Vous êtes sur la page 1sur 15

Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure

Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure


SP033a-FR-EU

Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la


structure
Ce document présente une vue d'ensemble des diverses approches pouvant être adoptées
dans la conception de la résistance au feu des bâtiments. Il souligne les avantages relatifs
des différentes méthodes et illustre comment celles-ci ont été employées dans le cadre de
projets spécifiques.

Sommaire
1. Introduction 2

2. Résistance au feu et normes 3


Ce contenu est protégé par des droits d'auteur - tous droits réservés. L'usage de ce document est soumis aux termes et conditions du contrat de licence d'Access Steel

3. Autres approches de conception 7

4. Récapitulatif 14
Créé le dimanche 11 novembre 2007

Page 1
Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure

Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure


SP033a-FR-EU

1. Introduction
La sécurité incendie relève d'une considération de conception très importante pour n’importe
quel bâtiment. Il est nécessaire d'observer des exigences réglementaires minimales pour
assurer une protection adéquate contre toute perte de vies humaines en cas d'incendie. Les
usagers du bâtiment peuvent, quant à eux, souhaiter protéger leur propriété et la poursuite de
leurs activités. Ceci peut augmenter sensiblement les coûts d'un bâtiment ; l'optimisation de la
conception de la protection incendie peut donc permettre de réaliser des économies tout à fait
valables.
Les objectifs détaillés sont les suivants :
‰ assurer des voies d'évacuation sûres et une lutte efficace contre l'incendie
‰ permettre une détection précoce des fumées ou de la chaleur
‰ maîtriser l'incendie et les fumées
Ce contenu est protégé par des droits d'auteur - tous droits réservés. L'usage de ce document est soumis aux termes et conditions du contrat de licence d'Access Steel

‰ empêcher la propagation du feu


‰ empêcher l'effondrement prématuré de la structure principale
Il est possible de prendre tout un éventail de mesures pour parvenir à ces objectifs qui, jusqu'à
récemment, étaient traités indépendamment les uns des autres à l'aide d'approches très
simplifiées. Bien qu'il en soit encore très souvent ainsi, il est de plus en plus fréquent de faire
appel, lors de la conception de bâtiments, à une stratégie de sécurité incendie intégrée, adaptée
à la nature du bâtiment et qui présente une approche plus rationnelle. Par exemple, dans les
bâtiments publics de grande taille et d'un seul tenant, comme les centres commerciaux par
exemple, des systèmes de détection, de contrôle de la fumée et de sprinklers sont souvent
installés pour assurer la sécurité des vies humaines ; certains d'entre eux peuvent en outre
réduire la sévérité d'incendies potentiels ; il est, dans ces cas-là, possible d'assouplir les
exigences de protection incendie de la structure.

1.1 Sécurité des vies humaines


La fumée, qui peut se dégager en grosses quantités aux tous premiers stades d'un incendie, est
la principale cause de décès. Lorsqu'il s'agit d'envisager la sécurité des vies humaines, il est
primordial que les occupants menacés par un incendie puissent évacuer le bâtiment très
rapidement. Il est donc fondamental de prévoir des voies d'évacuation appropriées, de largeur
adéquate et dépourvues d'obstacles, clairement délimitées et visibles en cas d'incendie. Lors
de l'évaluation de la sécurité incendie, il est essentiel de déterminer le nombre de personnes
présentes dans le bâtiment, leur mobilité et l'importance des issues de secours. Pour cette
raison, les mesures de précaution peuvent varier entre les bâtiments destinés à une occupation
humaine, comme les bureaux, hôtels, magasins, cinémas et hôpitaux, et ceux où se trouve très
peu de monde, comme les entrepôts.

Il est tout à fait capital que la structure reste stable pendant cette période d'évacuation et que
les voies d'évacuation ne soient pas elles-mêmes compromises par le feu ou par la fumée. Par
Créé le dimanche 11 novembre 2007

ailleurs, tout pompier pénétrant dans le bâtiment doit bénéficier de la même protection
pendant une durée raisonnable, pour lui permettre d'effectuer ses activités de recherche et de
sauvetage.

