale de la vie courante de l’entreprise.

Il s’agit d’un ensemble de fichiers et de documents récapitulatifs des retenues a la source effectuée
par l’entreprise.

La déclaration de l’employeur est obligatoire pour toutes les entreprises. Elle peut être déposée sous
deux formats possibles :

- Un format numérique, généralement fabriqué à partir des logiciels de gestion


- Un format papier en remplissant les formulaires qui sont disponibles en téléchargement sur
le site du ministère des finances

Cette déclaration indique, pour chaque employé :

-son nom et prénom.

-son matricule d’affiliation a la C.N.S.S.

-Le montant des salaires bruts qui payés dans chaque mois du trimestre objet de la déclaration.

La déclaration indique également :

-Le trimestre objet de la déclaration.

-Le total des salaires bruts servis pendant le trimestre.

-Le montant à acquitter :

 9..18% retenus sur le salaire revenant a l’employé.


 16.57% pris en charge directement par l’employeur (cotisation patronale)

IV.1.1 Délai de paiement des cotisations :

15
La déclaration et le paiement des cotisations doivent être opérés par l’employeur, elle afférentes à
un trimestre déterminé sont payées auprès du bureau régional ou local territorialement compétent
entre le 1er au 15 du mois qui suit le trimestre duquel sont dues ces cotisations. Cette échéance est
portée au :

 Vingtième jour du mois qui suit le trimestre échu pour les entreprises du secteur du bâtiment
et des travaux publics employant plus de 50 salaires et disposant des chantiers dispersés.
 Vingt cinquième jours du mois qui suit le trimestre échu pour les entreprises totalement
exportatrices.

En vue d’éviter le paiement des pénalités de retard, les employeurs sont invités à respecter ces
délais.

IV.2 Préparation de la paie :


Tout employeur doit tenir un bulletin de paie, c’est un document qui contient certain nombre
d’information tel que : les temps de travail, les heures supplémentaires, les éléments et le montant
total du salaire brut, le détail de cotisation sociale, les indemnités, le total des salaires imposable et
net à payer. Ce document est fourni a chaque employé.

Un exemplaire type de bulletin de paie figure au niveau de l’annexe 2.

Conclusion :

Le comptable, spécialiste, dispose de compétences étendues pour suivre et conseiller les entreprises
durant toute sa vie.

Le Cabinet MAC met à la disposition de ses clients un savoir faire reconnu en matière financière,
fiscale, juridique, et sociale. Il assure une prestation fiable et rapide ainsi qu’un conseil permanent
dans les domaines cruciaux de la vie de l’entreprise.

16
Chapitre 2 : l’analyse financière :
Approche théorique

Introduction :

L’analyse financière sert à découvrir la réalité d’une entreprise à partir des données codées, elle
permet de porter un jugement global sur la situation présent et future de la société analysée.

L’analyse financière devra étudier successivement la création de richesses, la politique


d’investissement et la politique de financement afin d’atteindre une image fidèle du patrimoine de la
situation financière et du résultat de l’entreprise à partir des éléments essentiels de l’information
financière tel que le bilan, l’état de résultat, l’état de flux de trésorerie, les soldes intermédiaires de
gestion (S.I.G) et les ratios.

Section 1 : Les méthodes d’analyse financière

L’analyse financière, ne se limite pas à un simple examen plus ou moins approfondi et critique des
comptes. Elle suppose aussi des comparaisons (dans le temps et par rapport au secteur d’activité) et
surtout une étude des perspectives financières en fonction des caractéristiques de l’entreprise et de
son environnement économique (c’est à dire dans le cadre de la stratégie d’entreprise).

Elle comprend donc plusieurs taches :

I. L'analyse comptable :
L’analyse comptable est une méthode d’analyse financière consistant à analyser la comptabilité
générale d’une société (bilan, compte de résultat, flux de trésorerie, Hors bilan et annexes …) pour
détecter ses performances financières et en étudier les points forts et les points faibles d’une
entreprise.

L'analyse de l'Excédent brut d'exploitation (EBE) est fondamentale pour fournir un crédit à


l'entreprise. En effet, une part de celui-ci représente le montant maximum d'échéance du crédit que
peut supporter l'entreprise.

Un autre type d'analyse est de forme patrimoniale : elle consiste à analyser la valeur de l'entreprise
non pas en termes de futurs dégagements de trésorerie, mais sa valeur à l'instant t, pour répondre à

17
la question : que vaudrait l'entreprise si elle devait être dissoute aujourd'hui ? Dans ce cas, une
attention particulière est donnée à la valeur des postes du bilan : stocks, immobilisations dont en
particulier les immobilisations incorporelles, créances et dettes.

Dans une optique de diagnostic interne, l'analyse financière s'attachera à caractériser les grands
équilibres du bilan, et à identifier les voies d'amélioration afin que l'entreprise ne soit pas fragilisée
par un recours trop important à l'endettement à court terme, tout en satisfaisant à des critères de
rentabilité des fonds propres investis.

II. L'analyse comparative :


Elle consiste essentiellement à tirer des ratios (de solvabilité, de rentabilité…, voir ratio financier)
entre diverses séries de postes comptables et à comparer leur évolution dans le temps et par rapport
à ceux d'autres entreprises ayant une activité similaire. Il n'existe pas de bons comparables pour les
évaluer.

III. L'analyse extra comptable (ou "économique") :


L'analyse extra comptable, dite aussi analyse économique, vise à déterminer
les perspectives d'évolution de l'entreprise et leur incidence sur ses comptes prévisionnels pour
vérifier l'opportunité d'un crédit (capacité future de remboursement) ou d'un placement ou rachat
(rentabilité attendue, et notamment évolution prévisionnelle du bénéfice par action).

Ce point fait ressortir qu'une analyse fondamentale, qu'elle vise à évaluer le risque de crédit propre à
une entreprise ou à obtenir sa valorisation (cours de bourse potentiel, valeur d'achat en cas de
reprise..), exige une connaissance de l'environnement économique général, du secteur d'activité
considéré, du fonctionnement et du positionnement de l'entreprise dans le secteur, de ses projets, et
naturellement des concurrents et de leurs projets. Une étude qui se bornerait à aligner les chiffres
passés de l'entreprise et, concernant le futur, à prendre des taux de croissance plus ou moins
extrapolés de l'historique comptable, ne constituerait en aucune façon une analyse. C'est une facilité
à laquelle certains analystes peuvent se laisser aller en délaissant cette partie de l'analyse.

Section 2 : Les objectifs et les outils des états financiers :

I. Les objectifs des états financiers:


L’analyse des états financiers à pour but d’étudier les points forts et faibles d’une entreprise en se
basant sur divers éléments : comptables, humains et financiers.

18
L’analyse des états financiers fournissent des informations utiles sur la situation financier, la
performance la, rentabilité et les flux de trésorerie d’une entreprise, et ce pour prise des décisions
économiques efficace quelle ‘a des conséquences positif sur la sante de l’entreprise dont la raison
d'être est de générer des profits économiques,

L’analyse des états financiers se base sur l’analyse de la situation passée de l’entreprise et la
comparaison dans le temps de la performance d’une entreprise par rapport à d’autres entreprises
pour lui donner des éléments permettant d’analyser sa situation future.

Les états financiers ont pour objectif aussi de faciliter l’estimation de probabilité de réalisation des
flux futurs.

Enfin les états financiers renseignent sur :

- La situation financière de l'entreprise spécialement sur les ressources qu'elle contrôle et sur ses
obligations

- La manière dont l'entreprise a obtenue et dépensé des liquidités, fournir des informations sur le
degré de réalisation des objectifs par les dirigeants et sur la conformité aux lois en vigueur.

- L’aptitude financière de l'entreprise.

II. Les outils des états financière :

II.1 Le Bilan :
Le bilan est un document de synthèse qui permet d’apprécier, à la clôture de l’exercice, deux
éléments essentiels :
 Les capitaux investis par l’entreprise
 Les ressources qui ont assuré le financement de ces emplois
Le bilan est donc la représentation schématique des flux d’emploi et des ressources qui se sont
accumulés au cours du temps.
Il se présente comme un tableau daté et divisé en deux parties équilibrées.
Le bilan doit respecter l’égalité suivante :

Actifs= Capitaux propres + Passifs

19
 L’actif :

L'actif recouvre l'ensemble des droits que possède l'entreprise sur des biens ou des personnes. C’est
l'ensemble du patrimoine d'une entité

L’actif du bilan se compose des principaux postes suivants :

 Les actifs immobilisés: elles sont constituées des biens qui reste du manière durable à
l'activité de l'entreprise. Ils sont destinés à durer pendant plusieurs années. on distingue entre
3 types d’immobilisation : les immobilisations corporelles, incorporelle, financière.
 Les actifs circulants : ils ne rester pas d’une manière durable dans l'entreprise. Ils se
renouvellent régulièrement et se transforment rapidement en liquidités. Ils se composent de
stocks, créances, et de disponibilité.

 Capitaux propres :

Les capitaux propres représentent l’intérêt résiduel dans les actifs de l’entité après déductions de ses
passifs. Il représente les sommes investis par les actionnaires ou les associés à la création de société.

Ils se composent des ressources stables, ils représentent ce que l’entreprise vaut. Ils sont constitués
par le capital social, par les réserves, le résultat de l'exercice (bénéfice ou perte) et les provisions.

 Passifs :

Le passif  est l'ensemble des ressources d'une entreprise constitué par les obligations actuelles de
l’entreprise résultant de transactions passées nécessitant le transfert futur à d’autres entités de
ressources provoquent des avantages économiques.

Elles représentent ce que l'entreprise doit. Ces sommes se répartissent en dettes d’exploitation et en
dettes financières. On distingue les dettes à long et moyen terme (plus d'un an) et les dettes à court
terme.

II.2 L'état de résultat :


L’état de résultat est un outil de synthèse qui procure des informations sur la compétence de
l’entreprise à une date bien précise, en effet le compte de résultat et alors un document qui fournit
une idée sur l’ensemble des charges et des produits d’une entreprise et sa permet également de
précisé la performance de l’entreprise on indique sont résultat net, de plus l’état de résultat fournit
les renseignements sur les revenus, les gains, les charges, et les pertes. Ainsi cette état nous aide à
20
mettre en évidence la compétences financier et le degré de rentabilité de l’entreprise mise en œuvre.
En titre d’exemple l’annexe 2.

 Les revenus : Les revenus sont soit les rentrées de fonds ou autres augmentations de l'actif
d'une entreprise, soit le règlement des dettes de l'entreprise (soit les deux) résultant de la
livraison ou de la fabrication de marchandises, de la prestation de services ou de la
réalisation d'autres opérations qui s'inscrivent dans le cadre des activités principales ou
centrales de l'entreprise.
 Les gains : Les gains sont les accroissements de capitaux propres résultant de transactions
périphériques ainsi que de toutes autres transactions à l’exception de ceux résultant des
revenus ou des apports des propriétaires sur capital.
 Charge :Les charges sont soit les sorties de fonds ou autres formes d'utilisation des éléments
d'actif, soit la constitution de passifs (soit les deux), résultant de la livraison ou de la
fabrication de marchandises, de la prestation de services ou de la réalisation d'autres
opérations qui s'inscrivent dans le cadre des activités principales ou centrales de l'entreprise.
 Pertes : Les pertes sont des diminutions de capitaux propres résultant des transactions
périphériques ou incidentes ainsi que de toutes autres transactions et autres événements et
circonstances affectant l'entreprise à l'exception de ceux résultant des charges ou des
distributions aux propriétaires du capital.

II.3 L'état de flux de trésorerie :


L’état des flux de trésorerie est un document de synthèse qui retrace les évolutions financières de
l’entreprise au cours d’un exercice comptable.

Il sert à fournir des informations sur l’activité de l’entreprise et leurs effets sur la trésorerie ainsi
que des informations permettant aux différents utilisateurs d’évaluer la capacité de l’entreprise.

En autre terme l’état des flux de trésorerie est un tableau analytique de financement qui quantifie les
mouvements de trésorerie pendant une période déterminée, appelé exercice financier.

Il se partage en trois parties principales :

- les flux de trésorerie liés à l’exploitation

- les flux de trésorerie liés à l’investissement

-les flux de trésorerie liés au financement.

21
 Flux de trésorerie liés à l’exploitation : Les flux de trésorerie liée à l’exploitation sont
essentiellement liée au principale financement relevé à l’exploitation telle que :

- Des règlements de facturation de biens et de services fournis par des fournisseurs ou des créditeurs
divers

- Des intérêts versés y compris les intérêts sur emprunts

-Des paiements d’impôts sur les bénéfices et divers autres impôts et droits…

 Flux de trésorerie liés à l’investissement : les flux de trésorerie liée à l’activité


d’investissement comprennent :

- Les décaissements effectués pour l’acquisition d’immobilisation corporelle, incorporelle, financier

- Les encaissements de coulant de la cession de l’immobilisation corporelle, incorporelle, financier

 Flux de trésorerie liés au financement : le mouvement de trésoreries liées aux activités de


financement comprennent :

-Les encaissements suite à l’émission d’action ou l’émission d’emprunt

-Les décaissements suite de remboursement d’emprunt ou suite a la distribution du dividende.

II.4 Les notes aux états financiers :


L'objectif de présentation fidèle conduit à compléter les informations chiffrées présentées dans le
corps du bilan, de l'état de résultat, de l'état de flux de trésorerie et des autres états de synthèse
éventuels par les notes aux états financiers qui font partie intégrante de ces états financiers.

Les notes aux états financiers contiennent des informations plus détaillé et analysant les montants
figurant dans le corps du bilan, de l'état de résultat et de l'état des flux de trésorerie. Elles
comprennent les informations dont les normes comptables tunisiennes requièrent la publication et
d'autres informations qui sont de nature à favoriser la pertinence.

Section 3 : Analyse de la situation financière :

L’analyse d’une entreprise ne se limite pas a celle des états financiers mais doit s’élargie a l’étude
de sa bilan fonctionnel et son équilibre financier.