Page 2
Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure

Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure


SP033a-FR-EU

Toutes ces considérations peuvent en outre dépendre de la façon dont sont divisés les espaces
internes en compartiments ignifuges séparés, empêchant le feu de se propager au reste du
bâtiment.

1.2 Sinistres matériels


La perte du contenu d'un bâtiment et l'interruption des activités commerciales sont les plus
grosses sources de pertes financières en cas d'incendie. La stratégie la plus efficace pour
réduire ces pertes consiste à prendre des mesures qui empêchent des incendies majeurs de se
déclarer. Il s'agit de dispositifs de protection incendie active, tels que les détecteurs de fumée
et les sprinklers automatiques qui limitent la propagation et la sévérité d'un incendie, et un
compartimentage efficace qui limite la propagation de l'incendie.

1.3 Résistance au feu de la structure


Il est par ailleurs nécessaire de veiller à ce que la structure présente suffisamment de
Ce contenu est protégé par des droits d'auteur - tous droits réservés. L'usage de ce document est soumis aux termes et conditions du contrat de licence d'Access Steel

résistance au risque d'effondrement afin de laisser assez de temps pour l'évacuation et la lutte
contre l'incendie, de protéger les bâtiments adjacents et de réduire les dommages indirects.
Lorsqu'ils firent pour la première fois leur apparition à la fin du XIXe siècle, l'un des
principaux attraits des bâtiments à ossature métallique tenait à ce qu'ils présentaient une
construction incombustible. Par exemple, leur emploi dans les manufactures de coton
anglaises permit de réduire très nettement les pertes dues aux incendies et beaucoup de
bâtiments détruits lors du grand incendie de Chicago furent remplacés par des bâtiments à
ossature métallique.

Cependant, tous les matériaux de construction ordinaires sont affectés par les températures
élevées et on a fini par reconnaître que les incendies dans les bâtiments pouvaient provoquer
leur effondrement, même si des matériaux incombustibles étaient utilisés. Il a donc fallu
concevoir et construire les éléments structuraux pour prendre cela en compte. Dans le cas des
ossatures métalliques, la méthode traditionnellement adoptée consiste à enrober les poutres et
les poteaux pour une certaine forme de protection contre les incendies. Des approches plus
évoluées commencent maintenant à être utilisées.

2. Résistance au feu et normes


Les exigences de compartimentage et de stabilité structurale entre les bâtiments sont
généralement décrites par l'expression « résistance au feu ». Pour pouvoir définir les exigences
minimales, des procédures d'essai normalisées, utilisant un « feu conventionnel » ont été
élaborées. Celles-ci restent à la base de la plupart des évaluations de résistance au feu, malgré
les hypothèses simplifiées qui leur sont inhérentes. La résistance au feu s'exprime en durées
normalisées (par exemple 30, 60 ou 90 minutes), qui se rapportent aux résultats obtenus lors
d'un essai de résistance avec un feu conventionnel.
Les feux réels se caractérisent par trois phases distinctes :
Créé le dimanche 11 novembre 2007

‰ le développement initial, où la température augmente lentement jusqu'à l’embrasement-


éclair
‰ l’après embrasement-éclair, lorsque la température augmente très rapidement
‰ la phase de décroissance, lorsque le combustible commence à s'épuiser et que les
températures baissent.
Page 3
Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure

Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure


SP033a-FR-EU

‰ L’embrasement-éclair décrit le point auquel la température du compartiment est


devenue tellement élevée que tout son contenu se met à brûler simultanément. Le feu
conventionnel est une représentation du taux de hausse de la température lors de la
phase de l’après embrasement-éclair, mais il ne prend en compte aucune décroissance.