22
I. Le bilan fonctionnel :
Un bilan fonctionnel permet une évaluation parfaite de la situation financière de l’entreprise.

L’analyse financière permet a l’entreprise d’évaluer sa capacité de faire face à ces besoins
financiers. En effet elle dispose des ressources propres qui lui donnent une certaine marge de
manœuvre spécialement pour rembourser ses dettes financiers à long terme, mais aussi pour
satisfaire ses besoins à court terme.

II. Analyse de l’équilibre financier :


L’appréciation de l’équilibre financier de l’entreprise résulte de la confrontation de la nature des
éléments d’actif à la nature des éléments du passif. Cela signifie que les emplois doivent être
financés par des ressources que peuvent demeurer à la disposition de l’entreprise pour une durée
égale a la durée de vie de ses emplois.

Pour l’analyse de l’équilibre financier, faut présenter et expliquer trois notions importantes :

 Fons de Roulement (F.R)


 Besoins de Fonds de Roulement (B.F.R)
 Et la Trésorerie Nette (T.N).

II.1 Fond de roulement (F.R) :


Le F.R peut être définie comme la marge de sécurité. Ce fond permet de faire face aux décalages
qui peuvent résulter entre les sorties et les entrées des fonds dont le montant des ressources de
longue durée peut financer des actifs courts et renouvelés.

F.R = Ressources stables – Emplois stables

Ou d’un point de vue comptable

FR=capitaux permanents (SNR+PNC) - actifs immobilisé

II.2 Besoin de fond de roulement :


Les décalages entre les flux réels et les flux financiers font naitre les dettes et les créances. Le BFR
représente la partie des besoins d’exploitation et hors exploitation qui n’est pas assurée par les
ressources d’exploitation et hors exploitation.

BFR= Emplois d’exploitation – Ressources d’exploitation

23
Ou d’un point de vue comptable

BFR = actif circulant (stocks + créances clients) – passif circulant (dettes fournisseurs + dettes
fiscales + dettes sociales + autres dettes non financières).

II.3 trésorerie nette :


La synchronisation entre les flux d’encaissement qui définit l’équilibre financier d’une entreprise.

La trésorerie de l’entreprise peut s’évaluer de deux manières différentes selon l’approche retenue :

 Soit par le haut du bilan

TN = Ressource financier – Besoins financier de l’entreprise

Ou d’un point de vue comptable

TN= Fond de roulement – Besoin de fonds de roulement

 Soit par le bas de bilan

TN = Trésorerie actif – Trésorerie passif

Section 4 : L’analyse financière par les ratios 

Un ratio est un rapport entre deux rubriques appartenant au bilan. Ce sont des rapports entre deux
grandeurs significatives concernant la structure ou le fonctionnement de la firme, certains d’entre
eux sont calculés à partir de la comptabilité générale, d’autre proviennent de la statique
d’exploitation.

I. Les ratios financiers :


Les ratios financiers sont des outils de comparaison qui visent à analyser la, la rentabilité et la
structure financière de la société. Les ratios contribuent à déceler les forces et faiblesses en ce qui
concerne son autonomie, son indépendance financière, sa solvabilité et sa trésorerie.

Il existe de multiples possibilités pour établir des ratios tell que :

24
I.1 Les ratios de structure financière :
Ces ratios caractérisent l’équilibre financier global de la société, les ratios financiers restent très
appréciés par les banquiers. Ils analysent les grandes masses de bilan.

I.1.1 Ratio d’indépendance financière :

Il permet à l’entreprise de connaitre sa capacité de à se financer par ses propres moyens (capital
social, réserves).

Il est calculé comme suit :

Ratio d’indépendance financière = Capitaux propres / Capitaux permanents

I.1.2 Ratio de financement des immobilisations : ce ratio doit être supérieur à 1 car les
investissements de la société (actifs stables) doivent être finances par des ressources stables
(capitaux propres et emprunts).

Il est déterminé comme suit :

Ratio de financement des immobilisations = Ressources stables / Actifs stables

I.2 Les ratios de liquidité :


La liquidité exprime l’aptitude de l’entreprise à transformer plus ou moins rapidement ses actifs
circulant en liquidité afin de faire aux dettes à court terme c’est-à-dire que les disponibilités de
l’entreprise sont suffisantes pour faire face aux échéances.
L’analyse financière reconnait traditionnellement trois ratios de liquidités.

 Ratio de liquidité générale :

 Ce ratio reflète la situation du court terme, il permet d’avoir si l’actif circulant arrive à lui
seul à faire face aux exigibilités à court terme.

L.G = Actifs courants / passifs courant

25
 Ratio de la liquidité réduite :

 Ce ratio permet de mesurer la capacité de l’entreprise à faire face à ses dettes à court terme
par le recouvrement de ses créances et par ses encaisses (disponibilité).

L.R = Actif courant hots stock / Passif courant

Un ratio inférieur à 1 traduire de graves difficultés de paiement, au contraire si le ratio est


supérieur à 1 donc l’entreprise est capable de payer ses dettes à court terme sans écouler le
stock.

 Ratio de liquidité immédiate :

 Ce ratio traduit la capacité de l’entreprise à faire face à ses dettes à court terme par sa
trésorerie nette.

L.I = Disponibilités / Passif (-1an)

Un ratio supérieur à 1 signifie que l’entreprise est en très bonne posture pour respecter ses
engagements à court terme puisque ses liquidités immédiates suffisent à couvrir son passif
courant.
Un ratio inférieur à 1 signifie que l’entreprise besoin d’autre source de fonds (plus de ses
liquidités immédiates) pour payer son passif courant.

Section 5 : Analyse des soldes intermédiaires de gestion et de la rentabilité


économique et financière :

Le (SIG) permettent d’analyser le résultat de l’entreprise en le décomposant en plusieurs soldes


importants, donc il permet d’obtenir de l’information sur l’activité de l’entreprise et la formation de
son bénéfice (ou son déficit).

26
Les soldes figurant dans (SIG) utilisent spécialement pour se comparer aux statistiques du secteur
des concurrents, pour analyser les changements par rapports aux exercices précédents et pour
calculer des ratios financiers. De même il est un des éléments composant le prévisionnel financier.

Voila un modèle de SIG présenté au niveau de l’annexe5.

I. Marge Commerciale :
C’est l’indicateur fondamental de la performance commerciale de l’entreprise. Il n’a de sens que
pour les entreprises de négoce, de distribution, etc.

Analyse de l’évolution de la marge sur plusieurs années :

-une augmentation traduit la capacité de l’entreprise à générer des marges dans le cadre de son
activité de négoce.

-une diminution conduit a identifié la source de disfonctionnement :

Un problème commercial : L’entreprise ne parvient pas a vendre ses marchandises a un prix


suffisant, notamment dans le cas d’une concurrence importante sur les prix.

Un problème d’approvisionnement : l’entreprise ne parvient pas a maitriser l’augmentation des prix


(fournisseurs en position de force).

Ratio ou taux de marge commerciale :

Taux de marge commerciale= marge commerciale/ventes de marchandises

L’exploitation de ce ratios pour :

-analyser l’évolution du taux de marge commerciale sur plusieurs années.