T °C B
A C D

2
Ce contenu est protégé par des droits d'auteur - tous droits réservés. L'usage de ce document est soumis aux termes et conditions du contrat de licence d'Access Steel

Légende Explication
A Avant embrasement-éclair : allumage et feu couvant
B Embrasement-éclair
C Après embrasement-éclair - échauffement
D Refroidissement
T °C Température des gaz
t temps
1 Courbe du feu conventionnel ISO 834
2 Courbe d’un feu naturel

Figure 2.1 Développement d'un feu conventionnel par rapport à un feu naturel

2.2 Approches traditionnelles de la résistance au feu


structurale pour les structures à ossature métallique
Créé le dimanche 11 novembre 2007

L’acier étant un matériau très résistant, les profils des éléments tels que poutres et poteaux
sont généralement de petites dimensions. Cela a pour conséquence qu'ils chauffent plus
rapidement que ceux d'autres matériaux tels que le béton armé, et ce faisant, le matériau se
ramollit. Les essais réalisés sur de petits spécimens du matériau acier révèlent qu'à une
température d'environ 600 °C, la résistance a été réduite à un niveau tel que le facteur de

Page 4
Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure

Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure


SP033a-FR-EU

sécurité implicite dans le processus de conception et calcul normal a effectivement


disparu. Cette température étant atteinte quelques minutes seulement après l'embrasement
généralisé, il a été conclu que l'ossature métallique devait être protégée par un système
d'isolation pour l'empêcher de s'effondrer. Cette approche hautement simplifiée ignore un
certain nombre d'influences très importantes, mais elle n'en reste pas moins le fondement
d’une prescription simple de la protection incendie appliquée.
Les matériaux d’une protection incendie passive isolent les structures en acier des effets des
hautes températures qui peuvent se produire lors d'un incendie. Ceux-ci se répartissent en
deux types : les matériaux non réactifs, dont les plus courants sont les panneaux et les
produits projetés, et les matériaux réactifs, dont les revêtements intumescents sont le meilleur
exemple.

2.2.1 Béton ou maçonnerie


Les premières méthodes de protection incendie consistaient à enrober la structure métallique
Ce contenu est protégé par des droits d'auteur - tous droits réservés. L'usage de ce document est soumis aux termes et conditions du contrat de licence d'Access Steel

dans le béton ou la maçonnerie. Ces matériaux sont devenus chers et rallongent


considérablement les délais de construction. Des profilés en I et en H partiellement enrobées,
utilisant du béton ou de la maçonnerie de remplissage entre les semelles, confèrent un certain
degré d'isolation au profilé tout en s'avérant plus économiques. L'ajout de barres d'armature à
l'intérieur du béton peut accroître davantage la résistance au feu. Certains systèmes utilisent
des méthodes en usine pour minimiser l'impact sur les délais de construction, mais il s'agit là
d'options qui coûtent relativement chères. Ces systèmes présentent toutefois une bonne
résistance aux impacts et peuvent tirer parti du comportement mixte pour augmenter la
résistance de l’élément composite. Ils sont donc particulièrement adaptés aux poteaux dans les
zones de forte circulation.

2.2.2 Panneaux et matelas


Les systèmes brevetés de protection par panneaux sont fréquemment utilisés et sont
particulièrement attrayants là où l'élément est visible. Les panneaux en silicate de calcium, en
gypse et en vermiculite sont durs et d'aspect lisse, alors que les panneaux en fibres minérales
sont mous. Il est possible de fixer les panneaux au moyen de techniques très variées, y
compris des chevilles en acier, des clous, des vis spéciales torsadées ou de la colle.

Les systèmes de protection incendie par matelas sont bon marché et souples d'utilisation mais
peu attrayants. Ces matelas sont fixés à l'ossature métallique au moyen de chevilles en acier
soudées, de rondelles anti-retour et de liens en fil métallique .

Ces panneaux et matelas peuvent fournir jusqu'à 240 minutes de résistance au feu. Ils offrent
l'avantage d'une application à sec et (pour les panneaux) des finis attrayants de grande qualité.
La protection par panneaux est particulièrement adaptée pour les poteaux.