-comparer ce ratio avec ceux des concurrents.

II. Marge sur cout des matières :


Marge sur cout matières = production -Consommation de matières

Consommation de matières =Achat de matières premières et autres approvisionnements

+/- variation de stock de matières premières et autres


approvisionnements

C’est une notion de marge brute qui représente la différence entre les ventes et le cout de ces ventes.

27
Elle traduit la position de l’entreprise entre le marché des produits (clients et concurrents) et le
marché des matières (fournisseur).

Il faut examiner l’évolution de la marge en termes de prix et de volume.

Il faut comparer le taux de croissance de la marge par rapport à celui de la production.

III. Valeur ajoutée (VA) :


Il faut analyser l’évolution de VA :

-Sur plusieurs années.

-par rapport à celle du chiffre d’affaires. Le ratio VA/CA peut être utilisé.

La VA est un solde plus économique que financier traduisant la capacité de l’entreprise à créer
des richesses dans ses activités économiques. Elle représente la contribution de l’entreprise au PIB.

Les bénéficiaires : personnel (salaires), Etat (impôt et taxes), préteurs (frais financiers),
actionnaires (dividendes), entreprise (dotations amortissements et provisions, réserves).

IV. L’excédent brut d’exploitation EBE :


C’est un indicateur de la création de richesse de l’entreprise. Il mesure se performance
économique (industrielle et commerciale) indépendamment de toute politique financière, fiscale,
d’investissement et de distribution.

Il constitue le cash-flow brut d’exploitation et représente le premier solde significatif en termes
de rentabilités.

L’analyse de l’EBE doit être conduite :

Sur plusieurs années.

A travers l’analyse du taux de marge brut d’exploitation et en le comparant avec celui de la


concurrence.

Taux de marge brute d’exploitation= EBE/CA

C’est un ratio important pour l’appréciation de la situation financière de l’entreprise. Il permet un


jugement sur la santé de l’exploitation.

28
L’analyse de l’EBE conduit a calculé la part des frais de personnel dans la VA : elle permet
d’expliquer d’éventuelles divergences entre les évolutions des taux de VA et de marge brute
d’exploitation.

L’analyse des charges de personnel s’intéresse a :

-des effets volume et a des effets prix (contrôle des couts) mesurés par le ratio (charge de
personnel/Effectif moyen).

-la productivité du personnel mesurée par les ratios : (CA/Effectif moyen), (production/Effectif
moyen), (VA/Effectif moyen).

V. Résultat des activités ordinaires (RAO) :


Il résulte des opérations habituelles de l’entreprise sur le plan industriel, commerciale et financier,
exclusion faite des éléments non ordinaires. Il représente le résultat d’exploitation.

Le RAO se répartit entre les pourvoyeurs de fonds : les créanciers (résultat financier), l’état (impôt
sur les sociétés), les actionnaires (résultat net).

L’analyse du RAO doit être conduite :

-Sur plusieurs années.

-A travers le taux de marge d’exploitation comparé au secteur :

Ratio de marge d’exploitation = RAO/CA

-A travers la comparaison des évolutions respectives du CA, de la VA, de l’EBE et du RAO.

6/ résultat net âpres modification comptable (RNAMC) :

C’est une mesure de l’enrichissement ou de l’appauvrissement de l’actionnaire.

Le résultat extraordinaire retrace ce qui sort de l’activité habituelle, donc non reproductible.

VI. Analyse de la rentabilité :


La mise en évidence de S.I.G doit être compléter par l’analyse de CAD et de rentabilité.

Nous essayons ainsi de calcul de ratios appropriés afin de porter une appréciation sur la gestion de
l’entreprise.

29
L’analyse de rentabilité repose sur la mesure des résultats en fonction des capitaux apportés. Cette
analyse doit être envisagée en deux temps : rentabilité économique et financier.

II.1 la rentabilité économique : La rentabilité économique mesure les résultats dégagés par les
capitaux engagés pour assurer une activité. Le résultat obtenu indique la performance de l’entreprise
à partir des opérations d’exploitation et doit permettre de comparaison dans le temps et dans
l’espace.
Cette rentabilité se dégage de la relation suivante :

Rentabilité économique = résultat net / Actif total

II.2 la rentabilité financière :

La rentabilité financière exprime la capacité de l’entreprise a généré de bénéfice et à rémunérer les


actionnaires soit sous forme de dividendes, soit sous forme d’affectation aux réserves.

Rentabilité financier = résultat net / capitaux propres

Conclusion :

L’objectif de ce chapitre est de présente les différentes méthodes d’analyse financière classique, une
fois ces méthodes ont été présentée nos passons au niveau de chapitre suivant à l’application sur un
cas pratique effectuée au sein du cabinet « MAC ».

Chapitre 3 : «Démarche d’une analyse de la


situation financière d’une entreprise :
Application sur un cas réel»

Introduction :

L’objectif de ce chapitre est d’appliquer les méthodes d’analyse financière citée au niveau du
chapitre précédente sur un cas réel. Le but de cette étude est d’appréhender le rôle à la fois

30
économique d’une société X et d’expliquer la formation de ses résultats. Ainsi ce chapitre sera
structuré comme suit :

Nous commençons par la présentation des états financiers, ensuite nous passons à l’étude des
différentes postes de bilan et à l’analyse en premier lieu des états financiers, en deuxième lieu des
postes du bilan et de sa structure à travers certains ratios, et enfin une analyse de résultat à travers
des soldes intermédiaire de gestion et quelques ratios de rentabilité ainsi que la capacité
d’autofinancement de la société.

Section 1 : Présentation de la société

La société X est une entreprise privé à but lucratif, elle fut qualifiée d’établissement privé à
caractère commercial, elle est soumise aux dispositions du droit commercial sans préjudice à la
législation et à la réglementation relative aux entreprises et établissements privés. En effet, cette
société a été fondée en 2009 par un agent étrange.

La société X est une société a responsabilité limité a un capital d’environ a 150000 dinar.

Son domaine est la fabrication des articles nécessaires au textile. Ce terme désigne généralement
l’industrie qui regroupe les matériaux du tissage. Il représente ainsi touts les matériaux susceptibles
d’être tissés comme par exemple le coton, la laine, la soie, le lin, le chanvre, etc.

Le secteur textile en Tunisie est considéré presque entièrement orienté vers l’exportation, il
représente le plus important secteur industriel car c’est un des secteurs phares de la croissance
économique c’est dans ce contexte qu’au cours de ces dernières année, X enregistre une réussite en
terme d’exportation et a été classé parmi les sociétés totalement exportatrices spécialisées en
commerce international dont son secteur d’activité est la fabrication des accessoires textiles. En
effet, on ne peut pas ignore que cette société étant donné qu’elle est totalement exportatrice peut
bénéficier de plusieurs avantages fiscaux. En effet, le législateur tunisien n’a pas cessé depuis la
promulgation du code d’incitation aux investissements de privilégier les entreprises totalement
exportatrices en leur accordant des avantages fiscaux à titre d’exemple :

- Déduction d’impôt sur les sociétés, dégrèvement au titre du réinvestissement physique qu’elles
réalisent au sein d’elles même, déductions de 50% de bénéfice provenant de l’exportation de
l’assiette de l’IS. De plus les l’entreprise totalement exportatrice sont exonérées des droits
d’enregistrement et de timbre, elles bénéficient de la suspension de la TVA et de droit de

31
consommation, de l’exonération de droit de douane sauf pour les biens importés et jugés nécessaires
à la production, etc. …

Finalement, La société X est classée parmi les PME nationales à cause de son effectif, matériel et
ses installations. Cette société joue un rôle plus ou moins prédominant étant donné qu’elle
approvisionne les sociétés de textile par article nécessaire à la couture.