2.2.3 Matériaux projetés


Créé le dimanche 11 novembre 2007

Les matériaux projetés à base de ciment ou de gypse contiennent des fibres minérales, de la
vermiculite expansée, de la perlite expansée et/ou d'autres agrégats ou éléments de
remplissage légers. Ils constituent généralement les formes les moins chères de protection
incendie. Ils ne sont toutefois guère esthétiques et sont donc rarement utilisés lorsqu'ils sont

Page 5
Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure

Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure


SP033a-FR-EU

visibles. Le processus de projection est salissant et les éclaboussures nécessitent parfois de


nettoyer les zones recouvertes involontairement.

Les systèmes de protection par projection peuvent fournir jusqu'à 240 minutes de résistance
au feu et peuvent s'appliquer facilement sur n'importe quel profil. Ils sont donc
particulièrement adaptés à des profils complexes non visibles.

Ils sont vulnérables aux dommages par impact mais certains matériaux sont plus robustes que
d'autres.

2.2.4 Revêtements intumescents


Les revêtements intumescents sont des substances semblables à de la peinture qui sont inertes
à des températures normales mais qui gonflent à des températures aux alentours de 200 -
250 °C pour présenter une couche carbonisée de matériaux de faible conductivité, qui peut
alors servir d'isolation thermique pour l'acier.
Ce contenu est protégé par des droits d'auteur - tous droits réservés. L'usage de ce document est soumis aux termes et conditions du contrat de licence d'Access Steel

Ce sont eux qui présentent la plus grande souplesse d'utilisation et permettent à l'acier de
s'exprimer visiblement.

Un développement récent a vu l'application en usine de revêtements intumescents. Cela


signifie que l'ossature métallique peut être livrée sur le chantier déjà munie de sa protection
incendie, ce qui réalise une économie de temps considérable sur le chantier.

Les matériaux intumescents modernes à fine pellicule sont à base d'eau ou de solvant
hydrocarboné. Lorsqu'ils sont utilisés dans des environnements secs, une couche de finition
n'est pas nécessaire, hormis à des fins de décoration. Les coûts sont concurrentiels, surtout
pour des durées de résistance au feu de 30 et 60 minutes, et le deviennent de plus en plus pour
des durées plus longues.

Ils présentent un fini de haute qualité, ils améliorent l'efficacité de la construction s'ils sont
appliqués en usine et ils peuvent être utilisés sur des sections complexes.
Créé le dimanche 11 novembre 2007

Page 6
Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure

Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure


SP033a-FR-EU
Ce contenu est protégé par des droits d'auteur - tous droits réservés. L'usage de ce document est soumis aux termes et conditions du contrat de licence d'Access Steel

Figure 2.2 L'immeuble de bureaux Swiss Re à Londres


L'immeuble a été conçu pour une résistance au feu de 90 minutes. Cet assouplissement, par rapport à
la norme de 120 minutes pour les immeubles de cette nature, se justifie sur la base d'une analyse de
feu naturel. L'ossature en acier a été protégée par un dispositif de protection passive avec des
panneaux de fibres minérales pour les poutres de plancher et des matelas souples pour les poteaux
tubulaires.

3. Autres approches de conception


Reconnaissant l'importance de la résistance au feu et des coûts associés et tout en tenant
compte des hypothèses simplifiées inhérentes à sa spécification, de nouvelles approches de
conception ont été développées. Celles-ci comprennent :
Créé le dimanche 11 novembre 2007

‰ l'emploi d'autres systèmes structuraux, qui offrent à l'ossature métallique une protection
inhérente au feu,
‰ une analyse structurale plus avancée, pour modeler bien plus précisément la manière
dont répondra la structure à des températures élevées,

Page 7
Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure

Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure


SP033a-FR-EU

‰ l'étude de feux réels et de la manière dont certaines conditions influent sur les
températures du feu
‰ des approches intégrées qui prennent en compte toute une variété d'aspects tels que ceux
cités ci-dessus et qui permettent de tirer un parti rationnel d'installations telles que des
sprinklers.
Dans certains bâtiments, tout particulièrement lorsque l'évacuation est facile, comme dans les
petits immeubles ou les immeubles présentant un faible risque d'incendie, il est possible
d'utiliser de l'acier non protégé sans avoir recours à des méthodes de calcul avancées.