Section 2 : Analyse de la situation financière de la société X

Au niveau de cette section, nous allons essayer de présenter premièrement l’analyse du bilan
fonctionnel, dans un deuxième lieu l’analyse de l’état de résultat de la société, et finalement
l’analyse financière par les ratios.

I. Analyse du bilan fonctionnel

Pour mener une analyse financière pertinente du bilan d’une entreprise, il est nécessaire de procéder
à un certain nombre de retraitements comptables permettant d’obtenir un bilan de l’entreprise
présentant ses divers éléments de l’actif et du passif selon leur degré d’exigibilité ( pour les
éléments du passif) ou de liquidité (pour les éléments de l’actif). A partir d’un bilan comptable,
l’analyse financière définit le bilan fonctionnel de l’entreprise afin de pouvoir juger de son équilibre
financier.

I.1 Le retraitement de bilan

Procéder a l’analyse financière du bilan nécessite de retraiter le bilan comptable de manière a


présenter les différents éléments du bilan en fonction de leur exigibilité ou de leur degré de
liquidité.

Un tel retraitement permet en outre d’identifier différents sous-ensembles a l’actif et au passif qui
serviront de base a l’analyse de l’équilibre financier de l’entreprise.

I.1.1 Le retraitement des postes de passif :


Le passif d’un bilan fonctionnel se décompose en trois parties qui sont classés par ordre croissant
selon leur degré d’exigibilité. Le degré d’exigibilité mesure le temps nécessaire à une dette pour
devenir remboursable. Par exemple, un découvert bancaire devra être remboursé en quelques
semaines maximum, une dette fournisseur en quelques mois et emprunt à long terme en quelques
années.
Le poste de passif se compose de ressources durables et de ressources circulants :

32
Les Ressources durables : D’autre terme les capitaux permanents qui regroupe l’ensemble des
éléments du passif dont le remboursement est le plus éloigné dans le temps pour une entreprise.
Dans notre cas le ressource durable contient les capitaux propres qui faire figurer le capital sociale,
ajouter la réserve, ajouter le résultat reporté, et finalement ajouter le résultat net.
Les ressources circulants : c’est les éléments du passif ayant un degré d’exigibilité plus rapproché
et qui sont directement liée à l’activité courante de l’entreprise dans ce cas les ressources circulants
faire figurer les dettes fournisseurs et ajouter les autres passifs courants.

I.1.2 Le retraitement des postes de l’actif :

De la même manière que pour le passif, l’actif d’un bilan fonctionnel se décompose en trois parties qui
sont classées par ordre croissant de liquidité. Par liquidité, on entend la capacité d’un actif à être
immédiatement disponible pour financer une dépense ou payer une dette. Un billet de banque par
exemple est un actif parfaitement liquide en ce sens qu’il permet immédiatement d’honorer une dette
alors qu’un immeuble est presque illiquide en ce sens que sa transformation en disponibilités est très
longue.

Le poste de l’actif se compose de l’actif stable et de l’actif circulant :

Actif stable : ce sont l’ensemble des immobilisations représentent l’ensemble du bien et créance
possédés durablement par l’entreprise. Dans ce cas les emplois stables faire figurer les immobilisations
pour leur valeur brute et retirer les amortissements.

Actif circulant : il regroupe l’ensemble les éléments de l’actif ayant un degré de liquidité plus fort et
qui sont directement liée à l’activité courante de l’entreprise. Les éléments de l’actif circulant
décomposent de stocks, créance et liquidités.

 Stocks : Faire figurer les stocks pour leur valeur brute et retirer les provisions sur stocks.
 Créance : Faire figurer les créances pour leur valeur brute et retirer les provisions sur
créance.
 Liquidités : Faire figurer les liquidités et équivalent de liquidités.

I.2 Construction du bilan fonctionnel

A partir des différents éléments que nous venons de définir, nous pouvons alors construire le bilan
fonctionnel de la société X pour les années 2014 et 2015. Ce bilan se présente comme suit :

33
ACTIF CAPITAUX PROPRES ET PASSIF

31/12/2015 31/12/2014 31/12/2015 31/12/2014

ACTIFS NON 73360.817 108543.148 CAPITAUX PROPRES : 2260925.476 1760330.481


COURANTS :
0.000 0.000 Capital social 200000.000 200000.000
Immobilisations
0.000 0.000 Réserves 20000.000 20000.000
incorporelles
Réserves pour
Amortissements
investissements exonérés
159253.460 204740.121
Subvention reçues
89712.270 100016.600
Immobilisations
Résultats reportés
corporelles =69541.190 =104723.521 1540330.481 957049.828
Capitaux propres avant
Amortissements 3819.627 3819.627 1760330.481 1177049.828
résultat
500594.995 583280.653
Résultat net
Immobilisations
financières
0.000 0.000 Passifs : 2099870.304 2456006.811
Provisions
Passif non courants 2.000

Emprunts 0.000 2.000


Autre actifs non courants
Autre passifs financiers 0.000

ACTIFS COURANTS : 4287434.963 4107794.144 (dépôt de garantie)

Stocks 652803.552 697771.851 Provisions


0.000

Provisions 32640.178 45289.366

= 620163.374 = 652482.485 Passifs courant 2099870.304 2456004.811

Client et comptes 3280622.314 3186928.978 Fournisseurs et comptes


2085628.526 242667.773
rattachés rattachés

34
Provisions 49209.335 398764.293 Autres passifs courants

=3231412.979 =2788164.685 Concours bancaires et 14241.778 29334.038


autres passifs financiers
Autre actifs courants 23449.410 40465.370 0.000 0.000

Provisions 0.000 0.000

=23449.410 =40465.370

Autre actifs financiers 0.000 0.000

Liquidité et équivalent 412409.200 626681.604


de liquidités

total des actifs 4360795.780 4216337.292 Total capitaux propres et 4360795.780 4216337.292
passifs

Tableau2 : Le Bilan Fonctionnel de la société X en 2014-2015

II. Les grandeurs de l’équilibre financier : calculs et interprétations

II.1 Calculs des grandeurs de l’équilibre financier 

Une telle réorganisation du bilan comptable permet alors d’analyser l’équilibre financier de
l’entreprise en faisant apparaitre d’une part le Fond de Roulement de la société ainsi que son besoin
en Fond de Roulement pour les années 2014 et 2015.