3.1 Autres systèmes structuraux


Des poutres de plancher mince et des poteaux encastrés dans un mur en maçonnerie sont des
exemples de systèmes structuraux qui offrent une protection inhérente au feu de l'ossature
métallique. Dans les deux cas, une partie importante de la section transversale structurale est à
l'abri des effets directs de l'incendie. En conséquence, la température reste relativement basse
Ce contenu est protégé par des droits d'auteur - tous droits réservés. L'usage de ce document est soumis aux termes et conditions du contrat de licence d'Access Steel

et il est possible de ne pas protéger l'acier pour des durées de protection au feu d’un maximum
de 60 minutes.

Les poutres de plancher mince sont contenues dans l'épaisseur de la dalle de plancher ;
l'épaisseur globale de construction du plancher s'en trouve ainsi minimisée. La semelle
inférieure de la poutre qui soutient la dalle de plancher est plus large que la semelle
supérieure, pour faciliter l'installation. Ceci peut être réalisé en soudant une plaque sur la
semelle inférieure d'une section de poutrelle standard ou en utilisant une section asymétrique
laminée, conçue spécifiquement pour présenter une résistance optimale au feu. La dalle de
plancher peut être construite à partir d'unités préfabriquées alvéolées en béton ou à partir
d'une dalle mixte épaisse. Il est généralement possible d'obtenir une résistance au feu de 60
minutes sans autre protection supplémentaire.

Les poteaux en acier non protégés insérés dans une façade en brique ou dans un mur creux
peuvent présenter une résistance au feu de 60 minutes car ils sont moins exposés au feu.

3.2 Sections tubulaires


La résistance au feu des sections tubulaires peut être améliorée en les remplissant de béton,
laissant ainsi l'ossature métallique visuellement exposée.
‰ Les sections remplies de béton, renforcées au moyen de barres d’armature ou de fibres
d'acier, peuvent présenter une résistance au feu allant jusqu'à 120 minutes et possèdent en
outre une capacité élevée de support des charges.
Ce système de protection incendie est très robuste et très résistant aux dommages.
Créé le dimanche 11 novembre 2007

Page 8
Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure

Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure


SP033a-FR-EU
Ce contenu est protégé par des droits d'auteur - tous droits réservés. L'usage de ce document est soumis aux termes et conditions du contrat de licence d'Access Steel

Figure 3.1 Le Innovation Centre, à Adlershof, Berlin


Le bâtiment nécessitait une résistance au feu de 90 minutes. Pour les poteaux, cela a été réalisé en
utilisant des sections creuses remplies de béton armé.

3.3 Analyse structurale avancée


Face à l'augmentation des innovations dans les domaines de la conception, de la construction
et de l'utilisation des bâtiments modernes, les méthodes normatives peuvent ne pas suffire
pour satisfaire les règlements. La reconnaissance de ces faits et une meilleure connaissance de
la façon dont se comportent les structures réelles en cas d'incendie, a mené de plus en plus à
l’utilisation d’approches analytiques.

Dans les essais normalisés, la résistance au feu est liée implicitement au comportement des
poutres et poteaux individuels soumis à la charge de calcul nominale totale. Elle ne représente
donc pas forcément les éléments structuraux qui font partie d'un bâtiment où plusieurs effets
bénéfiques peuvent entraîner des performances sensiblement améliorées. Le plus important de
ceux-ci est l'interaction entre la dalle de plancher et l'ossature en acier. Elle ne tient pas
compte non plus des conditions particulières qui peuvent exister, par exemple en termes de
niveaux de charge ou d'exposition à la température. Tout un éventail de méthodes analytiques
a désormais été élaboré pour venir remplacer l'approche normative qui se contente d'associer
l'exigence de protection au temps requis de résistance au feu.
Créé le dimanche 11 novembre 2007

Page 9
Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure

Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure


SP033a-FR-EU
Ce contenu est protégé par des droits d'auteur - tous droits réservés. L'usage de ce document est soumis aux termes et conditions du contrat de licence d'Access Steel

Figure 3.2 Hôpital Nuffield, Leeds


Une analyse structurale avancée a prouvé qu'il était possible d'éliminer la protection incendie globale sur la
plupart des poutres alvéolaires secondaires de longue portée et de réduire l’épaisseur des poutres protégées, ce
qui permet de réaliser des économies d’environ 40 % sur les coûts de protection incendie.

Il est possible d'utiliser de l'acier non protégé dans les bâtiments qui ont une exigence de
résistance au feu de courte durée, comme par exemple les parkings sans parois extérieures.
Ceci est dû au fait que la plupart des profilés en I ou en H peuvent offrir une résistance au feu
de 15 minutes, même à pleine charge et dans des conditions de feu ordinaires.

En cas de charge faible (par exemple pour les poutres dont le calcul est gouverné par les
limites de service ou par des considérations pratiques) ou lorsque la section en acier a été
délibérément surdimensionnée, la résistance au feu réelle sera accrue. Des méthodes de calcul
simples sont maintenant disponibles, qui mettent en corrélation la performance en cas
d'incendie avec les niveaux de contrainte et les répartitions des températures à l'intérieur de la
section. Les projeteurs ont ainsi la possibilité d'utiliser soit un acier plus résistant, soit une
taille de poutre plus importante que nécessaire pour réduire la quantité requise de protection
incendie. Dans certains cas, une telle approche peut être employée pour fournir une méthode
économique afin de parvenir à une résistance au feu de 30 minutes sans protection incendie
appliquée.

L'ossature métallique externe peut être conçue pour faire en sorte que les températures qu'elle
atteint restent basses en cas d'incendie. L'emplacement soigneusement étudié du poteau et de
la poutre à l'extérieur de la façade réduit leur exposition aux flammes sortant par les fenêtres.
L'acier chauffe moins et la section conserve une plus forte proportion de sa résistance. En
conséquence, la structure métallique peut souvent être conçue et calculée avec peu ou pas de
protection incendie.
Créé le dimanche 11 novembre 2007

Des méthodes plus avancées présentent encore plus de possibilités. Les observations obtenues
lors d'essais au feu à grande échelle et les analyses sur des bâtiments réels ont révélé que la
dalle produit une action de membrane avec des flèches importantes, permettant ainsi de
maintenir l'intégrité structurelle du plancher, en dépit de la perte d'appui effective d'au moins
une partie des poutres d'acier. De là sont apparues des approches de conception faisant appel
Page 10
Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure

Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure


SP033a-FR-EU

soit à des méthodes de calcul simplifiées, soit à des analyses plus complexes par éléments
finis. L’utilisation de ces méthodes permet de laisser sans protection un nombre important de
poutres dans des bâtiments exigeant une résistance au feu d'une durée pouvant aller jusqu'à 60
minutes.
Ce contenu est protégé par des droits d'auteur - tous droits réservés. L'usage de ce document est soumis aux termes et conditions du contrat de licence d'Access Steel

Figure 3.3 Poutres en acier non protégées dans les essais de Cardington
Les poutres ont atteint des températures de plus de 1 000 °C, et pourtant la structure est restée stable grâce à
l'action de la traction de membrane dans la dalle de plancher mixte.