Le Tableau 2 à dessous présente les différents calculs :

35
2015 2014 VARIATION Taux de
variation

Capitaux permanents 2260925.476 1760330.481 500594.995 28.44%

(SNR+PNC)

Actif immobilisé 73360.817 108543.148 -35182.331 -32.41%

F.R 2187564.659 1651787.333 53577.326 3.24%

Actif circulant 3851576.353 3440647.17 410929.183 11.94%

(stock+créance client)

Passif circulant 2099870.304 2456004.811 -356134.507 -14.50%

B.F.R =1751706.049 =984642.359 -767063.69 -77.90%

T.N = F.R – B.F.R 435858.61 667144.974 -231286.364 -0.35%

Tableau3 : Calcul des grandeurs de l’équilibre financier

36
2500000

2000000

1500000
FR
BFR
1000000 TN

500000

0
2014 2015

Graphique1 : L’équilibre financier de la société X

II.2 Résultats et Interprétations 

La première étape dans l’analyse de la situation financière de la société passe par la détermination
du : FR, BFR, et TN

II.2.1 Le fond de roulement (FR) :

Dans le cas de la société X, le FR est positif pour les deux années soit 1651787.333 en 2014 et
2187564.659 en 2015.

Dans ce cas, les ressources stables de la société sont supérieures à l’actif immobilisé constitué,
c’est-a-dire que les ressources stables couvrent les besoins a long terme de la société. La règle
prudentielle de l’équilibre financier est donc respectée.

 Le F.R de la société est en augmentation de (3.24% soit 53577.326) au cours du dernier


exercice. Cette amélioration est due aux capitaux permanents.

II.2.2 Le besoins de fonds de roulement (BFR) :

Dans le cas de la société X, le BFR est positif pour les deux années soit 984642.359 en 2014 et
1751706.049 en 2015.

37
Dans ce cas, les emplois d’exploitation de la société sont inférieurs aux ressources d’exploitation,
la société X à besoin d’exploitation à financer puisque le passif circulant n’excède pas les besoins
de financement de son actif d’exploitation.

L’entreprise a donc besoin d’utiliser ses excédents de ressources à long terme (FR) pour financer
d’éventuels besoins à court terme.

 Le BFR de la société X est en diminution de (77.90% soit -767063.69) au cours du dernier


exercice, cette détérioration est due essentiellement a l’augmentation du passif circulant et à
la diminution de l’actif circulant.

II.2.3 La Trésorerie Nette (TN) :

Dans le cas de la société X, la TN est positive pour les deux années soit 667144.974 en 2014 et
435858.61 en 2015.

Dans ce cas, la société dispose de suffisamment de ressources financières pour combler ses
besoins. Elle n’a pas besoin donc de recourir à des financements supplémentaires à courts termes
pour faire face à ses besoins de financement d’exploitation. L’entreprise est en équilibre financier,
il y n’ya pas donc un risque financier à court terme.

 Après l’analyse du FR, BFR, et de la TN, on peut conclure que les ressources permanentes
de la société X couvrent les immobilisations. L’entreprise est donc en bonne santé.

III. Analyse de l’état de résultat de la société X :

III.1 Construction de l’Etat de résultat:

31/12/2015 31/12/2014

+Produits d’exploitation

Revenus 4670064.507 5412973.449

Autres produits d'exploitation 52779.768

Production immobilisée

Variation des stocks des produits finis et des en-cours

Total des produits d'exploitation 4722844.275 5412973.449

38
-Charges d'exploitation

Achats de marchandises consommés 3685797.856 4104474.027

Achats d'approvisionnements consommés 85513.032 78498.403

Charges de personnel 141581.383 130066.958

Dotations aux amortissements 59986.157 213375.127

Et aux provisions (non financières)

Autres charges d'exploitation 246564.003 267845.268

Total des charges d'exploitation 4219442.431 4794259.783

=Résultat d'exploitation 503401.844 618713.666

Résultat d'exploitation 3136.683 35825.911

-Charges financières nettes 0.000 0.000

+Produits des placements 364.012 421.050

+Autres gains ordinaires 7.178 28.152

-Autres pertes ordinaires 0.000 0.000

=Résultat des activités ordinaires avant impôt 500594.995 583280.653

-Impôt sur les bénéfices - -

=Résultat des activités ordinaires après impôt 500594.995 583280.653

Eléments extraordinaires (+Gains/-Pertes) - -

=Résultat net de l’exercice 500594.995 583280.653

Tableau4 : Etat de résultat 2014-2015

39
III.2 Résultat et Interprétations :

Le résultat d’exploitation est la différence entre les produits d’exploitation et les charges
d’exploitations. Cette différence est positive, donc l’entreprise dégage un bénéfice. Mais ce
bénéfice a diminué entre 2014 et 2015 de 115311.822 soit 18.64%.

Le résultat des activités ordinaires est le résultat d’exploitation plus les produits d’exploitation et les
autres gains ordinaires. Ce résultat reste positif et subit une dégradation entre 2014 et 2015 de
82685.658 soit 14.17%.

Dans ce cas le résultat net égal le résultat des activités ordinaires avant impôt à cause de l’absence
de l’impôt et des éléments extraordinaires.

Donc d’après l’état de résultat on conclu que la société X a dégagé un résultat net positif, ce qui
reflète la rentabilité de l’entreprise.

VI. L’analyse financière par les ratios : Calculs et interprétations

Les ratios de l’analyse financière sont utilisés pour évaluer la structure financière, la trésorerie et
l’activité d’une entreprise. En distingue entre les ratios financiers et les ratios de liquidité.

VI.1 Les ratios financiers :

VI.1.1 Ratio d’indépendance financière:

Ratio d’indépendance financière  = capitaux propres / capitaux permanents

2014 2015

Capitaux propres 1760330.481 2260925.476

Capitaux permanents 1760330.481 2260925.476


(ressources stables)
Ratio d’indépendance =1 =1

Tableau5 : Calcul du ratio d’indépendance

40
2500000

2000000

1500000

capitaux propres
capitaux permanents
1000000

500000

0
2014 2015

Graphique2 : Ratio d’Independence financière

Dans le cas de société X, ce ratio est supérieur à 0.66 égal à 1 pour les deux années, ce qui montre
que la société est dans la zone d’expansion sur ce-elle peut solliciter sans crainte un nouvel
endettement.

VI.1.3 Ratio de financement de l’actif circulant :

Ratio de financement de l’actif circulant = fond de roulement / actif circulant

2014 2015

Fon de roulement 1651787.333 2187564.659

Actifs circulant 3440647.17 3851576.353

Ratio de financement = 0.48 =0.57


de l’actif circulant
Tableau6 : Calcul du ratio de financement de l’actif circulant

41
4500000

4000000

3500000

3000000

2500000
Fond de roulement
2000000 Actifs circulant

1500000

1000000

500000

0
2014 2015

Graphique3 : Ratio de financement de l’actif circulant

Le ratio est positif pour les deux exercices, donc la société X n’est pas de difficulté financière. On
constate une conservation de ce ratio en 2015 soit une augmentation du 0.9%

VI.2 Les ratios de liquidités :

VI.2.1 Liquidité générale (L.G) :

L.G = Actif (-an) / passif (-an)

2014 2015

Actif (-1 an) 4107794.144 4287434.963

Passif (-1 an) 2456004.811 2099870.304

Liquidité Générale =1.67 =2.04

Tableau7 : Calcul du ratio de liquidité générale

42
5000000

4500000

4000000

3500000

3000000

2500000 Actif courant


Passif courant
2000000

1500000

1000000

500000

0
2014 2015

Graphique4 : Ratio de liquidité générale

Plus ce ratio élevé, meilleure est la situation de l’entreprise :


Dans ce cas les actif a – 1 an sont plus importante que les dettes a – 1 an et permettent donc de le
rembourser.

Le ratio de liquidité générale est de 1.67 en 2014 il est considéré comme suffisant pou la société X.
En 2015 le ratio est de 2.04 donc l’entreprise respect à ses engagements à court terme sans
problème. En remarque une augmentation de 0.37 entre les deux exercices.

VI.2.2 Liquidité réduite (L.R) :

L.R = Actif (-1an) hors stock / passif (-1an)

2014 2015

Actif (-1 an) hors 3455311.659 3667271.589


stock
Passif (-1 an) 2456004.811 2099870.304

Liquidité Réduite =1.406 =1.746

Tableau8 : Calcul du ratio de liquidité réduite

43
4000000

3500000

3000000

2500000

2000000 Actif courant hors stock


Passif courant
1500000

1000000

500000

0
2014 2015

Graphique5 : Ratio de liquidité réduite

Dans ce cas le ratio est supérieur à 1 ce qui reflète que l’entreprise est capable de payer ses dettes à
court terme sans écouler les stocks. Le ratio de Liquidité réduite est en amélioration de 1.406 en
2014 à 1.746 en 2015, soit une augmentation de 0.340.

VI.2.3 Liquidité immédiate (L.I) :

L.I = Disponibilités / passif (-1an)

2014 2015

Disponibilité 626681.604 412409.200

Passif (-1 an) 2456004.811 2099870.304

Liquidité Immédiate =0.25 =0.20

Tableau9 : Calcul du ratio de liquidité immédiate

44
3000000

2500000

2000000

1500000 Disponibilité
Passif courant

1000000

500000

0
2014 2015

Graphique6 : Ratio de liquidité immédiate

Plus ce ratio élevé, meilleure est la situation de l’entreprise :

Dans ce cas, la liquidité immédiate ne couvre que 25% des actifs circulants en 2014 et 20% en
2015. Donc l’entreprise à besoin d’autre sources de fonds pour payer son passif courant.

V. Analyse des soldes intermédiaires de gestion et de la rentabilité économique et financière 

V.1 Analyse des Soldes intermédiaires de gestion :

31/12/2015 31/12/2014

Produit d’exploitation 4722844 5412973.449


Achat de marchandises 3685798 4104474.027

45
Marge direct 1037046 1308499

Achat d’approvisionnements 85513 78498


Autres charges d’exploitation 246564 267845

Valeur ajoutée 704969 962156

Charge de personnel 141581 130067

Marge brute 563388 832089


Dotation aux amortissements et provisions 59986 213375

Résultat d’exploitation 503402 618714

Charges financières nettes 3164 35826


Autres gains ordinaires 364 421
Autre pertes ordinaires 7 28
Résultat des activités ordinaires avant 500595 583281
impôt
Tableau10 : Calcul des soldes intermédiaires de gestion

V.2 Analyse de la rentabilité: Calculs et interprétations

V.2.1 La rentabilité économique :

La rentabilité économique (R.E) = résultat net / actif total

2014 2015

Résultat net 500595 583281

Actif total 4216337.292 4360795.780

46
R.E =0.12% =0.13%

Tableau11 : Calcul du ratio de rentabilité économique

5000000
4500000
4000000
3500000
3000000
2500000 Résultat net
2000000 Actif total
1500000
1000000
500000
0
2014 2015

Graphique7 : Ratio de rentabilité économique

C’est un résultat économique rapporté à un actif économique. Cette rentabilité est faible. En effet, il
ya une diminution de la proportion du bénéfice que génère un dinar investi.

V.2.2 La rentabilité financière :

La rentabilité financière (R.F) = Résultat net / capitaux propres

2014 2015

Résultat net 500595 583281

Capitaux propres 1760330.481 2260925.476

R.F =0.28% =0.26%

Tableau12 : Calcul du ratio de rentabilité financière

47
2500000

2000000

1500000
Résultat net
Capitaux propres
1000000

500000

0
2014 2015

Graphique8 : Ratio de rentabilité financière

La rentabilité financière mesure le bénéfice obtenu sur les fonds apportés par les actionnaires. La
rentabilité financière de l’entreprise est sur un chemin de décroissance puisque en 2014l’entreprise
à réalisé un taux de 0.28% par contre celui de 2015 est de 0.26%, soit une diminution de 0.02%.

Conclusion :

En conclure que la société X est en bonne santé puisque elle est en équilibre financière, elle réalise
des bénéfices mais cette bénéfice est en dégradation. D’après les ratios financiers la société est en
zone d’expansion, donc elle peut solliciter sans crainte un nouvel endettement, d’autre part les ratios
de liquidité montre que l’entreprise à respecter ses engagements, elle est capable de payer ses
dettes. Finalement l’entreprise X est rentable mais sa rentabilité est faible.

48
Conclusion générale

Mon stage, effectué au sein du cabinet de comptabilité, était très profitable. Dont j’ai acquis une
expérience très avantageuse d’une part, et d’autre part il m’a permis de faire de nouvelles
connaissances.

Dans la première partie j’ai présente l’organisme d’accueil ainsi ses domaines d’intervention

Dans la partie théorique de ce présent rapport, j’ai traité l’analyse financière. En effet j’ai exposé la
notion des états financière ainsi ces outils, et j’ai présenté l’analyse financière par les ratios et
finalement l’analyse de SIG et de rentabilité.

En ce qui concerne la partie pratique, j’ai choisi d’appliqué les concepts traité au niveau de partie
théorique sur une société X.

En conclusion, durant ma période du stage au sein du cabinet de comptabilité, m’a permis :

 D’être en contact direct avec l’environnement professionnel et de découvrir le monde de


travail.
 De tester ma capacité d’analyse et de combinaison
 De voir de près comment se déroule la mission comptable et comment on parvient à
examiner le système de comptabilité
 Sur le plan humain, il est certain que les rapports directs avec le personnel ma offert une
sociabilité assez rapide et satisfaisante.