Un avantage supplémentaire de l'emploi de ces méthodes plus avancées est qu'elles peuvent
donner une certaine indication de la manière dont réagira réellement un bâtiment en cas de
catastrophe extrême. Depuis l'effondrement des deux tours du World Trade Center à New
York, il s'agit bien là d'un aspect auquel les usagers de bâtiments s'intéressent de plus près.
Créé le dimanche 11 novembre 2007

Page 11
Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure

Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure


SP033a-FR-EU
Ce contenu est protégé par des droits d'auteur - tous droits réservés. L'usage de ce document est soumis aux termes et conditions du contrat de licence d'Access Steel

Figure 3.4 Modèles informatisés types en trois dimensions des déformations structurales en cas
d'incendie
De tels modèles sont de plus en plus utilisés pour démontrer les réductions d'exigences en matière de protection
incendie.

3.4 Scénarios d’incendie réalistes


Les charges calorifiques de beaucoup de bâtiments modernes sont relativement faibles. Cela
signifie que le risque d'incendie est réduit et que les températures atteintes dans le
compartiment seront plus faibles que celles implicites du feu conventionnel. Les températures
rencontrées dans des « incendies réels » sont fonction des facteurs suivants :
‰ quantité et répartition du matériau combustible (charge calorifique)
‰ rapidité de combustion de ces matériaux
‰ conditions de ventilation (ouvertures)
‰ géométrie du compartiment
‰ propriétés thermiques des murs avoisinants
Il est possible d'adopter différentes approches analytiques, y compris des courbes d'incendie
Créé le dimanche 11 novembre 2007

paramétriques, de simples équations mettant en corrélation les influences citées ci-dessus à la


hausse de température de l'incendie et donc de la structure.

Les sprinklers constituent des systèmes de protection active pour éteindre un incendie aux
premiers stades de son développement. Le fonctionnement efficace d'un système à sprinklers

Page 12
Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure

Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure


SP033a-FR-EU

devrait permettre d'empêcher les éléments structuraux en acier d'atteindre des températures
auxquelles leur résistance risquerait d'être amoindrie. En cas d'utilisation de sprinklers, il
existe un calcul qui permet de déterminer la réduction de la sévérité de l'incendie.
Alternativement il est possible d'arguer qualitativement qu'une réduction de la période requise
de la résistance au feu serait appropriée.

Grâce à ces méthodes, il est possible de traiter les effets de feux réels en s'appuyant sur des
scénarios de calcul crédibles « du pire des cas », tout en maintenant un niveau de sécurité
global acceptable. Cela peut souvent se traduire par un net assouplissement des conditions de
calcul pour l'incendie, la structure devant être conçue pour des températures bien plus basses
que celles qui sont indiquées par le feu conventionnel.

Dans certains cas, comme par exemple dans les grands espaces ouverts comportant des zones
de faible charge calorifique telles que les parkings sans parois extérieures, les stades, les
aérogares, les gares ferroviaires et les atriums élevés, cette approche produit des températures
d'incendie de calcul qui sont suffisamment basses pour permettre de ne pas protéger les
Ce contenu est protégé par des droits d'auteur - tous droits réservés. L'usage de ce document est soumis aux termes et conditions du contrat de licence d'Access Steel

éléments en acier.

Figure 3.5 Le bâtiment Kone de 72 m de haut, en Finlande


Créé le dimanche 11 novembre 2007

Le bâtiment abrite plusieurs sociétés. La conception de la sécurité incendie a été effectuée à partir de
charges calorifiques réalistes, afin d’établir des courbes de « calcul » de feu naturel. La réponse en
termes de température des éléments en acier partiellement exposés a été calculée, prouvant qu'il était
possible de réduire de près de 80 % l'épaisseur de la protection incendie de la structure du plancher. Les
poteaux en acier tubulaire, qui sont remplis de béton, présentent une résistance au feu de 120 minutes.
Ce projet a répondu aux règlements locaux en démontrant un niveau de sécurité similaire, voire
supérieur, à la conception conventionnelle.