49
Bibliographie

Sites :

http://www.memoireonline.com/08/08/1470/m_mise-en-place-comptabilite-entreprise-panaudit-
burkina14.html

http://www.impots.finances.gov.tn/documentation/impots_fr/irpp_fr_9.htm

http://www.impots.finances.gov.tn/documentation/impots_fr/is_fr_7.htm

http://fr.slideshare.net/ramzielidrissi/rapport-de-stage-cabinet-comptable

3. Ouvrage:

OMAR AYED (comptabilité financière de l’entreprise)

50
Annexes
Annexe 1 : tableau de retenu à la source
Champ d’application Taux
Honoraires, commissions, courtages, loyers et Export : 2.5%
rémunérations des activités non commerciales Local : 15%
qu’elle qu’en soit l’appellation
Honoraires servis aux personnes morales et aux Export : 2.5%
personnes physiques soumises à l’impôt sur le Local : 5%
revenu selon le régime réel.
Honoraires servis aux bureaux d’études justifiant
qu’au moins 50% de leur CA HT au titre de 2,5%
l’exercice précédent proviennent de (export et local)
l’exportation.
Loyers d’hôtels payés aux personnes morales et 5%
aux personnes physiques soumises à l’impôt sur
le revenu selon le régime réel
Rémunérations servies aux artistes, aux créateurs 5%
et aux personnes morales soumises à l’impôt sur
les sociétés, et ce, au titre de la production, la
diffusion et la présentation des œuvres théâtrales,
scéniques, musicales, littéraires et plastiques
Rémunérations servies à des non résidents non 15% (1) ou 25% pour les résidents dans des
établis en Tunisie paradis fiscaux
Revenus de capitaux mobiliers 20%(1) ou 25% pour les résidents dans des
paradis fiscaux
Intérêts des prêts servis aux banques non 5% (1) ou 25% pour les résidents dans des
résidentes non établies paradis fiscaux
Jetons de présence 20% ou 25% pour les résidents dans des paradis
fiscaux
Dividendes (distribués à partir du 1/1/2015) Personnes résidentes : - PP: 5% - PM: 0%
Personnes non résidentes : - PP et PM: 5% - PP
et PM résidentes dans des paradis fiscaux : 25%
Cession de fonds de commerce 2,5%

51
Cession d’immeubles :
-Par les personnes morales résidentes et les 2,5%
personnes physiques résidentes et non résidentes
- Par les personnes morales non résidentes et non
établies en Tunisie 2, 15%
Cession d’actions ; parts sociales et parts des
fonds par des PM ou PP non résidentes:
- personnes physiques 10% de la plus value plafonnée à 2,5% du prix de
cession

- personnes morales 25% de la plus value plafonnée à 5% du prix de


cession
Rémunérations payées aux non résidents et
établis en Tunisie pour une période n’excédant
pas 6 mois au titre :
- des travaux de construction, 5%
-des opérations de montage 10%
-des autres services 15%
Montant 1000 D TTC au titre des acquisitions de 1,5% 0 .5 % si export ou acquisitions auprès des
biens et de services. (*) sociétés soumises à l’IS au taux de 10%
Commission revenant aux distributeurs agréés 1,5%
des opérateurs de réseaux des
télécommunications.
Rémunérations payées aux salariés et aux non 15%
salariés en contrepartie d’un travail occasionnel
ou accidentel en dehors de leur activité principale
- Les rémunérations revenant aux salariés de 20%
nationalité étrangère travaillant auprès des
entreprises totalement exportatrices, des
organismes financiers non résidents ou auprès
des entreprises pétrolières

52
Annexe 2 : bulletin de paie

La sociétés: 
CNSS EMPLOYEUR: 
MATRICULE:

BULLETIN DE PAIE

Pour la période du mois .....


Remis à.....
Catégorie professionnel:....
Etat civil:....
Enfants à charge:...
N° CNSS:....

Salaire de base =
Heures supplémentaires=
Prime:

 d'ancienneté=
 de transport=
 de rendement=
Salaire brut=
CNSS=
Salaire imposable= 
IRPP=
Cession=
Avance= 
Acomptes=
Opposition=
Total des retenues=
Salaire Net=

53
Annexe 3 : Modèle de l’état de résultat

54
Note N N-1

Produits d’exploitation

Revenus

Autres produits d'exploitation

Production immobilisée

Total des produits d'exploitation

Charges d'exploitation

Variation des stocks des produits finis

Et des encours (en+ou-)

Achats de marchandises consommés

Achats d'approvisionnements consommés

Charges de personnel

Dotations aux amortissements

Et aux provisions (non financières)

Autres charges d'exploitation

Total des charges d'exploitation

Résultat d'exploitation

Charges financières nettes

Produits des placements

Autres gains ordinaires

Autres pertes ordinaires

Résultat des activités ordinaires avant impôt

55
Impôt sur les bénéfices

Résultat des activités ordinaires après impôt

Eléments extraordinaires (Gains/Pertes)

Résultat net de l’exercice

Résultat net de l’exercice

Effet des modifications comptables (net d'impôt)

Résultat après modifications comptable

56
57
Annexe 4 : Schéma des soldes intermédiaires de gestion (SIG)

Entreprise commerciale Entreprise industrielle

Ventes de Marchandises Production vendue


+production immobilisée = Production de
- Coût d’Achat des = Marge
+/- production stockée l’Exercice
Marchandises Commerciale
- Consommation de matières = marge sur cout
Vendues
matières

+subvention d’exploitation
-autres charge externes
= valeur ajoutée
-impôt, taxes et versement assimilés
-charge de personnel
=L’excédent brut d’exploitation EBE
+ autre produit ordinaires
+produit financiers
+transfert et reprise de charge
-autre charge ordinaires
-charge financiers
-dotation aux amortissements et aux provisions
-impôt sur le résultat ordinaire
=résultat des activités ordinaires RAO
+/- gains/perte extraordinaires
+/-effet positif/négatif des modifications comptables
-impôt sur éléments extraordinaires et modification comptable
= résultat net âpres modification comptable (RNAMC)

58
ANNEXE 5 : Flux de trésorerie

59
Liste des tableaux et graphiques :

Liste des tableaux :


Tableau1 : Barème de l’impôt………………………………………………………………..
Tableau2 : Le Bilan Fonctionnel 2014-2015……………………………………………………
Tableau3 : Calcul du FR, BFR, TN…………………………………………………………..
Tableau4 : Etat de résultat 2014-2015…………………………………………………………..
Tableau5 : Calcul ratio d’Independence ………………………………………………………..
Tableau6 : Calcul du ratio de financement de l’actif circulant …………………………………..
Tableau7 : Calcul du ratio de liquidité générale …………………………………………………
Tableau8 : Calcul du ratio de liquidité réduite …………………………………………………..
Tableau9 : Calcul du ratio de liquidité immédiate ………………………………………………
Tableau10 : Calcul des soldes intermédiaires de gestion…………………………………………
Tableau11 : Calcul du ratio de rentabilité économique ………………………………………….
Tableau12 : Calcul du ratio de rentabilité financière……………………………………………..
Liste des graphiques :
Graphique1 : L’équilibre financier da la société X……………………………………………….
Graphique2 : Ratio d’Independence financière …………………………………………………..
Graphique3 : Ratio de financement de l’actif circulant…………………………………………
Graphique4 : Ratio de liquidité générale………………………………………………………….
Graphique5 : Ratio de liquidité réduite………………………………………………………….
Graphique6 : Ratio de liquidité immédiateGraphique7 : Ratio de rentabilité économique………
Graphique8 : Ratio de rentabilité financière …………………………………………………….

60
61

Vous aimerez peut-être aussi