Page 13
Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure

Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure


SP033a-FR-EU

3.5 Approche intégrée


Lorsque les conditions le permettent, on en vient tout naturellement à réunir les procédures ci-
dessus en une approche intégrée d'ingénierie de la sécurité incendie, pour dégager le
maximum de bénéfice des méthodes disponibles en vue d'empêcher, de contrôler ou de limiter
les conséquences d'un incendie. En termes de stabilité structurelle, l'ingénierie de la sécurité
incendie est destinée à adopter une approche scientifique rationnelle, qui veille à apporter la
résistance/protection incendie là où elle est nécessaire et à éviter toutes dépenses inutiles.
Pour certains bâtiments de grande taille et complexes, il s'agit parfois de l'unique approche
viable pour assurer un niveau satisfaisant de sécurité incendie.

Il ne fait pas de doute que les mesures employées pour protéger la vie et minimiser les pertes
financières permettront aussi de réduire sensiblement la menace posée à la structure du
bâtiment. Jusqu'à récemment, il était difficile de profiter de ce fait en réduisant la quantité de
protection incendie de la structure ; mais l'acceptation de plus en plus généralisée d'une
Ce contenu est protégé par des droits d'auteur - tous droits réservés. L'usage de ce document est soumis aux termes et conditions du contrat de licence d'Access Steel

approche intégrée vis-à-vis de la sécurité incendie rend ceci maintenant plus facile.

Une approche intégrée se fait en trois temps, chacun ayant été abordé plus haut :
‰ Prévoir le taux d'échauffement : cela nécessite d'évaluer la charge calorifique (c'est-à-
dire la quantité et le type de matériau combustible) à l'intérieur du compartiment, la
ventilation disponible et les caractéristiques thermiques des revêtements du
compartiment.
‰ Prédire la température de l’élément en acier : cela dépend de son emplacement, du
facteur de massiveté et de la présence ou non de protection appliquée.
‰ Prédire la stabilité de la structure : la stabilité de l’élément dépend non seulement de la
température qu'il atteint pendant l'incendie, mais aussi de la charge appliquée et des
effets de toute action mixte, de maintien et de continuité provenant du reste de la
structure.
Une telle approche permet non seulement d'obtenir la meilleure prédiction de la manière dont
se comportera le bâtiment en cas d'incendie, mais devrait également permettre de dégager
d'importantes économies en termes de coûts de la construction.

4. Récapitulatif
En utilisant de l'acier structural, l'ingénieur de conception est en mesure de faire appel à toute
une variété de techniques pour démontrer que l'ensemble des exigences de sécurité incendie
ont été satisfaites. Lors du choix de la solution optimale, l'ingénieur de conception doit
trouver le juste équilibre entre les exigences de sécurité incendie et les spécifications
économiques et esthétiques du bâtiment. Il existe beaucoup d'exemples de bâtiments qui ont
employé de telles approches avec d'excellents résultats.
Créé le dimanche 11 novembre 2007

Page 14
Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure

Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure


SP033a-FR-EU

Enregistrement de la qualité
TITRE DE LA RESSOURCE Guide client: Questions clés pour la résistance au feu de la structure

Référence(s)

DOCUMENT ORIGINAL

Nom Société Date

Créé par Roger Plank University of Sheffield

Contenu technique vérifié par Ian Simms, SCI University of Sheffield

Contenu rédactionnel vérifié par

Contenu technique approuvé par les


partenaires :
Ce contenu est protégé par des droits d'auteur - tous droits réservés. L'usage de ce document est soumis aux termes et conditions du contrat de licence d'Access Steel

Royaume-Uni G W Owens SCI 9/06/06

France A Bureau CTICM 9/06/06

Suède B Uppfeldt SBI 906/06

Allemagne C Müller RWTH 9/06/06

Espagne J Chica Labein 9/06/06

Luxembourg M Haller Luxembourg 9/06/06

Ressource approuvée par le G W Owens SCI 25/09/07


Coordonnateur technique

DOCUMENT TRADUIT

Traduction réalisée et vérifiée par : eTeams International Ltd. 26/09/06

Ressource traduite approuvée par : JP Grimault 12/01/07


Créé le dimanche 11 novembre 2007

Page 15

Vous aimerez peut-être aussi